Version classiqueVersion mobile

De l’âge du Bronze à l’âge du Fer en France et en Europe occidentale (Xe-VIIe siècle av. J.-C.)

 | 
Henri Gaillard de Sémainville

Thème spécialisé de l’âge du bronze à l’âge du fer en France et en Europe occidentale (Xe – VIIe siècle av. J.-C.).

Le passage de l’âge du Bronze à l’âge du Fer ... Au fil de l’épée

Patrice Brun, Bruno Chaume, Laurent Dhennequin et Béatrice Quilliec

Résumé

L’habitude de fixer le début de l’âge du Fer vers 800 av. J.-C. est ici contestée, tant du point de vue sociologique global que du strict point de vue de la technique métallurgique. Un examen détaillé des questions fondamentales tournant autour des épées « hallstattiennes » est d’abord proposé aux plans typologiques, quantitatifs, chronologiques et spatiaux. Nous tentons, ensuite, de montrer que la fameuse épée « hallstattienne » en fer ne résulte pas d’une genèse unilatérale, issue soit du domaine nord-alpin, soit du domaine nord-atlantique, mais d’une bien plus précoce série de transferts bilatéraux, voire multilatéraux. Nous soulignons, enfin, que l’usage du fer ne participe d’une mutation économique déterminante que bien plus tard, vers le IIIe s. av. J.-C.

Texte intégral

1Caractéristique du XIXe siècle et de sa « révolution » industrielle, le système des trois âges se fondait sur l’idée que le passage d’une technique fondée sur une nouvelle matière première représentait un changement majeur de la préhistoire européenne. Cette idée ne va plus de soi. D’autres critères, économiques, politiques ou idéologiques ont été plus déterminants à cet égard que l’adoption d’une simple technique métallurgique. Même du strict point de vue technique, fixer le début de l’âge du Fer vers 800 av. J.-C. s’avère contestable. Le fer n’apparaît régulièrement que dans le dernier tiers du VIIIe siècle av. J.-C. et, presque exclusivement sous la forme de l’épée ; c’est-à-dire un objet réservé aux élites masculines. En conséquence, cette nouvelle technique n’a pu avoir que des implications limitées sur l’économie et l’ensemble de la société, jusqu’à ce que l’outillage agricole profite de cette innovation. Les changements qui se produisent du IXe au VIIe siècles av. J.-C. doivent, pour être mieux évalués, procéder d’un retour aux questions fondamentales et d’études typologiques, quantitatives et spatiales rigoureuses ; en particulier sur les épées et les mobiliers associés. Cette analyse constituera le support de nouvelles propositions sur l’adoption du fer en Europe en fonction de ses conséquences sur le système social.

1. LES QUESTIONS FONDAMENTALES

2L’une des premières questions à poser ici est celle de la définition d’un nouvel âge technique. Trois options sont possibles. On peut choisir de parler d’un nouvel âge technique à partir des premières apparitions d’objets fabriqués selon la technique envisagée ; en ce cas, les premières découvertes sporadiques, bien que déjà dispersées, d’objets en fer remontent au XIIe siècle av. J.-C. sur le continent européen. On peut préférer la généralisation spatiale, c’est-à-dire la présence régulière sur une vaste zone, d’objets en fer ; c’est l’option qui a été entérinée au XIXe siècle pour construire la nomenclature des systèmes chronologiques en vigueur aujourd’hui encore. La généralisation qui se produit effectivement au VIIIe siècle av. J.-C. s’avère toutefois très sélective puisqu’elle concerne très majoritairement un type d’objet particulier : l’épée. On peut alors opter pour la généralisation sociale du nouveau métal, c’est-à-dire le moment où il se trouve suffisamment accessible pour engendrer des conséquences économiques majeures ; dans ce cas, il faut attendre le IIIe siècle av. J.-C. pour que l’économie vivrière bénéficie de manière significative de cette innovation technique.

3Il convient aussi de s’interroger sur la pertinence du seul critère technique pour concevoir le passage d’un âge à un autre, en termes de civilisation au sens large. Un changement social majeur induit, en effet, des répercussions dans tous les domaines de la vie sociale :

  • le domaine économique (les productions agropastorales et artisanales, ainsi que les transports) ;

  • le domaine politique (la structure hiérarchique, la dimension territoriale, la nature des pouvoirs de coercition) ;

  • le domaine idéologique (le système de valeurs éthiques, les croyances religieuses, les modes d’expression symboliques).

4Il va, toutefois, de soi qu’une innovation technique ne modifie pas forcément l’ensemble du système social. Elle peut ne constituer qu’une composante, voire une résultante d’un processus de changement global.

5C’est précisément dans l’esprit d’une mise en perspective globale qu’avait été proposée la substitution d’un modèle socio-économique au modèle « migrationniste » traditionnel (Brun 1988). Suite à la démonstration de ce que les ruptures stylistiques majeures du Bronze final se localisaient, non pas entre le Bronze D et le Hallstatt A, puis entre le Hallstatt A et le Hallstatt B, mais à l’intérieur même du Hallstatt A (entre Ha A1 et A2) et du Hallstatt B (entre Ha B1 et B2/3), cette proposition de caractère systémique préconisait un déplacement du début de l’âge du Fer au niveau de la rupture entre Ha B1 et B2/3. Ce moment, qui se situe vers 930 av. J.-C., semblait correspondre à l’arrêt d’une dynamique expansionniste du Complexe culturel nord-alpin ; la précédente, au milieu du Ha A, étant conçue comme une accélération de cette dynamique d’expansion démographique, agropastorale et culturelle. Parvenu à ses limites, le système social aurait pris des formes d’organisation caractérisées par une fixation territoriale et une autonomisation économique inaugurant les caractéristiques du Premier âge du Fer, culminant dans la structure des « principautés » du Ha D après un changement de l’échelle d’intégration. Ce schéma souffrait de deux faiblesses principales. La première, reconnue d’emblée, résidait dans l’incertitude de l’échelle de pertinence de la rupture, dans l’espace, au-delà du Complexe nord-alpin, comme dans le temps ; cela exigeait bien entendu de longues études complémentaires qui ont été réalisées depuis lors. La seconde tenait à l’ignorance d’une décroissance forte du nombre de sites de hauteur fortifiés durant le Ha C. Heinrich Härke (1982) l’avait bien souligné alors, mais les incertitudes affectant la typochronologie de la céramique du Ha B2/3 et du Ha C avaient conduit à écarter cette idée. Les résultats plus récents montrent qu’il s’est bel et bien produit un changement dans les modalités d’occupation de l’espace territorial au cours du VIIIe siècle av. J.-C. (Brun et al. 2005).

6Le caractère somme toute indistinct, graduel, sans à-coups dans l’évolution de la culture matérielle, du passage de l’âge du Bronze à l’âge du Fer a pu commencer d’être réévalué grâce à la mise en évidence très claire d’un « horizon de Gündlingen ». Un article demeuré fameux à juste titre de C. Pare (1991) a permis d’individualiser une étape chronologique entre le Ha B2/3 et le Ha C traditionnel. On a moins remarqué, en France, que Nico Roymans (1991) avait proposé de manière tout aussi convaincante et la même année, d’isoler cet « horizon de Gündlingen » pour les tombes des élites sociales du bassin inférieur du Rhin. Il mettait en évidence, dans cet article, la continuité typologique et structurelle qui s’observait d’un âge à l’autre, via l’horizon en question.

2. PRÉCISIONS TYPOLOGIQUES ET CHRONOLOGIQUES

7Des progrès ont été accomplis sur la typologie fine des épées de la famille de Gündlingen. Une première synthèse des propositions antérieures (Cowen 1967 ; Burgess, Colquhoun 1988 ; Mariën 1975 ; Schauer 1971) a été proposée par P.-Y. Milcent (2004). Les critères en sont souvent insuffisamment précis et non exclusifs. Ce défaut peut être corrigé par l’utilisation de nouvelles typologies : celle des épées du Bronze final atlantique (Quilliec 2003) et celle des épées du Premier âge du Fer (Dhennequin 2005). Il est ainsi permis de mieux suivre l’évolution morphologique conduisant d’un type d’épée atlantique à la grande épée hallstattienne en fer, dont la version en bronze porte le nom de type de Mindelheim. Cette séquence, qui montre en particulier l’allongement progressif de l’arme, est la suivante : 1 – Ewart-Park, 2 – Thames, 3 – Holme Pierrepoint, 4 – Villement, 5 – Wehringen (à l’ouest), 6 – Weichering (à l’est), 7 – Büchenbach, et 8 – Mindelheim (fig. 1).

8Une nouvelle typologie des épées atlantiques de l’âge du Bronze, réalisée à l’échelle de l’Europe, permet dorénavant de préciser les degrés de ressemblance entre les objets (Quilliec 2003). Ces épées sont toutes des armes formées d’une lame à deux tranchants prolongée d’une languette ; plate le plus souvent. La languette s’allonge pour adopter, à la fin de la première étape du Bronze final (Br D-Ha A1), une structure en trois parties (pommeau, fusée, garde) qui perdure au 1er âge du Fer. À l’extrême fin de l’âge du Bronze, les épées possèdent toutes une languette tripartite et se distinguent mutuellement en fonction de la garde. Celle-ci est décrite par sa forme : triangulaire ou carrée, et par sa hauteur relative : selon le rapport entre sa hauteur et sa largeur. Cette classification plus objective trouve, bien entendu, des parallèles avec les typologies traditionnelles (Briard 1965 ; Burgess, Colquhoun 1988). Il est important de remarquer une augmentation graduelle de la hauteur de la garde des épées, du Ha B2/3 (épées à languette tripartite et garde rhomboïdale haute qui correspondent aux épées du type d’Ewart-Park), puis sa diminution ensuite avec la garde basse des épées de la famille de Gündlingen, subdivisée désonnais comme on va le voir maintenant.

Fig. 1. Évolution des types d’épées en bronze conduisant, à partir du Ha B2/3, au type de Mindelheim. 1 : Ewart-Park, 2 : Thames, 3 : Holme Pierrepoint, 4 : Villement, 5 : Wehringen, 6 ; Weichering, 7 : Büchenbach, 8 : Mindelheim . (d’ap. Dhennequin 2005).

Fig. 1. Évolution des types d’épées en bronze conduisant, à partir du Ha B2/3, au type de Mindelheim. 1 : Ewart-Park, 2 : Thames, 3 : Holme Pierrepoint, 4 : Villement, 5 : Wehringen, 6 ; Weichering, 7 : Büchenbach, 8 : Mindelheim . (d’ap. Dhennequin 2005).

9Les différents types d’épées du VIIIe siècle av. J.-C. ont, eux aussi, été explicités de manière claire au moyen d’un nouveau système de classification hiérarchique (Dhennequin 2005) (fig. 1). Ce système part de la lame – partie active de l’objet – vers sa partie passive : la poignée. Des éléments supplémentaires ont été ajoutés à la classification hiérarchique afin de faciliter l’identification des armes fragmentaires.

10Les travaux de typologie antérieurs avaient conduit à des interprétations diverses de la genèse de la fameuse épée hallstattienne. Les premières, élaborées par P. Reinecke (1906) puis J. Déchelette (1913), avaient placé le foyer de création de ces objets en Europe centrale – d’où leur dénomination d’armes « hallstattiennes ». Elles traduisaient, à leurs yeux, l’importance des épées en bronze dans la genèse des armes en fer. À partir des années 1960, plusieurs chercheurs ont débattu de leur origine et de leur sens de diffusion.

11J. D. Cowen fut l’un des premiers à revenir sur la question en partant de la carte de répartition et de la typologie de ces armes (Cowen 1967). Mais sa classification, basée sur la morphologie des pommeaux, s’est révélée inadaptée, car axée sur un élément de détail et ne rendant pas compte des autres données. En reprenant indirectement les principes antérieurs, il attribuait à ces armes une origine continentale et une diffusion dans les îles britanniques par l’intermédiaire d’importations ou d’influences morphologiques avec la création locale du type Thames.

12Quelques années plus tard, P. Schauer qui, à l’instar de J.D. Cowen, avait déjà travaillé sur les armes de l’âge du Bronze (Schauer 1971) a présenté un schéma complètement différent. Il a considéré que l’épée hallstattienne avait une origine atlantique (Schauer 1972) et que ses prototypes étaient les armes des types d’Ewart-Park et de la Thames (Tamise). Il reprenait des propositions déjà formulées par J. Briard quelques années plus tôt (Briard 1965 : 205-208) définissant un système relativement complexe où les artisans nord-alpins auraient été influencés par les modèles atlantiques dans l’élaboration de l’épée hallstattienne. Cette influence aurait finalement abouti à des exportations en retour d’armes nord-alpines vers les îles britanniques. C.B. Burgess et I. Colquhoun, après une nouvelle étude des armes britanniques, ont ensuite repris sans aucune modification l’hypothèse de J.D. Cowen (Burgess, Colquhoun 1988 : 115), la tenant pour acquise.

  • 1 Qui est en fait le type de Büchenbach de L. Dhennequin.

13Un plus récent effort de formalisation de ces données a été fourni par P.-Y. Milcent (Milcent 2004 : 108-118). Ses hypothèses ont été résumées dans un tableau où il défend l’origine atlantique du type de Villement, le plus ancien, au moyen d’une analyse cartographique. Il voit une évolution en parallèle des armes des types de Wehringen et de Miers1 dans chaque grand complexe culturel, incluant des influences réciproques (Milcent 2004 : fig. 61). S’il constitue une avancée intéressante, ce schéma pose deux problèmes majeurs. L’auteur n’y mentionne pas les caractéristiques spécifiques des armes dans sa typologie. Il est donc impossible de différencier les variantes atlantique et nord-alpines d’un même type. De plus, son type de Weichering ne figure pas dans le tableau. Son origine reste, par conséquent, obscure. Son hypothèse concernant la genèse de l’armement est vérifiée, mais la complexité des phénomènes de production et d’échanges se révèle beaucoup moins bien analysée. La raison principale en est, une fois de plus, une typologie basée essentiellement sur la morphologie générale des armes, indépendamment des données techniques.

14L’influence paradoxale des concepteurs du type d’Ewart Park (Cowen 1967 ; Schauer 1971 ; Burgess, Colquhoun 1988) dans cette idée de diffusion ne fait guère de doute. Il est toutefois permis de concevoir une genèse moins unilatérale. Divers types nord-alpins d’épées à languette tripartite annoncent, en quelque sorte, cette excroissance de la partie proximale de la poignée, destinée à assujettir un pommeau ostentatoire. La classification de P. Schauer le montre clairement et permet ainsi d’envisager des transferts non pas unilatéraux, mais bilatéraux entre le Complexe nord-alpin et le Complexe atlantique (fig. 2). Les cartes de répartition des épées des types du Ha A2-B1, propres à l’espace de la Culture Rhin-Suisse-France orientale : les types de Hemigkofen, d’Erbenheim et de Letten (Brun 1988), se conforment à l’évidence, bien soulignée par N. Roymans (1991), d’un rôle crucial joué par la zone du Rhin inférieur dans l’exportation de ces épées vers le Complexe atlantique jusque dans le bassin de Londres (fig. 3).

15Il est même permis de penser que, dans la genèse en question, les transferts n’ont pas été seulement bilatéraux, mais multilatéraux. Les caractéristiques principales des épées du type de Mindelheim sont la languette terminée par un pommeau campaniforme et une longueur de lame supérieure à celle de la famille de Gündlingen. Des différences métrologiques mais également morphologiques sont marquées entre les deux types : la lame des épées du type de Mindelheim est nettement plus pistilliforme et porte des nervures ou des cannelures de part et d’autre de son axe médian. Mais, c’est la construction du pommeau des épées du type de Mindelheim qui intrigue le plus parmi ces différences ; non que les exemplaires de la famille de Gündlingen en fussent dépourvus : ces épées possédaient aussi un pommeau, mais très peu épais, de l’ordre de quelques millimètres. La forme de son extrémité proximale était rectangulaire. Il s’agissait plus d’un prolongement des joues en bois ou en os que d’un véritable pommeau individualisé. Le pommeau campaniforme des épées du type de Mindelheim, sans doute beaucoup moins fonctionnel, est d’une tout autre conception. De ce fait, se posait un vrai problème technique pour son maintien à l’extrémité de la languette de l’épée. Le trou, visible sur le talon de l’extrémité proximale de la languette de toutes les épées du type de Mindelheim, a pu jouer un rôle, qui demeure, toutefois, mal élucidé. Sur les épées en fer proches du type de Mindelheim, la fusée qui prolonge le pommeau a le plus souvent disparu. Cet orifice constitue, ainsi, quoi qu’il en soit, un critère de détermination très fiable du type d’épée, comme l’a montré W. Reinhard (2003).

Fig. 2. Succession des principaux types d’épées en bronze à languette tripartite dans les Complexes culturels atlantique (Croupe nord) et nord-alpin, avec indication des transferts bilatéraux d’innovations techniques et morphologiques (flèches).

Fig. 2. Succession des principaux types d’épées en bronze à languette tripartite dans les Complexes culturels atlantique (Croupe nord) et nord-alpin, avec indication des transferts bilatéraux d’innovations techniques et morphologiques (flèches).

16Les cartes de répartition des épées hallstattiennes en bronze et en fer, tous types confondus, de W. Kimmig (pour les épées en bronze : Kimmig 1975 : 391, fig. 83, reproduite dans Pare 1991 : fig. 5 ; pour les épées en fer : Kimmig 1975 : 392, fig. 84, reproduite dans Pare 1991 : fig. 6) suggèrent avec force deux phénomènes bien distincts. D’une part, le Complexe culturel atlantique a généré une partie au moins de la production des épées en bronze, mais d’autre part, l’adoption des modèles en fer a eu lieu presque exclusivement dans le Complexe nord-alpin (dit aussi pour le 1er âge du Fer, Westhallstattkreis par certains, ou province hallstattieime occidentale). Proposer une diffusion exclusivement ouest-est pour l’ensemble des épées hallstattiennes en bronze serait dès lors une erreur. À l’instar de la variante orientale du type de Wehringen, des types spécifiques, bien qu’apparentés, ont été produits dans le sud de l’Allemagne ; P. Schauer (1971) avait déjà pointé ce phénomène. Nous pouvons aller un peu plus loin. La variante de Weichering de son type de Muschenheim est spécialement intéressante parce qu’il ou elle (le type ou la variante du type) est affilié(e) typologiquement, sans doute, à la variante orientale du type de Wehringen, et qu’il a sans doute été produit dans le sud de l’Allemagne où il a connu une diffusion limitée, mais certaine, d’est en ouest.

17Il convient, enfin, d’insister sur le fait que l’étape de Gündlingen n’a duré que 70 à 75 ans. Cela implique des chevauchements dans le temps et dans l’espace des différents types, de Villement à Büchenbach. Ajoutons, dans le même esprit, que quelques dates 14C suggèrent la mise en terre de versions en fer – rares toutefois – de ces types d’épées dans les deux premiers tiers du VIIIe siècle av. J.-C., voire à la fin du IXe siècle av. J.-C.

3. L’INNOVATION TECHNIQUE DU FER ET SES CONSÉQUENCES

18Bien que des objets en fer, notamment des épées, apparaissent dès le Ha B2/3 et deviennent plus nombreux durant l’étape de Gündlingen, il faut attendre le Ha C traditionnel, qui débute vers 730 av. J.-C., pour voir le fer devenir quantitativement significatif en Europe tempérée humide. Les dépôts funéraires à épée en fer possèdent, pour certains d’entre eux, d’autres types d’objets en fer. Il s’agit pourtant d’objets relevant exclusivement de la sphère du « style de vie aristocratique », caractérisé par de la vaisselle métallique en bronze et la présence d’or et/ ou d’ambre notamment.

  • 2 L’analyse a été réalisée pour chaque catégorie d’objets en présence ou absence.

19Sur l’ensemble du corpus des sépultures fiables à armes de poing du Ha C, 179 tombes ont livré un mobilier contenant au moins un objet en fer2. Parmi celles-ci, 13 contenaient une épée en bronze comme armement principal (environ 7 %), 131 (sépultures) une épée en fer (73 %), 31 une arme à antennes (17 %) et 4 une arme à antennes et une épée en fer (2 %). La relation avec l’épée en fer est donc très forte, et comme cela a souvent été remarqué, celle-ci est souvent l’unique pièce en métal des sépultures. D’un point de vue chronologique, seules 5 sépultures, toutes contenant une épée en bronze, peuvent être datées indubitablement de l’étape de Gündlingen, dite aussi Ha C ancien par plusieurs auteurs après C. Pare (Chavéria, tumulus 16 ; Deusmauer ; Gorszewice, sépulture 33 ; Litomerice ; Schirndorf, tumulus 202).

20Il est important de signaler qu’aucune panoplie standard ne se détache véritablement. Il ne faut pas s’en étonner, car la zone d’étude est très vaste et nous avons affaire à des sépultures d’un certain niveau social qui relèvent de coutumes spécifiques. Le mode de sépulture (inhumation ou incinération) est lui-même variable. Néanmoins, plusieurs catégories d’objets en fer sont suffisamment fréquentes pour permettre une étude spécifique.

Fig. 3. Répartition des épées en bronze et en fer de l’étape de Gündlingen et du Ha C traditionnel. Cercles pleins : dépôts funéraires, triangles vides : dépôts non funéraires aquatiques, croix : dépôts non funéraires terrestres, tiretés : limite s du Complexe culturel nord-alpin, flèches : principales voies de circulation des transferts bilatéraux d’innovations techniques et morphologiques (d’ap. Roymans 1991).

Fig. 3. Répartition des épées en bronze et en fer de l’étape de Gündlingen et du Ha C traditionnel. Cercles pleins : dépôts funéraires, triangles vides : dépôts non funéraires aquatiques, croix : dépôts non funéraires terrestres, tiretés : limite s du Complexe culturel nord-alpin, flèches : principales voies de circulation des transferts bilatéraux d’innovations techniques et morphologiques (d’ap. Roymans 1991).

21Les associations avec des couteaux en fer sont les plus fréquentes (84 occurrences). Le couteau se trouve d’ailleurs presque systématiquement placé en relation avec des restes de faune. Aucun couteau en bronze ne figure dans les inventaires de ces sépultures.

22Le char joue un rôle important dans de nombreux ensembles, tant par ses pièces propres (bandages, appliques décoratives, clavettes en fer) avec 40 occurrences, que par les pièces de harnachement qui lui sont souvent associées (47 occurrences).

23Les parures en fer sont présentes de manière non négligeable, mais chaque catégorie est numériquement inférieure à son équivalent en bronze (16 cas de bracelets en fer contre 24 de bracelets en bronze ; 11 cas d’épingles en fer contre 54 en bronze).

24Le schéma d’association des trousses de toilette est assez conforme à celui des parures (12 trousses de toilette en fer contre 19 en bronze ; 10 rasoirs en fer contre 8 en bronze)

25Les haches en fer sont souvent présentes aussi (24 occurrences), mais elles sont très largement localisées à cette période dans la partie orientale du domaine hallstattien.

  • 3 Le bronze est encore présent sur les armes voire sur certains couteaux sous la forme de décors dama (...)

26Les catégories d’objets en fer présents dans ces sépultures ont toutes leur pendant en bronze qui continue d’exister. Aucun type – à l’exception peut-être des bandages de roues – n’apparaît ex nihilo dans le nouveau métal. Les armes et les couteaux apparaissent donc, à cette période, comme les seules catégories pour lesquelles le bronze tend à disparaître complètement en tant que matériau principal3. Le Ha C traditionnel voit en effet l’effacement progressif des derniers modèles d’épées en bronze (les types de Büchenbach et de Mindelheim), inadaptés tant techniquement que socialement aux nouvelles formes et au nouveau matériau qui s’imposent alors.

Fig. 4. Analyse factorielle des dépôts funéraires à épée des étapes de Gündlingen et Ha C traditionnel. Trois groupements d’objets en fer se distinguent autour de l’épée en fer, située au centre du nuage de points. Deux, à droite, correspondent à des assemblages régionaux : l’ensemble fibule, trousse de toilette, épingle et rasoir, majoritairement occidental ; l’ensemble flèche, lance, crochet de ceinture, hache et outil, plutôt oriental. Le troisième, à gauche, correspond probablement, avec ses pièces de char et de harnachement équestre, à un assemblage de type statutaire dominant.

Fig. 4. Analyse factorielle des dépôts funéraires à épée des étapes de Gündlingen et Ha C traditionnel. Trois groupements d’objets en fer se distinguent autour de l’épée en fer, située au centre du nuage de points. Deux, à droite, correspondent à des assemblages régionaux : l’ensemble fibule, trousse de toilette, épingle et rasoir, majoritairement occidental ; l’ensemble flèche, lance, crochet de ceinture, hache et outil, plutôt oriental. Le troisième, à gauche, correspond probablement, avec ses pièces de char et de harnachement équestre, à un assemblage de type statutaire dominant.

27Une analyse factorielle des dépôts funéraires à épée permet aussi de distinguer trois groupements d’objets en fer autour de l’épée en fer située près du centre (fig. 4). Deux d’entre eux correspondent à des assemblages régionaux :

  • l’ensemble composé de la fibule, de la trousse de toilette, de l’épingle et du rasoir s’avère majoritairement occidental ;

  • l’ensemble composé de la pointe de flèche, de la pointe de lance, du crochet de ceinture, de la hache et de l’outil s’avère majoritairement oriental.
    Le troisième, avec ses pièces de char et de harnachement équestre, correspond plutôt à un assemblage de type statutaire dominant.

28L’adoption de la métallurgie du fer en Europe fut très lente. Un palier très significatif est certes franchi autour de 730 av. J.-C. L’usage du fer reste toutefois réservé aux élites sociales qui l’utilisent pour leur équipement militaire et pour afficher leur prestige. Il faut attendre la fin du VIe siècle av. J.-C. pour observer une utilisation du fer dans la fabrication des outils de l’artisanat. Mais, ce n’est qu’au IVe, voire au IIIe siècle av. J.-C., que le fer entre régulièrement dans la fabrication des outils de l’agriculture et, par conséquent, modifie en profondeur l’organisation socio-économique.

29Ce constat rejoint celui de K. Levinsen (1989) qui a examiné les indices du développement dans le temps des techniques sidérurgiques en Europe centrale et nordique, jusqu’au IVe siècle ap. J.-C. Elle a montré, en utilisant les quatre niveaux de l’usage du fer de R. Pleiner (1980), que la tendance générale est celle d’une diffusion le long d’un axe globalement orienté du sud-est au nord-ouest. Tandis que les premières occurrences d’objets en fer apparaissent avant le début du Ier millénaire av. J.-C. dans les Balkans et en Roumanie, il faut attendre le IXe et surtout le VIIIe siècle pour en constater la présence dans le reste de cette zone. Les plus anciennes scories de fer aussi apparaissent dans les Balkans dès le IXe siècle av. J.-C., puis au VIIe siècle av. J.-C. dans la région nord-alpine et au début du Ve siècle av. J.-C. plus au nord. Les premiers fours d’extraction attestés datent pour leur part de la fin du VIIIe siècle av. J.-C., toujours dans les Balkans, du VIe siècle av. J.-C. dans la zone nord-alpine, des IVe et IIIe siècles dans le nord de la Pologne et de l’Allemagne, enfin du changement d’ère au Danemark. Les indices d’une production à grande échelle ne sont attestés qu’à partir de 600 av. J.-C., là encore dans les Balkans, de 200 av. J.-C. dans la zone nord-alpine et après 200 de notre ère plus au nord. Il convient, bien entendu, de nuancer ces observations. La faiblesse des traces laissées au sol par les bas-fourneaux laisse penser que le corpus connu ne reflète pas fidèlement la séquence évolutive du travail effectif du fer. Les trois autres catégories, qui peuvent être considérées comme beaucoup plus fiables, sanctionnent bien, en revanche, les trois moments du progrès de la sidérurgie durant la Protohistoire. Les premières occurrences se généralisent bien en quantité significative à la fin du VIIIe siècle av. J.-C. La visibilité archéologique des ateliers, pour ténue qu’elle soit, s’affirme au VIe siècle av. J.-C. dans une grande partie de l’Europe tempérée humide. Les indices de productions massives ne débordent largement la zone balkanique qu’à la fin du IIIe siècle av. J.-C.

30Ce nouvel examen de la question permet de proposer des conclusions novatrices. Les typologies rigoureuses établies par deux d’entre nous (Dhennequin 2005 ; Quilliec 2003), prenant notamment en compte les aspects techniques des produits à classifier, montrent que l’épée hallstattieime en fer ne résulte pas d’une genèse unilatérale issue soit du Complexe nord-alpin, soit du Complexe atlantique, mais d’une série de transferts bilatéraux, voire multilatéraux, commencés tôt dans le Bronze final pour les types à languette triparti te. Ces transferts très actifs, entre les deux complexes, sont surtout visibles dans les grandes vallées, principalement le Rhin et l’Escaut. Les épées en fer ne deviennent très nombreuses qu’avec le Ha C traditionnel, c’est-à-dire à partir de 730 av. J.-C. Quelques dépôts funéraires à épée en fer possèdent d’autres types d’objets en fer, mais il s’agit exclusivement d’objets, au premier rang desquels le couteau de boucher ou de sacrificateur, relevant de la sphère du « style de vie aristocratique ». Les associations de ces objets en fer montrent des combinaisons dont la signification paraît bien de type spatio-culturel pour deux d’entre elles : une orientale et une occidentale, et statutaire pour la troisième : les tombes à char ou à harnachement équestre. L’usage du fer se diffuse alors très largement en Europe continentale, mais reste monopolisé par les élites sociales à des fins politiques et idéologiques : le pouvoir et ses moyens, c’est-à-dire le prestige, la force et la légitimité religieuse. Le nouveau métal ne commence à bouleverser les sociétés européennes en profondeur qu’à partir du VIe siècle av. J.-C. pour les productions artisanales, mais surtout à partir du LT C pour la production agricole.

31L’étape de Gündlingen peut-elle finalement être considérée comme le début de l’âge du Fer ? Du point de vue technique, la réponse est, comme nous venons de le voir, non. Du point de vue structurel, nous pouvons répondre de manière tout aussi négative. Les tombes sous tumulus réapparaissent dès le Ha B2/3. La forme de l’épée hallstattienne elle-même résulte d’un long processus. L’évolution de la céramique ne laisse percevoir aucune rupture entre le Ha B2/3 et le Ha C, même si des subdivisions et une évolution des formes et des décors ont pu être précisées à la faveur de la croissance documentaire. Les sites majeurs ont certes été abandonnés, mais de manière très graduelle, semble-t-il, au cours du IXe siècle av. J.-C. Les dépôts non funéraires se raréfient eux aussi peu à peu, sauf dans quelques zones particulières, en Croatie, au Portugal, en Languedoc et peut-être dès le Ha C en Armorique (Hänsel 1997). Seules les modalités d’occupation de l’espace changent indéniablement, mais selon un tempo là encore très imprécis. Au total, l’étape de Gündlingen apparaît plutôt comme une étape de transition vers un nouveau système ; un système où, de surcroît, le fer ne joue encore qu’un rôle mineur du point de vue économique. Au VIIIe siècle av. J.-C., le nouveau métal ne constitue, semble-t-il, qu’un indice secondaire ou une simple conséquence de changements d’une autre nature encore mal documentés.

Bibliographie

Bibliographie

BRIARD J., 1965 – Les dépôts bretons de l’âge du Bronze atlantique. Rennes, 352 p. (Travaux du Laboratoire d’Anthropologie Préhistorique de la Faculté des Sciences de Rennes).

BRUN P., 1988 – L’entité « Rhin-Suisse-France orientale » : nature et évolution. In : BRUN P., MORDANT C. dir., 1988 – Le groupe Rhin-Suisse-France orientale et la notion de civilisation des Champs d’Urnes. Actes du colloque international, Nemours, 1986. Nemours, APRAIF, p. 599- 618 (Mémoires du Musée de Préhistoire d’Île-de-France, 1).

BRUN P., CATHELINAIS C., CHATILLON S., GUICHARD Y., LE GUEN P., NÉRÉ É., 2005. In : BOURGEOIS J., TALON M. dir., 2005 – L’âge du Bronze du Nord-Ouest de la France dans le contexte européen occidental : nouvelles découvertes et propositions de périodisation, Actes de la table ronde tenue dans le cadre du 125e Congrès national des sociétés historiques et scientifiques, Lille. 2000, Pré- et Protohistoire. Paris, Éd. du C.T.H.S.-A.P.R.A.B., p. 189-208.

BURGESS C. B., COLQUHOUN I., 1988 – The swords of Britain. Munich, C. H. Beck, 179 p. (Prähistorische Bronzefunde, IV- 5).

COWEN J. D., 1967 – The Hallstatt sword of Bronze : on the Continent and Britain, Proceedings of the Prehistoric Society, N.S. 33, p. 377-454, pl. LI-LV, LXII-LXIV.

DÉCHELETTE J., 1913 – Manuel d’archéologie préhistorique celtique et gallo-romaine. II. Archéologie celtique ou préhistorique. Paris, Picard.

DHENNEQUIN L., 2005 – L’armement au Premier âge du Fer en Europe tempérée. Paris, Thèse de doctorat, Université de Paris I – Panthéon-Sorbonne.

HÄNSEL A., HÄNSEL B., 1997 – Gaben an die Götter. Schätze der Bronzezeit Europas. Berlin : Seminar für Ur- und Frühgeschichte der Freien Universitat – Muséum für Vor-und Frühgeschichte, 241 p..

HÄRKE H., 1982 – Early Iron Age hill setdement in West Central Europe : patterns and developments. Oxford Journal of Archaeology 1, p. 187 -211.

KIMMIG W., 1975 – Bewaffnung, 6. Hallstattzeit. Reallexicon der Germanischen Altertumskunde, 2, p. 389-409.

LEVINSEN K. T., 1989 – The introduction of iron in Denmark. In : STIG SORENSEN M.L., THOMAS R. dir., 1989 – The Bronze Age-Iron Age Transition in Europe, Oxford, p. 440 – 456 (B.A.R., S. 483).

MARIËN M. E., 1975 – Épées de bronze « proto-hallstattiennes » et hallstattiennes découvertes en Belgique. Helinium, 15, p. 14-32.

MILCENT P.-Y., 1999 – Recherches sur le Premier âge du Fer en France centrale. Paris, Thèse de doctorat, Université de Paris I – Panthéon-Sorbonne.

MILCENT P.-Y., 2004 – Le Premier âge du Fer en France centrale. Paris, Société Préhistorique Française, 2 vol., 718 p., 132 pl. (Mémoire XXXIV).

QUILLIEC B., 2003 – L’épée atlantique : échanges et prestiges au Bronze final. Paris, Thèse de doctorat, Université de Paris I – Panthéon-Sorbonne.

PARE C., 1991 – Swords, Wagon-Graves and the Beginning ofthe Early Iron Age in Central Europe. Marburg, Philipps-Universität, 30 p. 10 fig. (Kleine Schriften aus dem Vorgeschichtlichen Seminar Marburg, 37).

PLEINER R., 1980 – Early iron metallurgy in Europe. In : WERTIME T.A., MUHLY J.D. dir., 1980 – The Coming of the Age of Iron. New Haven, Yale University Press, p. 375-415.

REINECKE P., 1906 – Mainzer Aufsätze zur Chronologie der Bronze- und Eisenzeit. Mayence, réédition 1965.

REINHARD W., 2003 – Studien zur Hallstatt- und Frühlatènezeit im Saarland. Bliesbruck-Reinheim, Parc archéologique européen (Blesa, 4).

ROYMANS N., 1991 – Late Urnfield Societies in the Northwest European Plain and the expanding networks of Central European Hallstatt Groups. In : ROYMANS N., THEUWS F. dir., 1991 – Images ofthe past. Studies on ancient Societies in Northwestern Europe. Amsterdam, Instituut voor Pre- en Protohistorische Archeologie, p. 9-89 (Studies in Pre- en Proto-historie, 7).

SCHAUER P., 1971 – Die Schwerter im Süddeutschland, Österreich und der Schweiz I. Munich, C.H. Beck, 154 pl. (Prähistorische Bronzefunde, IV-2).

SCHAUER P., 1972 – Zur Herkunft der bronzenen Hallstatt-Schwerter. Archäologisches Korrespondenzblatt, 2, p. 261-285.

Notes

1 Qui est en fait le type de Büchenbach de L. Dhennequin.

2 L’analyse a été réalisée pour chaque catégorie d’objets en présence ou absence.

3 Le bronze est encore présent sur les armes voire sur certains couteaux sous la forme de décors damasquinés, voire de pièces de la poignée, mais le fer le remplace totalement pour la lame.

Table des illustrations

Titre Fig. 1. Évolution des types d’épées en bronze conduisant, à partir du Ha B2/3, au type de Mindelheim. 1 : Ewart-Park, 2 : Thames, 3 : Holme Pierrepoint, 4 : Villement, 5 : Wehringen, 6 ; Weichering, 7 : Büchenbach, 8 : Mindelheim . (d’ap. Dhennequin 2005).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/18301/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 89k
Titre Fig. 2. Succession des principaux types d’épées en bronze à languette tripartite dans les Complexes culturels atlantique (Croupe nord) et nord-alpin, avec indication des transferts bilatéraux d’innovations techniques et morphologiques (flèches).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/18301/img-2.png
Fichier image/png, 126k
Titre Fig. 3. Répartition des épées en bronze et en fer de l’étape de Gündlingen et du Ha C traditionnel. Cercles pleins : dépôts funéraires, triangles vides : dépôts non funéraires aquatiques, croix : dépôts non funéraires terrestres, tiretés : limite s du Complexe culturel nord-alpin, flèches : principales voies de circulation des transferts bilatéraux d’innovations techniques et morphologiques (d’ap. Roymans 1991).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/18301/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 103k
Titre Fig. 4. Analyse factorielle des dépôts funéraires à épée des étapes de Gündlingen et Ha C traditionnel. Trois groupements d’objets en fer se distinguent autour de l’épée en fer, située au centre du nuage de points. Deux, à droite, correspondent à des assemblages régionaux : l’ensemble fibule, trousse de toilette, épingle et rasoir, majoritairement occidental ; l’ensemble flèche, lance, crochet de ceinture, hache et outil, plutôt oriental. Le troisième, à gauche, correspond probablement, avec ses pièces de char et de harnachement équestre, à un assemblage de type statutaire dominant.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/18301/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 51k

Auteurs

UMR 7041 Archéologies et sciences de l’Antiquité, Maison de l’Archéologie et de l’Ethnologie, 21 allée de l’Université, 92023 Nanterre Cedex. Adresse personnelle : 35 rue Benoist, 77140 Nemours – patrice.brun@mae.u-paris10.fr

UMR 7041 Archéologies et sciences de l’Antiquité, Maison de l’Archéologie et de l’Ethnologie, 21 allée de l’Université, 92023 Nanterre Cedex. Adresse personnelle : 18 avenue La Motte Picquet, 75007 Paris – ldhennequin@9online.fr

Archéologies et sciences de l’Antiquité, Maison de l’Archéologie et de l’Ethnologie, 21 allée de l’Université, 92023 Nanterre Cedex. Adresse personnelle : 180 rue Edouard Vaillant, 37000 Tours – benedicte.quilliec@mae.u-paris10.fr

© ARTEHIS Éditions, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search