Version classiqueVersion mobile

De l’âge du Bronze à l’âge du Fer en France et en Europe occidentale (Xe-VIIe siècle av. J.-C.)

 | 
Henri Gaillard de Sémainville

Thème régional la moyenne vallée du Rhône aux âges du fer, actualité de la recherche

L’occupation du sol dans l’est lyonnais de la fin de l’âge du bronze à la fin de l’âge du fer

Cécile Ramponi

Résumé

Le recensement des sites archéologiques de la fin de l’âge du Bronze final à la fin de l’âge du Fer dans la plaine de l’Est lyonnais est l’occasion de faire un point sur les données engrangées à ce jour. L’étude de leur répartition suivant les entités géomorphologiques et la topographie, la quantification des espaces explorés et des structures retrouvées sont des pistes permettant de proposer une première vision des installations humaines au cours de l’âge du Fer sur ce petit territoire.

Texte intégral

INTRODUCTION

  • 1 Je remercie ici les responsables d’opérations Inrap qui ont bien voulu que je puise dans les opérat (...)

1La plaine de l’Est lyonnais, désignée sous le nom de Velin à l’époque médiévale, voit, depuis les années 1970, l’expansion de l’agglomération de la 3e ville de France. Depuis une quinzaine d’années, avec le développement de l’archéologie préventive, les sondages et les fouilles s’y sont multipliés. Une grande partie des découvertes se rapporte à la Protohistoire (âge du Bronze, âge du Fer) et si à ce jour une centaine de points de découvertes (de l’objet isolé aux sites de plusieurs hectares) sont à signaler, seule une partie d’entre eux est publiée1.

2Les sites sur lesquels s’appuie notre démonstration concernent la période allant de la fin de l’âge du Bronze (950 à 750 av. J.-C.) à la fin de l’âge du Fer. 45 points de découverte (fouille, diagnostic, suivi de travaux...) ont été recensés, qui correspondent à 30 sites du Bronze final 3b/Hallstatt C, 4 sites de la période de Hallstatt D3, 4 sites de La Tène C et 12 sites de La Tène D. Certaines de ces opérations ayant révélé plusieurs périodes d’occupation et certains sites ayant pu être fouillés en plusieurs fois (Vénissieux Vieux-bourg et quelques sites de Saint-Priest), il est préférable d’indiquer le nombre de sites par période, après avoir regroupé les opérations correspondant à la même implantation humaine (unité de lieu et de temps). Nous arrivons ainsi à un total de 50 sites.

3Issu d’un diplôme universitaire (Ramponi 2004), le travail présenté ici se base sur un recensement des points de découverte, mais n’a pas donné lieu à une réinterprétation des séries céramiques. Toutefois quelques planches de mobilier inédit sont présentées afin de mieux fixer le contexte chronologique et culturel.

4L’intérêt d’un tel travail était d’observer ces découvertes sous plusieurs angles, parmi lesquels deux sont proposées ici : celui de leur positionnement par rapport au substrat et à la topographie. Celui de la représentativité des informations en notre possession, période par période.

5Le but ultime étant de mieux appréhender les futures fouilles, mieux les comprendre et répondre plus vite et le plus en amont possible aux questions qui se poseront.

1. CADRE GÉOMORPHOLOGIQUE ET POSITIONNEMENT DES SITES

1.1. Cadre géomorphologique

6La plaine de l’Est lyonnais est comprise dans un rectangle d’environ 25 km sur 22 km, circonscrite par le Rhône au nord et à l’ouest, la Bourbre à l’est, et les balmes viennoises au sud. Son relief s’inscrit dans un ensemble géomorphologique spécifique, fortement conditionné par les glaciations qui ont marqué le début du Quaternaire et au plus la fin du Tertiaire (Mandier 1984). Les formations superficielles sont donc relativement récentes (fig. 1).

7Sur un fond molassique du Miocène, les glaciations du Riss en déposant leurs moraines de fond ont formé les buttes les plus hautes (de Genas à Décines, de Grenay à Bron, de Vénissieux à Solaize, Temay). Ce sont des moraines dites radiales, essentiellement composées de galets de quartzite et de calcaires. Lors de la dernière glaciation du Würm, le front du glacier ne dépasse pas Grenay et les dépôts de moraine frontale s’étendent selon une ligne nord-sud d’Heyrieux à Villette-d’Anthon. Cependant le réseau hydrographique des eaux de fonte qui en résulte, entaille plus ou moins fortement la molasse Miocène ainsi que les moraines de la période précédente, créant des couloirs (Corbas, Bron, Jonage) dits en doigts de gants. Ces derniers forment, entre les collines, des terrasses fluvio-glaciaires, au relief peu marqué, voire totalement plan, au modelé conditionné par les multiples avancées, mais surtout les retraits du glacier du Rhône effectués entre le Würm ancien et le Würm récent. Les dépôts de fonte, qui constituent ces terrasses, sont composés d’alluvions grossières, de cailloutis de tailles diverses, entrecoupés de lentilles sableuses. Parallèlement, des vents violents déposent des lœss sur les reliefs les plus marqués (ceux du Riss) qu’ils empâtent et atténuent en partie.

8À l’Holocène se forment les plaines alluviales avec, pour celle du Rhône, une sédimentation particulièrement active résultant du débit et des fluctuations du cours du fleuve. Les études conjointes des archéologues et des géomorphologues (Bravard et al. 1997), sur les sites lyonnais, ont montré une stabilité du débit du fleuve durant l’âge du Bronze. En revanche, ce dentier reprend un débit torrentiel au cours du 1er âge du Fer avant de retrouver une certaine stabilité au cours du Second âge du Fer.

9Honnis le rôle fortement érosif du Rhône et l’action mécanisée de l’homme, il est donc admis que le relief actuel n’a pas évolué autrement que par érosion lente depuis le Würm récent, c’est-à-dire environ 15000 ans BP. Il en résulte une sédimentation lente, caractérisée par l’accumulation des sédiments en bas de pente ou dans les creux des ondulations des buttes morainiques et lœssiques, ainsi que par le comblement des paléochenaux des plaines fluvio-glaciaires.

1. 2. Emplacement des sites

10Il est généralement admis que la conservation des sites archéologiques est favorisée par la possibilité d’accumulation des sédiments, notamment en bas de pente et dans les paléoreliefs des buttes morainiques et lœssiques ainsi que dans les paléochenaux des plaines. En revanche, les plaines fluvio-glaciaires ou fluviales, les unes en raison d’une absence de morphogénèse et les autres par des fluctuations incontrôlables, sont réputées vierges de vestiges ou non attractives pour des installations humaines pérennes.

Fig. 1. Localisation des sites de la fin de l’âge du Bronze à la fin de l’âge du Fer et formations quartenaires de la plaine de L’Est lyonnais (fonds de plan Mandier 1984, modifié Franc 2005).

Fig. 1. Localisation des sites de la fin de l’âge du Bronze à la fin de l’âge du Fer et formations quartenaires de la plaine de L’Est lyonnais (fonds de plan Mandier 1984, modifié Franc 2005).

1 : Bron (69) " Z.A.C. des jardins du Fort" ;
2 : Chaponnay (69) " Gravier d'Aillon " ;
3 : Chassieu (69) " l'Epine ";
4 : Chavanoz (69) " la Plaine " ;
5 : Colombier-Saugnieu (69) " Champ-Vallet " ;
6 : Communay (69) " le Plan, la Raze de la Dame " ;
7 : Corbas (69) " B.U.S. rue du Fort " ;
8 : Corbas (69) " B.U.S. Grand-Champ " ;
9 : Corbas (69) " Portes de Corbas " ;
10 : Corbas (69) "Les Romanettes nord" ;
11 : Corbas (69) "Les Verchères" ;
12 : Decines-Charpieu (69) "Le Sablon" ;
13 : Décines-Charpieu (69) "Parc des Ruffinières" ;
14 : Feyzin (69) "le Rosier" ;
15 : Genas (69) " Sous Genas" ;
16 : Genas (69) "Le Clos du Belvédère" ;
17 : Genas (69) "Azieu, rue de l'Etang" :
18 : Janneyrias (38) "La Garenne" ;
19 : Janneyrias (38) "Le Vière" ;
20 : Jons (69) "Les Batailles" ;
21 : Jons (69) " Sur les Paisses" ;
22 : Lyon 7e (69) "Ilot du Repos, rue des 3 pierres" ;
23 : Meyzieu (69) "La Chapelle" ;
24 : Meyzieu (69) "Les Hermières" ;
25 : Meyzieu (69) "Sur Genas" ;
26 : Meyzieu (69) "Les Tâches" ;
27 : Pusignan (69) "Mont-Roux" ;
28 : St-Priest (69) "Le Réservoir" ;
29 : St-Priest (69) "Les Perches" ;
30 : St-Priest (69) "Bassins Minerve-Europe" ;
31 : St-Priest (69) "B.U.E. Les Luêpes" ;
32 : St-Priest (69) "Les Feuilly" ;
33 : St-Priest (69) "Les Hauts-de-Feuilly" ;
34 : St-Priest (69) "Manissieux, rue Jules Vernes" ;
35 : St-Quentin-Fallavier (38) "Campanoz" ;
36 : Solaize (69) Le Pain de Sucre, les Tuillières" ;
37 : Vénissieux (69) "Vieux-Bourg, Gambetta" ;
38 : Vénissieux (69) "Vieux-Bourg, place de la Paix" ;
39 : Vénissieux (69) "Vieux-Bourg, Ilots F et L" ;
40 : Vénissieux (69) "Vieux-Bourg, Ilot D" ;
41 : Vénissieux (69) "Vieux-Bourg, Rue Gambetta, Ilots B1-2-3" ;
42 : Villette d'Anthon (38) "Les Communaux d'Arésieux" ;
43 : Villette d'Anthon (38) "Les Chapelles" ;
44 : Villette d'Anthon (38) " Charvas sud" ;
45 : Villette d'Anthon (38) "Les Communaux de Charvas".

11L’observation de la répartition des sites archéologiques comprenant des structures en creux, pour la période couvrant l’extrême fin de l’âge du Bronze à la fin de l’âge du Fer, indique que 27 d’entre eux sont situés sur un substrat moraino-lœssique, 8 sur les plaines fluvio-glaciaires, 15 sur les dépôts morainiques frontaux, ondulés du Würm, et qu’aucun n’a été retrouvé dans les dépôts alluviaux du Rhône. De cette distribution se dégage une sur-représentativité des sites implantés sur les dépôts moraino-lœssiques, suivis par ceux des reliefs induits par les moraines frontales würmiennes. Les possibilités d’accumulations dans ces zones ondulées favorisent la conservation des installations, d’autant plus que les structures retrouvées dans ces contextes sont moins arasées que celles mises au jour dans la plaine ; exception faite des sites situés en bas de pente. L’autre information à prendre en compte est que, contrairement aux idées reçues, des sites, même mal conservés, sont présents dans la plaine fluvio-glaciaire. Cette répartition des implantations suivant le substrat se constate pour le Bronze final 3b/Hallstatt C ainsi que pour La Tène finale (tab.1). Le corpus des sites pour les périodes de Hallstatt D et de La Tène moyenne n’étant pas assez représentatif.

12La répartition de ces mêmes points de découverte, en fonction de leur emplacement topographique, indique une légère domination des sites localisés sur les buttes. Toutefois et compte tenu des reliefs peu marqués de la zone concernée, on pourrait dire que les populations protohistoriques ne négligent aucune position topographique. Pour aller plus loin dans l’étude, il faudrait y ajouter des informations sur la nature des occupations. Malheureusement cette analyse est restreinte par notre connaissance très souvent partielle de l’étendue des sites, s’accompagnant d’une identification imprécise du type d’établissement et des activités qui y sont pratiquées, d’autant plus que peu d’études paléoenvironnementales sont réalisées pour nous aider à connaître la nature des terroirs. Une telle mise en correspondance pourrait pourtant nous aider à appréhender le rapport entre type d’installation, emplacement topographique et nature du sous-sol.

13Ainsi, la vision d’installations exclusivement localisées sur les buttes, qui jusqu’à présent semblait privilégiée en raison de la qualité actuelle des sols et d’une position topographique dominante, est à relativiser. Nos connaissances dépendent certainement autant des conditions de conservation des vestiges suivant les secteurs, que de la localisation des fouilles, situées principalement sur les zones denses en vestiges : le cœur des habitats. Aucune zone n’est donc à exclure d’emblée pour appréhender les choix d’implantations humaines au cours de la Protohistoire.

2. CARACTÉRISATION ET REPRÉSENTATIVITÉ DES DÉCOUVERTES PAR PÉRIODES CHRONOLOGIQUES

14La présentation des découvertes se base uniquement sur les sites avérés par des structures en place. Ont été écartées les découvertes anecdotiques de mobilier céramique souvent mal daté, le mobilier trouvé en prospection ou dans des colluvions ainsi que les découvertes anciennes. La quantification des structures se base uniquement sur celles datées. Ainsi, sur les sites multi-périodes, la juxtaposition presque parfaite des occupations de la préhistoire récente jusqu’à la période antique ou médiévale multiplie les possibilités de dévolution chronologique des structures sans mobilier, surtout si celles-ci sont creusées directement dans le substrat. À Saint-Priest (Luêpes et Feuilly) un travail de datation des unités stratigraphiques a été entrepris par O. Franc (Franc 1999 et 2005) afin de proposer un rattachement chronologique à ces structures. Au final, sur le site des Feuilly, nous proposons une attribution chronologique pour 61,4 % des structures (1075), grâce à cette méthode. Même s’il y a toujours une marge d’erreur, il faut imaginer que, sans elle, 73 % des structures resteraient sans attache chronologique, même relative.

Tab. 1. Répartition des sites suivant leur chronologie, le substrat et leur position topographique.

Tab. 1. Répartition des sites suivant leur chronologie, le substrat et leur position topographique.

15Il faut par ailleurs garder à l’esprit que la vision que nous renvoie la carte des découvertes est très majoritairement celle des grands travaux routiers, TGV, autoroute, contournement de Lyon, ZAC, lotissements...

2.1. Le Bronze final 3b/Hallstatt C (950 à 650 avant J.-C.)

16La fin de l’âge du Bronze ou le tout début de l’âge du Fer est la période la plus documentée avec 30 points de découverte. Une partie de ces sites n’est pas publiée et l’absence de travail de synthèse sur les mobiliers céramiques ne nous permet pas ici de séparer clairement les données d’un point de vue chronologique. Nous proposons cependant de présenter ici le mobilier de sites inédits (fig. 2 à 5). Ces planches sont complétées par le mobilier présenté dans l’article de F. Thiériot et J.-M. Treffort dans ce volume. Le mobilier de cette période mis au jour dans l’Est lyonnais est toutefois assez nombreux pour à terme permettre une sériation typochronologique fine. Un travail de synthèse permettrait de relancer les problématiques liées aux mutations observées dans la culture matérielle et dans l’organisation socio-économique à partir de la première partie du VIIIe siècle avant J.-C., dans la haute vallée du Rhône et le sud jurassien (Vital 1992 ; Vital dir. 1993).

Fig. 2. Céramiques Bronze final 3b/Hallstatt C.

Fig. 2. Céramiques Bronze final 3b/Hallstatt C.

Tab. 2. Découvertes du Bronze final 3b et Hallstatt C de l’Est lyonnais.

Sites

Superficie fouillée

Superficie mini de l’occupation

Type d’occupation

Structures et quantité

2 – Chaponnay (38), Gravier d’Aillon (ST-Nourissat, Godard, Franc 2000)

6 m2

Inconnue

Indéterminé

F : 1.

3 – Chassieu (69), l’Epine (FP-Coquidé, Vermeulen 1999)

40 000m2

Isolée

Artisanal ?
Rituel ?

Ns : 1 ; Fcg : 1 ; F : 2.

5 – Colombier-Saugnieu (69), Champ Vallet (FP-Jacquet 2001b)

800 m2

+ de 1 000 m2

Habitat, artisanat ?

Fc : 2 ; Fy : 1 ; Fcg : 1.

7 – Corbas (69), Portes de Corbas (D- Constantin, Kuntz 1998)

sondages

Isolée

Indéterminé

F : 1.

8 – Corbas, B.U.S. (69), Grand Champ (FP-Ramponi 1998)

20 255 m2

presque
20 000 m2

Habitat

Fs : 9 ; F : 11 ; Fc : 4 ; TPc ; Vs :
1 ; Fcg : 3

10 – Corbas (69), Les Verchères (D-Ramponi 2006)

837 m2

Inconnue

Indéterminé

F : 1.

11 – Décines-Charpieu (69), Le Sablon (D-Gallia info 1996)

575 m2 en sondages

Inconnue

Habitat ?

F : 1 ; TP : 9.

12 – Décines-Charpieu (69), Parc des Ruffinières (D-Excoffier, Convert, Diaz 1993)

950 m2 en sondages

Inconnue

Indéterminé

F ou Fy : 2 ; Ns ?

13 – Feyzin (69), Le Rosier (ST-Bouvier, Vérot-Bourrely 2003)

14 m2

Isolée

Indéterminé

Fc : 1.

14 – Genas (69), Sous-Genas (FP-Vital 1997)

2 963 m2

+ de 2 000 m2

Habitat

F : 5 ; Fcg : 1

15 – Genas (69), Le Clos du Belvédère (D-Martin, Marchianti, Hénon 1999)

150 m2

Inconnue

Indéterminé

F : 3 ; Fy : 2 ; 1 niveau de sol ?

17 – Janneyrias (38), La Garenne (FP-Sergent Sekhari, Vérot-Bourelly 2001)

3 100 m2

+ de 3 000 m2

Indéterminé

Sol aménagé, F : 8 ; TP : 3 ;
Fy : 1 ; Fc : 1.

19 – Jons (69), Les Batailles (FP-Hénon 2001/2002)

10 000 m2

Env. 1 000 m2

Habitat ?

F : 21 ; TP : 2.

20 – Jons (69), Sur les Paisses (D-Gallia info 1997)

360 m2

Au moins 360 m2

Habitat ?

F : 21 ; TP : 2.

21 – Lyon (69), 7e Ilot du Repos (FP-Gallia info 1996)

600 m2

– de 10 m2

Indéterminé

Fcg : 1

22 – Meyzieu (69), La Chapelle (FP-Coquidé, Vermeulen 1995)

15 000m2

+ de 9 500 m2

Habitat ?

Fs : 2 ; F : 18 ; TP : 43 ; TPc : 2
Fy : 14 ; Fcg : 4.

23 – Meyzieu (69), Les Hermières (FP-Jacquet 1995, Hénon, Jacquet 2003)

Env. 3 500 m2

200 m2

Artisanal, rituel ?
Habitat ?

Fcg : 6

25 – Meyzieu (69), les Tâches (FP- Coquidé, Vermeulen 1994)

6 000m2

Inconnue

Habitat

Fond de cabane

26 – Pusignan (69), Mont-Roux (FP-Gallia info 1996)

3 000 m2

Inconnue

Indéterminé

8 structures en creux ind.

27 – Saint-Priest (69), le Réservoir (FP-Gallia info 1996)

6 000m2

Inconnue

Indéterminé

Fy : 4 ; 2 épandages de galets thermofractés

28 – Saint-Priest (69) Les Perches (FP-Hénon 1997, Hénon 2001)

30 000 m2

Estimée à + de 50 000 m2 + env. 1 200 m2

Habitat

Fs : 21 ; Fc : 23 ; Fy 8 ; F : 25 ;
TPc : 68 ; Vs : 1 ; Fcg : 9

29 – Saint-Priest (69), Bassins Minerve-Europe (FP-Bellon 2001)

3 000m2

+ de 3 000m2

Habitat ?
Funéraire

TPc : 7 ; Fy : 17 ; Fo : 1 ; 3 bâtiments, 1 inci : (tumulus ?)

30 – Saint-Priest (69) Les Feuilly (FP-Hénon, Ramponi, Franc dir. en cours)

62 822 m2

+ de 7 500 m2

Habitat

Fs : 3 ; F : 7 ; Fc : 12 ; Fcg :
5 ; TP

32 – Saint-Priest (69), Hauts-de-Feuilly, zone 1 (FP-Jacquet 2001a)

3 800 m2 et
1 100 m2

800 m2

Indéterminé

Fcg : 5

33 – Saint-Priest (69), Manissieux, rue Jules
Verne (D-Hénon 2003)

1 374 m2

6 000 m2 supposé

Habitat ? artisanat ?

F : 2 ; TP, Fcg : 1 ; Fc : 1 ; Fs :
1 ; P : 1,1 aire de grillage

34 – Saint-Quentin-Fallavier (38), Campanoz (D-Nourissat 2002)

28 m2

Inconnue

Indéterminé

Fcg : 3, TP : 2

35 – Solaize (69), Le Pain de Sucre (F-Combier, Thévenot, Vilain 1959, Gallia
Préhistoire 1959, 1961, 1963)

Inconnue

Inconnue

Indéterminé

F ; Fy

40 – Vénissieux (69), Ilot B2 (FP-Vicard, Nourissat 2001)

1500 m2

Isolée

Indéterminé

TP : 1

41 – Villette-d’Anthon (38), les Communaux d’Arésieux (FP-Gallia info 1996)

7 500 m2

Isolée

Indéterminé

Fcg : 1

42 – Villette-d’Anthon (38), Les Chapelles (FP-Bouvier, Thollon-Pommerol 1990)

Inconnue

Isolée

Indéterminé

Fcg : 1

43 – Villette-d’Anthon (38), Charvas Sud (D-Gallia info 1996)

Env. 200 m2

Inconnue

Indéterminé

Fcg : 1 ; Ns : 1

Sites :
DA : découverte ancienne, D : sondage ou diagnostic, F : fouille ; FP : fouille préventive, ST : suivi de travaux ; les numéros renvoient à la fig. 1.
Structures : F : fosse ; Fc : fosse carrière ; Fcg : fosse de combustion à galets ; Fo : four ; Fs : fosse de stockage ou silo ; Fy : foyer ; Ns : niveau de sol ;
P : puits ; TP : trou de poteau, TPc : trou de poteau avec calage.

17Les sites se répartissent sur l’ensemble de la zone étudiée et on peut juger de la densité des installations principalement grâce aux linéaires (TGV, autoroutes...). Ainsi, il y a respectivement 1,5 km entre Jons « les Batailles » et Villette-d’Anthon « les Chapelles » puis « les Communaux d’Arésieux » ; un peu plus d’1,5 km entre les deux sites de Décines ; presque 2,3 km entre Décines-Charpieu « les Ruffinières » et Chassieu « l’Épine » ; environ 600 m entre Chassieu « l’Épine » et Genas « Sous-Genas » ; respectivement 2 km et 2,5 km entre Chassieu « l’Épine », Genas « Sous-Genas » et les sites juxtaposés de Meyzieu « la Chapelle » et « les Hermières » ; 1,5 km à vol d’oiseau entre les deux sites de Saint-Priest « le Réservoir » et « Manissieux Jules Verne » ; environ 3 à 3,5 km entre ces deux sites et ceux du Parc technologique de la porte des Alpes (Perches, Minerve-Europe, Feuilly et Hauts-de-Feuilly) qui sont situés dans un cercle de 1,5 km.

18Les installations mises au jour sont de fonctions diverses. On y retrouve des habitats, des zones artisanales et un seul espace funéraire, alors que presque les deux tiers demeurent de fonction indéterminée en raison du peu de structures ou de mobilier retrouvé, que ce soit en fouilles ou lors de diagnostics. Notons tout de suite l’absence de nécropoles, malgré l’expansion visible de l’homme sur ce territoire. Les sites les plus importants, généralement considérés comme des habitats, sont ceux de Corbas « Grand-Champ », Meyzieu « la Chapelle » associé à « les Hermières », Saint-Priest « Les Perches » associé à « les Feuilly », « Bassins Minerve-Europe » et « les Hauts-de-Feuilly », ainsi que dans une moindre mesure celui de Jons « les Batailles » (fig. 6). Ce dernier site est une exception car il est le seul à présenter un groupement dense de fosses, sans caractéristiques particulières, sur environ 1 000 m2. Un site uniquement sondé, celui de Saint-Priest « Manissieux-Jules Verne », semble prometteur, non seulement en raison des structures retrouvées – aire de grillage, four à sole perforée – que par l’apport de son mobilier pour une sériation typochronologique avec du mobilier du Hallstatt C (fig. 5).

19À l’image de Corbas « Grand-Champ », ces installations peuvent se retrouver sur plusieurs hectares avec une répartition lâche des structures (fig. 6). Sur ce site, ont été retrouvés, sur les 2 hectares décapés, des fosses d’extraction de terre, probablement pour la construction de bâtiments, des fosses de stockage, une probable fosse atelier et des fosses de combustion à galets. Ces dernières se présentent sous la forme de fosses principalement rectangulaires mais parfois circulaires, contenant des galets thermofractés, sur lit de charbon. Ces fosses sont connues dans d’autres régions depuis le Néolithique et jusqu’à la période de La Tène. Dans l’Est lyonnais elles se rencontrent presque exclusivement à la transition Bronze/Fer. On en recense 55 sur 14 sites. Trouvées seules ou en batterie, au sein d’un habitat ou à sa marge, plusieurs fonctions leur ont été attribuées : culinaire, servant à la torréfaction, comme sauna, funéraire ou pour des banquets intercommunautaires (Hénon, Jacquet 2003).

20Des plans de bâtiments sont par ailleurs identifiables, parmi lesquels au moins un grenier. Toutefois, la présence dans les mêmes espaces de structures du Bronze final 1 ne permet pas de déterminer si les négatifs de poteaux retrouvés sur le site sont tous contemporains ou non de la transition Bronze/Fer. On remarque toutefois que les espaces où se développent les structures de maintien sont exempts d’aménagements fossoyés et de rejets anthropiques. La répartition des céramiques dans les structures fait ressortir une zone centrale contenant la totalité du mobilier, alors qu’au sud-est de l’implantation, d’énormes fosses ne contiennent presque aucun rejet. Si on part du principe que les rejets se retrouvent à proximité des activités de la vie quotidienne, les fosses de stockage, dont certaines sont groupées, ainsi que les fosses de combustion à galets, se trouveraient dans le voisinage des habitations.

21À Meyzieu « les Chapelles » et « les Hermières » (fig. 6), deux pôles d’activité, distincts dans leur localisation et dans leur organisation, correspondent certainement à une même implantation. D’un côté, l’installation se compose de zones de concentration de trous de poteaux, dont certains forment des départs de bâtiments ou de greniers, ainsi qu’une série de petits foyers en cuvette, et de l’autre on retrouve 6 fosses de combustion à galets placées en batterie. Le mobilier céramique, inclus dans les rares niveaux de sol conservés, pourrait témoigner de la proximité d’un habitat alors qu’aucune fosse de stockage n’est avérée. Bien que les activités pratiquées ici nous échappent, on remarque encore une fois leur séparation volontaire ou nécessaire.

22Les fouilles du Parc technologique de Saint-Priest, avec 13,3 hectares décapés, pourraient confirmer cette sectorisation des activités (fig. 7). Aux Perches, dans la zone 1, on remarque une forte concentration de structures en creux avec des trous de poteau signalant des bâtiments – maisons, étables ou greniers – situés non loin de fosses d’extraction. Des fosses de stockage ainsi que des jarres semi-enterrées, des foyers et des fosses de combustion à galets les accompagnent sur au moins 5 hectares. Les grandes fosses d’extraction sont alignées au nord du site et semblent limiter l’installation. La quantité de ces fosses d’extraction de terre pourrait être un indice de l’importance de l’établissement ou de sa pérennité dans le temps. Sur la même fouille, à 600 m de cet habitat, se retrouvent quelques fosses, probables restes d’une implantation moins dense. Aux Feuilly, a également été retrouvé ce même type de grandes fosses, accompagnées de calages et de trous de poteau, indiquant soit la suite du gros habitat des Perches, soit un habitat distinct (fig. 7 et 8). Sur d’autres zones de ce même site des fosses isolées ainsi que deux secteurs, l’un comprenant des concentrations de fosses de combustion à galets et l’autre le même type de fosse avec deux fosses carrières, ont également été mis en évidence. Sur le site des Hauts-de-Feuilly, situé à un peu plus d’1 km des Perches, l’extrême fin de l’âge du Bronze ou début de l’âge du Fer est encore une fois représenté par des fosses de combustion à galets, organisées en batterie et semble-t-il à l’écart de toute autre installation. Toutes ces occupations, même si on ne peut certifier leur stricte contemporanéité, pourraient s’organiser ensemble. En effet, le fait que chacune d’elles, par le type et le nombre de structures retrouvées, semble avoir une fonction différente tend à montrer un agencement délibéré de la vie communautaire.

Fig. 3. Céramique Hallstatt C de la fosse 2 de Corbas « Les Verchères » (dessins J.-M. Treffort).

Fig. 3. Céramique Hallstatt C de la fosse 2 de Corbas « Les Verchères » (dessins J.-M. Treffort).

Fig. 4. Sélection de céramiques Hallstatt C du site de Corbas (Rhône) « Crand-Champ » (dessins P. Jacquet).

Fig. 4. Sélection de céramiques Hallstatt C du site de Corbas (Rhône) « Crand-Champ » (dessins P. Jacquet).

Fig. 5. Echantillon de la céramique du Hallstatt C de Saint-Priest « Manissieux » (dessins Ph. Hénon, d’après Hénon et al. 2003).

Fig. 5. Echantillon de la céramique du Hallstatt C de Saint-Priest « Manissieux » (dessins Ph. Hénon, d’après Hénon et al. 2003).

23Malgré une implantation humaine forte sur ce petit territoire une seule sépulture a été mise au jour sur le site des Bassins Minerve-Europe à Saint-Priest. Il s’agit d’une crémation en urne placée à l’intérieur d’un bâtiment à abside, située en contrebas des zones habitées (Bellon 2001 et fig. 8). Sur ce même site, deux autres bâtiments ont été dégagés. Si ces installations sont contemporaines, il s’agirait du seul site de la Protohistoire de l’Est lyonnais associant un habitat et un espace funéraire.

24L’abondance des sites pour la période du Bronze final 3b/Hallstatt C dans l’Est lyonnais et la relative variété des types d’implantations proposés traduisent certainement une complexification de l’espace social. C’est la première période pour laquelle on a à la fois de gros habitats groupés, des habitats isolés (?) et, avec les fosses de combustion à galets, des zones spécifiques d’activités (fig. 9). Ce constat corrobore l’idée qu’à partir de la phase moyenne du Bronze final, il y a une augmentation de la population. Dans notre microrégion, nous ne pouvons préciser si ces implantations sont contemporaines ou légèrement diachroniques, si elles procèdent d’une délocalisation de l’habitation sous la pression sécuritaire ou seulement sous l’impulsion d’une gestion ordonnée des sols, avec une rotation des cultures et des lieux de vie. Les thèses selon lesquelles la période, sous l’accroissement de la population et de la compétition, voit un regroupement des communautés dans une stratégie de défense, ne sont pas perceptibles ici. Seule la présence sur de nombreux sites de structures de combustion à galets, probables témoins de banquets entre communautés, participerait à la démonstration de l’affirmation d’un pouvoir.

Tab. 3. Découvertes du Hallstatt D de l’Est lyonnais (légende : cf. tableau 2).

Sites

Superficie fouillée

Superficie de l’occupation

Type d’occupation

Structures et quantité

6 – Communay (69), La Raze de la Dame (FP-Sandoz, Thiériot, Vital 1993)

4 000 m2

+ de 1 000 m2

Indéterminé

F : 1 ; TPc : 3 ; 1 fossé

9 – Corbas (69), Les Romanettes Nord (ST-Nourissat, Godard, Franc 2000)

2 m2

Inconnue

Indéterminé

1 fosse

28 – Saint-Priest (69), Les Perches (FP)– Hénon 1997

30 000 m2

Env. 12 000 m2

Habitat ?

1 inci ?; Fs : 4 ; TPc : 35 ; F :
4 ; Fy : 1

30 – Saint-Priest (69), B.U.E. les Luêpes (FP-Ramponi, Franc 2003)

31 900 m2

7 500 m2 et + de 15
000 m2

Habitat

Fs : 19 ; Fc : 23 ; F : 20 ;
Fcg : 2 ; TP : 22 TPc : 52 ;
Fy : 12 ; Ns

31 – Saint-Priest (69), Les Feuilly (FP- Hénon, Ramponi, Franc dir. en cours)

62 822 m2

+ de 6 000 m2

Habitat
Funéraire

Fs : 13 ; F : 23 ; Fc : 3 ;
TPC : 2 ; TP : 2 ; 1 bûcher ?
funéraire, Ns : 2

37- Vénissieux (69), Place de la Paix (FP-Joly 2001)

1 500 m2

Env. 1 200 m2

Habitat

Fs : 1 ; F : 10 ; Fy : 1 ; TPc :
1

39 – Vénissieux (69), Ilot D (FP-Joly 2001)

1 200 m2

+ de 500 m2

Habitat ?

Fs : 1 ; Fc : 1 ; F : 5

40 – Vénissieux Ilots (69), B1-2-3 (FP-Vicard, Nourissat 2002)

620 m2 +
1500 m2

Env. 2000 m2

Habitat

Ns : 1 ; Fs : 6 ; F : 28 ; Fy : 1
tp : 104

2.2. La période du Hallstatt D (650 À 450 avant J.-C.)

25La période de Hallstatt D dans l’Est lyonnais est représentée par un nombre assez limité de sites (tab. 1 et 3). Nous ne nous étendrons pas sur les découvertes de Corbas et de Communay qui ne sont pas assez étoffées pour permettre la reconnaissance du type exact d’installation. Seules les fouilles de Saint-Priest et de Vénissieux « Vieux-Bourg » ont permis de fouiller des occupations importantes situées plus précisément à la toute fin du 1er âge du Fer, soit le Hallstatt D3 (510-450 avant J.-C.). Suivant les auteurs des études céramiques, l’attribution chronologique de ces sites est placée uniquement dans le Hallstatt D3 ou a cheval sur cette période et La Tène A. Cette distinction se base généralement sur les céramiques d’importation, les petits objets métalliques ou en verre étant quasiment absents. De manière générale sur ces sites on constate la rareté des céramiques d’importation (tab. 4, fig. 11, Sergent, Ramponi et coll. dans ce volume et Nourissat dans ce vol) par comparaison avec les sites de Lyon-Vaise où une moyenne de 14 % de ces mobiliers est retrouvée (Bellon, Franc et coll. dans ce volume).

26À Vénissieux, ce sont au total pas moins de 156 aménagements qui ont été mis au jour pour un espace fouillé de 4800 m2. Le cœur du site actuellement reconnu se trouve à l’emplacement de l’îlot B (Nourissat dans ce volume) et on peut penser qu’il s’étend vers le sud et également vers le nord sur une superficie minimum estimée à 7500 m2. Sur l’îlot B, un grand bâtiment d’une superficie de 36 m2 a été distingué de manière certaine, alors que des poteaux placés plus au nord pourraient aussi bien correspondre à plusieurs bâtiments qu’à un enclos. Le foisonnement et le rapprochement des structures de maintien sur cette fouille posent un problème pour la reconnaissance des plans de bâtiments se superposant et se succédant dans le temps. Un niveau de sol a également été conservé. La présence de fosses de stockage à proximité de ces probables bâtiments d’habitation conforterait un schéma entrevu lors des fouilles de Saint-Priest. Il faut cependant rester prudent sur l’organisation interne des sites de Vénissieux (Hallstatt D3, Tène C et D) en raison de la relative étroitesse des surfaces fouillées et des fortes perturbations entraînées par les installations anthropiques postérieures (Antiquité et surtout du Moyen Âge à nos jours).

Tab. 4. Mobilier d’importation du Hallstatt D3 retrouvé sur les sites (d’après les D.F. S).

Sites/Mobilier (nbr tessons)

Amphore massaliète

Céramique tournée à pâte claire

Céramique grise monochrome

% importations sur total du mobilier céramique des sites

Saint-Priest Les Perches

Non quantifié

Non quantifié

0

/

Saint-Priest Les Luêpes

172

29

0

4 %

Saint-Priest Les Feuilly

50

232

1

10,7 % (4.7 % sans la zone funéraire)

Vénissieux Place de la Paix

29

Non quantifié

0

/

Vénissieux îlots B1-B3

6

15

0

/

Vénissieux îlot B2

29

57

0

3,8 %

Fig. 6. Exemples de sites du Bronze final 3b/Hallstatt C.

Fig. 6. Exemples de sites du Bronze final 3b/Hallstatt C.

Fig. 7. Sites du Bronze final 3b/Hallstatt C de Saint-Priest « Parc technologique de la Porte des Alpes ». (« Les Perches » : d’après Hénon et coll. 1997, « Les Feuilly » : Hénon et al. en cours).

Fig. 7. Sites du Bronze final 3b/Hallstatt C de Saint-Priest « Parc technologique de la Porte des Alpes ». (« Les Perches » : d’après Hénon et coll. 1997, « Les Feuilly » : Hénon et al. en cours).

Fig- 8- Bâtiments sur poteaux de la fin du Bronze final de Saint-Priest (Rhône) « Bassins Minerve-Europe ». Bâtiment funéraire à abside (à gauche) (d’après Bellon 2001).

Fig- 8- Bâtiments sur poteaux de la fin du Bronze final de Saint-Priest (Rhône) « Bassins Minerve-Europe ». Bâtiment funéraire à abside (à gauche) (d’après Bellon 2001).

Fig. 9. Structures de combustion à galets placées en batterie.

Fig. 9. Structures de combustion à galets placées en batterie.

27De ce point de vue, les fouilles de Saint-Priest ont l’avantage de se situer en milieu rural et d’avoir pu s’étendre sur plusieurs hectares en dehors des contraintes de l’rurbanisation actuelle. On peut supposer cependant que ces deux sites sont à « l’identique » : vastes espaces d’implantations, sectorisations des activités... L’analyse spatiale du site des Luêpes a montré des zones de concentration des bâtiments (habitats, étables et greniers ?) à proximité desquelles se trouvent des secteurs réservés au stockage en fosse (fig. 10). À un bâtiment d’habitation ne semble pas correspondre une seule unité de stockage. On peut même envisager que ce groupement de fosses dépend de plusieurs habitations (mise en commun des récoltes ?). Les grandes fosses d’extraction, qui ont servi à l’érection des constructions de terre et de bois, sont, elles-mêmes, groupées et bordent ces implantations, comme pour former une limite à celles-ci et à leurs activités. La suite de l’habitat sur le site attenant des Feuilly (Hénon et al. en cours), confirme le bornage des zones de construction par des carrières. On y observe par ailleurs d’autres secteurs d’implantation ou d’activité, dont une zone comportant des greniers et des foyers (zone D2) et un espace funéraire (zone D5) (Sergent, Ramponi et coll. dans ce volume). Une installation de la même période se retrouve aux Perches sur trois des secteurs (fig. 10). Toutefois, elle semble moins importante ou plus distendue qu’aux Luêpes et aux Feuilly. La comparaison des quantités de mobilier retrouvées sur ces trois sites pourrait donner une indication sur leur importance respective, de même que sur leur chronologie relative. Sont-ils contemporains ou faut-il envisager un léger déplacement des habitats ? Nous sommes probablement en présence d’une forme de hameau très étalé avec des espaces d’activités différentes, séparés par des zones vides (jardins, pâtures, champs, bois...?), les points de découvertes les plus éloignés étant distants de presque 1 km. Leur appartenance à un même site à implantation lâche est-elle envisageable ? Si l’on compare cette distance aux deux points extrêmes de l’implantation de la fin du second âge du Fer à Lyon-Vaise, éloignés de 2,8 km (Bellon, Franc et coll. dans ce volume), cette hypothèse est recevable. Néanmoins il ne s’agit pas des mêmes types de sites et la comparaison peut paraître abusive.

Fig. 10. Saint-Priest (Rhône) « Les Luêpes » et « Les Feuilly », répartition des structures (Ramponi 2003).

Fig. 10. Saint-Priest (Rhône) « Les Luêpes » et « Les Feuilly », répartition des structures (Ramponi 2003).

Tab. 5. Découvertes de la Tène moyenne de l’Est lyonnais (légende : cf. tableau 2).

Sites

Superficie fouillée

Superficie de l’occupation

Type d’occupation

Structures et quantité

6 – Communay (69), La Raze de la Dame (FP-Sandoz, Thiériot, Vital 1993)

4 000 m2

Env. 611 m2

Habitat ?, stockage ?
résidus de métallurgie

2 bâtiments sur poteaux, Fs : 1 ou 3 ;
F : 4 ; Ns.

17 – Janneyrias (38), La Garenne (FP-Sergent, Sekhari, Vérot-Bourrely 2001)

3 100 m2

2 400 m2

Indéterminé
Assainissement ?

Ns ; F : 9 ; TP : 10

30 – Saint-Priest (69), B.U.E. les Luêpes (FP-Ramponi, Franc 2003)

31 900 m2

Isolée

Indéterminé

F : 1

36 – Vénissieux (69), Gambetta (ST-Sandoz 1988)

/

Inconnue

Indéterminé

F : 1

39 – Vénissieux (69), Ilot D (FP-Joly 2001)

1 200 m2

Env. 100 m2

Indéterminé

Fs : 1

40- Vénissieux (69), Ilots B1-2-3 (FP-Nourissat, Vicard 2004, Vicard, Nourissat
2002)

620 m2 + 1
500 m2

Inconnue

Indéterminé

Mobilier

28Les sites de Saint-Priest et de Vénissieux sont, pour cette période, actuellement considérés comme des sites satellites de celui de Lyon-Vaise dont ils sont éloignés respectivement d’environ 12 et 10 km. Entre la fin du VIe siècle et la fin du Ve siècle avant J.-C., le site de Lyon s’apparenterait à une place d’échange, un relais dans le commerce du vin en provenance de Massalia et en direction des sites septentrionaux (Bellon 2003). La pauvreté des mobiliers d’importation, l’absence de céramiques attiques à vernis noir placent les sites de Saint-Priest et Vénissieux en marge de ce commerce méditerranéen. Toutefois, la présence sur ces sites de fragments d’amphores de Marseille indique qu’ils participent peut-être, ou du moins profitent du commerce du vin. Ainsi, si jusqu’à présent la recherche sur le Hallstatt final local était centrée sur la place de Lyon par rapport aux « résidences princières » du centre-ouest de l’Europe, les relations entre Lyon et les autres sites de sa région sont également à définir.

2.3. Le second âge du fer

29Aucun site n’est clairement recensé pour les siècles couvrant La Tène A et La Tène B (450 à 280 avant J.-C.). Seules certaines particularités dans la typologie du mobilier céramique font pencher les datations de la fin du 1er âge du Fer vers le début du second, comme sur les sites de Saint-Priest ou Vénissieux. À noter la découverte d’un tesson de céramique à vernis noir attique à Vénissieux (Nourissat dans ce volume).

2.3.1. La Tène moyenne (280 à 160 avant J.-C.)

30Dans le petit nombre de sites rattachés à La Tène moyenne (tab. 5), seul celui de Communay présente une quantité de structures assez importantes pour être considéré comme un habitat. Il nous apporte des éléments quant à l’organisation de l’espace, avec au moins deux bâtiments associés à des fosses de stockage (fig. 12). De plan rectangulaire, les bâtiments ont une superficie de 20 à 22 m2. Ils comportent tous deux des fosses à l’intérieur du bâti, ce qui complique la restitution de l’architecture (bâtiments surélevés ou directement sur le sol ?). Leur interprétation reste incertaine – habitat, grenier, étable, bâtiment artisanal – d’autant plus que leur stricte contemporanéité n’est pas prouvée.

31À Vénissieux « Vieux-Bourg », malgré des vestiges peu abondants, on peut envisager une occupation de plus de 6000 m2 (Nourissat dans ce vol.).

32À noter qu’une installation de La Tène finale lui succède dans le même espace. À Janneyrias « la Garenne », les aménagements sont difficilement compréhensibles et interprétables comme un habitat. À Saint-Priest, une fosse isolée, sur plus de 13 hectares décapés, témoigne plus d’une installation ponctuelle que d’un véritable habitat. À Chassieu « l’Épine », un seul trou de poteau comportait du mobilier de La Tène moyenne au milieu de l’installation de La Tène finale (fig. 17). Nous constatons ainsi que les surfaces d’occupation reconnues pour cette période sont assez limitées et rendent incertaine la compréhension de ces établissements. Ils semblent toutefois peu étendus comprenant, dans le cas de Communay, « des unités de petite taille assez proches les unes des autres » (Sandoz et al. 1993).

33Du point de vue de la chronologie relative, c’est le mobilier céramique et métallique, particulièrement les rares objets d’importation, qui fixe des repères. À Janneyrias la position chronologique de l’ensemble est proposée sur la base de la stratigraphie, d’une céramique très fragmentée et d’une fibule en fer (Sergent et al. 2001).

34À Vénissieux « Vieux-Bourg », ce sont le mobilier céramique et un bracelet en bronze décoré de pastille, de type centre européen, qui attestent d’une occupation au cours du IIIe siècle avant J.-C., comme le laissait supposer le mobilier de la fosse dite Gambetta placé chronologiquement entre 250 et 175 avant J.-C. (Sandoz 1988, Nourissat dans ce vol.). À Saint-Priest, la fosse 1040 s’inscrit également dans un contexte du IIIe siècle (fig. 13). Le site de Communay est pour sa part placé entre 250 et 150 avant J.-C. (Sandoz et al. 1993).

Fig. 11. Principales formes céramiques du Hallstatt D3 de Saint-Priest (Rhône) « Les Luêpes » (dessins C. Bellon, C. Ramponi, d’après Ramponi 2003).

Fig. 11. Principales formes céramiques du Hallstatt D3 de Saint-Priest (Rhône) « Les Luêpes » (dessins C. Bellon, C. Ramponi, d’après Ramponi 2003).

Fig. 12. Communay « La Raze de la Dame » (d’après Sandoz et al. 1993).

Fig. 12. Communay « La Raze de la Dame » (d’après Sandoz et al. 1993).

2.3.2. La Tène finale (160 à 30 avant J.-C.)

35Les installations de la Tène finale sont relativement présentes sur le territoire de l’Est lyonnais avec 12 « sites » (tab. 6). 5 d’entre eux sont partiellement connus grâce à des sondages et une surveillance de travaux. D’un intérêt limité, ils participent toutefois à préciser la densité des installations pour cette période. Sur les tracés du TGV et de l’A 432, ces établissements sont espacés de 1,5 à 2 km pour les plus proches : 1,75 km entre Janneyrias « le Vière » et Villette-d’Anthon « les Communaux de Charvas », 1,7 km entre ce dernier et Villette-d’Anthon « les Communaux d’Arésieux », 1,5 km entre ce dernier et Jons « sur les Paisses ».

36Les propositions d’attribution chronologique de ces sites restent parfois assez larges et descendent rarement en dessous du siècle. En reprenant les indications des rapports et des publications, le site de Vénissieux « îlot B » paraît le plus ancien avec du mobilier compris dans La Tène C2 (190-140 av. J.-C.) et la première moitié de La Tène Dl (Dla ? 140-120 avant J.-C.) (Nourissat dans ce vol.). Viendrait ensuite le site de Janneyrias « le Vière » (fig. 14, n° 3) situé chronologiquement dans la deuxième moitié de La Tène moyenne et la première moitié de La Tène finale, soit dans le courant du IIe siècle et le début du Ier siècle avant notre ère. A Villette-d’Anthon « Communaux de Charvas » le mobilier est placé dans les IIe – Ier siècles avant J.-C. sans plus de précision (fig. 14, n° 2). La fourchette chronologique proposée pour Bron est également large puisqu’elle s’étend de 160 avant J.-C. au début de notre ère (fig. 14, n° 1). A Villette-d’Anthon « Communaux d’Arésieux » l’enclos quadrangulaire et une fosse sont datés de La Tène D1b (120-80) (De Klijn et al. 1996). Les autres sites sont placés dans le Ier siècle avant J.-C. : Chavanoz dans le premier tiers du Ier siècle avant J.-C. (Genin 1995) ; Chassieu « l’Épine » montre une occupation couvrant le Ier siècle avant J.-C. jusqu’à la période augustéenne (Coquidé, Vermeulen 1999) ; aux Luêpes à Saint-Priest, le mobilier est certainement à placer dans une fourchette large couvrant le Ier siècle av. J.-C. (fig. 15) et enfin à Jons « Sur les Paisses », le mobilier est placé postérieurement aux années 70 ou 60 avant J.-C. (Thévenin, Lalaï 1992) Il est probable qu’un réexamen de certains de ces mobiliers, à la lumière des découvertes récentes régionales ou extra-régionales, permettrait d’en affiner l’attribution chronologique.

Tab. 6. Découvertes de La Tène finale de l’Est lyonnais (légende : cf. tableau 2).

Sites

Superficie fouillée

Superficie de l’occupation

Type d’occupation

Structures et quantité

1 – Bron (69), ZAC des jardins du Fort (FP-Henon 1999)

5 000 m2

2 200 m2

Habitat, artisanat ?

F : 7 ; TPc : 2 ; 1 cave.

3 – Chassieu (69), l’Epine (FP-Coquidé,
Vermeulen 1999)

40 000 m2

+ de 1 600 m2

Habitat, artisanat.

46 structures (Tp, grenier, fond de cabane, fosses, foyer, enclos, forge)

4 – Chavanoz (38), la Plaine (ST-Genin 1995)

1 fosse

Inconnue

Indéterminé

F : 1

8 – Corbas (69), B.U.S. rue du Fort (D-Bellon, Ramponi 1996)

sondages

Isolée

Indéterminé

F : 2

16- Genas (69), Azieu, rue de l’étang (D-Jacquet 2000)

sondages

Isolée

Indéterminé

F : 1

18 – Janneyrias (38), Le Vière (F-Georges, Sekhari, Vérot-Bourrely 2001)

1 700 m2

Env. 1 000 m2

Indéterminé

F : 2

20 – Jons (69), Sur les Paisses (D-Thévenin, Lalaï 1992)

360 m2

Inconnue

Habitat ?

F

29 – Saint-Priest (69), Bassins Minerve-Europe (FP-Bellon 2001)

3 000m2

Inconnue

Indéterminé

2 aménagements de galets

30 – Saint-Priest (69), B.U.E. Les Luêpes (FP-Ramponi, Franc 2003)

31 900 m2

Isolée

Indéterminé

F : 1

37 – Vénissieux (69), Place de la Paix (FP-Joly 2001)

1 500 m2

Env. 40 m2

Indéterminé

F : 2

38 – Vénissieux (69), Ilots F et L (D-Bellon, Faletto 1998)

sondages

Inconnue

Indéterminé
Dans remblais ?

Céramique en position secondaire.

40 – Vénissieux (69), Ilots B1-2-3 (FP-Nourissat, Vicard 2004)

620 m2 +
1 500 m2

+ 1500 m2

Habitat ? Artisanat ?

Fy : 5 ; F : 20 ; TP : 67 ; 2 planchers

41 – Villette-d’Anthon (38), les
Communaux d’Arésieux (FP-De Klijn,
Motte, Vicherd 1996)

7 500 m2

+ de 3 500 m2

Cultuel ? funéraire ?

1 enclos rectangulaire,
F : 1

44 – Villette-d’Anthon (38), Les
Communaux de Charvas (D-Bouvier,
Vérot-Bourrely 2001)

Sondages

Inconnue

Indéterminé

F : 2 ; TP : 6 ; 1 fossé

Fig. 13. Saint-Priest (Rhône) « Les Luêpes » céramique de La Tène moyenne de la fosse 1040 (dessin C. Ramponi, d’après Ramponi 2003).

Fig. 13. Saint-Priest (Rhône) « Les Luêpes » céramique de La Tène moyenne de la fosse 1040 (dessin C. Ramponi, d’après Ramponi 2003).

37L’installation de La Tène finale de Vénissieux repérée initialement « Place de la Paix » (Joly 2001 p. 128), se révèle aujourd’hui conséquente, avec de nombreux aménagements retrouvés lors de la fouille de « l’Îlot B » (Nourissat dans ce vol.). Ce site présente une grosse densité de structures (132) attribuées à cette période. Faut-il y voir un état de conservation particulièrement bon, une longévité de l’implantation ou un site important ? Nous ne pouvons le dire actuellement mais il faut souligner que c’est le seul site de cette période faisant suite à une installation de La Tène moyenne (cf. supra). Il est possible que l’installation laténienne couvre les IIIe et IIe siècle avant J.-C., même si l’étroitesse des fouilles ne permet pas d’avoir une bonne perception de l’étendue et de la durée d’occupation du site. Toutefois l’analyse stratigraphique montre qu’au moins deux phases se succèdent dans La Tène finale, avec en premier lieu un grand empierrement semi-circulaire, une aire de combustion et des structures fossoyées surmontées principalement par l’installation de deux bâtiments dont les planchers en bois étaient encore visibles (Nourissat dans ce vol.). L’accumulation importante de sédiment sur ce site pourrait traduire aussi bien cette superposition qu’une pérennité dans l’occupation, alors que la période de La Tène est généralement considérée comme a-sédimentaire.

38Des installations comme celles de Saint-Priest « Bassins Minerve-Europe » et « les Luêpes » et peut-être même Janneyrias « le Vière » restent restreintes, certainement à l’image d’installations pastorales. Sur ce dentier site, une seule fosse contenant en dépôt du mobilier céramique entier laissait envisager une fonction funéraire (fig. 14). Le tamisage du sédiment n’a cependant pas livré d’ossements. À Bron, c’est un petit nombre de structures, éparpillées sur plus de 2 000 m2, qui font penser à une installation agricole (fig. 16). Une fosse rectangulaire présentant la trace de planches et de piquets est interprétée comme une cave, probablement située sous une maison. Aucune construction en association avec cette cave n’a été toutefois perçue. Les négatifs de poteaux situés à proximité et matérialisant un grenier sont placés dans une période antérieure en fonction de la stratigraphie et il n’est pas certain que ces deux modes de stockage coexistent sur le site.

39Les aménagements de Chassieu « l’Épine » ont été repérés à trois endroits distincts séparés pour les plus extrêmes de 500 m, sur une superficie décapée de plus de 4 hectares (fig. 17). Ils sont composés au nord, de petits enclos circulaires, au centre d’un ensemble de greniers dont l’un présente un avant-corps, de silos, d’aires empierrées et de traces de palissades et au sud d’un foisonnement de poteaux sur un espace restreint, matérialisant plusieurs constructions et l’amorce d’un enclos. Le site tel qu’il est interprété (Coquidé, Vermeulen 1999), renvoie au schéma des fermes indigènes : bâtiments sur poteaux, secteur de stockage à greniers surélevés, aires de travail, enclos...

Fig. 14. Céramiques de La Tène finale des sites de Bron, Villette-d’Anthon et Janneyrias.

Fig. 14. Céramiques de La Tène finale des sites de Bron, Villette-d’Anthon et Janneyrias.

Fig. 15. Saint-Priest (Rhône) « Les Luêpes », mobilier céramique de La Tène finale, fosse 21 (dessin C. Ramponi, d’après Ramponi 2003).

Fig. 15. Saint-Priest (Rhône) « Les Luêpes », mobilier céramique de La Tène finale, fosse 21 (dessin C. Ramponi, d’après Ramponi 2003).

40Enfin à Villette-d’Anthon « les Communaux d’Arésieux » un enclos quadrangulaire (environ 70 m x 45 m), dont les fossés contiennent des ossements humains et de poulains, matérialise un probable sanctuaire celtique (De Klijn et al. 1996 : 271). C’est le seul site de ce genre dans la zone étudiée.

41À l’image du site de Chassieu où tradition et innovation se côtoient, les sites de La Tène finale de l’Est lyonnais associent des structures connues dans les périodes antérieures (fosses silos, jarres de stockage enterrées, foyers, bâtiments sur poteaux) et des types d’installations nouvelles (enclos fossoyés, cave, grenier avec avant-corps) qui sont parfois à l’origine d’implantations rurales antiques. Sur plusieurs d’entre eux, une permanence des occupations de La Tène finale à l’Antiquité précoce ou au Haut Empire est reconnue. C’est le cas à Bron, Chassieu, Chavanoz, Jons, Vénissieux et Villette-d’Anthon. Sur la majorité de ces sites, des installations antiques sous forme de constructions à solin de pierre ont été retrouvées et seul le site de Chassieu diffère des schémas connus. L’installation augustéenne, qui succède sans rupture chronologique au site de La Tène, est à son image : éclatement des implantations sans agglomération visible des bâtiments, constructions sur poteaux (seule apparaît la tegula). Elle est loin des sites proto-urbains connus dans d’autres régions de la Gaule et également éloignée des implantations du type villa.

Fig. 16. Site de Bron (Rhône) « Jardins du Fort ». Cave de La Tène finale. (Hénon 1999).

Fig. 16. Site de Bron (Rhône) « Jardins du Fort ». Cave de La Tène finale. (Hénon 1999).

Fig-17. Chassieu (Rhône) « L’Épine ». Greniers de La Tène finale. (Coquidé, Vermeulen 1999).

Fig-17. Chassieu (Rhône) « L’Épine ». Greniers de La Tène finale. (Coquidé, Vermeulen 1999).

Fig. 18. Enclos et fosse de La Tène finale de Villette-d’Anton « les Communaux d’Arésieux » (De Klijn et al. 1996).

Fig. 18. Enclos et fosse de La Tène finale de Villette-d’Anton « les Communaux d’Arésieux » (De Klijn et al. 1996).

CONCLUSION

42Les données disponibles pour la compréhension de l’occupation du sol dans la plaine de l’Est lyonnais de la fin de l’âge du Bronze à la fin de l’âge du Fer sont relativement nombreuses même si elles sont de nature et d’importance inégale. Cependant, compte tenu du caractère lacunaire de la plupart des fouilles et de l’imperfection de certains repères chronologiques, il paraît impossible de proposer une modélisation du territoire en fonction de la répartition du peuplement, les types ou la hiérarchisation des sites. Tout au plus pouvons-nous dresser un portrait de la situation dans lequel les découvertes futures pourront s’insérer en faisant évoluer ces observations.

43Dans le but de mieux répondre à ces questions, plusieurs principes paraissent indispensables : prise en compte plus importante des études sédimentaires, géomorphologiques et paléo-environnementales ; meilleure caractérisation du mobilier céramique de certaines périodes, plus particulièrement pour la fin de l’âge du Bronze et le début de l’âge du Fer ainsi que pour La Tène moyenne ; un aboutissement des études internes des sites, prenant en compte les structures rencontrées, leurs associations ainsi que le type, la quantité et la répartition des rejets anthropiques qu’ils contiennent.

Bibliographie

BELLON C., 1998 - Rue Marcel Paul. 69200 Vénissieux Diagnostic archéolo- gique. îlot B, F.L. Lyon, AFAN avec le concours de la COURLY, SRA Rhône-Alpes, 17 p., 13 fig., 2 pl.

BELLON C., 2001 – Le site des Bassins Minerve-Europe à Saint-Priest. In : Actes des Premières journées d’Histoire en Velin, Château de Saint-Priest, 20 au 20 novembre 1999. Saint-Priest, Cercle Iulius Victor, p. 101-113.

BELLON C., 2003 – Lyon au Premier âge du Fer (540-400 av. J.C.). In : POUX M., SAVAY-GUERRAZ H. et al., 2003 – Lyon avant Lugdunum, exposition au musée de la Civilisation gallo-romaine, 22 mars -30 novembre 2003,Lyon. Gollion, Infolio, p. 70-75.

BELLON C., RAMPONI C., 1996 – Corbas (Rhône) Boulevard Urbain Sud. Rapport d’évaluation archéologique, phases 1 et 2. Lyon, AFAN avec le concours du Conseil Général du Rhône, SRA Rhône-Alpes, 26 p., 39 fig.

BOUVIER A., THOLLON-POMMEROL C., 1990 – Tracé du TGV Rhône-Alpes, secteur B. Évaluation des sites. Rapport de prospection et de sonda- ges sur le tracé du TGV entre Jons et Diémoz. Lyon, SNCF, SRA Rhône-Alpes, juin 1990, 34 p., 40 fig.

BOUVIER A., VÉROT-BOURRÉLY A. en collaboration avec MORTAGNE B.,NOURISSATS.. SAINTOT S, SERGENT F., 2001 – Tracé de l Autoroute A 432 : phase diagnostic / évaluations à Villette-d’Anthon et Janneyrias (Isère), Pusignan. Colombier Saugnieu et Saint-Laurent-de-Mure (Rhône). A 432 (Vil- lette-d’Anthon (38) à St-Laurent-de-Mure (69). Document final de synthèse d’opération préventive de diagnostic et de fouille d’évaluation archéologique (n° 200/238 et n° 2001/161). Lyon, AFAN avec le concours de la SAPRR, SRA Rhône-Alpes, 2 vol : I. texte et annexes, II. fig.

BRAVARD J.-P., VÉROT-BOURRÉLY A., FRANC O. avec la coll. de ARLAUD C., 1997 – Paléodynamique du site fluvial de Lyon depuis le tar diglaciaire. In : BRAVARD J.-P., PRESTREAUM. coord., 1997-Dynamique du Paysage, entretiens de géoarchéologie. Table ronde tenue à Lyon les 17-18 novembre 1995. Lyon, SRA Rhône-Alpes, 282 p., 126 ill. ; 27 cm, p. 177-201 (Documents d’Archéologie en Rhône-Alpes, 15).

CONSTANTIN P., KUNTZ L. avec la coll. de HÉNON P., 1998 – Rapport de surveillance de travaux (n° 98/154), Corbas (69), les portes de Corbas,. Lyon, AFAN avec le concours de Briois Immobilier, SRA Rhône-Alpes 1998, n. p., 12 fig., 1998.

COQUIDÉ C., VERMEULEN C., 1994 -Rapport de sondages, contournement Sud de Mevzieu (69), 3e campagne (aut. n° 94/032). Lyon, SRA Rhône-Alpes, 24 p., 34 pl.

COQUIDÉ C., VERMEULEN C., 1995 – Meyzieu La Chapelle et Chassieu-Brigneux (69) (Contournement sud de Mevzieu), D.F.S. de sauvetage programmé (01/05/-31/10/1994). Lyon, SRA Rhône-Alpes, 68 p., 100 pl., annexes.

COQUIDÉ C., VERMEULEN C., 1999 – Évolution d’une zone d’habitat rural du Ier s. av. J.-C. au IIIe s. ap. J.-C. : Chassieu-Genas « l’Épine » (Rhône), Revue Archéologique de Narbonnaise, 32, p. 197-244, 42 fig.

COMBIER J, THEVENOT J.-P., VILAIN R., 1959 – Un abri chalcolithique et hallstattien ancien à Sérézin-du-Rhône (Isère), Cahiers Rhodaniens, VI, p. 27-29, 1 fig.

DE KLIJN H., MOTTE S., VICHERD G., 1996 – Éléments sur la romanisation des campagnes en Nord-Rhône-Alpes. In : BAYARD D., COLLART J-L. coord., 1996 – De la ferme indigène à la villa romaine, la romanisation des campagnes de la Gaule. Actes du 2e colloque de l’association AGER, Amiens, 23-25 septembre 1993. Amiens, p. 271-286 (Revue Archéologique de Picardie, n° spécial 11).

ESCOFFIER R., CONVERT R., DIAZ M., 1993 – Rapport de sondages au lieu-dit « le parc des Ruffinières ». Lyon, SRA Rhône-Alpes, 15 p., XIV pl.

FRANC O., 1999 – Reconstitution paléo-géographique sur la colline de Grenay-Bron (Rhône) occupée depuis le début de l Holocène. Mémoire de D.E.A. Environnement et Archéologie. Institut National Agronomique Paris-Grignon, 37 p., 12 fig., photo h.t.

FRANC O., 2005 – Reconstitution paléo-environnementale à partir du contexte géomorphologique de quatre sites archéologiques de la plaine de l’Est lyonnais (Rhône, France). Quaternaire, 16 -2, p. 95-105.

Gallia informations, 1996, CNRS éditions, Paris 1997.

Gallia préhistoire, 1959,1961,1963, CNRS éditions, Paris.

GENIN M., 1995 – Chavanoz. Isère. Études de mobilier céramique, janvier-février 1995. Lyon, SRA Rhône-Alpes, 33 p., 24 fig.

GEORGES V., SEKHARI Z., VÉROT-BOURRÉLY A., 2001 – Janneyrias, le Vière (site 38197 012). Ouvrage d’art RD 517, autoroute A 432, section St-Laurent-de-Mure / Pusignan (Isère). D.F.S. d’opération préventive de fouille (n° 2001/112). Lyon, AFAN avec le concours de la SAPRR, SRA Rhône-Alpes, 31 p., annexes, 35 fig., 11 photos.

HÉNON P. en collaboration avec CACLIN C., SURY B. de, JOLY J.-L. et nombreuses contributions, 1997 – Les habitats néolithiques et protohistoriques de la Z.A.C. des Perches à Saint-Priest (Rhône), Document final de synthèse. Lyon. AFAN avec le concours de la SERL, SRA Rhône-Alpes, 3 vol, 228+150+241 p.

HÉNON P. avec la collaboration de WIDLAK W., PONT F., SARRASIN J.-C.. KUNTZ L., 1999 – D.F.S. de sauvetage programmé de la « ZAC des jardins du Fort » à Bron (Rhône) (69 029 007), Lyon, AFAN avec le concours de l’OPAC du Rhône, SRA Rhône-Alpes, , 75 p., 77 fig., 32 pl., annexes.

HÉNON P., 2001- Structures domestiques et espaces villageois du Ve millénaire au VIIIe siècle avant notre ère. L’apport des fouilles de la ZAC des Perches à Saint-Priest (Rhône). Bilan documentaire. In : Actes des Premières journées d’Histoire en Velin, Château de Saint-Priest, 20 au 20 novembre 1999. Saint-Priest, Cercle Iulius Victor, p. 29-65,38 fig., 2 tabl.

HÉNON P. avec la collaboration de JOLY J.-L., LALAÏ D., 2002 – Le site Bronze final I/IIA des « Batailles » à Jons (Rhône), Revue Archéologique de l’Est, 51, p. 45-116.

HÉNON P. avec la collaboration de FRANC O., ROLLETI. ; SAVINO V., 2003 – Saint-Priest (Rhône), Manissieux, 41. rue Jules Verne, Rapport de diagnostic archéologique (n° 2002/350) (19-28/11/2002). Bron, Inrap direction Rhône-Alpes-Auvetgne, 23 p., 22 fig., 15 pl., annexes.

HÉNON P., JACQUET P., 2003 – Exemples de structures à pierres chauffantes protohistoriques dans le Velin et le Bas-Dauphiné. In : FRÈRE-SAUTOT M.-C., dir., 2003 – Le feu domestique et ses structures au Néolithique et aux Âges des métaux, Actes du colloque de Bourg-en-Bresse et Beaune, 7 et 8 octobre 2000. Montagnac, Éd. Mergoil, p. 403-420,15 fig., 3 tabl.

HÉNON P., RAMPONI C., FRANC O., en cours – Saint-Priest (Rhône) ZAC de Feuilly, Document final de synthèse d’opération préventive de fouille archéologique, 2000-2001. Lyon, AFAN avec le concours de la SERL, , SRA Rhône-Alpes.

JACQUET P., 1995 – D.F.S. de sauvetage programmé. Meyzieu (Rhône) « sur Genas » et « les Hermières », Contournement Sud de Mevzieu, DFS de fouille préventive (01/05-15/07/1994). Lyon, AFAN, SRA Rhône-Alpes, n.p., fig., pl.

JACQUET P. avec la collaboration de BOUQUIN T., FALETTO J.. SAINTOT S., 2000 – Genas (Rhône). Azieu, rue de l’étang, D.F.S. d’opération de diagnostic d’archéologie préventive. Lyon, AFAN, SRARhône-Alpes, n. p., 15 fig.

JACQUET P. avec la collaboration de BOUQUIN T., FRANC O., KUNTZ L., SIRVEN R., 2001a – Saint-Priest (Rhône), les Hauts de Feuilly – Zone 1 (site 69 290 049), D.F.S. d’opération de fouille d’archéologie préventive (n° 2000/207). Lyon, AFAN avec le concours de la SERL, SRA Rhône-Alpes 2 vol : 1-41 p. texte et annexes, 2. figures.

JACQUET P. avec la collaboration de BOUQUIN T., KUNTZ L., SIRVEN R.. 2001b – Colombier-Saugnieu (Rhône), Champ Vallet (site 69 299 027), déviation de la RD 29/A 432, D.F.S. d’opération de fouille d’archéologie préventive. Lyon, AFAN avec le concours de la SAPRR, SRA Rhône-Alpes, n.p., fig., photos, annexes.

JOLY J.-L., 2001- Vénissieux. In : Actes des Premières journées d’Histoire en Velin, Château de Saint-Priest, 20 au 20 novembre 1999. Saint-Priest, Cercle Iulius Victor, p. 123-131.

MANDIER P., 1984 – Le relief de la moyenne vallée du Rhône au Tertiaire et au Quaternaire. Orléans, éd. BRGM, 3 t. (Doc. 151).

MARTIN S., MARCHIANTI D., HÉNON P., 1999 – Rapport d’évaluation archéologique, Lotissement « le clos du Belvédère » à Genas (Rhône), AFAN. Lyon. SRA Rhône-Alpes, 13 p., 18 fig., annexes.

NOURISSAT S., 2002 – Saint-Ouentin-Fallavier. Campanoz. Déviation de la RN 6. contournement de la Verpillère (Isère). D.F.S. d’opération préventive de fouille d’évaluation archéologique. Bron, Inrap direction Rhône-Alpes-Auvetgne, 47 p., 46 fig.

NOURISSAT S., VICARD T., 2004 – Vénissieux (Rhône). ZAC du Vieux-Bourg, îlot B2 (n° 69 259 010). Document Final de Synthèse de l’opération de fouille archéologique 2002-2003 (n° 2002/135). Bron, Inrap direction Rhône-Alpes-Auvergne, vol. 1 – texte et figures, 167 p., 82 fig. ; vol. 2 : catalogue ; vol. 3 : annexes.

NOURISSAT S., GODARD C., FRANC O., 2000 – Canalisation de transport de gaz de Chaponnay à Feyzin (Rhône), Document Final de Synthèse d’opération préventive de surveillance archéologique de travaux (n° 99/220 ; 9/09-8/10/1999). Lyon, AFAN avec le concours de GDF, SRA Rhône-Alpes, 24 p., 28 fig. ht.

RAMPONI C. avec la collaboration de BELLON C.. FRANC O., HÉNON P., JACQUET P, 1998 – Sondages et fouilles sur le tracé du Boulevard Urbain Sud à Corbas (Rhône) (69 273 039), Document final de synthèse. Lyon, AFAN avec le concours du Conseil général du Rhône, SRA Rhône-Alpes, vol. 1 : 291 p., 266 fig., plan ht ; vol. 2 : annexes.

RAMPONI C., 2001- Préhistoire et Protohistoire dans le Velin. État de nos connaissances. In : Actes des Premières journées d’Histoire en Velin, Château de Saint-Priest, 20 au 20 novembre 1999. Saint-Priest, Cercle Iulius Victor, p. 67-86.

RAMPONI C., 2004 – L’occupation du sol dans l’Est lyonnais à la Protohistoire. Mémoire de maîtrise en archéologie, Lyon, Université Lumière Lyon 2. Vol. 1, texte et annexes. – 157 p., Vol. 2, fig. et pl.

RAMPONI C. avec la collaboration de KUNTZ L., TREFFORT J.-M., 2006 – Corbas (Rhône) « Les Verchères », Rapport de diagnostic. Bron, Inrap, direction Rhône-Alpes-Auvergne, 30 p., 18 fig.

RAMPONI C., FRANC O. avec la collaboration de ALIX P, BELLON C., GISCLON J.-L., HÉNON P., SAINTOT S., 2003 – Saint-Priest (Rhône), Boulevard Urbain Est « les Luêpes » (site n° 39 290 042), Document Final de Synthèse de sauvetage urgent (n° 98/136). Lyon, AFAN Rhône-Alpes – Auvergne, avec le concours de la Communauté urbaine de Lyon, SRA Rhône-Alpes, 2 vol. : 1- texte, 333 p., 141 fig. ; 2- annexes n.p.

SANDOZ G., 1988 – Rapport de sondages Vénissieux « ZAC du Vieux-Bourg ». Lyon, DAH de Rhône-Alpes, 18 p., XXI pl., 12 photos.

SANDOZ G., THIÉRIOT F., VITAL J., 1993 – Le site protohistorique de la Raze de la Dame à Communay (Rhône). Documents d’Archéologie Méridionale, 16, p. 163-191,21 fig.

SERGENT F., SEKHARI Z., VÉROT-BOURRÉLY A., 2001 – Janneyrias, la Garenne (38) (site n° 38 197 013), section courante de l’A 432 : un couloir fluvio-glaciaire occupé au cours de l’âge du Fer. D.F.S. d’opération de fouille préventive (n° 2001/140). Lyon, AFAN avec le concours de la SAPRR, SRA Rhône-Alpes, 52 p., annexes, 40 fig., 18 pl.

THÉVENIN E., LALAÏ D. avec la collaboration de HÉNON R, MATHON D.. VICHERD G., 1992-Le mobilier protohistorique « Sur les Paisses » à Jons (Rhône), Archéologie préventive sur le tracé du TGV Rhône-Alpes. Rapport XXI. Lyon, SNCF – Direction de la région de Lyon-Ligne TGV Rhône-Alpes, SRA Rhône-Alpes, 19 p., 9 fig.

VICARD T., NOURISSAT S. avec la collaboration de FRANC O., SERGENT F., GISCLON J.-L, SAINTOT S., HORRY A.. LALAÏ D., 2001 – Vénissieux. ZAC du Vieux-Bourg. îlots B1-B3. D.F.S. d’opération préventive de fouille archéologique (n° 2000/138) (15/05/00-03/03/01). Lyon, AFAN avec le concours de la Courly, SRA Rhône-Alpes, Vol. 1- texte 109 p., 43 fig. ; 2- fiches descriptives ; 3- annexes.

VITAL J., 1992-A 42-A 43 Genas, sous Genas, BSR Rhône-Alpes 1991. Lyon, SRA Rhône-Alpes.

VITAL J. dir.. 1993 – Habitats et sociétés du Bronze final au Premier âge du Fer dans le Jura. Les occupations protohistoriques et néolithiques du Pré-de-la-Cour à Montagnieu (Ain). Paris, CNRS, 253 p., 107 fig. (Monographies du C.R.A., 11).

VITAL J. avec la collaboration de TARAS M., THIÉRIOT F., 1997 – Génas « sous Génas » (Rhône) site de plein air, Donzère « Chauve-souris » (Drôme), site en grotte. Contexte des fouilles, méthodes d’enregistrement, hypothèses, implications épistémologiques. In : AUXIETTE G., HACHEM L., ROBERT B. dir., 1997 – Espaces physiques et espaces sociaux dans l’analyse interne des sites du Néolithique à l’âge du Fer, Actes du 119e Congrès des sociétés historiques et scientifiques, L’analyse spatiale des sites du Néolithique à l’âge du Fer. Amiens (1994). Paris, Éd. du C.T.H.S., p. 233-241.

Notes

1 Je remercie ici les responsables d’opérations Inrap qui ont bien voulu que je puise dans les opérations non publiées : C. Bellon, A. Bouvier, C. Coquidé, V. Georges, M. Genin, P. Hénon, P. Jacquet, J.-L. Joly, D. Lalaï, D. Marchianti. S. Martin, S. Nourissat, F. Sergent, J.-M Treffort, T. Vicard, ainsi que M. Monin, du Service Archéologique Municipal de Lyon, et R. Royet, Conservateur au Service Régional de l’Archéologie de Rhône-Alpes.

Table des illustrations

Titre Fig. 1. Localisation des sites de la fin de l’âge du Bronze à la fin de l’âge du Fer et formations quartenaires de la plaine de L’Est lyonnais (fonds de plan Mandier 1984, modifié Franc 2005).
Légende 1 : Bron (69) " Z.A.C. des jardins du Fort" ;2 : Chaponnay (69) " Gravier d'Aillon " ;3 : Chassieu (69) " l'Epine ";4 : Chavanoz (69) " la Plaine " ;5 : Colombier-Saugnieu (69) " Champ-Vallet " ;6 : Communay (69) " le Plan, la Raze de la Dame " ;7 : Corbas (69) " B.U.S. rue du Fort " ;8 : Corbas (69) " B.U.S. Grand-Champ " ;9 : Corbas (69) " Portes de Corbas " ;10 : Corbas (69) "Les Romanettes nord" ;11 : Corbas (69) "Les Verchères" ;12 : Decines-Charpieu (69) "Le Sablon" ;13 : Décines-Charpieu (69) "Parc des Ruffinières" ;14 : Feyzin (69) "le Rosier" ;15 : Genas (69) " Sous Genas" ;16 : Genas (69) "Le Clos du Belvédère" ;17 : Genas (69) "Azieu, rue de l'Etang" :18 : Janneyrias (38) "La Garenne" ;19 : Janneyrias (38) "Le Vière" ;20 : Jons (69) "Les Batailles" ;21 : Jons (69) " Sur les Paisses" ;22 : Lyon 7e (69) "Ilot du Repos, rue des 3 pierres" ;23 : Meyzieu (69) "La Chapelle" ;24 : Meyzieu (69) "Les Hermières" ;25 : Meyzieu (69) "Sur Genas" ;26 : Meyzieu (69) "Les Tâches" ;27 : Pusignan (69) "Mont-Roux" ;28 : St-Priest (69) "Le Réservoir" ;29 : St-Priest (69) "Les Perches" ;30 : St-Priest (69) "Bassins Minerve-Europe" ;31 : St-Priest (69) "B.U.E. Les Luêpes" ;32 : St-Priest (69) "Les Feuilly" ;33 : St-Priest (69) "Les Hauts-de-Feuilly" ;34 : St-Priest (69) "Manissieux, rue Jules Vernes" ;35 : St-Quentin-Fallavier (38) "Campanoz" ;36 : Solaize (69) Le Pain de Sucre, les Tuillières" ;37 : Vénissieux (69) "Vieux-Bourg, Gambetta" ;38 : Vénissieux (69) "Vieux-Bourg, place de la Paix" ;39 : Vénissieux (69) "Vieux-Bourg, Ilots F et L" ;40 : Vénissieux (69) "Vieux-Bourg, Ilot D" ;41 : Vénissieux (69) "Vieux-Bourg, Rue Gambetta, Ilots B1-2-3" ;42 : Villette d'Anthon (38) "Les Communaux d'Arésieux" ;43 : Villette d'Anthon (38) "Les Chapelles" ;44 : Villette d'Anthon (38) " Charvas sud" ;45 : Villette d'Anthon (38) "Les Communaux de Charvas".
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/18141/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 578k
Titre Tab. 1. Répartition des sites suivant leur chronologie, le substrat et leur position topographique.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/18141/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 51k
Titre Fig. 2. Céramiques Bronze final 3b/Hallstatt C.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/18141/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 71k
Titre Fig. 3. Céramique Hallstatt C de la fosse 2 de Corbas « Les Verchères » (dessins J.-M. Treffort).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/18141/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 79k
Titre Fig. 4. Sélection de céramiques Hallstatt C du site de Corbas (Rhône) « Crand-Champ » (dessins P. Jacquet).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/18141/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 53k
Titre Fig. 5. Echantillon de la céramique du Hallstatt C de Saint-Priest « Manissieux » (dessins Ph. Hénon, d’après Hénon et al. 2003).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/18141/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 46k
Titre Fig. 6. Exemples de sites du Bronze final 3b/Hallstatt C.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/18141/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 37k
Titre Fig. 7. Sites du Bronze final 3b/Hallstatt C de Saint-Priest « Parc technologique de la Porte des Alpes ». (« Les Perches » : d’après Hénon et coll. 1997, « Les Feuilly » : Hénon et al. en cours).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/18141/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 55k
Titre Fig- 8- Bâtiments sur poteaux de la fin du Bronze final de Saint-Priest (Rhône) « Bassins Minerve-Europe ». Bâtiment funéraire à abside (à gauche) (d’après Bellon 2001).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/18141/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 44k
Titre Fig. 9. Structures de combustion à galets placées en batterie.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/18141/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 47k
Titre Fig. 10. Saint-Priest (Rhône) « Les Luêpes » et « Les Feuilly », répartition des structures (Ramponi 2003).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/18141/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 56k
Titre Fig. 11. Principales formes céramiques du Hallstatt D3 de Saint-Priest (Rhône) « Les Luêpes » (dessins C. Bellon, C. Ramponi, d’après Ramponi 2003).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/18141/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 47k
Titre Fig. 12. Communay « La Raze de la Dame » (d’après Sandoz et al. 1993).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/18141/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 17k
Titre Fig. 13. Saint-Priest (Rhône) « Les Luêpes » céramique de La Tène moyenne de la fosse 1040 (dessin C. Ramponi, d’après Ramponi 2003).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/18141/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 17k
Titre Fig. 14. Céramiques de La Tène finale des sites de Bron, Villette-d’Anthon et Janneyrias.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/18141/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 39k
Titre Fig. 15. Saint-Priest (Rhône) « Les Luêpes », mobilier céramique de La Tène finale, fosse 21 (dessin C. Ramponi, d’après Ramponi 2003).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/18141/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 22k
Titre Fig. 16. Site de Bron (Rhône) « Jardins du Fort ». Cave de La Tène finale. (Hénon 1999).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/18141/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 21k
Titre Fig-17. Chassieu (Rhône) « L’Épine ». Greniers de La Tène finale. (Coquidé, Vermeulen 1999).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/18141/img-18.jpg
Fichier image/jpeg, 26k
Titre Fig. 18. Enclos et fosse de La Tène finale de Villette-d’Anton « les Communaux d’Arésieux » (De Klijn et al. 1996).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/18141/img-19.jpg
Fichier image/jpeg, 14k

© ARTEHIS Éditions, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search