Version classiqueVersion mobile

De l’âge du Bronze à l’âge du Fer en France et en Europe occidentale (Xe-VIIe siècle av. J.-C.)

 | 
Henri Gaillard de Sémainville

Thème spécialisé de l’âge du bronze à l’âge du fer en France et en Europe occidentale (Xe – VIIe siècle av. J.-C.).

Structures et vestiges de la fin de l’âge du bronze et de l’âge du fer sur les rives des lacs savoyards : récentes données de terrain

Yves Billaud et André Marguet

Résumé

Les récentes opérations archéologiques subaquatiques dans les lacs savoyards apportent de nouvelles données sur les dernières occupations de l’âge du Bronze (abattages jusqu’en – 805, plans de bâtiments). L’âge du Fer, encore inconnu jusqu’à récemment, est documenté par une quinzaine de sites d’interprétation parfois délicate et de natures diverses (pêcheries, appointements, aménagements de berge, ...). Ces résultats, bien qu’encore modestes, montrent la modification des relations de l’homme au domaine lacustre en réponse à la péjoration climatique marquant le début du Subatlantique.

Texte intégral

1. AVANT-PROPOS

1Le présent bilan concerne les grands lacs de la partie française de l’arc alpin avec, du nord vers le sud (fig. 1), la rive française du lac Léman (altitude 372 m), le lac d’Annecy (altitude 446 m), le lac du Bourget (altitude 231 m) et le lac d’Aiguebelette (altitude 374 m). Ces vastes plans d’eau sont bordés de massifs calcaires à la jonction des domaines jurassiens et préalpins. Leurs territoires s’ouvrent au nord vers les régions lémaniques et valaisannes, à l’ouest vers le cours moyen du Rhône et au sud vers les plaines dauphinoises.

2Si en Suisse la présence humaine sur les rivages lacustres à l’âge du Fer est attestée dès le XIXe siècle par des découvertes parfois spectaculaires, il n’en est pas de même dans le domaine savoyard. L’absence de vestiges pour cette période ne commence à être comblée que depuis une quinzaine d’années suite à quelques découvertes fortuites et surtout grâce à des prospections systématiques combinées à des datations par la dendrochronologie ou le radiocarbone.

3Le colloque de l’A.F.E.A.F. était l’occasion de dresser un état des lieux pour l’âge du Fer, dans le prolongement de ceux élaborés pour le Néolithique et l’âge du Bronze lors des récentes manifestations commémorant le 150e anniversaire de la découverte des palafittes (Billaud, Marguet 2005 ; Billaud, Marguet 2006). Afin de montrer comment les sites nouvellement découverts s’inscrivaient dans l’histoire des littoraux lacustres, il a été choisi de présenter également des résultats récents concernant les dernières occupations de l’âge du Bronze (faisant ainsi un lien avec l’autre thème de ce colloque, la transition Bronze-Fer).

2. HISTORIQUE

4Les premières découvertes archéologiques dans les lacs savoyards ont été faites en 1856 soit à peine deux ans après la mise en évidence des palafittes suisses. Les rives des lacs font alors l’objet de prospections et d’intenses pêches aux antiquités lacustres qui dureront jusqu’au début du XXe siècle. Pour cette première période de l’archéologie lacustre ainsi que pour les techniques mises en œuvre nous renvoyons aux historiques déjà publiés (Billaud, Marguet 1997 ; Billaud, Marguet 2007).

5Les très nombreux objets extraits des lacs alimentent nombre de collections privées et publiques et constituent la source d’une abondante bibliographie, elle-même objet de plusieurs compilations (Bocquet, Laurent 1976 ; Billaud, Marguet 1997). Dans ce matériel, les périodes reconnues sont le Néolithique et l’âge du Bronze, mais rien n’est signalé pour l’âge du Fer. Par contre, c’est très tôt, qu’avec la découverte de quelques petits objets, est posée la question de l’introduction du fer à la fin de l’âge du Bronze.

6Pour les lacs savoyards, les stations ayant toujours été recouvertes par deux à cinq mètres d’eau (à la différence des lacs du Plateau suisse), il faut attendre les années 1950 avec les précurseurs de l’archéologie subaquatique, tel Raymond Laurent, pour que les premières observations directes soient réalisées grâce aux développements de la plongée autonome. Les grands sites sont revus et des prospections sont réalisées. Mais dans le bilan dressé lors du colloque UISPP de 1976, rien n’est mentionné pour l’âge du Fer (Bocquet, Laurent 1976).

7La situation n’évolue qu’à partir de 1980 avec la mise en place par le Ministère de la Culture du CNRAS (Centre National des Recherches Archéologiques Subaquatiques) actuellement intégré au DRASSM (Département des Recherches Archéologiques Subaquatiques et Sous-Marines). Si comme précédemment les sites sont revus c’est en plus avec l’objectif de datations absolues. Cette démarche d’abord ponctuelle (avec parfois, pour des découvertes fortuites, la collaboration de structures associatives) devient ensuite systématique avec les prospections conduites de 1995 à 2001 pour l’élaboration de la carte archéologique des lacs (resp. A. Marguet). À ce jour, près d’une quinzaine de sites de l’âge du Fer sont inventoriés.

8D’autre part, les stations Bronze final du lac du Bourget font l’objet depuis quelques aimées d’un travail d’évaluation des états de conservation et des emprises archéologiques par carottage, sondage stratigraphique et datation dendrochronologique (resp. Y. Billaud).

3. APPARITION DU FER

9L’existence d’une métallurgie du fer à la fin du Bronze final a été envisagée par R. Laurent suite à la découverte en 1967 de loupes ferreuses à Sévrier/Le Crêt de Châtillon sur le lac d’Annecy (Laurent 1968). Cette station, ayant pour particularité d’être implantée sur une île, a livré du matériel du Bronze final IIb et IIIb, occupations confirmées ultérieurement par la dendrochronologie (Marguet 2002b). L’une des loupes, d’un diamètre de 16 cm pour une épaisseur de 8,5 cm, a été sciée et analysée. Elle a été interprétée comme « provenant visiblement d’un essai de réduction de minerai en métallurgie primitive » (Laurent 1968 : 57).

10Mais deux dates radiocarbone, l’une sur un charbon de bois provenant de la loupe et l’autre sur des brindilles présentes à proximité, réalisées après la publication amènent à reconsidérer l’attribution chronologique de ce matériel et à lui attribuer un âge médiéval à moderne (Ly-117 : 490 ± 170 BP, 1150-1950 cal AD ; Ly-273 : 320 ± 100 BP, 1400-1950 cal AD).

11En l’absence de découvertes au cours des opérations récentes, l’apparition du fer est indiquée à ce jour, uniquement par quelques objets des collections anciennes. Les premières mentions sont précoces mais incluent « ... des armes d’une forme différente de celles en Bronze » (Perrin 1870 : 19). Leur attribution chronologique au Bronze final ne peut être retenue mais doit être reportée aux périodes historiques comme l’illustre un « poignard en fer » figuré dans le catalogue de l’Exposition universelle (Costa de Beauregard et Perrin 1878 : pl. 10, n° 351). Le nombre, la nature et la provenance des autres objets en fer varient selon les auteurs (Laurent 1968 ; Bocquet 1976 ; Bocquet 1990). Dans l’étude la plus récente du matériel du Bourget sont recensés : un bracelet torsadé dont la station d’origine n’est pas connue, une épingle vasiforme et une épingle bifide et perforée attribuées aux Fiollets, deux épingles à petite tête sphérique du Saut de la Pucelle (Kerouanton 1998 : fig. 3 ; Kerouanton 1999). La situation est donc semblable à celle de la Suisse où le fer fait une « timide apparition sous la forme de rares objets » (Hochuli et al. 1998 : 257).

Fig. 1. Localisation des lacs savoyards et des sites littoraux.

Fig. 1. Localisation des lacs savoyards et des sites littoraux.

4. LES DERNIERS HABITATS LITTORAUX

12Si le niveau de connaissance des habitats littoraux Bronze final des lacs savoyards est très inférieur à celui des lacs suisses, il a malgré tout nettement progressé ces dernières années en particulier pour le lac du Bourget. En premier lieu, les sondages ont montré sur plusieurs sites, des séries épaisses et bien conservées, sans perturbations par les récoltes désordonnées du XIXe siècle. D’autre part, le cadre chronologique des habitats a été précisé grâce à la systématisation des datations, même si celles-ci sont encore relativement peu nombreuses. Les abattages les plus récents ont été reconnus sur le lac du Bourget, au-delà de la limite de -850 classiquement admise en Suisse pour les dernières installations littorales (Hochuli et al. 1998 : 119). La date de -814 a été obtenue en 1990 sur la station de Chindrieux/Châtillon et elle a été considérée pendant quelque temps comme marquant l’ultime occupation des rivages lacustres (Billaud et al. 1993). Depuis, la perduration de F habitat littoral à la fin du Bronze final a été confirmée sur les stations de Grésine Est avec des abattages de -843 à -841, Conjux/Le Port 1 et 2 avec des abattages de -836 à -832, Conjux/le Port 3 avec des abattages en -813 (Billaud, Marguet 2005 : fig. 4) et Tresserve/Le Saut avec des abattages de -846 à -805 (Billaud 2006).

13Sur les autres lacs, une seule station a fourni un abattage postérieur à -850. Il s’agit de Sévrier/Le Crêt de Châtillon avec une date postérieure à -839 (date d’aubier).

14Au stade actuel des investigations, les sondages n’apportent pas d’informations sur les structures d’habitat en raison de la faiblesse des surfaces ouvertes tant par rapport aux superficies des stations (respectivement 20 à 45 m2 cumulés pour des emprises totales de 6500 à 20 000 m2) que par rapport à simplement une unité d’habitation.

15La topographie des pieux visibles fournit le plus souvent des plans impossibles à interpréter visuellement car résultant de la superposition de constructions sur des périodes relativement longues. Tout au plus se dégagent des linéaments correspondant aux palissades limitant l’espace villageois du côté de la berge et, parfois, des espaces libres pouvant être interprétés comme des ruelles (Le Saut, Grésine Est). Par contre, la station de Châtillon vient de livrer un plan similaire à celui de nombreuses stations suisses avec des alignements de bâtiments séparés par des ruelles orthogonales et larges de moins de deux mètres. Les bâtiments seraient à deux nefs, d’une largeur de 5 m pour une longueur de l’ordre de 7 m (Billaud 2007).

16Quelques indications sont fournies par des bâtiments isolés à la périphérie des grandes stations comme celui de Grésine Est au plan sinueux (fig. 2a) et les deux bâtiments de Châtillon avec leurs terminaisons en patte-d’oie (fig. 2b).

17Le seul plan d’ensemble est celui de Conjux/Le Port 3, sur la rive nord-ouest du lac du Bourget, station de petite taille découverte en 2000 (Marguet 2002c) et faisant actuellement l’objet de relevés topographiques et de décapages. Sur une surface de 55 m par 25 m, 223 pieux ont été repérés (fig. 3). Par analogie avec les « maisons isolées » de Chindrieux, il a été proposé une interprétation en quatre paires de bâtiments à terminaison en patte-d’oie auxquels sont associées des structures de type grenier à quatre ou six poteaux (Billaud 2006).

Fig. 2. Bâtiments identifiés sur le lac du Bourget (d’après Billaud, Marguet 2005 modifié).

Fig. 2. Bâtiments identifiés sur le lac du Bourget (d’après Billaud, Marguet 2005 modifié).

18À l’issue de la campagne de 2006, le plan a été complété par des bâtiments périphériques à quatre, six ou douze poteaux. Deux décapages, couvrant au total 65 m2, ont confirmé l’érosion des niveaux archéologiques qui ne sont plus représentés que par un horizon de condensation avec du matériel roulé, tessons et fragments de sole. La répartition de ces derniers suggère une nouvelle interprétation avec simplement quatre longs bâtiments possédant une organisation particulière autour d’une zone foyère. Mais cette répartition est trop diffuse pour permettre de trancher.

19Sur le plan chronologique, un échantillonnage très partiel indique qu’au moins trois des bâtiments supposés (C, D et F) ont été construits en -813. Pour les deux les plus au nord (A et B), les résultats sont particuliers avec des abattages couvrant quinze années, de -832 à – 818, et sans que le plan de répartition présente une logique habituelle (avec des ajouts ou reprises). Il est à noter que -832 est la date la plus récente obtenue sur la grande station de Conjux I (=Le Port 1 et 2) distante de 70 m. Avec les réserves liées à la faible taille de l’échantillonnage, il est possible de proposer un déplacement de l’habitat, en raison de la remontée du niveau moyen du lac liée à la péjoration climatique marquant le début du Subatlantique. Les deux premiers bâtiments seraient une sorte d’installation pionnière réalisée avec des madriers récupérés sur Conjux I. Les autres bâtiments construits en une seule fois n’auraient été occupés que peu de temps avant un abandon total du secteur.

20La dernière trace d’une installation sur les rives du Bourget pourrait être la structure repérée à Aix-les-Bains/La Culaz, loin de toute grande station (Marguet 1994). Au sein d’un ensemble de petits pieux, une série de chênes constitue une séquence dendrochronologique homogène qui n’a pu être datée en absolu mais que le radiocarbone place dans un intervalle comprenant la fin du Bronze final et le début de l’âge du Fer (ARC 1071 : 2640 ± 50 BP, 925-590 cal BC). Ces pieux dessinent un bâtiment à deux nefs, de 5 m de largeur pour 6 m de longueur avec là aussi, une terminaison en patte-d’oie (fig. 2c).

5. LES VESTIGES LITTORAUX DE L’ÂGE DU FER

21Si en Suisse des vestiges de l’âge du Fer sont découverts dès 1857 au bord du lac de Neuchâtel avec le site éponyme de La Tène, rien n’est signalé dans le domaine savoyard au XIXe siècle. Il en est de même après les travaux des précurseurs de l’archéologie subaquatique (Bocquet, Laurent 1976). La situation n’a changé que récemment avec quelques découvertes fortuites dans les lacs d’Annecy et du Bourget et surtout les prospections systématiques menées de 1995 à 2001 sur l’ensemble des rives (resp. A. Marguet). Si l’inventaire ne comporte à ce jour qu’une quinzaine de sites de taille souvent modeste, ceux ci sont présents dans les quatre lacs savoyards et, chronologiquement couvrent l’ensemble de l’âge du Fer.

Fig. 3. Conjux / Le Port 3 (lac du Bourget), topographie des pieux visibles et proposition d’interprétation (synthèse Y. Billaud).

Fig. 3. Conjux / Le Port 3 (lac du Bourget), topographie des pieux visibles et proposition d’interprétation (synthèse Y. Billaud).

Fig. 4. Aménagements d’Anthy / Les Recorts, lac Léman (d’après Coquoz, Marguet 2003).

Fig. 4. Aménagements d’Anthy / Les Recorts, lac Léman (d’après Coquoz, Marguet 2003).

Fig. 5. Aménagement de Doussard / Le Bout du Lac, lac d’Annecy (levé Y. Billaud et A. Marguet).

Fig. 5. Aménagement de Doussard / Le Bout du Lac, lac d’Annecy (levé Y. Billaud et A. Marguet).

5.1. Lac Léman

22Sur le lac Léman, seules les bornes de notre intervalle chronologique sont représentées avec deux sites.

– Sciez/Songy :

Trois pieux échantillonnés constituent une séquence dendrochronologique courte qui n’a pu être calée en absolu mais que le radiocarbone place à la fin de l’âge du Bronze (ARC 1265 : 2693 ± 40 BP, 920-790 cal BC ; Marguet 1997).

– Anthy-sur-Léman/Les Recorts :

Découvert en 1996 (Marguet 2001), le site des Recorts a l’aspect caractéristique de la plupart de ceux de l’âge du Fer avec une extension réduite, par rapport aux grandes stations du Bronze, et des alignements serrés de pieux ou de piquets (fig. 4). Les 61 pieux repérés sont interprétés comme trois structures : une jetée, une estacade et un ponton, pour un groupe rectangulaire de gros pieux (Coquoz, Marguet 2003). Le radiocarbone donne un intervalle de calibration de plus de deux siècles (ARC 1656 : 2085 ± 40 BP, 210 cal BC – 20 cal AD). Mais l’attribution chronologique est précisée par, d’une part, la découverte de monnaies augustéennes et, d’autre part, la dendrochronologie qui indique des abattages de -110 à – 74 ainsi qu’en -46 et -41.

5.2. Lac d’annecy (Marguet 2002b)

– Doussard/Le Bout du Lac :

Découvert par des plongeurs sportifs à l’extrémité sud du lac d’Annecy, le site comporte 43 pieux à moins de 30 m de la rive actuelle, en limite du tombant (fig. 5). Ils sont organisés en alignements soit parallèles, soit perpendiculaires à la ligne de pente avec un groupe au nord, le plus important, et un petit groupe au sud. L’essence est le chêne. Une petite ténevière est présente entre les deux groupes de pieux. Il n’a pas été observé de matériel archéologique en surface, hormis quelques rares petits fragments roulés de céramique grise.

23Les échantillons prélevés sur 10 pieux ont permis la constitution de deux séquences dendrochronologiques qui n’ont pas pu être calées en absolu. Une datation radiocarbone place cette structure dans La Tène ancienne (ARC 705 : 2265 ± 50 BP, 410-200 cal BC).

– Sévrier/Le Crêt d’Anfon :

Ce site particulier a également été repéré par des plongeurs. Il se présente comme un petit relief sous-lacustre, à 500 m du rivage et dont le sommet est à 11 m de profondeur. Il est partiellement couvert de blocs de pierre desquels dépassent quelques piquets. Deux d’entre eux ont été datés par le radiocarbone et se situent dans le deuxième âge du Fer (Gif 6688 : 2090 ± 50 BP, 350 cal BC – 30 cal AD ; ARC 2149 : 2210 ± 45 BP, 390-160 cal BC). Aucun matériel archéologique n’a été découvert. La mise en place et la fonction de ce site restent énigmatiques (aménagement lié à la pêche ?).

– Sévrier/Au Port :

Sur la rive ouest, à 130 m de la berge, 33 petits piquets en sapin refendu forment une palissade perpendiculaire au rivage. L’analyse radiocarbone de quatre échantillons constituant une séquence dendrochronologique non calée en absolu place cette structure au deuxième âge du Fer (ARC 2150 : 2145 ± 45 BP, 360-40 cal BC). Aucun mobilier archéologique n’a été mis au jour. Compte tenu de la faible section des piquets, il pourrait s’agir d’un aménagement halieutique.

– Talloires/Clos Derrière :

Une série discontinue de gros pieux en sapin est implantée sur un cône deltaïque développé sur la rive orientale du lac. Le radiocarbone la place à la fin de l’âge du Fer, voire dans la période antique (ARC 2143 : 2040 ± 45 BP, 180 cal BC-60 cal AD). L’hypothèse d’un ouvrage de protection en liaison avec la batellerie peut être avancée.

– Saint-Jorioz/Marais de l’Enfer 2 :

Tertre ovalaire long de près de 7 m pour une largeur de 4 m et constitué de gros galets. L’absence de bois ne permet pas de datations absolues pour cet aménagement énigmatique. Quelques éléments céramiques ont été recueillis mais étant très érodés ils permettent juste de proposer un rattachement aux périodes protohistoriques. Par contre, la découverte d’une petite fibule en fer (longue de 6,5 cm, avec corde externe, ressort 4/4, pied recourbé et attaché sur l’arc) permet une possible attribution à La Tène moyenne.

5.3. Lac du Bourget

– Chanaz/Portout :

À l’extrémité nord du lac, dans le canal de Savière qui joue le rôle de déversoir en établissant une relation avec le cours du Rhône, un pieu a été découvert sous un dépotoir de potiers antique. Il a fourni une date à mettre en parallèle avec celle obtenue à la transition Bronze-Fer pour le bâtiment de la Culaz mentionné précédemment (Gif6700 : 2600±80BP, 910-410cal BC ; Billaud, Marguet 1999).

– Brison-Saint-Innocent/Sous Cotefort :

Sur la rive orientale du lac, dans la vaste baie de Mémard (comme pour ses grandes stations du Néolithique et de l’âge du Bronze), une palissade de piquets en aulne dessine sur plus de 100 m une légère courbe parallèle au rivage (Marguet 2004 : 118). Elle pourrait se placer à la fin du Bronze final (ARC 1999 : 2790 ± 40 BP, 1020-820 cal BC). À proximité, un pieu a donné une date radiocarbone originale dans le Hallstatt (ARC 1994 : 2500 ± 40 BP, 800-410 cal BC).

– Conjux/Le Viallier :

Des piquets de chêne appartenant à un ensemble dispersé couvrant une surface de 15 m par 6 m et parallèle au rivage, ont fourni une date semblable à la précédente (ARC 1993 : 2465 ± 40 BP, 770-400 cal BC ; Marguet 2004 : 119). Deux gros galets calcaires à deux encoches, classiquement interprétés comme des poids de filet, permettent de proposer une fonction en liaison avec la pêche.

– Tresserve/Le Saut LT :

Le site a été découvert au cours d’une campagne de diagnostic liée à un projet de réhabilitation des rives. L’objectif premier était la vaste station du Bronze final connue depuis le XIXe siècle et dont les niveaux organiques s’avèrent couvrir près de deux hectares. Au niveau de la palissade limitant la zone d’habitat du côté de la berge actuelle, parmi les pieux en chêne aux cônes d’érosion caractéristiques, ont été repérés des pieux de forte section, en bois blanc avec des têtes érodées en dôme. Au nombre de 25, ils sont disposés en trois alignements méridiens et dessinent une structure longue de 28 m pour une largeur de 6,5 m (fig. 6). En sondage, il est apparu que l’un des pieux en aulne perturbe fortement les niveaux du Bronze final (sous-jacents avec un recouvrement de craie lacustre) et qu’il est épannelé avec des enlèvements larges ne pouvant être obtenus avec un outil en bronze. L’analyse par le radiocarbone de deux pieux a confirmé l’hypothèse d’une attribution chronologique récente (ARC 2437 : 2520 ± 45 BR 800-410 cal BC ; ARC 2239 : 2345 ± 45 BP, 800-200 cal BC). La première date paraît un peu trop ancienne d’autant que la seconde, pouvant être ramenée à un sigma à 520-260 cal BC, est cohérente avec le matériel mis au jour lors du décapage d’un horizon à débris organiques, proche de la surface. Une fibule en fer, à arc épais en anse de panier et avec un ressort à deux fois deux spires, renvoie à La Tène ancienne. Quatre céramiques à pâte grise tournée portent des décors de cannelures (fig. 6). Bien que les comparaisons régionales soient peu nombreuses, elles renvoient également à La Tène ancienne. Une datation dans le IVe siècle ou la fin du Ve siècle semble la plus probable (Billaud 2005).

24Cette grande structure s’intègre à un ensemble plus étendu comme l’indiquent les datations radiocarbone sur, d’une part, un groupe de petits piquets en chêne situé à proximité immédiate (ARC 2237 : 2300 ± 50 BP, 510- 200 cal BC) et, d’autre part, sur un piquet trouvé en sondage du côté de la berge (ARC 2434 : 2545 ± 45 BP, 810-510 cal BC). Elle est sans équivalent dans les lacs alpins tant en terme d’organisation que de datation. Il est seulement possible de citer le site de Roseninsel dans le lac de Starnberg en Bavière où des concentrations de bois travaillés ont donné des dates similaires (KIA 27433 : 2433 ± 24 BP, KIA 27434 : 2366 ± 23 BP ; Schlichzer, Pflederer 2006).

25La fonction de la grande structure pose problème. Il est difficile d’envisager un bâtiment surtout que se pose également la question du niveau de l’eau à cette période. Un ponton est envisageable mais alors pourquoi du matériel autour ? Faut-il avancer une fonction cultuelle, sorte de préfiguration de ce qui se passera à La Tène moyenne sur le site éponyme ? Ces questions restent posées dans l’attente de nouvelles investigations de terrain.

– Bourdeau/Le Biolet :

Quelques pilotis sont épars sur près de 40 m, dans la partie sud-ouest du lac, à environ 70 m du rivage, à proximité du tombant (Marguet 2002a : 118). Les prélèvements sur cinq chênes ont été synchronisés par la dendrochronologie mais n’ont pas été calés en absolu. Une datation par le radiocarbone les place dans La Tène (ARC 2056 : 2255 ± 40 BP, 400-200 cal BC).

Fig. 6. Structure en pieux d’aulne de Tresserve / Le Saut LT, lac d’Annecy (dessin du matériel J.-M. Treffort, synthèse Y. Billaud).

Fig. 6. Structure en pieux d’aulne de Tresserve / Le Saut LT, lac d’Annecy (dessin du matériel J.-M. Treffort, synthèse Y. Billaud).

– Conjux/Pré Nuaz :

Des pieux en alignements plus ou moins nets sont visibles sur au moins 70 m (Marguet 2002a : 124). L’échantillonnage de cinq chênes refendus de section importante (20 à 27 cm) a permis la constitution d’une séquence dendrochronologique datée, avec des abattages en -111 et – 110. La dimension des bois utilisés et la présence de mortaises évoquent un aménagement de type ponton.

– Saint-Germain-la-Chambotte/Le Petit Tuf :

La rive nord-est du lac est caractérisée par une beine étroite s’élargissant en allant vers le nord. Plusieurs concentrations de piquets y ont été repérées dont celle du Petit Tuf constituée d’alignements perpendiculaires à la rive (Marguet 2002a : 125). Une date radiocarbone sur l’un des petits pieux encadre le changement d’ère (ARC 2064 : 2000 ± 40 BP, 110 cal BC-120 cal AD)

5.4. Lac d’Aiguebelette

26Sur le lac d’Aiguebelette l’âge du Fer est très mal représenté à la différence du Néolithique, de l’âge du Bronze et de la période antique. Sont seulement recensés deux objets isolés et un groupe de pieux.

– Lepin-le-Lac/La Grande île 1 :

La pointe sud-est de l’île a livré une pointe de lance à douille, en fer, longue de 33 cm, attribuable à la période laténieime et un fragment de céramique pouvant également appartenir au deuxième âge du Fer (Marguet 2003 : 101).

– Lepin/Le Pomarin, structure 3 :

Au sud du lac, sur une beine réduite, un groupe de pieux, probable consolidation de la berge, a donné une date encadrant le changement d’ère (ARC 1896 : 2000 ± 40 BP, 110 cal BC-120 cal AD). Du matériel est présent en surface, nombreux fragments de tuiles, tessons d’amphores, fragments de céramiques dites « allobroges »...

6. EN GUISE DE BILAN

27Les récents travaux dans le lac du Bourget confirment et précisent la perduration des occupations littorales du Bronze final jusqu’à la fin du IXe siècle avant notre ère, soit près d’un demi-siècle après les dates classiquement admises pour l’abandon des rivages lacustres.

28Pour l’âge du Fer, la présence humaine sur les rives des lacs savoyards n’est attestée que depuis peu. Les sites découverts sont loin d’être aussi importants que ceux des lacs suisses. Ils sont pour la plupart de dimensions modestes, sans matériel associé et d’interprétation délicate. Ils fournissent tout de même des repères chronologiques couvrant la totalité de la période (fig. 7), tout en sachant que pour celle-ci les datations par le radiocarbone sont à manipuler avec prudence (ainsi en est-il des apparents regroupements de dates en paquets qui sont surtout liés à la forme de la courbe de calibration).

Fig. 7. Tableau récapitulatif des principales dates radiocarbone obtenues sur les sites de l’âge du Fer des rivages lacustres savoyards (synthèse Y. Billaud).

Fig. 7. Tableau récapitulatif des principales dates radiocarbone obtenues sur les sites de l’âge du Fer des rivages lacustres savoyards (synthèse Y. Billaud).

29Avec ces réserves, une mise en parallèle avec les variations lacustres peut être tentée. Les travaux en cours au laboratoire de Chrono-écologie de Besançon montrent, tant pour le lac du Bourget que pour celui d’Annecy, l’augmentation de niveau liée à la péjoration climatique du Subatlantique. Ces reconstitutions bathymétriques s’appuient sur l’étude des concrétions carbonatées constituant la craie lacustre. Pour le lac du Bourget, une autre approche vient d’être employée (Arnaud à paraître). Elle se base sur le fonctionnement particulier de l’exutoire du lac, déversant en régime normal mais emprunté à contre sens lors des crues du Rhône qui vient déverser dans le lac des eaux chargées de limons. Sur deux carottes sédimentaires prélevées en profondeur dans le lac a été recherché un marqueur à haute résolution des crues du Rhône, en l’occurrence la susceptibilité magnétique qui traduit l’importance de la phase détritique dans les sédiments. Ce signal a ensuite été calibré par rapport à d’autres enregistrements des variations du milieu comme par exemple les concrétions de grotte. Au final, l’enregistrement obtenu, recalé sur l’axe du temps, peut en quelque sorte être considéré comme représentant l’activité hydrologique et peut être confronté aux données archéologiques.

30Les prémices de la péjoration du Subatlantique semblent avoir contraint les occupants des rives directement par la remontée du niveau moyen du lac, en réduisant l’espace de vie, les obligeant alors à concentrer leur habitat (Le Saut) voire à le déplacer (Le Port). La péjoration se marque brutalement au passage entre les IXe et VIIIe siècles. Les grandes stations sont alors abandonnées tant en raison de la montée des eaux que de la dégradation globale du terroir et de ses potentialités. Mais des structures isolées peuvent encore être présentes. Durant une première phase d’activité hydrologique importante, les sites sont très peu nombreux et semblent plutôt correspondre à des pêcheries. Ce n’est qu’une fois que cette phase diminue d’intensité, vers -500, que les rives semblent de nouveau approchées, avec l’installation de pontons, de débarcadères et de renforts des berges.

31Certes ce schéma est encore bien succinct mais déjà les quelques structures repérées ces dernières années dans nos lacs et attribuables à l’âge du Fer montrent, malgré la quasi-absence de matériel archéologique, la modification importante des relations entre l’homme et le milieu lacustre. Sur le plan méthodologique, ces résultats démontrent, si besoin était, l’intérêt de prospections couplées à des datations systématiques.

Bibliographie

Bibliographie

ARNAUD F., à paraître -10.000 ans de crues du Rhône dans le lac du Bourget. In : Autour du lac du Bourget. Actes du 1er colloque national, Chambéry, 15-17 mai 2006.

BILLAUD Y., 2005 – Une structure de La Tène ancienne à Tresserve / Le Saut (lac du Bourget, Savoie, France). Nachrichtenblatt Arbeitkreis Unterwasserarchäologie, 11-12, p. 11-16.

BILLAUD Y. 2006 – L’organisation architecturale des stations Bronze final du lac du Bourget (Savoie) : résultats récents à Conjux / Le Port 3. Bulletin de la Société Préhistorique Française, 1, p. 167-171.

BILLAUD Y., 2007 – La station littorale de Chindrieux / Châtillon (lac du Bourget, Savoie). Rapport de sondage (subaquatique) 2006. Annecy, DRASSM, 69 p. (inédit).

BILLAUD Y., MARGUET A., 1997 – L’archéologie subaquatique dans les lacs alpins français. In : BRAVARD J.-P., PRESTREAU M. coord., 1997 – Dynamique du paysage. Entretiens de géoarchéologie. Table ronde, Lyon, 1995. Lyon, ALPARA, p. 219-264 (Documents d’Archéologie en Rhône-Alpes, 15).

BILLAUD Y., MARGUET A., 1999 – Les occupations littorales des lacs alpins de la Protohistoire à nos jours. In : EVIN J. et al. dir., 1999 – 14C et Archéologie. Actes du 3e congrès international, Lyon 1998. Paris, p. 199-205 (Mémoires de la Société Préhistorique Française, 26).

BILLAUD Y., MARGUET A., 2005 – Habitats lacustres du Néolithique et de l’âge du Bronze dans les lacs alpins français : bilan des connaissances et perspectives. In : DELLA CASA P, TRACHSEL M. éd., 2005 – WES’04, Wetland Economies and Societies. Actes colloque Zurich, 2004. Zurich, Chronos, p. 169-178 (Musée suisse, Collectio Archeologica, 3).

BILLAUD Y., MARGUET A., 2006 – Les établissements littoraux des grands lacs alpins français. In : HAFNER A. et al. dir., 2006 – Une nouvelle interprétation de l’histoire : l’apport de l’archéologie subaquatique, Actes du 2e Congrès international d’archéologie subaquatique (IKUWA-2), Rüschlikon bei Zürich, 2004. Bâle, Archéologie suisse, p. 70-74 (Antiqua, 40).

BILLAUD Y., MARGUET A., 2007 – Préhistoire récente et protohistoire des grands lacs alpins français : de la pêche aux antiquités à l’étude des vestiges littoraux. In : EVIN J. dir., 2007 – Un siècle de construction du discours scientifique en Préhistoire. Volume 2 : « Des idées d’hier... ». Actes 26e Congrès préhistorique de France, Congrès du centenaire de la Société préhistorique française. Avignon, sept. 2004. Paris, SPF, p. 265-277.

BILLAUD Y., MARGUET A., SIMONIN O., 1993 – Chindrieux-Châtillon (Lac du Bourget, Savoie). Ultime occupation des lacs alpins français à l’âge du Bronze. In : Archéologie et environnement des milieux aquatiques. Actes du 116e Congrés national des Sociétés savantes, Chambéry 1991. Paris, Éd. du C.T.H.S., p. 277-310.

BOCQUET A., 1976 – Les civilisations de l’âge du Bronze dans les Alpes. In : GUILAINE J. dir., 1976 – La Préhistoire française, tome II. Paris, C.N.R.S. éd., p. 483-494.

BOCQUET A., 1990 – Chronologie absolue et importations italiques à l’âge du Bronze final dans les Alpes françaises du Nord. In : Actes du Ve colloque sur les Alpes dans l’Antiquité, Pila, Vallée d’Aoste, 1987. Aoste, Bulletin d’Études préhistoriques et archéologiques alpines, 1, p. 187-200.

BOCQUET A., LAURENT R., 1976 – Les stations des lacs alpins. In : Néolithique et Âges des métaux dans les Alpes françaises, IXe Congrès UISPP, livret guide excursion A9, p. 139-145.

COQUOZ X., MARGUET A., 2003 – Anthy-sur-Léman, Les Recorts, La Tour. In : Département des Recherches Archéologiques Subaquatiques et Sous-Marines. Bilan scientifique 1998. Paris, Ministère de la Culture, p. 110-113.

COSTA DE BEAUREGARD J., PERRIN A., 1878 – Catalogue de l’exposition archéologique du département de la Savoie. Exposition universelle, Paris 1878. Paris, C. Reinwald, 69 p.

HOCHULI S., NIFFELER U., RYCHNER V., 1998 – La Suisse du Paléolithique à l’aube du Moyen Âge. SPMIII : âge du Bronze. Bâle, Schweizerische Gesellschaft für Ur- und Frühgeschichte, 422 p.

KEROUANTON I., 1998 – La production métallique des stations littorales immergées du lac du Bourget (Savoie) à l’âge du Bronze final. In : MORDANT C., PERNOT M., RYCHNER V. éd., 1998 – L’atelier du bronzier en Europe du XXe au VIIIe siècle avant notre ère. Actes du colloque international « Bronze 96 », Neuchâtel et Dijon, 1996. Tome II : Production, circulation et consommation du bronze. Paris, C.T.H. S, p. 87-102.

KEROUANTON I., 1999 – Les stations littorales immergées du lac du Bourget (Savoie) à l’âge du Bronze final. Les groupes culturels et la question du groupe du Bourget. Thèse de doctorat, Université Paris 1,3 vol. (inédit).

LAURENT R., 1968 – Apparition de la métallurgie du fer dans les stations littorales de la Savoie appartenant à la dernière phase du Bronze final. Bulletin de la Société linnéenne de Lyon, 2, p. 54-65.

MARGUET A., 1993 – Aix-les-Bains, La Culaz. In : Bilan scientifique du service régional de l’archéologie de Rhône-Alpes 1993. Paris, Ministère de la Culture, p. 163-164.

MARGUET A., 1997 – Carte archéologique de la rive française du lac Léman, Haute-Savoie. In : Département des Recherches Archéologiques Subaquatiques et Sous-Marines. Bilan scientifique 1996. Paris, Ministère de la Culture, p. 43-48.

MARGUET A. 2001 – Haute-Savoie, Carte archéologique de la rive française du lac Léman. In : Département des Recherches Archéologiques Subaquatiques et Sous-Marines. Bilan scientifique 1997. Paris, Ministère de la Culture, p. 128-137.

MARGUET A., 2002a – Savoie, lac du Bourget. Élaboration de la carte archéologique des gisements du lac du Bourget. In : Département des Recherches Archéologiques Subaquatiques et Sous-Marines. Bilan scientifique 2000. Paris, Ministère de la Culture, p. 117-137.

MARGUET A., 2002b – Haute-Savoie, lac d’Annecy. Élaboration de la carte archéologique des gisements du lac d’Annecy. In : Département des Recherches Archéologiques Subaquatiques et Sous-Marines. Bilan scientifique 2001. Paris, Ministère de la Culture, p. 116-130.

MARGUET A., 2002c – Lac du Bourget : Les Côtes, Conjux-Port3. In : Département des Recherches Archéologiques Subaquatiques et Sous-Marines. Bilan scientifique 2001. Paris, Ministère de la Culture, p. 114-115.

MARGUET A., 2003 – Savoie, lac d’Aiguebelette. Élaboration de la carte archéologique des gisements du lac d’Aiguebelette. In : Département des Recherches Archéologiques Subaquatiques et Sous-Marines. Bilan scientifique 1998. Paris, Ministère de la Culture, p. 96-110.

MARGUET A., 2004 – Savoie, lac du Bourget. Élaboration de la carte archéologique des gisements du lac du Bourget. In : Département des Recherches Archéologiques Subaquatiques et Sous-Marines. Bilan scientifique 1999. Paris, Ministère de la Culture, p. 113-125, fig. 76-80.

PERRIN A., 1870 – Étude préhistorique sur la Savoie spécialement à l’époque lacustre (âge du Bronze). Paris, Reinwald, 34 p. et 20 pl.

SCHLICHZER U., PFLEDERER T., 2006 – Abtauchen in die Eisenzeit. Unterwasserarchäologie an der Nordostspitze der Roseninsel im Stamberger See. Nachrichtenblatt Arbeitkreis Unterwasserarchäologie, 13, p. 87-91.

Table des illustrations

Titre Fig. 1. Localisation des lacs savoyards et des sites littoraux.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/18246/img-1.png
Fichier image/png, 92k
Titre Fig. 2. Bâtiments identifiés sur le lac du Bourget (d’après Billaud, Marguet 2005 modifié).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/18246/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 28k
Titre Fig. 3. Conjux / Le Port 3 (lac du Bourget), topographie des pieux visibles et proposition d’interprétation (synthèse Y. Billaud).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/18246/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 44k
Titre Fig. 4. Aménagements d’Anthy / Les Recorts, lac Léman (d’après Coquoz, Marguet 2003).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/18246/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 13k
Titre Fig. 5. Aménagement de Doussard / Le Bout du Lac, lac d’Annecy (levé Y. Billaud et A. Marguet).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/18246/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 23k
Titre Fig. 6. Structure en pieux d’aulne de Tresserve / Le Saut LT, lac d’Annecy (dessin du matériel J.-M. Treffort, synthèse Y. Billaud).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/18246/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 49k
Titre Fig. 7. Tableau récapitulatif des principales dates radiocarbone obtenues sur les sites de l’âge du Fer des rivages lacustres savoyards (synthèse Y. Billaud).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/18246/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 133k

© ARTEHIS Éditions, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search