Version classiqueVersion mobile

De l’âge du Bronze à l’âge du Fer en France et en Europe occidentale (Xe-VIIe siècle av. J.-C.)

 | 
Henri Gaillard de Sémainville

Thème spécialisé de l’âge du bronze à l’âge du fer en France et en Europe occidentale (Xe – VIIe siècle av. J.-C.).

Du Bronze final au Hallstatt : nouveaux éléments sur les occupations en Champagne crayeuse

Vincent Desbrosse, Vincent Riquier, Lola Bonnabel, Isabelle Le Goff, Marion Saurel, Jan Vanmoerkerke, Roberta Bevilacqua, Hervé Bocquillon, Sylvie Culot, Stéphanie Degobertière, Frédéric Dugois, Raphaël Durost, Muriel Friboulet, Vincent Garénaux et Willy Tegel

Résumé

Au cours des vingt dernières années, le développement de l’archéologie préventive en Champagne crayeuse a permis la fouille d’occupations de la fin de l’âge du Bronze et du début de l’âge du Fer, période auparavant uniquement connue par les tombes. Des avancées ont été faites dans le domaine funéraire. Par ailleurs, les évolutions les plus nettes concernent le nombre de données et la compréhension des sites domestiques. La diversité de ces dernières commence à être perçue. Les sites délimités par un enclos palissadé, découverts depuis 2000, en sont sans doute l’aspect le plus novateur.

Texte intégral

1Les derniers travaux de synthèse régionale sur la transition Bronze-Fer et le Hallstatt en Champagne-Ardenne remontent maintenant aux colloques de Troyes en 1995 (Villes, Bataille – Melkon 1999) et de Colmar en 1996 (Plouin, Jud 2003) ; pour la fin de l’âge du Bronze, on peut citer un article du colloque de Lons-le-Saunier de 1990 (Mordant, Richard 1992), mais qui n’expose pas de synthèse régionale. Depuis, et dans la continuité des recherches menées dès le XIXe siècle, seules paraissent régulièrement les découvertes relatives à l’archéologie funéraire sur les âges du Fer.

2En dix années d’archéologie préventive intensive, l’image de ces quelques siècles de la protohistoire a été profondément renouvelée. Pour la fin de l’âge du Bronze et le début du Hallstatt, nos connaissances se limitaient aux sites funéraires. Les quelques rares sites d’habitat connus se résumaient à une poignée de fosses, généralement isolées, voire à un semis dispersé de vestiges sur des hectares de gravière. Pour la fin du Hallstatt, la tendance s’inversait au profit de l’espace domestique et de corpus mobiliers plus étoffés. Toutefois, la liaison, entre ces siècles obscurs du Premier âge du Fer et le rayonnement champenois laténien, était loin de trouver un début d’explication.

3Désonnais, cette proportion entre les mondes funéraire et domestique a été rétablie grâce à l’exploration de nombreuses installations agricoles qui constituent actuellement l’essentiel des nouveautés documentaires, à côté de l’archéologie aérienne qui continue à révéler de nouveaux enclos funéraires.

4Enfin, parallèlement à la découverte croissante d’occupations domestiques, on a pu noter une nette augmentation des surfaces fouillées. La mise en œuvre de grands décapages a permis dans certains cas de cerner le site dans sa totalité et le plus souvent de comprendre l’essentiel de l’organisation interne des autres. Grâce à ces nouvelles données, non seulement les grandes tendances de l’organisation de l’habitat au cours de cette période sont mieux perceptibles, notamment en ce qui concerne les formes du stockage, mais il est également possible de mesurer la diversité fonctionnelle de ces sites entre eux. L’ensemble de ces découvertes, couplé aux études paléoenvironnementales, pose ainsi des jalons pour suivre les évolutions de l’occupation du sol en Champagne-Ardenne, entre la fin de l’âge du Bronze et le Premier âge du Fer.

1. Le cadre chronologique

1.1. Chronologie absolue

1.1.1. Dendrochronologie

5Grâce à l’exploration mécanique de zones humides et notamment de puits, une première série de jalons dendrochronologiques a été établie (fig. 1). Bien qu’encore réduit, le corpus constitue une avancée notable par rapport à d’autres régions. Le premier site, Laines-aux-Bois « La Source de Brébant » (Aube : Cabboï, Dunikowski 1994), a été découvert en 1990 sur l’A5 et documente le Bronze final. La gravière de Vendresse « Les Longues Fauchées » (Ardennes, campagnes 1996-2000 : Laurelut et al. en cours) nous informe à la fois sur le Bronze final et le Hallstatt final, tandis qu’une découverte récente date du Hallstatt moyen à Vitry-la-Ville « La Grande Pâture » (Marne, campagne 2003 : Moreau en cours). En plus de ces découvertes archéologiques, on dispose d’arbres subfossiles, récupérés dans les vallées alluviales à l’occasion d’opérations préventives ou d’exploitations de granulats. Ces vestiges apportent des informations précieuses dans de nombreux domaines de recherche. Quelques arbres datent de la première moitié du Bronze final et certains, parmi les lots en cours de mesure, pourraient dater du Premier âge du Fer.

6Ce bilan peut paraître assez maigre, mais pour une région qui était, il y a peu de temps encore, considérée comme peu propice à ce genre de recherche, les progrès sont énormes. Il reste cependant à franchir le début de l’âge du Fer, charnière qui reste problématique pour la dendrochronologie.

7Pour la chronotypologie, ces datations ne sont pour le moment que d’un intérêt limité, puisque les associations avec le mobilier restent souvent indirectes.

Fig.1. Bloc-diagramme des séquences dendrochronologiques datées de la transition âge du Bronze-âge du Fer.

Fig.1. Bloc-diagramme des séquences dendrochronologiques datées de la transition âge du Bronze-âge du Fer.

Fig. 2. Datations radiocarbone réalisées hors site domestique et funéraire.

Fig. 2. Datations radiocarbone réalisées hors site domestique et funéraire.

1.1.2. Datations 14C

8La sélection des dates entre 2 850 BP et 2 400 BP dans la base de données régionale des datations radiocarbone montre une relative rareté des occurrences. Elles proviennent essentiellement de niveaux de sols enterrés pour lesquels aucun autre élément ne permet une attribution chronologique. Ces indices ténus d’anthropisation (fig. 2) sont souvent les seuls témoins de l’emprise humaine dans certains secteurs. Rappelons enfin que le manque de précision entre 800 et 400 avant notre ère, dû au palier de calibration du radiocarbone, limite quelque peu l’intérêt de ces dates et freine l’emploi de cette méthode de datation pour les structures archéologiques des sites de la période en question.

1.2. Chronologie relative

9En résumé, pour la transition Bronze-Fer et le cours du Hallstatt, la méthode de datation la plus fiable et la plus précise reste la typochronologie céramique.

10L’augmentation récente du corpus et son traitement harmonisé permettent de dépasser les incertitudes du système typochronologique précédent et de proposer une évolution par phase du mobilier d’habitat.

  • 1 PCR sépultures individuelles néolithiques en Champagne-Ardenne, pratiques funéraires et chronologie (...)

11Avec la mise en place d’un programme de datation systématiqe des tombes isolées1 et l’avancée des travaux relatifs à la datation des os brûlés (Saliège et al. 1992 ; Lanting, Brindley 1998) s’ouvrent de nouvelles perspectives quant à la typo-chronologie des gestes funéraires.

2. Le traitement des défunts, une piste pour identifier la fin du Bronze final et le début du Premier âge du Fer en Champagne-Ardenne

12Proposer, en l’état actuel de nos connaissances, une synthèse exhaustive des pratiques funéraires lors de la transition de l’âge du Bronze au Premier âge du Fer n’est pas encore envisageable pour trois raisons principales : le mauvais état de conservation de la plupart des sites, les difficultés d’identification sur le terrain des phénomènes funéraires qui, même reconnus, restent difficiles à dater ; par ailleurs la relecture des données anciennes, à la lumière d’analyses systématiques des vestiges funéraires et de datation sur la fraction minérale de l’os, conduirait à un vaste exercice de réinterprétation, qui n’est pas l’objet de cet article.

13Jusqu’à présent la plupart de ces sites sont attribués à l’âge du Bronze en raison de la présence d’enclos circulaires, avec des difficultés pour affiner la datation. En effet ces monuments sont le plus souvent très arasés et dépourvus de sépultures. Les datations d’enclos deviennent plus pertinentes à partir du Hallstatt D où des liens sépulture avec mobilier/enclos funéraire sont plus fréquents. Avec pour ancrage chronologique les seuls enclos funéraires, on comprendra qu’échappent toutes les tombes sans monuments, dépourvues de mobilier datant.

14Aussi, il nous a semblé intéressant, à l’occasion de ce colloque sur la transition Bronze/Fer, de poser la question de l’apport des gestes liés au traitement du défunt pour dater les sites funéraires. Cette enquête liminaire, qui consiste à identifier les types de tombes en Champagne-Ardenne, montre une grande diversité des formes à la fin de l’âge du Bronze, mais révèle également que leur potentiel informatif en matière de chronologie est en fait sous-exploité. Par cette contribution, nous souhaitons mettre en relief la nécessité d’élargir l’analyse typochronologique à des structures funéraires souvent délaissées soit parce que leur forme fugace a peu intéressé les chercheurs, soit parce qu’elles n’ont pas livré de mobilier, qu’il s’agisse d’incinération ou d’inhumation.

15Pour ce faire, nous avons choisi un fil directeur, celui du traitement du cadavre et des résidus de combustion, sachant que ces critères ont leur importance à la fin de l’âge du Bronze pour caractériser les cultures. Nous n’aborderons donc pas l’organisation des sites funéraires, ni le dépôt du mobilier d’accompagnement, et à peine l’architecture des fosses sépulcrales. Après avoir inventorié les types de gestes rencontrés, dans un second temps, nous illustrerons, par quelques exemples, la diversité des schémas comportementaux rencontrés tout au long de la fin de l’âge du Bronze et au début du Premier âge du Fer.

2.1. Les traitements funéraires rencontrés

16Des ensembles funéraires, attribuables à la fin de l’âge du Bronze ou au début du Premier âge du Fer, ont été identifiés sur l’ensemble de la plaine crayeuse. Une vingtaine de sites archéologiques a été sélectionnée afin d’illustrer les grandes tendances des traitements funéraires rencontrés. Le corpus considéré se répartit sur l’ensemble de l’auréole crayeuse ou sur ses marges immédiates. Seuls deux sites plus excentrés seront abordés à titre de comparaison : Mairy (Ardennes) dans la dépression préardennaise et Rolampont (Haute-Marne) sur le plateau de Langres (fig. 3).

17Les vestiges se présentent sous forme de fosses, simples trous souvent illisibles parce que creusés dans la couverture limoneuse sans entamer le substrat crayeux. Dans le cas de dépôt secondaire de mobilier, celui-ci, placé dans la tombe avec le défunt, est le plus souvent posé en dehors de l’urne cinéraire. Cinq schémas comportementaux concernant le traitement du défunt peuvent être distingués en l’état actuel de notre enquête (fig. 4) : Schéma 1 : Le dépôt d’une urne en céramique contenant un amas osseux. Ce schéma, le plus classique, est également le plus facile à identifier. Il est reconnu sur des sites fouillés anciennement à Aulnay-aux-Planches (Marne) et Barbuise (Aube), plus récemment à Acy-Romance « La Croizette » (Ardennes) et ces dernières années à Jâlons (Marne) et à Saint-Etienne-au-Temple (Marne).

Schéma 2 : L’urne céramique ou le contenant en matière périssable est déposé sur le fond ou dans le remplissage d’une fosse dont le comblement contient des résidus de combustion du bûcher : Novy-Chevrières (Ardennes), Tagnon (Ardennes), Jâlons (Marne), Saint-Etienne-au-Temple (Marne), Lesmont (Aube).

Schéma 3 : Des ossements épars et des résidus de combustion sont versés à la fois dans une urne et dans le comblement de la fosse (Saint-Etienne-au-Temple, Marne).

Schéma 4 : Des ossements épars et des résidus de combustion sont déversés directement dans une fosse (Tagnon (Ardennes), Jâlons (Marne), Plichancourt (Marne).

Schéma 5 : L’inhumation primaire.

18Si cinq types de comportements propres à la Champagne crayeuse émergent de l’enquête, la définition des critères d’analyse repose sur un travail typologique effectué en Flandre sur des nécropoles de la transition Bronze – Fer à l’occasion notamment de la fouille de la nécropole de Destelbergen puis repris lors de la découverte du site d’Ursel (De Mulder 1994).

19Les schémas comportementaux 2, 3 et 4 nous intéresseront tout particulièrement car ils mettent en scène les résidus du bûcher et notamment le schéma 4, qui donne un résultat archéologique qui ne ressemble pas à ce qui est habituellement reconnu comme une tombe. Pour ces raisons, ils n’ont été observés le plus souvent que lors de fouilles très récentes, ou peu intégrés dans l’analyse chronologique. En outre, ces comportements conduisent à des structures sans mobilier auxquelles s’ajoutent des inhumations primaires également sans matériel.

2.2. Des comportements funéraires variés à la fin de l’âge du Bronze et au Premier âge du Fer

20Au stade actuel de cette étude, nous avons repris, en l’état, les datations proposées par les auteurs, y compris pour les études plus anciennes. Gardons à l’esprit que certaines datations peuvent évoluer en précision en particulier pour le début du Bronze final.

Fig. 3. Carte régionale des sites utilisés dans cette étude.

Fig. 3. Carte régionale des sites utilisés dans cette étude.

Fig. 4. Schémas comportementaux établis sur le critère du mode de dépôt des os et du traitement des résidus de combustion (DAO : L. Bonnabel, Inrap).

Fig. 4. Schémas comportementaux établis sur le critère du mode de dépôt des os et du traitement des résidus de combustion (DAO : L. Bonnabel, Inrap).

2.2.1. Les schémas observés avant le Bronze final IIIb

21À Nogent-sur-Seine « Les Guignons » (Aube), la fouille a révélé un cimetière à enclos où deux sépultures peuvent être rattachées au début du Bronze final (Dugois 1996). La première est une tombe à incinération en pleine terre qu’un bracelet spiralé déplacé au décapage permet de dater du Bronze final I-II. Elle est située dans un enclos circulaire (enclos 8). Un deuxième groupe de 3 enclos se trouve à environ 300 m au sud du premier. L’un d’eux (enclos E10), en bordure intérieure du fossé, a livré une inhumation (st 755). Cette localisation à la périphérie de l’aire explique probablement qu’elle ait été creusée dans le substrat tandis que la tombe centrale ne devait l’être que dans la masse du tertre supposé. L’individu avait été inhumé sur le ventre, les membres inférieurs fléchis vers la gauche, le membre supérieur droit en extension le long du corps et le gauche fléchi sous le thorax. Une datation 14C la place au Bronze final I-IIb (fig. 5). Même si les fourchettes de datation restent larges, elles indiquent donc probablement une pratique simultanée de l’inhumation et de l’incinération.

22À Novy-Chevrières, « A34, Site 12 » (Ardennes), est trouvée une tombe isolée, sans monument (Achard-Corompt en cours). L’urne contenait les restes osseux brûlés d’un adolescent, un bracelet de bronze posé pardessus. La datation 14C place cette tombe au Bronze final I-IIIa (fig. 5) ; quant à l’urne sa forme la rattache au Bronze final II – IIIa. L’urne était déposée sur une couche d’une dizaine de centimètres où se mêlent charbons de bois, os brûlés épars et sédiment argileux. Le reste de la fosse est comblé par un sédiment de limon argileux brun à noir où se mêlent nodules rubéfiés, charbons et esquilles osseuses (schéma 3). On observe donc un amas d’os déposés en urne et le versement des restes du bûcher avant et après le dépôt de l’urne qui rappelle l’un des modes opératoires de la nécropole de Saint-Etienne-au-Temple (Marne).

23Le site de Saint-Etienne-au-Temple « Le Clos de Chantraine » est daté par la céramique du Bronze final IIa-IIb (Carozza en cours). Presque toujours présents dans les tombes, les vases sont utilisés comme urne cinéraire mais également comme mobilier d’accompagnement. Ils accueillent un dépôt massif d’os tandis que des résidus de combustion mêlés à des ossements brûlés sont systématiquement déversés dans la fosse. Dans quelques cas, ils sont transvasés dans une céramique.

Fig. 5.1. Tableau de données des datations radiocarbone réalisées sur des sépultures à inhumation et incinération (datation sur os).

Fig. 5.1. Tableau de données des datations radiocarbone réalisées sur des sépultures à inhumation et incinération (datation sur os).

Fig. 5.2. Datations radiocarbone réalisées sur sépultures.

Fig. 5.2. Datations radiocarbone réalisées sur sépultures.

24Dans la même fourchette chronologique (Bronze final IIa-IIb), en Champagne septentrionale, à la « Croizette » sur la commune d’Acy-Romance (Ardennes), se pratique l’inhumation primaire (cas d’inhumations en decubitus dorsal avec dépôt de mobilier, placées au centre de petits enclos circulaires). Deux incinérations, non datées, sont à proximité d’un des monuments (cercle 3). Une incinération isolée en urne est également attribuée au Bronze final IIa-IIb (Lambot, Talon 1988 ; Lambot 1989 ; Lambot 2000).

25On citera encore les tombes à incinération, datées par les auteurs du Bronze final IIb-IIIa, de Barbuise-Courtavant « Les Grèves de La Villeneuve » (Aube) (Piette 1984 ; Tappret, Villes 1989 ; Piette, Mordant 1988). Dans l’enclos 44, la tombe centrale correspond à un dépôt cinéraire en urne incluant un gobelet et du mobilier surcuit dans le remplissage de la fosse. Rien n’est dit par les auteurs sur la présence de cendres. Cinq autres tombes, avec dépôts cinéraires en urne dotée parfois d’un couvercle (céramique), complètent l’ensemble. Il pourrait s’agir du schéma 1. On insistera sur la structure 14 qui comprend des os regroupés dans un vase car elle se distingue par la présence des restes du bûcher dans le remplissage de la fosse (des gouttes de bronze et des objets fondus ou recuits mêlés à de la terre noire). Elle correspondrait au schéma 2.

26Pour finir avec les formes de tombes datées d’avant le Bronze final IIIb, nous évoquerons le site de Jâlons « Les Grandes Pâtures » (Marne), fouillé par G. Deborde et daté pour le moins du Bronze final IIb-IIIa (Débordé 2001). Une première caractérisation des gestes funéraires, réalisée par l’une d’entre nous, révèle une variété des modes de dépôts des restes de la crémation de sorte qu’il offre sans doute l’occasion de mettre en place un phasage de la gestuelle funéraire. Une étude plus détaillée étant menée actuellement par S. Lenda (Inrap), nous soulignerons ici que tous les schémas, à l’exception du 3, sont représentés, y compris le schéma 4 si caractéristique de la nécropole de Tagnon (structure 348, fig. 6.1).

27Ainsi, avant le Bronze final IIIb, la totalité des schémas comportementaux est représentée.

2.2.2. Les schémas observés du Bronze final IIIb au début du Premier âge du Fer

2.2.2.1. Les sépultures à incinération

28Sur le site de La Villeneuve-au-Châtelot « les Grèves », dans l’Aube, on retrouve le schéma 1 pour le Bronze final IIIb, reconnu aussi à proximité sur le site des « Grèves de la Villeneuve » (Tappret, Villes 1989).

29Au lieu-dit « Le Terrage » à Acy-Romance, le Bronze final IIIa et IIIb est représenté par des enclos sub-carrés avec des tombes centrales à incinération (Lambot 1989 ; Lambot 2000). Dans les enclos 40 et 44, la pratique se fait selon le schéma 1. Il n’est pas fait mention de reliquats du bûcher funéraire. L’intérêt de ce site porte notamment sur l’apparition, au Hallstatt C, de tombes à crémation avec dépôt de cendres. À cela, s’ajoute un groupe de sept tombes à incinération en urne avec mobilier ; elles sont datées du Hallstatt C ou D, d’après les objets très abîmés. La pratique conjointe de l’incinération et de l’inhumation est observée dans l’enclos E31 au début du Premier Fer (Hallstatt C).

30Les huit structures à incinération de la nécropole de Tagnon « La Fricassée » (Ardennes), site fouillé par J.-P. Lémant et D. Billoin, présentent des cas de figures bien différents. Le comportement minoritaire correspond au schéma 2, avec une urne cinéraire contenant les restes d’un enfant tandis que le schéma 4 prédomine avec 6 cas (Le Goff, Guillot 1994). Peu de mobilier s’avère disponible : une épingle en bronze, une portion de gobelet de type RSFO découverte dans la tombe 5 et un anneau en bronze recouvert d’une feuille d’or. Des travaux récents conduisent au « vieillissement » des « hair-rings », longtemps datés de la fin du Bronze final voire de la transition Bronze – Fer. Aussi, les tombes de Tagnon sont-elles considérées comme antérieures (Billand, Talon 2007 ; Blanchet, Talon 2005).

31À Nogent-sur-Seine « Le Bas de Ligny » (Aube), on trouve une tombe à incinération placée à l’intérieur d’un monument circulaire, suivant le schéma 4. Associés à cinq vases, les quelques fragments osseux se trouvent dans un sédiment « sombre et gras, organique » (Dugois 2000 : 6). Sur la base de l’étude des céramiques, l’auteur propose une attribution des vestiges au Bronze final IIIb ou Hallstatt C.

Fig. 6. Clichés de sépultures de la fin de l’âge du Bronze.

Fig. 6. Clichés de sépultures de la fin de l’âge du Bronze.

32Dans le Perthois, à Plichancourt « Les Monts », au sein d’une nécropole à enclos circulaires datée du Bronze final/Hallstatt C, plusieurs dépôts de vases sont associés à des résidus de combustion (Koehler et al. en cours). L’une de ces structures, attribuable plus précisément au Bronze final IIIb voire à la transition Bronze/Fer d’après M. Saurel, est constituée d’un dépôt complexe de céramiques ne révélant aucun os à l’intérieur, tandis qu’à côté, dans le remplissage de la fosse, des tessons sont mêlés à des résidus de combustion et à des ossements humains incinérés (fig. 6.2).

33Entre le Bronze final II et le Hallstatt D se développe la nécropole 2 du complexe funéraire d’Aulnay-aux-Planches (Marne). On y observe notamment un groupe de 20 tombes à incinération du Hallstatt B, composées d’urne cinéraire pour la plupart. Ont surtout attiré notre attention les cinq incinérations dites en fosse présentant des pierres brûlées et de la cendre. Pour ces dernières, la nature des gestes funéraires et les caractéristiques décrites pourraient évoquer un bûcher (Brisson, Hatt 1953).

34À Rolampont (Haute-Marne), le tumulus des « Charmoiselles », fouillé en 1897, a livré « une aire calcinée avec les résidus d’un bûcher et des ossements incinérés au centre » (Lepage 1981). La tombe centrale est datée d’après le mobilier du Bronze final III b.

35Ce n’est pas sans évoquer les observations faites à l’occasion de la fouille de Saulces-Champenoise « Le Fond de Bernois » (Ardennes) (Flouest 1984). « Une zone approximative de 6,5 m par 3,5 m à une dizaine de centimètres au-dessus de la craie, où furent observés de très nombreux petits fragments de craie brûlée, suggère (...) que l’incinération a eu lieu sur place, bien qu’aucun morceau de charbon de bois n’ait été trouvé ». La tombe en elle-même est de lecture délicate car perturbée par les labours ; le mobilier retrouvé dispersé permet toutefois de la dater du Hallstatt C.

36On citera, pour clore cette présentation de cas, l’ensemble funéraire de Lesmont « la Graverie » (Aube) (Dugois en cours) dont un enclos fossoyé carré renfermait en son centre deux tombes à incinération correspondant au schéma 2. Les deux urnes, datées du Hallstatt D, illustrent le dernier état du fonctionnement du lieu funéraire, qui atteste déjà de la pratique de la crémation (schéma 2) à l’étape initiale du Bronze final.

37On observe à nouveau l’ensemble des schémas comportementaux pour le Bronze final IIIb et le début du Hallstatt C.

2.2.2.2. Des exemples d’inhumations sans mobilier, datées du Bronze final-Hallstatt

  • 2 On notera que quatre autres dates ont mis en évidence des sépultures datées d’autres étapes de l’âg (...)

38La présence d’inhumations du Bronze final IIIb – Hallstatt C a pu être mise en évidence récemment grâce aux datations 14C effectuées sur des tombes sans mobilier d’accompagnement2 (fig. 5).

39– Des inhumations en contexte funéraire

40Auparavant, des découvertes d’inhumations, notamment en contexte de cimetières à incinérations, avaient été faites. Certaines sont localisées dans des fossés de monuments circulaires en cours de comblement et sont donc postérieures à la création du monument. La publication du cimetière d’Aulnay-aux-Planches « Au-dessus du chemin des Bretons » (Marne) (Brisson, Hatt 1953), mentionne dans le fossé circulaire du tumulus D, la présence d’« ossements humains sans connexion (vestiges d’inhumations secondaires à l’intérieur du tumulus, rejetées dans le fossé à la suite du nivellement) » mais aussi de deux squelettes en connexion, celui d’un enfant avec « un bracelet en bronze du Hallstatt D », et celui d’un adulte. Ce dernier couché sur le côté droit, les membres inférieurs fléchis et les mains devant le visage, a une position identique à une autre inhumation d’adulte découverte à Hallignicourt « Le Brésil » (Haute-Marne). Cette dernière était située dans le fossé en cours de comblement à l’est de l’entrée de l’enclos circulaire III. Une autre tombe, celle d’un enfant inhumé initialement selon l’auteur dans le même monument mais cette fois-ci dans le segment de fossé ouest de l’entrée, aurait été perturbée par le creusement de l’enclos II (Lepage 1975). Les tessons de céramiques et deux fragments d’os brûlés retrouvés dans les fossés, sont probablement issus des tombes centrales ; le mobilier est daté du Bronze final III b – Hallstatt C (Lepage 1975). La perturbation lors du creusement d’un autre monument circulaire témoigne ainsi de l’ancienneté relative de cette pratique.

41– Quand occupations domestiques et funéraires se superposent : l’exemple de Juvigny « La Voie Moïse, Rue de l’abbé Aubert » (Marne)

42Le plus ancien exemple d’inhumation dans une structure de stockage en Champagne crayeuse est daté du Bronze final IIIb (Bomiabel et al. 2007). Le site de Juvigny (Marne) se compose d’une petite occupation domestique (fig. 7, Bevilacqua et al. 2001). Le mauvais état de conservation du site n’a pas permis de retrouver de plans de bâtiments, seules les fosses étaient conservées. Parmi elles, trois silos au profil tronconique caractéristique. La datation, obtenue à partir du mobilier céramique retrouvé dans une partie de ces structurcs, concorde avec la datation 14C de l’inhumation du silo 18 pour dater l’ensemble du Bronze final III b (fig. 5). On notera également, à proximité, la présence de deux enclos circulaires partiellement conservés. L’inhumation de Juvigny présente une particularité par rapport au corpus hallstattien et laténien des inhumés en structure de stockage, car il semble s’agir d’un squelette féminin, tandis que la majorité des défunts inhumés dans ce type de structure en Champagne crayeuse est constituée d’hommes ou d’enfants (Bonnabel, Paresys 2005).

43Un deuxième cas d’inhumation en structure domestique a été fouillé à Bussy-Lettrée « Mont Lardon-site 18 » (Marne) (Riquier et al. en cours b). Il s’agit d’une fosse cylindrique et profonde de 2 m (st 225) dont la fonction initiale n’est pas élucidée. L’individu est lové au fond de ce trou. À proximité d’un habitat du Hallstatt D1, le squelette a pu être daté grâce au radiocarbone du Bronze final IIIb (fig. 5).

44Un dernier cas d’inhumation sans mobilier est connu à Mairy, « La Perche à Bertan » (Ardennes) (fig. 5). Le corps a été déposé sur le côté droit, la tête au sud et regardant vers l’est. Les membres inférieurs et supérieurs sont fléchis, excepté le membre supérieur gauche qui est en extension. Le contexte n’est pas connu puisque cette sépulture a été retrouvée dans une tranchée de sondage (Marolle 1996).

45La première impression que donne cet ensemble d’inhumations est l’absence de stéréotype, ce qui peut provenir de la faiblesse de l’effectif. Si les indices taphonomiques semblent systématiquement indiquer la présence d’un moyen de rétention des sédiments (indices de décomposition en espace vide), la position du corps varie.

46Comme avant le Bronze final IIIb, on constate à nouveau la coexistence de la pratique de l’inhumation et de l’incinération.

2.3. Quelques pistes de réflexion en guise de conclusion

47De ce premier tour d’horizon, il ressort une abondance de questions susceptibles d’aider à articuler dans le temps les différents types de traitement réservés au cadavre.

48On constate d’abord la diversité des traitements du corps avec la pratique de l’inhumation primaire et celle de l’incinération. Si la crémation prédomine, l’inhumation persiste néanmoins. Perçu comme un « bruit de fond », il s’agira de savoir si ce phénomène est continu tout au long de la fin de l’âge du Bronze et comment il s’articule avec la pratique de l’incinération. Il prend d’ailleurs une forme particulière, comme nous avons pu le mettre en évidence avec l’apparition d’inhumations en silo à la fin de l’âge du Bronze. Il s’agirait ensuite de s’interroger sur la distribution géographique de la pratique de l’inhumation. Dans quelle mesure, n’est-elle pas limitée à quelques secteurs ? Il est clair en revanche que la forme discrète des structures et la modestie des ensembles, impliquent une démarche volontariste pour les mettre en relief, notamment par un programme de datation, comme le montrent les actions menées pour les défunts en silos ou ceux du Néolithique.

Fig. 7. Plan de Juvigny, lieu-dit « La Voie Moïse, Rue de l’Abbé Aubert ». (R. Bevilacqua, AFAN, 2001. Levé topo : D. Cuimard, DAO R. Bevilacqua)

Fig. 7. Plan de Juvigny, lieu-dit « La Voie Moïse, Rue de l’Abbé Aubert ». (R. Bevilacqua, AFAN, 2001. Levé topo : D. Cuimard, DAO R. Bevilacqua)

49Deuxième constat, celui de la variété des formes de sépultures à incinération fortement liée au mode de dépôt des vestiges de la combustion du défunt (os, reliquats du bûcher, objets brûlés...). La présence d’un dépôt cinéraire ou un déversement directement dans la tombe conditionne fortement l’organisation de la tombe. Aussi n’est-il pas exclu qu’elle révèle des nonnes différentes. C’est en tous les cas une piste qui, pour l’heure, a été sous-exploitée. Il a été possible de définir pour le moins cinq schémas comportementaux à partir du corpus examiné, ce qui indique déjà que, du point de vue des gestes, des tendances sont identifiables.

50Il n’est pas impossible qu’une part de la complexité observée résulte de changements dans le temps des conceptions de la tombe. Une étude typo-chronologique des mobiliers, combinée à la datation de tombes sélectionnées selon le mode de dépôt des os, permettrait de construire une chronologie des différentes formes de tombes même si l’on sait que les fourchettes chronologiques données par ces deux méthodes sont difficiles à mettre en correspondance. On insistera sur la nécessité d’inclure dans cette élaboration les structures discrètes, sans mobilier, composées principalement de résidus de combustion. Le rapide tour d’horizon proposé dans cette contribution montre en effet à quel point en Champagne-Ardenne, le dépôt de « cendres » fait partie intégrante des pratiques funéraires dès l’étape initiale du Bronze final.

51La poursuite de l’inventaire des formes de tombes et surtout leur cartographie permettront d’y voir plus clair en termes de distribution spatiale des pratiques funéraires. Il n’est pas exclu effectivement que les différentes formes de tombes à incinération témoignent de la coexistence de plusieurs nonnes voire de systèmes funéraires. On sait déjà grâce à la configuration des tombes (schéma 4) du site de Tagnon ou de celui de Plichancourt qu’une partie de la région se rattache, vers la fin du Bronze final, à la pratique funéraire des populations implantées dans le nord de la France. Il présente en effet une affinité indiscutable avec les gestes documentés dans la région limitrophe, le long de la vallée de l’Aisne (Le Goff et Guichard 2005), gestes qui y sont déjà pratiqués dès le début du Bronze final et sans doute hérités des phases plus anciennes de l’âge du Bronze (Brun 2005). On pressent donc que la variété des formes de tombes en Champagne-Ardenne résulte sans doute de la combinaison ou du télescopage de plusieurs systèmes funéraires, et toutes ne présentent pas les mêmes facilités de datation. Le schéma 4, notamment, se caractérise dans sa partie souterraine par une simple fosse comblée des reliquats du bûcher sans mobilier d’accompagnement. Cette particularité conduit inévitablement à des difficultés d’attribution chronologique contrairement aux schémas funéraires de type « champ d’urnes » qui comprennent le dépôt d’objets. Ainsi, dans ce contexte, opter pour l’étude typochronologique de gestes liés au traitement des cadavres, élément minimal d’une tombe, paraît une piste prometteuse pour mieux cerner la transition Bronze/Fer.

3. Habitat

52Les avancées les plus remarquables réalisées ces dernières années concernent les données des installations agro-pastorales. Un nombre relativement conséquent d’établissements ruraux a pu être fouillé en tout ou partie, principalement sur la ligne du TGV-Est, et dans trois fenêtres d’observation : l’auréole urbaine de Reims, celle de Troyes et sur quelques gisements de graviers (Nogentais en vallée de la Seine, Perthois en vallée de la Marne).

3.1. Au sein d’une trame classique...

53Dans la majorité des cas, il s’agit soit de fragments de sites de taille variable, soit au contraire de vastes étendues de vestiges en creux protohistoriques mais extrêmement complexes à séparer en phases comme c’est le cas dans les gravières. Dans chaque département, on trouve ainsi des fragments de sites de dimension variable : Bouy « Le Haut Buisson » (Marne : Moreau 2004), Creney-près-Troyes « Zac de l’Hôtel-Dieu » (Aube : Moreau 2005), Juvigny « La Voie Moïse, Rue de l’abbé Aubert » (Marne : fig. 7, Bevilacqua et al. 2001), Lavau « Les Corvées » (Aube : Riquier et al. 2002), Moussey « L’Osière » (Aube : Bailleux 2000), Sivry-Ante « La Queue des Yvarts » (Marne : Frangin 2003) ; puis les aires d’habitat de Perthes « Les Grêverats » (Haute-Marne : Lepage 1992 ; Achard-Corompt 2006), Rosnay-L’Hôpital « La Remise » et « Les Grandes Pâtures » (Aube : Koehler 1994) ou St-Léger-près-Troyes « La Coloterie » (Doiteau 1992) et « Le Preslin » (Aube : Rolin 1992).

54À l’image des autres régions septentrionales, ces exploitations sont révélées par leurs bâtiments de stockage accompagnés, souvent, de nuées de poteaux « flottants » et parfois d’un plan évident de maison. Des ensembles de fosses, à fonction de stockage puis de dépotoir, quelques grandes carrières de matériaux de construction en terre et le puits à eau complètent ces plans.

55Dans ces plans d’exploitations « classiques », on ne discerne pas d’organisation particulière en dehors de la répétition du schéma fonctionnel : fosse à torchis, maison, puits, zones de stockage. La relation avec l’espace environnant n’est pas connue. Depuis maintenant une quinzaine d’années (Mordant, Richard 1992 ; Blouet et al. 1992), le modèle développé pour décrire le fonctionnement de ces exploitations n’a pas été démenti dans les faits.

56Toutefois, quelques nuances apparaissent à la lumière de la chronologie. En effet, exclusif pour le Bronze final IIb-IIIa (RSFO), ce modèle semble évoluer au cours du Bronze final IIIb et du Hallstatt C vers un début de diversification peut-être liée à la naissance d’un niveau de hiérarchie spatiale supplémentaire. À plusieurs reprises – Perthes « Les Grêverats » (Haute-Marne), Rosnay-L’Hôpital « La Remise » et « Les Grandes Pâtures » (Aube) ou Saint-Léger-près-Troyes « La Coloterie » (Aube) – on a pu observer de très vastes installations (plusieurs dizaines d’hectares) occupées par une faible densité de structures en creux. Fonctionnellement identiques aux petites exploitations, elles ne peuvent s’expliquer par la juxtaposition successive de plusieurs de ces petites fermes en déplacement. On pressent un début de regroupement « lâche », non contraint, de plusieurs petites exploitations contemporaines. Au cours du Hallstatt, ce phénomène persiste et semble s’achever soit au cours du Hallstatt D soit à la transition Hallstatt D/La Tène A (Bailleux et al. 2005).

3.2.... des sites atypiques ?

57Pourtant, une série de sites atypiques a été découverte ces cinq dernières années en Champagne crayeuse, qui, à nos yeux, modifie et complète ce modèle général. En préambule, nous tenons à préciser qu’outre leur intérêt intrinsèque, ces sites ont acquis une valeur supplémentaire en termes de représentativité en raison de choix de prescription considérés parfois comme exagérés. En effet, le décapage de ces sites a intégré tous les indices, même les plus isolés, observés lors des diagnostics systématiques. Les surfaces considérées dépassent à chaque fois l’hectare pour atteindre, dans le cas de Bazancourt, presque 3 hectares. En d’autres circonstances, le choix répandu de pratiquer de petites fenêtres de 1 000 m2 se serait révélé désastreux et contre-productif en éliminant les espaces moins denses en structures ou « vides », zones pourtant essentielles à la bonne compréhension spatiale (Malrain et al. 2005).

3.2.1. Présentation des sites du corpus

58Le site de « La Large Eau » sur les communes de Bazancourt-Pomacle (Marne) (fig. 8, n° 1), a pu être circonscrit grâce à un décapage de 2,7 hectares (Desbrosse en cours). Sa localisation en bas de pente explique que la surface ancienne était conservée sur la moitié du site. Ce dernier se caractérise par un ordonnancement strict des bâtiments et par des fossés de palissade délimitant une surface enclose de 12 800 m2, dans laquelle apparaissent quatre subdivisions principales pourvues chacune d’une entrée monumentale. À l’est, l’interruption des fossés est nette et ne peut être imputée à l’érosion ; il est donc probable que ce système de palissade était complété et fermé par un système nécessitant un moindre ancrage dans le sol (talus ? haie ?). 49 plans de bâtiments ont été identifiés dans les surfaces encloses dont 43 sont à 4 poteaux. Une seule fosse contemporaine de l’occupation pourrait être une fosse de stockage. Il y a donc prédominance du stockage aérien, même si l’on ne doit pas considérer que tous les bâtiments à 4 poteaux aient eu uniquement une fonction de grenier. La présence d’une fusaïole est peut-être l’indice de pratiques artisanales à cet endroit. La rareté des fosses explique en grande partie le peu de mobilier récolté et sa fragmentation : 440 tessons pour un poids total de 5 kg (fig. 9). Les différentes catégories de production (stockage, commune rugueuse, ou commune lissée et fine) se répartissent un peu partout dans l’espace du site, de même que les différents types fonctionnels, à l’exception toutefois de la production fine ornementée. Cette dernière est représentée par six vases. Les pièces proviennent de deux zones : l’espace dans l’angle sud de l’enclos sud-est avec la fosse 520 (deux vases fermés) et le trou de poteau 35 du long bâtiment avoisinant et l’espace densément occupé dans l’enclos nord-est. Le faible nombre rend bien sûr cette approche un peu hasardeuse, mais il est intéressant d’observer que ces récipients plus raffinés proviennent du voisinage de bâtiments allongés et non de petits bâtiments interprétés comme lieux de stockage. Cela s’accorde avec l’idée que ces objets plus ornementés sont surtout utilisés dans l’espace de l’habitation et des lieux de vie plus que dans les espaces de stockage et d’activités à dominante agricole.

59Les éléments céramiques ne sont pas assez abondants pour proposer un phasage du site mais des indices (reconstruction de bâtiment au même endroit, fossés se recoupant...) prouvent qu’il y a eu des modifications apportées au plan d’ensemble mais probablement sur une courte période (deux générations ?). L’accroissement s’est fait vers l’ouest, avec le souci d’accroître encore la monumentalité au niveau de l’entrée.

60L’exploitation rurale de Bezannes « La Bergerie » (Marne) (Riquier en cours a) s’inscrit dans un plan de décapage de 1,4 ha, au sud de Reims, dans la plaine crayeuse (fig. 8, n° 2). Au début du Hallstatt, ses bâtisseurs se sont installés dans un secteur où alternent dépressions « humides » et microreliefs « secs ». Dans la plus profonde de ces cuvettes, ils ont creusé un puits de 4,50 m de profondeur autour duquel s’organise une partie du site : les fosses de stockage et les bâtiments les plus complexes (maison ?). Une intense activité humaine s’est focalisée autour de ce puits, comme en témoignent les nombreux restes détritiques retrouvés dans le paléosol à cet endroit. Ce cœur domestique de l’exploitation se positionne à cheval sur deux vastes enclos de forme rectangulaire délimités par un petit fossé probablement palissadé (25 cm de large pour 10 à 40 cm de profondeur). Le premier enclos couvre 2700 m2, soit « exactement » le double du second (1440 m2), lequel respecte l’orientation du premier et l’agrandit en quelque sorte. Une entrée aménagée de manière complexe (trois fossés parallèles reliés entre eux) et dotée d’un porche à couloir ouvre l’enclos 1 vers le sud-ouest. Trois autres interruptions de fossé peuvent être considérées comme des passages simples de l’extérieur vers l’intérieur et entre les deux enclos. Les bâtiments de stockage (9) se répartissent soit en dehors des enclos, soit dans le premier enclos à distance régulière du fossé, soit dans le second, sans ordre. L’érosion agricole des parties sommitales du site, conjuguée à la remise en état des terres en 1919-1920, explique l’absence de tout vestige vers l’est, sur environ 50 % de la surface du site. Le corpus céramique compte 1419 tessons pour un poids avoisinant 25 kg (fig. 10 et 11). Un tiers des restes provient du paléosol localisé pour l’essentiel dans la cuvette profonde où se trouve le puits. Ce dernier, ainsi qu’une fosse voisine, ont livré aussi une quantité notable de céramique. De l’autre côté du fossé séparant les deux enclos, la fosse de stockage 100 contenait 285 fragments de vaisselle pour 4,3 kg environ. Au sein du corpus, les différentes catégories sont représentées avec une diversité fonctionnelle assez notable et une combinaison de groupes fonctionnels qui varie selon les contextes. Dans le puits dominent les vases de stockage, les jattes (formes basses communes de profil simple) et les vases fermés, comme dans le paléosol, et les fonds de récipients sont exceptionnellement nombreux au regard des bords. Cette combinaison pourrait refléter la vaisselle utilisée dans une zone d’activités variées, agricoles ou autres. Au contraire, dans le silo 100, le stockage est peu représenté (fragments de panses et de fonds d’interprétation incertaine) et les types fonctionnels sont plus variés. L’ensemble témoigne pour partie du contenu d’une habitation voisine – vaisselle culinaire (pots, jattes) et de présentation/consommation (vases fermés plus ou moins hauts et grands, coupes), microrécipients à la fonction incertaine – et cela permet d’orienter l’interprétation du plan de bâtiment à proximité. La vaisselle fine comprend des récipients raffinés, comme une probable cruche enduite de graphite.

Fig. 8. Plans des occupations de Bazancourt, Bezannes et Les Mesneux.

Fig. 8. Plans des occupations de Bazancourt, Bezannes et Les Mesneux.

Fig. 9. Mobilier céramique de Bazancourt « La Large Eau »(dessin I. Turé, Inrap, cl. M. Saurel, Inrap).

Fig. 9. Mobilier céramique de Bazancourt « La Large Eau »(dessin I. Turé, Inrap, cl. M. Saurel, Inrap).

3.2.2. Des occupations contemporaines au Hallstatt C

61La majeure partie du corpus de Bazancourt peut être datée du Premier âge du Fer. Des formes et des thèmes décoratifs semblent plutôt appartenir au Hallstatt C, mais certains éléments sont aussi présents au Hallstatt D1. La similitude remarquable des restes de vaisselle de Bezannes, par ailleurs proche dans l’espace, témoigne d’une occupation au moins en partie contemporaine des deux habitats. La vaisselle de Bezannes, plus abondante et incluant des pièces plus recherchées, permet d’affiner la datation. La comparaison sera proposée en particulier avec les sites de Bussy-Lettrée « Mont Lardon » (Marne) datés en majorité du début du Hallstatt D1 (Riquier, en cours b).

62Les grands vases de stockage présentent un cordon orné d’impressions à la jonction marquée, rarement anguleuse, de l’épaule et du col. Au sein de la vaisselle culinaire, les quelques pots sont d’une sinuosité à peine sensible. Quelques grandes jattes de profil simple figurent dans les deux ensembles, entre autres dans la structure 100 de Bezannes.

63La céramique commune lissée comprend en particulier les écuelles curvilignes ouvertes caractéristiques des débuts de l’âge du Fer et présentes surtout à Bazancourt dans la structure 575 notamment. Des vases bas au profil fermé sont bien représentés sur les deux sites. Ils sont de types morphologiques assez différents de ceux de Bussy-Lettrée, au col plus développé et concave. Un type présente une panse incurvée et un petit col rentrant presque droit souligné par un ressaut comme, par exemple, dans la structure 520 de Bazancourt ou 13 de Bezannes. Cette forme apparaît dans les ensembles des étapes 3 et 4 du confluent Seine-Yonne, soit au Hallstatt C pour l’essentiel (Bulard, Peake 2005, p. 235 à 237). Une autre forme, présente dans la structure 110 de Bazancourt, est similaire, mais avec un bord plus allongé droit. Il existe aussi des versions plus sinueuses.

64Le groupe des récipients bas fermés inclut des exemplaires plus fins porteurs d’un décor. Les décors sont plus fréquents encore sur les autres vases fermés. La représentation des procédés d’ornementation de la vaisselle fine apporte souvent des indications chronologiques précises. La mise en comparaison de différents sites du Hallstatt C-D1 inscrit bien le site de Bezannes dans une phase très précoce de l’âge du Fer. Les 22 individus fins ornementés du site correspondent à 29 cas de décors distincts du point de vue technique (les combinaisons étant récurrentes). Sur ce total, les décors incisés (lignes incisées au peigne, parfois bifide, motifs incisés) prédominent et représentent environ la moitié des cas. Ces techniques s’inscrivent dans la continuité du Hallstatt B2-B3, de même peut-être que le décor de motifs impressionnés en rang (pointillés) (sur un vase du paléosol par exemple). La présence d’un décor de peinture rouge couvrante combinée à une série d’incisions est compatible avec la transition Bronze-Fer où la peinture rouge est présente, quoique relativement rare, alors qu’elle sera commune au Hallstatt D1. Les cannelures étroites groupées ne constituent que 7 % des cas et seront aussi plus fréquentes encore durant la phase médiane du Hallstatt comne sur les sites du « Mont-Lardon » où elles représentent 29 et 37 %. Les cupules estampées, au contraire, bien représentées à Bezannes, seront moins présentes, avec 2 % sur le site 18 du « Mont-Lardon » et une apparente absence sur le site 16. La seconde technique la mieux représentée à Bezannes, avec 14 % environ, est le graphite. C’est aussi le procédé le plus caractéristique du Hallstatt C et il peut se rencontrer sous forme d’aplats et de motifs géométriques souvent mal conservés. Une probable cruche est enduite de graphite (st. 100), un vase bas fermé porte sur l’intérieur de la panse un hypothétique décor géométrique au graphite, peu lisible (st. 12). Il est enduit de graphite sur l’extérieur et de fins sillons tracés au peigne ornent le col. La combinaison peigne et graphite se retrouve sur un vase du paléosol. Ce mode d’ornementation caractérise notamment l’étape 4 de la chronologie relative du confluent Seine-Yonne, correspondant à une phase avancée du Hallstatt C (Bulard, Peake, 2005). Toutefois la forte représentation des décors incisés sur le site de Bezannes, en particulier dans le paléosol, évoque aussi l’étape précédente et une phase plus précoce du Hallstatt C.

65Il est vraisemblable que l’occupation du site de Bezannes « La Bergerie » se soit développée durant le Hallstatt C, jusqu’à la limite du Hallstatt D1, mais rien n’indique un prolongement de cette occupation plus avant.

66À Bazancourt, aucune trace de polychromie ne peut être signalée, mais les fragments sont peu nombreux et trop mal conservés pour que cette absence soit vraiment significative. Par contre, le décor de lignes incisées, les cannelures très étroites et les cupules estampées y figurent. À Bazancourt (diagnostic sondage 126A, st. 2) et à Bezannes (en st. 79), les cupules ornent en particulier deux vases très semblables.

Fig. 10. Mobilier céramique de Bezannes « La Bergerie » (dessin I. Turé, Inrap, cl. M. Saurel, Inrap).

Fig. 10. Mobilier céramique de Bezannes « La Bergerie » (dessin I. Turé, Inrap, cl. M. Saurel, Inrap).

Fig. 11. Mobilier céramique du paléosol de Bezannes « La Bergerie » et des Mesneux « Les Vanneuses » (dessin I. Turé, Inrap ; cl. M. Saurel, Inrap)

Fig. 11. Mobilier céramique du paléosol de Bezannes « La Bergerie » et des Mesneux « Les Vanneuses » (dessin I. Turé, Inrap ; cl. M. Saurel, Inrap)

67Les procédés ornementaux confortent donc l’idée d’une contemporanéité des deux sites au tout début de l’âge du Fer.

De nouveaux éléments sur les origines des jattes à bord lobé ou festonné

68Un fragment découvert dans la structure 487 de Bazancourt appartient à une jatte à bord lobé taillée dans un morceau de récipient commun (fig. 9). Ce type d’objet, assez fréquemment réalisé à partir de récipients retaillés, apparaît dans les contextes régionaux (Marne et Seine-et-Marne en particulier) du Bronze final IIIb et du Hallstatt C et un ustensile très proche provient de la nécropole d’Aulnay-aux-Planches (Brisson et Hatt 1 953). On pouvait supposer que l’origine de cette jatte très ouverte à lobes simples précédait l’apparition de la jatte à bord festonné épaissi caractéristique de la fin du Hallstatt et du début de La Tène, mais ce schéma d’évolution semble remis en cause par la présence d’une jatte à bord épaissi dans le puits 12 de Bezannes où figurent aussi des restes du Hallstatt C apparemment assez homogènes (fig. 10) (Lambot 1 988). La forme ne semble pas totalement symétrique et présente des lobes plus ou moins allongés. Il est possible d’envisager une apparition précoce du type festonné, contemporain de types lobés. Des fragments retrouvés à Vrigny « Les Côtes Chéries » (Marne), dans un contexte du Hallstatt D1-D2, appartiennent sans doute à des formes apparentées (Bocquillon 2006).

3.2.3. Fonction et typologie

69Si l’on se fonde sur les deux sites de Bazancourt et Bezannes, on observe entre leurs plans une rare homogénéité. Une grille d’analyse rapide permet d’affirmer qu’il s’agit bien de sites d’habitat pérennes mais organisés autour d’une problématique économique qui les domine.

70Enclos et surface : dans les deux cas, l’enclos de forme régulière constitue l’ossature de ces unités agricoles. Il renferme la majorité des bâtiments et des fosses ; les entrées pratiquées dans ces aires encloses ont reçu un soin architectural particulier, affichant d’une part la valeur symbolique accordée au site et à son activité économique, et marquant au sol d’autre part l’importance d’un plan de circulation. Les fossés étroits ont certes avant tout une fonction foncière et technique, mais le choix de ce type de clôture (une palissade) et son ancrage dans le sol marquent évidemment un souci de monumentalité notamment sur les côtés où sont implantées des entrées. Pour expliquer le plan « incomplet » de ces enclos, les fossés de palissade ne ceinturant jamais totalement le site, il faut supposer que la fonction défensive n’était pas la principale, et que, sur certains côtés, une palissade moins ancrée dans le sol, un talus ou une haie vive pouvaient suffire. Les surfaces vides témoignent que la fonction de stockage n’était pas unique et que ces enclos abritaient d’autres activités pouvant être liées ou non au stockage. En effet, les palissades auraient pu n’enclore que les bâtiments en n’incluant qu’une petite surface de circulation. Dans ces enclos, l’espace interne semble nettement séparé, comme il le sera dans les fermes indigènes laténiennes. Nous nous trouvons donc bien face à de petites fermes, scrupuleusement organisées et rangées.

71Bâtiments et fosses : à l’intérieur des enclos, on remarque que les structures visibles sont ventilées entre une galerie de bâtiments sur poteaux porteurs et quelques fosses. D’un point de vue spatial, toutes ces structures ont été rangées, parfois même alignées contre l’enclos, laissant un espace de circulation libre au cœur. Du point de vue fonctionnel, comme sur les sites « classiques », la place accordée au stockage des denrées agricoles est prépondérante. Greniers et fosses volumineuses constituent l’essentiel de la documentation en creux. Pourtant on observe une nette préférence pour les petits bâtiments à quatre poteaux qui dans la plupart des cas doivent pouvoir être interprétés comme les greniers.

72Mobilier et spectre « détritique » : rapportée aux surfaces encloses, la faible masse documentaire intrigue. Les restes de vaisselle de Bezannes et de Bazancourt sont proches par leur diversité fonctionnelle. Les récipients de stockage, de préparation culinaire, de présentation, voire de consommation sont présents, témoignant de la diversité des activités de ces sites, sans doute à la fois lieux de vie, d’habitation et espaces d’activités variées. Pour l’attribution d’un niveau de richesse et de vitalité économique, la présence de vaisselle raffinée, originale, apparaît comme un critère fiable, ainsi qu’en témoigne l’étude comparative de la céramique d’habitats du Hallstatt D (Bocquillon et al. à paraître). Une comparaison statistique a été réalisée. La vaisselle semi-fine à fine représente environ la moitié des individus-formes (bords, fonds, panses significatives) de Bezannes, et un peu plus pour Bazancourt. Le rapport entre le nombre d’individus décorés identifiés et ce total se monte à environ 1/4 pour Bezannes contre 1/6 pour Bazancourt. Par ailleurs, la vaisselle fine de Bazancourt paraît banale. Au contraire, des pièces exceptionnelles figurent à Bezannes, comme les vases au décor graphité, dont la probable cruche, de même que d’autres vases ornementés, ou encore un ustensile original comme le couvercle retrouvé dans le paléosol. Le fait que la vaisselle de Bezannes soit plus abondante, et mieux conservée, que celle de Bazancourt est peut-être une des causes de cette différence.

73Durée et population : l’étude de la documentation céramique indique clairement une homogénéité dans la vaisselle présente. Ajoutons à cela la petite quantité de mobilier retrouvé, un nombre très restreint de recoupements de structures et la lisibilité générale des plans, on peut sans difficulté conclure que ces sites ont eu une durée de fonctionnement assez courte, de l’ordre d’une à deux générations au maximum. Quant au groupe humain qui les fréquentait, on peut penser à une famille élargie dans le cas de Bezannes et à quelques familles dans le cas de Bazancourt.

3.2.4. Des sites apparentés

74D’autres sites des mêmes phases chronologiques, dont certains encore en cours d’étude, ont livré aussi des portions de fossés identiques que malheureusement les plans plus réduits de décapages restreints ne permettent pas d’interpréter avec autant d’aisance.

75À Saint-Germain-la-Ville « Le Bas de la Voie Priée » (Marne), un décapage dans la vallée alluviale de la Marne a révélé deux occupations : la première est datée du Bronze final IIIb/Hallstatt C (fig. 12, n° 1) et la seconde, qui a motivé la fouille, est gallo-romaine (Durost 2001). Les structures protohistoriques se répartissent sur les 3,5 ha du décapage. Ce site présente le maillage lâche, « classique », des exploitations protohistoriques où sont représentées des fosses d’extraction et de stockage parfois regroupées en petites unités. Il n’est pas aisé de percevoir l’organisation générale du site, des reconstructions et des déplacements ayant probablement contribué à brouiller le plan. La quantité variable de céramique dans les fosses indique cependant des activités différentes en fonction des endroits. Toutefois, dans l’angle sud, une portion d’enclos curviligne a été dégagée. Aucun aménagement de type « entrée » n’est présent et ses interruptions à l’est et à l’ouest ont probablement été causées, peu de temps avant la fouille, par des travaux liés à l’extraction. Aucune structure ne semble pouvoir être associée à ce fossé étroit de 0,35 m, dont la profondeur peut atteindre 0,60 m sous le niveau de décapage, et il ne semble pas dicter une orientation aux creusements situés à proximité. Tout au plus, nous pouvons noter la présence d’un silo à l’intérieur de l’aire, sans que l’on puisse établir avec certitude leur contemporanéité même s’ils appartiennent tous deux à l’occupation protohistorique.

76Le site des « Vanneuses » aux Mesneux (Marne) se trouve à 3 km à l’ouest de celui de Bezannes (Bocquillon 2005). Un décapage de 0,7 ha a permis de suivre environ 70 m de fossés, larges d’environ 0,20 m et profonds de 0,20 à 0,40 m, interrompus par deux entrées (fig. 8, n° 3). Les contraintes (tracé linéaire, présence d’une route) n’ont permis de décaper qu’une partie de ce site. À partir des systèmes d’entrée, on peut déduire que l’aire enclose se situait à l’ouest et que le grenier à quatre poteaux se trouvait donc à l’extérieur de cette surface. Un seul tesson a été découvert, dans un fossé. Ce fragment de pot présente un profil caractéristique à bord oblique et probable rang d’impressions qui s’inscrit plutôt dans la fin de l’âge du Bronze. Cependant, la datation du site ne peut être fondée sur ce seul indice, peut-être résiduel, d’une occupation ancienne. Les caractéristiques des fossés et surtout les aménagements des entrées du site des « Vanneuses » présentent des parentés évidentes avec celles des sites de Bazancourt et Bezannes, mais l’absence d’alignement le long des palissades indique peut-être que d’autres fonctions étaient dévolues à cet enclos, à moins que cette absence ne soit due qu’à l’étroitesse du décapage voire à une légère antériorité. En effet, on peut affirmer que le site des Mesneux participe au même phénomène que ceux de Bazancourt et de Bezannes, sans qu’il soit possible de le caler précisément par rapport à ces deux sites voisins.

77Dans la vallée de la Suippe, le site des « Fontaines », à Isles-sur-Suippe (Marne : Dugois 1992), présente une portion d’enclos dont seul un côté a été dégagé en entier (fig. 12, n° 2). Sa largeur de 60 m est voisine de celles des subdivisions de Bazancourt ou de Bezannes. Un grand bâtiment de 75 m2 et sept annexes sont disposés à l’intérieur de l’enclos. Aucune interruption dans la palissade n’a été retrouvée dans la partie décapée. Le peu de mobilier retrouvé n’est aujourd’hui plus accessible ; la datation Hallstatt moyen à final repose donc sur les informations de la dernière personne à l’avoir vu (Villes 1999).

Fig. 12. Plans des occupations de Saint-Germain-la-Ville, Isles-sur-Suippe et Oger.

Fig. 12. Plans des occupations de Saint-Germain-la-Ville, Isles-sur-Suippe et Oger.

78À Oger « Midoin » (Marne), 59 bâtiments, 44 fosses et une aire enclose quadrangulaire de 1 564 m2 occupent les 13 600 m2 de ce site qui ont été décapés, les limites nord-est et sud-ouest n’ayant pas été atteintes (Friboulet et al. 2000). Les greniers s’organisent en lignes parallèles dont l’axe est identique à celui des fossés de l’enclos palissadé (fig. 12, n° 3). Les fossés ont des caractéristiques identiques à ceux des autres sites : une largeur de 0,25 m pour une profondeur maximale de 0,22 m. Quatre entrées ont été ménagées : deux sont situées dans les angles (angles est et ouest) et deux au centre des faces nord-est et sud-ouest de l’enclos. Dans un cas seulement (entrée du côté nord-est), deux poteaux bordent une interruption large de seulement 0,95 m. À l’intérieur de l’aire, ont été retrouvées trois fosses et sept constructions dont une chevauche le côté nord-ouest et cinq bordent les faces nord-est et sud-est. La zone décapée a été occupée au Hallstatt D.

3.3. Synthèse

3.3.1. Évolution des formes du stockage

79Lorsque l’on parle du stockage, on n’évoque souvent que la partie végétale (grains et fibres). La part animale se trouve souvent oubliée. Dans le cadre de cette étude, il nous semble important de préciser certaines évolutions locales sur le stockage des denrées végétales avant de traiter du parcage des bêtes.

3.3.1.1. Stockage des végétaux

80À la fin de l’âge du Bronze (Bronze final II b – III b) les fermes fouillées récemment montrent plutôt une tendance privilégiant la fosse de stockage et le silo au grenier. Le volume contenu oscille entre 1 et 3 m3. Suivant les sites, la proportion varie entre 50 et 90 % en faveur du stockage souterrain. En complément à cette trame générale, on perçoit une différenciation entre les exploitations de base et des sites plus rares qui concentrent des capacités de stockage supérieures et une richesse matérielle débordant du cadre de l’activité vivrière. Des sites comme Thillois « La Croix Rouge » (Marne : Riquier en cours c) s’apparentent à celui d’Osly-Courtil « La Terre St-Mard » (Aisne) (Le Guen et al. 2005) et l’on peut à juste titre les interpréter comme des exploitations agro-pastorales dotées d’un pouvoir socio-politique supérieur, aptes à contrôler plusieurs fermes simples dans leur territoire. Sur ces sites apparaît le grand silo tronconique de capacité située entre 5 et 10 m3 (Gransar 2000).

81Avec les nouveaux sites du Hallstatt C, la mode change et le grenier se répand au point de renverser la tendance précédente et de dominer le processus de stockage. À Bezannes, la proportion entre les greniers et les fosses de stockage est de 9/5 (70 %) ; à Bazancourt, la situation est encore plus accentuée puisqu’il n’y a qu’une fosse (99 %). Quant aux fosses de stockage, leur morphologie évolue et se diversifie, en évoluant en profondeur : cylindre circulaire ou ovale et entonnoir.

82Cette tendance continue de se développer au cours du 1er âge du Fer. Au Hallstatt D1, les sites de l’Europort de Vatry, à Bussy-Lettrée « Mont Lardon-16 et 18 » (Marne : Riquier en cours b, Bailleux et al. 2005) se couvrent d’une forêt de petits greniers accompagnée de quelques fosses de stockage à fond plat : 44 greniers pour 10 fosses (site 16), 19 greniers pour 11 fosses (site 18). À Oger (Marne) enfin, site de transition entre le Hallstatt D1 et D2-3, 59 bâtiments encadrent 29 fosses de stockage. En moyenne, le nombre de greniers est le double de celui des fosses de stockage.

83Le silo traditioinnel, volumineux, profond et à faible ouverture, qui symbolisait l’habitat protohistorique champenois il y a 20 ans, n’apparaît véritablement dans la plaine crayeuse qu’à La Tène A et B, et les batteries de silos à La Tène B2-C.

84Au cours des quatre siècles hallstattiens, on observe non seulement une modification de la forme du stockage (primauté au grenier à quatre poteaux) mais surtout une nette augmentation du nombre absolu de ces édifices, probablement liée à une augmentation de la production/ productivité céréalière de la plaine crayeuse.

3.3.1.2. Parcage des animaux

85L’élevage des bêtes constitue une donnée économique essentielle, mais beaucoup plus difficile à analyser. Trois témoins archéologiques en creux prouvent la présence et l’exploitation d’animaux : des bâtiments spéciaux (étables), des fosses/vestiges d’abattage et des enclos.

86Dans notre cas, on ne dispose que des enclos, structure très souvent absente dans la plaine crayeuse. Dans les vallées, les espaces humides sont drainés par de nombreux fossés mais seulement à partir de périodes plus récentes : La Tène et période gallo-romaine. La découverte de systèmes d’enclos du début du Hallstatt au cœur de la plaine sèche constitue donc une véritable nouveauté. Nous avons vu que leur justification est économique et foncière. Si l’on a comme postulat un système mixte d’enclos, ces palissades servent non seulement à marquer le terrain au sol mais aussi à créer un espace protégé de toute agression extérieure pour ces denrées entreposées. Mais par définition, toute fonction sécuritaire de protection (extérieure : des flux) possède de fait une facette de gestion (intérieure : du stock). L’enclos sert aussi et peut-être d’abord à parquer le cheptel. Dans cette hypothèse, l’omniprésence des greniers s’explique peut-être par le fait que les bêtes sont laissées vacantes dans l’enclos (absence de tout bâtiment type étable) et que la fosse de stockage ne constitue pas le mode de stockage le plus adapté à leur présence.

87Dans l’immédiat, les questions relatives à la composition du cheptel exploité (bêtes à corne, à viande, à laine, etc.) et à la capacité de production de chaque animal dépassent nos connaissances actuelles. En effet, les restes osseux ont été retrouvés en plus petite quantité encore que la céramique à Bezannes, voire sont quasi absents à Bazancourt. Toutefois gardons à l’esprit qu’il s’agit d’un axe de recherche essentiel sur l’économie du Premier âge du Fer.

3.3.2. Comparaisons avec les autres sites

88Pour la Champagne crayeuse, à l’heure actuelle, ces établissements datés du Bronze final III b – Hallstatt C, voire Hallstatt D, correspondent aux plus anciens sites protohistoriques présentant des traces de structuration spatiale sous forme de palissades. La présence d’une palissade ne peut suffire pour conférer un statut spécial au site. Dans le cas de Saint-Germain-la-Ville (Marne), la présence d’un enclos semble répondre aux besoins d’une activité spécifique (élevage ?) dans une partie précise et sans qu’il y ait une organisation orthogonale de l’ensemble du site. En revanche pour les sites de Bazancourt et de Bezannes, les palissades concourent à structurer le site mais également à isoler des bâtiments. Plusieurs aires sont créées, l’organisation interne y est stricte et des bâtiments sont à l’extérieur de ces enclos. Cette recherche de monumentalité, notamment au niveau de l’entrée, se retrouve sur d’autres sites au caractère clairement aristocratique. C’est notamment le cas à Villiers-sur-Seine (Seine-et-Marne) où l’habitat Bronze final-Hallstatt fouillé par Rebecca Peake (cf. ce volume), présente une palissade interrompue par une entrée à caractère ostentatoire qui a des parentés évidentes avec celles de Champagne crayeuse légèrement plus tardives.

89Le caractère exceptionnel de l’organisation ne se traduit pas nécessairement dans les restes détritiques. En effet, le mobilier céramique de Bazancourt, il est vrai peu abondant, est banal au regard de celui de Bezannes, site à la monumentalité moins marquée, mais qui présente quelques pièces exceptionnelles dans son corpus céramique.

90La présence d’un habitat permanent à Bezannes et Bazancourt est plus supposée par le mobilier détritique, notamment céramique, que révélée par des plans de bâtiments. Il n’en est pas de même à Isles-sur-Suippe où un bâtiment de grande dimension s’aligne sur une palissade où n’a été ménagée aucune entrée, dans l’aire décapée.

91Ce type de site avec une capacité de stockage importante se retrouve au Hallstatt D à Oger. On y décèle une orientation générale identique des bâtiments, mais l’enclos ne les englobe pas tous : seuls quelques bâtiments sont séparés et consciencieusement alignés sur les côtés. On assiste également à une perte de la monumentalité dans les traces de vestiges enfouis : les entrées sont beaucoup plus étroites et, dans les aménagements, c’est l’aspect fonctionnel qui semble primordial.

92Les sites retrouvés dans la vallée de l’Aisne, à une trentaine de kilomètres, montrent la diversité des enclos mais pour la période Hallstatt D/La Tène A. Le site de Bucy-le-Long « le Petit Marais » (Aisne) avec son entrée monumentale, ses greniers alignés le long d’une palissade, est celui qui se rapproche le plus de ceux de Bazancourt et Bezannes (Gransar et al. 1999). Jusqu’à présent, les segments de fossés étroits avec parfois des systèmes d’entrée identiques, retrouvés dans la vallée de l’Aisne, souvent pauvres en mobilier, étaient datés du Hallstatt final, par analogie avec le site du « Petit Marais » à Bucy-le-Long (Pommepuy et al. 2000). Les sites de Bazancourt et de Bezannes montrent que ce qu’on avait tendance à réunir dans une seule phase témoigne peut-être d’une évolution plus complexe et plus longue.

4. Conclusion générale

93Au cours des 20 dernières années, les acquis ont été inégaux dans la connaissance de cette période. Si la multiplication des fouilles d’occupations domestiques permet désormais de commencer à percevoir la diversité des sites, en revanche le corpus de tombes croît lentement en comparaison. Dans le domaine funéraire, l’attention portée à des gestes ou structures plus discrètes, parallèlement aux nouvelles méthodes de datation appliquées avec plus de systématisme, laissent présager de rapides avancées dans ce domaine, dans les armées à venir.

94Pour les phases initiales du Bronze final, les groupes de tombes sont de petite taille et la variabilité des pratiques funéraires est probablement à mettre en rapport avec des évolutions chronologiques et culturelles en Champagne crayeuse. Pour l’habitat, si l’on excepte la concentration mise en évidence sur le contournement de Saint-Dizier, c’est le modèle de la petite ferme qui domine mais on doit noter que les traces de ce genre d’établissement sont encore numériquement faibles.

95À partir du Bronze final IIIb et surtout à partir du Hallstatt C, le corpus d’occupations domestiques s’accroît et la nature des sites change. Certains sortent du lot en raison de leurs aménagements et surtout de leur organisation. La capacité de stockage augmente et c’est le grenier aérien qui prédomine. La recherche de monumentalité y est patente, notamment dans le soin accordé aux entrées. Mais les habitats « aristocratiques » tels qu’on peut les connaître dans des régions voisines (Villiers-sur-Seine) font encore défaut en Champagne crayeuse.

96La mauvaise conservation des tombes, un problème de reconnaissance et une politique inadaptée de datation de ces fosses discrètes, sans mobilier, expliquent probablement le peu de structures du Bronze final III b- Hallstatt C, fouillées lors des dernières années. Malgré la rareté des découvertes, on peut noter la persistance de l’inhumation avec notamment le plus ancien exemple, à l’heure actuelle, d’inhumation en structure de stockage à proximité d’enclos funéraires (Juvigny).

97Au Hallstatt D1, le modèle des sites palissadés dotés d’une organisation interne rigoureuse persiste (Isles-sur-Suippe, Oger), mais avec une moindre monumentalité que ceux fondés à la période précédente (Bazancourt, Bezannes) dont l’occupation a déjà cessé.

Bibliographie

Bibliographie

ACHARD-COROMPT N., 2006 – Perthes « Les Grêverats Centre » (Haute-Marne), Rapport de diagnostic. Châlons-en-Champagne, INRAP et SRA Champagne-Ardenne, 9 fig., 52 p.

ACHARD-COROMPT N., en cours – A 34, « Site 12 ». Rapport de fouilles. Châlons-en-Champagne, INRAP et SRA Champagne-Ardenne.

BAILLEUX G., 2000 – Moussey « L’Osière » (Aube), Document final de synthèse. Châlons-en-Champagne, AFAN et SRA Champagne-Ardenne, 30 p.

BAILLEUX G., RIQUIER V., BONNABEL L., PARESYS C., 2005 – Vatry à l’époque protohistorique. In : LAGATIE C., VANMOERKERKE J. dir., 2005 – Europort Vatry : Les Pistes de l’archéologie. Quand la plaine n’était pas déserte..., Langres, Éditions Dominique Guéniot, p. 35-59.

BEVILACQUA R., BONNABEL L., PARESYS C., DE MECQUENEM A., 2001 – Juvigny (Marne) « La Voie Moïse, Rue de l’Abbé Aubert », Rapport de fouilles archéologiques. Châlons-en-Champagne, AFAN et SRA Champagne-Ardenne, 1 vol, 38 p., 18 fig.

BILLAND G., TALON M., 2007 – Apport du Bronze Age Studies Group au vieillissement des « hair-rings » dans le Nord de la France. In : Beyond Stonehenge. Essays ont the Bronze Age in honour of Colin Burgess, Oxford, Oxbow, p. 342-351, 5 fig.

BILLOIN D., 1995 – Quatre ans de fouilles de sauvetage et de prospections dans les Ardennes françaises (1991-1994). Amphora, p. 79-80.

BLANCHET J.-C., TALON M., 2005 – L’âge du Bronze dans la moyenne vallée de l’Oise : apports récents. In : BOURGEOIS J., TALON M. dir., 2005, p. 209-226.

BLOUET V. et al., 1992 – Données récentes sur l’habitat de l’âge du Bronze en Lorraine. In : MORDANT C., RICHARD A. dir., 1992 – L’habitat et l’occupation du sol à l’âge du Bronze en Europe, Actes du colloque international de Lons-le-Saunier de 1990. Paris, Éd. C.T.H.S., p. 177-193.

BOCQUILLON H., 2005 – TGV Est, « Les Mesneux » (Marne), 2002. Rapport de fouilles. Châlons-en-Champagne, INRAP et SRA Champagne-Ardenne.

BOCQUILLON H., 2006 – TGV Est, Vrigny « Les Côtes Chéries » et « Cumines Basses » (Marne), 2002. Rapport de fouilles. Châlons-en-Champagne, INRAP et SRA Champagne-Ardenne.

BOCQUILLON H., SAUREL M., DUNIKOWSKI C., YVINEC J.-H., sous presse – Fouille de la LGV Est : les occupations de Vrigny (Marne) au Hallstatt D. Mémoires de la Société Archéologique Champenoise.

BONNABEL L., PARESYS C., 2005 – Inhumations de défunts dans les structures d’ensilage à l’âge du Fer : comment faire « parler » les squelettes. Brussel/Bruxelles, Lunula, Archaeologiaprotohistorica, XIII, p. 47-54.

BONNABEL L., SALIÈGE J.-F., 2000 – Sépultures néolithiques « individuelles » de Champagne-Ardenne : Pratique funéraire et chronologie. Association pour les Études interrégionales sur le Néolithique (INTERNÉO). Journée d’information du 2 décembre 2000, Paris, p. 51-58 (Internéo 3).

BONNABEL L., ACHARD-COROMPT N., MOREAU C., SAUREL M., VAUQUELIN E., 2007 – Stockage des denrées et dépôt de cadavres humains pendant l’âge du Fer en Champagne-Ardenne. In : BARRAL P., DAUBIGNEY A., DUNNING C., KAENEL G., ROULIÈRE-LAMBERT M.-J. éd., 2007 – L’âge du Fer dans Parc jurassien et ses marges. Dépôts, lieux sacrés et territorialité à l’âge du Fer. Actes du XXIXe colloque international de l’AF. E.A.F., Bienne, 5-8 mai 2005. Volume II. Besançon, Presses Universitaires de Franche-Comté, p. 585-604 (Annales littéraires de l’Université de Franche-Comté, 826).

BOURGEOIS J., TALON M. dir., 2005 – L’âge du Bronze du Nord-Ouest de la France dans le contexte européen occidental : nouvelles découvertes et propositions de périodisation, Actes de la table ronde tenue dans le cadre du 125e Congrès, national des sociétés historiques et scientifiques, Lille, 2000, Pré- et Protohistoire. Paris, Éd. du C.T.H.S.-A.P.R.A.B., 380 p.

BRISSON A., HATT J.-J., 1953 – Les nécropoles hallstattiennes d’Aulnay-aux-Planches (Marne). Revue Archéologique de l’Est et du Centre-Est, 3, p. 193- 233.

BRUN P., 2005- L’âge du Bronze dans la vallée de l’Aisne. In : BOURGEOIS J., TALON M. dir., 2005, p. 189-208.

BULARD A., PEAKE R., 2005 – Autour du confluent Seine-Yonne aux IXe-VIe s. : tendances évolutives des céramiques et chronologie. In : BUCHSENSCHUTZ O., BULARD A., LEJARS T. dir., 2005 – L’âge du Fer en Île-de-France. Actes du XXVIe colloque de l’A.F.E.A.F., Paris et Saint-Denis, 9-12 mai 2002, p. 225-240 (Revue Archéologique du Centre de la France, suppl. 26).

CABBOÏ L., DUNIKOWSKI Ch., 1994 – Autoroute A5, études archéologiques : Laines-aux-Bois « La Source de Brébant » (Aube), Document final de synthèse. Châlons-en-Champagne, AFAN et SRA Champagne-Ardenne, 2 vol.

CAROZZA L. en cours – Saint-Etienne-au-Temple, « Chantraine » (Marne). Rapport de fouilles. Châlons-en-Champagne, INRAP et SRA Champagne-Ardenne.

CHERTIER B., 1976 – Les nécropoles de la civilisation des Champs d’urnes dans la région des marais de Saint-Gond (Marne). Paris, C.N.R.S., 180 p (Gallia Préhistoire, suppl. 8).

DEBORDE G., 2001 – Jâlons, « Les Grandes Pâtures » (Marne). Rapport de fouilles. Châlons-en-Champagne, INRAP et SRA Champagne-Ardenne.

DE MULDER G., 1994 – Aspects of the funeral ritual in the late bronze âge and the early iron age in the western part of the flemish region. Hélinium, XXXIV, p. 94 -133.

DEPIERRE G., JACQUEMIN M., MORDANT C., MULLER F., 2000 – Propositions pour une nouvelle lecture des pratiques funéraires au Bronze final. : DEDET B. GRUAT P., PY M., SCHWALLER M. éd., 2000 – Archéologie de la mort, archéologie de la tombe au premier âge du fer. Actes du XXIe colloque de l’A.F.E.A.F., Conques-Montrozier, 8-11 mai 1997. Lattes, CNRS, p. 179-194 (Monographies d’Archéologie Méditerranéenne, 5).

DESBROSSE V., en cours – Bazancourt-Pomacle, « Le Mont de Pomacle, La Large Eau » (Marne). Rapport de fouilles. Châlons-en-Champagne, INRAP et SRA Champagne-Ardenne.

DOITEAU S., 1992 – Autoroute A5, études archéologiques : Saint-Léger-Près-Troyes « Sur l’Étang, La Coloterie » (Aube). Document final de synthèse. Châlons-en-Champagne, AFAN et SRA Champagne-Ardenne, 40 p.

DUGOIS F., 1992 – Isles-sur-Suippe « Les Fontaines » (Marne). Châlons-en-Champagne, Bilan scientifique régional Champagne-Ardenne, p. 67 -69.

DUGOIS F., 1996 – Nogent-sur-Seine « Les Guignons » (Aube). Rapport de fouilles. Châlons-en-Champagne, INRAP et SRA Champagne-Ardenne.

DUGOIS F., 2000 – Sépulture à incinération du Premier âge du Fer à Nogent-sur-Seine « Le Bas de Ligny » (Aube). Bulletin de la Société Archéologique Champenoise, 93- 2, p. 3-11.

DUGOIS F., en cours – Lesmont « La Graverie » (Aube). Rapport de fouilles. Châlons-en-Champagne, INRAP et SRA Champagne-Ardenne.

DUROST R., 2001 – Saint-Germain-La-Ville, « Le Bas de la Voie Priée » (Marne). Rapport de fouilles. Châlons-en-Champagne, INRAP et SRA Champagne-Ardenne.

FLOUEST J.-L., 1984 – Une tombe du Hallstatt ancien à Saulces-Champenoise (Ardennes). In : Éléments de pré et protohistoire européenne. Hommage à J.-P. Millotte. Paris, Les Belles Lettres, p. 539-545 (Annales Littéraires de l’Université de Besançon, 299).

FRANGIN E., 2003 – Sivry-Ante « La Queue des Yvarts » (Marne). Document final de synthèse. Châlons-en-Champagne, INRAP et SRA Champagne-Ardenne, 2 vol.

FRIBOULET M., BAILLEUX G., MÉNIEL P., PARESYS C., 2000 – Oger « Midoin » (Marne). Rapport de fouilles. Châlons-en-Champagne, AFAN et SRA Champagne-Ardenne.

GRANSAR F., AUXIETTE G., DESENNE S., HÉNON B., LE GUEN P., POMMEPLW C., 1999 – Essai de modélisation de l’organisation de l’habitat au cours des cinq derniers siècles avant notre ère dans la vallée de l’Aisne. In : BRAEMER F., CLEUZIOU S., COUDART A. éd., 1999 – Habitat et société. XIXe rencontres internationales d’archéologie et d’histoire d’Antibes, Antibes, APDCA p. 419-439.

GRANSAR F., 2000 – Le stockage alimentaire sur les établissements ruraux de l’âge du Fer en France septentrionale : complémentarité des structures et tendances évolutives. In : MARION S., BLANCQUAERT G. dir., 2000 – Les installations agricoles de l’âge du Fer en France septentrionale. Paris, p. 277-299 (Études d’histoire et d’archéologie, 6).

KOEHLER A., 1994 – Rosnay-L’Hôpital « La Remise, Les Grandes Pâtures »

(Aube). Rapport intermédiaire de sauvetage. Châlons-en-Champagne, AFAN et SRA Champagne-Ardenne.

KOEHLER A. et al., en cours – Plichancourt « Les Monts » (Marne). Rapport de fouilles. Châlons-en-Champagne.

LAMBOT B., 1988 – Les coupes à bord festonné du Bassin parisien et du Nord de la France. Bulletin de la Société Archéologique Champenoise, 81-2, p. 31-83.

LAMBOT B., 1989 – Le Bronze final et le Premier âge du Fer sur le site d’Acy-Romance (Ardennes). Sépultures et structures cultuelles. Gallia préhistoire, 31, p. 209-258.

LAMBOT B., 2000 – Essai sur l’organisation spatiale des cimetières et structures funéraires à l’âge du Bronze final III et au Premier âge du Fer en Champagne. In : DEDET B. et al. dir., 2000 – Archéologie de la mort, archéologie de la tombe au premier âge du fer. Actes du XXIe colloque de l’A.F.E.A.F., Conques-Montrozier, 8-11 mai 1997. Lattes, CNRS, p. 233 – 245 (Monographies d’Archéologie Méditerranéenne, 5).

LAMBOT B., TALON M., 1988 – Les inhumations Bronze final IIa-IIIb d’Acy-Romance (Ardennes). In : BRUN P., MORDANT C. dir., 1988 – Le groupe Rhin-Suisse-France orientale et la notion de civilisation des Champs d’Urnes. Actes du colloque international, Nemours, 1986. Nemours, APRAIF, p. 251-261 (Mémoires du Musée de Préhistoire d’Ile-de-France, 1).

LANTING J.-N., BRINDLEY A.-L., 1998 – Dating cremated bone : the dawn of a new era. Journal of Irish Archaeology, IX, p. 1-7.

LAURELUT C., VANMOERKERKE J., TEGEL W., en cours – Vendresse « Les Longues Fauchées » (Ardennes). Document final de synthèse. INRAP et SRA Champagne-Ardenne.

LE GOFFI., GUILLOT H., 1994 – Étude des ossements incinérés de la nécropole de l’âge du Bronze de Tagnon « La Fricassée ». Amphora, 73, p. 35-44.

LE GOFF I., GUICHARD Y., 2005 – Le dépôt cinéraire comme indicateur chronologique ; le cas des nécropoles de l’âge du Bronze de la vallée de l’Aisne. In : BOURGEOIS J., TALON. M. dir., 2005, p. 209-226.

LE GUEN P. et al., 2005 – Apport récent sur la transition âge du Bronze-âge du Fer dans la vallée de l’Aisne, Osly-Courtil « La Terre St-Mard » (Aisne). Processus de différenciation de l’habitat au cours du Bronze final. In : AUXIETE G., MALRAIN F. dir., 2005 – Hommages à Claudine Pommepuy, INRAP-UMR 7041, p. 141-163 (Revue Archéologique de Picardie, numéro spécial 22).

LEPAGE L., 1975 – Un complexe d’enclos circulaires lieu-dit « Le Brésil » à Hallignicourt (Haute Marne). Bulletin de la Société Archéologique Champenoise, 4, p. 5 -15.

LEPAGE L., 1981 – L’âge du Bronze dans le département de la Haute-Marne. In : Préhistoire et Protohistoire en Champagne-Ardenne, 5, p. 57-78.

LEPAGE L., 1992 – Un site d’habitat de l’âge du Bronze : « Les Grèverats-ouest » à Perthes (Haute-Marne). In : MORDANT C., RICHARD A. dir., 1992, p. 165-176.

MALRAIN F., MATTERNE V., MÉNIEL P., PINARD E., 2005 – De l’intérêt des grands décapages. Les fermes des VIe et Ve siècles avant notre ère de Verberie (Oise). In : AUXIETTE G., MALRAIN F. dir., 2005 – Hommages à Claudine Pommepuy, INRAP-UMR 7041, p. 175-182 (Revue Archéologique de Picardie, n° spécial 22).

MAROLLE C., 1996 – Mairy « La Perche à Bertan ». Rapport de sondage archéologique. SRA Champagne-Ardenne.

MORDANT C., RICHARD A. dir., 1992 – L’habitat et l’occupation du sol à l’âge du Bronze en Europe. Actes du colloque international de Lons-le-Saunier 1990, Paris, Éd. du C.T.H.S., 480 p. (Documents préhistoriques).

MOREAU C., 2004 – Bouy « Le Haut Buisson » (Marne). Rapport d’évaluation archéologique. Châlons-en-Champagne, INRAP et SRA Champagne-Ardenne, 31 fig., 72 p.

MOREAU C., 2005 – Creney-près-Troyes, « ZAC de l’Hôtel Dieu » (Aube). Rapport de fouille archéologique. Châlons-en-Champagne, INRAP et SRA Champagne-Ardenne, 26 fig., 51 p.

MOREAU C. en cours – Vitry-la-Ville « La Grande Pâture » (Marne). Rapport de fouille archéologique. Châlons-en-Champagne, INRAP et SRA Champagne-Ardenne.

PIETTE J., 1984 – Aspects particuliers du Bronze final III sur le site des « Grèves de la Villeneuve » à Courtavant (Aube). In : Transition Bronze final Hallstatt ancien. Actes du 109e congrès national des sociétés savantes, Dijon. Paris, Éd. du C.T.H.S., section de Préhistoire et de Protohistoire, p. 135-151.

PIETTE J., MORDANT C. 1988 – Incinération au Bronze final IIb-III de Courtavant et de la Villeneuve-au-Chatelot (Aube). In : BRUN P., MORDANT C. dir., 1988 – Le groupe Rhin-Suisse-France orientale et la notion de civilisation des Champs d’Urnes. Actes du colloque international, Nemours, 1986. Nemours, APRAIF, p. 349-362 (Mémoires du Musée de Préhistoire d’Ile-de-France, 1).

PLOUIN S., JUD P. dir., 2003 – Habitats, mobiliers et groupes régionaux à l’âge du Fer. Actes du XXe colloque de l’A.F.E.A.F., Colmar-Mittelwihr, 1996. 416 p. (Revue Archéologique de l’Est, suppl. 20).

POMMEPUY C., AUXIETTE G., DESENNE S., GRANSAR F., HÉNON B., 2000 – Des enclos à l’âge du Fer dans la vallée de l’Aisne : Le monde des vivants et le monde des morts. Revue Archéologique de Picardie, 1/2, p. 197-216.

RIQUIER V., PARESYS C., DUROST R., FOUROT R., 2002 – Lavau « Les Corvées » (Aube). Document final de synthèse. Châlons-en-Champagne, INRAP et SRA Champagne-Ardenne, 44 fig., 81 p.

RIQUIER V. et al. a, en cours – Bezannes « La Bergerie » (Marne). Rapport de fouilles. Châlons-en-Champagne, INRAP et SRA Champagne-Ardenne.

RIQUIER V. et al. b, en cours – Bussy-Lettrée « Europort Vatry TAC 2 – sites 3, 7, 9,11, 15, 16, 17, 18, 22, 23 » (Marne). Rapport de fouilles. Châlons-en-Champagne, INRAP et SRA Champagne-Ardenne.

RIQUIER V. et al. c, en cours – Thillois « La Croix Rouge » (Marne). Rapport de fouilles. Châlons-en-Champagne, AFAN et SRA Champagne-Ardenne.

ROLIN D., 1992 – Autoroute A5, études archéologiques : Saint-Léger-Près-Troyes « Preslin » (Aube). Rapport de diagnostic approfondi. Châlons-en-Champagne, INRAP et SRA Champagne-Ardenne, 11p.

SALIÈGE J.-F., PERSON A., PARIS F., 1998 – Datation du carbonate-hydroxylapatite d’ossements holocènes du Sahel (Mali, Mauritanie, Niger). In : Pré-actes du IIIe Conrès international14C et archéologie, Lyon 1998, p. 172-173.

TAPPRET E., VILLES A., 1989 – L’âge du Bronze dans le département de l’Aube. In : Pré et Protohistoire de l’Aube. Exposition présentée au musée de Nogent-sur-Seine. Éd. ARPEPP, p. 149-216.

VILLES A., 1999 – Entre principautés et chefferies, citadelles et fermes, le Hallstatt final en Champagne : données nouvelles. In : VILLES A., BATAILLE-MELKON A. dir., 1999, p. 11- 92

VILLES A., BATAILLE-MELKON A. dir., 1999 – Fastes des Celtes entre Champagne et Bourgogne aux VIIe – IIIe siècles avant notre ère. Actes du XIXe colloque de l’A.F.E.A.F., Troyes 25-27 mai 1995. 560 p. (Mémoires de la Société Archéologique Champenoise, 15).

WARMENBOL E., 1994 – Année de bronze, anneaux dorées. À propos d’un bijou du Bronze final découvert à Tagnon (Ardennes). Amphora, 3, p. 31-34.

Notes

1 PCR sépultures individuelles néolithiques en Champagne-Ardenne, pratiques funéraires et chronologie (Bonnabel, Saliège, 2000). Programme sur les inumations en structure réutilisée (Bonnabel et al., 2007).

2 On notera que quatre autres dates ont mis en évidence des sépultures datées d’autres étapes de l’âge du Bronze.

Table des illustrations

Titre Fig.1. Bloc-diagramme des séquences dendrochronologiques datées de la transition âge du Bronze-âge du Fer.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/18266/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 30k
Titre Fig. 2. Datations radiocarbone réalisées hors site domestique et funéraire.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/18266/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 98k
Titre Fig. 3. Carte régionale des sites utilisés dans cette étude.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/18266/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 134k
Titre Fig. 4. Schémas comportementaux établis sur le critère du mode de dépôt des os et du traitement des résidus de combustion (DAO : L. Bonnabel, Inrap).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/18266/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 30k
Titre Fig. 5.1. Tableau de données des datations radiocarbone réalisées sur des sépultures à inhumation et incinération (datation sur os).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/18266/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 53k
Titre Fig. 5.2. Datations radiocarbone réalisées sur sépultures.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/18266/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 24k
Titre Fig. 6. Clichés de sépultures de la fin de l’âge du Bronze.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/18266/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 76k
Titre Fig. 7. Plan de Juvigny, lieu-dit « La Voie Moïse, Rue de l’Abbé Aubert ». (R. Bevilacqua, AFAN, 2001. Levé topo : D. Cuimard, DAO R. Bevilacqua)
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/18266/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 52k
Titre Fig. 8. Plans des occupations de Bazancourt, Bezannes et Les Mesneux.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/18266/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 80k
Titre Fig. 9. Mobilier céramique de Bazancourt « La Large Eau »(dessin I. Turé, Inrap, cl. M. Saurel, Inrap).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/18266/img-10.png
Fichier image/png, 65k
Titre Fig. 10. Mobilier céramique de Bezannes « La Bergerie » (dessin I. Turé, Inrap, cl. M. Saurel, Inrap).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/18266/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 875k
Titre Fig. 11. Mobilier céramique du paléosol de Bezannes « La Bergerie » et des Mesneux « Les Vanneuses » (dessin I. Turé, Inrap ; cl. M. Saurel, Inrap)
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/18266/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 335k
Titre Fig. 12. Plans des occupations de Saint-Germain-la-Ville, Isles-sur-Suippe et Oger.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/18266/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 80k

Auteurs

Inrap, ZI Les Pinsons, 13 rue du Négoce, 31650 Saint-Orens-de-Garneville – roberta.bevilacqua-lebar@inrap.fr

Inrap, 38 rue des Dats, 51520 Saint-Martin sur le Pré – , herve.bocquillon@inrap.fr

Inrap, 38 rue des Dats, 51520 Saint-Martin sur le Pré – sylvie.culot@inrap.fr

Inrap, 38 rue des Dats, 51520 Saint-Martin sur le Pré – stephanie.degobertiere@inrap.fr, raphael.durost@inrap.fr

Inrap, 38 rue des Dats, 51520 Saint-Martin sur le Pré

Service Régional de l’archéologie, 3 faubourg Saint-Antoine, 51000 Châlons-en-Champagne – vincent.garenaux@culture.gouv.fr

© ARTEHIS Éditions, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search