Version classiqueVersion mobile

De l’âge du Bronze à l’âge du Fer en France et en Europe occidentale (Xe-VIIe siècle av. J.-C.)

 | 
Henri Gaillard de Sémainville

Thème spécialisé de l’âge du bronze à l’âge du fer en France et en Europe occidentale (Xe – VIIe siècle av. J.-C.).

Le passage de l’âge du bronze à l’âge du fer en Gaule au miroir des élites sociales : une crise au VIIIe siècle av. J.-C.?

Pierre-Yves Milcent

Résumé

Le passage de l’âge du Bronze à l’âge du Fer a nourri de nombreuses discussions depuis plus d’un siècle. Les travaux des deux dernières décennies ont régulièrement insisté sur le caractère graduel de ce passage, mais à partir de données insuffisantes ou équivoques. L’étude des sociétés de la Gaule centrale a montré la nécessité de prendre en compte l’ensemble des vestiges matériels disponibles pour aborder la question (production céramique et métallique, pratiques funéraires et de déposition, formes et modalités d’occupation du sol, climat, etc.). Si l’on observe que les dynamiques évolutives en œuvre suivent des rythmes et tendances divers, il n’en demeure pas moins que plusieurs d’entre elles, et non des moindres, marquent tantôt une accélération, tantôt une profonde mutation, voire une rupture, au VIIIe siècle av. J.-C. Afin d’élargir cette perspective d’analyse à l’échelle de toute la Gaule, nous devions échantillonner l’information. C’est pourquoi nous avons focalisé notre attention sur les données archéologiques relevant des élites, considérant que ces dernières reflètent, malgré d’inévitables distorsions, l’évolution des sociétés au passage de l’âge du Bronze à l’âge du Fer. Nous aboutissons au résultat que, si des contrastes assez nets existent d’une région à l’autre, il n’en demeure pas moins que le VIIIe siècle correspond d’une façon générale à un horizon de profonds changements, souvent synonymes de crises. Les causes possibles de cette crise apparaissent multiples et combinées.

Texte intégral

1Près de 25 ans après la publication, en 1984, des actes du colloque de Dijon intitulés « Transition Bronze final/ Hallstatt ancien : problèmes chronologiques et culturels », il est opportun de revenir sur la problématique du passage de l’âge du Bronze à l’âge du Fer tant les nouvelles découvertes et perspectives de recherche l’ont renouvelée. Au-delà de l’intérêt scientifique suscité par la réunion de spécialistes des âges du Bronze et du Fer, ce qui permettait de transgresser une ligne de démarcation disciplinaire très artificielle, le colloque de Saint-Romain-en-Gal avait pour but non seulement de procéder à un bilan des connaissances, mais également de tester la validité des modèles interprétatifs déjà formulés, d’en proposer d’autres le cas échéant.

2Notre propos consistera à résumer de façon très synthétique l’histoire de la recherche en France sur le sujet, en insistant sur les travaux les plus récents, puis à donner notre point de vue. Il s’agira de dresser un bilan actualisé et synthétique des connaissances, en focalisant l’attention sur les matériaux archéologiques qui relèvent entièrement ou partiellement des élites sociales. Ce choix répond à une logique d’échantillonnage car tous les documents ne sauraient être pris en considération à l’échelle d’investigation qui est la nôtre. Il nous semble que les élites, en tant que groupe social distinct et dominant, générateur de données archéologiques nombreuses et mieux étudiées que d’autres, sont parmi les plus à même de refléter l’évolution des sociétés au passage de l’âge du Bronze à l’âge du Fer. Cette perspective n’est bien entendu pas la seule envisageable : ce n’est qu’un miroir dont il importe de déceler les distorsions, mais qui reste très commode pour saisir à large échelle les principales mutations historiques, tout particulièrement au VIIIe siècle av. J.-C. qui apparaît de plus en plus nettement comme un horizon majeur de mutations.

3Cette recherche s’appuiera spécialement sur les connaissances rassemblées pour la Gaule centrale, en Berry et Auvergne en particulier (Milcent 2004 ; 2005). Le modèle qui en est tiré aura valeur de comparaison et d’interprétation. L’exercice comparatif possède toutefois des limites, notamment en raison des fortes disparités qui affectent les documentations régionales. Pour ne retenir qu’un exemple, les sépultures susceptibles de laisser des traces matérielles interprétables, qu’elles appartiennent ou non aux élites, demeurent très mal connues en Gaule atlantique aux IXe et VIIIe siècles av. J.-C. En outre, les informations sont souvent difficiles à rassembler et on ne saurait prétendre être exhaustif en la matière (cf. les cartes qui suivent). Néanmoins, les élites étant au cœur de réseaux de contacts à longue distance, elles présentent souvent une évolution comparable à l’échelle interrégionale. Dès lors, il devient possible de contourner certaines lacunes : l’exemple d’une région dont la documentation paraîtrait représentative pourra être prudemment étendu à une autre, si toutes deux appartiennent au même domaine culturel.

1. RAPPEL DE L’HISTOIRE DES RECHERCHES EN FRANCE ET NOUVELLES PERSPECTIVES

4Depuis le dernier quart du XIXe siècle durant lequel s’est imposée parfois difficilement en France la distinction des âges des métaux, les interprétations relatives au passage de l’âge du Bronze à l’âge du Fer relèvent principalement de deux perspectives divergentes :

– l’approche « migrationniste » a d’abord été introduite par des savants très attentifs aux travaux sur la linguistique indo-européenne et les sources littéraires antiques, tels Alexandre Bertrand (1876) et Salomon Reinach (Bertrand, Reinach 1894). Elle a ensuite été développée par Henri Hubert (1932) qui lui a donné un contenu ethnique et racial en s’appuyant sur des travaux d’anthropologie physique. Dans l’optique de ces chercheurs, le passage à l’âge du Fer aurait correspondu à l’installation en Gaule de groupes hallstattiens équipés d’une épée longue en bronze ou en fer et originaires de l’Europe centrale ou même, pour d’autres archéologues, du monde steppique. Ces groupes auraient introduit ou développé la métallurgie du fer ainsi que l’usage de la cavalerie. Ces mouvements de population auraient été déclenchés par une péjoration climatique, par une propension des peuples maîtrisant le fer à l’expansionnisme aux dépens des « peuples du bronze » et par un « terrible remue-ménage dans les nations celtiques » provoqué par d’autres migrations (Hubert 2001 [1932] : 251-260). Le dynamisme des études protohistoriques en Allemagne durant le XXe siècle et son influence outre-Rhin n’ont pas peu contribué ensuite à conforter la thèse « migrationniste » jusqu’aux armées 1980 en France ;

– en 1910 et 1913, Joseph Déchelette exprimait, contre l’opinion de la plupart de ses contemporains, une idée originale, celle d’une mutation économique, pour expliquer l’apparition du fer au début de l’époque de Hallstatt : « il n’est nullement nécessaire d’admettre quelque invasion étrangère pour expliquer l’apparition du nouveau métal en Gaule » (Déchelette 1913 [1927] : p. 36). Malgré le succès du manuel d’archéologie protohistorique, cette optique évolutionniste rencontra fort peu d’échos et ne réapparut véritablement, sous une forme renouvelée et enrichie, qu’à l’occasion des colloques de Dijon et Nemours tenus respectivement en 1984 et 1986. On doit pour beaucoup ce renversement de perspective aux recherches de Patrice Brun (Brun 1986 ; 1988). Dans le sillage de travaux de chronologie suisse inaugurés par E. Vogt et approfondis par U. Ruoff, P. Brun argumente une nouvelle hiérarchie des découpages chronologiques de l’âge du Bronze final et du Premier âge du Fer en France. Celle-ci est articulée en trois étapes et accorde moins d’importance à la transition Bronze final IIIb/ Hallstatt ancien qu’à la transition Bronze final IIIa/ Bronze final IIIb conçue comme une césure, ce qui a pour effet de gommer les mutations et innovations que les archéologues pensaient percevoir au début de l’époque de Hallstatt. Outre le Hallstatt ancien, le début du Premier âge du Fer engloberait le Bronze final IIIb pour former structurellement une même étape évolutive (étape 3 ou Bronze final IIIb-Hallstatt ancien) correspondant à une dynamique de concentration des communautés, en rupture avec le système expansionniste apparu au début du Bronze final et caractéristique des étapes 1 (Bronze final I-IIa) et 2 (Bronze final IIb-IIIa). La réorganisation des communautés au Bronze final IIIb-Hallstatt ancien (étape 3) sur un mode plus stable et centripète, matérialisé notamment par la multiplication des fortifications, aurait engendré une crise de circulation du bronze, dont témoigneraient de nombreux dépôts métalliques, et le développement de l’exploitation des ressources locales, parmi lesquelles le fer. Selon P. Brun cette étape de « concentration » aurait ouvert la voie de l’intégration des domaines atlantique et nord-alpin, à partir du VIe siècle av. J.-C., à une économie-monde centrée sur la Méditerranée.

  • 1 Les stations alpines les plus récentes, attribuables à la seconde moitié du IXe siècle (Ha B3 récen (...)
  • 2 Cette terminologie avait un caractère provisoire. C. Pare a préféré ensuite rebaptiser, avec juste (...)

5Depuis une quinzaine d’années, si l’approche évolutionniste de la problématique du passage de l’âge du Bronze à l’âge du Fer n’est pas remise en question, les recherches sur la chronologie relative et absolue des ensembles archéologiques ont profondément modifié notre perception des processus évolutifs. Plusieurs auteurs ont en effet souligné, avec la multiplication des dates dendrochronologiques, l’existence d’un hiatus entre l’époque des stations palafittiques les plus récentes du Bronze final IIIb (seconde moitié du IXe siècle av. J.-C.1) et celle des tombes à épée dite « hallstattieime » associées à du mobilier italique daté au plus tôt, en référence aux chronologies méditerranéennes, du dernier tiers du VIIIe siècle av. J.-C. (Chaume, Feugère 1990 : 53-59 ; Parzinger 1992). Cette lacune des deux premiers tiers du VIIIe siècle qui invitait à reconsidérer les découpages chronologiques des années 1980 a été levée avec l’identification par C. Pare (1991 ; 1998-1999) d’un nouvel horizon typo-chronologique intercalé entre le Bronze final IIIb et le Hallstatt ancien classique (« horizon de Gündlingen »2) ; l’étude de la tombe à char de Wehringen T. 8 en Bavière et l’obtention d’un Terminus Post Quem dendrochronologique pour cet ensemble (778 ± 5 av. J.-C. : Friedrich, Hennig 1996 : 281) ont été déterminantes pour l’appréhension de cet horizon.

Fig. 1. Typo-chronologie et genèse médio-atlantique des épées pistilliformes à languette tri parti te, du Bronze final 3 au 1er Fer 1b, (950-650 av. J.-C.). D’après Milcent 2004 fig. 43 et Milcent 2009, fig. 9.

Fig. 1. Typo-chronologie et genèse médio-atlantique des épées pistilliformes à languette tri parti te, du Bronze final 3 au 1er Fer 1b, (950-650 av. J.-C.). D’après Milcent 2004 fig. 43 et Milcent 2009, fig. 9.

6Ultérieurement, la nouvelle approche esquissée par C. Pare nous a conduit à refondre la typo-chronologie des épées à languette et lame pistillifonne du Hallstatt ancien (fig. 1) et identifier leur genèse médio-atlantique, a contrario de leur prétendue origine hallstattienne (Milcent 2004 : 73-113 ; fig. 2). Par ailleurs nous avons pu réexaminer à l’échelle de la Gaule centrale la hiérarchie des coupures chronologiques de la fin de l’âge du Bronze et du Premier âge du Fer (fig. 3), non seulement en considérant les progrès des connaissances typo-chronologiques, mais en mobilisant des registres archéologiques qui avaient été rarement pris en considération dans les débats relatifs au passage de l’âge du Bronze à l’âge du Fer : pratiques de déposition, formes et modalités d’occupation du sol, maîtrise et impact de la métallurgie du fer, etc. (fig. 4). En découle une nouvelle analyse de l’évolution des sociétés où les trois premiers quarts du VIIIe siècle av. J.-C. (cf. l’horizon 1er Fer la de notre tableau chronologique ; fig. 3) prennent une dimension historique majeure, celle d’une période de profondes mutations. En d’autres termes, sans remettre en cause l’approche évolutionniste qui s’est imposée ces dernières années, il nous est apparu que la distinction entre Bronze final IIIb et Hallstatt ancien était structurellement forte et de nature à déterminer le passage à une nouvelle époque, le Premier âge du Fer. À titre d’essai, nous souhaiterions confronter le modèle tiré de l’analyse des matériaux archéologiques de la Gaule centrale. Il s’agira de déterminer dans quelle mesure et dans quels registres archéologiques d’autres entités culturelles de la Gaule présentent une évolution convergente, parallèle ou bien originale, synchrone ou asynchrone, en nous focalisant dans la mesure du possible sur le VIIIe siècle av. J.-C.

Fig. 2. Carte de distribution des épées pistilliformes à languette tripartite et de leurs bouterolles au 1er Fer 1a (800-725 av. J.-C. environ). D’ap. Milcent 2004, fig. 60 complétée. La zone de forte densité se trouve de part et d’autre de la Manche orientale et du sud de la mer du Nord. La diffusion, par exportation ou imitation, en direction de l’Irlande, de la Scandinavie et du domaine nord-alpin apparaît nettement.

Fig. 2. Carte de distribution des épées pistilliformes à languette tripartite et de leurs bouterolles au 1er Fer 1a (800-725 av. J.-C. environ). D’ap. Milcent 2004, fig. 60 complétée. La zone de forte densité se trouve de part et d’autre de la Manche orientale et du sud de la mer du Nord. La diffusion, par exportation ou imitation, en direction de l’Irlande, de la Scandinavie et du domaine nord-alpin apparaît nettement.

7On verra que, de l’âge du Bronze final au Premier âge du Fer, les vestiges matériels enregistrent différentes dynamiques évolutives, depuis des changements progressifs jusqu’à des phénomènes de rupture. Les élites apparaissent comme un groupe social clef pour suivre ces dynamiques, estimer leur importance relative et peut-être expliquer le processus qui conduit à la formation des sociétés du Premier âge du Fer. Mais avant d’aborder la question du passage à l’âge du Fer sous cet angle, il importe de résumer ce que peuvent apporter au débat les artefacts archéologiques les plus communs.

Fig. 3. Chronologies comparées.

Fig. 3. Chronologies comparées.

Fig. 4. Schéma récapitulatif des dynamiques évolutives au passage de l’âge du Bronze à l’âge du Fer en Gaule centrale (VIIIe siècle av. J.-C.). Données issues de : Milcent 2004 et 2005.

Fig. 4. Schéma récapitulatif des dynamiques évolutives au passage de l’âge du Bronze à l’âge du Fer en Gaule centrale (VIIIe siècle av. J.-C.). Données issues de : Milcent 2004 et 2005.

2. LES PRODUCTIONS CÉRAMIQUES ET MÉTALLIQUES COMMUNES

La céramique

8Cela a déjà été observé maintes fois, la production céramique ne présente pas de rupture au passage du Bronze final au Premier âge du Fer, mais un continuum. Le constat vaudrait probablement pour la plupart des autres transitions des âges des métaux. Dans la majorité des cas, ce qui pouvait apparaître comme un renouvellement rapide ne résulte que des lacunes documentaires. Avec l’avancement des recherches d’archéologie préventive, les faciès dits de transition deviennent plus nombreux et comblent les hiatus interprétés il y a peu d’années encore en termes de coupure typologique, voire historique.

9Des études quantitatives détaillées sur la morphologie, la fonction et les décors, des études qualitatives sur les chaînes opératoires de production montreraient certainement sur la longue durée des horizons de renouvellement plus rapide ou plus ample des faciès céramiques, mais elles restent à entreprendre et nécessiteraient l’accès à un bon échantillonnage qui n’existe que dans très peu de zones en France.

10En Gaule centrale comme dans les régions plus orientales et méridionales, la tendance générale est de produire, du Xe au VIIe siècles av. J.-C., des formes de plus en plus trapues, avec une tendance même au surbaissement, et ornées, pour les vases fins, de décors moins couvrants et plus simples, surtout à partir du VIIIe siècle av. J.-C. (fig. 5). Au cours de ce siècle, la moitié sud de la Gaule voit l’apparition de profils à carène marquée, voire anguleuse. L’évolution est graduelle, mais l’on décèle l’apparition d’une forme nouvelle qui peut servir de marqueur chronologique pour la première étape de l’âge du Fer : le gobelet surbaissé à épaulement qui, lorsqu’il comporte un fond ombiliqué, peut être assimilé à une phiale (fig. 6). Il est envisageable que cette forme matérialise un changement fonctionnel dans l’usage des céramiques fines associées à la consommation des boissons. La simplification (et le moindre investissement technique ou en temps de travail ?) et, dans certaines régions, la raréfaction des décors sont aussi significatifs : en témoignent la diminution de l’incision au peigne, dans la moitié sud de la Gaule, l’appauvrissement des décors de pseudo-pictogrammes qui comprenaient des signes figuratifs. Il en va de même de l’apparition, dès le VIIIe siècle, des décors géométriques peints au graphite qui sont substitués en Gaule centrale aux ornements en lamelles d’étain collées apparus au Bf 2, peut-être afin d’économiser un métal importé devenu plus rare et donc plus précieux. En bref, malgré une évolution sans rupture depuis le début du Bronze final dans la majorité des régions, les modifications sont suffisamment nettes dès le VIIIe siècle pour que l’on puisse identifier sans ambiguïté, si l’on possède des séries suffisantes, les productions céramiques du 1er Fer 1, et ne pas les confondre avec celles qui relèvent du Bf 3 (Milcent 2004 : p. 29-41 ; Bulard, Peake 2005 : céramiques de l’étape 3).

Fig. 5. Échantillon de productions céramiques du 1er Fer 1a (800-725 av. J.-C.) en Gaule. N° 1-4 : Choisy-au-Bac (Oise) phase II (d’ap. Blanchet 1984) ; n° 5 et 6 : crémations à épée de Harchies (Hainaut) T. 2 et T. 1 (d’ap. Mariën 1975) ; n° 7-9 : La Grande Paroisse (Seine-et-Marne) « La Pièce des Loges », n° 10-11 : Marolles-sur-Seine (Seine-et-Marne) « Le Grand Canton » (d’ap. Bulard, Peake 2005) ; n° 12-13 et 14-15 : inhumations à épée de Chavéria (Jura) T. 4 et T. 16 (d’ap. Vuaillat 1977) ; n° 16-20 : Lempdes (Puy-de-Dôme) « Marmilhat » (d’ap. Milcent 2004 pl. 121) ; n° 21-22 : Donzère (Drôme) « Grotte de la Chauve-Souris » couche 9 (d’ap. Vital 1992) ; n° 23 : inhumation de Bollène (Vaucluse) « Pont-de-Pierre » (d’ap. Ozanne et al. 1998) ; n° 24-25 : crémations de Gourjade (Tarn) phase II (d’ap. Giraud et al. 2003 : fig. 258) ; n° 26, 27-28 et 29-30 : crémations de Mailhac (Aude) S.303, S.214 et S.302 (d’ap. Taffanel, Janin 1998).

Fig. 5. Échantillon de productions céramiques du 1er Fer 1a (800-725 av. J.-C.) en Gaule. N° 1-4 : Choisy-au-Bac (Oise) phase II (d’ap. Blanchet 1984) ; n° 5 et 6 : crémations à épée de Harchies (Hainaut) T. 2 et T. 1 (d’ap. Mariën 1975) ; n° 7-9 : La Grande Paroisse (Seine-et-Marne) « La Pièce des Loges », n° 10-11 : Marolles-sur-Seine (Seine-et-Marne) « Le Grand Canton » (d’ap. Bulard, Peake 2005) ; n° 12-13 et 14-15 : inhumations à épée de Chavéria (Jura) T. 4 et T. 16 (d’ap. Vuaillat 1977) ; n° 16-20 : Lempdes (Puy-de-Dôme) « Marmilhat » (d’ap. Milcent 2004 pl. 121) ; n° 21-22 : Donzère (Drôme) « Grotte de la Chauve-Souris » couche 9 (d’ap. Vital 1992) ; n° 23 : inhumation de Bollène (Vaucluse) « Pont-de-Pierre » (d’ap. Ozanne et al. 1998) ; n° 24-25 : crémations de Gourjade (Tarn) phase II (d’ap. Giraud et al. 2003 : fig. 258) ; n° 26, 27-28 et 29-30 : crémations de Mailhac (Aude) S.303, S.214 et S.302 (d’ap. Taffanel, Janin 1998).

Fig- 6- Les gobelets surbaissés à épaulement : une production en tôle de bronze (n° 1-4) et en céramique caractéristique du 1er Fer 1. N° 1 : Magny-Lambert (Côte-d’Or) « Montceau Laurent » (d’ap. Nicolardot 1987) ; n° 2 : phiale étrusque de Francfort (Hesse) « Stadtwald » (d’ap. Fischer 1979) ; n° 3 et 6 : Vornay (Cher) « Tumulus au nord du Bourg » (d’ap. Milcent 2004) ; n° 4 : Großeibstadt (Bavière) S. 1 (d’ap. Kossack 1970) ; n° 5 : Marolles-sur-Seine (Seine-et-Marne) « Le Grand Canton » (d’ap. Bulard, Peake 2005) ; n° 7 : Gironville (Seine-et-Marne) « Les Vinotières » (d’ap. Simonin 2001) ; n° 8 : Schlierbach (Haut-Rhin) (d’ap. Heidinger et al. 2003) ; n° 9 : Bannes (Marne) « Les Blés Gelés » (d’ap. Brisson, Hatt 1967) ; n° 10 : Villejoubert (Charente) « Andone » (d’ap. Debord et al. 2000) ; n° 11 : Savigny-en-Septaine (Cher) « Chenevière » (d’ap. Milcent 2004) ; n° 12 : Noailles (Corrèze) « La Route Vieille » (d’ap. Couchard, Arnal 1963) ; n° 13-15 : Mailhac (Aude) S.4, S.214 et S.266 (d’ap. Taffanel, Janin 1998) ; n° 16 : Clermont-Ferrand (Puy-de-Dôme) « La Pardieu » (d’ap. Vialet et al. 2004) n° 17 : Cazevieille (Hérault) tumulus D14 (d’ap. Gascó 1984).

Fig- 6- Les gobelets surbaissés à épaulement : une production en tôle de bronze (n° 1-4) et en céramique caractéristique du 1er Fer 1. N° 1 : Magny-Lambert (Côte-d’Or) « Montceau Laurent » (d’ap. Nicolardot 1987) ; n° 2 : phiale étrusque de Francfort (Hesse) « Stadtwald » (d’ap. Fischer 1979) ; n° 3 et 6 : Vornay (Cher) « Tumulus au nord du Bourg » (d’ap. Milcent 2004) ; n° 4 : Großeibstadt (Bavière) S. 1 (d’ap. Kossack 1970) ; n° 5 : Marolles-sur-Seine (Seine-et-Marne) « Le Grand Canton » (d’ap. Bulard, Peake 2005) ; n° 7 : Gironville (Seine-et-Marne) « Les Vinotières » (d’ap. Simonin 2001) ; n° 8 : Schlierbach (Haut-Rhin) (d’ap. Heidinger et al. 2003) ; n° 9 : Bannes (Marne) « Les Blés Gelés » (d’ap. Brisson, Hatt 1967) ; n° 10 : Villejoubert (Charente) « Andone » (d’ap. Debord et al. 2000) ; n° 11 : Savigny-en-Septaine (Cher) « Chenevière » (d’ap. Milcent 2004) ; n° 12 : Noailles (Corrèze) « La Route Vieille » (d’ap. Couchard, Arnal 1963) ; n° 13-15 : Mailhac (Aude) S.4, S.214 et S.266 (d’ap. Taffanel, Janin 1998) ; n° 16 : Clermont-Ferrand (Puy-de-Dôme) « La Pardieu » (d’ap. Vialet et al. 2004) n° 17 : Cazevieille (Hérault) tumulus D14 (d’ap. Gascó 1984).

Les productions métalliques les plus usuelles

  • 3 Il n’y a ni plus ni moins d’objets en fer que d’objets en or connus pour le IXe siècle av. J.-C., e (...)

11L’évolution de la production métallique est autrement plus difficile à cerner au passage à l’âge du Fer dans la mesure où les contextes de découverte ne sont en règle générale plus les mêmes à partir du VIIIe siècle et n’autorisent pas de mettre au jour des objets en grand nombre comme au Bronze final. On relève tout de même l’apparition nettement plus fréquente, surtout à compter de la fin du VIIIe siècle av. J.-C., du fer et notamment la production d’objets en fer plus grands, aux formes plus complexes, exigeant un réel savoir-faire de forgeron (fig. 7 n° 9-10). Bien entendu la fabrication d’objets en fer n’était pas inconnue au Bronze final comme l’avait déjà relevé P. Reinecke en son temps (cf. Gomez de Soto, Kerouanton, ce volume), mais elle était rare3 et limitée à de petites pièces bricolées (pointes de flèche en tôle découpée, rivets, petites lames de couteau...), décoratives (lamelles incrustées, viroles d’épingle... fig. 7 n° 1-8) ou bien à des objets très exceptionnels et précieux (couteau à « manche fantaisie » de la tombe princière de Saint-Romain-de-Jalionas et premières épées à lame de fer). La question de la provenance de certains objets complexes en fer mais aussi de l’origine de la matière et de ses modalités d’acquisition, en l’absence de fourneaux de réduction connus à cette époque, reste entièrement posée pour le Bronze final.

  • 4 Pour mémoire, des fours de réduction de fer primitifs attribuables au Premier âge du Fer, du type à (...)

12Concernant la fin du VIIIe siècle et la première moitié du VIIe siècle av. J.-C. (1er Fer 1b), les découvertes sont suffisamment nombreuses et typologiquement diversifiées pour que l’on envisage non seulement une production locale et régulière d’objets en fer mais probablement aussi de fer brut en Gaule4. Il n’y a apparemment aucun décalage significatif de ce point de vue entre le Midi méditerranéen et les régions atlantiques et nord-alpines de la Gaule, sinon celui induit par les différentiels de contextes de découverte. Aucune primauté de la sidérurgie hallstattienne ne peut être démontrée pour l’heure : pour ne prendre que quelques exemples, en Belgique, à Court-Saint-Etienne, deux épées en fer reproduisant le type atlantique de Holme Pierrepoint documentent une forge précoce d’objets complexes dans la province médio-atlantique dès le début du VIIIe siècle av. J.-C. (fig. 7 n° 9-10) ; dans le centre et l’est du domaine nord-alpin, au VIIIe siècle, la plupart des épées sont encore en bronze (fig. 7 n° 1-8). Dans le Midi méditerranéen enfin, l’apparition d’objets en fer de production locale dans la première moitié du VIIIe siècle av. J.-C. au plus tard (A. Gorgues, ce volume) est antérieure à la période dite des contacts précoloniaux.

  • 5 Cf. la faucille à douille et la pointe de lance en fer du dépôt de Llyn Fawr en Pays de Galles, bie (...)

13En dépit de la progression observée au VIIIe siècle av. J.-C., on notera que la production d’objets en fer demeure cantonnée au 1er Fer 1 à la sphère des petits objets bricolés et surtout à celle des objets luxueux, essentiellement des parures annulaires et des épées. La sidérurgie n’avait alors pour ainsi dire aucune ou très peu d’incidence sur l’économie vivrière, la productivité artisanale ou encore la guerre, et le stock de fer disponible était certainement très réduit : il faut attendre en effet la première moitié du VIIe siècle av. J.-C. pour voir apparaître les premiers outils agricoles (mais ils demeurent rarissimes) et la multiplication des premières armes usuelles en fer (pointes de lance, coutelas)5, le Ve siècle pour que ce métal devienne véritablement un matériau du quotidien (Milcent 2007), les IIe-Ier siècles av. J.-C. pour qu’il devienne un produit d’usage très courant, au point qu’il fut à l’occasion utilisé en remplacement de pièces en matière organique pourtant peu coûteuses (cf. l’utilisation ponctuelle de clous et agrafes pour assembler des cercueils, des meubles ou des charpentes et ossatures de bâtiment).

14Paradoxalement, la meilleure maîtrise et surtout la diffusion de la sidérurgie aux VIIIe et VIIe siècles av. J.-C. pourraient découler d’une forte perturbation des réseaux d’approvisionnement en cuivre, étain et plomb. Au 1er Fer 1, plus encore que le quasi-arrêt des dépositions d’objets en bronze, c’est la raréfaction très forte des trouvailles métalliques en contexte d’habitat dans l’ensemble de la Gaule qui nous paraît significative de sérieux problèmes d’approvisionnement en métaux.

Cimetières, monuments et pratiques funéraires

15S’il n’est pas question non plus de rupture au VIIIe siècle av. J.-C. dans ce domaine, on observe cependant la forte multiplication des sépultures sous tumulus dans les régions Centre et Auvergne comme dans le reste de la Gaule nord-alpine, et aussi la fondation de nouveaux espaces funéraires dans des proportions encore impossibles à estimer. Le phénomène est nettement corrélé à la diffusion de la pratique de l’inhumation qui devient majoritaire en Gaule nord-alpine dès la première moitié de ce siècle. Le choix privilégié du tumulus pour F ensevelissement d’individus apparemment valorisés n’est pas anodin puisque cette pratique de « monumentalisation » des tombes va marquer durablement ensuite le paysage funéraire durant tout le Premier âge du Fer, jusqu’au Ve siècle av. J.-C. ; c’est même là un des traits principaux qui définissent cette époque sous l’angle des cultures matérielles. L’examen attentif des ensevelissements en tumulus révèle que les exemples antérieurs, assurément attribuables au Bf 3, sont en fait peu répandus (fig. 9), ou du moins ne sont-ils qu’à peine mieux attestés qu’aux étapes antérieures du Bronze final (carte fig. 8). Ils ne font que pérenniser un usage funéraire hérité du Bronze ancien-moyen devenu marginal mais qui pour autant n’a jamais totalement disparu en Gaule. En revanche, il apparaît que la grande majorité des monuments tumulaires protohistoriques en Gaule nord-alpine, dont n’est conservé souvent qu’un enclos de délimitation circulaire, correspond à des fondations attribuables soit aux Bronze ancien-moyen et Bronze final 1, soit aux 1er Fer 1 et 2.

Fig. 8. Carte des sépultures signalées par un monument au Bf 2.

Fig. 8. Carte des sépultures signalées par un monument au Bf 2.

16Concernant les autres contextes culturels, ce schéma évolutif n’est pas transposable, mais on retrouve aussi l’indice d’une mutation plus ou moins marquée à partir du VIIIe siècle av. J.-C. :

  • en Aquitaine et en Gaule atlantique, les tombes archéologiquement identifiables, presque absentes au Bf 3, ne réapparaissent sensiblement qu’au 1er Fer 1 mais il s’agit de rares crémations placées généralement sous un tumulus ;

  • le cas le plus spécifique peut être celui du Languedoc occidental puisque les crémations sous microtumulus sont bien attestées dès le Bf 3 entre le bassin inférieur du Tarn, la moyenne Garonne et l’Hérault. Il est toutefois significatif que les VIIIe-VIIe siècles av. J.-C. correspondent à la création de nouvelles nécropoles, à un sensible accroissement du nombre des sépultures par génération (ce qui traduirait un élargissement de l’accès à la tombe identifiable archéologiquement plutôt qu’une réelle croissance démographique), comme dans le reste de la Gaule, ainsi qu’à l’apparition des premiers enclos funéraires quadrangulaires (Giraud et al. 2003).

3. LE MIROIR DES ÉLITES

17Les évolutions, sensibles et rapides parfois, que l’on décèle au VIIIe siècle dans différents champs documentaires, apparaissent nettement plus tranchées dès lors que l’on considère les données qui relèvent des groupes sociaux dominants. Ces dernières sont sans doute plus révélatrices que d’autres des mutations les plus rapides.

Fig. 9. Carte des sépultures signalées par un monument au Bf 3 (d’ap. Pare 2003, complété).

Fig. 9. Carte des sépultures signalées par un monument au Bf 3 (d’ap. Pare 2003, complété).

La rupture des pratiques de déposition...

18Les dépôts métalliques non funéraires sont très bien documentés dans les deux tiers nord de la Gaule durant tout le Bronze final, en milieu terrestre comme en contexte humide, moyennant naturellement des variantes appréciables selon les espaces et périodes considérés, puis disparaissent presque entièrement vers 800 av. J.-C. après une forte hausse au IXe siècle av. J.-C. (fig. 10-12). Les très nombreux exemples de pièces d’importation identifiées dans ces contextes, tout particulièrement dans ceux qui datent des Xe et IXe siècles av. J.-C., assurent que les échanges à longue distance étaient devenus très actifs et étendus à la fin du Bronze final. Leur présence suffit à disqualifier les anciennes hypothèses qui voyaient dans les dépôts non funéraires de la fin de l’âge du Bronze le signe d’une crise économique et/ou sociale durant laquelle les bronzes auraient été plus souvent recyclés ou bien offerts aux dieux en raison de troubles affectant notamment la circulation du métal ; dans les sociétés anciennes, les périodes de récession ne concordent jamais en effet avec le développement intensif de relations pacifiques à longue distance. D’une façon générale, les dépôts non funéraires présentent des contextes d’abandon ainsi que des règles de manipulation et de constitution qui prêtent à penser qu’ils relèvent, essentiellement, d’un processus rituel apparenté à celui de la pratique de l’offrande. La valeur d’usage et/ou d’échange souvent importante des objets impliqués plaide pour un contrôle ou une implication très forte des élites dans ce processus. À ce titre, chaque modification observée dans les pratiques de déposition doit être lue comme le reflet d’un changement affectant la sphère des élites, mais dont la signification, la nature et les causes resteraient à déterminer. C’est pourquoi la rupture observée vers 800 av. J.-C. est, à nos yeux, essentielle. Sans entrer dans les détails, après le IXe siècle, il apparaît que dans les provinces atlantiques et nord-alpines les dépôts métalliques en milieu terrestre et hors contexte funéraire cessent, assez abruptement sans doute après une forte augmentation ; il n’y a effectivement pas d’argument en faveur d’une cessation progressive du phénomène car nombre de dépôts contiennent des objets de la fin du Bf 3, tandis que ceux qui sont attribuables au 1er Fer 1 apparaissent très rares avec huit exemples recensés et d’une composition très différente (en schématisant, il s’agit de dépôts de haches dans le nord, de panoplies féminines dans le sud). De même, la pratique de l’immersion d’objets métalliques en milieu humide subit une extrême contraction. Au VIIIe siècle, elle est attestée encore mais à un niveau sans commune mesure avec celui du Bronze final : les abandons d’épées en cours d’eau, par exemple, deviennent sporadiques et ne concernent pratiquement plus que le nord de la Gaule, c’est-à-dire des régions médio-atlantiques (ouest des Pays-Bas, Belgique et nord-est de la France ; fig. 12).

Fig. 10. Carte des dépôts métalliques non funéraires (d’ap. Pennors 2004, corrigé et complété) et des tombes à épée au Bf 2 (d’ap. Clausing 1999, complété). Les concentrations principales correspondent sans doute à des pôles de richesse et de trafics à longue distance.

Fig. 10. Carte des dépôts métalliques non funéraires (d’ap. Pennors 2004, corrigé et complété) et des tombes à épée au Bf 2 (d’ap. Clausing 1999, complété). Les concentrations principales correspondent sans doute à des pôles de richesse et de trafics à longue distance.

19Dans le Midi méditerranéen et aquitain, les entités culturelles se démarquent nettement des autres dans la mesure où les pratiques de déposition non funéraires, que ce soit en milieu terrestre ou humide, sont très rares au Bronze final et ce jusqu’à une époque avancée du Premier âge du Fer ; la constitution des dépôts launaciens intervient tardivement en effet et durant une période d’un siècle environ, du milieu du VIIe siècle au milieu du VIe siècle av. J.-C. (Milcent 2004 : 162-163).

Fig. 11. Carte des dépôts métalliques non funéraires (d’ap. Huth 1997 et Pennors 2004, complété et corrigé) et des tombes à épée au Bf 3 (d’ap. Clausing 1999, Pare 2003, complété). Les concentrations principales correspondent sans doute à des pôles de richesse et de trafics à longue distance.

Fig. 11. Carte des dépôts métalliques non funéraires (d’ap. Huth 1997 et Pennors 2004, complété et corrigé) et des tombes à épée au Bf 3 (d’ap. Clausing 1999, Pare 2003, complété). Les concentrations principales correspondent sans doute à des pôles de richesse et de trafics à longue distance.

... au bénéfice d’un transfert sélectif

20Pour autant, l’abandon volontaire et symbolique d’objets marqueurs d’un statut élitaire ne disparaît pas comme pratique au 1er Fer 1 : cela ne vaut que pour les contextes non funéraires. En Gaule nord-alpine et dans le groupe culturel mosan qui relève du domaine médio-atlantique, on assiste en effet à un transfert et à une forte sélection des pièces métalliques déposées : transfert puisque ces objets sont majoritairement placés désonnais dans des tombes, au détriment des contextes évoqués ci-dessus (les préférences de milieu de déposition étaient presque inversées au Bf 3 : cf. l’exemple de la Gaule centrale, fig. 13) ; forte sélection car seule l’épée, accompagnée d’un rasoir occasionnellement, va matérialiser désonnais la représentation des élites.

  • 6 Rappelons toutefois l’existence à l’ouest du Rhin de quelques tombes du groupe médio-atlantique mos (...)
  • 7 L’importance excessive prêtée au volume de certains tumulus avec tombe à épée du 1er Fer 1 repose s (...)

21En comparaison des ensembles funéraires à épée contemporains trouvés à l’est du Rhin, et qui disposent régulièrement d’autres ustensiles personnels (épingle, trousse de toilette), d’un attelage pour deux chevaux, d’un char à quatre roues, cette représentation funéraire ouest-hallstattienne se détache par son apparente sobriété et son homogénéité6 ; sobriété en l’occurrence ne signifie pas pauvreté, et il est envisageable que les tombes à épée occidentales aient appartenu à des personnages aux prérogatives et richesses comparables à celles de leurs homologues d’Europe centrale, ainsi que le suggère la confrontation de deux ensembles strictement contemporains, Chavéria T. 16 et Wehringen T. 8, où les mêmes catégories fonctionnelles de mobilier apparaissent, de façon allusive pour la première (fig.14a), démonstrative pour la seconde (fig. 14b). Les ensembles de mobilier funéraire ouest-hallstattiens du VIIIe siècle av. J.-C contrastent aussi avec la masse, la richesse et la variété des dépôts métalliques non funéraires du Bf 3. Outre les objets-signes métalliques que sont l’épée et le rasoir, souvent protégés par un emballage de tissu, ils sont constitués d’un service à boire individuel comprenant un gobelet ou une coupe à usage individuel, souvent aussi un vase à stocker et présenter la boisson, et parfois un vase à puiser ; la différence est tranchée là encore avec les tombes à épée d’Europe centrale où l’on trouve des dépôts alimentaires et de la vaisselle en abondance puisque liée au stockage, à la préparation et à la consommation collective non seulement de boissons, mais également de nourritures (Reinhard 1984 : 23, fig. 3 ; 30, fig. 4 et 5). Au total, ces ensembles mobiliers révèlent l’intérêt croissant que les élites occidentales accordent au discours funéraire en terme de représentation, mais aussi que cette dernière était régie par des normes strictes, empreintes de modération. Malgré ces limites, on perçoit chez les bénéficiaires de cette représentation funéraire le partage de valeurs et privilèges codifiés, tels la virilité, la capacité à se distinguer à la guerre et dans les joutes, l’esthétique du corps et surtout du visage (cheveux entièrement ou partiellement rasés ? Visage glabre ou avec seulement des moustaches ?), l’insertion dans un réseau restreint de sociabilité où la consommation collective d’alcool était institutionnalisée (du reste, il est très vraisemblable que le dépôt dans la tombe d’un service à boisson individuel matérialise la participation post mortem de son titulaire à un dernier cérémoniel, le banquet funèbre donné en son honneur). La sobriété normative transparaît aussi dans l’aménagement de la partie visible de la tombe : les sépultures à épée du 1er Fer 1 ne bénéficient pas toujours de l’érection d’un nouveau tumulus – les exemples de réutilisation de tertres plus anciens sont nombreux, notamment dans le sud du Massif Central – ou bien elles sont recouvertes d’un tumulus au volume modeste (quelques dizaines de m3 au plus)7, sans commune mesure avec les plus grands tumulus du Bf 3 qui distinguent souvent une tombe à épée, tels ceux de Saint-Romain-de-Jalionas, Sublaines, Rolampont, Chavéria T. 3 et T. 9, et dont la masse homogène représente des centaines de m3 de matériaux.

Fig. 12. Carte des dépôts métalliques non funéraires et des tombes à épée au 1er Fer 1a (d’ap. Milcent 2004). N.B. : les rares concentrations sont en discordance avec celles qui étaient observées sur les deux cartes précédentes. Liste des dépôts métalliques (il conviendrait d’ajouter à cette liste les plus anciens des dépôts de haches à douille quadrangulaire armoricaines massives, mais les critères de datation manquent) : – Agde (Hérault) « La Motte » ; – Alsenborn (Allemagne, Kr. Kaiserslautern) ; – Ax-les-Thermes (Ariège) « En Castel » ; – Echallens (Suisse, Vaud) ; – Moriez (Alpes-de-Haute-Provence) « Jas de Bernard » ; – Ouessant (Finistère) « Mez Notariou » ; – Saint-André-des-Alpes (Alpes-de-Haute-Provence) ; – Verberie (Oise) « Le Fossé Creuzette ».

Fig. 12. Carte des dépôts métalliques non funéraires et des tombes à épée au 1er Fer 1a (d’ap. Milcent 2004). N.B. : les rares concentrations sont en discordance avec celles qui étaient observées sur les deux cartes précédentes. Liste des dépôts métalliques (il conviendrait d’ajouter à cette liste les plus anciens des dépôts de haches à douille quadrangulaire armoricaines massives, mais les critères de datation manquent) : – Agde (Hérault) « La Motte » ; – Alsenborn (Allemagne, Kr. Kaiserslautern) ; – Ax-les-Thermes (Ariège) « En Castel » ; – Echallens (Suisse, Vaud) ; – Moriez (Alpes-de-Haute-Provence) « Jas de Bernard » ; – Ouessant (Finistère) « Mez Notariou » ; – Saint-André-des-Alpes (Alpes-de-Haute-Provence) ; – Verberie (Oise) « Le Fossé Creuzette ».

Fig. 13. Le basculement des pratiques de déposition vers 800 av. J.-C. : l’exemple des épées en Gaule centrale (d’ap. Milcent 2004 : fig. 31).

Fig. 13. Le basculement des pratiques de déposition vers 800 av. J.-C. : l’exemple des épées en Gaule centrale (d’ap. Milcent 2004 : fig. 31).

Fig. 14. Deux pratiques du dépôt funéraire distinctes pour un même statut socio-économique (?) : les tombes de la 1ere moitié du VIIIe s. av. J.-C. de Chavéria (Jura) « Aux Massettes » T. 16 (d’ap. Vuaillat 1977) et de Wehringen (Bavière, Ldkr. Augsburg) « Hexenbergle » T. 8 (d’ap. Hennig 1995 et Pare 1999). Fig. 14a : épée (n° 1-2), vases à boire (n° 3) et pièces de harnachement de chevaux attelés à un char de Chavéria (n° 4) ; fig. 14b : épée (n° 1-2), service à boire et manger (n° 3), harnachements de chevaux et char à quatre roues de Wehringen (n° 4).

Fig. 14. Deux pratiques du dépôt funéraire distinctes pour un même statut socio-économique (?) : les tombes de la 1ere moitié du VIIIe s. av. J.-C. de Chavéria (Jura) « Aux Massettes » T. 16 (d’ap. Vuaillat 1977) et de Wehringen (Bavière, Ldkr. Augsburg) « Hexenbergle » T. 8 (d’ap. Hennig 1995 et Pare 1999). Fig. 14a : épée (n° 1-2), vases à boire (n° 3) et pièces de harnachement de chevaux attelés à un char de Chavéria (n° 4) ; fig. 14b : épée (n° 1-2), service à boire et manger (n° 3), harnachements de chevaux et char à quatre roues de Wehringen (n° 4).

Fig. 15. Illustration du standard mobilier des élites médio-atlantiques au Bf 3. Paris : n° 1 (d’ap. Mohen 1977 : 189) ; Saint-Yrieix (Charente) « Vénat » : n° 2, 9-11, 14-15 (d’ap. Coffyn et al. 1981) ; Corbeil (Essonne) : n° 3 (d’ap. Mohen 1977 : 178) ; Landéda (Finistère) « Ile Guennoc » : n° 4 (dessin inédit) ; Mougon (Deux-Sèvres) « Triou » : n° 5-8 (d’ap. Pautreau et al. 1983) ; Nantes (Loire-Atlantique) « Prairie de Mauves » : n° 13 (d’ap. Briard 1966 : pl. 18) ; Neuvy-sur-Barangeon (Cher) « Le Petit Villatte » : n° 12 (d’ap. Cordier 1996). Échelles différentes.

Fig. 15. Illustration du standard mobilier des élites médio-atlantiques au Bf 3. Paris : n° 1 (d’ap. Mohen 1977 : 189) ; Saint-Yrieix (Charente) « Vénat » : n° 2, 9-11, 14-15 (d’ap. Coffyn et al. 1981) ; Corbeil (Essonne) : n° 3 (d’ap. Mohen 1977 : 178) ; Landéda (Finistère) « Ile Guennoc » : n° 4 (dessin inédit) ; Mougon (Deux-Sèvres) « Triou » : n° 5-8 (d’ap. Pautreau et al. 1983) ; Nantes (Loire-Atlantique) « Prairie de Mauves » : n° 13 (d’ap. Briard 1966 : pl. 18) ; Neuvy-sur-Barangeon (Cher) « Le Petit Villatte » : n° 12 (d’ap. Cordier 1996). Échelles différentes.
  • 8 La spectaculaire parure féminine du dépôt de La Motte, à Agde (Moyat et al. 2005), prouve que la va (...)

22Le passage d’une politique élitaire de dépôts non funéraires, au contenu variable et typique du Bronze final, à une politique de dépôts funéraires restreints ou nuls, caractéristique du 1er Fer 1, pose naturellement difficulté aux archéologues confrontés à une chute drastique de l’importance numérique et de la variabilité fonctionnelle des corpus documentaires. Armes et instruments de toilette autres qu’épées et rasoirs, outillages polyvalents, outillages spécialisés, vaisselles, harnachements militaires et équestres, éléments de char, stocks de métal brut qui, dans les dépôts non funéraires du Bronze final, accompagnaient régulièrement des équipements individuels, ou qui en participaient, n’échappent plus au recyclage économique et à la refonte au début de l’âge du Fer en Gaule (en raison notamment d’un amoindrissement du stock de métal disponible ?). Les formes que prend désormais la valorisation d’une élite masculine et guerrière se doublent d’un autre appauvrissement qui les renforce : les objets féminins disparaissent des sphères de déposition au VIIIe siècle av. J.-C. et rendent les femmes discrètes à nos yeux8.

Standards mobiliers et acculturation des élites

  • 9 En 1954, G. Kossack défendait dans un article important l’idée que les harnachements de cheval du H (...)

23L’évolution plus ou moins accélérée des pratiques funéraires un peu partout, le basculement radical des pratiques de déposition observé hors du Midi aquitain et méditerranéen recoupent chronologiquement un renouvellement sensible de la culture matérielle, plus précisément du mobilier, des élites masculines nord-alpines, en Gaule et même au-delà (fig. 2). Le VIIIe siècle voit en effet l’adoption dans le domaine nord-alpin d’un standard matériel emblématique à l’origine des élites médio-atlantiques du Bf 3 situées de part et d’autre de la Manche et du sud de la mer du Nord (fig. 15), moyennant bien entendu des décalages (la diffusion est partielle et peut-être plus lente dans les régions à l’est du Rhin), des emprunts sélectifs, des adaptations et hybridations techno-stylistiques : sur certains modèles d’épée à languette et lame pistilliforme d’inspiration atlantique, on trouve par exemple une soie de fixation du pommeau ou bien une section de lame inscrite dans la tradition nord-alpine, mais il s’agit là de détails discrets, témoignant principalement de tours de main d’atelier, qui ne remettent pas en cause l’adhésion majoritaire au standard matériel d’origine atlantique. Avec sans doute les haches à douille et couteaux à languette (peut-être aussi les chaudrons, certaines situles et garnitures9 de char), les épées à languette et lame pistilliforme, les bouterolles aplaties, les rasoirs en croissant simple ou double à bélière de suspension, les parures à bossettes du 1er Fer 1 trouvés dans le domaine nord-alpin, et dont l’inspiration atlantique est assurée, matérialisent une rupture évolutive dans la culture matérielle élitaire puisqu’ils ne trouvent pas, ou très peu, d’antécédents de fabrication locale sur place (fig. 16). Pour la plupart, leurs prototypes sont en effet à rechercher parmi les productions du Bf 3 de la Gaule atlantique et du sud-est de la Grande-Bretagne (fig. 15). Ce basculement dans l’adoption des standards matériels traduit non seulement un renouvellement de l’affichage des statuts et valeurs, mais vraisemblablement aussi une redéfinition de l’identité des élites, de même qu’un processus d’acculturation d’origine atlantique dont les agents restent à identifier. Cela ne vaut naturellement que pour le centre et l’est de la Gaule car, dans le Midi méditerranéen et la Gaule atlantique, c’est nettement une évolution des mobiliers élitaires selon des standards locaux qui prime. Le tableau doit être nuancé toutefois puisque la documentation est assez indigente dans l’ouest et le nord de la France pour les raisons déjà évoquées, tandis qu’on relève dans le Midi des innovations non négligeables au VIIIe siècle av. J.-C. En Languedoc occidental, le rasoir trapézoïdal à bélière de suspension d’imitation atlantique est adopté par certains hommes, la fibule à double ressort, venue du sud-est de la péninsule Ibérique et d’inspiration centre-méditerranéenne, l’est par certaines femmes (qui emportent aussi plus souvent dans la tombe le torque) : pour l’un et l’autre, il s’agit d’objets qui devaient posséder une valeur d’affichage identitaire déterminante.

Les sites fortifiés et établissements de hauteur comme indicateurs d’une crise ?

  • 10 Le phénomène d’agrégation et de perchement des habitats les plus importants au Bronze final tend à (...)

24En terme de mutation, le phénomène le plus important et le plus étendu à nos yeux est en fait celui qui touche aux formes et modes d’occupation du sol. Si le Bf 2 et le Bf 3 correspondent à des époques où les réseaux d’habitats sont assez régulièrement polarisés par des agglomérations et des résidences fortifiées10 privilégiées – le mobilier y est riche et abondant, avec en particulier des produits ou matériaux d’importation lointaine –, souvent juchées sur des positions topographiques dominantes (fig. 17-18), il n’en va plus de même à partir de la fin du IXe siècle av. J.-C. Dans toutes les régions documentées en Gaule, à l’image de ce que nous avons mis en évidence précisément en basse Auvergne (Milcent 2004 : p. 42-50 ; Milcent, Mennessier-Jouannet 2007), les sites fortifiés et les établissements groupés sont abandonnés à quelques exceptions près (fig. 19-20). À l’inverse se multiplient de petits établissements dispersés, probablement de simples fermes isolées et des hameaux, et sur de nouveaux contextes topographiques : plaines, vallées et bas de versant ou bien, dans les franges alpines, en retrait des berges lacustres et sur les bas de pentes. Ceux-ci ne livrent pratiquement pas de mobilier métallique ou d’origine lointaine tels que des perles en ambre ou en verre ; en comparaison de la richesse des niveaux archéologiques de certains habitats du Bronze final, ces établissements du Premier âge du Fer évoquent, sinon une paupérisation de la culture matérielle, du moins un recyclage plus systématique des matériaux de valeur devenus sans doute plus rares.

Fig. 16. Illustration de la réception du standard mobilier médio-atlantique au 1er Fer 1 dans le domaine nord-alpin. Villement (Indre) « Saint-Aoustrille » T. 6 S.1 : n° 1-2 (d’ap. Milcent 2004 : pl.69) ; Wiesloch (Bade-Wurtemberg) S. 3 : n° 3 (d’ap. Jockenhövel 1971 : pl. 28) ; Feldkirch-Hartheim (Bade-Wurtemberg) « Retthammer » S. 1 : n° 4 (d’ap. Jockenhövel 1971 : pl. 38) ; Esslingen (Wurtemberg) : n° 5 (d’ap. Zürn 1987 : pl. 78) ; Groβeibstadt (Basse-Franconie) S. 1 : n° 6 et 9 (d’ap. Kossack 1970) ; Bingen (Rhénanie-Palatinat) : n° 7 (d’ap. Pare 1999 : pl. VII) ; Breisach-am-Rhein (Bade) "Zwölferbuck" : n° 8 (d’ap. Pare 1992 : pl. 32) ; Thalmäiβing (Moyenne Franconie) : n° 10 (d’ap. Kossack 1959 : fig. 23) ; Poláky (Bohême) S. 21 : n° 11 (d’ap. Pare 1992 : pl. 122) ; Hohenstein-Oberstetten (Wurtemberg) : n° 12 (d’ap. Zürn 1987 : pl. 242) ; Nymburk-Habeš (Bohême) : n° 13 (d’ap. Pare 1992 : pl. 120) ; Rvenice (Bohême) S. 1966 : n° 14 (d’ap. Pare 1999 : fig. 102 ; Frankfurt Stadtwald (Hesse) S. 12 : n° 15 (d’ap. Fischer 1979). Échelles différentes.

Fig. 16. Illustration de la réception du standard mobilier médio-atlantique au 1er Fer 1 dans le domaine nord-alpin. Villement (Indre) « Saint-Aoustrille » T. 6 S.1 : n° 1-2 (d’ap. Milcent 2004 : pl.69) ; Wiesloch (Bade-Wurtemberg) S. 3 : n° 3 (d’ap. Jockenhövel 1971 : pl. 28) ; Feldkirch-Hartheim (Bade-Wurtemberg) « Retthammer » S. 1 : n° 4 (d’ap. Jockenhövel 1971 : pl. 38) ; Esslingen (Wurtemberg) : n° 5 (d’ap. Zürn 1987 : pl. 78) ; Groβeibstadt (Basse-Franconie) S. 1 : n° 6 et 9 (d’ap. Kossack 1970) ; Bingen (Rhénanie-Palatinat) : n° 7 (d’ap. Pare 1999 : pl. VII) ; Breisach-am-Rhein (Bade) "Zwölferbuck" : n° 8 (d’ap. Pare 1992 : pl. 32) ; Thalmäiβing (Moyenne Franconie) : n° 10 (d’ap. Kossack 1959 : fig. 23) ; Poláky (Bohême) S. 21 : n° 11 (d’ap. Pare 1992 : pl. 122) ; Hohenstein-Oberstetten (Wurtemberg) : n° 12 (d’ap. Zürn 1987 : pl. 242) ; Nymburk-Habeš (Bohême) : n° 13 (d’ap. Pare 1992 : pl. 120) ; Rvenice (Bohême) S. 1966 : n° 14 (d’ap. Pare 1999 : fig. 102 ; Frankfurt Stadtwald (Hesse) S. 12 : n° 15 (d’ap. Fischer 1979). Échelles différentes.

Fig. 17. Carte des établissements de hauteur, des établissements fortifiés et des palafittes au Bf 2.

Fig. 17. Carte des établissements de hauteur, des établissements fortifiés et des palafittes au Bf 2.

Liste des établissements de hauteur et/ou fortifiés :

  • Amboise (Indre-et-Loire) « Les Châtelliers » ;

  • Angers (Maine-et-Loire) « La Cité, Montée Saint-Maurice » ;

  • Aslonnes (Vienne) « Camp Allaric » ;

  • Auzay (Vendée) « Vieil Auzay – Les Châtelliers » ;

  • Bailleul-sur-Thérain (Oise) « Mont César » ;

  • Beaumont-Hague (Manche) « Hague Dike » ;

  • Béruges (Vienne) « Le Bourg » ;

  • Beynac (Dordogne) « Le Bourg » ;

  • Bourg-Saint-Maurice (Savoie) « Châtelard » ;

  • Busséol (Puy-de-Dôme) « Puy Saint-André » ;

  • Capdenac-le-Haut (Lot) ;

  • Carcassonne (Aude) « Carsac » ;

  • Catenoy (Oise) « Camp de César » ;

  • Chênehutte-les-Tuffeaux (Maine-et-Loire) « Le Camp des Romains » ;

  • Clairoix (Oise) « Mont Canelon » ;

  • Corent /Veyre-Monton (Puy-de-Dôme) « Puy-de-Corent » ;

  • Coulounieix-Chamiers (Dordogne) « Ecornebœuf » ;

  • Cubzac-les-Ponts (Gironde) « Camp des Quatre-Fils-Aymon » ;

  • Dallet / Mezel /Vertaizon (Puy-de-Dôme) « Puy de Mûr » ;

  • Etaules (Côte-d’Or) « Le Châtelet » ;

  • Flamanville (Manche) « Le Castel » ;

  • Floure (Aude) « Le Laouret » ;

  • Gennes (Maine-et-Loire) « Sous le Puy, éperon de Saint-Eusèbe » ;

  • Gouvieux (Oise) « Le Camp de César » ;

  • Gruissan (Aude) « Roc de Conilhac » ;

  • Hières-sur-Amby (Isère) « Larina » ;

  • Igé (Orne) « Camp de Crochemélier » ;

  • Laissey (Doubs) « Mont Souvance » ;

  • La Roche-Blanche (Puy-de-Dôme) « Plateau de Gergovie » ;

  • L’Isle-d’Espagnac (Charente) « Camp de Bois Menu » ;

  • Lyon (Rhône) « Fourvière » ;

  • Malleville-sur-le-Bec (Eure) « Buisson du Roui » ;

  • Marignac (Charente-Maritime) « Camp de Cordie » ;

  • Merpins (Charente) « Camp de Merpins » ;

  • Merri (Orne) « Camp de Bierre » ;

  • Montmorot (]ura) « Château » ;

  • Mourèze (Hérault) « Les Courtinals » ;

  • Nicole (Lot-et-Garonne) « Pech de Berre » ;

  • Pont-de-Roide (Doubs) « Mont Julien » ;

  • Puylaurens (Tarn) « Cordouls » ;

  • Quièvrecourt (Seine-Maritime) « L’Hôpital » ;

  • Rivière-sur-Tarn (Aveyron) « L’Andurme » ;

  • Saint-Cernin-de Larche (Corrèze) « Puy de Fournet »

  • Saint-Jean-Ligoure (Haute-Vienne) « Chalucet » ;

  • Saint-Léonard-des-Bois (Sarthe) « Narbonne » ;

  • Saint-Moré (Yonne) « Camp de Cora » ;

  • Saint-Sauveur (Oise) « La Prévôtée » ;

  • Salins (Jura) « Camp du Château » ;

  • Saxon-Sion (Meurthe-et-Moselle) « Côte de Sion » ;

  • Soumont-Saint-Quentin (Calvados) « Mont Joly » ;

  • Sorel-Moussel (Eure-et-Loir) « Fort Harrouard » ;

  • Soyaux (Charente) « Camp de Recoux » ;

  • Surmont (Doubs) ;

  • Toulouse (Haute-Garonne) « Ancely » ;

  • Toulouse (Haute-Garonne) « Le Cluzel » ;

  • Vieux-Moulin (Oise) « Saint-Pierre-en-Chastre » ;

  • Vilhonneur (Charente) « Bois du Roc » ;

  • Wintzenheim (Haut-Rhin) « Hohlandsberg ».

Fig. 18. Carte des établissements de hauteur et/ou fortifiés et des palafittes au Bf 3.

Fig. 18. Carte des établissements de hauteur et/ou fortifiés et des palafittes au Bf 3.

Liste des établissements de hauteur et/ou fortifiés :

  • Angers (Maine-et-Loire) « La Cité, rue Toussaint » ;

  • Auzay (Vendée) « Vieil Auzay – Les Châtelliers » ;

  • Beaumont-Hague (Manche) « Hague Dike » ;

  • Bègues (Allier) « Les Charmes » ;

  • Béruges (Vienne) « Le Bourg » ;

  • Beynac-et-Cazenac (Dordogne) « Le Bourg » ;

  • Béziers (Hérault) ;

  • Bouc-Bel-Air (Bouches-du-Rhône) « Baou Roux » ;

  • Boulancourt (Seine-et-Marne) « Le Châtelet » ;

  • Busséol (Puy-de-Dôme) « Puy Saint-André » ;

  • Campagne (Dordogne) « Le Fayard » ;

  • Castelnau-le-Lez (Hérault) « Sextantio » ;

  • Cenon (Vienne) « Fort Clan » ;

  • Charmensac (Cantal) « Suc de Lermu » ;

  • Châteaudun (Eure-et-Loir) « Saint-Lubin » ;

  • Château-Landon (Seine-et-Marne) « Le Bourg » ;

  • Château-Roussillon (Pyrénées-Orientales) « Ruscino » ;

  • Chênehutte-les-Tuffeaux (Maine-et-Loire) « Le Camp des Romains » ;

  • Corent /Veyre-Monton (Puy-de-Dôme) « Puy-de-Corent » ;

  • Coulon (Deux-Sèvres) « Coteau de Montigné » ;

  • Coulounieix-Chamiers (Dordogne) « Ecornebœuf » ;

  • Crozant (Creuse) « Eperon du Château » ;

  • Cubzac-les-Ponts (Gironde) « Camp des Quatre-Fils-Aymon » ;

  • Dallet / Mezel / Vertaizon (Puy-de-Dôme) « Puy de Mûr » ;

  • Déols (Indre) « Le Montet » ;

  • Donzère (Drôme) « Saint-Saturnin » ;

  • Durtal (Maine-et-Loire) « Eperon du Château » ;

  • Elne (Pyrénées-Orientales) « Le Bourg » ;

  • Flamanville (Manche) « Le Castel » ;

  • Fontvieille (Bouches-du-Rhône) « Le Castelet » ;

  • Hières-sur-Amby (Isère) « Larina » ;

  • Igé (Orne) « Camp de Crochemélier » ;

  • La Groutte (Cher) « Camp de César » ;

  • Laissey (Doubs) « Mont Souvance » ;

  • La Roche-Blanche (Puy-de-Dôme) « Plateau de Gergovie » ;

  • La Roche Blanche (Puy-de-Dôme) « Maison des Loisirs » ;

  • Le Pègue (Drôme) « Saint-Marcel » ;

  • Le Puy-en-Velay (Haute-Loire) « Cathédrale » ;

  • Les Baux de Provence (Bouches-du-Rhône) « Plateau de Baux » ;

  • Leutenheim (Bas-Rhin) « Hexenberg » ;

  • Levroux (Indre) « Colline des Tours » ;

  • Mailhac (Aude) « Le Cayla » ;

  • Marignac (Charente-Maritime) « Camp de Cordie » ;

  • Massiac (Cantal) « Chalet » ;

  • Merpins (Charente) « Camp de Merpins » ;

  • Meschers (Charente-Maritime) « Plateau des Vergnes » ;

  • Millau (Aveyron) « La Granède » ;

  • Montans (Tarn) « Le Rougé » ;

  • Montmirey-la-Ville (Jura) « Le Camp du Mont-Guérin » ;

  • Montmorot (Jura) « Le Château » ;

  • Moriat (Puy-de-Dôme) « Scoularoux » ;

  • Mourèze (Hérault) « Les Courtinals » ;

  • Mouriès (Bouches-du-Rhône) « Les Caisses »

  • Muides-sur-Loire (Loir-et-Cher) « Le Bas du Port nord » ;

  • Neuvic (Dordogne) « Puy de Pont » ;

  • Nicole (Lot-et-Garonne) « Pech de Berre » ;

  • Nonette (Puy-de-Dôme) « Le Bourg » ;

  • Nucourt (Val d’Oise) « Camp de César » ;

  • Olloix (Puy-de-Dôme) « Liozon » ;

  • Pleumeur (Finistère) « La Torche » ;

  • Ploulec’h (Côte-d’Armor) « Le Yaudet » ;

  • Pont-de-Roide (Doubs) « Mont Julien » ;

  • Puylaurens (Tarn) « Cordouls » ;

  • Rivières (Charente) « Le Châtelard » ;

  • Royat (Puy-de-Dôme) « Puy de Cravenoire » ;

  • Roussas (Drôme) « Le Moulon » ;

  • Saint-Blaise (Bouches-du-Rhône) ;

  • Saint-Bonnet-clu-Gard (Gard) « Le Marduel » ;

  • Saint-Dionisy (Gard) « Roque de Viou » ;

  • Saint-Pons-de-Thomières (Hérault) « Malvieu » ;

  • Royat (Puy-de-Dôme) « Puy de Cravenoire » ;

  • Saint-Bonnet-clu-Gard (Gard) « Le Marduel » ;

  • Sainte-Eulalie-de-Cernon (Aveyron) « Puech de Mus » ;

  • Saint-Loup-du-Gast (Mayenne) « Camp de Gesnes » ;

  • Sainte-Maure-de-Touraine (Indre-et-Loire) « Les Deux Manses » ;

  • Saint-Jean-de-Laur (Lot) "Gayfié" ;

  • Saint-Jean-Ligoure (Haute-Vienne) « Chalucet » ;

  • Saint-Léon-sur-l’Isle (Dordogne) « Puypinsou » ;

  • Saint-Moré (Yonne) « Cora » ;

  • Saint-Sauveur (Oise) « Prévotée » ;

  • Saint-Uze (Drôme) « Rochetaillée » ;

  • Salins (Jura) « Camp du Château » ;

  • Saxon-Sion (Meurthe-et-Moselle) « Côte de Sion » ;

  • Séverac-le-Château (Aveyron) « Le Château » ;

  • Siorac-en-Périgord (Dordogne) « Castel Réal » ;

  • Sorel-Moussel (Eure-et-Loir) « Fort Harrouard » ;

  • Soumont-Saint-Quentin (Calvados) « Mont Joly » ;

  • Soyaux (Charente) « Camp de Recoux » ;

  • Surmont (Doubs) ;

  • Taverny (Val-d’Oise) « Camp de César » ;

  • Toulouse (Haute-Garonne) « Saint-Michel-du-Touch » ;

  • Toulouse (Haute-Garonne) « Le Cluzel » ;

  • Uzerche (Corrèze) « Place de la Lunade » ;

  • Vendres (Hérault) « Portal-Vielh »

  • Vieux-Moulin (Oise) « Saint-Pierre-en-Chastre » ;

  • Villiers-sur-Seine (Seine-et-Marne) « Le Gros Buisson » ;

  • Vilhonneur (Charente) « Bois du Roc » ;

  • Vix (Côte-d’Or) « Mont Lassois » ;

  • Vodable-Solignat (Puy-de-Dôme) « Pic d’Ysson » ;

  • Vœuil-et-Giget (Charente) « Camp des Anglais » ;

  • Wintzenheim (Haut-Rhin) « Hohlandsberg ».

Fig. 19. Distribution pondérée par siècle du nombre des sites en fonction de la situation topographique en basse Auvergne : l’inversion des courbes est très marquée au 1er Fer 1 (graphique extrait de : Milcent, Mennessier-Jouannet 2007).

Fig. 19. Distribution pondérée par siècle du nombre des sites en fonction de la situation topographique en basse Auvergne : l’inversion des courbes est très marquée au 1er Fer 1 (graphique extrait de : Milcent, Mennessier-Jouannet 2007).
  • 11 Sur le continent, le phénomène n’est pas à proprement parler atlantique puisqu’on observe un dévelo (...)

25Quelques habitats au statut sans doute privilégié demeurent néanmoins repérables au 1er Fer 1, mais ils occupent de préférence, à l’inverse de l’époque précédente, plaines et vallées et, surtout, plusieurs d’entre eux présentent une structuration et une morphologie nouvelles, pratiquement sans antécédent connu au Bf 3, si ce n’est éventuellement dans le domaine atlantique11. Nous voulons parler des grands établissements ruraux enclos de palissades ou fossés généralement quadrilatéraux, qui possèdent une ou plusieurs entrées à porche monumental, parfois des accès aménagés en entonnoir pour la gestion du bétail, et assez souvent une importante capacité de stockage sous la forme de greniers ou, plus rarement, de silos (Peake et al. 2008 ; contributions de V. Desbrosse et al. ce volume ; fig. 21 n° 2) ; leurs unités d’habitation sont toutefois rarement conservées, probablement en raison de l’utilisation de techniques de construction laissant peu d’empreintes au sol : les espaces laissés vides permettent seuls, la plupart du temps, de conjecturer leur emplacement. Il est probable cependant que ces sites enclos n’avaient pas tous les mêmes fonctions. Pour ceux d’entre eux qui seraient véritablement vierges d’une occupation à caractère domestique, il convient sans doute d’envisager des fonctions autres que celles qui se rapportent à un habitat à vocation agropastorale : enclos à usage bref ou cyclique notamment, pour des activités économiques, sociales ou cérémonielles qui resteraient à déterminer. Concernant les autres, où la présence d’un habitat pérenne est identifiable ou vraisemblable (la plupart des cas ?), ils forment les prototypes des centres domaniaux enclos attestés presque tout au long de l’âge du Fer en Gaule, mais qui ne deviennent véritablement nombreux qu’à partir des IIIe-IIe siècles av. J.-C. Pour les époques plus récentes de l’âge du Fer et pour les plus importants d’entre eux, ces centres domaniaux sont interprétés comme la matérialisation d’une élite foncière tirant une part appréciable de ses richesses de l’élevage (Ménez 1996 : 211- 213) : à titre d’hypothèse, il serait tentant de faire remonter l’extension de cette forme de différenciation socio-économique au début de l’âge du Fer. On doit à l’archéologie préventive d’avoir décelé plusieurs de ces centres enclos d’exploitation agropastorale des 1er Fer 1 et 2 au nord de la Seine, mais d’autres découvertes encore très dispersées, à Préfontaines dans le Loiret (fig. 21 n° 2) ou Préguillac en Charente-Maritime (Lejars et al. 1990) par exemple, laissent présumer d’une extension à tout le centre et l’ouest de la Gaule.

  • 12 Le phénomène des middens touche la frange côtière de la Gaule puisque deux sites du VIIIe siècle su (...)

26La mutation majeure que l’on perçoit au travers des établissements qui nous paraissent relever de l’élite ne constitue en réalité qu’un aspect très spectaculaire d’un changement plus large et profond affectant l’ensemble des sites d’habitat et d’activités vivrières, ainsi que leurs réseaux. À titre de rappel, la fin du IXe siècle et le début du VIIIe siècle av. J.-C. voient également l’abandon des habitats palafittiques, que ce soit au bord des lacs alpins (Hochuli et al. 1998) ou bien des étangs lagunaires languedociens (Leroy et al. 2003 : fig. 8). C’est au même moment que se développent rapidement dans le centre et un grand quart sud-est de la Gaule, pour une durée apparemment brève (un siècle environ ?), des installations à batterie de fours à pierres chauffantes dont les fonctions et contextes d’usage demeurent mal déterminés (fig. 21 n° 1). Toutefois le phénomène n’est pas sans évoquer celui des accumulations parfois spectaculaires de déchets organiques et matériels d’Angleterre qui seraient issus de banquets collectifs et qui sont qualifiés de « middens » (littéralement « amas de fumier » en anglais) (Mac Omish 1996)12 : ces deux catégories de sites contemporains ne relèveraient-elles pas d’un processus rituel et d’un contexte social comparables ? À titre d’hypothèse, nous interpréterions volontiers les middens et les batteries de fours à pierres chauffantes comme les vestiges de repas collectifs et cérémoniels destinés à favoriser la recomposition d’un système de relations sociales et identitaire en crise ou en profonde mutation à l’échelon local.

Fig. 20. Carte des établissements de hauteur et/ou fortifiés et des palafittes au 1er Fer 1.

Fig. 20. Carte des établissements de hauteur et/ou fortifiés et des palafittes au 1er Fer 1.

Liste des établissements de hauteur et/ou fortifiés :

  • Caune-Minervois (Aude) « Le Cros » ;

  • Choisy-au-Bac (Oise) « Le Confluent » ;

  • Coulon (Deux-Sèvres) « Coteau de Montigné » ;

  • Dallet / Mezel/Vertaizon (Puy-de-Dôme) « Puy de Mûr » ;

  • Millau (Aveyron) « La Granède » ;

  • Nicole (Lot-et-Garonne) « Pech de Berre » ;

  • Saint-Pons-de-Thomières (Hérault) « Malvieu » ;

  • Saxon-Sion (Meurthe-et-Moselle) « Côte de Sion » ;

  • Sceautres (Ardèche) « Charaubarès » ;

  • Solignat (Puy-de-Dôme) « Puy d’Ysson » ;

  • Soumont-Saint-Quentin (Calvados) « Mont Joly » ;

  • Soyaux (Charente) « Camp de Rocoux » ;

  • Villiers-sur-Seine (Seine-et-Marne) « Le Gros Buisson ».

Liste des établissements enclos :

  • Bazancourt (Marne) « La Large Eau » ;

  • Beaurieux (Aisne) « Les Grèves » ;

  • Beautot (Seine-Maritime) « Le Grand Verdret » ;

  • Bézannes (Marne) « La Bergerie » ;

  • La Grande-Paroisse (Seine-et-Marne) « La Pièce des Loges » ;

  • Les Mesneux (Marne) « Les Vanneuses » ;

  • Meistrazheim (Bas-Rhin) ;

  • Préfontaines (Loiret) « Les Grands Réages » ;

  • Saint-Germain-la-Ville (Marne) « Le Bas de la Voie Priée ».

Liste des Middens :

  • Aurigny (îles Anglo-normandes) « Les Huguettes » ;

  • Ouessant (Finistère) « Mez Notariou ».

Liste des fours à pierres chauffantes :

  • Aubiat (Puy-de-Dôme) « Champ des Vignes » ;

  • Barbezieux (Charente) « Les Petits Clairons » ;

  • Beaumont (Puy-de-Dôme) « Champ Madame » ;

  • Beauregard-Vendon (Puy-de-Dôme) « Les Tarroux » ;

  • Beynost (Ain) « Les Grandes Croix » ;

  • Clermont-Ferrand (Puy-de-Dôme) « La Pardieu » ;

  • Clermont-Ferrand (Puy-de-Dôme) « 175, bd Gustave Flaubert » ;

  • Choisey (Jura) « A l’Ormoy » ;

  • Cournon-d’Auvergne (Puy-de-Dôme) « La Chomette » ;

  • Combronde (Puy-de-Dôme) « Champ Barbet » ;

  • Davayat (Puy-de-Dôme) « Ruisseau des Mottes » ;

  • Eyrein (Corrèze) « Champ de Brach » ;

  • Issoire (Puy-de-Dôme) « Le Brot » ;

  • Le Cendre (Puy-de-Dôme) “ZAC des Grandes" (BSR 2004 p.72) ;

  • Mozac (Puy-de-Dôme) ;

  • Pérignat-les-Sarliève (Puy-de-Dôme) « Rue d’Aubière » ;

  • Saint-André-le-Coq (Puy-de-Dôme) « Pagnan » ;

  • Gannat (Allier) « Contrée Viallet » ;

  • Polignac (Haute-Loire) « Sinzelles-Caramontron » ;

  • Ruffey-sur-Seille (Jura) « A Daupharde » ;

  • Saint-Viance (Corrèze) « Suquet » ;

  • Sermérieu (Isère) « Combe-Noire » ;

  • Ventabren (Bouches-du-Rhône) « Château-Blanc » ;

  • Vitrac-sur-Montane (Corrèze) « Bernotte ».

27Toutes ces mutations dans les modalités d’occupation du sol ont parfois été mises en relation avec la péjoration climatique qui accompagne le passage au Subatlantique, mais nous pensons qu’elles sont liées avant tout à une réorganisation de l’économie et des réseaux sociaux. À moins de nier l’importance des fonctions envisagées pour les habitats groupés et/ou fortifiés, la disparition provisoire (ils se développent de nouveau au 1er Fer 2) de ces derniers ne peut guère être interprétée autrement qu’en terme de crise ou, pour le moins, de restructuration majeure. En effet, certains de ces établissements contribuaient à polariser des activités importantes telles que production spécialisée, contrôle et protection des surplus vivriers, échanges à longue distance et sans doute contrôle politique. À cette disparition succède au VIIIe siècle des établissements plus petits, plus éparpillés, plus pauvres en stock métallique, qui paraissent moins différenciés, plus autarciques et donc moins hiérarchisés qu’au Bronze final.

Fig. 21. De nouveaux types d’établissement au début de l’âge du Fer : les batteries de fours en fosse à pierres chauffantes et les centres domaniaux enclos. N° 1 : Choisey (Jura) « A l’Ormoy » (d’ap. Simonin 1999) ; n° 2 : Préfontaines (Loiret) « Les Grands Réages » (d’ap. Fréné 1999). Le site de Préfontaines, avec ses palissades et accès en entonnoir pour la gestion du bétail, peut être assimilé à une sorte de ranch.

Fig. 21. De nouveaux types d’établissement au début de l’âge du Fer : les batteries de fours en fosse à pierres chauffantes et les centres domaniaux enclos. N° 1 : Choisey (Jura) « A l’Ormoy » (d’ap. Simonin 1999) ; n° 2 : Préfontaines (Loiret) « Les Grands Réages » (d’ap. Fréné 1999). Le site de Préfontaines, avec ses palissades et accès en entonnoir pour la gestion du bétail, peut être assimilé à une sorte de ranch.

28À l’échelon microrégional, il est symptomatique aussi d’une mutation que les zones qui, au 1er Fer 1, présentent des manifestations archéologiques de pouvoir, essentiellement sous la forme d’inhumations à épée sous tumulus et peut-être de grands établissements ruraux enclos, ne coïncident pas géographiquement avec celles qui concentraient, au Bronze final, habitats groupés et/ou fortifiés, dépôts d’objets métalliques (cf. exemple de la France centrale : Milcent 2004 p. 69-71). Même s’il n’est parfois que de quelques dizaines de km, ce décalage est significatif, mais il ne peut être saisi qu’avec une approche fine.

29Enfin au niveau macrorégional, quel que soit le contexte culturel, on assiste aussi au 1er Fer 1 à un basculement des dynamiques innervées par les élites : des régions comme la Touraine, la basse Auvergne ou la Suisse occidentale, qui manifestaient une politique active en terme d’animation de réseaux d’échanges à longue distance au Bronze final, à en juger par le contenu des dépôts métalliques en milieux sec et humide, la richesse des habitats, paraissent marquer le pas, tandis que d’autres, tels le Berry, la Lorraine centrale ou le Languedoc occidental, pour ne prendre que quelques exemples, se distinguent par un relatif développement de la représentation matérielle des élites, sous la forme de tombes à épée et/ou rasoir, qui n’existait pas auparavant.

4. BILAN

30L’intervalle chronologique qui va du Xe au VIIe av. J.-C. est bien scindé en deux étapes distinctes du point de vue des élites, puisqu’un horizon pivot voit le basculement de la matérialisation de leurs pratiques de distinction et du système socio-économique qui lui était sous-jacent au Bronze final. Cet horizon des années 800-725 av. J.-C. environ n’est pas celui d’une transition graduelle, mais d’une crise à l’issue de laquelle un nouveau système socio-économique, propre au Premier âge du Fer, se met en place. Cette crise paraît profonde pour les élites nord-alpines (notamment féminines ?) et semble toucher aussi les élites atlantiques, bien que ce soit dans une moindre mesure puisque les mutations apparaissent moins tranchées. En Aquitaine et dans le Midi méditerranéen, cela est envisageable ainsi que l’atteste la mutation dans les formes et modalités d’occupation du sol, mais dans des proportions qui ne devaient pas atteindre ce que l’on observe plus au nord. La matérialisation de la représentation funéraire des élites méridionales présente en effet une évolution continue et régie par des logiques originales, mais trompeuses pour l’archéologue, qui semblent privilégier une politique d’affichage empreinte de sobriété et d’attachement à la tradition. Elle est bien décelable néanmoins dans les dépôts funéraires du Languedoc occidental, quoiqu’elle apparaisse filtrée par la pratique de la crémation et médiatisée par de rares objets-signes (rasoirs, torques, fibules...) dont l’importance et la signification ne sont plus à négliger.

31À ce stade de nos conclusions subsiste une interrogation essentielle : la crise du VIIIe siècle av. J. -C., bien perceptible à travers les matériaux archéologiques qui relèvent essentiellement des groupes sociaux dominants, a-t-elle touché les autres composantes de la société ? Plusieurs arguments plaident pour l’affirmative. En premier lieu, la documentation ne permet pas d’envisager une dichotomie des sociétés telle quelle aurait eu pour conséquence de séparer nettement l’histoire des élites de celle du reste de la population. Au 1er Fer 1, l’impression qui domine est celle d’une société clanique coiffée par une élite masculine en compétition pour maintenir son rang, qui devrait son statut ou le maintien de celui-ci à ses mérites et capacités personnelles plutôt qu’à l’hérédité ou aux traditions (les cimetières aristocratiques occupés sur plusieurs générations sont rares), au point même que la notion d’élite ne va peut-être pas complètement de soi pour cette période. En second lieu, les profondes modifications subies par les formes de l’habitat et leurs réseaux presque partout en Gaule nous donnent de bonnes raisons de supposer que les mutations ont affecté l’ensemble des populations, même si c’était à des degrés divers. Les recherches paléoenvironnementales de ce point de vue joueront un rôle décisif de vérification, après affinement de la chronologie des séquences. Des travaux menés en Franche-Comté et Lorraine plaideraient déjà dans notre sens puisqu’ils font mention d’une diminution (critique ?) des impacts anthropiques à la transition Subboréal-Subatlantique, c’est-à-dire autour de 800 av. J.-C., dans toutes les tourbières étudiées (Gauthier et al. 2000). Saisies par l’archéologie, les élites apparaissent donc à nos yeux comme des révélateurs d’un processus historique large, et non pas comme une entité sociale dont l’évolution serait autonome et de peu d’influence compte tenu du nombre restreint d’individus qu’elle pouvait représenter.

32À une autre échelle, ce qui donne à penser qu’une large part de la société est entraînée dans la crise, mais aussi dans la création d’un nouveau système socio-économique, c’est la divergence évolutive qui saute aux yeux dès lors que l’on compare la situation en Gaule avec celle de régions voisines et méridionales. La confrontation avec l’Italie du Nord ou le sud de la péninsule Ibérique par exemple donne à mieux mesurer combien la crise a pu être profonde : au sud des Alpes et de la Meseta, les entités culturelles qui avaient un niveau de développement peu différent au Bronze final de celui que connaissait la Gaule à la même époque présentent, après 800 av. J.-C., une évolution qui continue d’être « ascendante » et aboutit rapidement, aux VIIIe-VIIe siècles, à une accentuation de la spécialisation des tâches, à une concentration des activités artisanales, commerciales, à l’émergence de centres proto-urbains, à l’instauration d’une hiérarchie plus développée et pérenne, à une ouverture aux influences issues de la Méditerranée orientale qui se traduit notamment par l’adoption d’un usage limité de l’écriture. La nouvelle situation instaure de fait un décalage fondamental entre la Gaule et nombre de régions de la Méditerranée occidentale qui bénéficient d’un climat de très fort développement des interactions économiques et culturelles. De ce point de vue, il n’est pas anodin que les élites d’Italie septentrionale et centrale perpétuent l’usage, jusqu’au VIIe siècle av. J.-C., de marqueurs de rang social hérités du Bronze final et largement empruntés au domaine nord-alpin lorsque celui-ci rayonnait fortement encore au Xe siècle et dans la 1ere moitié du IXe siècle av. J.-C., tels qu’épées à antennes coulées en bronze, casques à crête, cuirasses, boucliers et vases en tôle de bronze ornés de bossettes, chariots miniatures et objets de luxe décorés du motif de la barque solaire. Un véritable continuum évolutif est perceptible parmi les standards mobiliers élitaires d’origine nord-alpine en Italie septentrionale, du IXe au VIIe siècles av. J.-C., alors que l’on serait bien en peine de l’observer plus au nord-ouest. Pour ne donner qu’une image, s’il fallait trouver des « successeurs » immédiats au « prince de Saint-Romain-de-Jalionas » (Isère), enseveli dans la seconde moitié du IXe siècle av. J.-C. (Verger, Guillaumet 1988), ce serait au sud des Alpes, et non pas dans le domaine hallstattien occidental, qu’il faudrait les chercher. N’oublions pas en effet que l’une des plus anciennes tombes véritablement princières du Premier âge du Fer en Gaule nord-alpine, c’est-à-dire avec grand tumulus, char d’apparat à quatre roues, service à boire métallique, instruments de toilette, armes et objets en or, en ambre, est celle d’Apremont 1 (Haute-Saône) et qu’elle date seulement du milieu du VIe siècle av. J.-C., c’est-à-dire d’une période postérieure à celle de Saint-Romain-de-Jalionas de près de 250 ans ! Un tel hiatus ne doit pas être minoré.

33En conclusion, la crise du passage à l’âge du Fer qui affecta une grande partie de la Gaule avait été pressentie par les chercheurs de la première moitié du XXe siècle, mais pas à sa juste valeur, en raison notamment de l’absence d’un système typochronologique à la résolution fine et de la faiblesse des connaissances en matière d’habitats et d’occupation du sol. Plus réceimnent, les systèmes chronologiques ébauchés dans les années 1980 ont lissé les aspérités documentaires et donnèrent l’illusion d’un passage graduel et sans heurts du Bf 3 au 1er Fer 1 afin de ne pas sacrifier aux modèles diffusionnistes périmés.

34L’un des enjeux des recherches à venir sera de déterminer les causes de cette récession et leur importance relative. À titre d’hypothèse, nous y verrions volontiers la conjugaison de phénomènes perturbateurs d’origines très différentes : péjoration climatique avec épisodes catastrophiques répétés (bien attestée entre 850 et 760 av. J.-C. : Hochuli et al. 1998, p. 135-140 ; Magny 2004) ; pressions, notamment démographiques, trop fortes sur l’économie vivrière ; cycles de conflits sociaux plus rapprochés ; perturbations des réseaux de contacts à longue distance, ces derniers étant encore frêles ; affaiblissement voire mise en cause violente d’une élite sociale très dépendante du contrôle de ces réseaux et des productions artisanales qui l’alimentent ; crise d’identité et de valeurs des élites nord-alpines où la compétition interne serait devenue trop forte.

35La mutation du VIIIe siècle av. J.-C. en Gaule a pu prendre la forme d’une correction brutale dans quelques régions, mais pas au point que le phénomène élitaire disparaisse. Néanmoins, elle n’empêcha pas l’amorçage, dès le dernier quart de ce siècle, d’un nouveau cycle de complexification socio-économique sur des bases renouvelées (développement embryonnaire de grands domaines fonciers, avec peut-être une importance accrue de l’élevage dont pourrait témoigner l’aménagement de nombreux tumulus en moyenne montagne le long de voies de circulation). Ce cycle du Premier âge du Fer conduirait, du moins dans le domaine nord-alpin, à l’expérience urbaine, mais s’achèverait lui aussi sur une autre crise, à une époque de transition bien identifiée également dans les archives archéologiques de Gaule centrale (Milcent 2007), celle de la fin du Ve siècle et de la première moitié du IVe siècle av. J.-C.

Bibliographie

Bibliographie

BERNATZKY-GOETZE M., 1987 – Mörigen. Die spätbronzezeitlichen Funde. Bâle, Société suisse de préhistoire et d’archéologie, 212 p., 176 pl. (Antiqua, 16).

BERTRAND A., 1876 – Archéologie celtique et gauloise. Mémoires et documents relatifs aux premiers temps de notre histoire nationale. Paris, Didier et Cie. 464 p., fig.

BERTRAND A., REINACH S., 1894 – Les Celtes dans les vallées du Pô et du Danube. Paris, E. Leroux, 241 p., 115 fig.

BLANCHET J.-C., 1984 – Les premiers métallurgistes en Picardie et dans le nord de la France. Paris, 608 p., 250 fig. (Mémoires de la Société Préhistorique Française, 17).

BRIARD J., 1966 – La Prairie de Mauves à Nantes. Rennes, T.L.A.P., 59 p., 55 pl.

BRISSON A., HATT J.-J., 1967 – Fonds de cabanes de l’âge du Bronze final et du Premier âge du Fer en Champagne (suite et fin). Revue Archéologique de l’Est et du Centre-Est, XVIII/1-3, p. 7-51.

BRUN P., 1986 – La civilisation des Champs d’Urnes. Paris, Éditions de la Maison des Sciences de l’Homme, 168 p., 45 fig, 78 pl. (Documents d’Archéologie Française, 4).

BRUN P., 1988 – L’entité « Rhin-Suisse-France orientale » : nature et évolution. In : BRUN P, MORDANT C., 1988 – Le groupe Rhin-Suisse-France orientale et la notion de civilisation des Champs d’Urnes. Actes du colloque international, Nemours, 1986. Nemours, APRAIF, p. 599-618 (Mémoires du Musée de Préhistoire d’Île-de-France, 1).

BULARD A., PEAKE R., 2005 – Autour du confluent Seine-Yonne aux IXe-VIe siècles : tendances évolutives des céramiques et chronologie. In : BUCHSENSCHUTZ O., BULARD A., LEJARS T. dir., 2005 – L’âge du Fer en Île-de-France, Actes du XXVIe colloque de l’A.F.E.A.F., Paris et Saint-Denis 2002. Tours, p. 225-240 (Revue Archéologique du Centre de la France, suppl. 26).

BURGESS C., 2003 – The Age of Stonehenge. Edison, Castle Books. 402 p.

CABBOÏ S., DUNIKOWSKI C., LEROY M., MERLUZZO P., 2007 – Les systèmes de production sidérurgique chez les Celtes du nord de la France. In : MILCENT P.-Y. dir., 2007 – L’économie du fer protohistorique : de la production à la consommation, Actes du XXVIIIe colloque de l’A.F.E.A.F., Toulouse, 20-23 mai 2003. Bordeaux, p. 36-63 (Aquitania, supplément 14/2).

CHAUME B., FEUGÈRE M., 1990 – Les sépultures tumulaires aristocratiques du Hallstatt ancien de Poiseul-la-Ville (Côte-d’Or). Dijon, 74 p. (Revue Archéologique de l’Est, suppl. 10).

CLAUSING C., 1999 – Untersuchungen zur Sozialstruktur in der Urnenfelderzeit Mitteleuropas. In : Eliten in der Bronzezeit. Mainz, p. 319- 420 (Monographien R.G.Z.M., 43).

COFFYN A., GOMEZ J., MOHEN J.-P., 1981 – L’apogée du Bronze atlantique : le dépôt de Vénal. Paris, Picard, 1239 p., 33 fig., 57 pl., 25 cartes, VII pl., photos (L’âge du Bronze en France, 1).

CORDIER G., 1996 – Le dépôt de l’âge du Bronze final du Petit-Villatte à Neuvy-sur-Barangeon (Cher) et son contexte régional. Joué-lès-Tours, chez l’auteur, 99 p., 55 fig., 6 pl.

COUCHARD J., ARNAL J., 1963 – Le tumulus de la Route-Vieille à Noailles, près Brive (Corrèze). Gallia Préhistoire VI-1, p. 133-148.

DEBORD A., GOMEZ DE SOTO J., SANSILBANO-COLLILIEUX M., 2000 – La tombe à épée et à hache du Premier âge du Fer d’Andone à Villejoubert (Charente, France). Archäologisches Korrespondenzblatt, 30, p. 231-250.

DÉCHELETTE J., 1910 – Manuel d’archéologie préhistorique, celtique et gallo-romaine. II Archéologie celtique ou protohistorique. Première partie : âge du bronze. Paris, Picard, 512 p., 212 fig., 1 carte.

DÉCHELETTE J., 1913 – Manuel d’archéologie préhistorique, celtique et gallo-romaine. III, Premier âge du fer ou époque de Hallstatt. Paris, Picard, 2e éd. 1927, 416 p., 384 fig., 8 pl.

FISCHER U., 1979 – Ein Grabhügel der Bronze- und Eisenzeit im Frankfurter Stadtwald. Francfort, éd. Waldmar Kramer, 152p..34pl., 13 plans (Schriften des Frankfurter Muséums für Vor- und Frühgeschichte, IV).

FOX C., HYDE H. A., 1939.– A Second Cauldron and an Iron Sword from the Llyn Fawr Hoard, Rhigos, Glamorganshire. The Antiquaries Journal, XIX-4, p. 367-404.

FRÉNÉE E., 1999 – Préfontaines. Les Grands Péages. Bilan scientifique 1997. Orléans, DRAC, SRA Centre, p. 110-111.

FRIEDRICH M., HENNIG H., 1996 – A dendrodate for the Wehringen Iron Age wagon grave (775 ± 5 BC) in relation to other recently obtained absolute dates for the Hallstatt period in Southern Germany. Journal of European Archeaology. 4. p. 281-303.

GASCÓ Y., 1984 – Les tumulus du Premier âge du Fer en Languedoc oriental. Archéologie en Languedoc, 182 fig., 150 p.

GAUTHIER E., RICHARD H., RUFFALDI P., 2000 – Première tentative de reconstitution du couvert végétal de l’Est de la France à l’âge du Fer. In : JANIN T. éd., 2000 – Mailhac et le Premier âge du Fer en Europe occidentale, Hommages à Odette et Jean Taffanel, Actes du Colloque international de Carcassonne, 17 au 20 septembre 199. Lattes, p. 195-204 (Monographies d’Archéologie Méditerranéenne, 7).

GIRAUD J.-P., PONS F., JANIN T., CAROZZA J.-M., DUDAY H., FOREST V., GARDEISEN A., LAGARRIGUE A., ROGER J., 2003 – Nécropoles protohistoriques de la région de Castres (Tarn). Le Causse, Gourjade, Le Martinet. Vol. 1 : études et synthèses, 276p. ; vol. 2 : catalogue des ensembles funéraires, 268 p. ; vol. 3 : planches du mobilier, 231 p. Paris, Maison des Sciences de l’Homme (Documents d’Archéologie Française, 94).

GOMEZ DE SOTO J., KEROUANTON I. – Les premiers objets de fer en France, à l’âge du Bronze. Dans ce volume.

GORGUES A. – De l’âge du Bronze à l’âge du Fer en Languedoc occidental : le cas du site de hauteur fortifié de Malvieu (Saint-Pons-de-Thomières, Hérault). Dans ce volume.

HEIDINGER A., VIROULET J.-J., WOLF J.-J., 2003 – Le tumulus du Hallstatt C de Schlierbach Niedere Stocketen. In : PLOUIN S., JUD P. dir., 2003 – Habitats, mobiliers et groupes régionaux à l’âge du Fer. Actes du XXe colloque de l’A.F.E.A.F., Colmar-Mittelwihr 1996. Dijon, p. 59-69 (Revue Archéologique de l’Est, 20e suppl.).

HENNIG H., 1995 – Zur Frage der Datierung des Grabhügels 8 “Hexenbergle” von Wehringen, Lkr. Augsburg, Bayerische-Schwaben. In : SCHMID-SIKIMIC B., DELLA CASA P. dir., 1995 – Trans Europam, Beiträge zur Bronze- und Eisenzeit zwischen Atlantik und Altaï. Festschrift für Margarita Primas. Bonn, Habelt, p. 129-145 (Antiquitas, 3-34).

HOCHULI S., NIFFELER U., RYCHNER V. dir., 1998 – La Suisse du Paléolithique à l’aube du Moyen-Âge. SPM III. Âge du Bronze. Bâle, Schweizerische Gesellschaft für Ur- und Frühgeschichte, 423 p, 210 fig.

HUBERT H, 2001 – Les Celtes. Paris, Albin Michel, réed. de 1932, 40 fig., 3 cartes, 733 p. (Bibliothèque de l’Evolution de l’Humanité).

HUTH C., 1997 – Westeuropäische Horte der Spätbronzezeit : Fundbild und Funktion. Bonn, Habelt – Regensburg, Universitâtsverlag, 315 p., 17 fig., 110 pl., 51 cartes.

JOCKENHÖVEL A., 1971 -Die Rasiermesser in Mitteleuropa (Siiddeutschland, Tschechoslowakei, Österreich, Schweiz). München, C.H. Beck, 282 p., 82 pl. (Prähistorische Bronzefunde, VIII-1),

KEROUANTON I., 2002 – Le lac du Bourget (Savoie) à l’âge du Bronze final : les groupes culturels et la question du groupe du Bourget. Bulletin de la Société Préhistorique Française, 99-3, p. 521-561.

KOSSACK G., 1954 – Pferdegeschirr aus Gräbern der älteren Hallstattzeit Bayerns. Jahrbuch R.G.Z.M., 1, p. 111-178.

KOSSACK G., 1970 – Gräberfelder der Hallstattzeit an Main und Fränkischer Saale. Stuttgart, Theiss, 180p., 14 fig., 138pl. (Materialhefte zur Bayerischen Vorgeschichte, 24).

LEJARS T., LAPORTE L., PÉTORIN N., 1990 – Le Pédeau. Site d’habitat protohistorique. Préguillac, Charente-Martime. Migné-Auxances, Grafimap, 27 p., 23 fig.

LEROY M., BOUBY L., GUIBAL F., 2003 – Les gisements protohistoriques de l’étang de Thau (Hérault). In : GASCO J., GUTHERZX., DELABRIFFE P.-A. dir., 2003 – Temps et espaces culturels du 6° au 2° millénaire en France du Sud. Actes des quatrièmes Rencontres Méridionales de Préhistoire Récente. Nîmes 28 et 29 octobre 2000. Lattes, p. 369-377 (Monographies d’Archéologie Méridionale, 15).

MAC OMISH D., 1996 – East Chisenbury : ritual and rubbish at the British Bronze Age-Iron Age transition. Antiquity, 70, p. 68-76.

MAGNY M., 2004 – Holocene climatic variability as reflected by mid-european lake-level fluctuations, and its probable impact on prehistoric human settlements. Quaternary international, 113, p. 65-79.

MARIËN M.-E., 1958 – Trouvailles du Champ d’Urnes et des tombelles hallstattiennes de Court-Saint-Etienne. Bruxelles, Musées Royaux d’Art et d’Histoire, 267 p. (Monographies d’Archéologie Nationale, 1).

MARIËN M.-E., 1975 – Épées de bronze « proto-hallstattiennes » et hallstattiennes découvertes en Belgique. Helinium, XV, p. 14-37.

MÉNEZ Y., 1996 – Une ferme de l’Armorique gauloise. Le Boisanne à Plouër-sur-Rance (Côtes-d’Armor). Paris, Maison des Sciences de l’Homme, 267 p., 173 fig. (Documents d’Archéologie Française, 58).

MILCENT P.-Y., 2004 – Le Premier âge du Fer en France centrale. Paris, Société Préhistorique Française, 2 vol., 718 p., 132 pl. (Mémoire XXXIV).

MILCENT P.-Y., 2005 – Du Bronze final au Premier âge du Fer en France centrale : progressive évolution ou rupture ? Bulletin de l’A.P.R.A.B., 2, p. 15-17.

MILCENT P.-Y., 2006 – Premier âge du Fer médio-atlantique et genèse multipolaire des cultures matérielles laténiennes. In : VITALI D. dir., 2006 – Celtes et Gaulois, l’archéologie face à l’Histoire, 2 : la préhistoire des Celtes, Actes de la table ronde de Bologne-Monterenzio, 28-29 mai 2005, Glux-en-Glenne, Centre archéologique européen du Mont Beuvray, p. 81- 105 (Bibracte, 12-2).

MILCENT P.-Y. dir., 2007 – Bourges-Avaricum : un centreproto-urbain celtique au Xe s. av. J.-C. Les fouilles du quartier de Saint-Martin-des-Champs et les découvertes des Etablissements militaires. Bourges (Coll. Bituriga).

MILCENT P.-Y., 2009 – À l’Est rien de nouveau. Chronologie des armes de poing du Premier âge du Fer médio-atlantique. et genèse des standards matériels élitaires hallstattiens et laténiens. In : LEHOËRFF A. dir., 2009 – Construire le temps. Histoire et méthodes des chronologies des derniers millénaires en Europe, colloque international de Lille, décembre 2006, Glux-en-Glenne, Centre archéologique européen du Mont Beuvray, p. 231-250 (coll. Bibracte).

MILCENT P.-Y., MENNESSIER-JOUANNET C., 2007 – Entre déterminisme environnemental et processus historiques : formes et modalités d’occupation du sol en basse Auvergne du Bronze final au début du second âge du Fer. In : Emprises, déprises et rythmes agricoles à l’âge du Bronze, 129e Congrès national des sociétés historiques et scientifiques, Besançon 2004. Paris, Éd. C.T.H.S., p. 227-242.

MOHEN J.-P., 1977 – L’âge du Bronze dans la région de Paris. Paris, Éd. de la Réunion des Musées Nationaux, 263 p.

MOYAT P., DUMONT A., VERGER S., MARIOTTI J.-F., GRECK S., JANIN T., 2005 – Un habitat et un dépôt d’objets métalliques protohistoriques découverts dans le lit de l’Hérault à Agde. Comptes Rendus de l’Académie des Inscriptions et Belles-Lettres, 2005-1, p. 371-394.

NICOLARDOT J.-P., 1987 – Le tumulus du Montceau-Laurent à Magny-Lambert. In : Trésors des princes Celtes. Catalogue de l’exposition des Galeries nationales du Grand Palais. Paris, Éd. de la Réunion des Musées Nationaux, p. 62-66.

OZANNE J.-C., BLAIZOT F., BERGER J.-F., 1996. – Une inhumation du Bronze final IIIb sous tumulus de terre à Pont-de-Pierre 2 (Bollène, Vaucluse), résultats préliminaires. In : D’ANNA A., BINDER D. dir., 1996 – Production et identité culturelle ; actualité de la recherche. Actes des 2èmes rencontres méridionales de Préhistoire récente, Arles, novembre 1996, Antibes, éditions APDCA, p. 369-375.

PARE C.F.E., 1991 – Swords, Wagon-graves, and the beginning of the Early Iron Age in Central Europe. Marburg, Philipps Universität, 30 p., 10 fig. (Kleine Schriften aus dem Vorgeschichtlichen Seminar der Philipps-Universität Marburg, 37)

PARE C.F. E, 1992. – Wagons and Wagons-Graves of the Early Iron Age in Central Europe. Oxford, 382 p., 136 pl., 218 fig. (Oxford University for Archaeology, 35).

PARE C.F.E., 1998 – Beiträge zum Übergang von der Bronze zur Eisenzeit in Mitteleuropa. Teil I : Grundzüge der Chronologie im östlichen Mitteleuropa (11.-8. Jahrhundert v. Chr.). Jahrbuch R.G.Z.M., 45-1, p. 293 – 433.

PARE C.F.E., 1999 – Beiträge zum Übergang von der Bronze zur Eisenzeit in Mitteleuropa. Teil II : Grundzüge der Chronologie im westlichen Mitteleuropa (11.-8. Jahrhundert v. Chr.). Jahrbuch R.G.Z.M., 46, p. 175- 315.

PARE C.F.E., 2003 – Tumulus burial and the question of the start of the Hallstatt Culture. In : BOURGEOIS J., BOURGEOIS I., CHERRETTÉ B. dir., 2003 – Bronze Age and Iron Age Communities in North-Western Europe. Bruxelles, p. 75-110.

PARZINGER H., 1992 – La place du Jura franco-suisse dans le monde hallstattien : observations sur le début du Premier âge du Fer. In : KAENEL, G., CURDY P. dir., 1992 – L’âge du Fer dans le Jura. Actes du 15e Colloque de l’Association Française pour l’étude de l’âge du Fer, Pontarlier et Yverdon-les-Bains, 9-12 mai 1991. Lausanne, p. 119-133 (Cahiers d’Archéologie Romande, 57).

PAUTREAU J.-P., GENDRON C., BOURHIS J.-R., 1984 – L’âge du Bronze en Deux-Sèvres (2500-800 avant J.-C.) La cachette de Triou. Musée de Niort, 108 p., 39 fig.

PEAKE R., ALLENET G., AUXIETTE G., BOISSEAU F., CHAUSSE C., COUBRAY S., LEROYER C., PAUTRET-HOMERVILLE C., PERRIÈRE J., TOULEMONDE F., 2008 – Villiers-sur-Seine “Le Gros Buisson”. Un habitat aristocratique de la fin de l’âge du Bronze et du début du Premier âge du Fer. Bull. A.P.R.A.B., 5, p. 20-25.

PENNORS F., 2004 – Analyse fonctionnelle et pondérale des dépôts et trouvailles isolées de l’âge du Bronze en France. Paris, Thèse de doctorat, Université de Paris I – Panthéon-Sorbonne, 3 vol.

PLEINER R., 1980 – Early Iron Age Metallurgy in Europe. In : WERTIME T. A., MUHLY J.D. dir., 1980 – The coming ofthe Iron Age. New Haven, Yale University Press, p. 375-415.

REICHENBERGER A., 1994 – “Herrenhöfe” der Umenfelder-und Hallstattzeit. In : Archäologische Untersuchungen zum Ubergang von der Bronze- zur Eisenzeit zwischen Nordsee und Kaukasus, Colloque de Regensburg 1992. Regensburg, Universitätverlag, p. 187-215.

REINHARD W., 1984 – Die Schwertgräber der älteren Hallstattzeit von Rubenheim im Saar-Pfalz-Kreis. In : 2000 Jahre Geschichte (1600 v. Chr. bis 400 n. Chr.) im deutsch-französchischen Grenzraum anlässlich der 30 -Jahr-Feier der Entdeckung des Grabes der Keltenfürstin von Reinheim, p. 22-46.

SIMONIN D., 2001 – Le Bronze final IIIb et le Hallstatt ancien dans le Gâtinais : données récentes. In : A.P.R.A.B. Actualités du Bronze. Journée du 10 mars 2001 à Châlons-en-Champagne. Résumé des communications, p. 23-26.

SIMONIN O., 1999 – Choisey « Al’Ormoy »« Aux Champins »« En Paroy ». In : A39.10 000 ans d’histoire sous l’autoroute verte. Lons-le-Saunier, Centre Jurassien du Patrimoine, p. 18-21.

TAFFANEL O. et J., JANIN T., 1998-La nécropole du Moulin à Mailhac (Aude). Lattes, 393 p., 478 fig. (Monographie d’Archéologie Méditerranéenne, 2).

VERGER S., GUILLAUMET J.-P., 1988 – Les tumulus de Saint-Romain-de-Jalionas (Isère). Premières observations. In : Les Princes Celtes et la Méditerranée. Rencontres de l’École du Louvre. Paris, La Documentation Française, p. 230-240.

VIALET P., VITAL J., SIDIMAAMAR H., 2004 – Deux ensembles de fours à pierres chauffantes du VIIIe siècle av. J.-C. en Basse-Auvergne : Clermont-Ferrand La Pardieu et Saint-André-le-Coq Les Nugérades (Puy-de-Dôme). In : 5e Rencontres méridionales de Préhistoire récente Auvergne et Midi, . Thégra, p. 215-243 (Préhistoire du Sud-Ouest, suppl. 9).

VITAL J., 1992 – Du IXe au VIIe siècle av. J.-C. dans le Jura méridional : scénario d’évolution culturelle. In : KAENEL, G., CURDY P, dir., 1992 – L’âge du Fer dans le Jura. Actes du 15e Colloque de l’Association Française pour l’étude de l’âge du Fer, Pontarlier et Yverdon-les-Bains, 9-12 mai 1991. Lausanne, p. 163-180 (Cahiers d’Archéologie Romande, 57).

VUAILLAT D., 1977. – La nécropole tumulaire de Chavéria (Jura). Paris, Les Belles Lettres, 158 p., 70 fig. (Annales Littéraires de l’Université de Besançon, 139).

ZÜRN H., 1987 – Hallstattzeitliche Grabfunde in Württemberg und Hohenzollern. Stuttgart, Konrad Theiss Verlag, 257 p., 98 fig.

Notes

1 Les stations alpines les plus récentes, attribuables à la seconde moitié du IXe siècle (Ha B3 récent de la chronologie suisse), sont documentées essentiellement par des fouilles anciennes, notamment à Corcelettes, Portalban et Mörigen et autour du lac du Bourget (Kerouanton 2002) où le matériel est typologiquement plus évolué que celui qui appartient à l’horizon le plus récent d’Auvernier nord daté du deuxième quart du IXe siècle (Bernatzky-Goetze 1987 : 111 et 119). La reprise des investigations sur le lac du Bourget a permis d’obtenir sur des stations des dates d’abattage situées jusque vers 800 av. J.-C. (cf. Billaud, Marguet, ce volume) : cela n’est pas une surprise et des dates plus récentes encore pourraient être obtenues dans la mesure où des céramiques et une bouterolle d’épée atlantique de notre type A2 appartenant au 1er Fer la apparaissent parmi les collections pêchées au XIXe siècle (Kerouanton 2002 : fig. 3 n° 9, fig. 7 n° 14, fig. 8 n° 2, 11, 24, fig. 9 n° 1, fig. 23 n° 8).

2 Cette terminologie avait un caractère provisoire. C. Pare a préféré ensuite rebaptiser, avec juste raison, cet horizon en l’appelant « early Ha C » ou « Ha C1a ». Le nom « Gündlingen » s’est avéré impropre par la suite pour qualifier l’horizon le plus précoce du Premier âge du Fer. À l’origine, il fut donné en effet par J.-D. Cowen à un modèle d’épée (équivalent à notre type Miers) du Ha C qui est non pas archaïque, mais l’un des plus récents de la séquence évolutive de ces armes. L’épée éponyme de Gündlingen est en effet bien calée aujourd’hui, par l’association avec une bouterolle de type E3, dans l’horizon récent du Ha C (cf. notre matrice chronologique d’association des types : Milcent 2004 : 98, tabl.12).

3 Il n’y a ni plus ni moins d’objets en fer que d’objets en or connus pour le IXe siècle av. J.-C., et sans doute correspondent-ils respectivement à une masse totale assez voisine.

4 Pour mémoire, des fours de réduction de fer primitifs attribuables au Premier âge du Fer, du type à scorie piégée et usage unique, ont été mis au jour jusque dans l’ouest de la Gaule, notamment en Haute-Normandie et dans les environs du Mans (Sarthe). Les nombreux fours sarthois ne peuvent être datés que de façon lâche, entre le VIIIe et le Ve siècles av. J.-C., car les résultats 14C participent du plateau du Premier âge du Fer (Cabboi et al. 2007).

5 Cf. la faucille à douille et la pointe de lance en fer du dépôt de Llyn Fawr en Pays de Galles, bien daté de la première moitié du VIIe siècle av. J.-C. : Fox, Hyde 1939 ; Milcent 2004 : 115-117.

6 Rappelons toutefois l’existence à l’ouest du Rhin de quelques tombes du groupe médio-atlantique mosan (Oss, Court-Saint-Etienne, Wijchen, Saulces-Champenoise) et de la Gaule nord-alpine (Chavéria T. 16, Poiseul-la-Ville T. 3, Marainville-sur-Madon et Ohnenheim) où un enrichissement est très perceptible. Notons cependant que ces tombes, à l’exception de la « moins riche » (Chavéria T. 16), datent du 1er Fer 1b et même, pour la plupart, de la transition avec le 1er Fer 2, c’est-à-dire du milieu du VIIe siècle av. J.-C.

7 L’importance excessive prêtée au volume de certains tumulus avec tombe à épée du 1er Fer 1 repose sur une erreur d’appréciation la plupart du temps : les grands tumulus correspondent en fait à des monuments qui ont été rechargés secondairement, à la suite de nouvelles funérailles. Parmi les cas bien documentés d’agrandissement, on donnera l’exemple de Poiseul-la-Ville (Côte-d’Or) où les quatre tertres primitifs qui accueillaient les tombes à épée n’atteignaient respectivement que 6,5 m, 9,5 m, 7,5 m et 10 m de diamètre à l’origine (données extraites de Chaume, Feugère 1990).

8 La spectaculaire parure féminine du dépôt de La Motte, à Agde (Moyat et al. 2005), prouve que la valorisation de certaines femmes n’a pas disparu totalement au VIIIe siècle av. J.-C., mais qu’elle ne laisse que des traces très exceptionnelles en contexte archéologique.

9 En 1954, G. Kossack défendait dans un article important l’idée que les harnachements de cheval du Ha C en Europe centrale, et particulièrement en Bavière, dériveraient en partie des équipements équestres plus orientaux du Bronze final assimilés à l’horizon « thraco-cimmérien ». Si certaines des comparaisons proposées demeurent judicieuses, il n’en demeure pas moins qu’une autre influence, d’origine atlantique celle-là, est nettement décelable sur ces productions centre-européennes, par ailleurs assez tardives (1er Fer 1b) pour la plupart d’entre elles à en juger par l’aspect très évolué des épées et bouterolles qui les accompagnent. Une hybridation à partir de différents modèles, de tradition locale et donc nord-alpine d’une part, d’inspiration allochtone (atlantique et steppique essentiellement) d’autre part, est donc le schéma le plus vraisemblable pour rendre compte de cette production hallstattienne.

10 Le phénomène d’agrégation et de perchement des habitats les plus importants au Bronze final tend à être sous-estimé en France, essentiellement en raison du caractère exceptionnel des fouilles qui leur sont consacrées. Les vides de nos cartes correspondent ainsi à des lacunes de la recherche bien plus qu’à des exceptions régionales. Enfin et a contrario des thèses anciennes, la construction de fortifications au Bronze final ne peut plus aujourd’hui être tenue comme l’indice d’une époque d’insécurité et de crises conflictuelles ; les fortifications relevant de divers usages et significations, il serait réducteur de n’envisager qu’un modèle d’interprétation sans un examen archéologique approfondi au cas par cas des sites concernés et de leur contexte de développement.

11 Sur le continent, le phénomène n’est pas à proprement parler atlantique puisqu’on observe un développement concomitant, au 1er Fer 1, de sites morphologiquement assez comparables dans le sud de la Bavière, qualifiés de « Herrenhöfe » (Reichenberger 1994). En revanche, ces types d’établissements à enclos quadrangulaire sont bien connus dès le Bronze final dans le sud de l’Angleterre (Burgess 2003 ; Milcent 2006).

12 Le phénomène des middens touche la frange côtière de la Gaule puisque deux sites du VIIIe siècle sur les îles d’Ouessant et d’Aurigny sont étroitement apparentés, d’après les descriptions disponibles, aux middens anglais. Les recherches futures permettront de vérifier si cette catégorie de sites, passée relativement inaperçue jusque récemment, est représentée sur le continent, notamment en Gaule atlantique.

Table des illustrations

Titre Fig. 1. Typo-chronologie et genèse médio-atlantique des épées pistilliformes à languette tri parti te, du Bronze final 3 au 1er Fer 1b, (950-650 av. J.-C.). D’après Milcent 2004 fig. 43 et Milcent 2009, fig. 9.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/18296/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 60k
Titre Fig. 2. Carte de distribution des épées pistilliformes à languette tripartite et de leurs bouterolles au 1er Fer 1a (800-725 av. J.-C. environ). D’ap. Milcent 2004, fig. 60 complétée. La zone de forte densité se trouve de part et d’autre de la Manche orientale et du sud de la mer du Nord. La diffusion, par exportation ou imitation, en direction de l’Irlande, de la Scandinavie et du domaine nord-alpin apparaît nettement.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/18296/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 48k
Titre Fig. 3. Chronologies comparées.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/18296/img-3.png
Fichier image/png, 248k
Titre Fig. 4. Schéma récapitulatif des dynamiques évolutives au passage de l’âge du Bronze à l’âge du Fer en Gaule centrale (VIIIe siècle av. J.-C.). Données issues de : Milcent 2004 et 2005.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/18296/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 75k
Titre Fig. 5. Échantillon de productions céramiques du 1er Fer 1a (800-725 av. J.-C.) en Gaule. N° 1-4 : Choisy-au-Bac (Oise) phase II (d’ap. Blanchet 1984) ; n° 5 et 6 : crémations à épée de Harchies (Hainaut) T. 2 et T. 1 (d’ap. Mariën 1975) ; n° 7-9 : La Grande Paroisse (Seine-et-Marne) « La Pièce des Loges », n° 10-11 : Marolles-sur-Seine (Seine-et-Marne) « Le Grand Canton » (d’ap. Bulard, Peake 2005) ; n° 12-13 et 14-15 : inhumations à épée de Chavéria (Jura) T. 4 et T. 16 (d’ap. Vuaillat 1977) ; n° 16-20 : Lempdes (Puy-de-Dôme) « Marmilhat » (d’ap. Milcent 2004 pl. 121) ; n° 21-22 : Donzère (Drôme) « Grotte de la Chauve-Souris » couche 9 (d’ap. Vital 1992) ; n° 23 : inhumation de Bollène (Vaucluse) « Pont-de-Pierre » (d’ap. Ozanne et al. 1998) ; n° 24-25 : crémations de Gourjade (Tarn) phase II (d’ap. Giraud et al. 2003 : fig. 258) ; n° 26, 27-28 et 29-30 : crémations de Mailhac (Aude) S.303, S.214 et S.302 (d’ap. Taffanel, Janin 1998).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/18296/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 116k
Titre Fig- 6- Les gobelets surbaissés à épaulement : une production en tôle de bronze (n° 1-4) et en céramique caractéristique du 1er Fer 1. N° 1 : Magny-Lambert (Côte-d’Or) « Montceau Laurent » (d’ap. Nicolardot 1987) ; n° 2 : phiale étrusque de Francfort (Hesse) « Stadtwald » (d’ap. Fischer 1979) ; n° 3 et 6 : Vornay (Cher) « Tumulus au nord du Bourg » (d’ap. Milcent 2004) ; n° 4 : Großeibstadt (Bavière) S. 1 (d’ap. Kossack 1970) ; n° 5 : Marolles-sur-Seine (Seine-et-Marne) « Le Grand Canton » (d’ap. Bulard, Peake 2005) ; n° 7 : Gironville (Seine-et-Marne) « Les Vinotières » (d’ap. Simonin 2001) ; n° 8 : Schlierbach (Haut-Rhin) (d’ap. Heidinger et al. 2003) ; n° 9 : Bannes (Marne) « Les Blés Gelés » (d’ap. Brisson, Hatt 1967) ; n° 10 : Villejoubert (Charente) « Andone » (d’ap. Debord et al. 2000) ; n° 11 : Savigny-en-Septaine (Cher) « Chenevière » (d’ap. Milcent 2004) ; n° 12 : Noailles (Corrèze) « La Route Vieille » (d’ap. Couchard, Arnal 1963) ; n° 13-15 : Mailhac (Aude) S.4, S.214 et S.266 (d’ap. Taffanel, Janin 1998) ; n° 16 : Clermont-Ferrand (Puy-de-Dôme) « La Pardieu » (d’ap. Vialet et al. 2004) n° 17 : Cazevieille (Hérault) tumulus D14 (d’ap. Gascó 1984).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/18296/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 39k
Titre Fig. 7. Fabrication des épées et travail du fer au 1er Fer 1a (800-725 av. J.-C.). N° 1-8 : épées d’Europe centrale attribuables pour l’essentiel au VIIIe siècle, av. J.-C. (d’ap. Pleiner 1980 : fig. 5) ; n° 9-10 : épées en fer de type Holme Pierrepoint découvertes à Court-Saint-Etienne (Belgique, Brabant) attribuables au début du VIIIe siècle av. J.-C. (d’ap. Mariën 1958).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/18296/img-7.png
Fichier image/png, 488k
Titre Fig. 8. Carte des sépultures signalées par un monument au Bf 2.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/18296/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 44k
Titre Fig. 9. Carte des sépultures signalées par un monument au Bf 3 (d’ap. Pare 2003, complété).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/18296/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 46k
Titre Fig. 10. Carte des dépôts métalliques non funéraires (d’ap. Pennors 2004, corrigé et complété) et des tombes à épée au Bf 2 (d’ap. Clausing 1999, complété). Les concentrations principales correspondent sans doute à des pôles de richesse et de trafics à longue distance.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/18296/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 50k
Titre Fig. 11. Carte des dépôts métalliques non funéraires (d’ap. Huth 1997 et Pennors 2004, complété et corrigé) et des tombes à épée au Bf 3 (d’ap. Clausing 1999, Pare 2003, complété). Les concentrations principales correspondent sans doute à des pôles de richesse et de trafics à longue distance.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/18296/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 50k
Titre Fig. 12. Carte des dépôts métalliques non funéraires et des tombes à épée au 1er Fer 1a (d’ap. Milcent 2004). N.B. : les rares concentrations sont en discordance avec celles qui étaient observées sur les deux cartes précédentes. Liste des dépôts métalliques (il conviendrait d’ajouter à cette liste les plus anciens des dépôts de haches à douille quadrangulaire armoricaines massives, mais les critères de datation manquent) : – Agde (Hérault) « La Motte » ; – Alsenborn (Allemagne, Kr. Kaiserslautern) ; – Ax-les-Thermes (Ariège) « En Castel » ; – Echallens (Suisse, Vaud) ; – Moriez (Alpes-de-Haute-Provence) « Jas de Bernard » ; – Ouessant (Finistère) « Mez Notariou » ; – Saint-André-des-Alpes (Alpes-de-Haute-Provence) ; – Verberie (Oise) « Le Fossé Creuzette ».
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/18296/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 46k
Titre Fig. 13. Le basculement des pratiques de déposition vers 800 av. J.-C. : l’exemple des épées en Gaule centrale (d’ap. Milcent 2004 : fig. 31).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/18296/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 19k
Titre Fig. 14. Deux pratiques du dépôt funéraire distinctes pour un même statut socio-économique (?) : les tombes de la 1ere moitié du VIIIe s. av. J.-C. de Chavéria (Jura) « Aux Massettes » T. 16 (d’ap. Vuaillat 1977) et de Wehringen (Bavière, Ldkr. Augsburg) « Hexenbergle » T. 8 (d’ap. Hennig 1995 et Pare 1999). Fig. 14a : épée (n° 1-2), vases à boire (n° 3) et pièces de harnachement de chevaux attelés à un char de Chavéria (n° 4) ; fig. 14b : épée (n° 1-2), service à boire et manger (n° 3), harnachements de chevaux et char à quatre roues de Wehringen (n° 4).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/18296/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 123k
Titre Fig. 15. Illustration du standard mobilier des élites médio-atlantiques au Bf 3. Paris : n° 1 (d’ap. Mohen 1977 : 189) ; Saint-Yrieix (Charente) « Vénat » : n° 2, 9-11, 14-15 (d’ap. Coffyn et al. 1981) ; Corbeil (Essonne) : n° 3 (d’ap. Mohen 1977 : 178) ; Landéda (Finistère) « Ile Guennoc » : n° 4 (dessin inédit) ; Mougon (Deux-Sèvres) « Triou » : n° 5-8 (d’ap. Pautreau et al. 1983) ; Nantes (Loire-Atlantique) « Prairie de Mauves » : n° 13 (d’ap. Briard 1966 : pl. 18) ; Neuvy-sur-Barangeon (Cher) « Le Petit Villatte » : n° 12 (d’ap. Cordier 1996). Échelles différentes.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/18296/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 183k
Titre Fig. 16. Illustration de la réception du standard mobilier médio-atlantique au 1er Fer 1 dans le domaine nord-alpin. Villement (Indre) « Saint-Aoustrille » T. 6 S.1 : n° 1-2 (d’ap. Milcent 2004 : pl.69) ; Wiesloch (Bade-Wurtemberg) S. 3 : n° 3 (d’ap. Jockenhövel 1971 : pl. 28) ; Feldkirch-Hartheim (Bade-Wurtemberg) « Retthammer » S. 1 : n° 4 (d’ap. Jockenhövel 1971 : pl. 38) ; Esslingen (Wurtemberg) : n° 5 (d’ap. Zürn 1987 : pl. 78) ; Groβeibstadt (Basse-Franconie) S. 1 : n° 6 et 9 (d’ap. Kossack 1970) ; Bingen (Rhénanie-Palatinat) : n° 7 (d’ap. Pare 1999 : pl. VII) ; Breisach-am-Rhein (Bade) "Zwölferbuck" : n° 8 (d’ap. Pare 1992 : pl. 32) ; Thalmäiβing (Moyenne Franconie) : n° 10 (d’ap. Kossack 1959 : fig. 23) ; Poláky (Bohême) S. 21 : n° 11 (d’ap. Pare 1992 : pl. 122) ; Hohenstein-Oberstetten (Wurtemberg) : n° 12 (d’ap. Zürn 1987 : pl. 242) ; Nymburk-Habeš (Bohême) : n° 13 (d’ap. Pare 1992 : pl. 120) ; Rvenice (Bohême) S. 1966 : n° 14 (d’ap. Pare 1999 : fig. 102 ; Frankfurt Stadtwald (Hesse) S. 12 : n° 15 (d’ap. Fischer 1979). Échelles différentes.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/18296/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 141k
Titre Fig. 17. Carte des établissements de hauteur, des établissements fortifiés et des palafittes au Bf 2.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/18296/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 56k
Titre Fig. 18. Carte des établissements de hauteur et/ou fortifiés et des palafittes au Bf 3.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/18296/img-18.jpg
Fichier image/jpeg, 57k
Titre Fig. 19. Distribution pondérée par siècle du nombre des sites en fonction de la situation topographique en basse Auvergne : l’inversion des courbes est très marquée au 1er Fer 1 (graphique extrait de : Milcent, Mennessier-Jouannet 2007).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/18296/img-19.jpg
Fichier image/jpeg, 19k
Titre Fig. 20. Carte des établissements de hauteur et/ou fortifiés et des palafittes au 1er Fer 1.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/18296/img-20.jpg
Fichier image/jpeg, 56k
Titre Fig. 21. De nouveaux types d’établissement au début de l’âge du Fer : les batteries de fours en fosse à pierres chauffantes et les centres domaniaux enclos. N° 1 : Choisey (Jura) « A l’Ormoy » (d’ap. Simonin 1999) ; n° 2 : Préfontaines (Loiret) « Les Grands Réages » (d’ap. Fréné 1999). Le site de Préfontaines, avec ses palissades et accès en entonnoir pour la gestion du bétail, peut être assimilé à une sorte de ranch.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/18296/img-21.jpg
Fichier image/jpeg, 50k

© ARTEHIS Éditions, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search