Version classiqueVersion mobile

De l’âge du Bronze à l’âge du Fer en France et en Europe occidentale (Xe-VIIe siècle av. J.-C.)

 | 
Henri Gaillard de Sémainville

Thème spécialisé de l’âge du bronze à l’âge du fer en France et en Europe occidentale (Xe – VIIe siècle av. J.-C.).

Le passage de l’âge du bronze à l’âge du fer dans le bassin aquitain

Bertrand Béhague et Céline Lagarde

Résumé

Cette contribution a pour but de porter un regard neuf sur le passage de la fin de l’âge du Bronze au Premier âge du Fer dans le Bassin aquitain, par la réunion de travaux portant respectivement sur ces deux périodes. L’étude a concerné la culture matérielle d’une part, les modes d’occupation du sol, les pratiques funéraires et rituelles d’autre part. Si l’évolution des mobiliers céramique et métallique montre une certaine continuité, d’autres facteurs mettent en évidence une rupture fondamentale entre le Bronze final et le début de l’âge du Fer.

Texte intégral

1Traiter du début du premier millénaire av. J.-C. dans le sud-ouest de la France n’est pas, de premier abord, une chose aisée. Cet état de fait est principalement dû à l’indigence et à la disparité de l’information.

2La disparité se manifeste tantôt au niveau de la qualité de la documentation (bien peu de sites sont publiés de manière monographique), tantôt au niveau des types de sites connus d’une période à l’autre (voir infra : absence de sites funéraires au Bronze final IIIb, peu d’habitats au début du Premier âge du Fer).

3L’état de la documentation, fondé sur des travaux portant respectivement sur la fin de l’âge du Bronze et sur le Premier âge du Fer, autorise cependant une première observation des phénomènes qui se manifestent lors du passage d’une période à l’autre.

4Les objectifs de cette recherche sont donc multiples :

  • dans un premier temps, inventorier de manière critique l’ensemble de la documentation connue à ce jour ;

  • sur cette base, définir la culture matérielle de la fin de l’âge du Bronze et du début de l’âge du Fer, et le cas échéant, esquisser une chronologie relative du mobilier et des sites ;

  • enfin, observer les changements qui ont pu se produire entre la deuxième moitié du Xe siècle et la première moitié du VIIe siècle avant J.-C. dans divers domaines.

1. DÉFINITION DU CADRE ET MÉTHODOLOGIE

1.1. Le cadre géographique

5Le Bassin aquitain correspond au vaste bassin sédimentaire d’alluvions récentes (Tertiaire récent et Quaternaire) du sud-ouest de la France. Il est drainé principalement par la Garonne, la Dordogne et leurs affluents, auxquels nous pouvons ajouter la vallée de la Leyre, qui traverse les Landes du sud-est vers le nord-ouest, pour se jeter dans le Bassin d’Arcachon.

6L’inventaire des sites et découvertes porte ainsi sur les départements actuels de Dordogne, Gironde, Lot-et-Garonne et Landes.

1.2. Le cadre chronologique et culturel

7Régionalement, la terminologie employée pour désigner la fin de l’âge du Bronze utilise principalement le système chronologique proposé par J.-J. Hatt, soit Bronze final IIIb, ou la chronologie adaptée par P. Brun, soit Bronze final III (Hatt 1961 ; Brun 1986). Pour l’âge du Fer, une plus grande diversité de termes est employée : Hallstatt ancien, début (ou phase ancienne) du Premier âge du Fer, Hallstatt C (beaucoup plus rarement employé), période 1 de J.-P. Mohen (Mohen 1980). Ce dernier, lors de sa thèse d’État sur le Premier âge du Fer en Aquitaine, a « recherché dans chaque groupe l’existence d’une phase zéro qui appartient encore à l’âge du Bronze : cette phase peut ne représenter qu’un aspect du Bronze final mais elle a la particularité d’établir une relation entre l’âge du Bronze et l’âge du Fer. Cette phase zéro peut aussi ne pas exister ». L’identification de cette phase pose donc un certain nombre de problèmes. D’une part, dès les armées 1980, J.-P. Mohen ne parvient pas à l’observer dans tous les groupes qu’il étudie. Il reconnaît, de plus, que la plupart des grands ensembles funéraires étudiés « semblent commencer avec l’âge du Fer et peu de nécropoles de la fin de l’âge du Bronze passent progressivement à l’âge du Fer ». La définition même de cette phase reste enfin hasardeuse. Sans l’évoquer explicitement, il la rapproche d’une phase de transition Bronze/Fer. Cette phase n’est aujourd’hui clairement définie que dans le Midi de la France (phase IIa et IIb du Moulin ; Taffanel, Janin 1998 : 303-315). Dans le domaine continental, elle correspond au Hallstatt C1 (Milcent 2004 : 335-336).

8Les quelques points de comparaison typologique, essentiellement des objets métalliques, permettent d’accepter les dates absolues communément admises pour l’Europe tempérée occidentale de 950-800 av. J.-C. pour le Bronze final IIIb, et de 800-650 av. J.-C. pour la phase ancienne du Premier âge du Fer.

9Au Bronze final IIIb, la zone d’étude s’insère dans le domaine atlantique et correspond à la moitié sud du groupe de Vénat qui s’étend sur le Sud-Ouest et le Centre-Ouest de la France (Coffyn et al. 1981 : 52-61). Au Premier âge du Fer, des distinctions régionales sont plus visibles (Mohen 1980 : 169-178 ; Béhague 2007a : 16-18) : les Landes présentent de nombreuses affinités avec le piémont pyrénéen ; le Lot-et-Garonne subit l’influence du domaine méditerranéen, tout en conservant une originalité propre ; la Gironde présente de nombreux éléments de comparaison avec les faciès saintongeais (Marchadier 2005) tandis que la Dordogne semble plus influencée par le domaine continental, via le Limousin.

1.3. Méthodologie de l’étude

10Dans un premier temps, les corpus de deux travaux universitaires, l’un consacré à l’âge du Bronze (Lagarde 2005), l’autre au Premier âge du Fer (Béhague 2001), ont été compilés et triés. Ces travaux se sont, bien entendu, appuyés sur la documentation accumulée par nos prédécesseurs (Coffyn 1971 ; Marcadal 1971 ; Mohen 1980 ; Chevillot 1981 et 1989 ; Beyneix 1997). Dans cette région où ces périodes paraissent assez mal connues et définies, quelques sites sont datés alternativement de la fin de l’âge du Bronze ou du Premier âge du Fer, selon le sujet traité par la publication. Dans la plupart des cas, un grand nombre d’entre eux n’est pas attribué distinctement à l’une ou l’autre période. Le croisement des regards a permis de compléter des inventaires dont la dispersion des supports de publication et d’inventaire ne facilite pas l’exhaustivité.

11Une deuxième étape a consisté à reprendre la documentation connue pour chacun des sites, de manière à vérifier et quelquefois corriger leur datation. Ce travail a été effectué à la lumière des travaux récents sur la typochronologie des mobiliers des régions voisines (nécropoles du Castrais : Giraud et al. 2003, France centrale : Milcent 2004 et Languedoc occidental : Janin 1992). Cette actualisation des attributions chronologiques a permis de dater certains sites plus précisément qu’ils ne l’étaient dans la source bibliographique.

12Cette recherche a également essayé de poser un regard critique sur les contextes de découverte, de manière à confirmer ou à nuancer la valeur des observations. Une attention particulière a été portée sur la définition des différentes natures d’occupation. Cet exercice a été compliqué par les circonstances de découvertes qui ne permettent pas toujours d’identifier clairement la fonction d’un site.

2. PRÉSENTATION CRITIQUE DE LA DOCUMENTATION

13Nous recensons, à l’heure actuelle, 115 occupations (fig. 1 et annexe) datées entre la fin du Bronze final et le début du Premier âge du Fer. Cette faible densité générale tient probablement plus de l’état de la recherche, dans une région qui ne comptait que peu de chercheurs protohistoriens ces dernières années, que d’une réalité historique. La carte révèle des zones de concentration de sites, qui correspondent bien souvent à l’activité intense de chercheurs locaux. La basse vallée de la Leyre (Gironde) fut ainsi le terrain privilégié du Dr B. Peyneau au début du XXe siècle. D’autres concentrations sont visibles, en Lot-et-Garonne (travaux d’A. Dautant et de l’Association des Archéologues du Lot-et-Garonne) ou en Dordogne (travaux de C. Chevillot), par exemple. À l’inverse, des zones semblent vierges de toute découverte. Une attention particulière aux contextes géomorphologiques peut expliquer ce phénomène, mais une série de prospections pourrait également combler ces lacunes.

Fig-1 • Carte des sites datés du Xe au VIIe siècle av. J.-C. et inventaire sommaire des sites retenus pour la présente étude.

Fig-1 • Carte des sites datés du Xe au VIIe siècle av. J.-C. et inventaire sommaire des sites retenus pour la présente étude.

Conception et réalisation MATE.IGN 2003.
Dordogne :
1 : BEAUREGARD-ET-BASSAC, Les Peyreiroux ; 2 : BEYNAC, Le Bourg Haut ; 3 : CAMPAGNE, Le Fayard ; 4 : CASTELS ; 5 : CASTELS, Crotte de la Boissière ; 6 : CELLES, Le Petit Cluzeau ; 7 : CENAC-ET-SAINT-JULIEN, Grotte des Poteries, Falaise des Pendoyes ; 8 : COULOUNIEIX-CHAMIERS, Camp d’Ecorneboeuf ; 9 : DOMME, Cluzeau A, Falaise de Codon ; 10 : DOMME, Grotte de la Martine ; 11 : EXCIDEUIL ; 12 : EYMET ; 13 : EYZERAC, La Cornétie ; 14 : LA ROQUE-GAGEAC, Grotte falaise de Marqueyssac ; 15 : LAMONZIE-SAINT-MARTIN, Gué de Russel à la Bourgatie ; 16 : LES EYZIES-DE-TAYAC-SIREUIL, Grotte de l’Église ; 17 : LES EYZIES-DE-TAYAC-SIREUIL, Laugerie-Basse ; 18 : LES EYZIES-DE-TAYAC-SIREUIL ; 19 : LES EYZIES-DE-TAYAC-SIREUIL, Grotte Nancy ; 20 : MAUZENS-ET-MIREMONT, La Musette ; 21 : MONTREM, Pourtem ; 22 : NEUVIC, Puy-de-Pont ; 23 : PERIGUEUX ; 24 : PERIGUEUX, Cour de l’Arche ; 25 : PEYZAC-LE-MOUSTIER, La Roque Saint-Christophe ; 26 : PLAZAC, Grotte de la Maurélie ; 27 : PORT-SAINTE-FOY, Gué de Chantier ; 28 : PRIGONRIEUX ; 29 : ROUFFIGNAC-DE-SIGOULES, Grotte de la Fontanguillère ; 30 : ROUFFIGNAC-DE-SIGOULES, Grotte de Rouffignac ; 31 : ROUFFIGNAC-DE-SIGOULES, Crotte de Rouffignac I ; 32 : ROUFFIGNAC-DE-SIGOULES, Grotte de Rouffignac II ; 33 : SAINT-LEON-SUR-L’ISLE, Cour de la Moutine ; 34 : SAINT-LEON-SUR-L’ISLE, Puypinsou ; 35 : SAINT-LOUIS-EN-L’ISLE, Solvieux ; 36 : SAINT-MEDARD-DE-MUSSIDAN, Le Plaisy ; 37 : SAINT-PIERRE-DE-CÔLE, La Vie ; 38 : SAINT-POMPON, Grotte de Castelviel ; 39 : SAINT-ROMAIN-ET-SAINT-CLEMENT, La Forêt Mêlée ; 40 : SAINT-VINCENT-LE-PALUEL, Grotte de Petite-Borie ; 41 : SIORAC-EN-PERIGORD, Castel-Réal ; 42 : TURSAC, Grotte de Liveyre ; 43 : TURSAC, Reignac.
Gironde :
44 : ABZAC, Camp Pétreau ; 45 : ANGLADE, Terrier Ricard ; 46 : BIGANOS, Bos de Caubet ; 47 : BIGANOS : Houn delà Peyre ; 48 : BIGANOS, Houn de la Peyre ; 49 : BIGANOS, Le Gaillard ; 50 : BIASIMON, Clusets ; 51 : BORDEAUX ; 52 : BORDEAUX (amont) ; 53 : CAMBES ; 54 : CASTELNAU-DE-MEDOC ; 55 : (AS IIIION-I A-BAI Ail IE (Dordogne) ; 56 : CASTILLON-LA-BATAILLE ; 57 : COUTRAS, Les Grands Rois ; 58 : CUBZAC-LES-PONTS, Château des Quatre-Fils Aymon ; 59 : CUBZAC-LES-PONTS, Château des Quatre-Fils Aymon (habitat) ; 60 : CUDOS, Deyres ; 61 : GRAYAN-ET-L’HÔPITAL, Taillebois ; 62 : ISLE-SAINT-GEORGE ; 63 : LA REOLE ; 64 : IA SAUVE ; 65 : LA TESTE, Dune du Pilat ; 66 : LETEICH, Balanos ; 67 : LIBOURNE ; 68 : LUGASSON, Roquefort ; 69 : MIOS, Pujaut ; 70 : MONTAGNE, Saint-George-de-Montagne ; 71 : MOULIETS-ET-VILLEMARTIN, A la Route ; 72 : NOAILLAN, Peyrebernède ; 73 : PAUILLAC ; 74 : PINEUILH, La Commanderie ; 75 : SAINT-ANDRE-DE-CUBZAC, Peyrelevade ; 76 : SAINT-ESTEPHE, Fontpetite ; 77 : SAINT-ETIENNE-DE-LISSE, Niord ; 78 : SAINT-FERME ; 79 : SAINT-GERMAIN-D’ESTEUIL ; 80 : SAINT-GERMAIN-LA-RIVIERE, La Roque ; 81 : SALLES, Le Martinet.
Landes :

82 : ARENGOSSE, ; 83 : BERGOUEY ; 84 : BEYLONGUE, Le Bigné ; 85 : BOUGUE ; 86 : BOUGUE, Castet ; 87 : BROCA S-LES-FORGES, Téoulère ; 88 : CERE, Moulin de Caillaou ; 89 : LAGLORIEUSE, Mouliot ; 90 : MIMIZAN, Louroun ; 91 : MONT-DE-MARSAN ; 92 : SAINT-SEVER, Barrouillan ; 93 : SAINT-SEVER ; 94 : SAINT-SEVER, Moulin de Papin ; 95 : SARBAZAN, Treize Pouys ; 96 : SEYRESSE ; 97 : SINDERES ; 98 : TILH, Le Gert de Tilh.
Lot-et-Garonne :
99 : AGEN, Lacrombe ; 100 : AGEN, /’Ermitage ; 101 : AGEN ; 102 : BARBASTE, Lesparre ; 103 : BIAS, le Reynou ; 104 : BON ENCONTRE, Eglise Ste-Radegonde ; 105 : BOURRAN, Pont de la Peyre ; 106 : FAUILLET, La Gravière ; 107 : LAFITTE-SUR-LOT, La Muraille ; 108 : MARMANDE ; 109 : MASQUIERES, Grotte de Casse-Bartas ; 110 : NICOLE, Pech de Berre ; 111 : SAINTE-EUTROPE-DE-BORN, Boulbène ; 112 : SAINTE-LIVRADE-SUR-LOT, Saint-Martin ; 113 : SAINTE-MAURE-DE-PEYRIAC, Château de Lous Peyrous ; 114 : TOMBEBOEUF, Moulin de la Ville ; 115 : TOMBEBOEUF.

Fig. 2. Nature des interventions archéologiques (effectif total : 115 sites).

Fig. 2. Nature des interventions archéologiques (effectif total : 115 sites).

14Outre la répartition inégale de la documentation, il faut faire le constat que seulement 35 % des sites ont été explorés en profondeur. Parmi ceux-ci, il faut distinguer (fig. 2) ceux qui ont fait l’objet d’un simple sondage (6 %), destiné à estimer la conservation du site et son éventuelle stratigraphie, de ceux qui ont été réellement et parfois anciennement fouillés (29 %). L’extension de ces travaux de terrain se limite malheureusement parfois à l’emprise d’une ou deux structures, ce qui ne permet pas toujours de déterminer précisément la nature de l’occupation qu’elles signalent (Roux 1989 : 448).

15Ce sont donc 65 % des sites (soit 75 sites) qui ne sont connus que par la prospection. Les découvertes fortuites d’objets isolés, fréquentes pour l’âge du Bronze, sont comptées avec les sites prospectés. Le constat de cette forte proportion est évidemment déplorable et nuit grandement à la précision désonnais demandée à l’archéologie, en particulier en matière de chronologie et d’identification des sites.

16Sur ce dernier point, nous pouvons distinguer différentes natures d’occupation. Les sites funéraires sont, bien entendu, ceux qui ont livré une ou plusieurs sépultures, associant mobilier et restes humains. Ils sont au nombre de 22 et se répartissent inégalement entre la Gironde (9 sites), la Dordogne et les Landes (respectivement 6 et 5 sites) et le Lot-et-Garonne qui n’en compte que 2. Nous appelons habitat (ou site domestique) les 34 sites sur lesquels une structure domestique a été fouillée, ou, dans le cadre de prospection, sur lesquels ont été ramassés des restes de céramiques, associés à des restes de faune et parfois des vestiges de construction (torchis, plaque-foyer...).

17Lorsque la quantité de mobilier est trop ténue, nous préférons utiliser le terme d’indice d’occupation (13 occurrences). La catégorie « dépôt » rassemble les dépôts (déposition intentionnelle de plusieurs objets) découverts en milieu terrestre ou fluvial. Nous considérons que les objets métalliques isolés découverts dans le lit des rivières relèvent plus probablement d’une pratique de déposition intentionnelle que de la perte involontaire d’objet (Torbrügge 1970-1971) ; ils sont donc comptés comme dépôts. Ils sont 16 au total, avec une nette différence entre la partie nord de la zone étudiée (6 en Dordogne et 7 en Gironde) et la partie sud (2 dépôts dans les Landes et 1 seulement en Lot-et-Garonne). Trente et une découvertes d’objets métalliques en milieu terrestre ont été traitées séparément en raison du manque d’informations relatives à leur découverte. Il peut s’agir de véritables objets déposés isolément et intentionnellement mais ils peuvent appartenir à un ensemble plus important. La nature des sites dont l’isolement est avéré est aujourd’hui considérée comme particulière : on peut la considérer comme un dépôt à part entière (Gabillot, Gomez 2007 : 65). La dichotomie nord/sud remarquée pour les dépôts se retrouve avec ces objets isolés : 22 en Gironde et Dordogne et 9 dans les Landes et le Lot-et-Garonne.

3. LA CULTURE MATÉRIELLE DU SUD-OUEST DE LA FRANCE AU DÉBUT DU Ier MILLÉNAIRE AV. J.-C. : VERS UNE PÉRIODISATION DE LA PHASE ANCIENNE DU PREMIER ÂGE DU FER ?

18La division en deux parties de la première étape du Premier âge du Fer (800-650 av. J.-C.) est perçue dans diverses régions de France. Ainsi, en Languedoc occidental, la phase dénommée et interprétée comme une transition Bronze/Fer qui débute après 800 av. J.-C. se distingue nettement du début Premier âge du Fer stricto sensu ou Fer 1 ancien, qui se terminerait vers 675 av. J.-C. (Janin 1992). Plus proches de notre zone d’étude, les nécropoles du Castrais constituent une source d’une grande fiabilité en raison du nombre de tombes fouillées réparties sur trois nécropoles. Leur étude (Giraud et al. 2003 : 167- 168) a également distingué, outre une phase 1 attribuée au Bronze final IIIb, une phase 2 correspondant à la transition Bronze/Fer et une phase 3 formant la phase initiale du Premier âge du Fer, dans l’acception languedocienne de cette terminologie. P.-Y. Milcent (Milcent 2004 : 102- 104), à partir de l’évolution de l’armement hallstattien, observe également un découpage bipartite de la phase ancienne du Premier âge du Fer (Hallstatt C de la chronologie allemande) et propose ainsi une division entre le Hallstatt C ancien et le Hallstatt C récent.

19À la fin de ce chapitre, quelques remarques seront formulées sur la possibilité de percevoir ce même phénomène dans notre zone d’étude. Des ensembles des nécropoles de la vallée de la Leyre (Mohen, Coffyn 1970 ; Bilbao 2005) et du Lot-et-Garonne (Beyneix et al. 1995) ainsi que quelques objets permettent de supposer qu’une telle distinction sera rapidement envisageable dans notre région.

3.1. Le bronze final IIIb

2053 sites ont livré 108 objets en alliages à base de cuivre, notamment 14 dépôts dont 9 fluviaux, 9 sites domestiques et 1 funéraire. L’inventaire rassemble une grande diversité d’objets dont un grand nombre est caractéristique du Complexe dit « des épées en langue de carpe » : épées de ce type trouvées en Gironde et en Dordogne à Cambes (fig. 3 n° 19) et à Saint-Léon-sur-l’Isle par exemple (Chevillot 1989 : 159), poignards dragués à Port-Sainte-Foy et à Saint-Germain-d’Esteuil (Chevillot 1989 : 160) et pointes de lance du type de Vénat à Cubzac-les-Ponts et Castillon-la-Bataille (Coffyn et al. 1981), haches à douille du type de Plainseau (fig. 3 n° 20) à Castelnau-de-Médoc (Coffyn 1971 : 102), racloirs triangulaires (fig. 3 n° 22) au Terrier Ricard à Anglade (Coffyn 1982 : 139) et à Tombeboeuf (Beyneix 1997 : 57), broche à rôtir articulée draguée à Port-Sainte-Foy (Chevillot 1989 : 161)...

21À cette époque, quelques objets attestent d’échanges avec des régions proches ou éloignées, par exemple l’épée à poignée massive du type de Mörigen draguée à Bordeaux (Roussot-Larroque 2003 : 213 ; fig. 3 n° 23).

22Le dépôt découvert sur le site de hauteur de Cubzac-les-Ponts (Gironde) associe par exemple des épées à lame en langue de carpe à un bracelet du type de Saint-Genouph (Coffyn 1971 : 151) et des éléments d’équipement ou de harnachement. Les différentes prospections sur le site de hauteur de Cubzac-les-Ponts ont permis de recueillir entre autres : pointe de lance, applique, lingot et résidu de fonte, tranchet à soie, bracelet et fragment de vaisselle (Coffyn 1981 : 16).

23La céramique du Bronze final IIIb est surtout comme en Dordogne, où Ch. Chevillot a travaillé ces 30 dernières années. Ainsi, parmi les 41 sites ayant livré de la vaisselle attribuée à cette période, plus de la moitié (26 sites) sont localisés dans ce département. Les ensembles les plus caractéristiques se retrouvent en grotte, à Cénac-et-Saint-Julien ou à Domme, mais aussi sur certains sites de hauteur : Beynac, Siorac-en-Périgord (Chevillot 1989). Ils sont composés de grands vases de stockage au col le plus souvent court et droit (fig. 3 n° 1), de gobelets « en bulbe d’oignon » biconiques ou bulbeux au col court éversé (fig. 3 n° 14). Des écuelles et des plats tronconiques (fig. 3 n° 6, 7 et 9) avec ou sans lèvre à marli le complètent. Le décor des vases de cette période est composé de cannelures, d’impressions et surtout d’incisions exécutées au peigne à deux ou trois dents. Dans les autres départements, la documentation est nettement moins abondante et provient le plus souvent de ramassages de surface. Cependant, quelques éléments céramiques caractéristiques de la fin du Bronze final se rencontrent en Gironde : Cubzac-les-Ponts (Boudet 1981), Lugasson (Coffyn 1971), ou en Lot-et-Garonne : Nicole, Pech de Berre (Beyneix 1997). Ces formes et ces décors se retrouvent dans les ensembles caractérisant la fin de l’âge du Bronze de régions mieux documentées : les urnes ovoïdes à col court et le décor au double trait caractérisent la phase 1 de la nécropole du Moulin, à Mailhac (Taffanel, Janin 1998 : 313-314) ; on retrouve des gobelets en bulbe d’oignon dans les tombes de la phase 1 des nécropoles du Castrais (Giraud et al. : 167) ; ils sont également considérés comme représentatifs du Hallstatt B2-3 en France centrale (Milcent 2004 : 24-27).

3.2. La phase ancienne du Premier âge du Fer

24Le début du Premier âge du Fer se retrouve aussi bien en contexte d’habitat : à Montrem, en Dordogne (Chevillot, Moissat 1989), à Seyreisse, dans les Landes (Marembert, Merlet 2002), et à Sainte-Livrade, en Lot-et-Garonne (Dautant et al. 1980), pour les ensembles découverts en fouille, qu’en contexte funéraire : au Teich en Gironde (Bilbao 2005) et à Fauillet en Lot-et-Garonne (Beyneix et al. 1995), pour ne citer que quelques exemples.

25Deux fibules en alliage cuivreux à arc renflé sont signalées en Lot-et-Garonne (Duval et al. 1974 : 1 et 54). Les circonstances exactes de leur découverte sont inconnues.

Fig. 3. Mobilier du Xe au VIIe siècle av. J.-C. : 1 à 18 : céramique, 19 à 24 : alliages à base de cuivre, 25 : fer. 1 et 6 : Siorac-en-Périgord, Castel-Réal (24), d’après Chevillot 1989 ; 2 et 10 : Montrent (24), d’après Chevillot et Moissat 1989 ; 3 et 13 : Ste-Livrade (47), d’après Dautant et al. 1980 ; 4 et 8 : Balanos, sépulture 12 (33), d’après Bilbao 2005 ; 5, 11 et 18 : Fauillet, Lagravière (47), sépulture 31, d’après Beyneix et al. 1995 ; 7 et 9 : Nicole, Peclt de Berre (47), d’après Beyneix 1997 ; 12 : Blasimon (33), d’après Coffyn 1971 ; 14 : Peyzac, La Roque St-Christophe, d’après Chevillot 1989 ; 15 : Biganos, Bos de Caubet (33), tumulus 3, d’après Bilbao 2005 ; 16 : Fauillet, Lagravière (47), sépulture 32, d’après Beyneix et al. 1995 ; 17 : Biganos, Houn de la Peyre (33), tumulus 1, d’après Bilbao 2005 ; 19 : Cambes (33), d’après Coffyn 1971 ; 20 : Castelnau de Médoc, photographie C. Lagarde ; 21 : Saint-André-de-Cubzac, la Peyrelevade (33), d’après Roussot-Larroque 1974 ; 22 : Anglade, Le Terrier Ricard, d’après Coffyn 1982 ; 23 : Bordeaux (33), d’après Roussot-Larroque 2003 ; 24 : Cambes, d’après Roussot-Larroque 1992 ; 25 : Mios, d’après Bilbao 2005.

Fig. 3. Mobilier du Xe au VIIe siècle av. J.-C. : 1 à 18 : céramique, 19 à 24 : alliages à base de cuivre, 25 : fer. 1 et 6 : Siorac-en-Périgord, Castel-Réal (24), d’après Chevillot 1989 ; 2 et 10 : Montrent (24), d’après Chevillot et Moissat 1989 ; 3 et 13 : Ste-Livrade (47), d’après Dautant et al. 1980 ; 4 et 8 : Balanos, sépulture 12 (33), d’après Bilbao 2005 ; 5, 11 et 18 : Fauillet, Lagravière (47), sépulture 31, d’après Beyneix et al. 1995 ; 7 et 9 : Nicole, Peclt de Berre (47), d’après Beyneix 1997 ; 12 : Blasimon (33), d’après Coffyn 1971 ; 14 : Peyzac, La Roque St-Christophe, d’après Chevillot 1989 ; 15 : Biganos, Bos de Caubet (33), tumulus 3, d’après Bilbao 2005 ; 16 : Fauillet, Lagravière (47), sépulture 32, d’après Beyneix et al. 1995 ; 17 : Biganos, Houn de la Peyre (33), tumulus 1, d’après Bilbao 2005 ; 19 : Cambes (33), d’après Coffyn 1971 ; 20 : Castelnau de Médoc, photographie C. Lagarde ; 21 : Saint-André-de-Cubzac, la Peyrelevade (33), d’après Roussot-Larroque 1974 ; 22 : Anglade, Le Terrier Ricard, d’après Coffyn 1982 ; 23 : Bordeaux (33), d’après Roussot-Larroque 2003 ; 24 : Cambes, d’après Roussot-Larroque 1992 ; 25 : Mios, d’après Bilbao 2005.

26Les étiquettes du Musée d’Agen, où elles sont conservées, indiquent qu’il s’agirait de découvertes locales ; il convient cependant de prendre ces informations avec précaution (Milcent 2006). Une épingle en fer à tête enroulée avec anneau (fig. 3 n° 25), déposée dans une tombe de Salles, en Gironde (Bilbao 2005 : 98), et les dépôts (fig. 4) de Cambes (Gironde) et de Port-Sainte-Foy (Dordogne) complètent l’inventaire des rares objets métalliques régionaux attribuables au VIIIe ou au début du VIIe siècle av. J.-C.

27Le faciès céramique de ce début de l’âge du Fer évolue dans la continuité de celui du Bronze final IIIb : les vases de stockage présentent des cols plus longs qui tendent à déverser (fig. 3 n° 2-4). Les gobelets en bulbe d’oignon, qui caractérisaient la phase précédente, ne sont plus présents. On voit apparaître, à leur place, des gobelets à panse surbaissée (fig. 3 n° 15-17). Ce profil se décline en deux modules à Sainte-Livrade en Lot-et-Garonne (Dautant et al. 1980) et à Montrem en Dordogne (Chevillot, Moissat 1989). On retrouve sur ces sites des gobelets de petite dimension (12 à 14 cm de diamètre à l’ouverture) et des écuelles d’une vingtaine de centimètres de diamètre (fig. 3 n° 13). Le décor d’incision au double trait perdure, mais diminue en proportion. Le décor à la cordelette, absent auparavant, apparaît, tandis que les cannelures gagnent en régularité.

Fig. 4. Typologie et inventaire des épées du sud-ouest de la France (All. Cu : Alliage cuivreux ; BF : Bronze final ; AF : âge du Fer).

Fig. 4. Typologie et inventaire des épées du sud-ouest de la France (All. Cu : Alliage cuivreux ; BF : Bronze final ; AF : âge du Fer).

28Ces caractères trouvent des comparaisons dans les régions fournissant des typochronologies fondées sur des ensembles plus nombreux et mieux documentés. Les phases II et III de la nécropole du Moulin à Mailhac, caractérisant respectivement la phase transition Bronze/ Fer et Premier âge du Fer stricto sensu voient ainsi disparaître le gobelet en bulbe d’oignon, remplacé par des coupes carénées à profil concave-convexe puis par des coupelles hémisphériques. Le décor de motifs mailhaciens disparaît quasiment à cette époque également (Taffanel, Janin 1998 : 314). Dans les nécropoles du Castrais (Giraud et al. 2003 : 167-168), la phase II (transition Bronze/Fer) voit le décor au double trait incisé se raréfier au profit du développement de l’impression à la cordelette ou à la roulette, dont nous retrouvons des exemples en Lot-et-Garonne et dans les Landes.

3.3. Vers une périodisation de la phase ancienne du Premier âge du Fer ?

29Quelques tombes – en Gironde : Biganos, Houn de la Peyre, tumulus 1 (Bilbao 2005) ; en Lot-et-Garonne : Barbaste, Lesparre, sépulture 31 (Marcadal 1971) – se caractérisent par l’emploi de vases cinéraires de dimensions plus réduites (fig. 3 n° 5) que dans la plupart des autres sépultures et de gobelets surbaissés présentant une panse au profil plus caréné que ceux des autres ensembles (fig. 3 n° 17-18). Elles peuvent signaler un horizon chronologique distinct du Hallstatt moyen. Ce dernier est bien caractérisé par ailleurs, grâce à des associations qui comportent du mobilier métallique : fibule à pied droit et vases tronconiques à épaulement haut placé surmonté d’un col court ou vases globulaires à haut col concave (Béhague 2007a : 24-29). Leur nombre est cependant trop réduit pour rester sur une affirmative. Une analyse plus approfondie en cours permettra de vérifier la valeur chronologique de ces associations.

30Deux épées du début de l’âge du Fer sont connues dans la région : l’une, en alliage cuivreux, découverte à Cambes, en Gironde (Roussot-Larroque 1992, fig. 3 n° 24), est du type de Miers ; l’autre provient de Port-Sainte-Foy, en Dordogne, et possède une lame en fer montée sur une poignée en bronze du même type (Chevillot 1989 : 164- 165). Il est à noter que ces deux armes sont attribuées au Hallstatt C récent et qu’aucun exemplaire d’épée du Hallstatt C ancien n’est connu régionalement.

31Nous pouvons donc résumer cette présentation de la culture matérielle ainsi :

  • un horizon Bronze final IIIb ;

  • un horizon marquant P entrée dans l’âge du Fer ;

  • un éventuel troisième horizon, encore dans la phase ancienne du Premier âge du Fer.

4. DE L’ÂGE DU BRONZE À L’ÂGE DU FER

32La documentation régionale ne nous permet pas d’affirmer avec certitude le découpage chronologique tripartite des trois siècles qui nous occupent ici. Nous nous contenterons donc, dans cette partie, de mettre en évidence les changements survenus entre la fin de l’âge du Bronze final (Xe-IXe siècle av. J.-C.) et le début du Premier âge du Fer (VIIIe-VIIe siècle av. J.-C.). Ces observations sont d’ailleurs suffisamment significatives pour se limiter à cette distinction.

4.1. Évolution du mobilier

4.1.1. Évolution typologique et mode de consommation des objets métalliques

33L’évolution typologique des objets métalliques ne peut être appréhendée qu’à travers les épées.

34Ces objets sont présents au Bronze final IIIb et au Premier âge du Fer (fig. 4). Les types représentés sont le type en langue de carpe (12 exemplaires) et le type de Mörigen (1 exemplaire) pour la fin de l’âge du Bronze, remplacés au Premier âge du Fer (2 exemplaires) par le type de Miers (découvert à Cambes ; Roussot-Larroque 1992) et une épée de fer à poignée de bronze du même type (à Port-Sainte-Foy, en Dordogne).

35Les épées sont d’abord découvertes essentiellement en contexte de dépôts (terrestres et fluviaux). Puis, si la pratique des dépôts terrestres disparaît, la déposition d’épées dans les rivières continue au début de l’âge du Fer (Bordeaux, Port-Sainte-Foy).

36On assiste de façon très brutale, lors du passage à l’âge du Fer, à la disparition de la quasi-totalité des catégories d’objets métalliques représentées (outillage, harnachement, métallurgie), ce qui représente un changement profond dans les modalités de consommation des objets métalliques, notamment avec l’abandon des rites de déposition terrestre.

37Les objets de parure sont peu présents dans le Bassin aquitain. Si au Bronze final IIIb il en existe 17 exemplaires (bracelets, épingles, fibules), la diversité des catégories et le nombre d’objets diminuent dans la région à la phase suivante : 5 épingles et fibules au début du Premier âge du Fer.

4.1.2 Évolution morphologique des céramiques

38La céramique, du point de vue technologique, semble peu évoluer au début du Ier millénaire av. J.-C. On distingue principalement une céramique fortement dégraissée à la surface simplement régularisée et une céramique plus fine au traitement plus soigné. Il est courant d’interpréter les formes de la première catégorie comme des vases de stockage, de cuisson ou de transport, tandis que les vases de la seconde servent plus probablement à la présentation et à la consommation des aliments. Ces derniers présentent souvent une surface lissée, allant jusqu’à un aspect poli sur certains vases. Quelques formes peuvent constituer de bons fossiles directeurs, dans la mesure où elles sont présentes dans certains ensembles et absentes dans d’autres. Ainsi, les gobelets en bulbe d’oignon qui caractérisent la fin du Bronze final sont systématiquement remplacés par les gobelets à panse surbaissée lors du passage à l’âge du Fer (fig. 3, n° 14-18). On peut également observer une évolution morphologique de certains contenants entre les deux périodes. Les vases de stockage montrent ainsi une évolution sensible de leur partie supérieure. De cols plutôt droits et courts au Bronze final IIIb (fig. 3 n° 1), on passe à des cols ouverts et plus longs au Premier âge du Fer (fig. 3 n° 3-5).

4.2. L’occupation du sol

39On constate, d’une manière générale, que le nombre de sites est plus que divisé par deux lors du passage de l’âge du Bronze à l’âge du Fer (fig. 5 et 6). Cette remarque est particulièrement valable pour la moitié nord-est de la zone étudiée qui, par ailleurs, fournit le plus grand nombre de sites et dont l’image de l’occupation du sol est par conséquent la plus fiable. La moitié sud (Landes et Lot-et-Garonne) contredit une telle observation, dans la mesure où la densité d’occupations connues est plus ou moins constante. La décroissance, sur l’ensemble de la zone, n’est pas homogène pour toutes les catégories de sites (fig. 7). Par exemple, les sites funéraires, très mal connus au Bronze final, sont bien présents au Premier âge du Fer puisqu’ils représentent la moitié des occupations recensées. Ce sont les habitats qui sont moins connus ainsi que les dépôts qui disparaissent quasiment.

40Ces observations sont à mettre en parallèle avec une évolution de l’implantation topographique des sites, notamment des habitats (fig. 8). D’une part, on passe de 26 sites d’habitat connus au Bronze final IIIb à 8 sites au Premier âge du Fer. De plus, la proportion – 1 site de plaine pour plus de 2 sites de hauteur au Bronze final (de 5 à 12) – s’inverse totalement au Premier âge du Fer (2 sites de hauteur pour 6 occupations de plaine). Une telle remarque a été développée récemment pour la France centrale (Milcent 2004 : 42-50) où l’on observe de nombreux habitats de hauteur, occupés au Hallstatt B2-3 et qui semblent abandonnés, au Hallstatt C, au profit de « points bas » (plaine, bas de versant). Un même déplacement des hauteurs vers les vallées avait été remarqué par J. -C. Blanchet dans la vallée de l’Aisne (Blanchet 1984 : 422).

Fig. 5. Carte des sites du bronze final IIIB (effectif total : 85 sites).

Fig. 5. Carte des sites du bronze final IIIB (effectif total : 85 sites).

Fig- 6- Carte des sites du début du Premier âge du Fer (effectif total : 30).

Fig- 6- Carte des sites du début du Premier âge du Fer (effectif total : 30).

Fig. 7. Nature des sites du Bronze final IIIb et du début du Premier âge du Fer.

Fig. 7. Nature des sites du Bronze final IIIb et du début du Premier âge du Fer.

Fig. 8. Implantation topographique des habitats du Bronze final IIIb et du début du Premier âge du Fer (effectif total : 34).

Fig. 8. Implantation topographique des habitats du Bronze final IIIb et du début du Premier âge du Fer (effectif total : 34).

41Nous pouvons légitimement nous demander si la disparition des sites domestiques qui accompagne le passage à l’âge du Fer ne correspond pas ainsi à un déplacement de ceux-ci vers des zones moins repérables. À Bourran, Pont de la Peyre, en Lot-et-Garonne, des vestiges du début de l’âge du Fer sont enfouis à 4 mètres de profondeur, sous près de 3 mètres d’alluvions stériles (Dautant 1980 : 81, 94).

4.3. Les pratiques rituelles et funéraires

42La pratique de déposer des objets de métal dans les rivières ou dans des contextes terrestres, qui constitue une pratique bien identifiée à l’âge du Bronze, semble péricliter lors du passage à l’âge du Fer. Elle réapparaît, en revanche, à la phase moyenne du Premier âge du Fer, sous la forme de dépôt de haches à Lussac et Saint-Émilion en Gironde par exemple (Coffyn 1979 : 10-13), ou de parures annulaires à Lesparre en Gironde (Mohen 1980 : 270).

43En dernier lieu, une évolution des pratiques funéraires peut être appréhendée bien que certaines informations viennent à manquer. Au Bronze final, seules quelques inhumations en grottes sont connues en Dordogne (grottes de Rouffignac-de-Sigoulès par exemple). Le contexte de certaines de ces découvertes n’est d’ailleurs pas toujours clairement établi. Ces données sont mieux connues au Premier âge du Fer avec la création de nécropoles à incinérations en divers points de la région : Truc du Bourdiou à Mios (Gironde) (Bilbao 2005) et La Gravière à Fauillet (Lot-et-Garonne) (Beyneix et al. 1995) pour n’en citer que quelques-unes.

CONCLUSION

44Ainsi, malgré une documentation de qualité disparate, un certain nombre de remarques et d’observations peuvent être faites sur le passage de l’âge du Bronze à l’âge du Fer dans le sud-ouest de la France, qui ne se limite pas, à nos yeux, à l’apparition des premiers objets en fer.

45Dans un premier temps, l’observation de la culture matérielle montre une évolution du mobilier céramique ou métallique. Les associations d’objets dans les tombes, les dépôts ou sur les sites d’habitat mettent en évidence 2 à 3 étapes entre le Xe et le VIIe siècle av. J.-C. Ces dernières sont en outre liées à l’évolution morphologique des objets.

46Dans un second temps, des différences notables sont à signaler entre la fin du Bronze final (Xe-IXe siècle av. J.-C.) et le début du Premier âge du Fer (VIIIe-VIIe siècle av. J.-C.) :

  • une forte diminution du nombre de sites connus au Premier âge du Fer par rapport au Bronze final IIIb : indépendamment de l’indigence ou de la qualité de l’information archéologique dans la région étudiée, il est remarquable de noter la raréfaction des occupations connues pour les VIIIe et VIIe siècles av. J.-C. ;

  • ce phénomène s’accompagne d’un changement des modalités d’occupation du territoire. Au Bronze final IIIb, l’espace est marqué par des sites de hauteur, parfois régulièrement répartis le long d’axes fluviaux (Chevillot
    1999) et l’absence actuelle de sites funéraires nous prive d’information sur tout un pan des pratiques rituelles des populations protohistoriques. Au Premier âge du Fer, les quelques sites d’habitat connus sont majoritairement installés sur les terrasses alluviales des vallées des rivières qui drainent le territoire. Les nécropoles à incinérations, parfois recouvertes de tertres, sont désormais connues sur l’ensemble de la zone ;

  • la création de nécropoles au début du Premier âge du Fer est illustrée dans un récent article sur la diffusion de la pratique de l’incinération dans le sud de la France (Dedet 2004). L’auteur ne cite qu’un seul exemple de nécropole attribuée au Bronze final IIIb en Lot-et-Garonne, que par ailleurs, nous attribuons au Premier âge du Fer, ce qui distingue nettement la moyenne et basse vallée de la Garonne, et toute la zone qui se trouve à l’ouest de celle-ci, de la zone située à l’est et au sud de la confluence du Tarn et de la Garonne. Par contre, à la phase qu’il appelle « transition Bronze IIIb/Premier âge du Fer » à laquelle il associe « la première moitié du Premier âge du Fer », soit les VIIIe et VIIe siècles av. J. -C., on observe l’apparition des nécropoles de l’Agenais, du Bassin d’Arcachon et des Landes. L’absence de données concernant les pratiques funéraires antérieures au VIIIe siècle ne lui permet donc pas de traiter la problématique posée pour ces régions occidentales. Cette absence d’informations soulève cependant des problèmes d’interprétation : lacune de la recherche ? absence d’occupation (ce que n’indiquent pas les autres contextes de découvertes) ? pratiques funéraires ne donnant pas lieu à la conservation de tombes ?

  • la disparition de la pratique des dépôts terrestres dès le début du Premier âge du Fer révèle d’une part un changement dans les manifestations rituelles, mais il s’accompagne également d’une importante diminution de la masse métallique en alliages cuivreux et du nombre d’objets retrouvés, quel que soit le contexte. S’agit-il d’une volonté de ne pas « gaspiller » de métal ? d’un changement de rite qui ne nécessite plus de déposer autant d’objets métalliques ? Que ce soit une mutation d’ordre économique, social ou rituel, elle traduit une radicale rupture avec la période précédente.

47Il serait intéressant à l’avenir de s’interroger sur la raison de la décroissance du nombre d’occupation. Des modifications climatiques, datées aux alentours de 800 avant J.-C., peuvent avoir joué un rôle dans les changements observés, en particulier pour les occupations du littoral et de bords de rivières. Mais d’autres raisons peuvent expliquer cette apparente désertification.

48Cette contribution met en évidence l’intérêt majeur de lier dans une même approche les études sur l’âge du Bronze et sur l’âge du Fer. Malgré les lacunes de la documentation régionale, certains paramètres permettent de mieux cerner le passage entre ces deux périodes. Ces résultats ne demandent qu’à être affinés, confirmés ou infirmés par de futures études de terrain qui, nous l’espérons, tiendront compte de nos réflexions.

49Nous espérons avoir ainsi démontré que la distinction peut être faite, dans ces régions, entre la fin de l’âge du Bronze et le début de l’âge du Fer ; l’emploi du terme « transition Bronze-Fer », source de nombreuses confusions, est donc à bannir. S’il peut trouver une justification dans l’approche matérielle des cultures protohistoriques, il perd tout son sens dans une vision historique de l’évolution de ces sociétés.

Bibliographie

Bibliographie

ARAMBOUROU R., 1972 – Fouilles dans le Gert de Tilh et Mouscardès. Dax, Bull. Soc. Borda, 97, p. 3-10.

BARROUQUÈRE H., 2001 – Rapport de prospection-inventaire sur onze communes de la région de Tartas (Landes). SRA Aquitaine.

BÉHAGUE B., 2001 – État de la recherche sur le Premier âge du Fer dans la partie occidentale du Bassin Aquitain. Mémoire de DEA. Bordeaux, Université Michel de Montaigne, Bordeaux 3, 135 p., 68 pl., 10 cartes.

BÉHAGUE B., 2007a – Le Premier âge du Fer dans la moyenne et basse vallée de la Garonne (800-400 a. C.). État de la documentation. In : VAGINAY M., IZAC-IMBERT L., dir., 2007 – Les âges du Fer dans le Sud-Ouest de la France. Actes du XXVIIIe colloque de l’A.F.E.A.F., Toulouse, 2004. Bordeaux, p. 15-35 (Aquitania, suppl. 14-1).

BÉHAGUE B., 2007 b – Le site de Niord à Saint-Etienne-de-Lisse. In : DUVAL A., GOMEZ de SOTO J. dir., 2007 – Sites et mobiliers de l’âge du Fer entre Loire et Dordogne. Chauvigny, Association des publications chauvinoises, p. 57-59. (Mémoire de la Société de recherches archéologiques de Chauvigny, 29).

BEYNEIX A., 1997 – Les cultures de l’âge du Bronze en pays de Moyenne – Garonne. Montagnac, Éditions Monique Mergoil, 97 p., 72 fig.

BEYNEIX A., DAUTANT A., MARCADAL Y., 1995 – Fauillet – La Gravière, une nécropole à incinération protohistorique en Agenais. Cressensac, 109 p., 46 fig. (Préhistoire quercinoise, suppl. 1).

BEYNEIX A., DAUTANT A., ECHASSERIAUD L., GARNIER J.-F., 2005 – Matériaux protohistoriques inédits du Villeneuvois. Aquitania, 21, p. 7-20.

BILBAO M.-V., 2005 – Les sépultures du Premier âge du Fer autour du Bassin d’Arcachon et de la basse vallée de la Leyre. T.E.R. de maîtrise. Bordeaux, Université Michel de Montaigne, Bordeaux 3,3 vol., 190p., 53 fig., 31 pl.

BLANCHET J.-C., 1984 – Les premiers métallurgistes en Picardie et dans le Nord de la France. Paris, Société Préhistorique Française, 608 p., 250 fig. (Mémoires de la SPF, 17).

BOUDET R., 1981 – Le site des « Quatre Fils Aymon ». Commune de Cubzac-les-Ponts (Gironde) : matériaux pour une étude d’ensemble. Revue culturelle et touristique des Hauts de Gironde, 1, p. 34-40, 2 pl.

BOURDEN J., BARRAU S., 1980 – Urnes et tertres funéraires à Mimizan. Dax, Bulletin de la Société de Borda, 105, p. 565-574.

BRUN P., 1986 – La civilisation des Champs d’Urnes : étude critique dans le Bassin Parisien. Paris, Éditions de la Maison des Sciences de l’homme, 172 p., 45 fig., 78 pl. (Documents d’Archéologie Française, 4).

CHEVILLOT C., 1981 – La civilisation de la fin de l’âge du Bronze en Périgord. Périgueux, Éditions Mediapress, 192 p., 215 pl.

CHEVILLOT C., 1989 – Sites et cultures de l’âge du Bronze en Périgord. Périgueux, Éditions Vesuna, 2 vol., 256 p., 370 pl. (Archéologies, 3).

CHEVILLOT C., 1999 – Occupation du sol et organisation territoriale à la fin de l’âge du Bronze en Périgord (950-750 av. J.-C.). Documents d’Archéologie et d’histoire Périgourdines, 14, p. 23-34.

CHEVILLOT C., MOISSAT J.-C., 1989 – Fosses du 1er âge du Fer au lieu-dit « Pourtem » à Montanceix, commune de Montrem (Dordogne). Documents d’Archéologie et d’histoire Périgourdines, 4, p. 45-64, 13 fig.

COFFYN A., 1969 – L’âge du Bronze au Musée du Périgord. Gallia Préhistoire, 12, p. 83-110.

COFFYN A., 1971- Le Bronze final et les débuts du Premier âge du Fer autour de l’estuaire girondin. Bordeaux, thèse de doctorat de 3e cycle, Institut d’Histoire, Université de Bordeaux III, 4 tomes, 499 p., 22 cartes, 70 fig.

COFFYN A., 1979 – L’âge du Bronze aux environs de Saint-Émilion. In : ÉTIENNE R. dir., 1979 – Saint-Émilion, Libourne ; la religion populaire en Aquitaine, Actes du XXXIXe Congrès d’études régionales de la Fédération historique du Sud-Ouest, Libourne et Saint-Emilion, 23-24 avril 1977. Libourne, Arts graphiques d’Aquitaine, p. 7-14 (Congrès d’études régionales 29).

COFFYN A., 1981 – Catalogue de l’exposition de Saint-Ciers. Revue culturelle et touristique des Hauts de Gironde, 1, p. 16-18.

COFFYN A., 1982 – La place de l’Aquitaine dans les circuits commerciaux de la fin de l’âge du Bronze. In : L’Aquitaine, études archéologiques. Actes du 104e Congrès national des sociétés savantes, Bordeaux, 1979. Paris, Bibliothèque nationale, C.T.H.S., p. 35-53.

COFFYN A., 1985 – L’âge du Bronze final atlantique dans la péninsule ibérique. Bordeaux, Centre Pierre Paris, 441 p.

COFFYN A., 1989 – La collection Schmitt à Mont-de-Marsan. In : Les Landes, Thermalisme et forêt, Actes du 40e Congrès d’études régionales F.H.S.O.. Dax, p. 29-36.

COFFYN A., MOHEN J.-P., 1968 – La protohistoire au Musée d’Agen. Bulletin de la Société Préhistorique Française, 65, p. 757-778, 9 fig.

COFFYN A., SERVENTIE P., 1972 – Objets dragués dans l’Isle. Revue Historique et Archéologique du Libournais, 40, p. 18-22.

COFFYN A., GOMEZ de SOTO J., MOHEN J.-P., 1981 – L’apogée du Bronze atlantique, le dépôt de Vénat. Paris, Picard, 240 p., 57 pl., 25 cartes (L’âge du Bronze en France, 1).

DAUTANT A., 1980 – Un habitat du Premier âge du Fer à Bourran (Lot-et-Garonne). Oskitania, 1, p. 81-94.

DAUTANT A., GARNIER J.-F., MARCADAL Y., 1980 – Un habitat du Premier âge du Fer à Sainte-Livrade (Lot-et-Garonne). Bulletin de la Société Préhistorique Française, 77, p. 152-160, 8 fig.

DEDET B., 2004 – Variabilité des pratiques funéraires protohistoriques dans le sud de la France : défunts incinérés, défunts non brûlés. Gallia, 61, p. 193-222.

DUVAL A., ÉLUÈRE C., MOHEN J.-P., 1974 – Les fibules antérieures au VIe siècle avant notre ère trouvées en France. Gallia, 32, p. 1-61.

ESCUDE-QUILLET J.-M., LARQUE S., 1999 – État des données sur les découvertes d’objets en bronze (Bronze moyen et final) en Aquitaine méridionale et dans les Pyrénées occidentales. Archéologie des Pyrénées occidentales et des Landes, 18, p. 155-170.

GABILLOT M., GOMEZ de SOTO J., 2007 – Trésors et cachettes de l’âge du Bronze en France : cent ans de recherches et d’évolution des méthodes d’analyse. In : Congrès du centenaire de la Société Préhistorique Française : Un siècle de construction du discours scientifique en Préhistoire, vol. 2. Paris S.P.F., p. 55-69.

GARDES P., 1991 – Le Bronze Final dans les Landes : État de la question. In : CHEVILLOT C., COFFYN A. dir., 1991 – L’âge du Bronze Atlantique. Actes du 1er colloque du Parc archéologique de Beynac, 10-14 septembre 1990. Beynac-et-Cazenac, AMUSA, p. 183-192.

GARDES P., 2001 – Habitat, territoires et évolution sociale en Aquitaine durant le premier millénaire av. J.-C. In : Entre Celtas et Iberos, las poblaciones protostoricas de las Galias e Hispania. Madrid, p. 115-135.

GARMY P., 1985 – Informations archéologiques, Aquitaine. Gallia, 43, p. 224- 225, 231-236.

GELLIBERT B., MERLET J.-C., 2003 – Le gisement du Moulin de Caillaou à Cère (Landes). Archéologie des Pyrénées Occidentales et des Landes, 22, p. 113-134.

GELLIBERT B., MERLET J.-C., 2004 – Présentation préliminaire de la nécropole du Premier âge du Fer de Mouliot (Laglorieuse, Landes). In : VAGINAY M., IZAC-IMBERT L. dir., 2007 – Les âges du Fer dans le Sud-Ouest de la France. Actes du XXVIIIe colloque de l’A.F.E.A.F., Toulouse, 2004. Bordeaux, p. 75-92 (Aquitania, suppl. 14-1).

GIRAUD J.-P., PONS F., JANIN T., 2003 – Nécropoles protohistoriques de la région de Castres (Tarn). Paris, Maison des Sciences de l’Homme, 3 vol., 730 p. 288 fig. 218 pl. (Documents d’Archéologie Française, 94).

HATT J.-J., 1961 – Chronologie de Protohistoire V. Une nouvelle chronologie de l’âge du Bronze final. Exposé critique du système chronologique de Müller-Karpe. Bulletin de la Société Préhistorique Française, 58, p. 184-195.

JANIN T., 1992 – L’évolution du Bronze final IIIb et la transition Bronze-Fer en Languedoc occidental d’après la culture matérielle des nécropoles. Lattes, Aix-en-Provence, p. 243-259 (Documents d’Archéologie Méridionale, 15).

LAGARDE C., 2005 – Production métallique en Aquitaine au Bronze final. Mémoire de Master 2. Dijon, UFR Sciences Humaines, Université de Bourgogne, 135 p., 68 pl., 10 cartes.

LAGARDÈRE G., RAYMOND P., 1984 – Le matériel archéologique de la nécropole de Sarbazan, Premier âge du Fer. Bulletin de la Société Préhistorique Française, 81, p. 253-256.

MARCADAL Y., 1971 – L’âge du Fer en Agenais. Thèse de doctorat de 3e cycle. Bordeaux, Institut d’Histoire, Université de Bordeaux III, 2 vol.

MARCADAL Y., JEREBZOFF A., 1969 – Le tumulus de Deyres (Premier âge du Fer). Les Cahiers du Bazadais, p. 11-25, 16 fig.

MARCHADIER E., 2005 – Les récipients en céramique du Premier âge du Fer des départements de Vendée et Loire-Atlantique : étude typologique et chronologique. Mémoire de master 2, Poitiers, Faculté des Sciences humaines et Arts, vol. 1 : 85 p. ; vol. 2 : 42 pl.

MAREMBERT F., MERLET J.-C., 2002 – Une occupation au début de l’âge du Fer dans le bois communal de Seyresse (Landes). Archéologie des Pyrénées Occidentales et des Landes, 21, p. 85-95.

MILCENT P.-Y., 2004 – Le Premier âge du Fer en France Centrale. Paris, Société Préhistorique Française, 2 vol., 718 p., 34 tab., 125 fig., 132 pl. (Mémoires de la SPF, 34).

MILCENT P.-Y., 2006 – Examen critique des importations méditerranéennes en Gaule centrale et occidentale : les attributions douteuses, erronées ou falsifiées. In : FRÈRE D. dir., 2006 – De la Méditerranée vers l’Atlantique. Aspects des relations entre la Méditerranée et la Gaule centrale et occidentale (VIII-IIe siècle av. J.-C.). Presses Universitaires de Rennes, p. 117-133.

MOHEN J.-P., 1980 – L’âge du Fer en Aquitaine du VIIIe au IIIe siècle av. J.-C. Paris, Société Préhistorique Française, 339 p., 141 fig., 201 pl. (Mémoires de la SPF, 14).

MOHEN J.-P., COFFYN A., 1968 – L’âge du Bronze au Musée de Nérac (Lot-et-Garonne). Bulletin de la Société Préhistorique Française, 65, p. 749-756.

PUEYO C., 2003 – Le site protohistorique de l’Isle-Saint-Georges : Ètude de la céramique. T.E.R. de maîtrise. Bordeaux, UFR Histoire de l’Art et Archéologie, Université Michel de Montaigne, Bordeaux 3, 119 p.

ROUSSOT A., 1972 – Trois épées du Bronze final d’Aquitaine. Bulletin de la Société Préhistorique Française, LXIX, p. 121-124.

ROUSSOT-LARROQUE J., 1974 – Trois haches en bronze de Saint-André-de-Cubzac. Revue historique et archéologique du Libournais, 42, p. 168-173.

ROUSSOT-LARROQUE J., 1988 – Le « Rhin-Suisse-France orientale » et l’Aquitaine. In : BRUN P, MORDANT C. dir., 1988 – Le groupe Rhin-Suisse-France-orientale et la notion de civilisation des Champs d’Urnes. Actes du colloque international de Nemours 1986. Nemours, A.P.R.A.I.F., p. 481-511 (Mémoires du Musée de Préhistoire d’Ile-de-France, 1).

ROUSSOT-LARROQUE J., 1992 – Une épée de Gündlingen dans la région Bordelaise (Gironde). In : BOUDET R. dir., 1992 – Les Celtes, la Garonne et les pays aquitains : L’âge du Fer du Sud-Ouest de la France. Agen, Musée des Beaux-Arts, p. 20-23.

ROUSSOT-LARROQUE J., 2003 – Epée de Mörigen draguée en Garonne en amont de Bordeaux. Bulletin de Préhistoire du Sud-Ouest, 10-2, p. 211-220.

ROUSSOT-LARROQUE J., MORMONE J.-M., 1982 – Objets du Bronze girondin de la collection Percot. Société Archéologique de Bordeaux, 73, p. 53-60.

ROUX D., 1989 – Premier âge du Fer aquitain. Éléments de chronologie. In : MOHEN J.P. dir., – Le temps de la Préhistoire. Actes du 23e Congrès Préhistorique de France, Cité des sciences de la Villette, 3-6 novembre 1989. Paris, Société Préhistorique Française, p. 448-451.

ROUX D., 1990 – Protohistoire des piémonts pyrénéens : la transition âge du Bronze – âge du Fer et les phases anciennes du Ier âge du Fer entre Garonne et Èbre. Thèse de doctorat, Université de Bordeaux III, 2 vol., 381 p., 128 fig.

TAFFANEL O., TAFFANEL J., JANIN T., 1998 – La nécropole du Moulin à Mailhac (Aude). U.M.R. 154 du C.N.R.S., Lattes, 393 p., 478 fig. (Monographie d’Archéologie Méditerranéenne, 2).

TORBRÜGGE W., 1971 – Vor- und Frühgeschichtliche Flussfunde. Zur Ordnung und Bestimmung einer Denkmälergruppe. Bericht der Romisch-Germanischen Kommission, 51-52 , p. 3-146.

Annexes

Annexe

Corpus utilisé : 115 sites

Table des illustrations

Titre Fig-1 • Carte des sites datés du Xe au VIIe siècle av. J.-C. et inventaire sommaire des sites retenus pour la présente étude.
Légende Conception et réalisation MATE.IGN 2003.Dordogne :1 : BEAUREGARD-ET-BASSAC, Les Peyreiroux ; 2 : BEYNAC, Le Bourg Haut ; 3 : CAMPAGNE, Le Fayard ; 4 : CASTELS ; 5 : CASTELS, Crotte de la Boissière ; 6 : CELLES, Le Petit Cluzeau ; 7 : CENAC-ET-SAINT-JULIEN, Grotte des Poteries, Falaise des Pendoyes ; 8 : COULOUNIEIX-CHAMIERS, Camp d’Ecorneboeuf ; 9 : DOMME, Cluzeau A, Falaise de Codon ; 10 : DOMME, Grotte de la Martine ; 11 : EXCIDEUIL ; 12 : EYMET ; 13 : EYZERAC, La Cornétie ; 14 : LA ROQUE-GAGEAC, Grotte falaise de Marqueyssac ; 15 : LAMONZIE-SAINT-MARTIN, Gué de Russel à la Bourgatie ; 16 : LES EYZIES-DE-TAYAC-SIREUIL, Grotte de l’Église ; 17 : LES EYZIES-DE-TAYAC-SIREUIL, Laugerie-Basse ; 18 : LES EYZIES-DE-TAYAC-SIREUIL ; 19 : LES EYZIES-DE-TAYAC-SIREUIL, Grotte Nancy ; 20 : MAUZENS-ET-MIREMONT, La Musette ; 21 : MONTREM, Pourtem ; 22 : NEUVIC, Puy-de-Pont ; 23 : PERIGUEUX ; 24 : PERIGUEUX, Cour de l’Arche ; 25 : PEYZAC-LE-MOUSTIER, La Roque Saint-Christophe ; 26 : PLAZAC, Grotte de la Maurélie ; 27 : PORT-SAINTE-FOY, Gué de Chantier ; 28 : PRIGONRIEUX ; 29 : ROUFFIGNAC-DE-SIGOULES, Grotte de la Fontanguillère ; 30 : ROUFFIGNAC-DE-SIGOULES, Grotte de Rouffignac ; 31 : ROUFFIGNAC-DE-SIGOULES, Crotte de Rouffignac I ; 32 : ROUFFIGNAC-DE-SIGOULES, Grotte de Rouffignac II ; 33 : SAINT-LEON-SUR-L’ISLE, Cour de la Moutine ; 34 : SAINT-LEON-SUR-L’ISLE, Puypinsou ; 35 : SAINT-LOUIS-EN-L’ISLE, Solvieux ; 36 : SAINT-MEDARD-DE-MUSSIDAN, Le Plaisy ; 37 : SAINT-PIERRE-DE-CÔLE, La Vie ; 38 : SAINT-POMPON, Grotte de Castelviel ; 39 : SAINT-ROMAIN-ET-SAINT-CLEMENT, La Forêt Mêlée ; 40 : SAINT-VINCENT-LE-PALUEL, Grotte de Petite-Borie ; 41 : SIORAC-EN-PERIGORD, Castel-Réal ; 42 : TURSAC, Grotte de Liveyre ; 43 : TURSAC, Reignac.Gironde :44 : ABZAC, Camp Pétreau ; 45 : ANGLADE, Terrier Ricard ; 46 : BIGANOS, Bos de Caubet ; 47 : BIGANOS : Houn delà Peyre ; 48 : BIGANOS, Houn de la Peyre ; 49 : BIGANOS, Le Gaillard ; 50 : BIASIMON, Clusets ; 51 : BORDEAUX ; 52 : BORDEAUX (amont) ; 53 : CAMBES ; 54 : CASTELNAU-DE-MEDOC ; 55 : (AS IIIION-I A-BAI Ail IE (Dordogne) ; 56 : CASTILLON-LA-BATAILLE ; 57 : COUTRAS, Les Grands Rois ; 58 : CUBZAC-LES-PONTS, Château des Quatre-Fils Aymon ; 59 : CUBZAC-LES-PONTS, Château des Quatre-Fils Aymon (habitat) ; 60 : CUDOS, Deyres ; 61 : GRAYAN-ET-L’HÔPITAL, Taillebois ; 62 : ISLE-SAINT-GEORGE ; 63 : LA REOLE ; 64 : IA SAUVE ; 65 : LA TESTE, Dune du Pilat ; 66 : LETEICH, Balanos ; 67 : LIBOURNE ; 68 : LUGASSON, Roquefort ; 69 : MIOS, Pujaut ; 70 : MONTAGNE, Saint-George-de-Montagne ; 71 : MOULIETS-ET-VILLEMARTIN, A la Route ; 72 : NOAILLAN, Peyrebernède ; 73 : PAUILLAC ; 74 : PINEUILH, La Commanderie ; 75 : SAINT-ANDRE-DE-CUBZAC, Peyrelevade ; 76 : SAINT-ESTEPHE, Fontpetite ; 77 : SAINT-ETIENNE-DE-LISSE, Niord ; 78 : SAINT-FERME ; 79 : SAINT-GERMAIN-D’ESTEUIL ; 80 : SAINT-GERMAIN-LA-RIVIERE, La Roque ; 81 : SALLES, Le Martinet.Landes :82 : ARENGOSSE, ; 83 : BERGOUEY ; 84 : BEYLONGUE, Le Bigné ; 85 : BOUGUE ; 86 : BOUGUE, Castet ; 87 : BROCA S-LES-FORGES, Téoulère ; 88 : CERE, Moulin de Caillaou ; 89 : LAGLORIEUSE, Mouliot ; 90 : MIMIZAN, Louroun ; 91 : MONT-DE-MARSAN ; 92 : SAINT-SEVER, Barrouillan ; 93 : SAINT-SEVER ; 94 : SAINT-SEVER, Moulin de Papin ; 95 : SARBAZAN, Treize Pouys ; 96 : SEYRESSE ; 97 : SINDERES ; 98 : TILH, Le Gert de Tilh.Lot-et-Garonne :99 : AGEN, Lacrombe ; 100 : AGEN, /’Ermitage ; 101 : AGEN ; 102 : BARBASTE, Lesparre ; 103 : BIAS, le Reynou ; 104 : BON ENCONTRE, Eglise Ste-Radegonde ; 105 : BOURRAN, Pont de la Peyre ; 106 : FAUILLET, La Gravière ; 107 : LAFITTE-SUR-LOT, La Muraille ; 108 : MARMANDE ; 109 : MASQUIERES, Grotte de Casse-Bartas ; 110 : NICOLE, Pech de Berre ; 111 : SAINTE-EUTROPE-DE-BORN, Boulbène ; 112 : SAINTE-LIVRADE-SUR-LOT, Saint-Martin ; 113 : SAINTE-MAURE-DE-PEYRIAC, Château de Lous Peyrous ; 114 : TOMBEBOEUF, Moulin de la Ville ; 115 : TOMBEBOEUF.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/18211/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 72k
Titre Fig. 2. Nature des interventions archéologiques (effectif total : 115 sites).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/18211/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 10k
Titre Fig. 3. Mobilier du Xe au VIIe siècle av. J.-C. : 1 à 18 : céramique, 19 à 24 : alliages à base de cuivre, 25 : fer. 1 et 6 : Siorac-en-Périgord, Castel-Réal (24), d’après Chevillot 1989 ; 2 et 10 : Montrent (24), d’après Chevillot et Moissat 1989 ; 3 et 13 : Ste-Livrade (47), d’après Dautant et al. 1980 ; 4 et 8 : Balanos, sépulture 12 (33), d’après Bilbao 2005 ; 5, 11 et 18 : Fauillet, Lagravière (47), sépulture 31, d’après Beyneix et al. 1995 ; 7 et 9 : Nicole, Peclt de Berre (47), d’après Beyneix 1997 ; 12 : Blasimon (33), d’après Coffyn 1971 ; 14 : Peyzac, La Roque St-Christophe, d’après Chevillot 1989 ; 15 : Biganos, Bos de Caubet (33), tumulus 3, d’après Bilbao 2005 ; 16 : Fauillet, Lagravière (47), sépulture 32, d’après Beyneix et al. 1995 ; 17 : Biganos, Houn de la Peyre (33), tumulus 1, d’après Bilbao 2005 ; 19 : Cambes (33), d’après Coffyn 1971 ; 20 : Castelnau de Médoc, photographie C. Lagarde ; 21 : Saint-André-de-Cubzac, la Peyrelevade (33), d’après Roussot-Larroque 1974 ; 22 : Anglade, Le Terrier Ricard, d’après Coffyn 1982 ; 23 : Bordeaux (33), d’après Roussot-Larroque 2003 ; 24 : Cambes, d’après Roussot-Larroque 1992 ; 25 : Mios, d’après Bilbao 2005.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/18211/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 61k
Titre Fig. 4. Typologie et inventaire des épées du sud-ouest de la France (All. Cu : Alliage cuivreux ; BF : Bronze final ; AF : âge du Fer).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/18211/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 76k
Titre Fig. 5. Carte des sites du bronze final IIIB (effectif total : 85 sites).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/18211/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 41k
Titre Fig- 6- Carte des sites du début du Premier âge du Fer (effectif total : 30).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/18211/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 38k
Titre Fig. 7. Nature des sites du Bronze final IIIb et du début du Premier âge du Fer.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/18211/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 14k
Titre Fig. 8. Implantation topographique des habitats du Bronze final IIIb et du début du Premier âge du Fer (effectif total : 34).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/18211/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 12k
Légende Corpus utilisé : 115 sites
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/18211/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 506k

Auteurs

DRAC Picardie, Service régional de l’Archéologie, 5 rue Henri Daussy, 80044 Amiens CEDEX 1- bertrandbehague@libertysurf.fr

Université de Bordeaux – CNRS, UMR 5060 IRAMAT – CRPAA, Maison de l’Archéologie, Esplanade des Antilles, 33607 Pessac – celine_lagarde@yahoo.fr

© ARTEHIS Éditions, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search