Version classiqueVersion mobile

De l’âge du Bronze à l’âge du Fer en France et en Europe occidentale (Xe-VIIe siècle av. J.-C.)

 | 
Henri Gaillard de Sémainville

Thème spécialisé de l’âge du bronze à l’âge du fer en France et en Europe occidentale (Xe – VIIe siècle av. J.-C.).

Évolution des formes et des techniques dans l’orfèvrerie à la fin de l’âge du Bronze atlantique et au début de l’âge du Fer dans la péninsule ibérique

Barbara Régine Armbruster et Alicia Perea

Résumé

L’objectif cet exposé est de démontrer l’évolution et les changements typologiques et technologiques d’objets en or pendant la phase de transition de l’âge du Bronze final et l’âge du Fer dans la façade atlantique de la péninsule Ibérique. Par le contact entre des indigènes et des marchands et colons exogènes méditerranéens une métallurgie de forte caractéristique régionale atlantique rompt avec sa longue tradition. Deux phénomènes sont à constater : une persistance de certains éléments stylistiques, avec ou sans maintien de la technologie traditionnellement appliquée, et un changement de style, de formes et de fonction d’objets de prestige, avec, dans certains cas, une application des techniques caractéristiques de l’âge du Bronze final atlantique. L’introduction de nouvelles technologies, notamment celle de la soudure, de la granulation et du filigrane dans l’orfèvrerie marque un changement fondamental dans la création d’objets de luxe.

Texte intégral

Je remercie chaleureusement Marc Rivals, Toulouse, pour son aide à la rédaction en français de cet article.

INTRODUCTION

1L’emplacement stratégique du Portugal et de l’Espagne actuels, situés entre océan Atlantique et mer Méditerranée, entre continent européen et nord de l’Afrique, a depuis toujours favorisé les voies d’échanges maritimes et terrestres entre différentes cultures. L’abondance des ressources minérales de la péninsule Ibérique, notamment en métaux tels que l’or, le cuivre, l’étain, l’argent et le plomb, a attiré des commerçants de la Méditerranée orientale au cours de l’âge du Bronze (Armbruster 2000 : 30-31 ; Markoe 2000 : 185-186). Phéniciens et Grecs ont d’abord établi des contacts mercantiles puis contribué à la richesse des élites locales, particulièrement dans l’apparition du légendaire « royaume » de Tartessos, situé au sud-ouest de la péninsule (Ruíz Mata 2001). Vers la fin de l’âge du Bronze, ces relations culminent avec l’installation de marchés et d’habitats coloniaux, aboutissant à l’introduction puis à l’adaptation des pratiques religieuses et sociales des colons (Aubet 1994 ; Fontan 2007). Les différentes étapes de contact, influence, adaptation et intégration sont lisibles dans le mobilier métallique, notamment en orfèvrerie. Bijoux et objets de luxe en métaux précieux sont des porteurs d’informations de ces codes sociaux et artisanaux, propices à l’expression d’évolutions ou de persistances stylistiques, des savoir-faire techniques, des innovations locales, des influences extérieures comme des changements de toutes sortes.

2Étant donné que la plupart des objets en or de l’âge du Bronze final de l’Espagne et du Portugal proviennent de dépôts constitués uniquement d’objets en or, il est actuellement impossible de préciser la position chronologique exacte des trouvailles (Armbruster 2000 : 14-16). Les indications chronologiques sont, donc, limitées à des données relatives. D’ailleurs il existe une problématique générale concernant la chronologie de l’âge du Bronze en péninsule Ibérique, vaste territoire aux nombreuses différences régionales, dont le Bronze final se situe 1200-750 av. J.-C. (Ruíz-Gálvez Priego 1998).

3L’objectif de cette contribution est, à partir d’un examen technologique et typologique de l’orfèvrerie dans la façade atlantique de la péninsule Ibérique, de retracer l’évolution et le changement des formes, décors et techniques pendant la phase de transition entre l’âge du Bronze final et l’âge du Fer (vers 750 av. J.-C.). Par le contact entre les indigènes atlantiques et des marchands, colons et artisans venus de la Méditerranée orientale et centrale, le transfert d’un nouveau savoir technique a conduit à un processus d’influence, d’expérimentation. Cette confrontation a provoqué une rupture avec la longue tradition métallurgique de l’âge du Bronze atlantique, reflet de la naissance d’une nouvelle identité. Il s’agit d’une étude portant d’une part sur des modifications et d’autre part sur des constances dans la technologie des métaux et les apparences stylistiques. Deux phénomènes sont à constater : une persistance de certains éléments stylistiques atlantiques avec ou sans maintien de la technologie traditionnelle de fabrication, et un changement de style et de fonction d’objets de prestige qui adoptent un caractère méditerranéen avec, dans certains cas, une application des techniques caractéristiques de l’âge du Bronze final de la péninsule Ibérique. Les influences méditerranéennes existant tout au long de l’âge du Bronze dans le monde atlantique de la péninsule Ibérique s’intensifient à la fin l’âge du Bronze. L’introduction de nouvelles technologies dans l’orfèvrerie, notamment celle de la soudure, marque un changement fondamental dans la création d’objets de luxe (Armbruster 2000 : 166-169 ; Perea 2005b). Cependant il semble aussi que certains artisans ou ateliers maintiennent les techniques acquises localement pendant l’âge du Bronze pour la fabrication d’objets de prestige. Cette persistance signifie une forte tradition et reflète la valeur symbolique de certains décors et formes. Elle indique encore que l’artisanat maintient des techniques pour la réalisation de ces formes porteuses de codes symboliques et que, dans ces cas, il n’y a pas eu de contacts directs entre les métallurgistes locaux et des artisans venant de l’Orient. Parallèlement de nouvelles coutumes artisanales introduites par les colons de la Méditerranée orientale ont été transférées via les contacts entre artisans et des échanges de savoir-faire. De nouveaux procédés techniques ont été appliqués et finalement de nouveaux objets créés. Ces phénomènes concernent des bijoux, la vaisselle métallique et d’autres objets de prestige. La transformation dans la production d’objets en or reflète ainsi un changement d’identité culturelle des communautés (Perea 2005a). Il semble que l’abandon des traditions atlantiques en faveur d’une adaptation aux nouvelles règles sociales se soit passé en douceur, sans violence (Perea 2005a : 92).

L’ORFÈVRERIE DE TRADITION ATLANTIQUE

4Les objets en or de la façade atlantique de l’âge du Bronze ancien et moyen présentent une homogénéité technologique d’objets en fines tôles, en spirales de fils et en bracelets de section circulaire obtenus par déformation plastique. Le dépôt de l’âge du Bronze moyen de Caldas de Reyes, Pontevedra, marque un point de changement avec la première apparition de produits coulés à la cire perdue, notamment trois gobelets et d’autres objets lourds et massifs tels des anneaux ouverts interprétés comme des lingots en forme de bracelets (Armbruster 1996). Ce n’est que durant l’âge du Bronze final atlantique que la production péninsulaire d’objets de luxe et de prestige manifeste une différenciation en groupes technologiques et en types principaux (Perea 1993). Pendant l’âge du Bronze final le travail de l’or de la façade atlantique de la péninsule Ibérique comprend trois différents groupes d’objets : le premier englobe les torques et bracelets massifs de section circulaire ou rectangulaire, le deuxième regroupe des bracelets et bagues massifs de forme cylindrique et le dernier groupe correspond aux objets en tôle, comme la vaisselle et les revêtements de poignées d’arme ou d’autres objets de prestige. L’orfèvrerie dont nous traitons dans cette contribution, et que nous identifions à la tradition locale de l’âge du Bronze final de l’extrême Occident, est constituée par les deux premiers groupes : torques et bracelets du type Sagrajas/Berzocana, bracelets et bagues du type Villena/ Estremoz. Chacun de ces types tient son nom de deux trouvailles majeures.

LES TORQUES DU TYPE SAGRAJAS/ BERZOCANA

5Les torques et bracelets du type Sagrajas/Berzocana proviennent notamment de deux dépôts de torques : l’ensemble de Sagrajas, Badajoz, englobe 1 double torque avec un système de fermeture encastré, 4 bracelets de section circulaire non décorés et 1 torque de section quadrangulaire qui se présente aujourd’hui enroulé avec un fermoir en fil torsadé (Almagro-Gorbea 1974 ; Perea 1991 : 113). Le dépôt de Berzocana, Cáceres, comprend une coupe en bronze et deux torques ouverts (fig. 1a) (Almagro Basch 1969 ; Armbruster 2000 : 141, pl. 33, 1). Les bijoux de ce type ont la forme d’anneaux de section circulaire et portent un décor géométrique incisé (fig. 1b). Il existe des exemplaires ouverts à terminaisons épaissies et d’autres avec un système de fermoir encastré. Une vingtaine d’objets de ce type sont connus dans la péninsule Ibérique pour l’âge du Bronze final. La plupart de ces torques ont été trouvés hors contexte d’habitat ou de tombe, souvent en dépôt de deux exemplaires. Le temps d’utilisation des torques et bracelets massifs sur la péninsule Ibérique s’étend sur une longue période de l’âge du Bronze. Leur contexte de trouvaille en dépôt ou comme trouvaille isolée manque d’éléments en céramique ou en bronze et rend ainsi la datation difficile. Les trouvailles d’époques antérieures, datant de l’âge du Bronze moyen, des bracelets ou torques interprétés en partie comme des lingots et dont le plus grand ensemble provient du dépôt de Caldas de Reyes, Pontevedra, sont dépourvus de décor (Armbruster 1996 : 69-70, pl. 13a). Les trouvailles de type Sagrajas/Berzocana sont concentrées dans la partie sud-ouest de la péninsule (Perea 2005a, fig. 2). Il s’agit de bijoux extrêmement lourds et massifs dont certains exemplaires atteignent un poids de 2 kg : Evora (2100 g), Sagrajas (2004 g), Penela (1800 g) (fig. 2), Sintra (1262 g), Berzocana (950 g et 750 g) (fig. 1), Baioes (592 g et 574 g). Une étude pondérale de ces objets menée par Marisa Ruíz-Gálvez Priego essaie de mettre en évidence un système d’échange et une systématisation des poids d’objets en or à l’âge du Bronze (Ruíz-Gálvez Priego 1995 ; 2000). Le phénomène des torques massifs dans l’âge du Bronze atlantique ne se limite pas aux frontières de la péninsule Ibérique, mais se manifeste également en France et dans les îles Britanniques où les spécimens sont moins lourds (Armbruster, Louboutin 2004). Les exemplaires ibériques se différencient des torques connus en France et sur les îles Britanniques au début du Bronze final par leur section circulaire et par leur décor.

Fig. 1a. Dépôt de Berzocana, Cáceres (photo B. Armbruster).

Fig. 1a. Dépôt de Berzocana, Cáceres (photo B. Armbruster).

Fig. 1b. Détail du décor géométrique des deux torques (photo B. Armbruster).

Fig. 1b. Détail du décor géométrique des deux torques (photo B. Armbruster).

Fig. 2. Torque de Penela, Evora (photo B. Armbruster).

Fig. 2. Torque de Penela, Evora (photo B. Armbruster).

Fig. 3. Dépôt de Bodonal de la Sierra, Badajoz (photo B. Armbruster).

Fig. 3. Dépôt de Bodonal de la Sierra, Badajoz (photo B. Armbruster).

6La plupart des torques massifs sont issus d’un lingot coulé et ensuite travaillé par déformation plastique tant pour la mise en forme que pour la réalisation du décor géométrique. L’aire technologique où prédomine la déformation plastique dans la fabrication de ces objets annulaires est nommée, comme le type de bijoux, Sagrajas/Berzocana. De rares ébauches pour la fabrication de torques et bracelets massifs proviennent du dépôt de Bodonal de la Sierra, Badajoz (fig. 3), du site de Monte Airoso, Viseu (Armbruster 2000, pl. 35 et 64) et du dépôt de Towednack, Cornwall (Taylor 1980, pl. 37 F). Elles sont de section polygonale et portent des traces de martelage. Des facettes résultant du martelage et visibles sur des préfabriqués montrent clairement cette technique. Leur fabrication est basée sur la déformation plastique. À partir d’un lingot coulé en forme de barre, la tige est forgée entre enclume et marteau. Plusieurs recuits sont nécessaires pendant le procédé, car l’or soumis à une forte déformation risque de devenir dur et cassant. Par martelage, la section polygonale de la tige est transformée en section circulaire. Une section sub-convexe ou ovale est obtenue à partir d’une barre de section rectangulaire, dont on a aplati les angles. Souvent la section diminue vers les extrémités, successivement réduite par déformation plastique. Après martelage de la tige, ces embouts sont refoulés pour obtenir des terminaisons épaissies avant de courber l’ensemble. Le décor est réalisé à l’aide de poinçons et de ciselets, par poinçonnage et ciselure, techniques de déformation plastique sans enlèvement de métal (fig. 1b). Certains exemplaires avec le système de fermoir encastré ont été coulés à la cire perdue en prévoyant les creux du fermoir dans le modèle en cire. Après la coulée, ces torques étaient martelés comme les autres pièces du même type (fig. 2).

LES BRACELETS ET BAGUES DU TYPE VILLENA/ESTREMOZ

7Les anneaux de type Villena/Estremoz appartenant, comme le type précédent, au riche mobilier en or de l’âge du Bronze final atlantique en péninsule Ibérique forment un deuxième groupe cohérent (Armbruster 1993 ; Armbruster, Perea 1994). Deux trouvailles importantes sont à l’origine du nom de ce type. Le bracelet d’Estremoz, Evora (fig. 4), trouvé en 1871, est le spécimen le plus lourd avec 978,5 g. Il est également l’exemplaire le mieux achevé. Le spectaculaire trésor de Villena, Alicante, trouvé en 1963, est riche de 0,5 kg d’argent et de plus de 9 kg d’or (fig. 5). L’or se présente ainsi : 28 bracelets du type Villena/Estremoz, 2 bouteilles, 9 objets en tôle, 11 coupes, 1 rivet décoratif et 1 bouton avec un serti en ambre. De plus, 3 bouteilles d’argent, 1 calotte en fer couverte d’une tôle décorative en or et des fragments d’un bracelet en fer font partie de cet ensemble (Soler 1965 ; Armbruster 2000 : 142-163). Les anneaux du type Villena/Estremoz peuvent être classés, selon l’usage (bagues ou bracelets), selon la forme (ouverte ou fermée), et selon les sections. Ce type d’anneaux en or massif est défini comme bracelet ou bague de forme cylindrique. À l’origine, en raison de leur processus de fabrication, ces parures sont des cylindres fermés, souvent ouverts après la coulée. Leur relief complexe porte un décor caractéristique combinant un ou plusieurs éléments : sillons, moulures, cannelures, rangs de pointes coniques ou rangs de perforations rectangulaires (Armbruster, Perea 1994 : 73-74). Les aspects technologiques caractéristiques des anneaux du type indigène de Villena/Estremoz ont la particularité de combiner la coulée à la cire perdue et le tournage (Armbruster 2005). Le tour était utilisé pour la mise en forme du cylindre et du relief du modèle en cire (fig. 6). Après la coulée à la cire perdue, le tour servait de nouveau à polir la surface métallique à l’aide de fibres et d’abrasifs. L’aire technologique Villena/Estremoz illustre cette combinaison de la coulée à la cire perdue et l’utilisation d’un tour dans la fabrication du modèle en cire. On connaît une soixantaine d’objets de ce type dans la péninsule Ibérique. On trouve aussi des imitations et des évolutions du type Villena/Estremoz fabriquées selon d’autres techniques (Armbruster, Perea 1994 : 76-77). Quelques exemples d’une forme évolutive, il s’agit de bracelets cylindriques de profil ondulé décorés que par des moulures et coulés à la cire perdue, et donc différente du type Villena/Estremoz, témoignent aussi de l’usage du tour pour la mise en forme du modèle en cire (Armbruster 2000, pl. 63,1-3, pl. 99,1 ; pl. 115,1-3).

Fig. 4. Bracelet d’Estremoz, Evora (photo B. Armbruster).

Fig. 4. Bracelet d’Estremoz, Evora (photo B. Armbruster).

Fig. 5. Bracelets du trésor de Villena, Alicante (photo B. Armbruster).

Fig. 5. Bracelets du trésor de Villena, Alicante (photo B. Armbruster).

Fig. 6- Schéma d’un tour avec un modèle en cire (dessin B. Armbruster).

Fig. 6- Schéma d’un tour avec un modèle en cire (dessin B. Armbruster).

Fig. 7. Bracelet de Cantonha, Braga (photo B. Armbruster).

Fig. 7. Bracelet de Cantonha, Braga (photo B. Armbruster).

8Les bracelets de type Villena/Estremoz ont fait pendant longtemps l’objet de nombreuses études qui ont privilégié les aspects typologiques. Cependant, les questions technologiques ont aussi été souvent abordées de manière controversée (Armbruster 2000 : 144-151). La fabrication des anneaux de type Villena/Estremoz par la coulée à la cire perdue et à l’aide de l’axe rotatif d’un tour n’est reconnue que depuis 1993 (Armbruster 1993). La distribution d’anneaux type Villena/Estremoz montre une concentration des trouvailles dans la façade atlantique de la péninsule Ibérique (Perea 2005a, fig. 3). Cependant trois dépôts contenant un grand nombre d’exemplaires proviennent de sa partie orientale : Villena, Alicante (28 exemplaires), Cabezo Redondo, Alicante (fragment d’1 bracelet et 10 bagues), Abía de Obispalía, Cuenca (4 bracelets).

ORFÈVRERIE DE LA PHASE DE TRANSITION ÂGE DU BRONZE/ÂGE DU FER – BIJOUX COMPOSÉS D’ÉLÉMENTS DES DEUX TYPES : SAGRAJAS/BERZOCANA ET VILLENA/ESTREMOZ

9L’orfèvrerie atlantique est soumise à un changement profond pendant la phase de transition Bronze/Fer, en plusieurs étapes, dès la fin de l’âge du Bronze final (vers 800-700 av. J.C.). Des objets complexes, composés de plusieurs pièces de différents types de bijoux, marquent la première phase de ce changement. Il s’agit d’une diversification technologique et typologique par le rapprochement des deux aires technologiques atlantiques (Sagrajas/ Berzocana et Villena/Estremoz). Distincts des bijoux antérieurs, ce nouveau mélange de différents styles et techniques est basé sur l’assemblage par la coulée secondaire de bijoux auparavant portés séparément. Des anneaux martelés et massifs du type Sagrajas/Berzocana sont unis avec des éléments coulés à la cire perdue du type Villena/Estremoz. Le bracelet de Cantonha, Braga, fournit un exemple de ce style complexe : il est composé d’un fragment de type Villena/Estremoz au milieu, de deux bracelets du type Sagrajas/Berzocana et de fils torsadés. Les différents éléments élaborés séparément sont unis par coulée secondaire (fig. 7) (Armbruster, Parreira 1993 : 140-143). Le triple torque de Sintra, Lisbonne, en est un autre exemple (Armbruster 1995). L’association de deux types d’objets bien connus et issus d’ateliers différents montre vers la fin de l’âge du Bronze final l’habileté des orfèvres et leur ouverture à l’expérimentation et au mélange de deux styles et traditions technologiques. Dans ce groupe atlantique d’objets assemblés figurent aussi des exemplaires britanniques et français : le torque de Moulsford, Berkshire, composé de trois torques torsadés, dont la technique d’assemblage est inconnue (Hawkes 1961), et le bracelet de La Rochepot, Côte-d’Or, composé de trois anneaux massifs de section circulaire, de fils torsadés et de bandes en tôles, fixés par coulée secondaire (Devauges 1971, fig. 2-4). Finalement, un bijou complexe de fonction incertaine, « ceinture » ou « fourragère », de l’ensemble de parures en or de Guînes, Pas-de-Calais, figure parmi cette phase d’expérimentation. Il est composé de trois tiges de section cruciforme et de plusieurs autres éléments, liés par soudure (Armbruster, Louboutin 2004 : p. 142-144).

Fig. 8. Bracelets de Torre Vã, Beja (photo B. Armbruster).

Fig. 8. Bracelets de Torre Vã, Beja (photo B. Armbruster).

Fig. 9a. Dépôt d’Álamo, Beja (photo B. Armbruster).

Fig. 9a. Dépôt d’Álamo, Beja (photo B. Armbruster).

Fig. 9b. Détail du fermoir encastré (photo B. Armbruster).

Fig. 9b. Détail du fermoir encastré (photo B. Armbruster).

Fig. 10a. "Candélabres" du dépôt de Lebrija, Séville, (photo P. Witte, d’après Archäologischer Kalender 2003, Zabernverlag, Mainz).

Fig. 10a. "Candélabres" du dépôt de Lebrija, Séville, (photo P. Witte, d’après Archäologischer Kalender 2003, Zabernverlag, Mainz).

Fig. 10b. Détail de l’assemblage par coulée secondaire (photo B. Armbruster).

Fig. 10b. Détail de l’assemblage par coulée secondaire (photo B. Armbruster).

PREMIERS REFLETS DE L’INFLUENCE MÉDITERRANÉENNE, PREMIÈRES SOUDURES

10À la fin de cette période d’expérimentation, qui utilise la technique de la coulée secondaire pour l’assemblage d’éléments massifs, l’innovation exogène de la soudure, qui prépare le chemin d’un changement, est introduite. L’apparition des premières soudures signale un véritable contact entre des artisans orientaux et occidentaux et conduit à un bouleversement technologique. Les deux bracelets de Torre Vã, Beja, présentent les caractéristiques de l’assemblage par les premières soudures pour fixer des éléments de l’âge du Bronze final, ainsi qu’une des premières tentatives d’application de la granulation (fig. 8) (Armbruster 2003 : 209, fig. 155). Cette technique de décor consiste en la fixation par soudure de petits granules d’or rangés sur la surface, en motif géométrique ou figuratif.

11Ensuite dans une phase de transition vers l’âge du Fer (vers 800 av. J.C.), des bijoux de tradition typologique du Bronze final sont réalisés par soudure, facilitant la production à l’économie d’objets creux d’apparence massive. On constate un premier contact direct entre indigènes et exogènes avec transmission du savoir technologique et une transformation dans l’artisanat local. Le trésor d’Alamo, Beja, contient 2 bracelets, 1 collier laminaire et 2 torques dont l’un est triple, de sections circulaires et à décor géométrique (fig. 9) (Armbruster, Parreira 1993 : 74-83). On y retrouve le décor et le système de fermoir des torques type Sagrajas/Berzocana (fig. 9b), ainsi que les premiers essais grossiers de filigrane. Le filigrane, autre nouvelle technique de décor, utilise comme éléments décoratifs des segments de fils, arrangés sur la surface métallique et fixés par soudure. Les deux bijoux creux du trésor d’Álamo sont des prototypes pour la transmission d’un nouveau savoir technique sans véritable transmission de nouveau style. L’apparence extérieure, qui reflète la tradition locale par sa typologie et son symbolisme, est trompeuse. Les joncs semblent être massifs, ce sont en fait des tubes creux fabriqués à base de tôles d’or soudées et par conséquent moins lourdes. Ces torques correspondent à un savoir faire technique méditerranéen. Deux brassards de provenance incertaine de « Porto » sont aussi des objets hybrides portant des éléments atlantiques réalisés avec une technologie avancée. Ils comportent des éléments Sagrajas/Berzocana comme le décor géométrique, plusieurs tiges de section circulaire et un fermoir encastré, ainsi que des éléments du type Villena/Estremoz représentés par des rangs de pointes coniques. Leur assemblage par soudure et les tubes creux montrent l’influence méditerranéenne (Armbruster 2000 : 167-168, pl. 113). La transmission du savoir technique aboutit donc à des combinaisons différentes dans le sud-ouest et dans le nord-ouest de la péninsule Ibérique.

ORFÈVRERIE TARTESSIENNE AVEC PERSISTANCE D’ÉLÉMENTS ATLANTIQUES

12L’influence de l’aire technologique méditerranéenne commence à s’installer dans la région de l’embouchure du Guadalquivir, région du légendaire royaume de Tartessos (Ruíz Mata 2001). Deux ensembles témoignent de différentes façons du contact entre les artisans indigènes et exogènes ainsi que des influences prononcées de ces derniers. Les « candélabres » du type Lebrija se situent dans une première phase de l’orfèvrerie tartessienne (fin du VIIIe ou début du VIIe siècle av. J.C.) (Perea et al. 2003 : 113). Ils sont emblématiques de l’introduction d’une nouvelle catégorie d’objets de luxe dans le sud-ouest de la péninsule Ibérique (fig. 10). Ce type d’objets, originaires de la Méditerranée orientale et utilisés dans des pratiques rituelles phéniciennes (Almagro-Gorbea 1964), est fabriqué dans un atelier local avec la technologie atlantique de Villena/Estremoz, c’est-à-dire coulé à la cire perdue (Perea et al. 2003 : 102-110 ; Armbruster 2005). Comme il s’agit d’objets d’une taille difficilement réalisable en une seule coulée, ils sont composés de deux pièces, jointes par une coulée secondaire (fig. 10b). Le modèle en cire avec les côtes régulières était fabriqué à l’aide d’un tour sur un noyau.

13Des nécessités correspondant à une nouvelle situation sociale et religieuse imposent une adaptation de la population locale aux nouvelles croyances. Le dépôt tartessien avec 6 « candélabres » de 70 cm de hauteur et pesant chacun un peu plus d’1 kg, trouvé en 1928 à Lebrija, Séville, représente une adaptation d’une technologie atlantique aux besoins d’un culte méditerranéen introduit par les colons (Perea et al. 2003). Actuellement on connaît 9 exemplaires de ce type, tous trouvés en Espagne (Perea 2005a : 102). Les « candélabres » du type Lebrija sont paradigmatiques d’une adéquation technologique comme réponse à de nouvelles conditions socio-économiques qui ne permettent pas l’utilisation abondante de la matière première comme c’était le cas pour la production de bijoux massifs et lourds de l’âge du Bronze atlantique : malgré l’impression massive ils sont coulés en creux.

Fig. 11a. Brassard du dépôt d’El Carambolo (photo B. Armbruster).

Fig. 11a. Brassard du dépôt d’El Carambolo (photo B. Armbruster).

Fig. 11b. Détail, rangs de pointes coniques (photo B. Armbruster).

Fig. 11b. Détail, rangs de pointes coniques (photo B. Armbruster).

Fig- 12- Bracelets du dépôt de Lebução, Vila Real (photo B. Armbruster).

Fig- 12- Bracelets du dépôt de Lebução, Vila Real (photo B. Armbruster).

14Le phénomène de la persistance d’une technologie atlantique reflète une certaine continuité d’éléments technologiques dans des circonstances socio-économiques nouvelles. Cette persistance est évoquée par le trésor d’El Carambolo, Séville, qui date pour ce qui concerne la fabrication autour de la première moitié du VIIe siècle av. J.-C. et, pour son dépôt, des environs du VIe siècle av. J.-C. (Perea, Armbruster 1998 : 136). Ce trésor, trouvé en 1958, est constitué de 2 grands brassards, 2 pendentifs ou pectoraux, 1 collier et 16 plaques décoratives (Perea, Armbruster 1998). Ces bijoux tartessiens sont composés d’un grand nombre d’éléments fabriqués individuellement et joints par soudure (fig. 11). Ils se distinguent donc complètement des « candélabres » de Lebrija dans leur forme, fonction et mode de fabrication. Les 2 brassards ont une forme cylindrique et un décor de nombreux éléments, dont des séries de pointes coniques. La forme cylindrique ainsi que ces pointes coniques présentent un lien typologique avec les bracelets du type Villena/ Estremoz (fig. 11b). Le fait que les pointes des brassards soient réalisées en creux par ciselure montre que l’orfèvre connaissait les éléments décoratifs mais pas la technique de la mise en forme par la cire perdue de l’orfèvrerie de l’âge du Bronze atlantique, normalement utilisée pour la réalisation de ce type de pointe. Le dépôt d’El Carambolo montre la persistance de certains éléments stylistiques atlantiques en pleine période orientalisante bien que l’orfèvrerie de l’âge du Fer originaire de la Méditerranée orientale, contemporaine de celle du Bronze final atlantique, soit caractérisée par des pièces faites à partir de plusieurs éléments assemblés par soudure (Perea 1997b). Le filigrane et la granulation étaient les techniques de décor prédominantes dans l’aire technologique méditerranéenne.

REFLETS DE L’ÂGE DU BRONZE ATLANTIQUE ET DES INFLUENCES DE LA MÉDITERRANÉE ORIENTALE DANS LA CULTURE DES CASTROS DANS LE NORD-OUEST DE LA PÉNINSULE IBÉRIQUE

15L’orfèvrerie du nord-ouest de la péninsule Ibérique prend une autre voie que celle du style orientalisant du sud et du sud-ouest, malgré des influences remarquables grâce à l’introduction de la soudure et les techniques de décoration, granulation et filigrane. L’or de la culture des Castros, longue période qui s’étend de la fin du Bronze final jusqu’à l’occupation romaine (vers 750- 100 av. J.-C.), est caractérisé par des torques avec des embouts volumineux, des pendentifs d’oreille « arracadas » et des bandes décoratives en tôle (Ferreira da Silva 1986). On pratique une diversité technologique. Quelques éléments de l’orfèvrerie de l’âge du Bronze atlantique sont attestés dans le trésor de Lebução, Vila Real, qui contient un torque à extrémités en forme de double sablier, plusieurs fragments de torques et un bracelet (Armbruster 2000 : 169-170 pl. 61). Ce dernier, objet rare dans la culture des Castros, a la forme d’un tonnelet fermé en tôle martelée, son profil cannelé est réalisé par ciselure et il est décoré de motifs poinçonnés (fig. 12). Ce bijou a été fabriqué à partir d’une ébauche cylindrique coulée, le modèle en cire étant façonné à l’aide d’un tour. Sur les bords on observe un décor de stries parallèles tournées, signe de persistance d’éléments de l’aire technologique Villena/Estremoz (Armbruster 2000, pl. 60-61). Le trésor de Cangas de Onis, Asturies, est un ensemble de torques de la culture des Castros, qui témoigne plutôt d’influences méditerranéennes (fig. 13) (Perea, Sánchez-Palencia 1995 ; Armbruster 2003, fig. 152-153). Ces bijoux ont été réalisés avec une imitation locale de filigrane et de granulation coulés à la cire perdue, dont on peut conclure qu’il n’y a pas eu de transfert de connaissances technologiques (fig. 13b).

16Parmi les objets les plus récents portant des attributs de l’âge du Bronze atlantique hors contexte tartes sien ou ibérique, nous souhaitons citer le torque de la « princesse » de Vix, Bourgogne, et un torque du nord-ouest du Portugal qui se trouve au British Museum. Le torque de Vix est un objet de prestige de la fin du VIe siècle trouvé en contexte funéraire qui unit des éléments typologiques et technologiques de diverses provenances, dont plusieurs détails sont en liaison avec l’âge du Bronze final de la façade atlantique de la péninsule Ibérique (fig. 14 : Armbruster 2003). Des parties de décor concentrique réalisées à la cire perdue, le modèle en cire étant travaillé au tour, et la pointe conique au milieu de ce décor concentrique sont les détails les plus remarquables qui rappellent l’aire technologique Villena/Estremoz.

17Le torque du British Museum, provenant du nord-ouest de la péninsule Ibérique et datant de la culture des Castros, a une particularité en commun avec le torque de Vix (Pingel 1992, pl. 41, 2) : il s’agit d’une pointe conique au centre du décor concentrique des extrémités, élément de l’orfèvrerie de la fin de l’âge du Bronze final (fig. 15). Des pointes semblables coulées à la cire perdue dans un décor concentrique, le modèle étant façonné au tour, ornaient aussi le triple torque de Sintra, Lisbonne, les bracelets de Torre Vã, Beja, ainsi que plusieurs bracelets de l’âge du Bronze atlantique (Armbruster 2003 : 208-209).

Fig. 13. Trésor de Cangas de Onis, Asturies (photo B. Armbruster).

Fig. 13. Trésor de Cangas de Onis, Asturies (photo B. Armbruster).

Fig. 13b. Détail d’un tampon de torque, imitation de granulations réalisées par la coulée à la cire perdue (photo B. Armbruster).

Fig. 13b. Détail d’un tampon de torque, imitation de granulations réalisées par la coulée à la cire perdue (photo B. Armbruster).

Fig. 14. Détail du torque de la « princesse » de Vix, Bourgogne, décor concentrique et pointe conique (photo B. Armbruster).

Fig. 14. Détail du torque de la « princesse » de Vix, Bourgogne, décor concentrique et pointe conique (photo B. Armbruster).

Fig. 15. Détail du torque du British Museum, décor concentrique et pointe conique (photo B. Armbruster).

Fig. 15. Détail du torque du British Museum, décor concentrique et pointe conique (photo B. Armbruster).

Fig. 16. Bijoux du trésor tartessien d’Aliseda, Cáceres (photo B. Armbruster).

Fig. 16. Bijoux du trésor tartessien d’Aliseda, Cáceres (photo B. Armbruster).

Fig. 17. Diadème à extrémités triangulaires de jávea, Alicante (photo B. Armbruster).

Fig. 17. Diadème à extrémités triangulaires de jávea, Alicante (photo B. Armbruster).

Fig. 17b. Détail du filigrane et de la granulation du diadème de Jávea (photo B. Armbruster).

Fig. 17b. Détail du filigrane et de la granulation du diadème de Jávea (photo B. Armbruster).

NOUVELLE AIRE TECHNOLOGIQUE MÉDITERRANÉENNE VERS LA FIN DE LA PÉRIODE DE TARTESSOS

18L’orfèvrerie d’une phase avancée de l’époque tartessienne, entre 700 et 500 av. J.-C., représente une nouvelle aire technologique, résultat d’interactions entre le monde indigène et des colons phéniciens. Cette nouvelle apparition est étroitement liée aux nouvelles conditions socio-économiques surgies au sein de la population indigène et aux influences idéologiques et sociales de la colonisation (Perea 2005a ; Perea 2005b). Les objets du trésor d’Aliseda, Cáceres (fig. 16), liés à un atelier appelé l’atelier d’Extremadura, figurent parmi les premiers exemples d’un nouveau style tartessien, c’est-à-dire un style qui s’installe vers la fin de la période tartessienne (Perea 1997a : 60). Ce nouveau style montre la rupture avec les traditions atlantiques et l’adaptation intégrale de la technologie méditerranéenne. Il existe un hiatus actuellement peu compréhensible entre les trésors d’El Carambolo ou Lebrija, correspondant à une phase initiale, et ces bijoux du trésor d’Aliseda, qui font figure de repères pour une phase avancée de l’orfèvrerie tartessienne.

19Après cette orfèvrerie de Tartessos qui, dans sa première partie, se trouve encore dans la phase de transition et garde quelques traditions héritées du Bronze final atlantique, l’artisanat présente une rupture générale, probablement un changement de génération qui s’accompagnerait d’un abandon de la mémoire des traditions antérieures. L’orfèvrerie de la période Ibérique témoigne d’un changement d’orientation et de l’intégration au monde méditerranéen entre 550 et 100 av. J.-C. La granulation et le filigrane ainsi que des éléments décoratifs orientalisants sont caractéristiques de cette époque. Le diadème à extrémités triangulaires de Jávea, Alicante (fig. 17), est un exemple emblématique de l’orfèvrerie Ibérique (Perea 1997a : 61). Cette rupture générationnelle est liée à la perte des codes et symboles significatifs de l’aire technologique et culturelle atlantique, auxquels se substituent les témoignages du nouveau pouvoir des colons installés. À la fin de ce processus, l’assimilation de la culture exogène dans la culture indigène tend à être intégrale : l’acculturation.

CONCLUSION

20L’objectif de cette étude était de retracer l’évolution et les changements dans l’orfèvrerie de l’âge du Bronze et pendant la phase de transition vers l’âge du Fer dans la partie atlantique de la péninsule Ibérique. Cette évolution est l’effet des influences et des interactions entre trois aires technologiques différentes : les deux aires atlantiques de Sagrajas/Berzocana et Villena/Estremoz et l’aire méditerranéenne. Les mécanismes qui jouent un rôle dans ces phénomènes de changements culturels, technologiques et identitaires ont été décrits, comme l’esquisse ce cadre récapitulatif :

  • tradition de l’âge du Bronze atlantique final de la péninsule Ibérique : bijoux du type Sagrajas/Berzocana (torques massifs obtenus par martelage) et du type Villena/Estremoz (bracelets coulés à partir d’un modèle en cire tourné) ;

  • innovation indigène à la fin du Bronze final et durant la transition Bronze/Fer : objets composés des deux types unis par la coulée secondaire ;

  • changement technologique et stylistique : introduction d’une technologie « méditerranéenne » comme la soudure et d’un style orientalisant ;

  • persistance d’éléments technologiques ou typologiques de l’âge du Bronze dans la culture des Castros de l’âge du Fer et dans l’or tartessien ;

  • interaction : objets d’influence phénicienne ou orientalisante fabriqués selon une technologie de l’âge du Bronze atlantique ;

  • transfert du savoir technique ;

  • rupture avec les traditions atlantiques ;

  • adaptation et intégration des influences méditerranéennes pendant les périodes orientalisante et Ibérique ;

  • changement culturel et nouvelle identité.

21Malgré leur rareté, des objets de luxe, comme les produits de l’orfèvrerie, sont porteurs d’indices importants : ils livrent des informations sur la symbolique, les influences, les changements. On peut constater que la production de l’or est l’une des empreintes de l’histoire particulièrement parlante quand il s’agit des interactions entre deux cultures, dont une plus complexe qui effacera l’autre au fil du temps. L’étude des œuvres d’orfèvre révèle la provenance du savoir-faire technique des artisans de la péninsule Ibérique, soit de l’aire atlantique, soit de l’aire méditerranéenne, ainsi que leur niveau technologique élevé. Elle apporte des informations sur de fortes traditions locales, des innovations indigènes, des influences étrangères, sur l’introduction de nouvelles croyances et pratiques rituelles, sur l’établissement de nouvelles relations sociales et le transfert d’une technologie avancée, et finalement sur l’abandon des technologies artisanales anciennes. Les aspects technologiques et typologiques débouchent sur un panorama de dimension sociale, impliquant l’adoption et l’intégration d’une nouvelle identité.

Bibliographie

Bibliographie

ALMAGRO BASCH M., 1969 – De orfebreria céltica : el depósito de Berzocana y un brazalete del Museo Arqueológico National. Trabajos de Prehistoria, 26, N. S, p. 275-294.

ALMAGRO-GORBEA M., 1964, Los thymateria llamados candelabres de Lebrija. Trabajos de Prehistoria, 13, p. 7-67.

ALMAGRO-GORBEA M., 1974 – Los tesoros de Sagrajas y Berzocana y los torques macizos del occidente peninsular. In : III. Congresso National de Arqueologia. Porto, p. 259-282

ARMBRUSTER B. R., 1993 – Instruments rotatifs dans l’orfèvrerie de l’âge du Bronze de la Péninsule Ibérique. Nouvelles connaissances sur la technique des bracelets du type Villena/Estremoz. In : I. Congresso de Arqueologia Peninsular, Porto 12.-18.10.1993. Lisbonne, Sociedad Portuguesa de Antropologia e Etnologia, p. 265-283 (Trabalhos de Antropologia e Etnologia 33/ 1-2).

ARMBRUSTER B. R., 1995 – Sur la technologie et typologie du collier de Sintra (Lisbonne) – une oeuvre d’orfèvrerie du Bronze Final Atlantique composée des types Sagrajas-Berzocana et Villena-Estremoz. Trabajos de Prehistoria, 52 -1, p. 157-162.

ARMBRUSTER B. R., 1996 – Zu den technologischen Aspekten der Goldfunde aus dem bronzezeitlichen Schatzfund von Caldas de Reyes (Prov. Pontevedra). Madrider Mitteilungen 37, p. 60-73.

ARMBRUSTER B. R., 2000 – Goldschmiedekunst und Bronzetechnik. Studien zum Metallhandwerk der Atlantischen Bronzezeit aufder Iberischen Halbinsel. Montagnac, Éd. Mergoil, 504 p. (Monographie Instrumentum 15)

ARMBRUSTER B. R., 2003 – Le torque. Remarques sur la technique de fabrication. Relations entre l’orfèvrerie du domaine hallstattien occidental et l’orfèvrerie de la péninsule Ibérique au Bronze final et au Premier âge du Fer. In : ROLLEY C. éd., 2003 – La tombeprincière de Vix. Paris Picard, p. 200- 215.

ARMBRUSTER B. R., 2005- Le tournage dans l’orfèvrerie de l’âge du Bronze et du Premier âge du Fer en Europe Atlantique. In : FEUGÈRE M., GÉROLD J.-C. éds., 2003 – Le tournage des origines à l’an mil. Actes du colloque de Niederbronn, octobre 2003. Montagnac, Éd. Mergoil p. 53-70 (Monographie Instrumentum, 27).

ARMBRUSTER B. R., LOUBOUTIN C., 2004 – Parures en or de l’âge du Bronze de Balinghem et Guînes (Pas-de-Calais) : les aspects technologiques. Saint-germain en Laye, Antiquités Nationales, 36, p. 133-146.

ARMBRUSTER B. R., PARREIRA R., 1993 – Colecção de ourivesaria 1. Do Calcolítico à Idade do Bronze. Lisboa, Instituto Português de Museus. Inventário do Património Cultural Móvel.

ARMBRUSTER B. R., PEREA A., 1994 – Tecnologia de herramientas rotativas durante el Bronce Final Atlántico. El depósito de Villena. Trabajos de Prehistoria, 51-2, p. 69-87.

AUBET M. E., 1994 – The Phoenicians and the West. Politics, colonies and trade. Cambridge, Cambridge University Press, 432 p.

DEVAUGES J.B., 1971 – Quelques précisions sur le bracelet de la Rochepot. Revue Archéologique de l’Est et du Centre-Est, 22 /1-2, p. 101-109.

FERREIRA DA SILVA A. C., 1986 – A cultura castreija. Paços de Ferreira.

FONTAN E. dir., 2007 – La Méditerranée des Phéniciens. De Tyr à Carthage. Paris, Somogy, 408 p.

HAWKES C. F. C., 1961 – The newly found goldtorc from Moulsford, Berkshire. Antiquity 35, p. 240-242.

MARKOE G.E., 2000 – Die Phönizier. Stuttgart.

PEREA A., 1993 – Les premiers ateliers d’orfèvre dans la Péninsule Ibérique. In : ELUÈRE C. éd., 1993 – Symposium « Outils et ateliers d’orfèvre des temps anciens ». Saint-Germain-en-Laye, 1991. Saint-Germain-en-Laye, p. 23-28. (Antiquités Nationales, mémoire 2).

PEREA A., 1997 – La véritable histoire de l’or ibérique. Dossier d’Archéologie 228, p. 58-63.

PEREA A., 1997 – Phoenician gold in the western Mediterranean : Cádiz, Tharros and Carthage. In : KNAPPA. B. eds., 1997 – Encounters and transformations. The archaeology of Iberia in transition. Sheffield p. 135-140 (Monographs in Mediterranean Archaeology 7).

PEREA A., 2005a – Mecanismos identitários y de construcción de poder en la transitión bronce-hierro. Trabajos de Prehistoria 62, 2, p. 91-103.

PEREA A., 2005b – Relaciones tecnológicas y de poder en la producción y consumo de oro durante la transitión bronce final-hierro en la fachada atlántica peninsular. Anejos de Archivo Español de Arqueologia, p. 1077-1088.

PEREA A., ARMBRUSTER B. R., 1998 – Cambio tecnológico y contacto entre Atlántico y Mediterráneo : el depósito de “El Carambolo”, Sevilla. Trabajos de Prehistoria 55 (1), p. 121-138.

PEREA A., SÁNCHEZ-PALENCIA F. J., 1995 – Arqueología del oro astur. Oviedo.

PEREA A., ARMBRUSTER B. R., DEMORTIER G., MONTERO I., 2003 – Tecnología atlántica para dioses mediterráneos. Los “candelabres” de oro tipo Lebrija. Trabajos de Prehistoria 60 (1), p. 99-114.

PINGEL V., 1992 – Die vorgeschichtlichen Goldfunde der Iberischen Halbinsel. Eine archäologische Untersuchung zur Auswertung der Spektralanalysen. . Berlin (Madrider Forschungen 17).

RUÍZ-GÁLVEZ PRIEGO M., 1995 – From gift to commodity : The changing meaning of precious metals in the later Prehistory of the Iberian Peninsula. In : MORTEANI G., NORTHOVER P. eds., 1995 -Prehistoric Gold in Europe, mines, metallurgy and manufacture. Proceedings of the NATO Advanced Research Workshop on Prehistoric Gold in Europe, Seeon, Germany Sept. 27 – Oct. 1, 1993. Dordrecht, London, Boston 1995, p. 45-63 (NATO ASI Series E : Applied Sciences, vol. 20).

RUÍZ-GÁLVEZ PRIEGO M., 1998 – La Europa Atlántica en la Edad del Bronce. Un viaje a las raíces de la Europa occidental. Barcelona.

RUÍZ-GÁLVEZ PRIEGO M., 2000 – Weight Systems and exchange networks in Bronze Age Spain. In : PARE C. ed., 2000 – Metals make the world go round. The supply and circulation of metals in Bronze Age Europe. Oxford, p. 265-279

RUÍZ MATA D., 2001 – Tartessos. In : ALMAGRO-GORBEA M., ARTEAGA O., BLECH M., RUÍZ MATAD., SCHUBART H., 2001 – Protohistoria de la Península Ibérica. Barcelona, p. 1-190.

SOLER J. M., 1965 – El tesoro de Villena. Madrid, (Excavaciónes en España 36). TAYLOR J.J., 1980 – Bronze Age goldwork of the British Isles. Cambridge.

Table des illustrations

Titre Fig. 1a. Dépôt de Berzocana, Cáceres (photo B. Armbruster).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/18286/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 24k
Titre Fig. 1b. Détail du décor géométrique des deux torques (photo B. Armbruster).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/18286/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 29k
Titre Fig. 2. Torque de Penela, Evora (photo B. Armbruster).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/18286/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 29k
Titre Fig. 3. Dépôt de Bodonal de la Sierra, Badajoz (photo B. Armbruster).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/18286/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 65k
Titre Fig. 4. Bracelet d’Estremoz, Evora (photo B. Armbruster).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/18286/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 27k
Titre Fig. 5. Bracelets du trésor de Villena, Alicante (photo B. Armbruster).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/18286/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 20k
Titre Fig. 6- Schéma d’un tour avec un modèle en cire (dessin B. Armbruster).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/18286/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 18k
Titre Fig. 7. Bracelet de Cantonha, Braga (photo B. Armbruster).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/18286/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 27k
Titre Fig. 8. Bracelets de Torre Vã, Beja (photo B. Armbruster).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/18286/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 19k
Titre Fig. 9a. Dépôt d’Álamo, Beja (photo B. Armbruster).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/18286/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 22k
Titre Fig. 9b. Détail du fermoir encastré (photo B. Armbruster).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/18286/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 45k
Titre Fig. 10a. "Candélabres" du dépôt de Lebrija, Séville, (photo P. Witte, d’après Archäologischer Kalender 2003, Zabernverlag, Mainz).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/18286/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 26k
Titre Fig. 10b. Détail de l’assemblage par coulée secondaire (photo B. Armbruster).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/18286/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 15k
Titre Fig. 11a. Brassard du dépôt d’El Carambolo (photo B. Armbruster).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/18286/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 32k
Titre Fig. 11b. Détail, rangs de pointes coniques (photo B. Armbruster).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/18286/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 38k
Titre Fig- 12- Bracelets du dépôt de Lebução, Vila Real (photo B. Armbruster).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/18286/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 36k
Titre Fig. 13. Trésor de Cangas de Onis, Asturies (photo B. Armbruster).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/18286/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 26k
Titre Fig. 13b. Détail d’un tampon de torque, imitation de granulations réalisées par la coulée à la cire perdue (photo B. Armbruster).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/18286/img-18.jpg
Fichier image/jpeg, 53k
Titre Fig. 14. Détail du torque de la « princesse » de Vix, Bourgogne, décor concentrique et pointe conique (photo B. Armbruster).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/18286/img-19.jpg
Fichier image/jpeg, 37k
Titre Fig. 15. Détail du torque du British Museum, décor concentrique et pointe conique (photo B. Armbruster).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/18286/img-20.jpg
Fichier image/jpeg, 27k
Titre Fig. 16. Bijoux du trésor tartessien d’Aliseda, Cáceres (photo B. Armbruster).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/18286/img-21.jpg
Fichier image/jpeg, 35k
Titre Fig. 17. Diadème à extrémités triangulaires de jávea, Alicante (photo B. Armbruster).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/18286/img-22.jpg
Fichier image/jpeg, 17k
Titre Fig. 17b. Détail du filigrane et de la granulation du diadème de Jávea (photo B. Armbruster).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/18286/img-23.jpg
Fichier image/jpeg, 49k

Auteurs

Barbara Régine Armbruster. CNRS – UMR 5608 – UTAH. Maison de la Recherche, Université de Toulouse 2 le-Mirail, 5 allées Antonio-Machado, 31058 Toulouse Cedex – barbara.armbruster@univ-tlse2.fr

Alicia Perea. Instituto de Historia, Centro de Cicencias Humanas y Sociales, CSIC, Albasanz 26-28, 28037 Madrid, Espagne – perea@ceh.csic.es

© ARTEHIS Éditions, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search