Version classiqueVersion mobile

De l’âge du Bronze à l’âge du Fer en France et en Europe occidentale (Xe-VIIe siècle av. J.-C.)

 | 
Henri Gaillard de Sémainville

Thème régional la moyenne vallée du Rhône aux âges du fer, actualité de la recherche

Lyon avant Lugdunum : l’occupation du premier âge du fer dans son environnement naturel, synthèse de 20 ans de fouille archéologique

Catherine Bellon, Odile Franc et Thierry Argant

Résumé

Le colloque de Yerme-Chambéry en 1986 avait été l’occasion de présenter les premiers résultats des fouilles de la station de métro de Gorge de Loup qui venaient de débuter, offrant alors un passé à Lugdunum, considérée comme une fondation romaine ex nihilo. 20 ans plus tard, les fouilles et sondages d’archéologie préventive réalisés à Lyon en rive droite de la Saône dans la plaine dite de Vaise (9e arrondissement) permettent aujourd’hui de dresser une première synthèse de l’occupation de la fin du Premier âge du Fer.

Entrées d'index

Texte intégral

1. INTRODUCTION (fig. 1)

  • 1 Renseignement L. Françoise dit Miret, SRA Lyon, que nous remercions.

1Le colloque de Yenne-Chambéry en 1986 avait été l’occasion de présenter les premiers résultats des fouilles de Gorge de Loup, offrant alors un passé à Lugdunum, considérée comme une fondation romaine ex nihilo. 20 ans plus tard, suite aux travaux urbains qui se sont fortement développés, les fouilles réalisées en rive droite de la Saône dans la plaine dite de Vaise permettent aujourd’hui d’attester une fréquentation dès la Préhistoire ancienne, puis diverses occupations de la Préhistoire récente et de la Protohistoire jusqu’au second âge du Fer. Située dans le 9e arrondissement de Lyon, cette plaine doit son nom au faubourg médiéval rattaché à Lyon en 1852. En 1989 le périmètre archéologique de la ville fut étendu de manière à englober la quasi-totalité de cet arrondissement, aujourd’hui encore très touché par les travaux immobiliers ; en 2005 ce sont 52 % des diagnostics prescrits à Lyon et 57 % des fouilles qui concernaient cet arrondissement1.

2. QUELQUES CHIFFRES

  • 2 Ces chiffres ne prennent pas en compte une fouille récente rue des Tuileries (proche de la rue du D (...)

2Depuis la fouille de Gorge de Loup, ce sont donc une dizaine de fouilles qui ont permis de retrouver un niveau d’occupation du Premier âge du Fer, alors que quelques autres fouilles ont quant à elles livré soit des aménagements anthropiques isolés soit uniquement de la céramique, témoignant de la présence proche d’un site ; de plus une quinzaine de sondages se sont révélés positifs mais n’ont pas donné lieu à des fouilles (fig. 2). Sur les quelque 238 ha de cette plaine les vestiges du Premier âge du Fer sont souvent perturbés par des occupations plus récentes (gallo-romaines et médiévales), ainsi que par d’anciens cours d’eau (cf. infra), réduisant en moyenne à moins de 20 % leur présence sur l’ensemble des parcelles ; ainsi sur environ 65 000 m2 de parcelles sondées ou fouillées ce sont environ 13 000 m2 qui se révèlent clairement préservés2. À ce jour, une concentration de sites se dessine au centre de Vaise, englobant une surface d’environ 46 ha, image probablement faussée par la multiplication des projets immobiliers dans ce secteur. Toutefois, malgré un nombre plus restreint de sondages à la périphérie du centre, on observe que des diagnostics positifs sont situés à plus de 2,8 km de distance du sud au nord, alors que l’occupation protohistorique a pu être mise en évidence rive gauche de la Saône à plus de 1,7 km de Gorge de Loup, ce qui laisse donc envisager une occupation beaucoup plus étendue avec un probable gué sur la Saône.

Fig. 1. Situation de Lyon et vue vers le nord de la plaine de Vaise (DAO : B. Rambault, Inrap ; photo : SEMALY, Lyon).

Fig. 1. Situation de Lyon et vue vers le nord de la plaine de Vaise (DAO : B. Rambault, Inrap ; photo : SEMALY, Lyon).

3. MORPHOGENÈSE DE LA PLAINE DE VAISE

3L’étude du contexte environnemental des sites s’est focalisée sur la compréhension de la morphogenèse de cette plaine, au travers des résultats des nombreux sites fouillés, qu’ils aient ou non révélé des occupations du Premier âge du Fer. Un résumé des étapes de la formation de cette plaine depuis la fin de l’époque glaciaire (Bravard et al. ; Franc et al.) s’impose pour la compréhension du contexte environnemental à la fin du Premier âge du Fer.

3.1. Cadre géographique et géologique

4La plaine de Vaise se situe en rive droite de la Saône et est bordée à l’ouest et au sud par le Plateau Lyonnais, représenté respectivement par le plateau de la Duchère et par la colline de Fourvière. Rebord du Massif Central, ce plateau est constitué de roches métamorphiques primaires sur lesquelles subsiste au nord le chaînon en calcaires secondaires des Monts d’Or (culminant à 625 m). Des alluvions fini-tertiaires et des lœss quaternaires recouvrent également ce plateau. Des vallons, dont l’un des bassins versants atteint 14 km2, échancrent les versants et déversent par intermittence dans la plaine, leurs sédiments, sous forme de cônes de déjection. Deux de ces ruisseaux nous intéressent particulièrement : le ruisseau des Planches et le ruisseau de Trion (fig. 3a). La topographie actuelle est comprise entre 300 m pour le plateau lyonnais et 169 m au centre de la plaine. Les versants présentent des pentes de 25 à 38 %, mais le raccord avec la plaine est plus progressif.

Fig. 2. Lyon au Ier âge du fer : localisation des fouilles et sondages. Cartographie : C. Bellon, DAO : B. Rambault, Inrap.

Fig. 2. Lyon au Ier âge du fer : localisation des fouilles et sondages. Cartographie : C. Bellon, DAO : B. Rambault, Inrap.

Fig. 3. Carte topo-hydrologique de la plaine de Vaise-Sus

Fig. 3. Carte topo-hydrologique de la plaine de Vaise-Sus

a : sans talweg GR et chenal âge du Fer – b : sans chenal âge duFer – c : avec chenal âge du Fer – d : Emplacement présumé du chenal tardi-glaciaire en plaine de Vaise

Cartographie : O. Franc, DAO : B. Rambault, Inrap.

3.2. les étapes de la formation de la plaine de Vaise

5Vers la fin du Würm (il y a 18000 ans), la plaine de Vaise est un lac du fait d’un barrage par les alluvions d’un Rhône très puissant à sa confluence avec la Saône. Des sédiments fluvio-lacustres (sables, limons et argiles litées) sont déposés par la Saône et par ses affluents, qui construisent des cônes de déjection sous-lacustres, au moins pour le ruisseau des Planches. Lorsque le barrage cède, la Saône évacue une grande partie des sédiments accumulés par l’intermédiaire d’un chenal au cœur de la plaine, dont le fond atteint 155,30 m sous la place de Valmy (fig. 3d). Il est abandonné au Bölling-Alleröd (12700-11000 ans BP), alors que les conditions climatiques s’améliorent et que les versants se boisent. Suite à cet enfoncement de près de 20 m, les sédiments fluvio-lacustres précédents, meubles, s’affaissent et adoptent une pente centripète d’environ 1 %, dirigée vers la plaine (altitudes comprises entre 176,50 m au sud et 164 m au centre). Ils constituent alors la terrasse würmienne de Vaise. Ainsi s’explique cette topographie en pente douce de pied de versant : d’une part par l’affaissement de la terrasse fluvio-lacustre, d’autre part par la construction de cônes sous-lacustres (fig. 3a). L’ancien bras de Saône, à fond organique au Bölling-Alleröd, se comble ensuite d’argiles de décantation piégeant les pollens d’une végétation du Dryas récent probable (Argant 1995). Une remontée des planchers alluviaux, notamment du Rhône, en est à l’origine ainsi que le processus de relèvement isostasique (Berger et al., dans ce volume).

6Pendant ce temps, des lœss se déposent sur les versants. Dans les zones intercônes, les lœss ou la terrasse sont surmontés ensuite d’apports dus au colluvionnement limono-lœssique et subissent en même temps une pédogenèse de type sol brun lessivé grâce à l’amélioration des conditions climatiques et à la mise en place d’une chênaie mixte notamment à la période Atlantique (Bertran et al. 1998). Dans ce paléosol se stratifient plus ou moins les vestiges de la fin de la Préhistoire à l’Antiquité (Franc et al. en préparation).

7Les cônes de déjection se remettent à fonctionner dans le courant du Néolithique puis durant tout le Subboréal et le Subatlantique (à partir de 4000 BC). Le ruisseau des Planches notamment dépose des nappes de sables et de gravillons, dont l’épaisseur atteint 4 m jusqu’à l’époque médiévale. Dans ces nappes, peuvent se trouver localement des tessons remaniés de l’âge du Fer. Plus modestement, le ru de Trion dépose des limons d’inondation. Les aléas de la localisation des chantiers nous ont permis de retrouver de petits paléochenaux divaguant sur les cônes au Premier âge du Fer (site rue du docteur Horand et station de métro de Gorge de Loup). Mais c’est à l’Antiquité et dès le Ier siècle avant J.-C. pour certains, que tous les sites présentent des paléochenaux larges et à remplissages caillouteux. C’est la seule période où les données sont suffisantes pour permettre une reconstitution comme le montre la figure 3b. Les paléochenaux antiques empruntent notamment les dépressions résiduelles subsistant aux intersections des cônes dans la plaine. Celles-ci sont restées jusqu’à nos jours des secteurs préférentiels de drainage des sources et de concentration de F humidité comme le montre le tracé des ruisseaux emprunté à un plan du XVIIIe siècle (fig. 3). Le détritisme observé est dû à la pression anthropique de plus en plus forte sur les versants mais une part de facteurs climatiques est à considérer bien qu’elle soit difficile à démêler. En effet, on observe une recrudescence de l’humidité sur presque tous les sites de l’âge du Fer, avec des signatures d’hydromorphie qui se surimposent à la pédogenèse précédente, principalement dans les dépressions et notamment dans les secteurs intercônes. Sans atteindre celle de la période antique, l’activité intermittente des ruisseaux devient également recrudescente dès le Bronze final. Au regard des données régionales et globales, on peut attribuer cette péjoration climatique au Premier âge du Fer. En effet, la courbe des paléotempératures enregistrées dans les glaces du Groënland marque un refroidissement à partir de 800 av. J.-C. (Dansgaard et al. 1993) ; il est à l’origine d’une importante avancée glaciaire (Göschenen) et d’un recul de la limite supérieure de la forêt dans les Alpes suisses et autrichiennes (Burga et al. 2001). Cette crise est bien enregistrée sur le fleuve Rhône dans différents secteurs (Bravard et al. 1992 ; Provansal et al. 2002 ; Salvador et al. 1993 ; Berger 2003 ; Berger et al., dans ce volume).

8Faut-il voir un effet de cette recrudescence hydro-climatique dans la découverte récente d’un bras mort, probablement secondaire, de la Saône sur le site de Berthet II (Bellon, Nourissat et al. 2005) (fig. 3c et 5) ? Son existence est encore sujette à caution car il n’a été découvert que sur 20 m de large et sur un seul site. Ni son profil ni son fond ne sont connus même si un cailloutis (composé de galets pouvant atteindre 8 cm de long) a été atteint à 164,50 m ; son tracé supposé est assez étrange mais celui d’un ruisseau le serait encore plus ; enfin sa profondeur est faible au regard du site du 10 rue Marietton de la même période, qui, à 165 m d’altitude, n’a pas enregistré de traces d’inondation. Mais le cailloutis atteint à 164,50 m n’est probablement qu’un banc de galets et non le fond du chenal. Quoi qu’il en soit, la recrudescence hydrologique du VIIIe siècle avant J.-C., qui serait à l’origine de cette défluviation, est de courte durée puisqu’au début du Ve siècle avant J.-C., le chenal n’est plus qu’un bras mort avec plan d’eau calme, aux abords duquel se fixe la population qui y a déversé force céramique et faune. Il a aussi permis le piégeage et la conservation de restes organiques comme des bois, des graines et des pollens.

3.3. Reconstitution des paléoenvironnements biologiques

9Peu de sites de la plaine de Vaise ont permis la conservation de restes organiques et autres fossiles biologiques (Gorge de Loup, Horand 1, Berthet 1 et 2) ; néanmoins des reconstitutions ont été tentées, la plus exemplaire restant celle du site du métro de Gorge de Loup (Vérot-Bourrély et al. 1995) (fig. 4). Les paysages reconstitués de ce site (à l’aide d’études sédimentologique, palynologique et malacologique) montrent le passage d’une tilliaie-chênaie, dont les pollens d’arbres représentent les 2/3 du diagramme à l’Atlantique ancien, à une lande à fougères avec culture de céréales et pâturages dès le Néolithique final/Bronze ancien. Celle-ci est de plus en plus déboisée avec des phases plus ou moins intenses de ravinement au Bronze final, et notamment au Premier âge du Fer où un nouveau ruisseau traverse le site, traduisant à la fois l’accroissement de la pression humaine sur l’environnement (recul de la ripisylve et développement des cultures de céréales) et la péjoration climatique du début du Subatlantique. L’occupation des VIe-Ve siècles avant J.-C. prend place sur un recouvrement colluvial.

Fig. 4. Exemple de paysages reconstitués du site de Gorge de Loup (dessin : C. Plantevin, Inrap) (Vérot-Bourrély et al. 1995).

Fig. 4. Exemple de paysages reconstitués du site de Gorge de Loup (dessin : C. Plantevin, Inrap) (Vérot-Bourrély et al. 1995).
  • 3 Analyses polliniques : Catherine Latour-Argant, ARPA : Association de Recherche Paléoécologique en (...)

10Les diagrammes polliniques du site de Berthet 2 ainsi que les études carpologique et malacologique3 confirment pour cette époque un milieu largement ouvert, couvert de vastes prairies et de champs cultivés (céréales) entre la ripisylve proche et les forêts de conifères des collines avoisinantes. Des peuplements plus localisés de chênes et de hêtres ponctuent également le paysage (Latour-Argant in Bellon, Nourissat et al. 2005). La longue séquence palynologique de ce site permet notamment de remarquer des phases plus humides, marquées aussi par des limonages de crues, alternant avec des épisodes d’anthropisation plus marqués que, en revanche, l’analyse archéologique ne permet pas de percevoir dans le détail, même si certaines structures fossoyées sont atteintes par des remontées d’humidité. D’après l’étude malacologique (Martin in Bellon, Nourissat et al. 2005), des plans d’eau libre sont encore existants dans le paléochenal au cours de l’occupation.

3. 4. Conclusion

1120 ans de fouilles ont permis la restitution d’une mosaïque de milieux ; cette variété de paysages semble à l’origine de l’intérêt de la plaine de Vaise et de ses versants à la fin du Premier âge du Fer. Mais la proximité des cours d’eau sur les cônes de déjection a rendu cette occupation partiellement précaire, car à tout moment ces derniers peuvent divaguer, comme on a pu le voir dans la restitution diachronique. Néanmoins, ce n’est pas à cette période que leur proximité était « dangereuse » mais plutôt durant l’Antiquité, en conséquence d’un import anthropique plus fort sur le milieu. La crise hydroclimatique du début du Premier âge du Fer n’est donc pas aussi bien enregistrée sur les versants que sur le fleuve Rhône dans le secteur de Lyon à la différence de la moyenne vallée du Rhône (Berger et al., dans ce volume).

12La Tène, période plus sèche et généralement sans traces sédimentaires, est plus difficile à caractériser, d’autant que le secteur n’est réoccupé qu’aux IIe-Ier siècles avant J.-C. L’abandon de l’occupation des VIe-Ve siècles avant J.-C. ne s’explique donc pas par des phénomènes naturels en l’état des connaissances. En revanche, d’un point de vue taphonomique, les ravinements antiques ont pu contribuer à l’érosion de sites protohistoriques comme en témoignent quelques tessons trouvés dans les paléotalwegs.

4. L’OCCUPATION HUMAINE : VESTIGES D’AMÉNAGEMENTS

13Ces particularités du site : épaisses couches limoneuses, nombreux talwegs ayant provoqué des ravinements et autres débordements, occupations antiques, médiévales, substructures modernes et contemporaines inhérentes à toute fouille urbaine rendent délicate la lecture des paléosols archéologiques alors que les structures en creux demeurent évidemment les témoignages les plus présents. Fosses-silo, fosses à déchets, foyers en cuvette, mais aussi foyers à plat, four, négatifs de poteaux, négatifs de piquets constituent l’essentiel des vestiges rencontrés, auxquels on associera quelques rares sols aménagés.

4. 1. Traces de bâtis

14Les plans de bâtis sont généralement difficiles à dresser en l’absence de nombreux négatifs de poteaux : souvent, seuls quelques alignements sont perceptibles et c’est la présence de foyers et de fosses à déchets qui concourt à interpréter ces derniers comme des vestiges d’habitations (fig. 5). Quelques rares sols aménagés, en terre ou en radiers de petits galets surmontés d’une couche de terre indurée, délimitent clairement des espaces fermés, interprétés comme des ateliers (nombreux résidus de forge à Berthet 1) ou des habitats ; ainsi l’un d’entre eux présente un plan rectangulaire de 10,50 m/3,50 m avec petits poteaux internes et négatifs de poteaux ou double poteaux en bordure (fig. 6) (Bellon et al. en préparation). Enfin, des aires de circulation extérieures (cours, espace entre plusieurs bâtis) peuvent être, elles aussi, aménagées à partir de galets, plus rarement de dalles de schistes.

15Au sein de ces occupations, d’autres aménagements sont identifiables grâce à des négatifs de piquets qui permettent parfois de définir des espaces clos de petite taille interprétés comme des enclos (fig. 7) alors que certains entourent des fosses, vestiges de palissades ou de superstructures.

4. 2. Les fosses

16Indissociables des occupations de cette époque, les fosses demeurent les structures les plus nombreuses (fig. 6). Interprétées majoritairement comme des fosses à déchets, souvent regroupées en bordure des bâtis, elles présentent, par leurs tailles, mais aussi leurs formes assez hétérogènes, des volumes de stockage fort variés, de moins de 0,5 m3 à plus de 3 m3. Les grandes fosses quadrangulaires à fond plat sont interprétées comme des fosses-ateliers par leur contenu : nombreux déchets de faune ou de travail du fer (cf. infra). Enfin, si les fosses-silo ne présentent pas toujours le profil typique que l’on attribue généralement à ces structures – probablement est-ce le fait d’arasements ou encore d’effondrements – elles livrent bien, après analyses des prélèvements de sédiments, des grains de céréales (cf. infra).

4. 3. Un grenier

17Mais le stockage des céréales se faisait également dans d’autres aménagements ; ainsi, on observe que sur la fouille de Berthet 2 plusieurs grandes jarres de stockage, semi-enterrées (diam. : 50 cm), semblaient se situer en marge d’un habitat. De plus, un probable grenier (fig. 8) a été fouillé sur le site de Gorge de Loup. Les soubassements étaient réalisés à l’aide de galets de gros module, formant deux rangées parallèles, définissant un espace de 3,5 m/4,5 m (16 m2). Des éléments de poutres en chêne ainsi que des fragments de planchettes en sapin calcinées in situ témoignent d’une destruction par incendie. Une importante masse de torchis rubéfié portant les traces en négatif de branchettes et de planchettes fendues (3 cm ép.) recouvrait en partie l’intérieur ainsi que l’extérieur de la construction, suite à l’effondrement de cette dernière.

18Les paléosemences recueillies (plusieurs litres) appartiennent toutes à l’espèce Triticum spelta, le blé-épeautre, probablement conservé sous forme d’épis ou épillets au vu de la présence de bases d’épillets, ainsi que des semences adventices des cultures (folle-avoine, ivraie, oseille, myosotis, légumineuses, éliminées en cas de vannage) (étude P. Marinval, in Burnouf dir. 1988). On observera par ailleurs que des études menées sur des prélèvements de fosses sur le site de Berthet 2 (L. Bouby, in Bellon, Nourissat et al. 2005) témoignent « d’activités qui ne se limitent pas au décorticage et au nettoyage des blés vêtus, tâches qui bien souvent sont effectuées au quotidien dans le cadre des activités domestiques (Hillman 1981, 1984). La présence affirmée d’entre-nœuds d’épis d’orge, dans des proportions qui outrepassent celles des grains dans certains échantillons, montre que les activités de traitement immédiatement postérieures au battage étaient également pratiquées sur le site, ce qui tend à prouver que nous sommes confrontés à un habitat de producteurs agricoles et non de simples consommateurs ».

Fig. 5. Structures en creux (TP, fosses) sur les sites de Gorge de Loup et Berthet 2 (C. Bellon, C. Plantevin, S. Nourissat, Inrap).

Fig. 5. Structures en creux (TP, fosses) sur les sites de Gorge de Loup et Berthet 2 (C. Bellon, C. Plantevin, S. Nourissat, Inrap).

Fig. 6. Sol aménagé, négatifs de poteaux et fosses (DAO : B. Rambault, photo : C. Bellon, Inrap).

Fig. 6. Sol aménagé, négatifs de poteaux et fosses (DAO : B. Rambault, photo : C. Bellon, Inrap).

Fig. 7. Enclos et palissades (Horand 1) ; palissades en chêne (Gorge de Loup) (DAO : B. Rambault, Inrap, photos : équipe de fouille, SEMALY).

Fig. 7. Enclos et palissades (Horand 1) ; palissades en chêne (Gorge de Loup) (DAO : B. Rambault, Inrap, photos : équipe de fouille, SEMALY).

4. 4. Les foyers

19Si les plans d’habitations restent le plus souvent incomplets, outre les fosses à déchets – ces dernières majoritairement culinaires : céramiques, faune – les foyers témoignent également souvent d’une activité domestique in situ, plus rarement artisanale (fig. 8). Ce sont principalement les foyers à plat, quadrangulaires, construits à partir d’un radier de galets surmonté d’une sole d’argile, que l’on trouve à l’intérieur de ces habitats. Mais la cuisson pouvait aussi être effectuée par un système de gril comme en témoignent des fragments de plaque perforée (ép. : 4 cm, poids : 400 gr, dia. des perforations : 2,5 cm) récemment retrouvés en position secondaire dans le paléochenal de Berthet 2. Ces plaques de four, bien attestées dans le sud de la France dès la fin du VIe siècle jusqu’à la fin du IVe siècle, caractérisent des fours à céramiques, mais aussi domestiques, voire des grils, éléments mobiles appartenant à des « fours-grils complexes » (Nin 1999 : 242). Là, on a identifié le séchage des grains pour leur conservation, les fours à grils présentant une bonne ventilation. On retiendra également le boucanage des viandes, des poissons, ou des cuissons lentes au vu d’un supposé support de vase de cuisson (tore). Outre ces cuissons domestiques, d’autres foyers semblent dévolus à des activités le plus souvent de plein air ; sur la fouille de Horand 4 une dizaine de petits foyers en cuvette contenant des galets et/ou plaques de schiste chauffés, étaient éloignés de tout bâti (absence de négatifs de poteaux porteurs à proximité). Enfin, de simples lissages d’argile directement sur le niveau de sol, plus rares, témoignent probablement eux aussi de pratiques autres que domestiques.

4. 5. Des palissades

20L’espace, pour autant qu’on puisse l’observer dans des parcelles n’excédant pas les 2500 m2, est dans certains cas divisé par des palissades dont il est difficile de savoir s’il s’agit de séparations entre des secteurs voués au rejet des déchets et les habitats ou de délimitations entre zone d’habitat et d’artisanat par exemple. Seul le site de Gorge de Loup présente avec des palissades conservées une réelle séparation entre des sépultures et l’habitat (fig. 7) (Orcel et al. 1993).

5. ACTIVITÉS DE LA VIE QUOTIDIENNE ET ARTISANAT

21Régulièrement, sur toutes les fouilles, les artefacts qui témoignent des activités domestiques et artisanales sont bien attestés, même si le métal (bronze, fer) reste peu présent.

22Le matériel de broyage, percussion, mouture est représenté par des galets de quartzite, de grès, ou en roche dure alpine, granite, poudingue dont le support est légèrement modifié suite à l’emploi de ceux-ci (Sigaud 1991). Ces outils sont caractérisés par des plages piquetées, bouchardées ou lissées, mates ou lustrées suivant leur fonction et suite à leur utilisation comme percuteur, boucharde, broyon, coin, lissoir, polissoir, aiguisoir, meule (Saintot in Ramponi, Bellon et al. 2004). Certains sont directement liés au travail de broyage des céréales (meules, broyons), alors que d’autres (facettage sur plages distales ou opposées sur galets) témoignent d’emplois adaptés à des matériaux particuliers (ravivage de meules, travail de roches dures ouvragées ?) ; des galets oblongs portant une surface lissée induisent des lustrages ou lissages (lissoirs, polissoirs) de certains matériaux ou matières telles que l’os, le bois, le cuir ou encore la céramique ; pour cette dernière activité, un galet lustré (roche noire basaltique), de petite taille, semble caractériser une estèque (Bellon et al. en préparation) ; enfin, de rares galets perforés (grès) ou à encoches et à enlèvements opposés (quartzite) correspondent à des poids de filets (fig. 9).

23Si la pêche est avérée, la chasse aux oiseaux est également perceptible grâce à la présence d’une balle de fronde (poids : 16 g.) (fig. 9). L’apparition de ce type d’objet en terre cuite, connu par exemple sur le site contemporain de Bragny-sur-Saône (Feugère et Guillot 1986), serait à situer dans la deuxième moitié du VIe siècle, précédant, en Languedoc notamment, les balles en plomb du Ve siècle (Chaume 2001 : 174-175). On notera d’ailleurs une avifaune sur le site de Lyon (canard colvert, canard, corneille, grand corbeau cf. infra).

On signalera encore des poinçons et lissoirs en os, associés au travail des peaux et du cuir, ainsi qu’un tranchet et des couteaux en fer. Le travail des tissus est quant à lui attesté par des objets en os, épingles et fuseau (?), et en céramique : pesons, dévidoirs et fusaïoles (fig. 9) ; celles-ci présentent des formes cylindriques (Ia), arrondies (Ib2, Ib3), écrasées (Ic1), biconiques (IIa1, IIc1), piriformes (IIa4) fréquemment retrouvées sur les sites de Vix ou Bragny-sur-Saône (types in Chaume 2001 : 164, d’après Holstein 1998).

Fig. 8. Grenier (Gorge de Loup) et foyers (photo équipe de fouille, SEMALY, DAO : B. Rambault, Inrap).

Fig. 8. Grenier (Gorge de Loup) et foyers (photo équipe de fouille, SEMALY, DAO : B. Rambault, Inrap).

Fig. 9. La vie quotidienne et l’artisanat (dessins : C Plantevin, F. Pont, L. Kuntz, photos : C. Ramponi, C. Bellon, Inrap).

Fig. 9. La vie quotidienne et l’artisanat (dessins : C Plantevin, F. Pont, L. Kuntz, photos : C. Ramponi, C. Bellon, Inrap).

24Enfin, de rares outils et autres objets en fer (couteau, hache, alêne, anneaux, crochets, crampon, clous) et en bronze (épingles, aiguilles, passe-lacet) témoignent de divers travaux de la vie quotidienne.

5.1. Cornetterie-tabletterie

25Certaines grandes fosses, peu profondes, ont livré de nombreux déchets liés à des activités que l’on qualifiera non plus de domestiques mais de spécialisées ; ces « ateliers » semblent isolés en marge des habitats (Berthet 1, Gorge de Loup, Horand 1).

26Le travail de la corne (Kuntz 1995 ; Kuntz et al. 2000) a pu ainsi être mis en évidence dans de grandes fosses, sur plusieurs fouilles (Gorge de Loup, Horand 1 notamment), avec près de 600 fragments de chevilles osseuses de bœufs (quelques caprinés) associés à de rares outils (fig. 9). Les parties proximales des bases des chevilles portent des traces de sciage, de tranchage, voire de cassure indiquant des modes opératoires divers pour la collecte. Par la suite, les cornes sont débitées en tronçons à la scie (fig. 9), ces derniers portant rarement des traces de découpes longitudinales permettant de détacher des rectangles dans la longueur (11 x 5 cm par ex.). Si l’on excepte les bases et les pointes, de longueurs variables, on observe que les tronçons intermédiaires révèlent des modules dictés par l’utilisation qui devait être faite de la corne. Sur le site de Horand 1, il est possible d’identifier quelques plaques carrées (5 x 5 cm), quelques éléments rectangulaires de grande taille (10 x 14 cm, 12 x 6 cm) mais le plus souvent de 8 x 4 cm. Malheureusement, si l’on peut étudier ces déchets osseux et y voir un travail artisanal trahissant une collecte de la matière première (les frontaux étant absents), les effectifs étant supérieurs à ceux estimés à partir des déchets culinaires, la corne ne se conservant pas, il est impossible de restituer son utilisation. Quelques outils en fer ont été mis au jour sur le site de Gorge de Loup associés à ces déchets osseux : des râpes plates ainsi qu’un outil servant probablement à percer (cureter ?), alors que scie et couperet, bien qu’indispensables à l’artisanat, sont ici absents. Enfin, associé à ces chevilles osseuses, un dépôt de pattes de canidés, ainsi que des poinçons en os et des lissoirs sur galets témoignent également d’une activité de pelleterie sur le site de Horand I (Bellon et al. 1992).

5. 2. Le travail des métaux

5. 2. 1. Le fer

27Le travail du fer, s’il est présent, n’était jusqu’alors perceptible qu’à travers des déchets non réutilisables ainsi que par des aménagements partiellement conservés. Ainsi, sur le site de Berthet 1, une structure excavée de plan quadrangulaire (2,60/2,40/0,66 m ; 3,24m3, fig. 6 en bas à droite) – que l’on rencontre également sur le site de Bragny-sur-Saône – était associée à un reste de niveau de sol ; des aménagements en creux pouvant correspondre à l’emplacement d’une enclume ou de récipients, contenaient de nombreux déchets métalliques. De plus, plusieurs sites (Horand 1, rue du Souvenir, Berthet 1) ont par ailleurs livré en fosses d’épais fragments de parois de fours. Enfin, ont été mises au jour des calottes (ou culots) de forge, des scories ferreuses, rejets métalliques d’aspect bulleux (apparemment aucune scorie coulée résultant d’un travail de réduction du minerai n’a été observée), de petites et légères scories argilo-sableuses, blanches, bleues ou vertes, témoins de vitrifications, et enfin des battitures, plates (jusqu’à 1,5 cm) ou sphériques (billes de forgeage : 0,2-0,5 mm), produites par le martelage de l’objet en fer chauffé. Ces battitures qui pourraient permettre de localiser l’emplacement des enclumes, ont été retrouvées en fosse (balayage ?). L’emplacement des zones de travail peut être défini en fonction de la répartition spatiale et des quantités de déchets retrouvés (Ramponi, Bellon et al. 2004). Si l’ensemble de la chaîne opératoire ne peut être avéré, forgeage et martelage sont donc quant à eux réellement attestés. Avec un peu plus d’une centaine de kilogrammes de déchets divers, le site de Lyon n’est en rien comparable, dans l’état des connaissances, avec celui de Bragny qui témoigne d’une réelle spécialisation dans le travail des métaux (Flouest 1995 : 307 « jusqu’à 2 tonnes – de scories – sur 400 m2 »).

  • 4 Fouille Service Archéologique de la Ville de Lyon, S. Rottier dir. Nous remercions ce dernier pour (...)

28Suite à ces découvertes, la récente fouille de la rue des Tuileries4 complète nos connaissances et témoigne avec la mise au jour de nombreux objets en bronze et en fer, ainsi que d’abondants déchets associés à un four et deux foyers de forge, d’une activité in situ.

5. 2. 2. Le bronze

29Le travail du bronze est bien attesté par des creusets, des moules en terre cuite brisés et des déchets tels que chute de tôle de bronze, tiges martelées, objets abandonnés en cours de fabrication (plaque décorée non achevée (?), tiges de section carrée tordues ou aplaties à une extrémité liées à la production de fibules). Plusieurs fragments de petit moule en terre rubéfiée portent encore un fil de bronze : si l’hypothèse de déchet destiné à être refondu pouvait être envisagée dans un premier temps, on pensera également à des éléments permettant de retirer du feu le moule (fig. 9). On y associera une meule en grès fin (Berthet 1), présentant un petit plan de travail incurvé et poli par frottement, qui aurait pu servir à la finition des objets en bronze (ou en fer), notamment pour les débarrasser de leurs barbelures ou traces de moulage. Si une activité métallurgique de fonte, de martelage et de découpe d’un alliage de cuivre a pu être mise réellement en évidence, il reste toujours délicat de préciser plus avant le degré de technicité (artisanat ou travail ponctuel du métal ?). Parmi les objets en bronze recueillis, les bracelets (section hémisphérique, tampons) sont connus principalement en contexte funéraire ; les armilles, épingles, aiguilles, passe-lacet, fibules restent assez mal représentés. Parmi ces dernières, mis à part un unique exemplaire du type de la Certosa (fosse sans amphore), les fibules trouvent des comparaisons dans les ensembles bourguignons et jurassiens ; on notera la bonne représentation des fibules à timbale hémisphérique martelée sur le pied (Mansfeld F4 ; ici fig. 14, infra), quelques plus rares exemplaires à double-timbale (dP4 : avec corail ?), à pied dressé (F1) (Bellon et al. 1992) ou à ornement riveté sur le pied (dZ3).

6. DES SÉPULTURES

30Outre ces divers vestiges d’habitat, de rares sépultures à inhumation ont été mises au jour, toutes sur le site de Gorge de Loup, à l’extrémité sud de la plaine (Bellon 2003). Parmi six tombes, quatre semblaient être insérées dans un espace délimité par des palissades (fig. 7) et la lisière d’une forêt. Des datations carbone 14 sur les bois des coffrages placent certaines d’entre elles dans une phase finale de l’âge du Bronze. Pourtant la similitude de certaines parures dans différentes tombes (anneau en ambre) incite à rester prudent alors que des réemplois de bois pourraient être envisagés. On remarquera le soin apporté aux aménagements – drain sous les coffres, amas de galets avec chevet autour de la tête, probable tumulus en terre pour l’une des tombes, associé à un chemin de planches – et, a contrario, une relative discrétion du mobilier – absence de fibules, rares bracelets à tampons ou en perles de verre, unique épée. Enfin, quelques os erratiques, dont un éclat de boîte crânienne, pourraient appartenir à d’autres inhumations bouleversées, voire témoigner d’autres pratiques (Méniel in Burnouf et al. 1988).

7. LE MOBILIER

7. 1. Verre et coquillages

  • 5 Merci à G. Piques (CNRS, Lattes) pour son identification. La présence de Murex est également attest (...)

31Pour ce qui concerne les ensembles mobiliers, signalons en premier lieu des artefacts en provenance du sud de la Gaule : la vaisselle bien sûr (cf. infra), mais aussi deux fragments de flacons polychromes en verre, considérés comme des vases à parfum de provenance rhodienne (Feugère 1989 : 57 ; Bellon 2003). S’ajoutent à ces importations des coquillages : deux, en très mauvais état de conservation, sont des probables bivalves méditerranéens, alors que le troisième, intact, mis au jour dans le paléochenal de Berthet 2, est un Murex brendivis5 (fig. 9). Pour se limiter au Hallstatt D et à La Tène A, on peut signaler les exemplaires provenant des habitats du Mont-Lassois (Joffroy 1979 : fig. 108, n° 27-28) de La Heuneburg (Pecten maximus) (Mohen 1988 : 226), deux sites qui ont livré des céramiques provençales. De plus, des coquillages figurent en un exemplaire dans des sépultures parfois riches, en Thuringe (Halle-an-der-Saale) et en Alsace (Nordhouse, tumulus 4, tombe 4 : sépulture féminine avec pectoral de corail, d’ambre et coquillage). Pour les débuts du second âge du Fer, les mentions sont plus nombreuses, avec une distribution de la France orientale à la Slovaquie. On les signale à la fin du Ve siècle av. J.-C. dans l’habitat majeur de Zavist (République tchèque) ainsi que dans des tombes à mobilier privilégié : Hallein « tombe 44 » (Autriche), Asperg « Grafenbhul » (Allemagne) (Schönfelder 2003 : 318). En majorité, il s’agit de porcelaines de Méditerranée ou de l’Océan Indien (Cyprea ornamentaria annulus), mais d’autres espèces sont attestées (Venus species, Pecten Maximus), et notamment un unique Murex Trunculus, autre espèce comme la nôtre employée dans la fabrication de la pourpre. À Lyon, la découverte de coquillages importés dans un contexte de rejet est donc originale, si l’on considère l’importance accordée plus au nord à ce type d’exotica. Aucun indice d’utilisation artisanale n’a pu être décelé ; c’est donc probablement pour la curiosité des formes et des matières que ces pièces ont été rapportées de Méditerranée. Leur présence vient en tout cas souligner l’intensité des échanges entre le site protohistorique de Lyon et les rivages méditerranéens.

7. 2. Le vaisselier

32Autres témoins des relations avec les comptoirs grecs du sud de la Gaule (Marseille, Arles), les céramiques sont représentées d’une part par la vaisselle tournée fine, d’autre part par les amphores. Les céramiques d’importation, (attique, pâte claire, grise monochrome, amphores) représentent avec près de 5000 fragments, près de 14 % du total céramique (31358 tessons indigènes) (9 à 31 % selon les sites) (Bellon 2008 ; Bellon et al. en préparation).

7. 2. 1. La céramique grecque

33La vaisselle grecque (0,8 % du total des importations) (fig. 10) est représentée par 38 tessons à vernis noir et à figures rouges, d’origine probablement attique, parmi lesquels on peut différencier coupes (type « Bloesch C », de Castulo, Vicup, coupe-skyphos), skyphos et cratères et peut-être des lécythes. Les productions les plus anciennes remontent à 540 (skyphos à bande), alors que les coupes du type « Bloesch C » (vers 525-515/480) (Gantés 2003), Vicup (480-450) sont bien attestées ; deux probables coupes à figures rouges, dont l’une portant deux personnages, sont datées de la première moitié du Ve siècle (470-460) alors que d’autres figures rouges et un fragment de coupe à vernis noir, avec départ d’arceau convexe reliant des palmettes estampées, se situeraient dans le 3e quart du Ve siècle (430-425) ; enfin, une dernière coupe, du type dit « de Castulo », marque la fin de ce siècle.

Fig. 10. Céramique attique et à pâte claire (dessins : C. Bellon, C. Plantevin, DAO : B. Rambault, Inrap).

Fig. 10. Céramique attique et à pâte claire (dessins : C. Bellon, C. Plantevin, DAO : B. Rambault, Inrap).

Fig. 11. Céramique grise monochrome, amphores étrusques et massaliètes (dessins : C. Bellon, DAO : B. Rambault, Inrap).

Fig. 11. Céramique grise monochrome, amphores étrusques et massaliètes (dessins : C. Bellon, DAO : B. Rambault, Inrap).

7. 2. 2. La céramique à pâte claire

34La vaisselle tournée à pâte claire présente peu de formes identifiables à cause d’une intense fragmentation (fig. 10). On peut toutefois identifier des cruches grâce à des bords et des fonds annulaires alors que des bases plates pourraient correspondre à des olpées. Certains bords, déversés, présentant une légère moulure, pourraient appartenir à des cruches de type « CL-MAS 543 » (Py et al. 2001 : 738), forme ancienne, typique des ateliers de Massalia dès le VIe siècle et pendant le Ve siècle. Les coupes, quant à elles, demeurent beaucoup plus rares, ou tout au moins plus difficilement identifiables. Quelques réparations sur ces vases indiquent leur réutilisation et la valeur qu’on leur portait.

7. 2. 3. La céramique grise monochrome

35La vaisselle tournée, fine, grise monochrome (fig. 11), est en assez faible proportion à Lyon (6 %) ; il s’agit de formes copiées sur le vaisselier grec. Quelques petits bols sont présents, mais les coupes demeurent les plus présentes (types « GR-MONO 2, 2d, 2f, 3a, 5d » de Lattes), alors que les oenochoés sont rares, identifiées par des fragments de col et de panse.

7. 2. 4. Les amphores

36Enfin, les amphores (fig. 11) constituent la grosse part des importations méditerranéennes (79 %). Les amphores massaliètes sont les plus présentes avec plus de 3900 fragments, parmi lesquels on distingue plus de 70 bords identifiés, alors que certains sites n’ont livré que des fragments de panse ou d’anses, permettant de proposer un peu moins d’une centaine de conteneurs micacés, à de très rares exceptions non micacés. L’absence d’amphore entière ne permet de parler de typologie qu’en utilisant la classification des bords (Py et al. 2001) : on distinguera des bords de type « A-MAS Bd1a, 1, 2,3 et 4 », avec une prédominance du type 3, qui devaient équiper des amphores en toupie de type « A-MAS 1 » produites à Marseille de 540 à 475, des amphores sphériques « 2A » (Ve siècle : surtout la première moitié) et des amphores de type « A-MAS 2B » caractéristique des 3 (2 ?) derniers quarts du Ve siècle. À noter également la présence de 2 mortiers à pâte micacée (Bellon 2008).

37Associées à ces productions de Marseille, des amphores étrusques (fig. 11) sont reconnues par moins d’une vingtaine de fragments, qui permettent d’identifier le type « A-ETR 4 » (Py et al. 2001 : 24-38), dont les productions et diffusion sont situées à la fin du VIe siècle et au Ve siècle. Des anses et fonds permettent enfin de proposer un minimum d’une dizaine de conteneurs (quinze ? : cf. Bellon et al. 2006).

7. 2. 5. La céramique indigène

38Enfin, la céramique indigène non tournée (fig. 12) peut être subdivisée schématiquement en une douzaine de groupes typologiques ; ces productions dénotent de fortes appartenances au domaine culturel hallstattien (Bellon à paraître). Pour les formes basses, on peut répertorier les miniatures, gobelets, jattes, bols, coupes profondes, écuelles, plats, coupes basses, alors que les formes hautes sont attestées par des pots et jarres, tandis que de rares faisselles et couvercles complètent la liste. Outre ces productions locales, on isolera de rares céramiques peintes (blanc, noir, rouge : bandes, triangles), à décor plastique (pâte fraîche pincée ou ajout de boulettes d’argile) et cannelées (tournées), probables productions septentrionales.

  • 6 Identification Veronica Ciccolani que nous remercions.

39Enfin, deux vases peuvent être isolés, pouvant être considérés comme des productions de la culture de Golasseca : un couvercle6 (fig. 12) de couleur gris sombre présente une forme de cône orné d’une double rangée de cannelures alors que l’extrémité se termine par un bouton de préhension (incomplet). La base semble avoir été marquée par un ressaut pouvant permettre d’insérer le couvercle dans un vase (traces noirâtres : poix ?) ; enfin, un gobelet (Ayala, Monin 1996 : fig. 7 n° 16) monté au tour, à pâte noire fine légèrement micacée, pourrait avoir une même origine en Italie du Nord.

8. LA FAUNE (fig. 13)

40Pour ce qui concerne la faune, les travaux de P. Méniel (inédit), de D. Lalaï (cf. rapports d’opérations) puis de T. Argant (Argant 1995, 1996, 2001) permettent de présenter une première synthèse d’après 15 000 restes osseux et dentaires étudiés. On notera l’écrasante domination du cortège domestique parmi les espèces consommées à cette époque (plus de 95 % du total). La triade domestique classique, qui à elle seule constitue l’essentiel des découvertes, est dominée par les bovins, suivis des porcs ; les chèvres et surtout les moutons, fournissant toutefois un complément non négligeable. À côté de ces espèces, les équidés et les chiens sont également systématiquement présents. La consommation des premiers est suspectée, celle des seconds assurée ; mais les chiens ont également fait l’objet de dépôts en fosses qui suggèrent des rapports différents avec l’homme. Enfin, les poules sont attestées sur seulement quatre sites (GDL, Horand 1, Souvenir, Berthet 2). Quant à la faune sauvage, elle se résume essentiellement au lièvre et au cerf, ainsi qu’au renard, au chevreuil et à l’aurochs ; des canards, oie et grand corbeau étant attestés ponctuellement. Si la plupart de ces restes osseux correspondent à des rejets de consommation, on a également pu mettre en évidence la récupération de la peau des bovins, des équidés et des chiens, ainsi qu’on l’a vu, celle des cornes de bovins et de caprinés.

Fig. 12. Céramique indigène (dessins : C. Bellon, DAO : B. Rambault, Inrap).

Fig. 12. Céramique indigène (dessins : C. Bellon, DAO : B. Rambault, Inrap).

Fig. 13. Proportions au sein de la triade domestique au Hallstatt à Lyon (T. Argant, Archeodunum).

Fig. 13. Proportions au sein de la triade domestique au Hallstatt à Lyon (T. Argant, Archeodunum).

41Ces résultats se placent dans une interface entre la vallée de la Saône, où les porcs dominent en pourcentage de restes, suivis des caprinés, et la région méditerranéenne où les caprinés dominent plus ou moins largement ce cheptel. À Lyon, la place des bovins dans l’alimentation peut être liée à l’importance de l’artisanat de cornetterie ou à un environnement très ouvert et humide (comme en témoignent les analyses carpologiques et palynologiques), plus favorable à leur élevage qu’à celui des caprinés ou des porcs.

9. CONCLUSION

42Que peut-on dire à l’issue de 20 ans de fouilles préventives sur l’occupation de Lyon au Premier âge du Fer ? Cette occupation protohistorique, pressentie depuis la Renaissance par des érudits locaux (cf. Bellon, Perrin, 2004, 2007), est aujourd’hui réalité. La régularité des découvertes confirme l’hypothèse (colloque de Vix 1993 : Perrin, Bellon 1997) d’une vaste agglomération des VIe-Ve siècle av. J.-C. rive droite de la Saône. Le site semble en effet se mettre en place dès le VIe siècle av. J.-C., les premières importations arrivant dans la seconde moitié du siècle et se prolongeant jusqu’à la fin du Ve siècle, avant le probable abandon de ce secteur de Lyon. À ce jour, ce site, culturellement hallstattien, ne semble pas présenter une évolution spatiale, mais occupe immédiatement une vaste superficie qui reste encore à préciser ; pour ce que l’on en voit, l’habitat est peu dense, sans organisation apparente, excepté celle dictée par les nombreux ruisseaux et rivières, mais l’extension des surfaces fouillées n’interdit pas de découvrir des espaces plus structurés.

43Au sein de la « culture du Jura » le site qui de prime abord présente les meilleures analogies avec celui de Lyon est l’habitat princier de La Heuneburg, plus exactement le vaste « faubourg » de plus de 30 ha qui s’est développé au pied de la fameuse forteresse (Metzler et al. 2006). Cependant, sur les bords de Saône, rien ou si peu (Perrin, Bellon 1997 ; Bellon, Perrin 2007) ne vient étayer l’hypothèse séduisante d’un site fortifié de hauteur qui permettrait de ranger le site de l’antique Lugdunum dans la catégorie des sites princiers hallstattiens (vaisselle métallique, tumulus...). A contrario, rien n’interdit d’envisager l’arasement d’une fortification sise sur les hauteurs dominant la plaine de Vaise, à l’exemple du Hohenasperg, détruit par une occupation médiévale.

Fig. 14. Fibule à timbale (photo : C. Bellon, Inrap).

Fig. 14. Fibule à timbale (photo : C. Bellon, Inrap).

Mais le modèle princier, d’ailleurs assez éloigné géographiquement et aujourd’hui largement remis en question, ne serait-ce que par la découverte de petits habitats de plaine livrant eux aussi des importations (Hochdorf, Bopfingen) (Biel 1997 ; Krause 2002). Est-il le seul auquel se référer ? Depuis quelques années les recherches mettent en lumière l’existence d’agglomérations ouvertes étendues sur des dizaines d’hectares – plus d’une centaine parfois – de la Vénétie au Berry (Buchsenschutz, Ralston 2001), certaines à mi-chemin entre les cités gréco-étrusques et la culture du Jura. Le site de Lyon n’est-il pas plus proche de ces sites qui jouent manifestement le rôle d’interface économique ? Enfin, il est difficile d’ignorer la multiplication en Gaule méridionale de sites de grande superficie, à l’exemple de celui de Béziers (45 ha) (Ugolini, Olive 2006). Dans la vallée du Rhône, le site fortifié de Soyons est doublé d’une étroite occupation de plaine contemporaine longeant le cours du Rhône sur, semble-t-il, un kilomètre. Comment déconnecter Lyon de ce phénomène manifestement né de la fondation de Massalia ? Clairement lié au négoce massaliote, le site de Lyon semble de plus polariser un territoire en redistribuant vers des sites tels que Vénissieux et Saint-Priest (cf. Nourissat, Ramponi dans ce volume) une partie des importations méridionales qu’il recevait via la vallée du Rhône.

44Comme on le voit, par-delà les acquis de 20 ans de recherche subsistent encore bien des incertitudes et il est clair que seule la poursuite des recherches de terrain permettra de clarifier l’image obtenue à ce jour. Sans doute y a t-il derrière ce phénomène quelque chose en rapport avec l’apparition des villes en Occident et sur ce point, rappelons que Lyon dispose justement d’un récit de fondation préromaine qui rappelle les mentions de la Pyrénè d’Hérodote (II, 33) et de l’Avaricum biturige d’Ambigatos chez Tite-Live (V, 34) (Bellon, Perrin 2007).

Bibliographie

Bibliographie

ARGANT J., 1995 – Le paysage lyonnais et son évolution d’après les données palynologiques. In : L’arbre et la forêt, le bois dans l’Antiquité, Lyon, Université Lumière Lyon 2, p. 35-43 (Publications de la bibliothèque Salomon-Reinach, fasc. 7).

ARGANT T., 1995 – La Protohistoire dans le département du Rhône. Un exemple de Rapport de l’archéozoologie : le site de la rue du Docteur Horand (Lyon-Vaise). Mémoire de Maîtrise des Sciences et Techniques, Lyon, Université Lumière Lyon 2, 77 p.

ARGANT T., 1996 – Approche archéozoologique du Premier âge du Fer de la plaine de Vaise à Lyon (Rhône). Mémoire de D.E.A., Lyon, Université Lumière Lyon 2, 78 p., 22 fig., 19 tab., 5 pl.

ARGANT T., 2001 – L’alimentation d’origine animale à Lyon des origines au XXe siècle. Thèse de Doctorat. Lyon, Université Lumière Lyon 2, 856 p., 28 tab., 44 fig.

AYALA G., MONIN M., 1996 – Un nouveau site d’occupation de la transition du 1er au 2e âge du Fer en plaine alluviale de Vaise (Lyon 9e), Revue Archéologique de l’Est, 47, p. 47-66.

BELLON C., 2003 – Lyon au Premier âge du Fer (540-400 avant J.-C.), p. 70- 75 ; Les sépultures de Gorge de Loup, p. 76-79 ; Les premières importations, p. 84-85. In : POUX M., SAVAY-GUERRAZ H. dir., 2003 – Lyon avant Lugdunum, exposition au musée de la Civilisation gallo-romaine, 22 mars –, 30 novembre 2003, Lyon. Gollion, Infolio.

BELLON C., 2008 – Les témoignages du commerce méditerranéen à Lyon à la fin du Ier âge du Fer. Bulletin archéologique, 33, p. 11-12.

BELLON C., à paraître – Quelques réflexions autour du vaisselier céramique du Ier âge du Fer à Lyon. In : CHAUME B. dir., à paraître – La céramique hallstattienne de France orientale : approches typologique et chrono-culturelle, UMR 5594, CRRAB, colloque international de Dijon, 21 et 22 novembre 2006.

BELLON C., PERRIN F., 2004 – Lyon gaulois : au-delà du mythe. In : Lyon de la préhistoire au Moyen-Age : 30 ans de découvertes dans la capitale des Gaules, Archéologia 415, p. 32-33.

BELLON C., PERRIN F., 2007 – Origines pré et protohistoriques de Lyon. In : LE MER A.– C., CHOMER C. dir., 2007 – Carte Archéologique de la Gaule, Lyon 69/2, Paris, Académie des Inscriptions et Belles Lettres, p. 124-133.

BELLON C., PERRIN F., RICHARDSON M., 1992 – Nouvelles découvertes protohistoriques à Lyon : le site de la rue du Docteur Horand, Revue Archéologique de l’Est, 43 – 2, p. 269-292.

BELLON C., NOURISSAT S., BONNET C., BOUBY L., BROUILLAUD S., CARRARA S., GISCLON J.-L., FALETTO J., FRANC O., LALAÏ D., LATOUR-ARGANT C., PERRIN F., PONT F., SAINTOT S., 2005 – Fouille des 24-34 rues Sergent Michel Berthet/Saint-Pierre de Vaise, 69009 Lyon, « Berthet II », Rapport Final d’Opération, Lyon, 2 vol.

BELLON C., COURTIAL J.-C., DURAND E., PERRIN F., SERGENT F., 2006 – À propos des importations étrusques de la moyenne vallée du Rhône aux marches de l’Auvergne. In : FRÈRE D. dir. avec la collaboration de MORIN A., 2006 – De la Méditerranée vers l’Atlantique. Aspects des relations entre la Méditerranée et la Gaule centrale et occidentale (VIIIe-IIe siècle av. J.-C.). Presses Universitaires de Rennes, p. 135-139.

BELLON C., FRANC O., PERRIN F. avec la participation de ARGANT T., en préparation – Les quatre fouilles de la rue du docteur Horand à Lyon.

BERGER J.-F., 2003 – La « dégradation des sols » à l’Holocène dans la moyenne vallée du Rhône : contextes morpho-climatique, paléobotanique et culturel. In : VAN DER LEEUW S., FAVORY F., FICHES J.-L. dir., 2003 – Archéologie et systèmes socio-environnementaux, Études multiscalaires sur la vallée du Rhône dans le programme ARCHAEOMEDES, Paris, CNRS, p. 43-167 (CRA Monographies, 27).

BERTRAN P., FABRE L., FRANC O., LIMONDIN-LOZOUET N., THIEBAULT S., 1998 – Evolution d’un versant au cours de l’Holocène à Vaise (France), Géographie Physique et Quaternaire, 52-1, p. 69-90,10 fig., 3 tabl., 3 pl.

BIEL J., 1997 – Le Hohenasperg et l’habitat de Hochdorf. In : BRUN P, CHAUME B. dir., 1997 – Vix et les éphémères principautés celtiques. Les VIe et Ve siècles avant J.-C. en Europe centre-occidentale, Paris, p. 17-22.

BRAVARD J.-P, VÉROT-BOLIRRÉLY A., SALVADOR P.-G., 1992 – Le climat d’après les informations fournies par les environnements sédimentaires fluviatiles étudiés sur les sites archéologiques. In : Le climat à la fin de l’âge du Fer et dans l’Antiquité (500 BC-500 AD), méthodes d’approches et résultats, Les Nouvelles de l’Archéologie, 50, p. 7-13.

BRAVARD J.-P., VÉROT-BOURRÉLY A., FRANC O. avec la collaboration de ARLAUD C., 1997 – Paléodynamique du site fluvial de Lyon depuis le Tardiglaciaire. In : BRAVARD J.-P, PRESTREAU M. coord., 1997 – Dynamique du Paysage, entretiens de géoarchéologie. Table ronde tenue à Lyon les 17-18 nov. 1995. Lyon, Service Régional de l’Archéologie de Rhône-Alpes, 282 p., 126 ill. ; p. 177-201 (Documents d’Archéologie en Rhône-Alpes, 15).

BUCHSENSCHUTZ O., RALSTONI. dir., 2001 – L’occupation de l’âge du Fer dans la vallée de l’Auron à Bourges : installations agricoles, funéraires et cultuelles (Xe-Ier siècle avant J.-C.). Bourges et Tours, 222 p. (Bituriga : archéologie de la cité, 2 et Revue Archéologique du Centre de la France, suppl. 22).

BURGA C., KLÖTZLI F., GLOOR M., 2001 – Swiss localities of early recognized Holocene climate oscillations, Characterization and significance. Vierteljahrsschrift der Naturforschenden Gesellschaft in Zürich, 146 /2-3, p. 65-74.

BURNOUF J. dir. BELLON C., MARTIN J.-M., VÉROT-BOURRÉLY A., 1988 – Le site de Gorge de Loup et son paléoenvironnement aux âges du Bronze et du Fer, Rapport Final d’Opération déposé au SRA Rhône-Alpes, DRAC, Lyon.

BURNOUF J. dir., BELLON C., MARTIN J.-M., VÉROT-BOURRÉLY A., 1989 – Lyon avant Lugdunum, un habitat du Premier âge du Fer à Vaise. In : GOUDINEAU C. dir., 1989 – Aux origines de Lyon. Lyon, Service Régional de l’Archéologie de Rhône-Alpes, p. 11-21 (Documents d’Archéologie en Rhône-Alpes, 2).

CHAUME B., 2001 – Vix et son territoire à l’âge du Fer. Fouilles du mont Lassois et environnement du site princier. Montagnac, Éd. Mergoil, 488 p., 155 pl. (Protohistoire européenne, 6).

DANSGAARD W., JOHNSON S. J., CLAUSEN H. B., DAHL-JENSEN D., GINDESTRUPN. S., HAMMER C. U., HVIDBERG C. S., STEFFENSEN J. P., SVEINNBJÖRNSDOTTIR A.E., JOUZEL J., BOND G., 1993 – Evidence for general instability of past climate from a 250 kyr ice-core record. Nature, 364, p. 218-220.

FEUGÈRE M., 1989 – Les vases en verre sur noyau d’argile en Méditerranée nord-occidentale. In : FEUGÈRE M. dir., 1989 – Le verre pré-romain en Europe occidentale. Montagnac, Éd. Mergoil, p. 29-62 (Monographies Instrumentum, 4).

FEUGÈRE M., GUILLOT A., 1986 – Les fouilles de Bragny I, les petits objets dans leur contexte du Hallstatt final, Revue Archéologique de l’Est, 37, p. 159-221.

FLOUEST J.-L., 1995 – Bragny-sur-Saône (Saône-et-Loire), centre d’activités métallurgiques du Ve siècle avant J.-C. In : BENOIT P, FLUZIN P. dir., 1995 – Paléométallurgie du fer et Cultures. Actes du Symposium International du Comité pour la sidérurgie ancienne de l’Union Internationale des Sciences Préhistoriques et Protohistoriques, Belfort – Sévenans, Institut Polytechnique de Sévenans, 1995. Belfort, Éd. Vulcain, p. 305-311.

FRANC O., VÉROT-BOURRÉLY A., BRAVARD J.-P., 2007 – Géographie et géoarchéologie du site de Lyon. In : LE MER A.– C., CHOMER C. dir., 2007 – Carte Archéologique de la Gaule, Lyon 69/2, Paris, Académie des Inscriptions et Belles Lettres, p. 95-108.

FRANC O., VÉROT-BOURRÉLY A., JACQUET P., LE NEZET-CELESTIN M., en préparation – Sédiments et archéologie à Lyon-Vaise depuis la fin des glaciers.

GANTÉS L.-F., 2003 – La coupe à vernis noir du type « Bloesch C ». In : ROLLEY C. dir., 2003 – La tombeprincière de Vix. Paris, Picard, p. 165-169.

HILLMAN G.-C., 1981 – Reconstructing Crop Husbandry Practices from Charred Remains of Crops. In : MERCER R. dir., 1981 – Farming Practice in British Prehistory. Edinburgh, Edinburgh University Press, p. 123-162.

HILLMAN G.-C., 1984 – Interpretation of archaeological plant remains : The application of ethnographic models from Turkey. In : VAN ZEIST W., CASPARIE W.-A. dir., 1984 – Plants and Ancient Man. Studies in Palaeoethnobotany. Rotterdam, Balkema, p. 1-41.

JOFFROY R., 1979 – Vix et ses trésors. Paris, Tallandier, 239 p.

KRAUSE R., 2002 – Ein frühkeltischer Fürstensitz auf dem Ipf am Nördlinger Ries. Antike Welt, 33, p. 493-508.

KUNTZ L., 1995 – Un atelier de cornetier du Ier Age du Fer à Lyon-Vaise, Rhône. L’étude des chevilles osseuses de la rue du Docteur Horand. Mémoire de Maîtrise des Sciences et Techniques, Université Lumière Lyon 2, 38 p.

KUNTZ L., ARGANT T., BELLON C., avec la collaboration de PERRIN F., 2000 – Un atelier de cornetier du Ier Age du Fer à Lyon. In : Des ivoires et des cornes dans les mondes anciens (orient-occident), Actes de la table-ronde de Lyon, Université Lumière Lyon 2, Institut d’Archéologie et d’Histoire de l’Antiquité, Lyon, p. 67-73, 2 pl.

METZLER J., MÉNIEL P., GAENG C., 2006 – Oppida et espaces publics. In : HASELGROVE C. dir., 2006 – Celtes et Gaulois, l’Archéologie face à l’Histoire, 4, les mutations de la fin de l’âge du Fer, Actes de la table-ronde de Cambridge, 7-8 juillet 2005, Glux-en-Glenne, Centre archéologiqque européen du Mont Beuvray, p. 201-224 (Bibracte, 12-4).

MOHEN J.-P., 1988 – La circulation des matières précieuses : l’ambre, l’étain, le corail et l’ivoire. In : MOHEN J.-P, DUVAL A. dir., 1988 – Les princes celtes et la Méditerranée, Rencontres de l’École du Louvre. Paris, La Documentation Française, p. 221-227.

NIN M., 1999 – Les espaces domestiques en Provence durant la Protohistoire. Aménagements et pratiques rituelles du VIe s. av. n. è. à l’époque augustéenne. Documents d’Archéologie Méridionale 22, p. 221-278.

ORCEL A., ORCEL C., TERCIER J., 1993 – L’état des recherches dendrochronologiques concernant l’Âge du Fer à Yverdon-les-Bains (canton de Vaud). In : KAENEL G., CURDY P. dir., 1992 – L’Âge du Fer dans le Jura. Actes du XVe colloque de l’A.F.E.A.F.. Pontarlier (France), Yverdon-les-Bains (Suisse), 9-12 mai 1991. Lausanne, p. 301-309 (Cahiers d’Archéologie Romande, 57).

PERRIN F., BELLON C., 1997 – L’occupation du Premier âge du Fer des bords de Saône à Lyon (Rhône). In : BRUN P, CHAUME B. dir., 1997 – Vix et les éphémères principautés celtiques, les VI-Ve siècles avant J.-C. en Europe centre-occidentale, Actes du colloque de Châtillon-sur-Seine, nov. 1993, Paris, Éd. Errance, p. 157-164.

PY M., ADROHER AUROUX A.-M., SANCHEZ C., 2001 – Dicocer. Lattara 14. Corpus des céramiques de l’âge du Fer de Lattes (fouilles 1963-1999). Lattes, Publication de l’UMR 154 du CNRS, Édition de l’Association pour le Développement de l’Archéologie en Languedoc-Roussillon, 2 tomes (Mélanges d’histoire et d’archéologie de Lattes).

PROVANSAL M., BRUNETON H., VELLA C., ARNAUD-FASSETTA G., BALLAIS J.-L., LEVEAU P., 2002 – Paléohydrologie holocène dans la basse vallée du Rhône, d’Orange à la mer. In : BRAVARD J.-P, MAGNY M. dir., 2002 – Les fleuves ont une histoire, paléo-environnement des rivières et des lacs français depuis 15000 ans. Actes du colloque de Motz (Savoie) 21-23 juin 2001. Paris, Éd. Errance, p. 251-258.

RAMPONI C., BELLON C., BONNET C., FRANC O., GISCLON J.-L., LALAÏ D., SAINTOT S., 2004 – Fouille des 24/34 rues Sergent M. Berthet / Cottin, 69009 Lyon, « Berthet I », DFS déposé au Service Régional de l’Archéologie de Rhône-Alpes, Lyon.

SALVADOR P.-G., BRAVARD J.-P., VITAL J., VORUZ J.-L., 1993 – Archaeological evidence for holocene floodplain development in the Rhône valley, France. Zeitschrift für Géomorphologie, Suppl.-Bd. 88, p. 81-95.

SCHÖNFELDER M., 2003 – Die etruskischer Bronzebecken aus dem Samsbacher Forst, Lkr Schwandorf, Mainz, Jahrbuch des Römisch Germanischen Zentralmuseums 48,2001, p. 309-335.

SIGAUD F., 1991 – Un couteau ne sert pas à couper mais en coupant. Structure, fonctionnement et fonction dans l’analyse des objets. 25 ans d’études technologiques en Préhistoire. In : XIe Rencontres Internationales d’Archéologie et d’Histoire d’Antibes, Juan-les-Pins, Éd. APDCA, p. 21-34.

UGOLINI D., OLIVE C., 2006 – 600 – 300 av. J.-C., la naissance de la ville : exposition au Musée du Biterrois, Béziers, 16 septembre-12 novembre 2006. Béziers, Impr. Estrabols (Béziers, Musée du Biterrois, 1).

VÉROT-BOURRÉLY A., ARGANT J., BRAVARD J.-P., CHAIX L. avec la collaboration de BELLON C., PLANTEVIN C., BURNOUF J., 1995 – Le paléoenvironnement du site de Gorge de Loup (Lyon 9è) : les signes matériels de la dégradation d’après l’étude interdisciplinaire du gisement. In : Actes des XVe rencontres internationales d’Archéologie et d’Histoire d’Antibes, 20-22 octobre 1994. Juan-les-Pins, Éd. APDCA, p. 43-77.

Notes

1 Renseignement L. Françoise dit Miret, SRA Lyon, que nous remercions.

2 Ces chiffres ne prennent pas en compte une fouille récente rue des Tuileries (proche de la rue du Docteur Horand), ville de Lyon.

3 Analyses polliniques : Catherine Latour-Argant, ARPA : Association de Recherche Paléoécologique en Archéologie, UFR des Sciences de la Terre. UCB Lyon I, Géode, 2, rue Raphaël Dubois, 69622 Villeurbanne Cédex. Analyse malacologique : S. Martin, Institut Méditerranéen d’Écologie et de Paléoécologie, UMR 6116 du CNRS, Bâtiment Villemin – Domaine du Petit Arbois – Avenue Philibert, BP 80 – 13545 Aix-en-Provence cedex 04. Étude carpologique : L. Bouby, Centre de Bio-Archéologie et d’Écologie (CBAE), UMR 5059, CNRS/ UM2/EPHE, Institut de Botanique, 163 Rue Auguste Broussonet, F- 34090 Montpellier.

4 Fouille Service Archéologique de la Ville de Lyon, S. Rottier dir. Nous remercions ce dernier pour nous avoir présenté les données de cette fouille.

5 Merci à G. Piques (CNRS, Lattes) pour son identification. La présence de Murex est également attestée récemment à Bourges, site contemporain du Ier âge du Fer ; information orale d’O. Buchsenschutz (Directeur de Recherches au CNRS, Paris) que nous remercions.

6 Identification Veronica Ciccolani que nous remercions.

Table des illustrations

Titre Fig. 1. Situation de Lyon et vue vers le nord de la plaine de Vaise (DAO : B. Rambault, Inrap ; photo : SEMALY, Lyon).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/18131/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 113k
Titre Fig. 2. Lyon au Ier âge du fer : localisation des fouilles et sondages. Cartographie : C. Bellon, DAO : B. Rambault, Inrap.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/18131/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 91k
Titre Fig. 3. Carte topo-hydrologique de la plaine de Vaise-Sus
Légende a : sans talweg GR et chenal âge du Fer – b : sans chenal âge duFer – c : avec chenal âge du Fer – d : Emplacement présumé du chenal tardi-glaciaire en plaine de Vaise
Crédits Cartographie : O. Franc, DAO : B. Rambault, Inrap.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/18131/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 1,2M
Titre Fig. 4. Exemple de paysages reconstitués du site de Gorge de Loup (dessin : C. Plantevin, Inrap) (Vérot-Bourrély et al. 1995).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/18131/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 183k
Titre Fig. 5. Structures en creux (TP, fosses) sur les sites de Gorge de Loup et Berthet 2 (C. Bellon, C. Plantevin, S. Nourissat, Inrap).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/18131/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 106k
Titre Fig. 6. Sol aménagé, négatifs de poteaux et fosses (DAO : B. Rambault, photo : C. Bellon, Inrap).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/18131/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 180k
Titre Fig. 7. Enclos et palissades (Horand 1) ; palissades en chêne (Gorge de Loup) (DAO : B. Rambault, Inrap, photos : équipe de fouille, SEMALY).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/18131/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 133k
Titre Fig. 8. Grenier (Gorge de Loup) et foyers (photo équipe de fouille, SEMALY, DAO : B. Rambault, Inrap).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/18131/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 175k
Titre Fig. 9. La vie quotidienne et l’artisanat (dessins : C Plantevin, F. Pont, L. Kuntz, photos : C. Ramponi, C. Bellon, Inrap).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/18131/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 160k
Titre Fig. 10. Céramique attique et à pâte claire (dessins : C. Bellon, C. Plantevin, DAO : B. Rambault, Inrap).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/18131/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 81k
Titre Fig. 11. Céramique grise monochrome, amphores étrusques et massaliètes (dessins : C. Bellon, DAO : B. Rambault, Inrap).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/18131/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 64k
Titre Fig. 12. Céramique indigène (dessins : C. Bellon, DAO : B. Rambault, Inrap).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/18131/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 73k
Titre Fig. 13. Proportions au sein de la triade domestique au Hallstatt à Lyon (T. Argant, Archeodunum).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/18131/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 62k
Titre Fig. 14. Fibule à timbale (photo : C. Bellon, Inrap).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/18131/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 15k

© ARTEHIS Éditions, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search