Version classiqueVersion mobile

De l’âge du Bronze à l’âge du Fer en France et en Europe occidentale (Xe-VIIe siècle av. J.-C.)

 | 
Henri Gaillard de Sémainville

Thème régional la moyenne vallée du Rhône aux âges du fer, actualité de la recherche

Les monnaies gauloises entre Loire, Rhône et Isère

Stéphane Carrara et Julia Genechesi

Résumé

Sur la base des recherches conduites ces dernières années et des données anciennes réexaminées, nous souhaitons aborder la question des faciès numismatiques régionaux.

Nous proposons une étude en deux temps. Le premier consistera à souligner les grandes tendances monétaires qui se dégagent des découvertes provenant des départements de la Loire et de l’Isère, sans prétendre dresser un bilan complet de ces phénomènes. Ainsi, à partir d’une comparaison des monnaies de Roanne, Feurs et Essalois pour les sites ligériens, Larina, l’Isle Crémieuxpour l’Isère, nous rappellerons brièvement la typologie des séries monétaires en circulation de chaque côté de la moyenne vallée du Rhône.

Suite aux premières réflexions menées par l’un d’entre nous dans le cadre de sa thèse, nous essayerons en deuxième point de voir dans quelle mesure ces monnayages sont représentatifs du hiatus séparant les deux rives, l’une encore indépendante, l’autre déjà sous tutelle romaine.

Texte intégral

1Loin de ne représenter qu’une simple rondelle de métal, la monnaie gauloise s’impose par son foisonnement d’images au carrefour d’influences multiples. Savant mélange de cultures diverses, aussi bien celtes que méditerranéennes, elle revêt une importance particulière à l’époque gauloise où les textes sont au final peu nombreux. En effet, relevant aussi bien de la sphère politique qu’économique ou culturelle, le matériel monétaire renferme une richesse historique souvent méconnue ; c’est sur elle que nous nous appuierons tout au long de cet exposé.

2Le cadre géographique assigné à l’étude s’étend de la Loire à l’Isère, entre Gaule chevelue encore indépendante et Gaule transalpine sous juridiction romaine. Au cœur de celui-ci, le Rhône joue un rôle prépondérant. À l’instar d’une puissante zone d’interaction, il rassemble des circuits économiques dont l’appréhension reste complexe. Ainsi pour la clarté de l’exposé et une comparaison plus pertinente, chaque rive du fleuve sera étudiée séparément. D’abord la rive droite et les sites ségusiaves, ensuite la rive gauche et les sites allobroges.

3En premier lieu, il est nécessaire de rappeler que cette étude n’a pas la prétention de dépeindre les phénomènes monétaires de la vallée du Rhône dans leur globalité. Elle a seulement pour objectif d’en souligner certains aspects, notamment de dresser un état de la question sur les attributions monétaires allobroges. Il s’agira donc de comparer les faciès monétaires de quelques sites d’une rive à l’autre afin d’éclairer différemment les données déjà publiées.

  • 1 Soit 50 exemplaires, sachant qu’un corpus 100 exemplaires est souhaitable. Ce nombre a été défini s (...)

4Dès lors certaines précautions méthodologiques doivent être mises en œuvre. Nous avons délibérément choisi dans la mesure du possible, des sites bien stratifiés présentant un corpus monétaire suffisamment conséquent pour être représentatif1. En outre, il est nécessaire de prendre en compte la nature particulière de chaque site, nature qui doit se retranscrire de manière différente dans les faciès monétaires.

1. LA RIVE DROITE DU RHÔNE : L’EXEMPLE DE TROIS SITES SÉGUSIAVES (fig. 1)

5La cité des Ségusiaves ne présente pas d’unité, ni topographique, ni géographique. La vallée de la Loire où la densité des sites d’habitats ouverts et fortifiés est importante, s’oppose aux gorges surplombées par de nombreux oppida. C’est aux commentaires de César que nous devons la plus ancienne mention se rapportant à cette cité. Situant les Ségusiaves à l’orée de « la Province, au-delà du Rhône » (César, De Bello Gallico, I, 10, 5), à deux reprises il les présente comme des « clients » des Éduens dont ils suivent les opinions politiques pendant la guerre des Gaules (ibid. VII, 64, 4 ; VII, 75, 2). Le cadre dressé ici reflète évidemment une réalité inhérente à la fin de l’indépendance. Pourtant les données archéologiques concourent à établir l’existence d’une communauté culturelle dès le IIe siècle av. J.-C. (Lavendhomme 1997 : 39).

Fig. 1. Carte de localisation des sites étudiés (d’après Tarpin 2002 : 88. Echelle 1 cm pour 50 km). D.A.O.A. Bernard-Reymond.

Fig. 1. Carte de localisation des sites étudiés (d’après Tarpin 2002 : 88. Echelle 1 cm pour 50 km). D.A.O.A. Bernard-Reymond.
  • 2 Il est intéressant de noter que le territoire ségusiave s’étend au-delà des frontières naturelles d (...)

6Le territoire de la cité gallo-romaine se devine avec une certaine précision. Les Ségusiaves occupaient approximativement les départements actuels de la Loire et du Rhône. Des preuves aussi bien littéraires qu’urbanistiques ou épigraphiques contribuent à identifier Feurs comme capitale de la civitas. Les monts du Forez et de la Madeleine à l’ouest séparent vraisemblablement les Ségusiaves des Arvernes ; les monts du Pilat au sud distinguent leur territoire de celui des Allobroges (Rémy 1970). À l’est, c’est la mention de la fondation de Lyon qui permet de mieux appréhender l’étendue de la cité à l’époque de la conquête puisque la colonie fut elle-même créée en amputant une partie de leur territoire (César, De Bello Gallico, I, 10, 5 mais aussi Strabon, Géographie, IV, 1, 11)2. Pour M.-O. Lavendhomme et V. Guichard, c’est au nord et au nord-est que les limites sont les moins facilement saisissables (Lavendhomme. Guichard 1997 : 18).

7Dans l’optique d’une étude intersite, ce sont Roanne et Feurs qui s’imposèrent par leur documentation diversifiée et exhaustive. D’un point de vue méthodologique, leurs fouilles méticuleuses répondaient aux exigences que nous nous étions fixées.

8Implantée sur une terrasse, surplombant à l’époque le lit majeur de la Loire, la position privilégiée de Roanne favorisa le développement d’un centre de peuplement au plus tard au IIe siècle av. J.-C. (Lavendhomme. Guichard 1997 : 26-27). Au sud. rétablissement d’une nécropole gauloise puis gallo-romaine permit aux archéologues d’envisager une étendue n’excédant pas les 10 ha pour la période antérieure au règne d’Auguste. L’agglomération connaîtra une extension maximale de 35 ha vers le milieu du Ier siècle ap. J.-C. (Lavendhomme 1997 : 164).

9Ce sont les travaux précurseurs de l’abbé Bessou, menés de 1961 à 1969 dans l’enceinte du lycée Saint-Joseph. qui renouvelèrent considérablement les connaissances sur les origines antiques de Roanne. En 1987, des fouilles dirigées par M. Vaginay sont programmées dans un secteur immédiatement contigu à celui déjà exploré par l’abbé. Cette campagne du chantier « Saint-Paul », demeure la plus importante effectuée sur l’agglomération roannaise. Les couches archéologiques sont apparues stratifiées, notamment grâce à une accumulation rapide des sédiments qui scellent les niveaux. Elles attestent d’une occupation recouvrant sept horizons successifs, du IIe siècle av. J.-C. au IIIe siècle ap. J.-C. (Lavendhomme, Guichard 1997 : 34). Nous utiliserons ces différentes séquences chronologiques dans la suite de notre exposé (voir fig. 5).

10Feurs. capitale de la cité, occupait elle aussi une place centrale (Valette 1999 : 34). Localisée sur la rive droite de la Loire, au carrefour de plusieurs routes, elle représentait un axe de passage majeur et le point de franchissement de la voie de Bollène (Vaginay. Guichard 1988 : 15). L’habitat gaulois, qui se développa dès le IIe siècle av. J.-C., s’étendait approximativement sur 5 ha à l’époque de sa plus grande extension (Lavendhomme 1997 : 96). Un déplacement de l’habitat, lié à la création de Forum Segusiavorum, est envisageable vers le milieu du Ier siècle av. J.-C. (Valette 1999 : 35).

11Les premières traces d’une occupation gauloise ne furent appréhendées que lors des quatre campagnes de fouilles successives qui se déroulèrent en 1978. 1980, 1981 et 1984. Les trois premiers chantiers qui nous intéressent directement, ont livré quelques vestiges plus anciens mais en grande majorité datables de La Tène finale. C’est donc en 1978, lors des fouilles effectuées dans le quartier de la Boaterie. que l’existence du village indigène fut démontrée pour la première fois. Les niveaux d’occupation du Second âge du Fer ont été retrouvés à l’emplacement des boutiques et du portique du forum gallo-romain. Ses fondations avaient largement pénétré les niveaux archéologiques sous-jacents sans perturber les dépôts aux alentours (Vaginay. Guichard 1988 : 21). Les chantiers de « la place du Puits de l’Aune » (1980) et de « la rue de Roanne » (1981) présentèrent des traces d’habitats gaulois nettement plus ténues que celles mises en valeur à la Boaterie.

12De la même façon qu’à Roanne, des ensembles clos non pollués ont été individualisés et choisis pour l’établissement d’une chronologie relative : les trois phases de Feurs correspondent donc aux trois premiers horizons définis à Roanne (Lavendhomme, Guichard 1997 : 15).

13Pour les besoins de cet exercice comparatif, nous avons ensuite porté notre choix sur l’oppidum d’Essalois à la frontière présumée entre les territoires ségusiave et vellave. Gardant l’accès de la plaine du Forez, ce site nous permet de survoler la civitas segusiavorum du nord au sud et d’en approcher les limites à travers son corpus monétaire.

14Culminant à une altitude de 600 m environ, l’oppidum surplombe la Loire de près de 100 m et s’étend sur une superficie atteignant les 21 ha. Les archéologues s’accordent à souligner sa position stratégique de contrôle le long d’un axe commercial important (Lavendhomme 1997 : 79).

  • 3 Se basant sur les dessins de J.-P. Preynat, M.-O. Lavendhomme et V. Guichard soulignent une évoluti (...)

15Les principales campagnes de fouilles furent dirigées par J.-P. Preynat de 1959 à 1979. L’auteur a pu différencier six couches stratigraphiques et situe l’occupation de l’oppidum entre 170 et 20 av. notre ère où il fut abandonné suite à un incendie (Lavendhomme 1997 : 80). M.-O. Lavendhomme et V. Guichard restent néanmoins prudents face à ces conclusions (Lavendhomme. Guichard 1997 : 75). Le site n’ayant apparemment livré aucun mobilier datant de l’époque augustéenne, ils acceptent la proposition de J.-P. Preynat de dater l’abandon du site du début du règne d’Auguste (cf. supra). Ils sont plus réservés quant à la datation de la phase la plus ancienne. À la lumière des découvertes de Roanne, et en se basant sur une observation des profils des lèvres d’amphores et des céramiques qui leur sont associées3, les deux auteurs proposent une occupation du site s’échelonnant entre 110 et 30 av. J.-C.. soit entre les horizons 3 et 5 définis à Roanne (Lavendhomme. Guichard 1997 : 75).

16Au regard des données présentées ci-dessus, c’est l’outil monétaire, et notamment les faciès numismatiques, que nous allons faire intervenir à ce stade de l’étude.

1.1. Comparaison des faciès métallographiques (fig. 2)

  • 4 Il faut en outre envisager qu’une grande majorité des potins non identifiés sont aussi des « Grosse (...)

17L’ensemble monétaire recueilli à Roanne entre 1961 et 1987 est surtout caractérisé par la prépondérance des potins et notamment des « Grosse Tête ». Ils représentent à eux seuls plus de 83 % des potins identifiés (Gentric, Guichard 1997 : 180)4. La répartition métallique est à rapprocher de celles que l’on peut trouver en territoire éduen ou encore séquane. En effet les bronzes frappés laissent place à une majorité de potins, l’or et l’argent étant présents dans des quantités faibles qui soulignent la représentativité du lot.

Fig. 2. Comparaison des faciès métallographiques de Roanne, Feurs et Essalois.

Fig. 2. Comparaison des faciès métallographiques de Roanne, Feurs et Essalois.
  • 5 Les conclusions de ces deux chercheurs sont identiques à celles que nous avons obtenues, même si no (...)

18N’ayant pas pour but de caractériser chaque horizon suivant son faciès métallographique. nous nous contenterons de reprendre à ce sujet les données déjà exploitées par G. Gentric et V. Guichard (Gentric. Guichard 1997 : 181)5. Après une première phase où ce sont les monnaies alignées sur la métrologie de l’obole massaliète qui dominent, les monnaies coulées deviennent majoritaires dès l’horizon 2. Elles resteront prépondérantes jusqu’à l’horizon 6. Selon les fouilleurs. leur apparition s’accompagne d’un accroissement de la circulation monétaire, phénomène qui se répétera à l’horizon 5 et 6.

19Malgré ces quelques modifications, entre l’horizon 2 et l’horizon 5 les types évoluent faiblement. Les oboles deviennent résiduelles dès l’horizon 3, les monnaies de bronze frappées et les monnaies d’argent restent marginales (Gentric. Guichard 1997 : 182). La tendance s’inverse seulement à l’horizon 6 : les monnaies romaines apparaissent, la chute du pourcentage des potins est contrebalancée par l’augmentation des bronzes frappés et des quinaires d’argent. Les monnaies coulées ne deviennent marginales qu’à partir de l’horizon 7.

20Le lot monétaire découvert à Feurs totalise un ensemble de 55 exemplaires. Le faciès métallographique est plus dispersé que celui de Roanne mais les conclusions restent les mêmes. Selon les observations des fouilleurs, les monnaies alignées sur la métrologie de l’obole apparaissent précocement puis sont progressivement remplacées par les potins (Vaginay, Guichard 1988 : 191).

21Le faciès métallographique des 120 monnaies provenant d’Essalois est surtout caractérisé par les monnaies coulées avec près de 90 % du total. Cela semble plus être le résultat d’un tri moderne que le reflet d’une réalité historique et économique inhérente à la nature du site. L’argent est très faiblement représenté, avec seulement 3 exemplaires, le bronze totalise 8 monnaies, l’or est absent du lot.

22Selon J.-G. Bulliot. 200 à 300 monnaies furent mises au jour lors de fouilles effectuées entre 1866 et 1887 mais la majorité a disparu. On aurait en outre découvert au début du XIXe siècle, un « pot » rempli de monnaies carrées en argent, dont il ne nous reste aucune trace aujourd’hui (Lavendhomme 1997 : 82). Ces données sont donc difficilement exploitables.

23À titre comparatif, l’article de R. Faure recense au total 150 monnaies gauloises soit 30 de plus que celles que nous avons étudiées (Faure 1987). Vingt exemplaires sont des potins à la grosse tête dont une identification plus poussée est impossible sans avoir recours aux illustrations. Les dix suivants sont définis dans la figure n° 3.

24Face à ces nouvelles données, il apparaît clairement que nos résultats peuvent être nuancés. Malgré la prédominance constante des monnaies de potin, les autres alliages étaient présents en plus grande quantité à l’origine. Le faciès métallographique devait être sensiblement plus proche de ceux que l’on a déjà examinés à Roanne ou Feurs.

Fig- 3- Tableau des données répertoriées par R. Faure dans son article de 1987.

Fig- 3- Tableau des données répertoriées par R. Faure dans son article de 1987.

25L’absence totale de monnaies divisionnaires établies sur l’étalon de l’obole et caractéristiques des phases précoces à Roanne ou Feurs. nous ferait pencher en faveur de la chronologie établie par M.-O. Lavendhomme et V. Guichard. Le site d’Essalois ne serait occupé que de 110 à 30 av. J.-C.

1.2. Comparaison des faciès géographiques (fig. 4)

26Sur les 262 monnaies récoltées à Roanne, seules 132 peuvent être identifiées et attribuées avec certitude à une aire de circulation. À nouveau, c’est la région « Centre-Est » qui est assurément mise en exergue ici. Elle seule représente plus de 75 % des aires de provenance attribuées avec certitude.

27Comme nous l’avons déjà souligné, les monnaies divisionnaires alignées sur la métrologie de l’obole massaliète sont prédominantes lors de la première occupation gauloise. Suite aux observations de G. Gentric et V. Guichard, force est de constater que différencier celles qui ont circulé originellement à Marseille et celles qui ne sont que des divisions régionales reste un exercice périlleux. Les références et comparaisons à l’extérieur sont bien minces. Dès lors, au sein de l’ensemble « Marseille », nous n’avons sélectionné que les oboles dont l’attribution marseillaise semblait justifiée, laissant de côté les autres monnaies pour plus d’objectivité.

28Ainsi les zones « Centre » et « Marseille » présentent respectivement un pourcentage variant autour de 9 % et 6 %. Celui du « Nord-Est » et celui de la « Narbonnaise » sont encore plus faibles, avoisinant les 4,5 %, celui du Nord-Ouest devient même négligeable.

29Malgré 14 datations en ensemble clos. l’échantillon de Feurs est trop peu représentatif. Nous pouvons seulement affirmer que les grandes lignes qui se dégagent sont identiques à celles perceptibles à Roanne. Le « Centre-Est » s’impose par son omniprésence. « Marseille », avec son unique obole dont le lieu de frappe ne peut être contesté, ne représente qu’un pourcentage faible.

30Sur le lot monétaire d’Essalois, seules 69 monnaies sont rattachées précisément à des aires de provenance. Comme à Feurs ou Roanne, le « Centre-Est » prédomine nettement. Il atteint même ici un pourcentage de plus de 90 %. associé étroitement aux potins à la grosse tête prépondérants. Si l’on prend en compte les données publiées par R. Faure, la « Narbonnaise » et le « Centre » semblent mieux représentés, même si c’est toujours une aire de circulation relative au « Centre-Est » qui domine.

1.3. Faciès géo-chronologique de Roanne (fig. 5)

Bien que les données de Feurs ou d’Essalois répètent le même schéma, seul l’ensemble monétaire de Roanne, avec ses 262 exemplaires, nous a permis d’établir un faciès géo-chronologique. Il s’agit donc de déterminer les évolutions monétaires d’un horizon à l’autre d’un point de vue géographique, grâce aux aires de provenance. Les surfaces sont représentatives du nombre de monnaies. Pour les contextes à datation lâche, recouvrant plusieurs horizons, nous avons pris soin de répartir proportionnellement la valeur de chaque monnaie selon une méthode déjà définie par G. Gentric et V. Guichard (Gentric. Guichard 1997 : 181).

Fig. 4. Faciès géographiques de Roanne, Feurs et Essalois.

Fig. 4. Faciès géographiques de Roanne, Feurs et Essalois.

Fig- 5. Faciès géo-chronologique de Roanne.

Fig- 5. Faciès géo-chronologique de Roanne.

31Ainsi, et sans prétendre à l’exhaustivité, nous pouvons jalonner de quelques grandes étapes la circulation monétaire de nos trois sites.

32La première, dont l’ambiguïté a été soulignée plusieurs fois déjà par les chercheurs, fait intervenir des monnaies divisionnaires calquées sur l’étalon de l’obole. Même si elles peuvent être identifiées comme des imitations locales, il n’en demeure pas moins que le rôle de Marseille dans la diffusion des prototypes à l’origine de ce monnayage fut nécessairement prépondérant.

33Dans les régions limitrophes, très peu de phénomènes de cet ordre ont pu être mis en évidence (Lavendhomme. Guichard 1997 : 204). Malgré une certaine dispersion, la répartition de ces monnaies n’est pas anarchique : elles sont concentrées surtout dans le centre et le centre-est de la Gaule et en dehors de France, en Suisse occidentale (Buchsenschutz et al. 1993 : 255). Comme le souligne K. Gruel dans ce même article, il existe une diffusion privilégiée à partir de l’axe Saône-Rhône vers l’ouest et vers l’est. Cette distribution refléterait donc l’image d’une zone entretenant des relations suivies avec Marseille.

34Suite à cette phase, nos sites ligériens sont caractérisés par une très forte influence de la zone « Centre-Est » sur leur développement économique. Les potins deviennent majoritaires et le resteront pratiquement jusqu’au début du Ier siècle ap. J.-C. Des fluctuations mineures entrent aussi enjeu, parfois à cause du faible lot représenté comme pour l’horizon 1 notamment. Des tendances apparaissent néanmoins. dénotant vraisemblablement une circulation secondaire tardive : le « Centre » devient de plus en plus présent à la suite de la conquête, à l’instar du « Nord-Est », conformément au principe de généralisation des espèces qui intervient à la fin de l’indépendance. Les relations entretenues avec les puissants voisins arvernes et allobroges semblent ne devenir effectives qu’à partir de cette époque.

35Le fait majeur reste sans conteste la prédominance du monnayage circulant dans la région « Centre-Est ». Les trois sites étudiés semblent donc entrer progressivement dans cette orbite éduo-séquane conformément aux écrits de César.

36Enfin, et pour conclure cette approche du territoire ségusiave, il nous a paru important de revenir sur la question épineuse des potins à la « Grosse Tête », fortement majoritaires dans notre corpus.

1.4. LES POTINS (fig. 6 et 7)

37Nous avons exclusivement sélectionné les potins à la grosse tête GT A. En effet ces potins sont les plus représentés à Roanne, Feurs ou Essalois. D’origine probablement locale pour certains d’entres eux, ils circulent dans la région Centre-Est (Gruel. Geiser 1995).

Fig. 6. Répartition par types des potins à la grosse tête GT A sur les sites de Roanne, Feurs et Essalois.

Fig. 6. Répartition par types des potins à la grosse tête GT A sur les sites de Roanne, Feurs et Essalois.

Fig. 7. Quelques exemples de potins à la grosse tête de Roanne et d’Essalois 1-GTA 11,1 diam. 18mm/2,63g/S.R.A. Rhône-Alpes 2-GTA 10,4 module 21mm/3,41g/S.R.A. Rhône-Alpes 3- GTA 11,3 diam. 19mm/3,23g/Musée de la Diana, Montbrison 4- GTA 11,4 diam. 19mm/ 2,94g/Musée de la Diana, Montbrison

Fig. 7. Quelques exemples de potins à la grosse tête de Roanne et d’Essalois 1-GTA 11,1 diam. 18mm/2,63g/S.R.A. Rhône-Alpes 2-GTA 10,4 module 21mm/3,41g/S.R.A. Rhône-Alpes 3- GTA 11,3 diam. 19mm/3,23g/Musée de la Diana, Montbrison 4- GTA 11,4 diam. 19mm/ 2,94g/Musée de la Diana, Montbrison

38Les monnaies coulées se généralisent à Roanne dès l’horizon 2. soulignant déjà l’état avancé de monétarisation de l’économie gauloise à cette époque. Les potins GT A deviennent des bons marqueurs de cette économie et sont susceptibles de livrer des données quant à la chronologie. Nous avons pris en compte seulement les exemplaires dont l’identification était sûre, soit 42 monnaies.

39Contrairement à certains types dont la circulation est très large (Gruel. Geiser 1995 : 14). comme les GT A 1 précoces ou les GT A 9 plus tardifs, d’autres classes inédites sont apparues à Roanne. Il s’agit des GT A 10,4 et GT A 11,3. types nouvellement définis dans le cadre de nos recherches (Genechesi 2005).

40Les GT A 11,1 au triple bandeau bien marqué, sont les monnaies les plus anciennement associées aux Ségusiaves (Testenoire-Lafayette 1889, p. 413). Dans l’état actuel des recherches, les potins ne peuvent plus être attribués à un peuple. Ceux-ci sont datés tardivement par la bibliographie et les exemplaires découverts à Roanne ne remettent pas en cause cette hypothèse (Gruel, Geiser 1995 : 13). Pourtant, à Mirebeau notamment, ils ont été découverts dans des contextes précoces (Gruel 2004 : 311).

41Au final, l’échantillon de potins à la grosse tête identifiés avec certitude est faible. Il met pourtant en évidence des différences et des rapprochements que l’on retrouve à Feurs.

42Sur les onze potins GTA récoltés sur les chantiers foréziens. trois ne sont pas identifiables. Les huit monnaies restantes, dont la conservation a permis une attribution plus précise, ne pourront donner de conclusions fiables. Il est néanmoins intéressant de noter que ces types sont déjà présents à Roanne, comme les GT A 1 et les GT A 9. L’un des deux exemplaires GT A 11,3. provenant d’un niveau daté de La Tène D1, propose une chronologie en contradiction avec celui de Roanne, tardif. Face à un corpus maigre de deux monnaies, aucune hypothèse ne peut être privilégiée.

43Face à ceux de Roanne et de Feurs. le faciès d’Essalois est le plus démonstratif. En effet, si l’on compare ses données avec celles établies à partir des chantiers roannais notamment, on s’aperçoit que les potins à diffusion large comme les GT A 1 ou les GT A 9,1 sont présents partout, aussi bien sur le territoire ségusiave que chez les Éduens ou les Helvètes par exemple. Les GT A11,1 et les GT A 11,3, qui sont majoritaires à Essalois, sont quant à eux bien représentés sur l’ensemble des sites étudiés et faiblement dans le reste de la région « Centre-Est ». Enfin, pour les nouveaux types définis comme les GT A 10,4 à Roanne, les GT A 9,5 et les GT A 11,4 à Essalois, on peut supposer une production locale, voire réservée à un site. Des disparités sont donc aisément perceptibles même si les types sont iconographiquement liés (fig. 7).

44Ils apparaissent très proches par le revers où le quadrupède se présente toujours l’échine baissée et la tête chargeant. Ils sont pourtant très différents par l’avers notamment, où la distinction la plus marquée est sans nul doute le double ou triple bandeau qui ne reflète pas une évolution du type car ces monnaies se côtoient à Roanne pendant toute la durée de circulation des potins (Gentric, Guichard 1997 : 182).

45En regard des résultats obtenus, il est tentant de suivre K. Gruel quand elle suggère l’existence d’émissions propres à des pouvoirs émetteurs spécifiques pouvant coexister au sein d’une même cité, comme des familles aristocratiques par exemple (Gruel 2002 : 209). Les potins deviennent alors l’expression des structures sociales basées sur le clientélisme et sur les alliances matrimoniales. Suivant l’exemple donné par la Gaule Belgique, où la diffusion des potins se fait le plus souvent à partir des sanctuaires ou des pagi (notamment Delestrée 1996 : 106), une autorité émettrice distincte à l’échelon local semble être une hypothèse plausible. Dès lors, comparer les faciès monétaires de plusieurs sites afin de déterminer s’ils dépendent de la même cité ou non, reste un exercice périlleux.

46Face à une région caractérisée par la prédominance des potins du « Centre Est ». comment la Narbonnaise apparaît-elle ? Dépendant d’un pouvoir émetteur au fonctionnement sensiblement distinct, sa circulation monétaire semble régie par d’autres lois.

2. LE MONNAYAGE DE LA RIVE GAUCHE DU RHÔNE : FRAPPE ET CIRCULATION MONÉTAIRE SUR LE TERRITOIRE ALLOBROGE

47Le monnayage attribué, ou attribuable, aux Allobroges a déjà fait l’objet d’une littérature non négligeable sans pour autant répondre à toutes les questions soulevées par celui-ci.

48Les travaux d’Antonin Deroc avaient permis en 1983 de dresser un premier constat sur les monnaies allobroges. Toutefois, il faut attendre les publications de Ybe Van der Wielen (1999), de George Depeyrot (2002) et de Michel Dhénin (2002 et Dhénin. Jospin 2005) pour voir certaines erreurs d’attributions rectifiées. En effet, pendant longtemps on a, à tort, attribué certaines séries aux Cavares et aux Voconces (Deroc 1983), empêchant ainsi une vision et une compréhension globale du monnayage allobroge.

49Ces réattributions nécessitent aujourd’hui une refonte des données afin d’approfondir nos connaissances sur les espèces émises, les métaux utilisés, les variétés de types et leurs chronologies, la finalité étant une meilleure compréhension du « système », de la circulation et des logiques monétaires allobroges.

2.1. Les frappes allobroges

50Pendant longtemps on a perçu le monnayage allobroge comme un système monométallique basé sur des frappes d’argent. Ce peuple ne produisait donc aucune monnaie d’or ou de bronze. Dorénavant, les études homotypiques des coins allobroges, liées à la répartition des découvertes, permettent de leur attribuer certains numéraires constitués de ces métaux (Carrara 2003). Il reste à déterminer si la frappe de monnaies d’or et de bronze participe d’une véritable logique monétaire ou d’un besoin ponctuel. On peut notamment concevoir une production de nécessité, à partir de coins prévus pour la frappe d’or, d’espèces en bronze encore faiblement connues.

51Cinq grandes séries monétaires sont identifiées, elles-mêmes subdivisées en différentes classes ou différents groupes selon les auteurs :

2.1.1. Les monnaies « au buste de cheval » (fig. 8)

52Cette série monétaire se distingue par son type de revers : un buste de cheval le plus souvent orienté vers la droite et une légende en caractères nord-italiques. Le droit présente généralement une tête à droite qui peut être laurée ou nue, selon le groupe. On subdivise la série en trois classes ou quatre groupes selon les auteurs.

53Le premier groupe de cet ensemble présente une tête laurée à droite, tête d’Apollon, d’un style assez rude. Le revers est orné d’un buste de cheval à droite sous lequel on peut lire, en caractères lépontiques, la légende IALIKOVESI, IAILKOVESI, ou IALKOVESI selon les exemplaires.

54Le deuxième type. KASIOS. reprend la forme iconographique du premier, seule la légende change.

55Le troisième groupe possède au droit une tête nue à droite d’un style plus figuratif, dont la chevelure est bouclée. Un buste de cheval à droite et une légende KASIOS ornent le revers. Parmi ces trois classes, nous pouvons identifier différents sous-groupes qui prouvent l’utilisation d’une grande variété de coins.

56Le prototype de ce monnayage reste controversé. Certains y voient une origine siculo-punique, d’autres romano-campanienne. Cette dernière semble aujourd’hui la plus admise.

2.1.2. Les monnaies « au bouquetin ou cervidé » (fig. 9)

57Ces espèces ont en commun une tête laurée d’Apollon au droit et un capriné bondissant au revers. Elles comprennent trois séries principales. La première classe figure au droit une tête laurée d’Apollon à droite, d’un beau style ; au revers un animal bondissant à droite pourvu de longues cornes vers l’arrière, une roue perlée au dessous.

58Le deuxième groupe se distingue sur le droit par une tête laurée à gauche d’un style plus simplifié ; le revers présente le même type d’animal mais à gauche, au-dessous duquel on observe un symbole interprété comme un rameau ou une épée.

59La troisième série arbore une tête laurée à droite plus figurée que celle du premier groupe ; sur le revers l’animal reste à droite avec une croix dessous.

60Une quatrième classe est sans doute à rapprocher de la première, dont elle est une monnaie divisionnaire basée sur le poids de l’obole. Il s’agit d’un numéraire dont l’avers présente une tête nue à droite. Le style et l’inspiration sont identiques au droit du premier groupe ; sur le revers l’animal à droite est paré de cornes courtes, une roue perlée au-dessus et une croix au-dessous. Un deuxième groupe d’oboles doit être rapproché des classes II et III.

61Il semble que l’on puisse rattacher la série des statères du type « d’Annonay » (BN 6066-6067) à celle du « bouquetin » du point de vue de l’homotypie des droits et de la symbolique du revers. De même, ces statères se subdivisent en trois groupes que l’on peut relier aux classes de la série « bouquetin ». De rares monnaies divisionnaires en électrum semblent attachées à cette série.

Fig- 8. Arbre typo-chronologique de la série « au buste de cheval ».

Fig- 8. Arbre typo-chronologique de la série « au buste de cheval ».

Fig. 9. Arbre typo-chronologique de la série « au bouquetin ».

Fig. 9. Arbre typo-chronologique de la série « au bouquetin ».

Fig. 10. Arbre typo-chronologique de la série « au cheval galopant ».

Fig. 10. Arbre typo-chronologique de la série « au cheval galopant ».

62Le groupe « au bouquetin » rassemble donc une gamme étendue d’espèces monétaires pouvant circuler : statère. quart de statère, drachme (ou quinaire), obole. Cette variété de type paraît indiquer la volonté de disposer d’un monnayage facilitant les échanges et donc le commerce, signe d’un système monétaire complexe.

  • 6 A. Deroc place cette émission vers 100 av. J.-C. et signale un trésor découvert entre Martigues et (...)

63Certains auteurs ont voulu voir, dans les premières monnaies « au bouquetin », une imitation des drachmes d’Avennio6. Même si le style et l’homotypie des droits sont très proches, cette hypothèse ne nous paraît pas satisfaisante. Nous pouvons tout au plus envisager un prototype commun à ces deux monnayages.

2.1.3. La série « au cheval galopant » (fig. 10)

64Les numéraires de cette série présentent au droit une tête laurée d’Apollon à gauche, au revers un cheval libre galopant à gauche. Trois groupes principaux peuvent être distingués.

65Le premier a la particularité de posséder, au droit, une tête laurée à gauche similaire à celle de la deuxième classe des monnaies « au bouquetin ». Le revers quant à lui présente une légende en caractères nord-italiques et une roue sous le cheval qui le rattache « aux bustes de cheval ». La moyenne métrologique s’établit entre 2,25 g et 2,35 g.

66Le deuxième groupe, anépigraphe. affiche une tête laurée au style plus figuratif et moins soigné. Au revers le cheval est surmonté d’un symbole qui. selon les auteurs, est un caducée, un rameau ou une épée. Le poids moyen de ce type est compris entre 2,30 g et 2,40 g.

67La troisième classe de cette série voit l’apparition d’une légende VOL, au revers, placée au-dessus ou au-dessous du cheval galopant selon les types. Ce modèle peut lui-même être subdivisé en trois sous-groupes d’après le revers : VOL dessous le cheval et rameau au-dessus ; VOL au-dessus et roue sous le cheval ; enfin roue au-dessous et rameau au-dessus, sans légende. La valeur pondérale moyenne est comprise entre 2,30 et 2,40 g comme le groupe précédent.

68À cette série peuvent s’associer deux types de monnaies divisionnaires, un type de statère (ou hémistatère) et un quart de statère. Le droit des statères au cheval galopant est là encore à mettre en relation avec le type d’Annonay et la classe 2 au bouquetin. Il semble que les poids, le choix des métaux utilisés (or bas, or bas fourré et bronze), le modèle du droit et l’iconographie des revers soulignent la contemporanéité des types « au bouquetin » de la classe 2 et « au cheval galopant » de la classe 1.

69On retrouve dans ce groupe une organisation semblable à celle du « bouquetin » avec les mêmes types de numéraire et une frappe trimétallique.

70Aucun prototype n’a été proposé pour ce type. On peut cependant envisager comme modèle un DIDRACHME romano-campanien. présentant une tête d’Apollon lamée à droite sur l’avers et un cheval cabré sur le revers (type RRC 26/1). Il semble donc que les trois premières séries du monnayage allobroge aient été inspirées des mêmes modèles.

2.1.4. La série « à l’hippocampe » (fig. 11)

71Ces monnaies, qui présentent une tête casquée au droit et un hippocampe au revers, ont été réparties en quatre classes selon les orientations du droit et du revers.

Sur le premier type, l’avers et le revers sont orientés à droite et sont généralement anépigraphes (fig. 11-1). De rares émissions portent une légende en caractères latins MACO, MIACO ou AMAGVS/ ADII ou ADIL. Ce sous-groupe pourrait faire l’objet d’une classification particulière, face à la spécificité des coins.

72Le deuxième groupe s’illustre par un droit et un revers anépigraphes. orientés à gauche (fig. 11-2).

73Le troisième groupe (tête à droite, hippocampe à gauche) et le quatrième groupe (tête à gauche, hippocampe à droite) sont assez rares. Ils ne constituent en fait qu’un seul ensemble probablement frappé au moment du passage de la classe 1 à la classe 2, mêlant ainsi nouveaux et anciens coins. Comme le démontre l’étude par Anne Geiser « d’un ensemble inédit des Allobroges » (Van der Wielen et al. 1999), les deux premiers groupes « à l’hippocampe » abritent un grand nombre de types, indiquant l’utilisation de nombreux coins et sans doute un volume important d’émissions.

74La métrologie de cette série s’établit entre 2,30 g et 2,40 g.

75Certains ont voulu voir dans le droit de ce monnayage une tête casquée d’influence romaine. Nous ne partageons pas ce point de vue et rejoignons plutôt les remarques de J.-C. Richard et J.-B. Colbert de Beaulieu (1969) qui voient un lien avec le monnayage marseillais. En effet, la tête de cette série paraît être coiffée d’un casque corinthien qui par sa forme, cimier avec panache et longue visière, évoque certaines monnaies marseillaises (BN 1462, BN 1471) ou certains exemplaires romano-campaniens (RRC 26/1).

76Ainsi, les quatre premières séries du monnayage allobroge ont en commun une inspiration stylistique et une métrologie issues d’influences grecques (monnayage marseillais et romano-campanien).

2.1.5. La série « au cavalier » (fig. 11)

77A. Deroc divise cette série en deux groupes suivant leur poids. Celui du premier groupe s’échelonne entre 2,2 et 2,1g. celui du deuxième groupe entre 2 et 1,9 g. En outre, les multiples légendes définissent aussi plusieurs variantes au sein de chaque groupe (fig. 11-3 et 11-4).

Fig. 11. Principales séries à l’hippocampe et au cavalier. 1- Monnaie anépigraphe à l’hippocampe : tête casquée à droite, hippocampe à droite ; diam. 14 mm/ 2,34 gr / collection particulière ; 2- monnaie anépigraphe à l’hippocampe : tête casquée à gauche, hippocampe à gauche ; diam. 14 mm/ 2,10 gr / collection particulière ; 3- monnaie au cavalier : légendes BRI, COMA ; diam. 16 mm/ 2,12 gr / collection particulière ; 4- monnaie au cavalier : légendes AMBILLI, EBVRO avec le cheval galopant sur le sol ; diam. 15 mm/ 2,15 gr / collection particulière ; 5- monnaie divisionnaire en argent : tête non casquée, légendes DVRNAC à l’avers (DVRNACVS) et AVSC dans les cantons de la croix ; (AVSCROCVS) ; diam. 10 mm/ 0,43 gr / collection particulière. L’ensemble des illustrations de la figure 11 provient du site http://www.multicollec.net/​1-mo-h/​1h62.php.

Fig. 11. Principales séries à l’hippocampe et au cavalier. 1- Monnaie anépigraphe à l’hippocampe : tête casquée à droite, hippocampe à droite ; diam. 14 mm/ 2,34 gr / collection particulière ; 2- monnaie anépigraphe à l’hippocampe : tête casquée à gauche, hippocampe à gauche ; diam. 14 mm/ 2,10 gr / collection particulière ; 3- monnaie au cavalier : légendes BRI, COMA ; diam. 16 mm/ 2,12 gr / collection particulière ; 4- monnaie au cavalier : légendes AMBILLI, EBVRO avec le cheval galopant sur le sol ; diam. 15 mm/ 2,15 gr / collection particulière ; 5- monnaie divisionnaire en argent : tête non casquée, légendes DVRNAC à l’avers (DVRNACVS) et AVSC dans les cantons de la croix ; (AVSCROCVS) ; diam. 10 mm/ 0,43 gr / collection particulière. L’ensemble des illustrations de la figure 11 provient du site http://www.multicollec.net/​1-mo-h/​1h62.php.

78Par leurs inscriptions et leur métrologie, ces monnaies renvoient à une inspiration nettement plus romaine.

79L’avers est illustré par une tête casquée à droite représentant la déesse Roma. C’est un cavalier galopant à droite, la lance en arrêt, qui orne le revers.

80Plusieurs prototypes sont aujourd’hui envisagés : il s’agirait soit d’une imitation d’un denier de la République romaine aux Dioscures, soit celle d’un denier de L. Manlius, proquesteur en 82 av. J.-C., soit enfin celle d’un denier de Q. Marcius Philippus. monétaire vers 129 av. J.-C. où COMA, qui est présent sur certains exemplaires, pourrait simuler le nom de ROMA.

81Quelques rares monnaies divisionnaires de cette série sont connues (fig. 11-5). Leur poids varie entre 0,15 et 0,43 g. Elles apparaissent sous la forme d’imitations d’oboles de Marseille avec une roue à quatre cantons au revers mais ce sont les mêmes légendes que celles des monnaies au cavalier.

82Pour A. Deroc (Deroc 1983 : 9), la rareté des monnaies divisionnaires s’explique surtout par le faible développement de l’économie monétaire à cette époque. Aujourd’hui ces hypothèses sont remises en cause au même titre que les chronologies.

2.2. la chronologie des monnayages allobroges

83Les chronologies traditionnelles :

84La série des monnaies « au buste de cheval » semble être la plus ancienne parmi les frappes allobroges. Pour A. Deroc, l’apparition de celle-ci est datée vers 115/110 av. J.-C. pour les types à la légende IAILKOVESI. Les types KASIOS sont produits entre 105 et 90 av. J.-C.Y. Van der Wielen établit une date approximative de frappe vers 115-107 av. J.-C. Dans son étude du trésor monétaire de Poliénas, M. Dhénin propose une date d’apparition vers 120 av. J.-C. et exprime même l’hypothèse d’une frappe antérieure.

85La série « au bouquetin » est datée vers 105-90 av. J.-C. par A. Deroc. Selon Y. Van der Wielen elle daterait de 100-85 av. J.-C.

86La chronologie des monnaies « au cheval galopant » varie selon le groupe. Le type IAZVS est daté par Y. Van der Wielen de 100-85 av. J.-C., les classes suivantes sont datées de 85-75 av. J.-C.A. Deroc date cette série vers 90 av. J.-C.

87En ce qui concerne le monnayage « à l’hippocampe », A. Deroc propose une datation vers 90 av. J.-C. alors que Y. Van der Wielen le daterait de 75-70 av. J.-C.

88La série « au cavalier » est datée pour le premier groupe de 70-61 av. J.-C. et pour le second de 60-43 av. J.-C. Pour A. Deroc la frappe des premiers types remonterait à 75 av. J.-C.

89La question des chronologies traditionnelles :

90Les chronologies proposées ci-dessus reposent sur deux postulats : celui de l’hégémonie arveme qui aurait empêché des peuples tels que les Allobroges de frapper monnaies avant la défaite de 121 av. J.-C. et celui de la chute de la domination économique et monétaire de Marseille à la fin du IIe siècle qui facilite la frappe d’un monnayage local. Toutes les datations proposées n’ont donc pas envisagé de monnayage antérieur à 120 av. J.-C. À partir de ces postulats, les chronologies ont été basées sur un raisonnement empirique prenant en considération les poids des monnaies, le style, les liaisons entre les séries, les grands événements historiques liés aux Allobroges et les trésors monétaires. Or la plupart des trésors, souvent des découvertes anciennes détachées de leur contexte archéologique, ont été datés d’après ce même raisonnement.

91Ceci donne lieu à certaines incohérences : si l’on estime que le groupe IAZVS au cheval galopant, qui apparaît vers 100 av. J.-C., est contemporain de la classe II au bouquetin d’après l’homotypie, comment imaginer que la classe I de cette série, visiblement plus ancienne, soit datée des mêmes années ?

92Face à ces problèmes, plusieurs remarques peuvent être effectuées :

93M. Dhénin. dans son étude du trésor de Poliénas, dont la découverte est une des plus récentes, propose son enfouissement vers 120 av. J.-C. Il devient le trésor le plus anciennement daté. Par conséquent l’auteur remonte la frappe des types « au buste de cheval » jusqu’à cette date car cette série est majoritaire dans ce trésor (427 monnaies). Il envisage même une datation plus ancienne en insistant sur la grande diversité des coins de droit et de revers du lot et sur l’usure des monnaies qui témoigne d’un long temps de circulation.

94Concernant les prototypes, même si l’on sait qu’une monnaie peut circuler pendant plusieurs décennies voire plusieurs siècles, peut-on réellement envisager qu’une monnaie frappée vers 240 av. J.-C. soit imitée 120 ans plus tard ? Ou qu’une frappée vers 129 soit copiée près de 60 ans après ? Lorsque l’on copie une monnaie, on choisit naturellement un modèle qui circule couramment à l’époque. ou dont l’aloi est reconnu.

95De même, l’existence dans les frappes allobroges de deux groupes de monnayage, se distinguant par l’influence de leur prototype, peut être une indication chronologique. En effet, les quatre premières séries du monnayage allobroge semblent s’inspirer de modèles de tradition grecque aussi bien d’un point de vue stylistique qu’iconographique ou pondéral.

96Or le dernier type au cavalier s’inspire directement du monnayage romain par son style et son poids. Ne peut-on voir dans ce changement de politique monétaire le résultat d’un événement tel que celui de 121 av. J.-C. et l’entrée du territoire allobroge dans ce qui deviendra la Transalpine ?

97Il semble que seules de nouvelles découvertes, dans des contextes archéologiques bien stratifiés et bien datés, soient en mesure d’apporter les informations permettant de préciser ou de reformer cette chronologie.

2.3. Exemples de circulation monétaire chez les Allobroges : Larina et l’isle Crémieu (fig. 12)

98C’est à partir d’un site, celui de Larina. et du secteur géographique dans lequel il s’insert. l’Isle Crémieu. que nous allons aborder la circulation monétaire chez les Allobroges.

99Les nombreuses fouilles menées sur ce site et dans la faille de la Chuire. depuis le XIXe siècle, ont permis de mettre en évidence des occupations humaines pour les différentes périodes de l’âge du Fer sans pour autant les localiser et les identifier. Les artefacts, liés à une occupation de La Tène D, sont particulièrement bien représentés. Un lot de 66 monnaies gauloises et marseillaises provient du site. Il s’agit d’un matériel résiduel issu de remblais attachés à une occupation gallo-romaine tardive et une occupation mérovingienne. Il faut signaler que 16 de ces monnaies proviennent d’une construction (le bâtiment n° XIII) et que 6 d’entre elles sont issues de la fosse 13. Ce bâtiment, qui repose sur une structure plus ancienne, n’a donné aucun monnayage plus récent et a livré des amphores Dressel 1.

100Le potentiel archéologique de l’Isle Crémieu concernant l’occupation au Second âge du Fer n’est plus à démontrer. Rappelons la tombe de Verna. la tombe d’Optevoz, celles de Mépieu, etc. Une grande majorité des sites d’occupation romaine de la région présente un fond laténien, illustré par la présence de nombreux fragments d’amphores italiques, de campaniennes ou de céramiques indigènes, associés à des éléments métalliques ou en verre et des monnaies. Un corpus de 41 monnaies isolées, découvertes sur le secteur, a été établi à partir de nos données (Carrara 2003), de l’inventaire d’A. Deroc et de celui de Y. Van der Wielen.

101Nous raisonnerons donc à partir d’un lot de 107 monnaies, 66 de Larina et 41 de l’Isle Crémieu. Il s’agit là d’un ensemble limité, mais qui. malgré tout, nous paraît refléter une certaine réalité de la circulation monétaire en territoire allobroge.

2.3.1. Les monnaies de Larina

102Le lot monétaire de Larina fait apparaître une majorité d’espèces allobroges. soit 29 monnaies sur les 66 répertoriées (soit 44 % du lot). Le monnayage marseillais est bien représenté avec 18 spécimens (soit 27 %). Les monnaies émises hors de la Gaule transalpine sont peu représentées avec seulement 5 exemplaires (8 %) qui proviennent du « Centre-Est ».

103Cette répartition semble illustrer un lien privilégié avec la sphère économique marseillaise.

104Le faciès métallographique est lui aussi sans équivoque avec une frappe d’argent à 77 %. Cette composition paraît logique au vu des types monétaires produits par les Allobroges. Elle souligne un système monétaire clairement basé sur des échanges où l’argent prédomine et le bronze circule de manière anecdotique.

2.3.2. L’Isle Crémieu

Le corpus établi sur l’Isle Crémieu illustre là encore une proportion écrasante d’espèces allobroges, soit 24 monnaies sur un total de 41 (59 %). Le monnayage marseillais est à nouveau le plus présent parmi les frappes extérieures avec 8 monnaies (19 %). Si le monnayage de Gaule chevelue est mieux représenté avec 6 monnaies (14 %), il reste largement insignifiant. Pourtant, force est de constater qu’il pénètre sur ce territoire de manière plus significative que celui du reste de la Gaule transalpine.

Fig-12. Faciès métallographique et répartition des types monétaires de Larina et de l’isle Crémieu.

Fig-12. Faciès métallographique et répartition des types monétaires de Larina et de l’isle Crémieu.

Le faciès métallographique à l’échelle locale est très similaire à celui du site de Larina. 81 % du monnayage qui circule sur l’isle Crémieu est d’argent. Une nouvelle fois, les frappes de bronze ou les potins sont en quantité négligeable. La nouveauté réside dans la présence de monnaies d’or qui sont en partie, voire en totalité, des frappes locales.

105L’analyse de ces deux lots entraîne plusieurs remarques.

106L’importance du monnayage massaliote semble illustrer des relations socio-économiques privilégiées avec la sphère marseillaise.

107Elle permet également de restituer un flux monétaire, et donc commercial, plutôt dans le sens sud/nord. sans doute facilité par l’axe rhodanien.

108Le monnayage de la Gaule chevelue et même transalpine reste anecdotique, ce qui donne une image cloisonnée de la circulation monétaire allobroge. exception faite des relations avec Marseille.

109Cette vision est peut-être à nuancer à cause de l’importance quantitative des frappes allobroges. Néanmoins, l’étude des trésors découverts sur le territoire donne une vision de la circulation monétaire allobroge sensiblement identique à celle que nous venons de décrire, avec peu de monnayage extérieur, une forte proportion de monnaies marseillaises et une écrasante majorité de frappes locales.

3. CONCLUSION

  • 7 Il faut garder à l’esprit l’inégalité des données chronologiques d’une rive à l’autre.

110Des grandes disparités monétaires ont été mises en évidence dans cette étude comparée des deux rives du Rhône (fig. 13)7 :

  • 8 Au même titre que le monnayage arveme, qui lui aussi est très peu présent sur les sites de la Loire

111D’une part la rive droite régie par le potin et la domination des espèces du « Centre-Est », d’autre part la rive gauche où le monnayage basé sur l’argent est largement influencé par le modèle gréco-marseillais. En effet les monnayages du « Centre » et du « Centre-Est » (et par extension celui de Gaule chevelue) circulent de manière anecdotique sur le territoire allobroge. De même, peu de monnaies allobroges circulent sur les sites ligériens8.

112Le Rhône matérialise entre l’est et l’ouest une frontière économique, délimitant des sphères aux systèmes monétaires bien distincts. Il en va différemment du nord au sud. En effet dans leur circulation monétaire respective, les deux rives ont en commun un fond marseillais non négligeable. Il est fortement présent dans les premières phases d’occupations des sites ligériens.

113Le rôle joué par la cité phocéenne dans le développement d’une économie monétaire complexe fut nécessairement déterminant.

Fig. 13. Flux monétaires dans la région étudiée (d’après Tarpin 2002 : 88. Echelle 1 cm pour 50 km). D.A.O.A. Bernard-Reymond.

Fig. 13. Flux monétaires dans la région étudiée (d’après Tarpin 2002 : 88. Echelle 1 cm pour 50 km). D.A.O.A. Bernard-Reymond.

Bibliographie

Bibliographie

BUCHSENSCHUTZ O., COLIN A., GRUEL K., RALSTON I., 1993 – Approche du territoire au second âge du Fer. . In : DAUBIGNEY A. dir., 1993 – Fonctionnement social de l’âge du Fer. Opérateurs et Hypothèses pour la France, Actes de la table ronde internationale de Lons-le-Saunier. Lons-le-Saunier, Cercle Girardot, Centre Jurassien du Patrimoine, p. 247- 258.

CARRARA S., 2003 – Nouvelles données de numismatique massaliote et celtique dans l’environnement du tumulus de Verna. In : PERRIN F., SCHÖNFELDER M. dir., 2003 – La tombe à char de Verna. Isère : témoignage de l’aristocratie celtique en territoire allobroge. Lyon, Association lyonnaise pour la promotion de l’archéologie en Rhône-Alpes, p. 129-135 (Documents d’Archéologie en Rhône-Alpes, 24).

CARRARA S., 2004 – Les statères d’or bas au type BnF 6066-6067 : une attribution possible aux Allobroges. Bulletin de la Société Française de Numismatique, 59, juin 2004, p. 130-134 (Actes des journées numismatiques d’Arles).

COLIN A., 1998 – Chronologie des oppida de la Gaule non-méditerranéenne : contribution à l’étude des habitats de la fin de l’âge du fer. Paris, Éd. de la Maison des sciences de l’homme, 195 p. (Documents d’Archéologie Française, 71).

DELESTRÉE L.-P., 1996 – Monnayage et peuples gaulois du Nord-Ouest. Paris, Éd. Errance, Maison Florange, 144 p.

DEPEYROT G., 2002 – Le numéraire celtique I : La Gaule du Sud-Est. Wetteren, 195 p. (Coll. Moneta, 27).

DEROC A., 1983 – Les monnaies gauloises d’argent de la vallée du Rhône. Paris, Les Belles Lettres, 115 p., 14 pl. (Annales littéraires de l’Université de Besançon, 281 ; Centre de Recherches d’Histoire Ancienne, 48 ; Étude de numismatique celtique, 2).

DHÉNIN M., 2002 – Le monnayage allobroge. In : JOSPIN J.-P. coord., 2002- Les Allobroges, Gaulois et Romains du Rhône aux Alpes. De l’indépendance à la période romaine (4e s. av. J.-C.-2e s. apr. J.-C.). Catalogue de l’exposition d’octobre 2002 à septembre 2003. Grenoble, Musée Dauphinois. Gollion, Infolio, p. 44-47.

DHÉNIN M., JOSPIN J.-P., 2002 – Le trésor de Poliénas. In : JOSPIN J.-P. coord., 2002 – Les Allobroges, Gaulois et Romains du Rhône aux Alpes. De l’indépendance à la période romaine (4e s. av. J.-C.-2e s. apr. J.-C.). Catalogue de l’exposition d’octobre 2002 à septembre 2003. Grenoble. Musée Dauphinois. Gollion, Infolio, p. 48-51.

DHÉNIN M., JOSPIN J.-P, 2005 – Le trésor monétaire gaulois de Poliénas (Isère). Revue des Musées de France, 3 juin 2005, p. 38-47.

FAURE R., 1987 – Le trésor d’Essalois (quelques idées sur le commerce en Gaule au Ier siècle av. J.-C.). Bulletin de la Diana, 50, p. 127-150.

GENECHESI J., 2005 – Variation des faciès monétaires gaulois entre Loire et Rhône. Mémoire de Master 2. Lyon II, Université Lumière, 192 p.

GENTRIC G.. 1988 – Les monnaies. In : VAGINAY M., GUICHARD V. dir.. 1988 – L’habitat gaulois de Feurs (Loire). Fouilles récentes (1978-1981). Paris, Maison des Sciences et de l’Homme. p. 164-170 (Documents d’Archéologie Française, 14).

GENTRIC G.. GUICHARD V., 1997 – Les monnaies, In : LAVENDHOMME M.-O., GUICHARD V. éd., 1997- Rodunna (Roanne. Loire), le village gaulois. Paris, Maison des Sciences et de l’Homme, p. 168-182 (Documents d’Archéologie Française, 62).

GRUEL K., 1999 – Les monnaies. In : BUCHSENSCHUTZ O.. GUILLAUMET J.-P, RALSTON I. dir.. 1999 – Les remparts de Bibracte : recherches récentes sur la Porte du Rebout et le tracé des fortifications. Glux-en-Glenne. Centre Archéologique Européen du Mont Beuvray, p. 191-205 (Bibracte. 3).

GRUEL K., 2002 – Monnaies et territoires. In : GARCIA D., VERDIN F. éd., 2002 – Territoires celtiques : espaces ethniques et territoires des agglomérations protohistoriques d’Europe centrale. Actes du XXIVe colloque de l’A.F.E.A.F., Martigues. 1-4 juin 2000. Paris, Éd. Errance, p. 205-212.

GRUEL K., 2004 – Étude comparée des découvertes monétaires sur quatre sanctuaires de la Gallia Comata : Allonnes (Sarthe), Bibracte (Nièvre), Les Bolards (Côte- – d’Or), Mirebeau (Côte-d’Or). In : HASELGROVEC., WIGGD. éd., 2004-Iron Age coinage and ritual practices. Mainz, Akademie der Wissenschaften und der Literatur, P. von Zabern, p. 301-319 (Studienzu Fundmünzen der Antike, 20).

GRUEL K., GEISER A., 1995 – Les potins « à la grosse tête ». In : GRUEL K. éd.. 1995 – Les potins gaulois : typologie, diffusion, chronologie, état de la question à partir de plusieurs contributions. Gallia, 52, p. 11-19.

JOSPIN J.-P. coord., 2002 – Les Allobroges, Gaulois et Romains du Rhône aux Alpes. De l’indépendance à la période romaine (4e s. av. J.-C.-2e s. apr. J.-C.). Catalogue de l’exposition d’octobre 2002 à septembre 2003. Grenoble, Musée Dauphinois. Gollion, Infolio, 192 p.

LA TOUR H. de, 1994 – Atlas des monnaies gauloises. Paris, E. Plon, Nourrit et Cie, [1892], 2ème éd., Spink & Son ; 1968, 12 p., 55 pl. Ouvrage mis à jour par FISCHER B., 1994, Paris, Maison Florange, Claude Burgan, 24 p., 55 pl.

LAVENDHOMME M.-O. avec la collaboration de GERBOUD D., VALETTE P., 1997 – Carte archéologique de la Gaule. 42. la Loire. Paris, Académie des Inscriptions et Belles Lettres, Ministère de la Culture, Ministère de l’Enseignement supérieur et de la Recherche, 305 p.

LAVENDHOMME M.-O.. GUICHARD V. éd.. 1997 – Rodumna (Roanne, Loire). Le village gaulois. Paris, Maison des Sciences de l’Homme, 369 p. (Documents d’Archéologie Française, 62).

PERRIN F., 1990 – Un dépôt d’objets gaulois à Larina. (Hières-sur-Amby, Isère). Lyon, Circonscription des Antiquités Historiques, 176 p. (Document d’Archéologie en Rhône-Alpes, 4).

PERRIN F., SCHÖNFELDER M. dir., 2003 – La tombe à char de Verna, Isère : témoignage de l’aristocratie celtique en territoire allobroge. Lyon, Association lyonnaise pour la promotion de l’archéologie en Rhône-Alpes, 151 p. (Documents d’Archéologie en Rhône-Alpes, 24).

PREYNAT J.-P., 1992 – Un haut-lieu celtique en Forez : l’oppidum d’Essalois : Chambles. campagnes de fouilles 1959-1979. Le Chambon-Feugerolles, 91 p., 87 pl.

RÉMY B., 1970 – Les limites de la cité des Allobroges. Cahiers d’histoire, 15, p. 195-213.

RICHARD J.-C., COLBERT de BEAULIEU J.-B.. 1969 – La numismatique de la Gaule et la numismatique de la Narbonnaise. Revue des Etudes Ligures, XXXVe année, n° 1-3, Hommage à F. Benoit : III, p. 90-100.

TARPIN M., 2002 – Les Allobroges dans l’histoire. In : JOSPIN J.-P. coord., 2002 – Les Allobroges, Gaulois et Romains du Rhône aux Alpes. De l’indépendance à la période romaine (4e s. av. J.-C.-2e s. apr. J.-C.). Catalogue de l’exposition d’octobre 2002 à septembre 2003. Grenoble, Musée Dauphinois. Gollion. Infolio, p. 88-95.

TESTENOIRE-LAFAYETTE P., 1889 – Numismatique forézienne. In : THIOLLIER F. dir.. 1889 – Le Forez pittoresque et monumental. Lyon, La Diana, 2 vol., p. 412-424.

VAGINAY M., GUICHARD V. dir., 1988 – L’habitat gaulois de Feurs (Loire). Fouilles récentes (1978-1981). Paris, Maison des Sciences et de l’Homme. 199 p. (Documents d’Archéologie Française, 14).

VALETTE P., 1999 – Forum Segusiavorum : le cadre urbain d’une ville antique (Ier s.-IIIe s.). Lyon, Roanne, Société des Amis de Jacob Spon, Éd. De Boccard, 243 p. (Mémoires de la Société des Amis de Jacob Spon).

VAN DER WIELENY., GEISER A.. KOENIG F.E., CAMPAGNOLO M., 1999 – Monnayages allobroges. Genève, Lausanne, Société d’histoire et d’archéologie de Genève, Association des amis du Cabinet des médailles du canton de Vaud, 309 p. (Cahiers romands de numismatique, 6).

Notes

1 Soit >50 exemplaires, sachant qu’un corpus >100 exemplaires est souhaitable. Ce nombre a été défini suite aux interventions de P. Barral et A. Daubigney.

2 Il est intéressant de noter que le territoire ségusiave s’étend au-delà des frontières naturelles dites « évidentes » que sont les monts du Lyonnais.

3 Se basant sur les dessins de J.-P. Preynat, M.-O. Lavendhomme et V. Guichard soulignent une évolution d’un faciès à lèvres courtes vers un faciès à lèvres hautes où le type Dressel 1B domine largement. La céramique de type campanienne A est absente ou du moins en quantité négligeable face à celle de type campanienne B. Enfin la céramique indigène qui caractérise les horizons 4 et 5 de Roanne est largement majoritaire.

4 Il faut en outre envisager qu’une grande majorité des potins non identifiés sont aussi des « Grosse Tête ».

5 Les conclusions de ces deux chercheurs sont identiques à celles que nous avons obtenues, même si nous avons intégré l’ensemble des découvertes roannaises à notre corpus et que nous avons privilégié exclusivement les monnaies bien stratifiées.

6 A. Deroc place cette émission vers 100 av. J.-C. et signale un trésor découvert entre Martigues et Saint-Rémy contenant « une monnaie d’Avennio, une dizaine de monnaies au bouquetin et quelques monnaies au cheval galopant émises peu de temps après la pièce d’Avennio ». Or la présence d’une seule monnaie d’Avennio peut être le signe d’un début d’émission (donc encore peu d’exemplaires qui circulent), alors que les types au bouquetin et au cheval galopant, frappés depuis quelque temps, circulent en plus grand nombre ? Seule une étude d’usure sur les flans des différents types aurait permis une chronologie relative de la circulation de ces monnaies.

7 Il faut garder à l’esprit l’inégalité des données chronologiques d’une rive à l’autre.

8 Au même titre que le monnayage arveme, qui lui aussi est très peu présent sur les sites de la Loire.

Table des illustrations

Titre Fig. 1. Carte de localisation des sites étudiés (d’après Tarpin 2002 : 88. Echelle 1 cm pour 50 km). D.A.O.A. Bernard-Reymond.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/18111/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 34k
Titre Fig. 2. Comparaison des faciès métallographiques de Roanne, Feurs et Essalois.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/18111/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 45k
Titre Fig- 3- Tableau des données répertoriées par R. Faure dans son article de 1987.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/18111/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 76k
Titre Fig. 4. Faciès géographiques de Roanne, Feurs et Essalois.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/18111/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 42k
Titre Fig- 5. Faciès géo-chronologique de Roanne.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/18111/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 61k
Titre Fig. 6. Répartition par types des potins à la grosse tête GT A sur les sites de Roanne, Feurs et Essalois.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/18111/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 77k
Titre Fig. 7. Quelques exemples de potins à la grosse tête de Roanne et d’Essalois 1-GTA 11,1 diam. 18mm/2,63g/S.R.A. Rhône-Alpes 2-GTA 10,4 module 21mm/3,41g/S.R.A. Rhône-Alpes 3- GTA 11,3 diam. 19mm/3,23g/Musée de la Diana, Montbrison 4- GTA 11,4 diam. 19mm/ 2,94g/Musée de la Diana, Montbrison
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/18111/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 31k
Titre Fig- 8. Arbre typo-chronologique de la série « au buste de cheval ».
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/18111/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 50k
Titre Fig. 9. Arbre typo-chronologique de la série « au bouquetin ».
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/18111/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 68k
Titre Fig. 10. Arbre typo-chronologique de la série « au cheval galopant ».
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/18111/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 73k
Titre Fig. 11. Principales séries à l’hippocampe et au cavalier. 1- Monnaie anépigraphe à l’hippocampe : tête casquée à droite, hippocampe à droite ; diam. 14 mm/ 2,34 gr / collection particulière ; 2- monnaie anépigraphe à l’hippocampe : tête casquée à gauche, hippocampe à gauche ; diam. 14 mm/ 2,10 gr / collection particulière ; 3- monnaie au cavalier : légendes BRI, COMA ; diam. 16 mm/ 2,12 gr / collection particulière ; 4- monnaie au cavalier : légendes AMBILLI, EBVRO avec le cheval galopant sur le sol ; diam. 15 mm/ 2,15 gr / collection particulière ; 5- monnaie divisionnaire en argent : tête non casquée, légendes DVRNAC à l’avers (DVRNACVS) et AVSC dans les cantons de la croix ; (AVSCROCVS) ; diam. 10 mm/ 0,43 gr / collection particulière. L’ensemble des illustrations de la figure 11 provient du site http://www.multicollec.net/​1-mo-h/​1h62.php.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/18111/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 29k
Titre Fig-12. Faciès métallographique et répartition des types monétaires de Larina et de l’isle Crémieu.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/18111/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 56k
Titre Fig. 13. Flux monétaires dans la région étudiée (d’après Tarpin 2002 : 88. Echelle 1 cm pour 50 km). D.A.O.A. Bernard-Reymond.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/18111/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 38k

Auteurs

(Doctorante à Vuniversité Paris 1 Panthéon-Sorbonne). 76 cours Gambetta, 69007 Lyon – julia.genechesi@hotmail.fr

© ARTEHIS Éditions, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search