Version classiqueVersion mobile

De l’âge du Bronze à l’âge du Fer en France et en Europe occidentale (Xe-VIIe siècle av. J.-C.)

 | 
Henri Gaillard de Sémainville

Thème spécialisé de l’âge du bronze à l’âge du fer en France et en Europe occidentale (Xe – VIIe siècle av. J.-C.).

Sur les rives de la Manche. Qu’en est-il du passage de l’âge du Bronze à l’âge du Fer à partir des découvertes récentes ?

Cyril Marcigny et Marc Talon

Résumé

Si les connexions culturelles entre le sud de l’Angleterre et les côtes françaises ont été mises en évidence depuis quelques années pour l’âge du Bronze ancien et moyen suite aux pressentis de nombreux auteurs : J. Briard, C. Burgess, B. O’Connor..., il importait maintenant de tester ces relations transmanche pour la tranche chronologique couvrant la fin de l’âge du Bronze et le premier âge du Fer. Dans cet article nous passerons donc en revue les différentes composantes de la culture matérielle (habitat, funéraire, mobilier) à la lumière des découvertes effectuées outre-Manche.

A l’issue de ce bilan, on ne peut que constater une fois de plus les liens forts (sur des bases économiques puis culturelles) qui unissent les deux rives de la Manche au cours de l’âge du Bronze et du début du premier âge du Fer et confirmer l’existence d’un véritable complexe Manche – Mer du Nord (MMN).

Texte intégral

1Bien que les connexions culturelles entre les deux rives de la Manche fassent l’objet d’une littérature prolixe, les points de comparaison dans la culture matérielle et les pratiques funéraires prennent sans doute leurs racines à la fin du IIIe millénaire avec le Campaniforme, mais c’est au Bronze ancien qu’ils ont été d’abord mis en évidence avec le phénomène des tombes « princières » du Wessex et d’Armorique. Ces points communs ont par la suite été élargis aux rites funéraires et urnes que l’on avait remarqués tant aux Pays-Bas et Belgique que dans le nord-ouest de la France mais également aux productions et échanges d’objets en bronze, ces éléments se diffusant autour du bassin de la Manche et de la Mer du Nord, de la Bretagne au sud de la Scandinavie.

1. UN GROUPE CULTUREL COMMUN À LA MANCHE ET LA MER DU NORD ?

2Avec l’apport de l’archéologie préventive dont le développement est important sur ces régions et pour notre compréhension de l’âge du Bronze, il est possible maintenant de confirmer ou d’infirmer les hypothèses diffusionnistes ou migrationnistes qui avaient pu être émises pour expliquer ces différents points communs au sein des provinces du domaine atlantique. La mise en place de procédures réglementaires incitant au développement de l’archéologie préventive permet de commencer à bénéficier de résultats conséquents et exploitables sur les différentes régions situées autour du bassin de la Manche et de la Mer du Nord. Les échantillonnages effectués dans le cadre de diagnostics puis de fouilles, couplés à une démarche paléoenvironnementale, permettent de relativiser certaines hypothèses ou au contraire d’en développer d’autres. Vu les possibilités actuelles d’échanges et de communication, il ne tient qu’aux archéologues d’aller au-delà des barrières linguistiques et territoriales pour comparer méthodes et résultats afin de mesurer la nature et l’ampleur des synergies qui existaient ou non à l’âge du Bronze sur ce formidable bassin économique que représente le pourtour de la Manche et de la Mer du Nord, et que J. Briard (1987) avait identifié sous le nom de Méditerranée du Nord.

3Cet intérêt pour des relations culturelles fortes qui dépassaient les simples échanges commerciaux apparaît dans les travaux de B. O’Connor (1980) et les incitations amicales de C. Burgess (1987) à mettre en évidence en France les éléments témoignant d’une continuité culturelle de part et d’autre de la Manche.

4Dans le cadre de la thématique du colloque de Saint-Romain-en-Gal qui porte sur la transition Bronze-Fer, notre propos illustrera le sujet pour les régions s’étendant de la Normandie aux Flandres, en axant particulièrement notre démarche sur un comparatif entre le continent et le sud de l’Angleterre, région particulièrement bien documentée, afin de mesurer la pertinence du modèle culturel proposé, à savoir l’appartenance à une même entité de part et d’autre de la Manche.

5Le cadre chronologique est la transition Bronze-Fer et les X-VIIe siècles (fig. 1), soit la fin de la phase moyenne du Bronze final (1150-950/900), la phase finale du Bronze final (950/900- à partir de 850/800) et le Hallstatt ancien (850/800). Pour le début de la protohistoire britannique dont la périodisation a été fixée en 1996 par S. Needham puis précisée en 2007 par ce même auteur, cela correspond aux périodes 6 et 7 « Later Bronze Age » (1150- 800) qui signent pour la fin de l’âge du Bronze et à « Earliest Iron Age » (800-600) pour le début du premier âge du Fer.

6L’entité culturelle proposée au sein du complexe atlantique occupe les rives de part et d’autre de la Manche et de la Mer du Nord, et couvre tout l’âge du Bronze (fig. 2). Si la période ancienne reste encore, malgré le développement de l’archéologie préventive, peu documentée, du fait de la nature des vestiges et des pratiques culturales subactuelles intensives et extensives, les travaux récents d’aménagement du territoire ont permis d’illustrer de façon démonstrative l’existence d’habitats et de cimetières de type Deverel Rimbury sur le continent (cf. colloque de Lille 2000). Attribué à la période 5 de S. Needham (1500-1150), le complexe Deverel Rimbury correspond au Bronze moyen et au début du Bronze final continental, auxquels lui sont rattachés en Grande Bretagne des groupes régionaux comme le groupe de Trevisker pour le sud-ouest de l’Angleterre, d’Ardleigh pour l’est et des buckets urns pour le nord (Needham 1996). Ce matériel a été découvert tant en contexte funéraire qu’en contexte d’habitat, ce qui n’est pas le cas de toutes les urnes de l’âge du Bronze ancien et moyen qui sont essentiellement issues de contexte funéraire, la céramique de type Deverel Rimbury pouvant correspondre, pour certains auteurs, à la céramique d’habitat de toute la première partie de l’âge du Bronze (Barrett 1976 ; Burgess 1996). Dans le nord-ouest de la France qui appartient à cette communauté culturelle Manche – Mer du Nord rattachée au domaine atlantique (le MMN : terme proposé en 2002 puis 2003 : Marcigny et al. 2002 ; Marcigny, Ghesquière 2003), la céramique du groupe des Urnes à Décor Plastique semble être en continuité avec la céramique du groupe du Gord attribué au Néolithique final (Billard et al. 1996). Cependant si l’essentiel de ces urnes attribuées au Bronze ancien et moyen ont été découvertes en contexte funéraire (Blanchet 1984), les quelques habitats mis au jour ont livré de la céramique de type Deverel Rimbury et sont attribués au Bronze moyen et au début du Bronze final (Letterlé 1982 ; Desfossés et al. 2000 ; Marcigny et al. 2005). Sur le continent ces habitats s’accompagnent de maisons circulaires (Lepaumier et al. 2005 ; Desfossés 2000 ; Desfossés et al. 2000) et l’on peut, comme dans le sud de l’Angleterre (Bradley 1994), attribuer l’apparition des premiers cimetières familiaux à ce même horizon chronologique de la fin du Bronze moyen et du début du Bronze final (Le Goff et al. 1994 ; Gaudefroy, Le Goff 2004 ; Blanchet, Talon 2005). Au Bronze ancien-moyen le groupe Manche – Mer du Nord s’étend jusqu’au milieu du Bassin parisien (Gouge, Peake 2005) et correspond au groupe d’Hilversum en Belgique et aux Pays-Bas (Fokkens 2005 ; Bourgeois, Cherretté 2005).

Fig. 1. Tableau chronologique : synchronisation des chronologies allemande, de France septentrionale et d’Angleterre (d’après P. Reinecke, J.-J. Hatt, P. Brun, C. Pare et S. Needham, modifié).

Fig. 1. Tableau chronologique : synchronisation des chronologies allemande, de France septentrionale et d’Angleterre (d’après P. Reinecke, J.-J. Hatt, P. Brun, C. Pare et S. Needham, modifié).

Fig- 2. Carte des sites français du Bronze final/premier Fer mentionnés dans le texte : 1 Aire-sur-la-Lys, 2 Basly, 3 Beautot, 4 Cagny, 5 Cahagnes, 6 Catenoy, 7 Choisy-au-Bac, 8 Criquetot-sur-Ouville, 9 Cussy, 10 Feuillères, 11 Fort-Harrouard, 12 Ifs, 13 Inghem, 14 Jumièges, 15 La Croix-St-Ouen, 16 La Hague, 17 Lingreville, 18 Longueil-Sainte-Marie, 19 Malleville-sur-le-Bec, 20 Merri, 21 Osly-Courtil, 22 Pont-de-Metz, 23 Quiévrecourt, 24 Saint-Pierre-en-Chastres, 25 Saleux, 26 Soumont-Saint-Quentin, 27 Verberie et 28 Vignacourt.

Fig- 2. Carte des sites français du Bronze final/premier Fer mentionnés dans le texte : 1 Aire-sur-la-Lys, 2 Basly, 3 Beautot, 4 Cagny, 5 Cahagnes, 6 Catenoy, 7 Choisy-au-Bac, 8 Criquetot-sur-Ouville, 9 Cussy, 10 Feuillères, 11 Fort-Harrouard, 12 Ifs, 13 Inghem, 14 Jumièges, 15 La Croix-St-Ouen, 16 La Hague, 17 Lingreville, 18 Longueil-Sainte-Marie, 19 Malleville-sur-le-Bec, 20 Merri, 21 Osly-Courtil, 22 Pont-de-Metz, 23 Quiévrecourt, 24 Saint-Pierre-en-Chastres, 25 Saleux, 26 Soumont-Saint-Quentin, 27 Verberie et 28 Vignacourt.

7Pour la phase moyenne du Bronze final (BFIIb-IIIa ou Ha A2-B1) on observe une extension vers l’ouest et le littoral du domaine nord-alpin caractérisé par la céramique de type RSFO. Pendant longtemps ce type de céramique, dont les profils, la qualité et la décoration sont aisément identifiables, a servi de fossile directeur pour cette période et la présence du moindre tesson de ce type datait et marquait culturellement les ensembles archéologiques dans lesquels il était trouvé. Cependant le constat était fait que le matériel métallique restait majoritairement atlantique et que la céramique atypique qui documentait l’essentiel de ces ensembles devait correspondre à de la céramique de type atlantique (Brun 1998). C. Billard à l’occasion de la publication des ensembles céramiques de Lingreville en 1995 procéda à des comparaisons avec la céramique britannique Bronze final de type Plain ware à partir des travaux de J. Barrett (1980) et attira l’attention sur un site de l’île anglo-normande d’Aurigny (Wilson 1984) attribué au début du Premier âge du Fer. Il continua cette démarche comparative couplée à l’identification potentielle de céramiques atlantiques sur les sites RSFO de Quiévrecourt, Fort-Harrouard et Catenoy (Beurion, Billard 2005), dans la continuité de ce qu’avait fait Patrice Brun (1998) avec le matériel du Fort-Harrouard. Ces travaux ont trouvé un écho favorable dans les tentatives de périodisation du mobilier céramique normand (Lepaumier, Marcigny 2003 ; Marcigny et al. 2005).

2. QUESTION DE CHRONOLOGIE : LA CÉRAMIQUE

8C’est à la fin de 1978 que J. Barrett présenta dans une conférence à la Prehistoric Society son travail sur la céramique du Bronze final du sud de la Grande Bretagne. Il y proposait d’identifier dans la continuité du matériel Deverel Rimbury, une évolution de la céramique qu’il appela « post Deverel Rimbury tradition » et qu’il scinda en deux phases (fig. 3). La première phase appelée « Plain ware » était documentée par des formes simples, atypiques, présentant encore des traces de façonnage sous la forme de tramées digitées, non décorées et cependant plus diversifiées que le répertoire des « buckets et globular urns » du Deverel Rimbury. Son attribution chronologique couvrait le Bronze final du XIe au IXe siècle. La seconde appelée « Decorated ware » était une évolution de la phase précédente avec le développement et l’augmentation du décor, qu’il soit incisé, impressionné ou sous forme de revêtement à l’hématite. Elle couvrait le Premier âge du Fer du VIIIe au Ve siècle.

9Avec le calage chronologique proposé en 1996 puis 2007 par S. Needham à partir des datations 14C disponibles en Grande Bretagne, il est possible de mettre en phase et de dater plus précisément le Bronze final/Premier âge du Fer d’outre-Manche, en y associant des ensembles céramiques calés sur l’évolution proposée par J. Barrett. Ce premier ancrage typo-chronologique nous a servi de base pour tenter de trier les séries du littoral français qui, lorsqu’elles ne possédaient pas de « fossiles directeurs » issus des chronologies orientales (gobelets), trouvaient difficilement leur place.

10Les périodes 6 et 7 (1150-800) de S. Needham sont illustrées par le mobilier métallique de la phase de Wilburton puis Ewart Park et par le matériel céramique de la fin du complexe Deverel Rimbury puis par son évolution sous la forme de céramiques de type Post Deverel Rimbury (PDR). À cette période sont rattachées les phases 2 et 3 du site fortifié de Rams Hill (Exeter : Needham, Ambers 1994), la phase initiale du ring fort de Thwing (Yorkshire : Manby 1980) et en fin de séquence le site de Reading (Berkshire : Moore, Jennings 1992). Le mobilier céramique rattaché à cette phase est peu documenté (fig. 4). Les formes sont « molles » mais diversifiées par rapport aux périodes précédentes (jarres au profil en S, pots à col divergent, petit pot tronconique, gobelet...). Elles sont peu décorées et présentent fréquemment des traces digitées donnant un aspect peu soigné au vase ou sont brutes de façonnage ce qui les a fait qualifier de plain ware outre-Manche. En France, plusieurs lots céramiques possèdent des caractéristiques similaires qui permettent de les rattacher à la même période : Cussy et Ifs dans le Calvados (Marcigny, Ghesquière 1998 et inédit E. Le Goff), Malleville-sur-le-Bec dans l’Eure (inédit E. Mare), Quiévrecourt en Seine-Maritime (Beurion, Billard 2005), Pont-de-Metz dans la Somme (Buchez, Talon 2005), Inghem fosse 43 dans le Pas-de-Calais (Piningre 2005) et Fort-Harrouard en Eure-et-Loir (tri céramique dans Brun 1998). Cette attribution chronologique est d’autant plus facile que ces ensembles présentent aussi des récipients d’influences orientales permettant des points de comparaison avec le complexe nord-alpin et constituant un lien entre les groupes du littoral de la Manche et le monde continental.

Fig. 3. Typo-chronologie céramique pour la fin de l’âge du Bronze et le début de l’âge du Fer (d’après Barrett 1979). Si cette proposition de datation, vieille de près de 25 ans, accuse un certain décalage chronologique par rapport aux chronologies actuelles, en particulier les vases du « 8th-5th centuries BC » qui demanderaient aujourd’hui à être vieillis et placés entre la fin du IXe et le VIIe siècle, la césure entre les deux corpus Plain Ware/Decorated Ware reste valide. 1 : Totternhoe, 2 : Turnford Green, 3 et 5 : Kingston Buci, 4 : Maidenhead, 6 ; Queen Mary’s Hospital, Carshalton, 7 et 10 : All Cannings Cross, 8 : Fengate, Peterborough, 9 : Chinnor, 11 : Cold Kitchen Hill, 12 : the Caburn.

Fig. 3. Typo-chronologie céramique pour la fin de l’âge du Bronze et le début de l’âge du Fer (d’après Barrett 1979). Si cette proposition de datation, vieille de près de 25 ans, accuse un certain décalage chronologique par rapport aux chronologies actuelles, en particulier les vases du « 8th-5th centuries BC » qui demanderaient aujourd’hui à être vieillis et placés entre la fin du IXe et le VIIe siècle, la césure entre les deux corpus Plain Ware/Decorated Ware reste valide. 1 : Totternhoe, 2 : Turnford Green, 3 et 5 : Kingston Buci, 4 : Maidenhead, 6 ; Queen Mary’s Hospital, Carshalton, 7 et 10 : All Cannings Cross, 8 : Fengate, Peterborough, 9 : Chinnor, 11 : Cold Kitchen Hill, 12 : the Caburn.

11Autour de 800 avant notre ère (phase métallique Llyn Fawr), les ensembles céramiques sont plus décorés : il s’agit de la decorated ware de J. Barrett. Les fouilles de ces dernières années ont livré de nombreux sites présentant ce type de faciès céramique : l’essentiel de la séquence stratigraphique du site de berge de Runnymede Bridge (Surrey : Needham 1991), les ring forts de Mucking (Essex : Jones, Bond 1980 ; Bond 1988) et de Springfield (Essex : Buckley, Hedges 1987) et le site de Potterne (Wiltshire : Lawson 2000), pour ne citer que les plus importants. À cette époque, les formes céramiques sont moins diversifiées que durant la phase plain ware et se standardisent. Les profils hauts, en particulier, sont de plus en plus segmentés et fréquemment décorés de digitation sur l’épaulement et la lèvre. Du côté français, les points de comparaisons ne manquent pas même si ces sites ont parfois été placés à tort dans La Tène ancienne dont les corpus céramiques présentent d’étranges similitudes. D’ouest en est, on distingue le site de Lingreville dans la Manche (Billard et al. 1995), Ifs dans le Calvados (inédit E. Le Goff), Soumont-Saint-Quentin (Van Den Bossche 2007), Saleux dans la Somme (Buchez, Talon 2005) et Inghem fosse 2 dans le Pas-de-Calais (Piningre 2005) (fig. 4). La cartographie de ces sites (fig. 5) montre bien l’homogénéité stylistique qui se dégage de ces ensembles même si certains éléments plus décorés comme à Potterne annoncent déjà le début de l’âge du Fer.

Fig. 4. Comparaisons des ensembles céramiques des rives de la Manche durant la phase à « Plain Ware assemblages » (période 6 et 7) (DAO, E. Ghesquière et C. Marcigny, Inrap). Altermaston (d’après Bradley et al. 1980), Reading (d’après Moore, Jennings 1992), Cussy (d’après Marcigny, Ghesquière 1998), Ifs (d’après Le Goff, inédit), Malleville-sur-le-Bec (d’après Mare, inédit), Quiévrecourt (d’après Beurion, Billard 2005), Fort Harrouard (d’après Brun 1998), Pont de Metz (d’après Buchez, Talon 2005), Inghem (d’après Piningre 2005).

Fig. 4. Comparaisons des ensembles céramiques des rives de la Manche durant la phase à « Plain Ware assemblages » (période 6 et 7) (DAO, E. Ghesquière et C. Marcigny, Inrap). Altermaston (d’après Bradley et al. 1980), Reading (d’après Moore, Jennings 1992), Cussy (d’après Marcigny, Ghesquière 1998), Ifs (d’après Le Goff, inédit), Malleville-sur-le-Bec (d’après Mare, inédit), Quiévrecourt (d’après Beurion, Billard 2005), Fort Harrouard (d’après Brun 1998), Pont de Metz (d’après Buchez, Talon 2005), Inghem (d’après Piningre 2005).

Fig. 5. Comparaisons des ensembles céramiques des rives de la Manche durant la phase à « Decorated assemblages » (début âge du Fer) (DAO, E. Ghesquière et C. Marcigny, Inrap). Potterne (d’après Lawson 2000), Runnymede Bridge (d’après Needham 1991), Egham (d’après O’Connnel 1986), Mucking (d’après Bond 1988), Highstead (d’après Canterbury Archaeological Trust rapport annuel 1990-91), Aurigny (d’après Wilson 1984), Lingreville (d’après Billard et al. 1995), Ifs (d’après Le Goff, inédit), Soumont-Saint-Quentin (d’après Van Den Boosche 2007), Saleux (d’après Buchez, Talon 2005), Inghem (d’après Piningre 2005).

Fig. 5. Comparaisons des ensembles céramiques des rives de la Manche durant la phase à « Decorated assemblages » (début âge du Fer) (DAO, E. Ghesquière et C. Marcigny, Inrap). Potterne (d’après Lawson 2000), Runnymede Bridge (d’après Needham 1991), Egham (d’après O’Connnel 1986), Mucking (d’après Bond 1988), Highstead (d’après Canterbury Archaeological Trust rapport annuel 1990-91), Aurigny (d’après Wilson 1984), Lingreville (d’après Billard et al. 1995), Ifs (d’après Le Goff, inédit), Soumont-Saint-Quentin (d’après Van Den Boosche 2007), Saleux (d’après Buchez, Talon 2005), Inghem (d’après Piningre 2005).

12Le Premier âge du Fer, calé entre 650/600 et 450, clôt la périodisation proposée par S. Needham. Au niveau de la céramique cette phase se distingue de la période précédente par un répertoire encore plus décoré associant des lignes incisées ou au brunissoir et des digitations. Les comparaisons avec le littoral français semblent s’étioler à cette époque voire complètement disparaître, au profit d’un rattachement au groupe stylistique continental.

3. L’HABITAT

3.1. L’architecture

13Au préalable, avant de parler d’habitat et surtout de son organisation, il convient de présenter le type d’architecture utilisé pour les unités d’habitation, types qui ont évolué et sont diversifiés sur l’ensemble de la zone étudiée, nos connaissances étant fortement liées à l’apport de l’archéologie préventive et du caractère assez aléatoire des découvertes effectuées ces dernières armées. Ainsi sommes-nous, en ce moment, dans une phase assez étonnante de mises au jour dans le nord de la France de grandes maisons à deux nefs sur poteaux plantés attribuées au IIIe millénaire, maisons identifiées dans le centre-ouest de la France mais complètement inconnues jusqu’il y a peu de temps dans le nord. Cependant le caractère aléatoire de l’échantillonnage lié à l’aménagement du territoire n’explique pas tout. Pendant longtemps sur cette même zone du nord de la France, alors qu’étaient mis au jour des sites du Bronze final et du Premier âge du Fer sous forme de structures en creux, il n’était pas possible d’identifier des plans de construction autres que des greniers ou des bâtiments annexes à 4 ou 6 poteaux. Des maisons soit à plan circulaire soit à plan rectangulaire étaient pourtant régulièrement documentées dans les régions voisines de Normandie, du reste du Bassin parisien et de l’est de la France.

3.1.1 Bâtiments sur radiers de fondation

14Reconnus dans le nord de la France pour le Néolithique et la Protohistoire récente, les bâtiments restent inconnus pour les périodes de la Protohistoire ancienne. Ce qui a longtemps été imputé à un problème soit d’érosion des sites, soit de qualité de décapage, peut s’expliquer par le recours à un mode architectural différent, utilisant des radiers de fondation simplement posés sur le sol, radiers qui ne laissent aucune trace en cas de non-conservation du paléosol, ce qui est le cas sur l’essentiel des sites mis au jour. Ce mode de construction avait ainsi pu être mis en évidence lors des fouilles programmées de Catenoy (Oise : Blanchet, Talon 1987) et Choisy-au-Bac (Oise : Blanchet 1984 ; fig. 6) grâce à l’amplitude stratigraphique de ces sites qui a permis la conservation de couches d’habitat.

15Cette hypothèse architecturale a été testée grandeur nature sur le parc archéologique Samara dans la Somme où Gérard Fercocq a reconstitué, à partir des plans de fouille de Choisy-au-Bac, une de ces maisons qui, plus de 20 ans après sa construction, tient toujours debout (fig. 7).

16Dans d’autres régions françaises, la fouille récente effectuée sur le tracé du TGV Méditerranée à Laprade (Vaucluse) par Yves Billaud (2005) a permis de mettre en évidence des bâtiments à architecture de terre et la synthèse effectuée par Jean-François Piningre et Théophane Nicolas (2005) sur les campagnes de fouille programmées du site de Quitteur (Haute-Saône) s’appuie sur l’hypothèse de bâtiments sur radiers. Cependant l’identification de vestiges fugaces d’architectures non fondées avait été faite par Joël Vital et Jean-Louis Voruz (1984) sur la fouille méticuleuse du site de l’âge du Bronze final de Bavois-en-Raillon (Suisse).

17L’existence de bâtiments de cette nature permet de relativiser le manque d’intérêt pour les sites qualifiés d’habitat mais sur lesquels aucun plan d’unité d’habitation ne peut être mis en évidence, sites alors considérés comme érodés ou incomplets, donc pas ou peu utilisables dans une étude synthétique sur l’habitat. Le fait d’admettre l’existence de ce type architectural qui d’ailleurs a été utilisé non seulement pour d’autres périodes et régions, et de façon importante au Moyen Âge voire jusqu’au siècle dernier pour certaines constructions rurales annexes ou dans des milieux particuliers comme la haute montagne, est essentiel pour la compréhension de l’habitat.

18Enfin, il s’avère que le recours à ce type d’architecture pour les régions étudiées dans cette contribution ne semble pas s’être limité à la Picardie et au Nord-Pas-de-Calais, les concentrations de fosses du site d’Ifs (Calvados, Le Goff 2001) devaient être associées à des maisons de ce type, de même que les sites de Cussy (Calvados : Marcigny, Ghesquière 1998) ou de Criquetot-sur-Ouville (Seine-Maritime : Rougier 1998).

Fig- 6- Plan de la phase 2 de l’habitat de Choisy-au-Bac (Oise) avec ses bâtiments sur radiers de fondation (d’après Blanchet 1984).

Fig- 6- Plan de la phase 2 de l’habitat de Choisy-au-Bac (Oise) avec ses bâtiments sur radiers de fondation (d’après Blanchet 1984).

Fig. 7. Reconstitution dans le parc archéologique SAMARA (Somme) d’une des maisons de Choisy-au-Bac (Oise) construite sur radier de fondation (travaux et photo G. Fercocq).

Fig. 7. Reconstitution dans le parc archéologique SAMARA (Somme) d’une des maisons de Choisy-au-Bac (Oise) construite sur radier de fondation (travaux et photo G. Fercocq).

Fig. 8. Exemple de bâtiments de plan circulaire.

Fig. 8. Exemple de bâtiments de plan circulaire.

A : bâtiment avec entrée sur 4 poteaux,
B : bâtiment avec entrée sur 6 poteaux (extrait de Jahier 1997).

3.1.2. Bâtiments sur poteaux plantés

19En Normandie a pu être mis en évidence un nombre conséquent de maisons à poteaux plantés de plan circulaire (Lepaumier et al. 2005 ; fig. 8) dès le Bronze ancien à St-Vigor-d’Ymonville (Seine-Maritime), plans que l’on retrouve au Bronze moyen à Tatihou (Manche) mais surtout en plus grand nombre et dotés d’un porche à Malleville-sur-le-Bec (Eure : Mare 2005) et Cahagnes (Calvados : Jahier et al. 2000).

20Quelques plans circulaires ou ovalaires ont également été identifiés principalement pour le Bronze moyen dans le nord de la France à Rœux (Pas-de-Calais : Desfossés et al. 2000), Étaples (Pas-de-Calais : Desfossés 2000), Seclin (Nord : Revillion et al. 1994) et Erre (Nord : Sys, Leroy-Langelin 2004). Mais on n’a pas mis en évidence pour l’instant dans le nord de la France de bâtiments à plan circulaire pour le Bronze final et le Premier âge du Fer.

21Un bâtiment sur poteaux plantés de plan rectangulaire à double nef et abside de 17 m sur 7, a été fouillé accompagné de bâtiments annexes dans une enceinte rectangulaire à Nonant (Calvados : Marcigny 2005a) ; il s’agit d’un établissement rural tout à fait comparable aux fermes indigènes de la Protohistoire récente mais qui a livré du matériel Bronze moyen. Ce type de bâtiment reste exceptionnel pour toutes les régions étudiées et pour l’ensemble de l’âge du Bronze. Citons également à Beautot (Seine-Maritime : Rougier 1998 : fig. 9a) un établissement rural daté du Bronze final qui a livré une maison à double nef de 13 m sur 7, habitat doté de palissades et de bâtiments annexes à 6 ou 8 poteaux.

22Des bâtiments plus petits ont pu être fouillés ici et là, mais ils sont assez simples et souvent considérés comme des annexes (Lepaumier et al. 2005 ; Buchez 2005). Des greniers à 4 ou 6 poteaux sont fréquents et sont identifiés régulièrement sur toute la zone étudiée et quelle que soit la période, associés aussi bien à des maisons sur poteaux à plan circulaire ou rectangulaire qu’aux maisons sur radier de fondation et quelle que soit la taille de l’habitat, de la simple unité isolée comme à Cagny (Calvados : San Juan et al. 1996), Verberie (Oise : Blanchet, Talon 2005 ; Pinard et al. 2000 ; fig. 9b) et Inghem (Pas-de-Calais : Piningre 2005) au village. Dans ce cas le nombre de greniers peut coïncider avec le nombre d’unités d’habitation comme à Malleville-sur-le-Bec (Eure : Mare 2005) pour le milieu du Bronze final, ou atteindre un nombre plus conséquent qui pourrait correspondre à une utilisation différente et des stockages plus importants comme à Osly-Courtil (Aisne : Le Guen et al. 2005) et Cahagnes (Calvados : Jahier 2005), ces deux sites étant attribués au Bronze final et Premier âge du Fer.

3.2. L’Organisation de l’habitat

3.2.1. Au Bronze ancien et moyen, des fermes isolées et les premiers parcellaires

23Pour les périodes de l’âge du Bronze ancien et moyen et le début du Bronze final, l’habitat est surtout constitué de fermes isolées dont l’emprise au sol est assez faible. Toute la difficulté tient donc dans l’identification de ces vestiges dans le cadre de diagnostic à 10 % et en cas de fenêtres de décapage limitées. De plus se pose un second problème constitué par la nature des structures qui, comme pour les périodes précédentes, ont un faible impact au sol. Pour la majorité des sites connus pour ces périodes – qui en plus ne sont pas nombreux – l’habitat est documenté par un niveau de sol ou quelques vestiges piégés dans un chablis. Ce n’est qu’à partir du Bronze final que les structures en creux plus favorables à recueillir les rejets d’habitat (silos, puits ou fosses d’extraction...) sont identifiées. Cependant les fouilles préventives menées ces dernières années en Normandie ont permis de mettre au jour des types d’habitat qui n’ont, pour l’instant, pas été détectés sur le reste du nord-ouest de la France. Il s’agit d’une part de systèmes de parcellaire (Marcigny, Ghesquière 2003) associés à des habitats dont les fossés conséquents ont marqué le paysage et piégé de nombreux vestiges et, d’autre part, d’habitats enclos dont l’aspect rappelle les fermes gauloises de la Protohistoire récente (Nonant et Mondeville dans le Calvados : Marcigny 2005a ; Besnard et al. 2006 ; Chancerel et al. 2006). Ce type d’établissement enclos et de parcellaire structuré n’a pas été identifié pour le Bronze final, ni pour le reste de la Protohistoire ancienne d’une façon générale. Il faudra attendre la fin du Premier âge du Fer en Normandie et La Tène moyenne plus au nord pour voir de nouveau apparaître à la fois des fermes encloses et du parcellaire.

24En Grande Bretagne, des systèmes parcellaires ont aussi été identifiés pour l’âge du Bronze ancien et moyen ; ils sont abandonnés, comme en Normandie, au cours du Bronze final. Des fermes encloses dont l’interprétation évolue suivant les sites, apparaissent aussi en Angleterre à partir de la fin du Bronze moyen, elles perdurent durant tout le Bronze final (Needham 1992).

3.2.2. À partir du milieu du Bronze final, une densification et complexification de l’habitat

25Une étude exhaustive réalisée en Picardie dans le cadre d’un bilan de la recherche archéologique régionale a permis de mesurer une évolution au sein du Bronze final (Brun et al. 2005 ; Brun et al. à paraître). Pour ce faire a été utilisée une typologie fonctionnelle reposant sur la taille des sites domestiques et funéraires en les classant en trois catégories : les petits (1 à 9 tombes ou structures d’habitat), les moyens (10 à 40 tombes ou structures d’habitat) et les grands (plus de 40 tombes ou structures d’habitat).

26Tout d’abord, on peut constater, pour cette région, que c’est à partir de la phase moyenne du Bronze final que l’on dispose de sites d’habitat en nombre conséquent et présentant un plan explicite.

27L’image qui prévaut reste celle de petites unités de faibles superficies ; les vestiges qui s’égrènent souvent sur 100 à 150 m pouvant correspondre au déplacement de celles-ci ou à la coexistence de plusieurs unités.

28À côté de fermes isolées qui étaient jusqu’ici pour l’ensemble de l’âge du Bronze la nonne, semblent exister à partir de la fin du Bronze final, des concentrations plus importantes de fosses qui suggèrent l’existence de sites groupés importants. La surface d’un établissement passerait alors d’une centaine de mètres carrés à plus d’un hectare.

29Ainsi pour la transition Bronze-Fer, l’ensemble de la région picarde constituée de trois départements (Aisne, Oise et Somme) a livré un total de 55 sites d’habitat, l’Oise restant le seul département à disposer des sites de hauteur fortifiés (4) dont l’occupation est avérée pour la transition Bronze-Fer, sites auxquels il faut ajouter les occupations des phases 2 et 3 de la Confluence à Choisy-au-Bac, enceintes d’un rempart doublé d’un fossé (Blanchet 1984). Le comparatif typologique effectué sur la taille des sites montre l’apparition de grands habitats (plus de quarante structures) sur l’ensemble de la région : 6 grands sites pour 11 moyens et 38 petits.

Fig. 9. Plan des habitats de : A, Beautot (Seine-Maritime ; d’après Rougier 1998) et B, Verberie (Oise ; d’après Pinard et al. 2000).

Fig. 9. Plan des habitats de : A, Beautot (Seine-Maritime ; d’après Rougier 1998) et B, Verberie (Oise ; d’après Pinard et al. 2000).

30Ce constat peut être fait dans les autres régions mais l’identification réelle de la taille et nature des sites dépend de l’ampleur de la surface décapée (Brun et al. 2006) autour des structures découvertes : trois fosses regroupées peuvent correspondre à un habitat isolé si on se contente d’effectuer l’ouverture d’une fenêtre de 500 m2 autour de ces vestiges. Ce n’est qu’à l’occasion de décapages plus vastes faits lors de l’exploration d’un site multipériode de taille conséquente ou d’une politique volontariste adaptée à la Protohistoire ancienne, que l’on peut mettre en évidence l’existence de petites concentrations de vestiges régulièrement espacées d’une trentaine de mètres qui peuvent correspondre selon leur synchronie ou diachronie, au déplacement d’une petite ferme ou à la contemporanéité de différentes cellules d’habitat réparties sous la forme d’un habitat groupé.

31De la Normandie aux Flandres, plusieurs sites peuvent correspondre à ce type d’habitat – fait de plusieurs concentrations éparses – qui semble apparaître dès l’étape moyenne du Bronze final avec le site de Vignacourt (Somme : Buchez, Talon 2005) et Feuillère (Somme : Talon 2000). Pour la transition Bronze-Fer, leur nombre augmente : il s’agit d’Ifs (Calvados : Le Goff 2001) où deux concentrations de fosses ont pu être identifiées sur une surface de 10 ha, même si l’étude en cours des vestiges céramiques montre la diachronie d’une partie de l’occupation, la majorité des concentrations semble contemporaine et attribuable aux phases moyenne et finale du Bronze final de Longueil-Sainte-Marie (Oise : Billand, Talon 1992), étudié dans le cadre d’une carrière et daté du BFIIIb, et d’Aire-sur-la-Lys (Pas-de-Calais : Lorin et al. 2005) dont la fouille effectuée dans le cadre d’une ZAC par Yann Lorin (site en cours d’étude avec la collaboration d’A. Henton) a permis la mise en évidence d’une dizaine de concentrations régulièrement espacées d’une trentaine de mètres.

32Cette augmentation de sites entre le Bronze final IIb-IIIa et le Bronze final IIIb-Hallstatt ancien a été clairement mesurée dans l’étude exhaustive réalisée en Picardie (Brun et al. à paraître) où 40 entités (habitats et gisements funéraires) ont pu être décomptées pour les deux siècles que dure approximativement l’étape moyenne, soit 20 sites par siècle en moyenne et 87 pour la fourchette d’environ trois siècles de la transition Bronze final/Premier âge du Fer, soit 29 sites par siècle. Cette tendance forte est confirmée dans cette étude picarde par les décomptes des périodes suivantes qui seront de mieux en mieux documentées, reflétant une augmentation démographique régulière et linéaire tout au long de la Protohistoire.

33La mise en évidence de cette densification est cependant liée à l’identification des vestiges de la phase moyenne du Bronze final, fortement marqués par les éléments céramiques d’influence RSFO. En l’absence de ces fossiles directeurs, la seule présence de céramique de type Plain ware avec ses formes atypiques et non décorées ne permet pas toujours d’attribuer chronologiquement un site, sa datation pouvant alors recouvrir le Premier âge du Fer voire La Tène ancienne du fait de la confusion possible entre certaines formes céramiques de type Plain ware/Decorated ware et des formes équivalentes continentales et plus récentes.

3.2.3. Des concentrations fortes pouvant correspondre à de premiers villages

34Après les fermes isolées et les concentrations éparses, un troisième niveau de concentration est maintenant identifié sur les régions étudiées bien que chaque cas semble différent l’un de l’autre.

35Un premier type correspond à la concentration importante d’unités d’habitation accompagnées de différents bâtiments annexes. Trois sites illustrent ce type, il s’agit de Cahagnes (Calvados : Jahier 2005 : fig. 10a), Malleville-sur-le-Bec (Eure : Mare 2005 ; fig. 10b) et Osly-Courtil (Aisne : Le Guen 2005). À Malleville-sur-le-Bec, la fouille conduite par E. Mare sur le tracé de l’A28 a porté sur 4,5 hectares et permis la découverte d’une enceinte circulaire monumentale de 52 m de diamètre tout à fait similaire aux ring forts britanniques, d’un ensemble de structures d’habitat dont une vingtaine de maisons de plan circulaire d’une dizaine de mètres de diamètre et d’une nécropole, située à 130 m au sud-est du village, comprenant au moins 5 enclos circulaires et les vestiges fugaces de plusieurs dizaines de fosses à incinération. L’étude de l’enceinte à l’intérieur de laquelle aucune maison n’a pu être mise en évidence et l’étude spatiale de l’habitat laissent supposer l’existence de 2 à 3 phases de construction étalées entre la phase moyenne et finale du Bronze final. Plus de 200 kg de céramique correspondant à 629 formes font de ce site un ensemble de référence pour le Bronze final et les liens avec le sud de l’Angleterre.

36À Cahagnes, la moitié de la surface du site, estimée à 4 hectares, a été fouillée par I. Jahier sur l’emprise du tracé de l’A84 et a livré une vingtaine de maisons de plan circulaire accompagnées de dépendances de plan quadrangulaire et d’une grande construction circulaire de 15 m de diamètre qui pourrait correspondre aux grandes architectures cultuelles et cérémonielles de Grande-Bretagne. Le chevauchement de certains bâtiments permet d’identifier au moins deux phases de construction. Deux ensembles de bâtiments annexes isolés des maisons pourraient correspondre à des zones collectives de stockage. Le site très érodé et dépourvu de structures en creux a livré très peu de matériel qui a cependant permis d’attribuer l’occupation du site à la transition Bronze-Fer.

37Plus à l’est, dans la vallée de l’Aisne, à Osly-Courtil, l’extension d’une carrière en contexte alluvial a permis la fouille sur 2 hectares de différentes occupations dont un habitat du Bronze final IIIb qui a été étudié par P. Le Guen. Si culturellement ce site est plutôt rattaché à des influences plus continentales, la concentration des 24 greniers, des silos et des fosses de cet habitat dont les maisons non identifiées devaient être construites sur radiers de fondation permet de l’interpréter comme un village. La mise en évidence de nombreuses structures de stockage de grains, qu’elles soient aériennes ou souterraines, ainsi que la découverte de moules de bronzier précise le rôle joué par cet échelon territorial supra-local en terme de stockage et redistribution des céréales et production de bronze.

38Ces trois exemples peuvent être complétés par la phase 1 de Choisy-au-Bac (Oise : Blanchet 1984) qui correspond à un village de type ouvert dont les maisons sont construites sur des radiers de fondation, bâtiments d’habitat complétés par des annexes et des foyers de bronzier.

39Ce troisième niveau de concentration pourrait correspondre à de véritables villages puisque l’ampleur des décapages réalisés permet d’avoir, selon les sites, des éléments probants sur leur organisation structurelle, leur densité d’occupation, leur diversité de productions, leurs stockages et leur proximité avec des structures cultuelles ou funéraires. Dans l’idéal, et pour pouvoir interpréter ces sites comme de véritables villages dans l’esprit de nos collègues médiévistes (Zadora-Rio 1995), il faudrait pouvoir mettre en évidence pour chaque habitat ces éléments, chose difficile à faire vu la nature de la documentation disponible pour l’âge du Bronze et la difficulté de récolter des données autrement que par un décapage extensif.

Fig. 10. Plan des « villages » de A : Malleville-sur-le-Bec (Eure, d’après Mare 2005) et B : Cahagnes (Calvados ; d’après Jahier 2005).

Fig. 10. Plan des « villages » de A : Malleville-sur-le-Bec (Eure, d’après Mare 2005) et B : Cahagnes (Calvados ; d’après Jahier 2005).

40Les fouilles menées ces dernières années en France permettent de reconnaître ces villages dans d’autres régions pour la fin du Bronze final, il s’agit notamment des sites de Changis dans la vallée de la Marne (Seine-et-Marne : Lafage et al. 2006), Grisy et Châtenay en Bassée (Seine-et-Marne : Mordant, Gouge 1992) du Pré de la Cour à Montagnieu (Ain : Vital 1993) qui viennent rejoindre un des seuls villages identifiés pour le Bronze final, hors des sites palafittiques, Dampierre-sur-le-Doubs (Doubs : Pétrequin et al. 1969).

3.2.4. Les sites fortifiés de hauteur

41Un deuxième type de site peut également être identifié dans ce troisième niveau de concentration, il s’agit de concentrations fortes liées à l’installation sur un site fortifié, en général de hauteur, qu’il soit un éperon barré ou un plateau enceint. Les unités d’habitat sont construites à l’intérieur de la zone enclose ou défendue. Les sites datés du milieu du Bronze final de Fort-Harrouard (Eure : Mohen, Bailloud 1987), Quiévrecourt (Seine-Maritime : Beurion, Billard 2005 ; fig. 11), Catenoy (Oise : Blanchet, Talon 1987) et Saint-Pierre-en-Chastres (Oise : Blanchet 1984) répondent à cette définition. Pour la transition Bronze-Fer, il est plus difficile, excepté pour l’Oise, seul département français du nord de la France qui dispose de sites de hauteur occupés au Bronze final, de déterminer si les quelques sites de hauteur documentés anciennement sont réellement occupés par des habitats permanents.

42Par contre, pour cette région, les phases 2 et 3 du site de Choisy-au-Bac (Blanchet 1984) attribuées au Hallstatt ancien (Ha C) pourraient illustrer ce type d’habitat fortifié en fond de vallée. Ce site édifié à la confluence de l’Aisne et de l’Oise présente une stratigraphie conséquente constituée de villages successifs où ont pu être mis en évidence des vestiges de métallurgie du Bronze et du Fer. Soulignons qu’un nombre exceptioinnel de dépôts d’objets en bronze de la fin du Bronze final a été découvert dans ce secteur de la moyenne vallée de l’Oise (Blanchet 2001). Il est à signaler pour cette zone que l’augmentation importante du nombre de sites répertoriés durant la phase moyenne du Bronze final s’accompagnait, également, de l’occupation de sites fortifiés dotés d’installations métallurgiques comme à Saint-Pierre-en-Chastres et Catenoy. Un autre secteur a livré en Picardie des dépôts de la fin du Bronze final : il s’agit de la région d’Amiens avec le site éponyme du Plainseau, zone urbanisée où n’ont pas pu, pour l’instant, être identifiés d’installations métallurgiques ni de sites fortifiés. Cette activité métallurgique existe plus au sud sur les sites du Fort-Harrouard (Eure) et de Quiévrecourt (Seine-Maritime) datés de la phase moyenne du Bronze final, mais la continuité de productions équivalentes pour la transition Bronze-Fer n’a pas pu être encore documentée par la découverte d’installations ou de vestiges correspondant. Cependant, alors que dans le nord de la France, comme d’ailleurs dans le sud-est de l’Angleterre, les sites de hauteur ne semblent pas ou plus occupés à la fin du Bronze final, en Normandie certains sites en position d’éperon restent occupés. Le cas le plus connu est celui du Mont Joly à Soumont-Saint-Quentin (Calvados : Van Den Bossche 2007) mais peuvent être cités également le camp de Bierre à Merri (Orne : Verron 2000) et l’éperon barré de Basly (Calvados : Lepaumier, San Juan 2005) attribué au milieu du Premier âge du Fer et interprété comme une résidence aristocratique.

43Il ressort donc que les concentrations importantes d’unités d’habitation et les sites fortifiés de hauteur appartiennent à un même niveau de concentration qui ne peut cependant pas être interprété comme un même niveau fonctionnel en terme d’organisation territoriale. En effet ces sites ne sont pas tous contemporains et n’appartiennent pas forcément à la même aire culturelle, or il est évident que les sites fortifiés de la vallée de l’Oise, placés chronologiquement et spatialement dans une zone frontière entre les complexes atlantiques et nord-alpins n’ont pas la même utilité que les sites fortifiés normands.

3.2.5. Les ring forts

44Plus à l’ouest, apparaissent dès le Bronze ancien-moyen à Étaples (Pas-de-Calais : Desfossés 2000) des enceintes fortifiées de plateau qui pourraient être à l’origine des enceintes plus récentes (ring forts) identifiées en fouille en Normandie à Malleville-sur-le-Bec (Eure : Mare 2005 : fig. 10b) et Cagny (Calvados : Marcigny et al. 2005), et en photographie aérienne dans la plaine de Caen (une dizaine d’exemples, information orale Jean Desloges) et dans la vallée de la Somme (six exemples : Buchez, Talon 2005).

45L’enceinte de Malleville-sur-le-Bec est très comparable au ring fort de Springfield (Essex : Buckley et Hedges 1987) de même que sa datation ainsi que celle de Cagny, ces trois sites étant également contemporains des ring forts britanniques de Mill Hill à Deal (Kent : Champion 1980), de Mucking South et North Ring (Essex : Jones, Bond 1980, Bond 1988) et Thwing (Yorkshire : Manby 1980).

46Il est difficile, pour l’instant, d’interpréter le rôle joué par ces ring forts dans une compréhension de l’organisation territoriale ; on peut juste constater qu’ils peuvent jouer des rôles différents, comme de l’autre côté de la Manche : enceinte cultuelle, place défensive ou ferme aristocratique. Ils semblent, pour l’instant, n’avoir été reconnus que sur les territoires de F entité Manche – Mer du Nord et être abandonnés en Normandie à la transition Bronze-Fer, période à laquelle les sites fortifiés de hauteur sont de nouveau occupés.

Fig. 11. Le site fortifié de Quiévrecourt (Seine-Maritime ; d’après Beurion, Billard 2005).

Fig. 11. Le site fortifié de Quiévrecourt (Seine-Maritime ; d’après Beurion, Billard 2005).

3.2.6. Les dikes

47La fin de l’âge du Bronze et le début de l’âge du Fer sont aussi marqués par l’édification d’un nouveau type de structure défensive : les dikes. Il existe encore peu d’exemples connus en France, mais cette structuration de l’espace, qui consiste à protéger de vastes espaces géographiques (des centaines d’hectares) par une levée de terre de plusieurs kilomètres de long, est bien identifiée outre-Manche, en Angleterre (comme dans le Yorkshire : Manby, 1980) ou en Irlande (le Black Pig’s Dyke séparant la partie nord de l’île : Raftery 2006).

48En Basse-Normandie, un aménagement de ce type barre la presqu’île de la Hague (fig. 12). Le Hague Dike est un retranchement de 2,7 km de long, large de 15 à 20 m, haut de 10 m, qui relie deux petits fleuves profondément encaissés, séparant la pointe de la Hague du reste de la presqu’île du Cotentin. Le rempart délimite ainsi une zone de 3 500 ha, formée de plusieurs espaces naturels, constituant autant de terroirs aux potentialités complémentaires et disposant de lieux d’échouages. Matérialisés par des limites naturelles (la mer au nord, à l’ouest et au sud) et artificielles (le rempart), la zone est définie par la complémentarité des habitats, nécropoles et lieux de production (mer aux ressources vivrières, fleuves côtiers, plaines marécageuses, sols limoneux pour l’agriculture...), définissant les contours concrets d’un territoire. Le rempart a fait l’objet de nombreuses fouilles dans les armées 1950 puis 1980 dans le cadre d’une intervention de sauvetage. Ces opérations ont été l’occasion de mieux comprendre la taphonomie de la levée de terre alors attribuée aux Vikings et de préciser sa datation. Le rare mobilier céramique et des dates isotopiques permettent aujourd’hui de bien caler la construction du retranchement à la fin de l’âge du Bronze (Marcigny 2005b).

Fig. 12. Profils schématiques du Hague Dilike. Les coupes A à P sont placées dans la partie encore en élévation du rempart. Les coupes Q à W sont situées dans un secteur où le Hague Dike se confond avec le réseau parcellaire (DAO, E. Gallouin d’après les relevés de l’archtecte G. de Monfreid).

Fig. 12. Profils schématiques du Hague Dilike. Les coupes A à P sont placées dans la partie encore en élévation du rempart. Les coupes Q à W sont situées dans un secteur où le Hague Dike se confond avec le réseau parcellaire (DAO, E. Gallouin d’après les relevés de l’archtecte G. de Monfreid).

49En vallée de Seine, une autre fortification présente de nombreux points communs avec le Hague Dike même si les données sont plus lacunaires. La presqu’île de Jumièges est en effet barrée par un rempart (le Fossé Saint-Philibert) de 2,5 km de long qui reprend le tracé d’une ancienne vallée. La surface ainsi délimitée avoisine les 1300 ha. Le rempart semble avoir une durée d’utilisation relativement longue mais l’état initial daté par 14C correspond à la fin de l’âge du Bronze (Penna 1992).

50Bénéficiant d’une réelle autonomie des moyens de production vivrière, ces territoires formaient très probablement à l’âge du Bronze des entités politiques.

4. LE DOMAINE FUNÉRAIRE

51L’image que l’on avait du domaine funéraire et de son évolution a complètement changé ces dernières années avec la mise en œuvre de grands décapages et le développement de l’archéologie préventive.

52Jusque-là, cette thématique était documentée d’une part par les photographies aériennes d’enclos circulaires repérés par centaines notamment par R. Agache dans la vallée de la Somme et par J. Desloges et G. San Juan dans la plaine de Caen, secteurs propices à ce type de prospection, d’autre part par des fouilles anciennes documentées par les comptes-rendus de découvertes de tombes à épée et de champs d’urnes, illustrant, par exemple, pour la transition Bronze-Fer en Picardie (Blanchet 1984), le passage des cavaliers porteurs d’épée ou l’arrivée d’une troisième vague de populations utilisant ce rite funéraire.

53Les fouilles de contrôle puis la réalisation de nouvelles interventions, notamment dans le contexte exhaustif des décapages en carrière, ont permis de mieux étudier et de dater les enclos circulaires dont l’essentiel semblait attribué aux âges du Bronze ancien et moyen.

54La mise au point au laboratoire de Groningue, aux Pays-Bas, d’une nouvelle méthode de datation au radiocarbone utilisant la bio-apatite des os incinérés (Lanting, Brindley 2005), a rendu possible la datation de ce type de vestiges sur lesquels le recours au 14C ne donnait pas de résultats. Cette avancée technique particulièrement importante pour l’âge du Bronze dont l’incinération est le principal rite funéraire dans nos régions, a permis de caler chronologiquement et progressivement les découvertes nouvelles et anciennes de tombes.

55L’attribution chronologique pressentie pour la datation des enclos a ainsi pu être confirmée à la fois par la multiplication des observations et fouilles faites dans le nord de la France (Toron 2005) mais également par les résultats obtenus par nos collègues flamands de l’université de Gand à travers leur programme de recherche (Cherretté, Bourgeois 2005).

56Pour la transition Bronze-Fer, l’analyse critique et le contrôle de certaines vieilles découvertes ne permettent pas de confirmer l’interprétation de certains sites comme des champs d’urnes (voir La Croix-St-Ouen « Le Prieuré » dans Blanchet, Talon 2005) ou de tombes à épée telles qu’elles sont décrites lors de leur découverte (Blanchet 1984), souvent en contexte de tourbière, associées ici à un cheval (Heilly, Somme et Paars, Aisne) et là à un bateau (Picquigny, Somme)... L’existence de ces épées n’est pas remise en question mais est, probablement, à rattacher aux autres découvertes similaires faites en contexte humide et relevant d’un geste cultuel.

57La multiplication des diagnostics archéologiques et l’attention portée aux vestiges les plus ténus lors des campagnes de sondage ont permis, ces dernières armées, de mettre au jour des cimetières à incinération datés de la fin de l’âge du Bronze. Cette période qui est bien connue grâce à la découverte de nombreux vestiges d’habitat, reste très mal documentée dans le domaine funéraire et dans toutes les régions situées de part et d’autre de la Manche et de la Mer du Nord.

58Plusieurs cimetières, récemment identifiés dans le Bassin parisien, se présentent sous la forme de concentrations de petites fosses au remplissage noirâtre. Ces dernières contiennent des restes du bûcher funéraire : des fragments d’os humains incinérés mêlés à des cendres et des charbons de bois (fig. 13). Une approche méthodologique de ces vestiges faite par I. Le Goff en collaboration avec E. Pinard et G. Billand a permis d’avancer dans l’identification et l’étude de ces structures funéraires qui sont maintenant clairement reconnues comme étant des tombes. Des journées d’étude organisées en 2006 dans le cadre de l’UMR HALMA-IPEL à Villeneuve-d’Ascq ont aidé à faire le point sur les découvertes de ce type faites dans le Bassin parisien et ses marges (Le Goff, Billand à paraître).

59L’étude fastidieuse des fragments d’os incinérés réalisée par les anthropologues atteste – quand la détermination du sexe et de l’âge est possible – de la présence d’hommes et de femmes, adultes et enfants parmi les défunts.

60Ces premiers cimetières, interprétés comme familiaux, démontrent une évolution dans les pratiques funéraires qui semblent désormais concerner l’ensemble des individus d’une communauté alors que durant les siècles précédents seules quelques personnes bénéficiaient d’une sépulture de type monumental.

61Dans la plupart des cas, les sépultures sont dépourvues d’objets mais le tamisage systématique des sédiments permet quelquefois de découvrir des morceaux de vase et des éléments de parure. Parmi eux, les plus étonnants sont des petits anneaux en or, les hairs rings, découverts régulièrement dans les différentes régions rattachées au groupe Manche – Mer du Nord, objets dont la fonction reste énigmatique et qui ont pendant longtemps servi de marqueur chronologique à la transition Bronze-Fer (O’Connor 1980 ; Toupet 1983 ; Eogan 1997 ; Warmenbol 1999). Cependant la possibilité récente de datation des os incinérés découverts avec ces anneaux et l’association de matériel d’influence RSFO ont permis de vieillir ces éléments de parure et de les attribuer maintenant au milieu du Bronze final (Billand, Talon 2007).

Fig. 13. Photo d’une incinération du Bronze final de Malleville-sur-le-Bec (Eure ; fouille E. Mare ; étude anthropologique I. Le Goff) ; la fosse a des contours diffus et les restes incinérés mêlés à des cendres et des charbons de bois sont particulièrement indigents (photo E. Mare, Inrap).

Fig. 13. Photo d’une incinération du Bronze final de Malleville-sur-le-Bec (Eure ; fouille E. Mare ; étude anthropologique I. Le Goff) ; la fosse a des contours diffus et les restes incinérés mêlés à des cendres et des charbons de bois sont particulièrement indigents (photo E. Mare, Inrap).

62Un réexamen des nécropoles à incinération attribuées jusqu’ici à la transition Bronze-Fer est donc en cours (Le Goff et al. à paraître) et aujourd’hui cette période semble bien peu documentée en tombes au vu des premiers résultats de ce travail.

63Ce constat rapproché du réexamen des découvertes anciennes qui sont peu fiables, n’est pas étonnant car il est également fait dans d’autres régions et notamment dans les îles Britanniques où le déficit de tombes est important pour la transition Bronze-Fer et où les rites funéraires (Brück 1995) sont documentés par quelques incinérations, des ossements humains épars, souvent en contexte d’habitats et des dépôts d’objets en milieu humide.

64Les régions situées de ce côté-ci de la Manche pourraient donc avoir également des rites funéraires similaires, avec un faible nombre de sépultures pour l’instant reconnu et des objets en bronze déposés en milieu humide et en rivière. Resterait à examiner nos vestiges d’habitat pour confirmer ou infirmer la présence de restes d’ossements humains épars. La découverte dans un contexte de la phase finale de l’âge du Bronze à Verberie (Oise : Blanchet et Talon 2005 ; Pinard et al. 2000) d’un frontal humain déposé à côté d’un vase de stockage entier illustrerait ce fait.

5. CONCLUSION

65Le développement de l’archéologie préventive et divers travaux collectifs réalisés dans le cadre du colloque de Lille (2000, publié en 2005), du PCR sur l’âge du Bronze en Basse-Normandie (1999-2003) et de la table ronde de Rouen en novembre 2005 (à paraître) nous permettent aujourd’hui, de préciser, pour l’âge du Bronze, l’appartenance culturelle des populations de la Normandie aux Flandres à une même entité située de part et d’autre de la Manche et de la Mer du Nord, rattachée au complexe culturel atlantique.

66Si la céramique à décor plastique (groupe des urnes/ GDU, groupe d’Eramecourt, Deverel-Rimbury...), bien qu’encore trop peu documentée, permet d’identifier et de dater, pour l’âge du Bronze ancien et moyen/final I, les sites mis au jour, il est plus difficile de suivre l’évolution culturelle du nord-ouest de la France pour les périodes de la fin de l’âge du Bronze et du Premier âge du Fer.

67En effet les facilités d’identification de la céramique de type (ou d’influences) RSFO ont monopolisé le regard des archéologues aux détriments de la reconnaissance de la céramique indigène correspondant plus à l’évolution sur place de populations dont le reste de la culture matérielle (architecture, métallurgie et rites funéraires) démontre qu’elles appartiennent toujours à la même communauté Manche-Mer du Nord (MMN).

68Dans cet article, un rappel de la documentation disponible pour le sud de l’Angleterre et de la chronologie correspondante remise à jour récemment par S. Needham, a permis de faire le point sur l’évolution de la céramique sur ces régions pour la transition Bronze-Fer (et sur la césure tournant autour de 800 avant notre ère). Cet exercice a eu pour but d’identifier des matériels similaires de ce côté de la Manche et de mesurer l’évolution de cette communauté culturelle, notamment dans ses rapports avec les groupes du complexe nord-alpin.

69Nous avons ensuite décliné les autres composants culturels de ces populations réparties de la Normandie aux Flandres, de l’architecture aux rites funéraires en passant par l’organisation de l’habitat. Si le fait funéraire n’est malheureusement pas ou peu prolixe pour la période et la zone considérée, il n’en est pas de même pour l’habitat qui de la simple ferme au site fortifié de hauteur, a pu être recoinnu sous différents aspects. Pour les maisons, l’architecture sur poteaux plantés en bois de plan circulaire bien documentée pour la Normandie semble laisser la place, pour le nord de la Seine, à une architecture sur radiers de fondation qui ne laisse aucune trace, rendant difficile la compréhension et l’organisation de l’habitat sur cette partie du territoire. Cependant il est possible de percevoir, à la fin de l’âge du Bronze et au début du Premier âge du Fer, l’apparition d’importantes concentrations de vestiges d’habitat, témoignant de l’existence de premiers villages aux aspects organisationnels différents, dans lesquels ont pu être mises en évidence des activités spécialisées.

70Aujourd’hui à l’aune de ces résultats, on ne peut que relire avec intérêt les articles de synthèse de S. Needham (1992) ou de T. Champion (1994) sur le sud de l’Angleterre et constater une fois encore les fortes similitudes qui unissent les deux rives de la Manche jusqu’au début de l’âge du Fer. Ces points de convergence, déjà connus anciennement pour ce qui concerne les objets métalliques, trouvent maintenant tout leurs sens lorsque l’on y adjoint les nouvelles données sur la céramique, l’architecture, l’évolution de l’habitat, du parcellaire et des rites funéraires. Il paraît de plus en plus évident que ces régions appartiennent à un même réseau économique et partagent une même identité culturelle.

Bibliographie

Bibliographie

BARRETT J., 1976 – Deverel Rimbury : problems of chronology and interprétation. In : BURGESS C., MIKETR. dir., 1976 – Seulement and economy in the Third and Second Millenia B.C. Oxford, p. 289-307 (B.A.R., 33).

BARRETT J., 1979 – Later Bronze Age Pottery in Southern Britain, Current Archaeology, 67, p. 230-237.

BARRETT J., 1980 – The pottery of the Later Bronze Age in Lowland England. Proceedings of the Prehistoric Society, 46. p. 297-319.

BESNARD-VAUTERIN C.-C., CHANCEREL A., MARCIGNY C., 2006 – L’enceinte de l’âge du Bronze moyen de l’Etoile (Mondeville). In : CHANCEREL A., MARCIGNY C., GHESQUIÈRE E. éd. 2006, p. 112- 138.

BEURION C., BILLARD C., 2005 – L’occupation de l’âge du Bronze final du site de Quiévrecourt « L’Hôpital » (Seine-Maritime). In : BOURGEOIS J., TALON M. dir., 2005, p. 269-286, 9 fig.

BILLAND G., TALON M., 1992 – Le site protohistorique de « La butte de Rhuis II » à Longueil-Sainte-Marie (Oise), étude préliminaire. In : Programme de surveillance et d’étude archéologique des sablières de la moyenne vallée de l’Oise : rapport d’activité 1990. CRAVO et Service régional de l’archéologie de Picardie, p. 165-182, 15 fig.

BILLAND G., TALON M., 2007 – Apport du Bronze Age Studies Group au vieillissement des hair-rings dans le Nord de la France. In : BURGESS C., TOPPING P., LYNCH F. dir., 2007 – Beyond Stonehenge : Essays on the Bronze Age in Honour of Colin Burgess. Oxbow Books, p. 342-351, 5 fig.

BILLARD C., CLET-PELLERIN M., LAUTRIDOU J.-P., 1995 – Un site protohistorique littoral dans le havre de la Vanlée à Lingreville et Bricqueville-sur-Mer (Manche). Revue Archéologique de l’Ouest, 12, p. 73-110.

BILLARD C., BLANCHET J.-C., TALON M., 1996 – Origine et composantes de l’âge du Bronze ancien dans le Nord-Ouest de la France. In : MORDANT C., GAIFFE O. dir., – Cultures et Sociétés du Bronze ancien en Europe 117e Congrès National des Sociétés Historiques et Scientifiques, 1992, Pré- et Protohistoire. Paris, Éd. du C.T.H.S., p. 579-601, 7 fig., 3 tabl.

BILLAUD Y., 2005 – Traces fugaces et architecture de terre au Bronze final : le cas de Laprade (Lamotte-du-Rhône, Vaucluse, TGV Méditerranée). In : BUCHSENSCHUTZ O., MORDANT C. dir., 2005 – Architectures protohistoriques en Europe occidentale du Néolithique final à l’âge du Fer. Actes du 127e congrès du C.T.H.S., Nancy, 15-20 avril 2002. Paris, Éd. du C.T.H.S., p. 389-404, 9 fig.

BLANCHET J.-C., 1984 – Les premiers métallurgistes en Picardie et dans le Nord de la France. 608 p., 250 fig. (Mémoires de la Société Préhistorique Française, 17).

BLANCHET J.-C. 2001 – Nouveaux dépôts de la transition âge du Bronze final / début du Premier âge du Fer dans le contexte de la moyenne vallée de l’Oise. In : LE ROUX C.T. dir., 2001 – Hommage scientifique à la mémoire de Jean L’Helgouac’h et mélanges offerts à Jacques Briard. Du monde des chasseurs à celui des métallurgistes, p. 171-180, 4 fig. (Revue Archéologique de l’Ouest, suppl. 9).

BLANCHET J.-C., TALON M., 1987 – L’Eperon barré du « Camp de César » à Catenoy (Oise) à l’âge du Bronze final : Premiers résultats. In : BLANCHET J.-C., dir., 1987 – Les relations entre le continent et les îles Britanniques à l’âge du Bronze, Actes du Colloque de Lille, 1984. Société Préhistorique Française / Revue Archéologique de Picardie, p. 189-210, 16 fig.

BLANCHET J.-C., TALON M., 2005 – L’âge du Bronze dans la moyenne vallée de l’Oise : apports récents. In : BOURGEOIS J., TALON M., dir., 2005 – p. 232-273, 26 fig.

BOND D., 1988 – Excavation at the North Ring, Mucking, Essex. East Anglian Archaeology, 43.

BOURGEOIS J., CHERETTÉ B., 2005 – L’âge du Bronze et le Premier âge du Fer dans les Flandres occidentale et orientale (Belgique) : un état de la question. In : BOURGEOIS J., TALON M. dir., 2005, p. 43-81, 32 fig. et 4 tab.

BOURGEOIS J., TALON M. dir., 2005 – L’âge du Bronze du Nord-Ouest de la France dans le contexte européen occidental : nouvelles découvertes et propositions de périodisation, Actes de la table ronde tenue dans le cadre du 125e Congrès national des sociétés historiques et scientifiques, Lille, 2000, Pré- et Protohistoire. Paris, Éd. du C.T.H.S.-A.P.R.A.B., 380 p.

BRADLEY R., 1994 – The social foundaiions of prehistoric Britain. London and New York, Lolgnman, 195 p.

BRADLEY R., LOBB S., RICHARDS J., ROBINSON M., 1980 – Two late Bronze Age settlements on the Kennet Gravels : excavations at Aldermaston wharf and Knight’s Farm, Burghfiels, Berkshire. Proceedings of the Prehistoric Society, 46, p. 217-295.

BRIARD J., 1987 -Wessex et Armorique, une révision. In : BLANCHET J.-C. dir., 1987 – Les relations entre le continent et les îles Britanniques à l’âge du Bronze, Actes du Colloque de Lille, 1984. Société Préhistorique Française/ Revue Archéologique de Picardie, p. 77-87, 5 fig.

BRUCK J., 1995 – A place for the dead : the role of humain remains in the Late Bronze Age. Proceedings of the Prehistoric Society, 61, p. 245-277.

BRUN P., 1991 – Le Bronze atlantique et ses subdivisions culturelles : essai de définition. In : CHEVILLOT C., COFFYN A. dir., 1991 – L’âge du Bronze Atlantique : ses faciès, de l’Ecosse à l’Andalousie et leurs relations avec le bronze continental et la Méditerranée, Actes du 1er Colloque du Parc Archéologique de Beynac, 10-14 Sept. 1990. A. MU. SA., p. 11-24.

BRUN P., 1998 – Le complexe culturel atlantique : entre le cristal et la fumée. In : OLIVEIRA J. éd., 1998 – Existe uma Idade do Bronze atlântico ? Lisbonne, Instituto Português de Arqueologia, p. 40-51.

BRUN P., BUCHEZ N., GAUDEFROY S., TALON M., 2005 – La protohistoire ancienne en Picardie. In : La recherche archéologique en Picardie : Bilans et Perspectives. Revue Archéologique de Picardie, 2005/3-4, p. 99-120, 22 fig.

BRUN P., MARCIGNY C., VANMOERKERKE J., dir. 2006 – Une archéologie des réseaux locaux. Quelles surfaces étudier pour quelle représentativité ? Actes de la table ronde des 14 et 15 juin 2005 à Châlons-en-Champagne. Les Nouvelles de l’Archéologie, n° 104, 96 p.

BRUN P., BUCHEZ N., LE GUEN P., TALON M., à paraître – La transition de l’âge du Bronze à l’âge du Fer en Picardie. In : Le nord-ouest du Bassin parisien à la fin de l’âge du Bronze et au début de l’âge du Bronze et au début de l’âge du Fer. Identités et influences. Actes de la table ronde de Rouen 2005. Revue Archéologique de l’Ouest.

BUCHEZ N., 2005 – Architecture de l’habitat de l’âge du Bronze à La Tène ancienne dans la Somme. In : BUCHSENSCHUTZ O., MORDANT C., dir., 2005 – Architectures protohistoriques en Europe occidentale du néolithique final à l’âge du Fer, Actes du 127e congrès des C.T.H.S., Nancy, 15-20 avril 2002. Paris, Éd. du C.T.H.S., p. 203-208.

BUCHEZ N., TALON M., 2005 – L’âge du Bronze dans le bassin de la Somme, bilan et périodisation du mobilier céramique. In : BOURGEOIS J., TALON M. dir, 2005, p. 159-188, 14 fig.

BUCKLEY D.G., HEDGES J.D., 1987 – The Late Bronze Age and Saxon settlements at Springfield Lyons, Essex : an intérim report. Essex County Council, Occasional Paper n° 5.

BURGESS C., 1987 – Les rapports entre la France et la Grande-Bretagne pendant l’âge du Bronze : problèmes de poteries et d’habitats. In : BLANCHET J.-C., dir., 1987- Les relations entre le continent et les îles Britanniques à l’âge du Bronze, Actes du Colloque de Lille, 1984. Société Préhistorique Française/Revue Archéologique de Picardie, p. 307-318.

BURGESS C., 1996 – “Urns”, culture du Wessex et la tradition Bronze ancien-Bronze moyen en Grande Bretagne. In : MORDANT C., GAIFFE O. dir., 1996 – Cultures et Sociétés du Bronze ancien en Europe 117e Congrès National des Sociétés Historiques et Scientifiques, 1992, Pré- et Protohistoire. Paris, Éd. du C.T.H.S., p. 605-621, 5 fig.

CHAMPION T., 1980 – Settlement and environment in later Bronze Age Kent. In ; BARRETT J., BRADLEY R., dir., 1980 – Settlement and Society in the British Later Bronze Age, p. 223-246 (B.A.R., 83).

CHAMPION T., 1994 – Socio-Economie Development in Eastem England in the First Millennium B.C. In : KRISTIANSEN K., JENSEN J. éd., 1994 – Europe in the First Millennium B.C., p. 125-144.7 fig. (Sheffield Archaeological Monographs, 6).

CHANCEREL A., MARCIGNY C., GHESQUIÈRE E., 2006 – Le plateau de Mondeville (Calvados) du Néolithique à l’âge du Bronze (Documents d’Archéologie Française, 99).

CHANCERELA., MARCIGNY C., SAN JUAN G., 2006 – La double enceinte de l’âge du Bronze moyen de la ZI sud (Mondeville, Grentheville). In : CHANCERELA., MARCIGNY C., GHESQUIÈRE E., 2006, p. 140-172.

CHERETTÉ B., BOURGEOIS J., 2001 – Circles for the dead. Early and Middle Bronze Age Funerary Practices in Western Flanders – Belgium (2000-1100 BC). Actes du XIVe congrès UISPP, Liège 2001. Liège, p. 25-31, 6 fig.

DESFOSSÉS Y., dir., 2000 – Archéologie préventive en vallée de Canche, les sites protohistoriques fouillés dans le cadre de la réalisation de l’autoroute A16. Berck-sur-Mer. 427 p. (Nord-Ouest Archéologie).

DESFOSSÉS Y., MARTIALE., VALLIN L., 1992 – Le site d’habitat du Bronze moyen du « Château d’eau « à Roeux (Pas-de-Calais). In : Habitats et nécropoles à l’âge du Bronze sur le transmanche et le T.G.V. nord. Bulletin de la Société Préhistorique Française, tome 89/10-12. Travaux I, p. 59-107.

ELLISON A., 1980 – Deverel-Rimbury urn cemeteries : the evidence for social organisation. In : BARRETT J. C. BRADLEY R., dir., 1980 – Seulement and Society in the British Later Bronze Age, p. 115-126. Oxford (B.A.R., 83).

EOGAN G., 1997 – “Hair-rings” and European Late Bronze Age society. Antiquity, 71, n° 272, p. 308-320.

FOKKENS H., 2005 – Le début de l’âge du Bronze aux Pays-Bas et l’horizon Hilversum ancien. In : BOURGEOIS J., TALON M. dir., 2005, p. 11-33, 13 fig.

GAUDEFROY S., LE GOFF I., 2004 – La nécropole du début du Bronze final de Vemeuil-en-Halatte (Oise). Revue Archéologique de Picardie, n° 1/2, p. 19-32.

GOUGE P., PEAKE R., 2005 – Aux marges du Bronze atlantique, sites et chronologies de la région du confluent Seine-Yonne. In : BOURGEOIS J., TALON M. dir., 2005, p. 333-359, 14 fig.

HASELGROVE C., POPE R. éd., 2007 – The earlier Iron Age in Britain and the near Continent, Oxford, Oxbow Books, 428 p.

JAHIER I., 1997 – L’habitat ouvert protohistorique de Cahagnes « Benneville ». Journée Archéologique de Basse-Normandie, samedi 7 juin 1997. Service Régional de l’Archéologie de Basse-Normandie, p. 31 à 34.

JAHIER I., 2005 – Le village de Cahagnes (Calvados). In : MARCIGNY C., COLONNA C., GHESQUIÈRE E., VERRONG. éd., 2005, p. 50-51,3 fig.

JAHIER I., BESNARD-VAUTERIN C., LEPAUMIER H., PARIS P., RENAULT V., SAN JUAN G., DRON J.L., HINCKER V., FORFAIT N., 2000 – Les bâtiments des habitats de l’âge du Fer en Basse-Normandie : panorama des découvertes. In : Les installations agricoles de l’âge du Fer en France septentrionale. Paris, éd. ENS, p. 339-357 (Études d’Histoire et d’Archéologie, 6).

JONES M.U., BOND D., 1980 – Later Bronze Age settlement at Mucking, Essex. In : BARRETT J., BRADLEY R. dir., 1980 – Settlement and Society in the British Later Bronze Age. Oxford p. 471-482. (B.A.R., 83).

LAFAGE F., AUXIETTE G., BRUNET P., MARTIAL E., MATTERNE V., 2006 – Premières tentatives d’interprétation spatiale d’un site rural du Bronze final à Changis-sur-Marne (Seine-et-Marne). Bulletin de la Société Préhistorique Française, 103-2, p. 313-377,46 fig.

LANTING J., BRINDLEY A., 2005 – La datation des ossements incinérés. In : BOLIRGEOIS J., TALON M., 2005, p. 35-41, 3 fig.

LAWSON A.-J., 2000 – Potterne 1982-5, Animal husbandry in Later Prehistoric Wiltshire. 368 p., 117 fig. (Wessex Archaeology report, 17).

LE GOFF E., 2001 – Ifs, ZAC Object’Ifs sud. In : Bilan Scientifique de la région Basse-Normandie, 2000. Service Régional de l’Archéologie de Basse-Normandie, p. 40-42.

LE GOFF I., GUICHARD Y., 2005 – Le dépôt cinéraire comme indicateur chronologique ; le cas des nécropoles de l’âge du Bronze de la vallée de l’Aisne. In : BOURGEOIS J., TALON M. dir., 2005, p. 209-226,10 fig.

LE GOFF I., GUILLOT H, BUCHEZ N., 1994 – Une nécropole à incinérations du Bronze moyen de Bussy-St-Georges (Seine-et-Marne). In : DELATTREV. et al, dir., 1994 – Actes des journées archéologiques d’Ile-de-France. Archéologie funéraire et actualité régional, Tremblay-en-France, 26-27 Sept. 1992. Meaux, Association Meldoise d’Archéologie, p. 29-33.

LE GOFF I., BILLAND G., DELRIEU F., LE GUEN P., LEPAUMIER H., HENTON A., PINARD E., à paraître – Forme de sites et des gestes funéraires à la transition Bronze/Fer entre Escaut et Orne. In : Le nord-ouest du Bassin parisien à la fin de l’âge du Bronze et au début de l’âge du Bronze et au début de l’âge du Fer. Identités et influences. Actes de la table ronde de Rouen 2005. Revue Archéologique de l’Ouest.

LE GUEN P., 2005 – Apport récent sur la transition âge du Bronze-âge du Fer dans la vallée de l’Aisne, Osly-Courtil « La Terre Saint-Mard » (Aisne). Processus de différenciation de l’habitat au cours du Bronze final. In AUXIEITE G., MALRAIN F. dir., 2005 – Hommages à Claudine Pommepuy, p. 141-161, 27 fig. (Revue archéologique de Picardie, n° spécial 22).

LEPAUMIER H., MARCIGNY C., 2003 – Le site de la ZAC de Beaulieu à Caen et la céramique du Premier âge du Fer en Basse-Normandie : premier bilan. In : Les Marges de l’Armorique à l’âge du Fer, Archéologie et Histoire : culture matérielle et sources écrites, Actes du XXIIIe Colloque de l’A.F.E.A.F. de Nantes, p. 43-57 (Revue Archéologique de l’Ouest, suppl. 10).

LEPAUMIER H., SAN JUAN G., 2005 – L’éperon barré de Basly « La Campagne » (Calvados). In : MARCIGNY C., COLONNAC., GHESQUIÈRE E., VERRON G. éd., 2005, p. 133-135.

LEPAUMIER H., MARCIGNY C., GHESQUIÈRE E., 2005 – L’architecture des habitats protohistoriques de Normandie : quelques exemples de la fin du IIIe millénaire au début du second âge du Fer. In : BUCHSENSCHUTZ O. MORDANT C. dir., 2005 – Architectures protohistoriques en Europe occidentale du Néolithique final à l’âge du Fer. Actes du 127e congrès du C.T.H.S., Nancy, 15-20 avril 2002. Paris, Éd. du C.T.H.S., p. 231-264, 19 fig.

LETTERLÉ F., 1982 – Un site de l’âge du Bronze à Guiry-Lès-Chaudardes (Aisne). In : Vallée de l’Aisne : cinq années de fouilles protohistoriques. Amiens, p. 175-185 (Revue Archéologique de Picardie, numéro spécial, 2).

LORIN Y., PINARD E., TRAWKA H., 2005 – Aire-sur-la-Lys, le Hameau St Martin. Bilan scientifique de la région Nord-Pas-de-Calais 2004, p. 128- 131, 5 fig.

MANBY T., 1980 – Bronze Age settlement in Eastem Yorkshire. In : BARRETT J., BRADLEY R. dir., 1980 – Settlement and society in the British later Bronze Age. p. 307-370. Oxford (B.A.R., 83).

MARCIGNY C., 2005 – Une ferme de l’âge du Bronze à Nonant (Calvados). In : MARCIGNY C., COLONNA C., GHESQUIÈRE E., VERRON G. éd., 2005, p. 48-49.

MARCIGNY C., 2005 – L’âge du Bronze dans la Hague : un état de la documentation disponible. In : MARCIGNY C., GHESQUIÈRE E., 2005 – Archéologie, histoire et anthropologie de la presqu’île de La Hague (Manche). Première année de recherche 2005. Le Tourp, Imprimerie Artistique Lecaux, Tourlaville, p. 93-110.

MARCIGNY C., GHESQUIÈRE E., 1998 – L’habitat Bronze final de Cussy “La Pointe” (Calvados). Revue Archéologique de l’Ouest, 15, p. 39-58.

MARCIGNY C., GHESQUIÈRE E., 2003 – L’île de Tatihou (Manche) à l’âge du Bronze. Habitats et occupation du sol. 192 p. (Documents d’Archéologie Française, 96).

MARCIGNY C., COLONNA C., GHESQUIÈRE E., VERRON G. éd., 2005 – La Normandie à l’aube de l’histoire, les découvertes archéologiques de l’âge du Bronze 2300-800 av. J.-C. Paris, Somogy, 151 p.

MARCIGNY C., GHESQUIÈRE E., CLEMENT-SAULEAU S., VERNEY A., 2005 – L’âge du Bronze en Basse-Normandie : définition par le mobilier céramique, une première tentative. In : BOURGEOIS J., TALON M. dir. 2005, p. 302-332, 19 fig.

MARE E., 2005 – Le village de Malleville-sur-le-Bec (Eure). In : MARCIGNY C., COLONNA C., GHESQUIÈRE E., VERRON G. éd., 2005, p. 52-53, 4 fig.

MOHEN J.-P., BAILLOUD G., 1987 – La vie quotidienne. Les fouilles du Fort-Harrouard. Paris, Picard, 241 p., 108 pl. (L’âge du Bronze en France, 4).

MORDANT C., GOUGE P., 1992 – L’occupation du sol au Bronze final dans les vallées de l’Yonne et de la Haute-Seine. In : MORDANT C., RICHARD A. dir., 1992, p. 133-164, 27 fig.

MORDANT C., RICHARD A., dir., 1992 – L’habitat et l’occupation du sol à l’âge du Bronze en Europe. Actes du colloque international de Lons-le-Saunier 1990, Paris, Éd. du C.T.H.S., 480 p. (Documents préhistoriques).

MOORE J., JENNINGS D., 1992 – Reading Business Park : a Bronze Age Lanscape, Thames Valley Landscapes : the Kennet Valley, Volume 1, Oxford Archeological Unit, Oxbow Books, 128 p.

NEEDHAM S., 1991 – Excavation and Salvage at Runnymede Bridge (1978). London, British Muséum Press, 388 p., 138 fig.

NEEDHAM S., 1992 – The structure of settlement and ritual in the Late Bronze Age of south-east Britain. In : MORDANT C., RICHARD A. dir., 1992, p. 49-69, 12 fig.

NEEDHAM S., 1996 – Chronology and Périodisation in the British Bronze Age. In : RANDSBORG K. dir., – Absolute Chronology, Archaeological Europe 2500-500 BC. Copenhague, p. 121-140 (Acta Archeaologica, 67, Supplémenta 1).

NEEDHAM S., 2007 – 800BC, The Great Divide. In : HASELGROVE C., POPER. éd., 2007 – The earlier Iron Age in Britain and the near Continent, Oxford, Oxbow Books, p. 39-63.

NEEDHAM S., AMBERS J., 1994 – Redating Rams Hill and reconsidering Bronze Age enclosure. Proceedings of the Prehistoric Society, 60, p. 225-243.

O’CONNELL M., 1986 – Petters Sports Field Egham : excavation of a Late Bronze Age/Early Iron Age Site. Castel Arch, Guildford : Surrey Archaeological Society, 84 p., 65 fig, (Research Volume of the Surrey Archaeological Society, 10).

O’CONNOR B., 1980 – Cross-Channel Relations in the Later Bronze Age, 2 volumes (B.A.R., 91).

PENNA B., 1992 – Yainville « La Fossé Saint-Philibert ». In : Bilan Scientifique de la région Haute-Normandie, Service régional de l’archéologie de Haute Normandie, p. 109-110.

PÉTREQUIN P, URLACHER J.-P., VUAILLAT D., 1969 – Habitat et sépultures de l’âge du Bronze à Dampierre-sur-le-Doubs (Doubs). Gallia Préhistoire, XII, 1, p. 1-35.

PINARD E., ALEXANDRE S., BILLAND G., SIMON F., VANHILLE G., 2000 – Verberie « Les Gâts » et « La Plaine d’Herneuse ». Les occupations du Bronze ancien à La Tène ancienne. In : Programme de surveillance et d’étude archéologique des sablières de la moyenne vallée de l’Oise : rapport d’activité 1999. Amiens, Service régional de l’archéologie de Picardie, p. 45-94, 42 fig.

PININGRE J.-F., 2005 – Un habitat de la fin de l’âge du Bronze : le site d’Inghem (Pas-de-Calais). In : BOURGEOIS J., TALON M., 2005, p. 137-158, 16 fig.

PININGRE J.-F., NICOLAS T., 2005 – Structures arasées ? Architectures fugaces ? L’exemple de l’habitat du Bronze final de Quitteur (Haute-Saône). In : BUCHSENSCHUTZ O. MORDANT C. dir., 2005 – Architectures protohistoriques en Europe occidentale du Néolithique final à l’âge du Fer, Actes du 127e congrès des C.T.H.S., Nancy, 15-20 avril 2002, Paris, Éd. du C.T.H.S., p. 349-363, 8 fig.

RAFTERY B., 2006 – L’Irlande celtique avant l’ère chrétienne, Paris, Éd. Errance, 223 p.

REVILLION S., BOUCHE K., WOZNY L., 1994 – La partie agricole d’une grande exploitation rurale d’époque romaine, le gisement des « Hauts de Clauwiers » Seclin Nord. Revue du Nord, LXXVI, p. 99-146.

ROUGIER R., 1998 – Deux nouveaux sites du Bronze final à Beautot et Criquetot-sur-Ouville (Seine-Maritime). In : DELESTREX., WOODCOCK A. dir., 1998 – Actes de la table-ronde archéologique, Dieppe, 17-18 septembre 1996, Proximus 2, p. 17-22. SAN JUAN G., GHESQUIÈRE E., MÉNIEL P. dir., 1996 – Un site d’habitat protohistorique avec un cercle de trous de poteaux à Cagny (Calvados). Revue Archéologique de l’Ouest, 13, p. 89-102.

SYS D., LEROY-LANGEVIN E., 2004 – Escaudain-Erre (Nord) Fouilles préventives. Document Final de Synthèse. Douai, Service archéologique du Douaisis, 61p., 41 fig.

TALON M., 1991- Late Bronze Age and Early Iron Age in North-West France. Northern Archaeology, 10, 1989-90, p. 1-14, 11 fig.

TALON M., 2000 – Un habitat de l’âge du Bronze final à Feuillères (Somme). In : Habitats et nécropoles à l ’âge du Bronze sur le transmanche et le T.G.V. Nord. Paris, Bulletin de la Société Préhistorique Française, 89/10-12, Travaux I, p. 155-173

TORON S., 2005 – Les enclos circulaires du Bronze ancien et moyen aux marges septentrionales du Complexe atlantique, Mémoire de Master 2, université de Lille 3, 114 p.

TOUPET C., 1983 – Mode et rite funéraires de la nécropole Ha B/C de Longuesse (Val-d’Oise) groupe de Longuesse – contexte européen. In : BRIARD J. dir., 1983 – Enclos funéraires et structures d’habitat en Europe du Nord-Ouest, table ronde du C.N.R.S. de Rennes 1981. Rennes, Travaux du laboratoire « anthropologie – préhistoire – protohistoire – quaternaire armoricains », p. 243-261, 4 fig.

VAN DEN BOSSCHE B., 2007 -Le mobilier céramique du Bronze final et du début du Premier âge du Fer du Mont-Joly à Soumont-Saint-Quentin (Calvados) : nouvelles données. Bulletin de la Société Préhistorique Française, 2007, 104-1, p. 147- 170, 14 fig.

VERRON G., 2000 – Préhistoire de la Normandie. Rennes, Ouest-France Université, 364 p.

VITAL J. dir., 1993 – Habitats et sociétés du Bronze final au Premier âge du Fer dans le Jura, les occupations protohistoriques et néolithiques du Pré de la Cour à Montagnieu (Ain). Paris, C.N.R.S., 253 p., 107 fig. (Monographie du CRA, 11),

VITAL J., VORUZ J.-L., 1984 – L’habitat protohistorique de Bavois-en-Raillon (Vaud). Lausanne, 234p. (Cahiers d’archéologie romande, 28)

WARMENBOL E., 1999 – Le soleil des morts, les ors protohistoriques de Han-sur-Lesse (Namur, Belgique). Germania, vol. 77, p. 39-69, 13 fig.

WILSON K., 1984 – Excavation of an Iron Age A site at Les Huguettes, Alderney. Reports and Transactions of the Société Guernesiaise, 21-3, p. 393- 427.

ZADORA-RIO E., 1995 – Le village des historiens et le village des archéologues. In : MORNET E. dir., 1995 – Campagnes médiévales : l’homme et son espace. Études offertes à Robert Fossier, Paris, Université de Paris I-Panthéon-Sorbonne (Histoire ancienne et médiévale, 31).

Table des illustrations

Titre Fig. 1. Tableau chronologique : synchronisation des chronologies allemande, de France septentrionale et d’Angleterre (d’après P. Reinecke, J.-J. Hatt, P. Brun, C. Pare et S. Needham, modifié).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/18261/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 43k
Titre Fig- 2. Carte des sites français du Bronze final/premier Fer mentionnés dans le texte : 1 Aire-sur-la-Lys, 2 Basly, 3 Beautot, 4 Cagny, 5 Cahagnes, 6 Catenoy, 7 Choisy-au-Bac, 8 Criquetot-sur-Ouville, 9 Cussy, 10 Feuillères, 11 Fort-Harrouard, 12 Ifs, 13 Inghem, 14 Jumièges, 15 La Croix-St-Ouen, 16 La Hague, 17 Lingreville, 18 Longueil-Sainte-Marie, 19 Malleville-sur-le-Bec, 20 Merri, 21 Osly-Courtil, 22 Pont-de-Metz, 23 Quiévrecourt, 24 Saint-Pierre-en-Chastres, 25 Saleux, 26 Soumont-Saint-Quentin, 27 Verberie et 28 Vignacourt.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/18261/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 75k
Titre Fig. 3. Typo-chronologie céramique pour la fin de l’âge du Bronze et le début de l’âge du Fer (d’après Barrett 1979). Si cette proposition de datation, vieille de près de 25 ans, accuse un certain décalage chronologique par rapport aux chronologies actuelles, en particulier les vases du « 8th-5th centuries BC » qui demanderaient aujourd’hui à être vieillis et placés entre la fin du IXe et le VIIe siècle, la césure entre les deux corpus Plain Ware/Decorated Ware reste valide. 1 : Totternhoe, 2 : Turnford Green, 3 et 5 : Kingston Buci, 4 : Maidenhead, 6 ; Queen Mary’s Hospital, Carshalton, 7 et 10 : All Cannings Cross, 8 : Fengate, Peterborough, 9 : Chinnor, 11 : Cold Kitchen Hill, 12 : the Caburn.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/18261/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 33k
Titre Fig. 4. Comparaisons des ensembles céramiques des rives de la Manche durant la phase à « Plain Ware assemblages » (période 6 et 7) (DAO, E. Ghesquière et C. Marcigny, Inrap). Altermaston (d’après Bradley et al. 1980), Reading (d’après Moore, Jennings 1992), Cussy (d’après Marcigny, Ghesquière 1998), Ifs (d’après Le Goff, inédit), Malleville-sur-le-Bec (d’après Mare, inédit), Quiévrecourt (d’après Beurion, Billard 2005), Fort Harrouard (d’après Brun 1998), Pont de Metz (d’après Buchez, Talon 2005), Inghem (d’après Piningre 2005).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/18261/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 51k
Titre Fig. 5. Comparaisons des ensembles céramiques des rives de la Manche durant la phase à « Decorated assemblages » (début âge du Fer) (DAO, E. Ghesquière et C. Marcigny, Inrap). Potterne (d’après Lawson 2000), Runnymede Bridge (d’après Needham 1991), Egham (d’après O’Connnel 1986), Mucking (d’après Bond 1988), Highstead (d’après Canterbury Archaeological Trust rapport annuel 1990-91), Aurigny (d’après Wilson 1984), Lingreville (d’après Billard et al. 1995), Ifs (d’après Le Goff, inédit), Soumont-Saint-Quentin (d’après Van Den Boosche 2007), Saleux (d’après Buchez, Talon 2005), Inghem (d’après Piningre 2005).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/18261/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 54k
Titre Fig- 6- Plan de la phase 2 de l’habitat de Choisy-au-Bac (Oise) avec ses bâtiments sur radiers de fondation (d’après Blanchet 1984).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/18261/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 48k
Titre Fig. 7. Reconstitution dans le parc archéologique SAMARA (Somme) d’une des maisons de Choisy-au-Bac (Oise) construite sur radier de fondation (travaux et photo G. Fercocq).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/18261/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 90k
Titre Fig. 8. Exemple de bâtiments de plan circulaire.
Légende A : bâtiment avec entrée sur 4 poteaux,B : bâtiment avec entrée sur 6 poteaux (extrait de Jahier 1997).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/18261/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 29k
Titre Fig. 9. Plan des habitats de : A, Beautot (Seine-Maritime ; d’après Rougier 1998) et B, Verberie (Oise ; d’après Pinard et al. 2000).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/18261/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 15k
Titre Fig. 10. Plan des « villages » de A : Malleville-sur-le-Bec (Eure, d’après Mare 2005) et B : Cahagnes (Calvados ; d’après Jahier 2005).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/18261/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 90k
Titre Fig. 11. Le site fortifié de Quiévrecourt (Seine-Maritime ; d’après Beurion, Billard 2005).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/18261/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 104k
Titre Fig. 12. Profils schématiques du Hague Dilike. Les coupes A à P sont placées dans la partie encore en élévation du rempart. Les coupes Q à W sont situées dans un secteur où le Hague Dike se confond avec le réseau parcellaire (DAO, E. Gallouin d’après les relevés de l’archtecte G. de Monfreid).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/18261/img-12.png
Fichier image/png, 76k
Titre Fig. 13. Photo d’une incinération du Bronze final de Malleville-sur-le-Bec (Eure ; fouille E. Mare ; étude anthropologique I. Le Goff) ; la fosse a des contours diffus et les restes incinérés mêlés à des cendres et des charbons de bois sont particulièrement indigents (photo E. Mare, Inrap).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/18261/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 31k

© ARTEHIS Éditions, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search