Version classiqueVersion mobile

Iconographie du quotidien dans l’art provincial romain : modèles régionaux

 | 
Sabine Lefebvre

SOCIÉTÉ ET CONVIVIALITÉ

L’écriture à l’encre sur des monuments funéraires des provinces nord-ouest

Michael Johannes Klein

Résumé

Cette étude se consacre à l’écriture à l’encre sur des rouleaux de papyrus représentés sur des monuments funéraires en Gaule Belgique de l’est, dans les deux Germanies, en Rhétie et dans le Norique. Elle laisse de côté les représentations de nombreux rouleaux fermés, mais se focalise sur des rouleaux déroulés, qui présentent les actions de lire et écrire. De telles représentations sont relativement rares. Les rouleaux déroulés ne se trouvent guère représentés sur les stèles, mais bien plus sur des monuments coûteux, principalement d’une part en Gaule Belgique de l’est et les régions avoisinantes de Germanie supérieure, d’autre part dans le Norique. Alors que l’on trouve des rouleaux déroulés dans l’ouest, surtout dans des contextes scéniques, ils sont, dans le Norique, surtout entre les mains de serviteurs (librarii) qui sont figurés seuls.

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

Sur les monuments funéraires des provinces du nord-ouest (les deux Germanies, la Gaule Belgique de l’est, la Rhétie et le Norique) se trouvent de nombreux instruments à écrire qui représentent l’écriture au stylet ainsi que l’écriture à l’encre. Dans ces provinces, la provenance de ces monuments est dispersée de manière très inégale. Ceux présentant des instruments à écrire proviennent principalement de la Gaule Belgique de l’est et des régions limitrophes de la Germanie supérieure, d’une part, et du Norique d’autre part, tandis que la Germanie inférieure et la Rhétie n’en ont produit que peu d’exemplaires.

Avant d’aborder l’étude de ces monuments en détail, il faut faire une remarque sur les tablettes de bois, que l’on associe spontanément à l’écriture au stylet. Nous savons par des fouilles archéologiques, particulièrement à Windisch (Vindonissa), Eschenz (Tasgetium) et Chesterholm (Vindolanda), que la face extérieure des tablettes de cire porte fréquemment des traces d’encre et qu...

Auteur

Karpfengasse 4, D-69117 Heidelberg. zobel.klein@gmail.com.

© ARTEHIS Éditions, 2017

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search