Version classiqueVersion mobile

De l’âge du Bronze à l’âge du Fer en France et en Europe occidentale (Xe-VIIe siècle av. J.-C.)

 | 
Henri Gaillard de Sémainville

Thème régional la moyenne vallée du Rhône aux âges du fer, actualité de la recherche

Les sites de hauteur de l’âge du fer en moyenne vallée du Rhône

Loïc Serrières

Résumé

En moyenne vallée du Rhône, l’étude de l’habitat de l’âge du Fer fut, avant tout, orientée vers la recherche d’habitats de hauteur. Un réexamen récent, basé sur l’étude du mobilier recueilli anciennement et de nouvelles prospections, montre que la moyenne vallée du Rhône est une zone de transition, composée d’un espace septentrional, qui a peu utilisé l’occupation de hauteur, et d’un espace méridional où ce type de site est fréquent et suit une évolution sinusoïdale.

Entrées d'index

Mots-clés :

Habitat, sites de hauteur, oppida

Keywords :

Settlement, hillforts, oppida

Texte intégral

1Les départements actuels de l’Isère et de la Drôme n’ont livré que de rares habitats structurés de l’âge du Fer (Le Pègue, Crest-Bourbousson 1). Malgré cet état de fait, la rive gauche de la moyenne vallée du Rhône passe dans l’historiographie pour posséder des habitats fortifiés de hauteur (« oppida ») comme le signalait encore récemment, par exemple, Aimé Bocquet dans une étude sur les Allobroges (Bocquet 2004). Ces sites ont bénéficié de recherches archéologiques récentes, à échelle locale (Odiot 1991 et Sergent 1997 pour le Tricastin) ou dans une perspective plus large (Serrières 2007a, Serrières 2007b pour la Drôme, l’Isère et la Haute-Savoie). Les résultats de ces différentes actions permettent de poser un nouveau regard sur le phénomène dont ne sera livrée ici qu’une esquisse. Le territoire d’étude s’étend du cours supérieur du Rhône à Bollène (Vaucluse), Grenoble et le cours supérieur du Drac servant de limite est (fig. 1).

2Deux territoires peuvent être distingués : une zone septentrionale, au nord de la rivière Drôme (tab. 1), et une zone méridionale, au sud de cette même rivière (tab. 2). Le cours de la Drôme est une limite théorique. Plusieurs points peuvent être retenus :

  • au nord de la rivière Drôme, le recours aux sites de hauteur est faible ;

  • dans cette zone, il n’y a pas de résidences princières (Brun 1992) ;

  • seule la levée de Plan en Isère serait édifiée aux IIe-Ier siècle av. J.-C. Il n’y a pas d’oppida, au sens septentrional du terme, au sud du Rhône ;

  • les sites de la zone septentrionale ont été fouillés anciennement ; ils sont donc méconnus et les chronologies sont difficiles à établir ;

  • au sud de la rivière Drôme, en revanche, les sites de hauteur sont nombreux ; ils sont fréquentés au Bronze final comme à l’âge du Fer ;

  • peu de sites livrent, en l’état, des vestiges à placer avec certitude entre le Ve et le IIe siècle av. J.-C. ; est-ce dû à une mauvaise reconnaissance des fossiles directeurs de la période ou à un réel déperchement de l’habitat ?

  • aux IIe-Ier siècle av. n. è., on observe de nombreuses créations de sites voire un retour sur des sites visiblement abandonnés du Ve au IIIe siècle av. n. è.

Fig-1- Localisation des sites mentionnés. Recherche L. Serrières. Fond de carte M. Tarpin (programme Politogenèse).

Fig-1- Localisation des sites mentionnés. Recherche L. Serrières. Fond de carte M. Tarpin (programme Politogenèse).

Tab. 1. Occupation de hauteur de l’âge du Fer en moyenne vallée du Rhône, département de l’Isère.

Tab. 1. Occupation de hauteur de l’âge du Fer en moyenne vallée du Rhône, département de l’Isère.

Tab. 2. Occupations de hauteur de l’âge du Fer en Drôme.

Tab. 2. Occupations de hauteur de l’âge du Fer en Drôme.

3L’étude de l’habitat de hauteur contribue à la recherche de la zone-tampon qui sépare monde hallstattien puis laténien et monde méditerranéen. Au nord, l’habitat de hauteur est peu utilisé. Ce territoire, pourtant d’affinité septentrionale, ne suit pas réellement l’évolution de l’habitat de hauteur de la Gaule continentale. Certes, des occupations du Bronze final sont attestées à Saint-Uze, Moras-en-Valloire (Drôme), Saint-Martin-le-Vinoux et Larina (Isère). Cependant, les phénomènes successifs des résidences princières du Hallstatt final et des oppida de La Tène finale ne peuvent être reconnus. Les raisons de ces absences sont très certainement à rechercher, dans le cas des « princes celtes », dans le modèle de l’économie-monde tel que défini par Patrice Brun (Brun 1992) et, dans le cas des oppida, dans la nécessaire prise en compte de la conquête militaire romaine du territoire allobroge en 122/121.

4Au sud de la rivière Drôme, l’évolution de l’habitat est bien mieux perçue. Elle tient en cinq phases :

  • essor démographique au Bronze final IIIb ;

  • crise démographique de 800 à 700/650 marquée par une relative absence de documentation ;

  • de 700/650 à 500 : développement de l’habitat groupé qui est un habitat très majoritairement de hauteur voire de pente ;

  • de 500 à 200 : seuls quelques sites de hauteur sont encore occupés ;

  • de 200 à la conquête romaine : créations de sites et réactivations de sites anciens.

5Ce modèle correspond globalement au modèle provençal défini récemment par Dominique Garcia (Garcia 2004), avec cependant un léger décalage. On observe en tout cas nettement une sinusoïdale qui voit un perche-ment au Premier âge du Fer, un certain déperchement à la fin du Premier âge du Fer et dans la première moitié du second, avant une réactivation des sites de hauteur abandonnés ainsi que des créations de sites aux IIe-Ier siècle avant J.-C. Cette chronologie renvoie peut-être plus directement aux données des Alpilles (Arcelin 1999).

6L’appréhension d’une zone-tampon entre monde celtique continental et « Celtique méditerranéenne » (Garcia 2004) passe évidemment par l’étude de l’âge du Fer de la moyenne vallée du Rhône. De nouvelles analyses des mobiliers découverts anciennement et, surtout, de nouveaux travaux de terrain pourraient certainement permettre une meilleure compréhension des phénomènes de transition, dans la lignée des propositions de Joël Vital pour les IXe et VIIIe siècles (Vital 1992) et de Jean-Michel Treffort pour les VIe et Ve siècles av. n. è. (Treffort 2002).

Bibliographie

Bibliographie

ARCELIN P., 1999 – Entre Salyens, Cavares et Volques : peuplement protohistorique et dynamique culturelle dans la région Alpilles-Montagnette. In : GATEAU F., GAZENBEEK M. dir., 1999 – Les Alpilles et la Montagnette. Paris, Académie des Inscriptions et Belles-Lettres, p. 61-78 (Carte archéologique de la Gaule 13/2).

BOCQUET A., 2004 – Une nouvelle approche des Allobroges et de leur territoire. Archéologie et Toponymie. Bulletin d’Études Préhistoriques et Archéologiques Alpines, p. 207-228.

BRUN P., 1992 – La place du Jura franco-suisse dans l’économie-monde méditerranéenne au Premier âge du Fer : essai de modélisation. In : KAENEL G., CURDY P. dir., 1992 – L’Âge du Fer dans le Jura. Actes du XVe colloque de l’A.F.E.A.F.. Pontarlier (France), Yverdon-les-Bains (Suisse), 9 – 12 mai 1991. Lausanne, p. 163-180 (Cahiers d’Archéologie Romande, 57).

GARCIA D., 2004 – La Celtique méditerranéenne. Habitats et sociétés en Languedoc et en Provence, VIIIe-IIe siècles av. J.-C. Paris, Éd. Errance, 208 p.

ODIOT T., 1991 – Occupations fortifiées de hauteur en Tricastin. In : DUVAL A. éd., 1991 – Les Alpes à l’âge du Fer. Actes du Xe colloque de l’A.F.E.A.F., Yenne-Chambéry, 1991, p. 57-72 (Revue Archéologique de Narbonnaise, suppl. 22).

SERGENT F., 1997- Le Tricastin à l’âge du Fer. Evolution du peuplement du 1er âge du Fer à la fin du IIe âge du Fer. Recherches préliminaires. Mémoire dactylographié de D.E.A., Université de Provence/Aix-Marseille 1.

SERRIÈRES L., 2007a – Les sites fortifiés de hauteur de l’âge du Fer dans les Alpes du Nord françaises. Départements de la Drôme, de l’Isère et de la Haute-Savoie. Rapport de prospection thématique. Lyon, SRA Rhône-Alpes, rapport dactylographié.

SERRIÈRES L., 2007b – Le Châtelard de Mollans-sur-Ouvèze (Drôme). Rapport de sondage. Lyon, SRA Rhône-Alpes, rapport dactylographié.

TREFFORT J.-M., 2002 – Habitat du Hallstatt final de Crest-Bourbousson 1 (Drôme). In : TEXIER J.-F. et al., 2002 – Archéologie du TGV Méditerranée, t. 2, la Protohistoire. Lattes, p. 383-396 (Mémoires d’Archéologie Méditerranéenne 9).

VITAL J., 1992 – Du IXe s. au VIIe s. av. J.-C. dans le Jura méridional : scénario d’évolution culturelle. In : KAENEL G., CURDY P. dir., 1992 – L’Âge du Fer dans le Jura. Actes du XVe colloque de l’A.F.E.A.F., Pontarlier (France), Yverdon-les-Bains (Suisse), 9 -12 mai 1991. Lausanne, p. 163-180 (Cahiers d’Archéologie Romande, 57).

Table des illustrations

Titre Fig-1- Localisation des sites mentionnés. Recherche L. Serrières. Fond de carte M. Tarpin (programme Politogenèse).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/18171/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 44k
Titre Tab. 1. Occupation de hauteur de l’âge du Fer en moyenne vallée du Rhône, département de l’Isère.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/18171/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 37k
Titre Tab. 2. Occupations de hauteur de l’âge du Fer en Drôme.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/18171/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 131k

© ARTEHIS Éditions, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search