Version classiqueVersion mobile

De l’âge du Bronze à l’âge du Fer en France et en Europe occidentale (Xe-VIIe siècle av. J.-C.)

 | 
Henri Gaillard de Sémainville

Thème régional la moyenne vallée du Rhône aux âges du fer, actualité de la recherche

Mobilier inédit du Ve siècle av. J.-C., trouvé en contexte funéraire à Saint-Priest « les feuilly » (Rhône)

Frédéric Sergent, Cécile Ramponi et Frédérique Blaizot

Résumé

Une fosse située à proximité d’un bûcher funéraire a permis de mettre au jour du mobilier céramique dont plus des deux tiers est importé. Il est composé de céramiques (cruches) à pâte claire peinte massaliètes, plus communément appelées pseudo-ioniennes. Ce type de mobilier, lié à la consommation du vin, est fréquemment présent en Gaule dans les objets qui accompagnent le défunt, mais en partie inédit sur Lyon. De plus, cette association de différents modèles de cruches était inconnue jusqu’à présent en Rhône-Alpes.

Texte intégral

1. LOCALISATION

1La commune de Saint-Priest (Rhône) a donné lieu de 1995 à 2001 à plusieurs fouilles d’archéologie préventive au cours desquelles, entre autres, un vaste site de la fin du Ier âge du Fer (Hallstatt D3) a été mis au jour. Cette installation, contemporaine du site de Lyon-Vaise, a été fouillée en discontinu sur une superficie de près de 4,5 hectares, lors de trois campagnes de fouilles (ZAC des Perches, BUE les Luêpes et ZAC des Feuilly). Si la totalité du site ou des sites n’a pas été explorée, les aires étudiées nous donnent une vision des installations d’où se dégagent des zones de groupement de bâtiments à proximité desquels se trouvent des secteurs réservés au stockage en fosse. De grandes fosses-carrières placées en bordure des installations semblent marquer une des limites du site.

2Ce sont au total 164 structures contenant du mobilier céramique et regroupant des fosses de stockage, des fosses-carrières et quelques lambeaux de niveaux de sol ainsi que plus de 300 structures sans mobilier, rares soles de foyer, foyers en fosse et foyers à pierres chauffées, rares calages, nombreux négatifs de poteaux, qui forment ce vaste site ouvert. La concentration des vestiges est variable et on remarque au moins trois zones d’implantations importantes, l’une dans la partie nord des Luêpes, une autre comprenant une grande partie médiane des Luêpes et la zone D7 des Feuilly et enfin la zone D5 des Feuilly. Ce dentier secteur est caractérisé par une fosse (D5131) contenant des résidus de crémation, entourée de trous de poteau, de fosses de stockage ou de fonction imprécise (fig. 1).

3Sur ce vaste territoire dont les points les plus extrêmes sont distants d’1km, la zone interprétée comme funéraire semble légèrement en retrait, sans que la trace d’une séparation des espaces – enclos, palissade – n’ait été décelée. Honnis son association avec ce vaste établissement rural, elle trouve son importance par son côté inédit, contrastant avec les autres découvertes régionales où prédomine l’inhumation et par la pauvreté du contexte local où à ce jour, seules des sépultures à inhumation datées par 14C à Lyon Gorge de Loup sont connues (Bellon 2003 ; Bellon dans ce volume). Une question récurrente subsiste : où se situent les nécropoles résultant de ces vastes habitats ?

2. UNE STRUCTURE CONTENANT DES RESTES HUMAINS CALCINÉS

2.1. Description

4Légèrement en marge des occupations, a été mise en évidence une fosse riche en ossements humains (D5131). Il s’agit d’une fosse de forme globalement rectangulaire aux parois arrondies, d’une longueur de 1,35 m, d’une largeur variant de 0,65 m au centre à 0,55 m et 0,40 m aux deux extrémités et d’une profondeur maximale de 0,20 m (fig. 2).

Fig- 2. Plan et coupe de la fosse D5131 (dessin et D.A.O. : F. Blaizot).

Fig- 2. Plan et coupe de la fosse D5131 (dessin et D.A.O. : F. Blaizot).

Fig. 1. Localisation des sites du Hallstatt D3 à Saint-Priest (Rhône) et plan général des structures citées dans l’étude (D.A.O. : C. Ramponi, W. Widlak).

Fig. 1. Localisation des sites du Hallstatt D3 à Saint-Priest (Rhône) et plan général des structures citées dans l’étude (D.A.O. : C. Ramponi, W. Widlak).

5Au final, quatre couches se distinguent comprenant chacune des os brûlés à des degrés de fragmentations et selon des quantités variables. L’étude des restes osseux n’a pu dépasser le tamisage des sédiments et aucun examen précis des ossements n’a pu à ce jour être réalisé, ce qui n’autorise aucune analyse et interprétation de cette structure. L’importance estimée de la masse osseuse prélevée pourrait indiquer que la structure renfermait les restes de plusieurs crémations. Par ailleurs, la présence dans le niveau inférieur de la fosse de quelques pièces osseuses en relation anatomique – éléments d’un pied, d’une main et d’un avant-bras, d’un thorax – laisseraient a priori envisager que la crémation a été effectuée dans la fosse.

6Ces observations indiquent une histoire relativement complexe de la structure mais l’absence d’étude ne permet pas de trancher sur les modes opératoires : bûcher ayant servi plusieurs fois ou dépôt de résidus provenant de plusieurs bûchers ? Seule l’étude exhaustive des restes osseux, dont la position a été systématiquement enregistrée dans la fosse lors de la fouille, permettrait d’apporter des éléments de réponse sur le nombre d’individus et l’hypothèse d’un bûcher en place.

2.2. Le mobilier associé et la datation

7La fouille n’a révélé aucun fragment de céramique dans les couches de comblement de la fosse à résidus de crémation. Seuls deux anneaux en fer répartis dans la couche 2, une tige de fer et un fragment informe de ce même métal, issus des couches 2 et 3, sont à noter. L’indigence de ces restes matériels ne permet pas de dater l’ensemble. Les deux anneaux d’un diamètre externe de 44 et 48 mm ont une section en amande (fig. 3). Leur état de conservation est assez bon, mais leur réalisation par forgeage est assez fruste. L’utilisation de tels éléments en contexte funéraire est certainement en relation avec le défunt. Leur association avec la tige en fer pourrait faire pencher l’interprétation vers des anneaux de coffret, mais, en l’absence d’autres éléments, on ne peut les rattacher plus à de la quincaillerie qu’à de l’harnachement de cheval ou à une utilisation dans l’habillement.

Fig. 3. Anneaux en fer (n° 873 et 874) associés aux résidus de crémation de la fosse D5131 (dessin : C. Plantevin).

Fig. 3. Anneaux en fer (n° 873 et 874) associés aux résidus de crémation de la fosse D5131 (dessin : C. Plantevin).

8La datation par 14C situe la crémation entre – 475 et – 265 av. J.-C. (âge BP : -2335±40). Ce résultat est relativement cohérent par rapport à la chronologie issue de l’étude céramique des fosses alentour (F5042 et F5164) (cf. infra). De plus le mobilier de ces fosses était brûlé. C’est pourquoi nous proposons de placer la structure 5131 dans la première moitié du Ve siècle avant notre ère.

3. LE MOBILIER DES FOSSES ASSOCIÉES AU BÛCHER FUNÉRAIRE D5131

9La structure funéraire est entourée par une série de fosses dont certaines ont livré du mobilier céramique, notamment la fosse D5042 dont sont issus 211 fragments de poterie. Ce qui attire l’attention dans cette structure c’est que sur l’ensemble de ces tessons, 145 sont des produits d’importation méditerranéens, soit plus de 68 % du lot et plus de 51 % du total des importations présentes sur le site. Le reste du mobilier est constitué de céramiques indigènes. De telles proportions entre mobilier local et importé sont exceptionnelles, ce qui donne à cette structure funéraire un caractère hors du commun.

10Le mobilier est principalement composé de céramiques à pâtes claires peintes massaliètes, seul un fragment d’amphore de Marseille est présent (fig. 4). En ce qui concerne les pâtes claires, toutes les formes identifiées sont des cruches, les formes basses de type coupe à lèvre sont absentes. Cependant, nous pouvons sans nul doute voir ici un lien direct avec la consommation de vin et le statut « privilégié » du ou des défunt(s).

11La particularité du corpus représenté ici réside dans la diversité des modèles de cruches, plusieurs formes de lèvres et les principaux types d’anses existants étant présents : anses plates, en boudin, bifides et torsadées, ce dentier type étant pour le moment inconnu à Lyon. L’association même de ces différents modèles de cruches était inédite jusqu’à présent en Rhône-Alpes.

12Les éléments les plus caractéristiques (huit formes) ont été trouvés dans les structures D5042 et D5164 (cette dernière n’a livré qu’un bord peint). Les formes sont visiblement toutes différentes. Les tessons sur lesquels des traces de peinture ont été mises en évidence sont au nombre de 36, soit 15,6 % du total des pâtes claires. Certains décors sont identifiables : il s’agit de larmes ou bâtonnets et de festons ou oves.

13Ce type de décor se retrouve en général sur les céramiques de type pseudo-ionien, type dont la présence est attestée depuis peu à Lyon rue Marietton (Ayala, Monin 1996) et Vénissieux place de la Paix (Joly 1993 et 1999 ; Vicard et al. 2001 ; Nourissat, Vicard 2004). Certains décors trouvés sur ces sites sont d’ailleurs identiques à ceux que l’on peut observer sur la production du site du Pègue (Drôme).

14Pour l’ensemble du mobilier, les pâtes sont assez épurées et savonneuses, les dégraissants calcaires sont rares ainsi que les micas.

Fig. 4. Céramiques d’importation de la structure D5042 (dessins et D.A.O. : F. Sergent).

Fig. 4. Céramiques d’importation de la structure D5042 (dessins et D.A.O. : F. Sergent).

15L’ensemble de la céramique comporte des traces importantes de chauffe qui ont altéré la quasi-totalité des décors peints et entraîné une fragmentation importante des poteries. Aucun remontage n’est possible car il man que une grande proportion de chacune des pièces.

16Le corpus de mobilier indigène est classique (fig. 5). Il se compose de céramiques non tournées et comporte des écuclles à lèvres arrondies et bords rentrants et des pots, notamment à cordon. Un élément de jarre est également représenté.

4. REMARQUES GÉNÉRALES SUR LE MOBILIER CÉRAMIQUE D’IMPORTATION DU SITE DES FEUILLY

17Il s agit de mobilier d’origine méridionale qui ne concerne que la fin du Ilallstatt et le début de La Tène. Il provient essentiellement des zones D5 et D7 qui longent la fouille des Luêpes.

18Ce mobilier est présent en quantité relativement réduite puisqu’il ne regroupe que 281 fragments qui se répartis- sent dans les catégories suivantes : amphores massaliètes (50 fragments), céramiques claires (232 fragments) et céramique grise monochrome (1 fragment). Cet ensemble est proportionnellement plus important que celui du site voisin et contemporain de Saint-Priest B.U.E-Les Luêpes, puisqu’il représente aux Feuilly, 10,7 % du mobilier de la période concernée, contre 4 % aux Luêpes. Mais il est également quantitativement supérieur: 283 fragments pour les Feuilly contre 199 pour les Luêpes. Cette dispro portion est due à la fosse de la zone D5 (D5042) qui regroupe à elle seule, comme cela a été indiqué plus haut, 145 fragments de céramique : 144 pâtes claires et un fragment d’amphore de Marseille.

19Si l’on écarte le mobilier de ces structures, la propor tion du mobilier d’importation des Feuilly tombe à 4,7 % ; ce chiffre est sensiblement identique à celui constaté aux Luêpes. Ce chiffre de 4,7 % confirme la différence de sta tut entre le site de Saint-Priest et celui de Lyon où la pro portion de mobilier importé est de 14 % (Bellon, Franc dans ce volume).

20Lyon est considéré comme une place « centralisatrice » des productions importées du sud de la Gaule. La faible représentation de certains mobiliers (grise monochrome), ou même l’absence de ceux-ci sur les Feuilly (céramique attique et amphore étrusque) viennent confirmer le fait que nous sommes plutôt en présence d’un site consom mateur de produits d’importation redistribués mais non- receveur de ceux-ci, à l’inverse de Lyon. Il faut noter l’absence de céramique attique et d’amphore étrusque ; d’une part, la fouille à la pelle mécanique des grandes structures en creux peut avoir soustrait ces mobiliers ; d’autre part, il se peut également qu’ils ne soient pas parvenus sur le site, car ils sont déjà très faiblement représentés sur les sites de Lyon (moins de 1 % pour chaque catégorie de mobilier). Ces mobiliers paraissent également absents sur la fouille des Luêpes. Il est probable que ces produits rares et coûteux, plus rares encore que les pâtes claires ou les amphores de Marseille, ont été destinés à une élite sociale et aux sites plus « prestigieux ».

Fig. 5. Céramiques indigènes des structures D5042 et D5164 (dessins : F. Pont).

Fig. 5. Céramiques indigènes des structures D5042 et D5164 (dessins : F. Pont).

21Autre fait remarquable, la répartition entre les pâtes claires et les amphores de Marseille sur les Feuilly, soit respectivement 18 % pour les amphores et 82 % pour les pâtes claires, se situe à l’inverse des proportions décomptées sur le site de la rue du Docteur Horand à Lyon-Vaise (soit 16 % pour les pâtes claires et 74 % pour les amphores de Marseille). La datation de ce site est placée dans le dernier quart du VIe et la première moitié du Ve siècle avant notre ère (Bellon et al. 1992). Ces faits archéologiques indiquent une fois de plus la dépendance du site des Feuilly vis-à-vis de Lyon en ce qui concerne la distribution de produits méridionaux.

22L’étude exhaustive des mobiliers d’importation des Feuilly n’a pu être entreprise durant le rapport de fouille car les délais impartis ne le permettaient pas ; mais l’intérêt de celle-ci ne fait aucun doute car elle apporterait une image nouvelle des échanges entre la région de Lyon et le sud de la Gaule. Une analyse globale de ces mobiliers trouvés localement serait également intéressante car elle permettrait d’aborder la question de la hiérarchisation des sites dans la région lyonnaise.

23En attendant ces études, il nous a semblé opportun de présenter ces quelques informations à la communauté archéologique.

Bibliographie

Bibliographie

AYALA G., MONIN M., 1996 – Un nouveau site d’occupation de la transition du Ier au IIe âge du Fer en plaine alluviale de Vaise (Lyon 9e). Revue Archéologique de l’Est. 47, p. 47-66.

BELLON C., 2003 – Les sépultures de Gorge de Loup. In : POUX M., SAVAY-GUERRAZ H. et al., 2003 – Lyon avant Lugdunum, exposition au musée de la Civilisation gallo-romaine, 22 mars – 30 novembre 2003, Lyon. Gollion, Infolio, p. 151.

BELLON C., PERRIN F., RICHARDSON M., 1992 – Nouvelles découvertes protohistoriques à Lyon : le site de la rue du Docteur Horand. Revue Archéologique de l’Est, 43-2, p. 269-292.

JOLY J.-L., TARAS M., ARGANT J., 1993 – Opération « ZAC du Vieux Bourg » à Vénissieux (69). Rapport de fouille Place de la Paix. Lyon, SRA Rhône-Alpes, 2 vol. : 1 : 75 p., 18 fig. et 19 pl. ; 2 : annexes.

JOLY J.-L., BLAIZOT F., BELLON C., BONNET C., BROUILLAUD S., CONSTANTIN P. , GAVIN G., HORRY A., LALAÏ D., PLANTEVIN C., SAVAY-GUERRAZ S., 1999 – Vénissieux îlot D (site 69 259 002), D.F.S. de Sauvetage Urgent (n° 99/145). Lyon, AFAN avec le concours de la COURLY, SRA Rhône-Alpes, 3 vol. : 1 : texte, fig. et pl. ; 2 : étude des restes fauniques par D. LAlAÏ ; 3 : annexes.

NOURISSAT S., VICARD T., 2004-Vénissieux (Rhône), ZAC du Vieux-Bourg, îlot B2 (n° 69 259 010). DFS de l’opération de fouille archéologique 2002- 2003 (n° 2002/J35). Bron, INRAP direction Rhône-Alpes-Auvergne, 3 vol. : vol. 1 : 167 p., 82 fig. ; 2 : catalogue ; 3 : annexes.

VICARD T., NOURISSAT S., FRANC O., SERGENT F., GISCLON J.-L., SAINTOT S., HORRY A., LALAÏ D., 2001 – Vénissieux « ZAC du Vieux Bourg », îlots B1-B3, D.F.S. d’opération préventive de fouille archéologique (n° 2000/138) (15/05/00-03/031/1). Lyon, AFAN avec le concours de la Courly, SRA Rhône-Alpes, 3 vol. : 1 : 109 p., 43 fig. ; 2 : fiches descriptives ; 3 : annexes.

Table des illustrations

Titre Fig- 2. Plan et coupe de la fosse D5131 (dessin et D.A.O. : F. Blaizot).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/18166/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 22k
Titre Fig. 1. Localisation des sites du Hallstatt D3 à Saint-Priest (Rhône) et plan général des structures citées dans l’étude (D.A.O. : C. Ramponi, W. Widlak).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/18166/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 42k
Titre Fig. 3. Anneaux en fer (n° 873 et 874) associés aux résidus de crémation de la fosse D5131 (dessin : C. Plantevin).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/18166/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 20k
Titre Fig. 4. Céramiques d’importation de la structure D5042 (dessins et D.A.O. : F. Sergent).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/18166/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 30k
Titre Fig. 5. Céramiques indigènes des structures D5042 et D5164 (dessins : F. Pont).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/18166/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 35k

Auteurs

© ARTEHIS Éditions, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search