Version classiqueVersion mobile

De l’âge du Bronze à l’âge du Fer en France et en Europe occidentale (Xe-VIIe siècle av. J.-C.)

 | 
Henri Gaillard de Sémainville

Thème spécialisé de l’âge du bronze à l’âge du fer en France et en Europe occidentale (Xe – VIIe siècle av. J.-C.).

L’habitat Bronze final-Hallstatt ancien de « la grande pièce » à Fontenay-le-Marmion (Calvados)

Pierre Giraud, Cécile Riquier, Anna Baudry et Marie-France Dietsch-Sellami

Résumé

Ce site de la Campagne de Caen, occupé depuis le Néolithique, comprend une occupation de la fin de l’âge du Bronze et du début du Premier âge du Fer. Des vestiges de cette période, d’une grande diversité, ont été mis au jour : un fossé, des structures sur poteaux, des fosses, des fours domestiques, des fours à alandier et une carrière d’extraction. Cet habitat assez dense pourrait s’étendre sur une dizaine d’hectares. L’ensemble céramique du Bronze final/Hallstatt C est, avec celui d’Ifs « Object’Ifs Sud », le plus important de Basse-Normandie.

Texte intégral

1Le site de Fontenay-le-Marmion « La Grande Pièce » a été fouillé par une équipe du service d’archéologie du Conseil Général du Calvados à la fin de l’année 2004. Il s’agit d’une fouille préventive consécutive à la réalisation d’une 2x2 voies. Ce site est localisé à une douzaine de kilomètres au sud de l’agglomération caennaise dans un contexte de plateau calcaire à couverture loessique. Il est situé sur la pente, d’un peu plus de 1 %, d’un ancien talweg.

2Deux secteurs distants de 200 m ont été décapés, l’un d’un peu moins de 1 hectare (le secteur 1) où deux fossés et une fosse du Bronze moyen ont été mis au jour lors du diagnostic et le second de près de 4000 m2 où une nécropole de La Tène ancienne a été découverte (fig. 1).

Fig. 1. Plans de localisation des structures (échelle : 1/1000, CG14).

Fig. 1. Plans de localisation des structures (échelle : 1/1000, CG14).

3Les conditions de lecture des structures sont extrêmement difficiles dans ces limons correspondant à l’horizon d’illuviation (Bt) : les structures sont conservées assez haut, une vingtaine de centimètres sous le labour, mais très peu sont lisibles à ce niveau, ce qui nous a obligés à réaliser un second décapage, 20 à 30 cm plus bas, vers la fin de l’opération.

4L’occupation révélée par cette opération de fouille couvre une période comprise entre le Néolithique moyen et La Tène ancienne. Les installations de l’âge du Bronze et du début du Premier âge du Fer semblent s’étendre sur une surface de plusieurs hectares.

1. LES STRUCTURES

5L’occupation du Bronze final et du Hallstatt ancien est représentée par une plus grande diversité de structures que la période précédente.

6Au sud du secteur 1, un fossé formant un angle et interrompu au sud, est symétrique au fossé 46/48 du Bronze moyen. Il renfermait du mobilier attribuable à la fin du Bronze ou au début du Hallstatt.

7Des fosses, le plus souvent des silos, réparties sur toute la surface du secteur 1, ont livré du mobilier attribuable à cette période. Parmi elles, la fosse 135 (fig. 2) a la particularité de comprendre un niveau de remplissage correspondant à un rejet massif de céramique. Les tessons de poterie appartiennent à 9 formes, dont 7 sont archéologiquement complètes. Pratiquement toute la gamme de la vaisselle domestique est présente : du grand vase de stockage au bol. À l’exception d’une forme, toutes ont été modelées dans la même argile à bioclaste. Tous ces éléments et la présence de nombreux fragments endommagés par le feu laissent présumer que ce lot pourrait correspondre à des ratés de cuisson.

8Nous n’avons pas identifié de véritables bâtiments d’habitation, toutefois plusieurs structures sur poteaux sont attribuables à cette occupation, parmi lesquelles deux petits bâtiments parallèles, de 11 m2, dont l’orientation coïncide avec celle du parcellaire du Bronze moyen.

9Trois greniers sur poteaux, dont un partiel, ont été mis au jour. Tous sont également orientés comme le parcellaire. Il s’agit de greniers à 4 poteaux, d’un peu plus de 2 m de côté. Ils sont conservés très haut, une vingtaine de centimètres sous le labour, et seule la présence de pierres de calage a permis de les repérer.

Fig. 2. Vue de la fosse 135, en cours de fouille (photo : Pierre Giraud/CG14).

Fig. 2. Vue de la fosse 135, en cours de fouille (photo : Pierre Giraud/CG14).

Fig. 3. Four domestique (st 75) (photo : Pierre Giraud/CG14).

Fig. 3. Four domestique (st 75) (photo : Pierre Giraud/CG14).

10Dans le secteur 2, une série de trous de poteau pourrait correspondre à un grand bâtiment circulaire. La grande majorité d’entre eux s’inscrit dans deux cercles de 15 et 11 m de diamètre. La lecture du sédiment en place, une argile à silex, est extrêmement délicate dans ce secteur où l’arasement semble important. Il est probable que d’autres trous de poteaux n’ont pas été repérés ou ne sont pas conservés.

11Le site compte plusieurs structures de combustion :

  • un foyer à pierres chauffées est installé au sommet du remplissage d’une petite fosse d’extraction,

  • un four domestique, dont le foyer est placé entre deux pierres plates disposées de chant (fig. 3), était probablement recouvert par une dalle comme certains fours découverts sur l’île de Tatihou (Manche) (Marcigny, Ghesquière 2003),

  • dans le secteur 2, une grande carrière d’extraction de gravillon calcaire est localisée au centre d’un paléochenal. Il est probable que ce sédiment a servi à amender les cultures. Le rare mobilier découvert dans son remplissage compte de nombreux fragments d’une grande jarre attribuable à la fin de l’âge Bronze ou au Hallstatt ancien. Des sépultures et un fossé d’enclos de la fin du Hallstatt et du début de La Tène coupent cette structure.

Fig. 4. Vue de deux vases de la fosse 135 (photo : Pierre Giraud/CG14)

Fig. 4. Vue de deux vases de la fosse 135 (photo : Pierre Giraud/CG14)

Fig. 5. Epingle (hors contexte) (photo : A. Cocollos/CG14).

Fig. 5. Epingle (hors contexte) (photo : A. Cocollos/CG14).

2. LE MOBILIER

12Le seul mobilier métallique découvert pour cette période est un fragment d’épingle mis au jour, hors contexte, pendant le décapage (fig. 5). Sa tête est de forme sub-biconique aplatie de telle manière que son sommet est bombé. Elle est ornée de trois moulures concentriques. La tige de section circulaire est décorée au niveau du col. Le décor géométrique se compose d’une alternance de trois bandes à stries horizontales et de deux bandes à chevrons. Ce type d’épingle à tête globuleuse est communément attribué au Bronze final II et III.

13Environ 22,5 kg de fragments de céramique proviennent de ces contextes, dont 13 kg de la fosse 135 (fig. 4). On compte 55 éléments de formes (fig. 6). À l’exception d’un petit fragment de carène susceptible d’appartenir à un bol à épaulement, aucun tesson de céramique fine décorée ne fait partie de cet ensemble. La forme la plus courante présente un profil simple le plus souvent arrondi dont le bord équarri ou non comprend parfois un décor d’incisions obliques. Ce type de forme est très fréquent dans les contextes Bronze final ou début Hallstatt des sites régionaux comme Cagny « AE8 » (Marcigny et al. 2005) ou Ifs « Object’Ifs Sud » (Le Goff, Cherel 2004).

14On peut observer l’évolution, constatée sur le plan régional, des profils des formes moyennes et des vases hauts avec l’apparition progressive de forme segmentée à carène (Lepaumier et al. 2003). Les formes sub-tronconiques à paroi presque verticale du Bronze final, notamment de la fosse 135, pourraient laisser place à des poteries sub-biconiques, parfois décorées de digitations ou d’incisions sur la carène, comme celle des fosses 66 ou 76.

15Les décors de cette céramique domestique sont peu fréquents : il s’agit principalement de cordon digité ou incisé, d’incisions le plus souvent situées au sommet du bord ou à la jonction col-panse, de digitations simples ou de traînées digitées verticales.

Fig. 6. Céramiques de l’âge du Bronze final et du début du Premier âge du Fer, à droite celles issues des contextes les plus tardifs (dessins : A. Cocollos/CC14) (échelle : 1/10e).

Fig. 6. Céramiques de l’âge du Bronze final et du début du Premier âge du Fer, à droite celles issues des contextes les plus tardifs (dessins : A. Cocollos/CC14) (échelle : 1/10e).

16Les pâtes bioclastiques sont présentes, presque exclusives dans la fosse 135, mais les pâtes chamottées comprenant quelques minéraux de quartz sont plus fréquentes notamment dans les contextes plus tardifs. On note une possible évolution de l’aspect des poteries avec l’apparition de pâtes plus denses orangées à cœur gris aux parois brunies, dans les contextes supposés du début du Hallstatt.

17Le traitement de la surface des vases semble également évoluer. Les parois des poteries sont souvent peu soignées et rarement peignées dans les contextes les plus précoces. Elles sont, plus fréquemment, lissées finement et même parfois polies dans les structures attribuées à la fin du Bronze ou au Hallstatt ancien ; parallèlement les surfaces des formes hautes sont le plus souvent peignées ou lissées au doigt.

18L’attribution chronologique de cet ensemble n’est pas aisée en l’absence des éléments déterminants que sont le mobilier métallique et la céramique fine. Les formes céramiques comparables des sites régionaux, en particulier celui d’Ifs « Object’Ifs Sud », de Cagny « AE8 » ou encore de Mondeville « Le Haut Saint-Martin » (Lepaumier 2003) permettent de proposer une appartenance des lots les plus précoces au Bronze final IIIa-IIIb et au Bronze final IIIB ou début du Hallstatt C pour les autres.

3. LES RESTES ANIMAUX par Anna Baudry

19Le lot d’ossements correspond à 597 restes dont seulement 30 % ont pu être déterminés.

20Étant donné leur résistance, il n’est pas surprenant que les restes de bœuf dominent cet ensemble que ce soit en nombre de restes (48 % des restes déterminés) ou bien en poids de restes (60 %). Cependant, les restes de caprinés, la différenciation mouton – chèvre n’ayant pu être réalisée, sont bien représentés et sont deux fois plus nombreux que ceux des suidés (respectivement 27 % et 12 % des espèces domestiques déterminés). Cet écart ne peut être attribué aux conditions de préservation ; cet élément illustre donc une meilleure représentativité des caprinés au détriment des porcs à l’instar des établissements ruraux du deuxième âge du Fer (Méniel 1984). Le chien est également présent avec trois restes (une mandibule, une côte et une vertèbre thoracique). La faible part de cette espèce n’a rien d’étonnant sur un site protohistorique. Il est également important de noter la forte proportion de restes attribués au cheval (10 %) qui est l’espèce la mieux représentée, en terme de masse (30 %), après le bœuf. Ceci est un phénomène peu courant au sein des lots contemporains même dans des cas similaires de conservation. Ce qui pose la question de la fonction de cet animal (consommation, monte...) sur ce type de site.

21La faune sauvage est représentée par deux espèces, le lièvre et le sanglier. La présence de deux restes de lièvre est intéressante, au sein de ce lot, du fait de la petite taille et de la fragilité de ces os. Le sanglier est plus rarement illustré, il témoigne donc de la pratique d’une chasse peu coutumière sur les sites de l’âge du Fer (Méniel 2001).

22L’état de conservation des restes osseux a entraîné une surreprésentation des ossements les plus résistants c’est-à-dire les dents isolées et les os longs. Cependant, quelles que soient les espèces concernées, les restes osseux recueillis appartiennent à l’ensemble des parties du squelette et se présentent comme des restes isolés et dissociés. Ces éléments offrent donc l’image de rejets domestiques.

4. ANALYSE CARPOLOGIQUE par Marie-France Dietsch-Sellami

Pratiquées, comme à Fontenay-le-Marmion, sur des sites de milieu sec, les études carpologiques nous renseignent le plus souvent sur les plantes cultivées, leur importance relative dans l’économie d’un site, et sur les adventices des cultures. Les céréales y sont souvent mieux représentées que d’autres plantes alimentaires (légumineuses, fruits), simplement parce que leur traitement suppose davantage l’usage du feu, facteur de fossilisation. Sur ces mêmes sites, l’étude de restes d’ensilage ou de concentrations de semences rejetées en bloc dans le comblement de structures détournées de leur fonction première permet d’aborder, mais de manière moins fréquente, les pratiques culturales. Les processus qui ont présidé à la formation des ensembles de semences conservés à Fontenay-le-Marmion, ne permettent malheureusement pas de telles approches. Leur étude se révèle néanmoins précieuse dans la mesure où les informations qu’elle apporte sur les plantes cultivées à la fin de l’âge du Bronze et au début du premier âge du Fer sur le territoire de l’actuelle Normandie et plus largement dans la moitié nord de la France, viennent combler une réelle lacune dans nos connaissances.

23Le corpus des plantes cultivées à Fontenay-le-Marmion (hordeum vulgare, panicum miliaceum, triticum dicoccum et triticcum spelta), et la place de chacune d’entre elles au sein de l’économie, apparaissent fort comparables à ceux mis en évidence sur le site proche d’ifs « Object’Ifs Sud » (Le Goff 2004). Tout en offrant plusieurs traits communs avec les quelques ensembles étudiés dans les régions limitrophes (prépondérance et/ ou importance de l’orge vêtue et/ou de l’amidonnier, rareté de l’engrain et du blé nu), les deux ensembles bas-normands s’en démarquent par la présence de l’épeautre et par la place importante qu’occupe le millet. La poursuite des études sur cette période pourra s’attacher à vérifier si ces caractéristiques sont propres à la plaine de Caen et si tel est le cas, à rechercher les raisons possibles de tels choix culturaux.

5. LE MILIEU

24Les études paléoenvironnementales ne témoignent pas de grand bouleversement par rapport aux données de la période précédente. Le paysage est ouvert, la part des céréales pourrait être plus importante et la présence de lande est confirmée par la palynologie (étude de Delphine Barbier) et l’anthracologie (étude de Loïc Gaudin). Le bois de chêne issu de forêt dense est plus rare que dans les contextes du Bronze moyen.

6. CONCLUSION

25Le caractère exceptionnel de ce site est principalement dû à la longévité de l’occupation humaine, pratiquement en continu depuis le Néolithique jusqu’à La Tène ancienne. L’habitat du Bronze moyen/ Bronze final I comprend un réseau parcellaire important qui rappelle celui de l’île de Tatihou. L’occupation du Bronze final ou du début du Hallstatt n’engendre pas de grand bouleversement dans le paysage, les structures suivant la même orientation qu’au Bronze moyen ; l’illustration la plus flagrante est faite avec le fossé 50 parfaitement symétrique au fossé 46/48. Les corpus céramiques de comparaison comptent, bien sûr, les quelques sites bas-normands, avec principalement Ifs « Object’Ifs Sud ». Certaines pièces trouvent également des ressemblances avec des poteries du nord et du centre-ouest de la France. Nous constatons, comme cela a déjà été fait pour les autres sites régionaux, une parenté évidente avec les groupes britanniques du « post-Deverel-Rimbury » et notamment le « Plain Ware ». Ce site d’habitat relativement dense n’ayant été ici qu’entrevu modestement sur une bande de 44 m de largeur, son potentiel archéologique est donc très grand.

Bibliographie

Bibliographie

BAKELS C.C., 1983 – Graines carbonisées de l’âge du Bronze Final au Camp de Saint-Pierre-en-Chastre, près de Vieux-Moulin (Oise). Revue archéologique de Picardie, 2, p. 11-13.

BAKELS C.C., 1984 – Carbonized seeds from Northern France. Analecta Praehistorica Leidensia, 17, p. 1-27.

BAKELS C.C., 1991 – Western Continental Europe. In : VAN ZEIST W., WASYUKOWA K., BEHRE K.-E. éd., 1991 – Progress in Old World Palaeoethnobotany. Rotterdam, Balkema, p. 279-295.

BAUDRY A., à paraître – L’élevage et l’alimentation à la fin de l’âge du Bronze et au Premier âge du Fer dans l’ouest de la France : approche archéozoologique de quelques sites normands.

CHANCEREL A., MARCIGNY C., GHESQUIÈRE E., 2006 – Le plateau de Mondeville (Calvados) du Néolithique à l’âge du Bronze. Paris, Maison des Sciences de l’Homme, p. 166 – 168 (Documents d’Archéologie Française, 99)

LE GOFF E, CHEREL A.F., 2004 – Les occupations protohistoriques et antiques de la ZAC « Object’Ifs Sud » d’Ifs (14). DFS de sauvetage urgent. Caen, SRA Normandie. 4 vol.

LEPAUMIER H., 2003 – Le site de la ZAC de Baulieu à Caen (14) et la céramique du Premier âge du fer en Basse Normandie, p. 43-57 (Revue Archéologique de l’Ouest, suppl.10).

MARCIGNY C., GHESQUIÈRE E., 2003 – L’île de Tatihou (Manche) à l’âge du Bronze. Paris, Maison des Sciences de l’Homme, 186 p. (Documents d’Archéologie Française, 96).

MARCIGNY C., GHESQUIÈRE E., CLÉMENT-SAULEAU S., VERNEY A., 2005 – L’âge du Bronze en Basse-Normandie : définition par le mobilier céramique, une première tentative. In : BOURGEOIS J., TALON M. éd., 2005 – L’âge du Bronze du Nord-Ouest de la France dans le contexte européen occidental : nouvelles découvertes et propositions de périodisation, Actes de la table ronde tenue dans le cadre du 125e Congrès national des sociétés historiques et scientifiques, Lille, 2000, Pré- et Protohistoire. Paris, Éd. du C.T.H.S.-A.P.R.A.B., p. 303-302.

MÉNIEL P., 1984 – Contribution à l’histoire de l’élevage en Picardie du Néolithique à l’âge du Fer. Amiens, 56 p., 52 fig. (Revue Archéologique de Picardie, n° spécial).

MÉNIEL P., 2001 – Les Gaulois et les animaux, élevage, repas et sacrifice. Paris, Errance, 128 p.

Table des illustrations

Titre Fig. 1. Plans de localisation des structures (échelle : 1/1000, CG14).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/18311/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 104k
Titre Fig. 2. Vue de la fosse 135, en cours de fouille (photo : Pierre Giraud/CG14).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/18311/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 26k
Titre Fig. 3. Four domestique (st 75) (photo : Pierre Giraud/CG14).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/18311/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 29k
Titre Fig. 4. Vue de deux vases de la fosse 135 (photo : Pierre Giraud/CG14)
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/18311/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 76k
Titre Fig. 5. Epingle (hors contexte) (photo : A. Cocollos/CG14).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/18311/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 7,3k
Titre Fig. 6. Céramiques de l’âge du Bronze final et du début du Premier âge du Fer, à droite celles issues des contextes les plus tardifs (dessins : A. Cocollos/CC14) (échelle : 1/10e).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/18311/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 75k

Auteurs

Inrap Grand Sud-Ouest, Les Echoppes, 156 avenue Jean Jaurès, bât. F, 33600 Pessac. UMR 5059, Centre de Bio-Archéologie et Ecologie, Institut de Botanique, 163 rue Broussonnet, 34090 Montpellier – marie-france.dietsch-sellami@inrap.fr..

© ARTEHIS Éditions, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search