Version classiqueVersion mobile

De l’âge du Bronze à l’âge du Fer en France et en Europe occidentale (Xe-VIIe siècle av. J.-C.)

 | 
Henri Gaillard de Sémainville

Thème régional la moyenne vallée du Rhône aux âges du fer, actualité de la recherche

Le site de l’îlot Cordier : un exemple récent de fouille de fossé de la Tène D à Lyon-Vaise

Pierre Jacquet, Odile Franc, Dominique Lalaï, Grégory Videau, Christine Vermeulen, Cécile Burel, Edwin Chambron et Alexandra Ribeiro

Résumé

La découverte d’un nouveau fossé à amphores à Vaise (Lyon), daté du milieu du IIe siècle av. J.-C., sans doute en relation avec le site de la rue du Souvenir mis au jour en 1992, relance la problématique de l’existence en plaine de Vaise d’un établissement hors normes dont la fonction reste à définir : lieu consacré voué à de grands banquets cérémoniels, emporion sur l’axe fluvial Rhône-Saône ?

Entrées d'index

Mots-clés :

Amphores, fossé, La Tène D, banquets

Keywords :

Amphoras, ditch, La Tene D, banquets

Texte intégral

1Depuis quelques années, les problématiques consacrées aux rites celtiques de consommation du vin sont régulièrement alimentées par des découvertes de « fossés à amphores ». Une fouille récemment conduite à Lyon, dans le quartier de Vaise (fig. 1), a permis d’ajouter une structure de ce type à un corpus local déjà étoffé, comprenant les découvertes du Verbe incarné, de l’Hôpital Sainte-Croix et de la rue du Souvenir (Poux 2004).

1. LES FOSSÉS ET LEUR COMBLEMENT

2L’intervention menée par une équipe Inrap à l’automne 2005 a concerné deux fossés parallèles et contigus fouillés sur une quarantaine de mètres de longueur (fig. 2). Ils présentent tous deux un profil et un gabarit similaires : parois obliques et fond plat étroit, 2,50 m de largeur et 1,30 m de profondeur.

3Le comblement du plus ancien, assez homogène, est très pauvre en artefacts (quelques tessons d’amphores). Il se décompose en trois étapes distinctes, mettant successivement en jeu les processus suivants : écoulements concentrés, écoulement boueux et remblaiement final.

4Le second fossé, recoupant le précédent, présente une séquence de remplissage plus complexe, homogène sur toute la longueur de tronçon fouillé, décomposé en six grandes étapes :

  • écoulements concentrés (phase E) ;

  • dépôt intentionnel de plusieurs centaines d’ossements animaux (phase D) ;

  • écoulements concentrés puis décantation (phase C) ;

  • probable curage (interface phases B et C) ;

  • rejet massif de d’artefacts (fragments d’amphores, céramique, matériaux de construction... phase B) ;

  • remblaiement final (phase A).

2. APPROCHE ARCHÉO-ZOOLOGIQUE

5Les nombreux vestiges fauniques recueillis proviennent du fossé le plus récent. Les deux tiers environ (687 fragments) ont pu être étudiés. Ils se répartissent de manière inégale dans quatre niveaux :

Nombre de restes déterminés (NRD) et nombre minimum d’individus (NMI) par taxon (ad : adulte, juv : juvénile).

6La faune est peu diversifiée et dans sa quasi-totalité à composante domestique. La triade classique du cheptel est présente ainsi que le cheval. De rares os de chien se rencontrent dans le remplissage B. Sauf pour ces derniers, de nombreux restes sont affectés de traces de découpe. La nature spécifique des vestiges, leur distribution anatomique, leur état et l’identification des séquelles qu’ils portent, permettent de reconnaître en eux des déchets de l’alimentation camée (boucherie et/ou consommation proprement dite). Leur présence dans un grand fossé et plus particulièrement dans le comblement D sous forme d’un lit continu de vestiges plus ou moins dense, a fait envisager de possibles dépôts rituels comme cela a été mis en évidence dans les sanctuaires gaulois de Gaule septentrionale (Méniel 1987, 1992). Toutefois, aucune organisation spatiale des vestiges ne transparaît ici. De plus, le cheval est découpé et consommé, caractéristiques qui, d’après P. Méniel, ne se rencontrent jamais sur les sanctuaires.

7Seuls les mobiliers osseux issus des niveaux B et D sont suffisamment étoffés pour être analysés. Dans les deux ensembles considérés, les restes de bovins sont toujours prépondérants (plus de 50 % des vestiges). Dans l’ensemble D, cette prédominance s’observe aussi bien sur le plan des restes que sur celui du nombre d’individus recensés. Tous ensembles confondus, il apparaît que les animaux sont abattus préférentiellement à l’âge adulte, parfois âgés (animaux réformés) mais aussi au stade juvénile entre 1 et 2 ans. Les hauteurs au garrot, calculées essentiellement sur des os longs de l’ensemble D, donnent une image d’animaux de petite taille qui pour les mâles se situent entre 109 et 129 cm (moyenne : 120,2 cm) et pour les femelles entre 104 et 123 cm (moyenne : 114,1 cm). Elles sont tout à fait compatibles avec celles qui sont reconnues chez les bovins de La Tène finale (Lepetz 1996 ; Méniel 1987).

Plus en retrait mais toujours bien marquée, l’importante présence du cheval apparaît comme surprenante (33.2 %). En effet, bien que cette espèce fasse l’objet d’une consommation régulière sur les habitats à l’époque gauloise, ses restes dans les dépotoirs sont toujours très limités (le plus souvent inférieurs à 5 %). Les individus concernés sont tous adultes. Leur modeste hauteur au garrot s’inscrit dans une fourchette de valeurs allant de 116 à 130 cm (moyenne de 122,6 cm).

Fig-1 • Localisation et environnement archéologique du site.

Fig-1 • Localisation et environnement archéologique du site.

Fig- 2. Plan et coupe des fossés.

Fig- 2. Plan et coupe des fossés.

8Un autre fait original ici est la faiblesse du nombre des porcins. Leur taux de représentation de 20,9 % dans l’ensemble B et surtout de 8,6 % dans D, sont nettement distincts de ceux obtenus dans les sites gaulois régionaux mais aussi du nord de la Gaule où leurs restes prédominent le plus souvent. Il semble que la consommation ait privilégié des animaux juvéniles de 1,5 an environ qui sont principalement des mâles (gestion équilibrée de l’élevage). Toutefois, des adultes sont également concernés ainsi qu’un porcelet.

9Les ovicaprins, parmi lesquels la présence du mouton est reconnue, sont encore plus faiblement représentés que le taxon précédent. Comme pour ce dernier, l’ensemble B est le mieux pourvu avec 10,2 % de restes, alors que seulement 1,7 % sont présents dans D. Ces données restreintes font apparaître que les animaux sont essentiellement des adultes et l’unique estimation de taille concerne un mouton dont la hauteur au garrot atteint 59 cm.

10Le chien arrive en dernière position dans le spectre faunique domestique et les rares témoins squelettiques observés apportent peu d’informations sur les animaux présents. On peut simplement signaler que tous sont adultes et qu’ils semblent de taille modeste à petite.

11Les compositions spécifiques des faunes des remplissages B et D sont sensiblement similaires. Seule l’espèce canine ne se retrouve pas dans les deux ensembles. Si pour les bovins s’observe une grande constance du taux de représentation, la part respective des porcins et des chevaux varie très sensiblement. L’explication en réside dans la nature des rejets. L’ensemble D est principalement constitué d’éléments squelettiques complets de bovins et de chevaux portant des traces de découpe. Bien que quelques restes osseux fragmentés de porcins et d’ovicaprins leurs soient associés, il est manifeste que l’on a affaire ici essentiellement à des rejets spécialisés d’activités bouchères. L’ensemble B quant à lui, renferme également, mais dans une bien moindre mesure, des déchets de boucherie de ces deux espèces ; toutefois, les restes fragmentés (déchets culinaires, reliefs de repas) prédominent, que ce soit pour les bovins, les chevaux mais aussi pour les autres taxons qui sont ici mieux illustrés que dans l’ensemble D. Cette composition plus éclectique quant à l’état des restes rencontrés, la plus fréquemment signalée dans les dépotoirs d’habitats, reflète les deux grandes étapes de l’alimentation camée : la boucherie et surtout la consommation stricto sensu.

12Si par les espèces présentes et les caractéristiques des animaux observés, la faune du site de l’îlot Cordier s’intègre tout à fait au paysage faunique de la période concernée, les proportions des différents taxons apparaissent comme assez singulières, notamment pour ce qui concerne l’ensemble D. En effet, si on les compare à ceux obtenus sur certains sites d’habitats voisins mais aussi plus éloignés du nord de la Gaule et de chronologies proches, de nettes différences ressortent. Ainsi, sur le site voisin de la rue du Souvenir à Lyon (Forest, com. orale), les porcins sont fortement majoritaires (63,8 % des restes), les bovins très en retrait (17,4 %) et les chevaux atteignent péniblement 3,8 %. La part importante des porcins s’observe également sur le site lyonnais de Sainte-Croix (Krausz 1990) mais plus modérée que la précédente (34 %) et avec un taux de bovins sensiblement équivalent (32 %). Ici les chevaux ne dépassent pas 0,3 % des restes. À proximité de ce dernier site, celui du Verbe Incarné se démarque par une quasi-exclusivité de restes porcins (95 %) correspondant à une consommation particulière (Krausz 1989). Plus éloignées, les faunes des sites de Roanne (Méniel 1997) et de Feurs (Vila 1988) dans la Loire, ainsi que de Gandaillat à Clermont-Ferrand dans le Puy-de-Dôme (Forest 2002 ; Caillat à paraître) et de Levroux dans l’Indre (Horard-Herbin 1996) révèlent toujours la prééminence des bovins et des porcins. Si ces derniers, à Feurs et à Levroux, comme sur les sites lyonnais cités précédemment, sont prépondérants, les bovins prédominent à Roanne. À Gandaillat par contre leurs taux sont assez proches. Enfin, un site fouillé très récemment à Seimecé-les-Mâcon (Saône-et-Loire) montre une forte présence bovine (Cambou 2006).

13Au-delà de cette variabilité, toutes ces faunes ont en commun une présence réduite de l’espèce caballine avec des fréquences toujours inférieures à 10 % des restes et même le plus souvent bien en deçà. L’importance du cheval mise en évidence à l’îlot Cordier ne rencontre, à notre connaissance, aucun écho dans les faunes d’habitat gaulois étudiées à ce jour.

14À ce stade de l’analyse, plusieurs hypothèses peuvent être émises. Ainsi, on peut penser que les restes présents dans le remplissage D constituent un dépotoir spécialisé composé essentiellement des déchets de boucheries bovine et chevaline et ne peuvent en aucun cas donner une image fidèle des tendances alimentaires sur le site. Toutefois, les restes de consommation proprement dite du remplissage B semblent bien confirmer la grande importance des bovins et la part élevée du cheval dans l’alimentation mais aussi la faiblesse de l’effectif porcin qui, rappelons-le, domine fortement sur le site contemporain ou très proche chronologiquement de la « rue du Souvenir ». On pourrait alors voir ici dans cette forte présence bovine, la perduration d’une tendance alimentaire déjà mise en évidence au Premier âge du Fer sur la microrégion que constitue la plaine de Vaise à Lyon (Argant 1996, 2001). On peut également suggérer que l’on a affaire ici à des rejets liés à un événement particulier, ponctuel, localisé dans le temps et l’espace. L’hypothèse d’un fossé d’enclos irait dans ce sens et ces vestiges pourraient alors s’intégrer au déroulement de ces grands banquets gaulois dont il est fréquemment fait état dans la littérature archéologique sur La Tène finale et très récemment encore pour notre région dans le catalogue d’une exposition sur les origines de Lyon (Poux, Savay-Guerraz et al. 2003). C’est cette dernière hypothèse qui nous semble la plus crédible car au vu des informations livrées par de nombreux sites et la place qu’occupe le cheval dans les sociétés gauloises, une consommation importante de cette espèce ne nous paraît envisageable que lors d’une activité alimentaire exceptionnelle.

3. LES MOBILIERS

15Le fossé a livré une quantité très importante de mobilier, comprenant plus de 11000 fragments d’amphores et d’autres poteries. Les autres catégories d’artefacts ne sont présentes qu’en effectifs restreints : deux fragments de perle et de bracelet en verre, quelques fragments d’objets ferreux (quincaillerie), de meules, et quelques dizaines de fragments de tuiles en terre cuite. L’abondance du mobilier n’a pas permis de mener une approche exhaustive. Si la totalité des amphores a été étudiée, seul un échantillon de la production céramique a été pris en compte : il est composé de 2 496 fragments (pour un poids avoisinant 24 kg et un NMI de 224 vases). Couvrant environ 75 % du mobilier total recueilli, cet échantillon peut être considéré comme représentatif.

3.1. Les amphores

168367 fragments d’amphores ont été collectés. Pour plus de 85 %, ils proviennent des phases B (50 %) et A (34 %). Ils constituent en B un dépôt continu, relativement homogène quant à sa densité et au degré de fragmentation. Cette dernière est assez marquée (120 g de poids moyen par tesson), à l’exception d’un exemplaire retrouvé presque complet. Plusieurs tests effectués sur les remontages possibles entre fragments montrent, d’une part, que les amphores n’ont pas été brisées in situ lors de leur rejet dans le fossé, mais préalablement. Les fragments ont été dispersés ou mélangés avant ce rejet ; ce qui explique le faible nombre de remontages de proximité. D’autre part, les remontages de pièces éloignées indiquent que l’ensemble du dépôt résulte d’un seul et unique rejet.

17Globalement, les tessons se caractérisent par des cassures assez franches, témoignant d’un enfouissement relativement rapide après le bris. Dans le détail, un certain nombre de pièces ont attiré notre attention en raison de la présence de stigmates particuliers d’usure ou de manipulation.

18Près des 2/3 des pieds observés sont caractérisés par l’absence de l’extrémité du pilon et un « moignon » excessivement émoussé. Sur un grand nombre des pièces ainsi « amputées », on note par ailleurs la présence d’une ou deux entailles (en ce dernier cas diamétralement opposées), attestant de chocs indirects portés du haut vers le bas.

19Ce double constat suggère que les extrémités des pieds ont été éliminées, peut-être en usant d’un burin et d’une masse, de façon presque systématique. Il est délicat de conjecturer sur la finalité de cette intervention, peut-être simplement motivée par des considérations pratiques, les pieds très proéminents s’avérant inadaptés aux conditions de stockage. Le fait que les pieds moins longs et plus massifs de certaines des amphores du lot ont généralement échappé à ce traitement pourrait corroborer cette hypothèse.

20L’usure extrême des moignons fait quant à elle supposer que les amphores ont été abondamment manipulées entre leur modification et leur rejet. L’intervention est donc probablement bien antérieure à la consommation du vin et au bris des récipients.

21Deux amphores présentent des perforations volontaires : l’une dans la partie axiale du fond, le pied ayant été éliminé, l’autre au niveau du col, dans l’axe transversal des anses. Il convient de signaler que cette dernière est la seule amphore retrouvée presque complète. La finalité de ces interventions est impossible à établir. Plusieurs autres exemples de perforations de cols, assez similaires à la nôtre, sont connus, à Mortantambe (Poux 2004), au Verbe Incarné et au Terrain Coq (communication orale G. Maza), sans que la finalité de cette manipulation soit clairement établie.

22Enfin, bien qu’aucune étude systématique de la morphologie des cassures n’ait été entreprise, l’attention portée aux fragments de cols les plus complets n’a pas révélé la présence de cassures caractérisant le décolletage des récipients, à l’instar de ceux du Verbe Incarné ou de Limoges.

23À l’exception d’un fragment d’anse en pâte beige claire non identifié, la totalité des amphores de l’îlot Cordier appartient à la grande famille des amphores vinaires italiques tardo-républicaines de type gréco-italique et Dressel I (fig. 3). L’examen des 178 fragments de lèvres montre que la proportion des deux familles varie, selon les critères de distinction employés (Maza 1998), de 28 % de gréco-italiques (méthode Hesnard) à 54 % (méthode Gateau). L’application de la grille de classification de Guichard (fig. 4) donne une proportion de gréco-italiques (classe 1) de 22 %, et 21 % de types intermédiaires (classe 1-2). La morphologie des lèvres de Dressel I révèle quant à elle l’absence totale des types Dressel IB et Dressel IC.

24Spatialement et stratigraphiquement, la distribution des gréco-italiques et Dressel IA se montre très homogène, ce qui corrobore l’hypothèse d’un seul rejet massif de mobilier.

3.2. les autres céramiques (fig. 5)

25La céramique modelée grossière est majoritaire avec 55 % des vases contre 45 % pour la céramique tournée fine. La première catégorie est essentiellement représentée par la céramique à dégraissant micacé, d’origine probablement locale, qui constitue près de 40 % des vases. Les formes, toutes variantes confondues, se répartissent en deux types principaux : les pots de stockage ou à cuire (37 %) et les écuelles/jattes (15 %). La céramique tournée fine est principalement représentée par la céramique à pâte sombre (un peu plus de 20 %) qui se caractérise par une forte proportion de céramique fumigée. On observe également en moindre quantité la céramique à pâte claire (environ 10 %) et à pâte grise (environ 8 %). Le répertoire est varié pour cette catégorie, mais les bouteilles et les pots ovoïdes (12 %) ainsi que les écuelles/jattes à bord droit ou rentrant (16 %) sont les formes les plus fréquentes. Les importations constituent environ 5 % du mobilier avec une forte proportion de cruches à pâte claire (3 %). Deux sites présentent un faciès similaire à celui de l’îlot Cordier. A l’échelon régional, le site de Tournus se caractérise par une forte représentation de la céramique modelée grossière (presque 60 %) qui se répartit entre les pots à bord mouluré (36 %) et les jattes à bord rentrant (14 %) (Barral et al. à paraître). Bien sûr, les profils des pots diffèrent en raison de particularismes régionaux mais les rapports entre les différents types de vases sont les mêmes. La céramique fine tournée, au répertoire également très diversifié, se regroupe autour de deux groupes principaux dont le ratio est quasiment équivalent au site de l’îlot Cordier : les pots ovoïdes ou les bouteilles (13 %) et les écuelles à bord rentrant (15 %) (Barral et al. à paraître). Il est donc fort probable que ces deux sites très proches aient un statut similaire. À l’échelon plus local, on constate que le site de la rue du Souvenir (Genin 1999) a des proportions entre céramique modelée (58 %) et céramique tournée (42 %) très semblables à celles de l’îlot Cordier. Les pots et les écuelles modelées représentent respectivement 60 et 40 % pour la rue du Souvenir et 67 et 28 % pour l’îlot Cordier. La différence sensible entre les deux sites peut s’expliquer par la présence de couvercles (5 %) à l’îlot Cordier alors qu’ils sont inexistants rue du Souvenir. La prédominance de la céramique tournée fine sombre est également semblable sur les deux sites avec des chiffres voisins : proche de 20 % pour la céramique à pâte sombre fumigée ou non, et un peu moins de 10 % pour la céramique fine à pâte grise (Genin 1999).

Fig. 3. Amphores (dessins F. Pont/lnrap).

Fig. 3. Amphores (dessins F. Pont/lnrap).

Fig. 4. Distribution morphologique des lèvres d’amphores selon la classification de V. Guichard.

Fig. 4. Distribution morphologique des lèvres d’amphores selon la classification de V. Guichard.

Fig. 5. Formes céramiques : 1 et 2 : campanienne A ; 3-6 : tournée claire fine importée ; 7 : tournée peinte ; 8 : tournée claire fine ; 9-11 : tournée sombre fine ; : tournée grise fine ; 13 : modelée sombre grossière ; 14-15 : modelée claire grossière ; 16 : claire micacée ; 17-19 : tournée sombre fin (dessins F. Pont, Inrap).

Fig. 5. Formes céramiques : 1 et 2 : campanienne A ; 3-6 : tournée claire fine importée ; 7 : tournée peinte ; 8 : tournée claire fine ; 9-11 : tournée sombre fine ; : tournée grise fine ; 13 : modelée sombre grossière ; 14-15 : modelée claire grossière ; 16 : claire micacée ; 17-19 : tournée sombre fin (dessins F. Pont, Inrap).

3.2.1. La céramique d’importation

26Elle compte 102 fragments pour un NMI de 12 et représente un peu plus de 5 % du matériel céramique. Elle rassemble deux grandes catégories : la céramique fine tournée à pâte claire et la céramique à vernis noir. La céramique tournée à pâte claire calcaire se caractérise par une argile très épurée, savonneuse au toucher, avec des teintes allant du beige-rose au blanc. Cette argile semble caractéristique des importations retrouvées sur les différents gisements lyonnais (Maza 2001 : 414). Il n’en reste pas moins que l’attribution de ces pâtes reste incertaine tant il est difficile de distinguer les véritables importations italiques des imitations provenant d’ateliers de Gaule méridionale voire d’ateliers locaux dans le cas de Lyon. Le répertoire comprend sept cruches ou olpés déjà observées sur différents gisements lyonnais de la seconde moitié du IIe siècle.

27La céramique à vernis noir présente sur le site se répartit inégalement entre céramique campanienne A (3 individus), céramique campanienne B-oïde (1 individu) et un fragment à vernis noir (1 individu) qui pose quelques problèmes d’attribution. Les formes identifiables se résument à une assiette Lamb. 36 et une coupe Lamb. 27Ba. Ces formes sont largement représentées au IIe siècle à Lyon. Deux fonds, décorés de cercles concentriques, sont probablement à mettre en relation avec les deux lèvres précédentes. En dehors du fait que ces fragments constituent certainement un seul et même individu pour chaque vase, cela met en évidence une pratique volontaire de bris préalable de certains vases avant la mise au rebut de ces derniers dans le fossé comme le montre l’écart d’une dizaine de mètres existant entre le bord et le fond de la coupe Lamb. 27Ba. Bien que ces formes soient largement attestées dans les contextes du IIe siècle, certains éléments permettent de nuancer une datation haute. Le vernis de mauvaise qualité, ainsi que les cercles concentriques révèlent une campanienne A déjà évoluée. On peut donc supposer que pour ces pièces on se rapproche de la transition fin IIe – début Ier siècle. L’individu en campanienne B-oïde est un fond de patère non décoré. L’attribution à une forme précise est peu aisée car la forme du pied ne se compare pas aux formes habituelles des fonds de Lamb. 5, 6 ou 7. La campanienne B-oïde est présente en faible quantité sur le site de la rue du Souvenir.

3.2.2. La céramique indigène

28La céramique modelée ou finie à la tournette est majoritaire avec plus de 1290 fragments pour 124 individus, soit plus de 55 % de l’ensemble. Elle se répartit de manière inégale entre trois catégories. La première, la plus représentative de la céramique à vocation culinaire ou utilitaire (un peu plus de 39 % de F ensemble et près de 71 % de la céramique modelée), se distingue par un dégraissant siliceux avec une forte proportion de quartz et surtout une concentration importante de mica. Les vases sont produits localement comme semblent l’indiquer les individus de même type retrouvés rue du Souvenir (Plassot, Thévenin 1992). On compte 71 vases à pâte sombre contre 17 individus à pâte claire. Cette différence de teinte s’explique par un passage répété sur le feu de ces récipients. Il est fort probable que cette production soit originellement fabriquée en pâte claire (avec une technique oxydante), à l’instar des pots de type Besançon avec lesquels on observe le même phénomène de variation de couleur de pâte. Le répertoire se compose de formes basses et hautes. Les premières regroupent des formes classiques comme les écuelles ou les jattes à bord rentrant ou à bord droit ainsi que des formes un peu moins conventionnelles comme des petits bols ou écuelles à panse plus ou moins carénée, avec une lèvre courte. On note également la présence de jattes particulières à lèvre éversée et col cannelé elles aussi probablement carénées. Les formes hautes rassemblent exclusivement des pots de différents gabarits ou des gobelets qui se répartissent en quatre types. La majorité des pots ont des lèvres éversées (25 individus) ou des lèvres droites parfois débordantes (23 individus). Les pots restants se divisent entre les pots à lèvres plates, marginaux avec 4 individus, et des pots à lèvre éversée courte avec un méplat interne. Ces derniers, de même que les pots à lèvre droite, semblent être caractéristiques d’un faciès local. Il est remarquable de constater que l’on a accordé un soin particulier à ces pots malgré leur vocation utilitaire : la régularisation des bords à la tournette est quasi systématique. L’aspect des vases revêt donc un intérêt particulier comme le montre le traitement méticuleux de la pâte avec un col généralement lissé, souvent cannelé, et un grattage de la panse laissant un aspect brut sans dégraissant apparent. Ce traitement uniforme est souvent rehaussé par des motifs ondés incisés sur l’épaule des vases. Ces caractéristiques sont visibles à un niveau local sur le site de la rue du Souvenir où l’on trouve des pots comparables avec les mêmes types de décors (Genin 1999). On les retrouve également en pays arverne.

29La seconde catégorie regroupe des récipients à pâte claire ou sombre avec un dégraissant siliceux. Les formes basses réunissent des écuelles à bord rentrant (6 individus) dont une à bord plat mouluré et des écuelles à bord droit (5 individus) avec deux exemplaires aux bords festonnés. Les formes hautes se composent des mêmes types définis précédemment. Le type principal correspond aux pots à lèvre éversée, parfois moulurée, et compte 11 individus. Certains de ces pots trouvent des parallèles précis sur les sites du Mâconnais et du Tournugeois, tels que Sénnecé-lès-Mâcon, Varennes-lès-Mâcon ou bien encore Tournus (Videau 2006 ; Barthélémy 1985 ; Barral 1994). De plus, le dégraissant inclus dans la pâte et les décors sont en tout point similaires avec les productions de la région de Tournus. Il est donc évident que ces exemplaires proviennent de cette région relativement proche, impliquant des échanges entre Allobroges et Éduens. Les autres pots, soit à bord droit (2 individus), soit à lèvre éversée courte avec méplat (4 individus), nettement minoritaires, sont plus proches des formes locales que l’on retrouve d’ailleurs avec les pots à dégraissant micacé.

30Les dolia forment la dernière catégorie. La pâte de ces vases de stockage est généralement claire, proche des tons beige ou orange, avec un dégraissant siliceux grossier. Sept exemplaires, avec une lèvre différente, généralement fine et systématiquement éversée, ont pu être répertoriés. Le diamètre à l’ouverture est également très variable allant de 26 à 60 cm avec une moyenne comprise entre 40 et 50 cm. L’exemplaire le plus complet est sans aucun doute le plus intéressant. Il possède une lèvre éversée, biseautée à l’extérieur, avec un passage entre le col et la panse marqué par une légère inflexion au niveau de l’épaule. La panse est peignée, comme souvent sur ce type de vase, mais la rouelle incisée dans la pâte avant cuisson est moins habituelle.

31La céramique tournée compte un peu plus de 1100 fragments pour seulement 87 individus ce qui représente un peu plus de 44 % de l’ensemble céramique. Plusieurs types de pâte sont rassemblés au sein de cette catégorie.

32La céramique à pâte claire regroupe les vases sans traitement de surface apparent ou à surface brute, les vases peints et vases à couverte micacée. Les premiers, largement majoritaires avec 21 individus, se répartissent à peu près équitablement entre formes basses et formes hautes. Les formes basses sont principalement constituées d’écuelles à bord rentrant ou bord droit. On note également la présence singulière de jattes à lèvre éversée (3 individus). Les formes hautes sont majoritairement représentées par des bouteilles à lèvre éversée (7 individus). Trois d’entre eux se distinguent du lot par leur lèvre éversée. Ces formes de bouteilles sont typiques de la région du Mâconnais où l’on trouve de nombreux exemplaires similaires sur des sites comme Saint-Symphorien-d’Ancelles, Varennes-lès-Mâcon ou encore Sennecé-lès-Mâcon (Barral 1994 ; Videau 2006). Ces vases illustrent encore une fois les relations économiques entre Éduens et Allobroges. Un couvercle et trois pots à lèvre éversée, aux formes proches des bouteilles, complètent le répertoire. La céramique à pâte claire peinte est constituée d’un tonnelet et d’un pot à lèvre éversée et panse ovoïde, décoré d’une alternance de bande peinture rouge et blanche. Ce traitement graphique est largement attesté sur les sites de La Tène finale présents dans la vallée du Doubs et la vallée de la Saône comme Besançon, Verdun-sur-le-Doubs ou encore Sennecé-lès-Mâcon (Videau 2001 ; Barral 1994 ; Videau 2006) pour ne citer que quelques exemples. Enfin, on note la présence d’un individu à pâte claire et engobe micacée qui pourrait appartenir à un vase bouteille. Cette couverte spécifique est probablement utilisée afin de donner au vase un aspect métallique. Ce type de céramique relativement rare se retrouve sur quelques sites de La Tène DI coimne Verdun-sur-le-Doubs (Barrai 1994) ou, plus près de Lyon, à Goincet (Vaginay, Guichard 1984).

33La céramique à pâte grise ou grise fumigée constitue le second groupe des céramiques fines tournées. Le répertoire est essentiellement composé de formes basses. Parmi ces formes on dénombre deux assiettes inspirées de la forme Lamb. 36 de la vaisselle campanienne. Les écuelles et les jattes sont majoritaires avec 10 individus. Les formes classiques à bord droit ou rentrant comptent 7 exemplaires. Trois jattes ou coupes carénées, profondes, à bord débordant, se distinguent nettement des jattes et des écuelles classiques. Tous sont décorés de deux bandes horizontales, plus ou moins larges, ornées de motifs ondés. Il semble que ces jattes ne trouvent aucune comparaison à LT D1 mais elles sont très proches de formes plus anciennes, comme les jattes à bord cylindrique existant dès LT B en Auvergne, présentes sur le site de Lempdes (Mennessier-Jouannet 2003, n° 10 p. 41). Comme pour les exemplaires de l’îlot Cordier, la carène est peu marquée, le bord est légèrement débordant avec un col lisse. La seule inconnue réside dans la forme du pied qui n’est pas conservé pour les vases lyonnais. On trouve également en Auvergne (Corent : Deberge et al. 2002, n° 8 p. 171, et Gergovie : Guichard et al. 2001, n° 10 p. 205) des formes évoluées de ces vases datés de LT D2. Ils sont nettement plus carénés et ont un col plus travaillé, cannelé, que ceux de l’îlot Cordier. Les formes hautes, peu nombreuses, se résument à deux pots à lèvre éversée qui n’apportent aucune information particulière.

34Le dernier groupe, la céramique à pâte sombre, regroupe différents types de pâtes avec des individus à pâte noire et à surface sombre, des individus à pâte claire (beige-grise à rose, ces différences de teintes résultant d’une cuisson mal maîtrisée) avec une surface noire – de loin les plus nombreux – et enfin, des exemplaires à pâte rouge avec une surface noire généralement lissée. Encore une fois, ce sont les formes basses qui sont majoritaires. Leur répertoire, très varié, regroupe des jattes ou des écuelles, des coupes et des assiettes. Les premières sont essentiellement formées d’écuelles à bord rentrant (17 individus) ou à bord droit (6 individus). Deux variantes plus marginales sont également présentes : un exemplaire à lèvre débordante et deux individus carénés avec un col cannelé et une lèvre éversée. Les coupes sont moins nombreuses avec seulement cinq individus dont deux imitations de campanienne Lamb. 28ab qui est une forme caractéristique des IIIe et IIe siècles av. n. è. et dont les importations en campanienne semblent s’arrêter autour de 100 av. n. è. (Py et al. 2001 : 476-482). Enfin, on compte deux assiettes imitant elles aussi la céramique campanienne avec une Lamb. portant un trou de réparation et une Lamb. 6 ou 36. Cette dernière est intéressante car elle possède un décor original. Sa face externe est incisée de deux lignes parallèles délimitant un motif ondé alors que sur la face interne, on observe un motif estampé – composé de petits cercles reliés par une guirlande – délimité par un cercle concentrique. Ce motif estampé symbolise probablement des palmettes très schématisées que l’on trouve sur les fonds de patères en campanienne A précoce, ce qui pourrait indiquer que l’on se situe dans la seconde moitié du IIe siècle av. n. è. L’estampage est une technique largement pratiquée à La Tène finale en Forez et en Roannais (Vaginay, Guichard 1984 ; Périchon, Jacquet 1985). Les formes hautes rassemblent des pots à lèvre éversée ou débordante (8 individus) et des bouteilles à lèvre éversée (2 individus) qui apportent peu d’informations étant donné leur état de conservation.

3.3. Datation absolue

35La datation du site repose essentiellement sur les productions importées, au premier rang desquelles l’important lot d’amphores tardo-républicaines.

36Un faisceau d’indices convergents fait conclure à un dépôt postérieur au milieu du IIe siècle av. J.-C. et antérieur à la fin de ce siècle : présence d’amphores gréco-italiques, de cruches à pâte claire de type précoce, absence de Dressel IB, de campanienne C...

37À l’intérieur de cette fourchette, il est plus délicat de déterminer si l’on a affaire à un lot chronologiquement homogène, qui pourrait se situer dans les ainnées 140-130 si l’on considère l’équilibre typologique du faciès amphorique, ou bien à un lot mêlant des mobiliers accumulés au cours d’une occupation de quelques décennies de durée. La présence de quelques divergences typo-chronologiques (cohabitation de campanienne A tardive et campaniennes précoces, absence de Dressel IC, présence de formes indigènes peut-être anciennes...) pourrait, avec des réserves, faire pencher pour la seconde hypothèse.

4. LE SITE DE L’ÎLOT CORDIER, LES RITES CELTIQUES ET LYON AVANT LUGDUNUM...

38Les seules observations effectuées sur un tronçon du double fossé ne peuvent de toute évidence nous permettre d’en appréhender ni la physionomie générale, ni la fonction, ni la place au sein du site environnant. Mais ce déficit d’informations se trouve largement contrebalancé par la richesse et l’abondance des documents extérieurs au site : données archéologiques sur l’enviromiement proche du gisement, sites de comparaison, mais aussi sources littéraires.

4.1. Observations archéologiques

39Le plan du tronçon fouillé du fossé, parfaitement rectiligne et d’une longueur au moins égale à 100 m, ne nous permet guère de conjecturer de son tracé global, et donc de sa finalité. L’éventail d’hypothèses envisageables peut toutefois d’ores et déjà être restreint au vu des caractéristiques morphologiques de la structure. Ainsi, la régularité du tracé et du profil de l’aménagement, trahissant le soin apporté à sa réalisation, nous semble peu compatible avec une simple fonction d’élément parcellaire et/ou d’élément de drainage. Par ailleurs, le gabarit modeste de l’aménagement nous fait écarter l’hypothèse d’un rôle défensif.

40Un dernier élément est à prendre an considération : la succession chronologique de deux fossés contigus, dont les similitudes d’aspect font supposer qu’ils remplissent une même fonction. Malheureusement, les tentatives d’interprétation butent sur plusieurs questions insolubles faute d’argument tangible.

41Quelle durée sépare la réalisation des deux ouvrages ? L’indigence du mobilier du fossé ancien ne permet pas, loin s’en faut, d’opérer une confrontation typochronologique entre les deux ensembles. Tout au plus peut-on affirmer, partant de la présence de quelques rares fragments de panse d’amphore, que le comblement du premier aménagement est postérieur à la fin du IIIe siècle. Encore faut-il insister sur le fait que nous datons là l’abandon du fossé, et non sa période de fonctionnement. Quant à l’examen de la sédimentation des remplissages, il n’apporte que peu d’informations sur l’éventuelle durée du processus de comblement. Les seuls indices supplémentaires relèvent du bon sens, et n’ont pas valeur de preuve : on peut logiquement supposer que lors du creusement du second fossé, le premier était encore visible dans la topographie des lieux, puisque son tracé a été méticuleusement respecté, avec un décalage latéral d’environ 2 mètres.

42Comment expliquer le creusement d’un second fossé, alors qu’un curage du premier paraîtrait plus normal ? Aucune explication rationnelle ne vient à l’esprit ; le déplacement n’est pas suffisamment significatif pour rendre crédible l’hypothèse d’une volonté d’agrandissement de l’espace enclos. À défaut, il convient de s’interroger sur l’existence même d’une motivation pratique. Il ne faut en effet pas exclure l’éventualité d’un geste à valeur symbolique : si le creusement du fossé a, comme on est enclin à le penser, valeur d’acte fondateur d’une manifestation d’ordre sacré, l’existence même du fossé est étroitement liée à l’événement, et chaque cérémonial impose la réalisation d’un nouvel aménagement. Notons toutefois que la probabilité d’un curage du fossé F1, mis en lumière par l’analyse géomorphologique, vient à l’encontre d’un tel scénario...

4.2. L’environnement du site

43150 m à l’ouest de l’îlot Cordier, la rue du Souvenir a été le lieu, en 1992 puis en 1998, d’importantes découvertes, effectuées lors d’une fouille urgente puis d’un diagnostic (Plassot et al. 1992, Plassot 1998). À défaut de publication exhaustive, ces découvertes ont été abondamment commentées dans des publications récentes (Poux 2004). Rappelons de façon succincte qu’elles établissent la présence d’un vaste bâtiment adoptant des techniques et matériaux de construction romains : enduits peints de style pompéien, toit de tegulae et imbrices... Y sont associés notamment une « voie » de cailloutis et deux fossés. L’un, d’une largeur de 6 mètres, palissadé, est interprété par les inventeurs comme un fossé défensif. Le second, perpendiculaire au précédent, est d’un gabarit un peu plus modeste (4 m de largeur et 2 de profondeur).

44La précocité de l’influence architecturale romaine, près d’un siècle avant la Conquête, jusqu’alors jamais vue en Gaule interne, est une première singularité du site. L’abondance et la nature du mobilier collecté en constituent une seconde : plus de 12000 fragments d’amphores italiques tardo-républicaines, pour une bonne part rejetés dans les fossés, accompagnés de centaines de restes fauniques, appartenant pour l’essentiel à des porcs.

45Le rapprochement entre la rue du Souvenir et l’îlot Cordier se justifie à plus d’un titre : d’abord, par la similitude des faciès typo-chronologiques des lots mobiliers recueillis sur les deux sites. Ensuite, par la présence, dans les deux cas, de témoins de rejets massifs de mobilier amphorique en fossés. Enfin, par la cohérence de la trame d’implantation des vestiges, l’un des fossés de la rue du Souvenir adoptant un tracé parallèle aux fossés de la rue Cordier. Un tel faisceau de convergences ne laisse guère de place au doute : les deux gisements sont deux fenêtres ouvertes sur un même site.

46Le statut exceptionnel de celui-ci est évident : il s’écarte fortement des habitats « classiques », qu’ils soient de type urbain ou rural, tant par la nature des aménagements mis au jour, que par le profil du mobilier collecté. Les explorations effectuées restent toutefois très insuffisantes pour tenter de tracer un schéma d’organisation spatiale et les interprétations avancées actuellement quant à la fonction du site (emporion aux mains de négociants romains et/ou site cultuel), bien que vraisemblables et séduisantes, restent encore insuffisamment argumentées. À cet égard l’élargissement du site jusqu’aux fossés de l’îlot Cordier, à défaut de fournir des réponses aux questions fondamentales, apporte un éclairage un peu nouveau à la problématique : d’abord il confirme et renforce l’impression de démesure livrée par les masses de mobilier – et particulièrement d’amphores – du site. Aux presque 13000 tessons d’amphores de la rue du Souvenir viennent s’ajouter les 9000 fragments de l’îlot Cordier, soit plusieurs centaines de récipients ; et ce n’est certainement là qu’un petit échantillon de ce que l’ensemble du site doit recéler, si l’on évalue par extrapolation le linéaire de fossés non explorés ; autre démesure, la dimension du site. Les similitudes des modalités de comblement et de tracé des fossés nous incitent à croire que non seulement ils font partie d’un même site, mais aussi d’un même espace fonctionnel, enserré entre le ruisseau des planches et celui des Gorges, et dont l’étendue peut être évaluée a minima à 10 ha.

47Cet espace n’apparaît toutefois pas parfaitement homogène si l’on confronte en détail les caractéristiques des gisements de la rue du Souvenir et de l’îlot Cordier. On note ainsi une divergence marquée des spectres fauniques relevés sur les deux sites, qui pourrait s’expliquer par la présence d’un dépotoir spécialisé lié à l’abattage localisé des gros animaux, bovins et chevaux.

4.3. Les références archéologiques

48La problématique des « fossés à amphores » celtiques suscite depuis quelques années un vif intérêt au sein de la communauté scientifique, engouement probablement favorisé par l’aspect spectaculaire des découvertes. Elle est ainsi actuellement abondamment documentée.

49Les hypothèses d’interprétation actuelles, étayées tant par les constats archéologiques que par les sources écrites, font état d’une fonction rituelle au sens large du terme, c’est-à-dire en lien avec des événements collectifs d’ordre politique, guerrier et religieux, manifestations dont la répétitivité témoigne qu’elles sont rigoureusement codifiées et font partie intégrante de la vie sociale des communautés gauloises. Ces manifestations prendraient l’aspect de vastes banquets où seraient consommés à profusion divers aliments arrosés de grandes quantités de boissons alcoolisées, au premier rang desquelles le vin importé d’Italie. Le dépôt – ou rejet – des reliefs du repas, dont les amphores, préalablement brisées pour des motifs cultuels, marquerait la fin de la cérémonie.

50Malgré une grande diversité des aspects de détail, le fossé de l’îlot Cordier peut être rapproché d’autres exemples, régionaux comme le Verbe Incarné, ou plus lointains comme le Terrain Coq (Aix-en-Provence) ou les Basses Palisses à Limoges.

4.4. les sources écrites

51La passion des Gaulois pour le vin et les circonstances de sa consommation sont à maintes reprises évoquées par les auteurs grecs et latins. Cette constance montre à quel point elle a frappé les esprits des voyageurs et est en elle-même la preuve de l’importance que revêt cette consommation dans la vie des Gaulois. Si l’imprécision de la plupart de ces témoignages rend difficile la connexion avec les traces archéologiques laissées par de tels événements, de rares détails ouvrent quelques pistes de réflexion intéressantes. Ainsi peut-on citer l’allusion faite par Posidonios d’Apamée et rapportée par Athénée, sur les banquets organisés par le roi arveme Luem, père de Bituit :

« Il faisait enclore un espace de douze stades carrés, sur lequel il faisait remplir des cuves avec des boissons d’un grand prix, et préparer de telles quantités de victuailles que, plusieurs jours durant, il était permis à ceux qui voulaient pénétrer dans l’enceinte de goûter aux mets qu’on avait préparés et qui étaient à disposition sans interruption. »

52Un détail nous paraît capital dans cet extrait : c’est la référence explicite à l’isolement du lieu destiné à accueillir l’événement, par l’aménagement d’un enclos. Certes, ce recours à la palissade et/ou au fossé afin de marquer symboliquement la soustraction d’un lieu à l’espace profane qui l’entoure est habituelle chez les Gaulois et archéologiquement bien établie, notamment à travers la fouille des sanctuaires. Ce témoignage confirme ainsi la dimension sacrée des cérémonies de banquets et corrobore le lien supposé entre « fossés à amphores » et manifestations cultuelles. L’hypothèse, archéologiquement indémontrable, de l’aménagement de fossés enserrant des aires de plusieurs hectares (voire de plusieurs dizaines d’hectares si l’on prête foi au témoignage de Posidonios), dans le cadre des préparatifs de manifestations festives, n’est plus dès lors une simple construction de l’esprit mais se voit étayée par des éléments concrets.

5. CONCLUSION

53Modeste par son ampleur et la nature des vestiges dévoilés, la fouille de l’îlot Cordier déborde pourtant largement par ses résultats le cadre de l’histoire locale. La quantité de mobilier recueilli, et notamment la masse considérable de débris d’amphores italiques tardo-républicaines – près de 10000 sur un segment somme toute réduit du fossé – le place d’emblée comme un site très particulier, à l’instar des exemples locaux du Verbe Incarné et de la Rue du Souvenir. Il présente en corollaire un intérêt non négligeable pour l’approche typochronologique de ces récipients, étude en constant progrès depuis quelques armées. Au-delà du contenant, il conduit à une réflexion sur le contenu : cette nouvelle découverte conforte la position du site lyonnais comme un des éléments clefs du réseau d’échanges de l’économie-monde méditerranéenne. Certes ce statut n’est pas une originalité du Second âge du Fer : d’autres découvertes l’attestent dès la période de Hallstatt, et toujours dans la plaine de Vaise.

54Il apparaît vite que le gisement de l’îlot Cordier, indissociable des découvertes de la rue du Souvenir, nous fait franchir une étape supplémentaire dans la compréhension de ce qui apparaît comme un site majeur de l’occupation gauloise de Lyon. Enserrée entre les ruisseaux des Gorges et des Planches, non loin (700 m) de la berge droite de Saône mais à l’abri des inondations de la rivière, s’établit peu après le milieu du second siècle avant notre ère une implantation humaine complètement atypique. À l’écart de tout site d’habitat avéré, y est édifié, au sein d’un espace probablement structuré par plusieurs enclos, au moins un édifice construit « à la romaine », dont les dimensions et la qualité trahissent le statut d’exception. Demeure de négociants romains ? Édifice public voué à des fonctions politiques et cultuelles ? Les données actuelles ne délivrent pas, loin de là, toutes les clefs de la compréhension du site. Un certain nombre d’indices nous font imaginer de grands rassemblements festifs qui, sur une courte durée, ont vu l’abattage de nombre d’animaux et la consommation de plusieurs dizaines de milliers de litres de vin.

55Alors, emporion et centre de redistribution des vins italiques, lieu de consommation privilégié ? Peut-être les deux à la fois, à l’image de Toulouse le long de l’isthme gaulois, mais l’argumentation archéologique fait encore défaut pour aller au-delà de ce début d’explication.

Bibliographie

Bibliographie

ARGANT T., 1996 – Approche archéozoologique du Premier Âge du fer de la plaine de Vaise à Lyon (Rhône). Mémoire de DEA, Université Lumière-Lyon 2, Lyon, 78 p.

ARGANT T., 2001 – L’alimentation d’origine animale à Lyon (des origines au XXe siècle). Thèse de doctorat (M. Mangin dir.). Université Lumière, Lyon 2,2 vol., 886 p.

BARRAL P., 1994 – Céramique indigène et faciès culturel dans la vallée de la Saône. Thèse de doctorat, Besançon, université de Franche-Comté (3 vol.).

BARRAL P. avec la collaboration de BEURET R., VIDEAU G. à paraître – L’habitat rural de La Tène finale dans les plaines de Saône et du Doubs : données socio-économiques et culturelles. In : Hiérarchie de l’habitat rural dans le nord-est de la Gaule à La Tène moyenne et finale. Publication des journées d’étude de Nancy, 22-23 novembre 2002 (Archeologia Mosellana).

BARTHÈLEMY A., 1985 – Les sites de Varennes-lès-Mâcon et de Saint-Symphorien-d’Ancelles (Saône-et-Loire). In : BONNAMOUR L., DU VAL A., GUILLAUMET J.-P. dir., 1985 – Les Âges du Fer dans la vallée de la Saône (VII- Ier siècles avant notre ère). Actes du VIIème colloque de l’A.F. E. AF (Rully, 12-15 mai 1983), p. 131-143 (Revue Archéologique de l’Est, 6e suppl.).

CAILLAT P., à paraître – Première approche de la faune gauloise de Gandaillat In : VERMEULEN Ch. et al. à paraître – Puy de Dôme, Clermont-Ferrand (63), « Gandaillat », phase 2. Rapport de l’opération préventive de fouille archéologique (2003). Clermont-Ferrand, Service Régional de l’Archéologie d’Auvergne, 88 p.

CAMBOU D., 2006 – La faune. In : RAMPONI C., dir. et al. 2006 – Sennecé-lès-Mâcon (71). TAC extension nord. En Putet. Rapport final d’opération. Service Régional de l’Archéologie de Bourgogne, Dijon, p. 21-31.

DEBERGE Y., POUX M., PASQUIERD., GARCIA M., MALACHERF., 2002 – Oppidum de Corent, enclos 10325 (La Tène D2a/b). In : MENNESSIER-JOUANNET C. dir., 2002 – Chrono-typologie des mobiliers du Second Age du Fer en Auvergne. Rapport intermédiaire du Projet Collectif de Recherche. Mirefleurs, Association pour la Recherche sur l’âge du Fer en Auvergne, p. 156-178.

FOREST V., à paraître – La faune. In : VERMEULEN C. et al., à paraître – Puy de Dôme, Clermont-Ferrand (63), « Gandaillat », phase 2. Rapport de l’opération préventive de fouille archéologique (2003). Clermont-Ferrand, Service Régional de l’Archéologie d’Auvergne, 88 p.

GENIN M., 1999 – La céramique domestique de la rue du Souvenir. In : DESBAT A. coord., 1999 – Les débuts de la romanisation et le développement de Lyon aux premiers temps de la colonie (milieu IIe siècle av. J.-C./fin Ier siècle av. J.-C.). Rapport intermédiaire première année du Projet Collectif de Recherche 1999-2001, Lyon.

GUICHARD V., LEGUET D., TOURLONIAS D., 2002 – La Roche Blanche, oppidum de Gergovie, Chemin de la Croix, fosses 3,5 et 7 (milieu et seconde moitié du Ier s. avant J.-C.). In : MENNESSIER-JOUANNET C. dir., 2002 – Chrono-typologie des mobiliers du Second Age du Fer en Auvergne. Rapport intermédiaire du Projet Collectif de Recherche, Mirefleurs, Association pour la Recherche sur l’âge du Fer en Auvergne, p. 193-208.

HORARD-HERBIN M.P., 1996 – L’élevage et les productions animales dans l’économie de la fin du second Âge du fer à Levroux (Indre). Thèse de doctorat, Université de Paris I, Panthéon-Sorbonne.

KRAUSZ S., 1989-Les ossements animaux. In : GOUDINEAU C. et al., 1989 – Aux origines de Lyon. Lyon, Circonscription des Antiquités Historiques de Lyon, p. 44-50 (Documents d’Archéologie en Rhône-Alpes, 2).

KRAUSZ S., 1990 – La faune de l’hôpital de Sainte-Croix à Lyon. In : MANDY B. et al., 1990 – L’hôpital Sainte-Croix à Lyon. Un quatrième fossé..., Gallia, 47, p. 97-102.

LEPETZ S., 1996 – L’animal dans la société gallo-romaine de la France du Nord. Amiens, 174 p. (Revue Archéologique de Picardie, n° spécial 12).

MAZA G., 1998 – Recherche méthodologique sur les amphores gréco-italiques et Dressel I découvertes à Lyon, IIe et Ier s. avant J.-C. In : RIVET L. éd., 1998 – Actes du congrès d’Istres 1998. Marseille, Société Française pour l’Étude de la Céramique Antique en Gaule, p. 11-29.

MAZA G., 2001 – Les importations de céramique fine méditerranéenne à Lyon (2e – 1er siècle av. J.C.). In : RIVET L. éd., 2001 – Actes du congrès de Lille – Bavay (24-27 mai 2001), Marseille, Société Française pour l’Étude de la Céramique Antique en Gaule, p. 413-444.

MÉNIEL P., 1987 – Chasse et élevage chez les Gaulois (450-52 av. J.C.). Paris, Éd. Errance, 154 p. (coll. des Hespérides).

MÉNIEL P., 1992 – Les sacrifices d’animaux chez les Gaulois. Paris, Éd. Errance, 147 p. (coll. des Hespérides).

MÉNIEL P., 1997 – Les restes osseux. In : LAVENDHOMME M.-O., GUICHARD V. dir. et al., 1997 – Rodumna (Roanne, Loire), le village gaulois. Paris, Éditions de la Maison des Sciences de l’Homme, p. 183-199. (Documents d’Archéologie Française, 62).

MENNESSIER-JOUANNET C., 2003 – Lempdes « Le Pontel » (fouille 2001). In : MENNESSIER-JOUANNET C. dir., 2003 – Chrono-typologie des mobiliers du Second Age du Fer en Auvergne. Rapport intermédiaire du Projet Collectif de Recherche, Mirefleurs, Association pour la Recherche sur l’âge du Fer en Auvergne, p. 33-42.

PÉRICHON R., JACQUET P., 1985 – Les fouilles du site cultuel protohistorique du Terrail. Etudes sur le second Âge du Fer dans la région d’Amplepuis (Rhône). Lyon, Université Jean Moulin Lyon 3, 115 p. (Collection du Centre d’Études Romaines et Gallo-romaines, nouvelle série n° 3).

PLASSOT E., 1998 – 65 rue du Souvenir, Sondages d’évaluation, Document final de synthèse de diagnostic archéologique. Lyon, Service Régional de l’Archéologie Rhône-Alpes et Afan, 24 p.

PLASSOT E., THÉVENIN E., 1992 – 65, rue du Souvenir (Lyon), rapport de fouille de sauvetage urgent. Lyon, Service Régional de l’Archéologie Rhône-Alpes, Service Archéologique Municipal, 86 p. et 13 fig.

POUX M. et al., 2002 – L’enclos cultuel de Corent (Puy-de-Dôme) : festins et rites collectifs. Revue Archéologique du Centre de la France, 41, p. 57-110.

POUX M., 2004 – L’âge du vin : rites de boisson, festins et libations en Gaule indépendante. Montagnac, Éd. Mergoil, 637 p. (Protohistoire européenne 8).

POUX M., SAVAY-GUERRAZ H. et al., 2003 – Lyon avant Lugdunum, exposition au musée de la Civilisation gallo-romaine, 22 mars -30 novembre 2003. Lyon. Gollion, Infolio, 152 p.

PY M., ADROHER AUROUX M., SANCHEZ C., 2001 – Corpus des céramiques de l’Âge du Fer de Lattes (fouilles 1963-1999), DICOCER, 2 vol. (Lattara, 14).

VAGINAY M., GUICHARD V., 1984 – Une fosse de La Tène moyenne du site de Goincet (Poncins, Loire). Revue Archéologique de l’Est, 34, p. 192-223.

VIDEAU G., 2001 – La céramique de La Tène finale du site du Palais de Justice à Besançon (Doubs). Analyse typo-chronologique et culturelle. Mémoire de D.E.A., Besançon, Université de Franche-Comté, 171 p., 24 pl.

VIDEAU G., 2006 – Étude Céramique. Fouille préventive de Sénnecé-lès-Mâcon. Rapport dactylographié. Lyon, Service Régional de l’Archéologie Rhône-Alpes.

VILA E., 1988 – La faune. In : VAGINAY M., GUICHARD V. et al., 1988 – L’habitat gaulois de Feurs (Loire). Fouilles récentes (1978-1981). Paris, Éditions de la Maison des Sciences de l’Homme, p. 171-185 (Documents d’Archéologie Française, 14).

Table des illustrations

Légende Nombre de restes déterminés (NRD) et nombre minimum d’individus (NMI) par taxon (ad : adulte, juv : juvénile).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/18121/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 44k
Titre Fig-1 • Localisation et environnement archéologique du site.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/18121/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 76k
Titre Fig- 2. Plan et coupe des fossés.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/18121/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 45k
Titre Fig. 3. Amphores (dessins F. Pont/lnrap).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/18121/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 46k
Titre Fig. 4. Distribution morphologique des lèvres d’amphores selon la classification de V. Guichard.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/18121/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 25k
Titre Fig. 5. Formes céramiques : 1 et 2 : campanienne A ; 3-6 : tournée claire fine importée ; 7 : tournée peinte ; 8 : tournée claire fine ; 9-11 : tournée sombre fine ; : tournée grise fine ; 13 : modelée sombre grossière ; 14-15 : modelée claire grossière ; 16 : claire micacée ; 17-19 : tournée sombre fin (dessins F. Pont, Inrap).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/18121/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 80k

Auteurs

21 boulevard des Castors, 69005 Lyon

122 avenue des Auréats, 26000 Valence

7 cours Vitton, 69003 Lyon – alexandra.ribeiro@inrap.fr

© ARTEHIS Éditions, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search