Version classiqueVersion mobile

De l’âge du Bronze à l’âge du Fer en France et en Europe occidentale (Xe-VIIe siècle av. J.-C.)

 | 
Henri Gaillard de Sémainville

Thème spécialisé de l’âge du bronze à l’âge du fer en France et en Europe occidentale (Xe – VIIe siècle av. J.-C.).

Pour en finir avec le Bronze final ? Les haches à douille de type armoricain en France

José Gomez de Soto, Jean-Roger Bourhis, Emmanuel Ghesquière, Cyril Marcigny, Yves Menez, Josette Rivallain et Guy Verron

Résumé

Le phénomène des haches à douille de type armoricain, essentiellement concentré en Armorique, Normandie et dans les Îles anglo-normandes, est généralement attribué à la fin de l’âge du Bronze, avec un prolongement restreint au cours du Premier âge du Fer. L’examen critique des trouvailles anciennes et de récentes découvertes indiquent qu’il n ’apparaîtrait qu’au cours du Ha D.

Texte intégral

1Les haches à douille de type armoricain, très souvent rassemblées en dépôts pour certains très volumineux et le plus souvent sans association avec d’autres types d’artefacts, constituent un phénomène très particulier essentiellement centré sur l’Armorique, la Normandie et les Îles anglo-normandes. Elles ont fait l’objet d’études synthétiques pionnières dans les années 60-70 du XXe siècle (Briard, 1965 ; Rivallain 1971). Elles passent traditionnellement pour apparaître dans les dépôts de la fin de l’âge du Bronze, et ne disparaître qu’au cours du Premier âge du Fer. Ce sont ces propositions qu’à la lumière de récentes découvertes, cette contribution se propose d’examiner et de critiquer.

1. LES HACHES À DOUILLE DE TYPE ARMORICAIN

2Les haches à douille abondent en France « atlantique », de la Picardie au Centre-Ouest, dans les dépôts de l’horizon de l’épée en langue de carpe de la fin de l’âge du Bronze. Un grand nombre, sinon la majorité, appartiennent au type du Plainseau (fig. 1, n° 1). Les haches de ce modèle présentent certains caractères qui les ont fait considérer comme les probables prototypes des haches à douille de type armoricain : en particulier, la tendance à la section quadrangulaire de leur douille, voire, pour certaines, de leur ouverture, dont le bourrelet oral reste toutefois circulaire ou au moins subcirculaire. Des haches de modèles apparentés à ceux des Îles britanniques portent des décors de baguettes verticales qui se retrouveront sur certaines haches à douille de type armoricain.

3Ces dernières, toutes variétés confondues (fig. 1, n° 2-7), se différencient des haches du type du Plainseau : douille nettement quadrangulaire à angles vifs, ouverture plus nettement quadrangulaire, contour du corps inscrit dans un rectangle ou un trapèze, tranchant non élargi. Leurs parois très minces et fragiles, leur tranchant le plus souvent non affûtable, le noyau d’argile du moule souvent non éliminé pour les plus petits exemplaires, en font des instruments non fonctionnels. Seules quelques-unes du très rare type de grande taille de Brandivy, à tranchant légèrement élargi, peuvent rester utilisables (Briard 1965 : 254).

2. DÉPÔTS DE L’HORIZON DE L’ÉPÉE EN LANGUE DE CARPE ET HACHES À DOUILLE DE TYPE ARMORICAIN

4L’opportune découverte en 2005 de l’exceptionnel ensemble de Kergariou à Quimper, Finistère (fouille Yves Menez), a invité à un contrôle des rares associations authentiques ou présumées des haches à douille de type armoricain (Menez et al. 2005 ; Menez, Gomez de Soto 2005 ; Menez et al. à paraître).

5Dans l’état actuel de l’enquête, en Bretagne, en Normandie, comme ailleurs en France, il apparaît qu’aucun dépôt fiable du Bronze final ne contient de hache à douille de type armoricain : celles qui ont été indiquées dans certains ne s’y trouvent que du fait de mélanges de collections (fig. 2) ; certains dépôts sont trop mal documentés pour pouvoir être considérés comme fiables ; enfin, la réalité même de l’existence de certains autres est douteuse.

6On soulignera qu’aucun des dépôts de l’horizon de l’épée en langue de carpe de découverte ancienne bien documentée (Vénat, Longeville, Prairie de Mauves, Petit Villatte, etc.) ou nouvellement trouvé et dûment contrôlé, en Bretagne (Gouesnac’h), en Normandie ou ailleurs (Challans, Meschers, Triou), ne s’est révélé contenir de hache à douille de type armoricain.

3. LES CONTEXTES DES ÂGES DU FER

7Des associations de haches à douille de type armoricain et de parures du Ha D ont été remarquées dès 1965 par Jacques Briard, dans les dépôts de Plonéis, Finistère, et Loudéac, Côtes-d’Armor. Le même auteur a souligné que les vases qui contenaient les dépôts de Roudouallec à Kerhon, Morbihan, et surtout de Mahalon à Bogoudonou, Finistère, recopiaient des situles métalliques du Premier âge du Fer (Briard 1965 : 244 ; Briard et al. 1982- 83 : 52).

8De nouvelles découvertes réalisées dans des conditions indiscutables en Bretagne et Normandie confirment les datations dans la seconde phase du Premier âge du Fer (Ha D) :

  • à Kergariou à Quimper, au fond d’une structure excavée, se trouvaient réunis dans une fosse et dans ses environs immédiats plusieurs haches entières, des débris de haches et divers fragments d’autres objets, dont un de brassard d’annilles et un de bracelet à petites bossettes du Ha D. Le remplissage de la structure a livré des éléments bien datés d’autre nature qu’en métal, tessons de céramique, fragment de bracelet décoré en lignite analogue à ceux de la nécropole du Rocher au Bono dans le Morbihan (fig. 3) ;

  • le dépôt de Trelly, Manche, associe haches et parures caractéristiques du Ha D (Verney 1999) (fig. 4).

9Le plus récent contexte connu de trouvaille de haches à douille de type armoricain nous amène à La Tène ancienne : une hache à douille associée à des céramiques dans l’empierrement de la cour d’un bâtiment (ensemble 800) de Keralio à Pont-l’Abbé, Finistère (Hinguant et al. 1998). Les haches à douille de type armoricain étaient-elles encore produites à cette époque, ou, plutôt, ne s’agit-il plus alors que d’une circulation résiduelle ? Le site de Keralio se trouve à proximité immédiate d’un habitat du Ha D (Roy 2000) d’où la hache pourrait provenir. Nous soulignerons qu’à cette date, aucune autre fouille de site de La Tène ancienne n’a produit de hache à douille de type armoricain.

Fig. 1. Hache à douille du type du Plainseau (n° 1) du Bronze final IIIb, comparée aux principaux types de haches à douille de type armoricain du Ha D : n° 2, type de Brandivy ; n° 3, type de Dahouet ; n° 4, type de Tréhou ; n° 5 type de Plurien ; n° 6, type de Couville ; n° 7, type de Maure (d’après Briard 1965).

Fig. 1. Hache à douille du type du Plainseau (n° 1) du Bronze final IIIb, comparée aux principaux types de haches à douille de type armoricain du Ha D : n° 2, type de Brandivy ; n° 3, type de Dahouet ; n° 4, type de Tréhou ; n° 5 type de Plurien ; n° 6, type de Couville ; n° 7, type de Maure (d’après Briard 1965).

Fig. 2. Un exemple d’ensemble douteux : le dépôt de L’Île Verte dans l’île de Batz, Finistère (d’après Briard 1961). Découvert vers 1850, mal documenté à l’époque, il se présente actuellement comme un ensemble hétéroclite, mêlant objets du Bronze moyen, du Bronze final IIIb et une hache à douille de type armoricain. Dès 1883, déjà, V. Micault soupçonnait des mélanges.

Fig. 2. Un exemple d’ensemble douteux : le dépôt de L’Île Verte dans l’île de Batz, Finistère (d’après Briard 1961). Découvert vers 1850, mal documenté à l’époque, il se présente actuellement comme un ensemble hétéroclite, mêlant objets du Bronze moyen, du Bronze final IIIb et une hache à douille de type armoricain. Dès 1883, déjà, V. Micault soupçonnait des mélanges.

Fig. 3. Structure excavée de Kergariou à Quimper. Sélection de bronzes et de céramiques et le fragment de bracelet en lignite (d’après Menez et al. 2005).

Fig. 3. Structure excavée de Kergariou à Quimper. Sélection de bronzes et de céramiques et le fragment de bracelet en lignite (d’après Menez et al. 2005).

Fig. 4. Dépôt de Trelly, Manche (d’après Verney 1999).

Fig. 4. Dépôt de Trelly, Manche (d’après Verney 1999).

4. CONCLUSION

10Si l’absence des haches à douilles de type armoricain des dépôts du Bronze final IIIb se trouvait définitivement avérée à la fin de l’enquête en cours, le phénomène des dépôts de ces instruments si particuliers s’insérerait parfaitement au sein de celui, plus général, des dépôts en Europe occidentale continentale : après leur abondance au BF IIIb, importante raréfaction – et dans certaines régions, disparition – au cours du Ha C, nouvelle multiplication au Ha D, comme ailleurs en France avec les dépôts de parures en Centre-Ouest, ou l’horizon launacien en Languedoc.

5. ÉPILOGUE. LE PROGRAMME « HACHES À DOUILLES DE TYPE ARMORICAIN » DÉVELOPPÉ AU SEIN DE L’UMR 6566

11Au cours de sa carrière, Jacques Briard avait constitué un volumineux dossier rassemblant de nombreuses informations autour des haches et dépôts de haches à douille de type armoricain, mais il n’eut pas le temps de mener à terme l’ambitieux projet de publication des dépôts inédits, qui devait être complété par un inventaire critique européen. Ce projet est repris depuis 2005 à Rennes au sein de l’UMR 6566 « Centre de Recherche en Archéologie, Archéosciences, Histoire » par une équipe pluridisciplinaire.

12Pour l’Armorique et la Normandie, le travail de rassemblement documentaire vise à mettre à jour une liste critique des sites ayant livré des haches à douille de type armoricain découverts ou mentionnés au fil des siècles (les documents anciens, souvent imprécis, sont en cours d’examen afin de distinguer les informations fiables des douteuses ou erronées), à les cartographier et à les mettre en relation avec le maximum de données environnementales (SIG en cours de réalisation). Le corpus des analyses des compositions métalliques en cours de saisie sera complété de nouvelles analyses.

13L’établissement de données indiscutables sur la chronologie de ces haches et une synthèse critique sur la question en Europe occidentale sera l’autre dessein de ce travail.

Bibliographie

Bibliographie

BRIARD J., 1961 – Le dépôt de l’île-Verte en L’île-de-Batz, Finistère. Rennes, Travaux du Laboratoire d’Anthropologie préhistorique, p. 44-48.

BRIARD J., 1965 – Les dépôts bretons et l’âge du Bronze atlantique. Rennes, Laboratoire d’Anthropologie préhistorique, 353 p.

BRIARD J., ELUÈRE C., MOHEN J.-P., VERRON G., 1983 – Mission au British Muséum : objets de l’âge du Bronze trouvés en France. I – Les ensembles. Antiquités nationales, 14-15, p. 24-58.

HINGUANT S., LE GOFF E., avec coll. GEBHARDT A., GRALL B., MAGUER P., MARGUERIE D., 1998 – Un site de l’âge du Fer stratifié en milieu rural : l’établissement de Keralio à Pont-l’Abbé (Finistère). Revue archéologique de l’Ouest, 15, p. 59-114.

MENEZ Y., GOMEZ de SOTO J., 2005 – L’habitat de Kergariou à Quimper (Finistère). Journée « Civilisations atlantiques & Archéosciences ». Rennes, 8 avril 2006, CNRS, université de Rennes 1, p. 28-29.

MENEZ Y., GOMEZ de SOTO J., DUPRÉ M., 2005 – Quimper – Finistère. L’habitat de l’âge du Fer de Kergariou. Rapport d’opération préventive. Rennes, SRA Bretagne, 36 p.

MENEZ Y., GOMEZ de SOTO J., DUPRÉ M. à paraître – L’habitat de l’âge du Fer de Kergariou à Quimper (Finistère). Revue archéologique de l’Ouest.

ROY E., 2000 – Pont L’Abbé (Finistère), fouille archéologique avant l’aménagement d’un lotissement au lieu-dit Kérarthur. Document final de synthèse. Rennes, AFAN et SRA de Bretagne.

RIVALLAIN J., 1971 – Contribution à l’étude du Bronze Final en Armorique. Élaboration d’une méthode appliquée aux dépôts de haches à douille armoricaines. Rennes, Université de Haute Bretagne, 146 p.

VERNEY A., 1999 – Dépôt de Trelly (Manche). In : SANTROT M.-H., SANTROT J., MEURET J.-C. dir., 1999 – Nos ancêtres les Gaulois aux marges de l’Armorique. Nantes, Musée Dobrée, p. 20.

Table des illustrations

Titre Fig. 1. Hache à douille du type du Plainseau (n° 1) du Bronze final IIIb, comparée aux principaux types de haches à douille de type armoricain du Ha D : n° 2, type de Brandivy ; n° 3, type de Dahouet ; n° 4, type de Tréhou ; n° 5 type de Plurien ; n° 6, type de Couville ; n° 7, type de Maure (d’après Briard 1965).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/18321/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 178k
Titre Fig. 2. Un exemple d’ensemble douteux : le dépôt de L’Île Verte dans l’île de Batz, Finistère (d’après Briard 1961). Découvert vers 1850, mal documenté à l’époque, il se présente actuellement comme un ensemble hétéroclite, mêlant objets du Bronze moyen, du Bronze final IIIb et une hache à douille de type armoricain. Dès 1883, déjà, V. Micault soupçonnait des mélanges.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/18321/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 110k
Titre Fig. 3. Structure excavée de Kergariou à Quimper. Sélection de bronzes et de céramiques et le fragment de bracelet en lignite (d’après Menez et al. 2005).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/18321/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 37k
Titre Fig. 4. Dépôt de Trelly, Manche (d’après Verney 1999).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/18321/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 51k

Auteurs

UMR 6566 « Centre de Recherche en Archéologie, Archéosciences et Histoire » (CNRS, Universités de Rennes 1, Rennes 2 et Nantes, Ministère de la Culture, Inrap).

UMR 6566 « Centre de Recherche en Archéologie, Archéosciences et Histoire » (CNRS, Universités de Rennes 1, Rennes 2 et Nantes, Ministère de la Culture, Inrap).

UMR 6566 « Centre de Recherche en Archéologie, Archéosciences et Histoire » (CNRS, Universités de Rennes 1, Rennes 2 et Nantes, Ministère de la Culture, Inrap).

UMR 6566 « Centre de Recherche en Archéologie, Archéosciences et Histoire » (CNRS, Universités de Rennes 1, Rennes 2 et Nantes, Ministère de la Culture, Inrap).

© ARTEHIS Éditions, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search