Version classiqueVersion mobile

De l’âge du Bronze à l’âge du Fer en France et en Europe occidentale (Xe-VIIe siècle av. J.-C.)

 | 
Henri Gaillard de Sémainville

Thème régional la moyenne vallée du Rhône aux âges du fer, actualité de la recherche

Saint-Georges-de-Reneins/Ludna – Patural (Rhône) : découvertes du second âge du fer en territoire ségusiave

Cécile Batigne-Vallet, Guillaume Maza et Séverine Mayoud

Résumé

Une fréquentation gauloise est attestée depuis 1853 à Saint-Georges-de-Reneins – Ludna (Rhône), par des monnaies, notamment. La station gallo-romaine était également connue par la table de Peutinger, qui situe Ludna à mi-distance entre Lyon / Lugdunum et Mâcon / Matisco. Les fouilles programmées par J.-Cl. Béal (Université Lyon 2) depuis 2003 ont livré des vestiges mobiliers caractéristiques d’une occupation du site pendant la deuxième moitié du IIe siècle avant notre ère. Ainsi, Saint-Georges-de-Reneins se présente comme un habitat supplémentaire installé sur la terrasse dominant la Saône et délaissé à la fin du même siècle.

Texte intégral

1Le site archéologique de Saint-Georges-de-Reneins – Patural (Rhône), entre Villefranche-sur-Saône et Belleville, est localisé au sud du bourg actuel, sur les hauteurs d’une butte de 190 m d’altitude qui domine le cours de la Saône, situé à quelques centaines de mètres plus à l’est. Il est identifié depuis 1853, date à laquelle fut percée la voie de chemin de fer reliant Paris à Lyon. La découverte fut alors assimilée à l’antique Ludna, mentionnée par la Table de Peutinger comme unique relais entre Lyon/Lugdunum, à une quarantaine de kilomètres au sud, et Mâcon/Matisco, à une trentaine de kilomètres plus au nord. Le site est implanté sur le territoire des Ségusiaves, à une dizaine de kilomètres de la frontière septentrionale qui les sépare des Éduens (Béal 2007a : 13 et pl. 2, n° 14). Les fouilles archéologiques qui y furent entreprises depuis le début du XXe siècle ont mis au jour les vestiges de ce qui devait être une petite agglomération romaine, avec notamment une voie, un habitat, un secteur thermal et un four de potiers. Un siècle et demi après la première mention du site, les nouvelles investigations entreprises par J.-C. Béal (Université Lumière Lyon 2) ont permis de renouveler considérablement nos connaissances sur Ludna et offrent aujourd’hui la possibilité d’appréhender son insertion dans le territoire (Béal 2007b). Bien qu’ils n’aient pas été systématiquement recherchés, des niveaux d’époque gauloise sont apparus à plusieurs reprises sous les vestiges romains. Si les données sont toujours extrêmement lacunaires concernant les structures bâties, la qualité du mobilier mis au jour, plutôt que son abondance, alliée à une relecture des découvertes anciennes, ont motivé cette courte note.

2En effet, depuis le milieu du XIXe siècle, de nombreuses découvertes archéologiques ont été signalées sur le site de Ludna. Si les vestiges de la période romaine se sont révélés abondants et bien documentés, les occupations antérieures étaient plus méconnues et bien que l’on ne disposât que de quelques mentions de mobilier protohistorique, il semble que l’on ait rapidement considéré ce site comme un carrefour de voies terrestres et fluviales de première importance pour cette époque. En 1857. A.-J.-B. d’Aigueperse signale la découverte de « médailles... », dont « ... quelques-unes sont gauloises » (d’Aigueperse 1857). Un siècle plus tard. G. Chapotat publie des chenets d’argile à tête de bélier (type 2 de Déchelette) interprétés comme étant « laténiens » (Chapotat 1956 : 27). Dans le même temps, il signale trois monnaies gauloises, dont deux « monnaies de bronze d’inspiration éduenne » (tête avec bandeau au droit et cheval ou taureau au revers), plus vraisemblablement d’origine séquane. Il faut cependant attendre le début des années 1990 pour voir la première recension des collections protohistoriques et romaines de Ludna (Buisson 1993). On peut signaler l’existence d’un petit lot de mobilier datable de l’âge du Bronze, mais c’est surtout pour le second âge du Fer que les données préromaines sont les plus nombreuses : plusieurs amphores républicaines, dont trois amphores de type Dressel 1A archéologiquement complètes (restaurations anciennes) et un fragment d’anse estampillé LICIN. une coupe en céramique à vernis noir de type Lamb. A27, quatre fragments de bracelets en lignite à section circulaire, et une pièce de vaisselle métallique en bronze correspondant à un poucier de passoire en queue-d’aronde (fig. 1).

Fig.1. Ludna (Rhône). Poucier de passoire en bronze (cl. A. Colombier).

Fig.1. Ludna (Rhône). Poucier de passoire en bronze (cl. A. Colombier).

3En 1992, les sondages effectués sur la colline par D. Frascone, l’ont conduit à envisager la possibilité d’une occupation laténienne. sur la base d’une documentation encore très lacunaire (Frascone 1992). Depuis 2003, la fouille dirigée par J.-C. Béal livre régulièrement des vestiges gaulois. Durant les campagnes 2003, 2004 et surtout 2005, ces niveaux ont été atteints par microsondages en sept points différents, mais tous localisés dans la moitié méridionale de la zone explorée (Béal 2005). En l’état actuel de nos connaissances, les points les plus éloignés sont séparés par une distance d’environ cent quarante mètres. Les vestiges sont implantés directement sur le terrain naturel et sont généralement séparés des couches romaines par un remblai stérile d’au moins un mètre d’épaisseur, qui constituait, dans un cas, le radier de la voie nord-sud dite « d’Agrippa », et qui a servi, dans un autre cas, à aménager une terrasse artificielle. Les niveaux fouillés sont constitués de sédiments sablo-limoneux souvent riches en matière charbonneuse. En raison du mode d’intervention par sondages ponctuels, peu de structures sont apparues de manière évidente, et force est de constater que la nature des vestiges, ou encore leur extension, nous échappent pour la plus grande partie. Notre connaissance de Ludna gauloise se limite pour l’essentiel à un lot de mobilier céramique et métallique rattachable à la fin du Second âge du Fer. Un trou de poteau de 0,26 m de diamètre a toutefois été identifié, de même qu’un « lit de fragments de panse d’amphores et d’ossements » posés à plat. La découverte de fragments de paroi de terre recueillis dans deux sondages séparés de plus de vingt mètres, en revanche, est notable : ils sont décorés d’un badigeon de peinture noire sur lit blanchâtre. très fin. L’analyse par diffraction de rayons X de l’enduit noir de surface a permis d’identifier la présence d’hydroxylapatite (phosphate de calcium), qui témoigne de l’emploi d’os pour la pigmentation. Le noir d’os est effectivement connu pour être utilisé comme pigment dans les peintures murales romaines (Béarat 1997). Les constituants de la couche blanche, en revanche, n’ont, pour l’heure, pas été identifiés (ces analyses préliminaires ont été réalisées par N. Cantin. U.M.R. 5138. Laboratoire de Céramologie de Lyon, que les auteurs remercient). Depuis la découverte exceptionnelle de peintures du Premier style pompéien sur le site de la rue du Souvenir à Lyon-Vaise (Plassot. Desbat 2003), ce type de décoration à la « romaine » apparaît de manière ponctuelle en Gaule interne, mais reste encore très rare. Il concerne généralement des sites d’importance liés à des bâtiments publics (oppidum de Corent).

1. LE MOBILIER CÉRAMIQUE

4L’ensemble du mobilier céramique gaulois recueilli lors des sondages récents compte deux mille deux cent cinquante tessons et renvoie à cent trente-cinq vases, sachant que l’estimation du nombre de vases repose sur un N.M.I. strict, obtenu à partir du décompte du nombre de bords après collage, et sans pondération (fig. 2). Ce sont les amphores qui, en nombre de restes (N.R.), sont les plus abondantes (70 %), devant les productions indigènes dites « communes » (20 %) et les céramiques « fines » (11 %). Ce phénomène de surreprésentation des amphores républicaines a depuis longtemps été mis en évidence dans la région lyonnaise, avec notamment la découverte régulière de « fossés à amphores », comblés à plus de 80 % par des conteneurs à vin italiques et des ossements animaux (Maza 1998 ; Maza 2003a). À Ludna, la supériorité numérique des amphores est toutefois toute relative, puisqu’elles ne représentent plus que 21 % des N.M.I., en troisième position derrière les céramiques « fines » (28 %) et surtout derrière les productions communes (50 %), qui sont alors majoritaires.

Fig. 2. Ludna (Rhône), le mobilier céramique gaulois par catégories (en N.R. et N.M.I.).

Fig. 2. Ludna (Rhône), le mobilier céramique gaulois par catégories (en N.R. et N.M.I.).

1.1. Les céramiques fines

5Les céramiques fines réunissent deux cent trente-huit tessons et trente-neuf vases, et se répartissent au sein de cinq productions différentes. Trois d’entre elles sont importées d’Italie ou du Midi gaulois (fig. 2).

1. 1. 1. Les importations méditerranéennes

6Les céramiques à vernis noir importées d’Italie comptent vingt-deux tessons pour cinq vases estimés en N.T.I., c’est-à-dire en considérant l’ensemble des éléments identifiables d’un vase. La céramique campanienne A est majoritaire en nombre de tessons et livre un plat de type Lamb. A36 (fig. 3, n° 1), une coupe fragmentaire de type Lamb. A27 et un fond de bol Lamb. A31 décoré de rehauts de peinture blanche. Un jeton semble avoir été taillé dans la panse de ce dernier (fig. 3, n° 2). Le vernis qui les recouvre est de bonne qualité et bien adhérent, de couleur noir brillant. Leurs caractéristiques typologiques (pied bas, parois épaisses, fond décoré de cercles concentriques grossièrement réalisés) renvoient aux productions « tardives » de la seconde moitié du IIe siècle et du début du Ier siècle av. J.-C. Si la campanienne du « cercle de la B » apparaît minoritaire en nombre de tessons, elle livre deux vases, dont un bord de plat appartenant au type Lamb. B5 (fig. 3, n° 3) et un fond de coupe Lamb. B1. Le répertoire des formes mis en évidence est bien connu en contexte régional. À Lyon, les céramiques campaniennes A sont associées à de rares formes de « B-oïde » dès le troisième quart du IIe siècle av. J.-C. (Souvenir, Marietton, Charavay), mais les formes en présence, notamment les coupes Lamb. B1, renvoient plus certainement au début du siècle suivant (Maza 2001).

7Deux fragments à pâte calcaire et à engobe noir pourraient renvoyer à des vases à paroi fine d’origine probablement italique. Ce type de production apparaît dans le Midi gaulois dans le dernier quart du IIe siècle av. J.-C., mais reste très rare plus au nord jusqu’à la conquête césarienne. À Lyon, les plus anciens exemplaires connus ont été mis au jour sur le site de l’hôtel de Gadagne, bien daté du deuxième quart du Ier siècle av. J.-C. (Batigne Vallet, Lemaître 2006 : 185), et dans le fossé légèrement postérieur de l’hôpital Sainte-Croix (Maza 2001, Monin ; Maza 2003).

Fig. 3. Ludna (Rhône). Céramiques fines et céramiques communes. Éch. 1/3 (dessin et D.A.O. : C.B.V. et S.M.).

Fig. 3. Ludna (Rhône). Céramiques fines et céramiques communes. Éch. 1/3 (dessin et D.A.O. : C.B.V. et S.M.).

8Si deux individus fragmentaires en céramique claire récente n’ont pu être identifiés (olpés ?), un troisième présente un bord en collerette de grand module, qui pourrait appartenir à un mortier, mais qui semble être modelé (fig. 3, n° 4). Il s’agit vraisemblablement d’une importation italique ou plus certainement sud gauloise. Quelques exemplaires sont signalés à Lyon pour la fin du IIe siècle av. J.-C., mais les importations de céramique de cuisine restent exceptionnelles à ce jour dans les contextes antérieurs à la fondation coloniale de Lugdunum en 43 av. J.-C. (Maza 2001 ; Saison-Guichon 2001).

9Enfin, un pichet identifié grâce à un petit fragment de lèvre avec départ d’anse (fig. 3, n° 5) pourrait correspondre à une « imitation » de gobelet ampuritain.

1. 1. 2. Les productions indigènes

10La céramique peinte de tradition laténienne compte trente-trois tessons pour deux N.T.I. : un vase haut dit « balustre » (fig. 3, n° 6) et une forme ouverte de grand module, non identifiée. Les fragments présentent une pâte calcaire ou siliceuse, mais toujours micacée.

11Les céramiques dites « grises fines » sont de loin les plus abondantes avec cent quarante et un tessons et trente et un vases (59 % des tessons et plus des trois quarts du N.M.I. de la catégorie, voir fig. 2). Il s’agit de productions tournées cuites en mode B (Picon 2002 : 143), réalisées avec une pâte assez fine, et dont les parois ont été soigneusement polies. Le répertoire se partage entre formes ouvertes (jattes, plats) et formes fermées (pots). Les jattes sont les plus nombreuses avec quatorze individus à bord rentrant et fond plat (fig. 3, n° 9 à 13). Certaines possèdent une décoration de bandes polies sur leur paroi externe, mais souvent le décor poli est interne et représente des courbes ou des lignes croisées. Les sept pots recensés sont de petit module et appartiennent à différents types : avec ou sans col, à lèvre déversée ou en bourrelet (fig. 3, n° 14). Un bol hémisphérique à moulures externes sous la lèvre a également été identifié (fig. 3, n° 15). Plusieurs fonds plats, un pied annulaire, ainsi qu’un jeton, complètent le lot. Les types recensés renvoient à des formes bien connues dans la vallée de la Saône pour la période comprise entre le milieu du IIe et le début du Ier siècle av. J.-C., depuis Saint-Symphorien-d’Ancelles jusqu’à la région de Verdun, où elles sont particulièrement bien représentées (Barral 1998).

1. 2. Les céramiques communes

12Les différentes catégories attribuées aux céramiques communes comptent quatre cent quarante-sept tessons pour soixante-sept individus, soit 20 % seulement du total céramique (N.R.). mais la moitié des vases (N.M.I.).

  • 1 Nous remercions P. Barral pour les indications qu’il nous a cordialement communiquées à ce sujet.

13Les productions non tournées sont largement majoritaires (fig. 2). La couleur de la pâte est plutôt grise. Les formes principales sont le pot à cuire (vingt-sept N.M.I.), dont quelques gros modules probablement destinés au stockage, et la jatte (dix-sept N.M.I.). Quelques couvercles complètent le répertoire typologique. La majorité des pots présente une lèvre faiblement déversée, qui possède une ou plusieurs moulures sur sa surface interne, généralement peu marquées (fig. 3, n° 16 à 20). Un col. qui peut être cannelé, est parfois visible sous la lèvre (fig. 3, n° 16), mais l’état fragmentaire des tessons ne permet pas d’approfondir cette observation. Ce type de pot. qui est majoritaire, se rapproche du pot à lèvre allongée moulurée qui a été systématiquement répertorié par Ph. Barral sur les sites de la vallée de la Saône datés entre le milieu du IIe et le début du Ier siècle av. J.-C. (Barrai 2005)1. Par ailleurs, quelques pots possèdent une lèvre à marli concave (fig. 3, n° 21 à 23). d’autres montrent un bord mouluré (fig. 3, n° 24 à 28), et d’autres encore ont une lèvre simple (fig. 3, n° 29 à 32). Ces types ont également été recensés dans la région, notamment sur les sites voisins de Saint-Symphorien d’Ancelles et Varennes-lès-Mâcon (Barthèlemy 1985). Enfin, deux gros pots présentent une lèvre débordante plate (fig. 3, n° 33 et 34) et rappellent, par leur morphologie, les jarres rattachées à la famille des vases de type « Besançon », bien documentés depuis le Verdunois jusqu’à Bibracte. Mais ces vases n’appartiennent toutefois pas directement à ces productions car ils s’en distinguent par l’absence d’engobe micacé et de moulures internes. Quant aux jattes en céramique non tournée, elles sont essentiellement du type à bord rentrant (fig. 4, n° 1 et 2). La lèvre peut être soulignée par des moulures externes (fig. 4, n° 3), ou bien elle peut être facettée (fig. 4, n° 4). moulurée (fig. 4, n° 5) ou décorée de festons imprimés sur sa face supérieure (fig. 4, n° 6). Comme pour la majorité des pots, ces formes sont connues sur les gisements de la vallée de la Saône. Les couvercles (six N.M.I.) possèdent une lèvre arrondie simple ou facettée (fig. 4, n° 9 et 10).

14Deux autres vases non tournés, mais cuits en mode A. manquent de comparaisons directes (fig. 4, n° 11 et 12).

15Un gros pot à lèvre largement débordante et plate, réalisé en céramique tournée grise, a posé problème. Nous avons envisagé qu’il résultait d’une intrusion postérieure mais la forme apparaît toutefois proche de certains vases en céramique commune ibérique, dont quelques exemplaires ont été identifiés au Mont-Beuvray (fig. 4, n° 13). Pourrait-il s’agir d’une « imitation » au même titre que le pichet de type ampuritain ?

16Pour terminer sur les céramiques communes, même si ces dernières ne permettent guère d’accéder aux questions de chronologie pour la période qui nous concerne, elles offrent, en revanche, la possibilité de replacer l’occupation dans son contexte régional. Alors que les jattes appartiennent à un type presque universel, les pots expriment une étroite parenté avec les céramiques du val de Saône, et en particulier un site comme Saint-Symphorien-d’Ancelles. situé à une quinzaine de kilomètres au nord de Ludna. On notera, par ailleurs, que les céramiques non tournées sont assez différentes de celles retrouvées à Lyon-Vaise. notamment, sur le site de la rue du Souvenir ou de Marietton. pour une période à peine plus ancienne (LTC2-D1). Par ailleurs, la répartition entre céramiques non tournées et céramiques tournées, toutes catégories confondues, favorise les premières, qui représentent 65 % des fragments. Ce pourcentage est très proche des proportions obtenues par Ph. Barral dans les habitats contemporains de la vallée de la Saône, et à caractère rural (Barral 2005 : 257).

Fig. 4. Ludna (Rhône). Céramiques fines et céramiques communes. Ech. 1/3 (dessin et D.A.O. : C.B.V. et S.M.).

Fig. 4. Ludna (Rhône). Céramiques fines et céramiques communes. Ech. 1/3 (dessin et D.A.O. : C.B.V. et S.M.).

1.3. Les amphores

17Les amphores républicaines sont exclusivement importées de la côte tyrrhénienne de l’Italie centrale (Étrurie méridionale, Latium et Campanie), exception faite d’un tesson de panse attribuable à une amphore appartenant au type Lamb. 2 et provenant de la côte adriatique. Les amphores correspondent à la catégorie céramique la plus abondante en nombres de restes (mille cinq cents tessons), mais réunissent seulement vingt-neuf individus (21 % du N.M.I. fig. 2). Les épaulements et les pieds apparaissent nettement sous représentés avec respectivement six et quatre exemplaires. Le mobilier se présente dans un état extrêmement fragmentaire, avec des cassures émoussées et érodées, ce qui n’a pas toujours facilité les identifications. Plusieurs anses et tessons portent par ailleurs des traces très nettes d’usure ou de réutilisation (sciage pour les premières). Aucune estampille n’a été inventoriée, pas plus que des inscriptions peintes, pourtant attestées en quantité à Lyon ou Vienne et plus au nord le long de la Saône.

18L’examen typologique du lot a montré la coexistence de plusieurs types d’amphores, évoquant, dès le premier abord, une large fourchette chronologique (fig. 4 et 5). Malgré un ensemble assez restreint, la majorité des individus renvoie au type Dressel 1A. La présence de types « précoces » est à signaler (gréco-italique récente ou Dressel 1 A), avec quelques formes anciennes ou types de transition à profil triangulaire court (neuf individus), mais ce sont surtout les Dressel 1A qui dominent, avec dix-neuf individus. Les types les plus anciens peuvent remonter à la transition LTC2/D1 et sont connus à l’identique dans plusieurs fossés à amphores lyonnais (Souvenir, Marietton, Charavay, Verbe-Incarné) ou le long du val de Saône (Olmer et Maza 2004). Deux autres exemplaires annoncent, par leur profil plus massif, l’apparition de la forme Dressel 1B et correspondent déjà à un faciès plus avancé dans l’évolution du type (transition Dressel 1A/ Dressel 1B), davantage caractéristique du dernier quart du IIe et du début du Ier siècle av. J.-C. L’identification d’une amphore de type Dressel 1C à pâte volcanique dite Eumachi, en provenance des vignobles de la région de Pompéi (fig. 5, n° 9). plaiderait également pour une datation à la transition des IIe et Ier siècles av. J.-C. Ce type d’amphore est relativement rare en contexte régional, mais il caractérise plus particulièrement les ensembles LTD1b reconnus au Verbe-Incarné ou au Lycée Saint-Just à Lyon. On remarquera enfin l’absence totale d’amphores de type Dressel 1B. dont l’apparition est désormais bien datée au tout début du Ier siècle.

Fig. 5. Ludna (Rhône). Amphores. Éch. 1/3 (dessin et D.A.O. : C.B.V. et S.M.).

Fig. 5. Ludna (Rhône). Amphores. Éch. 1/3 (dessin et D.A.O. : C.B.V. et S.M.).

19Malgré les difficultés d’attribution par simple examen macroscopique des pâtes, il est d’ores et déjà possible de mettre en évidence deux régions de provenance principales : l’Étrurie et la Campanie (région du Vésuve), avec une nette prédominance de la première (29 %) sur la seconde (8 %). L’Étrurie est représentée par des pâtes caractéristiques des ateliers d’Albinia (26 %) et de Cosa (3 %), localisés dans la partie méridionale du territoire. Les amphores de la région de Pompéi possèdent la pâte Eumachi caractéristique (2 %). Les productions dites « faux-Eumachi ». macroscopiquement proches des précédentes, et qui proviennent d’ailleurs de la même région, ne sont guère plus nombreuses (6 %). Cette image est conforme à ce que l’on connaît déjà pour la moyenne vallée du Rhône, et en particulier dans le Lyonnais, où l’on observe un partage entre les grands crus campaniens des pentes du Vésuve et les vins étrusques plus médiocres, dont le silence des textes ne cesse d’étonner au regard du volume d’importations reconnu pour nos régions (Olmer et Maza 2004). On remarquera, par ailleurs, que ces proportions diffèrent totalement de celles obtenues dans le sud de la Gaule (Aix-en-Provence), pour un secteur nettement plus méridional et plus précocement romanisé (Thierrin-Michael et al. 2005).

20La présence d’une amphore de type Lamb. 2 issue de la côte adriatique est beaucoup plus rare en Gaule interne, en raison notamment d’une diffusion principalement axée vers l’Italie du Nord et la Méditerranée orientale (Tchemia 1986). Dans notre région, ces amphores sont attestées de manière tout à fait anecdotique : deux exemplaires complets conservés au musée de Vienne, quelques individus à Saint-Romain-en-Gal. Lyon ou sur l’oppidum de Larina (Olmer, Maza 2004). Plus au nord, les amphores de type Lamb. 2 sont encore attestées à Mâcon, Azé, Tournus. Bibracte, Verdun-sur-le-Doubs, Besançon, jusqu’aux contrées septentrionales de la vallée de l’Aisne (Villeneuve-Saint-Germain). Elles semblent apparaître dans le courant de LTD 1 et connaître leur diffusion maximale au tout début du Ier siècle av. J.-C.

Pour en finir avec les amphores de Ludna, nous insisterons sur les quantités en présence : la petite trentaine d’individus correspond tout de même à un volume de vin compris entre six cents et sept cents litres.

2. LE MOBILIER NON CÉRAMIQUE

21Le mobilier non céramique identifiable est peu abondant mais se singularise par la qualité des catégories représentées : monnaies, parure, vaisselle et harnachement ; autant d’objets dont l’association ne peut être anodine si l’on se reporte aux superficies explorées, et qui renvoie clairement aux sphères élevées de la société celtique (Poux 2004).

22La monnaie exhumée par J.-Cl. Béal est un potin en bronze dit au « triscèle », peu lisible. À signaler également une fibule en bronze de schéma LTII, mais dont l’état fragmentaire interdit toute identification plus précise, et un fragment de bracelet en lignite, dont l’association renvoie généralement à un horizon précoce LTC2-D1. Le dernier objet se rapporte à une pièce de harnachement complète (fig. 6) à tête émaillée (Beck et Guillaumet 1985). J. Déchelette voyait dans ces pièces des ornements de joug, et non pas des anneaux porte-guides comme cela avait parfois été suggéré (Déchelette 1914 : 1196). Un exemplaire comparable a été découvert sur le site d’Azé « Le Saulé », au nord de Mâcon, dernièrement daté entre LTC2/D1 et le début de LTD2 (Barrai et al. 2002 ; Maza 2003b).

Fig. 6. Ludna (Rhône). Pièce de harnachement (cl. Y. Montmessin /CNRS. U.M.R.5138).

Fig. 6. Ludna (Rhône). Pièce de harnachement (cl. Y. Montmessin /CNRS. U.M.R.5138).

CONCLUSION

23Malgré des découvertes encore ténues, aperçues au travers de sondages ponctuels, le mobilier gaulois de Ludna permet de supposer l’existence de ce qui pourrait être un petit habitat. Implanté de manière stratégique sur une butte dominant la Saône, il précède d’au moins un siècle l’occupation romaine d’époque augustéenne. Si la documentation disponible interdit encore d’appréhender son étendue ou sa nature exacte, sa chronologie est davantage cernée, par un mobilier renvoyant clairement à un horizon ancien LTC2-D1, assez bien connu pour cette basse vallée de la Saône.

24Eu égard aux quantités de vestiges en présence, la composition du lot est apparue remarquable à plus d’un titre. L’association d’amphores à vin républicaines, dont le volume global a été estimé à six ou sept hectolitres, de vaisselle métallique se rapportant au service des boissons (passoire) et d’une pièce de harnachement est à souligner. Elle dénote une composante à caractère aristocratique. Les mobiliers découverts témoignent d’activités commerciales que l’on pourrait peut-être mettre en relation avec un système de contrôle des échanges à longue distance, échelonné le long de la vallée de la Saône dans le prolongement d’un des principaux axes de pénétration vers la Gaule interne, la vallée du Rhône. L’implantation du site à quelques centaines de mètres de la Saône, au niveau du « gué de Grelonges », a pu, même si son utilisation est encore discutée pour l’époque antique, faciliter les communications est-ouest. Au-delà des contacts commerciaux concernant l’acquisition de vin italique, déjà connus sur plusieurs sites régionaux comme Lyon, la mise en évidence d’enduit peint témoigne de la pénétration en Gaule indépendante des techniques de décoration typiquement gréco-romaines. Les rares occurrences connues en Gaule interne ou dans le Midi gaulois concernent exclusivement des « bâtiments publics », qui, par leur ornementation, leurs aménagements ou encore leur superficie, se distinguent de l’habitat domestique contemporain.

25Toutes proportions gardées, les comparaisons sont nombreuses avec des établissements comme Saint-Symphorien d’Ancelles et Varennes-lès-Mâcon, localisés plus au nord, en territoire éduen. De la même manière, ces deux sites livrent un riche mobilier archéologique, comprenant amphores à vin italique, céramique campanienne, parures et vaisselle métallique. Longtemps tributaire des datations fournies par le monnayage gaulois et massaliète, leur chronologie a récemment été remontée au milieu du IIe siècle av. J.-C., avec une occupation qui prendrait fin au début du siècle suivant (Barral 1999 ; Barrai, Guillaumet 2000 ; Barral et al. 2002 ; Maza 2003b). De la même manière, l’abandon du site de Ludna au début du Ier siècle av. J.-C. s’inscrit dans un schéma bien connu pour la vallée de la Saône, avec une désertion des villages ouverts au profit d’agglomérations de hauteur fortifiées de type oppidum (Mâcon) ou de villages ouverts plus vastes (Barral, Guillaumet 2000 ; Barthélemy 2001 ; Barral et al. 2002). Aussi, les découvertes récentes de Ludna constituent donc une pièce nouvelle à verser au dossier de l’occupation du territoire dans la partie méridionale du Val de Saône.

Bibliographie

Bibliographie

AIGUEPERSE A.-J.-B. d’, 1857 – Nouvelles et dernières recherches sur l’emplacement de Lunna, station romaine entre Lyon et Mâcon. Revue du Lyonnais, p. 379-403.

BARRAL P., 1998 – Place des influences méditerranéennes dans l’évolution de la céramique indigène en pays éduen aux IIe et Ier siècles avant notre ère. In : TUFFREAU-LIBRE M., JACQUES A. dir, 1998 – La céramique précoce en Gaule Belgique et dans les territoires voisins : de la poterie gauloise à la céramique gallo-romaine (Arras, 1996). Berck-sur-Mer, CRADC, p. 367-384 (Nord-ouest Archéologie, 7).

BARRAL P., 1999 – Un bol hellénistique à relief provenant de l’habitat gaulois de Varennes-lès-Mâcon (Saône-et-Loire), Revue Archéologique de l’Est, 50, p. 351-356.

BARRAL P., 2005 – L’habitat rural de la fin de l’âge du Fer (La Tène C2-D1) dans les plaines de Saône et du Doubs : données socio-économiques et culturelles à partir du matériel céramique. In : FICHTL S. dir., 2005 – Hiérarchie de l’habitat rural dans le nord-est de la Gaule à La Tène moyenne et finale. Publication des journées d’étude de Nancy (22 au 22 novembre 2002). Bliesbruck-Reinheim, Parc archéologique européen, p. 239-274 (Archaeologia Mosellana, 6).

BARRAL P., GUILLAUMET J.-P., 2000 – Les processus d’urbanisation en pays éduen. Un état de la question. In : GUICHARD V, SIEVERS S., URBAN O.-H. dir, . 2000 – Les processus d’urbanisation à l’âge du Fer. Eisenzeitliche Urbanisationsprozess (Bibracte, 1998). Glux-en-Glenne, Centre Archéologique Européen du Mont Beuvray, p. 65-71 (Bibracte, 4).

BARRAL P., GUILLAUMET J.-P., NOUVEL P., 2002 – Les territoires de la fin de l’âge du Fer entre Loire et Saône : les Éduens et leurs voisins. Problématique et éléments de réponse. In : GARCIA D., VERDIN F., 2002 – Territoires celtiques. Espaces ethniques et territoires des agglomérations protohistoriques d’Europe occidentale. Actes du 14e colloque de l’A.F.E.A.F., Martigues, 1-4 juin 2000, Paris, Éd. Errance, p. 271-296.

BARTHÈLEMY A., 1985 – Les sites de Varennes-lès-Mâcon et de Saint-Symphorien-d’Ancelles (Saône-et-Loire). Les âges du Fer dans la vallée de la Saône (VII-Ier siècle avant notre ère). In : Paléométallurgie du bronze à l’Âge du fer, Actes du VIIe colloque de l’A.F.E.A.F., Rully, 12-15 mai 1983. Dijon, Revue Archéologique de l’Est. suppl.6, p. 131-143.

BARTHÈLEMY D., 2001 – Mâcon antique. Le Haut-Empire, de la fin du Ier siècle av. J.-C. au début du IIIe siècle ap. J.-C. Les données de l’archéologie. Bulletin d’information du G.A.M., 2001-1, p. 1-17.

BATIGNE VALLET C., LEMAÎTRE S., 2006 – La céramique antique. In : BECKER C.. PARRON-KONTIS I., SAVAY-GUERRAZ S. dir., 2006 – Le Musée Gadagne. Archéologie et histoire au cœur d’un projet patrimonial à Lyon. Lyon, p. 185 – 194 (Documents d’Archéologie en Rhône-Alpes. 29, Série Lyonnaise, n° 10).

BÉAL J.-C. avec la collaboration scientifique de BATIGNE VALLET C., BRAVARD J.-P., ARGANT T., 2005 – Saint-Georges-de-Reneins (Rhône). Ludna – Patural. Rapport de travaux pour 2005. (Patriarche 1122). Lyon, SRA Rhône-Alpes.

BÉAL J.-C., 2007 – Les territoires des cités antiques : notes de géographie historique en région lyonnaise. Revue des Études Anciennes, 109-1, p. 5-26.

BÉAL J.-C. avec la collaboration scientifique de BATIGNE VALLET C., BRAVARD J.-P., ARGANT J., 2007 – Saint-Georges-de-Reneins (Rhône). Ludna – Patural. Rapport de travaux pour 2007 (Patriarche 1122). Lyon, SRA Rhône-Alpes.

BÉARAT H., 1997 – Quelle est la gamme exacte des pigments romains. Confrontation des résultats d’analyse et des textes de Vitruve et de Pline. In : BÉARATH., FUCHSM., MAGGETTIM., PAUNIERD. dir.. 1997-Roman wall paintings. Materials, techniques, analysis and conservation. Proceedings of the international workshop on roman wall paintings, Fribourg, mars 1996. Fribourg, Institut de Minéralogie et Pétrographie, p. 11-34.

BECK F., GUILLAUMET J.-P., 1985 – La métallurgie du Bronze en pays Éduen. In : BONNAMOUR L., DUVAL A., GUILLAUMET J.-P. dir., 1985 – Les Âges du fer dans la vallée de la Saône (l TF -Ier siècles avant notre ère). Paléométallurgie du bronze à l’Âge du fer, Actes du VIIe colloque de l’A.F.E.A.F., Rully, 12-15 mai 1983. Dijon, p. 237-245 (Revue Archéologique de l’Est, suppl.6).

BUISSON A., 1993 – Ludna. Les Tournelles. communes de Saint-Georges-de-Reneins. essai de synthèse d’après les découvertes anciennes, Catalogue des collections archéologiques conservées au musée, château de Montchervet, Saint-Georges-de-Reneins.

CHAPOTAT G., 1956 – La croisée de Vienne (suite). Evocations, 37-2, p. 1555- 1559.

DÉCHELETTE J., 1914 – Manuel d’archéologie préhistorique, celtique et gallo-romaine. II. Troisième partie, archéologie celtique ou protohistorique, second âge du Fer ou époque de la Tène. Paris, A. Picard, 1962 p.

FRASCONE D.. 1992 – Saint-Georges-de-Reneins. Lieu-dit « Ludna ». Lyon, SRA Rhône-Alpes.

MAZA G., 1998 – Recherche méthodologique sur les amphores gréco-italiques et Dressel 1 découvertes à Lyon. IIe /Ier siècles avant J.-C. In : RIVET L. éd., 1998 – Actes du congrès d’Istres 1998. Marseille, Société Française pour l’Étude de la Céramique Antique en Gaule, p. 11-29.

MAZA G., 2001- Les importations de céramique fine méditerranéenne à Lyon (IIe – Ier siècles avant J.-C.). In : RIVET L. éd., 1998 – Actes du congrès du Mans, 2001. Marseille, Société Française pour l’Étude de la Céramique Antique en Gaule, p. 413-444.

MAZA G., 2003a – Lyon (Rhône), Le Verbe-Incarné. In : ARCELIN P., BRUNAUX J.-L. dir.. 2003 – Cultes et sanctuaires en France à l’Âge du Fer, Gallia, 60, p. 156-158.

MAZA G., 2003b – Les amphores républicaines découvertes sur le site du Couvent des Carmélites à Mâcon. Recherche sur les origines de la ville. Mâcon, Bulletin du GA. M., p. 1-17.

MAZA G., 2004 – Un emporion à Lougoudounon. In : BRUN J.-P., POUX M., TCHERNIA A. dir., 2004 – Le vin, nectar des Dieux, génie des Hommes, exposition au musée de la Civilisation gallo-romaine, 2004-2005, Lyon. Gollion, Infolio, p. 140-157.

MONIN M., MAZA G., 2003 – Le fossé de l’Hôpital Sainte-Croix à Lyon. In : POUX M., SAVAY-GUERRAZ H. et al., 2003 – Lyon avant Lugdunum, exposition au musée de la Civilisation gallo-romaine, 22 mars -30 novembre 2003. Lyon, Gollion, Infolio, p. 106-107.

OLMER F., MAZA G., 2004 – Le marché gaulois. In : BRUN J.-P., POUX M., TCHERNIA A. dir., 2004 – Le vin, nectar des Dieux, génie des Hommes, exposition au musée de la Civilisation gallo-romaine, 2004-2005, Lyon. Gollion, Infolio, p. 140-157.

PICON M., 2002 – Les modes de cuisson, les pâtes et les vernis de La Graufesenque : une mise au point. Céramiques de la Graufesenque et autres productions d’époque romaine. Nouvelles recherches. Montagnac, Éd. Mergoil. p. 139-163 (Archéologie et histoire romaine, 7).

PLASSOT E., DESBAT A., 2003 – Le site de la rue du Souvenir. In : POUX M., SAVAY-GUERRAZ H. et al., 2003 – Lyon avant Lugdunum, exposition au musée de la Civilisation gallo-romaine, 22 mars -30 novembre 2003, Lyon. Gollion, Infolio, p. 130-133.

POUX M., 2004 – L’Âge du vin : rites de boisson, festins et libations en Gaule indépendante. Montagnac, Éd. Meigoil, 637 p. (Protohistoire européenne, 8).

SAISON-GUICHON A., 2001 – Les mortiers de cuisine en céramique commune claire à Lyon. In : RIVET L. éd.. 2001 – Actes du congrès de Lille-Bavay, 2001. Marseille, Société Française pour l’Étude de la Céramique Antique en Gaule, p. 465-477.

TCHERNIA A., 1986 – Le vin de l’Italie romaine : essai d’histoire économique d’après les amphores. Rome, 410 p. (Bulletin de l’École Française d’Archéologie de Rome, 261).

THIERRIN-MICHAEL G., MAZA G., THIRION-MERLE V., 2005 -Banquets gaulois : comparaison des amphores à vin de trois sites. In : RIVET L. éd, 2001 – Actes du congrès de Blois, 2005. Marseille, Société Française pour l’Étude de la Céramique Antique en Gaule, p. 741-752.

Notes

1 Nous remercions P. Barral pour les indications qu’il nous a cordialement communiquées à ce sujet.

Table des illustrations

Titre Fig.1. Ludna (Rhône). Poucier de passoire en bronze (cl. A. Colombier).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/18151/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 22k
Titre Fig. 2. Ludna (Rhône), le mobilier céramique gaulois par catégories (en N.R. et N.M.I.).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/18151/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 36k
Titre Fig. 3. Ludna (Rhône). Céramiques fines et céramiques communes. Éch. 1/3 (dessin et D.A.O. : C.B.V. et S.M.).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/18151/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 82k
Titre Fig. 4. Ludna (Rhône). Céramiques fines et céramiques communes. Ech. 1/3 (dessin et D.A.O. : C.B.V. et S.M.).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/18151/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 51k
Titre Fig. 5. Ludna (Rhône). Amphores. Éch. 1/3 (dessin et D.A.O. : C.B.V. et S.M.).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/18151/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 31k
Titre Fig. 6. Ludna (Rhône). Pièce de harnachement (cl. Y. Montmessin /CNRS. U.M.R.5138).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/18151/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 17k

Auteurs

Archeodunum, 500 rue Juliette Récamier, 69970 Chaponnay – guillaume_maza@yahoo fr

Archeodunum, 500 rue Juliette Récamier, 69970 Chaponnay – severine-mayoud@club-internet.fr

© ARTEHIS Éditions, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search