Version classiqueVersion mobile

De l’âge du Bronze à l’âge du Fer en France et en Europe occidentale (Xe-VIIe siècle av. J.-C.)

 | 
Henri Gaillard de Sémainville

Thème spécialisé de l’âge du bronze à l’âge du fer en France et en Europe occidentale (Xe – VIIe siècle av. J.-C.).

Qu’est-ce qui change dans la vie quotidienne lorsque l’on remplace le bronze par le fer ?

Vincent Serneels

Résumé

Le fer a remplacé le bronze, mais cette évolution ne se limite pas à un changement de matériau. C’est un élément déterminant d’un changement profond du système technique de la société et partant de là de la société dans son ensemble. Le développement de la production de fer a permis la généralisation de l’outillage aratoire en fer. C’est sans doute le facteur qui a eu l’impact le plus important car il détermine une augmentation de la productivité du paysan et donc une croissante production agricole qui débouche sur une croissance économique et démographique de la société.

Entrées d'index

Texte intégral

INTRODUCTION

1Au cours de la protohistoire européenne, le passage des alliages à base de cuivre aux alliages à base de fer représente, à n’en pas douter, un changement fondamental. Il est nécessaire de replacer cette innovation dans un contexte plus large pour en comprendre à la fois le sens et la portée.

2Pour simplifier, on adoptera successivement différents points de vue. Tout d’abord, on s’interrogera sur les propriétés physiques de ces deux familles d’alliage. Ensuite, on considérera la disponibilité des ces matériaux. Pour finir, c’est le point de vue de l’utilisation qui sera présenté.

1. LES PROPRIÉTÉS PHYSIQUES DES BRONZES ET DES FERS

3Définir le « meilleur » métal en comparant les propriétés physiques est une démarche extrêmement complexe et un peu vaine. Les propriétés physiques des métaux et des alliages sont variables et subtiles. Bien souvent, un avantage est compensé par un inconvénient. Bien souvent, certaines propriétés peuvent être conçues aussi bien comme des avantages que comme des inconvénients. Ainsi la dureté qui est un avantage lorsqu’il s’agit de couper un autre matériau, devient un défaut lorsqu’il s’agit de résister à un choc.

4Les alliages à base de cuivre forment un groupe très complexe. Le cuivre peut être pur, mais le plus souvent, on lui ajoute un ou plusieurs autres éléments d’alliage, comme l’étain (bronzes au sens propre), le plomb et le zinc (laitons), en proportion variable (de 3 à 30 % dans la plupart des cas). Bien d’autres éléments peuvent également entrer dans la composition des alliages cuivreux : or, argent, nickel, arsenic, antimoine, etc. Tous ces éléments ont pour effet de modifier la couleur du matériau et d’abaisser le point de fusion. Le plomb augmente la coulabilité du métal mais réduit sa dureté. Le zinc et l’étain augmentent la dureté.

5Pour le fer, c’est le carbone qui joue le rôle principal (entre 0 et 6 %). La présence de carbone diminue le point de fusion et augmente la dureté. Dans les aciers entre 0,2 et 2 % de carbone, on peut obtenir un durcissement considérable grâce à un refroidissement brusque, c’est le phénomène de la trempe. D’autres éléments peuvent être présents dans le fer : le phosphore, le nickel, le manganèse, le silicium, etc. Leur influence sur les propriétés physiques du fer est notable, parfois très importante. Dans les fers et aciers anciens, le phosphore est fréquemment présent et le nickel beaucoup plus rare (météorites et quelques rares gisements terrestres). Le phosphore provoque aussi un durcissement du métal. Les autres éléments ne paraissent pas avoir joué un rôle significatif, mais la question reste partiellement ouverte pour certains d’entre eux, en particulier le manganèse. Enfin, dans les fers et aciers anciens, la présence d’inclusions non-métalliques est presque systématique. Leur abondance, leur taille et leur répartition influence énormément le comportement du métal.

6Les deux familles sont donc très variées. Il existe de bons fers et de mauvais, comme il existe de bons cuivres et de mauvais.

7Plus concrètement, à la fin de l’âge du Bronze, le métal en circulation est principalement un bronze à 8-12 % d’étain. Ces alliages sont beaux (jaune doré), assez faciles à couler (point de fusion : 950-1000°) et plutôt durs. Parmi les alliages à base de cuivre, ce sont des matériaux qui possèdent des qualités plutôt bonnes. Au début de l’âge du Fer, on rencontre des fers et des aciers plutôt pauvres en carbone et qui contiennent toujours des inclusions non métalliques assez abondantes. Ces matériaux rouillent rapidement. Ils sont travaillés par forgeage à l’état solide et ne peuvent pas être fondus avec les moyens disponibles (point de fusion 1300-1450°). Ils sont plutôt mous et ne sont pas toujours trempables. Parmi les alliages à base de fer, ce ne sont pas les meilleurs.

8De plus, dans un cas comme dans l’autre, la présence de défauts liés à la mise en œuvre (pores, fissures, inclusions, zones de faiblesse) joue aussi un rôle primordial. Au bout du compte, l’efficacité de l’objet fini est limitée par son point le plus faible. Une mauvaise soudure rendra inefficace le meilleur acier. En résumé, sur la base des propriétés physiques théoriques des alliages, on ne peut pas conclure à la supériorité d’un groupe sur l’autre.

2. LA DISPONIBILITÉ DES BRONZES ET DES FERS

9Il faut aussi examiner la question de la disponibilité du matériau. Cette notion combine trois aspects : l’abondance naturelle, la complexité des savoir-faire (technologie) nécessaires à la mise en œuvre et les coûts de production.

10Le fer représente environ 5 % de la croûte terrestre, ce qui en fait l’un des constituants les plus abondants. De nombreux processus géologiques différents aboutissent à la formation de roches très riches en fer très diverses. Ces gisements sont souvent de très grande dimension, affleurants en surface et constitués de roches meubles. Les conditions de l’extraction minière sont donc souvent faciles. Le fer forme cependant presque toujours des minéraux : oxydes (hématite, magnétite, limonite), carbonates (sidérite), sulfures (pyrite) et silicates. Il n’est présent sous forme de métal que dans des cas exceptionnels (météorites). Les minéraux ferreux doivent donc faire l’objet d’un traitement métallurgique pour en extraire le métal. Pour transformer la totalité des oxydes de fer présents dans le minerai, il est nécessaire de travailler à des températures très élevées et dans des conditions de réduction très fortes, difficiles à atteindre dans le contexte technologique de la Protohistoire. Cependant, en travaillant dans des conditions plus faibles et avec des minerais riches, on peut aussi produire du fer, mais avec un faible rendement. Ces conditions minimales sont faciles à remplir (Mangin et al. 2004).

11Pour le cuivre, la situation est pratiquement inverse : il est mille fois moins abondant que le fer. Les gisements sont le plus souvent des filons en roche dure. En général les grains riches en cuivre ne représentent qu’une faible partie du volume de la roche. Les conditions d’extraction sont donc fréquemment difficiles. Si le cuivre natif est nettement plus fréquent que le fer, il ne représente qu’une infime fraction de l’ensemble du cuivre présent dans la croûte terrestre. Pour l’essentiel, les minéraux cuivreux (chalcopyrite, bornite, coveline, malachite, etc.) doivent aussi être traités pour fabriquer le métal. Certains minéraux du cuivre, en particulier les carbonates, sont très faciles à traiter. Dans le cas de la chalcopyrite, le sulfure mixte du cuivre et fer, qui est le minéral le plus fréquent, il faut des conditions de traitement nettement plus élevées. Enfin, l’étain, élément d’alliage essentiel dans les bronzes, est une substance encore moins abondante. À de rares exceptions près, le cuivre et l’étain ne se trouvent jamais ensemble dans le même gisement de minerai. Pour réunir la matière première nécessaire à la fabrication de bronze, il est donc nécessaire d’organiser un circuit d’approvisionnement complexe et sur de longues distances.

12Globalement, le fer est donc nettement plus disponible que le cuivre. C’est surtout l’abondance et la facilité d’extraction des minerais qui fait la différence, les techniques métallurgiques présentant à peu près le même degré de complexité.

13En Europe occidentale, si l’on considère un territoire quelconque d’une centaine de kilomètres de diamètre, on constate qu’il contient presque toujours des ressources en fer, tant ces minerais sont abondants et bien répartis. Pour le cuivre, les gisements sont localisés dans des aires géographiques beaucoup moins nombreuses et beaucoup plus restreintes. Il faut parfois parcourir plusieurs centaines de kilomètres pour trouver un gisement.

14Cependant, il ne faut pas perdre de vue qu’il est très peu probable que les hommes de la Protohistoire aient exploité tous les gisements existants, bien au contraire. De manière générale, ils ont certainement été attirés par les gisements riches et faciles à travailler, mais sans tenir compte de la taille de ces dépôts. Les ressources qui sont recensées dans les inventaires miniers actuels prennent en compte des critères complètement différents. Les minerais d’aujourd’hui ne sont pas les mêmes que ceux du passé. Quoi qu’il en soit, la géographie de la production des métaux a dû être bouleversée par la découverte de l’utilisation du fer et donc de nouveaux gisements se trouvant dans des territoires différents des traditionnelles mines de cuivre.

3. LE POINT DE VUE DE L’UTILISATION

15Enfin, dans cette approche comparative, le point de vue le plus pertinent est celui de l’utilisation. Le bon métal n’est pas celui qui possède les propriétés physiques les meilleures du point de vue du physicien des matériaux, mais bien celui qui possède les propriétés physiques les mieux adaptées à l’utilisation que le propriétaire de l’objet prévoit. La tôle d’un chaudron et la lame d’un couteau n’ont pas la même fonction et ne doivent pas répondre aux mêmes sollicitations durant leur utilisation. Le meilleur métal ne peut pas être le même dans les deux cas. Il faut donc prendre en compte le type d’utilisation, à la fois sur le plan fonctionnel et sur celui du volume consommé.

16Il est difficile de décrire l’utilisation des métaux dans les contextes de l’âge du Bronze et de l’âge du Fer. La nature même de l’enregistrement archéologique s’oppose à une approche quantitative : tous les objets ne sont pas conservés ! L’échantillon qui est préservé ne peut pas être considéré comme directement représentatif. La conservation des éléments en bronze est bien différente de celle des objets en fer : le bronze peut être facilement refondu alors qu’il faut reforger le fer ; le bronze se patine faiblement en surface alors que la rouille détruit souvent complètement le fer ; enfin, traditionnellement, les pièces en bronze sont considérées comme de grande valeur et récoltées scrupuleusement par les archéologues qui les mentionnent souvent exhaustivement dans leurs publications alors que les débris en fer ont été et sont encore trop souvent négligés ou même purement et simplement rejetés. Ces biais existent. Ils obligent à une certaine prudence mais ils n’empêchent pas toute réflexion.

17Si l’on examine l’utilisation du bronze à l’âge du Bronze, en Europe nord-occidentale, on constate que, au début de la période, le bronze est mis en œuvre pour réaliser une gamme limitée d’objets. Dès ce moment, les objets de parure occupent une place de choix, par leur nombre et leur variété. À côté de cela, apparaissent des objets utilitaires. Ce sont des armes, des poignards essentiellement et quelques pointes de lance. Parmi les outils, on trouve surtout des haches. À la fin de la période, la panoplie s’est largement étoffée et la masse de métal en circulation paraît beaucoup plus importante. On note la grande variété des parures, qui deviennent parfois très volumineuses. Pour ce qui est des armes, l’épée remplace le poignard. Pour ce qui est des outils, en plus des haches, on voit apparaître les couteaux et les faucilles. Les outils d’artisan existent mais demeurent rares et généralement peu volumineux. À l’âge du Fer, les parures en bronze perdurent. On développe l’utilisation de la tôle et la chaudronnerie. Par contre, le nombre d’armes en bronze diminue drastiquement. De même, dans le domaine de l’outillage agricole et artisanal, le bronze est presque totalement abandonné.

18Pour ce qui est du fer, il fait son apparition discrètement dans le mobilier de la fin de l’âge du Bronze essentiellement dans le domaine de la parure, de la toilette (rasoirs) et de l’utilitaire (petit couteau). Assez rapidement, les premiers gros objets en fer apparaissent au début de l’âge du Fer et ce sont des armes : principalement des épées. Il faut cependant attendre le Second âge du Fer pour voir augmenter considérablement la masse de fer en circulation et assister à une large diversification de la panoplie. Le fer occupe alors la place prédominante pour l’armement qui comporte des lames longues et courtes, des pointes de lance et de trait, des éléments de boucliers et de ceinture. Dans le domaine de l’outillage, on observe la même évolution. L’outillage artisanal en fer se généralise et se diversifie. Les pièces lourdes apparaissent (enclumes, etc.). Mais c’est sans doute dans le domaine de l’outillage agricole que la mutation est la plus importante. On trouve des outils destinés à la récolte (faucilles, serpes et autres couteaux agricoles) et au travail de la terre (houe, bêche et pièces d’araire). La hache, outil essentiel de l’âge du Bronze, perdure évidemment, mais elle est fabriquée en fer. En plus de cela, le fer prend une certaine place dans la maison. Les grands chenets en métal, broches, grills et autres accessoires du foyer et de la cuisine ne représentent probablement pas des objets utilisés par tous les membres de la société, mais ils sont bien présents dans le cadre du prestige.

19Le fer n’a donc pas simplement remplacé le bronze. Le schéma est plus complexe. Le bronze reste dominant dans les domaines de la parure et de l’art. En ce qui concerne les biens de prestige, les deux métaux sont en concurrence, mais avec des différences de types d’objet. La victoire du fer est par contre totale dans les domaines utilitaires essentiels : armes et outils. Ce n’est que dans le mobilier domestique que le bronze se maintient. Ces changements sont manifestes. Sont-ils une conséquence des différences de propriétés du fer et du cuivre ? Et quelles sont les conséquences de ces changements ?

4. LA RÉVOLUTION DES OUTILS ARATOIRES EN FER

20Les sociétés de l’âge du Bronze et de l’âge du Fer sont essentiellement basées sur l’agriculture, c’est-à-dire que la très grande majorité des individus actifs sont des paysans et se consacrent à la production agricole. Une telle société est viable à condition que chaque actif soit capable de produire la quantité de nourriture qui est nécessaire pour lui-même et pour les personnes non-actives qui dépendent de lui : parents âgés, femmes, enfants, etc. (Mazoyer, Roudart 2002). Si le paysan est capable de produire plus, il peut nourrir une plus grande famille. Au niveau de la société, le surplus permet à une plus grande partie de la population de se consacrer à d’autres tâches que la production agricole (soldats, prêtres, chefs, etc.). La productivité du paysan est donc un élément clef pour comprendre la dynamique d’une société agricole (Duby 1977).

21Cette productivité de l’individu est équivalente au rendement par hectare de terre multiplié par le nombre d’hectares que l’individu en question est capable de travailler. De nombreux facteurs influencent le rendement à l’hectare. Une partie de ces facteurs dépend du milieu naturel sur lequel le paysan n’a qu’une faible influence : la nature des sols et le climat. Le rendement dépend aussi des espèces cultivées et des savoir-faire agricoles. Par contre, le nombre d’hectares que le paysan est capable de mettre en valeur dépend essentiellement de l’efficacité de son équipement et des sources d’énergie disponibles (aux époques anciennes : traction humaine et animale, aujourd’hui : motorisée). Chaque armée, le paysan dispose d’un temps limité pour préparer le sol à recevoir les semences, essentiellement pendant l’automne et le printemps. Dans ce temps limité, avec un outillage efficace, un individu peut mettre en valeur une surface plus grande que si son outillage est médiocre. Son rendement individuel augmente en proportion. Il y a donc une relation directe entre l’efficacité de l’outillage aratoire et le rendement du paysan.

22Le travail de préparation du sol avant les semailles est une étape essentielle de l’activité agricole. C’est cet acte qui assure le renouvellement de la fertilité du sol. En effet, pour que les plantes cultivées puissent croître, il est indispensable d’apporter au sol les nutriments (nitrates et sels minéraux) qui sont indispensables à leur croissance. Ces substances sont apportées soit par la biomasse brûlée dans le système agricole des abâttis-brûlis, soit par la biomasse du tapis herbeux de la jachère et à un apport complémentaire de fumure. Dans les deux cas, pour éviter que ces substances indispensables ne soient lessivées par les pluies, il est nécessaire de les enfouir en retournant la terre. C’est l’objet du labourage qui peut être effectué avec des outils à main (houe, bêche) ou avec une charrue tractée. Il faut souligner que l’araire ne remplit pas correctement cette fonction puisqu’il ne retourne par la terre mais se contente de la fendre. Avant l’invention de la charrue à versoir, le labourage tracté reste donc peu efficace. Le labourage manuel, tout à fait efficace, est un travail très long et très fatiguant. Les outils en fer permettent, dans ce domaine, une amélioration très importante de l’efficacité du paysan qui a pour conséquence une augmentation de la surface cultivée par actif et donc une augmentation de la quantité de denrées agricoles produites. Cela engendre une croissance économique globale qui permet un développement démographique et une diversification de la société. Une autre conséquence immédiate est un plus fort impact sur le paysage avec l’augmentation des surfaces cultivées. Le phénomène s’amplifie d’autant plus que la croissance démographique se prolonge.

23De ce point de vue, la généralisation des outils aratoires en fer pourrait être un élément essentiel influençant le développement économique, démographique et social des sociétés de l’âge du Fer. Cette situation s’apparente beaucoup à la mutation des techniques intervenue au début du Moyen âge. Toute une série d’innovations, de l’utilisation de l’énergie hydraulique, à la mise au point de la charrue à versoir en passant par le collier de harnachement rigide, ont modifié profondément le système technique avec comme conséquence principale une augmentation de la production agricole ouvrant la voie à la croissance démographique et aux changements sociaux (Duby 1977 ; Cille 1978 ; Gimpel 2002).

5. COMPARAISON DES PANOPLIES AGRICOLES MÉTALLIQUES

24La panoplie du paysan de l’âge du Bronze est très limitée. L’outil principal est la hache. Plus qu’un outil artisanal pour travailler et mettre en forme le bois, c’est avant tout un outil agricole destiné au défrichage des zones boisées et à la préparation des parcelles à cultiver par abattage des petits arbres et des branches basses qui seront brûlées sur place (abâttis-brûlis). Pour cette fonction, la hache en bronze représente un net progrès en comparaison de la hache en pierre polie néolithique. Par contre, la hache en fer à soie ou à douille n’est qu’à peine plus efficace que celle en bronze. C’est seulement avec les fers de hache percés d’un œil que l’on va obtenir un emmanchement nettement plus performant qui va augmenter la durée de vie de l’outil et permettre de l’utiliser avec plus de force. Avec ce type d’emmanchement, il devient possible d’améliorer l’efficacité de la hache en augmentant le poids de la lame et en allongeant le manche.

25Le second outil métallique du paysan de l’âge du Bronze est la faucille. Elle est destinée à la récolte des céréales en peuplement dense. Elle permet de récolter par poignée en coupant les tiges un peu en dessous des épis. Elle remplace des outils en pierre, probablement un peu moins efficaces. La lame de bronze reste assez courte et est emmanchée dans un manche en bois ergonomique. Avec l’introduction du fer, on voit apparaître des lames plus grandes pour des outils dont le maniement reste proche des prototypes en bronze. On voit également apparaître des outils avec une lame plus longue et courbée qui sont utilisés pour couper les tiges à la volée. Le fer est un matériau mieux adapté que le bronze pour la réalisation de ces objets. Par forgeage, ces lames longues sont relativement faciles à fabriquer, beaucoup plus qu’elles ne l’étaient par la technique du moulage du bronze.

26Plus tardivement, à l’époque romaine (ou peu avant la conquête), on voit aussi se développer la faux, pourvue d’une lame plus grande et d’un manche très long qui sert à faucher l’herbe dans les prairies en la coupant au ras du sol. Cet outil est également utilisé pour couper les chaumes après la récolte des épis. Le développement de ces lames très longues répond à un nouveau besoin des paysans dont les pratiques culturales évoluent (utilisation de la paille et du foin dans le cadre de l’élevage en stabulation, etc.). Ce sont des pièces difficiles à réaliser par forgeage du fer et, sans doute, impossibles à fabriquer en bronze. De plus, pour un fauchage au ras du sol, il faut utiliser un métal souple et peu cassant car l’outil risque à tous moments de heurter le sol ou les cailloux qui dépassent dans les champs incomplètement épierrés.

27Toute une gamme d’outils agricoles supplémentaires se développe avec le fer : la famille des couteaux agricoles (serpes, serpettes, émondoirs, etc.). En principe ces outils tranchants sont destinés à couper des tiges ou des branches plus dures et plus grosses que celles des céréales (vignes, arbres, etc.). Ce sont aussi des outils pour abattre les taillis et débroussailler. En cela, ils se substituent à certaines utilisations de la hache en bronze.

28Par contre, et c’est le fait essentiel, la panoplie de l’agriculteur de l’âge du Bronze ne compte pas d’outil en métal pour le travail de la terre. Il faut constater l’absence, dans l’enregistrement archéologique en bronze, des outils aratoires à main : houe et bêche. De même, on ne retrouve pas de pièces métalliques ayant fait partie d’un araire ou d’une charrue. Cependant, il existe un certain nombre de représentations d’araire datées de l’âge du Bronze qui démontrent que ce dispositif était connu. D’autres évidences archéologiques, comme les traces de sillons fossiles, confirment cette pratique. Il est donc légitime de supposer que ces araires étaient fabriqués exclusivement en bois. De la même manière, on peut envisager l’existence d’outils à main en bois. Ces outils en bois sont suffisamment efficaces pour travailler des terres extrêmement légères comme les limons des plaines alluviales, mais ils sont très peu efficaces pour des terres plus lourdes.

29L’introduction d’araires, de houes et de bêches entièrement en fer ou au moins renforcés de pièces en fer sur les parties travaillantes, représente un considérable gain d’efficacité pour le paysan. D’une part, il travaille plus vite et mieux, ce qui augmente la surface cultivée et son rendement individuel, et d’autre part, il peut mettre en valeur des terres jusque-là difficiles à cultiver.

30Alors que les hommes de l’âge du Bronze ont fabriqué des haches en métal par milliers et qu’ils connaissaient l’araire, pour quelle raison n’ont-ils pas cherché à améliorer les performances de ce dispositif en le renforçant au moyen de pièces en bronze ? Pourquoi n’ont-ils pas fabriqué des houes et des bêches en bronze ? Il est évidemment tentant de relier ce fait aux propriétés des métaux en question. D’abord, les bronzes sont des alliages durs et cassants. Ils sont bien adaptés au travail du bois et conviennent parfaitement pour faire des haches. Par contre, ils résistent mal au travail de la terre. Si l’outil en bronze vient à heurter un bloc de roche ou même un simple caillou, il risque de se briser sous le choc. Au contraire, si on utilise un fer pauvre en carbone et qui n’a pas été trempé, on obtient une lame de houe suffisamment rigide pour découper la terre mais assez molle pour se déformer et absorber les chocs des cailloux. L’outil en fer tordu sera rapidement remis en forme à la forge ou même par martelage à froid. La lame de bronze brisée, elle, doit être refondue et coulée de nouveau.

31Un autre aspect joue probablement un rôle : la terre contient toujours des particules fines minérales dures, en particulier du quartz (grains de sable), qui sont fortement abrasives. Les outils en métal que l’on utilise pour travailler la terre subissent donc une forte usure par frottement et il est nécessaire de les renouveler régulièrement, alors que couper du bois ne provoque qu’une usure nettement moins importante. Le bronze étant rare par nature, il est difficilement envisageable de l’utiliser pour fabriquer des objets qui s’usent rapidement : le gain de productivité agricole est perdu dans l’augmentation des coûts de production de l’outillage. Avec l’avènement du fer, beaucoup plus abondant dans la nature, au moment où les savoir-faire techniques de la production sont largement maîtrisés, il devient possible d’en produire des quantités suffisantes pour des outils aratoires qu’il faut renouveler régulièrement.

6. REMPLACER LE BRONZE PAR LE FER ?

32Pour la plupart des objets métalliques de la panoplie de l’âge du Bronze, si l’on se contente de substituer le fer au bronze, on n’observe qu’un gain d’efficacité minime. L’exemple le plus frappant est celui de la hache à douille : en fer ou en bronze, elle coupe le bois à peu près de la même manière. Par contre, si l’on fait évoluer la forme de l’outil en profitant des qualités propres des métaux ferreux, on accède à un gain d’efficacité un peu plus important. Une partie de ce gain est simplement liée à l’augmentation du poids des objets qu’autorise la plus grande disponibilité du fer. Enfin, le fer permet le développement de nouveaux outils, dans des domaines d’utilisation où le bronze n’avait pas pu s’imposer. Le cas des outils aratoires est non seulement exemplaire, mais aussi de grande importance. L’amélioration de cet outillage a comme répercussion immédiate une augmentation de la production agricole par actif. Celle-ci engendre une croissance économique et démographique qui, à moyen terme, change l’organisation de la société.

33Bien entendu, la généralisation du fer n’est pas le seul élément à entrer en ligne de compte. Il serait caricatural de prétendre qu’une cause unique est suffisante pour provoquer de grandes évolutions sociales. En fait, c’est l’ensemble du système technique de la société qui se modifie, ses différentes composantes interagissant entre elles pour produire un nouvel équilibre. À la modernisation de l’outillage peuvent se rajouter d’autres changements dans les pratiques culturales : amélioration des variétés cultivées, des techniques de jachère ou de fumure, etc. Évidemment, l’importante augmentation de la consommation de fer qui est provoquée par la généralisation des outils aratoires ne peut se concevoir que si les techniques de production du métal sont bien maîtrisées et qu’une importante main-d’œuvre spécialisée est mobilisée pour cette industrie. L’extraction minière est elle-même grandement facilitée par l’adoption des outils en fer, beaucoup plus efficaces que les outils en bronze, en pierre en bois et en os que l’on utilisait auparavant.

34Sur un autre plan, l’organisation de l’approvisionnement en fer du large marché constitué par les agriculteurs peut être envisagée de plusieurs manières. Dans une vision extensive de cette activité productive, on peut proposer un modèle de production de proximité, très dispersée et à petite échelle : au sein de chaque groupe de paysans, quelques individus se spécialisent dans la production sidérurgique et exploitent des ressources locales. L’existence de nombreux gisements de fer en Europe occidentale permet d’envisager ce modèle. Cependant, le faible nombre de découvertes d’ateliers de réduction du minerai de fer datés de l’âge du Fer ne confirme pas ce modèle. Pour les Gaules, cette constatation ne découle probablement pas d’une lacune de la recherche archéologique. Cette région a été, au cours des 20 dernières armées, l’objet d’un important effort de prospection et d’étude des vestiges de production sidérurgique ayant abouti à un important renouvellement des connaissances (Domergue et al. 2006 ; Leroy 2001 ; Serneels, Mangin 1996).

35À l’opposé, le modèle intensif correspond à une production de masse, centrée sur quelques gisements et menée à bien par des populations spécialisées. Ce modèle présuppose qu’il existe un circuit de distribution des produits bruts ou des produits finis suffisamment bien établi pour que le fer soit effectivement disponible jusque dans les campagnes reculées. L’existence de trouvailles assez nombreuses de lingots de fer semble une indication qu’un tel réseau de distribution a bel et bien existé, même s’il reste de nombreuses incertitudes. De plus, un tel système de distribution a dû exister précédemment pour le bronze. Par contre, pour le moment, on perçoit encore mal à travers les vestiges archéologiques quels sont les éventuels grands centres de production protohistoriques au nord des Alpes. Les traces retrouvées dans l’Yonne (Dunikowski, Cabboï 1995), dans la région du Mans (Cabboï, Dunikowski 2001) ou en Rhénanie et au nord de la Forêt Noire (Gassmann et al. 2005) ne sont pas encore assez convaincantes.

36Pour le Second âge du Fer, l’existence de quelques centres régionaux importants de production sidérurgique semble une hypothèse assez solide. Cela n’exclut évidemment pas le développement local d’une activité de proximité.

37Une autre question reste ouverte, celle de la chronologie fine de la généralisation de l’outillage agricole en fer. Du point de vue des vestiges matériels, il est méthodologiquement difficile de mettre en évidence ce phénomène. Par définition, les objets utilitaires comme les outils aratoires se conservent mal : ils s’usent au cours de leur utilisation et, au terme de celle-ci, ils sont recyclés. On ne peut espérer retrouver que les objets accidentellement perdus ou ceux qui ont été volontairement déposés dans des tombes, des sanctuaires ou des cachettes. Le nombre et la fréquence des découvertes ne sont donc pas directement en relation avec les quantités d’objets réellement utilisés. Toutefois, cette remarque s’applique tout autant aux autres périodes historiques et, dans une certaine mesure, on peut avoir une approche comparative. Il faut tout de même garder à l’esprit que de nombreux facteurs influencent et modifient les pratiques de rejet aux différentes périodes.

38Au regard de la faiblesse du nombre des découvertes archéologiques d’outils en fer, il est évident que la généralisation de cet outillage n’est certainement pas atteinte au cours du Premier âge du Fer. À l’opposé, à l’époque romaine, le fer est non seulement utilisé dans l’armement et l’outillage mais aussi pour bon nombre d’autres fonctions (Duvauchelle 2005). En particulier, la présence massive de clous en fer pour les travaux publics et les bâtiments privés, la construction navale et la charronnerie, l’ameublement et l’instrumentum domestique et même pour les chaussures, est une indication valable d’une grande disponibilité de ce métal. Les textes et l’iconographie vont dans la même direction : il n’y a aucun indice laissant croire que le fer vient à manquer au cours de l’époque romaine. En Gaule, les données archéologiques actuellement disponibles indiquent que la montée en puissance de la consommation et de la production du fer est nettement antérieure à la conquête romaine. Au moins dès le début du Ier siècle avant notre ère, le fer est largement disponible. C’est donc entre ces deux extrêmes que la mutation s’est opérée. Il y a tout lieu de croire que cela n’a pas été un processus instantané ni synchrone sur l’ensemble du territoire et des recherches plus fines devraient certainement permettre de fixer avec plus de précision ce changement important. Différentes sortes d’évidences archéologiques pourraient être mises en parallèle pour comprendre et appréhender ce phénomène. Les informations fournies par les vestiges métallurgiques de la production et du travail du fer ne sont qu’un indice. Il convient de les mettre en perspective avec les autres catégories de mobilier, les inventaires de sites et les évolutions architecturales ou socio-culturelles.

Bibliographie

Bibliographie

CABBOÏ S., DUNIKOWSKI C., 2001 – L’extraction du minerai de fer, la production de charbon de bois et la réduction du minerai de l’âge du Fer, de la période romaine et du haut Moyen Âge dans le nord de la France. In : L’obtencio del ferro pel procedimento directe entre els segles IV i XIX, Actes del 6e curs d’Arqueoogia d’Andorra 2000, p. 189-210 (Patrimoni Cultural d’Andorra).

DOMERGUE C., SERNEELS V., CAUUET B., PAILLER J.-M., ORZECHOWSKI S., 2006 – Mines et métallurgies en Gaule à la fin de l’âge du Fer et à l’époque romaine. In : PAUNIER D. dir., 2006 – La romanisation et la question de l’héritage celtique. Celtes et Gaulois l (Archéologie face à l’Histoire, Glux-en-Glenne, Centre Archéologique Européen du Mont Beuvray, p. 131-162 (Bibracte, 12-5).

DUBY G., 1977 – L’économie rurale et la vie des campagnes dans l’Occident médiéval (France, Angleterre, Empire, IXe-XVe siècles). Paris, Flamarion, 822 p.

DUNIKOWSKI C., CABBOÏ S., 1995 – La sidérurgie chez les Sénons : les ateliers celtiques et gallo-romains des Clérimois (Yonne). Paris, Éditions de la Maison des Sciences de l’homme, 188 p. (Documents d’Archéologie Française, 51).

DUVAUCHELLE A., 2005 – Les outils en fer du Musée Romain d’Avenches. Avenches, Pro Aventico (Documents du Musée Romain d’Avenches, 11).

GASSMANN G., HAUPTMANN A., HÜBNER Ch., RUTHARDT T., YALÇIN Û., 2005 – Forschungen zur keltischen Eisenerzverhüttung in Südwestdeutschland. Stuttgart, Konrad Theiss Verlag (Forschungen und Bericht zur Vor- und Frühgeschichte in Baden-Württemberg, 92).

GILLEB. dir., 1978 – Histoire des techniques, Paris, Éditions Gallimard (Encyclopédie de La Pléïade).

GIMPEL J., 2002 – La révolution industrielle du Moyen Âge, Paris, Éditions du Seuil (Collection Points Histoire).

LEROY M., 2001 – La production sidérurgique en Gaule : changements et mutations perceptibles entre les Haut Empire et les débuts du haut Moyen Âge. In : POLFER M. dir., 2001 – L’artisanat romain : évolutions, continuités et ruptures, Actes du 2e colloque d’Erpeldange. Montagnac, Éd. Mergoil, p. 79-95 (Monographie Instrumentum 20).

MANGIN M., DABOSI F., DOMERGUE C., FLUZIN P., LEROY M., MERLUZZO P., PLOQUIN A., SERNEELS V. dir., 2004 – Le fer. Paris, Éditions Errance (Collection « Archéologiques »).

MAZOYER M., ROUDART L., 2002 – Histoire des agricultures du monde. Du Néolithique à la crise contemporaine, Paris, Éditions du Seuil (Collection Points Histoire).

SERNEELS V., MANGIN M. 1996 – Sidérurgie ancienne (âge du Fer – Moyen Âge) : les zones productives principales entre le Rhin, les Alpes et les Pyrénées. Revue Archéologique de l’Est et du Centre-Est, 47, p. 193-198.

Auteur

Département de Géosciences, Université de Fribourg, Chemin du Musée 6, 1700 Fribourg (Suisse) – Vincent.serneels@unifr.ch

© ARTEHIS Éditions, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search