Version classiqueVersion mobile

De l’âge du Bronze à l’âge du Fer en France et en Europe occidentale (Xe-VIIe siècle av. J.-C.)

 | 
Henri Gaillard de Sémainville

Thème régional la moyenne vallée du Rhône aux âges du fer, actualité de la recherche

La moyenne vallée du Rhône aux âges du fer, actualité de la recherche : bilan et perspectives

Matthieu Poux

Texte intégral

1Conclure et mettre en perspective le thème régional du XXXe colloque de l’A.F.E.A.F., intitulé « La moyenne vallée du Rhône aux âges du Fer », relève autant de l’exercice convenu que de l’acrobatie rhétorique. Par goût du paradoxe et de la provocation, on dira que cette tâche est à la fois délicate et aisée ; en termes plus diplomatiques, que cette rencontre aboutit à un bilan en demi-teintes mais qui ménage de nombreuses perspectives pour l’avenir.

2La variété thématique des contributions rassemblées dans ce volume masque mal les lacunes du dossier en regard du programme initial du colloque et, plus encore, de l’énorme potentiel que recèle le territoire concerné par son intitulé. De sa gestation à la publication des Actes, cette rencontre doit son existence et son succès à des initiatives extérieures, portées par l’A.F.E.A.F. et relayées par les Musées du département du Rhône, le Service Régional de l’archéologie et l’Université Lumière Lyon 2. C’est tout le mérite de ses organisateurs que d’avoir assumé, à bout de bras, la valorisation d’un bilan qu’il faut bien qualifier de trop maigre par rapport aux avancées réalisées dans les régions voisines – on pense en particulier à l’Auvergne, qui appartient à la même interrégion administrative – ou pour d’autres périodes plus récentes, comme l’époque romaine et le Moyen-Âge.

3Des territoires abordés par les éditions successives de l’A.F.E.A.F., la région Rhône-Alpes n’est pourtant pas la moins riche. Des contreforts alpins au Massif central, elle est structurée par plusieurs cours d’eau majeurs (Rhône, Saône, Isère, Loire) dont les vallées constituent, aux âges des Métaux, autant de bassins d’occupation humaine. Cette entité artificielle recouvre un territoire hétérogène partagé, à l’époque de la conquête, entre plusieurs peuples celtiques (Allobroges, Ségusiaves, Ambarres, Séquanes, Voconces, Helviens, Tricorii, Segovellauni, Ceutrones, Medulli, Iconii...). Sa traversée par les troupes d’Hannibal, les soulèvements du peuple allobroge, la bataille de la confluence du Rhône et de l’Isère en 121, la fondation de deux grandes colonies romaines à Vienne et à Lyon, attirent dès le IIIe siècle av. J.-C. l’attention des auteurs antiques. Sa situation, à l’interface entre le monde méditerranéen et la Gaule continentale, expose ses populations à deux sphères d’influence climatiques et culturelles. Accentuée par la scission qui s’opère, à la fin du IIe siècle av. J.-C., entre les territoires occupés par Rome lors de la conquête de la Transalpine et le reste de la Gaule indépendante, cette dichotomie complique les comparaisons et les synthèses à l’échelle de la région.

4Dans ces disparités réside tout l’intérêt scientifique d’un territoire qui permet d’analyser, mieux que tout autre, les modalités d’interaction entre milieux géographiques et processus historiques. Il se prête à différentes approches (archéologique, paléo-environnementale, numismatique, textuelle et épigraphique) dont rendent bien compte les points de vue thématiques exposés dans les pages qui précèdent. Ces derniers ne constituent pourtant que la pointe émergente de ce potentiel archéologique, qui reste à exploiter pour une très large part.

5Rendons d’emblée justice au travail de terrain accompli dans cette région par l’Afan, puis par l’Inrap, auquel les services des collectivités territoriales et les opérateurs privés nés dans le sillage de la loi de 2002 ne contribuent que depuis peu. L’archéologie préventive, engendrée dans les années 1980 par le développement de l’agglomération lyonnaise et de ses contournements routiers, fournit l’essentiel d’un corpus documentaire qui s’est longtemps limité à quelques objets isolés de provenance douteuse, conservés dans les musées régionaux. Elle révèle que les plaines alluviales du Rhône et de la Saône ont connu une occupation relativement dense, au Premier comme au Second âge du Fer. Les premières synthèses établies à l’échelle d’un terroir, comme la plaine du Velin à l’est de Lyon, montrent qu’elles ont été exploitées de manière continue, de la lin de l’âge du Bronze à l’époque romaine (C. Ramponi, dans ce volume).

6Ce morcellement géographique a favorisé l’éclosion d’études ponctuelles, menées en différents points du territoire. Les recherches conduites par A. Bocquet en Haute-Isère, autour de Grenoble et des collections du Musée Dauphinois, ont ouvert la voie à plusieurs travaux universitaires en cours d’achèvement, consacrés à l’occupation des contreforts alpins (L. Serrières, dans ce volume) ou aux élites du territoire allobroge (Drouvot 2007). L’occupation de cette région à l’âge du Bronze et au début de l’âge du Fer est l’objet d’enquêtes menées par le CAP de Valence et d’autres chercheurs impliqués dans le thème spécialisé du colloque (Y. Billaud, A. Marguet, F. Thiériot, J.-M. Treffort, dans ce volume). Un autre axe prometteur réside dans les recherches pluridisciplinaires dirigées par J.-F. Berger dans la moyenne vallée du Rhône et sur le plateau de l’île Crémieu. La richesse de ce secteur, circonscrit par l’oppidum de Larina, les tombes de Saint-Romain-de-Jalionas et de Verna, est confirmée par les prospections menées par S. Carrara (2000) dans la région d’Optevoz. Elles y ont mis en évidence de nombreux gisements dont les datations s’échelonnent de la fin de l’âge du Bronze à La Tène finale et qui représentent autant de chantiers de fouille potentiels. Cette approche diachronique a également porté ses fruits à l’ouest de la vallée du Rhône. Dans le sillon des travaux de M. Vaginay et V. Guichard, la thèse de doctorat consacrée par V. Georges (2007) à l’occupation du Forez du VIe au Ier millénaire avant notre ère, complétée, pour ses marges orientales, par celle de S. Bündgen (2007), apporte de nouveaux éclairages sur l’identité culturelle du territoire des Ségusiaves, dont on sait aujourd’hui qu’il s’étendait jusqu’à la plaine de l’Ain (Béal 2007). Plus au sud, d’autres programmes pluridisciplinaires s’intéressent aux occupations de l’Ardèche méridionale (E. Durand, dans ce volume)...

7Ces travaux récents relèvent, pour la plupart, d’initiatives locales qui ont leur dynamique propre. La multiplication des approches méthodologiques et des tutelles universitaires (Lyon, Grenoble, Dijon, Saint-Étienne, Clermont-Ferrand) ne favorise pas la rédaction de synthèses, pourtant indispensables ; ni une programmation scientifique à l’échelle régionale, ni l’émergence des problématiques qui fédèrent les recherches dans d’autres régions.

8Particulièrement patent est le déficit en sites protourbains de type oppidum, comme on en connaît désormais sur la presque totalité du territoire gaulois. L’absence, sur l’axe Rhône-Saône, de sites d’oppida comparables à ceux qui ponctuent la vallée de la Loire donnerait presque à croire qu’il a été épargné par le processus d’urbanisation. Elle ne traduit en fait que l’état très embryonnaire des études consacrées au sujet. Les horizons gaulois mis en évidence sur le plateau de Larina n’ont toujours pas fait l’objet des fouilles extensives que laissait présager la publication consacrée par F. Perrin (1990) au mobilier de la faille de la Chuire. On peut en dire autant des autres sites de hauteur de la périphérie lyonnaise, comme le plateau de Verdun au Mont d’Or, le Châtelard de Courzieux ou l’éperon de Bois-Durieux à Mardore, qui ont tous livré des mobiliers de La Tène finale (Faure-Brac 2006). Des gisements qui jalonnent le cours du Rhône, à Jastres (Ardèche), Moulon, Saint-Paul-Trois-Châteaux/Le Barry, et pour des périodes plus anciennes, Soyons ou Le Pègue (Drôme), peu ont bénéficié de fouilles récentes. Elles constituent pourtant le seul moyen d’appréhender leur fonction, leur statut et leur durée d’occupation, dont le réexamen des découvertes anciennes ne fournit qu’une vision très lacunaire. Des innombrables sites de hauteur recensés par la carte archéologique, systématiquement qualifiés « d’oppidum » par les érudits locaux, beaucoup correspondent à de simples éminences rocheuses fortifiées ou fréquentées épisodiquement à l’âge du Bronze, durant l’Antiquité tardive ou le Moyen-Âge. Un premier travail de tri, investi dans le cadre de mémoires universitaires (thèse de L. Serrières, Master en cours de M. Poyet), ne saurait faire l’économie de vérifications sur le terrain.

9Guère mieux documentées sont les agglomérations ouvertes comme celle de Pontcharra-sur-Turdine, identifiée au Mediolanum des itinéraires antiques. Aux découvertes anciennement effectuées sur le site du « Terrail » près d’Amplepuis s’ajoutent, depuis peu, les traces d’occupation indigène repérées sous l’agglomération romaine de Saint-Georges-de-Reneins/Ludna (C. Batigne, G. Maza, S. Mayoud, dans ce volume). Notre connaissance des établissements ruraux est tout aussi lacunaire, à l’exception de quelques découvertes liées aux fouilles préventives de la plaine du Velin ou de l’Ain. La mise au jour de vestiges laténiens sous la villa de Goiffieux à Saint-Laurent-d’Agny témoigne d’un phénomène de reprise déjà observé à Chessy-les-Mines, sur le site du Vernai à Saint-Romain-de-Jalionas et sur une majorité de sites du plateau de l’Île Crémieu (Walker 1981 ; Poux, Silvino 2009 ; Royet et al. 2006 ; Carrara 2000), qui éclaire d’un jour nouveau les modalités d’exploitation du territoire à la fin de l’âge du Fer et leur intégration au nouveau cadre colonial imposé par la conquête romaine. En cette matière, des résultats sont à attendre des opérations d’archéologie préventive conduites actuellement sur le tracé de l’A 89 dans la vallée de l’Azergue.

10Alors que l’étude des campagnes n’en est encore qu’à ses balbutiements, les fouilles menées dans l’agglomération lyonnaise engendrent chaque armée une masse considérable de données qu’il est difficile de traiter dans le seul cadre de l’archéologie préventive. Les découvertes de structures d’habitat et d’artisanat datées du Hallstatt final et de La Tène ancienne se multiplient sur les bords de la Saône. Le renouvellement de la documentation présentée au colloque de 2006 (C. Bellon, O. Franc, dans ce volume) donne déjà lieu à de nouvelles synthèses, fondées sur l’analyse de l’ensemble des données recueillies dans ce secteur (Carrara, Maza 2009, Carrara sous presse). De nombreuses questions subsistent quant à l’occupation du site de Lugdunum à la fin de l’âge du Fer. Elles sont étroitement liées à la problématique des « fossés à amphores » mis au jour dans la plaine de Vaise et sur l’éperon de Fourvière, dont les vestiges fouillés rue Marietton constituent le dernier avatar (P. Jacquet, dans ce volume ; Poux, Savay-Guerraz 2003). Le recoupement des découvertes restitue, par touches, l’emprise de grands systèmes d’enclos associés à des bâtiments aux techniques de construction très romanisées. Même si un important hiatus subsiste entre les occupations qui se sont succédé sur le site entre le VIe et le Ier siècle, avant notre ère, la densité et l’importance de ces vestiges font reculer de plusieurs siècles la genèse d’un chef-lieu dont l’évolution apparaît conforme aux dynamiques d’urbanisation récemment mises en évidence dans le Berry, en Auvergne ou à Toulouse.

11Par comparaison, l’agglomération indigène qui précède la colonie de Vienne, qualifiée par Strabon de « métropole », n’est connue qu’au travers des lambeaux d’occupation mis en évidence dans quelques sondages réalisés à plusieurs mètres de profondeur, sous les remblais de la ville romaine. Le réexamen des collections anciennes, comme le dépôt métallique de Sainte-Blandine, apporte de nouvelles pistes d’interprétation quant au statut du site à l’époque de la conquête (Poux, Demierre et Helly, à paraître) mais ne saurait se substituer, là encore, à l’ouverture de fouilles extensives dans les secteurs de la ville épargnés par les constructions d’époque romaine.

12Du côté des études spécialisées, l’analyse du monnayage allobroge réalisée par Van der Wielen (et al. 1999) est prolongée, pour les territoires ségusiave et ambarre, par plusieurs travaux universitaires en cours, dont on trouvera ci-dessous un premier aperçu (Carrara et Genechesi, dans ce volume). D’autres études s’intéressent aux mobiliers découverts à l’occasion de dragages ou de prospections subaquatiques : armes, outils et vaisselle métallique recueillis dans le cours du Rhône et de la Saône (Dumont 2002), datés de la fin de l’âge du Bronze à l’époque romaine, évoquent des pratiques de déposition volontaire au même titre que certaines découvertes fortuites en milieu terrestre. Les épées ployées exhumées à Optevoz ou à Lyon, quai Saint-Vincent, attestent la présence de nécropoles ou de sanctuaires laténiens qui sont, eux aussi, pratiquement méconnus dans le paysage archéologique local. Le travail de prospection et de fouille actuellement mené par G. Varennes sur le site de Revel Tourdan, un Turodunum celtique qui a donné naissance à un sanctuaire et à une agglomération d’époque romaine, ouvre des perspectives encourageantes. Tout comme la découverte, en 2007, de sépultures tumulaires d’époque laténienne sur le site des « Chais Beaucairois » à Vaise (Carrara et Maza 2009). Elle coïncide avec celle de riches tombes aristocratiques à Saint-Laurent-la-Conche dans la Loire (Georges 2008), présentées en marge du colloque mais malheureusement absentes de ce volume.

13Ces découvertes récentes et les discussions amorcées lors du colloque de Saint-Romain-en-Gal permettent d’envisager l’avenir avec optimisme. La protohistoire n’est pas oubliée dans le prochain programme de recherche quadriennal porté par l’UMR 5138 de la Maison de l’Orient (« Territoires, agglomérations et échanges, des Alpes au Massif central, de la Préhistoire au Moyen Âge ») qui bénéficie, depuis peu, du renfort des équipes de l’Inrap. Elle peut compter, du côté de l’Université, sur l’investissement d’étudiants-chercheurs prêts à s’impliquer sur le terrain, avec l’accord et le soutien des services de l’État. En attendant la relève d’une nouvelle génération de protohistoriens, aux ambitions dignes de celles d’un Ernest Chantre ou d’un Gabriel Chapotat, ces actes offrent un bon aperçu des nombreux chantiers quelle aura à mettre en oeuvre. S’ils pointent davantage de lacunes qu’ils n’en comblent, ils constituent un premier pas qui doit être apprécié à sa juste valeur.

Bibliographie

Bibliographie

BÉAL J.-C., 2007 – Les territoires des Cités antiques : notes de géographie historique en région lyonnaise. Revue des études Anciennes 109, p. 5-26.

CARRARA S., sous presse – L’agglomération proto-urbaine de Lyon-Vaise (fin du VIe et Ve siècle av. J.-C.) : bilan des découvertes (avec les collaborations de MAZA G, ROTTIER S.). Actes du XXXIIe colloque de l’A.F.E.A.F., Bourges 2008.

CARRARA S., MAZA G., 2009 – Les antécédents de la colonie. In : POUX M. dir., 2009 – Lyon, capitale romaine. Archeo-Thema 1, mars-avril 2009, p. 6-11.

CARRARA S., 2000 – Recherche sur l’occupation antique du plateau de l’Île Cremieu : les communes de Saint-Baudille et d’Optevo. Mémoire de maîtrise inédit, université de Lyon.

DROUVOT N., 2007 – Mort et pouvoir chez les Allobroges. De l’archéologie à l’Histoire. Thèse de doctorat inédite, Université de Grenoble.

DUMONT A., 2002 – Les passages à gué de la Grande Saône : approche archéologique et historique d’un espace fluvial (de Verdun-sur-le-Doubs à Lyon). 280 p., ill, 4 pl. coul. (Revue Archéologique de l’Est, suppl. 17.)

FAURE-BRAC O., 2006 – Carte Archéologique de la Gaule 69/1 : Le Rhône. Paris, Académie des Inscriptions et Belles Lettres, 661 p., 777 fig., 34 pl.

GEORGES V., 2007 – Le Forez du 6ème au 1er millénaire av. J.-C. : Territoires, identités et stratégies des sociétés humaines du Massif central dans le bassin amont de la Loire (France). Thèse de doctorat inédite, Université de Bourgogne.

GEORGES V., avec la collaboration de SCHÖNFELDER M., 2008 – Un char – un bûcher. Tombe aristocratique ségusiave de La Tène finale à Saint-Laurent-la-Conche). Archéopages, 19, p. 16-17.

PERRIN F., 1990 – Un dépôt d’objet gaulois à Larina (Hières-sur-Amby, Isère). Lyon, 176 p. (Document d’Archéologie en Rhône-Alpes, 4).

PERRIN F., SCHÖNFELDER M., 2003 – La tombe à char de Verna, Isère : témoignage de l’aristocratie celtique en territoire allobroge. Lyon, 156 p. (Document d’Archéologie en Rhône-Alpes, 24).

POUX M., DEMIERRE M., HELLY B., à paraître – La favissa de la colline Sainte-Blandine à Vienne (38) : un culte des déesses-mères aux origines de la Colonia Florentia Vienna ? Gallia.

POUX M., SAVAY-GUERRAZ H. et al., 2003 – Lyon avant Lugdunum, exposition au musée de la Civilisation gallo-romaine, 22 mars -30 novembre 2003. Lyon. Gollion, Infolio, 152 p.

POUX M., SILVINO T., 2009 – Le territoire de Lugdunum. In : POUX M. dir., 2009 – Lyon, capitale romaine. Archeo-Thema 1, mars-avril 2009, p. 18-22.

ROYET R., BERGER J.-F., LAROCHE C., ROYET E., ARGANT J., BERNIGAUD N., BOUBY L., BUITHI M., FORREST V., LOPEZ-SAEZ A., 2006 – Les mutations d’un domaine de La Tène au Haut Moyen Âge, Le Vernai à Saint-Romain-de-Jalionas (Isère). Gallia, 63, p. 283-325.

VAN DER WIELEN Y., GEISER A., KOENIG F.E., CAMPAGNOLO M., 1999 – Monnayages allobroges. Genève, Lausanne, Société d’histoire et d’archéologie de Genève, Association des amis du Cabinet des médailles du canton de Vaud, 309 p. (Cahiers romands de numismatique, 6).

WALKER S., 1981 – L’archéologie rurale dans les département du Rhône et de la Loire : civitas des Ségusiaves et colonie de Lugdunum. In : WALKER S. dir., 1981- Recherches récentes en archéologie gallo-romaine et paléochrétienne sur Lyon et sa région. Oxford, p. 157-166 (BAR, International. Series, 108).

Auteur

Université Lumière Lyon 2, UMR 5138 Archéométrie et Archéologie, Maison de l’Orient et de la Méditerranée, 7 rue Raulin, 69007 Lyon – matthieu.poux@univ-lyon2.fr

© ARTEHIS Éditions, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search