Version classiqueVersion mobile

De l’âge du Bronze à l’âge du Fer en France et en Europe occidentale (Xe-VIIe siècle av. J.-C.)

 | 
Henri Gaillard de Sémainville

Thème spécialisé de l’âge du bronze à l’âge du fer en France et en Europe occidentale (Xe – VIIe siècle av. J.-C.).

De l’âge du Bronze à l’âge du Fer en Languedoc occidental : le cas du site de hauteur fortifié de Malvieu (Saint-Pons-de-Thomières, Hérault)

Alexis Gorgues

Résumé

Malvieu (Saint-Pons-de-Thomières, Hérault) est un site de hauteur d’arrière-pays méditerranéen occupé entre le Bronze final III et la transition Bronze-Fer. D’abord ouvert et constitué de maisons en matériaux périssables, le site de versant est à la toute fin de l’âge du Bronze doté d’une fortification en pierre. Juste après, l’occupation interne est restructurée : la pierre intervient à la fois dans l’architecture domestique et dans les aménagements communautaires. La morphologie de cette agglomération n’est alors pas sans rappeler celle des sites du littoral méditerranéen d’époque postérieure.

Note de l’éditeur

Cette opération a reçu le soutien de l’UMR 5608 du CNRS (TRACES, Toulouse), de la commune de Saint-Pons-de-Thomières (Hérault) et de Communauté de communes du Pays-Saint-Ponais.

Texte intégral

1Le site de Malvieu (Saint-Pons-de-Thomières) se situe dans l’arrière-pays montagneux de l’Hérault, aux confins avec le Tarn (fig. 1). Il domine d’environ cent soixante mètres l’étroite vallée du Salesses, affluent du Jaur (lui-même affluent de l’Orb), qui entaille profondément la Montagne Noire, la marquant d’un sillon d’orientation est-ouest. Ce sillon est prolongé à l’ouest par la vallée du Thoré (un affluent de l’Agout), les deux vallées n’étant séparées que par un col faiblement marqué, le col de la Fenille. Cette dépression est-ouest, mettant en communication le haut bassin de l’Orb et celui de l’Agout (les régions de Béziers et de Castres), est bordée au sud par des hauteurs la séparant du Minervois et du Cabardès, au nord par les Monts de Lacaune.

2La partie sommitale du site, qui occupe une des buttes calcaires situées juste en bordure nord de la vallée, culmine à environ 497 m d’altitude (fig. 2 et 3). La hauteur est limitée au sud par la vallée du Salesses, à l’ouest par l’oued d’un ruisseau aujourd’hui asséché appelé ruisseau des “Aigues Rouges”, à l’est par un vallon d’orientation nord-sud et au nord par une barre rocheuse très marquée, dépassant par endroits les dix mètres de haut. Cette barre rocheuse marque la jonction entre le substrat karstique, constituant les premières ondulations au-dessus de la vallée, et le substrat schisteux qui marque l’essentiel du relief montagneux.

3Aux endroits où elles ne sont pas à proprement parler impraticables, principalement à l’ouest et au nord, les pentes sont très marquées : le pendage moyen dépasse les 40 %. Le milieu semble donc peu propice a priori à l’installation d’une agglomération : outre les contraintes topographiques, le caractère ingrat d’un sol déjà très érodé au cours de la Protohistoire et l’omniprésence d’un substrat rocheux difficile à travailler devaient considérablement compliquer le développement d’activités humaines quelles qu’elles soient.

4Pourtant, une communauté de la fin de l’âge du Bronze allait aménager progressivement ce site de versant, y développant une agglomération de presque deux hectares de superficie (en plan) dotée de structures en dur parmi lesquelles la plus significative est sans doute une enceinte de pierre sèche défendant les trois côtés exposés du site.

UNE HAUTEUR COLONISÉE PROGRESSIVEMENT

5Dans une première phase datable dès le BF III (il est difficile d’être plus précis, du fait de la fragmentation du matériel), le site présente néanmoins un aspect différent de celui évoqué ci-dessus. En effet, dans cette phase initiale, l’agglomération ne semble pas avoir été défendue par une fortification. Sa superficie était cependant au moins égale à celle qui allait être enclose par la suite (environ deux hectares) : les vestiges de cette phase d’occupation se répartissent sur toute la hauteur, jusque sous le rempart. Les maisons de cette époque nous sont encore mal connues ; elles ne semblent cependant pas avoir été bâties en pierre, mais plutôt en terre, peut-être montée sur une armature de bois.

6Cette phase initiale du développement du site se caractérise donc par la concentration d’une population conséquente (assez pour peupler densément une colline de deux hectares) sur une hauteur qui n’offre à l’époque apparemment aucune autre défense que le relief naturel. Il semblerait que l’occupation du site se soit maintenue sous cette forme pendant un certain temps, comme en témoignent, outre les vestiges découverts, des morceaux de meules à va-et-vient en gneiss réemployés dans le rempart.

Fig-1- Localisation de la région étudiée et des principaux sites évoqués dans le texte.

Fig-1- Localisation de la région étudiée et des principaux sites évoqués dans le texte.

Fig- 2. Le site de Malvieu vu du sud. La muraille comme les aménagements internes devaient être très visibles depuis l’extérieur.

Fig- 2. Le site de Malvieu vu du sud. La muraille comme les aménagements internes devaient être très visibles depuis l’extérieur.

7S’il nous est pour l’instant impossible de déterminer quel fut le rythme d’agglomération et d’accroissement de cette communauté, il apparaît clairement que sa constitution sous la forme d’un village résulte d’un processus de conquête progressive de la hauteur. Ce processus allait culminer lorsque, arrivé à un certain point de sa jeune histoire, le groupe qui avait pris possession de cette ingrate hauteur calcaire ressentit le besoin d’en renforcer les défenses et les aménagements. Les importants travaux qui furent alors entrepris aboutirent à une modification profonde de la morphologie de l’agglomération, ouvrant ainsi une nouvelle phase de son évolution.

DÉFENDRE LA COMMUNAUTÉ : LA MURAILLE DE MALVIEU

8Le plus important, et probablement le plus ancien des aménagements bâtis appartenant à cette phase, est la muraille de pierre sèche d’environ deux mètres de large qui défend sur un tracé d’environ 300 m de long les accès au site depuis l’ouest, le sud et l’est, la barre rocheuse jouant au nord le rôle de fortification naturelle (fig. 3). La jonction entre enceinte de pierre et barre rocheuse est connue au nord-ouest : la muraille s’appuie directement sur la roche ; ses assises inférieures suivent le pendage naturel du substrat, très fort du nord vers le sud en cet endroit. Si on excepte les quelques mètres où de maigres traces de l’occupation antérieure ont été épargnées par les bâtisseurs, c’est dans l’état actuel de nos connaissances le seul endroit où le substrat n’ait pas été retravaillé. Partout ailleurs, il a été aplani, d’une part pour fournir une fondation plus stable permettant de disposer les blocs à plat, d’autre part pour limiter l’impact du dénivelé entre parement interne et parement externe (il peut dépasser le mètre dans certains cas) sur la stabilité de la construction.

Fig. 3. Plan du site. L’équidistance entre les courbes de niveau est de 2 mètres. La barre rocheuse qui ferme le site au nord apparaît mal.

Fig. 3. Plan du site. L’équidistance entre les courbes de niveau est de 2 mètres. La barre rocheuse qui ferme le site au nord apparaît mal.

Fig. 4. Plan de la porte de la zone 2. En pointillé : emplacement des coups de sabre. En tramé sur fond gris sombre : espace dans lequel le bâti du rempart est très perturbé. En grisé sur fond gris clair : emprise de la possible superstructure couvrant la porte. Clichés A : portion haute de la porte vue depuis la portion basse. B : trace de poteau dans le parement externe de la portion basse de la muraille, vu du nord.

Fig. 4. Plan de la porte de la zone 2. En pointillé : emplacement des coups de sabre. En tramé sur fond gris sombre : espace dans lequel le bâti du rempart est très perturbé. En grisé sur fond gris clair : emprise de la possible superstructure couvrant la porte. Clichés A : portion haute de la porte vue depuis la portion basse. B : trace de poteau dans le parement externe de la portion basse de la muraille, vu du nord.

Fig. 5. Plan de la porte sud-est et de la zone attenante. Les structures en trame sombre sont bâties en pierre, celles en trame claire sont en terre. La photographie montre les calages de poteaux vus depuis le nord-est. Les numéros sur les flèches renvoient à ceux sur le plan.

Fig. 5. Plan de la porte sud-est et de la zone attenante. Les structures en trame sombre sont bâties en pierre, celles en trame claire sont en terre. La photographie montre les calages de poteaux vus depuis le nord-est. Les numéros sur les flèches renvoient à ceux sur le plan.

9Une bonne partie de la pierre utilisée, le calcaire blanc local, assez lité et qui, s’il est dur et de ce fait difficile à tailler, n’en est pas moins sensible à la gélifraction et à l’érosion, doit provenir de cette activité de terrassement. Ponctuellement, on a pu réemployer des parties passives ou des fragments de meules à va-et-vient en gneiss, vestiges de la première occupation. Les blocs sont de taille très variable, d’un mètre d’arête à une trentaine de centimètres de long pour vingt de large et dix de haut. Le mur est massif : on n’y trouve pas deux parements contenant un blocage, mais un assemblage de blocs cohérent sur toute l’épaisseur de la structure. Les blocs du parement extérieur sont placés en boutisses aux endroits où le dénivelé est le plus fort entre intérieur et extérieur du rempart ; lorsque ce dénivelé est faible, ils sont placés en carreaux, comme ceux du parement intérieur.

10La construction semble s’être faite en plusieurs étapes. À intervalles irréguliers, elle est marquée par des « coups de sabre » verticaux (fig. 4 et 7), limitant des tronçons s’appuyant les uns aux autres sans qu’aucun effort n’ait été fait pour les lier entre eux. Ces césures verticales sont observables sur toute la hauteur conservée des parements, mais également dans l’épaisseur de la construction. Elles ne constituent donc pas qu’une irrégularité ou une particularité des faces externes du rempart, mais marquent au contraire profondément la construction.

11La raison pour laquelle on a employé une telle technique de construction, que l’on imagine nuisible à la cohésion de l’ensemble, peut sembler obscure. Les parallèles, surtout les parallèles chronologiquement proches, sont rares. Le cas le plus proche semble être celui des « murailles à modules » défendant les castros asturiens (Villa 2002, 2007), le meilleur exemple étant celui du site de Chao Samartín (Grandas de Salime, Asturies : Villa 2002 : 179-180 ; Villa 2005). Les parements intérieur et extérieur de l’enceinte qui y a été fouillée sont marqués par des renfoncements verticaux individualisant très nettement chaque pan de muraille ; le blocage de chaque section est maintenu par un parement interne, perpendiculaire aux parements intérieur et extérieur. Les sections de murailles ainsi délimitées ne sont pas de dimensions identiques, même si elles restent dans le même ordre de grandeur. Cependant, outre le fait que cette technique, qui n’est pas antérieure au VIe siècle av. J.-C., soit nettement plus récente que l’édification de la muraille de Malvieu, elle s’en différencie sur plusieurs points, entre autres parce que c’est la technique de parements contenant un blocage qui a été mise en œuvre. De plus, son emploi répond sans doute à des contraintes très spécifiques, peut-être plus liées au fonctionnement des fortifications, à leur entretien et à leur défense, qu’à leur construction : au Chao Samartín, la muraille à module, datable du IVe siècle av. J.-C., en recouvre une autre, de tracé continu et d’un seul tenant, qui suit le même parcours. L’usage des modules semble donc surtout lié à une volonté de changer l’aspect extérieur de la muraille, plutôt que d’influer sur ses propriétés mécaniques. L’explication à Malvieu semble être totalement contraire. La construction par sections de droites adossées semble liée à la nécessité de suivre au plus près les contours du terrain tout en évitant le recours à des courbes. Ce fait est particulièrement visible dans l’angle sud-ouest de la fortification, au niveau de ce que nous avons appelé la zone 1. En effet, cet angle n’est pas constitué par un bâti en courbe dans lequel les pierres seraient liées entre elles. Pour obtenir le retour en angle obtus, on a adossé deux sections de droites présentant chacune un angle aigu au niveau du parement externe (fig. 3, 5 et 7). Cette observation a pu être confirmée partout où le rempart observait un décrochement lié à la nécessité de suivre les courbes de niveau. Même s’il y a des « coups de sabre » dans les parties plus linéaires, cette technique de construction qui amène à délimiter des sections de dimensions très irrégulières semble plus liée au refus ou à l’incapacité des bâtisseurs de construire d’un seul tenant des grands pans de muraille, surtout s’ils contenaient des courbes, qu’à l’organisation sociale du chantier (le recours à des tours de corvée, par exemple) ou qu’à la défense de l’agglomération.

12Deux accès au site au travers de l’enceinte nous sont pour l’instant connus. Le premier est situé à l’ouest, sur les hauteurs qui dominent le ruisseau des Aigues-Rouges. Il apparaît en plan comme une porte à recouvrement large d’un peu plus de trois mètres (fig. 4), qui exploite un important dénivelé du terrain, perpendiculaire à son orientation. Le bâti de pierre sèche est très endommagé du fait de ce fort pendage, mais on a pu identifier les niveaux d’occupations protohistoriques s’appuyant à son parement interne et, surtout, un dallage de blocs calcaires s’intercalant entre les failles du substrat dont les crêtes ont été arasées pour former une surface de circulation plate au niveau de la porte proprement dite. Cet aménagement, observé sur les deux mètres où la conservation du rempart a empêché son érosion, constitue un vestige du chemin d’accès au site qui devait monter en lacets depuis le vallon.

13L’espace sur lequel se faisait le recouvrement est d’environ 2 m, ce qui est très court et peu fonctionnel dans une optique défensive, la fonction d’une porte à recouvrement étant justement de prendre l’ennemi entre deux feux sur la distance la plus longue possible. Un solide poteau rectangulaire d’environ 60 x 50 cm devait s’insérer dans le parement externe du tronçon bas, à l’extérieur de la porte, à environ 1,80 m de son angle ; il en reste la trace en négatif dans le bâti du rempart. Ce poteau, qui reposait sur les assises basses du rempart, ne pouvait avoir pour fonction de renforcer le parement externe, comme dans les murailles de type Altkönig-Priest. Ce renfort ponctuel devait en fait permettre de supporter une superstructure qui couvrait la porte, et qui reposait sur les deux montants latéraux découverts à la fouille qui, en plan, nous apparaissent comme les deux pans d’une porte à recouvrement. La partie basse de ces deux montants a été bâtie à l’aide de blocs avoisinant le mètre d’arête, beaucoup plus gros que ceux utilisés en général pour bâtir la muraille, là encore une preuve que le poids qui reposait sur cette partie du bâti était plus élevé qu’ailleurs. La présence de cette superstructure permettait de faire en sorte que le chemin de ronde soit continu. Sa largeur était de deux mètres, la même que celle du rempart dans sa partie linéaire. L’aspect général de cette porte devait donc être celui d’une porte en baïonnette.

14L’autre porte permettait d’accéder à l’intérieur de l’agglomération depuis le sud-est (fig. 5). Sa morphologie était radicalement différente. Il s’agit d’une porte frontale, une interruption du rempart perpendiculaire à son tracé. Le rempart gardait donc un tracé linéaire, peu lisible au sol du fait que sa partie basse était percée par un égout destiné à laisser s’écouler les eaux de ruissellement et que la partie située à l’ouest de la porte est quasiment intégralement ruinée. La défense de la porte était renforcée à l’est par un bastion ou plutôt une tour pseudo-circulaire de 3,5 m de diamètre environ placée en retrait vers l’intérieur. Elle était dotée d’un talon plein perpendiculaire au rempart, du côté opposé à la porte. L’accès ainsi aménagé est large d’environ 90 cm. Deux lacunes dans le parement externe du rempart, à l’ouest de la porte, peuvent être là encore interprétées comme le logement de poteaux en bois d’environ 60 cm d’arête, comparables par leur taille à celui précédemment décrit. La tour présente au moins un autre de ces logements dans le parement externe de sa section ouest.

15Si le système défensif de cette porte est loin d’être canonique, il peut être restitué avec un bon degré de vraisemblance. La tour (fig. 6), qui a été détruite par un incendie (ses niveaux de destruction sont principalement composés de charbons et de blocs de calcaire chaulés) servait à défendre la porte en battant sur leur flanc droit d’éventuels agresseurs. Le talon est sans doute la partie basse d’une cage d’escalier permettant d’accéder à la partie haute de la tour. L’ensemble était probablement surmonté à l’intérieur d’une superstructure en bois reposant sur le rempart et les poteaux engagés dans son bâti, sur le ou les poteaux ancrés dans le parement externe de la tour, et peut-être sur des poteaux plantés dans le sol derrière le rempart, à l’intérieur du site (dans une zone mal comme du fait du couvert végétal). Cette structure consistait alors en une plate-forme d’environ 5 m x 6 m. La porte sud-est, moins large que la précédente, devait permettre l’accès depuis la vallée du Salesses.

16Une autre porte frontale, large d’environ 1,5 m, a été découverte en fouille, mais elle n’était pas prévue dans le projet initial : elle a été percée alors que le rempart était déjà construit. Cette modification s’est faite au cours de la période considérée ici, mais sa fonction exacte reste inconnue.

17Cette fortification a été bâtie au cours du BF IIIb, comme le démontre la stratigraphie relative. Son caractère original, pour cette époque, peut sembler venir de l’emploi de la pierre, un matériau parfois un peu trop systématiquement associé aux seules pratiques architecturales du plein âge du Fer (par exemple Garcia 1999 : 190 ; voir, dans le même sens que celui exprimé ici Dietler 2005 : 129-130). Or, le recours à ce matériau semble surtout correspondre à une adaptation au milieu, puisqu’il s’agit du seul disponible en abondance sur place. « Adaptation au milieu » ne signifie pas « construction rudimentaire » ou « a minima ». Les solutions mises en œuvre sont originales et parfaitement adaptées à la topographie et au contexte karstique qui caractérisent le site.

18Cette fortification était parfaitement fonctionnelle. Des maisons s’appuient à son parement interne, et nous verrons que, puisqu’elles étaient surmontées d’un étage, elles devaient atteindre quatre mètres de haut, ce qui laisse supposer que le rempart était au moins aussi élevé. Sa conception est cependant profondément liée aux pratiques en vigueur à la fin de l’âge du Bronze un peu partout en Europe : il s’agit avant tout d’une fortification linéaire, dépourvue d’ouvrages de flanquement sauf au niveau d’une de ses portes. Cette pratique défensive s’appuyant sur une fortification passive dont seul les points les plus vulnérables, les portes, sont plus fortement défendus est identique à celle observée sur le site proche de Carsac (Carcassonne ; Carozza et al. 2000 : 171-174), ainsi sans doute qu’à Portai-Vielh (Vendres ; Carozza, Burens 2000). Cependant, l’enceinte de Malvieu, sans marquer une rupture, constitue un jalon dans l’évolution technique des fortifications : le développement de techniques de construction en pierre sèche et la construction d’ouvrages complexes limités à la défense des portes constituent une des bases sur lesquelles se développera la fortification bastionnée en pierre, voisine et juste postérieure, du Cros à Caune-Minervois (Gasco 2000).

LES AMÉNAGEMENTS INTERNES

19L’espace intérieur nous est principalement connu grâce à la fouille de la zone comprise entre l’angle sud-ouest et la porte sud-est de l’enceinte (fig. 5). On y connaît trois maisons, mais nous ne possédons de plan complet que pour les deux qui s’appuyaient au parement interne de la muraille (fig. 7). Les techniques de construction employées sont variées. Les murs de la maison la plus à l’ouest (maison 1) sont bâtis en pierre, alors que l’unique cloison interne est construite en terre massive, apparemment du pisé. La maison située à l’est (maison 2) est pour sa part dotée de deux murs porteurs en pierre (les deux murs latéraux, dont un qu’elle partage avec la maison 1), mais sa façade ainsi que sa cloison interne étaient en torchis monté sur un clayonnage. Une sablière haute surmontait la façade et reposait sur un gros poteau de bois placé à la jonction entre la façade et la cloison. Ces maisons ont des formes différentes. Si la maison 2 est rectangulaire, la maison 1 dispose pour sa part d’une grande pièce rectangulaire orientée par rapport au tracé ouest de la muraille et d’une petite pièce subtrapézoïdale orientée par rapport à son tracé sud, ce qui lui donne une forme irrégulière.

Fig. 6. Planimétrie de la tour (A ; les aires grisées représentent les portions occultées par la présence d’arbres). Photographie depuis le nord-est (B). Notez le talon à gauche et le comblement charbonneux de la tour proprement dite.

Fig. 6. Planimétrie de la tour (A ; les aires grisées représentent les portions occultées par la présence d’arbres). Photographie depuis le nord-est (B). Notez le talon à gauche et le comblement charbonneux de la tour proprement dite.

Fig. 7. Plan des maisons 1 et 2. Le grisé clair indique les parties bâties en terre, le grisé foncé l’emprise approximative de la plaque foyère du four, les lignes pointillées les coups-de-sabre en travers du rempart. A : base de four de la maison 1, vue de l’ouest. B : couteau en fer trouvé dans le foyer (dessin Valérie Salle). C : calage de poteau en façade de la maison 2. D : pointe en fer trouvée dans les niveaux d’occupation de la maison 1.

Fig. 7. Plan des maisons 1 et 2. Le grisé clair indique les parties bâties en terre, le grisé foncé l’emprise approximative de la plaque foyère du four, les lignes pointillées les coups-de-sabre en travers du rempart. A : base de four de la maison 1, vue de l’ouest. B : couteau en fer trouvé dans le foyer (dessin Valérie Salle). C : calage de poteau en façade de la maison 2. D : pointe en fer trouvée dans les niveaux d’occupation de la maison 1.

20En dépit de ces différences formelles, ces deux maisons ont clairement été conçues sur le même modèle. Toutes deux sont de plan bipartite, avec une petite pièce 2,5 fois plus petite que la grande. Cette petite pièce est vraisemblablement surmontée d’un étage (plutôt que d’un demi-étage). En effet, le mur porteur de la petite pièce de la maison 1, à la différence des murs délimitant la grande pièce, est renforcé par deux poteaux de bois engagés dans son bâti, une transposition à l’architecture domestique des méthodes employées pour la fortification. Ce renforcement ponctuel de la capacité porteuse ne peut s’expliquer que par la présence d’un élément faisant peser plus de poids sur cette partie de la maison que sur l’autre, vraisemblablement un étage fermé au nord par le large mur en terre massive servant de cloison au rez-de-chaussée. La maison 2 présente des caractéristiques proches : le calage de poteau situé dans l’axe de la façade n’est pas placé au milieu de celle-ci, là où il serait utile si le poteau ne servait qu’à soutenir une sablière haute ; au contraire, il est placé, comme on l’a dit, à la jonction entre façade et cloison. Sa fonction est donc de renforcer la capacité porteuse du bâti de bois au-dessus de la petite pièce, là aussi sans doute du fait de la présence d’un étage. À cette parenté morphologique indéniable s’ajoute le fait que ces maisons ont la même superficie utile au sol (27 m2).

21La maison 1 a eu une histoire longue. Dans un premier temps, sa porte s’ouvrait vers le nord-ouest, mais elle fut par la suite obstruée. Une nouvelle ouverture fut alors percée à l’est. À l’angle entre le mur est et le rempart, une fosse taillée dans le substrat calcaire, dont le fond était aménagé à l’aide d’une dalle taillée, permettait le stockage (peut-être de céréales). À un moment donné, on entailla le substrat et le remblai de blocs sur lequel reposaient le rempart et les niveaux de circulation de la grande pièce afin de bâtir un four dont la partie basse consistait à l’ouest en un muret parementé d’un seul côté conservé sur trois assises. Il était couvert par une structure en terre fixée sur un clayonnage dont nous avons trouvé la tranchée de calage à l’ouest et au nord. Au sud, il était sans doute ancré dans la cloison de terre massive, et ouvrait à l’est. Cette dernière observation laisse penser qu’il fut bâti au moment du percement de la nouvelle porte. L’éventualité d’un dispositif de couverture comparable et de même chronologie a pu être évoquée pour les sites des lacs alpins, en particulier à Cortaillod-Est (lac de Neuchâtel, Suisse ; Arnold 1990 : 75). La construction de ce four, très important en superficie, diminue considérablement l’espace disponible au sol et complique la circulation à l’intérieur de la maison. Cette structure devait donc remplir une fonction importante.

22Ces éléments nous permettent de faire une première lecture fonctionnelle des maisons de Malvieu (abandonnées au cours de la transition Bronze-Fer, entre – 800 et -750 pour la maison 1). La grande pièce servait d’espace de vie et de travail, peut-être aussi de réception, alors que la petite était plutôt consacrée au stockage. L’étage surplombant la petite pièce devait être un grenier destiné à mettre à l’abri les réserves de grain. Des espaces extérieurs étaient annexés aux maisons : on a pu mettre en évidence une aire de mouture devant la porte primitive de la maison 1.

23Des maisons identiques devaient exister ailleurs sur le site. Ainsi, on a trouvé ce qui semble être la grande pièce d’une troisième maison (maison 3) dans les terrasses surplombant le rempart. Ces maisons s’inscrivaient dans un paysage structuré par des murs de terrasse, certains très légers (quelques assises sur trente centimètres de largeur), d’autres très épais : des effondrements linéaires ayant permis la conservation de quelques assises gardent la trace de deux longs murs d’environ deux mètres de large mettant en œuvre des blocs comparables à ceux utilisés pour la muraille. De plus, des partitions perpendiculaires aux courbes de niveau existaient. Un mur de presque un mètre de large, par exemple, court à l’est de la zone, dans l’axe du talon de la tour. Ces murs servaient peut-être à délimiter des espaces annexes autour des maisons (dans ce cas autour de la maison 3).

24Cet espace très structuré semble avoir été construit en fonction d’une part de grands axes directeurs (donnés par le rempart, dont le parcours est au moins en partie conditionné par le relief naturel), mais aussi d’une partition assez régulière de l’espace basée sur une grille dont l’illustration la plus claire est donnée par la maison 2 (fig. 8). Le rapport entre la longueur de la grande pièce et celle de la petite pièce (2,5 fois plus petite) peut être traduit ainsi : la maison fait sept unités de long (cinq pour la grande pièce, deux pour la petite). Si on identifie ainsi une unité de base, on observe que la largeur de la maison correspond à trois de ces unités. L’espace compris entre la maison 2 et la limite est de la zone (talon de la tour et mur le prolongeant), d’une part, et entre le rempart et la limite nord de la maison 3 (certes quelque peu théorique), d’autre part, représente un espace quadrangulaire de douze unités par douze (donc quatre rangées de deux grandes pièces et d’une petite pièce). Sans parler de métrologie régulière, il semble que l’espace soit découpé en fonction d’un module assez précis.

25L’image que renvoient les fouilles menées à ce jour est donc celle d’un habitat assez densément peuplé, mais aussi très structuré. Que ce soit au travers de la muraille ou au travers des aménagements internes, Malvieu apparaît comme un site dont la morphologie est fortement marquée par l’action collective et coordonnée de la communauté y ayant résidé.

UN PROBLÈME SPÉCIFIQUE : LA MÉTALLURGIE DU FER

  • 1 La restauration de cet objet a été assurée avec talent et à titre gracieux par l’association Materi (...)

26La fouille de la maison 1 a livré, dans un contexte datable des premières décennies de la transition Bronze-Fer (entre -800 et -750), deux objets en fer : un couteau à soie dans le comblement du foyer1 et un fragment de pointe de fonction indéterminée dans les niveaux d’occupation de la petite pièce (fig. 7 B et D). Ces objets représentent les premières attestations au niveau régional de l’usage du fer, postérieures de quelques décennies aux couteaux de morphologie proche du Quéroy en Charente (Gomez de Soto, Kerouanton 1998) et sensiblement contemporains de ceux, de typologie différente, de la nécropole d’Agullana, au nord de la province de Gérone (Toledo, de Palol 2006).

  • 2 Comme nous l’a fait remarquer M. Drieux Daguerre, présidente de Materia Viva, l’aspect extérieur tr (...)

27Leur découverte dans un contexte d’habitat, dans une région riche en minerai de fer ainsi que la morphologie très spécifique du couteau ne peuvent s’expliquer que par le développement local de la métallurgie du fer. Quelles étaient les caractéristiques de cette métallurgie en termes d’intensité de la production, de spécialisation des intervenants et des structures ? Ce sont des questions pour l’instant en suspens mais qui guideront les recherches à venir. Il est possible que le four de la maison 1, avec son aménagement si spécifique, ait servi occasionnellement au développement d’activités de forge ou de réparation, ce qui nous amènerait sur la piste d’une production occasionnelle et domestique2. Quoi qu’il en soit, il est remarquable que ce soit dans ce contexte d’un habitat très structuré que l’on trouve les premières traces d’une activité aussi complexe du point de vue de la chaîne opératoire et de la transmission des compétences techniques que la métallurgie du fer. Non pas que le travail de cette matière ait été entièrement inconnu à l’échelle macrorégionale (on trouve sporadiquement des objets en fer dans le contexte du Bronze final atlantique depuis la fin du IIe millénaire : Vilaça 2007 ; Gomez de Soto, dans ce volume) ; mais il fallait sans doute, afin d’en pérenniser l’emploi et de « cristalliser » dans le savoir-faire collectif les techniques d’identification, d’extraction et de traitement du minerai, puis du travail de la masse de fer ainsi obtenue, passer un seuil qualitatif dans les structures sociales et les capacités de mobilisation de travail collectif. Ce seuil est franchi en Languedoc au début du VIIIe siècle av. J.-C., peut-être juste avant, avec l’émergence de communautés villageoises du type de celle se développant à Malvieu.

MALVIEU : UNE COMMUNAUTÉ VILLAGEOISE DU DÉBUT DU Ier MILLÉNAIRE AV. J.-C. DANS SON CONTEXTE RÉGIONAL

28Le site de Malvieu est assez exceptionnel en ce qu’il permet d’aborder tous les maillons de l’évolution d’une communauté villageoise, de sa genèse à sa disparition, selon des modalités qui rappellent celles observées au Portal-Vielh (Carozza, Burens 2000). On a vu un groupe s’installer sur un site de versant hostile et difficile à aménager. Il est difficile de déterminer sa provenance. Il s’agit probablement d’une population auparavant dispersée sur l’ensemble du territoire environnant, parmi laquelle figuraient sans doute entre autres les occupants de la toute proche grotte du Jaur, fréquentée au BF II (Rodriguez 2002). Il est également difficile de déterminer quel fut le stimulus à la base de ce regroupement. Le rôle d’élites locales, attestées à l’échelle régionale pour les époques du Bronze final antérieures à l’occupation de Malvieu au travers par exemple des découvertes d’épées de Trèbes, de Bize (Aude : Guilaine et al. 1991) et de Viviers-lès-Montagnes (Tarn : Valdeyron, Cambe 2000) est probable. Ce sont sans doute aussi ces élites qui ont coordonné le développement des puissants travaux d’aménagement de la hauteur que nous avons décrits. Ceux-ci avaient selon nous deux fonctions : permettre la protection de la communauté par la construction du rempart et affirmer son identité. En effet, en introduisant une limite spatiale entre l’intérieur et l’extérieur de la communauté, il permettait de donner à celle-ci plus de cohésion. De plus, en aménageant une hauteur d’accès difficile mais très visible de l’extérieur (on peut encore voir le rempart depuis les hauteurs faisant face au site en venant du sud), en la fortifiant puissamment et en développant des infrastructures collectives permettant le développement de l’agglomération, la communauté installée à Malvieu démontrait de façon ostentatoire sa cohésion et sa puissance.

29Cette communauté a dominé et exploité un terroir en continu pendant au moins deux siècles. Ce terroir présentait des ressources très complémentaires : l’agriculture dans les parties basses de la vallée fournissait des excédents que l’on stockait dans des greniers. L’élevage vers les plateaux de la Salvetat, l’exploitation éventuelle des proches gisements de cuivre de Cassilhac et certaines des ressources locales en fer pouvaient permettre d’une part de diversifier les ressources de nourriture et de matières premières, et d’autre part de disposer de biens à échanger avec les communautés avoisinantes, dans le cadre de réseaux portant entre autres au moins jusqu’au monde atlantique (Gomez de Soto, Milcent 2000). Autant dire que ce terroir était mis en valeur dans la longue durée et devait être très structuré.

30On est donc bien loin des visions très « rupturistes » opposant en Languedoc un Bronze final archaïque à un âge du Fer structuré et marqué à partir de -600 par le développement de communautés proto-urbaines (exprimé en dernier lieu dans Garcia 2004). Bien au contraire, les dynamiques marquant l’âge du Fer semblent profondément enracinées dans le Bronze final, qu’il conviendrait peut-être d’interpréter comme une époque de transition entre une phase de peuplement dominée par un habitat dispersé et difficile à identifier (F âge du Bronze jusqu’au BF IIIa) et une autre dominée par le développements de villages qui, de Carsac à Vendres en passant par Mailhac et Malvieu (pour se contenter des zones méditerranéennes et de quelques exemples), émergent partout. Les dynamiques régionales sont donc à cette époque au diapason de celles actives dans toute l’Europe tempérée (Brun 1988 ; Harding 2000 : 296). Si l’on ne peut nier que le VIIe siècle peut apparaître comme un moment de crise, l’habitat groupé fortifié ne disparaît pas pour autant : il se maintient à Carsac, par exemple (Guilaine et al. 1986). Et quand au VIe siècle av. J.-C., une communauté s’installe sur le plateau d’Ensérune pour y développer dans un premier temps une agglomération en matériaux périssables puis un village fortifié et bâti en dur (Jarmoray 1955), elle ne fait que répéter le processus observé à Malvieu et antérieur de trois cents ans. Ce qui change en Languedoc occidental entre le début du VIIIe siècle av. J.-C. et le VIe, ce n’est donc pas tant la morphologie des habitats, et encore moins les structures sociales, que la zone de peuplement préférentielle. Si les plus grands habitats se concentrent dans l’arrière-pays au BF IIIb, il semble que la zone littorale devienne plus attractive au Ier âge du Fer. On a souvent attribué ce fait aux incitations commerciales en provenance du monde méditerranéen. Nous suggérerons ici une autre piste. Il est bien possible que les terroirs du type de celui de Malvieu se soient vite avérés trop pauvres pour sustenter une communauté dont le poids démographique devait s’accroître (en fonction d’une dynamique également constatée pour la moyenne vallée de l’Orb : Mazière 2001). Ceci a peut-être dans un premier temps généré des tensions (une éventuelle crise au VIIe siècle av. J.-C.), puis amené à la conquête de nouveaux terroirs situés dans la plaine littorale, aux ressources plus diversifiées (notamment du fait de la forte prégnance du milieu lagunaire) et pouvant être cultivés plus extensivement. Mais ce processus de densification de l’occupation et d’accroissement de la mise en valeur des espaces littoraux, peut-être comparable dans ses causes à celui observé dans la même région au Moyen Âge (Wolff 1967 : 148-149 ; Leroy-Ladurie 1969 : 15-16 ; Durand 2003 : 275-301 ; ce dernier montre bien la spécificité du processus du point de vue des techniques mises en œuvre), avait comme préalable nécessaire l’existence de communautés très structurées, dans le cadre desquelles on pouvait coordonner d’importantes opérations de mise en valeur des sols. Une condition préalable identique était par ailleurs sans doute nécessaire à l’établissement de relations d’échange avec les négociants grecs, phéniciens ou étrusques.

Fig. 8. Régularités dans la construction de l’espace bâti intérieur à Malvieu. A : définition du module de base à partir du plan de la maison 2. L’orientation du mur ouest est faussée par la croissance d’un bosquet de chêne vert. Originellement, il devait être perpendiculaire au rempart. B : Grille montrant la dimension des unités sur laquelle se base la construction du module de base. C : report de la grille théorique sur le plan des fouilles. Notez les dimensions de la partie est, correspondant à quatre alignements de deux grandes pièces et une petite, ou encore en un carré de douze unités de côté. D : plan théorique restitué. En grisé, les structures retrouvées en fouille.

Fig. 8. Régularités dans la construction de l’espace bâti intérieur à Malvieu. A : définition du module de base à partir du plan de la maison 2. L’orientation du mur ouest est faussée par la croissance d’un bosquet de chêne vert. Originellement, il devait être perpendiculaire au rempart. B : Grille montrant la dimension des unités sur laquelle se base la construction du module de base. C : report de la grille théorique sur le plan des fouilles. Notez les dimensions de la partie est, correspondant à quatre alignements de deux grandes pièces et une petite, ou encore en un carré de douze unités de côté. D : plan théorique restitué. En grisé, les structures retrouvées en fouille.

31Les fouilles de Malvieu montrent que ces sociétés émergent dans l’arrière-pays méditerranéen dès la fin de l’âge du Bronze. Si de ce point de vue, le Languedoc occidental marche d’un même pas que le reste de l’Europe protohistorique, il faut remarquer que l’héritage du Bronze final y pèsera peut-être plus qu’ailleurs. Alors que le Ier âge du Fer continental sera riche en expérimentations nouvelles (Milcent 2007), les profondes recompositions sociales qui, en Languedoc occidental comme dans d’autres régions proches (par exemple dans la moyenne vallée de l’Ebre : Moret 1996 : 145 et suivantes ; Moret 2000), marquent le premier quart du Ier millénaire av. J.-C., aboutiront à l’émergence d’un type de communauté dont l’histoire, loin d’être éphémère et de constituer une expérimentation sans lendemain, se prolongera pendant une bonne partie de l’âge du Fer.

Bibliographie

Bibliographie

ARNOLD B., 1990 – Cortaillod-Est et les villages du lac de Neuchâtel au Bronze Final. Structure de l’habitat et proto-urbanisme. Neuchâtel, Musée d’archéologie, 197p. (Archéologie Neuchâteloise, 6).

BRUN P., 1988 – L’entité Rhin-Suisse-France Orientale : nature et évolution. In : BRUN P., MORDANT C. dir., 1988 – Le groupe Rhin-Suisse-France orientale et la notion de civilisation des Champs d’Urnes. Actes du colloque international, Nemours, 1986. Nemours, APRAIF, p. 599-620 (Mémoires du Musée de Préhistoire d’Île-de-France, 1).

CAROZZA L., BURENS A., 2000 – Les habitats du Bronze Final de Portal Vielh à Vendres (Hérault). Bulletin de la Société Préhistorique Françasise, 97-4, p. 573-581.

CAROZZA L., BURENS A., SALINIER J.-F., 2000 – Les habitats de la fin de l’âge du Bronze et du Premier âge du Fer en Albigeois et dans le bassin de l’Aude (du IXe au Ve s. av. J.-C.) : acquis récents. In : DEDET B., GRUAT P., PY M., SCHWALLER M. dir., 2000 – Aspects de l’âge du Fer dans le sud du Massif Central, Actes du XXIe colloque international de l’A.F.E.A.F., Conques-Montrozier, 8-11 mai 1997. Lattes, p. 169-182 (Monographies d’Archéologie Méditerranéenne, 6).

DIETLER M., 2005 – Consumption and colonial encounters in the Rhône Basin of France : a study of Early Iron Age political economy. Lattes, 257 p. (Monographies d’Archéologie Méditerranéenne, 21).

DURAND A., 2003 – Les paysages médiévaux du Languedoc (Xe-XIIe siècles). Toulouse, Presses Universitaires du Mirail, 491 p.

GARCIA D., 1999 – Sistemas agrarios, cultivo de los cereales y urbanización en la Galia méridional (s. VIII-IV a. C.). In : BUXÓ R., PONS E. éds., 1999- Els productes alimentons d’origen vegetal a l’edal del Ferro de l’Europa Occidental : de la producció al consum. Actes del XXII Colloque de l’Association française pour l’Etude de l’Âge du Fer, Girona, 21-24 de maig 1998). Museu d’Arqueologia de Catalunya, p. 189-196 (Sèrie Monogràfica, 18).

GARCIA D., 2004 – La Celtique méditerranéenne. Habitats et sociétés en Languedoc et en Provence, VIIIe-IIe siècles av. J.-C. Paris, Errance.

GASCO J., 2000 – L’enceinte du Cros à Caunes-Minervois (Aude) et la transition âge du Bronze-âge du Fer. Ouvrages architecturaux et aménagements. In : DEDET B., GRUAT P., PY M., SCHWALLER M. dir., 2000 – Aspects de l’âge du Fer dans le Sud du Massif Central, Actes du XXIe colloque de l’A.F.E.A.F., Conques-Montrozier, 8-11 mai 1997. Lattes, p. 183-192 (Monographies d’Archéologie Méditerranéenne, 6).

GOMEZ de SOTO J., KEROUANTON I., 1998 – La grotte du Quéroy à Chazelles (Charente). Le Bronze Final IIIb. Bulletin de la Société Préhistorique Française, 88/10-12, p. 341-392.

GOMEZ de SOTO J., MILCENT P.-Y., 2000 – De la Méditerranée à l’Atlantique : échanges et affinités culturelles entre le nord-ouest et le sud-ouest de la France de la fin du Xe au Ve s. av. J.-C. In : JANIN T. éd., 2000 – Mailhac et le Premier âge du Fer en Europe occidentale, Hommages à Odette et Jean Taffanel, Actes du Colloque international de Carcassonne, 17 au 20 septembre 1997. Lattes, p. 351-372 (Monographies d’Archéologie Méditerranéenne, 7).

GUILAINE J., 1972 – L’âge du Bronze en Languedoc Occidental, Roussillon, Ariège. Paris, Klinsieck, 447 p.

GUILAINE J., BRIOIS F., COULAROU J., 1991 – L’épée de Trèbes (Aude) et les épées du sud de la France à l’âge du Bronze Final. In : CHEVILLOT C., COFFYN A. éd., 1991 – L’âge du Bronze Atlantique. Actes du 1er colloque du Parc archéologique de Beynac, 10-14 septembre 1990. Beynac-et-Cazenac, AMUSA, p. 305-312.

GUILAINE J., RANCOULE G., VAQUER J., PASSELAC M., VIGNE J.D., 1986 – Carsac, une agglomération protohistorique en Languedoc. Toulouse, Centre d’Anthropologie des Sociétés Rurales, 302 p.

HARDING A.F., 2000 – European societies in the Bronze Age. Cambridge, 552 p. (Cambridge World Archaeology).

JANNORAY J., 1955 – Ensérune. Contribution à l’étude des civilisations préromaines de la Gaule Méridionale. Paris, de Boccard, 2 vol., 490 p., 71 pl. (Bulletin des écoles françaises d’Athènes et de Rome, 181).

LE ROY-LADURIE E., 1969 – Paysans du Languedoc. Paris, Flammarion, 383 p.

MAZIÈRE F., 2001 – L’occupation des sols dans la moyenne vallée de l’Orb à la fin de l’âge du Bronze. Documents d’Archéologie Méridionale, 24, p. 83-105.

MILCENT P.-Y. dir., 2007 – Bowrges-Avaricum ; un centre proto-urbain celtique au Ve s. av. J.-C. Les fouilles du quartier de Saint-Martin-des-Champs et les découvertes des établissements militaires. Bourges, Ville de Bourges (Coll. Bituriga).

MORET P., 1996 – Les fortifications ibériques de la fin de l’âge du Bronze à la conquête romaine. Madrid, 642 p. (Coll, de la Casa de Velázquez, 56).

MORET P., 2000 – Les fortifications du Premier âge du Fer dans le Nord-Est de l’Espagne et en Languedoc Occidental. In : JANINT. éd., 2000 – Mailhac et le Premier âge du Fer en Europe occidentale, Hommages à Odette et Jean Taffanel, Actes du Colloque international de Carcassonne, 17 au 20 septembre 1997. Lattes, p. 73-82 (Monographies d’Archéologie Méditerranéenne, 7).

RODRIGUEZ G., 2002 – La grotte-source du Jaur à St-Pons-de-Thomières (Hérault), un gisement du Bronze Final. In : Éléments d’archéologie tarnaise, Actes du colloque en hommage à Jean-François Salinier, Puylaurens, 15 -16 janvier 2000. Castres, p. 51-56 (Archéologie Tarnaise, 12).

TOLEDO I MUR A., DE PALOL I SALELLAS P., 2006 – La necropolis d’incineració del Bronze Final Transició a l’edal del Ferro de Can Bech de Baix, Agullana, Alt Empordà, Girona. Els resultats de la campanya d’excavació de 1974. Girona, Museu d’Arqueologia de Catalunya (Série Monogràfica, 24).

VALDEYRON N., CAMBE C., 2000 – Découverte d’une épée de type Monza à Viviers-lès-Montagnes (Tarn). Bulletin de la Société Préhistorique Française, 97-4, p. 549-552.

VILAÇA R., 2006 – Artefactos de ferro em contexto do Bronze Finam do território português : novos contributos e reavalizção dos dados. Complutum, 17, p. 81-101.

VILLA VALDÉS A., 2002 – Periodización y registro arqueológico en los castros del occidente de Asturias. In : DE BLAS CORTINA M.A., VILLA VALDES A. coord., 2002 – Los poblados fortificados del noroeste de la península Ibérica : formación y desarollo de la cultura castreña, Coloquios de Arqueologia en la Cuenca del Navia. Navia, Ayuntamiento de Navia, p. 159-188.

VILLA VALDÉS A., 2005 – El Castro de Chao Samartín, guía para su interprétatión y visita. Grandas de Salime, 134 p.

VILLA VALDÉS A., 2007 – El Chao Samartín (Granda de Salime, Asturias) y el paisaje fortificado en la Asturias protohistórica. In : BERROCAL-RANGEL L., MORET P. éd., 2007 – Paisajes fortificados de la edad del hierro. Las mur allas protohisóricas de la Meseta y la vertiente atlántica en su contexto europeo. Madrid, Real Academia de la Historia, Casa de Velázquez, p. 191-212.

WOLFF P. dir., 1990 – Histoire du Languedoc. Toulouse, Privat, 1967, 540 p. (2e éd.)

Notes

1 La restauration de cet objet a été assurée avec talent et à titre gracieux par l’association Materia Viva, de Toulouse, que nous remercions chaleureusement.

2 Comme nous l’a fait remarquer M. Drieux Daguerre, présidente de Materia Viva, l’aspect extérieur très bien conservé du couteau s’explique sans doute par le fait qu’il a été réexposé au feu après sa fabrication. Peut-être a-t-on sans succès essayé de le réparer ?

Table des illustrations

Titre Fig-1- Localisation de la région étudiée et des principaux sites évoqués dans le texte.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/18326/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 71k
Titre Fig- 2. Le site de Malvieu vu du sud. La muraille comme les aménagements internes devaient être très visibles depuis l’extérieur.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/18326/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 104k
Titre Fig. 3. Plan du site. L’équidistance entre les courbes de niveau est de 2 mètres. La barre rocheuse qui ferme le site au nord apparaît mal.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/18326/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 76k
Titre Fig. 4. Plan de la porte de la zone 2. En pointillé : emplacement des coups de sabre. En tramé sur fond gris sombre : espace dans lequel le bâti du rempart est très perturbé. En grisé sur fond gris clair : emprise de la possible superstructure couvrant la porte. Clichés A : portion haute de la porte vue depuis la portion basse. B : trace de poteau dans le parement externe de la portion basse de la muraille, vu du nord.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/18326/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 73k
Titre Fig. 5. Plan de la porte sud-est et de la zone attenante. Les structures en trame sombre sont bâties en pierre, celles en trame claire sont en terre. La photographie montre les calages de poteaux vus depuis le nord-est. Les numéros sur les flèches renvoient à ceux sur le plan.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/18326/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 70k
Titre Fig. 6. Planimétrie de la tour (A ; les aires grisées représentent les portions occultées par la présence d’arbres). Photographie depuis le nord-est (B). Notez le talon à gauche et le comblement charbonneux de la tour proprement dite.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/18326/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 149k
Titre Fig. 7. Plan des maisons 1 et 2. Le grisé clair indique les parties bâties en terre, le grisé foncé l’emprise approximative de la plaque foyère du four, les lignes pointillées les coups-de-sabre en travers du rempart. A : base de four de la maison 1, vue de l’ouest. B : couteau en fer trouvé dans le foyer (dessin Valérie Salle). C : calage de poteau en façade de la maison 2. D : pointe en fer trouvée dans les niveaux d’occupation de la maison 1.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/18326/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 118k
Titre Fig. 8. Régularités dans la construction de l’espace bâti intérieur à Malvieu. A : définition du module de base à partir du plan de la maison 2. L’orientation du mur ouest est faussée par la croissance d’un bosquet de chêne vert. Originellement, il devait être perpendiculaire au rempart. B : Grille montrant la dimension des unités sur laquelle se base la construction du module de base. C : report de la grille théorique sur le plan des fouilles. Notez les dimensions de la partie est, correspondant à quatre alignements de deux grandes pièces et une petite, ou encore en un carré de douze unités de côté. D : plan théorique restitué. En grisé, les structures retrouvées en fouille.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/18326/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 74k

Auteur

Chercheur post-doctorant, UMR 5607 Ausonius, Bordeaux, Maison de l’Archéologie, 8 esplanade des Antilles, 33607 Pessac Cedex – agorgues@yahoo.com

© ARTEHIS Éditions, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search