Version classiqueVersion mobile

De l’âge du Bronze à l’âge du Fer en France et en Europe occidentale (Xe-VIIe siècle av. J.-C.)

 | 
Henri Gaillard de Sémainville

Thème régional la moyenne vallée du Rhône aux âges du fer, actualité de la recherche

La formation de la civitas des voconces

Jacques Planchon et Michel Tarpin

Résumé

La civitas Vocontiorum est souvent considérée comme un parfait exemple de conservatisme des institutions gauloises au sein de la province de Narbonnaise. Certaines de ses particularités sont alors utilisées pour reconstruire les cités gauloises du Midi. La cité serait une grande confédération de peuples divers, regroupés autour d’un noyau voconce. La question de la double capitale (Luc et Vaison) s’inscrit dans ce discours. Notre propos vise à montrer que cet édifice ne repose pas sur des sources solides (voir les incertitudes de Meffre 2000 ; Verdin 2000). Le rôle prédominant de Vaison n’est pas démontré et les noms dont nous disposons pour identifier les « peuples » confédérés conduisent surtout à remettre en question la notion même de « cité celtique ».

Texte intégral

Nous tenons à remercier ici Loïc Serrières et Simina Cibu pour leur relecture très attentive.

1. INTRODUCTION

1Les Gaules nous sont connues sous l’Empire comme des provinces regroupant des entités territoriales et politiques que l’on désigne du nom latin de « civitates », selon l’usage romain parfaitement attesté. Le fait que nombre de ces cités portent des noms à consonance celtique et que certains de ces noms soient présents déjà dans la description césarienne de la Gaule indépendante a conduit historiens et archéologues à supposer une forme de continuité entre des « cités » gauloises et les cités romanisées de la Gaule impériale. L’identité de certains noms – car des noms disparaissent et d’autres apparaissent (cf. Raepsaet-Charlier 1994) – est un argument de poids, mais il n’autorise pas à conclure que les Gaulois de La Tène finale avaient une forme d’organisation territoriale et politique proche de celle d’une cité italienne : l’usage du terme civitas par des auteurs comme César n’est rien de plus qu’une commodité pour décrire quelque chose qui n’existe pas ou plus en Italie centrale. De notre point de vue, poser en a priori que l’on peut désigner les entités celtiques par le nom de « cité » en prenant en référence les définitions des érudits impériaux (Fichtl 2006) contribue à masquer la réalité, ou plutôt les réalités dont nous avons l’écho dans les sources et dans les faits archéologiques. S. Fichtl en emprunte d’ailleurs un bel exemple à Ph. Barral, J. -P. Guillaumet et P. Nouvel (2002). On pourra aussi se reporter au bilan de K. Gruel, qui rappelle qu’il est très difficile de superposer les monnayages celtiques et les cités d’époque impériale (Gruel, Haselgrove 2006 : 120-121). Il peut alors être intéressant d’envisager ce que nous pouvons savoir d’une cité si l’on exclut ce qui relève du raisonnement par récurrence. Cette position peut paraître excessive, car la récurrence peut être une méthode efficace, mais il est important méthodologiquement d’assurer que les éléments retenus peuvent l’être avec de bons arguments, ce qui n’est pas toujours le cas.

2Parmi les cités de la Gaule méridionale, celle des Voconces représente en quelque sorte un cas d’école. Ce peuple, un des plus puissants de Narbonnaise, a très tôt attiré l’attention des historiens ; attention renforcée au XXe siècle par les spectaculaires découvertes de J. Sautel (1939, 1941-1942, 1955, 1957) sur le site de Vaison, devenue de ce fait Vaison-la-Romaine. Un siècle et demi de travaux historiques et archéologiques ont ainsi conduit à l’élaboration d’une vulgate destinée à expliquer de manière cohérente les particularités de cette cité. On est ainsi passé d’hypothèses de travail à une quasi-certitude, que l’on retrouve abondamment citée. Au moment d’élaborer un projet de recherche sur cette cité, il nous a paru utile de revenir sur cette vulgate et d’en examiner les racines. Un rapide résumé permettra de mesurer l’ampleur de la question, tant du point de vue méthodologique que sur le fond.

1.1. les voconces, témoins de la Gaule indépendante ?

3Mais avant toute chose, il faut expliquer ce qui fait la singularité essentielle de ce peuple et qui conditionne l’ensemble de la recherche. Les Voconces constituent le seul peuple fédéré de Narbonnaise (il y en a peu en Gaule chevelue : César n’avait passé de foedus qu’avec les Rèmes et les Lingons), et le seul en Gaule qui ait livré une documentation institutionnelle d’une certaine importance. Le statut est incontestable (Strabon, 4,6,4 ; Pline, NH, 3, (4), 37 ; 7, (18), 78) : Strabon précise que les Voconces « se gouvernent eux-mêmes ». La position de foederatus étant d’ordinaire considérée comme un privilège, on a tenté de l’expliquer par un soutien apporté par les Voconces à Rome dans une situation difficile. En effet, dans le principe, tous les Latins ont un traité avec Rome (cf. Wolff 1989 : 191). Deux grandes hypothèses ont été avancées. La première lie ce statut à un appui apporté par les Voconces à Pompée lors de son passage en 78 av. J.-C., à l’occasion de la guerre de Sertorius (Hirschfeld, CIL, XII, p. 160). On sait en effet que Pompée aurait eu à lutter contre des Gaulois. En outre les Pompeii sont relativement nombreux dans la cité. Elle présente une faiblesse : un passage perdu de la plaidoirie de Cicéron pour Fontéius, lieutenant de Pompée et gouverneur véreux de la Narbonnaise, portait le titre de De bello Vocontiorum. La seconde hypothèse, avancée par Ch. Goudineau (1975) qui avoue la préférer faute d’occasion plus convaincante, est la « révolte » des Allobroges sous le gouvernement de Pomptinus en 61 av. J.-C. : les Voconces auraient prêté leur appui aux Romains contre leurs puissants voisins. À vrai dire, nous ne disposons d’aucun indice permettant de dater ce traité, puisque les Voconces pourraient compter parmi les « barbares » des Gaules que cite Cicéron dans un célèbre passage du pro Balbo (14,32). Mais peu importe, car les conclusions historiques qu’on a cru pouvoir tirer de cette hypothèse ont conditionné l’interprétation de la documentation voconce.

4Il paraissait ainsi logique de supposer qu’en laissant aux Voconces une autonomie particulière le foedus leur permettait de conserver leurs institutions traditionnelles. Ce seraient des fossiles politiques, en quelque sorte (le mot est de Wolff 1989 : 195). On a pu ainsi écrire que l’organisation des Voconces était celle des peuples gaulois avant la conquête (Goudineau 1975 : 29 ; 1979 : 251- 264). Le titre de praetor, porté par le plus haut magistrat de la cité encore sous l’Empire en serait un témoignage (Hermon 1975 : 92). Témoins privilégiés d’un passé pré-romain, les Voconces représentent ainsi la démonstration la plus éclatante du principe de la continuité entre une « cité » celtique et une cité de droit latin.

1.2. La vulgate historique

5Partant de ce préalable, la recherche, au XXe siècle, a pu poser quelques conclusions assez généralement admises. La dimension importante de la cité, ainsi que son éclatement entre quatre civitates puis quatre diocèses (Die, Gap, Sisteron, Vaison), a conduit à supposer qu’il y avait sur ce territoire plusieurs peuples, selon l’hypothèse classique qui veut que le bas Empire ait vu ressurgir des entités ethniques préromaines, baptisées pagi sitôt qu’elles sont d’une dimension estimée inférieure à celle d’une « cité normale » (cf. Tarpin 2002b), et malgré le fait que le pagus du haut Moyen Âge puisse être le territoire d’une cité. En outre, la mention des Vertamocori, dont Pline (3,124) dit qu’ils constituent de son temps un « pagus » des Voconces, incite à penser qu’il y avait, au-delà des quatre entités bien identifiées dans l’Antiquité tardive, d’autres petits peuples qui se rattachaient aux Voconces. On l’a ainsi supposé pour les Avantici, dont on sait seulement que Galba les avaient intégrés à la Narbonnaise en 69. Comme il n’y a pas de mention antérieure de ce peuple, situé sans doute à peu de distance de Gap, il était tentant de l’assujettir aux Voconces. S’est ainsi créé le concept de « confédération » voconce ; concept dont nous ne sommes pas parvenus à identifier l’origine dans l’historiographie voconce, mais qui a rencontré un grand succès dans la littérature historique et archéologique. Des rapprochements phonétiques ont ensuite permis de localiser certains de ces petits peuples.

6Non contents d’être une confédération fédérée, les Voconces avaient aussi deux « capitales », pour reprendre la traduction habituelle de l’expression de Pline (3,37), qui attribue à ce peuple, sans doute d’après des documents officiels et sa propre observation, « duo capita ». Cette situation, très inhabituelle dans l’empire, a suscité nombre de discussions. À la solution de la « Doppel-gemeinde », défendue par E. Kornemann (1898), on oppose aujourd’hui l’hypothèse que ces deux villes, Luc et Vaison, se répartissaient les fonctions habituellement concentrées dans la capitale de chaque peuple. Luc, du fait de son nom, Lucus Augusti, aurait été la « capitale religieuse », tandis que Vaison, mieux connue archéologiquement, aurait été la « capitale administrative », quitte à dédoubler certaines prêtrises pour rendre cette répartition effective (Goudineau 1979 ; Desaye 1998 : 143). On en est ainsi parfois arrivé à faire de l’aïeul de Trogue Pompée un habitant de Vaison, alors que l’abrégé de Justin dit seulement qu’il était voconce. On a de même oublié tous les textes qui associaient le nom de « Voconces » au Diois, comme la table de Peutinger. O. Hirschfeld (CIL, XII, p. 160), qui connaît évidemment ces textes, situait déjà la capitale (unique pour lui) à Vaison, tout en notant qu’on doit attendre Sidoine Apollinaire (Ep., 5,6 et 7,4) pour rencontrer une mention de cette ville après Claude Ptolémée.

7À cette question de la double capitale s’ajoute la situation assez particulière due au transfert de capitale de Luc à Die, à une date souvent située vers la fin du Ier siècle, depuis les travaux d’H. Desaye (1992 : 43 ; 1998 : 144). Le seul point discuté en ce domaine est celui de la date : en effet, le transfert lui-même est clairement établi.

8Ainsi résumée, cette vulgate paraît à la fois simple et convaincante. Pourtant, la documentation littéraire et épigraphique est à la fois d’une insigne pauvreté et d’une grande complexité par son originalité. En outre, l’apport de l’archéologie est pour le moment d’une maigreur exceptionnelle. Chacune de ces hypothèses, pour habile qu’elle puisse être, souffre donc d’une grande fragilité. Certaines posent même plus de problèmes qu’elles ne paraissent en résoudre. Un rapide panorama de l’état de la question suffira à le montrer.

2. DUO CAPITA ?

2.1. Deux villes en comparaison

9Un seul texte évoque l’existence d’une « double capitale » dans la cité des Voconces : c’est le célèbre passage de Pline l’Ancien (3,4) donnant la liste des oppida Latina de Narbonnaise. Le texte est le suivant : (36) oppida Latina Aquae Sextiae Salluviorum, Avennio Cavarum, Apta Iulia Vulgentium, Alaebaece Reiorum Apollinarium, Alba Helvorum, Augusta Tricastinorum, Anatilia, Aetea, Bormani, Comani, Cabellio, Carcasum Volcarum Tectosagum, Cessero, Carpentoracte Meminorum, Caenicenses, Cambolectri qui Atlantici cognominantur, (37) Forum Voconi, Glanum, Libii, Lutevani qui et Foroneronienses, Nemausus Arecomicorum, Piscinae, Ruteni, Samnagenses, Tolosani Tectosagum Aquitaniae contermini, Tasgoduni, Tarusconienses, Vmbranici, Vocontiorum civitatis foederatae duo capita Vasio et Lucus Augusti, oppida vero ignobilia XIX sicut XXIV Nemausensibus adtributa. Luc et Vaison figurent à la lettre V, sous l’ethnique « Voconces » et non sous les noms des deux villes. On remarquera, à ce propos, que les deux cités formées chez les Tectosages sont mentionnées chacune à sa place alphabétique. M. Christol (1994) a cependant proposé une autre lecture : Luc et Vaison figureraient en fin de liste parce qu’elles avaient été ajoutées postérieurement. Dans un cas comme dans l’autre, on doit donc conclure qu’il y a une seule cité. On se trouve donc face à une situation très inhabituelle, qui a conduit historiens et archéologues à privilégier le rôle de Vaison au sein de la cité. Pourtant, certains éléments vont à l’encontre de cette hypothèse.

2.1.1. Du nom de la capitale de la vallée de la Drôme, Luc, on a déduit que ce lieu n’était à l’origine rien d’autre qu’un sanctuaire. Ce serait alors, dans les termes de nombre d’historiens, une « capitale religieuse ». À vrai dire, cette notion manque de parallèle précis et contrevient à la tradition du monde romain, dans lequel les fonctions religieuses principales de la cité sont concentrées dans la ville qui en est ce que nous appelons la « capitale ». Or on connaît aussi dans la Gaule indépendante des zones sacrées dans de grands oppida (Fichtl 2000 : 154). En outre, la théorie d’une répartition fonctionnelle est contradictoire avec la théorie d’une confédération de peuples différents, et avec celle d’une indépendance progressive de Vaison, déjà soutenue par J. Sautel (1941, I : 133-134). Si Vaison obtient son indépendance, c’est qu’elle n’était pas la capitale de la cité. En outre, Vasio est aussi connu comme théonyme. Que le nom de la divinité soit passé à la ville ou que le toponyme ait conduit à la création d’une divinité topique importe peu : le fait est que le mot lucus ne suffit pas à réduire la fonction de Luc à celle de sanctuaire (Planchon 2004 : 236). Enfin, on n’a pas assez insisté, nous semble-t-il, sur le fait que Lucus Augusti et Dea Augusta (Die) sont des noms complètement latins, ce qui est incompatible avec l’hypothèse d’un conservatisme particulier chez les Voconces. Ce n’est que par interprétation historique qu’on y voit la trace de vieux cultes locaux. Dans les faits, rien n’indique que Lucus Augusti ou Dea Augusta étaient à l’origine le lieu de culte d’Andarta, d’autant que les mentions épigraphiques de ce culte à consonance celtique n’apparaissent pas avant la fin du Ier siècle ap. J.-C.

2.1.2. Ch. Goudineau (1979 : 293) appuyait son interprétation administrative de la cité des Voconces sur l’examen des inscriptions mentionnant les magistrats. Celles-ci sont assez nombreuses et on rencontre effectivement des titres importants en différents endroits de la cité. Cependant, les magistratures les plus hautes, et en particulier le praetor Vocontiorum, ne se rencontrent que dans la vallée de la Drôme (Laubenheimer, Tarpin 1993 ; Planchon 1997 : 102-103, fig. 1). C’est à Die qu’on relève les deux seules attestations de servus Vocontiorum (CIL, XII, 1595 et 1598). On rencontre certes la mention d’un préfet des Voconces, mais il s’agit d’une inscription lacunaire de Luc (CIL, XII, 1578), dont le texte est rapporté par le curé du lieu à Moreau de Vérone (1837 : 150), avant 1794, mais après la disparition de la pierre. Elle porte, en fin de ligne, PRAEF VOC[–] si la lecture est correcte (admise par B. Rémy, H. Desaye, à paraître, n° 180). Mais on voit bien le risque de confusion entre le F et le T. Par ailleurs, un préfet des Voconces peut être envisagé, mais il faut alors considérer que ce préfet représente une autorité supérieure à celle de la cité : ce serait donc un préfet de Rome, ce qui est fort inhabituel en Narbonnaise. Une autre hypothèse en ferait un préfet remplaçant du préteur, mais ou aurait alors attendu PRAEF PR PR à la manière des praefecti pro duoviro. On exclura sans doute l’hypothèse d’un préfet de tribu indigène, comme on en connaît quelques-uns, dans des régions non urbanisées (cf. Letta 2001 : 132-133).

10Vaison, en revanche, a surtout livré des mentions de praefecti Vasiensium. Les préfets, comme on le sait, sont des représentants d’une autorité supérieure. Il est fort peu probable que le cas particulier des quelques préfets élus de l’Italie républicaine soit applicable ici. Cela suffit à indiquer que Vaison était subordonnée à une administration. Le titre de Vasienses Vocontiorum indique assez clairement, à notre sens, une position subordonnée de Vaison face à la cité des Voconces, et non, comme tentait de l’expliquer O. Hirschfeld (CIL, XII, p. 161), que l’on pouvait ainsi distinguer les Vasienses tout court des habitants de l’ensemble de la cité appelés Vasienses Vocontiorum. Cette précision, qui met en évidence l’existence d’une communauté de Vasienses, dont le statut et l’origine doivent être discutés, insiste aussi sur l’appartenance de cette communauté à la cité des Voconces, dont le centre doit donc être cherché ailleurs, très certainement à Luc puis à Die.

11Un autre argument du même ordre a été avancé (Goudineau 1979 : 267) : les habitants de Vaison porteraient le nom de Iulienses, ce qui conduit à restituer pour la ville un nom du type Vasio Iulia, qui rappelle évidemment celui de certaines colonies, comme Apta Iulia. L’inscription sur laquelle se base cette hypothèse n’identifie pourtant pas explicitement les Iulienses aux Vasienses. Le texte (CIL, XII, 1357) porte : Vasiens(es) Voc (ontiorum) / C(aio) Sappio C(aii) f (ilio) Volt (inia tribu) / Flavo / praefect (o) Iuliensium, suivi d’un cursus militaire et administratif. On apprend aussi que ce Caius Sappius a légué 12 000 sesterces à la res publica Iuliensium. On doit s’interroger sur le fait que l’on ait employé deux noms différents selon qu’il fallait désigner les dédicants ou les bénéficiaires. Cela paraît étrange s’il s’agit des mêmes personnes. Par ailleurs, ce personnage n’a occupé aucune charge municipale chez les Voconces, si ce n’est, peut-être, cette préfecture des Iulienses.

2.1.3. La cité des Voconces est connue chez les épigraphistes par les mentions relativement nombreuses de pagi. En Gaule, seule la cité de Vienne est comparable. Or les pagi voconces se trouvent tous assez loin du Diois, dans la partie sud de la cité, à l’exception tout à fait hypothétique des Vartamocori, mentionnés par Pline (Laubenheimer, Tarpin 1993). Nous y reviendrons. Le parallèle avec la Viennoise, où les pagi se trouvent tous à plus de 30 km de Vienne, incite à penser que leur implantation, ou plutôt leur manifestation est plutôt périphérique que centrale (cf. Laubenheimer, Tarpin 1993 ; Tarpin 2002a et 2002b), ce qui pose d’ailleurs la question de la localisation des Vartamocori (fig. 1).

2.1.4. L’importance accordée à Vaison dans l’interprétation moderne de la cité repose d’une part sur l’ampleur des vestiges mis au jour par J. Sautel, d’autre part sur les notices de Claude Ptolémée et de Pomponius Méla. Ces deux textes doivent être pris à leur juste valeur. Méla (2,75) ne fait que comparer les villes les plus riches de la Province avec Narbonne, qui les dépasse toutes. Le texte dit : Vrbium quas habet (scil. Narbonensis) opulentissimae sunt Vasio Vocontiurum, Vienna Allobrogum, Avennio Cavarum, Arecomicorum Nemausus, Tolosa Tectosagum, Secundanorum Arausio, Sextanorum Arelate, Septimanorum Beterrae. Sed antestat omnis Atacinorum Decimanorumque colonia, unde olim his terris auxilium fuit, nunc et nomen et decus est Martius Narbo. L’unique critère est celui de la prospérité, et rien ne dit qu’il ait des informations sur les villes de l’intérieur, puisqu’il ne cite que les villes de la côte ou proches du Rhône. Ce texte peut au mieux être opposé à celui de Tacite (Hist., 1,66,3), qui assimile Luc à un municipe. On en déduira simplement que, du temps de Méla, Vaison apparaissait comme une ville très prospère, ce que confirment les fouilles de Sautel. Le texte de Ptolémée se borne à mentionner une πόλις des Voconces, du nom de Vaison. Mais le mot grec n’emporte pas forcément la notion de « capitale ». En outre, le fait que ce texte ne mentionne pas Luc ne peut être déterminant, dans la mesure où il passe également sous silence Riez et Apt (Planchon 2004 : 236). La situation peut se ramener à celle du passage de Pomponius Méla.

Fig-1 • Institutions des Voconces, d’après Goudineau 1979, Tarpin 2001.

Fig-1 • Institutions des Voconces, d’après Goudineau 1979, Tarpin 2001.

Le cadre archéologique de Vaison attire certes de nombreux touristes chaque année. Faut-il en conclure pour autant que cette ville présentait un ensemble de monuments publics plus important que Luc et Die ? Cela paraît méthodologiquement discutable, dans la mesure où le Diois n’a jamais connu de fouilles importantes et où l’occupation y a été permanente, ce qui est généralement cause d’une plus grande déperdition du patrimoine antique. On peut néanmoins noter que la célébrité de Vaison tient surtout aux luxueuses maisons et à un théâtre de datation incertaine. Les rares éléments disponibles dans le Diois montrent que Die était loin d’être une bourgade secondaire ; on peut aussi en douter pour Luc. Outre le rempart – un monument, certes postérieur à l’éclatement de la cité, mais dont Vaison ne fut jamais dotée –, Die comporte un arc monumental, un édifice de spectacle pouvant accueillir des gladiateurs et des thermes de très grande dimension. On ajoutera une base de colonne spectaculaire, sans doute en marbre italien, qui n’a aucun parallèle à Vaison. De nombreuses colonnes en granit (égyptien ?) et un grand chapiteau témoignent de l’existence d’édifices monumentaux. Surtout, il faut rappeler que le temple identifié à Luc dans les armées 1990, et qui devait atteindre à peu près les dimensions du temple d’Auguste et Livie à Vienne (Planchon 2005 : 31), n’a pas d’équivalent à Vaison (fig. 2). On notera à ce propos que le site de Luc a souffert d’un important colluvionnement qui a profondément enseveli la ville antique (Planchon 2004 : 241). Il faut ajouter aux fragments monumentaux de Luc la partie basse d’un grand togatus, haut d’environ 3,40 m. Cette dimension incite à y voir probablement une statue d’empereur. La présence d’une capsa, le « seau » à rouleaux de textes, indique qu’il était représenté en orateur, un peu à la manière de la célèbre statue d’Auguste dite « de via Labicana », au Musée National Romain (Helbig III, 2300 ; h. 2,17 m) ou du Néron jeune de la basilique de Véléia, au musée de Parme. Des différences dans les plis de la toge montrent cependant que la statue de Luc ne dépend pas du même original que la statue d’Auguste, malgré une indéniable parenté iconographique (fig. 3). D’une manière générale ces objets isolés attirent aussi l’attention sur le fait que les éléments architectoniques issus du Diois nous orientent vers une chronologie plus ancienne que celle des monuments de Vaison.

Fig. 2. Fragments architectoniques provenant de Luc-en-Diois : éléments d’entablement d’un temple, rapportés à la Maison Carrée et au temple de Vienne. Photo A. Roth-Congès et J. Planchon.

Fig. 2. Fragments architectoniques provenant de Luc-en-Diois : éléments d’entablement d’un temple, rapportés à la Maison Carrée et au temple de Vienne. Photo A. Roth-Congès et J. Planchon.

12En ce qui concerne le domaine privé, s’il reste vrai qu’on ne peut pas dire grand-chose de l’habitat urbain de Luc ou de Die, on doit garder à l’esprit que Luc a livré une exceptionnelle mosaïque, qui couvrait environ 80 m2 et qu’H. Lavagne (2000 : 117) fait remonter aux années 40-30 av. J.-C. : une rareté en Gaule (fig. 4). Il faut aussi relever que l’immense mausolée d’Aulus Pompeius Fronto, à Saillans, avec ses 24 m de diamètre (le tiers du mausolée d’Auguste) et son inscription en marbre italien, n’a à ce jour aucun équivalent à Vaison, surtout pour une époque aussi précoce (Planchon, Charpentier 2006 ; fig. 5). Enfin, les sept autels tauroboliques de Die, dont deux peuvent être datés de 198 et 245, démontrent la prééminence institutionnelle de la vallée de la Drôme à cette époque.

2.1.5. Le choix de chercher à Vaison la capitale administrative tient aussi compte de la position de cette ville à proximité de la vallée du Rhône, tandis que Die, et Luc encore plus, apparaissent perdues dans les montagnes. Une étude onomastique a montré que l’on rencontre sur le cadastre C d’Orange des noms qui rappellent les Voconces de Vaison, ce qui confirme l’ouverture de cette ville vers la vallée du Rhône (Christol et al. 1998). Mais, comme l’indique le passage de Tacite évoqué ci-dessus, tant les itinéraires que les milliaires conservés en territoire voconce montrent que la vallée de la Drôme était un axe fondamental pour l’accès à la Gaule (Desaye 1998b ; fig. 6). Il y a d’ailleurs quelque contradiction à évoquer comme origine du foedus le passage de Pompée sur le chemin de la Gaule tout en magnifiant Vaison, alors que celle-ci ne se trouve pas sur la voie, au contraire de Luc et Die. Nous n’avons à aucun moment de l’Antiquité la moindre allusion à une voie importante dans la vallée de l’Ouvèze, alors que l’itinéraire par les Alpes, la Durance et la Drôme est parfaitement établi. De manière significative, la table de Peutinger donne à Die le nom de « Bocontior (um) ». Un seul milliaire est attribué par O. Hirschfeld à Vaison, mais il n’est connu que par une petite notice d’un manuscrit du Vatican (où sont déposées les archives de Mgr J.M. de Suarès, un des premiers érudits de Vaison). L’origine du monument (CIL, XII, 5507 ; Walser 1970, n° 89) est peu précise, mais la lecture ancienne porte le chiffre LXVI qui, s’il est le nombre de milles, serait compatible avec la distance de Die à Vaison. Il faudrait alors admettre que le point de départ du décompte était Die, ce qui est incompatible avec l’idée que la capitale soit à Vaison.

Fig. 3. Fragment de statue d’un togatus, Luc-en-Diois. Photo J. Planchon.

Fig. 3. Fragment de statue d’un togatus, Luc-en-Diois. Photo J. Planchon.

Fig. 4. Mosaïque de Luc-en-Diois. Milieu du Ier siècle av. J.-C. Photo Musée de Valence.

Fig. 4. Mosaïque de Luc-en-Diois. Milieu du Ier siècle av. J.-C. Photo Musée de Valence.

Fig. 5. Mausolée de Saillans. Restitution graphique et fragment d’entablement.

Fig. 5. Mausolée de Saillans. Restitution graphique et fragment d’entablement.

2.1.6. À tous ces éléments, il faut ajouter un point de détail qui a sans doute son importance (fig. 7). On connaît de nombreux Pompeii chez les Voconces, comme chez les Allobroges d’ailleurs. Ce nom a certainement été légué par un magistrat romain en charge de la province ou d’une guerre qui l’impliquait. Le seul candidat est évidemment Pompée « Magnus », qui passa les Alpes en 78-77 av. J.-C.A l’en croire, il ouvrit même alors une nouvelle route (Salluste, Ep. Pomp., 4 = Hist., II, 98 M., 4). Cicéron (De lege Manilia (= de imperio Pompeii), 11,30) ajoute – mais il n’est sans doute pas très fiable – que le jeune général s’était frayé un chemin dans les corps des Gaulois. En tout état de cause, il est évident que Pompée a profité de son passage pour étoffer les clientèles que son père s’était déjà faites en Cisalpine en ajoutant quelques grandes familles transalpines. Chez les Allobroges, les Pompeii vinrent rejoindre les Valerii dans le corps très fermé des aristocrates gaulois dotés de la civitas. Chez les Voconces, il semble que les Pompeii furent les premiers de cette catégorie, à moins qu’ils n’aient remplacé des familles plus anciennes qui auraient fait un mauvais choix politique. Trogue Pompée, à en croire Justin (Epit., 43,5,10), tirerait son nom de la faveur accordée par Pompée à son aïeul lors de la guerre de Sertorius (pour la généalogie de Trogue Pompée, voir le commentaire de M.-P. Arnaud-Lindet, ad loc., http://forumromanum.org/​literature/​justin/​introduction.html#1). Certes, comme le relève H. Desaye dans son utile synthèse (Desaye 1984 : 237-238), les Pompeii ne sont statistiquement pas plus nombreux chez les Voconces que dans l’ensemble de la province. Mais on doit relever, toujours avec H. Desaye, que cette gens est mieux représentée dans le Diois qu’à Vaison et que le plus ancien est sans doute le Pompeius auquel les Voconces ont offert le spectaculaire mausolée de Saillans (fig. 5). Le Q. Pompeius de CIL, XII, 1371 (Entrechaux) a occupé une charge dont il ne reste que PR V[–], que Hirschfeld proposait de restituer en pr (aetor) V[as (iensium) Voc (ontiorum)], titre non attesté par ailleurs, mais qui doit être plutôt pr (aetor) V[ocontior (um)].

2.2. De Luc à Die

13La question de la double capitale se complique de celle du transfert de Luc à Die. Ce point paraît incontestable au vu des sources : s’il apparaît que Luc est encore à considérer comme capitale lorsque Pline rédige son livre III, soit après 69 (Galba) et au plus tard dans les années 70, c’est bien Die qui reçoit par la suite le titre de colonie, qui est à l’origine du décompte des milles sur les milliaires et qui figure dans la Notitia Galliarum (11,7) sous le titre : ciuitas Deensium. La date et les modalités du transfert en sont en revanche discutées. H. Desaye (1992 : 42-3) a proposé, avec de bons arguments, de le dater entre les Flaviens et Hadrien. On nous permettra à notre tour de revenir ici sur quelques hypothèses.

2.2.1. Le transfert est à dater au plus tard du moment où Die reçoit le statut colonial. Malheureusement, cette date reste inconnue. On ne dispose que d’un terminus ante quem imprécis (seconde moitié du IIIe siècle, Wolff 1989 : 193), fourni par la datation stylistique du sarcophage portant l’inscription mentionnant ce statut colonial (CIL XII, 690 : Col. Dea Aug. Voc. : O. Hirschfeld y voyait une erreur du lapicide). Toutefois, les indices fournis par le développement du culte de Cybèle à Die posent question.

Deux des sept tauroboles de Die comportent une mention d’empereur (CIL XII, 1567, Philippe l’Arabe et son fils M. Iunius Philippus, Augustes, Otacilia Severa, 247-248 ; ILGN, 231, Septime Sévère et Caracalla Augustes, Géta César (bûché ensuite), Julia Domna 197/8-209). Le caractère public de ces sacrifices, celui pour Philippe étant fait en présence des prêtres des cités voisines, invite à considérer le lieu comme représentatif d’une autorité reconnue. L’argument, là encore, constitue un terminus ante quem. Dans la même optique, l’arc de la porte Saint-Marcel marque vraisemblablement une étape importante dans l’évolution de la ville de Die et de son statut dans le courant du IIe siècle, sans qu’il soit possible d’affirmer si cette étape correspond au transfert de capitale ou à l’attribution du statut colonial.

Fig- 6- Bornes milliaires voconces, d’après Walser 1979, Desaye 1998b.

Fig- 6- Bornes milliaires voconces, d’après Walser 1979, Desaye 1998b.

Fig. 7. Peuples péromains du sud-est de la Gaule, d’après Barruol 1969.

Fig. 7. Peuples péromains du sud-est de la Gaule, d’après Barruol 1969.

14La disparition des mentions d’origo à Luc pour les soldats auxiliaires voconces, sous la forme Lucus Augusti ou Lucus Vocontiorum, laisse penser que le transfert a pu avoir lieu après Trajan, si l’on suit la chronologie épigraphique adoptée par G. Pflaum (1978 : 270-290 ; Planchon 2004 : 236-237). Il manque ensuite des mentions d’auxiliaires issus de Die. En revanche, on rencontre des Voconces dans les légions et jusque dans la garde prétorienne (p. e. CIL, VI, 2623 : un citoyen de Vaison, recruté dans la VIIe cohorte et mort à Rome à 55 ans). On notera enfin que le transfert de capitale ne sous-entend pas une disparition physique de Luc, puisque les deux noms figurent sur la table de Peutinger, mais Luc ne sera plus qu’une mansio dans l’« itinéraire de Bordeaux à Jérusalem ».

2.2.2. On ne saurait séparer cette question du statut colonial de celle de l’attribution de l’autonomie à Vaison. Classiquement jugée assez tardive, elle pourrait faire partie d’un ensemble de mesures cohérentes prises encore sous le Haut Empire. J. Sautel notait que Vaison semblait entrer très rapidement dans un processus d’autonomisation. La datation du théâtre de Vaison, très difficile du fait des travaux entrepris par J. Formigé (cf. Provost, Meffre, 2003 : 219-229), serait à placer dans le Ier siècle, et plus précisément dans la deuxième moitié si les portraits qui y ont été retrouvés en position secondaire (Claude, Domitien, Hadrien, Sabine) constituaient l’ornement originel du mur de scène. Ch. Goudineau (1979 : 282) a aussi remarqué que la tournure Vas. Voc. se rencontre surtout avant 70, et qu’elle est ensuite remplacée par Vasienses. La forme Civitas Vasiensium se rencontre sur CIL, XII, 1381, une inscription funéraire qui s’ouvre sur la dédicace aux Dieux Mânes, formule habituellement considérée comme flavienne ou postérieure. On est donc en droit de se demander si l'autonomie de Vaison a vraiment attendu le Bas Empire. En tout état de cause, si l’on fait abstraction du préjugé commun, qui veut que l’éclatement des grandes cités soit un mouvement du IIIe ou du IVe siècle, on doit admettre que rien n’empêche d’envisager une séparation de la cité dès l’époque de Trajan ou d’Hadrien, voire des derniers Flaviens.

3. LA CONFÉDÉRATION VOCONCE ET LES PEUPLES SATELLITES

3.1. Confoederatio

15L’hypothèse d’une organisation en confédération de certains grands peuples gaulois, comme les Voconces ou les Cavares, par exemple, est une solution commode, en ce qu’elle permet d’expliquer la présence de plusieurs ethnonymes sur un territoire reconnu comme une entité unique par les Romains. Elle pose cependant quelques difficultés institutionnelles.

3.1.1. Le terme même de confoederatio ne semble se rencontrer qu’une fois en latin. Il se trouve dans un passage de Festus (p. 244 L), à propos du postliminium, un point de droit international assez complexe, qui régit le statut des biens et des personnes capturés par un ennemi étranger et repris ensuite. Le grammairien énumère les situations dans lesquels ce droit particulier, et sans doute assez ancien, peut s’appliquer. On y rencontre bien évidemment les hostes et les rois étrangers, mais aussi les peuples libres et les alliés de Rome, qui restent, malgré leur foedus, fondamentalement des étrangers (cum populis liberis et confoederatis et cum regibus postliminium nobis est ita, uti cum hostibus). Confoederati désigne ici l’ensemble de ceux qui ont un foedus avec Rome, mais Rome n’appartient pas à une confoederatio. On ne saurait donc comprendre ce mot comme un ancêtre de la « confédération » moderne : les foederati n’ont pas de traité entre eux ; leur seul lien est leur traité avec Rome. Le mot, au sens moderne, à en croire le « Robert », apparaît au XIVe siècle, avec la Confoederatio Helvetica. Il est donc difficile de parler de confédération gauloise au sein de l’empire, puisque cette notion est contraire à la pratique romaine, qui ne connaît que des accords bilatéraux, imposant la maiestas populi Romani (c’est le fond du Pro Balbo de Cicéron). Pour la période antérieure, il faut bien reconnaître que nous n’avons aucun indice d’un système d’accords égalitaires entre des peuples gaulois au sein d’une entité qui prendrait, assez bizarrement, le nom de l’un de ces peuples. Ce que décrit César au cours de son séjour en Gaule s’apparente plus souvent à un système de clientèle, autour des Éduens, des Séquanes ou des Arvernes, qu’à une organisation confédérale. Une éventuelle confédération voconce ne pourrait avoir survécu à la conquête et il faudrait expliquer en d’autres termes la nature de cette cité si diversifiée. Ajoutons que les rapports entre Luc et Vaison, nous l’avons vu, étaient probablement hiérarchiques et non égalitaires.

3.2. Une mosaïque de peuples

16On ne saurait nier pour autant qu’il y ait des indices sérieux de la coexistence de plusieurs groupes humains au sein de F immense territoire voconce. L’éclatement de la cité en quatre diocèses semble aller dans ce sens et les éléments d’autonomie de Vaison le montrent aussi. Certains petits peuples, identifiés tantôt par les sources, tantôt par la toponymie, pourraient s’être retrouvés pris dans cette grande cité, avant, parfois, de s’en détacher. G. Barruol (1969) a ainsi avancé quelques noms et localisations.

17La dimension même de la cité, dans l’organisation augustéenne de la Gaule, n’est pas discutable (fig. 7) : Strabon (4,1,3) donne des indications assez claires, bien analysées par G. Barruol (1969 : 278-281) : limite sud vers Cereste ; limite sud-est vers Embrun. La difficulté principale tient aux confusions permanentes que fait Strabon entre le cadre administratif augustéen, qu’il connaît visiblement, et la documentation antérieure, issue en grande partie de Posidonios, et qui fonde son propos. Par exemple, lorsqu’il indique qu’au nord des Cavares on trouve les Voconces, les Tricorii, les Iconii et les Medulli, il fait certainement appel à une description pré-augustéenne de type ethnologique, car ces peuples n’ont pas tous constitué des cités sous l’Empire : ce sont des communautés que rencontre un voyageur passant les Alpes le long de différentes rivières. Les Medulli figurent à la fois sur l’arc de Suse et sur le trophée de La Turbie, ce qui indique qu’ils n’appartenaient pas à la Narbonnaise proprement dite. Les Iconii de Strabon pourraient bien être les Vcenni du trophée d’Auguste, eux aussi alpins. Les Tricores, enfin, sont connus par ailleurs, mais n’ont pas constitué de cité – du moins pas sous ce nom. Ce mélange d’informations de périodes différentes se retrouve chez Ptolémée (2,10,8) à propos des Cavares, à qui il attribue Avignon, Orange, Cavaillon et une colonie du nom d’Acusia, que G. Barruol propose de situer vers Montélimar (Barruol 1969 : 25 ; cf. Christol, Heijmans 1992). Ce même Ptolémée, nous l’avons vu, ignore la ville de Die. Nous partons donc d’emblée sur des bases très fragiles.

3.2.1. Les Vertamocori (ou d’autres variantes du nom). Un célèbre passage de Pline l’Ancien nous apprend l’existence d’un petit peuple gaulois d’Italie, qui serait, de son temps, un pagus des Voconces. Voici ce que dit Pline (3,124) : Vercellae Libiciorum ex Salluis ortae, Novaria ex Vertamocoris, Vocontiorum hodieque pago, non, ut Cato existimat, Ligurum, ex quibus Laevi et Marici condidere Ticinum non procul a Pado, sicut Boi Transalpibus profecti Laudem Pompeiam, Insubres Mediolanum. On y apprend donc que Vercellae est une fondation des Libici, qui sont des Salyens, et Novare une fondation des Vertamocori que Caton F Ancien (au IIe siècle av. J.-C.) disait être des Ligures, et que Pline connaît de son temps comme un pagus des Voconces.

18Hodieque sous le calame d’un haut fonctionnaire qui a voyagé en Gaule indique clairement que c’est la situation dans les années 70 de notre ère. La notice n’a jamais surpris, car il y a plusieurs pagi attestés chez les Voconces. De là découlait naturellement, par un rapprochement phonétique si évident qu’il n’avait pas à être discuté, que le pagus en question était le Vercors. quitte à étendre ce dernier sur la partie désignée traditionnellement comme « Pays des quatre montagnes » (ou parfois « Pays de Lans »). Cette hypothèse, citée comme un produit de l’érudition locale par Hirschfeld (CIL, XII. p. 160), n’est pas plus faible que tant d’autres, pour autant qu’on exclue a priori l’idée que le nom « Vercors » puisse avoir une étymologie propre. L’hypothèse traditionnelle à ce sujet – d’autres peuples présentent la même particularité – est soit qu’un petit groupe du peuple est resté en Gaule lors de la migration (c’est le cas des Sénons), soit qu’un petit rameau est revenu (cf. Fichtl 2004). En ce sens, on pourrait tout à fait imaginer que des Ligures Vertamocori soient revenus en Gaule et aient été à un moment donné intégrés aux Voconces. comme les Boïens survivants de la migration des Helvètes furent établis chez les Éduens. Le fait que Caton, qui avait des notions en matière de peuples gaulois de Cisalpine, ait considéré Novare comme une fondation ligure inciterait cependant à chercher les Vertamocori plutôt en direction des Alpes méridionales (et ce indépendamment de l’absence de niveau du début du IIe siècle av. J.-C. à Novare). Mais ce n’est, là encore, qu’hypothèse. Le fait est, néanmoins, que malgré des progrès récents dans l’archéologie du Vercors. il manque l’attestation d’une occupation antique permanente et assez dense sur la montagne proprement dite.

3.2.2. Les Avantici. Toujours par Pline (3,4,37), nous avons mention de deux peuples mal connus, que Galba aurait rattachés à la Narbonnaise en 69 : Adiecit formulae Galba imperator exinalpinis Avanticos atque Bodionticos, quorum oppidum Dinia. La conclusion immédiate, comme le rappelle A. Chastagnol (1992 : 265-7) est donc que les Avantici et les Botiontici appartenaient jusque-là aux provinces alpines, pour autant que « Inalpini » ait un sens institutionnel. Dans la vision de C. Letta (2001 : 157-158), les Avantici auraient été confiés (avec les Graioceli et Ceutrones) à Cottius à la fin de la campagne alpine d’Auguste, en sus de ses propres domaines. Ils auraient été ensuite intégrés à la Narbonnaise sans que cela puisse apparaître comme une « confiscation » à Cottius. La lecture classique, celle de G. Barruol (1969 : 385), par exemple, était que les Bodiontici occupaient le pays de Digne (« quorum oppidum Dinia »). A. Chastagnol, prenant acte d’une inscription sans doute augustéenne de Narbonne (CIL, XII, 6037), qui mentionne la colonie de Digne, concluait que Digne avait toujours été en Narbonnaise et que Galba lui avait rattaché, avec un statut subordonné, mais en les dotant du droit latin, deux petits peuples alpins. Quorum porterait donc ici sur les deux noms, ce qui est parfaitement possible en latin. Il assimile ce procédé à celui qu’on désigne du nom d’ad-tributio, en relevant que Digne a fourni des légionnaires, tandis que les Bodiontici étaient inscrits dans des cohortes d’Alpins et de Ligures. Ce rapport hiérarchique – et les complications qu’il peut provoquer – est bien connu, en particulier par la « tabula Clesiana » de Trente (CIL, V, 5050 ; Tozzi, 2002). Ethniquement, les habitants de Digne seraient les Sentii, mentionnés par Ptolémée (2,10,8). Les Avantici, comme les Vertamocori sont situés selon des indices toponymiques (F Avance et le Vanson) au sud de Gap (cf. Barruol 1969 : 382-5) ; A. Chastagnol propose de leur faire occuper tout l’ancien diocèse de Gap ou au moins sa partie sud et sud-est, en contact ponctuel avec la cité de Digne. La carte de G. Barruol établit cependant d’autres peuples entre les Avantici et les Bodiontici, ce qui pose un petit problème de confins. Pour ce qui nous concerne, cette localisation, à l’ouest d’Embrun, limite des Voconces selon Strabon, laisse supposer que les Avantici auraient été en territoire voconce. Il faut alors admettre soit que « ex inalpini » désigne des peuples de montagne sans allusion aux provinces alpines, soit que les Avantici auraient été Voconces sous Auguste, puis rattachés au royaume de Cottius, avant de dépendre de la colonie de Digne : une histoire bien compliquée.

19On peut concevoir les choses plus simplement : les Avantici n’occupent pas la vallée de la Durance, mais seulement le secteur Avance-Avançon en rive gauche. Dans ce cas ils ne sont pas Voconces. Du début à la fin les Voconces s’étendent jusqu’à Embrun, et ont pour voisins les Avantici, peuple alpin de la rive gauche de la Durance. Il est ainsi possible d’intégrer ces derniers momentanément dans le royaume de Cottius, ce qui en ferait des « Inalpini » au sens propre, rattachés ensuite à la colonie de Digne par attribution. Il n’est plus question des Avantici par la suite. A. Chastagnol (1992 : 268) suppose qu’il faut les chercher sous la dénomination de Civitas Vappensium (Gap) dans la Notitia Galliarum. À vrai dire, l’homophonie est ici approximative (Avantici – Vapincum). On a plutôt l’impression que ce « peuple » disparaît des sources. En fait, A. Chastagnol semble supposer – et c’est raisonnable – que le nom disparaît puisque le rattachement fait qu’on ne cite plus que la capitale de cité et non les petits peuples rattachés. Vapincum ne serait donc pas une déformation de nom de peuple. Ce point a fait l’objet d’une nouvelle étude de P. Arnaud (communication orale).

3.2.3. Les Tricorii. Mentionnés par Tite-Live (21,31,9) entre les Voconces et la Durance : Sedatis certaminibus Allobrogum cum iam Alpes peteret, non recta regione iter instituit sed ad laeuam in Tricastinos flexit ; inde per extremam oram Vocontiorum agri tendit in Trigorios, haud usquam impedita uia priusquam ad Druentiam flumen peruenit. Ce passage a fait l’objet de multiples discussions, en général stériles. Strabon (4,1,11 ; 4,6,5) n’en dit pas grand-chose. Il est cependant à noter que les Tricores ne figurent pas sur le trophée de La Turbie (CIL, V, 7817), ce qui indique qu’ils ne font pas partie des peuples soumis par Auguste : ils ont donc été soumis plus tôt, ou assimilés à un peuple plus important, ce qui explique qu’ils n’aient pas constitué une cité sous F Empire. La localisation des Tricores est tributaire du choix que l’on fait a priori d’un itinéraire ou d’un autre pour le passage d’Hannibal et de la traduction d’une phrase clé (per extremam oram Vocontiorum agri) citée par Tite-Live et reprise par Ammien Marcellin (15,10,11). La traduction traditionnelle en est « en longeant la frontière des Voconces », mais on peut aussi traduire : « en traversant les Voconces d’une frontière à l’autre ». Selon le cas, les Tricorii de la fin du IIIe siècle avant J.-C. se retrouvent, soit confinés dans le Trièves auquel ils sont assimilés par homophonie, soit débordant sur la vallée du Buëch, voire celle de la Durance. L’homophonie est ici discutable, dans la mesure où le toponyme Tarao du VIIIe siècle, qui devient Triviae au Moyen-Âge, n’offre que peu de comparaisons avec Tricorii (Barruol 1969 : 326, note 2). J.-P. Jospin (2000 : 238), relevant qu’il n’est question de Tricores qu’à propos du passage d’Hannibal et dans la description de Strabon, sans doute dépendante de Podisonios, penche pour un rattachement à la mouvance voconce au cours du Ier siècle av. J.-C. ; en effet le Trièves fait par la suite partie du diocèse médiéval de Die.

3.2.4. Les Sogiontii. Ce nom figure sur le trophée de la Turbie, entre les Caturiges et les Bodiontii, et sur une inscription provenant de l’église de Saint-Romain-en-Gal (CIL, XII, 1871), indiquant un décurion de la civitas Sogion(ti)or(um). N. Lamboglia leur attribue Segustero-Sisteron comme capitale et G. Barruol (1969 : 284) les place en rive droite de la Durance, la rive gauche étant occupée par les Bodiontii et les Sentii de Digne. Deux inscriptions, l’une de Manosque (CIL, XII, 1514), l’autre à l’Escale (Gallia 20, 1962 : 660), contribueraient à placer ce peuple dans l’aire institutionnelle des Voconces, telle que la présente Strabon, puisque Sisteron est en rive droite de la Durance. Cela n’est pas sans poser problème. D’une part, l’ensemble des hypothèses fait des Sogiontii un peuple très étendu, sur une portion importante de la rive droite de la Durance. D’autre part, il est étonnant de retrouver dans la « confédération » voconce un peuple qui figure sur le trophée des Alpes. Doit-on considérer que les Sogiontii, peuple alpin indépendant – ou dépendant de Cottius – jusqu’à la campagne alpine d’Auguste, en 15/14 av. J.-C., auraient été attribués aux Voconces après la conquête des Alpes, avant de s’en détacher dans le courant du IIe siècle ? C’est en apparence la solution la plus simple compte tenu des sources, mais elle reste hypothétique. À nouveau, il semblerait que les Voconces aient bénéficié d’une forme d’attribution d’un peuple voisin, ce qui ne va pas dans le sens d’une « confédération ».

3.3. Des oppida ignobilia ?

20Enfin, l’érudition a toujours buté sur la mention des 19 oppida ignobilia que Pline (3,4,36-37) cite aussitôt avant les 24 autres oppida ignobilia attribués à Nîmes. Le texte dit exactement : oppida Latina (...) Vocontiorum civitatis foederatae duo capita Vasio et Lucus Augusti, oppida vero ignobilia XIX sicut XXIV Nemausensibus adtributa. Il est tentant de supposer que l’enchaînement implique que les 19 oppida sont attribués aux Voconces, comme le retenait O. Hirschfeld (CIL, XII. p. 161). Mais on a rappelé depuis longtemps que ces oppida sont cités en fin de liste alphabétique, et qu’ils peuvent tout aussi bien être ceux de l’ensemble de la province, dont Pline aurait vu les noms rayés sur une liste officielle, tout comme il avait relevé que la cité des Volques Arécomiques ne comportait plus que le nom de Nîmes alors que 24 autres noms avaient été rayés (Goudineau 1979 : 271-2 ; Christol 1994). On le voit la lecture que l’on fait de ce passage repose sur l’interprétation préalable que l’on fait de la « confédération » voconce. Il n’est donc pas un argument en soi.

4. CONCLUSION : UNE APPROCHE À RENOUVELER ?

21La pauvreté des connaissances archéologiques et des sources écrites pourrait faire désespérer de conclure quoi que ce soit sur la formation de l’une des plus grandes cités de Narbonnaise. Certains points paraissent pourtant maintenant bien établis. Il y a déjà plus de dix ans, H. Desaye (1992) avait montré à quel point l’épigraphie voconce témoignait de la faible homogénéité du territoire. Les cultes, en particulier, montrent l’existence de noyaux diversifiés, qui différencient bien Vaison et Die, comme on peut s’y attendre, mais aussi d’autres sites beaucoup moins bien connus : sanctuaires ruraux ou agglomérations encore non identifiées. À Vaison, les fouilles qui ont suivi les inondations de 1992 ont permis de démontrer qu’il y eut une occupation au Ve siècle av. J.-C., ce qui montre que le site a connu au moins une phase antérieure au développement d’époque romaine (Meffre 2000). Une rapide lecture du CIL confirme parfaitement la vision d’H. Desaye, qui étaye elle-même la vision de J. Sautel. La découverte des inscriptions d’un sanctuaire des Matres Baginienses à Sainte-Jalle (Drôme ; AE, 2000, 884-890 ; RAN, 33 , 2000, 178-193), tout comme les impressionnantes collections de céramique d’importation du Pègue, rappellent à quel point nos connaissances sont dépendantes du hasard des découvertes sur un territoire qui a certainement connu plusieurs centres politiques et religieux. La véritable question est alors celle de la hiérarchie de ces centres et de leurs rapports avec une zone proprement « voconce », que les sources incitent à chercher dans la vallée de la Drôme. L’appellation Vasienses Vocontiorum montre que les Vasienses constituent un sous-ensemble des Vocontii. Quelle est la signification de ce sous-ensemble, et pourquoi le trouve-t-on chez les Voconces plutôt qu’ailleurs ?

22À ce point, le travail de M. Christol (1994) sur le texte de Pline, quel que soit le sens que l’on donne au mot « formula », conduit à poser quelques questions. M. Christol pense pouvoir reconnaître dans la liste plinienne, et sans doute avec raison, deux strates. En effet, la structure du texte laisse percevoir deux listes contiguës, comprenant parfois les mêmes noms de « peuples » (nous conservons ce mot en attendant d’avoir trouvé mieux). La première liste donne une énumération de regiones, classés géographiquement en fonction des grands cours d’eau (c’est le critère qu’avait retenu César pour la division des Trois Gaules). Une seconde liste comprend les colonies romaines en ordre de création, puis les oppida Latina, en ordre alphabétique (et chronologique ?). Pour différentes raisons, il paraît clair que la première liste est légèrement antérieure à la seconde, qui comporte d’ailleurs des mises à jour. Or la liste des regiones donne de nombreux noms dans la partie sud de la Narbonnaise et peu de noms dans la partie nord : ce sont les grandes « confédérations » des Cavares et des Voconces, et deux grands peuples, les Segovellauni et les Allobroges, dont nul n’a songé à faire une confédération malgré leur éclatement en plusieurs cités au bas Empire. Une solution simple serait d’admettre que, dès l’époque de la mort de César, les peuples du nord de la Narbonnaise étaient spontanément regroupés en ensembles plus grands que leurs voisins provençaux. Avouons qu’elle nous laisse sceptique. On ne saurait envisager ce type de texte comme une description objective et exhaustive de la réalité sociale gauloise, qui n’intéressait guère les Romains, comme le rappelle Strabon (3,4,19). Ce que nous pouvons saisir, c’est le regard de Rome, bien plus que la réalité gauloise. Il est donc plutôt probable que la différence d’échelle reproduit la plus ou moins grande proximité du point d’observation romain. La véritable question est de savoir dans quelle mesure ce regard a pu modifier ou même générer l’organisation que nous connaissons dans la Province.

23D. Garcia (2002), s’appuyant essentiellement sur une documentation méditerranéenne et languedocienne, remarque que le IIe siècle av. J.-C. est un moment de recentrement urbain dans le cadre de grandes « confédérations ». Ce type d’évolution contribuerait à expliquer la facilité avec laquelle les élites gauloises ont intégré la notion de cité et l’ont faite leur. Le même type de documentation a permis à F. Verdin (2002) d’aller plus loin dans le détail à propos des Volques Arécomiques et de montrer comment la conquête a pu produire l’émergence de communautés dont nous n’avons pas mention antérieurement. Il y plus de dix ans, M. Py (1993 : 234-5) rappelait les dangers de l’analyse par récurrence, insistant sur le fait que certaines subdivisions que l’on rencontre chez les Gallo-Romains pouvaient être établies par le conquérant pour des raisons pratiques, sans être toujours des vestiges de « peuples » antérieurs.

24Mais, à vrai dire, bien des choses restent floues dans le débat sur les regroupements, les disparitions, les attributions de peuples avant comme après la conquête. On imagine ce que peut devenir ce flou lorsque l’on tente d’appliquer ces raisonnements au territoire voconce, si mal connu archéologiquement. On est surtout tenté de se demander s’il est vraiment indispensable de chercher un peuple pérenne et organisé derrière chaque nom que la tradition nous a transmis avec plus ou moins d’approximation. On gagnerait à se rappeler, avec Strabon (3,4,19), que l’organisation des provinces était mouvante au gré des intérêts du conquérant : « Quant aux Romains, ils ont donné à tout le territoire le même nom d’Ibérie ou d’Hispanie et distinguent ses deux parties par les épithètes Ultérieure et Citérieure ; leurs divisions d’ailleurs, varient avec le temps, du fait qu’ils adaptent leur administration aux circonstances du moment » (trad. F. Lasserre). J.C. Edmonson (1994) note, à propos de la romanisation de la Lusitanie, qu’une des forces de l’impérialisme romain a été la capacité à forcer les indigènes à percevoir différemment leur monde, par exemple en créant des unités ethniques précises et limitées, qui masquaient la complexité de la géographie politique indigène. C’est dans ce sens que nous espérons, à terme, pouvoir clarifier la situation, apparemment si complexe des Voconces.

Bibliographie

Bibliographie

BADIAN E., 1966 – Notes on Provincia Gallia, In : ALFÖLDI A., CHAMOUX F. dir., 1966 – Mélanges André Piganiol, 2, Paris, S.E.V.P.E.N., p. 901-918.

BARRAL P., GUILLAUMET J.-P, NOUVEL P., 2002 – Les territoires de la fin de l’âge du Fer entre Loire et Saône : les Éduens et leurs voisins. Problématiques et éléments de réponses. In : GARCIA D., VERDIN F. dir., 2002 – Territoires celtiques. Espaces ethniques et territoires des agglomérations protohistoriques d’Europe occidentale. Actes du 24e colloque de l’A.F.E.A.F., Martigues, 1-4 juin 2000. Paris, Éd. Errance, p. 271-296.

BARRUOL G., 1969 – Les peuples préromains du sud-est de la Gaule. Paris, de Boccard, 408 p. (Revue Archéologique de Narbonnaise, suppl. 1).

CHASTAGNOL A., 1992 – Inscriptions Latines de Narbonnaise, II. Antibes, Riez, Digne. Paris, CNRS, 302 p. (Gallia, suppl. 14).

CHRISTOL M., 1994 – Pline l’Ancien et la « formula » de la province narbonnaise. In : NICOLET C. dir., 1994 – La mémoire perdue : à la recherche des archives oubliées, publiques et privées, de la Rome antique. Paris, Publications de la Sorbonne, p. 45-63.

CHRISTOL M., GOUDINEAU C., 1987-8 – Nîmes et les Volques Arécomiques au Ier siècle av. J.-C. Gallia, 45, p. 87-103.

CHRISTOL M., HEIJMANS M., 1992 – Les colonies latines de Narbonnaise. Gallia, 49, p. 37-44.

CHRISTOL M., LEYRAUD J.-C., MEFFRE J.-C., 1998 – Le cadastre C d’Orange. Révisions épigraphiques et nouvelles données d’onomastique. Gallia, 55, p. 327-342.

DESAYE H., 1984 – Une inscription inédite de Saillans (Drôme). Gallia, 42-2, p. 233-241.

DESAYE H., 1992 – La problématique des inscriptions des Voconces septentrionaux. In : LAUXEROIS R., GASCOU J., DARDE D. dir., 1992 – Les inscriptions latines de Gaule narbonnaise, actes de la table-ronde d’Alba (2-3 juin 1989), Nîmes, École Antique de Nîmes, p. 39-48.

DESAYE H., 1998 a – Die et Vaison. In : GROS P. dir., 1998 -Villes et campagnes en Gaule romaine. 120e congrès national du C.T.H.S., Aix-en-Provence, 1995. Paris, Éd. C.T.H.S., p. 143-156.

DESAYE H., 1998 b – Nouvelle dédicace du milliaire CIL, XVII, 95, de Saillans (Drôme). In : GROS P, dir., 1998 – Villes et campagnes en Gaule romaine. 120e congrès national du C.T.H.S., Aix-en-Provence, 1995. Paris, Éd. C.T.H.S., p. 167-173.

EDMONSON J. C., 1994 – Creating a provincial landscape : roman imperialism and rural change in Lusitania. In : GORGES J.G., SALINAS DE FRIAS M., 1994 – Les campagnes de Lusitanie romaine, Madrid-Salamanque, Casa de Velazquez – Universidad de Salamanca, p. 13-30.

FICHTL S., 2000 – La ville celtique. Paris, Éd. Errance, (2e édition), 190 p.

FICHTL S., 2004 – Les peuples gaulois, IIIe-Ier siècle av. J.-C., Paris, Éd. Errance, 168 p.

FICHTL S., 2006 – L’émergence des ciuitates en Gaule et dans le monde celtique. In : HASELGROVE C. dir., 2006 – Celtes et Gaulois. L’archéologie face à l’histoire. 4 : Les mutations de la fin de l’âge du Fer. Actes de la table ronde de Cambridge, 7-8 juillet 2005. Glux-en-Glenne, Centre Archéologique Européen du Mont Beuvray, p. 41-54 (Bibracte, 12-4).

GARCIA D., 2002 – Dynamiques territoriales en Gaule méridionale durant l’âge du Fer. In : GARCIA D., VERDIN F., 2002 – Territoires celtiques. Espaces ethniques et territoires des agglomérations protohistoriques d’Europe occidentale. Actes du 24e colloque de l’A.F.E.A.E., Martigues, 1-4 juin 2000, p. 88-103, Paris, Éd. Errance.

GOUDINEAU C., 1975 – La romanisation des institutions en Transalpine, Cahiers Ligures de Préhistoire et d’Archéologie, 24, p. 26-34.

GOUDINEAU C., 1979 – Les fouilles de la maison au Dauphin. Paris, CNRS, 325 p. (Gallia, suppl. 37).

GOUDINEAU C., DE KISCH Y., MEFFRE J.-C., 1991 – Vaison-la-Romaine, Paris, Éd. Errance, 159 p.

GRUEL K., HASELGROVE C., 2006 – Le développement de l’usage monétaire à l’âge du Fer en Gaule et dans les régions voisines. In : HASELGROVE C. dir., 2006 – Celtes et Gaulois. L’archéologie face à l’histoire. 4 : Les mutations de la fin de l’âge du Fer. Actes de la table ronde de Cambridge, 7-8 juillet 2005. Glux-en-Glenne, Centre Archéologique Européen du Mont Beuvray, p. 117-138 (Bibracte, 12-4).

HERMON E., 1975 – La possible application de la deuxième loi agraire de Saturninus dans la Gaule Narbonnaise, Iura, 26, p. 79-98.

JOSPIN J.-P., 2000 – Remarques sur la situation des peuples alpins, Ucennes et Tricores, à la fin de l’âge du Fer, Géologie alpine, p. 231-240 (Mémoire hors série, 31).

KORNEMANN E., 1898 – Zur Stadtentstehung in der ehemals keltischen und germanischen Gebieten des Römerreichs. Ein Beitrag zum römischen Städtewesen. Giessen, von Münchow’sche Hofund Universitäts-Druckerei, 76 p.

LAVAGNE H., 2000 – Recueil général des mosaïques de la Gaule. III, Province de Narbonnaise. 3, Partie sud-est. Paris, CNRS, 420 p. (Gallia, suppl. X).

LAFFI U., 1992 – La provincia délia Gallia Cisalpina, Athenaeum, 80-1, p. 5-23.

LAUBENHEIMER F., TARPIN M., 1993 – Un pagus à Sallèles d’Aude ? Essai sur les pagi de Narbonnaise, Revue Archéologique de Narbonnaise, 26, p. 259-276.

LETTA C., 2001 – Ancora sulle civitates di Cozio e sulla praefectura di Albanus, In : GIORCELLI BERSANI S. éd., 2001 – Gli antichi e la montagna, Convegno, Aosta, 21-23 settembre 1999. Torino, Celid, p. 149-166.

MEFFRE J.-C., 2000 – L’âge du Fer dans la région de Vaison. In : CHAUSSERIE-LAPRÉE J. dir., 2000 – Le temps des Gaulois en Provence. Marseille, Images en manœuvres, p. 213-215.

MOREAU de VÉRONE, 1837 – Mémoire sur les Voconces. Bulletin de la Société de Statistique, des Arts utiles et des Sciences naturelles du Département de la Drôme, I, 2e livr., p. 70-96 et 3e livr., p. 129-165.

PFLAUM H.-G., 1978 – Les Fastes de la province de Narbonnaise. Paris, CNRS, 236 p., 68 pl. (Gallia, suppl. 30).

PLANCHON J., 1997 – La ville antique de Die (Dea Augusta Vocontiorum). Mémoire de DEA, Aix-en-Provence, Université de Provence, inédit.

PLANCHON J., 2004 – De Luc à Die : le chassé-croisé des capitales voconces ; suivi de Luc-en-Diois / Lucus (Drôme). In : FERDIÈRE A. dir., 2004 – Capitales éphémères, Actes du colloque de Tours, 6-8 mars 2003, Tours, p. 233-247 et p. 447-450 (Revue Archéologique du Centre de la France, suppl. 25).

PLANCHON J., 2005 – Luc-en-Diois et les capitales romaines disparues, Chroniques du Diois, 2, p. 30-32.

PLANCHON J., CHARPENTIER G., 2006 – Le monument funéraire d’Aldus Pompeius Fronto à Saillans (Drôme). In : MORETTI J.-C., TARDY D. éd., 2006 – L’architecture funéraire monumentale : la Gaule dans l’Empire romain, Actes du colloque de Lattes, 11-13 octobre 2001. Paris, Éd. du C.T.H.S., p. 317- 331.

PROVOST M., MEFFRE J.-C., 2003 – Carte Archéologique de la Gaule. 84/1 : Vaison-la-Romaine et ses campagnes, Paris, Académie des Inscriptions et Belles Lettres, 553 p., 789 fig.

PY M., 1993 – Les Gaulois du Midi. Paris, Hachette, 288 p. (La mémoire du temps).

RAEPSAET-CHARLIER M.-T., 1994 – La cité des Tongres sous le Haut-Empire : problèmes de géographie historique, Bonner Jahrbücher, 194. p. 43-60.

RÉMY B., DESAYE H., à paraître – Inscriptions Latines de Ncirbonnaise (ILN). Voconces de Die.

S AUTEL J., 1939 – Carte archéologique de la Gaule romaine, fasc. VII, Carte et texte complet du département de Vaucluse. Paris, E. Leroux, 294 p.

SAUTEL J., – Vaison dans l’Antiquité (Tome 1. Histoire et description de la cité. Suppléments : Travaux et recherches de 1927 à 1940. 1941. t. 2. Catalogue des objets romains trouvés à Vaison et dans son territoire. Supplément : Travaux et recherches de 1927 à 1940. 1942. t. 3. Recueil documentaire illustré. Supplément : 1926-1940), Lyon – Avignon, A. Rey – Rullière.

SAUTEL J., 1955 – Vaison-la-Romaine : sites, histoire et monument, Lyon, A. Rey, 172 p.

SAUTEL J., 1957 – Carte archéologique de la Gaule romaine, fasc. XI : carte et texte du département de la Drôme. Paris, CNRS, Académie des Inscriptions et Belles Lettres, 164 p.

TARPIN M. avec la collaboration de BOEHM I., COGITORE I., ÉPÉE D., REY A.-L., 2000 – Sources écrites de l’histoire des Alpes dans l’Antiquité, Bulletin d’Etudes Préhistoriques et Archéologiques Alpines, IX, 219 p.

TARPIN M., 2002 a – Vici et pagi dans l’Occident romain. Paris, De Boccard, 485 p. (Coll. École Française de Rome, 299).

TARPIN M., 2002 b – Les « pagi » gallo-romains : héritiers des communautés celtiques ? In : GARCIA D., VERDIN F., 2002 – Territoires celtiques. Espaces ethniques et territoires des agglomérations protohistoriques d’Europe occidentale. Actes du 24e colloque de l’A.F.E.A.F., Martigues, 1-4 juin 2000. Paris, Éd. Errance, p. 199-204.

TOZZI M., 2002 – Editto di Claudio sulla citadinanza degli Anauni. Pavia, Guardamagna, 96 p.

VERDIN F., 2000 – Territoires, peuples et cités à l’Âge du Fer dans le Sud-Est de la Gaule. In : CHAUSSERIE-LAPRÉE J. dir., 2000 – Le temps des Gaulois en Provence, Catalogue d’exposition. Musée Ziem à Martigues. Éd. Ville de Martigues, p. 21-28.

VERDIN F., 2002 – Les Salyens, les Cavares et les villes du Rhône. In : GARCIAD., VERDIN F., 2002 – Territoires celtiques. Espaces ethniques et territoires des agglomérations protohistoriques d’Europe occidentale. Actes du 24e colloque de l’A.F.E.A.F., Martigues, 1-4 juin 2000. Paris, Éd. Errance, p. 139-149.

WALSER G., 1970 – Itinera Romana. 3. Die Meilensteine der Gallia Narbonnensis. Bern, Kümmerly – Frey, Geographischer Verlag.

WOLFF H., 1989 – Vocontiorum civitatis foederatae duo capita. Bemerkungen zur Verfassung der Vocontiergemeinde, Acta Archaeologica Academiae Scientarum Hungaricae. 41/1-4, p. 189-195.

Table des illustrations

Titre Fig-1 • Institutions des Voconces, d’après Goudineau 1979, Tarpin 2001.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/18116/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 196k
Titre Fig. 2. Fragments architectoniques provenant de Luc-en-Diois : éléments d’entablement d’un temple, rapportés à la Maison Carrée et au temple de Vienne. Photo A. Roth-Congès et J. Planchon.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/18116/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 73k
Titre Fig. 3. Fragment de statue d’un togatus, Luc-en-Diois. Photo J. Planchon.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/18116/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 43k
Titre Fig. 4. Mosaïque de Luc-en-Diois. Milieu du Ier siècle av. J.-C. Photo Musée de Valence.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/18116/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 82k
Titre Fig. 5. Mausolée de Saillans. Restitution graphique et fragment d’entablement.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/18116/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 32k
Titre Fig- 6- Bornes milliaires voconces, d’après Walser 1979, Desaye 1998b.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/18116/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 207k
Titre Fig. 7. Peuples péromains du sud-est de la Gaule, d’après Barruol 1969.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/18116/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 224k

Auteurs

Jacques Planchon. Conservateur du musée de Die, Musée de Die, 11 rue Camille-Buffardel, 26150 Die – musee.de.die@wanadoo.fr

© ARTEHIS Éditions, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search