Version classiqueVersion mobile

De l’âge du Bronze à l’âge du Fer en France et en Europe occidentale (Xe-VIIe siècle av. J.-C.)

 | 
Henri Gaillard de Sémainville

Thème spécialisé de l’âge du bronze à l’âge du fer en France et en Europe occidentale (Xe – VIIe siècle av. J.-C.).

Nouvelles données concernant la transition entre le bronze final et le premier âge du fer en Catalogne côtière : la nécropole à incinération de can Piteu-Can Roqueta (Barcelone, Espagne)

Francisco Javier López-Cachero, Maria Carme Rovira, Xavier Carlús, Carmen Lara et Núria Villena Mota

Résumé

Des données récentes obtenues lors de la fouille de la nécropole protohistorique à incinération de Can Piteu-Can Roqueta à Sabadell (Barcelone, Espagne) sont présentées dans ce travail. Une analyse détaillée de l’évolution de l’ensemble des vases céramiques et des objets métalliques (comprenant l’apparition des fibules en bronze et des premiers fers) nous a permis de mettre en évidence l’existence d’une phase de transition entre le Bronze final et le Premier âge du Fer dans ce site, mais aussi en général en Catalogne.

Texte intégral

1. LA PÉRIODE DU BRONZE FINAL ET DU PREMIER ÂGE DU FER DANS LE NORD-EST PÉNINSULAIRE : ACTUALITÉ DES RECHERCHES

  • 1 Toutes les datations sont calibrées.

1La chronologie attribuée au Bronze final et au Premier âge du Fer au nord-est de la Péninsule ibérique se situe entre 1300 et 550 av. J.-C.1. En ce qui concerne les structures d’habitat, la période du Bronze final ne représente pas une coupure par rapport aux périodes chronologiques précédentes. En effet, dès la période du « Bronze initial », entre 2300 et 1300 av. J.-C. (Maya, Petit 1995 ; Maya 1997), des petites fermes dispersées et autosuffisantes, bâties avec des matériaux périssables, commencent à se développer sur la côte. Elles se situent sur les meilleurs terrains agricoles et on y constate une augmentation du nombre des silos et des fosses aux fonctions diverses (Francès, Pons 1998). Dans la plaine occidentale catalane par contre, on retrouve au sommet des points élevés du territoire qu’on appelle des « villages fermés » ou « villages avec un espace central », bâtis en pierre (Junyent et al. 1994 ; López-Cachero 1999). Ces deux modèles expriment probablement des perceptions sociales et économiques différentes.

2On avait traditionnellement considéré que les changements qui ont eu lieu en Catalogne au Bronze final sont la conséquence de l’arrivée des populations des Champs d’Urnes, thèse actuellement controversée (Castro 1994 ; Junyent 2002 ; López-Cachero 2005). D’une manière générale, le Bronze final se caractérise par la présence de céramiques cannelées (identifiées dès le XIIIe siècle av. J. -C., mais pas toujours présentes d’une manière homogène sur tout le territoire), de la pratique de l’incinération et de l’introduction d’objets métalliques inédits (nouveaux types de haches, bracelets et rasoirs). C’est ainsi que le processus de régionalisation continue son développement tout en suivant sa propre dynamique interne et des groupes territoriaux différenciés sont recensés par exemple dans l’Empordà (Pons 1984), le Segre-Cinca (Alonso et al. 1999 ; López, Gallart 2002), l’intérieur du pays (Marlés), Tarragone ou bien dans la zone prélittorale et la côte centrale de la Catalogne (Ruiz Zapatero 1985).

3Ces communautés vont développer une économie agricole particulièrement spécialisée à culture sèche des céréales (binôme orge vêtue – hordeum vulgare – et blénu – triticum aestivum durum –), associée aux jardins potagers, et à l’élevage d’ovicapridés, de bovins et de suidés. Parallèlement, les deux modèles d’habitat décrits supra vont évoluer vers des modèles économiques différents : alors que les zones côtières ont employé un système de culture sur brûlis jusqu’au Premier âge du Fer (Garcia 1999 ; Sanmartí et al. 2000 : 180), la zone de la dépression occidentale va se tourner vers un modèle qui utilisera l’araire, la jachère et le fumier du bétail comme engrais (Alonso 1999).

4Il est difficile d’évaluer les échanges qui ont pu avoir lieu avant l’apparition des dépôts métalliques datés entre le IXe et le VIIIe siècle av. J.-C. Ils sont fréquemment situés à proximité des principales voies naturelles de passage et montrent une augmentation progressive de la demande d’objets et de matières premières. Ces échanges vont se poursuivre avec l’introduction des premiers éléments en fer, présents avec certitude au VIIe siècle av. J.-C., voire avant, et avec le début des contacts commerciaux d’origine méditerranéenne, phéniciens d’abord, grecs ensuite, sans oublier les apports continentaux et transpyrénéens (Rovira 1998 et 2007).

5Sans aucun doute, les habitudes funéraires sont celles qui subissent les plus grands changements, avec l’apparition puis la généralisation des nécropoles à incinération, par rapport à la traditionnelle inhumation des morts dans des espaces presque toujours collectifs. Bien que la pratique occasionnelle de l’incinération soit attestée précédemment, elle reste insignifiante par rapport aux grandes nécropoles à incinération du Bronze final (Agustí 2002). Une fois encore, ce changement funéraire a été mis en rapport avec les influences transpyrénéennes des Champs d’Urnes. Le rite de l’incinération va se diffuser lentement et il ne se généralisera pas, d’après les datations de carbone 14, avant le dernier siècle du IIe millénaire av. J.-C. Ensuite, la diversité culturelle régionale conditionnera une importante hétérogénéité funéraire, surtout en ce qui concerne l’architecture.

  • 2 Par exemple, les tamsformations qui ont lieu pendant la deuxième moitié du VIIe siècle av. J.-C. en (...)

6De même, le développement économique, territorial et social des communautés catalanes du Bronze final était différent en fonction des aires géographique2. Par exemple, depuis le Bronze initial la structure sociale s’est maintenue simple et égalitaire, sauf quelques exemples d’une hiérarchisation occasionnelle (López, Gallart 2002). Dans la zone côtière les premières transformations importantes ont eu lieu au moment des premiers échanges commerciaux méditerranéens. Par contre, dans la dépression occidentale se met en place un puissant système politique fortement hiérarchisé qui évoluera vers un processus de territorialisation et du contrôle des ressources principales pendant le Bronze final. Cette puissance utilisera parfois une mise en scène qui valorisera son pouvoir avec d’imposantes forteresses comme par exemple celle du site Els Vilars d’Arbeca (GIP 2003).

2. LA PÉRIODISATION DU BRONZE FINAL ET LE PREMIER ÂGE DU FER

7L’étude du Bronze final et du Premier âge du Fer au nord-est de la Péninsule ibérique se fonde traditionnellement sur l’étude du matériel céramique et des objets métalliques. Les deux périodes ont été étudiées de manière indépendante sans jamais soulever certaines questions importantes concernant, par exemple, la façon dont s’est produite la transition. Il manque une analyse qui tient compte à la fois des éléments matériels associés à des contextes archéologiques bien datés.

Fig. 1. Phases et mobiliers de la nécropole de Can Missert (Terrassa, Barcelona, Espagne) : I. Tombe 2 ; II. Tombe 16 ; III. Tombe 18 ; IV. Tombe 28 (d’après Almagro Corbea 1977 et Ruiz Zapatero 1985).

Fig. 1. Phases et mobiliers de la nécropole de Can Missert (Terrassa, Barcelona, Espagne) : I. Tombe 2 ; II. Tombe 16 ; III. Tombe 18 ; IV. Tombe 28 (d’après Almagro Corbea 1977 et Ruiz Zapatero 1985).
  • 3 La nécropole de Can Missert se trouve à proximité (environ une dizaine de kilomètres) de Can Piteu  (...)

8Ainsi, certaines formes céramiques, avec leur décoration la plupart du temps cannelée, sont devenues un point de référence classique pour la définition du Bronze final (Vilaseca 1947 ; Guilaine 1972 ; Almagro Gorbea 1977 ; Ruiz Zapatero 1985). C’est à partir de ces critères, par exemple, que l’évolution céramique de la nécropole du Bronze final de Can Missert3 a été établie, divisée en quatre phases (Almagro Gorbea 1977 ; Ruiz Zapatero 1985) (fig. 1) :

• Can Missert I : elle se caractérise par la présence d’urnes carénées avec des bords convexes et une décoration cannelée sur la partie supérieure de la panse jusqu’au col ;

• Can Missert II : elle a livré des céramiques à bords convexes, avec une décoration cannelée et un col vertical bien marqué ;

• Can Missert III : les formes anguleuses ont tendance à disparaître en faveur de formes qui vont s’arrondir, même si le col se maintient ;

• Can Missert IV : les urnes ont un profil plutôt globulaire et leur bord est plutôt rectiligne.

  • 4 Can Piteu – Can Roqueta ou bien « CPR »

9Cette classification a été discutée par plusieurs auteurs (Petit 1985 : 1981-83 ; Neumaier 1995 : 65 ; Francès 1992 : 32 ; Boquer et al. 1999 : 124 ; Maya 1992/93 : 7 ; Maya 1997 : 18 ; López-Cachero 2005 : 33-36). Récemment, l’étude du matériel céramique issu de la nécropole de Can Piteu – Can Roqueta4 a mis en évidence de manière définitive les contradictions internes de ce schéma (López-Cachero 2005 : 403-484).

10En même temps, des relations étroites entre les populations de l’Empordà, au nord-est de la Catalogne, et celles du sud-est français de l’horizon mailhacien ont été reconnues d’après les formes céramiques et notamment d’après les décors incisés, caractéristiques du dentier moment du Bronze final (Pons 1984).

11Par ailleurs, il ne faut pas perdre de vue que l’élément clé qui définit le début du Premier âge du Fer, celui qui lui donne sa propre identité en tant que période, est bien évidemment l’arrivée du fer (AADD 1975). Sa présence représente le début des échanges commerciaux avec le monde colonial. En même temps, le répertoire céramique s’est renouvelé par des fonnes biconiques à bords rectilignes très développés et la disparition progressive des décors cannelés. Néanmoins, ce schéma n’est pas si simple : en effet, la présence, dans la Péninsule ibérique, d’objets en fer dans des contextes du Bronze final, met en évidence une réalité beaucoup plus complexe que ce qu’on pouvait imaginer au départ (Almagro Gorbea 1993 ; Ruiz Gálvez 1998).

12Cependant, en ce qui concerne la poterie, on a traditionnellement eu tendance à considérer en priorité les éléments céramiques les plus représentatifs d’une période et à négliger les éléments diffusés seulement à une petite échelle géographique. Ce manque d’intérêt se traduit par une absence importante d’études au niveau régional. Or, ces éléments peuvent jouer un rôle essentiel dans la caractérisation des grandes périodes du Bronze final et du Premier âge du Fer et dans la compréhension du processus de transition entre l’une et l’autre. Les ensembles céramiques issus des nécropoles ont, de plus, une importance particulière car ils représentent une production très ciblée et spécialisée.

13Bien qu’il existe des problèmes évidents lors de la définition de ces étapes chronologiques et qu’une analyse régionale plus profonde soit nécessaire, à notre avis, les périodes du Bronze final et du Premier âge du Fer en Catalogne sont clairement distinctes d’après le mobilier. On n’a jamais expliqué comment s’est produite la transition entre ces deux périodes, mais les observations faites dans la nécropole de Can Piteu – Can Roqueta, peuvent apporter des précisions à ce sujet.

3. LA NÉCROPOLE DE CAN PITEU-CAN ROQUETA : CARACTÉRISTIQUES ET PHASES IDENTIFIÉES

14La nécropole de Can Piteu – Can Roqueta (CPR) se situe au sud-est de la ville de Sabadell, dans le voisinage archéologique de Can Roqueta (fig. 2). Elle est située sur un emplacement stratégique car elle est facilement repérable même à une distance considérable, y compris de la plupart des sites archéologiques proches. La nécropole est limitée à l’est par le site d’habitat préhistorique de Can Roqueta – secteur DIASA et à l’ouest par Can Roqueta II. Ces deux sites d’habitat sont contemporains de la nécropole, ce qui met en évidence leur association (González et al. 1999).

15Deux zones ont été distinguées à CPR : dans la première, un ensemble de petites fosses isolées non funéraires, indéterminées du point de vue chronologique ; dans la deuxième, plus d’un millier de tombes dans un espace inférieur à 900 m2 (fig. 3). Il est fort probable que l’espace funéraire (orienté du NO au SE) fut à l’origine beaucoup plus grand. Au total, plus d’un millier de structures ont été repérées, leur fourchette chronologique se situant entre le Bronze final et le Premier âge du Fer. Le nombre de tombes fouillées jusqu’à présent est de 1058, dont 663 étudiées. Parmi ces dernières, 404 tombes correspondent au Bronze final (61 %), 146 au Premier âge du Fer (22 %) et 113 (17 %) sont indatables car elles sont trop abîmées. En somme, environ 2000 vases (vases cinéraires, couvercles, vases d’accompagnement et céramiques rituelles diverses), et à peu près 500 pièces métalliques ont été comptabilisés.

16Les sépultures du Bronze final sont très simples, proches du type 1 de E. Pons (Pons 1984). Ce sont des fosses creusées dans le sol, de petite taille, occupant juste le volume nécessaire pour y contenir les éléments prévus. Les restes du cadavre incinéré sont à l’intérieur de l’urne fermée par un couvercle céramique ou parfois par une pierre plus ou moins travaillée. L’ensemble funéraire est protégé et souvent signalé par des systèmes divers tels que des entassements de petites pierres ou simplement de la terre. Ce cimetière à tombes plates ressemble à la plupart des nécropoles de cette période, des Pyrénées jusqu’à la zone de l’Ebre : par exemple Can Bec de Baix (Agullana), Coll s’Avenc (Tavertet), Can Missert (Terrassa) ou El Calvari (El Molar) (Ruiz Zapatero 1985).

17La principale caractéristique des ensembles funéraires de CPR appartenant au Bronze final est leur simplicité. La plupart des tombes contiennent seulement l’urne funéraire et son couvercle. La présence de métaux est presque inexistante, surtout par rapport au grand nombre d’objets du même type rencontrés dans les tombes simples du Premier âge du Fer. Cette simplicité est courante dans la majorité des nécropoles de cette période dans un vaste territoire : dans le Vallès, Osona, La Selva, l’Empordà, el Rosselló ou le Languedoc occidental.

18Le faible nombre d’objets en bronze dans cette période de transition traduit une production métallurgique faible, liée à la grande valeur de ce métal. Partout on dépose principalement des bracelets simples et multiples (à CPR seulement quelquefois décorés) mais aussi des éléments annulaires (à des sections variables). On retrouve aussi à CPR des objets de soin personnel (des pinces à épiler et des rasoirs à lame rectangulaire ou trapézoïdale avec un système d’emmanchement de type variable). Mis à part les objets métalliques, un objet à signification rituelle (une valve non travaillée d’Arca noae) a été localisé dans le secteur oriental de la nécropole.

Fig- 2. Carte des sites cités dans le texte et localisation de l’ensemble archéologique de Can Roqueta, comprenant la nécropole de Can Piteu (Sabadell, Barcelona, Espagne).

Fig- 2. Carte des sites cités dans le texte et localisation de l’ensemble archéologique de Can Roqueta, comprenant la nécropole de Can Piteu (Sabadell, Barcelona, Espagne).

Fig. 3. Plan de la nécropole de Can Piteu – Can Roqueta.

Fig. 3. Plan de la nécropole de Can Piteu – Can Roqueta.
  • 5 Petit trou au centre de la fosse qui sert à caler le vase pour qu’il reste droit.

19C’est plus tard, au Premier âge du Fer, que les tombes révèlent des ensembles métalliques et céramiques très riches. En même temps, les dimensions augmentent (pouvant atteindre 1900 litres), ce qui pourrait se traduire par une plus grande capacité productive avec davantage d’échanges matériels et humains. Des vases à offrandes accompagnent maintenant le vase cinéraire et son couvercle. Il s’agit de 3,4 ou 5 vases par tombe, parfois même 14 ou 15. De même, la proportion des objets métalliques augmente considérablement d’un point de vue qualitatif mais aussi quantitatif, tandis que l’architecture funéraire devient plus élaborée (les tombes ont maintenant des formes tronconiques ou elliptiques, parfois un loculus5 central, ainsi que des structures de couverture complexes) et qu’un changement dans la conception de l’espace destiné aux défunts se manifeste (la disposition des éléments à l’intérieur de la tombe est plus complexe et plus variée).

20Pourtant, c’est à partir de tous ces éléments qu’on pourra distinguer deux phases pour le Premier âge du Fer à CPR. La première phase se caractérise par un rituel funéraire simple lié à une production céramique particulière, différente de celle du Bronze final, à des fibules en bronze à pivot et à double ressort, et à des épingles également en bronze à tête enroulée mais aucun objet en fer. Elle se situe chronologiquement dans la deuxième moitié du VIIIe siècle av. J.-C. Cette datation repose aussi sur des dates calibrées du secteur DIASA de Can Roqueta pour des poteries ressemblant à celles de CPR. Ce sont, d’un autre coté, les éléments de filiation coloniale méditerranéenne (fibules en bronze par exemple) qui nous permettent de cerner cette phase de transition vers le « vrai » Premier âge du Fer, laquelle s’étale jusqu’à la fin du VIIIe siècle av. J.-C., moment d’arrivée des premiers objets en fer, surtout des couteaux à dos droit et à pointe anguleuse, dotés de rivets sur le manche, connus traditionnellement comme du type Grand Bassin I (Rovira 2007).

21Enfin, au cours du VIIe siècle av. J.-C., on ressent un changement important : les tombes complexes se généralisent peu à peu (en partageant l’espace avec les tombes simples), tandis que les fibules en bronze laissent la place aux fibules serpentiformes et à ressort bilatéral en fer. Également, de nouveaux objets exotiques entrent en scène, soit ceux associés au repas funéraire (des broches à rôtir en fer et un simpulum en bronze), soit des boucles de ceinture en bronze et des céramiques tournées de filiation phénicienne (seulement deux exemplaires). L’association de tous ces éléments d’un côté, et l’absence d’armes et de productions paléo-ibériques, d’un autre, signalent la fin de la nécropole au cours du premier quart du VIe siècle av. J.-C.

4. CARACTÉRISATION DE LA PHASE DE TRANSITION BRONZE-FER

22La présence de fer dans la nécropole de CPR est largement suffisante pour établir une période éponyme, caractérisée par l’ouverture de ces communautés aux échanges commerciaux à longue distance. Cependant, des indices plus anciens prouvent que la population de CPR avait déjà les conditions nécessaires pour accéder à ces larges réseaux avant l’arrivée des objets ferriques. Cette phase de transition entre le Bronze final et le Premier âge du Fer a dû avoir lieu au cours du VIIIe siècle av. J.-C., très probablement pendant sa deuxième moitié.

23Même si cette brève phase est difficile à caractériser par rapport aux deux grandes périodes du Bronze final et Premier âge du Fer, elle reste particulière (fig. 4). Nous avons tenu compte de la stratigraphie, de l’architecture, des gestes funéraires et de l’ensemble du mobilier pour la cerner. Une quinzaine de tombes appartient à cette phase. Leurs caractères morphologiques (des fosses simples à faibles dimensions qui ne permettent d’accueillir que l’urne) sont en continuité par rapport au moment précédent. Il faut souligner aussi qu’elles se situent dans la partie ouest du nucleus de la nécropole (plus particulièrement, dans les carrés 9A1 et 9A4 et dans leur voisinage), là où une dispersion importante d’objets métalliques du Bronze final a été aussi remarquée, ce qui peut se traduire par une étroite liaison chronologique parmi les deux ensembles (fig. 3). On remarque également une tendance rituelle à déposer des objets à l’extérieur du vase cinéraire, soit à côté, soit – le plus souvent – au-dessous. Il s’agit d’habitude de métaux : parfois encore des éléments typiques du Bronze final tels que des épingles, des rasoirs et des parures (bracelets et anneaux), mais surtout de nouvelles fibules à pivot et à double ressort ou bien des épingles à tête enroulée et à tête annulaire (fig. 5). Cette phase de transition n’a pas dû être très longue dans le temps, il est même possible qu’après une courte utilisation des objets exclusivement en bronze, les premiers objets en fer (des couteaux et des éléments annulaires) se sont rapidement introduits et ont cohabité avec eux. D’une façon encore testimoniale ces fers restent pourtant associés à des épingles à tête enroulée ou annulaire, à des fibules à pivot ou à double ressort, et ponctuellement à un rasoir.

24C’est aussi probablement au cours du VIIIe siècle av. J.-C. que l’évolution des types céramiques caractéristiques du Bronze final vers ceux du Premier âge du Fer s’est produite. Les nouveaux vases cinéraires à moyenne ou grande taille, profil bitronconique très marqué et long bord rectiligne évasé arrivent après la transformation des deux formes classiques du Bronze final. D’une part, sur les vases de type II et III de Can Missert ou de forme 3 de CPR, le col et son bord convexe caractéristique ont disparu, tandis que d’un autre côté, les vases globulaires avec bord court et divergent à profil rectiligne (type IV de Can Missert ou forme 4 de CPR) ont perdu progressivement leur aspect globulaire et le bord est devenu plus long (fig. 4).

  • 6 Une seule exception – concernant la tombe CPR-643 – est possible. En plus de l’ensemble funéraire p (...)

25Les décors des vases de cette phase de transition montrent aussi des nouveautés et même si elles ne sont pas très nombreuses on y aperçoit des techniques très variées. On rencontre les classiques décors à cannelures horizontales à coté d’un ensemble de décors extrêmement originaux, par exemple la série d’impressions faites par une sorte de petite roue et disposées horizontalement ou bien en bandes combinées avec des petits traits obliques (CPR-644), des chevrons incisées sur la carène (CPR- 435) et le motif du double cercle impressionné (CPR- 508). En ce qui concerne les couvercles, ils conservent le typique profil tronconique mais leur décoration interne va disparaître (fig. 5). Finalement il faut souligner encore l’absence des vases à offrandes en complément de l’ensemble funéraire principal6.

26Cependant, c’est d’après les objets métalliques que l’on ressent d’une façon plus claire le passage du Bronze final vers Premier âge du Fer. On commence alors à retrouver les fibules à pivot et à double ressort. Toutes les deux sont antérieures à l’apparition des premiers objets en fer, même si elles arrivent à coexister plus tard avec eux.

27Les libules à pivot de CPR (fig. 5), aussi appelées fibules à arc pivotant, à deux pièces ou type Agullana – Sanchorreja, ont été retrouvées en sept occasions. Trois sont apparues hors contexte, le reste dans les tombes CPR- 643, CPR-363, CPR-450 et CPR-1044. Leur conservation est excellente sauf dans un cas où seulement le pivot est conservé. D’un point de vue typologique elles sont très homogènes, présentant un arc à section légèrement rhomboïdale, souvent décoré avec des incisions (motifs en forme d’arête de poisson ou des triangles remplis par des lignes parallèles). L’arc et la base de l’épingle sont terminés par de petites protubérances (un seul cas) ou bien par 3 ou 4 appendices coniques – à profil en trompette – massifs ou concaves. L’origine de cette fibule reste encore très discutée mais la plupart des chercheurs considèrent qu’il s’agit d’une production méditerranéenne italique, plus particulièrement sicilieime, de racine orientale. Cependant, nous voulons mettre l’accent sur le fait que c’est dans le nord-est de la Péninsule ibérique quelle présente la principale distribution et plus large diversité typologique, ayant sa plus forte concentration à l’aire de Can Roqueta (Marlasca et al. 2005).

28Parmi les exemplaires péninsulaires recensés il y a ceux de Can Bec de Baix (Agullana), Nules (Castellón), El Calvari (El Molar), Palermo (Caspe), et plus au nord, en France ceux de l’épave de Rochelongue (Agde) (Marlasca et al. 2005). On doit ajouter à ces trouvailles celles découvertes récemment (inédites) à Can Roqueta (Sabadell), dans les secteurs de Torre Romeu et Can Revella, celle du site pré-ibérique de St. Jaume Mas d’en Serrà (Alcanar), el Castellet d’en Nadal (Castellon), cinq nouveaux exemplaires de la nécropole d’Agullana (Toledo et Palol 2006 : 183) et l’exemplaire en provenance de l’habitat de Can Xac (Argelaguer) (Manzano et al. à paraître). D’une manière générale la fibule à pivot devrait se situer chronologiquement entre le IXe et le VIIIe siècle av. J.-C., ou bien le Xe siècle av. J.-C. pour Castro (1994 : 140-141), elle peut même perdurer jusqu’au VIe siècle av. J.-C. (Argente Oliver, 1994 ; Cerdeño et Juez 2002 : fig. 68.5).

Fig. 4. Phases du Bronze final au Premier âge du fer de la nécropole de Can Piteu – Can Roqueta.

Fig. 4. Phases du Bronze final au Premier âge du fer de la nécropole de Can Piteu – Can Roqueta.

29Les fibules à double ressort de CPR (fig. 5) constituent un ensemble de cinq exemplaires dont quatre ont été trouvés dans les tombes CPR-487, CPR-908, CPR-596 et CPR-288. D’un point de vue typologique, elles ont des caractéristiques très homogènes, seulement quelques variations dans la forme de la section du fil de bronze et de sa finition (lisse ou décoré avec des motifs en arête de poisson). Ces fibules présentent une grande distribution péninsulaire et ponctuelle dans le sud de la France. Leur origine est liée à des prototypes italiques ou orientaux, mais leur diffusion est en relation avec le commerce phénicien (Marlasca et al. 2005).

30Dans le nord-est péninsulaire nous en avons plusieurs exemplaires dans les nécropoles de Can Bec de Baix, El Calvari, La Pedrera (Vallforgona de Balaguer-Ténnens), Mas de Mussols (Tortosa), Can Canyís, Mianes et Tosseta (Navarro 1970). Plus récemment des exemplaires ont été découverts à La Pena (Artesa de Segre) (Gallart 1988), Coll del Moro (Gandesa) (Rafel 1993) et Vilanera (L’Escala) (Agustí et al. 2004) et dans les sites d’habitat de La Pedrera (Gallart et Junyent 1989), Els Vilars (Arbeca) (Garcés et al. 1993) et Puig Roig (El Masroig) (Genera 1995). D’un point de vue chronologique il existe une grande diversité d’avis sur le début de fabrication de cette fibule. Certains pensent qu’elle est du milieu du VIIIe siècle av. J.-C. (Ruiz Zapatero 1985 : 952-955 ; Storch de Gracia 1989 : 368-369 ; Taffanel et al. 1998), d’autres pensent à la fin du VIIIe siècle av. J.-C., voire le siècle suivant (Navarro 1970 : 40 ; Iniesta 1983 ; Argente Oliver 1994 : 51-58). Par contre, il y a un plus grand consensus pour la fin de sa production, qui ne dépasserait pas le Ve siècle av. J.-C.

31En ce qui concerne les épingles de CPR, deux variétés morphologiques (à tête enroulée et les annulaires) sont reconnues. Les premières (fig. 5) se trouvent dans les tombes suivantes : CPR-508, CPR-631, CPR-870, CPR- 85, CPR-435, CPR-936. Ce type d’objet apparaît dans les nécropoles du Bronze final de la Catalogne, particulièrement à El Pi de la Lliura (Vidreres) (Pons et Solés 2004), dans le niveau VII de la Pedrera (Maya 1985), à Can Bec de Baix (Palol 1958 : 216) et à El Serrat de Balà (Cantonigrós) (Castells et al. 1986-89)

Fig. 5. Can Piteu – Can Roqueta : mobiliers de la phase de transition du Bronze final au Premier âge du fer.

Fig. 5. Can Piteu – Can Roqueta : mobiliers de la phase de transition du Bronze final au Premier âge du fer.

32La seule épingle annulaire de CPR a été trouvée dans la tombe CPR-644. Un autre exemplaire a été reconnu dans le site voisin de Torre Romeu (Rovira 2004), ainsi qu’à Can Bec de Baix (Palol 1958 : 100, 128, 216), Bora Tuna (Llorà), els Vilars (Espolla) (Pons 1984 : 179) et Can Xac (Manzano et al., à paraître). Elles sont présentes aussi dans le Midi de la France, au Moulin à Mailhac (Taffanel et al. 1998) et d’après Janin sont caractéristiques de la transition entre l’âge du Bronze et le Premier âge du Fer (Janin 1996).

33Les premiers objets en fer de la nécropole de CPR de cette phase de transition sont des couteaux. Il s’agit de trouvailles individuelles de taille moyenne (entre 9 et 13 cm de longueur), toujours déposées à l’extérieur du vase cinéraire des tombes CPR-288, CPR-450, CPR-644, CPR-936 et CPR-1044. Un possible rivet a été également découvert dans la structure CPR-870. Le dos de ces couteaux est rectiligne et leur pointe est généralement descendante (seulement une fois elle est ascendante). Ils conservent 1 ou 2 rivets sur le manche. Ces objets, généralement appelés du type Grand Bassin I, sont des éléments très largement distribués dans toute la région catalane durant le Premier âge du Fer, mais surtout dans des contextes funéraires (Rovira 1998 et 2007).

5. CONCLUSIONS

34Can Roqueta (Sabadell, Barcelone) est une zone archéologique de grande importance dans le contexte de la protohistoire récente du nord-est de la Péninsule ibérique, par sa longue occupation dans le temps mais aussi par la quantité et la qualité des données issues (Carlús et al. 2002). Un grand ensemble de structures en creux, parfois difficiles à interpréter, concernant des espaces domestiques, économiques (surtout des groupements de silos) et funéraires des communautés qui ont vécu à cet endroit pendant plus de cinq millénaires, a été recensé.

35Les fouilles réalisées au cours des dernières armées donnent un nouvel aperçu de la protohistoire dans cette zone géographique. Parmi toutes les périodes représentées, l’occupation la plus intense et complexe correspond au Bronze final et au Premier âge du Fer ; de plus elle a livré la plus grande nécropole à incinération de toute la Péninsule ibérique. L’étude de cette nécropole de Can Piteu – Can Roqueta, toujours en cours, nous a permis de définir une phase de transition entre les deux périodes. Même si elle était plus claire dans un contexte funéraire que dans un habitat, elle n’est pas facile à individualiser uniquement d’après la chronologie de certains mobiliers, lesquels sont largement utilisés. C’est pour cela que nous avons considéré aussi la stratigraphie du site, les caractéristiques architecturales des tombes, la composition des céramiques, les « gestes » funéraires (disposition du mobilier) et la distribution des tombes dans l’espace.

  • 7 Communication personnelle de Susana Manzano.

36Cette phase de transition peut aussi être mise en évidence lors d’autres fouilles récentes (Can Xac) et à la nécropole d’Agullana (Toledo, Palol 2006). Dans ces deux sites du côté nord oriental catalan, on a découvert des éléments significatifs, par exemple des fibules à pivot et des épingles à tête annulaire et à tête enroulée, identiques à celles de CPR. Can Xac est particulièrement intéressant parce qu’il présente ce même mobilier associé à un contexte du Bronze final daté au radiocarbone entre le Xe et le IXe siècle av. J.-C.7 . Le site d’El Castellet d’en Nadal est aussi remarquable, parce qu’on y retrouve un exemplaire de fibule à pivot dans un contexte de céramiques de la fin de l’horizon céramique de Cogotas, c’est-à-dire, autour de l’année 1000 av. J.-C. (Gusi, Barrachina 2005).

37Certains de ces matériaux transitoires à haute datation vont s’étaler pendant le Premier âge du Fer. Parfois ils atteignent même des contextes géographiques lointains de CPR. On retrouve par exemple les fibules à pivot dans le site St. Jaume Mas d’en Serrà et à la nécropole d’El Calvari, ou à double ressort dans le site Puig Roig (Marlasca et al. 2005), toujours dans la zone du Baix Ebre, et associées à un horizon commercial phénicien. Nous les retrouvons aussi plus au nord dans l’épave de Rochelongue, ce qui démontre leur importante valeur économique et leur distribution par voie maritime dans la partie septentrionale de la Méditerranée centre-occidentale. La pénétration de ces fibules vers l’intérieur de la péninsule aura logiquement une chronologie plus tardive.

38Apparemment, les aspects rituels observés dans la nécropole pendant le Bronze final n’ont pas souffert de grands changements au cours de cette transition sauf en ce qui concerne les parures en bronze déjà décrites (des épingles à tête enroulée et à tête annulaire et des objets exotiques tels que les fibules à pivot et à double ressort) qu’il faudrait mettre en rapport avec l’adoption de nouveaux produits textiles et probablement avec des changements dans l’habillement. Également, au cours du VIIIe siècle av. J.-C., des changements dans le répertoire céramique vont avoir lieu.

39D’un point de vue commercial, on peut deviner une ouverture de ces communautés vers des contacts extérieurs à chaque fois plus intenses et réguliers (favorisés par une timide présence des marchands méditerranéens) que l’on ressent surtout sur la côte nord-est de la péninsule à partir de la deuxième moitié du VIIIe siècle av. J.-C. Cet ensemble d’éléments représente un important saut qualitatif qui aura une continuité étant donné que très rapidement les premiers objets en fer font leur apparition (des couteaux similaires à ceux de l’horizon « Grand Bassin I » du Midi de la France mais peut-être aussi des parures). Leur large distribution, comme celle des épingles en bronze, permet de penser à l’existence d’un commerce parallèle au réseau phénicien qui se consolide pendant le Premier âge du Fer et qui apporte d’autres marchandises exotiques comme les fibules serpentiformes (Rovira 2007). Il est très probable que cette phase de transition ne fut pas très longue.

  • 8 Ce nombre pourrait être encore plus important si l’on considère que parmi les 30 % de tombes qui re (...)

40Pendant cette étape de transition on remarque aussi une augmentation considérable des métaux dans les tombes, ce qui montre la capacité de la communauté de Can Roqueta à acquérir des marchandises étrangères. Malheureusement nous avons seulement un petit nombre de structures appartenant à cette phase de transition car ce secteur la nécropole a subi des perturbations ultérieures. Cependant on peut estimer à 7 % le nombre de tombes avec des objets métalliques pour le Bronze final alors qu’il est de 70 %8 pendant le Premier âge du Fer (López-Cachero 2005). Étant donné qu’il n’y a pas une implantation coloniale dans cette zone de la Catalogne, on pense que cette transformation ne pouvait pas être radicale, mais progressive. L’augmentation du nombre de métaux déposés dans les ensembles funéraires serait en accord avec l’accroissement des rapports entre les groupes locaux et les étrangers. On ressent aussi cette évolution, mais avec plus de difficulté, dans les formes et les décors céramiques.

41Notre but est de comprendre le fonctionnement social des communautés qui ont acquis ces objets. Que représente pour elles leur incorporation à des réseaux commerciaux à une échelle méditerranéenne ? Les différences sociales ont pu se montrer à partir des critères quantitatifs (présence ou absence du matériel métallique dans la tombe) ou qualitatifs (présence ou absence des matériels exotiques). Néanmoins, les différences importantes sont difficiles à percevoir pendant la phase de transition par rapport au Bronze final, car le nombre de métaux des dépôts dépasse rarement deux exemplaires ; par contre, il y a des nouveautés par rapport aux types d’objets. Les fibules à pivot représentent alors un changement dans la mode vestimentaire car avant on utilisait les épingles. D’un autre côté, on est loin encore de certaines offrandes funéraires du Premier âge du Fer comme des harnachements de chevaux, des boucles de ceinture et des éléments de banquet (simpulum et broches à rôtir), moment de généralisation d’un ensemble funéraire standard formé par l’association des couteaux et des fibules serpentiformes en fer (López-Cachero 2005 : 517 ; Rovira 2007).

42Pour finir, nous voulons ajouter une réflexion à propos du contexte général du passage du Bronze final au Premier âge du Fer à Can Piteu – Can Roqueta, et le rôle du commerce colonial. On peut suivre le début et le développement de ce phénomène pendant un siècle environ grâce à la qualité du matériel archéologique de cette nécropole et des sites proches. On observe ce même développement dans des zones côtières plus éloignées, par exemple à Sant Marti d’Empúries et dans le bassin de l’Ebre, mais il faut souligner que Sabadell ne se trouve pas sur la côte. Elle n’est pas non plus proche d’un fleuve important qui puisse justifier un impact aussi considérable de matériels d’importation. Néanmoins elle est à mi-chemin des deux zones côtières précédemment citées qui ont été traditionnellement les principaux foyers du commerce colonial.

43Can Roqueta met en évidence un modèle d’échanges qui privilégie les objets de prestige métalliques et seulement occasionnellement les céramiques (Marlasca et al. 2005). Dans la zone de l’Ebre par contre, on retrouve surtout des amphores liées à la consommation et au commerce du vin (Asensio 2005). Cependant, les vases non indigènes de Can Roqueta sont issus de la nécropole alors que ceux de la zone de l’Ebre viennent de sites d’habitat. De plus, dans la zone de Sabadell (Vallès occidental), peu de trouvailles céramiques phéniciennes ont été recensées car elles se trouvent à l’intérieur des silos ou dans des fosses avec du mobilier en position secondaire. Il ne faut donc pas les comparer avec les mobiliers des villages de la zone de l’Ebre, trouvés in situ. Donc, on peut conclure qu’il existe une stratégie commerciale différente selon que l’on se retrouve d’un côté ou de l’autre du fleuve Llobregat. Il est aussi évident que dans la zone pré-littorale de la zone centrale de la Catalogne, le site de Can Roqueta joue un rôle clé pour connaître la transition de l’âge du Bronze à l’âge du Fer.

Remerciements

Bibliographie

Nous remercions Sophie Vatteoni, Ramon Buxó et Mireia Celma pour leur collaboration dans la traduction de ce travail.

Bibliographie

AADD., 1975. – Le Languedoc au Premier âge du Fer. Journée d’Études de Sète. Sète, Fédération Archéologique de l’Hérault.

AGUSTÍ B., 2002 – Depósitos funerarios con cremación durante el Calcolítico y el Bronce en el nordeste de Catalunya. In : ROJO M.-A., KUNST M. dir., 2002 – Sobre el significado del fuego en los rituales funerarios del neolítico. Studia Archaeologica, 91, Universidad de Valladolid, p. 65-82.

AGUSTÍ B., CODINA D., DEHESA R., LLINÀS J., MERINO J., MONTALBAN C., VARGAS A., 2004 – Excavations arqueològiques a Vilanera (l’Escala, Alt Empordà). Tribuna d’Arqueologia, 2000-2001, p. 99-114.

ALMAGRO GORBEA M., 1977 – El Pic dels Corbs de Sagunto y los campos de urnas del nordeste de la Península Ibérica. Saguntum, 12, p. 89-141.

ALMAGRO GORBEA M., 1993 – La introducción del hierro en la Península Ibérica. Contactas precoloniales en el periodo protoorientalizante. Complutum, 4, Madrid, p. 81-94.

ALONSO N. 1999 – De la llavor a la farina. Els processos agrícoles protohistòrics a la Catalunya occidental. Lattes, C.N.R.S. (Monographies d’Archéologie Méditerranéenne, 4).

ALONSO N., JUNYENT E., LAFUENTE A., LÓPEZ J.-B., 1999 – Chronologie des âges des métaux dans la Basse Vallée du Segre (Catalogne, Espagne) à partir des datations 14C. In : 3e Congrès International : 14C et Archéologie, Lyon, 1998, p. 287-292.

ARGENTE OLIVER J.-L., 1994 – Las fíbulas de la Edad del Hierro en la Meseta Oriental (Variación tipológica, cronológica y cultural). Madrid, Ministerio de Cultura (Excavaciones Arqueólogicas en España, 168).

ASENSIO D., 2005 – La incidencia fenicia entre las comunidades indígenas de la Costa catalana (siglos VII-VI AC) : ¿un fenómeno orientalizante ? In : CELESTINO S., JIMÉNEZ J. dir., 2005 – El periodo orientalizante. Actas del III Simposio International de Arqueologia de Mérida : protohistoria del Mediterráneo Occidental, Mérida 5-8 mai 2003. Anejos del Archivo Español de Arqueología, XXXV, p. 551-564.

BOQUER S., CARLÚS X., FRANCÉS J., 1999 – Estudi dels materials artefactuals. El conjunt ceràmic prehistòric. In : GONZÁLEZ P, MARTÍN A., MORA R. dir., 1999 – Can Roqueta. Un establiment pagès prehistòric i medieval (Sabadell, Vallès Occidental), Barcelona, Generalitat de Catalunya, p. 29-206 (Memòries d’interventions Arqueològiques a Catalunya, 16).

BOUSCARAS A., HUGHES C., 1972 – La cargaison des bronzes de Rochelongues (Agde, Hérault). Rivista di Studi Liguri, XXXIII, Hommage à F. Benoît, vol. I, p. 173-184.

CARLÚS X., LARA C., LÓPEZ-CACHERO J., OLIVA M., PALOMO A., RODRĺGUEZ A., TERRATS N., VILLENA N., 2003 – El paraje arqueológico de Can Roqueta (Sabadell, Vallès occidental) : diacronía y tipología de las ocupaciones. In : Actes du XXVII Congreso National de Arqueología, Bolskan, 19 Huesca, p. 121-131.

CASTELLS J., CRUELLS W., MOLIST M., 1989 – El Serrat de Balà. Una necrópolis d’incineració a Cantonigrós, Osona. Empúries, 48-50, I, 1986- 1989, p. 224-237.

CASTRO P.-V., 1994 – La sociedad de los Campos de Urnas en el nordeste de la Península Ibérica. La necrópolis de El Calvari (El Molar, Priorat, Tarragona). Oxford (B.A.R., S 592).

CERDEÑO M.-L., JUEZ P., 2002 – El Castro celtibérico de “El Ceremeño” (Herrería, Guadalajara). Teruel (Monografías Arqueológicas del S.A.E.T., 8).

FRANCÉS J., 1992 – La cabana del Bronce final de Can Bertrán (Cerdanyola del Vallès, Vallès Occidental). Limes, 2, p. 28-41.

FRANCÉS J., PONS E., 1998 – L’hàbitat del Bronze Final i la Primera Edat del Ferro a la Catalunya litarai i prelitoral. Cypsela, 12, Girona, p. 31-46.

GALLART J., 1988 – Avanç de l’estudi de la necrópolis d’incineració de La Pena (Torregrossa, Les Garrigues). Artesa de Lleida, Grup de Recerques Arqueològiques de La Femosa (Quaderns d’Arqueologia, 3).

GALLART J., JUNYENT E., 1988 – Un nou tall estratigràfic ala Pedrera, Vallfogona de Balaguer, La Noguera, Lleida. Quaderns del Departamet de Geografia i Història de l’Estudi General de Lleida. Lleida (Col. Espai/Temps, 3).

GARCÉS I., JUNYENT I., LAFUENTE A., LÓPEZ J.-B., 1993 – Els Vilars (Arbeca, Les Garrigues) : primera edat del ferro i època ibèrica a la plana occidental catalana. Laietània, 8, p. 43-59.

GARCIA D., 1999 – Sistemas agrarios, cultivo de los cereales y urbanización en Galia méridional (s. VIII-IV a. C.). In : BUXÓ R., PONS E. dir., – Els productes alimentaris d’origen vegetal a l’edat del Ferro de l’Europa Occidental : de la producció al consum, Actes du XXII Colloqui International A.F.E.A.F., Girona 1998. Girona, Museu d’Arqueologia de Catalunya, p. 189-196 (Serie Monográfica, 18).

GENERA M., 1995 – El poblat protohistòric de Puig Roig del Roget (El Masroig, Priorat). Barcelona, Dpt. Cultura – Generalitat de Catalunya (Memòries d’interventions Arqueològiques a Catalunya, 17).

GIP., 2003 – Caballos y hierro. El campo frisio y la fortaleza de Els Vilars d’Arbeca (Lleida, España), siglos VIII-IV a.n.e. In : ALONSO N., JUNYENT E., LAFUENTE A., LÓPEZ J.-B. dir., 2003 – Chevaux-de-frise i fortificació a la primera edat del ferro europea, Lleida, UdL, p. 233-274.

GONZÁLEZ P., MARTÍN A., MORA R., 1999 – Can Roqueta. Un establiment pagès prehistòric i medieval (Sabadell, Vallès Occidental). Barcelona, Generalitat de Catalunya (Memòries d’interventions Arqueològiques a Catalunya, 16).

GUILAINE J., 1972 – L’âge du Bronze en Languedoc Occidental, Roussillon et Ariège. Paris (Mémoires de la Société Préhistorique Française, 9).

GUSI F., BARRACHINA E., 2005 – L’evolució dels grups culturals del bronze final i del ferro al país valencià. Estat de la qüestió i problemática. In : Actes du XIII Colloqui International d’Arqueologia de Puigcerdà, 2003. Puigcerdà, Institut d’Estudis Ceretans, p. 95-116.

INIESTA A., 1983 – Las fíbulas de la región de Murcia. Murcia, Editera Regional Murciana (Biblioteca básica murciana, 15).

JANIN T., 1996 – Pratiques funéraires et sociétés protohistoriques en France méridionale : les nécropoles du Bronze final IIIB mailhacien, approche préliminaire et premiers résultats. Revista d’Arqueologia de Ponent, 6, p. 7-31.

JUNYENT E., 2002 – Els origens del ferro a Catalunya. Revista d’Arqueologia de Ponent, 2, p. 21-35

JUNYENT E., LAFUENTE A., LÓPEZ J.-B., 1994 – L’origen de l’arquitectura en pedra i l’urbanisme a la Catalunya Occidental. Cota Zero, 10, p. 73-89.

LÓPEZ J.B., GALLART J., 2002 – La societat a l’edat del bronze. In : Sala d’Arqueologia. Lleida, I.E.I., p. 119-134 (Quaderns de la Sala d’Arqueologia, 2).

LÓPEZ-CACHERO F.-J., 1999 – Primeras ensayos urbanísticos en el NE peninsular : el ejemplo de Genó y los poblados de espacio central. Pyrenae, 30, p. 69-89.

LÓPEZ-CACHERO F.J., 2005 – La necrópolis de Can Piteu – Can Roqueta (Sabadell) en el contexto del Bronce Final y la Primera Edad del Hierro en el Vallès : estudio de los materiales cerámicos. Tesis doctoral : Facultat de Geografia i Història, Universitat de Barcelona. http://www.tesisenxarxa.net.

MANZANO S., AGUSTÍ B., COLOMEDA N., à paraître – CanXac (Argelaguer, La Garrotxa), un poblat a l’aire lliure del bronze final. Tribuna d’Arqueologia 2004-2005, Barcelona, Dpt. de Cultura – Generalitat de Catalunya.

MARLASCA R., ROVIRA M.-C., CARLÚS X., LÓPEZ-CACHERO F.-J., VILLENA N., 2005 – Materiales de importación en la necrópolis de Can Piteu – Can Roqueta (sabadell, Barcelona). H periodo orientalizante. In : CELESTINO S., JIMÉNEZ J. dir., 2005 – El periodo orientalizante. Actas del III Simposio International de Arqueologia de Mérida : protohistoria del Mediterráneo Occidental, Mérida 5-8 mai 2003. Anejos del Archivo Español de Arqueología, XXXV, p. 1039-1049.

MAYA J.-L., 1985 – Silos de la Primera Edad del Hierro en la Universidad Autónoma de Barcelona, Estudios de la Antigüedad, 2, p. 147-230.

MAYA J.-L., 1993 – El Bronce Final – Hierro Inicial en la zona norte del Valle del Ebro. – In : Segundos encuentros de prehistoria aragonense, Caspe-Zaragoza 1986, Bajo Aragon Prehistoria, IX-X, 1992-1993, p. 7-50.

MAYA J.-L., 1997 – Reflexiones sobre el Bronce Initial en Cataluña. Saguntum, 30, p. 11-27.

MAYA J.-L., PETIT M.-A., 1995 – L’edat del bronze a Catalunya. Problemàtica i perspectives de futur. In : Actes du XColloqui Internacional d’Arqueologia de Puigcerdà 20 anys d’arqueologia pirinenca, Homentage al Professor Jean Guilaine, 1994. Puigcerdà, Institut d’Estudis Ceretans, p. 327-342.

NAVARRO R., 1970 – Las fíbulas en Cataluña. Barcelona, Universidad, Instituto de Arqueolgía y Prehistoria.

NEUMAIER J., 1995 – Los campos de Urnas del sudoeste europeo desdel punto de vista centroeuropeo. Revista d’Arqueologia de Ponent, 5, p. 53-80.

PALOL P., 1958 – La necrópolis hallstáttica de Agullana (Gerona). Madrid (Biblioteca Praehistòrica Hispánica, I).

PETIT M.-À., 1985 – Contribución al estudio de la Edad del Bronce en Cataluña (Comarcas, del Moianès, Vallès Oriental, Vallès occidental, Maresme, Barcelonès y Baix Llobregat. Tesis Doctoral : Facultat de Lletres, Universidad Autónoma de Barcelona.

PONS E., 1984 – L’Empordà de l’Edat del Bronze a l’Edat del ferro. Girona (Monografies del CIAG, 1).

PONS E., SOLÉS A., 2004 – El jaciment del Pi de la Lliura (Vidreres – La Selva). Una necròpolis d’incineració del Bronce Final III (1120-910 a. C.). Centre d’Estudis Selvatans (Quaderns de La Selva 14-15).

RAFEL N., 1995 – Necròpolis del Coll del Moro (Gndesa, Terra Alta) Campanyes del 1984 al 1987). Barcelona, Dpt. Cultura-Generalitat de Catalunya (Memôries d’Intervencions Arqueolôgiques a Catalunya, 12).

ROVIRA M.-C., 1998 – Les premiers objets en fer en Catalogne (VIIe-VIe s. av.n.è.). In : FEUGÈRE M., SERNEELS V. dir., 1998 – Recherches sur l’économie du fer en Méditerranée nord-occidentale. Montagnac, Éd. Mergoil, p. 45-55 (Monographies Instrumentum, 4).

ROVIRA M.-C., 2004 – Estudi arqueometallúrgic del jaciment de Torreromeu, Sabadell, Barcelona, rapport inédit.

ROVIRA M.-C., 2007- Producción e intercambio de los primeros objetos de hierro del nordeste de la Península Ibérica (s. VII-VI a. C.). In : MILCENT P.– Y. dir., 2007 – L’économie du fer protohistorique : de la production à la consommation, Actes du XXVIIIe Colloque de l’A.F.E.A.F., Toulouse, 20-23 mai 2004. Bordeaux, Fédération Aquitania, p. 167-175 (Aquitania, suppl. 14/2).

RUIZ-GÁLVEZ M., 1998 – La Europa Atlántica en la Edad del Bronce. Un viaje a las raíces de la Europa occidental. Barcelona, ed. Critica.

RUIZ ZAPATERO G., 1985 – Los Campos de Urnas del NE. De la Península Ibérica. Madrid, Universidad Complutense.

SANMARTĺ J., BELARTE M.C., SANTACANA J., ASENSIO D., NOGUERA J., 2000 – L’assentament del Bronze final i Primera Edat del Ferro del Barranc de Gàfols (Ginestar, Ribera d’Ebre). Barcelona, Universitat de Barcelona (Arqueomediterrània, 5).

STORCH DE GRACIA J., 1989 – La fíbula en la Hispania antigua : las fíbulas protohistóricas del suroestepeninsular. Tesis doctoral, Madrid, Universidad Complutense.

TAFFANEL O., TAFFANEL J., JANIN T., 1998 – La nécropole du Moulin à Mailhac (Aude). Lattes, U.M.R. 154 du C.N.R.S., 393 p., 478 fig. (Monographie d’Archéologie Méditerranéenne, 2).

TOLEDO A., PALOL P., 2006 – La necrópolis d’incineració del Bronze final transició a l’edat del Ferro de Can Bech de Baix, Agullana (Alt Empordà, Girona). Els resultats de la campanya d’excavació de 1974. Girona, Museu d’Arqueologia de Catalunya (Série Monogràfica, 24).

VILASECA S., 1943 – El Poblado y la necrópolis prehistóricos de Molá (Tarragona). Madrid (Acta Arqueológica Hispánica I).

VILASECA S., 1947 – El campo de urnas de les Obagues del Montsant y la evolución de la cultura de los campos de urnas en el sur de Catalunya. Archivo Español de Arqueología, XX, 66, p. 28-45.

Notes

1 Toutes les datations sont calibrées.

2 Par exemple, les tamsformations qui ont lieu pendant la deuxième moitié du VIIe siècle av. J.-C. en amont du fleuve Ebre, ont été beaucoup plus importantes (les habitats se localisent en hauteur, entourés par d’importants systèmes défensifs) par rapport à celles de la partie centrale de la zone côtière catalane où il faudra attendre encore le VIe siècle av. J.-C., en même temps que le processus d’ibérisation, pour constater des transformations similaires.

3 La nécropole de Can Missert se trouve à proximité (environ une dizaine de kilomètres) de Can Piteu – Can Roqueta.

4 Can Piteu – Can Roqueta ou bien « CPR »

5 Petit trou au centre de la fosse qui sert à caler le vase pour qu’il reste droit.

6 Une seule exception – concernant la tombe CPR-643 – est possible. En plus de l’ensemble funéraire principal composé par le vase et son couvercle, un petit vase (à offrandes ?) y a été trouvé. Cependant, les problèmes de conservation du secteur nord de la nécropole ne permettent d’assurer qu’il appartient à l’ensemble funéraire 643.

7 Communication personnelle de Susana Manzano.

8 Ce nombre pourrait être encore plus important si l’on considère que parmi les 30 % de tombes qui restent à étudier, il en existe un nombre considérable dont le registre archéologique a été perturbé.

Table des illustrations

Titre Fig. 1. Phases et mobiliers de la nécropole de Can Missert (Terrassa, Barcelona, Espagne) : I. Tombe 2 ; II. Tombe 16 ; III. Tombe 18 ; IV. Tombe 28 (d’après Almagro Corbea 1977 et Ruiz Zapatero 1985).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/18186/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 47k
Titre Fig- 2. Carte des sites cités dans le texte et localisation de l’ensemble archéologique de Can Roqueta, comprenant la nécropole de Can Piteu (Sabadell, Barcelona, Espagne).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/18186/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 249k
Titre Fig. 3. Plan de la nécropole de Can Piteu – Can Roqueta.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/18186/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 145k
Titre Fig. 4. Phases du Bronze final au Premier âge du fer de la nécropole de Can Piteu – Can Roqueta.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/18186/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 111k
Titre Fig. 5. Can Piteu – Can Roqueta : mobiliers de la phase de transition du Bronze final au Premier âge du fer.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/18186/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 50k

Auteurs

SERP, Dpt. Prehistòria, Història Antiga i Arqueologia, Facultat de Geografia i Història, Universitat de Barcelona, C/Montalegre 6, 08001 Barcelona (Espagne) – xavierlopez@ub.edu

Museu d’Arqueologia de Catalunya – Barcelona, Passeig de Santa Madrona 39-41, 08038 Barcelona (Espagne) - crovirah@gencat.cat

Archéologue.

Archéologue.

Anthropologue, Service Archéologique du Douaisis. 227 rue Jean Perrin, Dorignies, 59500 Douai – nuria.villena@caramail.com

© ARTEHIS Éditions, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search