Version classiqueVersion mobile

De l’âge du Bronze à l’âge du Fer en France et en Europe occidentale (Xe-VIIe siècle av. J.-C.)

 | 
Henri Gaillard de Sémainville

Thème régional la moyenne vallée du Rhône aux âges du fer, actualité de la recherche

Onomastique celtique et épigraphie gallo-romaine : à propos de l’onomastique de la cité des allobroges

Pierre-Yves Lambert

Résumé

À l’occasion de la publication du corpus des Inscriptions latines de la cité des Allobroges (ILN, tome V), l’auteur examine les problèmes posés à l’éditeur d’un tel corpus par l’onomastique gallo-romaine. Il n’est pas facile de caractériser dans chaque cas l’origine linguistique des noms propres. Dans les cas douteux, il serait sage de se contenter d’indiquer la distribution géographique du nom. Quant aux noms latins, il paraît périlleux d’y rechercher des calques, des noms de traduction ou des noms « d’assonance » (cf. Decknamen), tant que l’élément indigène supposé traduit (ou copié) n’a pas été identifié.

La cité des Allobroges présente un cas intéressant pour l’étude de la romanisation de l’onomastique : cette romanisation intervient très tôt, comme l’indique la diffusion des gentilices Valerius et Pompeius. Autre particularité : le stock des noms de souche gauloise comporte très peu de composés complets, mais beaucoup d’hypocoristiques (certains d’entre eux ne retiennent qu’un préfixe du nom complet). Ce sont ces hypocoristiques qui forment la majorité des gentilices.

Texte intégral

1Dans l’analyse de l’onomastique celtique, on observe un certain cloisonnement entre les disciplines, c’est-adire, en l’occurrence, entre les linguistes, spécialistes des langues celtiques anciennes et modernes, et les épigraphistes, essentiellement des historiens de formation, chargés de la publication des inscriptions gallo-romaines. Les cas sont rares, où un celtisant est en même temps épigraphiste (on peut mentionner tout de même quelques Français comme Joseph Vendryes, Michel Lejeune). Fort heureusement, la plupart des épigraphistes sont au moins de bons latinistes et ont déjà reçu quelques notions de linguistique. Il y a donc un terrain d’entente possible, même si l’approche de l’onomastique celtique est très différente de part et d’autre. En effet, si les celtisants peuvent réclamer les noms d’origine celtique comme relevant de leur compétence (de linguistes), les épigraphistes peuvent tout aussi bien analyser les mêmes noms dans leur fonctionnement synchronique, comme éléments d’un système de dénomination romanisé, ou du moins tendant à se conformer au modèle romain. Ils se font les historiens de la dénomination à travers toutes les provinces de l’Empire romain. Ce qui nous intéressera ici au premier chef, c’est précisément la survie du stock onomastique indigène dans un système de dénomination romanisé, dans la cité des Allobroges.

2Cependant, les méthodes, ou plutôt les comportements évoluent. Autrefois, les épigraphistes n’avaient pas la même approche à l’égard des noms courants dans l’Empire romain et des noms à consonance indigène. On a souvent l’impression que les noms celtiques n’étaient pas lus avec la même rigueur que les noms d’origine latine : il faut dire qu’ils ont l’inconvénient d’être souvent des hapax, ce qui nous prive d’une possibilité de vérification, notamment si la lecture est incertaine. Quant aux noms latins, on avait le tort de croire que le corpus en était complètement connu – et cette opinion persiste encore chez certains. Bien sûr, les gentilices des citoyens romains de la Rome républicaine sont certainement tous connus, mais il n’en va pas de même pour les gentilices « fabriqués » plus tard. Il serait aussi illusoire de croire que l’on connaît tous les noms communs de la langue latine. Les recueils de gentilices, de cognomina, etc., disponibles aujourd’hui n’ont pas toujours été utilisés exactement comme ils auraient dû l’être : certains épigraphistes vous disent, « tel nom en -ius n’est pas un gentilice parce qu’il n’est pas dans le recueil de Schulze (1904 !) ni dans celui de Solin et Salomies (1988) ». Ou encore, « tel nom n’est pas un cognomen puisqu’il n’est pas répertorié dans Kajanto (1965) ». En fait, ce ne sont pas des listes closes, et lorsqu’un seul exemple est disponible, ce n’est pas nécessairement la meilleure variante qui a été enregistrée. Il n’empêche que les recueils existant sont des outils extrêmement utiles, à condition de savoir les situer dans l’histoire de la discipline.

3On tient pour acquis que tous les noms que cite Schulze 1904 sont considérés par lui comme latins, et que tous les noms que cite Hôlder 1896-1907 sont considérés par lui comme celtiques. Ces deux a priori mériteraient chacun une mise au point. Schulze cherchait à déterminer les procédés de formation des noms, et il rencontre inévitablement des souches onomastiques non latines, à partir du moment où il prend des exemples provenant des provinces de l’Empire. Les nombreux noms étrangers présents dans la ville de Rome, cf. CIL VI, pouvaient aussi s’immiscer subrepticement dans son recueil sous le prétexte d’une provenance romaine. Quant à Holder, il inclut sciemment des noms qu’il admet comme ligurisch, iberisch, rätisch, illyrisch... son lexique se transforme en un recueil des noms de consonance non latine. Il a donc proposé un certain type de recueil, où il n’est pas exclu qu’il y ait même des noms latins, ou du moins étrusques ou italiques, puisqu’il a écumé aussi la Gaule cisalpine.

4Mais mon objectif principal aujourd’hui est de vous présenter l’onomastique fournie par l’épigraphie de la région, qui a fait l’objet d’une publication particulièrement soignée, tout réceimnent, de la part de Bernard Rémy et de son équipe (François Bertrandy, François Kayser, André Pelletier, François Wible). Il s’agit des inscriptions de Vienne et de sa ciuitas, qui constituent le tome V des Inscriptions latines de Narbonnaise (dans la série des Suppléments de la revue Gallia, n° 44). Ce tome est si important qu’il a fallu le publier sous la forme de trois fascicules successifs,

V.1 – mars 2004, 402 p.,
V.2 – septembre 2004, 315 p.,
et V.3 – septembre 2005, 437 p.

5Le plan suivi est en gros celui du CIL XII (édité par Hirschfeld, Berlin, 1888). Le t. 1 donne les inscriptions de l’agglomération de Vienne et de son territoire, sur les rives gauche et droite du Rhône. Le tome 2 donne les inscriptions entre Vienne et Grenoble, puis à Grenoble, et entre Grenoble et les Ceutrons ; ensuite, entre Vienne et Aoste, et dans l’agglomération d’Aoste. Le tome 3 regroupe les textes entre Aoste et le lac Léman, puis à Genève même, et enfin les milliaires.

6Étant donné le grand nombre des inscriptions (934), on aurait mauvaise grâce à reprocher aux auteurs d’avoir laissé de côté 79 inscriptions fragmentaires. Cependant, les paléographes intéressés essentiellement par les formes de lettres regretteront cette décision, car le nouveau corpus accompagne chaque inscription d’une photographie de qualité, ce qui bien sûr manquait dans le CIL. Pour les inscriptions omises, les éditeurs se contentent de renvoyer aux publications anciennes ou modernes où l’on pourra les trouver (tome I, p. 72-73). Il eût été peut-être utile de transmettre au lecteur, sinon une notice complète, du moins une fiche de chaque inscription fragmentaire, disant notamment si l’inscription était perdue ou non, dans quel musée elle se trouve, et d’autres informations essentielles de ce genre.

7La présentation que je vais faire du travail de Bernard Rémy et de son équipe sera nécessairement axée sur les problèmes posés par F onomastique indigène. J’aurai à rappeler les exigences de la linguistique celtique, mais je ne voudrais pas que vous en retiriez une impression négative, et je veillerai donc aussi à souligner les grandes qualités de la nouvelle publication. Certaines d’entre elles apparaissent au premier coup d’œil : mise en page agréable, illustrations très nettes, propositions de lecture toujours sur la même page que la photographie, homogénéité du plan de chaque notice, régularité dans les commentaires. Les introductions du tome 1 sont d’une qualité scientifique remarquable : qu’il s’agisse des limites de la cité, de son histoire dans l’Empire romain, des caractéristiques de l’onomastique, des formulaires de dédicaces ou d’épitaphes, des carrières administratives romaines, ou de l’histoire de la discipline épigraphique appliquée à cette région, chaque développement fait preuve d’une grande érudition, aucun problème important n’est esquivé. Pour l’onomastique de la cité des Allobroges, on doit se reporter à une étude de B. Rémy spécialement consacrée à cette question (Rémy 2001).

ONOMASTIQUE INDIGÈNE : CRITÈRES DE CELTICITÉ

8Au niveau de l’onomastique, Bernard Rémy et ses collaborateurs ont manifestement cherché à s’informer le mieux possible ; j’en porte témoignage, puisque Bernard Rémy m’avait personnellement contacté (lettre du 22/10/1998) pour me demander mon avis sur la celticité de certains noms. J’étais malheureusement gêné pour lui répondre, en particulier pour une question de méthode, car pour obtenir une « collaboration épigraphique » satisfaisante, je dois avoir l’entière responsabilité de mon discours, ce qui passe par la relecture d’épreuves ; l’envoi de remarques manuscrites peut aboutir à des additions hâtivement recopiées et pleines de coquilles, parce que non relues par les auteurs (cf. Le Bohec 2003). D’autre part, on admet aujourd’hui des « degrés de celticité », comme on peut le constater d’après les travaux du groupe « Ptolémée » qui étudie la toponymie celtique antique (voir Parsons, Sims-Williams 2000 ; De Hoz et al. 2005). Pour déterminer la celticité d’un nom, nous avons plusieurs critères internes ou externes à prendre en compte. En gros, les critères externes tiennent à la distribution géographique des exemples attestés ; les critères internes seront le degré de comparabilité avec des langues celtiques connues, ou la comparabilité avec des noms déjà connus comme gaulois, ou encore la présence/ absence de phonèmes propres au gaulois, comme la vélaire spirante ou l’affriquée, ou de suffixes/préfixes typiques de l’onomastique gauloise. Comme il est normal, ce sont surtout les critères externes qui sont utilisés dans ILN V, Vienne (il faudrait vraiment connaître les langues celtiques pour utiliser les critères internes) ; ainsi, les différents collaborateurs insistent à juste titre sur la distribution géographique des noms rencontrés. On pourrait sans doute s’interroger sur la validité des aires géographiques choisies. Ainsi, dans l’extension géographique de chaque nom, il est toujours fait mention du pallier de la province de Narbonnaise, ce qui ne nous paraît pas toujours nécessaire. Mais le principe général est parfaitement valide.

9Je crois que, de ce point de vue, la publication est irréprochable ; de nombreux épigraphistes ont abordé la question des noms indigènes sous l’angle seul de la distribution géographique ; c’est l’analyse à laquelle se tient par exemple Jürgen Untermann et ses élèves. On peut se reporter par exemple à l’édition du Bronze de Botorrita III, où chaque nom celtibère fait l’objet d’une carte de distribution (Beltrán et al. 1996 : « Onomástica », p. 109-180) ; voir aussi, par exemple, l’analyse de l’onomastique du Magdalensberg par Schindler et Scheffenegger 1977. Ulrich Schmoll (Schmoll 1959) avait de même montré l’importance de la répartition géographique dans l’étude de l’onomastique prélatine de la péninsule hispanique.

PASSAGE D’UN SYSTÈME DE DÉNOMINATION À UN AUTRE

10Comme on le sait, la romanisation a complètement bouleversé la structure même du système de la dénomination personnelle. La culture gauloise, avant la conquête, ne connaissait que le nom individuel ; pour connaître l’identité exacte de quelqu’un, on pouvait éventuellement préciser le nom de son père, selon le système indo-européen : « Un Tel » fils « d’Un Tel ». Au contraire, le système latin, hérité du monde étrusque, incluait un nom individuel, le prénom, suivi d’un nom de famille, le gentilice. Et comme le registre de prénoms était très limité, il avait fallu ajouter un troisième élément, le surnom, cognomen, parfois lui aussi devenu héréditaire.

11Il y a donc eu au départ deux systèmes de dénomination, tout comme il y a deux langues à peu près irréductibles l’une à l’autre. Ce fait était bien connu de tous ; néanmoins, les épigraphistes avaient pris l’habitude de parler de « noms à consonance celtique » au lieu de « noms celtiques », sans doute pour marquer combien la définition d’un nom comme celtique restait encore assez vague, dans leur esprit, soit que le nom soit un hapax et ne puisse trouver dans une carte de distribution une preuve externe de celticité, soit que les rapprochements étymologiques avec d’autres mots gaulois ou celtiques paraissent insuffisants pour apporter une preuve interne de celticité. Mais, mis à part ce distinguo subtil, quelque peu déformé chez les continuateurs, tout le monde était d’accord pour distinguer entre noms latins et noms celtiques.

12Ce qui vient déranger cette belle ordonnance, c’est le présupposé, partagé par tous les auteurs de ILN V. Vienne, qu’il n’y a pas tellement de différences entre thèmes onomastiques latins et gaulois, dans certains cas. Il est vrai que latin et gaulois sont des langues indo-européennes, et même des langues voisines, qui ont connu des échanges mutuels depuis très longtemps, s’il faut en croire l’hypothèse d’une unité italo-celtique. Rex « roi », verus « vrai » ont leur correspondant en celtique, rīx et vīros avec -ī- long. Une telle correspondance devait faciliter les échanges et le bilinguisme. Un exemple assez troublant est celui de Marcus : prénom dans l’onomastique latine, il devient surnom chez les Allobroges, certainement par référence au nom celtique du cheval, *marko- (n° 388 : C. Sollius Marcus) ; le surnom se transmet aux enfants, sous les formes Marculus et Marcula (ibid.). Ces deux diminutifs sont évocateurs de noms d’animaux, cf. porculus, catulus, de façon plus expressive peut-être que Marcellus, qui était devenu trop courant. Ainsi un prénom Marcus, complètement usé sur le plan sémantique, est remis en usage comme cognomen – c’est-à-dire comme nom individuel courant, à la faveur d’une homonymie entre latin et celtique.

13Dans un livre publié en 2001, qui se présente comme une collection d’essais, édités par Marie Thérèse Raepsaet-Charlier et Monique Dondin-Payre, sous le titre Noms, identités culturelles et romanisation, nous voyons développer l’idée que les noms latins utilisés en Gaule sont peut-être dans certains cas des noms « d’assonance » (j’aurais dit des noms latins à consonance celtique), évoquant le phonétisme de noms celtiques, ou bien, dans d’autres cas, des noms de « traduction », traduisant des noms courants en gaulois. Les deux expressions ont été reprises dans ILN V. Vienne. Comme exemple du premier cas, on pourrait citer Virius, que ce soit avec un -ibref (vir « l’homme »), ou avec un -i- long (viro- « vrai »), on peut parler de consonance celtique. Le nom est d’ailleurs fréquent dans le domaine hispanique. Comme exemple du deuxième cas, on peut citer les cognomina Sacer, Secundus ou Verecundus ; ce sont des mots bien latins, mais particulièrement fréquents dans l’onomastique gallo-romaine. On peut tenter de retrouver leur substrat gaulois : Sacer pourrait être à l’origine un Nemetios, et Verecundus devait être Roucos, ou ses composés Surucus, Durucus. Un Roucillus est précisément attesté dans l’histoire comme chef allobroge.

14Mais je voudrais surtout mettre en garde contre l’utilisation systématique des deux notions de « noms d’assonance » et de « noms de traduction ». Entre autres inconvénients, il y a que les auteurs ne se prononcent plus nettement pour caractériser un nom comme latin ou celtique : effectivement, ils laissent planer un doute sur l’appartenance de Cassius, Cominius, Sucesus, Lutatia... Noms latins d’assonance ou noms gaulois ? ou plutôt l’un que l’autre ? Et les noms de « traduction » n’ont-ils pas aussi souvent une « assonance » avec ce qu’ils traduisent ? en séparant la similitude phonétique de la ressemblance sémantique, les auteurs distinguent deux analyses qui, dans la réalité des faits, sont souvent inséparables. Ainsi Taurus est considéré comme « d’assonance » parce que proche de TARVO... (t. 2 p. 98) mais on pouvait aussi bien parler d’un nom de traduction.

15Ainsi, les auteurs des ILN V, Vienne ont cédé à la mode et ils utilisent beaucoup trop souvent le terme « noms d’assonance » ou « noms de traduction ». Le lecteur a souvent le sentiment que l’on est allé trop loin : comme noms d’assonance (celtique), les auteurs citent même Censor/ Censorinus, Lucanus, Lucinulus, Marcellus, Rufus, Victor/ Victorius, ... Cette application systématique me paraît vraiment excessive. Tous les noms qui viennent d’être cités sont des noms manifestement latins et uniquement latins. Je crois utile de donner quelques remarques de détail ici :

  1. « L’assonance » supposée ne doit pas faire oublier que le gaulois a son phonétisme particulier : pas de -f- intervocalique, pas de -ō- long qui ne soit devenu -ū- long en syllabe finale. Par conséquent les correspondants celtiques de Victor et Rufus auraient eu une autre forme phonétique, *Wixtur et Roudos. Les deux ont existé ; Withur est attesté en brittonique, mais comme emprunt au latin ; et nous avons Roudo- dans l’onomastique gauloise [indo-européen *H1-roudho-].

  2. Il faudrait aussi tenir compte de la morphologie du gaulois, qui a ses propres suffixes. En fait nous n’avons pas d’exemple du suffixe d’agent -tor- dans les langues celtiques ; donc on ne risque pas de trouver le correspondant de Victor ou Censor en gaulois. Les auteurs appuient leur théorie d’une assonance sur l’existence d’un thème VICTO- en celtique ancien, mais *wik-to-, possible en celtique (dans Diuixtus par ex.) a exactement le sens opposé au nom d’agent : c’est le « vaincu », comme lat. victus (voir plus loin à propos du composé di-wik-). Quant à Marcellus, il apparaîtrait avec un suffixe légèrement différent, sous la forme *Markillos. Cependant Marcus est bien un « nom d’assonance », comme il a été dit plus haut.

  3. L’étiquette « noms d’assonance » pour Lucanus (326, 343) et Lucinulus (139) est vraiment décevante ; on attendrait plutôt une analyse des suffixes, tous bien latins : Lucinulus est diminutif de Lucinus, lui-même diminutif de Lucius. Il y a là une transmission de cognomen (issu du prénom Lucius ?) qui se révèle complexe.

  4. Une certaine incohérence se révèle dans les noms issus des numéraux : Secundus et Tertinius (142, 201), ainsi que Quadronius, sont régulièrement déclarés « noms de traduction », mais Quintillus/ -a (231) et Quintilianus (123) sont seulement des « noms d’assonance » auxquels on compare le gaulois CINTV- « premier » ! Les auteurs ne sont pas difficiles en matière de phonétique latine s’ils considèrent que la labiovélaire kw- était déjà réduite à une vélaire k- ; ni en matière de sémantique, s’ils admettent une équivalence quelconque entre des mots signifiant « premier » et « cinquième », mais il est vrai qu’il ne s’agit plus d’un nom de traduction... En tout cas, pour Quintillus et Quintilianus, leur argument ne tient pas debout : ils voient une assonance là où il n’y en a pas (entre gaulois cintu- et lat. quintus) ; par ailleurs, ils risquent d’omettre des remarques beaucoup plus utiles sur le suffixe -illo- de Quintillus (latin et celtique), ou sur l’émergence de Quintilianus, peut-être nom adoptif donné à celui qui est adopté dans une gens Quintilia.

16Enfin, les auteurs ne puisent pas toujours à la bonne source : outre Delamarre et Holder, qui sont fiables, ils utilisent souvent un lexique gaulois de Degâvre, qui semble être une compilation dénuée de tout sens critique.

17En fait, il me paraît vraiment prématuré de parler de « noms d’assonance », car l’onomastique gauloise n’a pas encore été suffisamment étudiée et mise en valeur. Un grand nombre de thèmes onomastiques sont interprétés d’un point de vue seulement étymologique ; or, il traîne encore beaucoup d’étymologies dépas sées, qu’une meilleure connaissance des langues celtiques ferait immédiatement rejeter. Le livre de D. Ellis Evans (Evans 1967) est de ce point de vue un modèle de prudence et de scepticisme.

18Un certain nombre de remarques, dans ILN V, Vienne, révèlent en plus un défaut d’analyse linguistique, ce qui est regrettable. On regrette de lire que « Divicia (n° 105) est formé à partir du nom Divico porté par un chef helvète BG 1.13.2 ». En fait Diuicō, gén. Diuiconis, est simplement dérivé de la même base que Diuicia (un composé verbal *di-wik-, d’ailleurs attesté en irlandais et en gallois : verbe vieil-irlandais do-fich, « il venge, punit » et thème verbal gallois dywyg-, diwyg- « corriger, réformer », voir Evans 1967, 81, Lambert 1996, 140 ; Diuixtus, formation de participe passé passif, signifiait probablement « vengé » ou « reconquis, récupéré ») mais le premier avec son suffixe à nasale et la seconde avec son suffixe en – ia ne peuvent pas être tirés l’un de l’autre. L’auteur aurait-il confondu Diuico nominatif de thème à nasale (Diuicō) avec Diuico- thème thématique, à la base de Diuicius, Diuiciacus ? L’auteur de la même notice se donne des gants, un peu plus loin, pour déclarer : « on a tenté de rapprocher Diuicius (un seul -c-) de Diuiccius (deux -cc-) connu à Apt (ILN Apt 107) ». Sans doute faut-il distinguer ces deux graphies, mais on ne peut guère douter de l’identité des deux noms ainsi notés.

19Mais revenons aux différents stades de la romanisation de l’onomastique.

20Le système indigène du nom unique paraît être encore utilisé dans les zones rurales, au nord de la cité des Allobroges. Ils sont assez rares (cf. les observations de Rémy 2001). On peut citer en exemple deux épitaphes de Saint-Alban-de-Roche :

21n° 577 (XII 2356)

DVBNACVS COBROVILLI F. FECIT VIVS SIBI ET BITVNAE TROVCETIS F CONIVGI SVA(E)

22n° 579 (XII 2356, revers)

NAMA VERVCI FILIA CAVPIVS VIR DAT

23Ainsi les deux inscriptions sont bien en latin, mais le stock onomastique n’est pas latin, et chaque individu est déterminé non seulement par son nom propre mais aussi par le nom de son père, au génitif (seul le dernier personnage nommé, Caupius, ne reçoit pas de patronyme). Plusieurs de ces noms sont déjà des diminutifs ou des hypocoristiques : diminutif en -illo-, Cobrovillus, apparemment dérivé d’un thème en -u- *kobru- (cf. peut-être le second élément dans les noms irl. Milchobhur, Conchobhur) ; diminutif en -no-, -na, Bituna ; diminutif en – ucco-, Veruc (c) os ; hypocoristique en -āko-, Dubnacus (variante, Dunmacus ; tiré d’un composé tel que Dubno-rix) ; hypocoristique Nam (m) a. Seul Troucet-s semble être un nom complet, apparemment un nom d’agent en -et-. Bien entendu, les esclaves, les personnes d’un statut social modeste se contentaient aussi d’un nom unique, souvent d’origine étrangère. Mais le nom unique était le cas général des Gaulois même nobles, avant la conquête.

24Voir encore les inscriptions 716 et 717 : noms uniques Beccus, Diuixtus (à Ruffieux).

25Marcel Le Glay, dans un colloque sur l’onomastique latine (1977), a déjà expliqué les différentes procédures par lesquelles on a romanisé la dénomination personnelle.

26La première procédure, peut-être la plus ancienne, a été de faire passer le nom individuel gaulois dans la catégorie cognomen, car cette catégorie onomastique était plus ouverte que les autres. On admettait facilement des cognomina d’origine grecque ou autre, donc, pourquoi pas des cognomina celtiques. Pour qui voulait passer pour un citoyen romain, il fallait se parer d’un gentilice latin et d’un prénom (dont la mention devient peu à peu facultative). Par différents processus d’adoption ou de clientélisme, on a vu s’étendre le gentilice de quelques notables romains à certains de leurs administrés. Exemple : Pompeia Cocca, n° 127, avec surnom celtique (cocco- « rouge »). Pompeia est dite fille d’un Andebrocirix – il eût fallu citer la correction proposée par Holder, qui a été acceptée par tous les celtisants : Andebrogirix. Andebrogirix signifie le « grand seigneur ». Brogi-rix « roi de la marche-frontière » a des correspondants en galate, Brogoris, et en gallois, *mrogi-rīx > moy.gall. breyr, brehyr « seigneur, prince ». Bien que cela ne soit pas tout à fait certain, il est très probable que le père avait pour nom complet Pompeius Andebrogirix – le lapicide aura fait l’économie de la répétition du gentilice.

27Une inscription d’Aix-les-Bains (n° 683, = CIL XII 2480) paraît assez révélatrice, de ce point de vue. Tous les membres de la famille ont le gentilice Valerius ; mais ils se distinguent par leur cognomina, généralement celtiques. C. Valerius Senorigis filius Camulatus a pour femme Valeria Niceta Sunuae filia, et pour fils C. Valerius Camulati fil. Cossus. Ainsi tous les hommes ici s’appellent « C. Valerius » et se distinguent seulement par un cognomen celtique : Senorix est père de Camulatus, lui-même père de Cossus. La femme de Camulatus a pris le gentilice de son mari ; en dehors de cela, c’est le système du nom individuel, devenu cognomen, qui prévaut : elle s’appelle Niceta (nom d’origine grecque) et se trouve être la fille de Sunua, nom probablement celtique. Accessoirement, notons l’effacement du prénom, devenu un préfixe du gentilice ; son ancienne fonction de marque distinctive des différents membres de la famille est maintenant assumée par le seul cognomen ; il est toujours passé sous silence dans le cas des femmes, et il disparaîtra pour les hommes aussi, progressivement, à partir du règne d’Hadrien.

28Pour les gentilices Pompeius et Valerius en Narbonnaise, je renvoie aux explications très claires de B. Rémy : « Ce gentilice (Pompeius, 26 ex. dans la cité) remontait au Grand Pompée qui a opéré de nombreuses naturalisations de Gaulois lors de sa réorganisation de la Province (Cicéron, Pro Fonteio, 6, 14) ». Et : « Les gentilices latins Pompeius et Valerius [...] sont très courants dans la Province [...]. Valerius pourrait renvoyer à C. Valerius Flaccus, gouverneur de la Transalpine, entre 84 et 81 av. J.-C. [...], qui fut particulièrement généreux dans l’octroi de la citoyenneté romaine à des pérégrins » (ILN V, Vienne t. 2 p. 60, et p. 76). Il est donc probable que l’adoption d’un gentilice latin a été chronologiquement la première forme de romanisation de la dénomination ; elle était associée à l’acquisition de la citoyenneté romaine, c’était donc un privilège nécessairement réservé à un petit nombre. À ce stade, l’importance des cognomina d’origine celtique dans la distinction des différents membres d’une famille laisse penser que la langue courante reste le gaulois, au moins à l’intérieur des familles qui cultivent les cognomina celtiques.

29L’autre procédure, peut-être plus simple, a été de transformer la référence paternelle en nom de famille. C’était d’autant plus facile que l’un des suffixes de patronymes les plus courants, au moins en gallo-grec, -ios, se trouvait être identique au suffixe de gentilice latin, -ius. Le patronyme, qui servait à indiquer la filiation par rapport à un père singulier, a donc été transmis d’une génération à l’autre et s’est transformé en nom de famille. Ainsi Titus Couxsollius Vitalis inscr. n° 146. La même procédure s’est appliquée à des noms individuels de souche latine : il est devenu courant de parler de « gentilices d’origine patronymique », bien que la fonction patronymique du suffixe -ius en latin soit bien moins évidente qu’en celtique. Mais certains indices dénoncent un faux « patronyme », ou bien le résultat ne paraît pas être un authentique « nom de famille ».

30Ici s’offre à nous l’occasion d’approfondir l’analyse linguistique de ces gentilices d’origine celtique : on est frappé par la fréquence de la « gémination hypocoristique » dans ce type de gentilices.

31Il ne fait pas de doute que Nattia (deux -tt-) n° 2 est tiré de Nata « fille » (variante de gnata) – Le nom de son père présente certainement la chute de -w- si courante en gaulois du Sud : Soili de Su-welos > Sowelos > Sowilos > Soilos (cf. rokloisiabo ; et Doiros à Couchey) ; on le rencontre aussi sous la forme, plus exacte, Suillius. De même Sennius (n° 131) a pu être expliqué par seno- vieux (Delamarre 270) ; Bittius (n° 135) vient de bitu-, « monde », premier élément de composé (son cognomen Puster Pustro-, reste obscur) et Vennius s’explique par weni- « famille ; aimé » (v.irl. fine *weniā « famille »). Mêmes remarques pour Cappius (n° 137), Connius (n° 144), Eccius (n° 151 etc.), Vlattius (n° 42), Minnius (n° 123). On doit tenir compte aussi de la notation assez irrégulière des géminées : malgré la remarque faite au n° 105 sur les graphies Diuicius et Diuiccius...

32Parfois la gémination représente une sorte de simplification d’un groupe de consonne : Vinnius (n°° 82, 224) doit être formé à partir d’une simplification de *windo- « blanc ». De même Tessius semble représenter l’élément de composé Tedsi-.

33Cette gémination hypocoristique des gentilices vient certainement de celle qui s’est appliquée au personnage de référence, dont le nom a servi de base à la formation du gentilice. En fait Bittius est le gentilice des descendants de *Bittos, lui-même surnom ou hypocoristique de Biturix ou Bituwalos.

34Ainsi, la gémination, naturelle dans les sobriquets du type Brocchus (Vienne n° 843-844 : aux lèvres proéminentes comme le brochet) ou Cocca (n° 127), s’étend aussi aux gentilices, précisément parce que celui-ci, constitué comme le patronyme gaulois, est bâti sur un nom individuel. Et ce nom individuel est un hypocoristique, c’est-à-dire la forme abrégée d’un composé. De Vlati-maros, « au grand royaume », on pouvait tirer Vlatio, Vlatukos (attestés indirectement par le plomb du Larzac), ou encore Vlattos. De Bitu-rix, « roi du monde » on pouvait tirer un hypocoristique *Bittos avec redoublement familier, ou encore *Bitukos, avec suffixe -ko- typique des sobriquets. Ici, nous classerons les diminutifs suffixés à part.

35L’hypocoristique est parfois même bâti sur un thème réduit à un préverbe : Ambius, Andius, Attius (sur des composés en Ambi-, Ande-, Ate-), Commius (Com-...), Connius (fi Con-...), Eccius (Ec-...), Verrius (Ver-...), mais certaines de ces analyses restent incertaines, car d’autres explications sont possibles aussi.

Liste des gentilices bâtis sur des hypocoristiques :

Ambius, cité par Rémy 2001 (d’un comp. en ambi- ; peut-être de l’ethnique Ambarrus)

Andius n° 391, 406 (d’un comp. en ande- ; peut-être l’ethnique, abrégé de Ande-cauus)

Attius n° 200, 355, 373, 381, 394, 466, 830, 862, Attia n° 83, 376, 384, 388 (d’un Ate-gnatus, Ate-uritus : proche de l’italique Ateius)

Bittius n° 135 (de bitu- « monde »)

Cappius, Cappia n° 137 (hybride : tiré du lat. caput ?)

Connius n° 144, 226, 295, 873, Connia n° 144, 335 (du préfixe con- ; ou des mots condo- « sagesse », condaro- « rage »...)

Drip[pius] n° 775 (lecture douteuse ; peut-être Drit (tius))

Eccius, Eccia n° 151 (sur le préfixe ec- ?)

Eppius n° 327, 328, 329, 690 (sur Epo-... « cheval »)

Lattius n° 169 (sur latu- « fureur », ou lati- « liquide » : Latumarus)

Mac [cius] n° 501 (sur le thème *mak- « nourrir » : gall. magu, bret. magañ...)

Magius n° 175 A, 411 Magia n° 410 (sur magu- « serviteur »)

Messius n° 178 (cf. Medsillus ; *med-tu- « fait de gérer, gouverner »)

Minnius n° 123 (cf. irl. gall. min « doux, délicat »)

Nammius n° 881, Nammia n° 412 (sur Namanto- « ennemi » ?)

Nattia n° 2 (sur gnato- « fils »)

Riccius n° 812, 851, 883 B2 (tiré de rig- (o)– « roi » ?)

Sammius n° 335, 339, 372, 629, Sammia n° 339 (cf. Samo-talos ; samo- « été »)

Sennius n° 131, 557,777,827, Sen (n) ia n° 383 (sur seno- « vieux »)

Sollius n° 318, 388, 457, 665b, Sollia n° 109, 177 (cf. Soli-maros)

Vccius n° 217, 890 (plusieurs sources possibles ; cf. le théonyme Ucuetis « aiguiseur » ; on peut aussi admettre une réduction du thème wik- « vaincre »)

Verrius n° 597, 797, 798, Verria n° 871, 891 (du préfixe uer- ; ou bien en relation avec Verres)

Virrius n° 598, 615, à côté de Viriusn0 1,189,622, Vireius n° 225 (sur wiro- « homme »)

Vlattius n° 42 (sur wlati- ou wlatu- « royauté »)

Vrittius n° 872, Vritiia n° 421 (sur *writo- « trouvé »).

Sont latins ou italiques : Luttius n° 174, Pottia n° 414, apparemment une variante populaire de Potitius, et Vettius n° 31, 120, 395, 399, 407, 661, Vettia n° 220.

Liste des gentilices formés sur un élément de composé, sans gémination hypocoristique :

(la gémination est inhérente au thème de base dans danno-, donno-, etc.)

Cassius n° 358, 376, 823 (c’est un gentilice latin, mais qui a pu être réinventé en Gaule : cf. Cassi-talos : cassi- « bouclé » ou cassi- « argent » ?)

Catius n° 396, 643, 784, Catia n° 202, 326, 669 B, 885 (pourrait être italique aussi bien que celtique ; de *catu- « bataille »)

? Coius n° 347, 872, 891 (origine obscure ; peut-être en relation avec Cogi-, cf. Evans 1967, 440 et n. 12)

Dannius n° 147, Dannia n° 333 (? cf. danno- dans les noms de magistratures gallo-romaines)

Diuius n° 454 (sur diwo- « divin »)

Donnius n° 150, Donnia n° 156 (donno- « chef », ou donno- « brun », cf. Evans 1967, 194-195)

? Melius n° 557 (tiré de meli- « miel » ? ; ou du thème verbal mel- « moudre ; consommer »)

Pennius n° 592 (cf. Penno-uindos, penno- « tête », de *kwenno-)

? Taius n° 198, 718 A-B (pourrait être la variante locale de Staius)

Tincius n° 55 (cf. Tinco-rix etc. : *tinko- « destin ? » ; voir Evans 1971, 504-506)

Tessius n° 615 (décomposé de Contessius ? ou dérivé de *tep-stu- « chaleur », cf. v.irl. tes).

? Vibrius n° 641, 707 (cf. Vebru-).

36La gémination s’étend à des thèmes d’origine latine : Grattius n° 157, Grattia n° 157, 192, Gessius n° 110, Gellius n° 84, 85, Gellia n° 24 (latin ; mais cf. bret. gall. gell « jaune brun »).? Nonnius n° 854, ? Oppius n° 763 bis sont latins. Vipius n° 824 A-B (Genève) est le type même du nom d’appartenance douteuse : il paraît fréquent en Italie centrale, sous les deux formes Vipius et Vibius, et Schulze le dit ligure, mais il est plutôt osque ; Holder le tient pour celtique lorsqu’il se rencontre en Narbonnaise, il serait alors tiré des composés en Vepo- (voir le commentaire ILN V, Vienne : t. 3 p. 216-217).

Liste de gentilices sur des thèmes hypocoristiques formés par simplification :

Cingius n° 825 (tiré d’un comp. Cingeto-rix)

Smerius n° 665 (à partir de Smertu-rix)

Tarius n° 66 (simplification de Taruo- « taureau » ?)

Vinnius n° 82, 224 A-B (simplif. de Vindo- « blanc »).

Ajouter, peut-être :

Masuinnius 539, Masuinnia 523, 539 (sur le lat. Mansuetus).

Liste des gentilices basés sur des diminutifs suffixés :

Suffixe -illo- :

Deuillius n° 343 , 402 Deuillia n° 378, 400, 401, var. Diuilius, Diuilia n° 725

(sur *dīwo-/*deiwo- « divin »).

Giamillius n° 155 (giamo- « hiver »)

Togill[i]us n° 570 (togo- « qui recouvre » ; ou tong- « jurer »)

Opposer la finale latine normale, avec -1- simple, dans : Atilius n° 321, Aucilius Aucilia n° 554, Catilius, Manilius n° 361, Rutilius n° 446, 740, Seruilius n° 193, Sextilius n° 384, etc.

suffixe -ato- (cf. gaesato-) ou -ati- :

Bicatius n° 336

Lutatia n° 343

Texatius n° 334

Veratius n° 151, 587, 817, 834, 886, Veratia n° 420

suffixe en -co-, -cco- :

Bitucia n° 424 (sur bitu- « monde »)

? Diuicius n° 220, Diuicia n° 105 (sur diwo- « divin » ; ou peut-être abrègement de Diuiciacos)

Isugius n° 547, Isucia n° 158 (sur *isu-, variante de esu- « bon »)

Litugius n° 291 (sur *litu- « rituel ; fureur »)

Minicius n° 866 (thème min- « aller » ? cf. bas-latin minare « mener »)

Vinicius n° 421, 745, Vinicia n° 421 (cf. wenikoi, Gobelet de Vallauris ; sur *weni- « famille »).

Zmertuccius n° 666 (*smertu- « partage » ; mais le z- initial semble dénoncer un gaulois oriental, car on trouve habituellement ce thème sous la forme Zmerto- en galate).

37Dans cette catégorie, deux noms méritent un commentaire développé.

BITVGIA, CIL XII 2263, est repris sous la même forme par B. Rémy, ILN V, Vienne, t. 2 (n° 424 : Grenoble). Étant donné que la barrette du G est incertaine (car elle n’est pas gravée de façon soignée et précise, comme les autres traits), il y a vraiment incertitude entre BITUCIA et BITUGIA. Or la comparaison, et les attestations du masculin BITVCOS (Bibracte : Bitucos, en alphabet latin, voir RIG II, 2, 2002, L-82c, p. 217, et Lambert, Luginbühl 2005, n° 45 p. 205), Bitucius, invitent à préférer le -C-. Les arguments comparatifs tiennent à la très grande rareté du suffixe en -g-, tandis que le suffixe en – ko- est attesté à toute époque pour ce thème : bituko-avec allongement du -u- expliquerait les composés brittoniques en -fydig : gallois gwyn-fydig « bienheureux ».

38Un problème identique de confusion C/G se présente avec ISVCIA/ISVGIVS, ce dernier avec G incertain. De même Litugius n° 291 (sur le bandeau frontal d’une déesse en bronze) paraît être pour Litucius.

39Du fait de la préférence pour une base hypocoristique, les gentilices constitués sur des noms composés sont très rares : on ne peut citer que Su-carius (*su-karo- « bienaimé », gall. hygar, bret. hegar-) et Couxsollius (apparemment composé d’un élément parallèle à lat. coxa et de l’adj. ollo- « grand » : « aux grandes jambes »). Enfin, entre le nom composé et le nom abrégé, ou diminutivé, il y a encore place pour quelques noms simples : *karant-s « ami » explique Carantius.

40Mais quelle est finalement la raison de cette préférence pour des noms courts, diminutifs ou hypocoristiques ? À mon avis, cela concerne des membres des classes moyenne et modeste, appartenant à des familles où n’existe pas une tradition de noms composés aristocratiques. Cependant, même des rois gaulois ont porté un nom hypocoristique : c’est le cas de Commios, de Dumnacos. On ne doit pas oublier non plus qu’il existait des hypocoristiques même pour les ethniques (c’est le cas de Andius, peut-être aussi de Helvius) et pour les théonymes. Le choix exclusif des noms gaulois de type hypocoristique, comme base de la nouvelle onomastique, traduit cependant une évolution qui doit avoir un sens socioculturel. À mon avis, ce type de latinisation onomastique traduit un phénomène de latinisation massive, atteignant toutes les couches de la société (du moins celle des hommes libres), et se caractérisant comme un nivellement par le bas ; il s’agit donc d’un processus qui commence certainement plus tard que la latinisation des membres de l’élite, mais qui devait être en place bien avant l’octroi généralisé de la citoyeimeté romaine (édit de Caracalla). Quant à la signification de cette latinisation de l’onomastique des classes moyennes sur le plan linguistique, seule l’analyse des cognomina pourrait indiquer si telle ou telle famille pratique encore la langue indigène – or les tableaux dressés par Rémy 2001 font apparaître un très petit nombre de cognomina celtiques. Des situations très diverses ont pu se présenter selon les lieux et les époques. On doit aussi souligner que des facteurs humains comme le sentiment identitaire peuvent parfois fausser la nature des témoignages linguistiques. L’exemple breton contemporain me paraît significatif : les Gael, Yannick, Steredenn, et autres prénoms « ressuscités » sont en faveur dans les milieux de Bretagne non bretonnants.

41D’autre part, la formation de noms de famille sur des noms individuels indigènes est inséparable du développement, bien plus important, de gentilices formés sur d’anciens cognomina latins : Marcel Le Glay (Le Glay 1977 : 273) donnait en exemple Rufius et Vitalius, formés sur les cognomina Rufius et Vitalis. Il y voyait l’accession de la classe moyenne à la citoyenneté, ou du moins à une dénomination caractéristique de citoyens. Le phénomène a dû être favorisé par l’installation de vétérans dans les campagnes allobroges, mais comme la romanisation, de même la création de gentilices n’est pas réservée aux légionnaires.

42Quelques autres remarques sur les gentilices :

43Dans certains cas, le suffixe -ius ne recouvrait pas un suffixe de patronyme -ios, mais un suffixe -ios ayant une autre valeur. C’est le cas pour Sentius ; les auteurs se contentent de signaler qu’il dérive de sento- « chemin », pour lequel ils citent Degâvre. Cela ne suffit pas. Tous les dialectes brittoniques ont conservé le même dérivé *sentio-, syllabé sentiyo-, d’où bret. hentez « le prochain », gall. hennydd « l’autre, celui que l’on rencontre, ami ou ennemi » et corn, hynse. Le vieil-irlandais en a tiré le nom de l’épouse, *sentikī- > sétig. C’est donc le « compagnon de route ». Il valait la peine de le dire. C’est probablement un « faux patronyme » (mais devenu un vrai gentilice !). Il en va sans doute de même pour quelques noms d’aspect ethnique, comme Helvius (n° 380), Ambarrius, Andius. Il y a ainsi quelques autres termes celtiques à retrouver ; par ex. Cominius, Cominia (connu par le dérivé Comminianus) : c’est sans doute le correspondant de v.irl. cuimin « objet de souvenir ; qui se souvient ».

44La transmission du gentilice du père aux enfants n’est pas toujours confirmée dans les inscriptions. Les tableaux n° 19-20 de Rémy 2001 présentent la liste des exceptions. Une naissance illégitime, ou la notoriété supérieure de la mère pourraient expliquer que l’enfant reçoive son gentilice de la mère et non du père. Les naissances illégitimes devaient être nombreuses dans les familles des militaires, puisqu’ils n’avaient pas le droit de se marier officiellement avant d’avoir reçu leur congé. Les doubles gentilices contribuent à éclairer ces bizarreries de transmission : les filles gardent parfois le gentilice de leur mère, celui du père étant un deuxième gentilice ou un cognomen. Quelques fils, de la même façon, conservent comme cognomen le gentilice ou le cognomen du père.

45Enfin, les auteurs ont relevé avec délectation un gentilice de notables qui avaient en plus laissé leur nom à un village voisin : les Rufii à Rufieu (à ce sujet noter qu’il est peu scientifique de parler de la « racine gauloise Rufius », ILN 5, Vienne t. 2 p. 145) ; comme ils le montrent, le cognomen aussi passe dans un toponyme, ainsi pour Repentinus à Reventin, et Albinus à Arbin. – Pendant longtemps, l’épigraphie des Allobroges a eu le privilège de livrer le seul cognomen topique de dieu qui puisse être mis en relation avec la formation des toponymes gallo-romains en -iacum : il s’agit de la dédicace Mercurio Victori Magniaco Vellauno (n° 559, = CIL XII 2373) trouvée à Hières-sur-Amby (Isère), c’est-à-dire tout près d’un village, Magnieu (Ain), dont le nom remonte à Magniacum. – Depuis, on a trouvé d’autres épithètes de ce type à Champoulet (Loiret), mais sans connection avec un toponyme conservé. Magniacum représente un fundus Magniacus « propriété de Magnius » ; la même épithète pouvait s’appliquer secondairement aux habitants (Magniaci) ou au dieu local (Mercurius Victor Magniacus).

46Nous ne pourrons pas apporter grand’chose sur les cognomina, pour lesquels on se reportera à l’étude de Rémy 2001. Comme on s’y attendait, on trouve dans cette catégorie des noms qui étaient déjà des sobriquets en gaulois, c’est-à-dire des noms familiers : les diminutifs en -illus,

47n° 145 Cornelia Mapilla « fillette »,

48218 Vennona Iarilla « poulette »,

49414 Primius Vassillus (je crois que l’on ne peut comparer ce gentilice Primius avec la forme Primius de l’Hospitalet du Larzac, où -us est une désinence gauloise),

50ou, avec suffixe latin,

51n° 219 Veteria Catiola.

52L’attachement à une souche onomastique conduit à donner des surnoms qui ne sont que le diminutif du gentilice : Catia Catiola (n° 326), Connia Conniola (n° 335), peut-être C. Attius Atticus (n° 355), Titius Titulus (n° 419), Verria Verrula (n° 871). Iustiola (n° 567) est fille d’un Iustius Iustinus, elle devait donc s’appeler Iustia Iustiola... Son père lui-même illustrait la même tendance. Même chose pour des cognomina en -anus, certainement plus tardifs (C. Cominius Cominianus n° 607, Cn. Terentius Terentianus n° 785).

53Il y a aussi transmission du cognomen, souvent « diminutivé » chez les enfants : cf. Iulia Decumi filia Decumilla (n° 460). On trouve aussi Decmina (= Decumina). On peut gager que Vireia Secundinula (n° 522) est fille d’un Vireius Secundinus...

54L’hypocoristique en -ō, -onis (thème à nasale) est une formation fréquente de cognomen, aussi bien en latin (Fronto, Quintio, Stabulo, Celto) qu’en celtique : L. Maecius Maelo n° 337, Tincius Derco n° 665, M. Marius Iaracio n° 674, Terentius Billo n° 785.

55Restent des surnoms qui étaient encore motivés, c’est-à-dire qui étaient encore compris, et qui étaient donc appliqués aux enfants comme des sobriquets. Ainsi Giamillus « petit hiver » fait sans doute référence à la saison de naissance, comme lat. Ianuarius.

COGNOMINA ETHNIQUES

56Bizarrement les auteurs ne relèvent pas la qualité de cognomen ethnique pour les noms en -ensis ; et cependant ils ne traduisent pas Italicensis (n° 177), comme si c’était un véritable nom. Il y a là quelque chose qui m’échappe. Italicensis veut dire « originaire d’Italica » (une ville en Bétique) ; quant à Romanensis (n° 120), cela ne peut pas signifier « Romains » à cette époque, mais plutôt « originaire d’un Pagus Romanum », peut-être à situer à proximité de la rivière Romanche, Romanica ?, au sud de Grenoble.

57Il y a deux inscriptions mentionnant un Sapaudus « savoyard » (cf. Sapaudia > Savoie). Les deux entrent dans une sorte d’association avec un nom féminin antonyme : la fille s’appelle celle de la plaine, ou de la campagne, Campana (n° 26), Rustica (n° 190, avec une petite Rusticola). Il s’agit probablement de fratries où l’on a voulu donner une série de noms à thèmes. Bien entendu, si Sapaudus est à l’origine un ethnique, il perd cette qualité lorsqu’il s’oppose simplement à ceux de la plaine. La vieille étymologie de Thurneysen, sapa-uidu-s « qui a le sapin pour bois », est surprenante ; on ne la trouve que dans une citation par Weisgerber, 1931, 208. Elle trouverait appui dans la lecture Sapauidus de l’inscription n° 26 = CIL XII 1838 ; on serait tenté plutôt de comparer le composé dru-wid- « qui connaît le chêne », qui a la connaissance des chênes, donc sapa-wid- « qui a la connaissance des sapins ». Cette connaissance serait, apparemment, celle de l’éclaireur qui arrive à cheminer à travers une forêt de sapins. Mais cette explication se heurte à deux difficultés :

  1. Le caractère thématique de Sapaudus (thème sapaudoet non sapaud- ni sapaudu-). Mais on opposera Bagauda, formé sur *bhago- « hêtre » (donc une formation analogue), qui présenterait la trace d’une ancienne flexion consonantique (cf druid- – > druida).

  2. La diphtongue -au- au lieu de -ou-. Il est habituel de trouver sporadiquement une « latinisation » de -ou- en – au-, car le latin ne connaissait que cette seule diphtongue en -u-, mais dans ce cas on trouverait, non moins sporadiquement, des traces de la prononciation gauloise -ou-.

58Il est donc plus avisé de chercher une meilleure explication supposant une diphtongue gauloise -aud- : sapaud-, bag-aud-, peut-être aussi al-aud- (alauda « alouette »). Le plus simple est de supposer ici le thème verbal *audh- « posséder, gérer », qui explique sans doute le celtibère ausanto/auzanto (Lambert 2005 : 63-64). Donc : sap-audo- « celui qui a du sapin », bag-aud (o)– « celui qui a du hêtre » – par allusion peut-être au bois de leurs armes (javelines, lances). On pourrait ici évoquer le nom de l’Arverne, tel qu’il a été étymologisé par J. Lacroix (Lacroix 2001) à la lumière d’une note du glossaire d’Endlicher : celui qui met de l’aulne devant lui, qui se défend avec un bouclier d’aulne. Dès lors, bagauda présenterait la flexion en -a des sobriquets masculins (type Lucas, Matthias ; en celtique, cf. RIG II, 2 L-74, et *L-130).

59En conclusion, je voudrais dire que l’ouvrage de Bernard Rémy et de son équipe permet de reprendre l’examen des noms celtiques sur une base entièrement nouvelle, d’abord grâce aux documents photographiques, qui confortent les lectures adoptées, et ensuite par l’analyse de la distribution géographique des noms, ce qui amène dans un premier temps à bien différencier les noms latins, les noms italiens et les noms indigènes. On peut regretter que les auteurs aient ajouté, trop souvent, l’idée d’une assonance celtique. Laissons l’assonance et la consonance aux poètes, revenons aux faits. L’étude des langues celtiques pourra se fonder sur des faits tangibles lorsque toutes les provinces celtiques disposeront d’un corpus épigraphique d’une telle qualité.

Bibliographie

Bibliographie

BELTRÁN F., DE HOZ J., UNTERMANN J., 1996 – El Tercer Bronce de Botorrita (Contrebía Belaísca). Zaragoza, Diputación general de Aragón, Departamento de Educación y Cultura (coll. Arqueologia, 19).

DEGÂVRE J., 1996 – Lexique gaulois, Recueil de mots attestés, transmis ou restitués et de leurs interprétations. Bruxelles, 560 p. (Mémoires de la Société belge d’études celtiques, 10-11).

DE HOZ J., LUJAN E.-R., SIMS-WILLIAMS P., 2005 – New approaches to Celtic place-names in Ptolemy’s Geography. Madrid, Ediciones Clásicas.

EVANS D.-E., 1967 – Gaulish personal names, a study of some Continental Celtic formations. Oxford, Clarendon Press.

EVANS D.-E., 1971 – Nomina Celtica II. Duratius, Tincorix, ? Celt. Baido- ; W. Aladur. Études Celtiques XII, fasc. 2, 1970-1971, p. 501-511.

HIRSCHFELD O., 1888 – Corpus Inscriptionum Latinarum : XII. Narbonensis, Berlin.

HOLDER A., 1961-62 – Alt-celtischer Sprachschatz, Leipzig, 1896, 1904, 1907 (3 vol.) ; reprint, Graz 1961-1962.

KAJANTO I., 1965 – The Latin Cognomina. Helsinki (Commentationes Humanarum Litterarum, 36-2).

LACROIX J., 2001 – L’origine du nom des Arvernes et de l’Auvergne, de l’obstacle des gloses et des boucliers gaulois. In : CHARAND J., TAVERDET G. éd., 2001 – Mélanges Claude Régnier. Autour du Morvan avec Claude Régnier. Dijon, Université de Bourgogne, p. 71-95.

LAMBERT P-Y., 1996 – Lexique étymologique de l’irlandais ancien de J. Vendryes (lettre D). Paris, CNRS-Éditions – Dublin Institute for Advanced Studies.

LAMBERT, P-Y. éd. 2002 – Recueil des Inscriptions Gauloises II, 2, Textes gallo-latins sur l’instrumentum. Paris, CNRS Éditions, 459 p. (Gallia, 45e suppl.).

LAMBERT P.-Y., 2005 – Le territoire celtibère, essai de définition. In : Lire les territoires des sociétés anciennes. Mélanges de la Casa de Velázquez, nouvelle série, t. 35-2, p. 45-74.

LAMBERT P.-Y., LUGINBUHL T., 2005 – Les graffites de Bibracte : apports des inscriptions mineures à l’histoire des habitants de Bibracte. In : GUILLAUMET J.-P, SZABÓ M. dir., 2005 – Études sur Bibracte, 1, Glux-en-Glenne, Centre Archéologique Européen du Mont Beuvray, p. 63-226 (Bibracte, 10).

LE BOHEC Y., 2003 – Inscriptions de la cité des Lingons, Inscriptions sur pierre. Paris, Éd. du C.T.H.S., 368 p. (coll. Archéologie et histoire de l’art).

LE GLAY M., 1977 – Remarques sur l’onomastique gallo-romaine. In : PFLAUM H.-G., DUVAL N. éd., 1977 – L’onomastique latine, Actes du Colloque International du CNRS, Paris 13-15 octobre 1975. Paris, Éditions du CNRS, p. 269-277.

PARSONS D.-N., SIMS-WILLIAMS P, 2000 – PTOLEMY, Towards a linguistic atlas of the earliest Celtic place-names of Europe. Aberystvvyth, CMCS (Cambrian Medieval Celtic Studies).

RAEPSAET-CHARLIER M.-T., DONDIN-PAYRE M. éd., 2001 – Noms, identités culturelles et romanisation sous le Haut Empire. Bruxelles, Timperman, 312 p.

Recueil des Inscriptions Gauloises II, 2, Textes gallo-latins sur l’instrumentum, cf. LAMBERT, P.-Y. éd. 2002.

RÉMY B., 2001 – La dénomination des Viennois à l’époque impériale. In : RAEPSAET-CHARLIER M.-T., DONDIN-PAYRE M. éd., 2001 – Noms, identités culturelles et romanisation. Bruxelles, Timperman, p. 55-174.

RÉMYB., BERTRANDYF., KAYSERF., PELLETIERA., WIBLÉF., 2004 – Inscriptions latines de Narbonnaisc. V. Vienne (Gallia, suppl. 44). Trois fascicules, V.1 – mars 2004, 402 p. ; – V.2 – septembre 2004, 315 p. ; – V.3 – septembre 2005, 437 p.

SCHINDLER M., SCHEFFENEGGER S., 1977 – Die glatte rote Terra sigillata vom Magdalensberg. Klagenfurt, « Das Namensmaterial », p. 351 s. (Kâmtner Museumsschriften, 62).

SCHMOLL U., 1959 – Die Sprachen der vorkeltischen Indogermanen Hispaniens und das Keltiberische. Wiesbaden, Éd. Otto Harrasowitz, 130 p.

SCHULZE W., 1904 – Zur Geschichte lateinischer Eigennamen. Berlin (reprint Zürich 1991).

SOLIN H., SALOMIES O., 1998 – Repertorium nominum gentilium et cognominum Latinorum. Hildesheim (Alpha-Omega, Reihe A : Lexika, Indizes, Konkordanzen zur klassischen Philologie, 80).

WEISGERBER L., 1931 – Die Sprache der Festlandkelten, 20. Bericht der Römisch-Germanischen Kommission, p. 147-226.

© ARTEHIS Éditions, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search