Version classiqueVersion mobile

De l’âge du Bronze à l’âge du Fer en France et en Europe occidentale (Xe-VIIe siècle av. J.-C.)

 | 
Henri Gaillard de Sémainville

Thème spécialisé de l’âge du bronze à l’âge du fer en France et en Europe occidentale (Xe – VIIe siècle av. J.-C.).

Les dépôts métalliques de l’extrême fin du bronze final en Bretagne : nouvelle évaluation des données à la lumière des découvertes récentes

Sylvie Boulud et Muriel Fily

Résumé

Cet article propose une synthèse et une réactualisation des données sur les dépôts de l’horizon de l’épée en langue de carpe. Dans une première partie, un protocole d’étude destiné à harmoniser les nombreuses données disponibles est présenté. Dans une seconde partie, plusieurs découvertes récentes font l’objet d’une présentation préliminaire. Une attention particulière est portée aux trois nouveaux dépôts de Gouesnac’h (Finistère) qui ont fait l’objet d’une fouille archéologique et ont donc permis des observations originales sur les conditions d’enfouissement des objets.

Texte intégral

1. INTRODUCTION

1Quinze ans après la publication du dentier article de synthèse sur ce thème (Briard 1991), où en est l’étude des dépôts de l’horizon de l’épée en langue de carpe en Bretagne ? La question est d’autant plus légitime que plusieurs découvertes récentes sont venues enrichir un corpus déjà abondant et que de nouveaux axes de recherche ont été développés au cours des dix dernières années dans le domaine de l’étude des dépôts métalliques de l’âge du Bronze (Gabillot 2000, 2003 ; Milcent 1998 ; Mordant 2001 ; Pennors 2004, Verger 1998, entre autres). Il est maintenant devenu tout à fait naturel de prendre en considération différents critères autrefois délaissés : le poids des objets constituant le dépôt, le taux et le mode de fragmentation, l’identification éventuelle d’une ou de plusieurs panoplies personnelles à l’intérieur des dépôts ou encore, lorsque les données sont disponibles, la composition élémentaire des alliages utilisés pour la fabrication des objets. Ces différents aspects varient considérablement tout au long de l’âge du Bronze, et ce, en fonction de la période et de la zone géographique étudiées.

2Les dépôts appartenant à l’horizon métallique de l’épée en langue de carpe présentent des caractéristiques communes qui permettent de bien les identifier : présence récurrente d’objets « marqueurs » (épées en langue de carpe, poignards à languette, pointes de lance, haches à ailerons et à douille, racloirs et autres outils, bracelets, éléments de harnachement et pièces de char, lingots piano-convexes et déchets de fonderie), fragmentation très élevée des objets rarement déposés dans leur globalité et difficulté, voire impossibilité, à identifier une panoplie personnelle à l’intérieur de ces ensembles. Tout récemment, une étude de B. Mille a confirmé que les alliages à base cuivreuse du BF IIIb ne présentent pas la même composition élémentaire dans le domaine atlantique que dans le domaine nord-alpin (Mille, à paraître), la « recette » atlantique se caractérisant par un fort pourcentage d’étain (environ 10 %) et de plomb (souvent supérieur à 5 %), ainsi que par un très faible taux d’impuretés (moins de 0,5 %).

3L’important taux de fragmentation et la présence d’un grand nombre d’éléments liés directement à la métallurgie ont poussé nombre d’auteurs à qualifier ces ensembles de dépôts de fondeur, appellation adoptée de façon quasiunanime et jusqu’à nos jours par une grande partie de la communauté scientifique. Ce terme supposant une connaissance de la fonction précise et de la destination de ces lots d’objets, il nous semble, comme à beaucoup de nos collègues, tout à fait urgent de l’abandonner au plus vite. En effet, il paraît peu probable que ces dépôts si nombreux – plusieurs centaines, à l’échelle de l’Europe occidentale – aient tous été initialement constitués en vue d’un recyclage à venir, avant d’être oubliés par des artisans métallurgistes distraits ou victimes d’une insécurité galopante. Il ne fait aucun doute que la refonte des objets ratés, hors d’usage ou des déchets de fonte a été très largement pratiquée, mais dans le cas des dépôts de l’horizon de l’épée en langue de carpe, la fragmentation volontaire des objets et la dénaturation de ceux-ci par des traitements volontairement destructeurs ne peuvent s’expliquer uniquement par un souci de faciliter le recyclage. Pour le moment, la logique de la sélection des objets et celle des manipulations, bris et ploiements intentionnels nous échappent totalement pour le domaine atlantique (Milcent, Leroy 2003 : 225). Cependant, ces gestes et pratiques complexes répondent sans aucun doute à des règles précises dont la portée symbolique, voire rituelle, peut difficilement être écartée.

2. LE CORPUS DES DÉPÔTS DE L’HORIZON DE L’ÉPÉE EN LANGUE DE CARPE

2. 1. La reprise et le traitement des données anciennes

4La reprise de l’étude des dépôts de l’horizon de l’épée en langue de carpe se fonde essentiellement sur deux inventaires établis par J. Briard (Briard 1965, 1991) et sur ses très nombreux travaux sur le Bronze final atlantique. Nous avons choisi de nous concentrer sur la même zone géographique que celle de sa dernière synthèse qui concernait les Côtes-d’Armor, le Finistère, l’Ille-et-Vilaine, la Loire-Atlantique et le Morbihan. À partir de ce corpus de départ, les données ont été vérifiées, complétées et homogénéisées. Plusieurs ensembles de l’horizon à épée en langue de carpe douteux, composés d’objets hétéroclites et/ou rassemblés tardivement, tels ceux de Lestiala, à Plomeur (Finistère), de la presqu’île de la Torche, à Plomeur également ou encore de La Guesne, à Donges (Loire-Atlantique), ont été éliminés, de façon à ne conserver que les ensembles pouvant être considérés comme de véritables dépôts terrestres, au sens strict du terme. Les objets déposés dans les cours d’eau, telles les nombreuses épées draguées dans la Loire en région nantaise, ont également été écartés de la liste. La répartition éminemment côtière des dépôts de l’horizon de l’épée en langue de carpe a déjà été soulignée à de nombreuses reprises. Les dépôts se répartissent densément le long des côtes nord du Finistère et tout le long des côtes sud de la pointe Bretagne. En Loire-Atlantique, les découvertes suivent l’estuaire de la Loire jusque dans la région nantaise (fig. 1).

5Les travaux longs et fastidieux de vérifications bibliographiques, puis de récolement des objets dans un certain nombre de musées, se sont avérés particulièrement riches en surprises. La plupart des dépôts ayant été découverts au XIXe siècle, on dispose généralement de plusieurs inventaires de leur contenu ne concordant que très rarement entre eux et laissant ainsi apparaître des disparitions d’objets et/ou des ajouts ultérieurs. C’est le cas, par exemple, du dépôt du Parc-aux-Boeufs, à Questembert (Morbihan), découvert en 1863, conservé à Vannes, et dont l’inventaire s’avère assez fluctuant au gré des publications (Closmadeuc 1863 ; Déchelette 1910 ; Marsille 1921 ; Briard 1965, 1991). D’une façon générale, les inventaires donnés par les différents auteurs permettent rarement de connaître avec précision le nombre d’objets et de fragments composant les dépôts. Dans les publications de J. Briard, certains inventaires diffèrent même parfois entre 1965 et 1991. La nécessaire compilation des mentions bibliographiques permet cependant de récolter des informations précieuses sur les conditions de découverte et sur d’éventuels objets disparus ou conservés dans des collections particulières. Lorsque cela était possible, ces inventaires ont ensuite été confrontés à une vérification de la présence physique des pièces sur leur lieu supposé de conservation.

Fig. 1. Carte de répartition des dépôts de l’horizon de l’épée en langue de carpe en Bretagne et en Loire-Atlantique (légende détaillée en annexe). DAO M. Fily, fond de carte L. Quesnel modifié.

Fig. 1. Carte de répartition des dépôts de l’horizon de l’épée en langue de carpe en Bretagne et en Loire-Atlantique (légende détaillée en annexe). DAO M. Fily, fond de carte L. Quesnel modifié.

2. 2. Les données issues de l’inventaire épuré et réactualisé

  • 1 Fin 2007, un nouveau dépôt de l’horizon de F épée en langue de carpe est venu enrichir le corpus, p (...)

6L’inventaire réactualisé des dépôts de l’horizon de l’épée en langue de carpe (cf. annexe) reste bien évidemment à compléter pour certaines données, faute de n’avoir pu visiter la totalité des lieux de conservation, mais il représente tout de même une nette avancée par rapport au dernier travail de synthèse disponible. Après épuration des données anciennes et ajout des données récentes, le nombre total de dépôts de l’horizon de l’épée en langue de carpe s’élève à 691, répartis très inégalement entre les cinq départements considérés (8 dans les Côtes-d’Armor, 33 dans le Finistère, 5 en Ille-et-Vilaine, 10 en Loire-Atlantique et 13 dans le Morbihan). Pour chaque dépôt, le nom de la commune puis du lieu-dit, la date de découverte, les conditions d’enfouissement, le nombre d’objets entiers et de fragments, le poids et le lieu de conservation sont mentionnés, lorsque ceux-ci sont connus. Le numéro donné à chaque site renvoie à sa localisation géographique sur la carte de répartition (fig. 1). Pour retrouver la bibliographie dépôt par dépôt, le lecteur est invité à consulter la publication de J. Briard (Briard 1991 : 140-144). Seules les données manquantes, postérieures à 1991 ou inédites, ont été rajoutées à la suite du lieu de conservation. Plusieurs remarques peuvent être formulées à partir de cet inventaire réactualisé :

  • Parmi les 68 dépôts dont on connaît la date de découverte, 41 ont été trouvés avant 1900, 16 entre 1900 et 1949, 5 entre 1950 et 1979 et 6 depuis 1980. L’importance quantitative des données anciennes explique en partie notre méconnaissance des contextes de découverte et d’enfouissement des objets et celle de nombre d’inventaires d’origine.

  • Lorsque l’on tente de classer les dépôts en fonction du nombre d’objets et de fragments qui les constituent, on se confronte à nouveau à l’ancienneté des données et à leur imprécision. La plupart des dépôts se répartissent entre les trois premières classes de taille : 41 comprennent moins de 50 pièces, 6 de 50 à 100 et 15 de 100 à 200. Seuls quatre dépôts ont livré plus de 200 pièces : Le Parc-aux-Bœufs à Questembert (217), Kergaradec 2 à Gouesnac’h (450), La Prairie de Mauves à Nantes (585) et enfin Keriéro à Bangor (918). Ces résultats sont à nuancer très fortement car ils reposent en partie sur des données incomplètes. En effet, la composition précise de nombreux dépôts n’a pu être vérifiée et surtout, beaucoup de dépôts ont été amputés d’une partie plus ou moins importante et difficile à estimer des objets les composant. Les rares objets entiers de ces dépôts si fragmentés ont fréquemment été mis de côté par les découvreurs ou par des collectionneurs, les nombreuses pièces informes et cassées, les lingots et déchets métallurgiques ont parfois été jetés ou refondus, d’autres éléments, enfin, ont perdu toute trace de leur origine et ne sont plus attribuables à un ensemble précis. Le nombre de dépôts ayant livré moins de 50 pièces est donc très probablement surévalué par rapport à la réalité.

  • Lorsque le contexte d’enfouissement des dépôts est connu et décrit par les auteurs, les objets sont fréquemment entreposés dans un contenant en céramique (19 cas) ou placés directement dans une fosse (13 cas). L’ensemble ainsi constitué peut ensuite être recouvert par une dalle en pierre ou un lingot faisant office de couvercle (8 cas). Dans deux cas seulement, au Bocolo, à Elven, et au Parc-aux-Bœufs à Questembert, un aménagement périphérique en pierres a pu être identifié.

  • Le poids des dépôts a pu être mesuré précisément dans quinze cas. À cela s’ajoutent trois cas supplémentaires pour lesquels une estimation du poids est donnée par les auteurs. Ces indications doivent être considérées avec les réserves d’usage, en l’absence de vérification. Pour ces dix-huit dépôts, la répartition en fonction du poids total et du nombre de pièces les composant montre que la plupart, constitués de moins de 200 pièces, n’atteignent pas ou ne dépassent que très sensiblement la barre des 10 kg de métal (fig. 6). Le rapport entre le nombre de pièces et le poids total est loin d’être proportionnel : le dépôt le plus lourd (55,4 kg), celui de Kergaradec 3, à Gouesnac’h, ne comporte que 17 pièces, uniquement des lingots planoconvexes. À l’opposé de ce tableau, on trouve le dépôt comportant le plus grand nombre d’objets entiers et fragments (918 au minimum), celui de Keriéro, à Bangor, qui pourtant ne pèse qu’un peu plus de 20 kg. On le comprendra très aisément, la proportion relative des catégories fonctionnelles les unes par rapport aux autres joue fortement sur le poids total du dépôt : plus les éléments liés à la métallurgie sont nombreux et plus le poids est élevé ; à l’inverse, plus les éléments de parure et/ou de harnachement sont fréquents et plus le poids est faible.

3. MISE EN PLACE D’UN PROTOCOLE D’ÉTUDE POUR LA COMPARAISON DES DONNÉES

3. 1. Les comptages et la représentation proportionnelle des catégories fonctionnelles

7Face à l’abondance de données multiples et à la masse que représentent les milliers d’objets et fragments d’objets des dépôts de l’horizon de l’épée en langue de carpe, seule la mise en place d’un protocole d’étude strict permettra, à terme, d’obtenir une vision globale et synthétique du phénomène, grâce à la comparaison de données effectivement comparables. Il convient donc d’adopter une grille de lecture commune afin d’uniformiser les informations disponibles. Dans un premier temps, cette homogénéisation des données passe par une identification la plus exhaustive possible des différentes pièces, par un classement identique des types, toujours dans les mêmes catégories fonctionnelles, par la pesée des objets et par un certain nombre d’observations et de comptages.

8La mise en place de ce protocole d’étude a débuté à l’occasion d’une restructuration de l’exposition permanente du Musée Dobrée de Nantes et de la mise en réserve temporaire du dépôt de la Prairie de Mauves. Grâce à cette opportunité, il a été possible de vérifier l’inventaire du dépôt, de peser les pièces et de dessiner un petit lot d’objets appartenant au dépôt mais ne figurant pas dans la monographie de J. Briard (Briard 1966). Ces objets (fig. 2), issus de la collection Dommée et de l’ancienne collection G. et P. de Lisle du Dreneuc, ont été donnés au musée en 1993. L’inventaire du dépôt a ainsi pu être réactualisé. À l’occasion des manipulations, plusieurs remontages ayant échappé à J. Briard ont pu être identifiés, augmentant de cinq le nombre d’objets fragmentés mais déposés dans leur intégralité. D’un point de vue pratique, les objets et fragments ont été classés par type, de façon à tester les remontages éventuels, à les peser et à effectuer les comptages suivants : nombre d’objets entiers non fragmentés, nombre d’objets entiers en plusieurs fragments, nombre de fragments et calcul du nombre minimum d’individus (NMI). Les mêmes opérations ont été réalisées pour l’ensemble des types, classés ensuite par grande catégorie fonctionnelle : armement, outillage, parure, éléments de char et/ou de harnachement, vaisselle, métallurgie et objets indéterminés (fig. 3). Par manque de place, nous ne pouvons présenter ici la méthode plus en détail, mais celle-ci le sera dans une publication à venir. Pour chaque type d’objets puis pour chaque catégorie fonctionnelle, on dispose ainsi de trois niveaux d’information : le NMI, le poids et le nombre total d’objets et de fragments. Ces données nous renseignent à différents niveaux et permettent une approche plus globale du dépôt et du traitement des objets qui le composent. Il est ensuite possible d’établir une synthèse en compilant les données récoltées, catégorie fonctionnelle par catégorie fonctionnelle. La présentation sous forme d’histogramme autorise une lecture plus immédiate de l’importance proportionnelle de chacune des catégories, en fonction du critère choisi. On obtient ainsi une image plus sensible, une sorte de profil type propre à chaque ensemble métallique qu’il est facile de comparer d’un dépôt à l’autre. Cette démarche aboutit à une meilleure appréhension de l’originalité de chaque dépôt et permet de nuancer des données parfois trop rigides. Dans le cas de La Prairie de Mauves, à Nantes, si l’on se fie uniquement au nombre d’objets et de fragments, la catégorie « métallurgie » est très faiblement représentée (5,3 %). Si l’on considère le poids, par contre, elle devient la plus importante du dépôt (plus de 9 kg, soit 31,4 %). Toujours pour ce même dépôt, cette remarque s’applique à l’inverse aux catégories « parure » et « char et/ou harnachement ».

Fig. 2. Dépôt de la Prairie de Mauves à Nantes (Loire-Atlantique). 1-12 : objets métalliques de la collection Dominée donnés au Musée Dobrée de Nantes en 1993 ; 13 : petit anneau initialement coincé dans une douille de hache. Dessin S. Boulud, Échelle : 1/3.

Fig. 2. Dépôt de la Prairie de Mauves à Nantes (Loire-Atlantique). 1-12 : objets métalliques de la collection Dominée donnés au Musée Dobrée de Nantes en 1993 ; 13 : petit anneau initialement coincé dans une douille de hache. Dessin S. Boulud, Échelle : 1/3.

Fig. 3. Dépôt de la Prairie de Mauves à Nantes (Loire-Atlantique) : tableau récapitulatif de la composition du dépôt et de la représentation proportionnelle de chaque catégorie fonctionnelle, en fonction du nombre total de pièces, du NMI et du poids.

Fig. 3. Dépôt de la Prairie de Mauves à Nantes (Loire-Atlantique) : tableau récapitulatif de la composition du dépôt et de la représentation proportionnelle de chaque catégorie fonctionnelle, en fonction du nombre total de pièces, du NMI et du poids.

3. 2. Les limites de la méthode

9Le calcul du nombre d’objets et de fragments d’objets est relativement simple. Celui du poids nécessite simplement d’avoir accès au dépôt, ce qui, à l’exception des collections privées et des dépôts dispersés, est souvent assez facile. Par contre, le calcul du NMI peut s’avérer véritablement problématique, voire impossible, dans le cas des plus gros dépôts, particulièrement lorsque les pièces sont très fragmentées. D’un point de vue pratique, les tentatives de remontage sont limitées lorsque l’on dispose d’un grand nombre de fragments de toute petite taille et ce, d’autant plus, quand les pièces sont rangées chacune dans un sachet, mode de stockage contraignant qui restreint les manipulations. De plus, toujours pour ces ensembles au fort taux de fragmentation, le NMI obtenu est finalement peu représentatif de la réalité et donc peu pertinent pour l’étude de l’ensemble.

3.3. Vers une évaluation du taux de fragmentation

10L’étude des dépôts de l’horizon de l’épée en langue de carpe pose différents problèmes méthodologiques inhérents à la complexité de leur composition et au traitement des objets. D’un point de vue chronologique, ces dépôts sont traditionnellement datés du BF IIIb, c’est-à-dire de la seconde moitié du Xe siècle et du IXe siècle avant notre ère. Le phénomène a toujours été considéré de façon très monolithique, alors que plusieurs indices témoignent de probables différences chronologiques à l’intérieur de cet horizon. Ces dépôts renferment parfois des objets inattendus car plus anciens – c’est le cas des haches à talon – ou, au contraire, des objets a priori plus récents que le reste du corpus. Citons le cas des fragments de bracelets à nodosités que l’on retrouve, par exemple, dans les deux dépôts belle-îlois de Keriéro et de Calastrène. La position chronologique des dépôts de l’horizon de l’épée en langue de carpe est loin d’être fixée avec certitude : elle pourrait bien varier au-delà de ses limites traditionnelles, empiétant en partie sur le début du Ier âge du Fer. La mise en place d’un protocole d’étude applicable à tous les dépôts de l’horizon est une première étape dans une démarche plus globale visant, entre autres, à tenter une périodisation du phénomène. Dans cette optique, nous projetons d’effectuer une sériation informatique, comme cela a déjà été réalisé avec succès pour les dépôts atlantiques du Bronze moyen (Gabillot 2003). Outre les critères purement typologiques, il sera nécessaire d’introduire dans cette sériation un mode d’estimation du taux de fragmentation des objets. En effet, ce critère pourrait bien refléter une évolution du traitement des objets dans le temps plutôt qu’une simple différence géographique des pratiques. Se pose alors la question du mode d’évaluation du taux de fragmentation. Celui-ci peut sans doute être approché en travaillant sur une partie du corpus seulement : les objets faciles à identifier et toujours bien représentés, comme le sont les épées, les pointes de lance ou encore les haches. Disposant du comptage des pièces et de leur poids, il est possible de calculer le rapport entre le nombre d’objets et fragments et le poids total, afin d’obtenir une estimation du poids moyen par fragment, soit une valeur indicative de la taille des pièces et donc du taux moyen de fragmentation. La tentative effectuée sur les épées et les haches provenant de cinq dépôts, Keriéro à Bangor, Bordustart au Palais, La Prairie de Mauves à Nantes, Kergaradec 1 à Gouesnac’h et Menez Tosta à Gouesnac’h, donne des résultats intéressants, particulièrement pour les épées qui ne se présentent, le plus souvent, que sous forme de fragments (fig. 7). Pour les haches, le poids moyen doit être pondéré par l’indication du nombre d’individus complets à l’intérieur de chaque corpus. Pour les dépôts de taille raisonnable, on peut également s’appuyer sur les mesures de longueur des fragments, méthode qui permet de surcroît la vérification d’une éventuelle calibration de la fragmentation (Mordant 2001).

Fig. 4. Dépôt de Keriéro à Bangor (Belle-Ile, Morbihan) : tableau récapitulatif de la composition du dépôt et de la représentation proportionnelle de chaque catégorie fonctionnelle, en fonction du nombre total de pièces et du poids.

Catégorie fonctionnelle

Nbre total objets et fragments

% Nbre total objets et fragments

Poids

% Poids

Armement

142

15,5

4891

23,3

Outillage

117

12,8

6202

29,6

Parure

170

18,5

1150

5,5

Harnachement et/ou char

91

9,9

701

3,3

Métallurgie

131

14,3

7218

34,4

Indéterminé

267

29

823

3,9

total

918

100

20985

100

Fig. 5. Dépôt de Bordustart au Palais (Belle-Île, Morbihan) : tableau récapitulatif de la composition du dépôt et de la représentation proportionnelle de chaque catégorie fonctionnelle, en fonction du nombre total de pièces et du poids.

Fig. 5. Dépôt de Bordustart au Palais (Belle-Île, Morbihan) : tableau récapitulatif de la composition du dépôt et de la représentation proportionnelle de chaque catégorie fonctionnelle, en fonction du nombre total de pièces et du poids.

Fig. 6. Rapport entre le poids total et le nombre total d’objets et de fragments composant les dépôts qui ont pu être pesés (18 cas).

Fig. 6. Rapport entre le poids total et le nombre total d’objets et de fragments composant les dépôts qui ont pu être pesés (18 cas).

Fig- 7. Évaluation du taux moyen de fragmentation des épées et des haches à l’intérieur de 5 dépôts du corpus. Pour chaque type, l’estimation est basée sur le rapport entre le nombre total d’objets et de fragments et leur poids. Les épées ne sont représentées que par des fragments ; pour les haches, plusieurs exemplaires complets font partie du corpus : Keriéro (8), Bordustart (2), Prairie de Mauves (6), Kergaradec 1 (11) et Ménez Tosta (20).

Fig- 7. Évaluation du taux moyen de fragmentation des épées et des haches à l’intérieur de 5 dépôts du corpus. Pour chaque type, l’estimation est basée sur le rapport entre le nombre total d’objets et de fragments et leur poids. Les épées ne sont représentées que par des fragments ; pour les haches, plusieurs exemplaires complets font partie du corpus : Keriéro (8), Bordustart (2), Prairie de Mauves (6), Kergaradec 1 (11) et Ménez Tosta (20).

4. LES DÉCOUVERTES RÉCENTES

4. 1. Deux dépôts découverts récemment à Belle-Île : présentation préliminaire

11Deux importants dépôts de l’horizon de l’épée en langue de carpe ont été découverts à Belle-Île (Morbihan) par des prospecteurs, en 1999 à Keriéro en Bangor et en 2003 sur la commune du Palais, à Bordustart. La mise au jour de ces dépôts n’a malheureusement pas été effectuée dans le cadre de fouilles archéologiques. Les conditions d’enfouissement, l’organisation des objets à l’intérieur des dépôts et l’existence d’un éventuel aménagement périphérique restent donc inconnus. De plus, il est impossible d’avoir la moindre certitude sur la fiabilité des inventaires, une partie des objets ayant probablement rejoint des collections particulières (information orale, G. Musch). Le dépôt de Keriéro, conservé au Musée Préhistorique de Carnac, a fait l’objet d’un mémoire de DEA (Kergoët 2001) ; celui de Bordustart est encore totalement inédit, bien que présenté au Musée de Bretagne, à Rennes (Musch 2003). Nous avons eu accès à ces deux ensembles et avons donc procédé à un inventaire précis des pièces, à leur comptage et leur pesée. En l’attente d’une publication exhaustive de ces deux dépôts, nous ne présentons ici qu’un aperçu très rapide et succinct, sous forme de tableaux récapitulatifs, de la répartition des objets à l’intérieur des grandes catégories fonctionnelles (fig. 4-5). Ces deux dépôts renferment tous les objets les plus caractéristiques de l’horizon de l’épée en langue de carpe et ont en commun d’être extrêmement fragmentés. Le dépôt de Keriéro est remarquable à plus d’un titre : avec plus de 900 objets et fragments, il constitue le plus gros ensemble connu jusqu’à présent dans la région considérée (fig. 8). Son poids, peu important par rapport au nombre de pièces, et le pourcentage élevé d’éléments indéterminés, s’expliquent par le très fort taux de fragmentation. Ce dépôt renferme un certain nombre de pièces exceptionnelles dont il n’est malheureusement pas possible de discuter ici. Mentionnons tout de même l’élément le plus singulier de ce dépôt : une grande plaque métallique de forme ovale, bombée et entourée d’un bord à 23 dents de loup, dont 8 sont perforées pour permettre une fixation (fig. 9). Il pourrait s’agir d’un umbo de bouclier, comme le propose Y. Kergoët, élément encore totalement inconnu dans les dépôts du Bronze final atlantique, ou bien d’une applique de caisse de char, les motifs solaires étant fréquents sur ce type de pièce. Belle-île-en-mer s’avère particulièrement riche en découvertes de l’horizon en langue de carpe puisqu’un dépôt avait déjà été mis au jour, en 1820, sur le site de Calastrène, à Bangor.

Fig. 8. Dépôt de Keriéro à Bangor (Belle-Ile, Morbihan) : vue d’une partie des objets composant le dépôt. Photographie Arc’Antique – Aubert/Patin.

Fig. 8. Dépôt de Keriéro à Bangor (Belle-Ile, Morbihan) : vue d’une partie des objets composant le dépôt. Photographie Arc’Antique – Aubert/Patin.

Fig. 9. Dépôt de Keriéro à Bangor (Belle-Île, Morbihan) : vue d’une partie des objets composant le dépôt. En haut à gauche, on remarque la plaque ovale bordée de dents de loup (umbo de bouclier ? applique de caisse de char ?). Photographie Arc’Antique – Aubert/Patin.

Fig. 9. Dépôt de Keriéro à Bangor (Belle-Île, Morbihan) : vue d’une partie des objets composant le dépôt. En haut à gauche, on remarque la plaque ovale bordée de dents de loup (umbo de bouclier ? applique de caisse de char ?). Photographie Arc’Antique – Aubert/Patin.

4. 2. Les trois dépôts de Gouesnac’h (Finistère) : étude préliminaire

12Trois dépôts de l’horizon de l’épée en langue de carpe ont été découverts en 2004 à Kergaradec sur la commune de Gouesnac’h, dans le Finistère. Le S.R.A. de Bretagne ayant été prévenu rapidement par les découvreurs, une opération archéologique a pu être menée sur le site (Fily 2004, 2005). Seule une dizaine d’objets avait été prélevée, permettant ainsi l’observation de la répartition du mobilier au sein de chaque dépôt et l’enregistrement de leur contexte d’enfouissement. La plupart des découvertes étant anciennes, nous n’avons habituellement plus accès à ce type d’informations pourtant primordiales pour la compréhension du phénomène. De la même manière, cette fouille a permis d’attester la validité de l’inventaire de chacun des trois ensembles. Cet aspect est particulièrement intéressant puisqu’il est bien souvent difficile de vérifier la composition des dépôts des collections anciennes à l’intérieur desquelles les mélanges et les mises à l’écart d’objets ont été fréquents.

13La commune de Gouesnac’h est riche en découvertes de dépôts de l’horizon de l’épée en langue de carpe puisque cinq ensembles y sont connus (fig. 1). On distingue ainsi les dépôts de Kergaradec 1, Kergaradec 2, Kergaradec 3 et deux autres ensembles : le dépôt de Lanhuron mis au jour en 1868 et le dépôt de Ménez Tosta découvert en 1884. Ce dernier est d’ailleurs situé dans la même parcelle que les trois dépôts de Kergaradec. Les quatre dépôts étaient enfouis à moins de 40 mètres d’intervalle les uns des autres.

14Dans le cadre de cette étude préliminaire, le mobilier de chaque dépôt de Kergaradec a fait l’objet d’un inventaire précis, chaque élément a été pesé et les NMI comptés. L’inventaire du dépôt de Ménez Tosta réalisé par J. Briard a été repris, les objets pesés et les NMI comptés (Briard 1958). Nous avons également testé les raccordements éventuels entre cette découverte ancienne et les découvertes récentes. Le dépôt de Lanhuron n a pu être consulté, mais il sera intéressant de vérifier son inventaire et les raccordements avec les quatre autres dépôts. L’objectif de cette démarche est d’observer la composition propre à chaque ensemble, en considérant les catégories fonctionnelles, le poids et les NMI, et de confronter les données obtenues les unes aux autres. En effet, la découverte de quatre dépôts attribuables à un même horizon métallique et situés dans un périmètre si réduit est un élément très intéressant qui suscite de nombreuses questions : les quatre dépôts ont-ils été placés en terre de manière simultanée ? Si c’est le cas, les objets ont-ils été enfouis dans l’un ou l’autre dépôt en fonction de leur catégorie fonctionnelle ? de leur poids ? de leur taille ? Un même objet a-t-il été fragmenté et placé dans deux dépôts différents ? S’ils n’ont pas été enfouis au même moment, l’ont-ils été par une même personne ou un même groupe connaissant l’existence des autres dépôts ? Autant de questions qui peuvent être abordées à partir de l’observation des catégories fonctionnelles, du poids du mobilier et de la disposition des objets. Nous allons donc décrire chacun des dépôts d’après les critères retenus puis comparer les données obtenues. Par manque de place, nous ne pourrons faire figurer ici les tableaux d’inventaire de ces dépôts.

Fig. 10. Dépôt de Kergaradec 1 à Gouesnac’h (Finistère) : vue du dépôt en cours de fouille. Photographie M. Fily.

Fig. 10. Dépôt de Kergaradec 1 à Gouesnac’h (Finistère) : vue du dépôt en cours de fouille. Photographie M. Fily.

Fig. 11. Dépôt de Kergaradec 1 à Gouesnac’h (Finistère) : vue du fond du dépôt en cours de fouille. Photographie M. Fily.

Fig. 11. Dépôt de Kergaradec 1 à Gouesnac’h (Finistère) : vue du fond du dépôt en cours de fouille. Photographie M. Fily.

Fig. 12. Dépôt de Kergaradec 2 à Gouesnac’h (Finistère) : vue du dépôt en cours de fouille. On remarque la rangée de lingots piano-convexes qui délimite le dépôt aux 3/4. Photographie M. Fily.

Fig. 12. Dépôt de Kergaradec 2 à Gouesnac’h (Finistère) : vue du dépôt en cours de fouille. On remarque la rangée de lingots piano-convexes qui délimite le dépôt aux 3/4. Photographie M. Fily.

– Le dépôt de Kergaradec 1 (fig. 1 : 15) compte 166 objets et pèse 32,52 kg (fig. 10). Il contient des éléments classiques de l’horizon de l’épée en langue de carpe. On note la présence de fragments d’épées en langue de carpe, dont la partie proximale d’une poignée du type de Vénat sans fente de rivetage et d’un fragment médian d’épée portant un décor d’arceaux. Des pointes de lance, des racloirs, des haches à ailerons et à douille, une hache à talon, des herminettes à ailerons, des déchets de fonderie et des lingots piano-convexes sont attestés dans ce dépôt. On trouve également des fragments de bracelets, un fragment de perle, des fragments d’appliques, dont une applique circulaire décorée de cercles concentriques et divers autres appliques à bélières. Une fouille par passes horizontales a été privilégiée afin d’observer la présence d’une fosse ou d’un contenant éventuel. Le dépôt était enfoui en pleine terre et aucune disposition particulière n’a été repérée lors de la fouille, si ce n’est une plus grande quantité de lingots piano-convexes disposés à plat dans le fond (fig. 11).

15Après le comptage du nombre total d’objets et de fragments (fig. 16-17), il apparaît que la catégorie fonctionnelle la mieux représentée est l’outillage (34,9 %), suivi de la métallurgie (25,9 %) et de l’armement (22,3 %). À l’intérieur de la catégorie de l’outillage, les haches, tous types confondus, sont les objets les plus nombreux. Il est important de souligner la présence certaine d’une hache à talon du Bronze moyen au sein du dépôt. Des éléments de harnachement et de char, ainsi que de la parure, sont présents bien que peu nombreux, avec respectivement 9 et 3,2 %. Parmi les outils, les haches à ailerons sont les plus nombreuses, les épées sont les armes les mieux représentées et les lingots sont les objets de métallurgie les plus fréquents. Si nous retenons le critère du poids, la métallurgie apparaît alors comme la plus importante (49,2 %), suivie de l’outillage (39,2 %) et de l’armement (10,4 %). Peu représentées en nombre, les pièces de char et de harnachement sont également les moins importantes en masse. Si nous prenons en compte le NMI, les outils sont les plus nombreux. La plupart des objets sont enfouis sous forme de fragments : seuls 24 objets sur 166 sont entiers, soit environ 14,5 % de la totalité. Toutefois, un seul raccordement entre deux fragments de hache à ailerons a pu être identifié. Ce dépôt contient des objets utilisés, mais aussi des objets à l’état d’ébauche ou manqués lors de la fonte.

– Le dépôt de Kergaradec 2 (fig. 1 : 16) est le plus volumineux du site avec 450 objets (fig. 12). La masse de mobilier est de 46,094 kg. Il s’est avéré être le dépôt le plus difficile à fouiller. Une fouille par passes horizontales a été entreprise, mais dans les derniers décapages, un bloc d’objets collés par l’oxydation est apparu (fig. 13). Ne pouvant être fouillé en l’état, le bloc a été prélevé et transporté au laboratoire Arc’Antique de Nantes pour y être traité. Ce dépôt était enfoui en pleine terre. Lors de son dégagement, nous avons remarqué une disposition particulière du mobilier. En effet, une rangée de lingots piano-convexes disposés sur la tranche délimitait le dépôt aux 3/4, le 4 manquant étant formé d’un amas d’objets plus compact (fig. 13). Ce dépôt contient des éléments classiques de l’horizon de l’épée en langue de carpe. On remarque la présence d’armes avec des fragments d’épées en langue de carpe, des poignards à languette et des pointes de lance, la présence d’outils avec des haches à douille, des haches à ailerons, une hache à appendices latéraux, des marteaux à douille, des racloirs, un ciseau, un tranchet, mais aussi des fragments de bracelets, de rasoirs, des anneaux et diverses appliques, dont plusieurs dentelées à bélières. La métallurgie est également représentée avec des lingots piano-convexes, des déchets de fonderie et une valve de moule de hache à douille. Des éléments d’ornement de poitrail, un fragment de moyeu, des plaques de bronze et divers fragments sont notamment attestés. Il s’agit ici d’une description sommaire de l’inventaire qui sera présenté en détail dans une publication ultérieure des dépôts de Gouesnac’h.

16Après les différents comptages, il apparaît que l’armement est la catégorie fonctionnelle la plus importante (25,3 %), suivie de l’outillage (22,9 %), de la métallurgie (19,1 %), puis des éléments de harnachements et de char (17,6 %) (fig. 18-19). La parure est la catégorie la moins bien représentée (11,6 %). Pour les armes, les épées sont les plus nombreuses ; pour l’outillage, il s’agit des haches et notamment des haches à douille ; pour la métallurgie ce sont les lingots ; pour les éléments de harnachement, les anneaux et pour la parure, les bracelets. Si nous nous basons sur le poids de chaque catégorie, la métallurgie est la plus importante (53,4 %), suivie de l’outillage (25,6 %) puis de l’armement (15,7 %). Les pièces de harnachement et de char ainsi que la parure sont à nouveau les catégories les moins lourdes (3,7 et 1,3 %). Lors du comptage du NMI, il apparaît que l’outillage est la catégorie la mieux représentée (26 %). Considérant la fragmentation du mobilier, il apparaît que 70 objets sur 450 sont enfouis entiers, soit environ 15,5 %, taux comparable à celui du dépôt de Kergaradec 1. Un seul raccordement a été observé entre deux fragments de racloirs. Les objets, essentiellement des fragments, sont enfouis à l’état d’ébauche, neufs, utilisés ou loupés à la fonte.

17– Le dépôt de Kergaradec 3 (fig. 1 : 17) a livré le plus petit nombre d’objets (17), mais c’est le plus important par son poids (55,4 kg). La métallurgie est la seule catégorie fonctionnelle de ce dépôt, et les lingots sont les seuls objets représentés (fig. 20-21). Les lingots sont tous disposés sur la tranche, à l’exception de l’un d’entre eux disposé à plat dans le fond de la fosse. Aucun contenant n’a pu être identifié. L’agencement des lingots en une forme globalement circulaire, presque comme une fleur, témoigne d’une organisation raisonnée (fig. 14-15). Tous les lingots sont de type plano-convexe classique à l’exception d’un individu dont la partie convexe est lisse et non globuleuse. Seuls deux lingots sont présents sous forme de fragments. Les objets entiers au nombre de 15 représentent donc la majeure partie du dépôt.

18– Le dernier dépôt évoqué ici est celui de Ménez Tosta (fig. 1 : 19). D’après notre inventaire, il comprend 111 objets pour 40,149 kg. Il est mentionné pour la première fois en 1884 par A. Serret (Serret 1884). L’auteur évoque alors 110 objets. Cette différence peut s’expliquer par une cassure qui a dû se produire après la découverte. En effet, deux fragments de parties proximales d’épée se raccordent. En 1958, J. Briard ne mentionne pas le nombre précis d’objets. Il dessine la quasi-totalité du mobilier, à l’exception de dix objets (Briard 1958). D’après A. Serret, « () au fond, on avait déposé une pierre plate rectangulaire (...) puis (les objets) avaient été mis dans une caisse ou dans une petite chambre faite avec du bois ». Ces observations laissent supposer l’existence d’un coffre en bois. Cependant, lors de la fouille de Kergaradec 3, de nombreuses racines de fougères ont été repérées : elles encerclaient complètement les objets, à tel point que nous avons pensé tout d’abord à la présence d’un contenant organique. Il est donc possible que la caisse décrite par Serret soit un agrégat de racines et que le dépôt ait lui aussi été placé dans une simple fosse en pleine terre. Cet ensemble contient des éléments classiques de l’horizon de l’épée en langue de carpe : des fragments d’épées en langue de carpe, des pointes de lance, des haches à douilles, des haches à ailerons, une hache à talon, des herminettes à talon et à ailerons, un racloir, un déchet de fonderie et des lingots piano-convexes. Aucun raccordement n’a été observé, excepté les deux fragments de parties proximales d’épée dont la cassure semble récente.

Fig. 13. Dépôt de Kergaradec 2 à Gouesnac’h (Finistère) : vue du bloc d’objets collés par l’oxydation. Photographie M. Fily.

Fig. 13. Dépôt de Kergaradec 2 à Gouesnac’h (Finistère) : vue du bloc d’objets collés par l’oxydation. Photographie M. Fily.

Fig. 14. Dépôt de Kergaradec 3 à Gouesnac’h (Finistère) : vue du dépôt en cours de fouille. Photographie M. Fily.

Fig. 14. Dépôt de Kergaradec 3 à Gouesnac’h (Finistère) : vue du dépôt en cours de fouille. Photographie M. Fily.

Fig. 15. Dépôt de Kergaradec 3 à Gouesnac’h (Finistère) : vue de profil du dépôt en cours de fouille. Photographie M. Fily.

Fig. 15. Dépôt de Kergaradec 3 à Gouesnac’h (Finistère) : vue de profil du dépôt en cours de fouille. Photographie M. Fily.

Fig. 16. Dépôt de Kergaradec 1 à Gouesnac’h : histogramme récapitulatif de la composition du dépôt.

Fig. 16. Dépôt de Kergaradec 1 à Gouesnac’h : histogramme récapitulatif de la composition du dépôt.

Fig. 17. Dépôt de Kergaradec 1 à Gouesnac’h : tableau récapitulatif de la composition du dépôt et de la représentation proportionnelle de chaque catégorie fonctionnelle, en fonction du nombre total de pièces, du NMI et du poids.

Catégorie fonctionnelle

% Nbre objets

% du NMI

% du poids

Armement

22,3

15,2

10,4

Outillage

34,9

50,6

39,2

Parure

4,2

7,6

0,2

Harnachement/ éléments de char

9

10,1

0,9

Vaisselle

0

0

0

Métallurgie

25,9

15,2

49,2

Indéterminée

3,6

1,3

0,1

Fig. 18. Dépôt de Kergaradec 2 à Gouesnac’h : histogramme récapitulatif de la composition du dépôt.

Fig. 18. Dépôt de Kergaradec 2 à Gouesnac’h : histogramme récapitulatif de la composition du dépôt.

Fig. 19. Dépôt de Kergaradec 2 à Gouesnac’h : tableau récapitulatif de la composition du dépôt et de la représentation proportionnelle de chaque catégorie fonctionnelle, en fonction du nombre total de pièces, du NMI et du poids en %.

Catégorie fonctionnelle

% Nbre objets

% du poids

% du NMI

Armement

25,3

15,7

18,2

Outillage

22,9

25,6

26

Parure

11,6

1,3

17,7

Harnachement/ éléments de char

17,6

3,7

18,6

Vaisselle

0

0

0

Métallurgie

19,1

53,4

17,3

Indéterminée

3,6

0,3

2,2

Fig. 20. Dépôt de Kergaradec 3 à Gouesnac’h : histogramme récapitulatif de la composition du dépôt.

Fig. 20. Dépôt de Kergaradec 3 à Gouesnac’h : histogramme récapitulatif de la composition du dépôt.

Fig. 21. Dépôt de Kergaradec 3 à Gouesnac’h : tableau récapitulatif de la composition du dépôt et de la représentation proportionnelle de chaque catégorie fonctionnelle, en fonction du nombre total de pièces, du NMI et du poids en %.

Catégorie fonctionnelle

% Nbre objets

% du NMI

% du poids

Armement

0

0

0

Outillage

0

0

0

Parure

0

0

0

Harnachement/ éléments de char

0

0

0

Vaisselle

0

0

0

Métallurgie

100

100

100

Indéterminée

0

0

0

Fig. 22. Dépôt de Ménez Tosta à Gouesnac’h (Finistère) : histogramme récapitulatif de la composition du dépôt.

Fig. 22. Dépôt de Ménez Tosta à Gouesnac’h (Finistère) : histogramme récapitulatif de la composition du dépôt.

Fig. 23. Dépôt de Ménez Tosta à Gouesnac’h : tableau récapitulatif de la composition du dépôt et de la représentation proportionnelle de chaque catégorie fonctionnelle, en fonction du nombre total de pièces, du NMI et du poids en %.

Catégorie fonctionnelle

% Nbre objets

% du NMI

% du poids

Armement

24,3

17,6

8,6

Outillage

47,7

63,5

32,7

Parure

3,6

5,4

0,8

Harnachement/ éléments de char

3,6

5,4

0,1

Vaisselle

0

0

0

Métallurgie

20,7

8,1

57,8

Indéterminée

0

0

0

19Après comptages, il apparaît que l’outillage est la catégorie fonctionnelle la plus importante en nombre et en NMI avec respectivement 47,7 % et 63,5 % (fig. 22-23). L’armement vient ensuite (24,3 %), puis la métallurgie (20,7 %). Les pièces de harnachement et les éléments de char ainsi que la parure ne représentent chacun que 3,6 %. Les haches à ailerons sont les objets les plus nombreux du dépôt, suivis des épées et des lingots. Si nous nous intéressons au poids, la métallurgie est la catégorie la plus importante (57,8 %), suivie de l’outillage (32,7 %) puis de l’armement (8,6 %). La parure, les éléments de harnachement et les pièces de char sont peu représentés par leur poids au sein de ce dépôt avec respectivement 0,8 et 0,1 % du poids total. 36 objets sur 111 ont été enfouis entiers dans le dépôt, soit environ 32,5 % de la totalité. Ce chiffre est à prendre avec du recul car des fragments, jugés peu intéressants lors de la découverte, ont pu être écartés.

20Si nous comparons les données obtenues pour les quatre dépôts, il apparaît que toutes les catégories fonctionnelles, à l’exception de la vaisselle de toute façon très rare dans les dépôts, sont bien représentées au sein des ensembles de Kergaradec 1 et 2 et de Ménez Tosta. Une sélection du mobilier par catégorie fonctionnelle n’est donc pas à l’origine de l’enfouissement des objets dans un dépôt en particulier. Seul Kergaradec 3 ne contient qu’une seule catégorie (la métallurgie) et témoigne ainsi d’une sélection stricte du mobilier par sa fonction. Cependant, des lingots sont également présents dans les autres dépôts. Tous les lingots ne sont donc pas enfouis au sein d’un seul et même ensemble sur le site. Au vu de ces éléments, rien ne nous permet d’affirmer que tous les objets ont été enfouis au même moment. On remarque cependant une similitude dans la sélection du mobilier par catégories fonctionnelles au sein des dépôts de Kergaradec 1 et 2 et de Ménez Tosta, le dépôt de Kergaradec 3 pouvant être mis à part. Les catégories les mieux représentées en nombre dans Kergaradec 1, Kergaradec 2 et Ménez Tosta sont l’armement, l’outillage et la métallurgie. Les pièces de harnachement et la parure sont présentes mais nettement moins nombreuses. L’outillage est la catégorie fonctionnelle la plus importante dans les dépôts de Kergaradec 1 et de Ménez Tosta. Pour Kergaradec 2, il s’agit de l’armement et pour Kergaradec 3 de la métallurgie. Les objets les plus nombreux, tous types confondus, sont les haches pour les dépôts de Kergaradec 1, Kergaradec 2 et Ménez Tosta. Si nous différencions les types de haches, nous obtenons des résultats différents. Pour Kergaradec 1, les lingots sont les plus nombreux, suivis des haches à ailerons puis des épées. Pour le dépôt de Ménez Tosta, les données sont quasiment similaires avec les haches à ailerons, les épées puis les lingots. On remarque donc encore une similitude entre les dépôts de Kergaradec 1 et Ménez Tosta. Ces deux dépôts sont d’ailleurs compris dans la tranche de nombre 100-200 objets avec respectivement 166 et 110 ou 111 objets. Pour Kergaradec 2, les données différent avec tout d’abord les épées et les lingots à égalité, suivis des bracelets. Soulignons à nouveau que ce dépôt est le plus volumineux du site avec 450 objets.

21Si nous nous penchons sur le critère du poids, la métallurgie est, comme bien souvent, la catégorie la plus importante. Cela peut sembler logique puisque les lingots sont les éléments les plus lourds. L’outillage vient ensuite, puis l’armement. Si nous nous intéressons maintenant à la fragmentation, il apparaît que les objets sont majoritairement enfouis sous la forme de fragments, excepté pour le dépôt Kergaradec 3. Au vu des informations récoltées, les dépôts de Kergaradec 1 et de Ménez Tosta peuvent être rapprochés par leur nombre total de pièces, ainsi que par leurs types d’objets les plus nombreux et par le nombre et le poids des catégories fonctionnelles représentées. Le dépôt de Kergaradec 2 est légèrement différent, notamment par le nombre total d’objets ainsi que par les types d’objets les plus nombreux. Le dépôt de Kergaradec 3 est quant à lui très différent des trois autres dépôts par son poids, son nombre d’objets et par la présence d’un seul type de mobilier.

22Aucun élément ne nous autorise à supposer que ces dépôts ont été enfouis simultanément. Aucune distinction notoire n’apparaît, ni pour les catégories fonctionnelles, ni pour la fragmentation globale, dans la répartition du mobilier par dépôt, excepté pour celui de Kergaradec 3. De même, aucun raccordement n’a été repéré entre ces dépôts, ni aucune similitude dans la répartition et la disposition des objets. Si toutefois ces dépôts ont été enfouis en même temps, rien ne nous permet, dans l’état actuel de la recherche, d’expliquer pourquoi un objet a été placé dans un ensemble plutôt que dans un autre. Il conviendra de poursuivre l’étude en mesurant chaque fragment et en observant la répartition des objets fragmentés par dépôt, afin de vérifier si certains fragments sont mieux représentés dans l’un ou l’autre des corpus. On pourrait également prendre en compte la présence et l’absence de décors particuliers sur le mobilier. Aucune structure contemporaine de l’enfouissement de ces dépôts n’a été repérée lors de la fouille. On remarque cependant des choix globaux à travers ces quatre dépôts par la présence importante en nombre et en poids de trois catégories fonctionnelles en particulier : la métallurgie, l’armement et l’outillage ; et par les types d’objets les plus nombreux : les lingots, les haches à ailerons et les épées.

5. LES PERSPECTIVES

23Malgré une masse de données et de publications impressionnante, il reste encore beaucoup à faire pour comprendre le phénomène des dépôts de l’horizon de l’épée en langue de carpe, pour le saisir dans sa globalité et pour tenter d’approcher la logique de la constitution de ces ensembles. Le protocole d’étude proposé ici devra sans doute être complété et amélioré, par exemple en précisant l’état de finition des différentes pièces des dépôts, comme ceci a été fait pour le dépôt de Vénat ou celui de Challans : objets bruts de fonte, en cours de finition, neufs mais jamais utilisés, usagés, réparés, etc. (Coffyn et al. 1981 ; Verney 1990). L’état des patines sur les objets devra également être étudié, de manière à accumuler les indices permettant de préciser la composition de certains ensembles considérés comme douteux. Cette grille de lecture ne présente, certes, aucun caractère révolutionnaire, mais elle aura le mérite d’aboutir, à moyen terme, à une uniformisation des données et à une meilleure perception de chaque ensemble, ce qui facilitera grandement les comparaisons entre dépôts. Sur la base de données homogènes, il sera possible de bâtir un programme de sériation informatique afin de tenter une périodisation fine de cet horizon métallique pour mieux le situer dans le temps. Parallèlement à cela, il serait intéressant de synthétiser les résultats d’analyses effectuées par J.-R. Bourhis sur une cinquantaine d’objets et de lingots provenant de notre corpus (Bigoteau 1976 ; Briard et al. 1973, 1999 ; Le Roux, Briard 1970 ; Maggi 1990) et de les comparer aux résultats présentés récemment par B. Mille. Ce corpus de données augmenté pourrait ensuite être complété par des analyses plus ciblées, en fonction de problématiques de recherche à réactualiser. Enfin, l’étude et la publication des dépôts trouvés récemment, mais aussi celles des dépôts anciens restés inédits ou mal connus, permettra de redynamiser la recherche et sans doute de mieux comprendre le phénomène si complexe des dépôts de l’horizon de l’épée en langue de carpe. Dans cette dynamique, les dépôts de Kergaradec à Gouesnac’h, représentent un ensemble de choix puisqu’ils ont fait l’objet d’une fouille archéologique, chose extrêmement rare dans le domaine des dépôts, et qu’ils constituent ainsi de véritables ensembles clos dotés d’un inventaire précis et fiable.

Bibliographie

Bibliographie

BIGOTEAU M., 1976 – Collection d’objets de bronze « Ch. Mercier » déposée au Muséum d’Histoire Naturelle de Nantes (Cachette de Sainte-Marguerite à Pornichet, Loire-Atlantique). Études Préhistoriques et Protohistoriques des Pays de la Loire, 4, p. 125-147.

BRIARD J., 1958 – Le dépôt de fondeur de Ménez-Tosta en Gouesnac’h. Rennes, Laboratoire d’Anthropologie et de Préhistoire de la Faculté des Sciences, p. 2-23.

BRIARD J., 1965 – Les dépôts bretons et l’âge du Bronze atlantique. Rennes, Laboratoire d’Anthropologie et de Préhistoire de la Faculté des Sciences.

BRIARD J., 1966 – Dépôts de l’âge du Bronze de Bretagne : La Prairie de Mauves à Nantes. Rennes, Laboratoire d’Anthropologie Préhistorique.

BRIARD J., 1991 – Le groupe de l’épée en langue de carpe en Armorique : une révision. In : CHEVILLOT C., COFFYN A. dir., 1991 – L’âge du Bronze atlantique, ses faciès de l’Écosse à l’Andalousie et leurs relations avec le Bronze continental et la Méditerranée, Actes du colloque de Beynac, 1990. Beynac-et-Cazenac, p. 125-144.

BRIARD J., ONNÉE Y., 1996 – L’âge du Bronze à l’île Guennoc, Landéda, Finistère. Association Manche Atlantique pour la Recherche Archéologique dans les Îles, Bulletin d’information, 9, p. 31-41.

BRIARD J., LE ROUX C.-T., ONNÉE Y., 1973 – Les dépôts de Planguenoual et le Bronze final des Côtes-du-Nord. Annales de Bretagne, LXXX, 1, p. 35-60.

BRIARD J., TUARZE M., MARGUERIE D., ONNÉE Y., 1999 – Néolithique, âge du Bronze et paléoenvironnement en Bretagne centrale. Le pays Pourlet. Rennes, Laboratoire d’Anthropologie, Rennes 1, Association d’Archéologie et d’Histoire de Bretagne centrale, p. 56-57.

CLOSMADEUC G. de, 1863 – Note et considérations archéologiques sur les bronzes gaulois découverts aux environs de Questembert. Bulletin de la Société Polymathique du Morbihan, p. 10-30.

COFFYN A., GOMEZ de SOTO J., MOHEN J.-P., 1981 – L’apogée du Bronze atlantique, le dépôt de Vénat. Paris, Picard, 240 p., 57 pl., 25 cartes (L’âge du Bronze en France, 1).

DÉCHELETTE J. 1910 – Manuel d’Archéologie Préhistorique, Celtique et Gallo-romaine, T. II, Archéologie Celtique ou Protohistorique, Première partie : âge du Bronze, Paris, Picard,

FILY M., 2004 – Les trois dépôts de l’horizon métallurgique de l’épée en langue de carpe de Gouesnac’h, Kergaradec (Finistère) ; rapport de sondage. Rennes, SRA Bretagne.

FILY M., 2005 – Les dépôts de l’horizon métallurgique de l’épée en langue de carpe de Gouesnac’h, Kergaradec, Finistère. Rapport de fouille en laboratoire du bloc d’objets 1012 du dépôt 2. Rennes, SRA Bretagne.

GABILLOT M., 2000 – Les dépôts complexes de la fin du Bronze moyen et du début du Bronze final en France du Centre-Est. Nouvelle approche. Bulletin de la Société Préhistorique Française, 97, p. 459-476.

GABILLOT M., 2003 – Dépôts et production métallique du Bronze moyen en France nord-occidentale. Oxford (B.A.R.S 1174).

GIOT P.-R., 1971 – Informations archéologiques, Circonscription de Bretagne. Gallia Préhistoire, 14-2, p. 342.

KERGOËT Y., 2001 – Nouvelle approche de l’âge du Bronze final sur les côtes du Morbihan : le dépôt de Keriéro, en Bangor (Belle-Ile) et la notion de fondeur. Rennes, Mémoire de DEA, Université de Rennes 1.

LE ROUX C.-T., BRIARD J., 1970 – Dépôts de l’âge du Bronze inédits ou mal connus du Finistère. Annales de Bretagne, LXXVII, 1, p. 37-55.

MAGGI C., 1990 – Le Bronze final en Loire-Atlantique : inventaire des objets métalliques. Nantes, Mémoire de DEA, 2 vol., Université.

MARSILLE L., 1921 – Catalogue du Musée Archéologique de la Société Polymathique du Morbihan, Vannes.

MILCENT P.-Y., 1998 – Le Petit-Villatte à Neuvy-sur-Barangeon (Cher) : lecture d’un dépôt complexe. In : MORDANT C., PERNOT M., RYCHNER V. dir., 1998 – L’atelier du bronzier en Europe du XXe au VIIIe siècle avant notre ère. Actes du colloque international « Bronze ‘96 », Neuchâtel -Dijon, 1996. Paris, Éd. du C.T.H.S., t. III, p. 55-70.

MILCENT P.-Y., LEROY D., 2003 – Le dépôt à éléments de char du Bronze final d’Onzain (Loir-et-Cher, Centre, France) : présentation préliminaire. Jahrbuch des Römisch-Germanischen Zentralmuseums, 50-1, p. 207-230.

MILLE B., à paraître – Les pratiques métallurgiques et la notion de complexe culturel : l’exemple du domaine atlantique au BF IIIb. In : Le nord-ouest du Bassin parisien à la fin de l’âge du Bronze et au début de l’âge du Fer. Identités et influences. Actes de la Table Ronde de Rouen, 2005. A paraître (suppl. Revue Archéologique de l’Ouest)

MORDANT C., 2001 – Le dépôt d’Arcy-sur-Cure et les dépôts du Bronze final IIIb de la Bourgogne occidentale. In : Du monde des chasseurs à celui des métallurgistes, Hommage scientifique à la mémoire de J. L’Helgouach et mélanges offerts à J. Briard, p. 207-216 (Revue Archéologique de l’Ouest, 9e suppl.).

MUSCH G., 2003 – Rapport de prospection inventaire, Belle-île en mer. Rennes, SRA Bretagne.

PARENTEAU F., 1878 – Inventaire archéologique. Nantes.

PENNORS F., 2004 – Analyse fonctionnelle et pondérale des dépôts et trouvailles isolées de l’âge du Bronze en France. Paris, mémoire de Doctorat, Université Panthéon-Sorbonne, 3 vol.

PROVOST A., 1994 – Inventaire des collections archéologiques du département des Côtes d’Armor. Rennes, SRA Bretagne, 3 tomes.

SERRET A., 1884 – La cachette de Miné-Tosta. Bulletin de la Société Archéologique du Finistère, p. 55-56.

VERGER S., 1998 – Les trois âges de la dame de Blanot. In : MORDANT C., PERNOT M., RYCHNER V. dir., 1998- L’atelier du bronzier en Europe du XXe au VIIIe siècle avant notre ère. Actes du colloque international « Bronze ‘96 », Neuchâtel – Dijon, 1996. Paris, Éd. du C.T.H.S., t. III, p. 33-39.

VERNEY A., 1990 – Le dépôt de Challans (Vendée). Bulletin de la Société Préhistorique Française, 87, p. 396-417.

Annexes

INVENTAIRE DES DÉPÔTS

L’inventaire est présenté par département et par ordre alphabétique. Pour chaque site, les informations suivantes sont données : numéro correspondant à celui de la carte de répartition (fig. 1), NOM DE LA COMMUNE puis, lorsque celui-ci est connu, du lieu-dit, (date de découverte), conditions d’enfouissement du dépôt, nombre d’objets et fragments, (poids, lorsqu’il est connu, en grammes), lieu(x) de conservation, bibliographie complémentaire de Briard 1991.

COTES-D’ARMOR

1. BRINGOLO, Kervisis (vers 1869) : conditions inconnues – 5 ? – MAN.

2. « BOURBRIAC » (XIXe s.) : conditions inconnues – 25 – Coll, particulière. – Giot 1971

3. BRÉHAND, Le Pont-Pierre (vers 1969) : objets recouverts par une pierre ? – 27 – Coll, particulière et dépôt de fouille de Guingamp. – Giot 1971.

4. DINAN, Poudouvre n° 3 (XIXe s.) : conditions inconnues – au moins 6 – Coll, particulière.

5. ETABLES, Le Petit Cahurel (1832) : objets placés dans une poterie – au moins 6 – Musée de Carnac ? (objets non retrouvés...).

6. GAUSSON, Cargo (1920) : objets trouvés dans un champ (dépôt en fosse ?) – au moins 23 – Coll, particulières.

7. PLANGUENOUAL, Le Crapon (1971) : objets placés dans une fosse creusée dans la roche – une centaine – Dépôt de fouille de Guingamp.

8. PLANGUENOLTAL, Le Ville-Eon (1886) : objets placés dans une poterie – 28 (9 500 ?) – MAN et Musée de Carnac (dépôt du MAN).

70. SAINT-YGEAUX, Hellez (2007) : objets placés dans une poterie – 40.

Découverte récente, encore inédite, et qui n’a pu être prise en compte dans la présente étude (fouille M. Fily).

FINISTERE

9. BEUZEC-CONQ (CONCARNEAU), Bois de Lesnavar (1860) : conditions inconnues – 22 – Coll. Du Fretay.

10. CARHAIX (avant 1881) : conditions inconnues – ? – Lieu de conservation inconnu.

11. LE CONQUET, Kervildré (1879) : conditions inconnues – au moins 19 – Coll, particulière.

12. DOLTARNENEZ, Ile Tristan (avant 1907) : conditions inconnues – au moins 7 – Lieu de conservation inconnu.

13. LE FOLGOET, Pen-ar-Prat (1899) : conditions inconnues – au moins 55 – MPF Penmac’h et MAN.

14. FOUESNANT, Le Douric (1925) : conditions inconnues – 14 – Coll, particulière.

15. GOUESNAC’H, Kergaradec 1 (2004) : objets placés dans une fosse – 166 (32 520) – Dépôt de fouille du Faou- Fily 2004.

16. GOUESNAC’H, Kergaradec 2 (2004) : objets placés dans une fosse – 450 (46 094) – Dépôt de fouille du Faou – Fily 2004, 2005.

17. GOLTESNAC’H, Kergaradec 3 (2004) : objets placés dans une fosse – 17 (55 400) – Dépôt de fouille du Faou – Fily 2004.

18. GOUESNAC’H, Lanhuron (1868) : objets placés sous une grosse pierre – au moins 43 (12 000 ?) – MPF Penmac’h.

19. GOUESNAC’H, Ménez Tosta (1884) : objets placés dans une fosse, sur une dalle – 111 (40 149) – MPF Penmac’h. – Briard 1958 ; Serret 1884.

20. ILE DE BATZ, Ile Verte (vers 1850) : conditions inconnues – une vingtaine – Coll, particulière.

21. KERFEUNTEUN-QUIMPER, Parc-Penvilech Huella (1901) : objets placés dans une poterie – au moins 20 – MAN et MPF Penmac’h.

22. KERLOUAN, Le Bourg (1925) : conditions inconnues – au moins 109 – MPF Penmac’h.

23. LAMPAUL-PLOUARZEL (1861) : conditions inconnues – au moins 15 – MPF Penmac’h ou MAN ?

24. LAMPAUL-PLOUDALMEZEAU (?) : conditions inconnues – 2 – Coll, particulière.

25. LANDÉNA, Ile Guennoc (1890) : conditions inconnues – 72 – MPF Penmac’h et MAN – Briard, Onnée 1996.

26. LANDIVISIAU, Le Bourg (1866) : conditions inconnues – 44 – MPF Penmac’h.

27. LANNILIS, La Motte (1920) : conditions inconnues – au moins 5 – Coll, particulière.

28. LOQUEFFRET, Keryeven (1894) : conditions inconnues – 67 – Ancienne coll. P. du Chatellier.

29. MELLAC, Kernaour (1924) : objets placés dans une fosse – au moins 10 – Lieu de conservation inconnu.

30. MOËLAN-SUR-MER, Vern (1902) : objets placés dans un vase – 140 – Musée de Bretagne, Rennes (dépôt du MAN).

31. PLEYBEN, La Boixière (1842) : conditions inconnues – au moins 12 – Coll, particulière.

32. PLOBANNALEC, Lesconil (1878) : objets placés dans une poterie – 28 (8 000 ?) – MAN.

33. PLOMEUR, Kerbulic (1968) : objets vraisemblablement en pleine terre – 18 – MPF Penmac’h et coll. particulière.

34. PLONÉOUR-LANVERN, Keroberon (1850) : objets placés dans une poterie – au moins 15 – Musée de Châteaubriand.

35. PLOUDALMEZEAU (1894) : conditions inconnues – 20 – MPF Penmac’h.

36. PLOUENAN, Le Bourg (1929) : conditions inconnues – 15 – MPF Penmac’h.

37. PLOUESCAT, Parc Bodenez (1867) : conditions inconnues – 57 ? – Coll, particulières.

38. PLOUGUERNEAU (avant 1863) : conditions inconnues – ? – dépôt disparu.

39. PLOUGUERNEAU, Kergadavarn (1960) : objets placés dans une poterie – 117 – MPF Penmac’h.

40. QUIMPERLÉ (1907) : conditions inconnues – ? – Lieu de conservation inconnu.

41. SAINT-PABU, Kerc’hleus (1927) : objets mêlés à des ossements humains et animaux – 28 – MPF Penmac’h.

ILLE-ET-VILAINE

42. LOUVIGNÉ-DU-DÉSERT (1808/1809) : objets placés sous une pierre – 8 – Musée de Laval.

43. PLELAN-LE-GRAND (1892) : conditions inconnues – au moins 40 – MAN et Musée de Carnac (dépôt du MAN).

44. SAINT-GRÉGOIRE, La Bretèche (1842) : conditions inconnues – 13 – Musée de Bretagne, Rennes.

45. SAINT-MARC-LE-BLANC, Le Plessix (1861) : conditions inconnues – au moins 15 – MAN.

46. SAINT-MÉEN-LE-GRAND (avant 1900) : conditions inconnues -18 – MAN.

LOIRE-ATLANTIQUE

47. CAMPBON, La Gergaudais (1874) : conditions inconnues – une dizaine – Lieu de conservation inconnu.

48. CLISSON (1882) : conditions inconnues – 14/15 – Musée Dobrée, Nantes. 49. NANTES, Jardin des Plantes (1867/1868) : objets placés dans une poterie – 155 (7 912) – Musée Dobrée, Nantes.

50. NANTES, Prairie de Mauves (1881) : objets placés dans une fosse, recouverts d’une dalle – 585 (28 915) – Musée Dobrée, Nantes.

51. NANTES, Les Ecobuts (1913) : objets placés dans une poterie recouverte d’une pierre – 158 – Dépôt dispersé.

52. PLESSÉ (1859) : objets découverts dans un champ – 18 (+ des fragments disparus) – Musée Dobrée, Nantes.

53. PORNICHET, Pointe de Congregoux, plage de Sainte-Marguerite (1886) : conditions inconnues – une quarantaine – Muséum d’Histoire Naturelle, Nantes. 54. PORT-SAINT-PÈRE (1861) : conditions inconnues – au moins 24 – dépôt dispersé.

55. PUCEUL, Ile aux Lièvres ou La Chevallerais (1828) : objets placés dans une poterie – au moins 60 – Dépôt dispersé.

56. SAINT-PÈRE-EN-RETZ, La Tiédenaie (1873) : objets placés dans une fosse – 156 – Musée Dobrée, Nantes.

MORBIHAN

57. BANGOR, Calastrène (Belle-Ile) (1820) : objets placés dans une poterie recouverte d’un lingot – 21 (3 203) – Musée de Vannes et coll. particulière.

58. BANGOR, Keriéro (Belle-Ile) (1999) : objets placés dans une poterie – plus de 918 (20 985) – Musée de Carnac et coll. particulières – Kergoët 2001.

59. BELZ, Ilôt du Nihen (1884) : conditions inconnues – 128 – MAN.

60. ELVEN, Le Bocolo (1965) : objets placés dans une poterie, à l’intérieur d’un coffre quadrangulaire en pierre – 38 (+ des fragments dispersés) (1 414), Musée de Vannes.

61. GROIX (ÎLE DE), Men Stang Roh, (1909) : conditions inconnues – 26 (6 857), Musée de Vannes.

62. GUIDEL, Kergal (1876) : objets placés dans une poterie – 130 (5 577) – Musée de Vannes.

63. GUIDEL, Kerhar (1876) : objets placés dans une fosse – 176 (3 579) – Musée de Vannes.

64. LANGOËLAN, Botcazo (1981) : objets placés dans une poterie – 165 – Coll, particulière – Briard et al. 1999.

65. LOCMARIAQUER, Pont-er-Vil (1936) : objets placés dans une poterie – 137 (12 436) – Musée de Vannes et coll. particulière.

66. NOYAL-PONTIVY, Le Couédic (1908) : objets placés dans une poterie – au moins 40 – Coll. Aveneau de la Grancière.

67. LE PALAIS, Bordustart (Belle-Ile) (2003) : conditions inconnues – 118 (8 634) – Musée de Bretagne, Rennes – Musch 2003.

68. QUESTEMBERT, Le Parc-aux-Bœufs (1863) : objets placés dans une poterie recouverte d’un lingot et entourée de pierres – 217 (28 313) – Musée de Vannes.

69. LA ROCHE-BERNARD (1929) : objets placés dans une poterie recouverte d’une dalle – une trentaine – Coll, particulière.

Notes

1 Fin 2007, un nouveau dépôt de l’horizon de F épée en langue de carpe est venu enrichir le corpus, portant à 70 le nombre total dans la zone considérée. Découvert à Hellez, sur la commune de Saint-Y geaux (Côtes-d’Armor), ce dépôt encore inédit composé de 40 objets entiers et fragments a été fouillé par M. Fily (n° 70 dans l’inventaire général).

Table des illustrations

Titre Fig. 1. Carte de répartition des dépôts de l’horizon de l’épée en langue de carpe en Bretagne et en Loire-Atlantique (légende détaillée en annexe). DAO M. Fily, fond de carte L. Quesnel modifié.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/18221/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 76k
Titre Fig. 2. Dépôt de la Prairie de Mauves à Nantes (Loire-Atlantique). 1-12 : objets métalliques de la collection Dominée donnés au Musée Dobrée de Nantes en 1993 ; 13 : petit anneau initialement coincé dans une douille de hache. Dessin S. Boulud, Échelle : 1/3.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/18221/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 37k
Titre Fig. 3. Dépôt de la Prairie de Mauves à Nantes (Loire-Atlantique) : tableau récapitulatif de la composition du dépôt et de la représentation proportionnelle de chaque catégorie fonctionnelle, en fonction du nombre total de pièces, du NMI et du poids.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/18221/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 56k
Titre Fig. 5. Dépôt de Bordustart au Palais (Belle-Île, Morbihan) : tableau récapitulatif de la composition du dépôt et de la représentation proportionnelle de chaque catégorie fonctionnelle, en fonction du nombre total de pièces et du poids.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/18221/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 42k
Titre Fig. 6. Rapport entre le poids total et le nombre total d’objets et de fragments composant les dépôts qui ont pu être pesés (18 cas).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/18221/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 18k
Titre Fig- 7. Évaluation du taux moyen de fragmentation des épées et des haches à l’intérieur de 5 dépôts du corpus. Pour chaque type, l’estimation est basée sur le rapport entre le nombre total d’objets et de fragments et leur poids. Les épées ne sont représentées que par des fragments ; pour les haches, plusieurs exemplaires complets font partie du corpus : Keriéro (8), Bordustart (2), Prairie de Mauves (6), Kergaradec 1 (11) et Ménez Tosta (20).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/18221/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 16k
Titre Fig. 8. Dépôt de Keriéro à Bangor (Belle-Ile, Morbihan) : vue d’une partie des objets composant le dépôt. Photographie Arc’Antique – Aubert/Patin.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/18221/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 79k
Titre Fig. 9. Dépôt de Keriéro à Bangor (Belle-Île, Morbihan) : vue d’une partie des objets composant le dépôt. En haut à gauche, on remarque la plaque ovale bordée de dents de loup (umbo de bouclier ? applique de caisse de char ?). Photographie Arc’Antique – Aubert/Patin.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/18221/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 49k
Titre Fig. 10. Dépôt de Kergaradec 1 à Gouesnac’h (Finistère) : vue du dépôt en cours de fouille. Photographie M. Fily.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/18221/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 29k
Titre Fig. 11. Dépôt de Kergaradec 1 à Gouesnac’h (Finistère) : vue du fond du dépôt en cours de fouille. Photographie M. Fily.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/18221/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 32k
Titre Fig. 12. Dépôt de Kergaradec 2 à Gouesnac’h (Finistère) : vue du dépôt en cours de fouille. On remarque la rangée de lingots piano-convexes qui délimite le dépôt aux 3/4. Photographie M. Fily.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/18221/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 34k
Titre Fig. 13. Dépôt de Kergaradec 2 à Gouesnac’h (Finistère) : vue du bloc d’objets collés par l’oxydation. Photographie M. Fily.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/18221/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 25k
Titre Fig. 14. Dépôt de Kergaradec 3 à Gouesnac’h (Finistère) : vue du dépôt en cours de fouille. Photographie M. Fily.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/18221/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 24k
Titre Fig. 15. Dépôt de Kergaradec 3 à Gouesnac’h (Finistère) : vue de profil du dépôt en cours de fouille. Photographie M. Fily.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/18221/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 34k
Titre Fig. 16. Dépôt de Kergaradec 1 à Gouesnac’h : histogramme récapitulatif de la composition du dépôt.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/18221/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 18k
Titre Fig. 18. Dépôt de Kergaradec 2 à Gouesnac’h : histogramme récapitulatif de la composition du dépôt.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/18221/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 18k
Titre Fig. 20. Dépôt de Kergaradec 3 à Gouesnac’h : histogramme récapitulatif de la composition du dépôt.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/18221/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 19k
Titre Fig. 22. Dépôt de Ménez Tosta à Gouesnac’h (Finistère) : histogramme récapitulatif de la composition du dépôt.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/18221/img-18.jpg
Fichier image/jpeg, 19k

Auteurs

Maître de Conférences en Protohistoire, Université de Nantes, Chemin de la Censive du Tertre, BP 81227, 44 312 Nantes Cedex 3 – UMR 6566, Campus de Beaulieu, 35 042 Rennes Cedex – sylvie.boulud@wanadoo.fr

Doctorante à l’Université de Rennes 1, UMR 6566, Campus de Beaulieu, 35042 Rennes Cedex – muriel.fily@wanadoo.fr

© ARTEHIS Éditions, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search