Version classiqueVersion mobile

De l’âge du Bronze à l’âge du Fer en France et en Europe occidentale (Xe-VIIe siècle av. J.-C.)

 | 
Henri Gaillard de Sémainville

Thème régional la moyenne vallée du Rhône aux âges du fer, actualité de la recherche

L’habitat de Sennecé-lès-Mâcon (Saône-et-Loire) : nouvel exemple de tuiles en contexte laténien

Daniel Barthèlemy, Nadia Cantin, Cécile Ramponi et Grégory Videau

Résumé

La vaste implantation laténienne de Sennecé-lès-Mâcon (Saône-et-Loire), occupée entre les années 150 et 50 av. notre ère (LT D1a-LT D2a), a livré, dès ses niveaux les plus anciens, des fragments de tegulae et d’imbrices. Si de tels éléments architecturaux, d’origine ou d’inspiration italique, sont connus dans la vallée du Rhône (Lyon, Vienne, Valence), c’est la première fois qu’ils sont retrouvés en territoire éduen, qui plus est en contexte rural.

Texte intégral

1. LE SITE (C. Ramponi)

1Le site de Sennecé-lès-Mâcon (Saône-et-Loire) En Putet est situé à 7 km au nord de Mâcon, sur une terrasse de la rive droite de la Saône. Initialement pressentie lors de prospections liées aux travaux d’un gazoduc en 1988, l’importance de l’installation de La Tène finale de Sennecé-lès-Mâcon est réellement repérée lors d’un diagnostic archéologique en 2003. Menée sur une superficie d’un peu plus de 3 hectares, la fouille préventive de l’hiver 2004-2005 confirme une occupation, semble-t-il sans interruption de La Tène D1a (150 à 120 av. J.-C.) jusqu’à La Tène D2a (90 à 60/50 av. J.-C.) (fig. 1). Dès La Tène D1, on remarque une structuration de l’espace sur l’ensemble du plateau, soulignée par une orientation des fossés d’enclos et des constructions qui, malgré une topographie variée, reste la même jusqu’à La Tène D2. Quatre espaces majeurs d’occupation se dessinent. À l’est, un enclos monumental, dégagé sur un quart de sa surface, délimité par deux grands fossés (d’une profondeur maximale conservée de 2,60 m) ; au centre, une voie et un long fossé de 150 m de long ; à l’ouest une installation dense mêlant probablement habitat et artisanat ; et au sud-ouest de petites unités agricoles, sous forme de greniers sur poteaux. Rurale dans sa forme, cette occupation, dont nous ne connaissons pas l’étendue exacte, est certainement mixte dans sa fonction. C’est pourquoi sa dénomination pourrait être multiple, tout à la fois habitat ouvert et groupé avec un secteur à vocation artisanale, mais aussi par ailleurs installation agricole. La fonction et le type d’occupation du grand enclos nous échappent.

2Une des particularités du site est d’avoir livré du mobilier céramique, amphorique et faunique en rejet, mêlé à des fragments de tuiles, et ceci dès les années 150, jusqu’à 50 avant notre ère. Cela lui confère un grand intérêt dans la connaissance de l’architecture protohistorique par l’emploi de tuiles en terre cuite avant la colonisation romaine. Cette particularité nous indique un statut relativement privilégié des occupants avec des indices certains d’influences méridionales et d’échanges à longue distance. Ce postulat est pondéré par la pauvreté du mobilier métallique et des objets de parure (verre et métal), généralement présent sur les sites régionaux contemporains. On ne peut donc pas parler d’un statut exceptionnel mais plutôt particulier. Cet établissement tire sans aucun doute sa substance d’un réseau économique actif, certainement facilité par la proximité de la Saône et de la frontière entre les peuples éduen et séquane. On peut se poser la question d’une position à un carrefour routier, à la localisation d’un marché où convergeraient les productions avant que ce rôle ne soit pris en charge par les oppida au Ier siècle av. J.-C. C’est peut-être d’ailleurs pour cette raison qu’au cours de La Tène D2a l’établissement, même restreint, perdure un certain temps, parallèlement à la création de l’oppidum de Matisco (Mâcon), alors que les autres habitats ouverts proches périclitent (Varennes-lès-Mâcon, Saint-Symphorien-d’Ancelles, Azé) (Barrai, Guillaumet 2000).

2. LES TUILES (D. Barthèlemy)

3Dès le diagnostic notre attention avait été attirée par la présence de fragments de tegulae et d’imbrices au sein d’un mobilier céramique homogène daté sans ambiguïté de la Tène D. L’usage de la tuile avant la conquête est maintenant bien attesté à Lyon, notamment grâce aux fouilles de la rue du Souvenir à Vaise (Desbat 2003). Cela n’est somme toute pas surprenant étant donné la place prépondérante de Lyon à l’époque, du point de vue des échanges commerciaux avec le monde italique (Maza 2004). Mais un site rural du Mâconnais n’a rien à voir a priori avec un site lyonnais dont la situation privilégiée explique l’existence de mode de construction qui sort de l’ordinaire.

Fig.1. Localisation du site et des principales installations de La Tène finale du Mâconnais.

Fig.1. Localisation du site et des principales installations de La Tène finale du Mâconnais.

Fig. 2. Morphologie des tuiles gauloises

Fig. 2. Morphologie des tuiles gauloises

(dessins : F. Pont, DAO : P. Jacquet, D. Bathèlemy, Inrap).

4Ainsi la présence de tuiles en milieu rural dans un contexte d’occupation daté de la fin de la période gauloise demandait une attention particulière. En effet les fouilles menées sur les gisements de cette période sur le territoire éduen n’ont jamais révélé l’usage de la tuile pour la couverture des habitats ; cette pratique semblant être propre aux nouveaux modes architecturaux qui se développent après la conquête romaine (Goudineau, Peyre 1993).

5Un des objectifs de l’opération de 2004 – 2005 était de confirmer l’existence d’éléments architecturaux d’origine, ou d’inspiration italique en contexte laténien. La fouille a validé les premières observations de l’évaluation.

2.1. Les tuiles mises au jour

6Les restes de tuiles recueillis dans les structures laténiennes se retrouvent sur l’ensemble du site, dans toutes les zones et représentent un poids total de 144 kg pour un NMI de 519. On les retrouve dès le début de l’occupation, dans les ensembles clos les plus anciens (F.3039 et F.3246).

7Les éléments mis au jour sont fragmentaires. Aucune tuile, que ce soit une tegula ou une imbrex, n’a été mise au jour entière, ni archéologiquement complète. Cet aspect détritique rejoint celui donné par une grande partie du mobilier céramique. Nous n’avons pas affaire à des tuiles « in situ » témoignant de l’affaissement d’une toiture. Le fait qu’elles soient à l’état de fragments et mélangées avec le reste du mobilier laisse à penser que ces tuiles étaient en situation de réemploi, dans des foyers par exemple, comme le laissent penser des éléments recuits.

8En conséquence, si elles attestent de l’usage de ce type d’architecture en terre cuite à une période ancienne, elles ne permettent pas de localiser un ou des bâtiments dont elles auraient constitué la couverture.

2.2. Morphologie (fig. 2)

9Aucune tuile n’a été recueillie archéologiquement complète ce qui ne permet pas d’appréhender les modules. Pour les tegulae le reste le plus important découvert mesure 26 cm sur 26 cm (F.3246). Quant aux imbrices leur fragmentation ne permet aucune mesure.

10La caractéristique qui permet de différencier les tuiles des niveaux laténiens de Sennecé des tuiles issues des contextes gallo-romains est, comme l’avait relevé Guillaume Verrier dans le rapport de diagnostic de 2003, la forme du rebord des tegulae que l’on pourrait décrire en « quart-de-rond ». Même si la variabilité dans les formes est notable, globalement le rebord présente une arête anguleuse à l’extérieur alors qu’il s’incline nettement vers l’intérieur, présentant un profil arrondi ou en biseau.

Nous constatons d’ailleurs qu’un rebord de tuile provenant des niveaux les plus récents du site, la voie F.2314, correspond davantage au type « gallo-romain » avec un profil « carré ». Sur ce même fragment on note, le long du rebord sur la face supérieure, une gorge identique à celles existant sur les tuiles gallo-romaines classiques. Or ces gorges sont totalement absentes sur les tegulae exhumés dans le remplissage des structures de Sennecé. Ainsi la forme du rebord et l’absence de gorges parallèles aux rebords constituent des éléments discriminants pour reconnaître ces tuiles antérieures à la conquête.

11Une dernière différence est à enregistrer pour ces tuiles anciennes. Sur aucune nous n’avons décelé la présence de marques digitées telles qu’on en rencontre sur les tuiles gallo-romaines.

12Les différences typologiques mises à part, et bien que nous n’ayons pas d’exemplaires complets, les fragments mis au jour nous montrent que les tegulae de Sennecé sont semblables aux tuiles classiques. Le bord de la partie supérieure est interrompu pour permettre de poser la tuile qui vient en amont. Pour la partie inférieure de la tuile le système d’emboîtement au moyen d’une encoche est repérable sur quatre fragments.

13Nous avons donc des tuiles qui correspondent au type classique que l’on retrouvera dans les périodes postérieures.

14À la différence du site de la rue du Souvenir nous n’avons pas de miles faîtières avec des encoches semi-circulaires pour encastrer les imbrices (Desbat 2003). De même il n’existe pas de traces de joints de mortier (Desbat 2003) sur les miles de Sennecé.

2.3. Étude pétrographiques des tuiles (N. Cantin)

15La mise au jour de tegulae et imbrices sur le site de la « ZAC Sennecé-lès-Mâcon » rappelant le mobilier découvert à Vaise à Lyon (profil arrondi, texture des pâtes, abondance d’inclusions argileuses...), nous avons entrepris d’échantillonner les tuiles de Sennecé afin d’observer d’une part l’homogénéité des pâtes et les comparer à celles de la Rue du Souvenir d’autre part.

16Au total douze tuiles (TUI 62 à 65 et TUI 83 à 90) ont pu être étudiées. Deux types d’analyses ont été réalisés sur cet ensemble : la pétrographie et l’analyse chimique par fluorescence X, en dispersion de longueur d’onde.

2.3.1. Résultats de l’étude pétrographique

17D’après l’étude pétrographique, les tuiles échantillonnées se répartissent en trois groupes de composition.

Le groupe A (6 échantillons) rassemble des pâtes présentant beaucoup d’inclusions réparties dans plusieurs classes granulométriques. Ainsi on retrouvera principalement les minéraux isolés dans les fractions fines (50 à 80 µm) et moyennes (250 µm environ) et les fragments de roches dans la fraction grossière (pouvant atteindre jusqu’à 2 mm). Parmi les minéraux isolés on notera la présence de quartz, de feldspaths potassiques (perthitiques parfois), de muscovite et en moindre proportion des feldspaths plagioclases et de la biotite. Les fragments de roche sont de nature granitique et peuvent présenter des signes de déformation (roches cataclasées). On notera également la présence de micaschistes sur certaines lames.

Le groupe B (2 échantillons) se caractérise par des pâtes très grossières avec abondance d’inclusions très mal classées d’un point de vue granulométrique. La fraction grossière est dominante et est constituée de quartz, feldspaths potassiques et plagioclases, ainsi que de fragments granitiques, d’inclusions argileuses et ferrugineuses en abondance. Dans certains cas, ces inclusions rappelleraient des fragments de céramiques vitrifiées. Parmi les minéraux accessoires, seule l’amphibole a été détectée.

Le groupe C (3 échantillons) se caractérise par une fraction granulométrique fine abondante (50 µm), de nature quartzo-feldspathiques pouvant comporter quelques muscovites, et une fraction grossière peu abondante, constituée essentiellement de fragments granitiques (de taille supérieure à 1 mm). Les inclusions argileuses sont également importantes quantitativement.

18Un exemplaire (TUI 89) apparaît en marge de ces trois groupes en raison d’un pourcentage d’inclusions inférieur à celui du groupe A et une fraction fine quasi inexistante. La fraction grossière est abondante et dominante. Elle est principalement constituée de fragments granitiques d’une taille supérieure à 1,5 mm et d’inclusions argileuses.

2.3.2. Résultats de l’analyse chimique

19L’analyse chimique met en évidence une certaine homogénéité des pâtes à l’exception de TUI 88. L’exemplaire TUI 89 montre également quelques différences sur les majeurs (Al203, Si02, Ti02). Il montre également des pollutions sur le phosphore et le baryum. L’analyse confirme par ailleurs que les pâtes sont non calcaires (CaO = 1,57 %) et ont des teneurs en fer relativement élevées (7 à 8 %) (fig. 3).

2.3.3. Comparaison avec les tuiles trouvées sur le site de la « Rue du Souvenir » à Lyon

20Les résultats de l’étude pétrographique et des analyses chimiques laissent entrevoir un rapprochement avec un des groupes mis en évidence lors de l’étude des tuiles de la Rue du Souvenir, le groupe A (Cantin 1999, Cantin et al, 2007).

21En effet, les compositions sont très proches sur l’ensemble des éléments chimiques analysés (majeurs, mineurs et traces) à l’exception du manganèse (Fig. 3). Même si ces résultats doivent être interprétés avec prudence en raison de l’abondance des inclusions de grand diamètre qui influent sur le résultat de l’analyse chimique globale, les convergences minéralogiques sont un argument supplémentaire en faveur d’une même origine géologique des matières premières utilisées pour les tuiles de Sennecé et les tuiles de la « Rue du Souvenir ».

Fig. 3. Moyennes des compositions géochimiques des pâtes de tuiles provenant de Sennecé-lès-Mâcon et celles classées dans le groupe A de la rue du Souvenir à Lyon. Analyses réalisées en fluorescence X en dispersion de longueur d’ondes à l’UMR5138 « Archéométrie et Archéologie » de Lyon (m=moyenne, °/o = écart-type réduit, n = nombre d’échantillons).

Fig. 3. Moyennes des compositions géochimiques des pâtes de tuiles provenant de Sennecé-lès-Mâcon et celles classées dans le groupe A de la rue du Souvenir à Lyon. Analyses réalisées en fluorescence X en dispersion de longueur d’ondes à l’UMR5138 « Archéométrie et Archéologie » de Lyon (m=moyenne, °/o = écart-type réduit, n = nombre d’échantillons).

2.3.4. En conclusion

22Les matières premières utilisées pour la fabrication des tuiles de la Rue du Souvenir à Lyon (groupe A) et de Sennecé-lès-Mâcon sont de même nature. Il s’agit probablement d’argiles d’altération de granites. Dans l’état actuel des connaissances, il est difficile de dire si les tuiles trouvées Rue du Souvenir et celles trouvées à Sennecé-lès-Mâcon peuvent provenir du même lieu de fabrication, sachant que des différences granulométriques ont été observées en pétrographie. Quoi qu’il en soit les résultats sont cohérents avec les matériaux disponibles localement, à savoir les roches granitiques et métamorphiques situées à l’ouest de l’axe Saône-Rhône, depuis le sud de Mâcon, jusqu’au sud de Valence.

23D’autres sites laténiens présentant des matériaux de construction en terre cuite ont été repérés en aval de Lyon (Vienne et Valence), celui de Sennecé-lès-Mâcon s’avère être le seul connu au Nord de Lyon actuellement.

3. LE MOBILIER CÉRAMIQUE (G. Videau)

24Toutes phases confondues, l’ensemble du matériel recueilli sur le site permet de donner quelques chiffres généraux. Globalement, les importations sont majoritairement représentées par des amphores vinaires italiques (177 ind.) auxquelles il faut rajouter huit individus aux provenances diverses (Tarraconaise, Bétique et peut-être Marseille ?). La vaisselle italique reste anecdotique avec des cruches à pâte claire (6 ind.) et des vases (patères et coupes) en campanienne A et B (respectivement 7 et 2 ind.). La céramique indigène regroupe des productions tournées, qualifiées de vaisselle de présentation (124 ind.), et des vases modelés à usage utilitaire ou culinaire (250 ind.). Ces derniers se répartissent principalement entre des pots (155 ind.) et des jattes/écuelles (83 ind.) alors que les récipients tournés, aux formes plus variées, se partagent entre formes hautes (bouteilles, tonnelets, pots et cruches : 54 ind.) et formes basses (jattes/écuelles, assiettes, coupes, bols hémisphériques : 58 ind.).

25Les restes de tuiles sont présents aussi bien dans les contextes anciens que dans les contextes plus tardifs. Il paraît donc important d’examiner plus en détail le faciès céramique précoce qui indique que des matériaux de construction typiquement méditerranéens étaient déjà utilisés dès le IIe siècle av. n. è. à Sennecé. Les ensembles clos tels que le fond de cabane 3039 ou la fosse 2346 illustrent d’ailleurs parfaitement ce phénomène.

26Le faciès LT D1 de Sennecé (fig. 4) se caractérise par la présence d’amphores vinaires tardo-républicaines (48 ind.) qui se partagent entre gréco-italiques récentes (5 ind., n° 1), Dressel 1 anciennes (40 ind., n° 2 ; Poux, Selles 1998) et Dressel 1C (3 ind., n° 3). Le profil majoritairement triangulaire des lèvres de Dressel 1 (près de 70 % des lèvres) et surtout, la présence massive des fragments fabriqués avec une argile de type eumachi ou une pâte marbrée (plus de 50 % des fragments étudiés) sont autant d’indices qui confirment le caractère ancien (Maza 2004) de ces amphores que l’on rencontre généralement dans les contextes de la deuxième moitié du IIe siècle av. n. è. On compte également un individu représenté par quelques fragments à pâte beige micacée qui pourraient appartenir à une amphore marseillaise.

27Les amphores sont classiquement accompagnées de vaisselle importée (autour de 3 % des vases) qui se résume à des fonds de cruche en pâte claire (2 exemplaires) et à 4 individus (fragments de panse ou fonds, n° 4 et 5) en campanienne A qui pourraient se rattacher à des patères de type Lamb. 6 ou Lamb. 36.

28La céramique indigène se répartit inégalement entre la céramique modelée (67 % des vases) et la céramique tournée (30 % des vases). La première catégorie regroupe des vases non tournés, à dégraissant granitique d’origine probablement locale. La couleur de la pâte est difficilement déterminable en raison des nombreuses cuissons secondaires que ces vases, à vocation culinaire, ont subies. Le répertoire se compose d’écuelles/jattes (38 individus) à bord plus ou moins rentrant (n° 10) ou à lèvre éversée (n° 11) et de pots à cuire ou de stockage (87 exemplaires, n° 12 et 13). Ces pots à lèvre éversée possèdent une lèvre plus ou moins renflée et ils sont souvent décorés d’incisions obliques (parfois combinées à des motifs en forme de croix) sur la partie supérieure de la panse. Mentionnons pour être complet la présence anecdotique d’un pot de type Besançon ainsi que la présence de dolia à lèvre éversée biseautée (6 exemplaires, n° 9).

29Les vases tournés à pâte fine rassemblent différents types de pâtes : les vases à pâte claire peints ou non (10 %), les vases d’aspect sombre à pâte noire ou rouge (7 %) et des vases à pâte grise (13 %). Les formes basses sont généralement représentées par des écuelles à bord rentrant ou à bord droit (17 individus), des coupes (2 exemplaires, n° 8) et des bols hémisphériques (2 exemplaires). Les formes hautes rassemblent principalement des vases à liquides. On compte huit bouteilles à lèvre éversée (dont quelques-unes typiques du Mâconnais à lèvre facettée et fond ombiliqué, n° 6 ; Barral 1994), trois cruches et des pots à panse ovoïde à lèvre éversée (12 exemplaires, n° 7) ou lèvre débordante (5 individus).

Fig. 4. Planche synthétique du matériel de La Tène D1.

Fig. 4. Planche synthétique du matériel de La Tène D1.

Bibliographie

Bibliographie

BARRAL P., 1994 – Céramique indigène et faciès culturel dans la vallée de la Saône. Thèse de doctorat, M. Mangin dir., Besançon, université de Franche-Comté, 3 vol.

BARRAL P., GUILLAUMET J.-P., 2000 – Le processus d’urbanisation en pays éduen : un état de la question. In : GUICHARD V., SIEVERS S., URBAN O.-H. dir., 2000 – Le processus d’urbanisation à l’âge du Fer-Eisenzeitliche Urbanisationsprozesse. Glux-en-Glenne, Centre Archéologique Européen du Mont Beuvray, p. 65-72 (Bibracte, 4).

CANTIN N., 1999 – Étude pétrographique et analyse chimique de tuiles datées de la Tène moyenne (Site de la Rue du Souvenir, Lyon). Rapport de DESS. Dijon, Université de Bourgogne.

CANTIN N., DESBAT A., SCHMITT A., 2007 – Tiles from the Lyon area in the 2nd century BC : local products or importation ? In : SY W. éd., 2007- Archaeometric and archaeological approaches to ceramies. Papers présented at EMAC’05, 8th European meeting on Ancient Ceramies, Lyon 2005, p. 95-102 (B.A.R. International series 1691).

DESBAT A., 2003 – Les tuiles en céramique. In : POUX M., SAVAY-GUERRAZ H. et al., 2003 – Lyon avant Lugdunum, exposition au musée de la Civilisation gallo-romaine, 22 mars – 30 novembre 200, Lyon. Gollion, Infolio, p. 136-139.

GOUDINEAU C., PEYRE C., 1993 – Bibracte et les Eduens, à la découverte d’un peuple gaulois. Glux-en-Glenne, Centre archéologique du Mont-Beuvray et Paris, Éd. Errance, 224 p.

MAZA G., 2003 – Les amphores vinaires républicaines découvertes sur le site du « Couvent des Carmélites » à Mâcon. Groupement Archéologique du Mâconnais, 1, p. 6-16.

MAZA G., 2004 – Un emporion à Lougoudounon. In : BRUN J.-P., POUX M., TCHERNIA A. dir. 2004 – Le vin, nectar des Dieux, génie des Hommes, exposition au musée de la Civilisation gallo-romaine, 2004-2005, Lyon. Gollion, Infolio, p. 160-161.

POUX M., SELLES H., 1998 – Vin italique en pays carnute. A propos d’un lot d’amphores Dressel 1 découvert à Chartres, rue Sainte-Thérèse. In : RIVET L. éd., 1998 – Actes du congrès d’Istres 1998. Marseille, Société Française pour l’Étude de la Céramique Antique en Gaule, p. 207-223.

Table des illustrations

Titre Fig.1. Localisation du site et des principales installations de La Tène finale du Mâconnais.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/18146/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 29k
Titre Fig. 2. Morphologie des tuiles gauloises
Crédits (dessins : F. Pont, DAO : P. Jacquet, D. Bathèlemy, Inrap).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/18146/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 389k
Titre Fig. 3. Moyennes des compositions géochimiques des pâtes de tuiles provenant de Sennecé-lès-Mâcon et celles classées dans le groupe A de la rue du Souvenir à Lyon. Analyses réalisées en fluorescence X en dispersion de longueur d’ondes à l’UMR5138 « Archéométrie et Archéologie » de Lyon (m=moyenne, °/o = écart-type réduit, n = nombre d’échantillons).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/18146/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 110k
Titre Fig. 4. Planche synthétique du matériel de La Tène D1.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/18146/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 77k

© ARTEHIS Éditions, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search