Version classiqueVersion mobile

De l’âge du Bronze à l’âge du Fer en France et en Europe occidentale (Xe-VIIe siècle av. J.-C.)

 | 
Henri Gaillard de Sémainville

Thème spécialisé de l’âge du bronze à l’âge du fer en France et en Europe occidentale (Xe – VIIe siècle av. J.-C.).

Des femmes et des hommes dans l’arc alpin occidental entre le XIIe et le VIIIe siècle av. J.-C.

Mireille David-Elbiali

Résumé

L’arc alpin occidental et ses marges, à cheval sur la Suisse occidentale, la France du Sud-Est et l’Italie du Nord-Ouest, présentent une unité culturelle au Bronze récent et final. L’attribution des découvertes – sépultures, dépôts et trouvailles isolées – à un des genres permet de proposer une image plus nuancée de la société. Les objets « masculins » sont abondants et dispersés sur l’ensemble du territoire. Les objets « féminins » sont plus difficiles à identifier, mais un groupe de riches parures, concentré au cœur des vallées intra-alpines, semble témoigner de femmes de rang social élevé.

Texte intégral

1. DES FEMMES ET DES HOMMES

1Le « genre », qui est la représentation sociale symbolique du « sexe », constitue une des composantes les plus fondamentales des sociétés humaines et sa construction montre une très grande diversité dans le temps et dans l’espace. Observer les vestiges sous l’angle du genre permet d’approcher un aspect primordial du fonctionnement social des communautés. Distinguer les femmes et les hommes c’est aussi, par voie de conséquence, identilier les enfants. Cette démarche permettrait idéalement de dépasser, pour les périodes anciennes, une approche fréquente de la société dans laquelle sont pris essentiellement en compte les éléments hiérarchiques de préférence masculins.

2Dans les sociétés anciennes sans écriture, auxquelles appartiennent les communautés de l’âge du Bronze et du Premier âge du Fer de l’arc alpin occidental, se pose évidemment, de façon aiguë, la question de comment différencier les femmes et les hommes. Les sources documentaires les plus directes pour cette question comprennent :

  • les représentations anthropomorphes : observation des quelques trop rares statuettes et gravures rupestres ;

  • l’anthropologie physique/ (génétique) : étude des vestiges osseux issus des sépultures ;

  • les associations d’objets : analyse des mobiliers funéraires, des dépôts et des trouvailles isolées.

2. DIFFICULTÉS MÉTHODOLOGIQUES

3Les ossements humains sont étudiés, avant tout, par l’anthropologie physique, qui peut sembler une méthode « scientifique dure », donc particulièrement fiable. Mais ses origines remontent au XIXe siècle et elle a intégré tous les préjugés sexistes de l’époque au travers de sa méthodologie. Le critère de robustesse, notamment, a été largement utilisé pour la détermination des sexes, or il repose sur le postulat d’un dimorphisme sexuel important – des femmes graciles et des hommes robustes –, ce qui est en contradiction avec les données historiques les plus anciennes. Les écrivains latins, par exemple Tacite (Tacite, traduction J. Perret 1949), ont en effet décrit les femmes des Germains et des Celtes comme aussi grandes et robustes que les hommes ! Or on peut raisonnablement accepter que les populations de nos régions, aux époques étudiées ici, comptent parmi les ancêtres directs de ces Celtes ou, du moins, appartiennent à des groupes de populations proches, dont l’environnement, l’alimentation et les activités physiques étaient analogues. Ce n’est que très récemment que les anthropologues rediscutent fondamentalement les critères d’identification du sexe. Le développement de la génétique se profile comme une nouvelle voie prometteuse, mais qui, pour l’instant, n’est pas encore largement appliquée et nécessitera probablement des moyens financiers importants.

4La seconde voie, qui fait appel à l’analyse de la composition des mobiliers funéraires, peut sembler très subjective. Cette méthode, appliquée par les Scandinaves et les Allemands dès avant le XIXe siècle, considère que les armes sont associées de façon privilégiée aux hommes et la parure aux femmes. Le postulat qui sous-tend ce principe trouve son origine non seulement dans les préjugés bourgeois d’un XIXe siècle misogyne, mais aussi et surtout dans les textes antiques, puis bien sûr dans l’histoire européenne postérieure telle qu’elle était alors présentée. Un examen critique permet cependant d’accepter la forte plausibilité de certaines de ces associations. Il est évident qu’il s’agit d’analyser chaque cas dans le détail et d’éviter les généralisations hâtives. Il faut encore relever que ce sont les mobiliers masculins qui sont définis en priorité et que les tombes féminines ont été (parfois) identifiées historiquement par l’absence d’armes, un peu comme la femme était autrefois définie par l’absence de pénis (fig. 1) !

5Ces deux approches devraient être complémentaires et permettre une critique constructive des données, ce qui est malheureusement rarement le cas. Nous aimerions toutefois citer une étude récente exemplaire pour le Bronze final, où, après une démonstration très convaincante, c’est finalement le mobilier qui remet en question la détermination anthropologique initiale du sexe (Wirth 1998) !

Fig-1 • Comment s’organisent les critères qui permettent de distinguer les genres : – en haut, le point de vue théorique : critères sûrs et ♂ et plage intermédiaire qui n’autorise pas ou difficilement une attribution à un des deux genres ; – en bas, la réalité la plus fréquente : critères ♂ sûrs et probables, ceux qui ne sont pasdeviennent des critères ♀.

Fig-1 • Comment s’organisent les critères qui permettent de distinguer les genres : – en haut, le point de vue théorique : critères sûrs et ♂ et plage intermédiaire qui n’autorise pas ou difficilement une attribution à un des deux genres ; – en bas, la réalité la plus fréquente : critères ♂ sûrs et probables, ceux qui ne sont pas ♂ deviennent des critères ♀.

3. LE CHOIX ET LA DIFFICULTÉ DES CRITÈRES DE DISTINCTION

6Quelles sont les difficultés propres à la période et au territoire examiné ?

7Dans notre région, il faut d’abord relever que l’incinération est dominante à partir du XIVe siècle av. J.-C. et qu’elle le reste jusqu’au VIIIe siècle environ. Étant donné l’énorme difficulté qu’il y a à déterminer le sexe d’un individu sur des fragments incinérés, le plus souvent présents en quantité faible, nous voyons déjà que l’anthropologie n’apporte qu’une aide minime. Et c’est le critère de robustesse qui est utilisé, sauf cas très exceptionnel, lorsqu’une détermination du sexe est proposée pour les incinérations.

8Il reste donc les mobiliers funéraires, qui associent des objets personnels le plus souvent en métal et de la céramique, et les dépôts de bronzes. À partir du Bronze récent et jusqu’à l’âge du Fer, les objets en métal déposés dans les sépultures deviennent relativement rares ; ils sont parfois brûlés et difficilement identifiables. Par contre, la part de la céramique augmente notablement au cours du temps, pour représenter, dans certaines sépultures de la fin du Bronze final, des services conséquents. En 1952, Hermann Müller-Karpe a publié pour la nécropole de Kelheim, en Basse-Bavière, une étude séduisante dans laquelle il proposait une distinction des mobiliers céramiques féminins et masculins. Cette tentative louable a toutefois été remise en question par des auteurs postérieurs et il n’y a pas eu sur notre territoire d’essai comparable.

9Compte tenu de ces difficultés, notre démarche consiste donc à croiser les données anthropologiques, architecturales, rituelles et mobilières. Les déterminations anthropologiques sur inhumation sont considérées comme fiables, celles sur incinération sont prises avec réserve. Enfin en ce qui concerne le mobilier, les bronzes, avec des distinctions raisonnées entre armes et parures, sont privilégiés au détriment de la céramique, qui ne permet pas (encore) de discrimination du genre.

4. RAPPEL HISTORICO-CULTUREL

10L’arc alpin occidental se caractérise par des massifs montagneux très élevés au nord-est, qui s’abaissent vers le sud. Il est entrecoupé de vallées profondes, parfois escarpées, qui communiquent entre elles par des cols d’altitude. Il se développe sur trois pays : la France sud-orientale (Rhône-Alpes et Provence-Côte d’Azur), l’Italie nord-occidentale (Piémont et Ligurie) et la Suisse occidentale (Valais, Vaud, Genève) ; la partie sud n’est évoquée ici que ponctuellement. Le peuplement se concentre bien sûr essentiellement dans les zones basses situées à sa périphérie, mais l’intérieur du massif montre aussi une densité importante de trouvailles, par exemple dans le département des Hautes-Alpes (fig. 2 et annexe).

Fig- 2. Carte de répartition des sites (légende détaillée en annexe).

Fig- 2. Carte de répartition des sites (légende détaillée en annexe).

11Peut-on considérer que l’arc alpin occidental constitue une entité territoriale significative d’un point de vue culturel et donc social ? Alors qu’au Bronze récent (XIVe – XIIIe siècle av. J.-C.), les liens entre ces trois régions semblent relativement étroits, avec une forte influence venant du sud des Alpes (David-Elbiali 1997 ; Gambari 1998 ; Ozanne, Vital 1999), au Bronze final, la région nord-alpine occidentale connaît un développement autonome et dynamique, en particulier dans la zone des Trois-Lacs, du Léman et des lacs de Savoie. Culturellement, la Suisse occidentale et la rive gauche du Rhône en France appartiennent au vaste complexe Rhin-Suisse-France-orientale (RSFO) au sens large, avec des petits groupes régionaux d’extension limitée (Kerouanton 2002 ; David-Elbiali et Moinat 2005). L’influence du RSFO se prolonge jusque dans les vallées intra-alpines françaises (Ozanne, Vital 1999), mais aussi dans celles du Piémont nord-occidental, avec le groupe de Pont-Valperga, tout récemment mis en évidence (Rubat-Borel 2006 et dans ce volume). Le Piémont oriental, par contre, se rattache au Protogolasecca, présent aussi en Lombardie (De Marinis 2001). Aux environs de 900 av. J.-C., le Protogolasecca évolue en Golasecca, prestigieuse culture proto-urbaine de l’âge du Fer d’Italie du Nord, le groupe de Pont-Valperga devient « taurino-salassi », tout en gardant des liens privilégiés avec le nord des Alpes, et la partie méridionale montre des affinités avec la Ligurie (zone « insubre ») (Gambari 1997). Au nord des Alpes, le passage à l’âge du Fer se fait autour de 800 av. J.-C. et la zone nord-alpine entre alors dans le giron du groupe hallstattien occidental (fig. 3).

Fig. 3. Tableau chronologique.

Fig. 3. Tableau chronologique.

12Grâce aux investigations récentes menées dans le Piémont (Rubat-Borel dans ce volume avec bibliographie), l’arc alpin occidental, qui semblait se singulariser beaucoup moins que l’arc alpin centre-oriental (Tessin, Grisons, Lombardie septentrionale, Trentin, Haut-Adige, Tyrol), où se développe dès le début du Bronze final une forte identité culturelle, tend à présenter lui aussi une certaine unité, en germe dès le Bronze moyen, mais plus évidente au Bronze récent et final et qui va se retrouver à l’époque historique avec le duché de Savoie.

5. LE PHÉNOMÈNE « PRINCIER » DE LA FIN DU PREMIER ÂGE DU FER AU NORD DES ALPES OU L’ISSUE TEMPORAIRE D’UNE CRISE

13C’est pour la fin du Premier âge du Fer que nous disposons d’un modèle social qui présente, au moins dans la zone nord-alpine occidentale, une bonne adéquation avec les vestiges connus (Brun 1991). Le territoire nord-alpin semble organisé en petites « principautés », fortement hiérarchisées, avec à leur tête un chef, qui apparaît masculin voire féminin, car, de façon réjouissante, l’importance des riches tombes féminines identifiées a été réévaluée ces dernières aimées (Milcent, in Rolley 2003). Ces principautés servent notamment d’intermédiaires entre les zones méditerranéennes et septentrionales. Leurs élites bénéficient du contrôle exclusif de la redistribution des objets de prestige d’origine méditerranéenne – étrusques et grecs –, qui circulent alors plus largement au nord des Alpes, augmentant la richesse et le pouvoir de leurs détenteurs/trices. Ce modèle, toutefois plus complexe que présenté ci-dessus, dans le sens où les facteurs internes d’évolution de ces groupes ont probablement été longtemps sous-estimés, est valable pour le VIIe siècle mais surtout pour le VIe siècle av. J.-C. et va disparaître ensuite. Et il ne s’applique pas aux siècles qui précèdent.

6. QUE SE PASSE-T-IL AVANT, ENTRE LE XIIe ET LE VIIIe SIÈCLE AV. J.-C.?

14Patrice Brun (1991) tente d’expliquer sur la longue durée l’avènement du phénomène princier et propose un scénario lié à des processus socio-économiques qui aboutissent à la fin de l’âge du Bronze à une multiplication des conflits et à un démantèlement des réseaux d’échanges. Cette crise serait à l’origine de l’expansion de la métallurgie du fer. Lors du présent colloque, l’auteur est revenu partiellement sur ses hypothèses et a attiré l’attention sur la dégradation climatique de la seconde moitié du IXe siècle av. J.-C., qui pourrait avoir joué un rôle clé dans l’effondrement de la société du Bronze final.

15Stéphane Verger (1990) postule une mise en place progressive d’une économie de prestige avec l’apparition sporadique, dès la fin de l’âge du Bronze, de sépultures riches de guerriers, comme celle du tumulus Géraud de Saint-Romain-de-Jalionas (Isère), qui ne réunissent pas encore, selon lui, la totalité des marqueurs sociaux identifiés pour le HaD, puis, sans filiation directe mais avec une orientation idéologique semblable, la diffusion des sépultures princières à la fin du Premier âge du Fer.

16Joël Vital (1992) plaide pour la prise en compte de plus d’éléments pour la reconstitution sociale et rejette clairement dans la seconde moitié du VIIIe siècle av. J.-C. les sépultures de personnages « prééminents », comme celles de Saint-Romains-de-Jalionas – tumulus Géraud ou de Chavéria (Jura). Alain Daubigney (1992) défend une chronologie semblable et procède pour Chavéria à une analyse très fine, critère du genre compris, qui offre une vision sociale particulièrement intéressante.

17La faiblesse de certains modèles provient du fait qu’ils ne prennent en compte que des aspects exagérément limités de la société, soit exclusivement ceux qui touchent au pouvoir et au prestige, et ils rejettent ainsi dans une ombre méprisante les 95 % des acteurs sociaux.

18Passons maintenant à l’analyse des données disponibles dans l’arc alpin occidental pour aborder la question sociale par le biais de l’approche de genre !

7. LES REPRÉSENTATIONS ANTHROPOMORPHES

19Elles sont de peu de secours pour notre problématique. A cette période, la reproduction de la figure humaine pourrait être frappée d’une sorte d’interdit, au vu de son aspect schématique et de sa rareté.

20Une statuette en terre cuite a été exhumée de la station littorale de Chindrieux-Châtillon (Savoie), datée du IXe siècle av. J.-C. par dendrochronologie (Billaud et al. 1992) (fig. 4). Comme toutes les représentations anthropomorphes de cette période, elle est de mauvaise facture, voire carrément maladroite. Seules la position verticale et la présence du pénis font présumer qu’il s’agit d’un homme, au demeurant dépourvu de vêtements ou d’un équipement quelconque.

21Les gravures rupestres sont nombreuses dans l’arc alpin occidental et des études pointues montrent qu’il existe des représentations anthropomorphes masculines et féminines, en marge de celles qui sont asexuées (Ballet, Raffaelli 1993 ; Seglie et al. 1993). Les premières sont identifiées par le pénis et la présence d’armes. Les critères de reconnaissance féminins sont aussi d’ordre sexuel : les seins, le triangle pubien et la vulve, sous forme d’une cupule placée sur le ventre. Les figures féminines avérées seraient beaucoup plus rares que les masculines. Le problème des gravures est qu’elles sont souvent délicates à interpréter et qu’elles restent très difficiles à dater.

8. LES SÉPULTURES ENTRE LE XIIe ET LA FIN DU IXe SIÈCLE AV. J.-C.

22Les vestiges funéraires sont relativement peu abondants, surtout ceux qui fournissent des critères qui permettent de les attribuer à un des deux genres.

Fig. 4. Chindrieux-Châtillon (Savoie). Statuette en terre cuite masculine datée du IXe s. av.).-C. (d’après Billaud et al. 1992).

Fig. 4. Chindrieux-Châtillon (Savoie). Statuette en terre cuite masculine datée du IXe s. av.).-C. (d’après Billaud et al. 1992).

8.1. Le sud des Alpes

23C’est la nécropole de Morano sul Po (Alessandria), fouillée entre 1994 et 2000, qui apporte le plus d’information sur les sépultures des XIe et Xe siècle av. J.-C. du Piémont. L’exploration d’une surface de 15 000 m2 a permis de documenter de manière très détaillée 55 tombes et 12 fosses associées (Venturino Gambari 1999 et 2006). Le rituel est caractéristique du Protogolasecca avec des incinérations individuelles en urne, dans laquelle peuvent aussi être déposés quelques objets personnels en bronze brûlés. Bien qu’exceptionnellement, la même urne peut renfermer plusieurs individus, notamment ♀/ ♂ ou adulte indéterminé et enfant. L’urne est recouverte par une jatte renversée et placée dans une petite fosse aménagée avec des pierres. La sépulture est parfois surmontée d’un tumulus de terre de faible diamètre délimité par un cercle de pierres et c’est là une influence nord-alpine. La répartition entre sépultures féminines et masculines est équilibrée et il n’y a de différences notables ni dans les architectures, ni dans la morphologie des vases cinéraires (fig. 5). Le mobilier, surtout des objets en bronze, est par contre distinct et les quelques déterminations anthropologiques effectuées sur les ossements confortent ces attributions :

1 ou 2 fibule(s) à arc simple

1 fibule serpentifomie

annelets

1 annelet

bracelet(s)

1 à 4 épingles

appliques à bélière

hameçon, dans la T. 30 (♂)

fusaïole(s)

pointe de lance, plantée dans la fosse de T. 22 (♂+♀ ?)

24Ce mobilier est constitué essentiellement d’accessoires de vêtement (fibules et épingles, appliques à bélière) et de quelques objets de parure (annelets, bracelets). Les outils sont rares et les armes exceptionnelles. La pointe de lance de la T. 22 n’appartient ainsi pas au mobilier proprement dit, vu qu’elle a été véritablement plantée dans la fosse avec la pointe vers le bas et non pas déposée à l’intérieur de l’urne. Le seul élément en or recueilli est une boucle d’oreille provenant d’une sépulture féminine, la T. 12, qui avec trois fibules, cinq bracelets, seize annelets, trois tubes, deux boucles d’oreille et treize appliques à bélière, possède le mobilier le plus riche. Elle n’est toutefois pas recouverte d’un tumulus, mais une dépression voisine semble avoir servi à des activités rituelles. Ce sont par contre des tombes masculines qui bénéficient des cercles de pierres de plus grand diamètre, comme la T. 30 (Ø 4,30 m) ou la T. 14 (3,80 x 2,80 m). Il faut toutefois relever encore que la T. 3/94, qui réunit une femme avec deux ou trois bracelets, un second adulte de sexe indéterminé et un petit enfant de 3-4 ans, est surmontée d’un tumulus de 5,25 m de diamètre, donc plus grand que les précédents. Comme on le voit, le genre ne constitue pas le critère premier qui permettrait d’expliquer l’accès à une architecture funéraire plus imposante ou à un mobilier plus riche.

25Le même type de rituel funéraire se retrouve apparemment à Boves, Chiusa Pesio et Scarnafigi dans la province de Cuneo (détail des tombes non connu, donc sites non cartographiés, Gambari 1998), mais aussi jusque dans le Piémont nord-occidental, à Santa Apollonia – Colle di Belmonte (Cima 1990).

8.2. Le nord des Alpes

26Les vestiges funéraires sont peu abondants et les quelques nécropoles identifiées réunissent un nombre restreint de tombes. Les documents disponibles montrent une plus grande variabilité de rituels et une distinction moins nette entre mobilier féminin et masculin qu’au sud des Alpes.

27À Quincieux – Terre-de-Vaux (Rhône), quatre incinérations en urne des environs du XIe siècle av. J.-C. ont été fouillées à l’occasion de la construction de l’autoroute A46 (Pichon et Hénon 2005). Les urnes, contenant les os incinérés et le mobilier comme en Italie du Nord, ont été déposées dans des fosses, mais sans aménagement (fig. 6). La St. 17 n’avait pas de mobilier, la St. 2022 était associée à un gobelet à épaulement, la St. 2027-2028, à un gobelet à épaulement et deux bracelets en bronze, quant à la St. 2026, elle réunissait des fragments brûlés en bronze d’une épingle, d’une autre épingle ou d’un bracelet et d’un petit bracelet ou d’un gros anneau. Deux perles en or cannelées et non brûlées ont également été retrouvées dans cette tombe. Malgré la quantité de restes osseux récoltée, environ 400 à 500 g par tombe, aucune tentative de détermination du sexe ne semble avoir été tentée ; elle aurait de toute façon probablement reposé seulement sur le critère de robustesse. La nature du mobilier des deux dernières sépultures, qui sont les plus riches, évoque plutôt des femmes (parure annulaire par paire).

28À Douvaine-Vers les Portes (Haute-Savoie), la nécropole fouillée en 1913 regroupait des incinérations et des inhumations du Xe siècle av. J.-C. (Oberkampf 1997). La détermination du sexe a été réalisée sur ces dernières par un anthropologue. Seule la T. 4 est qualifiée de masculine. Simplement entourée par de gros cailloux, elle n’a livré qu’un petit fragment d’écuelle. Les trois inhumations féminines T. 2, 5 et 6 s’avèrent plus intéressantes tant par leur architecture que par leur mobilier. La première était recouverte par un lit de cailloux et de la terre, la deuxième reposait dans une « chambre sépulcrale », peut-être un coffre en bois, entouré de galets de chant et recouvert de dalles et la dernière bénéficiait d’un aménagement de dalles brutes, non détaillé. Chacune a livré plusieurs récipients en céramique fragmentés, de la matière colorante (ocre, mais aussi charbon) et de la parure – un à six bracelets ou anneaux de jambe, des perles en ambre, verre et argile, des appliques à bélière et des boucles d’oreille.

29Incinérations et inhumations datées du HaB3 (IXe siècle av. J.-C.) se côtoyaient aussi à Tolochenaz – Le Boiron (Vaud : Beeching 1977). Le sexe de six sépultures exhumées entre 1893 et 1911 a pu être déterminé par l’anthropologie. Il s’agit de cinq inhumations et d’une incinération ; trois sont féminines et trois masculines. Deux tombes masculines – T. VI et IX – sont de simples inhumations en fosse, associées à un dépôt de céramiques proche et recouvert d’une dalle. La première a aussi livré une épingle à petite tête vasiforme et la seconde deux tiges probablement d’épingles et deux annelets. La troisième sépulture masculine concerne un adulte d’une vingtaine d’années, robuste, inhumé dans une simple fosse, sans mobilier. La première tombe féminine – T.A – est une inhumation en fosse recouverte par une dalle, alors que les deux autres – T. XXXI et II – sont respectivement une inhumation et une incinération (d’une adulte d’une vingtaine d’années) en coffre de dalles. Le mobilier de la première tombe est constitué par une longue épingle à tête discoïde, une tige d’épingle ou un ciselet et quatre perles d’un matériau indéterminé, celui de la seconde par une tige d’épingle, une boucle d’oreille, un annelet et un vase, alors que la dernière, qui est aussi la plus riche, renfermait une tête d’épingle céphalaire en céramique, une rouelle en bronze, trois annelets, une tige d’épingle et quelques gouttes et autres fragments de bronze, ainsi qu’au moins quatre vases et un dépôt de viande. L’architecture des tombes féminines se révèle donc plus riche et, globalement, le mobilier aussi.

30Pour quelques sépultures, dont deux inhumations, de la nécropole lémanique de Lausanne – Vidy (Vaud), le sexe a été déterminé par l’anthropologie (Moinat, David-Elbiali 2003). Les deux inhumations sont masculines. Dans le cas des incinérations, c’est le critère de robustesse qui seul a pu être utilisé et la nature du mobilier vient aussi interférer dans l’attribution.

  • T. 1-1984 : inhumation , adulte très robuste, avec une jatte et un fond de vase, aucune architecture n’a été observée ;

  • T. 1 -1992 : inhumation ♂, adulte d’une vingtaine d’années, sans mobilier, simple fosse située dans l’emprise du tumulus de St. 38. Une datation 14C confirme son appartenance chronologique (fig. 7) ;

  • T. 25-1962 : incinération , adulte mature robuste, avec au moins quatre vases, fosse avec possible coffrage en bois ;

  • St.37-1992 : incinération jeune adulte robuste, avec quatre vases, fosse couverte d’une dalle ;

  • T. 3-1987 : incinération , jeune adulte relativement gracile mais avec un rasoir, un annelet en bronze, une perle en verre, trois vases, chambre funéraire avec coffrage de bois ;

  • St. 111-1990 : incinération ♂, jeune adulte robuste, une tête d’épingle biconique en bronze, treize vases et un dépôt de viande, chambre funéraire en bois, recouverte de dalles, située au centre d’un fossé de 20 m de diamètre ;

  • T. 1 -1985 : incinération ♀, adulte mature robuste, mais avec une voûte crânienne d’épaisseur moyenne et un mobilier féminin, deux à trois bracelets massifs et une perle en bronze, perle en os, six perles en or, six vases et un dépôt de viande, chambre funéraire avec coffrage de bois et dalle de couverture ;

  • St.38-1992 : incinération ♀, adulte gracile, épingle à petite tête globuleuse en bronze, neuf vases et dépôt de viande, chambre funéraire en bois, recouverte par une dalle, située au centre d’un tumulus de 20 m de diamètre (fig. 7).

Fig. 5. Morano sul Po – Pobietto (Alessandria). Mobilier des tombes 31 et 1/94 (♂). Fes deux urnes possèdent une forme et un décor similaires (d’après Venturino Gambari 1999).

Fig. 5. Morano sul Po – Pobietto (Alessandria). Mobilier des tombes 31 et 1/94 (♂). Fes deux urnes possèdent une forme et un décor similaires (d’après Venturino Gambari 1999).

Fig. 6. Quincieux – Terre-de-Vaux (Rhône). Structure 2022 : plan et coupe de l’incinération en urne avec gobelet à épaulement, genre indéterminé (d’après Pichon, Hénon 2005).

Fig. 6. Quincieux – Terre-de-Vaux (Rhône). Structure 2022 : plan et coupe de l’incinération en urne avec gobelet à épaulement, genre indéterminé (d’après Pichon, Hénon 2005).

31On observe ici un déséquilibre entre les deux genres, qui peut être lié aussi bien à l’échantillon observé qu’au critère de robustesse servant à définir le sexe. Si on accepte les déterminations, qui ont été faites avec beaucoup de prudence, on voit que les deux tombes féminines présentent une architecture (chambre funéraire en bois, tumulus) et un mobilier (objets en bronze, perles en or, service en céramique) et même dépôt de viande qui n’ont rien à envier aux sépultures masculines les plus riches. On retrouve par contre une inhumation masculine sûre, sans mobilier ni architecture, dans l’emprise du tumulus de la tombe ♀ St.38 (fig. 7) : s’agirait-il d’un individu sacrifié, comme nombre d’auteurs aiment à le laisser supposer lorsqu’il s’agit de femmes et d’enfants dans les mêmes conditions !

32Une sépulture isolée de la fin du IXe siècle à Pully – Chamblandes (Vaud) T. 70 apporte, avec un adulte jeune particulièrement robuste, un autre témoignage d’une incinération masculine riche avec un rasoir, une épingle à petite tête vasiforme et deux tubes en bronze, une perle en pierre et une dizaine de vases, dans une chambre funéraire en bois allongée recouverte par des dalles (Moinat, David-Elbiali 2003).

Fig. 7. Lausanne-Vidy Musée romain (Vaud). St. 38 : chambre funéraire en bois avec dalle de couverture, placée au centre du tumulus, incinération probablement féminine avec mobilier (épingle en bronze, urne avec couvercle, sept vases et dépôt de viande). T. 1 : inhumation en périphérie du tumulus d’un jeune homme de 18 à 20 ans sans mobilier (datation 14C) (d’après Moinat et David-Elbiali 2003).

Fig. 7. Lausanne-Vidy Musée romain (Vaud). St. 38 : chambre funéraire en bois avec dalle de couverture, placée au centre du tumulus, incinération probablement féminine avec mobilier (épingle en bronze, urne avec couvercle, sept vases et dépôt de viande). T. 1 : inhumation en périphérie du tumulus d’un jeune homme de 18 à 20 ans sans mobilier (datation 14C) (d’après Moinat et David-Elbiali 2003).

33La présence dans le mobilier de la nécropole de Saint-Prex (Vaud) de plusieurs paires d’anneaux de jambe vient confirmer qu’il y avait des tombes féminines (David-Elbiali, Moinat 2005). Il faut encore relever une inhumation en simple fosse d’une femme âgée, robuste, sans mobilier (T. 1- 1951). Une seconde inhumation d’un individu adulte âgé en coffre mixte (pierre et bois) renfermait six vases et une fusaïole (T. 1-1952). Malgré l’absence de détermination anthropologique en raison de l’état du squelette, la fusaïole laisse présumer qu’il s’agit aussi d’une tombe féminine. Enfin l’incinération d’un adulte jeune très robuste, probablement un homme, avec deux fragments de tiges d’épingles en bronze et cinq à six vases, dans une fosse peut-être boisée à l’intérieur (T. 2-2003).

34Une incinération isolée du Bronze final a été fouillée à Saint-Gervais (Genève : Honegger, Simon 1991). Il s’agit d’un adulte robuste, donc plutôt masculin, associé à trois vases fragmentés. Aucune architecture n’a été identifiée.

35Une autre incinération du début du Bronze final (HaA2) – St. 3 – a été implantée dans le parement du tumulus Bronze moyen de Vufflens-la-Ville – En Sency (Mariéthoz et al. 2005). Il s’agit à nouveau d’un adulte robuste, plutôt masculin, associé à une petite épingle en bronze, un fragment de bronze et au moins quatre vases fragmentés. La fosse était aménagée avec des pierres et une dallette de couverture.

36Un dernier ensemble singulier provient de Simandres – La Plaine (Rhône) (Blaizot et Thiériot 2000), où la fosse 25, aménagée avec des cloisons intérieures, contenait une femme mature en position centrale et dotée d’une épingle à tête cylindro-conique et de six annelets en bronze, de deux perles d’ambre et d’un gobelet, ainsi qu’un second individu de sexe indéterminé, peut-être une autre femme d’après les auteurs, avec un anneau en bronze et une meule neuve, un/e adolescent/e et trois enfants. Le site voisin des Estournelles a livré une fosse (A10) occupée par un homme jeune et un/e adolescent/e sans mobilier. On retrouve donc ici une femme dans une position prééminente, qui ne tient visiblement pas qu’à son statut économique et qui révèle aussi des rituels complexes dont la lecture nécessite de dépasser les critères habituels de riches/pauvres et puissants/ « inintéressants » !

37L’examen des sépultures répertoriées montre une grande diversité. Les architectures sont variées, car elles vont de la simple fosse à la chambre funéraire surmontée d’un tumulus de terre et de pierres, en passant par des coffres de dalles et des fosses diversement aménagées. Aussi bien les femmes que les hommes en bénéficient et l’échantillon à disposition ne laisse entrevoir aucune règle en ce domaine. Pour ce qui touche au mobilier, il faut tout d’abord relever qu’aucune tombe masculine ne contient d’arme. Un service en céramique d’importance variable, destiné probablement à recevoir des offrandes lors des funérailles, se retrouve en partie dans la tombe féminine ou masculine, le plus souvent sous forme de récipient(s) incomplet(s), voire de tessons (pars pro toto ?). Quelques offrandes de viande sont mentionnées dans les sépultures les plus riches. La distinction entre les genres se marque davantage au niveau des objets personnels emmenés par le défunt, en général des accessoires de vêtement, comme les épingles, de la parure, que ce soit des bracelets, des anneaux de jambe, des perles, etc., et un objet de soin corporel, le rasoir, dont l’attribution exclusive au sexe masculin repose, semble-t-il, sur un a priori encore invérifié. Certains types d’épingle, comme celles à petite tête vasiforme, semblent plutôt réservés aux hommes, alors que les anneaux de jambe par paire seraient plutôt féminins, etc. Il y a également des individus en position très modeste, qui se présentent sous la forme d’inhumations en simple fosse sans mobilier, et ceci concerne aussi bien et même plus des hommes que des femmes. Il faut aussi insister sur le fait que les tombes riches du Bronze final ne sont pas comparables dans notre zone d’étude avec les sépultures princières postérieures. D’autre part, des rituels particuliers, comme à Simandres, ne se laissent pas enfermer dans les catégories simples de riche et de pauvre, ils témoignent manifestement de croyances qui dépassent ce critère simplificateur.

9. LES SÉPULTURES DE « GUERRIERS » DU VIIIe SIÈCLE AV. J.-C. DANS L’ARC CIRCUM-ALPIN SEPTENTRIONAL

38C’est probablement seulement à partir du VIIIe siècle av. J.-C., qu’il faut placer l’apparition des sépultures de « guerriers » et elles semblent marquer un changement de la société. À Saint-Romain-de-Jalionas (Isère : Verger 1990) et à Chavéria (Jura : Vuaillat 1977), seul site jurassien pris à titre de comparaison, les sépultures de « guerriers » se caractérisent par l’inhumation sous tumulus d’individus, de sexe indéterminé en raison de la très mauvaise conservation des ossements, dotés d’une épée et d’autres biens, parfois de prestige – éléments de harnachement à Chavéria T. 16, récipients en tôle de bronze à Chavéria T. 9 et à Saint-Romain T. Géraud, objets en or, couteau en fer toujours à Saint-Romain T. Géraud –. La datation de ces sépultures divise les spécialistes, car le type de certaines épées appartiendrait encore à la fin du Bronze final. Un examen attentif de l’ensemble des données, que ce soit non seulement la typologie isolée des épées, mais bien l’analyse globale des dépôts, céramique comprise, ainsi que les rituels funéraires, l’architecture des monuments et leur insertion dans la nécropole, pour Chavéria, montre clairement que ces sépultures ne peuvent raisonnablement être datées avant le VIIIe siècle av. J.-C. (Daubigney, Vuaillat 1992 ; Vital 1992). L’association d’épées de la fin du Bronze final avec de la céramique peinte de l’âge du Fer (type Alb-Hegau), documentée dans des sépultures d’Allemagne du Sud (S. Wirth dans ce volume), vient d’autre part renforcer cette position. À part ces deux nécropoles, il faut encore mentionner une probable inhumation avec notamment une épée en bronze proche du type Mörigen et d’autres objets perdus à Talloires-Perroix (Haute-Savoie : Oberkampf 1997) qui ne contredit pas l’opinion émise ci-dessus.

39L’analyse détaillée de la nécropole de Chavéria aboutit à des hypothèses de premier ordre en ce qui concerne la question du genre au début de l’âge du Fer (Daubigney, Vuaillat 1992). Elle postule l’évolution sur quatre générations, d’une durée globale de moins d’un siècle voire du demi-siècle, des pratiques funéraires de l’élite locale, qui apparaissent en rupture avec la situation au Bronze final. Alors que les sépultures masculines adoptent l’inhumation avec un dépôt de mobilier, en particulier l’épée, qui avait disparu des tombes au Bronze final, les sépultures féminines se montrent traditionnelles, avec une persistance, au moins au début, de l’incinération sous des tertres toutefois plus modestes que ceux des hommes. À une phase ultérieure, les femmes se font aussi inhumer. Les mobiliers masculins (épée, céramique et divers) sont globalement plus riches que les mobiliers féminins (parure, céramique et divers) et les éléments de prestige pour les deux genres, comme le petit bassin étrusque ou le lignite et l’ambre, n’apparaissent pas au début de l’utilisation de la nécropole. Les regroupements de tombes pourraient se faire à partir des liens de parenté : couple ♂/♀ avec certains de leurs descendants. Les conclusions de cette analyse, bien qu’hypothétiques dans la mesure où aucune détermination du sexe n’a pu être opérée, semblent plausibles et montrent, à côté de l’élite dirigeante masculine, des femmes au statut privilégié, mais globalement inférieur à celui des hommes.

10. DÉPÔTS ET TROUVAILLES ISOLÉES DU BRONZE FINAL

40Sur le territoire examiné, les objets en bronze se retrouvent, comme ailleurs en Europe au Bronze final, plus fréquemment sous forme de dépôts, voire de « trouvailles isolées », comme c’est le cas surtout des épées abandonnées dans les rivières, les lacs et autres lieux humides, que comme mobiliers funéraires. Pour les trouvailles isolées, Svend Hansen (1997) propose d’y voir des ex-voto, qui correspondraient donc à l’offrande d’un individu et révéleraient, indirectement, son genre. Certains dépôts semblent également pouvoir être rapportés à des panoplies individuelles.

41Dans le cas des dépôts et des trouvailles isolées, tout comme pour certains mobiliers funéraires dont les ossements sont perdus, il est nécessaire pour identifier le genre d’accepter quelques postulats fondés sur nos connaissances actuelles, qu’il n’est pas possible d’argumenter ici.

42Dans notre région, il semble raisonnable de retenir comme masculines les catégories d’objets suivantes : les épées, les pointes de lances, les haches, les cuirasses et les rasoirs. À l’exception de ces derniers, qui peuvent faire partie du mobilier funéraire, les autres objets appartiennent exclusivement à des dépôts, respectivement des trouvailles isolées, avant le VIIIe siècle av. J.-C. Leur répartition dans la zone examinée montre une dispersion sur l’ensemble du territoire (fig. 8). Les pièces les plus nombreuses sont les haches qui indiquent que l’arc alpin occidental est parcouru, même aux altitudes élevées, vraisemblablement par des pasteurs, des bûcherons, des mineurs et quelques voyageurs. La trouvaille ancienne de Fillinges (Haute-Savoie), près du Léman, constitue pour l’instant le seul témoignage d’un dépôt de grand prestige, ici des cuirasses (fig. 9).

43Il est par contre plus difficile d’identifier les éléments féminins. Le mobilier de la tombe de Sion – Maison de Torrenté (Valais) doit être considéré comme féminin par l’abondance de sa parure appariée : deux paires de bracelets, deux bagues, six torques torsadés, mais aussi une grande épingle céphalaire, qui est un type baroque non documenté dans les sépultures masculines, un fragment de chaînette, peut-être les vestiges d’une ceinture ou d’un collier (fig. 10). Ces torques torsadés en plusieurs exemplaires se retrouvent en particulier dans les dépôts de Réallon – Champ Colombe et de Bénévent-en-Champsaur – Pré la Payre, tous les deux situés dans les Hautes-Alpes, qui sont aussi remarquables par la présence de ceintures articulées (fig. 11) (Courtois 1960 ; Haussmann 1996-97). L’attribution à des femmes de ces ceintures est confortée par l’étude du dépôt de Blanot (Côte-d’Or) (Thevenot 1991). L’examen attentif des trouvailles permet ainsi de constater que plusieurs dépôts et une sépulture renferment des objets associés qui, par recoupement, peuvent être retenus comme féminins : les grandes épingles céphalaires, les torques torsadés par groupe de trois pièces, les bracelets et anneaux de jambe par paire, les pendentifs en rouelle, pseudo-triangulaires (forme anthropomorphe) et articulés, ainsi que les ceintures articulées. Dans certains dépôts, ces objets côtoient des éléments masculins (épée, pointes de lances, haches, etc.). Le tableau de la figure 12 recense les ensembles retenus, qui témoignent de l’existence de riches accessoires féminins, dont la répartition est centrée au cœur même de l’arc alpin occidental avec quelques points périphériques (fig. 13). Cette spécificité régionale a déjà maintes fois été relevée, notamment par F. Audouze (1976).

Fig. 8. Carte de répartition des éléments présumés masculins :épées, ◆ pointes de lances, ● haches, ★ cuirasses,☽ rasoirs (données de l’annexe complétées avec Jockenhövel 1980 pour les rasoirs et Chardenoux et Courtois 1979 pour les haches).

Fig. 8. Carte de répartition des éléments présumés masculins : ◇ épées, ◆ pointes de lances, ● haches, ★ cuirasses,☽ rasoirs (données de l’annexe complétées avec Jockenhövel 1980 pour les rasoirs et Chardenoux et Courtois 1979 pour les haches).

44La datation de ces ensembles n’est pas aisée, mais la grande épingle céphalaire, présente aussi bien à Auvernier-Nord (Neuchâtel) qu’à Sion (Valais), donne un point d’ancrage chronologique dans la première moitié du IXe siècle av. J.-C. (David-Elbiali, Dunning 2005), ce qui permet de dater les torques torsadés et les autres éléments qui les accompagnent aussi du IXe siècle, soit du BF3b. Certains dépôts semblent même antérieurs et pourraient appartenir encore au Xe siècle av. J. -C., comme Villar d’Arêne (Hautes-Alpes) avec son épingle des palafittes et ses bracelets réniformes.

Fig. 9. Fillinges (Haute-Savoie). Une des cuirasses du dépôt (d’après Mottier 1988). Éch. 1/6.

Fig. 9. Fillinges (Haute-Savoie). Une des cuirasses du dépôt (d’après Mottier 1988). Éch. 1/6.

Fig. 10. Sion – Maison de Torrenté (Valais). Mobilier d’une inhumation probablement féminine du IXe s. av. J.-C.

Fig. 10. Sion – Maison de Torrenté (Valais). Mobilier d’une inhumation probablement féminine du IXe s. av. J.-C.

Fig. 11. Hautes-Alpes. Ceinture articulée de Bénévent-en-Champsaur (A) et grands pendentifs articulés de Réallon – Champ-Colombe (B) (d’après Haussmann 1996-97).

Fig. 11. Hautes-Alpes. Ceinture articulée de Bénévent-en-Champsaur (A) et grands pendentifs articulés de Réallon – Champ-Colombe (B) (d’après Haussmann 1996-97).

Fig. 12. Tableau des dépôts et de la sépulture ayant livré des accessoires féminins riches, caractéristiques de l’Arc alpin occidental (Déc. : date de découverte ; C : genre).

Fig. 12. Tableau des dépôts et de la sépulture ayant livré des accessoires féminins riches, caractéristiques de l’Arc alpin occidental (Déc. : date de découverte ; C : genre).

Fig. 13. Carte de répartition des éléments présumés féminins du BF3 dans les sépultures (), les dépôts (○) et les « ensembles riches » (★) (voir tableau fig. 12). En grisé, zone intralpine qui montre la concentration des « ensembles riches ». Femme « étrangère » (✹) du BF2a. Les numéros renvoient à l’annexe.

Fig. 13. Carte de répartition des éléments présumés féminins du BF3 dans les sépultures (●), les dépôts (○) et les « ensembles riches » (★) (voir tableau fig. 12). En grisé, zone intralpine qui montre la concentration des « ensembles riches ». Femme « étrangère » (✹) du BF2a. Les numéros renvoient à l’annexe.

11. CONCLUSION

45Bien qu’il faille tenir compte de la rareté des nécropoles dans la zone observée, les sépultures du Bronze final offrent un panorama si différent de celui des tombes du VIIIe siècle av. J.-C., qu’on observe à Chavéria ou à Saint-Romain-de-Jalionas, qu’il nous paraît témoigner d’un changement social, à l’égal de l’abandon des pratiques de dépôt ou encore de la délocalisation de beaucoup d’habitats en lien avec la dégradation climatique de la fin du IXe siècle av. J.-C. au nord des Alpes et dans le massif lui-même (Vivian 1991). À cette rupture, qui apparaît dans bien des domaines comme une régression, fait pendant une évolution dynamique amenant au proto-urbanisme au sud des Alpes, bien que le Piémont occidental, qui nous intéresse ici, reste en marge de ce mouvement.

46Durant le Bronze final, les documents funéraires montrent un équilibre entre les genres. Les armes sont quasiment absentes des mobiliers funéraires au nord comme au sud des Alpes, ces derniers étant constitués essentiellement par des accessoires personnels – épingles, parure, rasoir – et par de la céramique. Femmes et hommes peuvent être dépourvus de mobilier funéraire et occuper des tombes sans aménagement autre qu’une fosse, ou alors faire figure de privilégiés avec des sépultures à architecture monumentale et mobilier riche. Certaines structures évoquent des rituels qui vont au-delà du simple reflet de la position socio-économique du défunt. Ils pourraient être liés à des croyances particulières qui devraient être analysées sur un territoire plus vaste. Les nécropoles du VIIIe siècle av. J.-C. mentionnées ci-dessus témoignent par contre de la place importante occupée par le guerrier enseveli avec ses armes, ce qui n’est pas le cas avant dans notre région. À Chavéria, il existe apparemment aussi une élite féminine, mais de statut un peu moindre. Il est aussi envisageable et même assez probable que des rituels spéciaux perdurent, mais notre corpus n’en fait pas état.

47Les dépôts et trouvailles isolées montrent une forte présence masculine sur l’ensemble du territoire par le biais de la diffusion des armes (épées et pointes de lances), des haches et des rasoirs. Les éléments féminins présentent une répartition moins dense, mais ils sont aussi plus difficiles à cerner. Plusieurs dépôts contiennent des éléments rattachables aux deux genres. Douze assemblages riches, une tombe et onze dépôts répartis au cœur de l’arc alpin occidental et appartenant surtout au BF3b, renferment des accessoires féminins exceptionnels. Si l’attribution chronologique et de genre nous semble suffisamment étayée, il est par contre beaucoup plus délicat de proposer des hypothèses explicatives.

48À l’exception des dépôts de Saint-Priest, qui sont marginaux, les autres se concentrent au cœur des vallées intra-alpines et des massifs associés, en particulier dans les Hautes-Alpes, qui connaissent la concentration de trouvailles la plus forte. Les anthropologues ont montré que dans les mines de sel autrichiennes de Hallstatt, au Bronze final, enfants, femmes et hommes s’activent côte à côte et accomplissent leurs rudes tâches selon leurs capacités physiques respectives (Ott et al. 2004). Ils bénéficient apparemment du fruit direct de leur travail, comme en témoignent les riches mobiliers funéraires associés à ces ossements déformés et usés par le labeur. Peut-on imaginer un scénario proche dans l’arc alpin occidental, mais plutôt en relation avec la métallurgie du bronze, car les massifs recèlent du minerai de cuivre ? Les femmes ont-elles participé à l’exploitation des mines et à la fabrication des objets ? Aucun élément de réponse n’est disponible pour l’instant, car les traces d’exploitation connues pour les périodes examinées ici sont très ténues, par exemple à la mine de Saint-Véran dans les Hautes-Alpes (Barge et al. 1998 et communication personnelle de Joël Vital). D’autre part, les femmes sont habituellement tenues à l’écart des activités métallurgiques aux périodes historiques en tout cas et dans les sociétés connues par l’ethnologie. Même si certains dépôts contiennent aussi, à côté de la parure féminine, des outils de bronziers, comme les ciseaux à douille de l’Épine, celle-ci témoigne de l’existence de femmes de statut élevé et qui pourraient, pourquoi pas, avoir exercé des fonctions religieuses ou dirigeantes. La rudesse de l’environnement alpin impose un cycle économique saisonnier strict et le partage des tâches entre ♀ et ♂ est fondé, peut-être plus qu’ailleurs, sur l’interchangeabilité des rôles. Au moins dans le sens où les ♀ doivent pouvoir accomplir le travail des ♂, lorsque les uns ou les autres sont absents, par exemple pour l’estivage du bétail, l’exploitation minière ou l’émigration saisonnière. Ces particularités de l’environnement alpin ont conféré aux femmes un rôle important, non seulement dans l’économie, mais encore comme gardiennes et responsables de la transmission de l’identité culturelle et du savoir, car elles se déplacent souvent moins et moins loin que les hommes. Ceci est documenté à la période historique, mais pourrait trouver ses prémices antérieurement. Et pour tempérer cette affirmation sur le déplacement des femmes, il convient de rappeler l’incinération exceptionnelle d’Ascros – Les Crottes (Alpes-Maritimes), à peine antérieure aux périodes examinées ici puisqu’elle remonte au BF2a, et qui a livré des objets féminins typiques de l’Allemagne du Sud, comme l’a relevé J. Vital (1994), mais aussi la pointe d’une lame de poignard. Nous aurions donc affaire à une femme année et qui a voyagé loin... Le plus difficile dans l’approche de genre, on ne le sait que trop bien, est de s’affranchir des préjugés culturels tenaces !

Bibliographie

Bibliographie

AUDOUZE F., 1976 – Les ceintures et les ornements de ceintures de l’âge du Bronze en France. Gallia Préhistoire 19-1, p. 69-172.

BALLET F., RAFFAELLI P., 1993 – Les représentations féminines dans l’art rupestre mauriennais. In : La femme dans la société savoyarde. Actes du XXXIVe Congrès des sociétés savantes de Savoie (Saint-Jean-de-Maurienne, 5-6sept. 1993). Société d’histoire et d’archéologie de Maurienne, t. XXVII-XXVIII, 1992-1993, p. 409-418.

BARGE H., ANCEL B., ROSTAN P., GUENDON J.-L., 1998 – La mine des Clausis à Saint-Véran (Hautes-Alpes) : exploitation et aire de réduction du minerai de cuivre d’époque préhistorique. In : MORDANT C., PERNOT M., RYCHNER V. dir., 1998 – L’atelier du bronzier en Europe du XXe au VIIIe siècle avant notre ère. Actes du colloque international « Bronze ‘96 », Neuchâtel -Dijon, 1996 (session de Dijon), p. 71-82. Paris, Éd. du C.T.H.S., t. II : Du minerai au métal, du métal à l’objet.

BEECHING A., 1977 – Le Boiron : une nécropole du Bronze final près de Morges (Vaud, Suisse). Lausanne, Bibliothèque historique vaudoise (Cahiers d’archéologie romande, 11).

BILLAUD Y., MARGUET A., SIMONIN O., 1992 – Chindrieux, Châtillon (lac du Bourget, Savoie) : ultime occupation des lacs alpins français à l’âge du Bronze. In : Archéologie et environnement des milieux aquatiques. Actes du 116e congrès des Sociétés savantes, Chambéry, 1991. Paris, Éd. du C.T.H.S., p. 277-310.

BLAIZOT F., THIÉRIOT F., CORDIER F., THIEBAULT S., THIRAULT E., 2000 – Un rituel original à la fin de l’âge du Bronze : les inhumations en fosse des sites des Estournelles et de La Plaine à Simandres (Rhône). Gallia Préhistoire 42, p. 195-256.

BOCKSBERGER O.-J., 1964 – Âge du Bronze en Valais et dans le Chablais vaudois. Lausanne, Imprimerie centrale.

BOCQUET A., 1991 – L’âge du Fer dans les Alpes occidentales françaises. In : DUVAL A. dir., 1991 – Les Alpes à l’âge du Fer. Actes du Xe colloque sur l’âge du Fer, Yenne-Chambéry. Paris, C.N.R.S., p. 91-155 (Revue archéologique de Narbonnaise, suppl. 22).

BOCQUET A., LEBASCLE M.C., 1983 – Metallurgia e relazioni culturali nell’Età del Bronzo finale delle Alpi del Nord Francesi. Antropologia Alpina (La memoria della terra, 1).

BRUN P., 1991 – Systèmes économiques et organisations sociales au Premier âge du Fer, dans la zone nord-alpine. In : DUVAL A., dir. -1991 – Les Alpes à l’âge du Fer. Actes du Xe colloque sur l’âge du Fer tenu à Yenne-Chambéry. Paris, C.N.R.S., p. 313-332 (Revue archéologique de Narbonnaise, suppl. 22).

CHAPOTAT G., 1973 – Les dragages de Grigny (Rhône) : inventaire des trouvailles et études des épées de l’âge du Bronze. Revue Archéologique de l’Est, XXIV, 3-4, p. 341-359.

CHARDENOUX M.-B., COURTOIS J.-C., 1979 – Les haches dans la France méridionale. München, C.H. Beck (Prähistorische Bronzefunde, 9, 11).

CIMA M., 1990 – La valle Orco nella preistoria del mondo alpino. In : Actes du Ve colloque sur les Alpes dans l’Antiquité (Pila, 11-13 sept. 1987), Bull. d’études préhistoriques et archéologiques alpines, 1, p. 317-350.

COURTOIS J.-C., 1960 – L’âge du Bronze dans les Hautes-Alpes. Gallia Préhistoire 3, p. 47-108.

DAUBIGNEY A., VUAILLAT D., 1992 – Chorologie et chronologie de la nécropole de Chavéria (département du Jura). In : KAENEL G., CURDY P., dir., 1992 – L’âge du Fer dans le Jura. Actes du 15e colloque de l’A.F.E.A.F., Pontarlier/Yverdon-les-Bains, 9-12 mai 1991. Lausanne, p. 110-118 (Cahiers d’Archéologie Romande, 57).

DAVID-ELBIALI M., 1997 – Il Vallese (Svizzera) nel quadro dell’arco alpino centro-occidentale durante il Bronzo recente : alcuni elementi d’influenze meridionale. In : La Valle d’Aosta nel quadro délia preistoria e protostoria dell’arco alpino centro-occidentale. Atti délla XXXI Riunione scientifica dell’Istituto italiano di Preistoria e Protostoria, Courmayeur, 2-5 giugno 1994. Firenze, IIPP, p. 487-498.

DAVID-ELBIALI M., DUNNING C., 2005 – Le cadre chronologique relatif et absolu au nord-ouest des Alpes entre 1060 et 600 av. J.-C. In : BARTOLONI G., DELPINO F. dir., 2005 – Oriente e Occidente : metodi e discipline a confronte. Riflessionisullacronologia dell’età delferro italiana. Atti dell’Incontro di studi, Roma, 30-31 ottobre 2003. Pisa -Roma, Ist. Editoriali e Poligrafici Intremazionali, p. 145-195 (Mediterranea, 1-2004).

DAVID-ELBIALI M., MOINAT P., 2005 – Saint-Prex (Vaud) à l’âge du Bronze : le cas d’une commune lémanique. Annuaire de la Société suisse de préhistoire et d’archéologie, 88, p. 119-168.

DE MARINIS R.C., 2001 – L’età del Ferro in Lombardia : stato attuale delle conoscenze e problemi aperti. In : La protostoria in Lombardia. Atti del 3° Convegno Archeologico Regionale, Como – Villa Olmo, 22-24 ott. 1999. Como, p. 27-76.

FOZZATI L., 1982 – Piverone (Torino). In : Schede di località. Palafitte : mito o realtà. Verona, Museo civico di storia naturale, p. 126.

GAMBARI F.M., 1997 – La prima età del Ferro nel Piemonte nord-occidentale. In : La Valle d’Aosta nel quadro délia preistoria e protostoria dell’arco alpino centro-occidentale. Atti della XXXI Riunione scientifica dell’Istituto italiano di Preistoria e Protostoria, Courmayeur, 2-5 giugno 1994. Firenze, IIPP, p. 341-360.

GAMBARI F.M., 1998 – L’età del Bronzo in Piemonte. In : Preistoria e protostoria del Piemonte. Atti della XXXII Riunione scientifica dell’Istituto italiano di Preistoria e Protostoria, Alba, 29 sett.-1° ott. 1995. Firenze, IIPP, p. 65-86.

HANSEN S., 1997 – Sacrificia ad flumina – Gewässerfunde im bronzezeitlichen Europa. In : HANSEL A. et B. dir., 1977 – Gaben an die Götter : Schätze der Bronzezeit Europas. Berlin, Seminar für Ur- und Frühgeschichte der Freien Universität, p. 29-34 (Bestandskatalog Museum für Vor- und Frühgeschichte Staatliche Museen zu Berlin, 4).

HAUSSMANN L., 1997 – L’âge du Bronze dans les Hautes-Alpes. Bull, d’études préhistoriques et archéologiques alpines, VII-VIII, p. 97-180.

HONEGGER M., SIMON C., 1991 – L’occupation néolithique et la fosse à incinération du Bronze final de Saint-Gervais (Genève). Archéologie suisse, 14, p. 172-180.

JOCKENHÖVEL A., 1980 – Die Rasiermesser in Westeuropa : Westdeutschland, Niederlande, Belgien, Luxemburg, Frankreich, Grossbritannien und Irland. München, C.H. Beck (Prähistorische Bronzefunde, 8/3).

KEROUANTON I., 2002 – Le lac du Bourget (Savoie) à l’âge du Bronze final : les groupes culturels et la question du groupe du Bourget. Bulletin de la Société préhistorique française, 99-3, p. 521-561.

MARIÉTHOZ F., DAVID-ELBIALI M., EADES S., GIROD F., GUÉLAT M., NORHTOVER P., PLISSON H, RYCHNER V., SIMON C., STUDER J., 2005 – Enquête autour d’un tumulus de l’âge du Bronze : Vufflens-la-Ville, En Sency (VD, Suisse). Lausanne, 160 p. (Cahiers d’archéologie romande, 100).

MOINAT P, DAVID-ELBIALI M., BERTI-ROSSI S., CHENAL-VELARDE I., GUÉLAT M., KLAUSENER M., SIMON C., 2003 – Défunts, buchers et céramiques : la nécropole de Lausanne-Vidy (Vaud) et les pratiques funéraires sur le Plateau suisse du XIe au VIIIe av. J.-C. Lausanne, 306 p. 191 fig. (Cahiers d’archéologie romande, 93).

MOLLO MEZZENA R., 1997 – L’età del Bronzo e l’età del Ferro in Valle d’Aosta. In : La Valle d’Aosta nel quadro délia preistoria e protostoria dell’arco alpino centro-occidentale. Atti délla XXXI Riunione scientifica dell’Istituto italiano di Preistoria e Protostoria, Courmayeur, 2-5 giugno 1994. Firenze, IIPP, p. 139-223.

MOTTIER Y., 1988 – Die Bronzepanzer von Fillinges aus der späten Bronzezeit (800 v. Chr.). Helvetia archaeologica, 76, p. 110-145.

MÜLLER-KARPE H., 1952 – Dos Urnenfeld von Kelheim. Kallmünz, M. Lassleben (Materialhefte zur bayerischen Vorgeschichte, 1).

OBERKAMPF M., MILLOTTE J.-P., VITAL J., LEBASCLE M.-C., PIUZ V. et collab., 1997 – Âge du Bronze de Haute-Savoie, 1 : en dehors des stations littorales. Annecy, Musée du Château.

OTT L., BEUCHER D., GIUDICELLI M., 2004 – L’or blanc de Hallstatt – Dos weiße Gold Hallstatts. Livret d’exposition – Broschüre zur Ausstellung, Musée de Bibracte, Naturhistorisches Museum Wien, Mai 2004 – November 2005.

OZANNE J.-C., VITAL J., 1999 – Documents pour servir à l’identification des relations transalpines occidentales dans la seconde moitié de l’âge du Bronze. In : BEECHING A. dir., 1999 – Circulations et identités culturelles alpines à la fin de la préhistoire – matériaux pour étude. Programme CIRCALP 1997-1998. Valence, Agence Rhône-Alpes pour les Sciences Humaines, p. 519-553 (Travaux du Centre d’Archéologie Préhistorique de Valence, 2).

PICHON M., HÉNON P., 2005 – La nécropole à incinération de Quincieux (Rhône) : différents cas d’associations d’offrandes et observations sur les bioturbations. In : MORDANT C., DEPIERRE G. dir., 2005 – Les pratiques funéraires à l’âge du Bronze en France. Paris, Éd. du C. T. HS., p. 277-304.

ROLLEY C. dir., 2003 – La tombe princière de Vix (2 vol.). Châtillon-sur-Seine, Société des amis du musée du Châtilllonais et Paris, Picard.

RUBAT BOREL F., 2006 – « Quasi al vertice d’Italia » : itinerari protostorici lungo la Dora Baltea tra la pianura piemontese e i valichi valdostani. In : Alpis Graia. Archéologie sans frontières au col du Petit-Saint-Bernard, Projet Interreg IIIA, Aosta, 2-4 mars 2006. p. 259-268.

SAVAY-GUERRAZ H., 2002 -1000 bronzes de 3000 ans. Catalogue d’exposition. Lyon, Musée de la civilisation gallo-romaine, 20 p.

SEGLIE D., RICCHIARDI P., CINQUETTI M., 1991 – Il medaglione bronzeo di Pourrieres ed il corredo del Laux (Val Chisone, Alpi Cozie, Italia). Bulletin d’études préhistoriques et archéologiques alpines II, p. 81-88.

SEGLIE D., RICCHIARDI P., GUIOT T., CINQUETTI M., COISSON O., BRONZAT F., 1993 – Représentation préhistorique de la femme dans l’art rupestre des Alpes occidentales. In : La femme dans la société savoyarde. XXXIVe Congrès des sociétés savantes de Savoie, Saint-Jean-de-Maurienne, 5-6 sept. 1992. Société d’histoire et d’archéologie de Maurienne, XXVII-XXVIII, p. 389-408.

TACITUS P.C. – La Germanie / Tacite (texte établi et traduit par Jacques Perret). Paris, Les Belles Lettres, 1949 (Collection des universités de France).

THEVENOT J.-P., 1991 – L’âge du Bronze en Bourgogne : le dépôt de Blanot (Côte-d’Or). Dijon, 158 p. (Revue Archéologique de l’Est, suppl. 11).

VENTURINO GAMBARI M. dir., 1999 – In riva al fiume Eridano : una necropoli dell’età del Bronzo finale a Morano sul Po. Catalogue d’exposition. Casale Monferrato, Museo Civico, Torino, Soprintendenza archeologica del Piemonte. Alessandria, Dell’Orso, 172 p.

VENTURINO GAMBARI M. dir., 2006 – Navigando lungo l’Eridano : la necropoli protogolasecchiana di Morano sul Po. Catalogue d’exposition Casale Monferrato, febbraio 1999 – marzo 2007. Casale Monferrato, Museo Civico, Torino, Soprintendenza per i Beni Archeologici del Piemonte e del Museo Antichità Egizie, 222 p.

VERGER S., 1990 – Autour de la tombe de Saint-Romain-de-Jalionas, l’enfouissement des objets de luxe à l’âge du Bronze final. In : Les premiers princes celtes (2000-750 av. J.-C.). Grenoble, Musée dauphinois, p. 53-71.

VITAL J., 1992 – Du IXe au VIIe siècle av. J.-C. dans le Jura méridional : scénario d’évolution culturelle. In : KAENEL G., CURDY P., dir., 1992 – L’âge du Fer dans le Jura. Actes du 15e colloque de l’A.F.E.A.F., Pontarlier/ Yverdon-les-Bains, 9-12 mai 1991. Lausanne, p. 163-180 (Cahiers d’Archéologie Romande, 57).

VITAL J., 1994 – Céramique, métal, culture. « Moutons noirs » de la typologie et mobilité. Quelques exemples de l’âge du Bronze rhodanien et leur interprétation. In : Terre cuite et société : la céramique, document technique, économique et culturel. XIVe Rencontres Internationales d’Archéologie et d’Histoire d’Antibes. Juan-les-Pins, Éditions APDCA, p. 381-393.

VIVIAN R. dir., 1991 – Paléo-environnement holocène et archéologie dans les Alpes françaises du nord et leur piémont. Paris, Éd. du C.T.H.S. (Documents préhistoriques, 1).

VUAILLAT D., 1977 – La nécropole tumulaire de Chavéria (Jura). Paris, Les Belles Lettres, 158 p. (Annales littéraires de l’Université de Besançon, 189).

WIRTH S., 1998 – Grabfunde der spaten Bronzezeit und der Urnenfelderzeit : von Augsburg-Haunstetten und Friedberg in Bayern : ein Beitrag zur vorgeschichtlichen Besiedlung des unteren Lechtals. Mit einem anthropologischen Katalog von Manfred Kunter. Augsburg, B. Wiβner (Augsburger Beiträge zur Archäologie, 1).

Annexes

Annexe

Liste des sites : n° de la carte (fig. 2), pays (CH : Suisse, F : France, I : Italie), S (type de site, S : sépulture, D : dépôt,
TI : trouvaille isolée ; H : habitat).

Table des illustrations

Titre Fig-1 • Comment s’organisent les critères qui permettent de distinguer les genres : – en haut, le point de vue théorique : critères sûrs et ♂ et plage intermédiaire qui n’autorise pas ou difficilement une attribution à un des deux genres ; – en bas, la réalité la plus fréquente : critères ♂ sûrs et probables, ceux qui ne sont pasdeviennent des critères ♀.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/18241/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 26k
Titre Fig- 2. Carte de répartition des sites (légende détaillée en annexe).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/18241/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 50k
Titre Fig. 3. Tableau chronologique.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/18241/img-3.png
Fichier image/png, 162k
Titre Fig. 4. Chindrieux-Châtillon (Savoie). Statuette en terre cuite masculine datée du IXe s. av.).-C. (d’après Billaud et al. 1992).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/18241/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 30k
Titre Fig. 5. Morano sul Po – Pobietto (Alessandria). Mobilier des tombes 31 et 1/94 (♂). Fes deux urnes possèdent une forme et un décor similaires (d’après Venturino Gambari 1999).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/18241/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 25k
Titre Fig. 6. Quincieux – Terre-de-Vaux (Rhône). Structure 2022 : plan et coupe de l’incinération en urne avec gobelet à épaulement, genre indéterminé (d’après Pichon, Hénon 2005).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/18241/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 35k
Titre Fig. 7. Lausanne-Vidy Musée romain (Vaud). St. 38 : chambre funéraire en bois avec dalle de couverture, placée au centre du tumulus, incinération probablement féminine avec mobilier (épingle en bronze, urne avec couvercle, sept vases et dépôt de viande). T. 1 : inhumation en périphérie du tumulus d’un jeune homme de 18 à 20 ans sans mobilier (datation 14C) (d’après Moinat et David-Elbiali 2003).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/18241/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 114k
Titre Fig. 8. Carte de répartition des éléments présumés masculins :épées, ◆ pointes de lances, ● haches, ★ cuirasses,☽ rasoirs (données de l’annexe complétées avec Jockenhövel 1980 pour les rasoirs et Chardenoux et Courtois 1979 pour les haches).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/18241/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 42k
Titre Fig. 9. Fillinges (Haute-Savoie). Une des cuirasses du dépôt (d’après Mottier 1988). Éch. 1/6.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/18241/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 43k
Titre Fig. 10. Sion – Maison de Torrenté (Valais). Mobilier d’une inhumation probablement féminine du IXe s. av. J.-C.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/18241/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 41k
Titre Fig. 11. Hautes-Alpes. Ceinture articulée de Bénévent-en-Champsaur (A) et grands pendentifs articulés de Réallon – Champ-Colombe (B) (d’après Haussmann 1996-97).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/18241/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 158k
Titre Fig. 12. Tableau des dépôts et de la sépulture ayant livré des accessoires féminins riches, caractéristiques de l’Arc alpin occidental (Déc. : date de découverte ; C : genre).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/18241/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 222k
Titre Fig. 13. Carte de répartition des éléments présumés féminins du BF3 dans les sépultures (), les dépôts (○) et les « ensembles riches » (★) (voir tableau fig. 12). En grisé, zone intralpine qui montre la concentration des « ensembles riches ». Femme « étrangère » (✹) du BF2a. Les numéros renvoient à l’annexe.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/18241/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 43k
Légende Liste des sites : n° de la carte (fig. 2), pays (CH : Suisse, F : France, I : Italie), S (type de site, S : sépulture, D : dépôt,TI : trouvaille isolée ; H : habitat).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/18241/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 282k

Auteur

Dr Fonds National Suisse (101 512 – 101 895) Université de Genève – Genève (Suisse) – Mireille.David-Elbiali@bluewin.ch. Adresse courrier : Moulins-de-Drize 15,1256 Troinex (Suisse).

© ARTEHIS Éditions, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search