Version classiqueVersion mobile

De l’âge du Bronze à l’âge du Fer en France et en Europe occidentale (Xe-VIIe siècle av. J.-C.)

 | 
Henri Gaillard de Sémainville

Thème spécialisé de l’âge du bronze à l’âge du fer en France et en Europe occidentale (Xe – VIIe siècle av. J.-C.).

Fin de l’âge du Bronze et début de l’âge du Fer dans le nord-est de la péninsule ibérique : nouvelles données et nouvelles approches (1100-550 av. J.-C.)

Enriqueta Pons, Raimon Graells et Mariona Valldepérez

Résumé

Avec ce travail, nous cherchons à élaborer une synthèse du développement de la société au cours de la phase finale de l’âge du Bronze et au début de l’âge du Fer (1200-550 av. n.è. cal.) dans le nord-est de la Péninsule ibérique. Les raisons sont diverses, mais l’une des principales est le changement soudain du rituel funéraire, l’incinération se généralisant sur tout le territoire catalan. Ce changement coïncide avec un changement climatique important qui a modifié les systèmes de production en cours et avec la sédentarisation définitive des populations établies dans la région. Avec ces mutations économiques et sociales apparaît la sidérurgie et avec elle, l’un des changements les plus significatifs de la technologie métallurgique.

Texte intégral

1.– RÉFLEXION SUR LE CADRE GÉOGRAPHIQUE ET CHRONOLOGIQUE

  • 1 Ceci étant, les Pyrénées constituent plus un axe vertébral qu’une frontière. À la fin de l’âge du B (...)

1Le premier problème auquel est confronté le chercheur ou l’amateur qui s’intéresse à la Protohistoire du nord-est de la Péninsule ibérique est la grande variété géomorphologique et climatique caractéristique du territoire catalan. Bien que l’on se cantonne strictement au territoire défini par les frontières politiques actuelles, la zone qui est l’objet de cette synthèse présente une certaine logique géomorphologique. Elle est cernée au nord par la chaîne des Pyrénées, dont les montagnes forment une succession décroissante de chaînes parallèles agissant comme contrefort naturel et dessinant un pays montagneux dans son tiers septentrional1.

2L’intérieur du pays est composé d’une dépression traversée par le seul fleuve à débit important de la partie méditerranéenne de la péninsule : l’Èbre, dont l’embouchure forme un grand delta. La présence de ce fleuve est particulièrement importante pour notre travail, car il s’agit de la seule voie fluviale navigable, empruntée durant une grande partie de la période antique et jusqu’à une époque récente. Avec les Pyrénées, l’Èbre est une des composantes physiques les plus remarquables de la Protohistoire catalane. Il a été un axe vertébral pour les plaines qui se trouvent de part et d’autre de son cours. Finalement, et pour conclure cette brève réflexion géographique, précisons qu’il existe sur la zone côtière deux chaînes de montagnes : la littorale et la pré-littorale, séparées par une dépression. Ces deux chaînes et la dépression sont parallèles à la côte, accidentée au nord, formée de plaines et de marécages au centre et au sud.

3Ce dernier élément géographique est également important, étant donné qu’il a permis tout au long de l’histoire une circulation humaine dans le sens nord/sud. Jusqu’à une époque récente, il a été un des grands corridors à travers lesquels animaux et personnes se sont déplacés, suivant les lois naturelles des processus de transhumance et de pâturage. Il est logique de supposer qu’un territoire présentant des composantes physiques si hétéroclites – grandes chaînes de montagnes jeunes, plaines centrales, corridor côtier, côtes basses et sableuses et côtes abruptes – a accueilli une mosaïque culturelle hétérogène. Cependant, deux facteurs apportent une certaine cohésion au territoire : il s’agit d’un pays côtier, vertébré par deux grands axes de circulation naturels, la dépression prélittorale et la vallée de l’Èbre avec ses affluents (fig. 1).

4Le cadre chronologique choisi est la période de transition entre l’âge du Bronze et l’âge du Fer, époque de nombreux changements sociaux, économiques et religieux. Ces limites chronologiques ne sont pas arbitraires. Au début de la période (1100 av. n.è. cal.) les groupes humains locaux sont apparemment très différents et forment des sociétés autosuffisantes et fragmentées. À la fin de la période étudiée (575/550 av. J.-C.), ces populations évoluent vers une société proto-urbaine et militarisée.

Fig.1. Premières évidences de l’incinération en Catalogne, avant 900 av. J.-C., et premières nécropoles à incinération du Bronze final (fond de carte R. Balsera).

Fig.1. Premières évidences de l’incinération en Catalogne, avant 900 av. J.-C., et premières nécropoles à incinération du Bronze final (fond de carte R. Balsera).

Nécropoles :

1. Els Castellets ;
3. Roques de Sant Formatge-Serós ;
5. Torre Filella ;
7. Les Obagues- Montsant ;
9. Can Piteu-Sabadell ;
11. Pi de la Lliura-Vidreres ;
13. Can Bech-Agullana

2. Besodia-Serós ;
4. El Puntal-Fraga ;
6. Les Escorres-Llardecans ;
8. Can Missert-Terrassa ;
10. Coll s. Avenc-Tavertet ;
12. Parrallí- Port de la Selva ;

Grottes :

14. Montmany-Pallejà ;
16. Can Negre de St. Roc ;
22. El Calvari-El Molar ;
24. Montfiu ;

15. Bora Tuna- Llémana ;
17. Pau-Serinyà ;
23. Coll del Moro-Candesa ;

Mégalithes :

18. L’Estrada-Agullana ;
20. Puig ses Forques ;

19. Puig Roig-Torrent ;
21. Les Morelles-Espolla.

2. LES CHANGEMENTS DE L’ENVIRONNEMENT ET SA GESTION

2.1. Évolution du paysage végétal et exploitation des ressources forestières

5Le changement technologique et culturel intervenant entre les IIe et Ier millénaires au nord-est de la Péninsule ibérique eut lieu durant la transition climatique de la période interglaciaire de l’Holocène. Si l’âge du Bronze avait été marqué par un climat chaud et sec, la période subatlantique présente un climat plus frais et humide. L’implantation du premier urbanisme au début de l’âge du Fer et la naissance de la culture ibérique se produisent à ce moment. La diversité du paysage sera un facteur déterminant dans l’exploitation des ressources, notamment celle du bois.

6À l’âge du Bronze on peut encore parler d’une exploitation « soutenable » du territoire. Bien que l’on ait défriché une partie du paysage pour en faire des champs cultivés ou des pâturages, les forêts ne sont pas encore trop dégradées. Mais l’incessante pression anthropique eut comme conséquence le recul des forêts et l’installation à leur place de formations végétales plus résistantes à la sécheresse estivale. La transition vers l’âge du Fer est marquée par la prédominance des forêts de chênes mixtes au nord et de pinèdes mixtes au sud. Les montagnes se recouvrent de hêtraies. Ajoutons que l’importance des pluies à ce moment n’eut pas comme conséquence une densification des forêts, car l’irruption de l’urbanisme et la nouvelle technologie du fer augmentèrent la demande en bois forestier.

7Les changements culturels propres à cette époque, telles l’introduction de la sidérurgie, la spécialisation de l’artisanat, l’augmentation de la population et de la production destinée à l’obtention d’excédents en céréales, eurent forcément comme conséquence une augmentation de la demande en produits forestiers, les pratiques métallurgiques requérant un combustible plus abondant et de meilleure qualité.

8En effet, au début du Ier millénaire, le nombre des sites à occupation permanente et à urbanisme balbutiant augmente sur la côte catalane, parallèlement à la diversification des processus de production, se traduisant par une exploitation plus intensive des forêts.

  • 2 Les données polliniques et anthracologiques ont considérablement augmenté depuis la publication de (...)
  • 3 Des études polliniques et anthracologiques ont été réalisées sur divers sites – abri, grottes, habi (...)

9Bien que le nombre de sites étudiés soit encore modeste2, les données dont nous disposons montrent que le caractère des occupations était déterminant dans l’exploitation de leur environnement. Les occupations sporadiques en grotte semblent présenter un approvisionnement opportuniste, dépendant directement de la disponibilité locale, alors que dans les sites les plus stables, on aurait eu recours à un éventail plus large de stratégies d’approvisionnement en combustibles, davantage planifiées, assurant la viabilité des activités économiques (Allué et al. 2004)3.

10L’analyse des strates issues des sites étudiés nous renseigne sur le type d’essences qui étaient utilisées de façon préférentielle. Sur les sites des zones pyrénéennes et pré-pyrénéennes, on observe une utilisation intensive des arbres des chênaies et des arbustes comme le buis. Dans les zones centrales de la Catalogne et le littoral nord, on exploitait les forêts de chênes verts et les chênaies, les arbres étant bien mieux représentés que les arbustes. Dans les zones du littoral sud et celles de l’intérieur, en revanche, on utilisait plutôt des espèces particulières de chênes verts et de maquis ; les arbustes tels que les lentisques, les bruyères ou l’arbousier furent également très utilisés, tandis que l’arbre le mieux représenté est le pin.

2.2. Les moyens de production

11Les habitants du territoire catalan de la fin de l’âge du Bronze fondaient leur économie sur l’agriculture et l’élevage, avec des particularités spécifiques selon les zones. Là où l’impact anthropique se fit le plus ressentir – notamment dans les plaines et la dépression littorale – les zones forestières reculèrent vers l’intérieur, alors que la proportion de chênes, chênes verts, chênes lièges et pinèdes augmenta. Il se créa également des clairières qui favorisèrent la création de champs de culture, principalement de céréales et de légumineuses, et de zones de pâturages pour les animaux. Les prairies, des pré-Pyrénées et des montagnes hautes étaient exploitées durant l’été et celles de la chaîne littorale pendant l’hiver, suivant le cycle saisonnier de transhumance. Cela occasionna un mouvement continu de groupes humains et de troupeaux. En revanche, dans les zones où l’impact anthropique se fit le moins ressentir l’on pratiqua de préférence la monoculture spécialisée, comme celle de l’olivier, du seigle ou du chanvre, qui s’observe dans le littoral catalan sud, depuis le Garraf jusqu’au Tarragonès.

12Tandis que la période de transition s’achève et que les populations deviennent plus urbaines et hiérarchisées, l’agriculture et l’élevage se caractérisent par une exploitation spécialisée des cultures et des animaux, d’abord de façon homogène, puis plus tard plus diversifiée des espèces, et selon la fonctionnalité des sites et de leur importance économique et/ou politico-religieuse. Au niveau du paysage, on observe certains changements qui peuvent être mis en relation avec une extension des champs cultivés, mais la transformation la plus importante s’observe lors de la transition à l’âge du Fer, moment où les contacts européens et méditerranéens s’intensifient. Les premiers contacts méditerranéens – Phéniciens, Étrusques et Grecs – ont en effet pu favoriser l’application d’un système plus intensif de la culture des terres et rendu possible la capacité de production d’excédents de l’agriculture ibérique.

13Les données en matière d’agriculture antique sont encore trop ténues et inégales, bien que plus abondantes dans les dépressions que dans les zones montagneuses ; les connaissances dont on dispose sur les outils agricoles sont encore plus pauvres (Alonso et al. 2004).

14Les plantes les plus cultivés sont les céréales, l’orge vêtue (Hordeum vulgare) et le blé commun (Triticum aestivum/durum) étant prédominants dans tous les sites étudiés. Les céréales secondaires, de printemps, comme par exemple le millet (Panicum miliaceum) et le millet italien (Setaria italica), connaissent une grande expansion à partir du VIIe siècle av. J.-C. Cette expansion s’observe dans toute la Méditerranée occidentale. En Catalogne, cette tendance concerne 70 % des sites étudiés (Buxó, 1997, 2001). Les légumineuses continuent à être peu abondantes. Les espèces connues auparavant le sont toujours : le pois (Pisum aestivum), la fève (Vicia fava var, minor), la lentille (Lens culinaria) ou l’ers (Vicia erbilia). Mais de toutes, c’est la lentille qui augmentera le plus, devenant très importante dans le monde ibérique et supplantant la fève. On voit également apparaître pour la première fois la vesce (Vicia sativa) et la luzerne (Medicago sativa) dont la consommation ne deviendra importante qu’à la période postérieure. Le genre Vitis, encore sylvestre, apparaît dans la totalité des sites étudiés (Alonso et al. 2004).

15L’alternance des cultures entre les nouvelles céréales et les légumineuses et l’apport de la nouvelle technologie métallifère seront à l’origine d’un grand accroissement de la production. C’est ainsi que la côte catalane produira un extraordinaire excédent en céréales qui mènera à la création du système de conservation en silos et à la formation de grands établissements agricoles assurant le contrôle et la distribution du grain (Asensio et al. 2002).

16Au début du IIe millénaire (1000-700 av. J.-C.), on remarque une diversification des espèces élevées. Le trinôme bovin, ovicapriné et porcin représente toujours les principales espèces élevées, bien que sa distribution interne varie selon les sites. La caractéristique commune à tous les sites en matière de stratégies de gestion des ressources animales est le poids considérable des espèces domestiques comparées aux sauvages. Les premières dépassent dans tous les cas 80 % des restes d’espèces retrouvées. La chasse était donc complémentaire à l’élevage et se pratiquait de façon très ponctuelle. La relation entre la chasse et l’élevage varie selon les sites étudiés. La variété des espèces sauvages et l’importance de la chasse par rapport à l’élevage diminuent de façon significative, notamment pour le cerf et le sanglier. À l’âge du Fer, l’élevage continue à concerner surtout le même trinôme d’espèces, bien que l’on remarque des différences par rapport à la période précédente. En général, on observe une lente diminution de l’élevage des bovins parallèle à l’augmentation progressive de celui des ovicaprinés. L’importance de l’élevage des suidés se maintient, puis augmente considérablement lors de la consolidation des villages ibériques.

17Au début de l’âge du Fer, les activités économiques en relation avec la gestion des ressources animales se concentrent chaque fois davantage sur les espèces domestiques et leurs produits. En plus de l’exploitation de plus en plus importante de chaque espèce – viande, lait, laine, cuir –, on utilise l’animal à d’autres fins – travail/charge, transport, tir – dans le cas des bœufs, des chevaux et des ânes. L’âge auquel les différentes espèces sont sacrifiées dépend de ces paramètres. Ainsi, pour les bœufs, truies ou chevaux, le sacrifice se pratique de préférence entre l’âge adulte et sénile, tandis que la majorité des jeunes mâles d’ovins, caprins et suidés sont sacrifiés dès que l’animal atteint son poids optimal. On exploite également le binôme complémentaire mâles et femelles des différentes espèces, notamment pour les chèvres – lait – et les moutons – viande et laine.

18En ce qui concerne les équidés, il est intéressant de souligner que tous les individus sacrifiés à cette période sont d’âge adulte à sénile, à l’exception de certains cas de morts prématurés qui ont été enterrés, comme à la Fonollera, à Mas d’en Boixos-Penedès, et du cas des nouveau-nés d’Els Vilars d’Arbeca (DDAA 2003). La baisse de la consommation de viande d’équidé à cette époque est attribuée au rôle de bien de prestige qu’acquiert progressivement l’espèce. Cette caractéristique expliquerait la grande homogénéité documentée par la population d’équidés depuis le Néolithique jusqu’à l’âge du Fer (Franquesa et al. 2000). Les rares données dont nous disposons semblent indiquer la domestication de l’espèce dans la péninsule. Son inexistence dans des contextes contemporains signalerait cependant que l’arrivée du cheval domestique est allogène et provient de l’Europe centrale. En effet, la présence d’équidés comme bêtes de charge, de transport ou de monture est peu représentée dans les sites étudiés, mais la présence pionnière d’éléments en fer – brides, freins et autres harnachements de cheval – apparus dans certaines tombes des nécropoles étudiées – Can Piteu, La Pedrera (fig. 9 a-b), Grand Bassin I – ainsi que dans certains villages pré-urbanisés de la même époque – La Ferradura, Sant Marti d’Empúries, dans la phase IIb – est fort significative (Pons et al. sous presse).

3. LES CHANGEMENTS SOCIAUX ET CULTURELS

3.1. Les antécédents de l’incinération

19Dès le début de l’âge du Bronze, on connaît l’existence de restes anthropologiques brûlés et trouvés dans des grottes, phénomène résultant de la manipulation de cadavres quasiment décharnés, ou rendus à l’état de squelette, regroupés en monceaux et mis de côté afin de gagner de l’espace et de procéder à de nouveaux enterrements. Bien que ces activités ne revêtent pas la même signification que l’incinération, elles furent de plus en plus répétées par la suite (Toledo, Agustí 1989).

  • 4 Nous devrons attendre quelques années pour consulter les publications de la nécropole des Castellet (...)
  • 5 La plupart des chercheurs ont fait coïncider cette circonstance avec l’existence de mouvements sign (...)

20Cette exploitation de l’espace pour enterrer les morts imprégnera la mentalité des nouvelles populations qui se formeront sur le territoire catalan à la phase suivante. À la recherche de nouvelles terres pour les cultures et les pâturages, ces populations réduiront considérablement les restes de défunts et l’utilisation de la terre pour les enterrements grâce à la pratique de la crémation. Dans le même temps, un changement de rituel funéraire, qui passe de l’inhumation collective à l’incinération individuelle, s’étend en Europe occidentale et méditerranéenne de manière irrégulière. Sans connaître les raisons fondamentales de ce changement4, on peut dire avec certitude qu’au début du Ier millénaire, toute la région nord-est de la Péninsule ibérique incinère ses morts et dispose les cendres dans une urne en céramique qui est enfouie, formant à l’origine des nécropoles très étendues de champs d’urnes. Face à ce changement, nous observons également dans la culture matérielle des innovations, documentées antérieurement – formes et techniques décoratives sur les céramiques et les articles métalliques en bronze. Ces innovations sont du reste fréquentes dans tout le secteur central et occidental de l’Europe et de la Méditerranée. Nous observons qu’une bonne partie de ce territoire a modifié son rituel funéraire, à l’exception de certaines zones à forte tradition tumulaire5.

21À l’instar du nord-est de la Péninsule ibérique, la crémation apparaît en France un peu après les céramiques à décor cannelé et de nouveaux objets métalliques et outils qui marquent l’âge du Bronze final II et IIIa. Pour cette raison Dedet pense que l’adoption du rituel funéraire n’a pas pu être liée à l’un des changements ayant touché cette zone dans le domaine de la culture matérielle, de l’économie ou du mode de vie, car ceux-ci se sont produits ultérieurement. L’incinération s’implante donc de manière indépendante à tous ces changements, et le remplacement d’un rituel funéraire par un autre se produirait pour des motifs religieux (Dedet 2004). Quoi qu’il en soit, il nous est difficile de penser qu’un changement religieux ne soit pas lié aux changements économiques et sociaux se produisant à un moment donné, c’est pourquoi il nous paraît plus acceptable d’admettre que le changement de rituel funéraire, comme fait socio-religieux, émane finalement et en conséquence de tous les changements économiques, sociaux et culturels (Pons 1976 et 2003).

22D’autre part, dans tout le nord de l’Italie, l’incinération est généralisée depuis le Bronze final III (Gambari 1998). Ceci indique que ce phénomène n’a pas de contacts directs par voie terrestre avec le sud de la France et le nord-est de la Péninsule ibérique, à moins que ce contact ne se soit produit par une tout autre voie. La voie maritime pourrait être une possibilité, vu les principales relations méditerranéennes existant un peu plus tard. À moins que dans la région alpine ne se soit produit un rejet du nouveau rituel en raison du fort impact de la tradition dans ces régions où, précisément, est en train de se créer un groupe puissant spécialisé dans la sidérurgie.

23Les premiers renseignements relatifs à l’incinération que nous trouvons en Catalogne paraissent plus anciens que ceux du sud de la France, où on admet que celle-ci est pratiquée à partir du Bronze final IIIb (Janin 1992, Dedet 2004). Nous pouvons en signaler en Catalogne l’existence des premiers indices dans les régions de montagne – grâce à la présence de grottes et de mégalithes en désuétude –, ou dans les premières nécropoles des plaines les plus peuplées de la dépression centrale et du Vallès, ainsi que dans d’autres dépressions plus réduites liées sûrement à la transhumance. Parmi les nouvelles nécropoles tumulaires des vallées du Segre-Cinca, où l’habitat en grotte est inconnu et où on connaît déjà un habitat consolidé (López 2000), citons Castellet de Mequinenza, Torre Filella, Besodia ou Puntal de Fraga ; alors que dans la dépression littorale, les nécropoles de Can Missert, Bóbila Roca, Coll. s’Avenc, sont associées à des centres d’habitations très différents de ceux de la plaine centrale. Dans ce dernier groupe, nous ajoutons les récentes découvertes de la nécropole de Can Piteu – Sabadell –, qui débute, certainement, au cours de cette phase initiale (Carlús et al. 2003 ; Carlús, Lara 2004 ; López Cachero 2006) et celle de Pi de la Lliura – Vidreres, la Sel va (Pons, Solés 2002 et 2004) (fig. 1).

3.2. Les phases culturelles (fig. 2)

  • 6 À ce jour, toutes les datations radiométriques de la Préhistoire et de la Protohistoire catalane so (...)
  • 7 Poursuivant sur la question abordée dans cet article, et afin de transmettre les connaissances à no (...)

24Outre le fait de percevoir l’origine des premiers objets en fer apparus dans le nord-est de la Péninsule ibérique, les nouvelles découvertes archéologiques réalisées au cours des 20 dernières années, à l’origine d’un nombre important de bibliographies et de datations radiométriques6, ont été suffisamment significatives pour tenter de modifier l’ancienne systématisation de la période de transition de l’âge du Fer. À partir des gisements connus, on a établi a priori plusieurs phases de développement et de mutations culturelles ayant eu lieu au cours de cette période de transition, car les nouvelles découvertes ont profondément modifié les thèses en cours7. Face à cette réalité archéologique, nous avions proposé lors du Congrès mondial du Portugal une série de phases culturelles qui se seraient succédé en Catalogne à travers l’évolution des nécropoles, car elles constituent précisément les principaux modèles de consommation d’outils, d’effets et d’innovations (Pons et al. sous presse).

Fig. 2. Chronologie des nécropoles à incinération du Bronze final jusqu’au Premier âge du Fer (1100-500 av. j.-C.) trouvées en Catalogne. Entre 675-600 av. J.-C. les premiers objets en fer apparaissent.

Fig. 2. Chronologie des nécropoles à incinération du Bronze final jusqu’au Premier âge du Fer (1100-500 av. j.-C.) trouvées en Catalogne. Entre 675-600 av. J.-C. les premiers objets en fer apparaissent.

3.2.1. Phase I : fin de l’âge du Bronze – Bronze final IIIb

25Durant cette phase, l’incinération est généralisée sur tout le territoire catalan, coïncidant avec la présence de nécropoles plus ou moins étendues situées dans les principales plaines de la dépression centrale et celles du littoral (Can Bec-Agullana, Can Piteu I-Sabadell, El Calvari-Molar, ...). La diversification territoriale est indiquée par les règles qui caractérisent la structure funéraire, l’investissement réalisé dans la construction et l’emploi de matériaux de construction. La structure extérieure de la tombe sera influencée par des coutumes antérieures. Deux groupes domineront, divisant le pays en deux grandes zones : le groupe des nécropoles de tombes à structure tumulaire à contour construit, qui se situe dans la Dépression centrale et dans les Pyrénées (López, Pons 1995) (fig. 3f, 3g), et celui des tombes à fosse simple creusée dans la terre et recevant l’urne cinéraire, caractéristique des nécropoles des dépressions du littoral et du prélittoral (Pons 2000) (fig. 3a-c). Le premier groupe semble avoir recours à la collectivité pour construire les tombes, alors que le second semble plutôt de type individuel. Des différences aussi prononcées dans F architecture de la tombe – pour un individu incinéré et enterré – doivent être liées aux caractéristiques de la population, caractéristiques qui sont aussi constatées dans la construction de l’habitat (Pons 1994 ; Pons 2003, 2005).

26Pour ce qui est du contenu ou du mobilier funéraire, on observera dans la plupart des cas une simplicité homogène, bien que très tôt apparaissent dans les nécropoles du littoral, des tombes dotées de davantage d’éléments métalliques que celles de l’intérieur. À la différence des étapes précédentes, où il semble que des sociétés peu structurées peuplent les terres du littoral, les changements dans ces dernières paraissent plus significatifs que dans celles de l’intérieur (fig. 3a-c).

27Ce phénomène contraste avec le mode de vie de la population. Sur le littoral, l’habitat stable est de plus en plus documenté avec la découverte de petites agglomérations de cabanes en matériaux périssables concentrées dans des espaces séparés, sans planification (La Fonollera II, Sant Martí d’Empúries I, Can Roqueta, etc.) (fig. 4 a). Dans les régions montagneuses des pré-Pyrénées et les chaînes du littoral et du prélittoral, l’emploi sporadique mais constant de grottes subsiste (groupes de Serinyá, Janet, Marcó). Dans la dépression centrale, des villages fermés caractérisés par un urbanisme fonctionnel apparaissent (fig. 4b) (Pons, Francès 2000 ; López Cachero 1999, 2006 ; Pons 2005).

Fig. 3. Structures funéraires du Bronze final (a-c ; f-g) et du Premier âge du Fer (d, e, h). Tombes en fosse (a-d) ; tombes en tumulus (e-h) : a. Vilanera-L’Escala ; b et c. Pi de la Lliura-Vidreres ; d. Can Piteu-Sabadell ; e. Can Barraca-Besalú ; f. Roques de Sant Formatge-Seròs ; g. Coll del Moro-Candesa ; h. La Colomina.

Fig. 3. Structures funéraires du Bronze final (a-c ; f-g) et du Premier âge du Fer (d, e, h). Tombes en fosse (a-d) ; tombes en tumulus (e-h) : a. Vilanera-L’Escala ; b et c. Pi de la Lliura-Vidreres ; d. Can Piteu-Sabadell ; e. Can Barraca-Besalú ; f. Roques de Sant Formatge-Seròs ; g. Coll del Moro-Candesa ; h. La Colomina.

28Il est possible que quelques dépôts de bronze localisés le long des pré-Pyrénées catalanes correspondent à cette phase, par exemple ceux trouvés à Sant Martí d’Empúries (Santos 2007).

29Concernant l’économie de production, on constate une intensification de l’agriculture extensive et de la monoculture, augmentant les réserves de céréales en silos à atmosphère confinée le long du littoral catalan, dans les cantons du Vallès et du Penedés et, un peu plus tard, dans ceux du Maresme et de l’Empordà (Asensio et al. 2002 ; Asensio 2005).

3.2.2. Phase II : période de transition à l’âge du Fer (725-650 av. J.-C.)

30Durant cette phase, nous observons la continuité des nécropoles étendues sur le littoral (Agullana II, Can Piteu Ib, El Molar II, Coll., del Moro de Gandesa, Roques de Sant Formatge). La structure funéraire est maintenue dans chacune, avec de petites modifications, par exemple une augmentation du mobilier funéraire dans certaines des tombes, que ce soit le nombre de vases à offrandes ou le répertoire métallique ; la plupart indiquant qu’il s’agit de tombes appartenant à des personnalités d’une communauté. Dans la plupart des nécropoles mentionnées, des tombes différentes des autres apparaissent : la dimension de l’espace funéraire, la construction de la tombe et son contenu semblent indiquer la singularité ou le rôle particulier du défunt, indépendamment du sexe ou de l’âge (Rafel 1989). Dans la nécropole d’El Molar, certaines tombes caractérisées par leur construction, suggérant une participation collective se distinguent (T111, 95, 108) (Castro 1994) ; dans celle d’Agullana, on remarque la tombe 69 contenant une fibule à pivot (Palol 1958). Dans la vaste nécropole de Can Piteu, apparaissent également certaines tombes simples contenant des objets exotiques en bronze de provenance exogène, comme des fibules à pivot, les fibules à double ressort ou les broches à rôtir en fer (Marlasca et al. 2005).

31Au cours de cette phase, nous assistons à l’apparition d’objets en bronze d’origine exogène comme les fibules à pivot, d’origine méditerranéenne, et à double ressort originaires du sud de la péninsule ou phéniciennes, et aux premières importations de céramiques tournées ou d’imitation phénicienne (Marlasca et al. 2005). Enfin, nous ne devons pas associer exclusivement la présence d’objets de prestige à la complexité des tombes, puisque la grande majorité de ces objets peut appartenir à des tombes simples. Ce constat vaut aussi pour les premiers objets en fer. La complexité, le contenu et la construction de certaines tombes qui apparaissent de manière extraordinaire dans certaines nécropoles doivent être compris comme une action délibérée réalisée par la communauté qui a participé à la cérémonie ou au banquet funéraire, et non comme une indication de la valeur personnelle du défunt.

  • 8 Les nécropoles de Mas Baleta III, Can Barraca et de Can Bellsolà ont été découvertes au cours de ce (...)

32La mode des structures tumulaires de la Dépression centrale s’étend vers les pré-Pyrénées au cours de la période de transition à l’âge du Fer, comme une preuve supplémentaire de l’empreinte constante de sociétés à la recherche de nouvelles ressources écologiques. On distinguera les nécropoles de Mas Baleta III-La Jonquera (Tarrús 2006), Les Canals-Espolla, Can Barraca (Martín-Machín 2006) (fig. 6e) et Can Bellsolá – Besalú. Les deux premières contiennent un couteau en fer8.

33L’apparition de la première sidérurgie, manifestée par la présence d’objets personnels, couteaux et rasoirs, objets ornementaux, anneaux, bracelets, etc., est significative. Ces objets apparaissent aussi bien dans les tombes simples que dans les tombes les plus riches des nécropoles mentionnées ci-dessus. Dans un premier temps, l’acquisition d’éléments exotiques, comme le couteau en fer ou des objets d’importation en bronze ou en fer, semble indépendante de la catégorie sociale, ne distingue pas l’âge ou le sexe, mais ces mêmes éléments constituent le début de l’évident processus de différenciation sociale qui se produira au cours des périodes suivantes (Rovira 1998, 2001).

34Pour ce qui est de l’habitat, l’occupation des grottes diminue et les cabanes regroupées sur la zone côtière se maintiennent, alors qu’à l’intérieur se produit une amplification de l’urbanisme de villages fermés et fonctionnels. Les premiers contacts méditerranéens sont également établis dans le sud du territoire – la région de l’embouchure du Bas-Èbre – et au nord, dans le Golfe de Rosas, essentiellement originaires du sud de la péninsule (fig. 5).

3.2.3. Phase III : début de l’âge du Fer (675-600 av. J.-C.)

35Cette phase est marquée par un autre mouvement humain, mais de nature et de direction différentes. Les populations de la zone côtière connaissent une mutation sociale et économique étroitement liée aux mouvements maritimes et coloniaux – les uns provenant du sud de la péninsule et encouragés par les Phéniciens, et d’autres en provenance du nord de l’Italie et du centre de la Méditerranée –, les îles de la Méditerranée centrale jouant le rôle d’intermédiaires. L’incidence des populations méditerranéennes contribuera à consolider les différences territoriales qui apparaissent à la fin de la phase précédente. Des groupes régionaux s’organisent et se distinguent par la construction de l’habitat, la structure funéraire et par les formes et les modes céramiques et métalliques, associées à un environnement géographique comportant des territoires humides tels que les dépressions, les plaines fluviales, les vallées et les deltas. On distingue les groupes de la plaine de Vic-Osona, le plateau de l’Empordà avec le delta des rivières Fluvià -Ter, le Vallès avec le delta du Llobregat, les dépressions littorales du Maresme et du Penedès, le groupe Segre-Cinca et le cours du Bas-Èbre.

Fig. 4. Structures d’habitat du Bronze final (a, b, c) et du Premier âge du Fer (d, e, f).

Fig. 4. Structures d’habitat du Bronze final (a, b, c) et du Premier âge du Fer (d, e, f).

Fonds de cabanes (a) ; Structures en dur (b, c, f) ; structures mixtes (d, e) : a. Can Roqueta-Sabadell ; b. Genó-Aitona ; c. Puig Roig del Roget-Mas Roig ; d. Barranc de Gàfols-Ginestar ; e. Sant Martí d’Empúries II- L’Escala ; f. L’Era del Castell-El Catllar.

Fig. 5. Carte de répartition et évolution de l’habitat du Bronze final au Premier âge du Fer en Catalogne.

Fig. 5. Carte de répartition et évolution de l’habitat du Bronze final au Premier âge du Fer en Catalogne.
  • 9 Seules les deux nécropoles de Can Piteu-Sabadell se trouvent sur le même lieu, la plus récente étan (...)

36Les grandes nécropoles du Bronze final ont presque toutes disparu (seules quelques tombes d’Agullana subsistent). En revanche, on observe la présence d’autres nécropoles moins vastes (Pla de Bruguera, Anglès, Vilanera II, Can Piteu II, cette dernière établie sur celle de la phase précédente)9. Les changements qui se produisent ne représentent pas uniquement une diminution du nombre de tombes dans les nécropoles, ils affectent également la composition du mobilier funéraire et les formes céramiques qui tendent à adopter des profils plus sinueux et plus standard (fig. 3d).

37Dans ces nécropoles, on distingue quelques tombes au mobilier funéraire riche et varié en quantité et en qualité d’objets, qui conduisent à agrandir l’espace funéraire. On y trouve des objets en bronze de parure – agrafes, fibules, boutons –, ou d’ornement – bracelets, anneaux, pendentifs, épingles –, et de plus en plus des objets en fer – couteaux (fig. 6a ; 6c, 3) et bracelets sur tout le littoral et fibules serpentiformes dans la région du Vallès : Can Piteu (fig. 6c, 4), Pla de la Bruguera (fig. 6b, 2), etc. Dans la nécropole de Can Piteu, on a recensé quelque 67 pièces, dans des tombes représentant 31 % de la phase II, celles-ci étant associées à leur tour à un couteau en fer (López Cachero 2005). Au cours de cette phase, la fibule à ressort bilatéral est assez rare, mais apparaît dans la quasi-totalité des nécropoles connues. D’autres éléments de prestige et de pouvoir apparaissent. Outre des éléments liés à la cavalerie et des harnachements, mors à chevaux, des couteaux en fer, des épingles à tête en haltère, des fibules en bronze ou en fer, déjà mentionnées (fig. 6), simpulum, vases métalliques, broches à rôtir en fer, et un nombre important de vases d’accompagnement indiquent la présence de banquets funéraires.

38Ces différences de quantité et de qualité dans le contenu des tombes semblent distinguer personnalités publiques et communes, riches et pauvres, et indiquer le sexe (Janin 2000 ; Clop et al. 1998). Des tombes très riches contenant des pièces comme l’agrafe de ceinture à un crochet, ou des objets de guerre comme des pointes de flèche ou la pointe d’une lance en bronze ou en fer, sont propres aux sépultures masculines. Les tombes féminines semblent se distinguer par un nombre plus important d’objets d’ornementation en bronze (Castro 1994 ; Clop, Faura 1997 ; Ruíz Zapatero 2004 ; Graells 2004). Les objets de prestige, indiquant un lien avec des personnalités significatives, masculines ou féminines, correspondent aux éléments du banquet – simpulum (Can Piteu II-T18, Agullana II-T 192, Vilanera II, Anglès-T8), broches à rôtir en fer (dans les tombes féminines 20, 536 et 832, de Can Piteu) –, aux éléments liés à la cavalerie, premiers indices de la présence de cavaliers et de chevaux domestiqués et harnachés (tombes 18, 21, 106 de Can Piteu), ou à la parure personnelle, en particulier l’agrafe de ceinture, les boutons et les chaînettes. Les boucles de ceintures à contreplaque et plaque différenciées à un crochet constitueront très tôt le prototype des boucles de ceintures ibériques à deux, trois crochets ou plus, qui apparaîtront dans toutes les nécropoles et villages des côtes méditerranéennes du nord-ouest au début de l’âge du Fer. Ce fait constitue un bon exemple du contact des deux versants pyrénéens, les Pyrénées méditerranéennes étant l’un des endroits où l’on trouve la plus grande concentration de ces objets (Parzinger, Sanz 1986, type Abb2 i 3 ; Pons, Pautreau 1994 ; Graells 2005 ; Pons 2005).

39Plutôt considérés comme des outils plurifonctionnels que comme des armes à proprement parler, les premiers objets pointus en fer commencent à apparaître : poignard, grand couteau convexe, pointe de lance ou pointes de flèche. Entre cette phase et la précédente, on connaît l’existence de pointes de lance en bronze, certaines associées à une panoplie guerrière, comme dans les tombes de guerriers de Camallera ou du Pla de Gibrella, et d’autres sans autre élément pointu que le couteau, comme à Vilanera II, Agullana II, etc. Un exemple significatif nous est offert par la riche tombe 68 de la nécropole GBI de Mailhac, comptant des éléments de charrue et harnachement de cheval et un poignard en fer, seul élément pointu offensif (Janin 2000). Les trois tombes de Can Piteu contenant des restes de mors à chevaux présentent un ou deux couteaux en fer, en plus d’une fibule serpentifonne ou d’une épingle à tête en haltère, mais aucune arme (López Cachero 2005). Il convient alors de signaler la présence d’un nouveau groupe social d’élite toujours plus important et l’inexistence d’une cavalerie militaire. On remarquera, dans la quasi-totalité des nécropoles mentionnées, la présence de céramiques d’importation et d’imitation de produits phéniciens. Toutefois, des tombes présentent les signes d’un certain prestige – simpulum, fibule à pivot, équipement de cheval (fig. 6c, 2-), broches à rôtir, agrafes type Fleury (fig. 6b, 1) ou rectangulaire (fig. 6c, 1), ou des objets en fer – sans contenir précisément d’éléments étrangers. Seule la fibule à double ressort est habituellement accompagnée de restes provenant du sud de la péninsule (Vilanera II, Agullana III, Can Piteu II, etc.).

Fig. 6. Premiers objets en fer : a. couteaux en fer de la nécropole de Can Piteu-Sabadell ; b. dépôt funéraire d’une tombe de la nécropole du Pla de la Bruguera-Castellar del Vallès. Objets en fer et en bronze : 1 agrafe type Fleury et 2 fibule serpentiforme ; c. dépôt funéraire d’une tombe de la nécropole de Can Piteu : 1 agrafe en bronze ; 2 harnachement en fer ; 3 couteau ; 4 fibule serpentiforme.

Fig. 6. Premiers objets en fer : a. couteaux en fer de la nécropole de Can Piteu-Sabadell ; b. dépôt funéraire d’une tombe de la nécropole du Pla de la Bruguera-Castellar del Vallès. Objets en fer et en bronze : 1 agrafe type Fleury et 2 fibule serpentiforme ; c. dépôt funéraire d’une tombe de la nécropole de Can Piteu : 1 agrafe en bronze ; 2 harnachement en fer ; 3 couteau ; 4 fibule serpentiforme.

40Dans la région de l’Èbre, commencent à proliférer les implantations construites dotées d’une structure préconçue, organisée et aménagée – les villages construits, fermés avec des patios, une rue ou une place –, situés en hauteur, difficiles d’accès et propices à la défense naturelle, apparemment semblables aux villages fermés et fonctionnels existant depuis très longtemps dans la Dépression centrale. On connaît les villages de Puig Roig del Roget (fig. 4c), el Calvari, Mas d’en Serra, La Ferradura, La Moleta del Remei. Nombre d’entre eux, de courte durée, sont entourés d’une fortification lourde protégeant une petite surface pour les espaces domestiques. Dans la Dépression centrale, apparaissent des villages dotés de fortifications d’envergure tels qu’Els Vilars de Arbeca – muraille à triple renfort et alternance de tours, ceintes de chevaux de frise et d’un fossé (DDAA 2003). Parallèlement à cette apparition de villages fortifiés de l’Èbre, les fermes situées sur les terrasses et les plaines adopteront une structure proto-urbaine de type modulaire d’influence méditerranéenne indéniable – maisons à soubassements en pierre et superstructure en argile, sériées et organisées par quartiers – un modèle documenté à l’origine à Barranc de Gáfols-Benifallet (fig. 4d) (Sanmartí et al. 2000) et qui s’étendra vers l’intérieur (village de La Colomina ; Junyent et al. 1994) et à certains villages de la côte, d’Empúries (fig. 4e) (phase IIa de Sant Martí ; Aquilué et al., 2002) jusqu’aux régions de plaines du Penedés avec des maisons rectangulaires disposées en batterie, séparées par des rues étroites et présentant des silos constiuits coimne à l’Era del Castell-El Catllar, etc. (fig. 4f) (Asensio 2005). Sur le littoral central et nord, depuis el Garraf jusqu’au-delà des Pyrénées, à l’exception d’Empúries, les villages seront organisés en cabanes contrôlant un potentiel de céréales qui se consolidera rapidement pendant la phase suivante, avec l’influence grecque et la fondation de la colonie phocéenne d’Empúries qui en résultera (Santos 2002 ; Asensio et al., 2002).

3.2.4. Phase IV : Les tombes des guerriers et les populations pré-ibériques (fig. 7)

  • 10 La bibliographie sur ce groupe de tombes du début de l’âge du Fer en Méditerranée nord-ouest est im (...)
  • 11 La récente publication de C. Farnié et F. Quesada 2005 sur les symboles de pouvoir et instruments d (...)
  • 12 Nous souhaitons souligner ici l’abondance d’objets de prestige apparaissant dans cette région du Ba (...)

41Pendant cette phase, les nécropoles sont peu étendues et les différences entre les dimensions de la tombe et son contenu s’accentuent. Le nombre de défunts semble moindre dans toutes les zones étudiées alors que le nombre de tombes à mobilier funéraire augmente en pourcentage – dans les nécropoles paléoibériques du Bas-Èbre 100 % des tombes contiennent du mobilier métallique ou céramique (Majoral 1992). Au cours de cette phase, on remarque précisément les tombes de guerriers, certaines isolées, – Granja Soley, Llinars del Vallès, Camallera, Pla de Gibrella –, d’autres dans de petites nécropoles – Can Canyís, Milmanda, Muralla NE, Peralada – qui s’étendent le long de la côte catalane. Le même phénomène se produit à la même époque dans les régions du littoral français entre Carcassonne et Agde : Las Peyros-Couffoulens, Grand Bassin II-Mailhac ; Corno-Lauzo-Mailhac, Saint-Julien de Pézenas, etc. (Lucas 2004 ; Mazière 2005)10. Le contenu des tombes montre une parfaite harmonie entre les objets associés au banquet funéraire – simpulum, patères en bronze et un nombre important de vases –, la tenue et la parure personnelle – fibules, objets ornementaux en abondance, boucles de ceinturons, boutons etc. –, ainsi que les éléments témoignant du pouvoir et de l’autorité comme un abondant armement en fer. On remarque au sein de cet armement un ensemble d’éléments à caractère offensif – grands couteaux à lame convexe, épées et poignards à antennes, pointes et talons de lances. Le soliferreum apparaît plus tard dans les nécropoles paléoibériques, en compagnie d’autres éléments à caractère défensif. Les armes défensives, casques et jambières, sont souvent en bronze. Elles sont connues essentiellement dans les nécropoles paléoibériques – Granja Soley (Sanmartí et al. 1982 ; Sanmartí 1993) ou celles de Mianes (Maluquer 1987) et Oriola (Esteve Gálvez 1999)11. À cette abondance d’armement répond celle des objets liés à la tenue vestimentaire – agrafes de ceinture à deux, trois crochets ou plus, des boutons –, des éléments appartenant à des tombes particulières ou différentes des autres par leur contenu, généralement associés à des tombes de « guerriers » correspondant à des tombes masculines. Un autre type d’objets en bronze apparaît également au cours de cette phase dans des tombes sans armement – pendentifs, chaînettes, anneaux, fibules, etc. – et où les objets en argent deviennent de plus en plus nombreux, notamment dans les nécropoles de Coll. del Moro, Mas de Mussols, Mianes, Oriola (fig. 7). Dans ce cas, les tombes contenant ces objets correspondent à des individus féminins12.

Fig- 7. Carte de répartition des nécropoles à incinération avec mobilier en fer et / ou armement nommées dans le texte (fond de carte R. Balsera) : 1. Pla de Gibrella-Capsec ; 2. Peralada ; 3. Vilanera et Muralla NE-Empúries ; 4. Camallera ; 5. Llinars del Vallès ; 6. Granja Soley ; 7. Can Canyís ; 8. Milmanda ; 9. Roques de Sant Formatge-Serós ; 10. L’Oriola-Amposta ; 11. Mas de Mussols-La Palma ; 12. Mianes – Santa Bárbara.

Fig- 7. Carte de répartition des nécropoles à incinération avec mobilier en fer et / ou armement nommées dans le texte (fond de carte R. Balsera) : 1. Pla de Gibrella-Capsec ; 2. Peralada ; 3. Vilanera et Muralla NE-Empúries ; 4. Camallera ; 5. Llinars del Vallès ; 6. Granja Soley ; 7. Can Canyís ; 8. Milmanda ; 9. Roques de Sant Formatge-Serós ; 10. L’Oriola-Amposta ; 11. Mas de Mussols-La Palma ; 12. Mianes – Santa Bárbara.

42Un changement essentiel s’opère dans les formes des urnes et des vases en céramique. Les formes sont sinueuses, avec ou sans pied, et ornées pour la plupart d’un décor plastique – le décor cannelé classique disparaît –. Un grand nombre de formes ne présente cependant pas de décoration. La variété des formes des phases précédentes a considérablement diminué, le répertoire est plus standardisé. Par ailleurs, la plupart des nécropoles de cette phase contiennent des urnes tournées d’élaboration indigène qui les situent dans une période avancée de l’âge du Fer, en prélude de la culture ibérique. Il convient de mentionner qu’une partie des gisements cités ci-dessus, tels que Peralada et Muralla Nord-Est à Empúries au nord, la tombe de guerrier de la Granja Soley dans le Vallès ou les nécropoles de Mas de Mussol, Mianes, Oriola dans le Bas-Èbre – avec des céramiques tournées importées ou pré-ibériques – se trouvent à moins de 30 km de la côte, en contact direct des populations méditerranéennes. Peu à peu, une société toujours plus complexe mais plus homogène se forme sur tout le territoire catalan, d’où son assimilation aisée à la création de la culture ibérique, les différences régionales étant maintenues par les populations tribales.

4. L’INFLUENCE DE LA SIDÉRURGIE DANS LA SOCIÉTÉ

  • 13 Le couteau à dos rabaissé, pointe convexe et doté d’un système de fixation de rivets sur le manche (...)

43L’apparition du fer dans le nord-est de la péninsule est considérée comme une initiative extra-péninsulaire et une conséquence de la convergence et de la cohabitation de tout un complexe dynamique de populations et d’idées. Face aux mouvements humains provenant de la Méditerranée et du monde colonial, la voie traditionnelle des Pyrénées est réactivée, mais à partir de ce moment elle ne sera plus une voie de communication libre comme avant. Dans le Golfe du Lion, les indigènes des deux versants des Pyrénées orientales sont organisés et leurs exigences face au nouvel environnement seront plus fortes pour l’échange de nouvelles marchandises. À partir du VIIIe siècle et au cours du VIIe, de nombreux objets et outils en métal commencent à circuler, d’abord en bronze, plus tard en fer, inconnu jusqu’alors (Rovira 2001 ; Pons 2003 ; Marlasca et al. 2005). La plupart de ces objets sont de conception nouvelle – toilette, vêtement, ornementation personnelle – ou élaborés grâce à une technique ou un matériel nouveau et circulent en Méditerranée nord-occidentale. Nombre de ces objets sont souvent associés entre eux, formant des ensembles similaires qui apparaissent dans des endroits distants, des nécropoles du Vallès – Can Piteu, Pla de la Bruguera, Coll. de Llinars – du littoral central catalan jusqu’aux nécropoles de France – Grand Bassin I-Mailhac (Aude) ou celle de Peyrou en Agde –. Ce phénomène fait penser qu’il pourrait bien s’agir d’objets de fabrication autochtone, à l’exception de certains pouvant provenir de l’importation – c’est le cas des fibules à pivot ou à double ressort, du simpulum, de la broche à rôtir, ou des objets de harnachements de chevaux, etc. (fig. 6c) Ce processus résulte du contact de mondes différents, de l’échange de moyens disponibles bénéficiant à tous, puis de la copie, de la réinvention ou de l’élaboration d’objets et d’outils nécessaires, ce qui a rendu difficile la détermination exacte du lieu d’origine ou de la première création. Ces contacts si directs sont spécifiques aux foires et aux marchés de ferronneries. Pourquoi ne pas accepter également qu’il aurait pu exister de véritables marchés dans les différents ports commerciaux d’Agde, Canet, Empúries, ou du delta du Llobregat – alors un estuaire –, des centres de négoce apparus bien avant les premiers contacts coloniaux (Pons 1984, 2003, 2005) comme le suggère la présence des premiers objets en fer dans les tombes ?13 On commence à percevoir les premiers indices de différences dans le contenu de la tombe ; ils peuvent non seulement indiquer un signe de richesse/pauvreté, domination/soumission, mais pourraient aussi être liés à l’accès différent à ces articles (Ruíz Zapatero 2001 ; 2004, 320) de nouvelles catégories sociales apparaissant, distantes ou proches du pouvoir (fig. 8).

Fig. 8. Histogramme de quelques nécropoles à incinération par ordre chronologique et leurs tombes sans ou avec mobilier : a. phases I-II ; b. phases III-IV.

Fig. 8. Histogramme de quelques nécropoles à incinération par ordre chronologique et leurs tombes sans ou avec mobilier : a. phases I-II ; b. phases III-IV.

44Jusqu’aux trois premières phases culturelles, nous ne trouvons pratiquement pas d’éléments pointus à caractère offensif, même pendant une période importante pour l’introduction de nouveaux outils et d’objets en fer, matériel inconnu jusque-là. C’est au cours de la période de transition au fer que nous commençons à différencier des tombes remarquables par le nombre de vases d’offrande ou par un mobilier métallique important, et qui peuvent appartenir à des personnalités du groupe – chefs, héros, madones ; nous commençons également à observer des différences sexuelles marquées, des différences qui apparaissent avec la présence du guerrier masculin dans les catégories sociales. À partir de la IIIe phase, nous observons que les populations jusque-là agricoles, pastorales et transhumantes évoluent peu à peu vers une société artisanale et urbanisée avec la présence significative de personnages d’élite, d’hommes et de dames puissants, dont le pouvoir et la richesse se voient reflétés dans les tombes. Pour la région côtière, nous avions déjà annoncé l’existence de populations formées par une large base sociale – environ les trois-quarts – définie à travers les tombes individuelles contenant peu de mobilier ; et les autres seraient composées par deux groupes sociaux : le premier, majoritaire, identique au précédent, mais bénéficiant d’une valeur d’acquisition et/ou de distinction supérieure, car ils contiennent un mobilier avec un composant métallique dans lequel nous pouvons inclure les objets en fer, qui pourraient appartenir à des marchands, des artisans, et même des métallurgistes ; et l’autre, un groupe minoritaire qui appartiendrait à des persomiages de grande importance au sein du groupe – de grands hommes ou femmes, cavaliers, chefs –, coïncidant parfois avec une construction complexe de la tombe et un mobilier riche en vases et objets métalliques, pas précisément en fer (Pons, Esteba 2000) (fig. 3d-h et fig. 8b). Si nous nous reportons à la conception et à la provenance des objets contenus dans la tombe, nous pouvons affirmer que dans un premier temps, il y eut des tombes individuelles et simples contenant des objets en fer, et que cet élément était absent de certaines tombes distinguées (López Cachero 2005). D’où l’importance qu’il revêt dès le début de la sidérurgie dans la transformation de la société.

45Aux environs de 600 av. J.-C, apparaissent sur tout le littoral des tombes isolées ou des nécropoles récentes, peu étendues, contenant des tombes avec des panoplies guerrières complètes, des objets clairement destinés à des combats organisés, tant offensifs que défensifs, et qui sont détectés pour la première fois (Famié, Quesada 2005). Ceci se produit immédiatement après le moment où toute la côte catalane et languedocienne est touchée ponctuellement par les contacts commerciaux maritimes, en particulier entre l’Èbre et l’Hérault.

46Les populations enracinées s’étaient montrées jusqu’alors peu belligérantes, bien qu’il existe des précédents pour trouver l’origine de cette transformation au sein de la sphère évolutive de la catégorie sociale formée essentiellement par des artisans masculins – des mineurs, des céramistes, des commerçants au départ, puis des cavaliers, des héros et des guerriers plus tard. Dans la Dépression centrale, la consolidation prématurée d’un habitat stable a comporté la présence d’une tête de groupe – big man – pour contrôler les excédents de bétail et agricoles, outre ceux de l’artisanat. Il convient de mentionner dans cette région, la découverte de quelques stèles (fig. 9 c-e), en détachant la stèle de Preixana avec la représentation d’une figure humaine masculine décorée avec un poignard, datant certainement de 1500-1100 av. J.-C (fig. 9c).

47Nous devrons attendre jusqu’à la période IV, avec la sidérurgie, pour mieux assister au développement et à l’utilisation d’armes offensives et défensives spécifiques à un combat organisé. Au cours de cette phase, on remarque les tombes de guerriers qui pour certaines sont isolées – Camallera, Capsec, Granja Soley, Llinars del Vallès – ou organisées dans de petites nécropoles – Milmanda, Can Canyís ou Peralada – et qui sont distribuées généralement le long du littoral catalan. On peut trouver dans les tombes des mobiliers avec toute la panoplie guerrière – épée à antennes, pointes de lances, talons pour armes de jet et d’épée, couteaux pour tous les usages, tous en fer ; la plupart de ces tombes contenant des armements sont accompagnées d’autres éléments de prestige tels que le simpulum ou des éléments de distinction personnelle comme les boucles de ceinture à un, deux, trois crochets ou plus, de type ibérique, qui faisaient certainement partie d’une tenue militaire (Lucas 2004 ; Farnié, Quesada 2005 ; Graells 2005, 2006). Les nécropoles connues du cours inférieur de l’Èbre – Mas de Mussols, Mianes ou La Oriola – sont chronologiquement plus tardives, mais on y a trouvé des tombes contenant des armes offensives en fer – épées, pointes de lance, pointes de flèches – et défensives en bronze – écus, ornements pectoraux, agrafes de ceinture, ou jambières –, avec d’autres tombes contenant un autre type d’objets, dont la plupart servaient à l’ornementation et à la parure personnelle, phénomène qui a permis de déterminer le statut sexuel et élitiste du défunt, que l’on distinguait difficilement il y a peu (Maluquer 1987 ; Mayoral 1992) (fig. 7). La présence de tombes isolées ou dans de petites nécropoles, appartenant à des guerriers par le contenu de la panoplie guerrière, est également observée dans le sud côtier de la France, avec la célèbre tombe de Corno Lauzo à Mailhac (Taffanel 1962), ou les tombes de guerriers des nécropoles de Couffoulens, Grand Bassin II, où 40 % des tombes contiennent des armes, ou celle de Pézenas (Lucas 2004, Mazière 2005).

Fig. 9. Éléments de cavalerie : a-b. mors et harnachement de la Pedrera-Termens ; c. stèle de Preixana ; d. stèle de Castellet de Mequinenza ; e. stèle Roques de Sant Formatge-Serós.

Fig. 9. Éléments de cavalerie : a-b. mors et harnachement de la Pedrera-Termens ; c. stèle de Preixana ; d. stèle de Castellet de Mequinenza ; e. stèle Roques de Sant Formatge-Serós.

48La concentration démesurée d’objets belliqueux dans des tombes de la phase IV le long du littoral méditerranéen nord-ouest, devrait être interprétée – mis à part l’indication sexuelle et de prestige social du défunt – comme une simple perception de la menace dans une époque marquée pas des mouvements internes, et des changements produits par les nouvelles stimulations provenant du monde méditerranéen et du sud de la péninsule ibérique, phénomène qui impliqua une mutation significative dans la société indigène. Sur l’échelle des catégories sociales, l’échelon situé entre l’élite et la base commune s’élargit, et vient également s’ajouter une autre représentation d’individus masculins en plus de ceux déjà intégrés à des groupes formés par des forgerons, des céramistes, des marchands, des commerçants, etc. (Pons et al. sous presse).

49Cette présence d’armes défensives et offensives que certains attribuent au mouvement « Hallstatt » dure plutôt peu. Nous trouvons soudain l’établissement des colonies de Massalia et d’Emporion durant le premier quart du VIe siècle, et commencent à proliférer le long de toute la côte les villages fortifiés et construits avec des matériaux solides, remplaçant les petits villages agricoles construits dans des matériaux périssables. Parallèlement, l’armement offensif ne sera plus significatif jusqu’au IIIe siècle av. J.-C, probablement face à la nouvelle menace d’un autre mouvement en provenance de Rome.

Bibliographie

Bibliographie

ALLUÉ E., BURJACHS F., PIQUE R., 2004 – Evolució del paisatge vegetal. De l’edat del bronze a l’edat del ferro. In : BUXÓ R. coord., 2004, p. 40-43.

ALMAGRO GORBEA M., 1977 – El Pic dels Corbs de Sagunto y los Campos de Urnas del NE de la Península Ibérica. Saguntum, 12, p. 89-141.

ALONSO N., BUXÓ R., PONS E., 2004 – L’agriculture del bronze final a la primera edat del ferro. In : BUXÓ R. coord., 2004, p. 43-47.

AQUILUÉ X., CASTANYER P., SANTOS M., TREMOLEDA J., 2002 – Nuevos datos acerca del hábitat arcaico de la Palaia Polis de Emporion. In : LUCE J.-M. éd., 2002 – Habitat et urbanisme dans le monde grec de la fin des palais mycéniens à la prise de Milet (494 av. J.-C.), Actes de la table-ronde de Toulouse, 9-10 mars 2001. Toulouse, Presses universitaires du Mirail, p. 301-327 (Pallas, 58).

ASENSIO D., 2005 – La incidencia fenicia entre las comunidades indígenas de la costa catalana (siglos VII-VI a C) : ¿un fenómeno orientalizante ?, a El Periodo Orientalizante, Actas del III Simposio Internacional de Arqueologia de Mérida : Protohistoria del mediterraneo Occidental. Mèrida, CSIC, p. 551-564 (Anejos de Aesp, XXXV).

ASENSIO D., FRANCÈS J., PONS E., 2002 – Les implicacions econòmiques i socials de la concentració de reserves de cereals a la Catalunya costanera en època ibèrica, Museu d’Arqueologia de Catalunya-Girona, Cypsela, 14, p. 125-140.

BUXÓ R., 1997 – Arqueologia de las plantas, crítica, Barcelona, Arqueologia, 367 p.

BUXÓ R., 2001 – L’origen i expansió de l’agricultura a l’Empordà. Del neolític a la romanització. Girona, Biblioteca d’Historia rural (Col lecció Estudis 3).

BUXÓ R. coord., 2004 – Eines i feines del camp a Catalunya. L’estudi de l’agricultura a través de l’arqueologia, Museu d’Arqueologia de Catalunya-Girona, 183 p.

CARLÚS X., LARA C., 2004 – La necròpolis de camp d’urnes de Can Piteu-Can Roqueta (Sabadell, Vallès Occidental), Tribuna d’Arqueologia 2000- 2001, Barcelona, Generalitat de Catalunya, p. 49-75.

CARLÚS X., LARA C., LÓPEZ CACHERO F.J., VILLENA N., 2003 – La necrópolis d’incineración de Can Piteu-Can Roqueta (Sabadell, Barcelona) : caracterización del ritual funerario. In : XXVII Congreso National de Arqueologia, Huesca 2003. p. 141-164 (Bolskan 19, Revista de Arqueologia Oscense).

CASTRO P. V., 1994 – La Sociedad de los Campos de Urnas en el nordeste de la Península Ibérica. La necròpolis de El Calvari (El Molar, Prioritat, Tarragona), Oxford (B.A.R., S. 592).

CLOP X., FAURA J.-M., 1997 – Ritual funerari i societat durant la primera edat del ferro al Vallès, el Pla de la Bruguera-Centre de distribució Sony (Castellar del Vallès). Sabadell, p. 9-32 (Arraona, 20).

CLOP X., FAURA J.-M., GANGONELLS M., NAVARRO C., MARTIN A., MOLIST M., 1998 – El Pla de la Bruguera-Centre de Distribució Sony (Castellar del Vallès, Vallès Occidental). Una necròpolis d’incineració de la Primera Edat del ferro. Barcelona, Departament de Culture, 130 p.

DDAA : DIVERSOS AUTORES (GIP), 2003 – Caballos y hierro. El Campo frisio y la fortaleza de “Els Vilars d’Arbeca” (Lleida-España), siglos VIII-IV a.n.e. In : Chevaux-de-frise i fortificació en la primera edat del ferro europea. Lleida, Universitat, p. 233-274.

DEDET B., 2004 – Variabilité des pratiques funéraires protohistoriques dans le sud de la France : défunts incinérés, défunts non brûlés. Gallia 61, p. 193-222.

ESTEVE GÁLVEZ F., 1999 – Recerques arqueològiques a la Ribera Baixa de l’Ebre. II. Protohistària i Antiguitat Tardana. Amposta, Museu del Montsià i Ajuntament d’Amposta.

FARNIÉ C., QUESADA F., 2005 – Espadas de hierro, grebas de bronce. Símbolos de poder e instrumentos de guerra a comienzos de la edad del hierro en la península Ibérica. Murcia, Comunidad Autónoma de la Región de Murcia, (Monografias del Museo de Arte Ibérico de El Cigarralejo, 2).

FRANCÈS J., PONS E., 1998 – L’hàbitat del Bronze final i de la primera edat del ferro a la Catalunya litoral i prelitoral, Museu d’Arqueologia de Catalunya-Girona, Cypsela, 12, p. 31-48

FRANQUESA D., OLTRA J., PIÑA A., PONS E., SANA M., VERDUM E., 2000 – La ramaderia en les societats ibèriques del NE de la península ibèrica ; diversificació i especialització, València, Saguntum, V, Pla. 3, p. 153-161.

GAMBARI F.M., 1998 – L’Età del Bronzo in Piemont. In : Preistoria e Protostoria del Piemonte. Atti della XXXII riunione scientifica, Alba 1995. Firenze, Istituto italiano di Preistoria e Protostoria, p. 65-84.

GRAELLS R., 2004 – Indicis d’emergència aristocràtica al registre funerari del nord-est peninsular. La tomba 184 d’Agullana. Lleida, Revista d’Arqueologia de Ponent, 14, p. 61-83.

GRAELLS, R., 2005 – Origen i dispersió dels fermalls de dos garfis i placa única. In : Món Ibèric als Països Catalans, XIII Col·loqui Internacional d’Arqueologia de Puigcerdà 2003, Homenatge a Josep Barber à i Farràs, Puigcerdà, Institut d’Estudis Ceretans, vol. II, p. 769-781.

GRAELLS R., 2006 – La vaixella metàl·lica protohistòrica a Catalunya (s. VII-V a C), Museu d’Arqueologia de Catalunya-Barcelona, Cypsela, 16, p. 195-211.

JANIN T., 1992 – L’évolution du Bronze final IIIB et la transition Bronze-Fer en Languedoc occidental d’après la culture matérielle des nécropoles, Documents d Archéologie Méridionale, 15, p. 243-259.

JANIN T., 2000 – Nécropoles et sociétés élisyques : les communautés du Premier âge du Fer en Languedoc occidental, Lattes, p. 117-131 (Monographies d’Archéologie Méditerranéenne, 7).

JUNYENT E., LAFUENTE A., LÓPEZ J.B., 1994 – L’origen de l’arquitectura en pedra i l’urbanisme a la Catalunya occidental. In : Hàbitat i habitació a la Protohistoria de la Mediterrània nord-occidental. Vic, Cota Zero, 10, p. 73-89.

LÓPEZ J.B., 2000. – L’evolució del poblament protohistòric a la plana occidental catalana. Models d’ocupació del territori i urbanisme. Lleida, tesi doctoral, Universitat (non publié).

LÓPEZ CACHERO F.J., 1999 – Primeras ensayos urbanísticos en el NE peninsular : el ejemplo de Genó y los poblados de espacio central. Barcelona, Pyrenae, 30, p. 69-89.

LÓPEZ CACHERO F.J., 2005 – La necròpolis de Can Piteu-Can Roqueta (Sabadell) en el contexto del Bronce final y la primera edad del Hierro en el Vallès : estudio de los materiales ceràmicos. Barcelona, tesi doctoral, Universitat, 2t. (non publié).

LÓPEZ CACHERO F.J., 2006 – Aproximació a la societat del nord-est peninsular durant el bronze final i la primera edat del ferro. El cas de la necrópolis de Can Piteu-Can Roqueta (Sabadell, Vallès Occidental, Barcelona), Barcelona, Societat Catalana d’Arqueologia, 156 p.

LÓPEZ J.B., PONS E., 1995 – Les necròpolis d’incineració tumulària de la zona pirinenca. In : BERTRANPETIT J., VIVES E. éd., 1995 – Muntanyes i població : el passat dels Pirineus des d’una perspectiva multidisciplinària. Andorra la Vella, Ministeri de relacions extériores, p. 107-126.

LUCAS M.R., 2004 – Simpulum y bebida, marcadores de prestigio y jefatura durante el Hierro I (siglos VII / VI a. C.) : entre el Herault y el Ebro. Teruel, Kalathos, 22-23, p. 95-134.

MALUQUER de MOTES J., 1946 – Las cultures hallstátticas en Cataluña. Barcelona, Ampurias, VII-VIII, p. 115-184.

MALUQUER de MOTES J., 1987 – Catalunya : Baix Ebre, Universitat de Barcelona, Departament de Prehistòria i d’Arqueologia, 185 p.

MARLASCA R., ROVIRA M.C., CARLÚS X., LARA C., LÓPEZ CACHERO J., VILLENA N., 2005 – Materiales de importación en la necròpolis de incineración de Can Piteu-Can Roqueta (Sabadell, Barcelona). In : El Periodo Orientalizante. Actas del III Symposio Internacional de Arqueologia de Mérida : Protohistoria del Mediterráneo Occidental, Mérida, 2003. Anejos de AespA XXXV, p. 1039-1049.

MARTIN-MACHÍN P., 2006 – Can Barraca, Una necròpolis d’incineració de fa 2800 anys a Besalú (La Garrotxa), Olot, Amics de Besalú i el seu Comptat.

MAYORAL F., 1992 – Las necrópolis del Horizonte Ibérico Antiguo del Montsià-Bajo Maestrazgo. Lleida, Universitat, Revista d’Arqueologia de Ponent, 2, p. 97-110.

MAZIÈRE F., 2005 – Pratiques funéraires en Languedoc occidental et en Roussillon du Bronze final III à la fin du Premier âge du Fer : essai de synthèse. In : Món Ibèric als Països Catalans, XIII Col·loqui Internacional d’Arqueologia de Puigcerdà 2003, Homenatge a Josep Barber à i Farràs. Puigcerdà, Institut d’Estudis Ceretans, vol. II, p. 905-953.

PALOL P., 1958 – La necrópolis hallstáttica de Agullana (Gerona). Madrid, 220 p. (Bibliotheca Praehistorica Hispana, I).

PARZINGER G., SANZ R., 1986 – Zum ostmediterraneen Ursprung einer Gurtelhakenform der iberischen Halbinsel. Madrid, Madrider Mitteilungen 27, p. 169-194.

PONS E., 1976 – Introducció al ritu de la incineració a la plana de l’Alt Empordà. In : Treballs d’Historia, estudis de demografia, economia i societat a les comarques Gironines, Girona, p. 1-34.

PONS E., 1984 – L’Empordà, de l’edat del Bronze a l’edat del Ferro, Servei d’investigations Arqueològiques de Girona (Série Monogràfica 4).

PONS E., 1994 – L’hàbitat a Catalunya durant el primer mil·lenni aC : els precedents de l’hàbitació consolidada. In : Hàbitat i habitació a la Protohistoria de la Mediterrània nord-occidental, Cota Zero 10, Vic, p. 9-18.

PONS E., 2000 – Las necrópolis de incineración del Bronce Final y de la Edad del Hierro en Cataluña. In : Archéologie de la Mort, Archéologie de la Tombe au Premier âge du Fer. In : DEDET B., GRUAT P, MARCHAND G., PY M., SCHWALLER M., 2000 – Archéologie de la Mort, Archéologie de la Tombe au Premier âge du Fer. Actes du XXIe colloque international de l’A.F.E.A.F., Conques – Montrozier, 1997. Lattes, p. 31-40 (Monographies d’Archéologie Méditerranéenne, 5).

PONS E., 2003 – De l’edat del bronze a l’edat del ferro a Catalunya : desplaçaments, estades i canvi cultural. Vic, Cota Zero, 18, p. 106-130.

PONS E., 2005 – Catalunya a la transició de l’edat del fero. Zona de pas, època de trasbalsaments humans i canvi cultural. In : n : Món Ibèric als Països Catalans, XIII Col-loqui Internacional d’Arqueologia de Puigcerdà 2003, Homenatge a Josep Barberà i Farràs. Puigcerdà, Institut d’Estudis Ceretans, vol. I, p. 69-93.

PONS E., ESTEBA Q., 2000 – La signification sociale des nécropoles à incinération en Catalogne côtière. In : JANIN T. éd., 2000 – Mailhac et le Premier âge du Fer en Europe occidentale, Hommages à Odette et Jean Taffanel, Actes du Colloque international de Carcassonne, 17 au 20 septembre 1997. Lattes, p. 103-111 (Monographies d’Archéologie Méditerranéenne, 7).

PONS E., FRANCÈS J., 2000 – L’habitat et les ressources alimentaires du Bronze final et du Premier âge du Fer en Catalogne méditerranéenne. In : Habitats, économies et sociétés du Nord-Ouest méditerranéen de l’âge du Bronze au Premier âge du Fer, Actes du XXIV Congrès Préhistorique de France. Carcassonne 1994. Paris, Société Préhistorique Française, p. 125-138.

PONS E., PAUTREAU J.P., 1994 – La nécropole d’Anglès, La Sel va (Gérone, Espagne) et les relations Atlantique-Méditerranée à travers les Pyrénées au début de l’âge du Fer. Aquitania, 12, p. 353-375.

PONS E., SOLÉS A., 2002 – Primeros resultados de la necrópolis de incineración del bronce Final (1120-910 a C) : Pi de la Lliura (Vidreres – La Selva). In : In : XXVII Congreso Nacional de Arqueologia, Huesca 2003. p. 97-114 (Bolskan 19, Revista de Arqueologia Oscense).

PONS E., SOLÉS A., 2004 – El jaciment del Pi de la Lliura (Vidreres, La Selva). Una necròpolis d’incineració del Bronze Final III (1120-910 a C.). Santa Coloma de Farners, Centre d’Estudis Selvatans, 60 p.

PONS E., GRAELLS R., VALLDEPEREZ M., sous presse – La formatión de las sociedades protourbanas en el NE de la península ibérica a partir de los contextos funerarios (1100-550 a. n. è. cal.). UISPP, Portugal 2006.

RAFEL N., 1989 – La necròpolis del Coll del Moro de Gandesa : les estructures funeràries. Tarragona, Ajuntament (Col lecció Monografies I).

ROS MORA M.T., 1992 – Les apports de l’anthracologie à l’étude du paléoenvironnement végétal en Catalogne, Bulletin de la Société Botanique Française, 139, Actualité Botanique /2/3/4, p. 483-493.

ROVIRA M.C., 1998 – Les premiers objets en fer de Catalogne (VIIe-VIe s. av. n. è.). In : MANGIN M. dir., 1998 – Recherches sur l’économie du fer en Méditerranée nord-occidentale, Montagnac, Éd. Mergoil, p. 45-55, (Monographies Instrumentum, 4).

ROVIRA M.C., 2001 – Les débuts de l’utilisation et de la production du fer en Méditerranée occidentale : la Péninsule ibérique et le Midi français, Mediterranean Archaeology, 14, p. 147-162.

RUÍZ ZAPATERO G., 1985 – Los Campos de Urnas del NE de la Península Ibérica, Madrid, Univerisdad Complutense de Madrid, 2 vol.

RUÍZ ZAPATERO G., 2001 – Las comunidades del bronce final : enterramiento y sociedad en los campos de urnas. In : RUÍZ-GALVEZ M. coord., 2001 – La edad del bronce, ¿primera edad de oro de España ? Sociedad, economía e ideología. Madrid, Éd. Crítica Arqueología, p. 257-288.

RUÍZ ZAPATERO G., 2004 – Casas y tumbas. Explorando la desigualdad social en el Bronce Final y Primera Edad del Hierro del NE de la Península Ibèrica, Tema monográfico : Los enterramientos en la Península Ibérica durante la Prehistoria reciente. Málaga, Mainake, XXVI, p. 293-330.

SANMARTÍ E., 1993 – Una tomba de guerrer de la primera edat del ferro trobada a Llinars del Vallès (Vallès Oriental, Barcelona). Museu de Granollers, Treballs del Museu de Granollers, 1 p. 18-50.

SANMARTÍ E., BARBERÀ J., COSTA F., GARCIA P., 1982 – Les troballes funeràries d’època arcaica de la Granja Soley (Santa Perpètua de la Mogoda, Vallès Occidental, Barcelona). Barcelona, Ampurias, 44, p. 71-103.

SANMARTÍ J., BELARTEM. C., SANTACANA J., ASENSIO D., NOGUERA, J., 2000 – L’assentament del bronze final i primera edat del ferro del Barranc de Gàfols (Ginestar, Ribera d’Ebre). Barcelona, 244 p. (Arqueomediterrània 2).

SANTOS M., 2002 – Fenicios y griegos en el extremo N.E. peninsular durante la época arcaica y los orígenes del enclave foceo de Emporion. In : COSTA B., FERNANDEZ J.H. éd., 2002 – Contactos en el extremo de la oikouméne. Los griegos y sus relaciones con los fenicios, XVII Jornadas d Arqueologia fenicio-púnica. Museu Arqueologic d’Eivissa. Eivissa, p. 87-132.

SANTOS M., 2007 – Un depósito metàlico en el poblado del Bronce Final de Sant Martí d’Empúries. In : CELIS J., DELIBES G., FERNANDEZ J. GRAU L. éd., 2007 – El hallazgo leonés de Valldevimbre y los depósitos del Bronce Final atlántico en la Península Ibérica. León, Museu de León, Estudios y Catálogos, 17, p. 298-312.

TAFFANEL O. et J., 1962 – Deux tombes de cavaliers du Premier âge du Fer à Mailhac. Gallia XX, 1, p. 3-32.

TARRADELL M., 1962 – Les arrels de Catalunya, Barcelona, Vicens Vives, Série històrica.

TARRÚS J., 2006 – El complex prehistòric dels Estanys Mas Baleta III. Els treballs entre 2004-2005 (La Jonquera, Alt Empordà). In : Vuitenes Jornades d’Arqueologia de les comarques de Girona, Roses, p. 89-98.

TOLEDO A., AGUSTI B., 1989 – Rituel de crémation sur le front littoral méditerranéen de la Péninsule Ibérique durant le Chalcolithique-Bronze ancien, In : Anthropologie Préhistorique : résultats et tendances. Sarrians, E.P.A., p. 59-65.

Notes

1 Ceci étant, les Pyrénées constituent plus un axe vertébral qu’une frontière. À la fin de l’âge du Bronze, la cartographie française et espagnole signale que l’incinération se développe des deux côtés des Pyrénées, de la Gascogne au cap de Creus.

2 Les données polliniques et anthracologiques ont considérablement augmenté depuis la publication de Ros 1992. La bibliographie essentielle sur ce thème est regroupée dans Buxó 2004.

3 Des études polliniques et anthracologiques ont été réalisées sur divers sites – abri, grottes, habitat de plein air – et en diverses zones – des forêts de hauteur jusqu’aux garrigues du littoral (de la Garrotxa a l’Empordà, de l’Empordà jusqu’au Vallès, et du Garraf jusqu’à l’Èbre). Pour la transition Bronze/ Fer, on consultera notamment les données relatives à l’abri de Serrat del Pont (Garrotxa) ; des villages d’Empúries, d’Ullastret et de Pontós (Empordà) ; la grotte du Frare et le village de Can Roqueta (Vallès).

4 Nous devrons attendre quelques années pour consulter les publications de la nécropole des Castellets ou de celle de Can Piteu – Can Roque ta (Sabadell) pour mieux savoir de quelle manière l’inhumation céda le pas à l’incinération, ou si celle-ci s’imposa soudain avec l’arrivée de nouveaux groupes humains s’implantant sur le territoire. Il convient de signaler qu’au VIIIe siècle, les nécropoles à incinération constituent le type de pratique le plus répandu, et qu’il a pu toucher une grande partie de la population. Il existe néanmoins d’autres manifestations telles les enterrements périnataux (Els Vilars – Arbeca), la poursuite des inhumations (gisement de Can Roqueta II à Sabadell-Vallès, la grotte du Roc de les Orenetes – Ripollès ou les célèbres d’Empúries-Alt Empordà) ou la présence de restes humains fragmentés se trouvant dans les habitations (la Mussara, etc.).

5 La plupart des chercheurs ont fait coïncider cette circonstance avec l’existence de mouvements significatifs de population débutant en plein âge du Bronze (1450 dat. cal.) (Pons 2003), mouvement défini par Tarradell (1962) comme l’un des grands facteurs de transformation culturelle et sociale en provenance d’Europe orientale, à la fin de l’âge de Bronze.

6 À ce jour, toutes les datations radiométriques de la Préhistoire et de la Protohistoire catalane sont recueillies et seront publiées dans Cypsela 17, revue du Musée de F Archéologie de Catalogne – Espagne.

7 Poursuivant sur la question abordée dans cet article, et afin de transmettre les connaissances à nos confrères du versant nord des Pyrénées, nous vous recommandons la lecture des dernières synthèses de Francès, Pons 1998 ; Pons 2000, 2003, 2005 ; Pons-Esteba 2000 ; Rovira 1998, 2001 ; Lucas 2004 ; Ruíz Zapatero 2004 ; López Cachero 2006 ; parmi lesquelles ils trouveront également la bibliographie exhaustive, ancienne et récente, que ce sujet a favorisée. Toutefois, il est très important de rappeler les travaux de Maluquer 1945-46 ; Almagro 1977 ; Ruíz Zapatero 1985, entre autres.

8 Les nécropoles de Mas Baleta III, Can Barraca et de Can Bellsolà ont été découvertes au cours de ces dernières années, et certaines demeurent inédites. Nous remercions les archéologues respectifs pour leurs informations.

9 Seules les deux nécropoles de Can Piteu-Sabadell se trouvent sur le même lieu, la plus récente étant celle qui se superpose en partie à la plus ancienne. La superposition des tombes est fréquente sur les lieux d’enterrement longuement utilisés, l’oubli d’anciennes sépultures étant évident (Agullana, Can Missert, Can Piteu).

10 La bibliographie sur ce groupe de tombes du début de l’âge du Fer en Méditerranée nord-ouest est immense, mais nous pensons que Lucas dans cet article posthume publié dans la revue Kalathos la regroupe dans sa presque totalité, recueillant exhaustivement ce à quoi nous aspirons dans ce travail.

11 La récente publication de C. Farnié et F. Quesada 2005 sur les symboles de pouvoir et instruments de guerre... est un bon exemple d’étude analytique et de recueil de ce qui a été publié sur ce sujet.

12 Nous souhaitons souligner ici l’abondance d’objets de prestige apparaissant dans cette région du Bas-Èbre entre les VIIe et VIe siècles av. J.-C, richesse en matériels et en conceptions urbanistiques, technologiques et artisanales, et que nous n’observons que dans les régions situées au nord de l’Èbre, malgré l’existence et la connaissance que l’on a de ces nouveaux contacts.

13 Le couteau à dos rabaissé, pointe convexe et doté d’un système de fixation de rivets sur le manche en bois ou en os est l’un des premiers objets en fer qui apparaît dans les nécropoles de France et de Catalogne. En principe, ils sont petits et certainement à usage domestique. Ils apparaissent durant la phase finale de certaines nécropoles anciennes et durant la période de transition au fer : au Moulin, ils apparaissent dans quatre tombes – T 4, T 266, T 367, T 348 – ; à Agullana, on les trouve dans trois tombes ; à Can Piteu I dans trois – T 450, T 1040, et T 288 –, et dans celle-ci, apparaît une fibule d’importation en bronze ; à el Molar, on en trouve deux cas, etc. Le couteau en fer est toujours présent dans les mobiliers funéraires de prestige, de valeur personnelle, associé avec des objets d’importation. Toutefois, il est également vrai que le couteau en fer est le seul objet qui apparaît dans certains mobiliers de tombes simples à titre d’objet distinctif.

Table des illustrations

Titre Fig.1. Premières évidences de l’incinération en Catalogne, avant 900 av. J.-C., et premières nécropoles à incinération du Bronze final (fond de carte R. Balsera).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/18341/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 34k
Titre Fig. 2. Chronologie des nécropoles à incinération du Bronze final jusqu’au Premier âge du Fer (1100-500 av. j.-C.) trouvées en Catalogne. Entre 675-600 av. J.-C. les premiers objets en fer apparaissent.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/18341/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 85k
Titre Fig. 3. Structures funéraires du Bronze final (a-c ; f-g) et du Premier âge du Fer (d, e, h). Tombes en fosse (a-d) ; tombes en tumulus (e-h) : a. Vilanera-L’Escala ; b et c. Pi de la Lliura-Vidreres ; d. Can Piteu-Sabadell ; e. Can Barraca-Besalú ; f. Roques de Sant Formatge-Seròs ; g. Coll del Moro-Candesa ; h. La Colomina.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/18341/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 217k
Titre Fig. 4. Structures d’habitat du Bronze final (a, b, c) et du Premier âge du Fer (d, e, f).
Légende Fonds de cabanes (a) ; Structures en dur (b, c, f) ; structures mixtes (d, e) : a. Can Roqueta-Sabadell ; b. Genó-Aitona ; c. Puig Roig del Roget-Mas Roig ; d. Barranc de Gàfols-Ginestar ; e. Sant Martí d’Empúries II- L’Escala ; f. L’Era del Castell-El Catllar.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/18341/img-4.png
Fichier image/png, 215k
Titre Fig. 5. Carte de répartition et évolution de l’habitat du Bronze final au Premier âge du Fer en Catalogne.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/18341/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 35k
Titre Fig. 6. Premiers objets en fer : a. couteaux en fer de la nécropole de Can Piteu-Sabadell ; b. dépôt funéraire d’une tombe de la nécropole du Pla de la Bruguera-Castellar del Vallès. Objets en fer et en bronze : 1 agrafe type Fleury et 2 fibule serpentiforme ; c. dépôt funéraire d’une tombe de la nécropole de Can Piteu : 1 agrafe en bronze ; 2 harnachement en fer ; 3 couteau ; 4 fibule serpentiforme.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/18341/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 75k
Titre Fig- 7. Carte de répartition des nécropoles à incinération avec mobilier en fer et / ou armement nommées dans le texte (fond de carte R. Balsera) : 1. Pla de Gibrella-Capsec ; 2. Peralada ; 3. Vilanera et Muralla NE-Empúries ; 4. Camallera ; 5. Llinars del Vallès ; 6. Granja Soley ; 7. Can Canyís ; 8. Milmanda ; 9. Roques de Sant Formatge-Serós ; 10. L’Oriola-Amposta ; 11. Mas de Mussols-La Palma ; 12. Mianes – Santa Bárbara.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/18341/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 35k
Titre Fig. 8. Histogramme de quelques nécropoles à incinération par ordre chronologique et leurs tombes sans ou avec mobilier : a. phases I-II ; b. phases III-IV.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/18341/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 30k
Titre Fig. 9. Éléments de cavalerie : a-b. mors et harnachement de la Pedrera-Termens ; c. stèle de Preixana ; d. stèle de Castellet de Mequinenza ; e. stèle Roques de Sant Formatge-Serós.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/18341/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 188k

Auteurs

Museu d’Arqueologia de Catalunya-Girona, c/Pedret 95,17007 Girona (Espagne) – enriqueta.pons@gencat.cat

Stagiaire FI, Universitat de Lleida. cl Plaça Victor Siurana 1, 25003 Lleida (Espagne) – raimongf@historia.udl.cat

Archéologue. C/ Doménech i Muntaner 28, 43007 Tarragona (Espagne) – marvallay@hotmail.com

© ARTEHIS Éditions, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search