Version classiqueVersion mobile

De l’âge du Bronze à l’âge du Fer en France et en Europe occidentale (Xe-VIIe siècle av. J.-C.)

 | 
Henri Gaillard de Sémainville

Thème spécialisé de l’âge du bronze à l’âge du fer en France et en Europe occidentale (Xe – VIIe siècle av. J.-C.).

Les débuts de l’âge du fer en Belgique. Chronologie relative, chronologie absolue

Eugène Warmenbol et Walter Leclercq

Résumé

Nous proposons un aperçu des acquis récents concernant les débuts de l’âge du Fer en Belgique. Quelques sites d’habitat ont été fouillés récemment, quelques nécropoles explorées anciennement ont été soumises à un nouvel examen. L’éclairage apporté par les dates radiocarbone s’avère particulièrement intense. La date obtenue pour la tombe 72 de la nécropole de Neerharen-Rekem (Limburg), qui contenait trois épées en bronze du type Gündlingen/Villement, semble particulièrement importante : entre 840 BC et 795 BC, après calibration. Le passage de l’âge du Bronze à l’âge du Fer est en Belgique un processus essentiellement endogène.

Entrées d'index

Mots-clés :

Belgique, chronologie, Fer

Keywords :

Belgium, chronology, Iron Age

Texte intégral

INTRODUCTION

1Il y a une vingtaine d’années, nous avons consacré deux articles à la « transition » de l’âge du Bronze à l’âge du Fer en Belgique, à partir des mobiliers funéraires (Warmenbol 1988 et 1989). Nous pouvons (malheureusement !) toujours y renvoyer, aucune nouvelle fouille de nécropole n’étant venue enrichir notre documentation. Notons, toutefois, la publication, depuis lors, des travaux menés dans les années 1930-1931 à Havré « Bois de la Taille des Vignes » (Hainaut), qui ont livré, entre autres, une épée en fer (Mariën 1999). Une nouvelle synthèse a, par ailleurs, été consacrée aux cimetières de l’époque, ainsi qu’aux rituels funéraires (Guillaume 2003), mais les questions de chronologie y sont à peine abordées.

2Il s’agira ici de nous attarder auprès des quelques éléments nouveaux dont nous disposons, tout spécialement des dates absolues, qui sont pratiquement toutes le produit de travaux récents, parfois sur des découvertes anciennes (voir Bourgeois et al. 1996). Elles attendent leur véritable mise en œuvre dans les thèses de doctorat en cours d’achèvement ou de publication de Guy De Mulder (Rijksuniversiteit Gent), Walter Leclercq (Université Libre de Bruxelles) et Barbara Temmerman (Vrije Universiteit Brussel), toutes consacrées aux nécropoles à incinération des âges du Bronze et du Fer de nos régions.

LES NÉCROPOLES (fig. 1)

3Nous pouvons désormais soumettre un certain nombre de dates 14C (AMS) pour les nécropoles, quasi toutes sur ossements brûlés, qui, bien sûr, ne se prêtaient pas à des datations absolues jusqu’il y a peu (Lanting et al. 2001 ; Lanting, Brindley 2005 ; Van Strydonck et al. 2005).

4À ce propos, notons qu’il serait souhaitable que la nécropole de Kaulille « Dorperheide » (Limburg), fasse l’objet de datations radiométriques. Le matériel, dont une quinzaine d’objets métalliques, appartiendrait, en effet, au Ha C et à la « transition Ha C-Ha D » (?), y compris une « Schwanenhalsnadel » en fer (Vanbutsele et Van Impe 2007).

5Parmi les dates dont nous pouvons déjà disposer, la plus intéressante est sans aucun doute celle de la tombe 72 de la nécropole de Neerharen-Rekem (Limburg) (Van Impe 1980 ; voir aussi De Boe 1985 et 1986), nécropole à la transition des âges du Bronze et du Fer qui fait l’objet d’une thèse de doctorat récemment défendue (Temmerman 2002 et 2007). La sépulture contenait les restes incinérés de trois individus, identifiés il y a quelques ainnées déjà (à vérifier, donc...) comme ceux de « deux hommes n’ayant pas dépassé la trentaine et une jeune femme d’une vingtaine d’années ». Ils étaient accompagnés des restes brûlés de trois épées du type Gündlingen/Villement (fig. 2), de trois pointes de lance, ainsi que deux bouterolles, l’une du type Coplow Farm, l’autre du type Sion Reach (Warmenbol 1988 : 248-250). Les deux dates 14C de la tombe 72 font remonter l’ensemble à 2675 ± 40 BP (GrA- 17787/19062) (Lanting, Van der Plicht 2002 : 225 ; Fokkens, Jansen 2004 : 185, note 58), c’est-à-dire entre 840 BC et 795 BC après calibration (à 95,4 % de probabilité). Il est clair cependant, que la nécropole de Neerharen-Rekem était utilisée dès le Bronze final.

6La nécropole de Neerpelt « De Roosen » (Limburg), quant à elle, a livré, sur charbon de bois, des dates comme 2670 ± 140 (IRPA-17), 2655 ± 190 (IRPA-16), 2645 ± 140 (IRPA-46) et 2645 ± 230 BP (IRPA-14) (Dauchot-Dehon et al. 1982, p. 226-227. Voir aussi Van Impe et al. 1975 : 23), mais le matériel des sépultures ainsi datées est généralement fort pauvre (fig. 3). Quoi qu’il en soit, la nécropole de Neerpelt « De Roosen » a livré également des dates plus hautes (Lanting 1976 ; Lanting, van der Plicht 2002 : p. 225), montrant que celle-ci était également utilisée dès le Bronze final. Il s’agit toutefois – et exceptionnellement – de dates obtenues voici plus de vingt ans (à ce propos, voir Van Strydonck, Boudin 2005).

7La nécropole de Velzeke « Paddestraat » (Flandre orientale), enfin, appartient manifestement aussi à la transition des âges du Bronze et du Fer, ou du moins regroupe des tombes de l’âge du Bronze et des tombes de l’âge du Fer. Quelques dates semblent fort intéressantes pour notre propos, en particulier celles des tombes 25, 26 et 27 : 2665 ± 25 BP (KIA-21793), 2650 ± 30 BP (KIA-21789) et 2700 ± 35 BP (KIA-21790), à nouveau obtenues sur les ossements incinérés, dates d’autant plus intéressantes que la typo-chronologie pourrait amener à dater les urnes de ces tombes (bien) plus haut (De Mulder et al. 2004). La nécropole de Velzeke « Provinciebaan » donne quelques dates semblables, plus spécifiquement pour la tombe 1 et la tombe 6 : 2595 ± 25 BP (KIA-20058) et 2565 ± 25 BP, dates qui cette fois ne semblent pas « en contradiction » avec celles suggérées par la typo-chronologie des urnes (De Mulder, Rogge 1995) (fig. 3).

8Quant aux nécropoles « typiquement » hallstattiennes anciennement fouillées, le matériel osseux n’en est pas toujours conservé dans l’urne qui le contenait à l’origine, ou alors n’est pas conservé du tout.

9Le matériel de Court-Saint-Étienne (Brabant wallon), ainsi, semble bien avoir fait l’objet « d’aménagements », postérieurs à leur étude anthropologique (Mariën 1958 : passim). Le matériel de Gedinne (Namur), ainsi, semble momentanément égaré, « toujours » après son étude anthropologique (inédite. Voir Wannenbol 1978 : passim). Trois dates ont cependant pu être obtenues pour la nécropole de Louette-Saint-Pierre (Namur), malheureusement sur des os non associés à une tombelle spécifique : 2580 ± 25 BP (KIA-25593), 2520 ± 55 BP (KIA-25594) et 2500 ± 30 BP (KIA-25619). Après la calibration, seule la première nous retiendra encore, avec une fourchette entre 820 BC et 750 BC (à 85,8 % de probabilité) tout à fait compatible avec les dates typo-chronologiques des rasoirs en bronze découverts ici (pour le matériel : Warmenbol 1991 et 1993) (fig. 4).

Fig. 1. Carte des sites mentionnés dans le texte.

Fig. 1. Carte des sites mentionnés dans le texte.

10Le déménagement du Musée archéologique de Namur a permis par ailleurs la redécouverte de deux récipients complets provenant, vraisemblablement, des tombes II et III de Gedinne « Golinduc » (Namur) (Warmenbol 1978 : 102-108 ; voir aussi Guillaume 2003 : 14-15) (fig. 4). Le deuxième était associé à une « cuillère à bouche », comparable à celles de la nécropole de Saint-Vincent (Luxembourg), qui dure sans aucun doute jusqu’au Hallstatt moyen (Mariën 1964 : fig. 16, 42 et 54).

11Mentionnons aussi que les études en cours des restes humains retrouvés en grotte montrent que quelques-uns d’entre eux – exclusivement des crânes pour l’instant – pourraient aussi remonter à la transition entre les âges du Bronze et du Fer (Warmenbol 2007). Ils proviennent d’une part du réseau de la Roche Albéric à Couvin (Namur), avec un crâne daté 2665 ± 25 BP (KIA-25608), où il n’y a pas de matériel céramique contemporain, et d’autre part de la Galerie « belgo-romaine » de Han-sur-Lesse (Namur), avec un crâne daté 2515 ± 30 BP (KIA- 23755), où il y a du matériel céramique et/ou métallique qui pourrait être contemporain (Timperman 1987). Il pourrait s’agir de « dépôts d’abandon ».

12Le crâne présentant une térébration provenant du Tienne des Maulins à Eprave (Namur) est vraisemblablement plus jeune, puisque daté de 2430 ± 30 BP (KIA- 25233). Il soulève de nombreuses questions, d’autant qu’il semble faire partie d’un dépôt avec les restes d’au moins quatorze individus (Groenen 2006 : 14 et fig. 2).

Fig- 2. Mobilier de la tombe 72 de la nécropole de Neerharen-Rekem (Van Impe 1980).

Fig- 2. Mobilier de la tombe 72 de la nécropole de Neerharen-Rekem (Van Impe 1980).

Fig. 3. Mobilier de la tombe 6 à incinération de Velzeke – « Provinciebaan » (1), de la tombe 27 (2), 25 (3) de Velzeke – « Paddestraat » (De Mulder et Rogge 1995) et de la tombe 71 (4), 53 (5), 58 (6) de Neerpelt « De Roosen » (Roosens, Beex 1961).

Fig. 3. Mobilier de la tombe 6 à incinération de Velzeke – « Provinciebaan » (1), de la tombe 27 (2), 25 (3) de Velzeke – « Paddestraat » (De Mulder et Rogge 1995) et de la tombe 71 (4), 53 (5), 58 (6) de Neerpelt « De Roosen » (Roosens, Beex 1961).

Fig. 4. Mobilier de tombelles indéterminées de Chevaudos – « Golinduc » (1-2) (inédit, DAO W. Leclercq), de la tombelle II (3a ou b) et III (4-5) et trouvaille indéterminée (6) de la nécropole de Louette-Saint-Pierre – « La Fosse-aux-Morts » (Warmenbol 1993).

Fig. 4. Mobilier de tombelles indéterminées de Chevaudos – « Golinduc » (1-2) (inédit, DAO W. Leclercq), de la tombelle II (3a ou b) et III (4-5) et trouvaille indéterminée (6) de la nécropole de Louette-Saint-Pierre – « La Fosse-aux-Morts » (Warmenbol 1993).

LES HABITATS (fig. 1)

13Nous pouvons aussi proposer quelques dates 14C pour des habitats, tous fouillés récemment, appartenant à la fin de l’âge du Bronze ou au début de l’âge du Fer. Comme en France, les progrès les plus notables en archéologie des âges des Métaux relèvent, en effet du monde des vivants plutôt que de celui des morts. L’attribution de tel ou tel habitat protohistorique aux IXe, VIIIe ou VIIe siècles avant notre ère reste toutefois fortement tributaire de la typo-chronologie de la céramique, justement mise à mal dans l’étude de telle ou telle nécropole protohistorique, où il ne s’agit certes pas nécessairement de la même vaisselle.

14Nous signalerons en premier lieu la datation (Van Strydonck et al. 2001 : 21 ; Van Strydonck et al. 2002 : 24) de deux puits à Sint-Gillis-Waas (Flandre orientale), un premier (le n° 282), qui remonte à 2690 ± 30 BP (IRPA-1244), et un second (sans n°) qui remonte à 2660 ± 40 BP (KIA-10549), l’un et l’autre présentant un cuvelage en bois tressé (Cherretté 2000 ; Hoorne 2004). Les maisons du même site semblent toutefois soit un peu plus vieilles, soit un peu plus jeunes, ce qui nous prive, peut-être (!), de données sur l’habitat à proprement parler pour les débuts de l’âge du Fer (Bourgeois 2003). Il n’y a cependant rien sur le site de Sint-Gillis-Waas, dont la publication est en préparation, qui permet d’imaginer une rupture quelconque dans le développement de l’habitat (voir aussi Bourgeois, Cherretté 2005 : 62-63). L’habitat du Premier âge du Fer semble, avec des maisons à trois nefs qui sont nettement plus courtes que celles de la fin de l’âge du Bronze, témoigner, comme aux Pays-Bas, de mutations bien réelles, dont la nature reste à déterminer (Bourgeois et al. 2003 : 179-181 ; Bourgeois, Cherretté 2005 : 62-65).

15À Gent « Hoge Weg » (Flandre orientale), une dépression dont la nature anthropogène n’est pas assurée, a livré une grande quantité de céramique, attribuée par les fouilleurs à la fin du Bronze final. Une date au radiocarbone de 2710 ± 60 BP (IRPA-773) viendrait confirmer cette attribution, mais, plus nettement qu’à Sint-Gillis-Waas, les maisons du même site ne semblent pas être de même date (Raveschot et al. 1984). Notons en particulier l’existence ici d’une maison (tronquée ?) à trois nefs, à poteaux extérieurs pour soutenir la toiture, pourvue d’une fosse ou d’un foyer central, malheureusement dépourvue de matériel probant (Semey, Vanmoerkerke 1987).

16À Ekeren « Schriek » (Antwerpen), des fouilles de sauvetage récentes ont produit la plus grande partie d’une maison (A) aux traces malheureusement assez érodées, abritant une fosse dont le remplissage est daté de 2690 ± 25 BP (KIA-20896). Un premier grenier associé (B) remonterait à 2565 ± 25 BP (KIA-20897), un deuxième (D) à 2880 ± 30 BP (KIA-20895) (Minsaer 2003 et 2004). La maison en question, malheureusement publiée sans échelle, ne nous semble pas sans analogies avec la précédente, quoique l’érosion ne permette pas trop de juger.

17À Hermalle-sous-Huy « Campagne de la Gérée » (Liège), des fouilles de sauvetage récentes, à nouveau, ont dégagé deux maisons protohistoriques, dont une (B. 14) fort bien conservée, datée sur du charbon de bois prélevé dans « les restes d’un poteau », peut être attribuée au tout début de l’âge du Fer : 2600 ± 60 BP (Beta- 206972) (Frébutte et al. 2007). Il s’agit d’un édifice à trois nefs de 21,60 m de long sur 6,4 à 6,80 m de large. Le second édifice est du même type, mais beaucoup moins bien conservé. Plusieurs fosses riches en céramique ont été relevées « aux abords et au sein » des deux bâtiments (fig. 5). La deuxième phase de creusement du paléochenal qui se dirige vers la Meuse à l’est des bâtiments dégagés, « a élargi la structure en y déposant de nouvelles colluvions chargées de charbons de bois abondants », ainsi que « des artefacts attribuables au Hallstatt B-C ».

18Notons pour terminer, que, curieusement, quelques habitats fortifiés livrent également des dates à la transition Bronze-Fer, alors que les fortifications en Belgique sont, généralement, attribuées/attribuables soit à la fin du Premier âge du Fer, soit à la fin du Deuxième âge du Fer.

19Ainsi, le Cheslé de Bérismenil à Samrée (Luxembourg), un éperon barré de 13 ha dans un méandre de l’Ourthe, a donné, tant à hauteur du mur de barrage de l’enceinte qu’à l’opposé de celui-ci, des dates radiocarbone étonnantes : 2700 ± 170 BP (KIK-41/Utc-1431), 2650 ± 40 BP (IRPA-1002), 2640 ± 50 BP (KIK-1172/ Utc-9271), 2610 ± 40 BP (IRPA-1208) et 2600 ± 60 BP (KIK-44/Utc-1349) (Van Strydonck et al. 1995 : 5-6 ; Van Strydonck et al. 1998 : 5-6 ; Van Strydonck et al. 2001 : p. 8 ; voir aussi Bonenfant 2001). Il n’est malheureusement pas très aisé de savoir à quoi correspondent ces dates, qui auraient cependant été obtenues sur des éléments de poutrage de l’ouvrage. Apparemment, nous avons affaire ici à des données comparables à celles produites par le « Plateau des Cinques » d’Olloy-sur-Viroin (Namur), où un ouvrage militaire de l’extrême fin de l’âge du Fer est venu sceller des niveaux d’un habitat (fortifié ?) de l’âge du Bronze (ancien, dans ce cas-ci : Warmenbol, Pleuger 2006 ; Warmenbol 2006).

20Ainsi, le Trînchi de Cugnon (Luxembourg), un éperon barré d’un peu plus de 6 ha dans un méandre de la Semois, a livré une date radiocarbone de 2675 ± 70 BP (Hv-8445), mais sans doute moins pertinente, puisque « doublée » d’une date de 2210 ± 55 BP (Hv-8444) (Cahen-Delhaye 1984 : 154. Voir aussi Matthys, Hossey 1979).

21À propos du Cheslé de Bérismenil toujours, nous noterons qu’il n’est pas bien éloigné des exploitations d’or de l’Amblève et de la Salm, dont témoignent de nombreux vestiges d’orpaillages, certes indatables dans l’état actuel de la recherche, mais généralement attribués à l’âge du Fer (Gillet 1976 : fig. 8).

Fig. 5. Mobilier provenant de fosses F.7 (1-5) et F. 1025 (6-9) de Hermalle-sous-Huy – « Campagne de la Gérée » (Frébutte et al. 2007).

Fig. 5. Mobilier provenant de fosses F.7 (1-5) et F. 1025 (6-9) de Hermalle-sous-Huy – « Campagne de la Gérée » (Frébutte et al. 2007).

Fig. 6. Epées de Battel – « Vrouwenvliet » (1-2) (inédit, DAO A. Stoll) et de la tombe 2 de Harchies (3) (Mariën 1989).

Fig. 6. Epées de Battel – « Vrouwenvliet » (1-2) (inédit, DAO A. Stoll) et de la tombe 2 de Harchies (3) (Mariën 1989).

TROUVAILLES ISOLÉES (fig. 1)

22Puisqu’il s’agit d’apporter des éléments nouveaux, nous devons mentionner aussi deux épées isolées, quasi inédites, l’une et l’autre draguées dans la Dyle à Battel, près de Mechelen (Antwerpen) (fig. 6.1 et 6.2 : cf. fig. 6.3). Rappelons que la nécropole bien connue de Court-Saint-Étienne se trouve dans le bassin de la Dyle (Mariën 1958).

23Il s’agit d’épées Ha C, dont la présence dans la rivière est intéressante en soi, parce que peu fréquente en Europe atlantique.

24L’une d’entre elles (Warmenbol 1987 : fig. 30) (fig. 6.1) possède une poignée en bronze (Cu : 93.85 ± 0.28 et Sn : 3.72 ± 0.15 d’après une analyse EDXRF réalisée par Helena Wouters) et une lame en fer. Le meilleur parallèle que nous avons trouvé pour cette pièce, l’épée de Port-Sainte-Foy « Gué de Chantier » en Périgord, est également le produit d’un dragage, dans la Dordogne (Chevillot 1989 : 164-165, 232 et pl. 329). Il s’agit d’épées dont la poignée a été moulée/coulée directement sur la languette prolongeant la lame en fer, tout comme celles des environs de Cahors (Lot), celle du tumulus III de Chavéria (Jura) et celle du tumulus I de Vescles (Jura), qui viennent compléter la (petite) série de ces armes « transitionnelles » (Mohen 1980 : 61 et pl. 189, 7 ; Vuaillat 1987 : 20-22 et 86-88).

25L’autre épée (inédite ; fig. 6.2) est entièrement en fer et dans un état de conservation assez exceptionnel. Elle vient confirmer l’importance des découvertes faites dans les années 1930-1932 au confluent de la Dyle et de la Vrouwenvliet, qui n’auront guère retenu, jusqu’à présent, la communauté scientifique (archives Georges Hasse, Museum Vleeshuis, Antwerpen) ; voir aussi Bauwens-Lesenne 1965 : 100-101.

26Nous ne connaissons par ailleurs que fort peu d’objets également retrouvés associés dans les sépultures hallstattiennes aux épées en bronze ou en fer qui auraient été découverts isolément en Belgique. Une bouterolle du type Beratzhausen aurait toutefois été draguée dans l’Escaut à Schoonaarde (Flandre orientale) (Warmenbol 2000 : 106, fig. 4), d’où provient aussi un rasoir du type Feldkirch/Bernissart (Warmenbol 1992 : 98, n° 84). Nous signalerons en plus une hache identique à celle de la tombe 3 du Champ de la Ferme Rouge à Court-Saint-Étienne, draguée dans l’Escaut à Wichelen (Flandre orientale) (Warmenbol 1992 : 80, n° 58), ce qui nous amène (surtout qu’il y en a d’autres, dans l’Oise, dans la Seine) à finalement nous poser des questions à propos de « l’absence » de dépôts dans les rivières à l’époque hallstattienne.

27Rappelons pour clôturer que nous ne croyons pas à l’authenticité des provenances données pour les haches armoricaines (désormais attribuées au Ha D : voir Gomez de Soto et al., dans ce volume) « trouvées en Belgique » (certainement pas celles des haches du type Couville et du type Maure) (Warmenbol 1992 : 112, n° 113) : elles proviennent presque toutes de collections particulières occasionnellement alimentées par des antiquaires véreux.

CONCLUSION

28Bien des choses changent, en Belgique, du Bronze final au Premier âge du Fer, mais nous continuons à croire à une « évolution progressive » de l’un à l’autre. Comme le souligne Pierre-Yves Milcent (2005 : 17), nous assistons à l’époque à « l’instauration d’une nouvelle donne politique et sans doute économique », tout au bénéfice des régions « identifiées comme des pôles de développement de la métallurgie du fer, Lorraine centrale et Côte-d’Or », mais aussi, sans aucun doute, le sud de la Belgique. Nous ne changerons pas d’avis (voir Warmenbol 1988 et 1989) sur le caractère « complexe et multiforme », certes, mais aussi essentiellement endogène du processus (voir aussi Milcent 2004).

Bibliographie

Bibliographie

Note : Nous constatons souvent que la bibliographie de l’archéologie des âges des Métaux de Belgique est très mal connue de nos collègues et amis français. Un bref survol de la bibliographie de notre article leur permettra de constater à quel point la revue Lunula. Archaeologia protohistorica, publiée annuellement par la Cellule Archéologie des âges des Métaux, est devenue incontournable dans ce domaine. Les numéros de la revue peuvent être commandés auprès de Véronique Hurt, c/o Musée des Celtes, Place communale 1, B-6800 Libramont, Belgique.

BAUWENS-LESENNE M., 1965 – Bibliografisch repertorium der oudheid-kundige vondsten in de provincie Antwerpen (Vanafde vroegste tijden tôt de Noormannen). Brussel (Oudheidkundige Repertoria, A, VI).

BONENFANT P.-P., 2001 – Le Cheslé de Bérismenil à Samrée (prov. de Luxembourg). In : BELLAIRE C., MOULIN J., CAHEN-DELHAYE A., 2001 – Guide des sites préhistoriques et protohistoriques de Wallonie. Namur, p. 124-125 (Vie Archéologique, n° spécial).

BOURGEOIS I., CHERRETTÉ B., BOURGEOIS J., 2003 – Bronze Age and Iron Age Settlements in Belgium. An overview. In : BOURGEOIS J., BOURGEOIS I., CHERRETTÉ B., 2003 – Bronze Age and Iron Age Communities in North-Western Europe. Brussels, p. 175-190.

BOURGEOIS J., 2003 – Sint-Gillis-Waas – Reepstraat. In : BOURGEOIS J., BOURGEOIS I., CHERRETTÉ B., 2003 – Bronze Age and Iron Age Communities in North-Western Europe. Brussels, p. 270-274.

BOURGEOIS J., CHERRETTÉ B., 2005 – L’âge du Bronze et le Premier âge du Fer dans les Flandres occidentale et orientale (Belgique) : un état de la question. In : BOURGEOIS J., TALON M. éd., 2005 – L’âge du Bronze du Nord-Ouest de la France dans le contexte européen occidental : nouvelles découvertes et propositions de périodisation, Actes de la table ronde tenue dans le cadre du 125e Congrès national des sociétés historiques et scientifiques, Lille, 2000, Pré- et Protohistoire. Paris, Éd. du C. T. HS.-A.P.R.A.B., p. 43-81.

BOURGEOIS J., VERLAECKT K., VAN STRYDONCK M., 1996 – Belgian Bronze Age Chronology : Results and Perspectives. In : RANDSBORG K., 1996 – Absolute Chronology. Archaeological Europe, 2500-500 BC. Copenhagen, p. 141-152 (Acta Archaeologica, suppl.1).

CAHEN-DELHAYE A., 1984 – Fouilles récentes dans les fortifications de l’âge du Fer en Belgique. In : CAHEN-DELHAYE A., DUVAL A., LEMAN-DELERIVE G., LEMAN P, 1984 – Les Celtes en Belgique et dans le Nord de la France. Les fortifications de l’âge du Fer. Actes du 6e colloque de l ’A.F.E.A.F., tenu à Bavay et Mons. Lille, p. 151-165 (Revue du Nord, n° spécial).

CHERRETTÉ B., 2000 – Waterputten te Sint-Gillis-Waas en te Berlare (O.-V1.) : een houtanalytisch onderzoek. Lunula. Archaeologia protohistorica, VIII, p. 26-32.

CHEVILLOT C., 1989 – Sites et cultures de l’âge du Bronze en Périgord (du Groupe d’Artenac au Groupe de Vénat). Péri gueux, Éditions Vesuna, 2 vol., 256 p., 370 pl. (Archéologies, 3).

DAUCHOT-DEHON M., VAN STRYDONCK M., HEYLEN J., GILOT E., PRIX F., DEVOS J., 1982 – Dates carbone-14 concernant l’archéologie en Belgique. Helinium, XXII, p. 209-237.

DE BOE G., 1985 – De opgravingscampagne 1984 te Neerharen-Rekem. Archaeologia Belgica, 1-2, p. 53-62.

DE BOE G., 1986 – De opgravingscampagne 1985 te Neerharen-Rekem. Archaeologia Belgica, 2 -1, p. 23-26.

DE MULDER G., ROGGE M., 1995 – Twee Urnengrafvelden te Zottegem-Velzeke. Zottegem (Publicaties van het Provinciaal Archeologisch Museum van Zuid-Oost-Vlaanderen – site Velzeke, 1).

DE MULDER G., VAN STRYDONCK M., BOUDIN M., 2004 – 14C-dateringen op gecremeerd menselijk bot uit de urnengrafvelden te Velzeke (O.-VI.). Lunula. Archaeologia protohistorica, XII, p. 51-58.

FOKKENS H, JANSEN R., 2004 – Het vorstengraf van Oss. Een archeologische speurtocht naar een prehistorisch grafveld. Utrecht.

FRÉBUTTE C., GUSTIN M., MARCHAL J.-P., COLLETE O., DEFGNEE A., LAURENT C., 2007 – Huy, Engis (province de Liège). Lunula. Archaeologia protohistorica, XV, p. 97-105.

GILLET J.-C., 1976 – Les chercheurs d’or en Ardenne. Gembloux, Duculot, 72 p.

GOMEZ de SOTO J., BOURHIS J.-R., GHESQUIÈRE E., RIVALLAIN J., MARCIGNY C., MENEZ Y., VERRON G., 2009 – Pour en finir avec le Bronze final. Les haches à douille de type armoricain. In : le présent volume.

GROENEN M., 2006 – La grotte-abri du Tiène des Maulins. In : L’archéologie à l’Université Libre de Bruxelles (2001-2005). Matériaux pour une histoire des milieux et des pratiques humaines. Bruxelles, p. 13-20.

GUILLAUME A., 2003 -150 années de recherches hallstattiennes en Wallonie. Les rites funéraires. Bulletin du Cercle archéologique Hesbaye-Condroz, XXVII, p. 3-184.

HOORNE J., 2004 – Brons- en Ijzertijdwaterputten in België. Lunula. Archaeologia protohistorica, XII, p. 21-28.

LANTING J.N., 1976 – Zwei 14C-datierte Funde von spätbronzezeitliche Keramik mit Kerbschnittverzierung. Helinium, XVI, p. 55-61.

LANTING J., AERTS-BIJMA A.T., VAN DER PLICHT J., 2001 – Dating of cremated bones. Radiocarbon, 43, 2 A, p. 249-254.

LANTING J., BRINDLEY A., La datation des ossements calcinés. In : BOURGEOIS J., TALON M. éd., 2005 – L’âge du Bronze du Nord-Ouest de la France dans le contexte européen occidental : nouvelles découvertes et propositions de périodisation, Actes de la table ronde tenue dans le cadre du 125e Congrès national des sociétés historiques et scientifiques, Lille, 2000, Pré- et Protohistoire. Paris, Éd. du C.T.H.S.-A.P.R.A.B., p. 35-41.

LANTING J.N., VAN DER PLICHT J., 2002 – De 14C-chronologie van de Nederlandse pre-en protohistoire, IV : Bronstijd en Vroege Ijzertijd. Palaeohistoria, 43/44, p. 117-262.

MARIËN M.-E., 1958 – Trouvailles du Champ d’Urnes et des Tombe lles hallstattiennes de Court-Saint-Etienne. Bruxelles (Monographies d’Archéologie Nationale, 1).

MARIËN M.-E., 1964 – La nécropole à tombelles de Saint-Vincent. Bruxelles (Monographies d’Archéologie Nationale, 3).

MARIËN M.-E., 1999 – Nécropole hallstattienne à tombelles dans « Bois de la Taille des Vignes » à Havré (Hainaut, Belgique). In : CHAUME B., MOHEN J.-P, PÉRIN P. dir., 1999 – Archéologie des Celtes. Mélanges à la mémoire de René Joffroy. Montagnac, Éd. Mergoil, p. 227-242.

MATTHYS A., HOSSEY G., 1979 – L’oppidum du « Trînchi » à Cugnon. Bruxelles (Archaeologia Belgica, 215).

MILCENT P.-Y., 2004 – Le Premier âge du Fer en France centrale. Paris, Société Préhistorique Française, 2 vol. 718 p., 34 tab., 125 fig., 132 pl. (Mémoires de la Société Préhistorique Française, 34).

MILCENT P.-Y., 2005 – Du Bronze final au Premier âge du Fer en France centrale : progressive évolution ou rupture. Bulletin de l’Association pour la Promotion des Recherches sur l’âge du Bronze, 2, p. 15-17.

MINSAER K., 2003 – Van de Leugenberg tot het Laar. Bewoningssporen uit de late bronstijd, de ijzertijd en de Gallo-Romeinse période aan de goederenspoorlijn te Ekeren. Interimverslag. In : CUYT G., SAS K. éd., 2003 – Vlekken in het zand. Archeologie in en rond Antwerpen. Antwerpen, p. 115-123.

MINSAER K., 2004 – Bewoningssporen uit de late Bronstijd en de Ijzertijd te Ekeren. Voorlopige resultaten van het archeologisch onderzoek in 2002 naar aanleiding van de uitbreiding van goederenspoor 27 A. Lunula. Archaeologia protohistorica, XII, p. 109-115.

MOHEN J.-P., 1980 – L’âge du Fer en Aquitaine. Paris (Mémoires de la Société Préhistorique Française, 14).

RAVESCHOT P., SEMEY J., VANMOERKERKE J., 1984 – Circulaire structuren aan de Hogeweg. Stadsarcheologie, 8/1, p. 2-36.

SEMEY J., VANMOERKERKE J., 1987 – Gent (O.-Vl.) – Hoge Weg. Archéologie, 2, p. 145 et fig. 10.

TEMMERMAN B., 2002 – Het umengrafveld van Neerharen-Rekem (Lb.) : hemieuwd onderzoek. Lunula. Archeologia protohistorica, X, p. 36-38.

TEMMERMAN B., 2007 – Het urnenveld van Neerharen-Rekem : onderzoek naar de ethnografie, sociaal-economische verhoudingen en idéologie van een prehistorische gemeenschap tijdens de Late Bronstijd/Vroege Ijzertijd in Westeuropa. Thèse de doctorat inédit. Brussel, Vrije Universiteit Brussel (dir. : M. de Bie).

TIMPERMAN M., 1987 – Fouilles à la Galerie Belgo-Romaine des Grottes de Han. In : CAHEN-DELHAYE A., DE LICHTERVELDE C., LEUXE F., 1987 – L’archéologie en Wallonie 1980-1985. Découvertes des Cercles archéologiques. Namur, p. 263-265.

VANBUTSELE N, VAN IMPE L., 2007 – Het urnenveld uit de vroege ijzertijd op de ‘Dorperheide’te Kaulille (Gemeente Bocholt, provincie Limburg). Lunula. Archaeologia protohistorica, XN, p. 113-119.

VAN IMPE L., 1980 – Graven uit de Urnenveldenperiode op het Hangveld te Rekem. I : Inventaris. Brussel (Archaeologia Belgica, 227).

VAN IMPE L., BEEX G., ROOSENS H., 1975 – Het urnenveld op « De Roosen » te Neerpelt. Eindrapport. Brussel (Archaeologia Belgica, 145).

VAN STRYDONCK M., BOUDIN M., 2005 – Dans quelle mesure les « anciennes » datations par le 14C sont-elles fiables ? L’exemple de Saint Rombaut. Bulletin de l’Institut Royal du Patrimoine Artistique, 31, p. 289-296.

VAN STRYDONCK M., FOREST L., LANDRIE M., HENDRIX V., VAN DER BORG K., DE JONG A., 1995 – Royal Institute for Cultural Heritage. Radiocarbon dates XV. Brussels.

VAN STRYDONCK M., HENDRIX V., LANDRIE M., VAN DER BORG K., DE JONG A., ALDERIESTEN C., KEPPENS E., 1998 – Royal Institute for Cultural Heritage. Radiocarbon dates XVI. Brussels.

VAN STRYDONCK M., LANDRIE M., HENDRIX V., MAES A., VAN DEN BERG K., DE JONG A., ALDERUESTEN C., KEPPENS E., 2001 – Royal Institute for Cultural Heritage. Radiocarbon dates XVII. Brussels.

VAN STRYDONCK M., LANDRIE M., BOUDIN M., GROOTES P., NADEAU M.-J., SPARKS R., KEPPENS E., 2002 – Royal Institute for Cultural Heritage. Radiocarbon dates XVIII. Brussels.

VAN STRYDONCK M., BOUDIN M., HOEFKENS M., DE MULDER G., 2005 – 14C-dating of cremated bones, why does it work ? Lunula. Archaeologia protohistorica, XIII, p. 3-10.

VUAILLAT D., 1987 – La paléometallurgie de la Franche-Comté, âge du Bronze et âge du Fer. Paris, Les Belles Lettrese, (Annales Littéraires de l’Université de Besançon, 359).

WARMENBOL E., 1978 – Les nécropoles à tombelles hallstattiennes de Gedinne et Louette-Saint-Pierre. Mémoire de licence inédit, Bruxelles, Université libre de Bruxelles (dir. : P.-P. Bonenfant).

WARMENBOL E., 1987 – Schatten uit de Schelde. De voorwerpen uit de Metaaltijden in de verzameling Hasse. Antwerpen.

WARMENBOL E., 1988 – Broken bronzes and burned bones. The transition from Bronze to Iron Age in the Low Countries. Helinium, XXVIII, 2, p. 244-270.

WARMENBOL E., 1989 – De l’âge du Bronze à l’âge du Fer en Belgique et dans le Sud des Pays-Bas. In : ULRIX-CLOSSET M. OTTE M. dir., 1989 – La civilisation de Hallstatt, bilan d’une rencontre, Liège 1987. Liège, p. 133-140 (Études et Recherches Archéologiques de l’Université de Liège, 36).

WARMENBOL E., 1991 – Les nécropoles hallstattiennes de Gedinne et Louette-Saint-Pierre. In : REMY H. dir., 1991 – Archéologie en Ardenne. De la Préhistoire au XVIIIe siècle. Bruxelles, p. 59-64.

WARMENBOL E., 1992 – Le matériel de l’âge du Bronze : le seau de la drague et le casque du héros ; In : WARMENBOL E., CABUY Y., HURT V., CAUWE N., 1992 – La collection Edouard Bernays. Néolithique et âge du Bronze, époques gallo-romaine et médiévale. Bruxelles, p. 66-122 (Monographie d’Archéologie Nationale, 6).

WARMENBOL E., 1993 – Les nécropoles à tombelles de Gedinne et Louette-Saint-Pierre (Namur) et le groupe « mosan » des nécropoles à épées hallstattiennes. In : BOURA F., METZLER J., MIRON A. éd., 1993 – Archéologie en Sarre, Lorraine et Luxembourg. Actes du XIe Colloque de l’A.F.E.A.F., Sarreguemines, 1-3 mai 1987. Bliesbruck-Reinheim, Parc archéologique européen, p. 83-114 (Archaeologia Mosellana, 2).

WARMENBOL E., 2000 – Passes d’armes. Les objets de l’âge du Bronze dragués dans l’Escaut. In : BONNAMOUR L. dir., 2000 – Archéologie des fleuves et des rivières. Paris, Éd. Errance, p. 103-106.

WARMENBOLE., 2006 – La fortification d’Olloy-sur-Viroin. In : L’archéologie à l’Université Libre de Bruxelles (2001-2005). In : Matériaux pour une histoire des milieux et des pratiques humaines. Bruxelles, Université libre de Bruxelles, Centre de recherches et d’études, p. 21-27.

WARMENBOL E., 2007 – Le dépôt d’ossements humains en grotte aux âges des Métaux en Belgique. Nouvelles questions. In : BARRAL P, DAUBIGNEY A., DUNNING C., KAENEL G., ROULIÈRE-LAMBERT M.-J. éd., 2007 – L’âge du Fer dans l’arc jurassien et ses marges. Dépôts, lieux sacrés et territorialité à l’âge du Fer. Actes du XXIXe colloque international de l’A.F.E.A.F., Bienne, 5-8 mai 2005. Volume II. Besançon, Presses Universitaires de Franche-Comté, p. 537-548 (Annales littéraires de l’Université de Franche-Comté, 826).

WARMENBOL E., PLEUGER J.-L., 2006 – La fortification d’Olloy-sur-Viroin : campagne de fouilles 2004. Lunula. Archaeologia protohistorica, XIV, p. 135-138.

Table des illustrations

Titre Fig. 1. Carte des sites mentionnés dans le texte.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/18251/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 91k
Titre Fig- 2. Mobilier de la tombe 72 de la nécropole de Neerharen-Rekem (Van Impe 1980).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/18251/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 91k
Titre Fig. 3. Mobilier de la tombe 6 à incinération de Velzeke – « Provinciebaan » (1), de la tombe 27 (2), 25 (3) de Velzeke – « Paddestraat » (De Mulder et Rogge 1995) et de la tombe 71 (4), 53 (5), 58 (6) de Neerpelt « De Roosen » (Roosens, Beex 1961).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/18251/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 40k
Titre Fig. 4. Mobilier de tombelles indéterminées de Chevaudos – « Golinduc » (1-2) (inédit, DAO W. Leclercq), de la tombelle II (3a ou b) et III (4-5) et trouvaille indéterminée (6) de la nécropole de Louette-Saint-Pierre – « La Fosse-aux-Morts » (Warmenbol 1993).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/18251/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 39k
Titre Fig. 5. Mobilier provenant de fosses F.7 (1-5) et F. 1025 (6-9) de Hermalle-sous-Huy – « Campagne de la Gérée » (Frébutte et al. 2007).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/18251/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 41k
Titre Fig. 6. Epées de Battel – « Vrouwenvliet » (1-2) (inédit, DAO A. Stoll) et de la tombe 2 de Harchies (3) (Mariën 1989).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/18251/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 70k

Auteurs

Chargé de cours (Chaire de protohistoire) à l’Université Libre de Bruxelles, avenue F.D. Roosevelt 50, CP 175,1050 Bruxelles (Belgique) – ewarmenb@ulb.ac.be

Aspirant F.R.S.-FNRS au Centre de Recherches Archéologiques de l’Université Libre de Bruxelles, avenue F.D. Roosevelt 50, CP 175, 1050 Bruxelles (Belgique) – -wleclerc@ulb.ac.be

© ARTEHIS Éditions, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search