Version classiqueVersion mobile

De l’âge du Bronze à l’âge du Fer en France et en Europe occidentale (Xe-VIIe siècle av. J.-C.)

 | 
Henri Gaillard de Sémainville

Thème spécialisé de l’âge du bronze à l’âge du fer en France et en Europe occidentale (Xe – VIIe siècle av. J.-C.).

Le début de l’âge du fer vu des deux versants du Jura : analyse des formes céramiques et développement des parures

Cynthia Dunning et Jean-François Piningre

Résumé

Nous nous proposons d’étudier la transition entre la fin de l’âge du Bronze et le début de l’âge du Fer à la lumière de nouvelles découvertes faites aussi bien en Franche-Comté que sur le Plateau suisse. Nous nous concentrons sur l’analyse de l’évolution de la céramique et le développement des parures car ce sont les seuls éléments présents à la fois dans les sépultures et les habitats.

Texte intégral

Fig. 1. Carte du massif jurassien et du Plateau suisse montrant les sites mentionnés dans le texte.

Fig. 1. Carte du massif jurassien et du Plateau suisse montrant les sites mentionnés dans le texte.

1Le but de ce travail est d’analyser la transition chronologique entre la fin de l’âge du Bronze final et le début du Premier âge du Fer sur les deux versants de la chaîne jurassienne. Nous nous concentrerons sur l’analyse des formes céramiques et du développement des parures car ces deux ensembles permettent de donner une vision plus claire de ce qui se passe à la fois dans les nécropoles et sur les rares habitats fouillés jusqu’à aujourd’hui.

2Les objets étudiés proviennent en France de la partie centrale du Jura, du bassin supérieur de la Saône et du Doubs. Notons que la partie septentrionale du Jura est particulièrement pauvre en sites de ces périodes. Les sites suisses s’étendent le long du Jura sur les rives des lacs de Bienne, Neuchâtel et Morat jusqu’aux rives septentrionales du lac Léman (fig. 1).

1. DU BRONZE FINAL AU HALLSTATT ANCIEN PAR L’HABITAT...

1.1. À l’ouest du Jura

3À l’ouest du Jura central la céramique du Ha B1 classique (BF IIIa) est connue par les exemples de la grotte des Planches (Jura) (Pétrequin et al. 1985) (fig. 2) et plus récemment par des récipients découverts dans la fosse 32 des fouilles du site de l’Aérodrome à Tavaux (Jura) (Ganard 2004 : fig. 2 et 3). Cette poterie montre des caractéristiques à identité Rhin – Suisse – France Orientale (RSFO) bien marquée (coupes tronconiques à marli, gobelets à épaulement, jarres biconiques, décors linéaires, de grecques ou d’ocelles estampées, de cannelures ou d’impressions obliques) avec une tendance évolutive vers le Bronze final IIIb (fig. 3). Le site de Tavaux pourrait être légèrement plus récent que l’occupation de la grotte des Planches. Dans tous les cas, une comparaison avec les céramiques du site lacustre de Cortaillod-Est (Neuchâtel) sur le lac de Neuchâtel (Borello 1986), daté de la première moitié du Xe siècle av. J.-C. (plus exactement de 1010 à 965 av. J.-C.) ou du site de Hauterive-Champréveyres (Neuchâtel) (daté dans la zone C-D de 996-977 av. J.-C.) montre l’existence de liens étroits du Jura centre-occidental avec la région des Trois-Lacs (Suisse) et confirme ainsi la position de ces sites dans la chronologie absolue.

Fig. 2. Choix de céramique du Ha B1 classique (BF IIIa) provenant de la grotte des Planches (Jura) (Pétrequin et al. 1985).

Fig. 2. Choix de céramique du Ha B1 classique (BF IIIa) provenant de la grotte des Planches (Jura) (Pétrequin et al. 1985).

Fig. 3. Céramique de la Grotte des Planches (Jura) montrant des caractéristiques plus récentes du BF IIIb.

Fig. 3. Céramique de la Grotte des Planches (Jura) montrant des caractéristiques plus récentes du BF IIIb.

4Entre cette période et la toute fin du Bronze final, seul le gobelet de Saint-Germain-lès-Arlay « Gué Farroux » (Jura : Roulière-Lambert 1986) associant des caractères propres au HA B1 et au Ha B 2 peut représenter dans le Jura un intermédiaire dans l’évolution locale de la céramique (fig. 4). On pourrait rapprocher ce récipient particulier de certains gobelets à épaulement de la grotte des Planches, horizon B (Pétrequin et al. 1985) daté de la toute fin du BF Ilia ou encore des formes des grands vases à col large du Landeron-Grand Marais (Neuchâtel : Schwab 2002) que l’on peut situer au Ha B2. De même, une comparaison avec l’ensemble céramique du tumulus 5 de Chilly-sur-Salins-Corne du Bois (Piningre, Ganard 2004) pourrait le situer vers le début du BF IIIb.

5En effet, à partir du BF IIIb (HA B3), les témoignages sont plus fréquents. Une dizaine d’ensembles domestiques de la région de Dole et Besançon (Tavaux-Melenet, Ruffey-sur-Seille, Choisey, Beure : Ganard 2004) montre un fort appauvrissement des références au RSFO et en particulier des décors incisés, des gobelets à épaulement ou des jarres à col. Si une évolution interne semble perceptible au sein de ces ensembles, les dates 14C calibrées se trouvent majoritairement situées dans la seconde moitié du IXe et dans les premières décennies du VIIIe siècle av. J.-C. (entre 850 et 770 BC).

6Partant de ces ensembles, V. Ganard (2004) a proposé un classement en trois phases de la céramique d’habitat des régions de Dole et Besançon (fig. 5) :

7La première phase peut être associée au BF IIIb ou Ha B3 (entre 950 et 800 BC) par la présence d’une épingle à tête vasiforme et de formes céramiques (gobelets à col évasé ou à panse aplatie, jattes à lèvre facettée, jarres à épaulement plat) telles qu’on les retrouve aussi bien à Mörigen (Berne : Bernatzky-Goetze 1987) au bord du lac de Bienne, à Morges-Le Boiron (Vaud : Beeching 1977), à Pully-Chamblandes (Vaud : Moinat, David-Elbiali 2003), à Serrières-de-Briord (Ain : Nicoud et al. 1989) ou encore sur les sites bien datés (entre 906 et 814 av. J.-C.) de Chindrieux-Châtillon (Savoie : Billaud et al. 1992) ou du Gué des Piles à Chalon-sur-Saône (956 av. J.-C. : Bonnamour 1989 ; Bonnamour et al. 1990). La céramique se caractérise plus spécialement par la présence de peinture rouge et noire et de décors graphités en plus des ornementations géométriques simples et de motifs de petits cercles concentriques estampés (fig. 5 – A). Du point de vue culturel, les comparaisons du mobilier de la première phase montrent des caractères ubiquistes de la toute fin du Bronze final de Suisse et de France de l’Est ainsi que de nombreux éléments faisant référence aux séries du domaine lémanique, de l’axe de la Saône et de la Savoie. V. Ganard (2004) envisage timidement la présence d’une évolution typologique au cours de cette phase, représentée en particulier par l’abaissement des formes céramiques. Cela pourrait correspondre à la différenciation proposée par M. David Elbiali (David-Elbiali, Dunning 2004) entre un Ha B3 ancien et un Ha B3 récent dont la céramique caractéristique possède des panses plutôt bombées (bas) et des décors essentiellement linéaires.

Fig. 4. Le gobelet de Saint-Germain-les-Arlay « Gué Farroux » (Jura) (Roulière-Lambert 1986) est le témoin d’une évolution locale de la céramique entre le Ha B1 et le Ha B2.

Fig. 4. Le gobelet de Saint-Germain-les-Arlay « Gué Farroux » (Jura) (Roulière-Lambert 1986) est le témoin d’une évolution locale de la céramique entre le Ha B1 et le Ha B2.

8La seconde phase, que l’on peut attribuer sans doute au Hallstatt ancien, illustre une évolution dans la continuité de la céramique de la fin du Bronze final avec des caractères propres correspondant au Hallstatt C (Ganard 2004). Notons la présence d’écuelles à col évasé, de jattes basses cannelées à bords amincis, des récipients à fond en anneau dégagé par exemple. Les coupes à bords débordants disparaissent. La réapparition fréquente des décors de méandres dissymétriques grossièrement incisés est toutefois une caractéristique marquante surtout régionale (fig. 5 – B). Si la plupart des formes et décors semblent provenir d’une évolution locale, quelques récipients céramiques renvoient à des influences plus lointaines. Ainsi apparaissent quelques exceptionnels décors excisés profonds (Choisey-Parthey) que l’on peut attribuer à des influences nord-orientales (tradition Alb-Hegau d’Allemagne du Sud) ou de rares récipients à décors géométriques graphités de chevrons ou de croisillons, traditionnellement attribués à une influence nord-orientale (Suisse nord-orientale, Bade-Wurtemberg), mais qui trouvent toutefois des comparaisons plus convaincantes vers le centre de la France (Milcent 2004).

9La parure confirme une appartenance chronologique au Ha C avec une fréquence remarquable d’anneaux de lignite et de bracelets en bronze convexes incisés.

Fig. 5. Classement en 3 phases de la céramique d’habitat des régions de Dole et Besançon ainsi qu’elle est proposée par V. Ganard (2004). A : Fin du Bronze final (Ha B3) – B : Hallstatt ancien (Ha C) – C : Début du Hallstatt moyen (Ha D1).

Fig. 5. Classement en 3 phases de la céramique d’habitat des régions de Dole et Besançon ainsi qu’elle est proposée par V. Ganard (2004). A : Fin du Bronze final (Ha B3) – B : Hallstatt ancien (Ha C) – C : Début du Hallstatt moyen (Ha D1).

Fig. 6. Choix de mobilier du début du Hallstatt moyen (Ha D1) et final (Ha D2) de Besançon – Saint-Paul (Pétrequin 1979).

Fig. 6. Choix de mobilier du début du Hallstatt moyen (Ha D1) et final (Ha D2) de Besançon – Saint-Paul (Pétrequin 1979).

10Si cette phase est difficile à dater par mapnque de datations absolues, l’évolution visible des formes céramiques à partir d’un fond Bronze final et les différences marquées avec les ensembles de poterie provenant de sites postérieurs, tels Besançon-Saint-Paul (Doubs : Pétrequin 1979), permettent de situer cette phase au Hallstatt C ancien (800-750 av. J.-C.).

11La 3e phase illustre la progression de l’évolution du fonds régional à la fin du Ha C et début D1 (750-620 av. J.-C.) comme on le connaît à Besançon – Saint-Paul (Doubs : Pétrequin 1979). Certaines formes céramiques, comme l’urne à col concave, les coupes aux décors inspirés de la poterie Alb-Hegau ou encore les écuelles à col évasé, renvoient au Hallstatt ancien tandis que quelques nouvelles formes apparaissent telles les jattes à bord rentrant par exemple (fig. 5 – C). Toutefois, manquent encore les récipients à épaulement marqué typiques du Hallstatt D. Cette phase peut être datée par la présence de parures tels le bracelet large en lignite, l’épingle en col-de-cygne ou encore le bracelet à bossettes si typique du Hallstatt D1 dans le mobilier funéraire régional (Ganard 2004).

12La céramique du début du Hallstatt moyen (Ha D1) et final (Ha D2) est représentée par l’ensemble de Besançon – Saint-Paul (Pétrequin 1979) (fig. 6). Les jattes à bord vertical ou légèrement rentrant prédominent. Les formes simples se retrouvent à tous les niveaux. Les jattes et bols à profils sinueux décorés de cannelures horizontales montrent l’évolution ultime des modèles apparus à la fin du Bronze final. Les petits récipients peuvent être ornés de grossiers décors géométriques. Les écuelles segmentées et les vases à épaulement souligné par des cannelures, ainsi que les pots droits à cordon impressionné ou ornés d’impressions digitales simples appartiennent au répertoire du Hallstatt final. La céramique importée est absente. Des comparaisons peuvent être faites avec la céramique de Montmorot niveau A, le plus ancien, et dans une moindre mesure avec les niveaux F et H attribuables au Ha D1 évolué et Ha D2 (Scotto 1992 ; Cathelinais 1997 ; Piningre à paraître).

1.2. Sur le Plateau suisse

13En Suisse occidentale, l’existence d’habitats en milieu lacustre au Bronze final a permis de définir très précisément une typologie céramique du Xe au IXe siècle av. J.-C. Par contre, il existe très peu de sites d’habitat du Premier âge du Fer qui aient été publiés, bien que les fouilles autoroutières en aient récemment dégagé un grand nombre.

14Les sériations des sites lacustres sont bien connues (SPM III 1998 ; Moinat, David-Hbiali 2003 ; David-Elbiali, Duiming 2004). Chacun connaît les sites de Cortaillod-Est (Neuchâtel) (1010-955), ou encore Vinelz-Ländti dans le canton de Berne pour le Ha B1 classique, puis Hauterive-Champréveyres (Neuchâtel) (966-970) et Le Landeron-Grand Marais (Neuchâtel) (961-957) avec sa série céramique pour le Ha B2 puis encore Auvernier-Nord (Neuchâtel) (878-850), Hauterive-Champréveyres (910-876) et finalement Mörigen (Berne) (Bernatzky-Goetze 1987) qui appartiennent au Ha B3 le plus récent avec sa céramique peinte et ses formes arrondies.

15M. David-Elbiali (David-Hbiali, Duiming 2004) propose même de subdiviser le Ha B3 en deux phases durant chacune une cinquantaine d’années. Pendant la phase ancienne (900-850 av. J.-C), les habitats d’Auvernier (Neuchâtel), de Hauterive-Champréveyres E (Neuchâtel) ou encore de Vinelz-Ländti (Berne) ont été occupés, soit en même temps que les sites de Chindrieux-Châtillon (Savoie) ou encore Chens-sur-Léman (Haute-Savoie). Les habitats attribués à la phase plus récente (850-800 av. J.-C.) sont Mörigen (Berne) sur le lac de Bienne, Chindrieux-Châtillon (Savoie) et Conjux-Port 3 (Savoie) (fig. 7). De même, l’étude de certaines parures métalliques a également permis de mettre en place une image de l’évolution de ces objets. Ainsi A. Mäder (Mäder 2001) publia un tableau montrant le développement de l’épingle vasiforme au cours du Bronze final.

16La typologie céramique des habitats quelque peu plus tardifs doit se construire à partir d’études isolées portant sur des sites partiellement analysés. Ainsi, la région neuchâteloise est encore inconnue, mais les fouilles effectuées dans la Broye fribourgeoise, dans la région d’Avenches (Vaud) ou encore à Tschugg (Berne) permettent de mettre en place quelques éléments novateurs (Ruffieux et Wolf 2005 ; Doiteau 1989 ; Glauser et al. 1996).

17Les fouilles du site de Frasses-Praz au Doux (Fribourg), effectuées en 1995 (Mauvilly et al. 1997), ont permis de mettre au jour des vestiges de structures correspondant à un village protohistorique datant de la fin du Bronze final ou du début du Premier âge du Fer (entre 850 et 750 av. J.-C.). Ces structures ont quant à elles livré plus de 15 000 tessons permettant une étude aussi bien technologique que typologique de la céramique (Ruffieux, Wolf 2005). L’analyse de la poterie montre une homogénéité correspondant à une phase unique caractérisée par des pots au profil peu marqué ornés soit de cordons digitaux saillants soit d’une ligne d’impressions et aux lèvres impressionnées, de pots « sans encolure », de pots à bords évasés ornés de cannelures et au profil plus sinueux que les exemplaires connus du Bronze final, d’écuelles convexes sans lèvres débordantes et des jattes à encolure et à bord évasé souvent ornés de cannelures. Des décors peints ou graphités sont aussi attestés (fig. 8).

18Quelques éléments de parure permettent également de poser des jalons chronologiques : des fragments de bracelets en lignite étroits, quelques épingles à tête enroulée ou vasiforme en bronze et une épingle à tige enroulée et torsadée à tête sub-conique en fer ainsi qu’un nécessaire de toilette en fer, tel ceux que l’on retrouve dans les sites funéraires hallstattiens.

19Nous retrouvons dans cet ensemble des caractéristiques décrites pour la seconde phase de Tavaux.

Fig. 7. Choix de céramique et de mobilier métallique de la phase récente du Ha B3 provenant de Mörigen (Berne) (Bernatzky-Goetze 1987).

Fig. 7. Choix de céramique et de mobilier métallique de la phase récente du Ha B3 provenant de Mörigen (Berne) (Bernatzky-Goetze 1987).

20Les sites de Cheyres-Roche Burnin (Fribourg) et de Font-Le Péchau (Fribourg : Boisaubert et al. 1998) sont légèrement plus récents, si l’on en croit la typologie céramique proposée à ce jour (Ruffieux, Wolf 2005) où ils sont situés au Hallstatt C ou Hallstatt D1 (750-620 av. J.-C.). En effet, on peut noter une diminution des pots incisés, des pots ornés de cannelures et à bords évasés, mais aussi des jattes à encolure. La céramique grossière est représentée par des pots ornés de cordons impressionnés peu saillants et à lèvres décorées. La vaisselle fine est composée d’écuelles convexes à parois peu évasées et au profil plus arrondi et d’écuelles cannelées (fig. 9). Les poteries découvertes sur le site d’Avenches-En Chaplix (Vaud : Doiteau 1989) offrent le même spectre formel. Par comparaison, les poteries de ces sites pourraient correspondre à la céramique de la phase 3 de Tavaux.

21L’étude typologique de la céramique peut encore être poursuivie avec le mobilier provenant du site de Bussy-Pré de Fond (Fribourg) qui montre une poterie qui se distingue nettement des ensembles précédents (Ruffieux, Wolf 2005) que l’on peut situer chronologiquement au Ha D2 et Ha D3 (540-450 av. J.-C.). Les pots à cordons impressionnés laissent la place à ceux qui sont ornés d’impressions grossières (digitales par exemple). Les écuelles convexes deviennent plus nombreuses, tout comme certains bols, mais les écuelles typiques cannelées disparaissent. De nouvelles formes céramiques voient le jour, représentées par les jattes à profil sinueux, des jattes plutôt basses et de forme complexe et l’apparition de récipients tournés (fig. 10). Ces formes se retrouvent sur le site princier de Posieux-Châtillon-sur-Glâne (Fribourg ; Dietrich-Weibel et al. 1998), mais également dans des sites plus modestes comme celui de Tschugg-Eissweg (canton de Berne : Glauser et al. 1996).

Fig. 8. La céramique de Frasses-Praz au Doux (Fribourg) correspond à une phase unique datant de la fin du Bronze final ou du début du Premier âge du Fer (Mauvilly et al. 1997).

Fig. 8. La céramique de Frasses-Praz au Doux (Fribourg) correspond à une phase unique datant de la fin du Bronze final ou du début du Premier âge du Fer (Mauvilly et al. 1997).

22L’évolution de la céramique d’habitat montre d’un côté du Jura comme de l’autre des caractéristiques semblables.

23On constate une continuité de la céramique entre la fin du Bronze final et le début de l’âge du Fer. Dès la fin de l’âge du Bronze, les formes céramiques s’appauvrissent et les décors font de même. On ne retrouve que de rares motifs géométriques souvent effectués grossièrement et des impressions et cannelures simples. La qualité de la fabrication de la poterie diminue également. Les seules exceptions semblent être des éléments importés ou dont les influences peuvent être poursuivies en Allemagne du Sud (pour le Ha C et D1) ou en Méditerranée (pour les périodes plus tardives).

24L’analyse de la céramique domestique des deux versants du Jura permet de brosser un tableau chrono-typologique sans lacunes commençant au Bronze final (Ha B) et se terminant à la fin du Premier âge du Fer (fig. 11). Bien que les indices pour cette continuité restent bien maigres, nous espérons que les recherches futures pourront les renforcer.

2.... ET PAR L’ANALYSE DES SÉPULTURES

2.1. En Suisse occidentale

25Une analyse exhaustive des sépultures de la fin de l’âge du Bronze du Plateau suis se a été récemment décrite dans la publication traitant de la nécropole de Lausanne-Vidy (Vaud : Moinat, David-Elbiali 2003). Dans cet ouvrage, les auteurs proposent une chrono-typologie très fine des sépultures tout en la rattachant aux complexes connus tels Morges-Le Boiron (VD) ou encore Pully-Chamblandes (VD).

Fig. 9. Céramique provenant des sites de Cheyres-Roche Burnin (Fribourg) et de Font-Le Péchau (Fribourg) datant du Hallstatt C ou Hallstatt D1 (Ruffieux, Wolf 2005).

Fig. 9. Céramique provenant des sites de Cheyres-Roche Burnin (Fribourg) et de Font-Le Péchau (Fribourg) datant du Hallstatt C ou Hallstatt D1 (Ruffieux, Wolf 2005).

26Les nécropoles du Ha B1 classique (1000-950 av. J.-C.) sont rares en Suisse, toutefois le site de Vidy-Chavannes 29 (Vaud) a livré au moins cinq sépultures. Une autre nécropole est connue à Möhlin (Argovie). La céramique et le mobilier métallique sont tout à fait comparables à ce que l’on trouve dans les habitats en milieu lacustre aussi bien sur le lac de Neuchâtel que sur le Léman.

27Le Ha B2 est encore moins bien connu et se caractérise dans les sépultures de Vidy (Vaud) plutôt par des ensembles comportant des caractéristiques à la fois anciennes et nouvelles et des décors céramiques particulièrement pauvres. Des comparaisons avec du matériel provenant du Landeron-Grand Marais (Neuchâtel : Schwab 2002) permettent pourtant de dater ces sépultures.

28L’analyse des tombes de Vidy (Vaud) a permis de subdiviser le Ha B3 (900-800 av. J.-C) en deux phases. La première partie, représentée par les sépultures de Vidy-Point Q49 ou encore la tombe 25 de Vidy Square 1962, se caractérise par la présence des pots bombés à col en entonnoir ou de plats creux (fig. 12). La majorité des sépultures de la nécropole de Morges-Le Boiron (ou Tolochenaz-Le Boiron) (Vaud : Beeching 1977) date également de cette période. On y retrouve les mêmes formes céramiques et métalliques, soit l’épingle à tête vasiforme, l’épingle à tête enroulée, les bracelets massifs arrondis ou les pendentifs à rouelle caractéristiques de la toute dernière période palafittique.

29La seconde période du Ha B3 est idéalement représentée par la sépulture 70 de Pully-Chamblandes (Vaud) (fig. 13). Deux autres tombes de Vidy-Square (22 et 17) datent de cette phase, tout comme quelques tombes plus récentes de Morges-Le Boiron. La céramique est de forme particulièrement basse et pansue, à col en entonnoir et principalement décorée de cannelures ou de lignes gravées fines. Parfois le haut des pots peut présenter un méplat indiquant peut-être ainsi un rapprochement vers l’âge du Fer. La peinture est une caractéristique tardive que l’on retrouve sur différents récipients. La tombe de Pully a en outre livré un rasoir en bronze et une épingle à petite tête vasiforme partiellement en fer qui peut servir de fossile directeur pour cette dernière phase du Bronze final. Les céramiques de ces tombes trouvent des parallèles soit à Mörigen (Berne), qui est considéré comme un des sites les plus tardifs en bordure de lac en Suisse occidentale, ou encore avec des sites mieux exploités et mieux datés de Suisse orientale (Ührschhausen en Thurgovie par exemple : Moinat, David-Elbiali 2003).

Fig. 10. Céramique du Ha D2 et Ha D3 du site de Bussy-Pré de Fond (Fribourg) (Ruffieux, Wolf 2005).

Fig. 10. Céramique du Ha D2 et Ha D3 du site de Bussy-Pré de Fond (Fribourg) (Ruffieux, Wolf 2005).

30Les usages funéraires du Bronze final impliquent en général l’incinération du défunt et la déposition d’un mobilier funéraire essentiellement céramique. Mais dès le Ha B3, nous remarquons l’apparition de l’inhumation toujours accompagnée d’un grand nombre de céramiques. Inhumations et incinérations semblent coexister jusque dans l’âge du Fer.

31Les sépultures hallstattiennes les plus anciennes du Plateau suisse occidental renferment le plus souvent des bracelets massifs ouverts en bronze, des bracelets torsadés doubles, des bracelets en lignite étroits à section en D et une agrafe de ceinture en languette ornée de lignes gravées (fig. 14). Mentionnons parmi les sites funéraires de cette époque Cressier-La Baraque (Neuchâtel), Valangin-Bois de Bussy (Neuchâtel) ou encore Urtenen-Bubenloo (Berne : Hennig 1992). La céramique est très peu représentée (pots à col déversé orné de cannelures ou d’impressions géométriques ; plats creux cannelés à bord déversé). On peut attribuer, grâce aux travaux de G. Lüscher (1993) et de B. Schmid-Sikimié (1997), ces ensembles à une phase ancienne du Hallstatt C (Ha C1, entre 800 et 750 av. J.-C.) (Duiming à paraître).

32La phase tardive du Ha C (Ha C2, entre 750 et 700 av. J.-C.) comprend des ensembles comme Neuchâtel-Les Cadolles (Neuchâtel) ou encore du tumulus 2 de Valeyres-sous-Rances-Bois de Boven (Vaud), Lausanne-Vernand de Blonay (Vaud : Kaenel 1990) ainsi que l’ensemble 15b de Vidy-Square (Vaud), mais aussi les tombes masculines d’Enges-Grange Vallier (Neuchâtel). Un peu plus au nord-est, le cimetière de Subingen-Erdbeereinschlag (Soleure) commence à être utilisé. Une tombe typique de cette première phase d’occupation est représentée par les ensembles 9/4-6, 6/8-9 ou encore 3/5 (Lüscher 1989). Ces sépultures sont caractérisées par l’apparition de parures pendulaires sous forme d’anneaux plats, de petits disques ajourés (précurseurs des disques ajourés à anneaux amovibles ?) et de grelots, de bracelets en tôle et de bracelets larges en lignite. Les agrafes de ceinture en languette continuent à être utilisées. Le fer fait son apparition dans les tombes sous forme d’armes ou de parures. La céramique ne se distingue pas fondamentalement des exemplaires plus anciens si ce n’est que les décors géométriques apparaissent. Le cordon digité est aussi une nouveauté dans les sépultures. En Suisse occidentale, la céramique tumulaire ne porte ni de traces de peinture ni de graphitage (fig. 15).

33Dès le début du Hallstatt moyen vers 700 av. J.-C. (Ha D1), la céramique ne fait plus partie du mobilier funéraire, bien que celle-ci soit encore attestée au nord-est de la Suisse comme à Subingen-Erdbeereinschlag (Soleure), à Lenzburg ou à Seon-Fomholz dans le canton d’Argovie et encore à Kloten dans le canton de Zurich, où on en rencontre avec des brassards-tonnelet par exemple (Lüscher 1993).

Fig. 11. Tableau récapitulatif typo-chronologique des sites d’habitat du Massif jurassien et du Plateau suisse occidental.

Fig. 11. Tableau récapitulatif typo-chronologique des sites d’habitat du Massif jurassien et du Plateau suisse occidental.

Fig- 12. Ensembles funéraires de la première phase du Ha B3 (Moinat, David-Elbiali 2003).

Fig- 12. Ensembles funéraires de la première phase du Ha B3 (Moinat, David-Elbiali 2003).

Fig. 13. La seconde période du Ha B3 est idéalement représentée par la sépulture 70 de Pully-Chamblandes (Vaud) (Moinat, David-Elbiali 2003).

Fig. 13. La seconde période du Ha B3 est idéalement représentée par la sépulture 70 de Pully-Chamblandes (Vaud) (Moinat, David-Elbiali 2003).

Fig. 14. Mobilier funéraire provenant des sépultures hallstattiennes les plus anciennes du Plateau suisse occidental.

Fig. 14. Mobilier funéraire provenant des sépultures hallstattiennes les plus anciennes du Plateau suisse occidental.

34Le mobilier funéraire est composé à la fois d’objets traditionnels plus anciens tels les agrafes de ceinture ornées pourtant au trémolo et de parures nouvelles telles le disque ajouré à trois séries d’ajours ou encore les brassards-tonnelet de petite taille. Un exemple de sépultures de cette période est la tombe 7 du tumulus de Rances-Le Montet (Vaud : Kaenel 1990, Duiming à paraître) ou encore la tombe à fibule 5/1.3-5 de Subingen-Erdbeereinschlag (Lüscher 1989) (fig. 16). C’est également à cette phase que peut être attribuée la tombe fondatrice du cimetière d’Ins-Grossholz (Berne) avec son char et en particulier le collier à perle en or importée d’Italie du Nord (Duiming à paraître).

35De nouvelles coutumes funéraires voient le jour (dépôt de tombes à char, poignard) et les parures féminines tendent à devenir imposantes dans leurs formes (brassards-tonnelet, disques ajourés à quatre séries d’ajours, plaques de ceinture) pour atteindre leur apogée lors du Ha D1 classique (650-530 av. J.-C.) (Dunning à paraître). En même temps s’amenuisent progressivement les différences très locales qui distinguaient les groupes de population du Ha C (Dunning à paraître). Ce phénomène peut être particulièrement bien observé grâce au brassard-tonnelet. En effet, si celui-ci est un des fossiles directeurs du Ha D1 pour l’ensemble de l’Europe nord-occidentale, une étude détaillée de ses décors permet de reconnaître des ateliers de production (ou des modes ?) régionaux (fig. 17).

2.2. Et à l’ouest du Jura

36Il est plus difficile d’analyser l’évolution des sépultures de la fin du Bronze final au Hallstatt moyen à l’ouest du Jura. Nous tenterons de montrer par quelques exemples éloquents le développement local du mobilier funéraire.

37Parmi les ensembles funéraires de la fin du Bronze final (fig. 18), nous pouvons mentionner les incinérations de Chilly-sur-Salins (Jura : Piningre et Ganard 2004), dont les gobelets à col tronconique évasé, les jattes à bords biseautés et les coupes à bords facettés trouvent des comparaisons aussi bien à Morges-Les Roseaux (Vaud : Beeching 1977) qu’à Vidy-Chavaimes 11 (structure 111) (Vaud : Moinat, David-Elbiali 2003) dans des sépultures datant soit du Ha B2 ou du début du Ha B3 (950-850 av. J.-C.). En effet, les ensembles des tumuli 4 et 5 semblent être légèrement plus anciens que les tombes des tumuli 1 à 3. Les urnes richement décorées de motifs rehaussés de placages d’étain montrent la continuation d’une tradition d’ornementation riche que l’on retrouve en particulier sur les coupes de cette période au Landeron-Grand Marais (Neuchâtel : Schwab 2002).

  • 1 Une nouvelle calibration (OxCal v.3.10 Bronk Rainsey 2005) de cette datation donne une valeur 1 sig (...)

38Les ensembles de la sépulture IX de Chavéria (Jura : Vuaillat 1977) ou du tumulus 1 de Planquecet à Dompierre-les-Tilleuls (Doubs) peuvent être considérés comme plus récents (Ha B3 récent, entre 850 et 800 av. J.-C.?) (fig. 19). L’épingle du tumulus 1 de Planquecet est munie d’une tête très petite qui correspond à la fin de l’évolution de l’épingle à tête vasiforme (Mäder 2001), et la céramique aux bords bien évasés montre tout de même des caractéristiques bien marquées proches du Premier âge du Fer (décor cannelé, bol à lèvre rentrante). Selon J.-P. Millotte (2001), un foyer à la base de ce tumulus a permis une datation 14C calibrée correspondant à 797 av. J.-C. (2620 +/– 90 BP, GIF-5023)1, ce qui confirme l’appartenance de cette sépulture (à inhumation) à la fin du Ha B3 ou au tout début du Ha C. La ressemblance avec la céramique de la tombe IX de Chavéria (Jura) est étonnante, d’autant plus que cette tombe contient une épingle côtelée à petite tête (vasiforme ?) plutôt récente. Dans ce cas-ci, nous pouvons nous demander si les phalères ou la célèbre épée de type Auvernier sont à considérer comme des éléments de datation fiables. Ne pourraient-ils être des objets anciens déposés dans une tombe plus récente ?

Fig. 15. Céramique et mobilier métallique provenant de sépultures de la phase tardive du Ha C du Plateau suisse occidental.

Fig. 15. Céramique et mobilier métallique provenant de sépultures de la phase tardive du Ha C du Plateau suisse occidental.

Fig. 16. Deux ensembles funéraires de la phase initiale du Hallstatt moyen (Ha D1).

Fig. 16. Deux ensembles funéraires de la phase initiale du Hallstatt moyen (Ha D1).

Fig. 17. La répartition spatiale des décors des brassards-tonnelet permet de reconnaître des ateliers de production (ou des modes ?) régionaux.

Fig. 17. La répartition spatiale des décors des brassards-tonnelet permet de reconnaître des ateliers de production (ou des modes ?) régionaux.

Fig. 18. Ensemble funéraire ancien (Ha B2-Ha B3) de Chilly-sur-Salins (Jura) (Piningre, Ganard 2004).

Fig. 18. Ensemble funéraire ancien (Ha B2-Ha B3) de Chilly-sur-Salins (Jura) (Piningre, Ganard 2004).

Fig- 19- L’ensemble du tumulus 1 de Planquecet à Dompierre-les-Tilleuls (Doubs) (Millotte 2001) appartiendrait à la fin du Ha B3.

Fig- 19- L’ensemble du tumulus 1 de Planquecet à Dompierre-les-Tilleuls (Doubs) (Millotte 2001) appartiendrait à la fin du Ha B3.

Fig. 20. La sépulture à épée de type Gündlingen du tumulus IV de Chavéria (Vuaillat 1977) est typique de la première phase du Ha C.

Fig. 20. La sépulture à épée de type Gündlingen du tumulus IV de Chavéria (Vuaillat 1977) est typique de la première phase du Ha C.

39Un autre point non négligeable est la continuité de l’occupation de ces deux dernières nécropoles au début de l’âge du Fer. En effet, l’analyse des céramiques de Chavéria (Jura) ne permet pas de faire une véritable distinction de types sauf peut-être pour le pot de forme plus haute provenant du tumulus I. On constate une parfaite continuité avec les formes céramiques du Ha B3 avec des profils surbaissés. C’est plutôt le mobilier métallique qui permet de distinguer deux phases pour le Hallstatt C au sein de cette nécropole (fig. 20). La première est représentée par la présence dans les tombes masculines d’épées en bronze ou en fer de type Gündlingen (tum. IV, XVI et II) ou dans les tombes féminines de bracelets massifs en bronze et de bracelets en lignite à section en D (tum. VI et XV), tandis que la seconde période est caractérisée par la présence de l’épée de type Mindelheim (tum. III et XI) (Parzinger 1992).

40Le tumulus 4 de Planquecet à Dompierre-les-Tilleuls (Doubs) a livré une épée en bronze de type Gündlingen que l’on pourrait également attribuer au début du Ha C (Bichet, Millotte 1992).

41Plus au nord, dans la vallée de la Saône, la tombe du tumulus de Trembloi à Savoyeux (Haute-Saône : Ganard et al. 1992, Piningre 1996) pourrait également trouver sa place au début du Hallstatt C (fig. 21). Plusieurs éléments plaident pour cette interprétation. Le rite funéraire à incinération et le dépôt de céramique permettent une attribution ancienne dans la tradition du Bronze final. La forme céramique plutôt élancée ressemble à ce que l’on connaît en Suisse occidentale au Ha C précoce par opposition aux formes aplaties du massif jurassien, mais le pot du tumulus I de Chavéria peut être un petit point d’attache. Le bracelet en bronze massif et l’agrafe de ceinture en languette sont des parures attribuables au début du Hallstatt C aussi bien dans le Jura (Chavéria) qu’en Suisse (bracelet de type Cressier) (Schmid-Sikimié 1997).

  • 2 Le motif de grecques de la jarre, redessinée à l’occasion de cette communication, diffère sensiblem (...)

42La nécropole tumulaire de la Censure à Chaffois (Doubs : Bichet, Millotte 1992) peut être située dans la période récente du Ha C (Ha C2) avec la sépulture à épée de Mindelheim accompagnée de bracelets larges en lignite et de deux récipients aux formes élancées, décorés de grecques et de cannelures2 du tumulus 3 (fig. 22). Une comparaison avec les poteries d’Enges-Grange-Vallier (Neuchâtel) n’est pas à négliger (Dunning 1992). De même, les parures découvertes dans le tumulus 1 de Chaffois-la Censure (Doubs) composées de bracelets larges en lignite et de pendeloques à rouelles ajourées parlent en faveur d’une attribution comparable si l’on tient compte des ensembles de la même période chronologique sur le Plateau suisse (Duiming à paraître). En effet, cette phase tardive du Hallstatt C se caractérise par la présence de pendeloques de types très divers (crotales, grelots, disques ajourés et perles) associées en général à des bracelets larges en lignite, d’agrafes de ceinture en languette souvent réparées et d’anneaux de cheville. La tombe 3 du tumulus 2 du Grand Communal à La Rivière-Drugeon (Doubs) (Bichet, Millotte 1992) montre bien la diversité de la parure de cette époque (fig. 23). C’est aussi à cette époque que commencerait l’occupation des nécropoles des Moidons (Jura) (Piningre, Ganard 2004), comme semble l’attester la tombe d du tumulus 18 25 ou encore la sépulture centrale du tumulus 10.

Fig. 21. La tombe du tumulus de Trembloi à Savoyeux (Haute-Saône) (Piningre 1996) pourrait également trouver sa place au début du Hallstatt C.

Fig. 21. La tombe du tumulus de Trembloi à Savoyeux (Haute-Saône) (Piningre 1996) pourrait également trouver sa place au début du Hallstatt C.

Fig. 22. Le tumulus 3 de la nécropole tumulaire de la Censure à Chaffois (Doubs) (Bichet, Millotte 1992) peut être situé dans la phase récente du Ha C grâce à la présence de l’épée de Type Mindelheim.

Fig. 22. Le tumulus 3 de la nécropole tumulaire de la Censure à Chaffois (Doubs) (Bichet, Millotte 1992) peut être situé dans la phase récente du Ha C grâce à la présence de l’épée de Type Mindelheim.

Fig. 23. La tombe 3 du tumulus 2 du Grand Communal à La Rivière-Drugeon (Doubs) (Bichet, Millotte 1992) montre bien la diversité de la parure de la phase récente du Ha C dans le Jura.

Fig. 23. La tombe 3 du tumulus 2 du Grand Communal à La Rivière-Drugeon (Doubs) (Bichet, Millotte 1992) montre bien la diversité de la parure de la phase récente du Ha C dans le Jura.

Fig. 24. La tombe centrale du tumulus 16 des Moidons (Jura) (Piningre, Ganard 2004) présente des caractéristiques de la phase initiale du Ha D1.

Fig. 24. La tombe centrale du tumulus 16 des Moidons (Jura) (Piningre, Ganard 2004) présente des caractéristiques de la phase initiale du Ha D1.

Fig. 25. Tableau récapitulatif typo-chronologique des nécropoles du Massif Jurassien et du Plateau suisse occidental.

Période

France de l’Est (Jura, Doubs)

Suisse occidentale

Période

Ha D1
620-540 av. J.-C.

Moidons (Jura)
Rivière Drugeon-Grand Communal (Doubs) 2, II
Rivière Drugeon-Décharge (Doubs)
Chaffois (Doubs)-Carrière
Dompierre-les-Tilleuls (Doubs)
Ornans-Bois d’Onchaud (Doubs)
Courtesoult (Haute-Saône)

Ins-Grossholz (Berne)
Ins-Holzmatt (Berne)
Saint-Aubin-Les Devens (Neuchâtel)
Bevaix-Vauroux (Neuchâtel)
Baulmes-Bois de Tours (Vaud)
Lüscherz-Grossholz (Berne)
Coffrane-Les Favargettes (Neuchâtel)
Croy-En Compenchat (Vaud)
Jegenstorf-Hurst (Berne)
Neuenegg-Stossebode (Berne)
Bäriswil-Kriegsholz (Berne)
Murten-Löwenberg (Fribourg)
Bannwil-Ruchihölzli (Berne)

Ha D1
620-540 av. J.-C.

Ha D1 ancien
700-620 av. J.-C.

Moidons (Jura), tumulus 16 et tumulus 1, tombe centrale
Dompierre-Les-Tilleuls (Doubs) Bossus 1,5
Dompierre-les-Tilleuls (Doubs) Planquecet 1,2
Vuillecin-Grange dessus (Doubs)

Rances-Le Montet (Vaud)
Ins-Grossholz (Berne)
Subingen-Erdbeereinschlag (Soleure)
Obergösgen-Hard 4 (Soleure)
Murten-Löwenberg (Fribourg)
Seedorf-Frienisberg (Berne)

Ha D1 ancien
700-620 av. J.-C.

Ha C tardif
750-700 av. J.-C.

Chavéria (Jura) III, XI
Chaffois-La Censure (Doubs), tumulus 1 et 3
Rivière-Drugeon-Grand Communal (Doubs) tumulus 2, tombe III
Moidons (Jura), tumulus 18, tombe d et tumulus
10, tombe centrale
Clucy-Côte Verse (Jura)

Valeyres-sous-Rances-Bois de Boven (Vaud)
Lausanne-Vernand de Blonay (Vaud)
Lausanne-Vidy Square (Vaud), ensemble 15a
Enges-Grange Vallier (Neuchâtel)
Subingen-Erdbeereinschlag (Soleure)
Neuchâtel-Cadolles (Neuchâtel)
Valangin-Bois de Bussy (Neuchâtel)
Cressier-La Baraque (Neuchâtel)
Bevaix-Vauroux (Neuchâtel)
Obergösgen-Hard 1.1 (Soleure)
Kemenried-Oberholz (Berne)

Ha C tardif
750-700 av. J.-C.

Ha C précoce
800-750 av. J.-C.

Chavéria (Jura) II, IV, VI, XII, XIV, XV, XVI
Dompierre-les-Tilleuls-Planquecet (Doubs), tumulus 4
Savoyeux-Trembloi (Haute-Saône)
Boissia (Jura)

Cressier-La Baraque (Neuchâtel)
Cressier-Ballastière (Neuchâtel)
Valangin-Bois de Bussy (Neuchâtel)
Urtenen-Bubenloo 1 (Berne)
Gals-Jolimont (Berne)
Biel-Vingelzberg (Berne)
Däniken-Studenweid (Soleure)
Obergösgen-Hard 2 (Soleure)
Cordast-Raspenholz (Fribourg)

Ha C précoce
800-750 av. J.-C.

Ha B3 récent
850-800 av. J.-C.

Chavéria (Jura) IX
Dompierre-les-Tilleuls-Planquecet (Doubs), tumulus 1

Pully-Chamblandes (Vaud), tombe 70
Morges-Le Boiron (Vaud)

Ha B3 récent
850-800 av. J.-C.

Ha B3 ancien
900-850 av. J.-C.

Chilly-sur-Salins-Come du Bois (Jura) 1-3

Lausanne-Vidy-Point Q49 (Vaud)
Lausanne-Vidy Square (Vaud), tombe 25
Morges-Le Boiron (Vaud)

Ha B3 ancien
900-850 av. J.-C.

Ha B2
950-900 av. J.-C.

Chilly-sur-Salins-Corne du Bois (Jura) 4-5

Lausanne-Vidy-2-1985 (Vaud)
Lausanne-Vidy (Vaud), structures 111 et 38

Ha B2
950-900 av. J.-C.

Ha B1 classique
1000-950 av. J.-C.

Lausanne-Vidy-Chavannes 29 (Vaud)
Möhlin (Argovie)

Ha B1 classique
1000-950 av. J.-C.

43Le mobilier funéraire de la tombe centrale du tumulus 16 des Moidons (Jura) présente des objets de types anciens, tels la rouelle ajourée ou le crotale, mais aussi des éléments nouveaux comme l’agrafe de ceinture triangulaire si typique du Jura français, la barrette multiforée (également présente à Besançon – Saint-Paul) et une importation certes modeste puisqu’il s’agit d’un coquillage de gastéropode marin non fossile (fig. 24). Dans la tombe centrale du tumulus 1 on découvrit une sépulture parée également de bijoux à caractères anciens (pendeloques et bracelet en lignite) et nouveaux (petit brassard-tonnelet en bronze, bracelets fins striés). Nous retrouvons ici les caractéristiques du début du Ha D1 tel qu’on l’a défini pour la Suisse occidentale indiquant l’apparition de coutumes nouvelles : mélanges d’objets anciens et nouveaux, importations méditerranéennes, représentation accrue des sépultures féminines parées occupant souvent la position centrale du tumulus.

  • 3 qui n’est représentée pour cette période en France que par le seul exemplaire du tumulus 1 des Boss (...)

44Au Hallstatt D1 classique (dès 650 av. J.-C.), le grand brassard-tonnelet devient aussi la règle dans les parures féminines. Son ornementation reprend d’ailleurs d’une part les décors du Plateau suisse occidental, mais aussi certaines ornementations de Suisse nord-orientale, montrant ainsi encore une fois l’ouverture du Jura français aux influences venant d’Alsace, de Suisse septentrionale et d’Allemagne du Sud (fig. 17). Le disque ajouré à anneaux mobiles est aussi un élément régional liant la Suisse à la France orientale. Nous remarquons toutefois que les modèles déjà abandonnés en Suisse occidentale (à trois séries d’ajours) peuvent être utilisés encore au Hallstatt D1 classique dans le Jura français (Moidons-La Châtelaine 2 (Jura) ou encore dans la tombe 1 des Bossus I à Dompierre-les-Tilleuls dans le Doubs). La ceinture à agrafe triangulaire typiquement jurassienne est décorée d’appliques de bronze. La large ceinture en tôle de bronze décorée3 ne sera adoptée que plus tardivement, contrairement à la Suisse où des exemplaires décorés au trémolo deviennent partie du costume dès le Hallstatt D1.

45Nous pouvons ainsi résumer les différentes phases chronologiques déterminées à partir du mobilier funéraire de Suisse occidentale et France de l’Est dans un tableau récapitulatif (fig. 25).

3. CONCLUSIONS

46Malgré les lacunes documentaires notables aussi bien en Suisse occidentale qu’en France de l’Est, nous avons tenté de montrer une évolution basée d’une part sur les études typologiques faites sur les sites d’habitat récemment fouillés et d’autre part sur une analyse renouvelée des sépultures souvent fouillées anciennement. Ainsi, nous proposons, sous forme d’hypothèse, une chrono-typologie de la céramique et des parures de part et d’autre du Jura entre le milieu du Xe et le milieu du VIIe siècle av. J.-C.

47La céramique du début du Premier âge du Fer, bien qu’inégalement comme, semble montrer une grande homogénéité. Elle s’est développée à partir d’un fond local et de liens très forts mis en place de part et d’autre de la Haute-Chaîne jurassienne dès le Ha B1. Les formes et les décors issus du Bronze final évoluent ensuite dans le sens d’une simplification. Certaines distinctions peuvent être néanmoins envisagées. La céramique domestique du Jura français se caractérise particulièrement par des formes basses, influencées peut-être par les régions plus septentrionales (Alsace, Allemagne du Sud), tandis qu’en Suisse occidentale, les formes hautes sont préférées. Ces particularités locales se reflètent également dans la céramique funéraire. Cette hypothèse reste toutefois à vérifier compte tenu de l’inégalité de la documentation publiée de part et d’autre du Jura. Inversement, un changement semble avoir lieu dès le Hallstatt D, où apparaissent des récipients céramiques aux formes segmentées et au pied plus marqué, aussi bien en France qu’en Suisse.

48L’évolution de la parure est plus évidente à partir de l’étude des sépultures. Ainsi, nous pouvons observer la disparition progressive de l’épingle à tête vasiforme du Bronze final et l’apparition d’ensembles de parures aux caractères bien locaux au Hallstatt C.

49Alors que la continuité de la parure, du Ha C au Ha D1, ne fait pas de doute du côté suisse, une évolution comparable est plus difficile à percevoir à l’ouest de la Haute-Chaîne jurassienne. Les pendeloques, par exemple, semblent apparaître plus tôt, plus on va vers l’est. Pourrait-on y voir un développement à partir de l’Italie ? Dans le Jura français, la tradition du port de petites pendeloques perdure même jusqu’à la fin du Ha D1. De même en Suisse nous voyons apparaître au Hallstatt C certaines formes régionales qui se développeront par la suite (disque ajouré à anneaux mobiles ; certaines formes de brassards-tonnelet étroits) mais ne franchissent guère la Haute-Chaîne du Jura à quelques exceptions près dans la région de Pontarlier. Du côté français, l’existence précoce de parures caractéristiques du Ha D1 (rouelles, crotales) n’est pas à écarter sur la base des comparaisons avec d’autres parures associées représentées à la fin du Ha C à l’est du Jura. L’impression d’un décalage d’est en ouest va de pair avec un phénomène de régionalisation mis en évidence dans la parure féminine et peut-être dans la céramique. La question d’un rattachement de ces sépultures à un Ha C tardif ou à un Ha D1 précoce est toutefois difficile à trancher faute de datation absolue.

50Toutefois, nous pouvons confirmer que la transition du Hallstatt C au D1 se fait progressivement et peut être reconnue dans certains ensembles bien marqués (Ha D1 ancien). Dès lors, on remarque l’apparition d’une part de nouveautés dans les dépôts funéraires (chars, importations, or) mais en même temps une standardisation progressive des ensembles de parures qui se prolongera jusqu’à la fin du Premier âge du Fer.

51Les rites funéraires évoluent aussi à partir du Bronze final. Si l’on connaît uniquement des incinérations au Bronze final, celles-ci seront souvent accompagnées d’un mobilier céramique abondant. Avec le passage à l’âge du Fer, l’incinération sera progressivement abandonnée pour être remplacée par l’inhumation (en pleine terre ou sous tumulus) au Hallstatt C. Le dépôt céramique continue un peu plus longtemps pour disparaître dans nos régions entièrement au début du Hallstatt D1. Chez les femmes, la parure sera déterminante dans la définition du statut social, tandis que chez l’homme, c’est plutôt la panoplie personnelle (épée, poignard) et le dépôt funéraire particulier (harnachement de cheval, char).

52Mise en forme de l’infographie : Éliane Schranz, Service archéologique du canton de Berne.

Bibliographie

Bibliographie

BEECHING A., 1977 – Le Boiron : une nécropole du Bronze final près de Morges (Vaud, Suisse). Lausanne, Bibliothèque historique vaudoise, 202 p., ill. (Cahiers d’archéologie romande, 11).

BERNATZKY-GOETZE M., 1987 – Mörigen. Die spätbronzezeitlichen Funde. Basel, Schweizerische Gesellschaft für Ur- und Frühgeschichte, 212 p., 176 pl. (Antiqua 16).

BICHET P., MILLOTTE J.-P., 1992 – L’âge du Fer dans le haut Jura. Les tumulus de la région de Pontarlier (Doubs). Paris, Éditions de la Maison des Sciences de l’Homme, 159 p. et ill. (Documents d’archéologie française, 34).

BILLAUD Y., MARGUET A., SIMONIN O., 1992 – Chindrieux, Châtillon (lac du Bourget, Savoie) : ultime occupation des lacs alpins français à l’âge du Bronze. In : Archéologie et environnement des milieux aquatiques. Actes du 116e congrès des Sociétés savantes, Chambéry, 1991. Paris, Éd. du C.T.H.S., p. 277-310.

BOISAUBERT J.-L., AGUSTONI C., ANDERSON T.-J., BOUYER M., MAUVILLY M., MURRAY C., VIGNEAU H., 1998 – Le Canton de Fribourg et les Grands Travaux : l’exemple de l’A1 dans la Broye. Archéologie suisse 21-2, p. 85-89.

BONNAMOUR L., 1989 – L’habitat Bronze final du Gué des Piles à Chalon-sur-Saône (Saône-et-Loire). Gallia Préhistoire 31, p. 159-189.

BONNAMOUR L., MARINVAL P., MARGUERIE D., LAMBERT G., LAVIER C., POULAIN T., 1990 – Les habitats du Bronze final III dans la moyenne vallée de la Saône au sud de Chalon et le Gué des Piles. In : Un monde villageois, habitat et milieu naturel en Europe de 2000 à 500 av. J.-C. Lons-le-Saunier, p. 97-111.

BORELLO M.-A., 1986 – Cortaillod-Est, un village du Bronze final, 2. La céramique. Neuchâtel, 100 p. et ill. (Archéologie neuchâteloise, 2).

CATHELINAIS C., 1997 – Étude du site de Montmorot (Jura) : nouveaux éléments d’approche de l’organisation socio-territoriale au Premier âge du Fer. Paris, mémoire de DEA, Université de Paris 1, 2 vol.

DAVID-ELBIALI M., DUNNING C., 2005 – Le cadre chronologique relatif et absolu au nord-ouest des Alpes entre 1060 et 600 av. J.-C. In : BARTOLONI G., DELPINO F., dir., 2005 – Oriente e Occidente : metodi e discipline a confronto. Riflessioni sulla cronologia dell’età delferro italiana. Atti dell’Incontro di studi (Roma, 30-31 ottobre 2003), Pisa-Roma, Ist. Editoriali e Poligrafici Intemazionali, p. 145-195 (Mediterranea, 1-2004).

DIETRICH-WEIBEL B., LÜSCHER G., KILKA T., 1998 – Posieux/Châtillon-sur-Glâne. Keramik/ Céramiques. (6.-5. Jh. V. Chr. / VIe-Ve siècles av. J.-C.). Fribourg, Éditions universitaires, 237 p. et ill. (Archéologie fribourgeoise, 12).

DOITEAU S., 1989 – Le site pré- protohistorique « En Chaplix » (Avenches VD) – Premiers résultats. Annuaire de la société suisse de préhistoire et d’archéologie 72, p. 245-252.

DUNNING C., 1992 – Le Premier âge du Fer sur le versant suisse du Jura. In : KAENEL G., CURDY P., dir., 1992 – L’âge du Fer dans le Jura. Actes du 15e colloque de l’A. F. EA. F., Pontarlier/Yverdon-les-Bains, 9-12 mai 1991. Lausanne, p. 83-97 (Cahiers d’Archéologie Romande, 57).

DUNNING C., 2005 – Le Premier âge du Fer sur le versant méridional du Jura. Chronologie, typologie et rites funéraires. Genève, thèse de doctorat, Université, 2005.

GANARD V., 2004 – Le site de Tavaux « Aérodrome » et l’évolution du Bronze final au Premier âge du Fer dans le Jura. Revue Archéologique de l’Est, 53, p. 21-84.

GANARD V., PASSARD F., PININGRE J.-F., URLACHER J.-P. 1992 – Nécropoles, pratiques funéraires et société au Premier âge du Fer dans le massif du Jura et le bassin supérieur de la Saône. In : KAENEL G., CURDY P., dir., 1992 – L’âge du Fer dans le Jura. Actes du 15e colloque de l’A.F.E.A.F., Pontarlier/Yverdon-les-Bains, 9-12 mai 1991. Lausanne, p. 37-64 (Cahiers d’Archéologie Romande, 57).

GLAUSER K., RAMSTEIN M., BACHER R., 1996 – Tschugg-Steiacher. Prähistorische Fundschichten und römischer Gutshof. Bern, Berner Lehrmittel-und Medienverlag, 160 p. et ill.

HENNIG H., 1992 – Zwei hallstattzeitliche Grabhügel aus dem Berner Mittel-land. Thunstetten-Tannwäldli und Urtenen-Buebeloo/Chrache. Bem, Staatlicher Lehrmittelverlag, 59 p. et ill.

KAENEL G., 1990 – Recherches sur la période de La Tène en Suisse occidentale. Analyse des sépultures. Lausanne, 1990, 457 p. et ill. (Cahiers d’archéologie romande 50).

LÜSCHER G., 1989 – Die hallstattzeitliche Nekropole von Subingen SO. Bemerkungen zum Belegungsablauf. Archäologie des Kantons Solothurn, 6, p. 101-118.

LÜSCHER G., 1993 – Unterlunkhofen und die hallstattzeitliche Grabkeramik in der Schweiz. Basel, Schweizerische Gesellschaft für Ur- und Frühgeschichte, 208 p. et 72 pl. (Antiqua, 24).

MÄDER A., 2001 – Die spätbronzezeitliche Seeufersiedlung Zürich-Alpenquai I : Die Metallfunde. Baggerungen von 1916 und 1919. Zürich und Elgg, Zürcher Archäologie (Seeufersiedlungen 3).

MAUVILLY M., ANTENEN I., BROMBACHER C., GASSMANN P., GUÉLAT M., MORINA-CURTY L., OLIVE C., PILLONEL D., RICHOZ I., STUDER J., 1997 – Frasses « Praz au Doux » (FR), un site hallstattien en bordure de rivière. Archéologie suisse 20-3, p. 112-125.

MILCENT P.-Y., 2004 – Le Premier âge du Fer en France centrale. Paris, Société Préhistorique Française, 2 vol. 718 p., 34 tab., 125 fig., 132 pl. (Mémoires de la SPF, 34).

MILLOTTE J.-P., 2001 – Sur le passage de l’âge du Bronze à l’âge du Fer dans le Massif jurassien : État de la question et perspectives. En complément à une datation d’un tumulus de Dompierre-les-Tilleuls. Besançon, Université, Dialogues d’histoire ancienne 27/1, p. 33-80.

MOINAT P., DAVID-ELBIALI M., 2003 – Défunts, buchers et céramiques : la nécropole de Lausanne-Vidy (VD) et les pratiques funéraires sur le Plateau suisse du XIe au VIIIe s. av. J.-C. Lausanne, 310 p. et ill. (Cahiers d’archéologie romande, 93).

NICOUD C., THIÉRIOT F., VITAL J., 1987 – Le site fluvial protohistorique des Barlières à Serrières-de-Briord (Ain). In : L’Homme et l’eau au temps de la Préhistoire, Actes du 112e colloque des Sociétés savantes, Lyon, p. 67-102.

PARZINGER H., 1992 – La place du Jura franco-suisse dans le monde hallstattien : observations sur le début du Premier âge du Fer. In : KAENEL G., CURDY P., dir., 1992 – L’âge du Fer dans le Jura. Actes du 15e colloque de VA. F. E. AF., Pontalier/Yverdon-les-Bains, 9-12 mai 1991. Lausanne, p. 119- 133 (Cahiers d’Archéologie Romande, 57).

PÉTREQUIN P. dir., 1979 – Le gisement néolithique et protohistorique de Besançon – Saint-Paul (Doubs). Paris, Les Belles Lettres, 232 p. et ill. (Annales littéraires de l’Université de Besançon, 228).

PÉTREQUIN P., CHAIX L., PÉTREQUIN A.M., PININGRE J.-F., 1985 – La grotte des Planches-près-Arbois (Jura). Proto-Cortaillod et âge du Bronze final. Paris, éditions de la Maison des Sciences de F Homme, 273 p. et ill.

PININGRE J.-F. dir., 1996 – Nécropoles et société au Premier âge du Fer : le tumulus de Courtesoult (Haute-Saône). Paris, Éditions de la Maison des Sciences de l’Homme, 222 p. et ill. (Documents d’archéologie française, 54).

PININGRE J.-F., à paraître – La céramique du site fortifié du Hallstatt final de Bourguignon-les-Morey (Haute-Saône) dans son contexte jurassien. In : La céramique hallstattienne de France orientale : approches typologique et chrono-culturelle. Colloque international de Dijon, 21 et 22 novembre 2006.

PININGRE J.-F., GANARD V., 2004 – Les nécropoles protohistoriques des Moidons et le site princier du Camp du Château à Salins (Jura). Paris, Éditions du Comité des travaux historiques et scientifiques, 431 pages et ill. (Documents préhistoriques, 17).

ROULIÈRE-LAMBERT M.-J., 1986 – Pâte à cuire et pot au feu. Six mille ans de poterie dans le Jura. Catalogue d’exposition. Dole, Musée, et Lons-le-Saunier, Musée d’Archéologie, 68 p., ill.

RUFFIEUX M., WOLF S., 2005 – La production céramique entre le IXe et le Ve siècle av. J.-C. dans la Broye. Fribourg, Éditions universitaires, 237 p. et ill. (Archéologie fribourgeoise, 7).

SCHMID-SIKIMIC B., 1997 – Hallstattzeitliche Ringschmuck in der Schweiz. München, C.H. Beck, 219 p. et 103 pl. (Prähistorische Bronzefunde XXXX).

SCHWAB H., 2002 – Archéologie de la 2e correction des eaux du Jura. Vol. 3. Les artisans de l’âge du Bronze sur la Broye et la Thielle. Fribourg, Éditions universitaires, 270 p. et ill. (Archéologie fribourgeoise, 16).

SCOTTO R.-F., 1992 – Le site hallstattien de Montmorot (département du Jura). In : KAENEL G., CURDY P, dir., 1992 – L’âge du Fer dans le Jura. Actes du 15e colloque de l’A.F.E.A.F., Pontarlier/Yverdon-les-Bains, 9-12 mai 1991. Lausanne, p. 71-81 (Cahiers d’Archéologie Romande, 57).

SPM III, 1998 – La Suisse du Paléolithique à l’aube du Moyen-Âge III, âge du Bronze. Basel, Schweizerische Gesellschaft für Ur- und Frühgeschichte, 423 p., ill.

VUAILLAT D., 1977 – La nécropole tumulaire de Chavéria (Jura). Paris, Les Belles Lettres, 158 p. et ill. (Annales littéraires de l’Université de Besançon, 189).

Notes

1 Une nouvelle calibration (OxCal v.3.10 Bronk Rainsey 2005) de cette datation donne une valeur 1 sigma de 901 à 565 BC avec un pic de probabilité de 49.5 % entre 901 et 748 BC.

2 Le motif de grecques de la jarre, redessinée à l’occasion de cette communication, diffère sensiblement de celui de la publication initiale (Bichet, Millotte 1992 : fig. 59-6b).

3 qui n’est représentée pour cette période en France que par le seul exemplaire du tumulus 1 des Bossus à Dompierre-les-Tilleuls (Bichet, Millotte 1992).

Table des illustrations

Titre Fig. 1. Carte du massif jurassien et du Plateau suisse montrant les sites mentionnés dans le texte.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/18236/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 123k
Titre Fig. 2. Choix de céramique du Ha B1 classique (BF IIIa) provenant de la grotte des Planches (Jura) (Pétrequin et al. 1985).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/18236/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 132k
Titre Fig. 3. Céramique de la Grotte des Planches (Jura) montrant des caractéristiques plus récentes du BF IIIb.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/18236/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 103k
Titre Fig. 4. Le gobelet de Saint-Germain-les-Arlay « Gué Farroux » (Jura) (Roulière-Lambert 1986) est le témoin d’une évolution locale de la céramique entre le Ha B1 et le Ha B2.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/18236/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 9,9k
Titre Fig. 5. Classement en 3 phases de la céramique d’habitat des régions de Dole et Besançon ainsi qu’elle est proposée par V. Ganard (2004). A : Fin du Bronze final (Ha B3) – B : Hallstatt ancien (Ha C) – C : Début du Hallstatt moyen (Ha D1).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/18236/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 152k
Titre Fig. 6. Choix de mobilier du début du Hallstatt moyen (Ha D1) et final (Ha D2) de Besançon – Saint-Paul (Pétrequin 1979).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/18236/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 133k
Titre Fig. 7. Choix de céramique et de mobilier métallique de la phase récente du Ha B3 provenant de Mörigen (Berne) (Bernatzky-Goetze 1987).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/18236/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 92k
Titre Fig. 8. La céramique de Frasses-Praz au Doux (Fribourg) correspond à une phase unique datant de la fin du Bronze final ou du début du Premier âge du Fer (Mauvilly et al. 1997).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/18236/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 81k
Titre Fig. 9. Céramique provenant des sites de Cheyres-Roche Burnin (Fribourg) et de Font-Le Péchau (Fribourg) datant du Hallstatt C ou Hallstatt D1 (Ruffieux, Wolf 2005).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/18236/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 80k
Titre Fig. 10. Céramique du Ha D2 et Ha D3 du site de Bussy-Pré de Fond (Fribourg) (Ruffieux, Wolf 2005).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/18236/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 67k
Titre Fig. 11. Tableau récapitulatif typo-chronologique des sites d’habitat du Massif jurassien et du Plateau suisse occidental.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/18236/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 103k
Titre Fig- 12. Ensembles funéraires de la première phase du Ha B3 (Moinat, David-Elbiali 2003).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/18236/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 84k
Titre Fig. 13. La seconde période du Ha B3 est idéalement représentée par la sépulture 70 de Pully-Chamblandes (Vaud) (Moinat, David-Elbiali 2003).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/18236/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 90k
Titre Fig. 14. Mobilier funéraire provenant des sépultures hallstattiennes les plus anciennes du Plateau suisse occidental.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/18236/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 78k
Titre Fig. 15. Céramique et mobilier métallique provenant de sépultures de la phase tardive du Ha C du Plateau suisse occidental.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/18236/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 157k
Titre Fig. 16. Deux ensembles funéraires de la phase initiale du Hallstatt moyen (Ha D1).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/18236/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 126k
Titre Fig. 17. La répartition spatiale des décors des brassards-tonnelet permet de reconnaître des ateliers de production (ou des modes ?) régionaux.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/18236/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 61k
Titre Fig. 18. Ensemble funéraire ancien (Ha B2-Ha B3) de Chilly-sur-Salins (Jura) (Piningre, Ganard 2004).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/18236/img-18.jpg
Fichier image/jpeg, 58k
Titre Fig- 19- L’ensemble du tumulus 1 de Planquecet à Dompierre-les-Tilleuls (Doubs) (Millotte 2001) appartiendrait à la fin du Ha B3.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/18236/img-19.jpg
Fichier image/jpeg, 19k
Titre Fig. 20. La sépulture à épée de type Gündlingen du tumulus IV de Chavéria (Vuaillat 1977) est typique de la première phase du Ha C.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/18236/img-20.jpg
Fichier image/jpeg, 14k
Titre Fig. 21. La tombe du tumulus de Trembloi à Savoyeux (Haute-Saône) (Piningre 1996) pourrait également trouver sa place au début du Hallstatt C.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/18236/img-21.jpg
Fichier image/jpeg, 14k
Titre Fig. 22. Le tumulus 3 de la nécropole tumulaire de la Censure à Chaffois (Doubs) (Bichet, Millotte 1992) peut être situé dans la phase récente du Ha C grâce à la présence de l’épée de Type Mindelheim.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/18236/img-22.jpg
Fichier image/jpeg, 15k
Titre Fig. 23. La tombe 3 du tumulus 2 du Grand Communal à La Rivière-Drugeon (Doubs) (Bichet, Millotte 1992) montre bien la diversité de la parure de la phase récente du Ha C dans le Jura.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/18236/img-23.jpg
Fichier image/jpeg, 97k
Titre Fig. 24. La tombe centrale du tumulus 16 des Moidons (Jura) (Piningre, Ganard 2004) présente des caractéristiques de la phase initiale du Ha D1.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/18236/img-24.jpg
Fichier image/jpeg, 20k

© ARTEHIS Éditions, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search