Version classiqueVersion mobile

De l’âge du Bronze à l’âge du Fer en France et en Europe occidentale (Xe-VIIe siècle av. J.-C.)

 | 
Henri Gaillard de Sémainville

Thème régional la moyenne vallée du Rhône aux âges du fer, actualité de la recherche

L’architecture des remparts du plateau de Jastres, Ardèche (IIe siècle – milieu du Ier siècle avant J.-C.) : continuité ou rupture ?

Claude Lefebvre

Résumé

Jastres-Nord, une des deux places fortifiées du plateau de Jastres (Ardèche), est un site majeur pour l’étude du passage de la Protohistoire à l’époque romaine à l’ouest du Rhône. L’évolution architecturale de ses trois remparts successifs marque une véritable rupture avec tous les modes de construction connus en Gaule avant l’époque augustéenne. Elle est en rapport avec la romanisation des élites et elle pose la question du statut juridique de ce site fortifié.

Texte intégral

1Le plateau de Jastres dépend des communes ardéchoises de Lavilledieu et de Lussas. Il constitue l’extrémité nord des tables karstiques appelée « les Gras ». À cet endroit, le plateau s’élève vers l’ouest et se termine par un à-pic qui domine d’une hauteur de 130 m au nord et de 190 m au sud le petit bassin d’Aubenas où coule l’Ardèche (fig. 1). Deux habitats de hauteur fortifiés sont implantés à un kilomètre l’un de l’autre, à chaque extrémité de la falaise, en bordure de celle-ci (fig. 2).

2Faisant suite à une prospection en 1973, les travaux commencèrent en 1974 d’abord sous l’autorité de Y. Burnand (université de Nancy) puis se poursuivirent sans interruption sous la direction de l’auteur jusqu’en 1993, dans le cadre scientifique de l’ancienne UPR 290 du CNRS « Civilisations protohistoriques de la France méditerranéenne ». Les fouilles programmées terminées, le site de Jastres-Nord put bénéficier de travaux de restauration.

3Cet article se limite à la présentation des questions soulevées par l’étude architecturale des quatre remparts que totalisent les deux sites. Le lecteur pourra se reporter, pour les études chronologiques en particulier, à la publication de la thèse de Doctorat parue en juin 2006 dans la collection Gallia Romana (Lefebvre 2006).

1. APERÇU GÉNÉRAL DES DEUX SITES

1.1. Jastres-Sud

4Jastres-Sud (commune de Lavilledieu) est implanté à une altitude comprise entre 350 et 370 m qui correspond au sommet du plateau, juste au-dessus de l’échancrure appelée « Combe chaude ». C’est un site, approximativement rectangulaire, du type « appui sur à-pic ». Sur les trois autres côtés du rectangle, la protection est assurée par une enceinte en pierre sèche, longue de 950 m, large de 5,40 m, dépourvue de tours et enfermant un espace de 12 ha (fig. 3). Deux portes frontales, d’une largeur de 3,80 m, interrompent la continuité du mur au nord et au sud. Des escaliers sont aménagés dans l’épaisseur du parement intérieur (fig. 4).

5Le site est une étendue désolée où la roche affleure partout. Les secteurs de fouille (plus de 600 m2 au total) ont été ouverts le long de l’enceinte protégée par le colluvionnement et dans une petite dépression, à l’intérieur de la surface enclose, qui a servi de dépotoir.

6La faiblesse de l’occupation intérieure évoque plus un site refuge pour une petite population et son troupeau qu’un habitat permanent. Sa construction remonte au début du Ier siècle av. J.-C.

1.2. Jastres-Nord

7À l’autre extrémité de la falaise, Jastres-Nord (commune de Lussas) occupe un promontoire triangulaire qui domine le confluent du Louyre et de l’Ardèche à une altitude comprise entre 290 et 321 m. Il s’agit d’un éperon barré couvrant une superficie qui a été portée successivement de 5 à 7 ha (fig. 5). Les pentes sont très fortes en particulier celle de l’ouest formant un abrupt vertigineux au-dessus de l’Ardèche qui, au sortir des Cévennes, vient saper le pied de la falaise avant de se diriger vers le sud. Trois dispositifs de défense (appelés JN1, JN2, JN3) ont été construits à des époques différentes pour barrer l’éperon (fig. 6).

8Le premier rempart (JN1) est de facture protohistorique. Il est rectiligne et dépourvu de tours dans la partie subsistante, une cinquantaine de mètres sur une longueur totale estimée à 180 m. C’est un mur large de 4,80 m qui est construit comme celui de Jastres-Sud en pierre sèche, à double parement et blocage interne. Les parements sont en moyen appareil, faits de blocs non taillés d’épaisseur variable et disposés régulièrement.

Fig. 1. Le rocher de Jastres. Vue prise de la vallée de l’Ardèche. A gauche, Jastres-Nord ; à droite, Jastres-Sud.

Fig. 1. Le rocher de Jastres. Vue prise de la vallée de l’Ardèche. A gauche, Jastres-Nord ; à droite, Jastres-Sud.

Fig. 2. Photographie aérienne du plateau de Jastres (Photothèque de l’Ecole française de Rome. Mission 23SF-587-5PG, du 24 juin 1944, cliché 3085).

Fig. 2. Photographie aérienne du plateau de Jastres (Photothèque de l’Ecole française de Rome. Mission 23SF-587-5PG, du 24 juin 1944, cliché 3085).

Fig. 3. Vue aérienne de Jastres-Sud prise du nord.

Fig. 3. Vue aérienne de Jastres-Sud prise du nord.

Fig. 4. Jastres-Sud. Rempart est. Secteur 8. Escalier double.

Fig. 4. Jastres-Sud. Rempart est. Secteur 8. Escalier double.

9Une entrée de type « frontal », d’une largeur de 3,40 m, est précédée par une rue d’accès dont le sol est en cailloutis. Non loin de l’extrémité orientale, à 35 m à l’est de l’entrée précédente, une poterne large de 1,76 m ouvre également frontalement.

10Les nombreuses balles de fronde découvertes au cours du dégagement du rempart attestent la fonction militaire. Le maigre mobilier trouvé dans l’environnement de ce rempart très arasé date l’occupation du IIe siècle av. J.-C. et principalement de la fin de ce siècle.

11Le deuxième rempart (JN 2) a été construit quelques décennies plus tard, vers 80/70 av. J.-C., comme l’attestent principalement des fibules et des bracelets de cette époque. Alors que JN 1 barrait l’éperon d’est en ouest, JN 2 a une orientation générale N. E/S.O qui permet d’agrandir le site. À l’exception de l’extrémité du mur qui a disparu en bordure de la falaise, JN 2 est bien conservé puisque son élévation varie de 3 m à plus de 5 m (fig. 7).

12Ce rempart long de 232 m est constitué de 7 courtines, de 5 tours et d’un bastion à l’extrémité orientale. Les tours, masquées par celles plus récentes du rempart JN 3, étaient massives et plus larges (8,60 m) que débordantes (5,60 m). Les courtines, larges de 3,50 m, ont une longueur d’environ 25 m, à l’exception des courtines A et B qui encadrent une entrée très originale : un mur arrondi débordant de 11 m protège une entrée de type « frontal » large de 4,30 m (fig. 8). C’est la clavicula des camps romains ! Deux portes fermaient le passage : une herse (?) à l’entrée de la chicane et une porte en bois épaisse de 14 cm qui ouvrait sous une voûte reliant les courtines A et B. L’existence de cette dernière porte (fig. 9 et 10) est matérialisée par deux gros dés en grès ménageant un passage large de 3,05 m, par un butoir central ainsi que par une grande quantité de pièces métalliques (crapaudine, frettes, pentures, clous...) datant du dernier état du site. Le sol de la rue est constitué de petites pierres mêlées à du mortier.

13L’allure générale est celle d’un rempart protohistorique avec des murs de parement très épais retenant un blocage de pierres informes. Deux escaliers, dont un double en vis-à-vis comme à Jastres-Sud, sont construits dans l’épaisseur du parement intérieur (fig. 11). L’appareil est proche de celui des deux autres remparts déjà cités, mais la ressemblance s’arrête là, car l’ensemble de la maçonnerie est lié avec un mortier de chaux. Des analyses réalisées par Lafarge-Coppee-Recherche et par le Laboratoire de Géologie des Ensembles Sédimentaires de l’Université Nancy I ont révélé son caractère très élaboré. Il s’agit sans doute du plus ancien monument de la Gaule entièrement maçonné au mortier de chaux.

Fig. 5. Jastres-Nord. Vue aérienne de l’ensemble de l’éperon barré (cliché Mory / Lefebvre 1982).

Fig. 5. Jastres-Nord. Vue aérienne de l’ensemble de l’éperon barré (cliché Mory / Lefebvre 1982).

Rg. 6. Plan général de Jastres-Nord.

Rg. 6. Plan général de Jastres-Nord.

Fig. 7. Jastres-Nord. Parement intérieur du rempart JN2 de la courtine E à la courtine D.

Fig. 7. Jastres-Nord. Parement intérieur du rempart JN2 de la courtine E à la courtine D.

Fig. 8. Jastres-Nord. Vue générale de la clavicula.

Fig. 8. Jastres-Nord. Vue générale de la clavicula.

Fig. 9. Jastres-Nord. JN2. L’entrée principale : la chicane du type clavicula et son principe de construction.

Fig. 9. Jastres-Nord. JN2. L’entrée principale : la chicane du type clavicula et son principe de construction.

Fig. 10. La clavicula vue de l’intérieur du site (à l’arrière plan Jastres-Sud).

Fig. 10. La clavicula vue de l’intérieur du site (à l’arrière plan Jastres-Sud).

Fig. 11. Jastres-Nord. Rempart JN2. Escalier n° 1 (courtine E).

Fig. 11. Jastres-Nord. Rempart JN2. Escalier n° 1 (courtine E).

14Le troisième rempart (JN 3) correspond à un remaniement complet et spectaculaire de la fortification au milieu du Ier siècle av. J.-C. Il se divise en trois sous-ensembles :

– un secteur peu transformé : de la falaise à l’entrée (clavicula)

15Si la courtine A ne subit aucune transformation, en revanche le plan de la clavicula a été légèrement modifié à proximité de la porte en bois pour faciliter la manœuvre des charrettes. Les tuiles calcinées trouvées à son pied renseignent sur son mode de couverture ;

– un secteur profondément remanié : de la courtine B à la courtine G

16Une nouvelle fortification double le rempart JN 2 (fig. 12). À l’exception de la nouvelle courtine B qui supprime le coude que faisait l’ancienne, les autres, larges de 2,50 m, chemisent régulièrement la construction antérieure, ce qui porte à 6 m l’épaisseur totale des courtines accolées. De nouvelles tours, alternativement rondes et quadrangulaires, sont édifiées sur les vestiges des précédentes (fig. 13). Creuses, avec des murs larges de 1,80 m, elles étaient à l’origine pourvues d’un étage et couvertes d’une toiture de tuile qui culminait à dix mètres. Les tours rondes ont un diamètre extérieur moyen de 8 m. La tour II, presque carrée, est la plus massive avec des côtés avoisinant 10 m de longueur. Un mur de refend divise son niveau inférieur en deux pièces.

17Ce secteur, bien conservé avec une élévation qui varie de 2 m à presque 6 m, donne au site son aspect spectaculaire ;

– un secteur nouveau : de la courtine G à l’extrémité du promontoire

18C’est le prolongement de la nouvelle enceinte à partir du bastion terminal de JN 2 et, moyennant quelques inflexions de direction, le long du versant oriental. Si la longueur des courtines H et I passe à 34 m environ, leur largeur est toujours de 2,50 m. Elles sont flanquées de deux tours rondes qui se distinguent de celles de la double enceinte par le fait qu’elles possèdent une porte placée au niveau inférieur ouvrant directement sur l’intérieur du site. À proximité de la tour VI, un escalier accolé au parement intérieur permettait d’accéder au sommet de la courtine H.

Fig-12. Le rempart JN3 de la tour II à la tour V.

Fig-12. Le rempart JN3 de la tour II à la tour V.

Fig. 13. Le rempart JN3 de Jastres-Nord, de la tour II à la tour IV, vu de l’ouest (avec à l’arrière plan le massif du Coiron).

Fig. 13. Le rempart JN3 de Jastres-Nord, de la tour II à la tour IV, vu de l’ouest (avec à l’arrière plan le massif du Coiron).

19Au-delà de la courtine I, longeant le ravin oriental en direction de la pointe de l’éperon, apparaît un mur étroit (largeur : 1,25 m) qui est dépourvu de tours car la pente très forte ne rendait pas utile ce type d’ouvrage. Très arasé, il n’a été suivi que sur 104 m, ce qui porte à 426 m la longueur totale comme de la dernière enceinte. Nul doute que son prolongement se raccordait à la falaise à l’extrémité du promontoire.

20Une poterne du type « à recouvrement » est placée là où le rempart change d’épaisseur. Sa largeur est de 1,40 m seulement et elle était voûtée, à l’origine, comme l’entrée principale.

21L’élévation actuelle des murs entre les courtines G et I est faible, souvent inférieure à 1 m ; à partir de la poterne l’arasement est très important.

Des caractéristiques architecturales tout à fait originales

22Outre l’existence de tours creuses avec toiture de tuile et l’alternance de tours rondes et quadrangulaires dans la partie centrale du plateau, l’étude archéologique a révélé qu’un mortier de chaux, dont la composition est identique à celle du rempart JN2, a été utilisé et que sa répartition, selon des modalités étonnantes, détermine une construction tout à fait originale « en caissons ».

1.3. L’habitat de Jastres-Nord

23Comme la présentation de l’habitat ne relève pas de cette étude, nous nous limiterons à une évocation très générale pour ne pas isoler les fortifications de leur contexte.

24À l’intérieur de l’espace fermé par les remparts JN2 et JN3, des structures d’habitat très arasées ont été fouillées sur 5000 m2. Il ne subsiste que des fondations en pierre : principalement des murs à deux parements liés à la terre et larges de 0,40 m ainsi que des supports de cloison (en torchis sans doute) constitués d’un seul alignement de pierre.

25Le plus grand ensemble dégagé, en arrière de la tour VI et de la courtine H, mais totalement indépendant des enceintes, est orienté en fonction du relief. Les structures apparaissent sur une surface de 1800 m2 (fig. 14). L’habitat, qui a connu plusieurs états, y est structuré le long de rues et de ruelles parallèles. Des espaces trop étroits pour être des venelles séparent les maisons : cette caractéristique est propre à Jastres-Nord car elle n’existe pas sur les autres sites protohistoriques du Midi méditerranéen. L’arasement en dessous du niveau des seuils (un seul subsiste) ne nous donne aucun renseignement sur les ouvertures, sur la communication entre les pièces et, a fortiori, sur la nature des élévations (en pierre, à pan de bois, en brique crue sur solin de pierres ?). Les maisons sont allongées et celles qui donnent sur la rue principale présentent leur petit côté qui pourrait être constitué par une boutique ou une échoppe. Peut-on parler pour autant d’un urbanisme programmé ? Il faudrait des surfaces plus grandes et des fonctions bien identifiées pour F affirmer. Dans l’état des découvertes on se bornera à évoquer un habitat organisé régulièrement.

26Ailleurs, derrière le rempart JN 2, quelques structures d’habitat, toujours très arasées, ont été mises au jour parallèlement ou perpendiculairement à la fortification. Les plus récents d’entre eux (contemporains de l’état JN 3) sont séparés du rempart par un empierrement, visible par endroits, qui pourrait être un espace de circulation.

2. CONTINUITÉ OU RUPTURE ?

27Peut-on voir dans la construction des remparts des sites du plateau de Jastres l’illustration d’un passage sans rupture de la Protohistoire à l’époque gallo-romaine marqué par une romanisation de plus en plus évidente ?

2.1. Une unité de lieu

28À première vue l’idée de continuité s’impose : les sites fortifiés de hauteur du plateau de Jastres ont un faciès méditerranéen marqué, comme le révèlent aussi bien les superficies moyennes, les monnaies en circulation ou l’architecture en pierre. Cette architecture évolue à Jastres-Nord dans le cadre d’une unité de lieu – un éperon barré d’origine protohistorique – en passant, par étapes, d’un modèle purement indigène à un autre qui intègre des techniques romaines (le mortier) sans abandonner complètement pour autant certains principes de l’architecture traditionnelle.

2.2. Des critères technologiques et morphologiques qui font la différence

29En fait, s’il y a une continuité évidente, la rupture est bien réelle quand on isole les critères technologiques et morphologiques.

Fig. 14. Jastres-Nord. Secteur 5. Plan général des habitats. Toute la surface représentée a été systématiquement explorée.

Fig. 14. Jastres-Nord. Secteur 5. Plan général des habitats. Toute la surface représentée a été systématiquement explorée.

30Le rempart de Jastres-Sud ne présente aucune originalité particulière honnis sa longueur (952 m) : c’est une construction de type indigène en pierre sèche constituée d’un mur simple à deux gros parements encadrant un épais blocage. Il en est de même, avec une largeur moins importante (4,80 m contre 5,40 m), du premier rempart connu de Jastes-Nord (JN1). Tous les deux sont, comme sur beaucoup d’autres sites de la fin de l’âge du Fer en Gaule méditerranéenne, dépourvus de tours.

Fig. 15. Jastres-Nord. Rempart JN3. Lignes d’arases visibles sur le parement extérieur de la courtine E.

Fig. 15. Jastres-Nord. Rempart JN3. Lignes d’arases visibles sur le parement extérieur de la courtine E.

2.3. Le rempart JN2 : un équilibre entre la tradition protohistorique et l’innovation

31JN2 garde de la construction gauloise l’implantation du rempart et la technique des parements épais et bien appareillés qui contiennent la pression du blocage. Mais trois nouveautés, dont une est une singularité, apparaissent. En effet, l’emploi généralisé d’un mortier de chaux élaboré (qui a permis de maintenir une forte élévation tout en réduisant leur largeur à 3,50 m), la construction d’une clavicula pour protéger l’entrée (comme dans les camps romains), ainsi que la présence de tours quadrangulaires très régulièrement espacées (qui évoquent les fortifications italiques) attestent que les bâtisseurs connaissaient bien les techniques romaines de construction. Tous ces éléments concourent pour faire déjà de JN2 un rempart unique en son genre sur un site de hauteur.

2.4. L’enceinte JN 3 : des processus de construction inédits

32L’originalité est encore plus grande avec l’enceinte JN3 où alternent, sur le plateau, des tours quadrangulaires monumentales avec d’autres rondes, très détachées du rempart, annonçant en cela les tours de type B de l’enceinte augustéenne de Nîmes, selon la typologie de P. Varène. Toutes sont creuses et comportent deux niveaux et une toiture de tuile. Ces caractères, associés aux parements largement recouverts de mortier, ne font plus référence au modèle protohistorique, mais à un type de rempart en usage chez les Romains : on pense aux tours carrées à deux étages du dernier système défensif de Pompéi (fin IIe siècle av. J.-C.).

33Le montage des murs a été fait par étapes successives déterminant des bandes, parallèles entre elles, épaisses de 0,60 m à 1 m. Elles sont séparées par des assises de réglage bien visibles dans les parements des courtines et des tours quadrangulaires (fig. 15).

34L’utilisation d’un mortier de chaux dans des secteurs précis a déterminé une construction « en caissons » puisqu’elle réserve l’emploi de ce liant aux parements (sur une largeur d’une cinquantaine de centimètres), aux assises parallèles évoquées ci-dessus, ainsi qu’à des murets sommaires, placés transversalement entre deux assises à intervalles réguliers (de 1,30 m à 2,30 m). Ces murets à une face sont toujours légèrement inclinés pour contenir le blocage dépourvu de mortier qui se trouve en arrière (fig. 16 et 17).

35L’extérieur était soigné ce que ne révèle pas l’apparence actuelle. En effet, honnis les dés en grès de la porte principale qui sont taillés, les blocs utilisés, en calcaire local, sont bruts d’extraction ou quelquefois simplement retouchés à l’outil. Les moellons qui composent les parements sont souvent plus petits et de forme plus irrégulière que ceux utilisés dans les autres remparts. Ces faits étaient sans conséquence pour la solidité et l’esthétique : le mortier assurait la cohésion de l’ensemble et les joints des parements étaient « beurrés » et recouvraient plus ou moins les moellons tout en masquant les irrégularités des lits, ce qui était encore visible en quelques endroits lors de la mise au jour des parements.

36En fin d’analyse c’est donc la construction des murs de JN3 qui demeure une énigme. Les objectifs poursuivis sont multiples. La solidité est principalement assurée par l’épaisseur des parements maçonnés au mortier, tandis que la stabilité provient des assises régulières qui accueillent, à chaque fois, une nouvelle étape de construction. On a cherché également à faire une construction économisant le temps, les hommes et les moyens. En effet, le mortier ne représente que le tiers du volume total : à l’échelle des quantités nécessaires, le temps gagné sur la recherche, le transport, la fabrication des composants, ainsi que sur l’élaboration du produit lui-même et sur sa mise en œuvre est considérable.

Fig. 16. Jastres-Nord. Rempart JN3. Courtine F, partie occidentale. Trois niveaux d’arases, deux murs transversaux appartenant à deux niveaux différents. A gauche, l’épaisseur du parement lié au mortier.

Fig. 16. Jastres-Nord. Rempart JN3. Courtine F, partie occidentale. Trois niveaux d’arases, deux murs transversaux appartenant à deux niveaux différents. A gauche, l’épaisseur du parement lié au mortier.

37L’utilisation des arases comme plate-forme de circulation permet de monter une bande architecturale rapidement. Les murets transversaux créent une sectorisation qui facilite le travail des maçons en réduisant les risques d’éboulement. Si un échafaudage est utilisé, il ne sert qu’au montage de l’appareil de façade. L’emploi de blocs non taillés ainsi que la récupération d’un maximum de pierres de toutes les formes et de tous les calibres dans les carrières permettent également de gagner beaucoup de temps.

38Les choix précédents concernant les matériaux et la rationalisation du travail réduisent également les coûts de main-d’œuvre. Si celle-ci est relativement rare, l’augmentation de la productivité devient une nécessité. Si elle est potentiellement importante, c’est la durée de la construction qui peut-être réduite.

39La structure interne de la maçonnerie de JN3 est donc sans équivalent : elle n’est ni une construction protohistorique en pierre sèche où la solidité des parements permet de contenir la pression du blocage sur toute la hauteur de ces derniers, ni un mur romain classique en opus caementicium où la solidité provient du blocage fait de pierres noyées dans du mortier, le parement n’étant plus, dans ce cas, qu’une finition. Ce n’est évidemment pas un mur celtique à poutrage interne où les pièces de bois servent d’armature comme sur les oppida de la Gaule interne. En fait, l’enceinte JN3 emprunte aux trois techniques.

40Pour conclure sur cette question, il y a donc continuité dans la mesure où la mise en scène d’une enceinte de type urbain se fait sur un site d’origine protohistorique. Mais il y a rupture avec la construction indigène traditionnelle sur le plan de la technologie utilisée et sur celui de la morphologie : les remparts JN2 et plus encore JN3 sont des constructions sans équivalents à leur époque en Gaule.

Fig. 17. Jastres-Nord. Coupes longitudinales dans l’épaisseur de la courtine F de JN3 révélant une construction en caissons.

Fig. 17. Jastres-Nord. Coupes longitudinales dans l’épaisseur de la courtine F de JN3 révélant une construction en caissons.

3. LES FONCTIONS DES SITES FORTIFIÉS DE JASTRES

3.1. La fonction militaire

41Les deux sites sont installés sur des positions défensives, Jastres-Sud occupe les deux éminences du plateau en bordure de la falaise, tandis que Jastres-Nord est établi sur un promontoire aux défenses naturelles remarquables. De ces deux belvédères la surveillance du bassin d’Aubenas et du versant cévenol est aisée. Le plateau n’est pas isolé des voies de coimnunication naturelles : Jastres est le passage obligé quand on se dirige vers le Massif Central en venant de la vallée du Rhône par le pied du Coiron ou en remontant le cours de la moyenne Ardèche et inversement.

42La fonction militaire est essentielle pour les quatre remparts, tous édifiés à une époque où la situation politique est instable et les troubles fréquents. Les boulets et les balles de fronde, découverts nombreux à proximité du rempart JN 1 de Jastres-Nord, et en très grande quantité à Jastres-Sud, sont là pour le prouver.

43Des balles de fronde ont été trouvées également en arrière du rempart JN 2, mais ce sont les caractéristiques de la fortification qui illustrent le mieux sa fonction. À la solidité du mur protohistorique (des parements épais contenant le blocage) s’ajoute le fait que les blocs du parement et ceux du blocage sont liés au mortier de chaux. Les murs atteignent 6 m de largeur. Les tours rectangulaires, espacées de 25 m, permettent le croisement des tirs (balles de fronde, flèches). Quant à la clavicula qui protège l’entrée principale, elle oblige l’assaillant à longer la courtine B, à tourner le dos aux défenseurs placés sur cette courtine et sur la tour I, avant d’accéder à ce qui est sans doute une herse fermant l’extrémité extérieure de la chicane.

44L’enceinte JN 3 accroît encore la fortification du site en portant l’épaisseur des courtines du plateau à 6 m, en créant des tours plus débordantes que les précédentes et sans doute plus hautes (une dizaine de mètres pour la seule maçonnerie) et, enfin, en prolongeant la défense le long du versant oriental jusqu’à la pointe du promontoire. La clavicula est conservée, mais son tracé interne est légèrement modifié.

3.2. La fonction politique

45La fonction militaire n’est pas tout, car un rempart est aussi un moyen d’afficher l’identité et la puissance de ceux qui l’ont édifié. Cet aspect politique s’affirme au fur et à mesure des constructions : présent déjà dans les deux premiers remparts (en particulier à Jastres-Sud long de près d’un kilomètre), patent avec JN 2 dont les tours quadrangulaires dépassent peut-être la hauteur des courtines (6 m), il devient éclatant avec JN 3. En effet le caractère monumental de la muraille est à la hauteur de la volonté de puissance, puisque sa longueur restituée est d’environ 700 m avec, dans la partie barrant le plateau, des courtines doubles aussi larges que hautes (6 m) et des tours atteignant, avec leur toiture, une hauteur d’au moins 12 m.

4. UN FAISCEAU DE QUESTIONS

46Trois interrogations principales découlent des constatations précédentes :

  • quelle est la place des oppida de Jastres dans l’Helvie du Ier siècle av. J.-C.? Font-ils partie d’un réseau organisant le territoire de la cité ?

  • le caractère monumental des enceintes JN 2 et JN 3 n’est-il pas, compte tenu de leur époque de construction, le reflet à la fois matériel et symbolique de l’octroi d’un statut particulier ?

  • qui sont les maîtres d’ouvrage capables de faire construire des murailles sans équivalent en Gaule ?

4.1. Jastres-Nord est-il l’oppidum des Helviens au Iersiècle av. J.-C.?

47Hasard des découvertes ou réalité antique, l’examen de la carte des agglomérations et établissements en Ardèche au second âge du Fer (Durand 2001 : 79) révèle un vide archéologique. Les quelques implantations existantes privilégient la partie méridionale de l’Helvie, la vallée de la moyenne Ardèche, la bordure de la vallée du Rhône. Au Ier siècle av. J.-C., seuls deux sites fortifiés, placés au centre géographique de l’Helvie, sont attestés : les oppida de Jastres. À cette époque Saint-Marcel-d’Ardèche et Berrias-Casteljau ne sont plus des sites importants. Alba est une modeste bourgade qui ne se développera que plus tard, à la fin du Ier siècle av. J.-C. L’absence totale de « concurrence », la situation centrale, l’aspect monumental des enceintes sont des arguments pour voir dans Jastres-Nord le chef-lieu et même l’oppidum unique des Helviens, avant qu’un glissement de pouvoir ne se fasse au profit d’Alba.

48Mais un rempart, tout extraordinaire qu’il soit, suffit-il à faire une capitale ? Le site, est petit (7 ha), planté sur un rocher d’une aridité totale : atteindre la source – aujourd’hui un filet d’eau – située au pied du versant oriental est une expédition. Les habitats sont modestes, même si toute la surface n’a pas été exploitée archéologiquement. L’Helvie n’a jamais battu monnaie. Par ailleurs, que sait-on du sous-sol des villes ardéchoises actuelles ? L’aristocratie habitait-elle forcément et uniquement derrière une enceinte ? Il n’est donc pas assuré que Jastres-Nord ait été l’oppidum chef-lieu des Helviens.

4.2. Jastres-Nord est-il un oppidum latinum ayant reçu un statut d’autonomie ?

49Il est certain que la construction d’un rempart dans une province sous domination romaine ne peut relever du libre arbitre de la communauté concernée. En conséquence, n’y a-t-il pas un lien entre l’octroi d’une enceinte et un statut juridique d’autonomie accordé, en l’occurrence, aux Helviens ? C’est César en 49-48 qui a accordé le droit latin aux communautés de Transalpine (ou, au plus tard, Lépide en 43).

50Certains auteurs (Roth-Congès 1998 : 299-353) considèrent qu’un rapprochement est à faire entre la construction de remparts à Nîmes, Aix, Avignon et les réfections ou remaniements effectués sur des remparts préexistants à Gaujac (Gard), Laudun (Gard) et Jastres (Ardèche). Le point commun, c’est l’autonomie municipale : la liste des communautés qui ont bénéficié du droit latin est donnée par Pline (III, 31-37). Or cette liste correspond à la refonte opérée par Auguste au début de son règne et elle mentionne Alba Helvorum, ce qui signifie qu’à cette époque le transfert du chef-lieu a déjà eu lieu, si tant est que Jastres était bien, auparavant, l’oppidum des Helviens. Pour d’autres chercheurs, la construction des remparts, fût-elle aux frais de l’empereur, ne saurait rien prouver quant au statut juridique. En l’absence d’une inscription éclairant ce problème, il faut se garder de transformer en vérité ce qui n’est qu’hypothèse.

4.3. Le plateau de Jastres a t-il joué un rôle historique ?

51Reste à évoquer l’identité des maîtres d’ouvrage des remparts JN 2 et JN 3. L’étude archéologique a montré que les bâtisseurs étaient capables de fabriquer un mortier élaboré et qu’ils connaissaient aussi bien les fortifications urbaines d’Italie que celles des camps romains de campagne (clavicula).

52La relecture des textes antiques évoquant la Gaule au Ier siècle av. J.-C. nous conduit à penser qu’il y avait en Helvie deux partis, l’un favorable aux Romains, l’autre hostile, situation assez fréquente en Gaule jusqu’à l’intervention césarienne au moins. Le parti hostile pourrait être responsable des révoltes survenues en 77 av. J.-C. (Cicéron, pro Fonteio, V, 12-13 ; César, B.C., I, 35) qui furent sanctionnées par des confiscations de revenus fiscaux d’origine terrienne au profit de Marseille. Quant au parti pro-romain, il est représenté par C. Valerius Caburus et ses deux fils.

53En effet, César nous apprend (B.G., 1,47) qu’un prince helvien du nom de Caburus a reçu (sans doute vers 83) la citoyeimeté romaine de C. Valerius Flaccus, proconsul en Gaule Transalpine. C’est le plus ancien exemple connu d’une naturalisation d’un gaulois de la Provincia. Caburus avait-il servi dans l’armée romaine comme chef d’une troupe d’auxiliaires gaulois ? C’est probable. Sa promotion intervient donc quelques armées avant les troubles de 77 auxquels il ne s’associe pas, car César évoque notre Helvien dans une phrase qui se veut très flatteuse à l’égard de cette famille : le plus jeune fils de Caburus, Procillus, était au côté du général romain dès le début de la campagne militaire en Gaule (58 av. J.-C.) comme interprète et comme collaborateur direct. Les propos de César à son égard (B.G., I, 53) sont particulièrement élogieux quand il évoque sa joie d’avoir lui-même arraché aux Germains le jeune homme qui avait été fait prisonnier : « [il] était l’homme le plus estimable de toute la province de Gaule, son ami et son hôte, et la Fortune, en l’épargnant, avait voulu que rien ne fût ôté à la joie d’un pareil triomphe ». Ce passage est le seul de tout le Bellum Gallicum où César se départit de son ton froid pour exprimer avec vivacité un sentiment personnel.

54Le frère aîné de Procillus apparaît également dans le texte de César, à propos des événements de l’année 52 : Domnotaurus, c’est son nom, est qualifié de « princeps civitatis ». Il est donc le chef des Helviens, et il eut à organiser la défense de la cité menacée par les Gabales et les tribus arvernes de la frontière qui obéissaient à la stratégie de Vercingétorix. Domnotaurus passa à l’offensive, mais il fut tué au combat et les Helviens durent se réfugier dans leurs villes et leurs retranchements (César, B.G., VII, 65).

55Dans ces conditions, compte tenu de la concordance chronologique, comment ne pas faire un rapprochement entre cette famille aristocratique romanisée, très au fait des constructions militaires et civiles romaines, et la fortification de Jastres-Nord, cet « hapax » comme l’a dit avec humour C. Goudineau. Les remparts, si l’on suit cette idée, pourraient avoir été construits avec l’autorisation du pouvoir romain qui aurait ainsi récompensé la fidélité de ces notables helviens. Le caractère monumental de leurs murailles médiatiserait donc la puissance économique et politique de cette famille dirigeante.

56Ce n’est pas le rôle de l’archéologue ni celui de l’historien d’écrire un roman historique : rappelons qu’il ne s’agit là que de spéculations, qui – si séduisantes soient-elles – doivent rester, par définition, du domaine des hypothèses.

5. UNE HISTOIRE DE COURTE DURÉE

57Si l’occupation de Jastres-Sud semble contenue principalement dans la première moitié du Ier siècle av. J.-C., celle de Jastres-Nord est attestée dès le IIe siècle et perdure jusqu’à la fin du Ier siècle av. J.-C., au début du règne d’Auguste. Le site est encore sporadiquement fréquenté pendant un siècle, sans doute parce que la voie des Cévennes, ou tout au moins la dérivation de celle-ci qui le traverse, est toujours utilisée, même après l’écroulement du dispositif d’entrée. Par la suite, cette route visible sur les cadastres anciens prit le nom de « Vieille échelette ».

58L’abandon rapide de Jastres-Nord, phénomène bien connu ailleurs, contraste évidemment avec l’rurbanisation d’oppida comme le « Camp de César » à Laudun (Gard), Ruscino à Château-Roussillon (Pyrénées-Orientales) ou encore Alésia à Alise-Sainte-Reine (Côte-d’Or). Il est, par ailleurs, contemporain du développement d’Alba qui devient la capitale de l’Helvie romaine.

59La recherche à Jastres s’est donc intéressée au processus de romanisation par le biais de l’étude morphologique et technique des enceintes tout en dégageant l’originalité de leur construction.

60Au-delà d’un apparent changement dans la continuité, puisque l’évolution se fait de la Protohistoire à l’époque gallo-romaine sur un même site jusqu’à son abandon, il faut voir dans l’architecture des remparts JN 2 et JN 3 une véritable rupture avec tous les modes de construction connus en Gaule avant l’époque augustéenne.

61La question historique posée par les fortifications du plateau de Jastres constitue une problématique scientifique intéressante qui touche à l’histoire de la société gauloise de la Provincia : son évolution, la romanisation de ses élites, le statut juridique de ses sites fortifiés.

Bibliographie

Bibliographie

DURAND E., 2001 – L’Ardèche à la fin de l’âge du Bronze et aux âges du Fer (IXe siècle – Ier siècle av. J.-C.). In : DUPRAZ J., FRAISSE C., 2001 – Carte archéologique de la Gaule, l’Ardèche 07, Paris, Les Belles Lettrres, p. 70-81.

LEFEBVRE C., 1982 – Premières recherches sur le dispositif de défense de l’oppidum de Jastres Nord à Lussas (Ardèche). Revue Archéologique de Narbonnaise, 15, p. 103-133.

LEFEBVRE C., 2003a – Les habitats fortifiés de hauteur du plateau de Jastres (Ardèche) de la fin de l’âge du Fer au début de notre ère. Ardèche Archéologie, 20, p. 58-67.

LEFEBVRE C., 2003b – Un aménagement spectaculaire : le dispositif d’entrée et la clavicula de l’oppidum de Jastres Nord à Lussas (Ardèche). In : BATS M. et al. dir., 2003 – Peuples et territoires en Gaule méditerranéenne, hommage à Guy Barruol, p. 531-541 (Revue Archéologique de Narbonnaise, suppl. 35).

LEFEBVRE C., 2004 – Les oppida du plateau de Jastres (Ardèche) du IIe siècle av. J.-C. au début de notre ère : l’apport de vingt campagnes archéologiques. Revue du Vivarais, p. 5-30.

LEFEBVRE C., 2006 – Oppida helvica. Les sites fortifiés de hauteur du plateau de Jastres (Ardèche). Paris, De Boccard, 476 p., 16 pages couleur, 170 figures, 55 planches (coll. Gallia Romana VII).

ROTH-CONGÈS A., 1998 – L’architecture publique et monumentale. Revue Archéologique de Narbonnaise, 31, p. 299-353.

SAUMADE H., 1996 – Les sites fortifiés protohistoriques de l’Ardèche dans leur contexte méditerranéen. Aubenas, 206 pages, 47 photos h.-t.

Table des illustrations

Titre Fig. 1. Le rocher de Jastres. Vue prise de la vallée de l’Ardèche. A gauche, Jastres-Nord ; à droite, Jastres-Sud.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/18126/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 45k
Titre Fig. 2. Photographie aérienne du plateau de Jastres (Photothèque de l’Ecole française de Rome. Mission 23SF-587-5PG, du 24 juin 1944, cliché 3085).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/18126/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 54k
Titre Fig. 3. Vue aérienne de Jastres-Sud prise du nord.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/18126/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 27k
Titre Fig. 4. Jastres-Sud. Rempart est. Secteur 8. Escalier double.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/18126/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 37k
Titre Fig. 5. Jastres-Nord. Vue aérienne de l’ensemble de l’éperon barré (cliché Mory / Lefebvre 1982).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/18126/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 143k
Titre Rg. 6. Plan général de Jastres-Nord.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/18126/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 108k
Titre Fig. 7. Jastres-Nord. Parement intérieur du rempart JN2 de la courtine E à la courtine D.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/18126/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 52k
Titre Fig. 8. Jastres-Nord. Vue générale de la clavicula.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/18126/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 58k
Titre Fig. 9. Jastres-Nord. JN2. L’entrée principale : la chicane du type clavicula et son principe de construction.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/18126/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 28k
Titre Fig. 10. La clavicula vue de l’intérieur du site (à l’arrière plan Jastres-Sud).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/18126/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 37k
Titre Fig. 11. Jastres-Nord. Rempart JN2. Escalier n° 1 (courtine E).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/18126/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 61k
Titre Fig-12. Le rempart JN3 de la tour II à la tour V.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/18126/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 32k
Titre Fig. 13. Le rempart JN3 de Jastres-Nord, de la tour II à la tour IV, vu de l’ouest (avec à l’arrière plan le massif du Coiron).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/18126/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 115k
Titre Fig. 14. Jastres-Nord. Secteur 5. Plan général des habitats. Toute la surface représentée a été systématiquement explorée.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/18126/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 268k
Titre Fig. 15. Jastres-Nord. Rempart JN3. Lignes d’arases visibles sur le parement extérieur de la courtine E.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/18126/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 67k
Titre Fig. 16. Jastres-Nord. Rempart JN3. Courtine F, partie occidentale. Trois niveaux d’arases, deux murs transversaux appartenant à deux niveaux différents. A gauche, l’épaisseur du parement lié au mortier.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/18126/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 84k
Titre Fig. 17. Jastres-Nord. Coupes longitudinales dans l’épaisseur de la courtine F de JN3 révélant une construction en caissons.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/18126/img-17.png
Fichier image/png, 153k

Auteur

UMR 5140 (chercheur associé), 11 place de l’église, 57160 Châtel-Saint-Germain – cl.ca.lefebvre57@wanadoo.fr

© ARTEHIS Éditions, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search