Version classiqueVersion mobile

De l’âge du Bronze à l’âge du Fer en France et en Europe occidentale (Xe-VIIe siècle av. J.-C.)

 | 
Henri Gaillard de Sémainville

Thème spécialisé de l’âge du bronze à l’âge du fer en France et en Europe occidentale (Xe – VIIe siècle av. J.-C.).

L’élevage et l’alimentation à la fin de l’âge du Bronze et au premier âge du Fer dans l’ouest de la France. Approche archéozoologique de quelques sites normands

Anna Baudry

Résumé

L’histoire de l’élevage et de l’alimentation carnée à la fin de l’âge du Bronze et au début de l’âge du Fer est très mal connue pour l’ouest de la France. La réalisation d’un inventaire archéologique a permis de mettre en évidence, pour la Basse-Normandie, la présence de six sites et d’un dépôt particulier possédant des lots d’ossements animaux suffisamment représentatifs. L’étude et l’analyse de ces restes sont à l’origine de cet article. Il s’agit de présenter les premiers résultats concernant l’économie de subsistance des populations étudiées mais également de proposer une première répartition des espèces privilégiées pour une région et une période encore très peu documentées à ce sujet.

Texte intégral

1. PRÉSENTATION DE L’ÉTUDE

1L’approvisionnement et l’alimentation camés sur les sites de l’âge du Fer dans l’ouest de la Gaule font actuellement l’objet d’un travail de recherche réalisé dans le cadre d’une thèse de l’université de Rennes 1 dirigée par M.-Y. Daire (CNRS) et S. Lepetz (CNRS). L’objectif principal de ce sujet est de mieux comprendre les mécanismes qui régissent les relations entre l’Homme et l’animal de la lin de l’âge du Bronze à la lin de l’âge du Fer dans l’ouest de la Gaule. La première étape de ce travail a consisté à inventorier les sites archéologiques possédant des lots d’ossements. Plus d’une soixantaine de sites a ainsi été répertoriée en Bretagne et en Basse-Normandie. Plusieurs d’entre eux ont fait l’objet d’études archéozoologiques. Ces analyses découlent dans un premier temps du développement de l’archéologie préventive qui a permis depuis quelques armées d’améliorer la connaissance de l’occupation protohistorique en Normandie. Dans un second temps, c’est la mise en place de programmes pluridisciplinaires, sur certains sites, dès le début des opérations archéologiques qui permet une collecte systématique et minutieuse des vestiges et offre par conséquent la possibilité d’effectuer des analyses archéozoologiques fiables.

2Dans le cadre de cette courte présentation, nous avons extrait de ce corpus six ensembles fauniques suffisamment représentatifs et un dépôt particulier datés de la fin de l’âge du Bronze et/ou du Premier âge du Fer (fig. 1 et fig. 2) provenant de Basse-Normandie. Nous nous proposons de présenter, par l’intermédiaire de cet article, les premiers résultats et éléments de réflexion concernant l’élevage et l’alimentation à cette époque dans cette région. Ces propos s’appuieront sur des données inédites provenant des lots datés du Bronze final III/Hallstatt ancien issus de l’habitat de Fontenay-le-Marmion « La Grande Pièce », de l’enclos hallstattien et du squelette de chien daté du Hallstatt ancien situés tout deux à Saint-Martin-de-Fontenay (« Le Chemin de May » et « RD 562 », Calvados, fouilles préventives, Service Archéologique du Conseil Général du Calvados : Giraud et al. ce volume ; Germain-Vallée 2005 ; Baudry 2004), de l’enclos funéraire du Bronze final/Hallstatt ancien de Cerisé « Parc d’Activités » (Orne, évaluation archéologique, INRAP : Lepaumier et al. 2002 ; Baudry 2005 b), ainsi que sur des informations déjà publiées ou en cours de publication issues d’études réalisées par l’auteur, par P. Méniel et J.-H. Yvinec. Il s’agit des lots fauniques provenant du site d’habitat, Bronze final/Hallstatt ancien de Cagny « AE8 » (Calvados, Service Archéologique du Conseil Général du Calvados : Méniel in San Juan et al. 1996), du complexe fortifié du Hallstatt récent de Courseulles-sur-Mer « La fosse Touzé » (Calvados, INRAP : Jahier à paraître ; Yvinec 2000), et du fossé d’enclos, Hallstatt D1, de Basly « La Campagne » (Calvados, Service Archéologique du Conseil Général du Calvados : San Juan et al. 2000 ; Baudry 2005 a).

Fig. 1. Carte de répartition des sites pris en compte (DAO L. Quesnel et A. Baudry/UMR 6566).

Fig. 1. Carte de répartition des sites pris en compte (DAO L. Quesnel et A. Baudry/UMR 6566).

2. LES PREMIERS RÉSULTATS

2.1. Les modes d’acquisition

3L’élevage domine très nettement l’approvisionnement en viande de ces sites. Ce sont les espèces domestiques et principalement le bœuf, le porc, les moutons/chèvres et le cheval qui dominent les listes de faune. À la fin de l’âge du Bronze et au Premier âge du Fer, l’activité cynégétique ne semble jouer qu’un rôle anecdotique dans l’alimentation camée. En effet, les espèces sauvages sont peu représentées au sein des lots normands avec des proportions de nombre de restes déterminés oscillant entre 1 et 3 %. Les restes de cerf sont majoritaires au sein des listes de mammifères sauvages ; cependant celles-ci sont plus riches sur les sites de Fontenay-le-Marmion, Saint-Martin-de-Fontenay et Basly avec la présence d’ossements appartenant au sanglier. Cette espèce est également associée à des restes de loup sur le site de Courseulles-sur-Mer. Ces données contrastent avec les proportions relativement plus élevées et une plus grande variété d’espèces chassées observées sur les sites contemporains des régions françaises septentrionales. Ainsi, les sites du Bronze final IIIa de Catenoy « Le Camp César » (Oise), du Bronze final IIIb de Nanteuil-sur-Aisne « L’Entrée des Ecouaires » (Ardennes) ou encore du Hallstatt ancien de Choisy-au-Bac « Le Confluent » (Oise) (Méniel 1984) livrent des listes de mammifères sauvages très diversifiées pour la période étudiée avec notamment la présence de restes appartenant au chevreuil, au renard, au blaireau, au lynx, au chat sauvage ou bien à l’ours brun (fig. 3).

2.2. Les espèces privilégiées

4Les restes de bœuf sont prépondérants en nombre et en poids de restes sur l’ensemble des sites étudiés au détriment des suidés et des caprinés qui sont peu représentés (fig. 4). La très forte proportion de bovins se distingue plus particulièrement sur les sites de Fontenay-le-Marmion, de Cerisé et de Courseulles-sur-Mer avec des proportions supérieures à 45 % de restes détenninés. Ceci diffère des observations effectuées dans l’est et le nord de la France où ce sont les petits ruminants et les suidés qui dominent les spectres de faune que ce soit au Bronze final ou au début de l’âge du Fer (Méniel 1984). Ceci nous permet d’émettre l’hypothèse d’un choix d’élevage, propre à l’ouest de la Gaule, qui serait tourné essentiellement vers les bovins.

Fig. 2. Tableau récapitulatif des sites pris en compte et présentation des ensembles fauniques (A. Baudry/UMR 6566).

Fig. 2. Tableau récapitulatif des sites pris en compte et présentation des ensembles fauniques (A. Baudry/UMR 6566).

Fig. 3. Liste des espèces sauvages présentes (A. Baudry/UMR 6566).

Fig. 3. Liste des espèces sauvages présentes (A. Baudry/UMR 6566).

Fig. 4. Proportion des quatre principales espèces domestiques (en % du nombre de restes déterminés) (DAO L. Quesnel et A. Baudry/UMR 6566).

Fig. 4. Proportion des quatre principales espèces domestiques (en % du nombre de restes déterminés) (DAO L. Quesnel et A. Baudry/UMR 6566).

5Il est également fort intéressant de noter la proportion élevée de restes de chevaux sur les sites de Courseulles-sur-Mer et de Fontenay-le-Marmion (6,8 et 10,9 % des mammifères domestiques déterminés, fig. 4). Dans l’ouest de la France, seules les enceintes de l’âge du Bronze moyen de « L’Étoile » et de la « ZI sud » à Mondeville (Calvados : Arbogast, 2006 a et b) présentent des proportions de restes de cheval comparables contrairement aux contextes d’habitat qui connaissent, en règle générale, des représentations beaucoup plus faibles. Cette forte proportion amène à s’interroger sur la fonction de ces animaux sur ces sites (monte, consommation, apparat...). De manière similaire, la présence de nombreux restes d’équidé en connexion anatomique, dans les niveaux datés du Hallstatt C, de Saint-Martin-de-Fontenay « le Chemin de May » (Germain-Vallée, 2005), pose question (fig. 5). Ces restes osseux témoignent d’un mode de rejet particulier à l’écart des rejets domestiques. En effet, le maintien des connexions anatomiques entre les vertèbres laisse supposer un enfouissement rapide du squelette après la mort. Le traitement de la bête correspond vraisemblablement à un rejet de carcasse ou bien à un dépôt particulier. Un tel dépôt présente des critères similaires avec ceux mis au jour au sein des fossés du Deuxième âge du Fer de Chambly et de Montmartin (Oise : Méniel 2001).

6Cette forte proportion d’animaux domestiques de grande taille ne peut-être attribuée exclusivement aux conditions de préservation. Quelles que soit les conditions de conservation observées les bovins dominent de façon récurrente les listes de faune que ce soit en nombre ou bien en poids de restes. Une grande majorité des sites étudiés livrent également des ossements appartenant aux parties anatomiques (carpe, tarse, phalanges...) et aux espèces (lièvre, chien, oiseux...) les plus petites et les plus fragiles.

2.3. Un dépôt particulier

7Un squelette de chien, en connexion anatomique, a été mis au jour à proximité immédiate d’une inhumation humaine lors d’un diagnostic archéologique réalisé à Saint-Martin-de-Fontenay sur le tracé de la déviation de la RD 562. Le squelette humain a été daté du Premier âge du Fer par radiocarbone. Les archéologues ont noté que le corps de l’animal épousait parfaitement les contours de la fosse et qu’un soin particulier semble avoir été porté à son ensevelissement (communication orale N. Coulthard, Service Archéologique du Conseil Général du Calvados). Les restes de chien sont peu présents sur les sites de l’âge du Fer. Le statut de cette espèce n’est pas encore bien défini pour la période du Bronze final et du Premier âge du Fer. L’usage de cette espèce était certainement multiple, consommation, gardiennage, compagnie..., et donc très difficile à mettre en évidence par le biais de l’étude des déchets domestiques. Cette double sépulture illustre donc de manière remarquable le lien qui pouvait unir l’Homme et cette espèce au Premier âge du Fer (fig. 6).

Fig- 5- Ossements de chevaux, Saint-Martin-de-Fontenay « Le Chemin de May » (cliché Service d’Archéologie du Conseil Général du Calvados).

Fig- 5- Ossements de chevaux, Saint-Martin-de-Fontenay « Le Chemin de May » (cliché Service d’Archéologie du Conseil Général du Calvados).

3. CONCLUSION ET PERSPECTIVES DE RECHERCHE

8La multiplication des études archéozoologiques, ces dernières années, dans l’ouest de la France offre la possibilité de présenter quelques premiers éléments de discussion concernant l’élevage et l’alimentation sur la période de transition entre l’âge du Bronze final et le Premier âge du Fer. Ces informations sont indispensables pour permettre une meilleure caractérisation et compréhension des habitudes agricoles et alimentaires des populations protohistoriques de l’Ouest.

Fig. 6. Squelette de chien, Saint-Martin-de-Fontenay « RD 562 » (cliché Service d’Archéologie du Conseil Général du Calvados).

Fig. 6. Squelette de chien, Saint-Martin-de-Fontenay « RD 562 » (cliché Service d’Archéologie du Conseil Général du Calvados).

9Les premiers résultats offrent une image nettement différente de celle connue pour la partie plus septentrionale de la France. Les proportions d’espèces sauvages sont très faibles et les listes de mammifères sauvages sont peu diversifiées. En ce qui concerne les mammifères domestiques et les activités agropastorales les bovins semblent clairement privilégiés ce qui pose la question des spécificités de l’élevage dans cette région. Il sera dès lors intéressant de comparer ces données avec celles issues d’autres zones géographiques ainsi que celles d’ensembles plus anciens et plus récents provenant de la façade occidentale de la France.

Bibliographie

Bibliographie

ARBOGAST R.-M., 2006a – Le mobilier osseux de l’enceinte de l’âge du Bronze moyen de l’Étoile (Mondeville). In : CHANCERELA., MARCIGNY C., GHESQUIÈRE E., 2006 – Le plateau de Mondeville (Calvados) du Néolithique à l’âge du Bronze. Paris, Maison des Sciences de l’Homme, p. 129-133 (Documents d’Archéologie Française, 99).

ARBOGAST R.-M., 2006b – Le mobilier osseux de la double enceinte de l’âge du Bronze moyen de la ZI sud (Mondeville, Grentheville). In : CHANCEREL A., MARCIGNY C., GHESQUIÈRE E., 2006 – Le plateau de Mondeville (Calvados) du Néolithique à l’âge du Bronze. Paris, Maison des Sciences de F Homme, p. 166 – 168 (Documents d’Archéologie Française, 99).

BAUDRY A., 2004 – Saint-Martin de Fontenay « RD 562 » : rapport d’étude archéozoologique, 6 p.

BAUDRY A., 2005a – Approvisionnement et alimentation camée sur les sites de F âge du Fer en retagne et en Normandie, première approche. Exemple du site de « La Campagne » à Basly (Calvados). Revue Archéologique de l’Ouest, 22, p. 165-180.

BAUDRY A., 2005b – Cerisé « Parc d’activités », étude archéozoologique : rapport d’étude, 4 p.

GERMAIN-VALLÉE C., 2005 – Saint-Martin-de-Fontenay (Calvados) lieu-dit « Le Chemin de May ». Document Final de Synthèse de fouille archéologique préventive. Caen, SRA Basse-Normandie, 82 p.

LEPAUMIER H., MÉNAGER L., BAKKAL M., 2002 – Cerisé « Parc d’activités », évaluation archéologique, Document final de synthèse. 51 p.

JAHIER I., à paraître – Une résidence monumentale des Premier/Second âge du Fer à Courseulles-sur-Mer (Calvados) (Documents d’Archéologie Française).

SAN JUAN G., GHESQUIÈRE E., MÉNIEL P., 1996- Un site d’habitat protohistorique avec un cercle de trous de poteaux à Cagny (Calvados). Revue Archéologique de l’Ouest, 13, p. 89-102.

SAN JUAN G., LEPAUMIER H., GALLOUIN E., FROMONT N., 2000 – Le site protohistorique de La Campagne à Basly (Calvados). Les enceintes en éperon du Néolithique final/Chalcolithique et du Hallstat. Rapport de fouille programmée. Caen, SRA Basse-Normandie, 91 p.

MÉNIEL P, 1984 – Contribution à l’histoire de l’élevage en Picardie du Néolithique à l’âge du Fer. Amiens, 56 p., 52 fig. (Revue Archéologique de Picardie, n° spécial).

MÉNIEL P, 2001 – Les Gaulois et les animaux, élevage, repas et sacrifice, Paris, Errance, 128 p.

YVINEC J.-H., 2000 – Le site de Courseulles-sur-Mer « La fosse Touzé ». Rapport de fin d’étude. AFAN, 21p.

Table des illustrations

Titre Fig. 1. Carte de répartition des sites pris en compte (DAO L. Quesnel et A. Baudry/UMR 6566).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/18306/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 30k
Titre Fig. 2. Tableau récapitulatif des sites pris en compte et présentation des ensembles fauniques (A. Baudry/UMR 6566).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/18306/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 63k
Titre Fig. 3. Liste des espèces sauvages présentes (A. Baudry/UMR 6566).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/18306/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 65k
Titre Fig. 4. Proportion des quatre principales espèces domestiques (en % du nombre de restes déterminés) (DAO L. Quesnel et A. Baudry/UMR 6566).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/18306/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 44k
Titre Fig- 5- Ossements de chevaux, Saint-Martin-de-Fontenay « Le Chemin de May » (cliché Service d’Archéologie du Conseil Général du Calvados).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/18306/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 29k
Titre Fig. 6. Squelette de chien, Saint-Martin-de-Fontenay « RD 562 » (cliché Service d’Archéologie du Conseil Général du Calvados).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/18306/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 30k

© ARTEHIS Éditions, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search