Version classiqueVersion mobile

De l’âge du Bronze à l’âge du Fer en France et en Europe occidentale (Xe-VIIe siècle av. J.-C.)

 | 
Henri Gaillard de Sémainville

Thème spécialisé de l’âge du bronze à l’âge du fer en France et en Europe occidentale (Xe – VIIe siècle av. J.-C.).

La transition du bronze final au premier âge du fer (XIIIe-VIIe siècles av. J.-C.) dans le centre-ouest de la France et sur ses marges

José Gomez de Soto, Isabelle Kerouanton et Émilie Marchadier

Résumé

Dans le Centre-Ouest de la France et sur ses marges, la culture matérielle de la fin de l’âge du Bronze affiche une double appartenance : « continentale » pour la céramique, avec une longue tradition initiée avec la céramique cannelée du BF IIa / Ha A1, puis l’ensemble des étapes du style RSFO, enfin le style de la « France médiane » ; « atlantique » pour les productions métalliques, mais avec une proportion notable de style d’origine continental. La métallurgie du fer est bien représentée dès le Ha B2-3.

Le passage au Premier âge du Fer / Ha C montre une continuité des styles céramiques, mais aussi une tendance au fractionnement en faciès régionaux. La pratique du dépôt terrestre de bronzes est abandonnée (elle ne réapparaît qu’au cours du VIIe s.) et les immersions de biens métalliques de prix se raréfient. Les tombes d’hommes armés apparaissent pendant la phase ancienne du Premier âge du Fer.

Le Centre-Ouest et ses marges n’apparaissent donc pas comme « périphériques », ils suivent une évolution de leurs pratiques sociales parallèle à celle de l’Europe moyenne. Ce constat devra à terme conduire à une révision de la notion de « Bronze atlantique », partiellement recevable pour la production métallique, mais pas pour la céramique, et pas davantage en ce qui concerne les pratiques sociales, en particulier au niveau des élites.

Texte intégral

1. INTRODUCTION

  • 1 Pour les productions céramiques du Bronze final, voir les actes (à paraître) de la table ronde de R (...)

1La culture du Bronze final du Centre-Ouest de la France est généralement considérée comme partie intégrante du complexe culturel atlantique. Le discours traditionnel oppose complexe atlantique et complexe continental (ou oriental). Dans les faits, il apparaît de plus en plus clairement que le premier ne constitue pas un monde homogène, pas plus que le second, d’ailleurs. Sur le continent, l’unité apparente des productions métalliques de la Normandie et la péninsule armoricaine à l’Ibérie dissimule mal une très grande variété des productions céramiques : pas grand-chose de commun, en effet, entre les séries de France septentrionale et de Normandie1 et celles du Centre-Ouest. S’il existe bien un style métallurgique atlantique, assez uniforme malgré nombre de variations locales ou régionales, en revanche, il n’est pas de style céramique atlantique. L’image des sociétés de la fin de l’âge du Bronze d’Occident est donc autrement plus contrastée qu’on ne l’a cru. Ce qui n’empêche que leur évolution, nous allons le montrer, s’est effectuée en symbiose avec celle du reste de l’Europe moyenne, et au même rythme que pour elle.

2. LA CÉRAMIQUE DU CENTRE-OUEST DE LA FRANCE À LA FIN DE L’ÂGE DU BRONZE ET AU DÉBUT DU PREMIER ÂGE DU FER

2.1. La céramique du Bronze final

2Dans cette brève synthèse, il n’est pas inintéressant de revenir, même très rapidement, sur la céramique des étapes ancienne et moyenne du Bronze final, car un certain nombre de traits, tant typologiques que, sans doute, culturels, se mettent en place bien en amont de la « transition » vers l’âge du Fer.

2.1.1. L’étape moyenne du Bronze final (BF IIa / Ha A1 et BF IIb-IIIa / Ha A2-B1)

3Les ensembles céramiques attribuables à la première phase de l’étape moyenne du Bronze final sont encore rares et peu abondants dans nos régions, mais ils existent bien. Non seulement dans la grotte charentaise de Rancogne, dont la série particulièrement abondante et variée est bien connue depuis plusieurs années maintenant (Gruet et al. 1997), mais également dans la grotte des Perrats à Agris en Charente (Gomez de Soto, Boulestin 1996 et inédit) ou sur des sites plus occidentaux, et encore inédits, à Jarnac en Charente et jusqu’à Pons en Charente-Maritime (Gomez de Soto et al., en préparation). La céramique cannelée présente sur ces sites est tout à fait comparable à celle que l’on trouve sur des sites plus septentrionaux ou orientaux et ne déparerait pas au milieu d’ensembles de la moitié sud du Bassin parisien par exemple (fig. 1).

Fig. 1. Étape moyenne de l’âge du Bronze final en Charente, première phase (BF IIa / Ha A1). Échantillon céramique. A, grotte de Rancogne (Gruet et al. 1997) ; B, grotte des Perrats à Agris (inédit).

Fig. 1. Étape moyenne de l’âge du Bronze final en Charente, première phase (BF IIa / Ha A1). Échantillon céramique. A, grotte de Rancogne (Gruet et al. 1997) ; B, grotte des Perrats à Agris (inédit).

4En ce qui concerne la seconde phase de l’étape moyenne du Bronze final, il est évidemment nécessaire de citer à nouveau la grotte de Rancogne qui a livré un important corpus de céramique typique du style céramique Rhin-Suisse-France orientale (RSFO), tel qu’on le connaît abondamment par ailleurs dans les régions plus orientales de la France. Les plats décorés y sont abondants et couvrent l’ensemble de l’étape moyenne du Bronze final. Les jattes, gobelets et autres pots ou jarres y sont également bien représentés (fig. 2). Au total, plus d’une centaine de vases de style RSFO ont été mis au jour dans cette grotte, enlevant tout caractère anecdotique à cette découverte. D’autres éléments caractéristiques du faciès céramique RSFO sont connus jusqu’en Vendée, dans le dolmen de la Pierre Folle des Cous à Bazoges-en-Pareds (Gomez de Soto 1994) et aux Châtelliers à Auzay (Birocheau, Large 2004 : 576).

5Malgré leur actuelle rareté, ces séries céramiques de l’étape moyenne du Bronze final montrent en tout état de cause que le Centre-Ouest de la France entretient des rapports étroits avec les cultures de la France du Centre et de l’Est : la céramique cannelée du Ha A1 est attestée, le faciès ancien de la céramique de style RSFO est représenté ainsi que toutes les phases de son évolution, jusqu’au faciès de la France médiane du Ha B2-3.

Fig. 2. Étape moyenne de l’âge du Bronze final en Charente, seconde phase (BF IIb-IIa / Ha A2-B1). Échantillon céramique. Crotte de Rancogne (Gruet et al. 1997).

Fig. 2. Étape moyenne de l’âge du Bronze final en Charente, seconde phase (BF IIb-IIa / Ha A2-B1). Échantillon céramique. Crotte de Rancogne (Gruet et al. 1997).

Fig. 3. Etape terminale de l’âge du Bronze final en Centre-Ouest (BF lllb / Ha B2-3). Échantillon céramique. A, grotte des Perrats à Agris, Charente (inédit) ; B, Bois du Roc (n° 1-4 et 6) et Cave Chaude (n° 5 et 7) à Vilhonneur, Charente (d’après Cornez de Soto 1980 et Cornez de Soto 2001) ; C, grotte de Rancogne, Charente (d’après Gruet et al. 1997) ; D, grotte du Quéroy à Chazelles, Charente (d’après Cornez de Soto, Kerouanton 1991) ; E, Fort-Clan à Cenon, Vienne (d’après Maitay 2001).

Fig. 3. Etape terminale de l’âge du Bronze final en Centre-Ouest (BF lllb / Ha B2-3). Échantillon céramique. A, grotte des Perrats à Agris, Charente (inédit) ; B, Bois du Roc (n° 1-4 et 6) et Cave Chaude (n° 5 et 7) à Vilhonneur, Charente (d’après Cornez de Soto 1980 et Cornez de Soto 2001) ; C, grotte de Rancogne, Charente (d’après Gruet et al. 1997) ; D, grotte du Quéroy à Chazelles, Charente (d’après Cornez de Soto, Kerouanton 1991) ; E, Fort-Clan à Cenon, Vienne (d’après Maitay 2001).

6Il n’est pas indifférent de rappeler que des prototypes des modèles canoniques de la céramique cannelée, attribuables au BFI ancien / Br D ancien, existent, en Centre-Ouest continental tout au moins, au Bois du Roc à Vilhonneur (Gomez de Soto 1995 : 194, 201 et pl. 17). D’autre part, à Jarnac, une forme archaïque de plat à décor interne d’arceaux se trouve associée à des céramiques cannelées classiques (Gomez de Soto et al., en préparation). Ces observations confirment l’impression d’évolution continue du Ha A1 au Ha B1 suggérée lors de l’étude des céramiques de Rancogne (Gruet et al. 1997), évolution continue qui débuterait de fait dès la fin du Bronze moyen (Gomez de Soto 1995).

2.1.2. L’étape terminale du Bronze final (BF IIIb/Ha B2-3)

7Le corpus céramique est beaucoup mieux connu pour cette dernière étape (fig. 3). Les sites sont en effet beaucoup plus abondants et présentent un corpus céramique très proche d’un site à l’autre, tant par les formes et les décors ou techniques décoratives utilisés que par la répartition quantitative des types d’un site à l’autre.

8Ainsi, bols et écuelles non décorés sont identiques sur tous les sites, ce qui n’a certes rien d’étonnant vu l’ubiquité des types. Certains bols ou écuelles peuvent également porter le même motif décoratif, comme par exemple les cannelures verticales groupées en faisceau à l’intérieur. Il n’est pas inutile non plus de rappeler la présence, avec un systématisme quasi récurrent, des signes incisés complexes trop souvent improprement dits « pictogrammes » (Gomez de Soto 2003), attestés aussi bien sur des bols ou des écuelles, que sur des gobelets ou des jattes (fig. 4).

9L’utilisation de l’enduction de pigments est également fréquemment attestée (fig. 5) : chevrons rouges et noirs dans la grotte du Quéroy à Chazelles, en Charente (Gomez de Soto, Kerouanton 1991) ou sur le Camp Allaric à Aslonnes, dans la Vienne (Pautreau 1979), motifs de ronds peints ou excisés à l’intérieur des plats des grottes de Rancogne, du Quéroy ou du Camp Allaric (Gruet et al. 1997 ; Gomez de Soto, Kerouanton 1991 ; Pautreau 1979).

10La forme des jattes est également très proche d’un site à l’autre. Quant aux gobelets, ils sont très abondants et très semblables. Les gobelets dits en bulbe d’oignon, avec leur petit pied concave bien dégagé, sont bien connus. La majorité d’entre eux sont décorés d’incisions ou de cannelures simples ou multiples disposées sur le haut de la panse, mais quelques-uns portent des décors plus complexes, parfois peints, incisés ou poinçonnés.

11Les vases globuleux sont également bien attestés, ainsi que les jarres à cordon digité ou à impressions digitales, à l’angle du col et de la panse ou sur l’épaule.

12À la fin de l’âge du Bronze, en Centre-Ouest, les séries céramiques sont donc typologiquement très proches les unes des autres. Et, ce qui n’est pas moins intéressant, les corpus sont constitués quantitativement de la même façon, ainsi que le montre le diagramme (fig. 6).

13Les courbes de constitution des corpus céramiques de la grotte du Quéroy ou de la grotte des Perrats, notamment, sont extrêmement proches l’une de l’autre. Les seules différences à noter concernent la répartition des formes fermées à encolure, type gobelets ou pots et jarres. Par ailleurs, si on compare ces courbes à celles des mobiliers du Ha B2-3 des stations littorales d’Auvernier en Suisse occidentale (Rychner 1979) ou du lac du Bourget en Savoie (Kerouanton 1999) par exemple, des variations peuvent être notées. Bien évidemment, les séries du Bourget et d’Auvernier ne constituent pas à proprement parler des ensembles clos (« pêches lacustres » du XIXe siècle et de la première moitié du XXe siècle), et la perduration, pendant tout l’âge du Bronze final, de l’occupation de ces stations, rend délicate l’attribution chronologique d’un certain nombre de types trop ubiquistes pour être datés avec précision, comme les bols ou les écuelles non décorés, par exemple. Toutefois, il n’est pas inintéressant de noter qu’à Auvernier, les plats ou coupes à aile bien dégagée (type A3 / A4 de notre typologie : Kerouanton 1999) sont quasiment absents et que les jattes y sont beaucoup plus rares que sur nos sites du Centre-Ouest ou même que sur les stations du lac du Bourget, dont le mobilier présente par ailleurs de nombreux parallélismes avec celui du Centre-Ouest.

14Enfin, si les sites du Centre-Ouest présentent une grande homogénéité stylistique et quantitative des corpus, ils offrent également de très nombreux points de convergence avec les autres séries céramiques comprises dans la bande médiane de la France (fig. 7) où non seulement les types céramiques, mais également les motifs et les techniques décoratives, sont identiques (présence quasi systématique des signes incisés complexes ou de motifs peints, notamment les chevrons, par exemple).

15Bien évidemment, il ne s’agit pas là de frontières, mais uniquement de limites d’une vaste zone dans laquelle les comparaisons typologiques sont préférentielles.

2.2. les productions céramiques de la transition Ha B2-3 / Ha C à la fin de l’étape ancienne du Premier âge du Fer (Ha C2)

16La typochronologie succinctement présentée ci-dessous s’appuie essentiellement sur l’évaluation d’une évolution vraisemblable, proposition confortée par un apparat comparatif extra-régional critique et un tableau diagonalisé des ensembles clos de l’ensemble de la période du Ha B2-3 au Ha D3-La Tène A ancienne, présentés par ailleurs (Marchadier 2005a, 2005b) et sur lesquels il serait trop long de revenir ici. Elle demandera évidemment à être vérifiée et complétée au fur et à mesure qu’un plus important cortège d’associations fiables avec des artefacts métalliques sera disponible.

Fig. 4. Etape terminale de l’âge du Bronze final en Centre-Ouest. Décors incisés complexes improprement dits « pictogrammes ». 1, 4, 5, 8 et 9, grotte du Quéroy à Chazelles, Charente (d’après Cornez de Soto, Kerouanton 1991) ; 2 et 6, grotte des Perrats à Agris, Charente (d’après Gomez de Soto, Boulestin 1996) ; 3 – Fort-Clan à Cenon, Vienne (d’après Maitay 2001) ; 7, grotte de la Cave Chaude à Vilhonneur, Charente (d’après Cornez de Soto 2001).

Fig. 4. Etape terminale de l’âge du Bronze final en Centre-Ouest. Décors incisés complexes improprement dits « pictogrammes ». 1, 4, 5, 8 et 9, grotte du Quéroy à Chazelles, Charente (d’après Cornez de Soto, Kerouanton 1991) ; 2 et 6, grotte des Perrats à Agris, Charente (d’après Gomez de Soto, Boulestin 1996) ; 3 – Fort-Clan à Cenon, Vienne (d’après Maitay 2001) ; 7, grotte de la Cave Chaude à Vilhonneur, Charente (d’après Cornez de Soto 2001).

Fig. 5. Étape terminale de l’âge du Bronze final en Centre-Ouest. Récipients peints. 1 et 4, Camp Allaric à Aslonnes, Vienne (d’après Pautreau 1979) ; 2, 6, 9, 12, 15 et 16, grotte du Quéroy à Chazelles, Charente (d’après Cornez de Soto, Kerouanton 1991) ; 3 et 5 – grotte de Rancogne, Charente (d’après Gruet 1997) ; 7, 10, 11 et 17 – grotte des Perrats à Agris (d’après Cornez de Soto, Boulestin 1996) ; 8 – Grotte de la Cave Chaude à Vilhonneur, Charente (d’après Cornez de Soto 2001) ; 13 – Bois du Roc à Vilhonneur, Charente (d’après Cornez de Soto 1980) ; 14- Fort-Clan à Cenon, Vienne (d’après Maitay 2001).

Fig. 5. Étape terminale de l’âge du Bronze final en Centre-Ouest. Récipients peints. 1 et 4, Camp Allaric à Aslonnes, Vienne (d’après Pautreau 1979) ; 2, 6, 9, 12, 15 et 16, grotte du Quéroy à Chazelles, Charente (d’après Cornez de Soto, Kerouanton 1991) ; 3 et 5 – grotte de Rancogne, Charente (d’après Gruet 1997) ; 7, 10, 11 et 17 – grotte des Perrats à Agris (d’après Cornez de Soto, Boulestin 1996) ; 8 – Grotte de la Cave Chaude à Vilhonneur, Charente (d’après Cornez de Soto 2001) ; 13 – Bois du Roc à Vilhonneur, Charente (d’après Cornez de Soto 1980) ; 14- Fort-Clan à Cenon, Vienne (d’après Maitay 2001).

Fig. 6. Étape terminale de l’âge du Bronze final en Centre-Ouest. Répartition quantitative et comparative du mobilier céramique, par grandes catégories (dessins Kerouanton 1999).

Fig. 6. Étape terminale de l’âge du Bronze final en Centre-Ouest. Répartition quantitative et comparative du mobilier céramique, par grandes catégories (dessins Kerouanton 1999).

Fig. 7. Étape terminale de l’âge du Bronze final/ L’entité de France médiance (d’après Kerouanton 1999).

Fig. 7. Étape terminale de l’âge du Bronze final/ L’entité de France médiance (d’après Kerouanton 1999).

Fig. 8. Carte de localisation des sites attribués au Ha. C ayant livré du mobilier céramique.

Fig. 8. Carte de localisation des sites attribués au Ha. C ayant livré du mobilier céramique.

1. Angoulême, Charente ; 2, Villejoubert, Charente ; 3, Merpins, Charente ; 4, Léoville, Charente-Maritime ; 5, Saint-Martial-de-Mirambeau, Charente-Maritime ; 6, Fléac-sur-Seugne, Charente-Maritime ; 7, Saint-Denis-d’Oléron, Charente-Maritime ; 8, Les Portes-en-Ré, Charente-Maritime ; 9, Longeville, Vendée ; 10, Le Bernard, Vendée ; 11, Coulon, Deux-Sèvres

2.2.1. Les productions céramiques à la transition Ha B2-3 – Ha C et Ha C ancien

17Pour cette étape initiale du Ha C, les données dont nous disposons pour le Centre-Ouest proviennent uniquement de sites d’habitat, à l’exception d’un unique site funéraire (Longeville, Vendée : Lagarde 1984 ; Joussaume, Pautreau 1990 ; Santrot et al. 1999) (fig. 8). Les productions céramiques des différents ensembles de cette région sont relativement homogènes et fortement empreintes de la tradition du Ha B2-3. Certaines formes témoignent particulièrement de cette continuité (fig. 9) :

  • les plats à aile et cannelures ou décors incisés internes ;

  • les plats à lèvre décrochée ;

  • les récipients à col convexe ou très évasé ;

  • les vases à cannelures au niveau de l’épaule ;

  • les gobelets surbaissés dérivés des récipients à panse bulbeuse ;

  • les bords facettés et à méplat ;

  • les nombreux décors incisés reprenant le répertoire du Bronze final (chevrons, etc.) et les incisions linéaires ;

  • l’enduction rouge, type de décor que l’on rencontre, nous l’avons vu, dès le Ha B2-3, mais qui se retrouve jusqu’à La Tène moyenne. L’existence de ce type de décor, clairement attesté au Ha B2-3 et au Ha D, n’est pas assurée au Ha C. Cependant, il ne paraît pas improbable qu’il ait perduré pendant cette période.

18Cependant, le mobilier des ensembles attribuables à cette première étape du Ha C se distingue de celui des ensembles de la fin de l’âge du Bronze par plusieurs aspects (fig. 9). D’abord, les digitations sur la panse ou la lèvre des récipients deviennent plus fréquentes et ne concernent plus exclusivement les vases de stockage comme c’était le cas auparavant. Ensuite, certains détails morphologiques témoignent de sensibles évolutions des modèles. L’apparition de petits bords très légèrement évasés sur des jattes typologiquement proches de formes du Ha B2-3 est le meilleur exemple de ces modestes modifications. On remarque également l’apparition de formes nouvelles (cf. petits vases à encolure évasée, fig. 9).

19Enfin, certaines formes et décors caractéristiques du Ha B2-3 ne se retrouvent pas dans ces ensembles : tasses, récipients à panse bulbeuse, plats à aile abondamment décorés, une partie du répertoire décoratif (grecques, décors en damier, signes, etc.) en particulier.

20Pour ces sites de l’étape initiale du Ha C, les formes céramiques montrent donc une parenté assez nette avec celles du Ha B2-3, bien que certains caractères évolutifs puissent être notés. Cette continuité des productions entre le Bronze final et le Ha C ancien a déjà pu être remarquée dans plusieurs aires géographiques : Bassin parisien (Brun 1986), France centrale (Milcent 2004 : 41), etc.

Fig. 9. Formes céramiques des sites de la transition Bronze – Fer du Centre-Ouest. Échelles diverses.

Fig. 9. Formes céramiques des sites de la transition Bronze – Fer du Centre-Ouest. Échelles diverses.

Fig. 10. Formes céramiques des ensembles attribués à la seconde phase de l’étape initiale du Premier âge du Fer (Ha C récent) du Centre-Ouest. 1 à 3, Andone à Villejoubert, Charente (d’après Debord et al. 2000) ; 4, Ilôt Chabrefy à Angoulême, Charente (d’après Buisson 1989) ; 5 à 10, Le Lizay aux Portes-en-Ré, Charente-Maritime (d’après Tardy 1993 ; Tardy, Mohen 1966) ; 11 à 13, Léoville, Charente-Maritime (d’après Marchadier 2005) ; 14 et 15, Saint-Martial-de-Mirambeau, Charente-Maritime (d’après Gaillard, Chevallier 1976).

Fig. 10. Formes céramiques des ensembles attribués à la seconde phase de l’étape initiale du Premier âge du Fer (Ha C récent) du Centre-Ouest. 1 à 3, Andone à Villejoubert, Charente (d’après Debord et al. 2000) ; 4, Ilôt Chabrefy à Angoulême, Charente (d’après Buisson 1989) ; 5 à 10, Le Lizay aux Portes-en-Ré, Charente-Maritime (d’après Tardy 1993 ; Tardy, Mohen 1966) ; 11 à 13, Léoville, Charente-Maritime (d’après Marchadier 2005) ; 14 et 15, Saint-Martial-de-Mirambeau, Charente-Maritime (d’après Gaillard, Chevallier 1976).

2.2.2. Tradition et évolution de la céramique de la phase récente du Ha C

21Les ensembles attribués au Ha C2 sont peu nombreux en Centre-Ouest, et leurs corpus relativement restreints (fig. 10). Néanmoins, certaines caractéristiques communes peuvent être dégagées. La céramique de ces sites reste dans la continuité des productions antérieures. On retrouve des vases à col évasé et cannelures à la base du col, caractéristiques du Ha C, mais dont les prototypes sont à rechercher au Ha B2-3 (fig. 10, n° 1, 4, 11, 14). Les plats et écuelles profondes à lèvre décrochée (fig. 10, n° 5, 6) et les vases à profil segmenté (fig. 10, n° 7) sont eux aussi très proches d’exemplaires du Ha B2-3.

22En revanche, de nouvelles formes apparaissent à cette période. C’est le cas des gobelets surbaissés à fond cupulaire, qui sont récurrents dans les ensembles du Ha C d’Aquitaine, du Centre et du Centre-Ouest (fig. 10, n° 2, 12, 15). Les formes biconiques font également leur apparition (fig. 10, n° 9, 13) de même que les vases situliformes (fig. 10, n° 8). Le décor d’impressions cupulaires est enfin attesté dès cette phase sur le site du Lizay (fig. 10, n° 10). Enfin, certaines formes, comme les plats à aile et à décor interne, ont disparu.

2.2.3. Conclusion

23Il apparaît donc que la céramique de la première étape du Ha. C est marquée par la persistance de formes héritées du Ha B2-3, phénomène par ailleurs constaté dans les régions voisines, Centre-Ouest, Aquitaine, Pays de la Loire (pour le détail : Marchadier 2005). Par ailleurs, les productions de cette période semblent relativement homogènes dans ces régions. Au début de la période (Ha C ancien), les modèles céramiques sont fortement empreints de la tradition céramique du Ha B2-3 bien que de légères évolutions soient perceptibles. Au Ha C récent, certaines formes caractéristiques apparaissent et se retrouvent de façon récurrente dans les ensembles du Centre-Ouest et des régions proches (vases à encolure évasée et cannelures au niveau de l’épaule, gobelets surbaissés en particulier).

3. PRODUCTION ET ABANDON DU MÉTAL, DU BRONZE FINAL AU VIIe SIÈCLE AV. J.-C.

24La production et la circulation du métal pendant le Bronze final sont principalement illustrées par les dépôts et les immersions dans les rivières. Sur les habitats, les objets métalliques sont largement moins nombreux. Toutefois, de bonnes séries d’épingles et autres petits objets viennent des grottes du Quéroy et des Perrats (Gomez de Soto, Kerouanton 1991 ; Gomez de Soto, Boulestin 1996). Quant aux milieux funéraires, à part le tumulus du Clos du Biberon à Aslonnes avec une pointe de flèche en fer (Pautreau 1984), ils n’ont pas livré de métal.

25Il est inutile de présenter ici en détail la typologie des bronzes, bien connue par la publication détaillée des dépôts, en particulier de ceux de Vénat à Saint-Yrieix, Charente (Coffyn et al. 1981), Challans, Vendée (Verney 1990), Triou, Deux-Sèvres (Pautreau et al. 1983) et Meschers, Charente-Maritime (Gachina et al. 2008). Ces dépôts réunissent des pièces de typologie locale, mais aussi de nombreuses de typologie exogène, britannique, ibérique, italique, orientale. Pour ces dernières, la production locale ou à tout le moins régionale de la majorité, copiant ou adaptant les modèles importés, est un fait avéré.

26Enfin, nous rappellerons la présence du fer dès le Ha B2-3. Avec des trouvailles dans quatre sites, le dépôt de Vénat, la grotte du Quéroy, le tumulus du Clos du Biberon, le lit de la Velluire, elle ne paraît en rien anecdotique, même si l’importance de son utilisation ne doit pas être surestimée (Gomez de Soto, Kerouanton ce volume).

27Dans l’aire considérée ici, les deux phénomènes du dépôt terrestre et de l’immersion du métal offrent une variabilité régionale et chronologique marquée, de la seconde étape du Bronze final au VIIe siècle av. J.-C. :

  • pendant la seconde étape du BF (horizon métallurgique de Saint-Brieuc-des-Iffs / Saint-Denis-de-Pile et Créon – Saint-Loubès / Willburton), dans la région de la basse Loire, et à un moindre degré, plus au sud en Centre-Ouest, les immersions de bronzes – en particulier des armes, principalement des épées – dans les eaux courantes et les zones palustres abondent, alors que les dépôts enfouis en terre demeurent inconnus (Melin 2006 ; Gomez de Soto 2007) ;

  • pendant la même période, en Aquitaine septentrionale (Gironde, Dordogne), on trouve aussi bien des immersions que des dépôts terrestres (Coffyn 1972 ; Chevillot 1981 et 1989 ; Roussot-Larroque 2001) ;

  • pendant le Ha B2-3 (horizon métallurgique de l’épée en langue de carpe / Ewart Park), les immersions se raréfient dans la région de la basse Loire et sont encore inconnues en Centre-Ouest, alors que les dépôts sont bien représentés. Certains des plus importants en volume (dépôts de la prairie de Mauves et du Jardin des Plantes) viennent d’ailleurs de zones auparavant riches en immersions d’épées, en région nantaise (Melin 2006) ou près du confluent Charente-Touvre (dépôt de Vénat) ;

  • pendant la même période, à l’inverse, l’Aquitaine septentrionale ne connaît guère que des immersions (Coffyn 1972 ; Chevillot 1981 et 1989 ; Roussot-Larroque 2001 : 265) ;

  • après la fin de l’âge du Bronze, pendant le Ha C, aucun dépôt n’est connu entre Loire et Aquitaine septentrionale. Les immersions d’armes, en petit nombre, se limitent à quelques épées dans le bas cours de la Loire (Verger 1999) et en Aquitaine (Chevillot 1989 : 164) ;

  • de la Loire à l’Aquitaine septentrionale, on ne coinnaît plus de dépôt terrestre pendant tout le Ha C ;

  • les dépôts réapparaissent pendant le Ha D1, avec des ensembles de parures en Touraine et en Poitou (Gomez de Soto, Milcent 2000) et en Médoc (Coffyn 1972). Il n’existe donc en France de l’Ouest aucun équivalent à l’horizon britannique de Llyn Fawr du Ha C. Cette situation trouve d’exacts parallèles en Armorique et Normandie

  • où, rappelons-le, les plus anciens dépôts de haches à douille de type armoricain datés ne remontent pas avant le Ha D (Gomez de Soto et al. ce volume) – et en Languedoc avec le phénomène launacien.

4. LES SÉPULTURES

28Les prospections aériennes ont révélé de nombreux ensembles d’enclos fossoyés, circulaires, ou allongés du type Langgräben. Peu ont fait l’objet de recherches, mais on sait que les plus anciens remontent à la période des Campaniformes, les plus récents au Second âge du Fer. À cette date, aucun des enclos fouillés datables du Bronze final n’a révélé de sépulture, soit qu’ils n’en aient jamais possédé, soit qu’elles fussent détruites. Comme le caractère funéraire de la grotte de Rancogne ne peut plus être retenu, force est de reconnaître que les pratiques funéraires du Bronze final restent quasiment inconnues dans les régions considérées, le seul exemple pouvant être retenu étant le tumulus du Clos du Biberon près du Camp Allaric à Aslonnes (Gomez de Soto, Pautreau 2000).

29Les sépultures du Ha C restent rares, mais non inconnues. Il s’agit des sépultures sous tumulus d’Andone à Villejoubert, en Charente, et peut-être des Champs de Carthage à Mignaloux-Beauvoir dans la Viemie (Debord et al. 2000). La tombe d’Andone était celle d’un homme armé d’une épée et muni d’une hache en fer, accompagné d’un service à boire et d’une coupe carénée interprétée comme phiale à libations (Debord et al. 2000). Aux Champs de Carthage, on peut conjecturer – mais non démontrer – que c’est bien une tombe de la transition Ha C2 / Ha D1, à épée hallstattienne associée à une épée à antennes, qui a été découverte (Debord et al. 2000). On constate, avec ce bien modeste échantillon, l’importance des tombes d’hommes munis d’épées. Une situation classique dans l’Europe moyenne du Ha C.

5. CONCLUSION

30Pendant le Bronze moyen, le Centre-Ouest continental et le Périgord entretiennent des rapports étroits avec les cultures de la France de l’Est et au-delà, des aires rhénane et danubienne, tandis que la frange maritime de la région, de la Vendée au Médoc, reste plus étroitement imbriquée dans le monde atlantique.

31Au cours du Bronze final, dans l’ensemble de ces régions, continentales comme maritimes, après la céramique cannelée du BF Ha / Ha A1, le faciès ancien de la céramique du style RSFO est représenté, et toutes les phases de son évolution y sont perceptibles, jusqu’au faciès de la France médiane du Ha B2-3, dont l’aire s’étend du Centre-Ouest aux régions des Alpes du Nord. Aucune rupture stylistique n’est perceptible par la suite, du Ha B2-3 à la fin du Ha C. Toutefois, si le style céramique du Ha B2-3 paraît très largement uniforme dans l’aire considérée, et classique du faciès de la France médiane, les styles du Ha C montrent une tendance plus marquée à la régionalisation.

32L’impression d’ensemble laissée par l’examen de la céramique sur la longue durée est celle d’une stabilité des populations.

33La production métallurgique et les circuits d’échange des objets manufacturés en métal de la fin de l’âge du Bronze sont surtout illustrés par les dépôts, classiques de l’horizon atlantique de l’épée en langue de carpe, et dans une moindre mesure, par des trouvailles d’habitat. L’usage du fer est attesté, avec parcimonie, tant en dépôt qu’en habitat ou sépulture. À partir du Ha C, la production métallurgique demeure très mal comme, par suite d’une disparition de la pratique du dépôt terrestre que ne compensent ni les mobiliers funéraires, ni les immersions dans les rivières ou autres lieux humides. On perçoit, avec cette disparition des dépôts terrestres, une tendance lourde qui affecte les pratiques cultuelles ou sociales de l’Europe moyenne contemporaine. La pratique du dépôt terrestre ne réapparaît, comme plus généralement en France, qu’au cours du Ha D1. Comme ailleurs en Europe moyenne, les tombes d’hommes armés deviennent plus visibles pendant le Ha C, mais restent encore rares en Centre-Ouest, où on ne les connaît encore qu’en très petit nombre, voire par le seul exemple d’Andone.

34Le Centre-Ouest et ses marges suivent ainsi une évolution de ses pratiques sociales parallèle à celle des régions plus orientales de la France et, plus généralement, de l’Europe moyenne (Milcent 2004 ; Chevrier 2004). La rapidité du phénomène, là comme ailleurs en Europe moyenne, reste difficile à évaluer. L’évolution de la stylistique céramique s’inscrit à l’évidence dans un processus lent. Mais il s’agit d’un phénomène concernant surtout la vie quotidienne, donc largement moins sensible aux bouleversements socio-économiques. La disparition des signes incisés complexes sur les vases, effective dès le début du Ha C (Gomez de Soto 2003), apparaît comme la seule évolution réellement rapide. Les pratiques de dépôts sont les plus significatives : le dépôt sarrois du Ha C d’Alsenborn, Kr. Kaiserlautem (Kolling 1968, pl. 54-55), et ceux de l’horizon britannique de Llyn Fawr indiquent que la typologie métallique n’a évolué que lentement pour ce qui concerne la production courante, alors que les modèles d’épées, eux, changeaient. Sans doute en est-il allé de même en Centre-Ouest comme plus généralement en France de l’Ouest, où l’on constate qu’aucun des dépôts de l’horizon de l’épée en langue de carpe, même les plus volumineux, ne contient de fragment d’épée à languette de type hallstattien, qui n’eussent pas manqué d’y figurer si elles s’étaient trouvées en usage à ce moment : les exemplaires retirés des cours d’eau prouvent qu’elles furent bien en usage dans l’Ouest au cours du Ha C. On lira ici l’indice de l’extinction rapide du phénomène des dépôts terrestres, déjà accomplie probablement dès le début du Ha C. Une transition du Ha B2-3 au Ha C rapide, sur un temps de l’ordre d’une génération ?

  • 2 Le phénomène est particulièrement visible pour les élites et leurs pratiques de sociabilité ostenta (...)

35On ne peut plus mettre en exergue pour le Centre-Ouest et ses marges des phénomènes de périphérie, mais tout au plus des originalités régionales ou locales, qui devront à terme conduire à une révision de la notion de « Bronze atlantique », recevable pour ce qui est de la production métallique, mais plus pour celle de la céramique, et pas davantage en ce qui concerne les pratiques sociales2. Cette intégration à l’Europe moyenne dans ses processus d’évolution se prolongera, au-delà du Premier âge du Fer, lors de la genèse de la culture laténienne au cours du Ve siècle av. J.-C.

Bibliographie

Bibliographie

BILLAUD Y., BURNEZ C., GAILLEDREAU J.-P., GOMEZ de SOTO J., 2001 – La Charente et son environnement anthropique du Néolithique à l’époque laténienne. In : L’HELGOUACH J., BRIARD J. dir., 2001 – Systèmes fluviaux, estuaires et implantations humaines de la Préhistoire aux grandes invasions. Actes du 124e congrès national des Sociétés savantes, Nantes, 1999. Paris, Éd. du C.T.H.S., p. 48-89.

BIROCHEAU P., LARGE J.-M., 2004 – Les occupations postérieures. In : Les Châtelliers du Vieil-Auzay (Vendée). Une archéologie d’un site exceptionnel de la Préhistoire récente. La Roche-sur-Yon, Groupe vendéen d’études préhistoriques, p. 563-580.

BRUN P., 1986 – La civilisation des Champs d’Urnes : étude critique dans le Bassin Parisien. Paris, Édition de la Maison des Sciences de l’Homme, 168 p. (Documents d’Archéologie Française, 4).

BUISSON J.-F., 1989 – Angoulême Chabrefy. Rapport de fouilles, SRA Poitou-Charentes.

BURNEZ C., 1986 – Fléac-sur-Seugne, Le Crapaud. Rapport de sauvetage, SRA Poitou-Charentes.

CHEVILLOT C., 1981 – La civilisation de la fin de l’âge du Bronze en Périgord. Périgueux, Éditions Médiapress, 192 p., 215 pl. h.t.

CHEVILLOT C., 1989 – Sites et cultures de l’âge du Bronze en Périgord. Périgueux, Éditions Vesuna, 2 t., 250 p., pl. (Archéologies, 3).

CHEVRIER S., 2004 – Observations sur la période de transition de l’âge du Bronze à l’âge du Fer dans le Centre-Est de la France. Antiquités nationales, 36, p. 163-206.

COFFYN A., 1972 – Le Bronze final et les débuts du Premier âge du Fer autour de l’estuaire girondin. Thèse de doctorat de 3e cycle. Bordeaux, Institut d’Histoire, Université de Bordeaux III, 4 tomes, 499 p., 22 cartes, 70 fig.

COFFYN A., GOMEZ de SOTO J., MOHEN J.-P., 1981 – L’apogée du Bronze atlantique, le dépôt de Vénat. Paris, Picard, 240 p., 57 pl., 25 cartes. (L’âge du Bronze en France, 1).

DEBORD A., GOMEZ DE SOTO J., SANSILBANO-COLULIEUX M., 2000 – La tombe à épée et à hache du Premier âge du Fer d’Andone à Villejoubert (Charente, France). Archäologisches Korrespondenzblatt, 30, p. 231-250.

GACHINA J., GOMEZ de SOTO J., VEBER C., 2008 – Un dépôt de l’âge du Bronze à Meschers (Charente-Maritime). Bulletin de la Société préhistorique française, 105-1, p. 159-185.

GAILLARD J., CHEVALLIER H., 1976 – La nécropole de Font Tertaud, commune de Saint-Martial-de-Mirambeau (Charente-Maritime). Bulletin de la Société préhistorique française, 73-2, p. 58-63.

GAILLARD J., MAIGNAND J.-M., 1981 – Une cabane de l’âge du Fer au Moulin de Reignier à Léoville (Charente-Maritime). Bulletin d’information de l’Association archéologique et historique jonzacaise, 26,8 p. non paginées.

GOMEZ de SOTO J., 1980 – L’âge du Bronze dans le Bassin de la Charente. Périgueux, Fanlac, 118 p.

GOMEZ de SOTO J., 1992 – Cooking for the Elite. Feasting Equipment in the Late Bronze Age. In : Trade and Exchange in Prehistoric Europe, Proceedings of the Bristol Conférence, 1991. Oxford, Oxbow Books, p. 194-197.

GOMEZ de SOTO J., 1994 – Vestiges protohistoriques et historiques. In : Le dolmen des Pierres Folles des Cous à Bazoges-en-Pareds (Vendée). Bulletin de la Société préhistorique française, 91-1, p. 71-76.

GOMEZ de SOTO J., 1995 – Le Bronze moyen en Occident. La culture des Duffaits et la civilisation des Tumulus. Paris, Picard (L’âge du Bronze en France, 5).

GOMEZ de SOTO J., 2001 – Un nouveau locus du Bronze final au Bois du Roc à Vilhonneur (Charente) : le réseau de la Cave chaude. Bulletin de la Société préhistorique française, 98, p. 115-122.

GOMEZ de SOTO J., 2003 – Oiseaux, chevaux, hommes et autres images. Les « signes » sur céramique en Gaule, du Ha A2/B1 au Ha. D. Genèse, apogée, décadence et postérité. In : BUCHSENSCHUTZ O., BULARD A., CHARDENOUX M.-B., GINOUX N. éd., 2003 – Décors, images et signes de l’âge du Fer européen. Actes du XXVIe colloque de l’A.F.E.A.F., Paris et Saint-Denis, 9-12 mai 2002. Tours, p. 11-25 (Revue archéologique du Centre de la France, suppl. 24).

GOMEZ de SOTO J., 2007 – Métallurgie atlantique et style céramique RSFO dans le Centre-Ouest de la France. À propos de l’épée pistilliforme de Saint-Hilaire-le-Palud (Deux-Sèvres), un état de la question. In : BURGESS C., TOPPING P., LYNCH F. éd., 2007 – Beyond Stonehenge. Essays on the Bronze Age in honour of Colin Burgess, Oxford, Oxbow Books, p. 268- 277.

GOMEZ de SOTO J. avec la collaboration de BOULESTIN B., 1996 – Grotte des Perrats à Agris (Charente) -1981-1984 – Etude préliminaire. Chauvigny 139 p. (Dossier du Pays Chauvinois, 4).

GOMEZ de SOTO J., KEROUANTON I., 1991 – La grotte du Quéroy à Chazelles (Charente). Le Bronze final IIIb. Bulletin de la Société préhistorique française, 88, p. 341-392.

GOMEZ de SOTO J., MILCENT P.-Y., 2000 – De la Méditerranée à l’Atlantique : échanges et affinités culturelles entre le nord-ouest et le sud-ouest de la France de la fin du Xe au Ve s. av. J.-C. In : Mailhac et le Premier âge du Fer en Europe occidentale. Hommages à Odette et Jean Taffanel. Actes du colloque de Carcassonne, 17-20 sept. 1997. Lattes, p. 350-371 (Monographies d’Archéologie Méditerranéenne, 7).

GOMEZ de SOTO J., PAUTREAU J.-P., 2000 – Les espaces funéraires et les rites de la mort de la fin de l’âge du Bronze au Ve s. avant J.-C. In : DEDET B., GRUAT P., MARCHAND G., PY M., SCHWALLERM., 2000 – Archéologie de la Mort, Archéologie de la Tombe au Premier âge du Fer. Actes du XXIe colloque international de l’A. F. EA. F., Conques – Montrozier, 1997. Lattes, p. 155-162 (Monographies d’Archéologie Méditerranéenne, 5).

GOMEZ de SOTO J., KEROUANTON I., RANCHE C., en préparation – Du Bronze final IIa au Bronze final IIb dans le bassin de la Charente : de nouveaux ensembles de céramiques et leurs implications.

GRUET M., ROUSSOT-LARROQUE J., BURNEZ C., 1997-L’âge du Bronze dans la grotte de Rancogne (Charente). Saint-Germain-en-Laye, 219 p. (Antiquités Nationales, mémoire 3).

JOUSSAUME R., PAUTREAU J.-P., 1982 – Site de transition Bronze-Fer à Saint-Denis-d’Oléron (Charente-Maritime). Bulletin de la Société préhistorique française, 79, p. 250-256.

JOUSSAUME R., PAUTREAU J.-P., 1990 – La Préhistoire du Poitou : Poitou, Vendée, Aunis ; des origines à la conquête romaine. Rennes, Ouest-France Université, 599 p.

JOUSSAUME R., MOHEN J.-P., TARDY P., 1969 – Préhistoire à Saint-Denis-d’Oléron (Charente-Maritime). Bulletin de la Société préhistorique française, 66, p. 457-469.

KEROUANTON I., 1999 – Les stations littorales immergées du lac du Bourget (Savoie) à l’âge du Bronze final. Thèse de doctorat, Université de Paris I, 3 tomes, 342 p.

KOLLINGA., 1968 – Spàte Bronzezeit an Saar und Mosel. Bonn, Habelt, 1968, t. 1 : 222 p. ; t. 2 : 69 pl.

LAGARDE M.-C., 1984 – Le site protohistorique de Longeville. Mémoire de maîtrise, Université de Rennes II, 126 p.

MAITAY C., 2001- Une occupation de l’âge du Bronze final IIIb dans la basse vallée du Clain : le site de Fort Clan à Cenon dans la Vienne. Mémoire de maîtrise, Université de Poitiers, 2 vol.

MAITAY C., 2004 – Du pigment au récipient : caractérisation minéralogique et technologique des vases peints du Camp Allaric, à Aslonnes (Vienne). Bulletin de la Société préhistorique française, 101-1, p. 125-138.

MARCHADIER E. avec la collaboration de BOUCHET J.-M., BURNEZ C., GOMEZ de SOTO J., 2005a. – Premier âge du Fer en Saintonge et Aunis : étude typo-chronologique du mobilier céramique. Saintes, Société d’Archéologie et d’Histoire de la Charente-Maritime.

MARCHADIER E., 2005b – Les récipients en céramique du Premier âge du Fer des départements de Vendée et Loire-Atlantique : étude typologique et chronologique. Mémoire de master 2, Poitiers, Faculté des Sciences humaines et Arts, vol. 1 : 85 p. ; vol. 2 : 42 pl.

MELIN M. 2006 – Les dépôts en milieu humide à l’âge du Bronze : étude des objets métalliques provenant de la basse Loire et des zones humides alentours. Mémoire de master 1, Université de Rennes II.

MILCENT P.-Y., 2004 – Le Premier âge du Fer en France centrale. Paris, Société Préhistorique Française, 2 vol. 718 p., 34 tab., 125 fig., 132 pl. (Mémoires de la SPF, 34).

PAUTREAU J.-P., 1976 – Le Camp Allaric, commune d’Aslonnes (Vienne). Premiers résultats. L’Anthropologie, LXXX, p. 389-429.

PAUTREAU J.-P., 1978 – L’habitat protohistorique du Coteau de Montigné, à Coulon (Deux-Sèvres). Travaux 1978. Bulletin Société Historique et Scientifique des Deux-Sèvres, série 2,11/2-3, p. 189-226.

PAUTREAU J.-P., 1979 – Le Chalcolithique et l’âge du Bronze en Poitou (Vendée, Deux-Sèvres, Vienne). Poitiers, éd. du Musée, 2t.

PAUTREAU J.-P., 1980 – L’habitat protohistorique du Coteau de Montigné, à Coulon (Deux-Sèvres). Travaux 1979-1980. Bulletin Société historique et scientifique des Deux-Sèvres, série 2,13/2-3, p. 195-137.

PAUTREAU J.-P., 1982 – L’habitat protohistorique du Coteau de Montigné, à Coulon (Deux-Sèvres). Travaux 1981-1982. Bulletin Société historique et scientifique des Deux-Sèvres, série 2,15/2-3, p. 101-150.

PAUTREAU J.-P., 1984 – Le passage de l’âge du Bronze à l’âge du Fer en Poitou. In : Transition Bronze final Hallstatt ancien. Actes du colloque du 109e Congrès national des Sociétés Savantes, Dijon. Paris, Éd. du C.T.H.S., p. 229-249.

PAUTREAU J.-P., 1995 -1036 avant J.-C.... Coulon. La Ronde, Parc Naturel Régional du Marais Poitevin, 71 p.

PAUTREAU J.-P., GENDRON C., BOURHIS J.-R., 1983 – La cachette de Triou. Niort, éd. du Musée, 108 p.

POISSONNIER B., BRYAND J.-M., 2004 – Le Bernard, La Raconnière, Vendée. Rapport de diagnostic, SRA Pays de la Loire.

ROUSSOT-LARROQUE J., 2001 – Bronze moyen et final autour de l’estuaire de la Gironde. Systèmes fluviaux, estuaires et implantations humaines de la Préhistoire aux grandes invasions. Paris, Éd. du C.T.H.S., p. 253-271.

RYCHNER V., 1979 – L’âge du Bronze final à Auvernier. Typologie et chronologie des anciennes collections conservées en Suisse. Lausanne, 1979 (Cahiers d’Archéologie Romande, 15 et 16).

SANTROT M.-H., SANTROT J., MEURET J.-C. dir., 1999 – Nos ancêtres les Gaulois aux marges de l’Armorique. Nantes, Musée Dobrée, 159 p., ill.

TARDY J.-P., 1993 – Un habitat du Premier âge du Fer à la Pointe du Lizay, commune des Portes (Île de Ré). Bulletin de la Société d’archéologie et d’histoire de la Charente-Maritime, 20, p. 40-52.

TARDY P., MOHEN J.-P., 1966 – Notes sur la préhistoire de l’Île de Ré. Bulletin de la Société préhistorique française, 63, p. 583-604.

VERGER S., 1999 – Épée à languette, épée à antennes. In : Nos ancêtres les Gaulois aux portes de l’Armorique. Nantes, Musée Dobrée, notices 211 et 213, p. 113-114.

VERNEY A., 1990 – Le dépôt de Challans (Vendée). Bulletin de la Société préhistorique française, 87, p. 396-419.

Annexes

Annexe

  • Sites du Centre-Ouest attribuables à la première moitié de la phase initiale du Premier âge du Fer (Ha. C ancien)

  • Saint-Denis-d’Oléron, Charente-Maritime (Joussaume et al. 1969 ; Joussaume, Pautreau 1982)

  • Le Coteau Montigné, Coulon, Deux-Sèvres (niveaux anciens) (Pautreau 1978 ; Pautreau 1980 ; Pautreau 1982 ; Pautreau 1995)

  • La Raconnière, Le Bernard, Vendée (Poissonnier, Bryand 2004)

  • Plage du Rocher, Longeville, Vendée (Lagarde 1984 ; Joussaume, Pautreau 1990 ; Santrot et al. 1999)

  • Le Crapaud, Fléac-sur-Seugne, Charente-Maritime (Burnez 1986).

  • Sites du Centre-Ouest attribuables à la seconde moitié de la phase initiale du Premier âge du Fer (Ha. C récent)

  • îlot Chabrefy, Angoulême, Charente (Buisson 1989)

  • Andone à Villejoubert, Charente (Debord et al. 2000)

  • La Champagne de Font Tertaud, Saint-Martial-de-Mirambeau, Charente-Maritime (Gaillard, Chevallier 1976)

  • Le Moulin de Reigner, Léoville, Charente-Maritime (Gaillard, Maignand 1981 ; Marchadier 2006)

  • Le Lizay, Les Portes-en-Ré, Charente-Maritime (Tardy, Mohen 1966 ; Tardy 1993).

Notes

1 Pour les productions céramiques du Bronze final, voir les actes (à paraître) de la table ronde de Rouen, 2005. Celles de Normandie et France septentrionale offrent de grandes parentés avec les productions contemporaines d’Angleterre ou du Benelux, le contraste est grand avec les séries du Centre-Ouest et d’Aquitaine septentrionale, proches, elles, des productions de France de l’Est, des Alpes et de l’axe Saône-Rhône. La céramique du Bronze final de Bretagne reste encore très largement méconnue.

2 Le phénomène est particulièrement visible pour les élites et leurs pratiques de sociabilité ostentatoires (Gomez de Soto 1992).

Table des illustrations

Titre Fig. 1. Étape moyenne de l’âge du Bronze final en Charente, première phase (BF IIa / Ha A1). Échantillon céramique. A, grotte de Rancogne (Gruet et al. 1997) ; B, grotte des Perrats à Agris (inédit).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/18216/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 50k
Titre Fig. 2. Étape moyenne de l’âge du Bronze final en Charente, seconde phase (BF IIb-IIa / Ha A2-B1). Échantillon céramique. Crotte de Rancogne (Gruet et al. 1997).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/18216/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 64k
Titre Fig. 3. Etape terminale de l’âge du Bronze final en Centre-Ouest (BF lllb / Ha B2-3). Échantillon céramique. A, grotte des Perrats à Agris, Charente (inédit) ; B, Bois du Roc (n° 1-4 et 6) et Cave Chaude (n° 5 et 7) à Vilhonneur, Charente (d’après Cornez de Soto 1980 et Cornez de Soto 2001) ; C, grotte de Rancogne, Charente (d’après Gruet et al. 1997) ; D, grotte du Quéroy à Chazelles, Charente (d’après Cornez de Soto, Kerouanton 1991) ; E, Fort-Clan à Cenon, Vienne (d’après Maitay 2001).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/18216/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 116k
Titre Fig. 4. Etape terminale de l’âge du Bronze final en Centre-Ouest. Décors incisés complexes improprement dits « pictogrammes ». 1, 4, 5, 8 et 9, grotte du Quéroy à Chazelles, Charente (d’après Cornez de Soto, Kerouanton 1991) ; 2 et 6, grotte des Perrats à Agris, Charente (d’après Gomez de Soto, Boulestin 1996) ; 3 – Fort-Clan à Cenon, Vienne (d’après Maitay 2001) ; 7, grotte de la Cave Chaude à Vilhonneur, Charente (d’après Cornez de Soto 2001).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/18216/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 130k
Titre Fig. 5. Étape terminale de l’âge du Bronze final en Centre-Ouest. Récipients peints. 1 et 4, Camp Allaric à Aslonnes, Vienne (d’après Pautreau 1979) ; 2, 6, 9, 12, 15 et 16, grotte du Quéroy à Chazelles, Charente (d’après Cornez de Soto, Kerouanton 1991) ; 3 et 5 – grotte de Rancogne, Charente (d’après Gruet 1997) ; 7, 10, 11 et 17 – grotte des Perrats à Agris (d’après Cornez de Soto, Boulestin 1996) ; 8 – Grotte de la Cave Chaude à Vilhonneur, Charente (d’après Cornez de Soto 2001) ; 13 – Bois du Roc à Vilhonneur, Charente (d’après Cornez de Soto 1980) ; 14- Fort-Clan à Cenon, Vienne (d’après Maitay 2001).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/18216/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 95k
Titre Fig. 6. Étape terminale de l’âge du Bronze final en Centre-Ouest. Répartition quantitative et comparative du mobilier céramique, par grandes catégories (dessins Kerouanton 1999).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/18216/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 141k
Titre Fig. 7. Étape terminale de l’âge du Bronze final/ L’entité de France médiance (d’après Kerouanton 1999).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/18216/img-7.png
Fichier image/png, 62k
Titre Fig. 8. Carte de localisation des sites attribués au Ha. C ayant livré du mobilier céramique.
Légende 1. Angoulême, Charente ; 2, Villejoubert, Charente ; 3, Merpins, Charente ; 4, Léoville, Charente-Maritime ; 5, Saint-Martial-de-Mirambeau, Charente-Maritime ; 6, Fléac-sur-Seugne, Charente-Maritime ; 7, Saint-Denis-d’Oléron, Charente-Maritime ; 8, Les Portes-en-Ré, Charente-Maritime ; 9, Longeville, Vendée ; 10, Le Bernard, Vendée ; 11, Coulon, Deux-Sèvres
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/18216/img-8.png
Fichier image/png, 25k
Titre Fig. 9. Formes céramiques des sites de la transition Bronze – Fer du Centre-Ouest. Échelles diverses.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/18216/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 104k
Titre Fig. 10. Formes céramiques des ensembles attribués à la seconde phase de l’étape initiale du Premier âge du Fer (Ha C récent) du Centre-Ouest. 1 à 3, Andone à Villejoubert, Charente (d’après Debord et al. 2000) ; 4, Ilôt Chabrefy à Angoulême, Charente (d’après Buisson 1989) ; 5 à 10, Le Lizay aux Portes-en-Ré, Charente-Maritime (d’après Tardy 1993 ; Tardy, Mohen 1966) ; 11 à 13, Léoville, Charente-Maritime (d’après Marchadier 2005) ; 14 et 15, Saint-Martial-de-Mirambeau, Charente-Maritime (d’après Gaillard, Chevallier 1976).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/18216/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 54k

Auteurs

Etudiante-chercheur, Université de Poitiers. Collaboratrice de l’UMR 6566 « Centre de Recherche en Archéologie, Archéométrie, Histoire » (CNRS, Universités de Rennes 1, Rennes 2, Nantes, Ministère de la Culture, Inrap) – marchadieremili@aol.com

© ARTEHIS Éditions, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search