Version classiqueVersion mobile

De l’âge du Bronze à l’âge du Fer en France et en Europe occidentale (Xe-VIIe siècle av. J.-C.)

 | 
Henri Gaillard de Sémainville

Thème spécialisé de l’âge du bronze à l’âge du fer en France et en Europe occidentale (Xe – VIIe siècle av. J.-C.).

Entre Italie et Gaule : le bronze final et le premier âge du fer dans le Piémont nord-occidental et la vallée d’Aoste

Francesco Rubat Borel

Résumé

Par le Piémont et la Vallée d’Aoste passent les routes reliant l’Italie à l’Europe nord-occidentale. Dans le secteur nord-occidental de la région au Bronze Final le groupe Pont-Valperga présente des caractères R.S.F.O. mêlés à ceux du Protogolasecca. Au Premier âge du Fer, contrairement à la culture de Golasecca du Piémont nord-oriental et de la Lombardie occidentale, dans le Piémont nord-occidental et au Val d’Aoste, c’est-à-dire l’aire Taurino-Salasse, il n’y a pas un développement de centres protourbains. Il y a des habitats de hauteur au centre de petits territoires le long des routes vers les cols alpins et des rares sépultures princières sous tumulus. En appendice, sont évoquées les sources littéraires les plus anciennes qui décrivent les parcours travers les Alpes occidentales.

Texte intégral

1. INTRODUCTION

1Étant la région italienne la plus proche de la France, le Piémont (avec la Vallée d’Aoste) joue un rôle fondamental dans le cadre des relations entre les deux versants alpins et ceci à toutes les périodes. Mais c’est aussi un territoire dont les caractères spécifiques le distinguent des autres régions d’Italie et le font relier plus aux complexes nord-alpins qu’à ceux de la Péninsule.

1.1. État de la recherche

  • 1 Le 13 avril 2007 à Turin s’est déroulé le congrès international Il Piemonte e le Alpi occidentali a (...)

2Les connaissances sur la protohistoire piémontaise ont connu durant les vingt-cinq dernières années un développement remarquable, grâce aux recherches conduites par la Surintendance Archéologique du Piémont et par des institutions locales. Ceci a conduit à la découverte de nombreux sites et à la rédaction des premières synthèses régionales (Actes Alba 1998 ; Mercando, Venturino Gambari 1998 ; pour la Vallée d’Aoste, Mollo Mezzena 1997). En particulier ont été publiés des complexes et des articles qui concernent les périodes faisant l’objet de ce congrès, comme la nécropole de la deuxième moitié du XIe siècle et du Xe siècle av. J.-C. de Morano Po (fig. 12, n. 45 ; Venturino Gambari 1999 ; Venturino Gambari 2006 ; Gambari dans ce volume). Une chronologie très précise pour la transition Bronze/Fer (De Marinis, Gambari 2005) a également été mise en place. À propos du Piémont nord-occidental, qui correspond à la province de Turin, à la partie occidentale de la province de Biella, à la vallée du Pô et à la Vallée d’Aoste, c’est-à-dire aux territoires les plus proches des cols alpins importants et qui font l’objet de cet article, des études récentes abordent le IIe et le Ier millénaire av. J.-C., notamment pour les périodes du Bronze Final et du Premier âge du Fer (Rubat Borel 2006b ; Rubat Borel 2006c ; Rubat Borel à paraître a)1.

1.2. Cadre géographique

3Le Piémont, avec la Vallée d’Aoste, occupe l’extrême nord-ouest de l’Italie. Il s’insère entre le grand arc des Alpes et celui des Apennins et se développe autour de la plaine supérieure du Pô. Il s’agit d’un des secteurs de la chaîne alpine où les températures sont les plus élevées, avec des forêts qui peuvent remonter jusqu’à 2000-2400 m. En plus ces montagnes sont riches en ressources minières : il y a du cuivre un peu partout, du fer dans la région du Canavese au nord de Turin et dans la Vallée d’Aoste, et de l’or entre Biella, Ivrée et la Vallée d’Aoste. Et puis surtout, des cols conduisent à la Vallée du Rhône et, de là, à l’Europe centre-occidentale et à l’Atlantique. Contrairement au versant français, la plaine se situe directement au pied du massif alpin et peu de kilomètres séparent les fonds des vallées des crêtes. Par conséquent, on peut atteindre aisément les Alpes par plusieurs routes terrestres ou en parcourant les nombreuses rivières : le Pô qui coule jusqu’à l’Adriatique ; le Tessin qui traverse le Lac Majeur et a sa source dans le même massif où naissent le Rhône et le Rhin, soit entre le Simplon et le Saint-Gothard ; la Doire Baltée proche des cols du Grand et du Petit Saint-Bernard ; la Doire Ripaire qui de Turin conduit au Mont-Cenis et à la moyenne vallée du Rhône, ou encore au Montgenèvre qui mène à la vallée de la Durance et à Marseille, tandis que le Piémont méridional, faisant partie de l’ancienne Ligurie, est traversé par le Tanaro et ses affluents jusqu’aux cols des Alpes-Maritimes, comme le col de Larche (à propos du Tanaro durant la Protohistoire : Venturino Gambari 1995).

4La géographie piémontaise est ainsi déterminante pour comprendre l’histoire de ses cultures archéologiques. Au moins dès la 2e moitié du Ve millénaire av. J.-C., avec la diffusion du Chasséen, les caractères culturels du Piémont s’apparentent aussi bien à la France qu’à l’Italie péninsulaire. Il convient de souligner l’importance des changements climatiques, dans un environnement sensible, alpin et périalpin, pour comprendre la protohistoire de cette région, surtout durant les derniers siècles du Subboréal et les premiers siècles du Subatlantique, qui correspondent respectivement au Bronze Final et au Premier âge du Fer.

  • 2 Au contraire, dans le canton du Tessin septentrional, aux vallées similaires à celles du Canavese, (...)

5Les deux axes les plus importants pour les relations entre les deux versants alpins, et par conséquent pour les cultures de la Transpadane occidentale, sont les rivières Tessin et Doire Baltée, dont les caractères sont cependant très différents. La Doire Baltée, qui à l’époque romaine était navigable jusqu’à Ivrée et à l’embouchure de la Vallée d’Aoste, conduit aux deux cols principaux des Alpes occidentales : le Grand Saint-Bernard, pour atteindre le Léman et de là le Rhin ou la France centrale et l’Atlantique, et le Petit Saint-Bernard qui mène à la moyenne vallée du Rhône. À partir des deux routes, il est possible de rejoindre la vallée de la Saône et de poursuivre vers le nord-ouest et la Seine. Les cultures qui se sont succédé dans la cuvette de la Doire Baltée, comme le faciès de Viverone au Bronze Moyen, le groupe Pont-Valperga au Bronze Final et les Taurini-Salasses à l’âge du Fer, présentent beaucoup de caractères communs avec la Suisse occidentale et la France orientale (Rubat Borel 2006b). Le second cours d’eau, le Tessin, conduit à la haute vallée du Rhin et à la partie orientale du Plateau suisse jusqu’au haut Danube : c’est sur cet axe que se développe à l’âge du Fer la culture de Golasecca (fig. 1). Durant les périodes de refroidissement et d’instabilité climatique, les deux territoires présentent des réactions fort différentes. La Doire Baltée est sujette à des crues imprévues et très violentes et le Grand Saint-Bernard devient alors difficile à franchir. Au contraire, le débit du Tessin est régularisé par le Lac Majeur et, tout autour de sa cuvette, s’ouvrent de nombreux cols, franchissables aisément. Ceci explique que, lors de la détérioration du climat au IXe-VIIIe siècle av. J.-C., le Piémont nord-occidental a connu un développement différent de celui du Piémont oriental et de la Lombardie, où naissent les deux centres protourbains de Castelletto Ticino et de Côme (fig. 12, n. 20 et 25)2. Mais autour de 480 av. J.-C., durant un bref épisode de détérioration climatique, une crue du lac submergera Castelletto, qui sera abandonné (pour le Tessin et Castelletto Ticino : Gambari et coll. 1995 ; pour la climatologie du bassin de la Doire Baltée : Mercalli, Cat Berro 2005).

Fig-1- Les principales routes protohistoriques entre l’Italie et l’Europe nord-alpine à travers les Alpes occidentales : Pô, Tessin et Doire Baltée. Dessin F. Rubat Borel.

Fig-1- Les principales routes protohistoriques entre l’Italie et l’Europe nord-alpine à travers les Alpes occidentales : Pô, Tessin et Doire Baltée. Dessin F. Rubat Borel.

1.3. Cadre culturel et chronologique

6L’Italie nord-occidentale (Piémont, Vallée d’Aoste, Lombardie occidentale, Tessin, Ligurie, Émilie occidentale) est un territoire qui, à partir du XVe siècle av. J.-C., montre un développement culturel linéaire. Au Bronze Moyen 2, soit le BzB2/Cl (1500-1450 av. J.-C.), dans toute la région est répandu de façon homogène le faciès de Viverone, qui tire son nom du village lacustre de Viverone (fig. 12, n. 15), situé entre les provinces de Turin et de Biella. Le faciès de Viverone diffère complètement des Terramares d’Italie nord-orientale et témoigne de relations très étroites avec les groupes des Tumuli du complexe nord-alpin en ce qui concerne la métallurgie (Del Lucchese et coll. 1991-92 ; De Marinis 1998 ; Gambari, Venturino Gambari 2004 ; le faciès de Viverone fait l’objet de ma recherche de doctorat à l’Université de Padoue). Durant ces mêmes siècles se répand le rituel funéraire de l’incinération (Gambari, Venturino Gambari 1998). Lors des phases suivantes, surtout au Bronze Récent (BzD d’Europe centrale ou BFI français), on observe une subdivision en groupes locaux, spécifiques de territoires particuliers, comme le faciès d’Alba-Solero au sud du Pô, le long du Tanaro (Venturino Gambari, Giaretti 2004), le faciès de Canegrate le long du Tessin (De Marinis 2000a) et les groupes alpins de Canegrate dans le bassin de la Doire Baltée et dans le Haut-Valais, sur des routes qui franchissent les Alpes (David-Elbiali 2000 : 326-335 ; Rubat Borel 2006b). Cette tripartition du Piémont durera jusqu’à la conquête romaine, avec une continuité remarquable de groupes aux caractères culturels semblables, mais aux développements diversifiés (brève présentation de l’âge du Bronze de l’Italie septentrionale dans David-Elbiali 2002, p. 281-293). Durant le Bronze Final et l’âge du Fer, les périodes qui font l’objet de cet article, les aires culturelles du Piémont sont bien définies : soit, dans le Piémont oriental, la Lombardie occidentale et le Tessin, le Protogolasecca entre le XIIe et le Xe siècle av. J.-C. et le Golasecca du IXe au début du IVe siècle av. J.-C. ; dans le Piémont méridional et en Ligurie, le Protoligure du XIIe au Xe siècle av. J.-C. et les Ligures à l’âge du Fer ; enfin entre Turin et la Vallée d’Aoste, le groupe Pont-Val – perga entre le XIIe et le Xe siècle av. J.-C. et l’aire Taurino-Salasse à l’âge du Fer (pour le Piémont en général : Gambari 1998a et Gambari 1998b ; Protogolasecca et Golasecca : De Marinis 1971-72 ; De Marinis 1988 ; De Marinis 2000b ; Gambari 2006 ; Ligures : De Marinis, Spadea 2004 ; Pont-Valperga et Taurini-Salasses : Gambari 1997 ; Rubat Borel 2006c ; Rubat Borel 2006d ; Rubat Borel à paraître a ; en général pour la Péninsule Italienne : Peroni 1989 ; Bietti Sestieri 2005) (fig. 2).

Fig. 2. Tripartition culturelle du Piémont et de la Vallée d’Aoste du XIIIe au Ve siècle av. j.-C. Tiré de Mercando, Venturino Gambari 1998, fig. 116, modifié.

Fig. 2. Tripartition culturelle du Piémont et de la Vallée d’Aoste du XIIIe au Ve siècle av. j.-C. Tiré de Mercando, Venturino Gambari 1998, fig. 116, modifié.

7Les dénominations des périodes de la Protohistoire diffèrent entre l’Italie et la France, ce qui peut créer des malentendus. Dans cet article, je préfère utiliser la chronologie d’Europe centrale élaborée par P Reinecke et H. Müller-Karpe, qui a récemment été mise à jour par P. Moinat et M. David-Elbiali (2003, fig. 3) et C. Pare (1998-1999, tav. 8), malgré des divergences à propos de certains aspects qui ne sont toutefois pas importants ici. La chronologie de J.-J. Hatt, en vigueur en France, postule que le Bronze Final va du BzD au HaB3. En Italie par contre, le Bronze Final correspond au HaA1, HaA2 et Ha B1, le Bronze Récent au BzD, tandis qu’avec le HaB3 commence l’âge du Fer. Pour les faciès régionaux, il existe en Italie aussi des périodisations plus fines. Pour le Piémont nord-occidental, il convient de se reporter à la chronologie du Piémont nord-oriental et de la Lombardie, avec le Protogolasecca au Bronze Final et le Golasecca à l’âge du Fer, et avec ses synchronismes précis avec l’Europe centrale (De Marinis, Gambari 2005 ; David-Elbiali, Dunning 2005). À la lumière des débats les plus récents, comme celui du Colloque de Rome d’octobre 2003 (Bartoloni, Delpino 2005), je propose ici un tableau de corrélation de la chronologie adoptée pour le Bronze Final et les premiers siècles de l’âge du Fer (fig. 3). Je rejette donc les propositions italiennes qui rehaussent excessivement les datations absolues, mais aussi la proposition de V. Rychner (SPM III, 1998, p. 13-19) de nommer HaB2 tout le Xe siècle av. J.-C. en Suisse. La périodisation du Protogolasecca et du Golasecca (abrégés PG. et G.) est désormais très affinée et, grâce aux contacts existant entre les complexes nord-alpins, italiens, grecs et de la Méditerranée orientale, les chronologies absolues sont également fiables et précises, comme on peut le voir dans la nouvelle publication exhaustive de la nécropole de Morano Po (Venturino Gambari 2006). Dorénavant j’emploierai soit les datations absolues, soit la chronologie d’Europe centrale, soit celle du Protogolasecca et du Golasecca. J attire l’attention sur le fait que les dénominations « Bronzo Finale » et « Bronze Final », « Prima età del Ferro » et « Premier âge du Fer » peuvent donc se référer à des chronologies absolues différentes de l’Italie à la France.

2. LE GROUPE PONT-VALPERGA AU BRONZE FINAL (XIIe-Xe SIÈCLES AV. J.-C.)

8Au cours des dernières années, le réexamen des fouilles conduites durant les années ‘60-’80 a permis l’individualisation des caractères culturels du Piémont nord-occidental entre le XIIe et le Xe siècles av. J.-C., qui servent à définir le groupe Pont-Valperga (présenté dans Rubat Borel 2006a, décrit dans Rubat Borel 2006b, auxquels on renvoie pour les références bibliographiques) ; la dénomination est tirée des communes où se trouvent l’habitat de hauteur de Santa Maria de Pont Canavese et la nécropole de Santa Apollonia de Valperga. Dans le groupe Pont-Valperga se mêlent des caractères très marqués de la culture R.S.F.O. avec des influences du Protogolasecca.

9Pour l’instant le XIIe et la 1ere moitié du XIe siècle av. J.-C. (HaA1 et HaA2) ne sont connus que par quelques découvertes de bronzes. La plus significative est le moule pour épées à languette tripartite de type Erbenheim (HaA2) retrouvé à Piverone (fig. 12, n. 14), localité proche du lac de Viverone. Ce moule, qui permettait de couler trois exemplaires d’une épée typique du R.S.F.O., a été produit en pierre ollaire extraite de la basse Vallée d’Aoste et constitue la seule attestation de ce type d’épée au sud des Alpes (fig. 6, n. 6 ; Bianco Peroni 1970, n. 168-170 ; Brun, Mordant 1988, type 28 ; Rubat Borel 2006c, fig. 26,1 ; Gambari et coll. 2007). En outre c’est dans le Piémont septentrional, qu’on a retrouvé l’autre exemplaire italien d’épée à poignée massive des Champs d’Urnes orientaux (Brun, Mordant 1988, type 32) : dans une petite caverne à Vintebbio (fig. 12, n. 19), une épée du type Stockstadt (HaB1) avec une cuirasse et des phalères, aujourd’hui perdues (fig. 6, n. 12 ; Bianco Peroni 1970 : 283).

Fig. 3. Esquisse de chronologie absolue et relative entre l’Europe centrale (BzD, Bronzezeit D ; Ha, Hallstatt ; LT, La Tène) et l’Italie nord-occidentale (BR, Bronzo Recente ; PC, Protogolasecca ; G., Golasecca). En gris le Bronzo Finale italien ; en gris foncé les périodes de climat froid. Synthèse des systèmes chronologiques de De Marinis 1981, fig. 8 ; Gambari 1998b, tab. 1 ; SPM IV 1999, fig. 5 et 37 ; David-Elbiali 2000 ; Moinat, David-Elbiali 2003, fig. 3 ; Milcent 2004, tab. 34 ; David-Elbiali, Dunning, 2005 ; De Marinis, Gambari 2005, tab. B ; Gambari 2006, tab. 1. Dessin F. Rubat Borel.

Fig. 3. Esquisse de chronologie absolue et relative entre l’Europe centrale (BzD, Bronzezeit D ; Ha, Hallstatt ; LT, La Tène) et l’Italie nord-occidentale (BR, Bronzo Recente ; PC, Protogolasecca ; G., Golasecca). En gris le Bronzo Finale italien ; en gris foncé les périodes de climat froid. Synthèse des systèmes chronologiques de De Marinis 1981, fig. 8 ; Gambari 1998b, tab. 1 ; SPM IV 1999, fig. 5 et 37 ; David-Elbiali 2000 ; Moinat, David-Elbiali 2003, fig. 3 ; Milcent 2004, tab. 34 ; David-Elbiali, Dunning, 2005 ; De Marinis, Gambari 2005, tab. B ; Gambari 2006, tab. 1. Dessin F. Rubat Borel.

Fig. 4. Céramiques de Viverone (fig. 12, n. 15), 2e moitié XIe siècle av. J.-C. Dessins F. Rubat Borel.

Fig. 4. Céramiques de Viverone (fig. 12, n. 15), 2e moitié XIe siècle av. J.-C. Dessins F. Rubat Borel.

10Au cours de la 2e moitié du XIe siècle, les rives du lac de Viverone (fig. 12, n. 15) sont à nouveau occupées. Les céramiques découvertes sont typiques du HaB1 ancien du R.S.F.O. et les éléments Protogolasecca presque absents, honnis des petites écuelles carénées : écuelles à profil segmenté, gobelets à épaulement à col vertical concave, gobelets à épaulement décorés de cannelures torsadées, vases bitronconiques à cannelures larges et à col tronconique... (Brun, Mordant 1988) (fig. 4). Parmi les bronzes, il y a un peigne anthropomorphe et des épingles de types présents aussi bien dans les palafittes suisses qu’en Italie septentrionale. Le palafitte de Viverone du HaB 1 ancien est à attribuer à la culture R.S.F.O. et il est situé dans la plaine à seulement 35 km au nord-ouest de la nécropole du Protogolasecca de Morano Po (fig. 12, n. 45). Dans le mobilier des tombes de Morano Po, datables du milieu du XIe siècle av. J.-C. à la fin du Xe (PG IIb-PG IIIb, correspondant au HaB1-HaB2), il y a des épingles des palafittes suisses, comme une épingle céphalaire, qui permettent la comparaison entre les chronologies des deux complexes culturels (Venturino Gambari 2006 ; David-Elbiali, Dunning 2005 ; De Marinis, Gambari 2005). Par conséquent il ne faut pas considérer la présence de ces objets à Morano comme le témoignage de relations à longue distance entre les deux versants alpins, mais bien plutôt comme l’expression de relations entre deux territoires proches. La même plaine entre Verceil et Biella, quoiqu’il n’y ait pas des véritables barrières naturelles, constitue en revanche une frontière culturelle au XIe siècle av. J.-C., ainsi qu’au Second âge du Fer, entre les Salasses de Biella et des montagnes et les Libui de Verceil.

11Le Xe siècle av. J.-C. est bien connu grâce à des habitats de hauteur. Le site le plus significatif est Santa Maria de Pont Canavese (fig. 12, n. 8), daté de la 1re moitié du Xe siècle av. J.-C. (HaB1 classique, PG. IIIa). La colline contrôle le Val de l’Orco et le Val Soana, riches en gisements de cuivre, ainsi que la route qui conduit au col de la Galisia, à 3 002 m d’altitude, reliant le Piémont à la vallée de l’Isère et qui constitue une alternative au Petit Saint-Bernard durant une période chaude. La céramique, découverte dans une cabane fouillée entièrement et sur les pentes de la colline, présente des vases qui sont attribuables au R.S.F.O., plus précisément au groupe de la Suisse occidentale et du Jura, avec des nombreux éléments du Protogolasecca : bols à décor de grecques, écuelles à profil segmenté, gobelets à épaulement cannelé, biconiques et écuelles carénées décorées de triangles incisés ou à la falsa cordicella (impressions faites par une tige de bronze torsadée) (fig. 5). Ce site est très important, parce qu’il permet de synchroniser les chronologies céramiques nord-alpines et d’Italie septentrionale.

12Une situation similaire est connue à Belmonte de Valperga (fig. 12, n. 6), à 6 km de Santa Maria de Pont. Une longue colline domine l’embouchure des vallées et le territoire au nord de Turin, son sommet atteint 735 m, et s’élève de plus que 350 m au-dessus de la plaine. Sur les pentes orientales, vers la rivière Orco, s’étend la nécropole de Santa Apollonia (fig. 12, n. 7). Toutes les sépultures sont à incinération selon le rite typique du Protogolasecca : les restes humains sont recueillis dans une urne biconique, avec une écuelle comme couvercle, déposée dans un coffre de blocs de pierre. Parfois au-dessus de la tombe il y avait un petit tumulus. Le mobilier est très pauvre : une boucle d’oreille en tôle, une fibule ou une épingle. Il s’agit de rites différents de ceux de la Suisse occidentale à la même période, où les restes osseux incinérés ne sont pas déposés en urne et où les très riches mobiliers sont composés de nombreux vases (Moinat, David-Elbiali 2003). Les fouilles de l’habitat de hauteur de Belmonte ont été conduites entre les années ‘60 et les années ‘80. Hormis deux sondages, presque toutes les trouvailles proviennent d’anciennes fouilles sans stratigraphie documentée ou de contextes endommagés par l’érosion de pente ou encore du castrum lombard du VIe-VIIe siècles après J.-C. et de l’église médiévale bâtis sur la colline. Les tessons céramiques les plus anciens remontent au XIIIe siècle av. J.-C., et sont attribuables au groupe alpin du faciès de Canegrate, les niveaux des Xe et IXe siècles av. J.-C. constituent également une phase très riche, tout comme les niveaux des VIe et Ve siècles av. J.-C. L’occupation ne connaît pas d’interruption. Au Xe siècle av. J.-C. la céramique est la même qu’à Santa Maria. Les prospections conduites dans les environs par des bénévoles ont permis la découverte de plusieurs sites, identifiés pour la plupart par quelques tessons de céramique.

13Dans le Piémont nord-occidental, nous connaissons une série d’habitats de hauteur qui paraissent être occupés sans interruption du XIVe-XIIIe siècle av. J.-C. jusqu’aux environs de 400 av. J.-C., date à laquelle beaucoup d’entre eux ont été abandonnés. Malheureusement on n’y a jamais conduit de larges campagnes de fouilles stratigraphiques. À part Belmonte, qu’on rencontrera à nouveau à propos du Premier âge du Fer, il faut mentionner :

  • La Burcina de Biella (fig. 12, n. 18), qui est occupée de la période de Canegrate (Bronze Récent, XIIIe av. J.-C.) jusqu’à la 2e moitié du Ve siècle av. J.-C. : pour le Bronze Final ont été exhumés des vases à épaulement du HaB 1 et de la céramique Protogolasecca.

  • La Paraj Àuta de Pavone Canavese (fig. 12, n. 12), située sur une colline qui contrôle la Doire Baltée et les routes se dirigeant vers le Grand et le Petit Saint-Bernard, près d’Ivrée. Le site est habité du Bronze Final jusqu’à la conquête romaine (2e moitié du IIe siècle av. J.-C.) avec une probable interruption au IVe siècle av. J.-C.

  • Verrua Savoia (fig. 12, n. 44), également situé sur une colline qui contrôle la confluence du Pô et de la Doire Baltée : les trouvailles sont datées entre le XIVe et le IIe siècle av. J.-C.

  • Castelvecchio de Testona (fig. 12, n. 40), situé à l’extrémité méridionale des collines à l’est de Turin, entre les gués du Pô et la plaine fertile : le site est fréquenté du XIVe au IIe siècle av. J.-C.

  • La Rocca de Cavour (fig. 12, n. 37), une colline isolée au milieu de la haute plaine piémontaise, sur la route reliant le Montgenèvre et le Piémont méridional : elle a été habitée du XIVe au Ve siècle av. J.-C., puis du IIe au Ier siècle av. J.-C.

  • 3 Récemment dans le sud-ouest du Piémont, à Chiusa Pesio (fig. 12, n. 31), où on connaissait déjà une (...)

14Parmi les nombreux sites de la Vallée d’Aoste, aucun ne semble avoir une grande importance à ces périodes (Mollo Mezzena 1997). Quant aux habitats périlacustres, leur recherche est difficile en raison de la situation géographique, car aujourd’hui il n’y a plus aucun lac de grandes dimensions dans le Piémont nord-occidental. On a découvert un palafitte dans le lac de Viverone, le plus grand lac régional. Il est occupé au Bronze Moyen (XVe siècle av. J.-C.) et au Bronze Final (2e moitié du XIe siècle av. J.-C.). Un autre palafitte a été identifié à Trana (fig. 12, n. 41), en marge des lacs d’Avigliana ; il date de la fin du Bronze Ancien et l’occupation se poursuit peut-être jusqu’au IXe siècle av. J.-C. (pour l’instant les données ne permettent pas de savoir si la fréquentation a été continue ou non) : la tourbière a été détruite dans le courant du XIXe siècle et on n’a conservé que des bronzes et des moules (Gambari et coll. 2006, fig. 5, 1 et 2). On sait que dans d’autres tourbières de la province de Turin ont été retrouvés des objets anciens, certains d’entre eux datant de l’âge du Bronze. Quoique pour l’instant il soit impossible de délimiter un réseau d’établissements, on peut noter néanmoins que nous ne connaissons que des habitats de hauteur ou littoraux et qu’il manque les habitats de plaine. Cet état de la documentation pourrait toutefois être dû à des problèmes de conservation et de reconnaissance des sites, qui, dans la plaine, pourraient avoir été détruits à cause des activités agricoles très intensives durant les derniers siècles. Sur le plan de la métallurgie, les dépôts riches manquent sur ce territoire, contrairement à ce qui est documenté dans les Alpes françaises, notamment dans les Hautes-Alpes, bien pourvues en gisements de cuivre3. À partir des trouvailles isolées et des mobiliers funéraires on peut toutefois reconnaître qu’en Piémont se mêlent les traditions d’Italie septentrionale et du complexe nord-alpin, avec une prépondérance du second (fig. 6 et 7, épées et pointes de lance, XIIIe-VIe s. av. J.-C.).

Fig. 5. Céramiques de Santa Maria de Pont (fig. 12, n. 8), 1eremoitié du Xe siècle av. J.-C. Dessins F. Rubat Borel.

Fig. 5. Céramiques de Santa Maria de Pont (fig. 12, n. 8), 1eremoitié du Xe siècle av. J.-C. Dessins F. Rubat Borel.

Fig. 6. Épées du Piémont, de la Vallée d’Aoste et le long des frontières régionales du XIIIe au début du VIe s. av. J.-C.

Fig. 6. Épées du Piémont, de la Vallée d’Aoste et le long des frontières régionales du XIIIe au début du VIe s. av. J.-C.

Borgo S. Dalmazzo, type Arco, XIIIe s. ; 2 Montfleury-Aoste, type Ivrée-
Canagrate, 2e moitié XIIIes. ;Ivrée, type Ivrée-Canagrate, 2e moitié XIIIe s. ;
Casal-Montferrat, type Biandronno, XIIIe s. ;Roddi, type Allerona,
2e moitié XIIIe-début XIIe s. ;Piverone, type Erbenheim,
1re moitié XIe s., les trois faces d’un des moules ; 7 Godiasco, type Calliano,
VIIIe s. ;Casalgrasso, type Casalgrasso, Xe s. ;
Golasecca, VIIe s. ; 10 Sesto Calende, milieu VIIe s. ;
11 Sesto Calende, fin VIIe s. ; 12 Vintebbio, type Stockstadt, 1ère moitié
XIe- 1ère moitié Xe s. ; 13 Pietra Ligure, milieu VIIe s. Bronze, hormis 9-11 et
13 en fer. Mobilier funéraire : 10, 11 et 13 (9 et 12 ?) ; découvertes dans
les lits de rivières : 3, 5, 8. Dessins de : V. Bianco Peroni, 5-8, 11 ; L. Dal
Rì, U. Tecchiati, 3 ; R.C. De Marinis, 9-11 ; F.M. Gambari et M. Venturino
Gambari, 1, 3 ; R. Mollo Mezzena, 2 ; M. Tizzoni, 13. Sites : fig. 12.

Fig. 7. Pointes de lance du Piémont, de la Vallée d’Aoste et le long les frontières régionales du XIIIe au VIe s. av. J.-C.

Fig. 7. Pointes de lance du Piémont, de la Vallée d’Aoste et le long les frontières régionales du XIIIe au VIe s. av. J.-C.

Alice Superiore, XIIIe s. ;
2-5 Giusvalla, fin XIIIe s.,
Malpensa, XIIe s. ;
7 Rhêmes-St-Georges, XIIe s. ;
Luino, Xe s. (dimensions inconnues) ;
proche du sommet du Rochemelon, Bronze Final ;
10 Morano Po, Xe s. ;
11 Monteu da Po, type Terni, IXe s. ;
12 Sesto Calende, fin VIIe s. ;
13 Sesto Calende, milieu VIIe s. ;
14 Sesto Calende, VIe s. (dimensions inconnues).
Bronze, hormis 13-14 en fer.
Mobilier funéraire : 8, 10, 9, 12-14.
Dépôts : 2-7.
Dessins de : M.A. Binaghi, 14 ; R.C. De Marinis, 6, 8, 12,
13 ; F.M. Gambari, 11 ; F.M. Gambari et M. Venturino
Gambari, 2-5 ; R. Mollo Mezzena, 7 ; F. Rubat Borel, 1,
9 ; M. Venturino Gambari, 10. Sites : fig. 12.

3. L’AIRE TAURINO-SALASSE AU PREMIER ÂGE DU FER (IXe – DÉBUT DU Ve SIÈCLE AV. J.-C.)

15Comme nous l’avons précisé ci-dessus, en Italie les phases correspondant au BF IIIb français et au HaB3 sont considérées comme appartenant déjà à l’âge du Fer. De la 2e moitié du IXe siècle av. J.-C. jusqu’au cours du VIIIe siècle av. J.-C., le passage du Subboréal au Subatlantique est marqué par la disparition progressive des habitats lacustres au nord des Alpes. La crise climatique est forte dans le Piémont occidental, qui est soumis au climat des Alpes. Belmonte (fig. 12, n. 6) est le site où on voit le mieux les changements de cette période. Il y a des écuelles comparables à celles des sites de Savoie, mais aussi de la céramique du G. IA1 (900-825 av. J.-C.). Plus tard dans le courant du siècle, au contraire, les céramiques du groupe du Bourget sont inconnues : il n’y a ni décors peints ni impressions. Ceci est dû au refroidissement et à l’instabilité climatique qui empêchent le passage par le col de la Galisia, qui relie Belmonte à la vallée de l’Isère et au lac du Bourget. Il semble que de nombreux habitats secondaires et tous les habitats littoraux disparaissent alors et que seuls les habitats de hauteur les plus importants perdurent. Je crois que ceci est dû à deux causes. La première est le changement climatique qui rend de plus en plus difficile le franchissement des Alpes par les cols les plus hauts et le débit de la Doire Baltée qui devient plus irrégulier avec des crues fréquentes. Le réseau de routes va se réduire et les pentes montagneuses deviennent instables. Il faut peut-être aussi envisager la destruction de contextes archéologiques par des éboulements. La deuxième raison me semble être que les habitats de hauteur les plus importants montrent une tendance à concentrer les habitats mineurs des environs et deviennent les chefs-lieux de petites régions.

16Regardons les situations comparables dans les autres régions italiennes les mieux documentées. Dans certaines régions, les habitats les plus importants deviennent de véritables villes déjà à une date très ancienne, comme en Etrurie et au Latium (Pacciarelli 2000), à Bologne (Sassatelli 2005), en Vénétie (Capuis 1993 : 89-102 ; pour la situation au Bronze Final, Bagolan, Leonardi 2000) et dans la culture de Golasecca. Pour cette dernière, il faut préciser que Côme (fig. 12, n. 25) s’étend sur 150 ha, et, là où le Tessin sort du Lac Majeur, à Castelletto Ticino (fig. 12, n. 20), le site occupe 90 ha alors que des autres villages et nécropoles se trouvent sur l’autre rive de la rivière à Sesto Calende et à Golasecca (fig. 12, n. 21) (De Marinis 1988, pp. 180-192 ; Casini et coll. 2001 ; Gambari 2000 ; Gambari 2001). Le Piémont nord-occidental ne connaît pas pareille évolution, parce que les processus de développement vers une société protourbaine ou urbaine dans l’Italie protohistorique nécessitent des conditions culturelles, sociales et géographiques particulières, qu’on retrouve en Étrurie, en Vénétie et dans la culture de Golasecca, mais pas ailleurs.

  • 4 Dans les environs, à Centallo (fig. 12, n. 33), on a découvert, réemployée dans une sépulture du ha (...)

17Chez les Ligures au sud du Pô n’existent que de petits villages. La rivière Tanaro est l’axe le plus important en direction est-ouest, de la plaine du Pô et de Gênes vers les Alpes. Une autre route conduit des côtes de la Ligurie occidentale, des environs de Savone, à travers la province de Coni, vers les Alpes, les cols et les mines de cuivre des Hautes-Alpes. Au croisement des deux routes, à Fossano (fig. 12, n. 34), entre le IXe et le VIe siècle av. J.-C., paraît se développer un vaste habitat de plaine, qui n’est toutefois connu que par des fouilles restreintes. Proche d’Alexandrie, sur le Tanaro, le site de marché de Villa del Foro (fig. 12, n. 48) est fréquenté de 560 à 475 av. J. -C. par des marchands étrusques, ligures, golasecquiens et nord-alpins. Plus à l’ouest dans la province de Coni, il y a des petits établissements étrusques, identifiés grâce à des stèles funéraires, à Busca (fin du VIe siècle av. J.-C. ; fig. 12, n. 35), Borgo San Dalmazzo (Ve siècle av. J.-C., CIL V, n. 7854 ; fig. 12, n. 32) et Mombasiglio (300 av. J.-C. ; fig. 12, n. 30)4, bien qu’il y manque le bucchero, la céramique étrusque la plus typique, qui arrive jusqu’aux provinces d’Alexandrie et d’Asti, mais pas plus à l’ouest. Le territoire des Ligures apparaît divisé en deux groupes : le premier se situe à l’est, sur les Apennins, entre Alexandrie et Plaisance et dans la Ligurie orientale, c’est par là que se fait le passage entre la Gênes étrusque (fig. 12, n. 27) et les autres ports et la culture de Golasecca ; le deuxième occupe à l’ouest les pentes des Alpes-Maritimes dans la province de Coni et dans la Ligurie occidentale : les Étrusques doivent franchir son territoire pour atteindre la vallée du Rhône en évitant les côtes provençales, désormais massaliotes, et les cols alpins septentrionaux empruntés par les Golasecquiens (Gambari 2004 ; De Marinis, Spadea 2004 : 274-275 ; Rubat Borel à paraître.a ; pour le commerce étrusque notamment Gambari 1991 et Colonna 1998).

18La situation du Piémont nord-occidental et de la Vallée d’Aoste diffère de celle de la culture urbaine du Golasecca et de celle des Ligures. Ce territoire correspond parfaitement au groupe Pont-Valperga du Bronze Final et a été nommé aire Taurino-Salas se des noms des deux peuplades les plus importantes qui l’occupent au Second âge du Fer (Gambari 1997). Comme on a déjà vu ci-dessus, il y a des habitats sur des hauteurs isolées, qui sont occupés dès l’âge du Bronze et qui contrôlent les environs et les routes de communications. Les IXe et VIIIe siècles av. J.-C. sont encore peu connus et des études pour la classification et la chronologie des céramiques sont en cours (Rubat Borel 2006d). Malheureusement la plupart de ces trouvailles viennent de contextes où les niveaux ont été mélangés par des phénomènes postdépositionnels ou au cours des recherches anciennes. Aujourd’hui Belmonte (fig. 12, n. 6) demeure le site le mieux documenté (Rubat Borel 2006d). Aux premiers siècles de l’âge du Fer, on y trouve des céramiques qu’on pourrait attribuer au HaC, alors que d’autres appartiennent au G. IB et IC, donc encore des caractères communs aux deux versants alpins. À partir du VIe siècle av. J.-C. font leur apparition des écuelles en céramique fine, dont certaines tournées (fig. 8, n. 9, 10, 12). Cette technique est répandue chez les Golasecquiens dès le VIe siècle av. J.-C. et leurs productions sont si fines qu’il n’est pas nécessaire d’importer de la vaisselle étrusque. Comme dans le Golasecca, au VIe-début Ve siècle av. J.-C., les céramiques fines sont souvent décorées a stralucido, c’est-à-dire que la surface est polie jusqu’à obtenir des motifs décoratifs contrastés entre les parties polies et mates, ceci sans emploi de couleurs. En plus, dans la culture de Golasecca il y a peu de céramique attique, alors qu’elle est importée en quantité massive chez les Étrusques de l’Italie du Nord, comme à Spina, au Forcello près de Mantoue (De Marinis, Rapi 2005) – site très important pour le cadre chronologique puisque dans les couches de l’habitat il y a des fibules nord-italiennes et tardo-hallstattiennes, de la céramique étrusque et grecque – ainsi qu’à Gênes (Melli 2004 ; fig. 12, n. 27) ; entre le Ve et le IVe siècle av. J.-C., elle arrive jusqu’à Turin (fig. 12, n. 42) où on en a trouvé quelques tessons (communication de F.M. Gambari). Au contraire, dans le Piémont sud-oriental et dans le Piémont nord-occidental, il y a des importations de bucchero et des imitations locales. En plus, au Ve siècle av. J.-C. dans les environs de Turin, on produit sur place de la céramique grise monochrome (on a effectué la détermination des argiles), dont les formes et les décors sont inspirés par les produits provençaux (fig. 8, n. 14). Un autre habitat qui paraît être très important est la Paraj Àuta de Pavone Canavese (fig. 12, n. 12), une longue colline rocheuse au milieu de la plaine d’Ivrée et de la Doire Baltée, qui domine la route vers le Grand et le Petit-Saint-Bemard (Gambari, Rubat Borel 2003 ; Rubat Borel 2006d). Tous ces chefs-lieux sont abandonnés ou connaissent une interruption autour de 400 av. J.-C. : est-ce le témoignage du passage des vagues des migrations celtiques transalpines en Italie « per Taurinos », c’est-à-dire « à travers le pays des Taurini » ? En effet, dans le récit de Tite-Live (5.34-35), le plus détaillé, on lit que Bellovèse est passé par la vallée de la Doire Ripaire et les Boïens et les Lingons par le Grand-Saint-Bernard. L. Pauli (1991) avait dessiné les cartes des plus importantes routes franchissant les Alpes aux VIe-Ve siècles av. J.-C., quoique alors on ne savait encore presque rien de cette période dans le Piémont nord-occidental : ses cartes correspondent à la diffusion des céramiques fines retrouvées en Piémont, céramique tournée, bucchero, grise monochrome (Rubat Borel 2006b, fig. 3 ; Rubat Borel à paraître a, fig. 15), mais aussi aux routes parcourues par les Gaulois transalpins (Pare 1991 ; à propos des témoignages archéologiques des migrations gauloises en Piémont, Gambari 1995 ; pour les données archéologiques en Gaule centrale et à Avaricum-Bourges, la ville de Bellovèse, Milcent 2004).

Fig. 8. Céramiques fines des habitats de Belmonte (1-3, 5-14 ; fig. 12, n. 6) et La Paraj Àuta (4, 15 ; fig. 12, n. 12) au Premier âge du Fer : 1, 5, 6, IXe s. ; 2, 8, VIIIe-VIIe s. ; 7, 11, fin VIIe-début VIe s. ; 3, 4, 9, 10, 12-15, VIe-début Ve s. Céramiques tournées, 9, 10, 12, 14 ; décors a stralucido, 9, 12, 13 ; grise monochrome, 14. Dessins F. Rubat Borel.

Fig. 8. Céramiques fines des habitats de Belmonte (1-3, 5-14 ; fig. 12, n. 6) et La Paraj Àuta (4, 15 ; fig. 12, n. 12) au Premier âge du Fer : 1, 5, 6, IXe s. ; 2, 8, VIIIe-VIIe s. ; 7, 11, fin VIIe-début VIe s. ; 3, 4, 9, 10, 12-15, VIe-début Ve s. Céramiques tournées, 9, 10, 12, 14 ; décors a stralucido, 9, 12, 13 ; grise monochrome, 14. Dessins F. Rubat Borel.

Fig. 9. Le tumulus de Beauregard, près d’Aoste (fig. 12, n. 3). Cliché F. Rubat Borel.

Fig. 9. Le tumulus de Beauregard, près d’Aoste (fig. 12, n. 3). Cliché F. Rubat Borel.

19Voyons maintenant si les rites funéraires peuvent nous aider à comprendre l’organisation sociale du Premier âge du Fer. Si la culture de Golasecca possède de très vastes nécropoles de tombes à incinération autour de ses habitats et de ses villes (les nécropoles du canton Tessin, la Ca’ Morta près de Côme, fig. 12, n. 25, celles de Castelletto Ticino et de ses alentours à Golasecca et Sesto Calende, fig. 12, n. 20 et 21, sur la rive lombarde du Tessin), il n’y a rien de semblable dans le Piémont nord-occidental. On ne connaît en effet qu’une nécropole à inhumation de la 2e moitié du VIe-Ve siècle av. J.-C. à Crissolo (fig. 12, n. 36), près des sources du Pô sur les pentes du Mont Viso, mais le rituel, le mobilier et le fait qu’elle ne soit située qu’à 6 km de la crête alpine la rapprochent des riches nécropoles des Hautes-Alpes, ainsi qu’une tombe avec une seule fibule de la 1ere moitié du VIe s. av. J.-C. à Castello d’Annone (Gambari 1995, fig. 1c ; fig. 12, n. 47 ; Gambari, Venturino Gambari 1997).

  • 5 Il faut ajouter aux tombes princières d’Italie nord-occidentale celle de Pietra Ligure (fig. 12, n. (...)
  • 6 Pour l’instant on ne peut pas proposer de comparaison précise avec les stèles de l’âge du Fer breto (...)

20Au contraire, dans l’aire Taurino-Salasse sont attestés des tumuli renfermant des sépultures princières, notamment le long des routes qui conduisent aux cols alpins (Rubat Borel à paraître a). Aujourd’hui deux grands tumuli sont encore visibles dans la vallée d’Aoste (Mollo Mezzena 1997). L’un est situé à Aoste-Beauregard (fig. 12, n. 3), à l’embouchure du val qui mène au Grand-Saint-Bemard : il mesure 60 m de diamètre et 7,5 m de haut et il n’a jamais été fouillé (fig. 9). Le tumulus d’Emarèse-Chassan (fig. 12, n. 4) a fait lui l’objet d’une petite opération. Il se trouve au-dessus de la grande boucle de la Doire Baltée vers le sud et près de mines d’or. De 45 m de diamètre et partiellement arasé, il a livré, avant d’arrêter les fouilles, des tessons de céramique et une pépite d’or, que j’interprète comme l’offrande de l’or restant, c’est-à-dire non employé dans le mobilier et qui était désonnais sacré, comme on l’a observé à Hochdorf et dans les fondations du temple des Doliola à Rome au 2e quart du VIIe siècle av. J.-C. (Biel 1985 ; Carandini 2006 : 251). Récemment on a découvert la description manuscrite, faite par Giovanni Benvenuti (1773-1818), d’une tombe princière détruite en 1796 à Perosa Canavese (fig. 12, n. 11), près d’Ivrée et à 6 km de la Paraj Àuta de Pavone. Celui-ci était prêtre à Ivrée et ne possédait pas de connaissance archéologique, ce qui rend son témoignage imprécis mais fiable, puisque sans aucune influence. On y lit que dans un large pré du comte Perrone di San Martino, des paysans arasèrent un grand tertre nommé en piémontais « Brich dla Fortuna », c’est-à-dire Mont de la Richesse. À l’intérieur ils découvrirent deux « chenets » en bronze, hauts d’un mètre, avec quatre têtes de cerfs aux extrémités, d’où pendaient quatre chaînes. J’estime qu’en réalité il s’agit de deux supports pour la vaisselle, des productions étrusques de Vetulonia datées du VIIe siècle av. J.-C., et, pour les têtes de cerfs, je suggère comme comparaison la « hampe » du « lit de la Saône » exposée au Musée de Chalon-sur-Saône (fig. 10). Entre eux il y avait un bassin en bronze, avec un couvercle, contenant les cendres du défunt. Autour il y avait la cuirasse d’un guerrier, une lance et « la cuirasse du cheval » (des cnémides prises pour une têtière de chevaux médiévaux ? des harnais ou le harnachement du cheval ?). En 1800 presque tout a été vendu à Turin par Antonio Garda, chargé de l’approvisionnement de l’armée napoléonienne alors que le Piémont était occupé par la France, et il est possible que les acheteurs fussent des officiers ou des fonctionnaires français (Rubat Borel à paraître c). Il s’agit d’un contexte archéologique exceptionnel. Dans la culture de Golasecca, il y a bien des sépultures princières, comme les deux tombes de Sesto Calende (fig. 12, n. 21) datées de la fin du VIIe et du début du VIe siècle av. J.-C. ou celles de La Ca’Morta de Côme (fig. 12, n. 25), mais aucun tumulus n’a été conservé et, d’autre part, ces sépultures étaient situées à l’intérieur de grandes nécropoles près des villes. Les princes ensevelis sur ces sites faisaient partie d’une société urbaine d’aristocrates et de marchands, comparables aux Étrusques. On connaît des grands tumuli à Somma Lombardo au PG. III (Xe siècle av. J.-C. ; fig. 12, n. 22), mais dépourvus de mobilier. Du VIIe au début du Ve siècle av. J.-C. (G. IC – G. IIB) il y a des tombes princières dont les dimensions du tumulus, aujourd’hui arasé, sont inconnues, des tombes entourées par des cercles ou des rectangles de galets du Xe au VIIe siècle av. J.-C. (PG. IIIa – G. IC), et aussi des nécropoles à petits tumuli à la fin du VIe-Ve siècle av. J.-C. (G. IIB – G. IIIA2) (pour la typologie des tombes du Golasecca, Del Duca 2001)5. Quelquefois on y rencontre des stèles avec des inscriptions gravées ou des inscriptions sur la vaisselle du mobilier : l’adoption de l’écriture est le privilège d’une société complexe et urbanisée, comparable à celle des Étrusques et des autres cultures de la péninsule italienne de la fin du VIIe siècle av. J.-C., alors que chez les Ligures il n’y a que peu d’inscriptions en alphabet et langue étrusque (donc il n’y a pas adaptation de l’écriture à leur langue de souche celtique). Au contraire dans le Piémont nord-occidental, il y a de grands tumuli isolés, proches des routes importantes ou des habitats qui sont le chef-lieu d’un petit territoire et où on a retrouvé des céramiques fines d’importation ou des imitations de celles-ci. Malheureusement, les deux tumuli valdôtains n’étant pas fouillés et le mobilier de Perosa étant perdu, on ne peut pas dater avec précision ces sépultures princières. On peut supposer que celle de Perosa remonte au VIIe siècle av. J.-C. si l’identification des supports pour la vaisselle est correcte, mais dans les Alpes nord-occidentales nous connaissons aussi des tombes princières à Saint-Romain-de-Jalionas au IXe siècle av. J.-C. et à Verna vers 100-80 av. J.-C. (Verger dans ce volume ; Perrin, Schönfelder 2003). En plus, il faut souligner que le rituel est l’incinération, comme dans la culture de Golasecca, et non l’inhumation, comme chez les princes hallstattiens, bien que des incinérations en urne métallique soient employées dans certaines sépultures de la France centre-orientale de la 1ere moitié du Ve siècle av. J.-C. pour lesquelles Verger (1997) estime que ce rituel est dérivé de la culture de Golasecca et de l’Italie du Nord. Dans le Canavese oriental, à Mazzè (fig. 12, n. 16) près d’un gué de la Doire Baltée, à Chivasso (fig. 12, n. 17) entre le Pô et l’Orco (la rivière qui coule de Belmonte) et à Lugnacco (fig. 12, n. 9), dans une vallée riche en minerai de fer, sont connues trois stèles longues de quatre mètres à la surface régulière et, par endroits, travaillée avec des outils en fer, que F.M. Gambari a suggéré être des monuments funéraires près de tumuli du Premier âge du Fer, comparables à quelques tombes situées entre le Palatinat et la Basse-Alsace et à Gudo (fig. 12, n. 24) en Tessin (Gambari 1993 ; Kimmig 1985 ; Baserga 1911 ; Rubat Borel à paraître a, fig. 9 et 10)6.

Fig. 10. 1 et 2 : supports pour la vaisselle produits dans la cité étrusque de Vetulonia au VIIe s. (Camporeale 1986, fig. 183. 2 ; Camporeale 1969, tav. XIII : 2). 3 : « hampe » retrouvée dans la Saône (Boucher 1983, fig. 7).

Fig. 10. 1 et 2 : supports pour la vaisselle produits dans la cité étrusque de Vetulonia au VIIe s. (Camporeale 1986, fig. 183. 2 ; Camporeale 1969, tav. XIII : 2). 3 : « hampe » retrouvée dans la Saône (Boucher 1983, fig. 7).

4. CONCLUSIONS

  • 7 Brun 1992 : « l’exemple paradoxal de Larina... montre bien qu’il ne suffit pas d’un passé prometteu (...)

21Au Bronze Final avec le groupe Pont-Valperga, qui est un groupe apparenté au Protogolasecca dans lequel se mêlent les influences du R.S.F.O. au sud des Alpes, les liens avec la Suisse occidentale et le Jura sont très étroits. La situation se fait plus complexe pendant l’âge du Fer. Nous observons un arrêt des communications entre les deux versants alpins en raison du refroidissement de 850- 750 av. J.-C. À la même époque, la culture urbaine de Golasecca connaît un grand essor ; elle contrôle les commerces les plus importants entre P Italie nord-occidentale et l’Europe au nord des Alpes. Elle constitue un acteur fondamental dans les rapports entre l’Italie et les princes celtiques et pas simplement un intermédiaire qui serait alternatif aux Étrusques. Je suggère que le développement du Golasecca soit à l’origine de la situation du Piémont nord-occidental. Trop proche du Golasecca d’un côté, sans disposer des éléments qui ont porté au développement des principautés du Hallstatt final, bien qu’il existe des caractères communs, comme les sépultures princières sous tumulus7, le Piémont nord-occidental est donc une région qui fait office de filtre entre l’Italie septentrionale et les complexes nord-alpins, selon des reconstructions de l’économie et des sociétés protohistoriques européennes (notamment Brun 1987 et Kristiansen 1998) et qui permettra de mieux expliquer les contacts au Bronze Final et au Premier âge du Fer de la France orientale et de la Suisse occidentale avec le sud des Alpes (Dunning 1991 ; Verger 1998). Il faudrait encore comprendre ce qui se passe dans les Alpes occidentales dans le courant du Ve siècle av. J.-C., après l’abandon de Castelletto Ticino à la suite d’une crue dévastatrice du Lac Majeur et du Tessin autour de 480-475 av. J.-C. (Gambari 2000), au passage du G. IIB au G. IIIA1 et pendant une phase de refroidissement du climat, mais ceci dépasse le sujet de ce congrès.

Fig. 11. Routes franchissant les Alpes et remontant le Pô d’après Apollonios de Rhodes et Polybe. Dessin F. Rubat Borel.

Fig. 11. Routes franchissant les Alpes et remontant le Pô d’après Apollonios de Rhodes et Polybe. Dessin F. Rubat Borel.

Fig- 12. Sites piémontais, valdôtains et des environs mentionnés. Triangles : habitats ; carrés : tombes ; étoiles : trouvailles isolées et dépôts ; barres : stèles. 1 Rhêmes-St.-Ceorges ; 2 Aoste (Aosta)Montfleury ; 3 Aoste (Aosta)-Beauregard ; 4 Emarèse-Chassan ; 5 Rochemelon (Rocciamelone) ; 6 Belmonte ; 7 Santa Apollonia de Valperga ; 8 Santa Maria de Pont Canavese ; 9 Lugnacco ; 10 Alice Superiore ; 11 Perosa Canavese ; 12 La Paraj Àuta ; 13 Ivrée (Ivrea) ; 14 Piverone ; 15 Viverone ; 16 Mazzè ; 17 Chivasso ; 18 La Burcina ; 19 Vintebbio ; 20 Castelletto Ticino ; 21 Sesto Calende et Colasecca ; 22 Somma Lombardo et La Malpensa ; 23 Luino ; 24 Gudo ; 25 Côme (Como) et La Ca’Morta ; 26 Godiasco ; 27 Gênes (Genova) ; 28 Giusvalla ; 29 Pietra Ligure ; 30 Mombasiglio ; 31 Chiusa Pesio ; 32 Borgo San. Dalmazzo ; 33 Centallo ; 34 Fossano ; 35 Busca ; 36 Crissolo ; 37 La Rocca di Cavour ; 38 Casalgrasso ; 39 Roddi ; 40 Castelvecchio di Testona ; 41 Trana ; 42 Turin (Torino) ; 43 Monteu da Po ; 44 Verrua Savoia ; 45 Morano Po ; 46 Casal-Montferrat (Casale Monferrato) ; 47 Castello d’Annone ; 48 Villa del Foro. Dessin F. Rubat Borel.

Fig- 12. Sites piémontais, valdôtains et des environs mentionnés. Triangles : habitats ; carrés : tombes ; étoiles : trouvailles isolées et dépôts ; barres : stèles. 1 Rhêmes-St.-Ceorges ; 2 Aoste (Aosta)– Montfleury ; 3 Aoste (Aosta)-Beauregard ; 4 Emarèse-Chassan ; 5 Rochemelon (Rocciamelone) ; 6 Belmonte ; 7 Santa Apollonia de Valperga ; 8 Santa Maria de Pont Canavese ; 9 Lugnacco ; 10 Alice Superiore ; 11 Perosa Canavese ; 12 La Paraj Àuta ; 13 Ivrée (Ivrea) ; 14 Piverone ; 15 Viverone ; 16 Mazzè ; 17 Chivasso ; 18 La Burcina ; 19 Vintebbio ; 20 Castelletto Ticino ; 21 Sesto Calende et Colasecca ; 22 Somma Lombardo et La Malpensa ; 23 Luino ; 24 Gudo ; 25 Côme (Como) et La Ca’Morta ; 26 Godiasco ; 27 Gênes (Genova) ; 28 Giusvalla ; 29 Pietra Ligure ; 30 Mombasiglio ; 31 Chiusa Pesio ; 32 Borgo San. Dalmazzo ; 33 Centallo ; 34 Fossano ; 35 Busca ; 36 Crissolo ; 37 La Rocca di Cavour ; 38 Casalgrasso ; 39 Roddi ; 40 Castelvecchio di Testona ; 41 Trana ; 42 Turin (Torino) ; 43 Monteu da Po ; 44 Verrua Savoia ; 45 Morano Po ; 46 Casal-Montferrat (Casale Monferrato) ; 47 Castello d’Annone ; 48 Villa del Foro. Dessin F. Rubat Borel.

5. APPENDICE : FRANCHIR LES ALPES EN REMONTANT LE PÔ D’APRÈS APOLLONIOS DE RHODES ET POLYBE

22Pour conclure, je cite deux témoignages d’auteurs anciens à propos des routes franchissant les Alpes en remontant le Tessin ou la Doire Baltée (fig. 11). Avant la romanisation de la Cisalpine et une meilleure connaissance de l’Italie du Nord, pour les Grecs le Pô est le fleuve qui conduit de la Mer Adriatique jusqu’en Europe centrale. Le cours supérieur du fleuve correspond donc aux routes à travers les Alpes et on peut confondre le cours réel du Pô avec ceux de ses affluents, le Tessin et la Doire Baltée, les deux rivières que j’ai présentées comme les deux axes de la Transpadane occidentale. Dans Apollonios de Rhodes (295-215 av. J.-C.), le Pô, le Rhône et le Rhin ne sont que les trois bras du même fleuve coulant de la région des « lacs celtiques », les Préalpes lombardes et le Plateau suisse. En effet, le Tessin, le Rhône et le Rhin ont leurs sources dans le massif du Saint-Gothard et on a pris le Tessin pour le cours supérieur du Pô. « De là, ils [les Argonautes] pénétrèrent dans le cours profond du Rhône qui se jette dans l’Éridan [le Pô]... Ce fleuve vient des confins de la terre, où sont les portes et les demeures de la Nuit. C’est de là qu’il s’élance ; puis d’un côté ils se déverse en grondant sur les côtes de l’Océan [le Rhin] ; d’un autre, il se jette dans la mer Ionienne [le Pô] ; d’un autre enfin dans la mer de Sardaigne et dans son golfe immense où il envoie ses eaux par sept bouches [le Rhône]. Du fleuve ils s’avancèrent dans les lacs tempétueux qui s’étendent à l’infini sur le territoire des Celtes. Là... un des bras conduisait dans une golfe de l’Océan... mais Héra, bondissant du ciel, poussa un cri du haut du roc Hercynien [les chutes du Rhin de Schaffhouse ?]... » (Apollonios de Rhodes, 4. 627-650 ; trad. É. Delage, F. Vian, Paris, Les Belles Lettres, 1981). Cela signifie qu’Apollonios de Rhodes, directeur de la bibliothèque d’Alexandrie et qui connaissait les plus anciens textes géographiques, avait une idée des Alpes et des routes qui les franchissaient, probablement avant le début du Ve siècle av. J.-C. et l’abandon de Castelletto Ticino. À ce propos, M. Bettelli (2000) a récemment identifié dans le riche mobilier de la tombe 6 de l’héroon d’Eretria en Eubée (fin du VIIIe siècle av. J.-C.) une pointe de lance qui est une importation de la culture de Golasecca ou de la région nord-alpine occidentale (De Marinis 1988, fig. 153, bronzes de la gravière Ballerini, Côme-Ca’Morta ; horizon 6 des lances suisses de Tarot 2000, pl. 22-23).

Au contraire, Polybe (200-118 av. J.-C.) confond le Pô et la Doire Baltée, l’autre grand affluent qui coule du Petit et du Grand Saint-Bernard. Polybe dans sa description de la Cisalpine, outre ses propres expériences, emploie les récits des historiens siciliens Philistus de Syracuse (430- 356 av. J.-C.) et Timéus de Tauroménium (356-260 av. J.-C.). « Le Pô... prend sa source dans les Alpes, à peu près au sommet de notre triangle [l’Italie selon les anciens avait forme de triangle], et descend vers la plaine en dirigeant son cours vers le sud. Mais arrivé dans le plat pays, il se détourne et le traverse en direction de l’est, pour se jeter par deux embouchures dans le fond de l’Adriatique » (Polybe, 2.16,6-7 ; trad. P. Pédech, Paris, Les Belles Lettres, 1970). En réalité c’est la Doire Baltée, parce qu’en effet le Pô dans son premier trajet coule vers le nord, et après entre Turin et Chivasso (fig. 12, n. 42 et 17), il se détourne vers l’est, peu avant la confluence avec la Doire Baltée qui vient du nord, près de l’habitat de hauteur de Verrua Savoia (fig. 12, n. 44). On y trouve la même confusion encore à l’âge d’Auguste dans Strabon (4.6,5), qui emprunte à Posidonius de Rhodes (135-51 av. J.-C.) et décrit les Alpes occidentales d’un point de vue massaliète : « De l’autre côté de ladite montagne [les Alpes Cottiennes], sur le versant italien, habitent les Taurini... Au-delà de ces populations et du Pô sont les Salasses [c’est-à-dire les Salasses à l’est de la Doire Baltée, à Ivrée et dans l’actuelle province de Biella, où il y avait des riches gisements d’or exploités par eux], et au-dessus d’eux, sur les cimes, les Ceutrons, les Caturiges, les Veragres, les Nantuates, le lac Lèmenne... » (trad. F. Lasserre, Paris, Les Belles Lettres, 1966) et dans la Tabula Peutingeriana. Enfin, il faut mentionner que dans les récits du voyage d’Hercule de l’Occident à la Grèce, en franchissant les Alpes le héros argive avait tué « Tauriscus, cruel tyran de la Gaule » (Ammianus Marcellinus, 15.9,6 et 10,9), homonyme du peuple des Taurini ou Taurisci dans les sources les plus anciennes (Polybe 2.15,8).

Bibliographie

Je remercie la Soprintendenza per i Beni Archeologici del Piemonte, Filippo M. Gambari et Marica Venturino Gambari ; la Fondazione CRT-Progetto Alfieri 2004, qui a financé mes recherches sur la protohistoire piémontaise, cofinancement CESMA scarl ; Marco Cima et le Museo Archeologico del Canavese à Cuorgnè ; Mireille David-Elbiali ; Damien Daudry et la Société Valdôtaine de Préhistoire et Archéologie.

Bibliographie

Actes Alba 1998 : Preistoria e protostoria del Piemonte. Atti della XXXII Riunione Scientifica dell’Istituto Italiano di Preistoria e Protostoria, Alba, 29 septembre-1er octobre 1995. Firenze, IIPP., 486 p.

Actes Côme 2001 : La protostoria in Lombardia. Atti del 3° convegno archeologico régionale, Côme, 22-24 octobre 1999. Como, Società Archeologica Comense, 527 p.

Actes Courmayeur 1997 : La Valle d’Aosta nel quadro della preistoria e protostoria dell’arco alpino centro-occidentale. Atti della XXXI Riunione Scientifica dell’Istituto Italiano di Preistoria e Protostoria, Courmayeur, 2-5 juin 1994. Firenze, IIPP, 570 p.

BAGOLAN M., LEONARDI G., 2000 – Il Bronzo Finale nel Veneto. In : HARARI M., PEARCE M., dir., 2000 – Il Protovillanoviano al di qua e al di là dell’Appennino. Actes de la journée d’études, Pavie, 17 juin 1995. Como, New Press, p. 15-46 (Biblioteca di Athenaeum, 38).

BARTOLONI G., DELPINO F. dir., 2005 – Oriente e Occidente : metodi e discipline a confronto. Riflessioni sulla cronologia dell’età del Ferro italiana. Actes de la rencontre d’étude, Rome, 30-31 octobre 2003. Pisa-Roma, Ist. Editoriali e Poligrahci Intemazionali. 663 p. (Mediterranea, 1).

BASERGA G., 1911 – La necropoli preromana di Gudo nel Canton Ticino. Rivista Archeologica dell’Antica Provincia e Diocesi di Como, 62, p. 1-137.

BENVENUTI G., 1976 – Istoria dell’antica città di Ivrea. Ivrea, Fratelli Enrico, 813 p.

BETTELLI M., 2000 – La punta di lancia della tomba 6 di Eretria : una riconsiderazione. In : CARANDINI A., CAPPELLI R. dir., 2000, Roma, Romolo, Remo e la fondazione delia città. Catalogue de l’exposition, Rome 2000. Milano, Electa, p. 346-348

BIANCO PERONI V., 1970 – Die Schwerter in Italien. Le spade nell ’Italia continentale. München, Beck, 148 p. et 84 pl. (Prähistorische Bronzefunde, IV, 1).

BIEL J. dir., 1985 – Der Keltenfürst von Hochdorf. Catalogue de l’exposition, Stuttgart 1985. Stuttgart, Theiss, 172 p.

BIETTI SESTIERI A.M., 2005 – A reconstruction for historical processes in Bronze and Early Iron Ages Italy based on recent archaeological research. In : ATTEMAP, NIJBOERA., ZIFFERERO A. dir., 2005 – Papers in Italian Archaeology VL Communities and Seulements from the Neolithic to the Early Médiéval Period. Actes of the 6th Conférence of Italian Archaeology, Groningen, 15-17 avril 2003. Oxford, p. 9-24 (B.A.R., S 1452-1).

BOUCHER S., 1983 – Les bronzes figurés antiques. Musée Denon, Chalon-sur-Saône. Lyon, L’Hermès, 188 p.

BRUN P., 1987 – Princes et princesses de la Celtique. Paris, Errance, 219 p.

BRUN P., 1992 – La place du Jura franco-suisse dans l’économie-monde méditerranéenne au Premier âge du Fer. In : KAENEL G., CURDY P. dir., 1992 – L’âge du Fer dans le Jura. Actes du 15e colloque de l’A.F.E.A.F., Pontarlier/Yverdon-les-Bains, 9-12 mai 1991. Lausanne, p. 189-205 (Cahiers d’Archéologie Romande, 57).

BRUN P., MORDANT C. dir., 1988 – Le groupe Rhin-Suisse-France orientale et la notion de civilisation des Champs d’Urnes. Actes du colloque international, Nemours, 1986. Nemours, A.P.R.A.I.F., 659 p. et ill. (Mémoires du Musée de Préhistoire d’Ile-de-France, 1).

CAMPOREALE G., 1969 – I commerci di Vetulonia in età orientalizzante. Firenze, Sansoni, 135 p.

CAMPOREALE G., 1986 – Vita privata. In : Rasenna. Milano, Scheiwiller, p. 239-308.

CAPUIS L., 1993 – I Veneti. Milano, Longanesi, 298 p.

CARANDINI A., 2006 – Remo e Romolo. Dai rioni dei Quiriti alla città dei Romani. Torino, Einaudi, 574 p.

CASINI S., DEMARINIS R.C., RAPI M., 2001 -L’abitatoprotostoricodei dintorni di Como. In : Actes Côme 2001, p. 97-140.

CIL – MOMMSEN T. éd., 1872-1877 – Corpus Inscriptionum Latinarum. V. Gallia Cisalpina. Berolini, Academia Litterarum Regia Borussica, 2 vol.

COLONNA G., 1998. – Etruschi sulla via delle Alpi occidentali. In : MERCANDO L., VENTURINO GAMBARI M. dir., 1998 – Archeologia in Piemonte. La preistoria, p. 261-266.

DAIRE M.-Y., 2005 – Les stèles de l’âge du Fer dans l’Ouest de la Gaule. Saint-Malo, Centre Regional d’Archéologie d’Alet, 172 p.

DAVID-ELBIALI M., 2000 – La Suisse occidentale au IIe millénaire av. J.-C. Chronologie, culture, intégration européenne. Lausanne, 570 p. (Cahiers d’Archéologie Romande, 80).

DAVID-ELBIALI M., 2002 – L’âge du Bronze. In : OTTE M. dir., 2002 – La protohistoire. Bruxelles, De Boeck Université, p. 281-293.

DAVID-ELBIALI M., DUNNING C., 2005 – Le cadre chronologique relatif et absolu au nord-ouest des Alpes entre 1060 et 600 av. J.-C. In : BARTOLONI G., DELPINO F., 2005, p. 145-195.

DEL DUCA A., 2001 – Le strutture funerarie a carattere monumentale nell’area identale délla cultara di Golasecca. In : GAMBARI F.M. dir., 2001 – La birra e il fiume. Pombia e le vie dell’Ovest Ticino tra VI e V secolo a. C. Torino, CELID, p. 133-140.

DEL LUCCHESE A., DE MARINIS R.C., GAMBARI F.M., 1992 – Italia nordoccidentale. In : L’età del Bronzo in Italia nei secoli dal XVI al XIV a. C. Actes du congrès, Viareggio, 26-30 octobre 1989, p. 31-38 (Rassegna di Archeologia, 10).

DE MARINIS R.C., 1972 – Ritrovamenti dell’età del Bronzo Finale in Lombardia. Contributo alla suddivisione in periodi del Protogolasecca. Sibrium, 11, 1971-72, p. 53-98.

DE MARINIS R.C., 1981 – Il periodo Golasecca III A in Lombardia. Studi Archeologici, 1, p. 41-299.

DE MARINIS R.C., 1988 – Liguri e Celto-Liguri. In : Italia omnium terrarum alumna. Miano, Scheiwiller, p. 157-259.

DE MARINIS R.C., 1998 – La metallurgia dell’antica e media età del Bronzo in Piemonte. In : MERCANDO L., VENTURINO GAMBARI M., 1998, p. 157-186.

DE MARINIS R.C., 2000a – Il Bronzo Recente nel Canton Ticino e la cultura di Canegrate. In : DE MARINIS R.C., BIAGGIO SIMONA S., 2000, p. 93-121.

DE MARINIS R.C., 2000b – Il Bronzo Finale nel Canton Ticino. In : DE MARINIS R.C., BIAGGIO SIMONAS., 2000. p. 123-146.

DE MARINIS R.C., BIAGGIO SIMONA S. dir., 2000 – I Leponti tra mita e realtà. Catalogue de l’exposition, Locarno, 2000. Locamo, Dadò, 2 vol., 912 p.

DE MARINIS R.C., GAMBARI F.M., 2005 – La cultura di Golasecca tra Xe VIII secolo a C. : cronologia relativa e correlazioni con altre aree culturali. In : BARTOLONI G., DELPINO F., 2005, p. 197-225.

DEMARINIS R.C., RAPI M., 2005 -L’abitato etrusco del Forcello di Bagnolo San Vito. Le fasi di età arcaica. Bagnolo San Vito, 326 p.

DE MARINIS R.C., SPADEA G., 2004 – I Liguri. Catalogue de l’exposition, Gênes, 2004. Ginevra-Milano. Skira, 656 p.

DUNNING C., 1991 – Parures italiques sur le plateau suisse. In : DUVAL A., 1991, p. 367-377.

DUVAL A. dir., 1991- Les Alpes à l’âge du Fer. Actes du Xe colloque de l’A.F.E.A.F., Chambéry, 1986. Paris, C.N.R.S., 438 p. (Revue Archéologique de Narbonnaise, Suppl. 22).

GAMBARI F.M., 1991 – Commerce étrusque et relations transalpines de l’Italie nord-occidentale au VIe siècle avant notre ère. In : DUVAL A., 1991, p. 401-414.

GAMBARI F.M., 1993 – La stele megalitica di Mazzè. Mazzè, Ass. Cult. Mondino, 40 p.

GAMBARI F.M., 1995 -1 Celti in Piemonte tra il VIe il III secolo a. C. : i dati archeologici. In : CHARPY J.-J. dir., 1995 – L’Europe celtique du Ve au IIIe siècle avant J.-C.. Actes du 2e symposium international d’Hautvillers, 8-10 octobre 1992. Sceaux, Kronos, p. 77-87 (Mémoires de la Société Archéologique Champenoise, 9).

GAMBARI F.M., 1997-La prima età del Ferro nel Piemonte nord-occidentale. In : Actes Courmayeur 1997, p. 341-359.

GAMBARI F.M., 1998a – L’età del Bronzo in Piemonte. In : Actes Alba 1998, p. 65-83.

GAMBARI F.M., 1998b – L’età del Ferro in Piemonte. In : Actes Alba 1998, p. 87-107.

GAMBARI F.M., 2000 – Gli abitati della prima età del Ferro nell’area del Basso Verbano e dell’Ovest Ticino. In : DE MARINIS R.C., BIAGGIO SIMONAS., 2000- 1er vol., p. 195-202.

GAMBARI F.M., 2001 – Il centra protourbano di Castelletto Ticino : insediamenti e territorio. In : Actes Côme 2001, p. 159-171.

GAMBARI F.M., 2004 – L’etnogenesi dei Liguri cisalpini tra l’età del Bronzo finale e la prima età del Ferro. In : VENTURINO GAMBARI M., GANDOLFI D. dir., 2004 – Ligures celeberrimi. Actes du congrès, Mondovi, 26-28 avril 2002. Bordighera, Ist. Int. di Studi Liguri, p. 11-28.

GAMBARI F.M., 2006 – La necropoli di Morano sul Po ed il Rotogolasecca in Italia nord-occidentale. In : VENTURINO GAMBARI M., 2006 – p. 187-210.

GAMBARI F.M., RUBAT BOREL F. dir., 2003 – Al di là del Po ci sono i Salassi. Catalogue de l’exposition, Pavone Canavese, 2003. Ivrea, Bolognino, 12 pl.

GAMBARI F.M., VENTURINO GAMBARI M., 1997 – Crissolo : per una definizione archeologica dei Taurini nella prima età del Ferro. In : Actes Courmayeur 1997, p. 394-407.

GAMBARI F.M., VENTURINO GAMBARI M., 1999 – The introduction of crémation rites in North-western Italy. In : Proceedings of the XIII International Congress of Prehistoric and Protohistoric Sciences, 4, Forlì, 8-14 september 1996. Forlì, ABACO, p. 243-248.

GAMBARI F.M., VENTURINO GAMBARI M., 2004 – L’età del Bronzo Medio-Recente in Piemonte. In : DE MARINIS R.C., SPADEA G., 2004, p. 123-129.

GAMBARI F.M., VALLE G., VERCESI P.L., 1995 – Elementi geoarcheologici e proposta interpretativa dell’evoluzione territoriale in età golasecchiana nella zona di Castelletto Ticino. Sibrium, 22, p. 27-53.

GAMBARI F.M., RUBAT BOREL F., COMPAGNONI R., 2007 – Le forme di fusione e l’utilizzazione preromana délla pietra ollare nella protostoria dell’Italia nord-occidentale. In : DAUDRY D. dir., 2007 – La pierre en milieu alpin. Actes du XIe colloque sur les Alpes dans l’Antiquité, Champsec-Val de Bagnes, 15-17 septembre 2006, p. 131-151 (Bulletin d’Études Préhistoriques et Archéologiques Alpines, 18).

KIMMIG W., 1985 – Eisenzeitliche Grabstelen in Mitteleuropa. In : Studi di paletnologia in onore di Salvatore Puglisi. Roma, La Sapienza, p. 591-615.

KRISTIANSEN K., 1988 – Europe before History. Cambridge, Cambridge University Press, 505 p.

MELLI P. dir., 2006 – Genova emporio dei Liguri. In : DE MARINIS R.C., SPADEA G., 2004, p. 283-357.

MERCALLI L., CAT BERRO D., 2006 – Climi, acque e ghiacciai tra Gran Paradiso e Canavese. Bussoleno, Società Meteorologica Subalpina, 754 p.

MERCANDO L., VENTURINO GAMBARI M. dir., 1998 – Archeologia in Piemonte. La preistoria. Torino, Allemandi, 330 p.

MILCENT P.-Y., 2004 – Le Premier âge du Fer en France centrale. Paris, 718 p. (Mémoires de la Société Préhistorique Française, 34).

MOINAT P., DAVID-ELBIALI M., 2003 – Défunts, buchers et céramiques : la nécropole de Lausanne-Vidy (VD) et les pratiques funéraires sur le Plateau suisse du XIe au VIIIe s. av. J.-C. Lausanne, 310 p. (Cahiers d’Archéologie Romande, 93).

MOLLO MEZZENA R., 2007 – L’età del Bronzo e l’età del Ferro in Valle d’Aosta. In : Actes Courmayeur 1997, p. 139-223.

PACCIARELLI M., 2000 – Dal villaggio alla città. Firenze, All’Insegna del Giglio, 312 p. (Grandi contesti e problemi délia Protostoria italiana, 4).

PARE C., 1991 – Fürstensitze, Celts and the Mediterranean world. Proceedings of the Prehistoric Society, 57-2, p. 183-202.

PARE C., 1998 – Beiträge zum Übergang von der Bronze- zur Eisenzeit in Mitteleuropa. Jahrbuch des Römisch-Germanischen Zentralmuseums Mainz, 45- 1, p. 293-433.

PARE C., 1999 – Beiträge zum Übergang von der Bronze- zur Eisenzeit in Mitteleuropa. Jahrbuch des Römisch-Germanischen Zentralmuseums Mainz, 46-1, p. 175-315.

PAULI L., 1991 – Les Alpes centrales et orientales à l’âge du Fer. In : DUVAL A., 1991, p. 291-311.

PERONI R., 1989 – Protostoria dell’Italia continentale. Roma, Biblioteca di Storia Patria, 645 p. (Popoli e Civiltà dell’Italia Antica, 9).

PERRIN F., SCHÖNFELDER M. dir., 2003 – La tombe à char de Verna. Lyon, 151 p. (Documents d’Archéologie en Rhône-Alpes, 24).

RUBAT BOREL F., 2004 – Stele figurate della Prima età del Ferro in Piemonte. In : CASINI S., FOSSATI A. dir., 2004 – Le pietre degli dèi. Statue-stele dell’età del Rame in Europa. Actes du congrès, Brescia, 16-18 septembre 2004. Bergamo, Civico Museo Archeologico, p. 376-383 (Notizie Archeologiche Bergomensi, 12).

RUBAT BOREL F., 2006a – Tra Protogolasecca e Gruppo RSFO : la faciès Pont-Valperga e il Bronzo Finale nel Piemonte nordoccidentale. In : VITALI D. dir., 2006 – Celtes et Gaulois, l’archéologie face à l’histoire, 2 : la Préhistoire des Celtes. Actes du colloque de Bologne-Monterenzio, 28-29 mai 2005. Glux-en-Glenne, Centre Archéologique Européen du Mont Beuvray, p. 197-202 (Bibracte, 12-2).

RUBAT BOREL F., 2006b – « Quasi al vertice d’Italia » : Itinerari protostorici lungo la Dora Baltea tra la pianura piemontese e i valichi valdostani. In : Alpis Graia. Archéologie sans frontières au col du Petit-Saint-Bernard. Actes du séminaire, Aoste, 2-4 mars 2006. Quart, Musumeci, p. 259-268.

RUBAT BOREL F., 2006c – Il Bronzo finale nell’estremo Nord-Ovest italiano : il gruppo Pont-Valperga. Rivista di Scienze Preistoriche, 56, p. 429-482.

RUBAT BOREL F., 2006d – Contributo per la definizione dell’areale Taurino-Salasso : i reperd dell’età del Ferro di Belmonte e délla Paraj Àuta (900-400 a. C.). Bulletin d’Études Préhistoriques et Archéologiques Alpines, 17, p. 9-36.

RUBAT BOREL F., à paraître a – The Piedmontese Alps in the Iron Age until the early 4th century BC as a filter between Northern Italy and Transalpine Europe. In : SCHÖNFELDER M., TOMEDI G. dir., à paraître – Trans Alpes. Actes du colloque de l’AG Eisenzeit. Obergurgl, 30 septembre-3 octobre 2005 (Archäo Tirol Monographien).

RUBAT BOREL F., à paraître b – Premières données à propos du mégalithisme dans les Alpes du Piémont. In : BEECHING A. dir., à paraître – Économie et société à la fin de la Préhistoire. VIIes Rencontres Méridionales de Préhistoire Récente. Actes du congrès, Lyon-Bron, 3-4 novembre 2006.

RUBAT BOREL F., à paraître c – Carlo Francesco Baldassarre Perrone di San Martino (1718-1802). In : VENTURINO GAMBARI M., GANDOLFI D. dir., à paraître – Colligite fragmenta. Aspetti e tendenze del collezionismo archeologico ottocentesco in Piemonte. Actes du congrès. Tortona, 19-20 janvier 2007. Bordighera, Ist. Int. di Studi Liguri.

SASSATELLI G., 2005 – Bologna etrusca : le origini e la formazione. In : SASSATELLI G., DONATI A. dir., 2005 – Bologna nell’antichità. Bologna, Bononia University Press, 2005, p. 117-231 (Storia di Bologna, 1).

SPM III, 1998 – La Suisse du Paléolithique à l’aube du Moyen-Âge. III. Âge du Bronze. Bâle, SSPA, 424 p.

SPM IV, 1999 – La Suisse du Paléolithique à l’aube du Moyen-Âge. IV. Âge du Fer. Bâle, SSPA, 360 p.

TAROT J., 2000 – Die bronzezeitlichen Lanzespitzen der Schweiz. Bonn, Habelt, 148 p. et 74 pl. (Universitätsforschungen zur Prähistorischen Archäologie, 61).

VENTURINO GAMBARI M. dir., 1995 – Navigatori e contadini. Alba e la valle del Tanaro nella preistoria. Alba, Famija Albèisa, 304 p.

VENTURINO GAMBARI M. dir., 1998 – In riva al fiume Eridano. Una necropoli dell’età del Bronzo finale a Morano su Po. Alessandria, Dell’Orso, 172 p.

VENTURINO GAMBARI M. dir., 2006 – Navigando lungo l’Eridano. La necropoli protogolasecchiana di Morano su Po. Casale Monferrato, Museo Civico, 222 p.

VENTURINO GAMBARI M., GIARETTI M., 2004 – La facies Alba-Solero nell’età del Bronzo recente dell’Italia nordoccidentale. In : COCCHI GENICK D. dir., – L’età del Bronzo recente in Italia. Actes du congrès, Lido di Camaiore, 26-29 octobre 2000. Viareggio, Baroni, 570 p.

VERGER S., 1997. – L’incinération en urne métallique : un indicateur des contacts aristocratiques transalpins. In : BRUN P, CHAUME B. dir., – Vix et les éphémères principautés celtiques. Actes du colloque, Châtillon-sur-Seine, 27-29 octobre 1993. Paris, Errance, p. 223-238.

VERGER S., 1998. – Un graffite archaïque dans l’habitat hallstattien de Montmorot (Jura, France). Studi Etruschi, 64, p. 265-316.

Notes

1 Le 13 avril 2007 à Turin s’est déroulé le congrès international Il Piemonte e le Alpi occidentali ail’alba délia storia. Modelli, influente e relazioni transalpine tra XII e VI secolo a. C., dont on prévoit la publication des actes.

2 Au contraire, dans le canton du Tessin septentrional, aux vallées similaires à celles du Canavese, le peuplement ne sera intensif qu’à la fin du VIIe ou mieux du Ve siècle av. J.-C. : probablement Castelletto Ticino a empêché le développement de la région, qui ne connaît un véritable essor qu’après la destruction du grand centre protourbain.

3 Récemment dans le sud-ouest du Piémont, à Chiusa Pesio (fig. 12, n. 31), où on connaissait déjà une nécropole du Bronze Final, on a découvert un riche dépôt comparable à ceux des Hautes-Alpes, daté du Xe-IXe siècle av. J.-C. et dont l’étude est dirigée par M. Venturino Gambari (on en prévoit la publication en 2009).

4 Dans les environs, à Centallo (fig. 12, n. 33), on a découvert, réemployée dans une sépulture du haut Moyen-Âge, une stèle à un écu et un guerrier gravés, datable entre le VIe et le Ve siècles av. J.-C. Comme une autre stèle de La Briccola, l’ancien port de Castelletto Ticino (fig. 12, n. 20) sur le lac Majeur, on peut la comparer aux stèles du sud-ouest de l’Espagne et de la France méridionale de la 1ère moitié du Ier millénaire av. J.-C. (Rubat Borel 2004).

5 Il faut ajouter aux tombes princières d’Italie nord-occidentale celle de Pietra Ligure (fig. 12, n. 29), dans une caverne détruite par une carrière, avec un poignard du HaC2, un fer de lance et des bandages de roue (de Marinis, Spadea 2004, p. 267-268).

6 Pour l’instant on ne peut pas proposer de comparaison précise avec les stèles de l’âge du Fer breton (Daire 2005). Il faut remarquer que l’on retrouve des stèles au Ier millénaire av. J.-C. dans plusieurs régions (Bretagne, sud-ouest de la Péninsule Ibérique, Lunigiaua...) où il y a eu du mégalithisme aux IVe et IIIe millénaires av. J.-C., comme on en a découvert aussi en Piémont depuis quelques années (Rubat Borel à paraître b).

7 Brun 1992 : « l’exemple paradoxal de Larina... montre bien qu’il ne suffit pas d’un passé prometteur, d’une localisation favorable et même de la fréquentations des convoyeurs d’importations méditerranéennes pour devenir la capitale d’une principauté. Il faut surtout se trouver lié à un réseau de résidences princières [qui] doit posséder un rôle lié à sa position au sein de l’économie-monde méditerranéenne ».

Table des illustrations

Titre Fig-1- Les principales routes protohistoriques entre l’Italie et l’Europe nord-alpine à travers les Alpes occidentales : Pô, Tessin et Doire Baltée. Dessin F. Rubat Borel.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/18206/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 47k
Titre Fig. 2. Tripartition culturelle du Piémont et de la Vallée d’Aoste du XIIIe au Ve siècle av. j.-C. Tiré de Mercando, Venturino Gambari 1998, fig. 116, modifié.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/18206/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 50k
Titre Fig. 3. Esquisse de chronologie absolue et relative entre l’Europe centrale (BzD, Bronzezeit D ; Ha, Hallstatt ; LT, La Tène) et l’Italie nord-occidentale (BR, Bronzo Recente ; PC, Protogolasecca ; G., Golasecca). En gris le Bronzo Finale italien ; en gris foncé les périodes de climat froid. Synthèse des systèmes chronologiques de De Marinis 1981, fig. 8 ; Gambari 1998b, tab. 1 ; SPM IV 1999, fig. 5 et 37 ; David-Elbiali 2000 ; Moinat, David-Elbiali 2003, fig. 3 ; Milcent 2004, tab. 34 ; David-Elbiali, Dunning, 2005 ; De Marinis, Gambari 2005, tab. B ; Gambari 2006, tab. 1. Dessin F. Rubat Borel.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/18206/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 37k
Titre Fig. 4. Céramiques de Viverone (fig. 12, n. 15), 2e moitié XIe siècle av. J.-C. Dessins F. Rubat Borel.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/18206/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 59k
Titre Fig. 5. Céramiques de Santa Maria de Pont (fig. 12, n. 8), 1eremoitié du Xe siècle av. J.-C. Dessins F. Rubat Borel.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/18206/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 114k
Titre Fig. 6. Épées du Piémont, de la Vallée d’Aoste et le long des frontières régionales du XIIIe au début du VIe s. av. J.-C.
Légende Borgo S. Dalmazzo, type Arco, XIIIe s. ; 2 Montfleury-Aoste, type Ivrée-Canagrate, 2e moitié XIIIes. ;Ivrée, type Ivrée-Canagrate, 2e moitié XIIIe s. ;Casal-Montferrat, type Biandronno, XIIIe s. ;Roddi, type Allerona,2e moitié XIIIe-début XIIe s. ;Piverone, type Erbenheim,1re moitié XIe s., les trois faces d’un des moules ; 7 Godiasco, type Calliano,VIIIe s. ;Casalgrasso, type Casalgrasso, Xe s. ;Golasecca, VIIe s. ; 10 Sesto Calende, milieu VIIe s. ;11 Sesto Calende, fin VIIe s. ; 12 Vintebbio, type Stockstadt, 1ère moitiéXIe- 1ère moitié Xe s. ; 13 Pietra Ligure, milieu VIIe s. Bronze, hormis 9-11 et13 en fer. Mobilier funéraire : 10, 11 et 13 (9 et 12 ?) ; découvertes dansles lits de rivières : 3, 5, 8. Dessins de : V. Bianco Peroni, 5-8, 11 ; L. DalRì, U. Tecchiati, 3 ; R.C. De Marinis, 9-11 ; F.M. Gambari et M. VenturinoGambari, 1, 3 ; R. Mollo Mezzena, 2 ; M. Tizzoni, 13. Sites : fig. 12.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/18206/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 92k
Titre Fig. 7. Pointes de lance du Piémont, de la Vallée d’Aoste et le long les frontières régionales du XIIIe au VIe s. av. J.-C.
Légende Alice Superiore, XIIIe s. ;2-5 Giusvalla, fin XIIIe s.,Malpensa, XIIe s. ;7 Rhêmes-St-Georges, XIIe s. ;Luino, Xe s. (dimensions inconnues) ;proche du sommet du Rochemelon, Bronze Final ;10 Morano Po, Xe s. ;11 Monteu da Po, type Terni, IXe s. ;12 Sesto Calende, fin VIIe s. ;13 Sesto Calende, milieu VIIe s. ;14 Sesto Calende, VIe s. (dimensions inconnues).Bronze, hormis 13-14 en fer.Mobilier funéraire : 8, 10, 9, 12-14.Dépôts : 2-7.Dessins de : M.A. Binaghi, 14 ; R.C. De Marinis, 6, 8, 12,13 ; F.M. Gambari, 11 ; F.M. Gambari et M. VenturinoGambari, 2-5 ; R. Mollo Mezzena, 7 ; F. Rubat Borel, 1,9 ; M. Venturino Gambari, 10. Sites : fig. 12.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/18206/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 32k
Titre Fig. 8. Céramiques fines des habitats de Belmonte (1-3, 5-14 ; fig. 12, n. 6) et La Paraj Àuta (4, 15 ; fig. 12, n. 12) au Premier âge du Fer : 1, 5, 6, IXe s. ; 2, 8, VIIIe-VIIe s. ; 7, 11, fin VIIe-début VIe s. ; 3, 4, 9, 10, 12-15, VIe-début Ve s. Céramiques tournées, 9, 10, 12, 14 ; décors a stralucido, 9, 12, 13 ; grise monochrome, 14. Dessins F. Rubat Borel.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/18206/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 93k
Titre Fig. 9. Le tumulus de Beauregard, près d’Aoste (fig. 12, n. 3). Cliché F. Rubat Borel.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/18206/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 65k
Titre Fig. 10. 1 et 2 : supports pour la vaisselle produits dans la cité étrusque de Vetulonia au VIIe s. (Camporeale 1986, fig. 183. 2 ; Camporeale 1969, tav. XIII : 2). 3 : « hampe » retrouvée dans la Saône (Boucher 1983, fig. 7).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/18206/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 17k
Titre Fig. 11. Routes franchissant les Alpes et remontant le Pô d’après Apollonios de Rhodes et Polybe. Dessin F. Rubat Borel.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/18206/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 41k
Titre Fig- 12. Sites piémontais, valdôtains et des environs mentionnés. Triangles : habitats ; carrés : tombes ; étoiles : trouvailles isolées et dépôts ; barres : stèles. 1 Rhêmes-St.-Ceorges ; 2 Aoste (Aosta)Montfleury ; 3 Aoste (Aosta)-Beauregard ; 4 Emarèse-Chassan ; 5 Rochemelon (Rocciamelone) ; 6 Belmonte ; 7 Santa Apollonia de Valperga ; 8 Santa Maria de Pont Canavese ; 9 Lugnacco ; 10 Alice Superiore ; 11 Perosa Canavese ; 12 La Paraj Àuta ; 13 Ivrée (Ivrea) ; 14 Piverone ; 15 Viverone ; 16 Mazzè ; 17 Chivasso ; 18 La Burcina ; 19 Vintebbio ; 20 Castelletto Ticino ; 21 Sesto Calende et Colasecca ; 22 Somma Lombardo et La Malpensa ; 23 Luino ; 24 Gudo ; 25 Côme (Como) et La Ca’Morta ; 26 Godiasco ; 27 Gênes (Genova) ; 28 Giusvalla ; 29 Pietra Ligure ; 30 Mombasiglio ; 31 Chiusa Pesio ; 32 Borgo San. Dalmazzo ; 33 Centallo ; 34 Fossano ; 35 Busca ; 36 Crissolo ; 37 La Rocca di Cavour ; 38 Casalgrasso ; 39 Roddi ; 40 Castelvecchio di Testona ; 41 Trana ; 42 Turin (Torino) ; 43 Monteu da Po ; 44 Verrua Savoia ; 45 Morano Po ; 46 Casal-Montferrat (Casale Monferrato) ; 47 Castello d’Annone ; 48 Villa del Foro. Dessin F. Rubat Borel.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/18206/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 78k

Auteur

École de Doctorat en Sciences Archéologiques de l’Université de Padoue. Adresse personnelle : via Germonio 17/A, 10095 Grugliasco (Italie) – rubatborel@libero.it

© ARTEHIS Éditions, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search