Version classiqueVersion mobile

De l’âge du Bronze à l’âge du Fer en France et en Europe occidentale (Xe-VIIe siècle av. J.-C.)

 | 
Henri Gaillard de Sémainville

Thème régional la moyenne vallée du Rhône aux âges du fer, actualité de la recherche

Gésates et gaesum dans les sources littéraires gréco-latines

Gérard Lucas

Résumé

L’étude des sources littéraires concernant les Gésates amène à plusieurs constats : les Gésates ne constituent pas un peuple gaulois et ne sont que des mercenaires, dont le simple nom est synonyme de terreur. Ce que les auteurs grecs et latins nous disent d’eux ne diffère pas de la peinture habituelle stéréotypée du barbare gaulois. Quant au gaesum, arme dont les Gésates tirent leur nom, il ne leur est pas non plus particulier.

Texte intégral

1Les historiens et géographes grecs nous ont transmis quelques témoignages sur la présence de Gésates (Gaesati en latin, Γαισάται en grec), dans le bassin rhodanien au IIIe siècle av. J.-C. (Barruol 1969 : 305-307). Dans un premier temps, nous nous proposons de réunir les textes sur lesquels on peut s’appuyer pour tirer quelque enseignement historico-géographique sur ces Gésates ; ils sont peu nombreux et ne concernent qu’une très brève période (ca. 230-220). Dans un second moment, nous nous attacherons à une autre série de textes, qui touchent au gaesum. Ces derniers, plus nombreux mais plus courts, sont majoritairement des textes poétiques ou des notices lexicographiques, qui nous permettront de vérifier si on peut établir un rapport spécifique entre gaesum et Gésates.

2Nous avons opté pour une présentation chronologique de chaque série de textes, afin de mieux mettre en valeur les filiations dans la transmission des informations.

1. LES GAESATI

1.1. Q. Fabius Pictor (ca. 260-fin du IIIe siècle av. J.-C.)

  • 1 Abrégé d’Histoire romaine, III, 5.
  • 2 Denys d’Halicarnasse, Les Antiquités romaines, I, 6, 2 ; voir aussi Cicéron, Sur la divination, I, (...)

3Auteur d’Annales (le titre de son œuvre n’est pas connu avec certitude) ce patricien participa au tumultus de 225, nous apprend Eutrope1. Selon Denys d’Halicarnasse, il était dans la fleur l’âge à l’époque de la seconde guerre punique, écrivit d’abord son ouvrage en grec2, le traduisit ensuite en latin pour sa publication pendant la seconde guerre punique ou très peu après (Chassignet 1996 : LIV-LXXIII).

4Il est très probablement le premier à utiliser le terme « Gésates » ; mais son œuvre ne nous est parvenue que sous forme de fragments dont l’attribution est parfois discutée. C’est précisément le cas pour un passage peut-être emprunté par Orose, et où il est question des Gésates (cf. 1.13, Orose, IV, 13 : 5-6).

1.2. Polybe (ca. 210/202-129), HISTOIRES, II. 22. 1-2 (Pédech 1970)

5Ainsi, le texte de Fabius Pictor n’étant pas établi avec certitude, l’attestation la plus anciennement assurée des Gésates se trouve au livre II de l’Histoire de Polybe. La première partie de ce livre (II, 17-35) est consacrée à un long préambule exposant comment les Romains ont réussi à se rendre progressivement maîtres de la Gaule cisalpine au terme de deux siècles environ de luttes contre les Gaulois (de ca. 390 à 220).

6C’est à propos de la grande invasion gauloise de 225/4, qui se termine par l’extermination des Gaulois à la bataille de Télamon, que Polybe mentionne pour la première fois les Gésates.

7Ils interviennent sur la demande des Insubres et des Boiens, Gaulois cisalpins, qui se sentent menacés par l’établissement de colons romains (en 233/2) sur ce qui était, peu de temps auparavant, le territoire des Sénons, expulsés par les Romains après 285.

Διόπερ ευθέως τά μέγιστα των εθνών, τό τε των Ίνσόμβρων καί Βοίων, συμφρονήσαντα διεπέμποντο πρὸς τοὺς κατὰ τὰς Ἄλπεις καὶ περὶ τòν ’Ροδανòν ποταμòν κατοικοῡντας Γαλάτας, προσαγορευομένους δὲ διὰ τὸ μισθοῡ στρατεύειν Γαισάτους· ἡ γὰρ λέξις αὕτη τοῡτο σημαίνει κυρίως. Ὧν τοῑς βασιλεῡσι Κογκολιτάνῳ καί Άνηροέστῳ παραυτίκα μὲν χρυσίου προτείναντες πλῆθος, εἰς τὸ μέλλον (δ’) ὑποδεικνύντες τὸ μέγεθος τῆς Ῥωμαίων εὐδαιμονίας καὶ τὸ πλῆθος των ύπαρξόντων αύτοΐς άγαθών έάν κρατήσωσι, προετρέποντο καί παρώξυνον προ τήν έπί Ρωμαίους στρατείαν.
« Aussi les peuples les plus importants, les Insubres et les Boiens, s’entendirent aussitôt et députèrent chez les Gaulois qui habitaient les Alpes et la région du Rhône, qu’on appelle Gésates, parce qu’ils servent comme soldats moyennant salaire – c’est en effet ce que signifie proprement ce terme. Offrant tout de suite à leurs rois, Concolitan et Anéroeste, une grande quantité d’or et leur montrant pour l’avenir la grandeur des richesses romaines et la masse des biens qui leur appartiendraient s’ils étaient victorieux, ils les décidèrent et les excitèrent à faire campagne contre les Romains. »

8Dans les paragraphes qui suivent, Polybe présente l’argumentation des ambassadeurs boïens et insubres (II, 22, 4-5), qui rappellent aux Gésates que leurs ancêtres ont déjà vaincu les Romains en bataille rangée et ont même occupé Rome sept mois durant (allusion à la bataille de l’Allia et à la prise de Rome ca. 390 av.) ; de cette expédition ils ont rapporté un énorme butin. Puis, en II, 22, 6, Polybe insiste sur leur grande capacité de mobilisation : « à ces paroles, les chefs (gésates) furent si enthousiasmés pour l’expédition que jamais il n’était sorti de cette partie de la Gaule des guerriers plus nombreux ni plus brillants ni plus belliqueux. »

9Aussitôt après l’historien énumère les mesures prises par les Romains qui « sombraient dans la terreur et les affolements continuels » (ει ψόβους ένέπιπτον συνε-χει καί ταραχάς) alors même que les Gaulois n’avaient pas encore bougé de leur pays (II, 22, 7-8).

10Polybe, selon les spécialistes, semble s’être largement inspiré, pour cet épisode des invasions gauloises, de l’annaliste Fabius Pictor. Il nous donne deux renseignements précieux repris par les auteurs postérieurs : d’abord que les Gésates sont des mercenaires ; ensuite qu’ils sont géographiquement localisés dans les Alpes et la vallée ou région du Rhône, bref dans le bassin de ce fleuve.

11Enfin, le texte qui nous est parvenu donne une explication, erronée du point de vue étymologique, du terme Γαισάται : le nom des Gésates signifierait au sens premier « mercenaires » ; d’après le contexte, c’est tout à fait cohérent. Cependant, il faut noter que le grec Γαισάται est un parfait décalque du latin gaesati, qui n’est attesté que très tardivement chez Orose. Or Gaesati est un dérivé de gaesum, avec le suffixe -to, qui caractérise de nombreuses formations adjectivales ou nominales. Gaesati signifie étymologiquement « les hommes armés du gaesum » (R.E. 1910, s.v. Gaesati, col. 462-463 [Ihm] ; Wal-bank, 1957 : 194-195, 205 ; Dubuisson 1985 : 22 ; Chantraine 1999, s.v. γαίσοζ : 206 ; Delamarre 2001 : 146) ; nous reviendrons plus amplement sur le gaesum.

12Dans la phrase de Polybe, Γαλάτας, προσαγορευομ ένους... Γαισάτους, « des Gaulois appelés... gésates », Γαισάτους pourrait tout aussi bien être un adjectif attribut qu’un nom, tout comme en II, 28, 3 (cf. 1.4) où il se comprend fort bien comme un adjectif épithète. Qu’il ait été substantivé au sens de « guerrier » est banal et qu’il y ait eu postérieurement glissement sémantique vers le sens de mercenaire l’est tout autant ; on peut faire un parallèle avec le terme grec δορυψόρος adjectif signifiant « qui porte une lance », d’où, une fois substantivé, « soldat armé d’une lance » et enfin « garde du corps », désignant ainsi souvent un mercenaire au service d’un prince ou d’un tyran. Quoi qu’il en soit, c’est le sens de « mercenaire » que souligne le texte de Polybe. De là, postérieurement, à faire de gaesati un nom propre entretenant la confusion avec un ethnique, il n’y a qu’un pas. Mais l’insistance mise par Polybe dans ce texte et les suivants sur le fait que ce sont certains Gaulois qu’on appelle ainsi (προσαγορευομένους), amène à conclure qu’ils ne forment pas un peuple gaulois au même titre que les Allobroges par exemple, mais que leur nom traduit plutôt une particularité (Dubuisson1985 : 23).

1.3. Polybe, histoires, II, 23, 1

Οί δὲ Γαισάται Γαλάται συστησάμενοι δύναμιν πολυτελῆ καὶ βαρεῑαν, ἧκον ὑπεράραντες τὰς Ἄλπεις εἰς τὸν Πάδον ποταμὸν [Γαλάται δ’] ἔτει μετά τήν τἢς χώρας διάδοσιν ὸγδόῳ.
« Les Gaulois gésates qui avaient rassemblé une année magnifique et puissante, arrivèrent, en franchissant les Alpes, sur les bords du Pô, la huitième année après l’assignation des terres du Picenium. »

13Dans ce passage, le terme grec se présente bien comme un adjectif épithète de Γαλάται qui, lui, est leur ethnique.

1.4. Polybe, histoires, II, 28, 3

Οἱ δὲ Κελτοὶ τοὺς μὲν ἐκ τῶν Ἄλπεων Γαισάτους προσαγορευομένους ἔταξαν πρὸς τν ἀπ’οὑρᾱς ἐπιφάνειαν, ᾗ προσεδόκων τοὺς περὶ τὸν Αἰμίλιον έπὶ δὲ τούτοις τοὺς’Ίνσομβρας.
« Les Celtes avaient rangé ceux qui venaient des Alpes, qu’on appelle Gésates, face à leurs arrières par où ils attendaient l’attaque d’Emilius, puis, en soutien, les Insubres. »

14Polybe emploie une longue périphrase pour préciser l’origine géographique large de ces mercenaires gésates, ce qui n’est pas usuel quand on a affaire à un seul peuple dont le territoire est défini.

15Un peu plus loin dans son récit de la bataille de Télamon, Polybe (Histoires, II, 28,8 et II, 30,5 ; cf. 1.5 et 1.6) insiste sur la superbe des guerriers gésates qui vont au combat au premier rang, torse nu, et se font massacrer. Quelle est la part de réalisme et celle du stéréotype, dans cette peinture des Gésates de cette époque ? En tout cas, cette représentation des guerriers gaulois était devenue un thème de la sculpture hellénistique et un topos de la littérature gréco-latine, qui a été abondamment repris, par exemple par Diodore et Strabon (Thollard 2006).

1. 5. Polybe, histoires, II, 28, 8

Οί δὲ Γαισάται διά τε τν φιλοδοξίαν καὶ τὸ θάρσος ταῡτ’ἀπορρίψαντες γυμνοὶ μετ’αὐτῶν τῶν ὅπλων πρὢτοι τής δυνάμεως κατέστησαν, ὑπολαβόντες οὕτως ἔσεσθαι πρακτικώτατοι διὰ τό τινα τῶν τόποιν βατώδεις ὄντας ἐμπλέκεσθαι τοῑς ἐφάμμασι καὶ παραποδίζειν τν τῶν ὅπλων χρείαν.
« Mais les Gésates, dans leur présomption et leur assurance, s’en étaient dépouillés (n.d.t. de leurs braies et sayons) et s’étaient placés au premier rang, nus, avec leurs seules armes, s’imaginant qu’ils se battraient mieux ainsi, vu qu’en certains endroits les buissons s’accrochaient à leurs tuniques et gênaient l’usage de leurs armes. »

1.6. Polybe, histoires, II, 30, 5

Τό μέν ούν τών Γαισάτων φρόνημα παρά τοΐς άκοντισταῑς τούτῳ τῷ τρόπῳ κατελύθη (...).
« Ainsi fut brisé l’orgueil des Gésates sous le choc des javelots (...). »

16Polybe donne quelques renseignements sur l’armement des Gésates : ils sont mal protégés, en particulier contre les armes de jet, par leur bouclier qui ne les couvre pas entièrement (II, 30, 3 et 8). Quant à leurs épées (II, 30, 8 et 33, 2-6), conçues pour la frappe de taille, elles sont inaptes pour la frappe d’estoc où elles s’émoussent au premier coup porté. Curieusement, Polybe ne mentionne pas de gaesum chez les Gésates.

17La bataille se solde par un bilan impressionnant (Polybe II, 31) : 40 000 morts, dont le roi Anéroeste, et 10 000 prisonniers au moins, dont l’autre roi, Concolitan.

1.7. Polybe, histoires, II, 34, 2

18En 222/21, après que les consuls M. Claudius Marcellus et Cn. Cornelius Scipion eurent rejeté leurs demandes de paix, les Insubres font de nouveau appel aux Gésates :

Οί δ’ἀποτυχόντες καὶ κρίναντες ἐξελέγξαι τὰς τελευταίας έλπίδας, αὗθις ὥρμησαν ὲπί τὸ μισθοῡσθαι τῶν περì τòν ʽΡοδανòν Γαισάτων Γαλατών ει τρισμυρίους·
« Rebutés et résolus de tenter leur dernière chance, ils s’en allèrent recruter chez les Gaulois gésates du Rhône à peu près 30 000 hommes. »

19Ce dernier texte de Polybe confirme l’importance des effectifs, 30 000 hommes environ, comme la première fois. On relèvera cependant qu’il n’est pas question ici des Gésates des Alpes, mais seulement de ceux du Rhône, contrairement au premier texte que nous avons cité (cf. 1.2).

20Les deux épisodes des invasions gésates terminent le long excursus de Polybe sur les guerres entre Gaulois et Romains en Italie du Nord.

1.8. STRABON (ca. 64 av. J.-C.-25 apr.) géographie, V, 1, 6 (C 213) (Lasserre 1967)

Τò μέν οὖν άρχαῑον, ὥσπερ ἔην, ὑπò Κελτῶν περιωκεῑτο τῶν πλείστων ὁ ποταμός. Μέγιστα δ’ἦν τῶν Κελτῶν ἔθνη Βόϊοι καί Ἴνσουβροι καὶ οἱ τν Ῥωμαίων ποτὲ ἐξ ἐφόδου καταλαβόντες Σένωνες μετὰ Γαισατῶν. Τούτους μὲν οὖν ἐξέθειραν ὕστερον τελέως Ῥωμαῑοι, τοὺς δὲ Βοΐους ἐξήλασαν έκ τών τόπων.
« Autrefois, donc, comme je viens de le dire, le bassin du Pô était habité en majeure partie, par les Celtes. Les peuples les plus importants étaient les Boïens et les Insubres, ainsi que les Sénons, qui avaient jadis, avec les Gésates, conquis au premier assaut le territoire des Romains. Ces deux derniers peuples furent plus tard complètement exterminés par les Romains, tandis que les Boïens furent chassés des lieux qu’ils occupaient. »

21On pourrait traduire : « ainsi que les Sénons, qui avaient jadis, avec l’aide des Gésates, conquis au premier assaut le territoire des Romains. Ceux-ci furent plus tard complètement exterminés par les Romains, tandis que les Boïens furent chassés des lieux qu’ils occupaient. » En traduisant ainsi, on comprend que les Gésates sont des mercenaires ; mais le texte suivant s’inscrit en faux contre cette possibilité.

1.9. Strabon, Géographie, V, 1, 10 (C 216)

Οἱ δ’ἐντός τοῡ Πάδου κατέχουσι μὲν ἅπασαν ὅσην έγκυκλοῡται τὰ Άπέννινα ὄρη πρò τὰ Ἄλπεια μέχρι Γενούας καὶ τῶν Σαβάτων. Κατεῑχον δέ Βόϊοι καὶ Λίγυες καὶ Σένονες καὶ Γαισάται τὸ πλέον· τών δέ Βοΐων ἐξελαθἐντων, ἀφανισθἐντων δὲ καὶ τῶν Γαισατῶν καὶ Σενόνων, λείπεται τὰ Λιγυστικὰ φῡλα καὶ τῶν Ῥωμαίων αἱ ἀποικἰαι.
« Les habitants de la Cispadane occupent tout le territoire limité par l’arc des Apennins en direction des Alpes jusqu’à Gênes et aux Sabata. Il appartenait primitivement en majeure partie aux Boiens, aux Lygiens, aux Sénons et aux Gésates, mais depuis l’expulsion des Boiens et l’anéantissement des Gésates et des Sénons, il n’y reste plus que les peuplades ligystiques et les colonies romaines. »

22Manifestement dans cette énumération de peuples (et du même coup dans le passage précédent) Strabon traite des Gésates comme s’il s’agissait d’une peuplade occupant la Cisalpine. Les exégètes supposent que Strabon a mal interprété sa source en considérant les Gésates comme un peuple, et que cette erreur serait apparue très tôt (Lasserre 1967 : 44, note 3).

23L’apparat critique donné par l’édition des Belles Lettres (Lasserre 1967) mentionne trois autres leçons du nom dans les manuscrits, Γαζάται, Γαιζάται Γεζατώv ; Γαιζάται est choisi par un éditeur de Strabon (Jones 1960). Sur ce dernier terme, nous renvoyons à la notice de L’Etymologicum Magnum qui suit (cf. 1.16).

1.10. Plutarque (ca. 40-120) Marcellus, III, 2 (Flacelière, Chambry 1966)

24Les informations que l’on peut recueillir chez Polybe sont reprises par Plutarque qui a probablement puisé, à propos des campagnes de 225 à 221, chez l’historien grec (cf. 1.2, Polybe, II, 22, 1-2) et le livre XX de Tite-Live qui est perdu, mais dont la Periocha (L’abrégé) nous donne un aperçu.

Έπεὶ δὲ τοῡ πρώτου τῶν Καρχηδονίων πολέμων ἔτει δευτέρω καὶ εἱκοστῷ συναιρεθέντος ἀρχαὶ πάλιν Γαλατικῶν ἀγώνων διεδέχοντο τν Ῥώμην, οἱ δὲ τήν ύπαλπείαν νεμόμενοι τής ʼΙταλίας Ἴνσομβρες, Κελτικὸν ἔθνος, μεγάλοι καὶ καθ’ ἑαυτοὺς ὄντες δυνάμεις ἐκάλουν καὶ μετεπέμποντο Γαλατῶν τοὺς μισθοῡ στρατευομένους, οἳ Γαισάται καλοῦνται
« La première guerre punique avait duré vingt-deux ans et venait de finir, lorsque les Romains eurent à combattre de nouveau contre les Gaulois. Les Insubres, peuple celtique fixé au pied des Alpes en Italie, déjà puissants par eux-mêmes, appelaient des troupes et faisaient venir des mercenaires gaulois, qu’on appelle gésates. »

25L’expression employée par Plutarque pour exprimer le mercenariat des Gésates (τούς μισθοὒ στρατευομένους) décalque celle de Polybe (cf. 2.1, διά τό μισθοῡ) στρατεύειν).

26Dans les lignes qui suivent (III, 3-7), Plutarque insiste sur la terreur qu’engendrent les Gaulois, si redoutés depuis la prise de Rome deux siècles auparavant, et énumère les mesures exceptionnelles prises, parmi lesquelles une reprise des antiques sacrifices humains, nécessaire selon les Livres Sybillins.

1.11. Plutarque, Marcellus, VI, 3-4.

Οὐ μν ἀλλὰ κἂν γενομένης εἰρήνης ἀνακαινίσαι τὸν πόλεμον οί Γαισάται δοκοῡσι, τὰς Ἄλπεις ύπερβαλόντες καὶ τοὺς Ίνσόμβρους έπάραντες· τρισμύριοι γὰρ ὄντες, προσεγένοντο πολλαπλασίοις έκείνοις οὗσι, καί μέγα φρονοῡντες εὑθὺς ἐπ’Άκέρρας ὥρμησαν, πόλιν ὑπὲρ ποταμοῡ Πάδου άνῳκισμένην. Έκεῑθεν δὲ μυρίους τῶν Γαισατῶν ό βασιλεὺς Βριτόμαρτος άναλαβών τήν περὶ Πάδον χώραν ὲπόρθει. Ταῡτα Μάρκελλος πυθόμενος τὸν μὲν συνάρχοντα πρὸς Ἀκέρραις ἀπέλιπε (...) αὐτὸς δὲ τοὺς λοιποὺς ἱππεῑς ἀναλαβẁν καἱ τοὺς ἐλαροτάτους τῶν ὁοπλιτῶν περὶ ἑξακοσίους ἤλαυνεν, οὔθ’ἡμέρας οὔτε νυκτὸς ἀνιεὶς τὸν δρόμον, ἕως ἐπέβαλε τοῑς μυρίοις Γαισάταις περὶ τὸ καλούμενον Κλαστίδιον, Γαλατικήν κώμην ού πρὸ πολλοὒ ’Ρωμαίοις ύπήκοον γεγενημένην.
« Cependant, même si la paix avait été conclue, il paraît que les Gésates auraient repris les hostilités. Ils franchirent les Alpes et entraînèrent les Insubres. Ceux-ci se joignirent à eux, au nombre de 30 000 combattants, tandis qu’eux-mêmes en avaient bien davantage, et, pleins de confiance, ils marchèrent aussitôt sur Acerrae, ville située au-delà du Pô. De là le roi des Gésates, Britomartus, prenant avec lui dix mille hommes se mit à ravager les campagnes voisines du Pô.
À cette nouvelle, Marcellus, laissant derrière lui son collègue devant Acerrae (...) et prenant avec lui le reste de la cavalerie et environ six cents hommes d’infanterie légère, se mit en marche et, sans s’arrêter ni de jour ni de nuit, tomba sur les dix mille Gésates à un endroit nommé Clastidium, bourgade gauloise depuis peu soumise aux Romains. »

27Notons une différence entre Polybe II, 34, 2 (cf. 1.7) et Plutarque : selon Polybe les Gésates auraient été appelés par les Insubres, chez Plutarque les Gésates prennent l’initiative. Cette fois-ci, comme Plutarque ne rappelle pas qu’il s’agit de mercenaires, le terme Γαισάται semble employé comme s’il s’agissait d’un peuple dont Plutarque précise la provenance géographique, les Alpes. Plus loin, en VI, 8, Plutarque indique que ce sont des guerriers excellents dans les combats équestres.

  • 3 Abrégé d’Histoire Romaine, III, 6,1.

28Et d’ailleurs, c’est un affrontement de ce type entre les deux chefs, gaulois et romain, que décrit Plutarque au chapitre VII : Marcellus, le consul, affronte en combat singulier le roi gésate, Britomartus, le tue et s’empare de ses armes, dépouilles opimes qu’il consacre à Jupiter Férétrien. Dans ce combat des chefs, l’arme du Gaulois est une lance (ẟóρυ). Ce duel contre le Gaulois est une des scènes les plus racontées de l’histoire de Rome : aux textes ici cités (cf. Orose, 1.14 ; Properce, 2.29), il faut ajouter la Periocha du livre XX de l’Histoire Romaine de Tite-Live, Eutrope3 avec des variantes sur le nom du roi (Virdomarus chez Properce, Vertomarus chez Tite-Live, Viridomarus chez Eutrope (R.E. 1978, col. 917-926, s.v. « Viridomarus » [H. Bannert]). Ajoutons que ce roi gaulois n’est dit gésate que chez Plutarque, explicitement, et chez Orose, implicitement (cf. 1.14) ; chez Properce (cf. 2.29) il est identifié comme Belge, dans la periocha du livre 20 de Tite-Live, il est dit Gaulois Insubre, et dans l’abrégé d’Eutrope, il est simplement qualifié de Gaulois. Curieusement Polybe ne célèbre pas l’épisode, ne mentionne même pas la mort du chef gaulois, mais s’attarde simplement sur la déroute des troupes gauloises. A notre sens, ce duel des chefs relève tout à la fois du topos littéraire, de la tradition épique, et d’une représentation idéologique de l’histoire romaine, car il a valeur d’exemplum des vertus romaines ancestrales (Lucas 2003) ; d’autant que Marcellus est chanté par Virgile (Énéïde, VI, 855-859), car, vainqueur, il rapporte à Rome les dépouilles opimes du Gaulois rebelle (Gallum rebellem).

1.12. Plutarque, Marcellus, VII, 8

Έπελθόντος δὲ τοῡ Μαρκέλλου, καὶ τῶν Γαισατῶν, ὡς ἐπύθοντο τν τοῡ βασιλέως ἧτταν καὶ τελευτήν, άπελθόντων, τò μὲν Μεδιόλανον άλίσκεται...
« Quand Marcellus survint et que les Gésates, apprenant la défaite et la mort de leur roi, se furent retirés, Mediolanum fut prise... »

1.13. Orose (ca. 380-après 418) Histoires (Contre les Païens), IV, 13, 5-6 (Arnaud-Lindet 1991)

Siquidem L. Aemilio Catulo C. Atilio Regulo consuli-bus magna formidine consternatus senatus defectione Cisalpinae Galliae, cum etiam ex ulteriore Gallia ingens adventare exercitus nuntiaretur, maxime Gaesatorum, quod nomen non gentis sed mercennariorum Gallorum est. Itaque permoti consules totius Italiae ad praesidium imperii contraxere vires. Quo facto in utriusque consulis exercitu octingenta milia armatorum fuisse referuntur, sicut Fabius historicus, qui eidem bello interfuit, scripsit.
« En fait, sous le consulat de L. Aemilius Catulus et de C. Atilius Regulus le Sénat fut bouleversé par une grande épouvante en raison de la défection de la Gaule Cisalpine, alors qu’était, en plus, annoncée la venue, depuis la Gaule Ultérieure, d’une immense armée composée principalement de gésates – ce nom n’est pas celui d’un peuple, mais celui des mercenaires gaulois. C’est pourquoi les consuls, très inquiets, assemblèrent les forces de toute l’Italie pour la défense de l’État ; cela fait, on rapporte que dans l’armée des deux consuls il y eut huit cent mille hommes en armes, comme l’écrivit l’historien Fabius qui participa à cette même guerre. »

29Ce texte trouve sans doute sa source, en totalité ou en partie, dans les Annales de Fabius Pictor : il a été mis au compte de cet auteur dans les fragments des historiens romains du volume des Historicorum Romanorum reliquiae édité chez Teubner (Peter 1883, frg. 23, p. 30) qui attribue à l’annaliste l’ensemble du texte d’Orose, alors que l’édition des Belles Lettres (Chassignet 1996, frg 30 : 52-53) ne retient pas la première phrase (jusqu’à sed mercennariorum Gallorum est). En tous cas, Orose s’accorde avec l’information que donnait Polybe, II, 22, 1-2 (cf. 1.2) sur le sens du terme gésate et insiste bien sur le fait qu’il ne s’agit pas du nom d’un peuple. Enfin, que cet événement ait retenu l’attention d’Orose dans la succession de tragédies qui scandent l’histoire humaine avant l’avènement du christianisme montre à quel point il a durablement gravé son empreinte dans les esprits.

1.14. Orose, histoires, IV, 13, 15

Post hoc Claudius consul Gaesatorum triginta milia delevit, ubi etiam ipse Virdomarum regem in primam aciem progressus occidit.
« Après cela le consul Claudius anéantit trente mille Gésates ; en outre, dans le même engagement, s’étant lui-même avancé en première ligne, il tua le roi Virdomar. »

1.15. Suidas (la Souda) (Xe siècle apr.), vol. I, P. 520 [206], 20 (Adler 1928)

30Γεσάται’έθνικόν. « Gésates, ethnique. »

1.16. Etymologicum Magnum (XIIe siècle apr.) (Gaisford 1962, 223, 14)

31Nous avons relevé chez Strabon, V, 1, 10 (cf. 1.9.) la graphie Γαιζάται ; ces Γαι ζάται sont connus par plusieurs notices de lexicographes ou commentateurs tardifs.

32L’Etymologicum Magnum donne la notice suivante: Γαιζήται: Οί Γαλάτσι· οί τν γῆν ζητοῡντες. Έκπεσόντες γὰρ τῆς έαυτῶν χώρας, πολλν γῆν περιῆλθον ζητοῡντες ὅπη οἰκήσουσιν. Εὐφορίων [ἐν Πολυχάρει]· ὅθεν καὶ, « Γαιζῆται περὶ δείρεα χρυσοφορεύντες ».
« Gézates : Gaulois (ou Galates ?) : ceux qui recherchent une terre. Chassés de leurs pays, ils parcoururent la vaste terre, cherchant où s’établir. Chez Euphorion dans Polycharès aussi : « Gaizates, qui portent des parures en or autour du cou ».
Le nom propre Γαιζήται est expliqué comme un composé en premier terme de γή, la terre, et du verbe ζητέω chercher, en second terme. On peut y voir une allusion aux migrations celtiques qui ont frappé les esprits (à rapprocher du texte 2.43 de Claudien).

33Quant à la seconde information, elle provient d’une source bien antérieure, le poète Euphorion de Chalcis (ca. 275- ? av.), qui fut directeur de la bibliothèque d’Antioche et dont l’oeuvre ne subsiste que sous forme de courts fragments. Ce fragment a été repris dans l’édition de Meineke (Meineke 1964, frg. 34) ; on peut le recouper avec une notice des Ethniques d’Étienne de Byzance (Meineke 1958, s.ν. Γάζα, p. 193-194) Il faut sans doute y voir une allusion au goût bien connu des Celtes pour la parure. De plus, étant donné que l’auteur séjourna à Antioche, on peut penser qu’il est question des Galates d’Asie Mineure.

34Une remarque d’Eustathe (XIIe siècle apr.) dans ses Commentarii ad Homeri Iliadem (I, 289, 11), et une notice du Pseudo-Zonaras (XIIIe siècle apr.), dans son Lexicon (417, 5), reprennent presque mot pour mot les deux premières phrases de l’Etymologicum Magnum.

Quelques conclusions

35a) Faute de connaître avec certitude le texte de Fabius Pictor, nous pouvons considérer que celui de Polybe a pu servir aussi de source aux auteurs postérieurs (Strabon, Plutarque).

36b) L’étymologie du nom Gésates a suscité plusieurs interprétations, dès l’antiquité : d’après le texte de Polybe II, 22, 1-2 (cf. 1.2) le terme signifierait mercenaire, dans la langue des Gaulois ; étymologie que rejettent les linguistes modernes. D’après un scholiaste de Virgile du 4e s. apr., M. Servius (cf. infra 2.24), le terme gaesos aurait été utilisé par les Gaulois pour désigner des guerriers particulièrement vaillants ; les Gésates seraient-ils l’incarnation du courage, comme ils le montrent à Télamon ? Quant aux Gézates selon l’Etymologicum Magnum, ouvrage du XIIIe siècle apr. (cf. 1.16), s’il y a un rapport avec les Gésates, ils seraient des Gaulois (Galates ?) errant à la recherche d’une terre. Tous ces traits caractérisent bien les Gaulois. Il convient néanmoins de prendre des distances avec cette étymologie, tant les anciens étaient redoutables dans l’art d’en forger de contestables, d’autant que les deux dernières sont tardives. Nous nous en tiendrons à l’explication moderne selon laquelle les Gésates sont les « hommes du gaesum », arme dont nous allons examiner les occurrences dans les sources littéraires.

  • 4 Sauf dans quelques inscriptions latines d’époque impériale répertoriées par G. Barruol (Barruol 196 (...)

37c) Les Gaesati-Γαισάται n’apparaissent ni en grec ni en latin4 en dehors du contexte des invasions de 225 et 221. Les textes 1.2 (Polybe, II, 22, 1-2), 1.10 (Plutarque, Marcellus, 3.2) et 1.13 (Suidas) s’accordent à les considérer explicitement comme des mercenaires venus de Transalpine, des Alpes et du bassin rhodanien, mais non comme un peuple au même titre que les autres peuples gaulois connus. Ils sont dirigés par des « rois » (Polybe utilise le terme βασιλεύς, qui reste très général) qui semblent essentiellement des chefs de guerre motivés par l’appât du butin : par deux reprises, Polybe insiste sur cet aspect ; dans un premier passage (cf. 1.2, Polybe, II, 22, 2-6), ce sont les délégués des Insubres et des Boiens qui font miroiter le butin immense qui attend les Gésates s’ils viennent à leur aide ; dans un second passage (Polybe, II, 26, 5-7), le grand souci du roi des Gésates, Anéroeste, est de mettre à l’abri le butin amassé après une première série de combats autour de Fiésole, juste avant la bataille de Télamon. Cet amour du butin est un des traits caractéristiques des Celtes en général selon les auteurs antiques. Quant à l’argument que les délégués insubres et boiens emploient et qui consiste à rappeler aux Gésates que leurs ancêtres ont pris Rome (Polybe, II, 22, 4-5), c’est à la fois l’appel au sentiment de parenté qui unit Gaulois cisalpins et transalpins, mais aussi une adresse au lecteur : les Gaulois-Gésates font partie des ennemis héréditaires et implacables de Rome.

38d) Seuls Strabon V, 1, 10 (cf. 1.9) et la notice très tardive de la Souda (cf. 1.15) présentent les Gésates comme un peuple. Curieusement, les Gésates disparaissent de nos sources après ces guerres en Italie cisalpine ; or c’est précisément le moment où les Allobroges apparaissent dans les textes, en particulier chez Polybe, lors de la seconde guerre punique et du passage difficile d’Hannibal par leur territoire. Faut-il établir une corrélation ? Quel type de rapport, ou absence de rapport, ce peuple allobroge (dont un scholiaste de Juvénal nous dit que son nom signifie « gens venus d’un autre pays » et dont Strabon (Géographie, IV, 1, 11) a souligné la capacité exceptionnelle de mobilisation), entretient-il avec les Gésates ? Polybe qui mentionne et les Gésates et les Allobroges n’en a établi aucun explicitement et son silence est sans doute révélateur qu’il n’y a pas de lien exclusif à établir. L’aire d’origine des Gésates est très large ; le plus plausible est de supposer que ces guerriers viennent de multiples peuplades montagnardes de contrées pauvres où la vie est rude et constituent des bandes prêtes à se vendre au plus offrant (Barruol 1969 : 106). Car il faut souligner que plusieurs fois dans son long excursus des guerres gauloises Polybe mentionne des incursions en Italie de ceux qu’il appelle les Gaulois des Alpes ou Gaulois transalpins, sans les qualifier de gésates (II, 18, 3 ; II, 19, 1 ; II, 21, 3-6). Celle des Gésates ne diffère que par son ampleur.

2. LE GAESUM

  • 5 Je remercie vivement mes deux collègues enseignants de l’Université Lyon 2-Lumière, Jean Schneider, (...)

39Voyons s’il existe un rapport autre qu’étymologique entre Gésates et gaesum. Ce corpus des occurrences du gaesum et de son équivalent grec, qui revêt plusieurs formes (nom masculin ou neutre), est constitué de textes d’historiens et d’antiquaires, d’extraits de poésie épique et de notices lexicographiques5, essentiellement grecques, assez répétitives. Aussi avons-nous pris le parti de réduire au maximum le commentaire de chaque texte et de présenter une synthèse à la fin du corpus.

2.17. Philon de Byzance (IIIe – IIe siècle av. J.-C.), Parasceuastica et poliorcetica, 99, 16 (Diels 1920).

40À propos des techniques déployées par les assiégeants d’une place-forte, Philon écrit :

Δεῑ δέ καί ταῑς ὑπορύξεσι τῶν τειχῶν λαθραίοις χρᾶσθαι καθάπερ καὶ νὒν χρὢνται οἲ μεταλλεύοντες έὰν δὲ άντιμεταλλευόντων τῶν ἔνδοθεν συντρηθῇ ἢ εἰς λεπτὸν συνέλθη τὸ ὄρυγμα, χρηστέον ἐστὶ τοῑς βουπόροις καὶ τοῑς γαισοῑς καὶ ταΐς ζιβύναις...
« Il faut aussi creuser sous les remparts des galeries, comme le font de nos jours les mineurs. Chaque fois qu’une galerie entre en contact avec une des contremines de l’intérieur, ou qu’elle n’en est séparée que par une faible épaisseur, il faut user de broches, de gèses, d’épieux... »

2.18. Polybe, Histoires, VI, 39, 3-4 (Weil 1977)

41Le γαîσον fait partie des récompenses distribuées aux légionnaires romains qui se sont illustrés par leur bravoure ; une arme d’honneur (lance ou javelot ?).

... τῷ μὲν τρώσαντι πολέμων γαῑσον δωρεῑται«...à l’homme qui a blessé un ennemi, on donne une gèse ».

2.19. Polybe, Histoires, XVIII, 18, 4 (Paton 1960)

Ῥωμαῑοι δὲ τοὺς μὲν θυρεοὺς τοῑς ὀχεῡσι τοῑς σκυτίνοις έκ των ὤμων έξηρτηκότες, ταἲς δέ χερσίν αὐτοὺς τοὺς γαίσους φέροντες, ἐπιδέχονται τν παρακομιδήν τού χάρακος.
« Mais les Romains, portant leurs boucliers suspendus à leurs épaules par des courroies et ne tenant à la main que leurs gèses, peuvent porter en outre des pieux (pour construire une palissade). »

42Ici, les γαίσους ont toute chance de désigner des javelots, tels que ceux qui sont décrits par l’historien au livre VI, 23 où il est question d’un javelot mince, de taille moyenne, qu’on porte en plus des autres, qui ressemble à un épieu de chasse, et qu’il faut distinguer du pilum, ύσσός (Dubuisson 1985 : 23).

2.20. Varron (ca. 116-27), De Vita Populi Romani cité par Nonius, cf. infra 2.44.

2.21. César (100-44), Guerre des Gaules, III, 4, 1 (Constans 1961)

43César décrit l’assaut mené par les Gaulois, Sédunes et Véragres, contre le camp de son lieutenant Galba, dans le Valais.

hostes ex omnibus partibus signo dato decurrere, lapides gaesaque in vallum conicere.
« Les ennemis, de toutes parts à un signal donné descendent à la course et jettent contre le retranchement des pierres et des gèses. »

44Étant donné la situation, le terme gaesa désigne des javelots, en tous cas des armes de jets utilisées par des Gaulois.

2.22. Diodore de Sicile (ca. 90-30), Bibliothèque Historique, XIII, 57, 3 (Oldfather 1962)

45Diodore dresse le tableau de la prise de Sélinonte (409 av. J.-C.) par les Carthaginois avec leurs alliés barbares (dont des Ibères).

Ἠκρωτηρίαζον δέ καί τούς νεκρούς κατά τό πάτριον ἔθος, καἱ τινὲς μὲν χεῑρας ἀθρόας περιέφερον τοῑς σώμασι, τινὲς δὲ κεφαλὰς ἐπὶ τῶν γαίσων καὶ τῶν σαυνίων άναπείροντες ἔφερον.
« Ils mutilaient même les cadavres selon leur coutume ancestrale, les uns plaçaient des mains qu’ils avaient rassemblées autour de leur corps, les autres portaient des têtes fichées à la pointe de leurs gèses et de leurs lances. »

46Diodore V, 30, 4, décrit de façon détaillée ces javelines (σαυνίων), dont il distingue deux modèles, l’un avec un fer à forme ondulée, propre à déchirer les chairs, l’autre avec un fer droit (Couissin 1926 : 214 sqq). En revanche, il ne donne aucune précision sur les γαίσων.

2.23. Virgile (70-19 av. J.-C.), Énéide, viii, 657-662 (Durand, Bellesort 1957)

47Le poète décrit la scène de la future prise de Rome par les Gaulois (ca. 390) forgée par Vulcain sur le bouclier d’Énée :

Galli per dumos aderant arcemque tenebant defensi tenebris et dono noctis opacae : aurea caesaries ollis atque aurea vestis, virgatis lucent sagulis, tum lactea colla auro innectuntur, duo quisque Alpina coruscant gaesa manu, scutis protecti corpora longis.
« Les Gaulois étaient là au milieu des broussailles et cherchaient à occuper la citadelle, protégés par les ténèbres à la faveur d’une nuit opaque. Leur chevelure était d’or et d’or leur vêtement ; leurs sayons, rayés de bandes luisantes. Leurs cous blancs comme du lait étaient cerclés d’or ; chacun d’eux faisait miroiter à sa main deux gèses des Alpes ; et de longs boucliers protègent leur corps. »

2.24. Maurus Servius Honoratus (scholiaste de Virgile, IVe siècle apr.), In Vergilii Aeneidos Libros (Thilo 1878)

48Deux scholies :

49a) À propos de l’emploi de gaesa par Virgile au chant VIII, 660 :

gaesa hastas viriles : nam etiam viros fortes Galli gaesos vocant.

« gaesa, lances de guerriers : en effet les Gaulois appellent aussi gaesos les guerriers courageux. »

50Les Gésates seraient-ils ceux qui incarnent le courage ? À se rappeler leur comportement à la bataille de Télamon (cf. 1.5 et 1.6), on est en droit de le penser.

51b) Et à propos d’un autre passage de l’Énéide, VII, 664, Pila manu saevosque gerunt in bella dolones, « ils sont armés de javelots qu’ils tiemient à la main et de cruels épieux », le commentateur écrit : pilum proprie est hasta Romana, ut gaesa Gallorum, sarissae Macedonum, arme caractéristique des Gaulois, « le pilum est à proprement parler la lance romaine, comme les gèses des Gaulois, les sarrisses macédoniennes. »

2.25. Tite-Live (64/59 av. -17 apr. J.-C.), Histoire romaine VIII, 8, 6 (Bloch, Guittard 1987)

52Évoquant l’armement des vélites à l’époque de Manlius Torquatus, l’historien écrit :

Leves autem, qui hastam tantum gaesaque gererent, vocabantur.
« On appelait voltigeurs ceux qui ne portaient qu’une lance et des gèses. »

53Le gaesum (javelot ?) conquiert droit de cité dans l’armée romaine au milieu de IVe siècle av. J.-C. (Bloch ; Guittard 1987 : 103-104 ; Couissin 1926 : 10-20 et 214- 215). On peut rapprocher ce texte de celui de Polybe VI, 23 (cf. commentaire de 2.19).

2.26. TITE-LIVE, Histoire romaine., IX, 36, 6 (Lasserre 1936)

54Tite-Live décrit une expédition de reconnaissance en pays ennemi :

iere pastorali habitu, agrestibus telis, falcibus gaesisque binis armati.
« Ils partirent sous l’apparence de bergers, armés, comme des paysans, de faux et de deux gèses chacun. »

2.27. tite-live, Histoire romaine, XXVI, 6, 5 (Jal 2003)

55Appius Claudius est blessé au siège de Capoue (211 av. J.-C.) :

Et suppressit impetum Romanorum vulnus imperatoris Ap. Claudi, cui suos ante prima signa adhortanti sub laevo umero summum pectus gaeso ictum est.
« L’attaque romaine fut arrêtée également par la blessure du général Appius Claudius : alors qu’en avant des premières lignes il exhortait les siens, il fut frappé d’une gèse en haut de la poitrine, sous l’épaule gauche. »

56Ici, c’est une arme de jet, gèse ou javelot, qui peut provenir d’un guerrier gaulois de la garnison carthaginoise de Capoue.

2.28. tite-live, Histoire romaine, XXVIII, 45, 16 (Jal 1995)

57En 205, Scipion lève une année et reçoit des promesses d’aide, parmi lesquelles un envoi d’armes des Arretini : des gaesa figurent dans l’énumération des armes de jet.

Arretini tria milia scutorum, galeas totidem, pila, gaesa, hastas longas...
« Ceux d’Arretium (offrirent) 3000 boucliers, autant de casques, des javelots, des gèses, des lances longues... »

2.29. Properce (ca. 50-15 ? av. J.-C.), Élégies, IV, 10, v. 39-44 (Paganelli 1947)

58Le combat entre Marcellus et Britomartus décrit en détail par Plutarque, Marcellus, VII, 1-4 (cf. 1.11) est célébré par Properce dans l’avant-dernière élégie de son recueil, en l’honneur de Jupiter Férétrien : le poète évoque trois héros romains vainqueurs dans des combats singuliers contre des ennemis : Romulus qui vainc le latin Acron, Cossus le Véien Tolumnius, et Claudius Marcellus le Gésate Virdomarus. Leurs trophées sont tous consacrés dans le temple de Jupiter Férétrien, un des plus anciens de Rome, restauré par Auguste. La Periocha du livre XX de Tite-Live mentionne également cette consécration du javelot du roi Vertomarus.

Claudius a Rheno traiectos arcuit hostes, Belgica cum vasti parma relata ducis, Virdomari. Genus hic Rheno iactabat ab ipso, mobilis e rectis fundere gaesa rotis. Illi virgatis iaculantis ab agmine bracis torquis ab incisa decidit unca gula.
« L’ennemi avait passé le Rhin ; Claudius l’arrête et il revient avec le bouclier de ce géant qu’était le chef belge Virdomar. Il se vantait d’être fils du Rhin et, bien campé sur son char, il excellait à faire pleuvoir le « gaesum ». En avant de ses troupes aux braies rayées, il lançait ses javelots lorsqu’il eut la gorge tranchée : sa tête tombe et avec elle le torque. »

59Nul doute que le gaesum utilisé par Virdomar ne soit une arme de jet, laquelle fait partie, avec le torque, de la panoplie gauloise traditionnelle. En revanche qu’il soit belge fils du Rhin est plus délicat à interpréter : H. Hubert s’appuie sur ce texte pour considérer que les Gésates sont des Germains (Hubert 1974 : 80-82). Ne faut-il pas plutôt y voir l’influence de César, pour qui les Belges sont les plus courageux des Gaulois et le Rhin un fleuve-frontière au-delà duquel vivent les barbares Germains ? Properce rehausse ainsi le prestige de Marcellus.

2.30. Sénèque (ca. 4-65 apr.), Phèdre, v. 110-111 (Herrmann 1961)

Phèdre confesse sa passion de la chasse : iuvat excitatas consequi cursu feras et rigida molli gaesa iaculari manu.
« J’aime à relancer, à suivre à la course les fauves
et à lancer de ma faible main de solides gèses. »
Sans doute à cause des définitions des lexicographes, le traducteur de l’édition des Belles Lettres précise « javelot de fer », ce qui n’est pas dit dans le texte latin. On peut aussi bien penser à un épieu pour la chasse.

2.31. Stace (ca. 45-96 apr.), Thébaïde, IV, 63-66 (Lesueur 1990)

60L’auteur dresse le catalogue des troupes d’Adraste qui assiège Thèbes de Béotie, lors de la lutte mythique qui oppose les fils d’Œdipe, Polynice et Étéocle, pour le pouvoir :

Haec manus Adrastum numero ter mille secuti exultant ; pars gaesa manu, pars robora flammis indurata diu (non unus namque maniplis mos neque sanguis) habent, ...
« Cette troupe, forte de trois mille hommes, suit Adraste en exultant de joie ; les uns tiemient à la main des gèses, d’autres des piques longtemps durcies au feu (en effet tous ces bataillons n’ont pas les mêmes coutumes ni le même sang... »

61Ici, le terme gaesa est hors de tout contexte gaulois et a valeur générique pour désigner une lance ou un javelot, dans un contexte épique. Il en va de même dans les deux textes qui suivent.

2.32. Stace, Thébaïde, VII, 338-339 (Lesueur 1991)

Le poète passe en revue les défenseurs de Thèbes : Glandibus et torta Zephyros incidere funda cura ; Cydoneas anteibunt gaesa sagittas.
« Ces hommes fendent les zéphyrs avec des balles de plomb en faisant tournoyer leur fronde, et leur gèses seront plus rapides que les flèches de Cydon. »

2.33. Stace, Achilleis, II, 130-131 (Méheust 1971)

... Didici, quo Paeones arma rotatu, quo Macetae sua gaesa citent, ...
« J’ai appris comment les Péoniens font tournoyer leurs traits, comment les Macédoniens lancent leurs gèses... »

2.34. Silius Italicus (26-101 apr. J.-C.), Punica, I, 527-629 (Miniconi, Devallet 1979)

62Avant le déclenchement de la seconde guerre punique, les Sagontins sont reçus par le Sénat romain, devant les trophées des victoires romaines, dont ceux des récentes guerres contre les Gaulois (cf. 2.29) :

Hic spolia Aeacidae, hic Epirotica signa et Ligurum horrentes coni parmaeque relatae Hispana de gente rudes Alpinaque gaesa.
« À côté sont les dépouilles du descendant d’Éaque et les enseignes d’Épire, les cimiers ligures aux panaches hirsutes, les boucliers de cuir brut conquis sur les tribus espagnoles et les gèses des peuples alpins. »

63Cette fois encore, le gaesum est mis en rapport avec les populations rudes des Alpes (alliés gaulois d’Hannibal dans le contexte). Il faut aussi sans doute y voir un souvenir de Virgile (cf. 2.23).

2.35. Silius Italicus, Punica, II, 444 (Miniconi, Devallet 1979)

Dans l’épopée antique, la description du bouclier d’un héros constitue un morceau de bravoure : ici Silius décrit des scènes de la vie quotidienne, sculptées sur le bouclier d’Hannibal.

omnia Poenum
armenti vigilem patrio de more secuntur, gaesaque latratorque Cydon tectumque focique in silicis venis et fistula nota iuvencis.
« Le gardien des grands troupeaux se déplace avec tous ses biens selon la coutume punique ; ses gèses, son chien de Cydon, sa tente, le silex qui lui assure le feu et le pipeau que connaissent ses bêtes. »

2.36. Silius Italicus, Punica, IV, 192-197 (Miniconi, Devallet 1979)

Hic inter trepidos immane Quirinus audens, cui fugere ignotum atque invicta mente placebat rebus in adversis exceptum pectore letum, cuspide flammat equum ac dispergit gaesa lacerto, si reserare viam atque ad regem rumpere ferro detur iter ;
« C’est alors qu’au milieu de la tourmente, Quirinus, tout plein d’une immense audace, dont le cœur invincible ignorait la fuite et choisissait, dans la défaite, de recevoir la mort en face, pique et excite son cheval et de son bras écarte les gèses ; il veut tenter de se frayer un chemin et de s’ouvrir par le fer un passage jusqu’au roi des Boïens. »

64L’épisode se situe juste avant la bataille du Tessin ; ces vers sont le prélude à un combat entre le roi des Boïens Crixus, allié d’Hannibal, et un chef romain, Quirinus ; il précède l’affrontement principal, entre ce même Crixus et le consul Scipion, qui constitue une version épique dont un des modèles est le combat de Marcellus contre Britomartus (Lucas, 2003).

2.37. Pausanias l’Atticiste (IIe siècle apr.)

65Cité par Eustathe (cf. infra, 2.52, γαἲον, δόρυ ὁÀooίSηpov, παpὰ Пανσαvίᾳ, ἢ ἐμβóλεiov όλοσίδηρον).

2.38. Aulu-Gelle (IIe siècle apr.), Nuits attiques, X, 25, 2 (Marache 1978)

66L’auteur se propose de rechercher les noms d’armes mentionnées chez les historiens anciens. Il dresse la liste des armes fournies par les alliés romains ; le gaesum figure encore dans une énumération d’armes de jet ou d’estoc, chacune ayant sa particularité.

Quae tum igitur suppetierant, haec sunt : hasta, pilum, phalarica, semiphalarica, soliferrea, gaesa, lancea, ... « Voici ce qui m’était alors venu : hasta (lance), pilum (javelot), phalarica (falarique), semiphalarica (semifalarique), soliferrea (tout fer), gaesa (gèses), lancea (piques), ... »

67Notons l’arme soliferrea, terme qu’on peut rapprocher du grec όλοσίδηρον. On pourrait être tenté de lire soliferrea gaesa (ges gèses tout en fer) ; mais tous les éditeurs ponctuent d’une virgule après soliferrea et en outre une arme de ce nom est attestée par Tite-Live, XXXIV 14, 11 et Festus, 298.

68Mais par ailleurs, Festus (Lindsay 1913 : 372L) remarque : « tela quaedam solliferria vocantur tota ferrea », « de là vient que certaines armes de trait sont appelées solliferria, entièrement en fer. » (cf. textes de Julius Pollux, 2.39 et d’Hésychius, 2.46).

2.39. Julius Pollux (IIe siècle apr.), onomasticon, VII, 156 (Bethe 1931)

δόρυ ὁλοσίδηρον – καλεῑιται δὲ γαισός, καὶ ἔστι
Λιβυκόν.« lance entièrement en fer: on l’appelle gaisos et elle est de Libye. »

69Le gaesum est qualifié de lybien ; il faut peut-être rapprocher cette assertion du texte de Diodore (cf. 2.22) : Carthage et ses alliés barbares, la Lybie...

2.40. Aelius Hérodien (IIe siècle apr.), De prosodia catholica, 207, 5 (Lentz 1965)

  • 6 Repris par un Pseudo-Arcadius, abréviateur d’Hérodien, De accentibus, 86,13.

yaîσoç πpoσηyopiKòv eἶSoç Sóparoç ὄv. « Gaisos: nom commun, désigne une sorte de lance. »6

2.41. Athénée de Naucratis (début IIIe siècle apr.), Deipnosophistes, VI, 273 f (Gulick 1957)

70Au cours du banquet, les convives discutent sur le fait que les Romains ont toujours emprunté aux vaincus, par exemple :

71παρά δέ Ἰβήρων γαίσων « aux Ibères leurs gèses. » Selon certains exégètes, mais rien n’est moins sûr, ce passage (273 f) pourrait être un emprunt à Poseidonios d’Apamée (ca. 135-50 av.), reconnu pour sa connaissance des Gaulois et qui a exercé une grande influence sur les auteurs postérieurs (Jacoby 1961, II A, 87, frg. 59 p. 260).

2.42. Claudien (ca. 370-404) Éloge de Stilicon II, 240-242 (Crépin 1958)

Dans le défilé des peuples redevables à Stilicon... : Tum flava repexo
Gallia crine ferox, evinctaque torque decoro, Binaque gaesa tenens, animoso pectore fatur
« Après elle (l’Ibérie) vient la Gaule, fière de sa blonde chevelure bien peignée, un collier autour du cou, et tenant à la main deux gèses ».

On ne peut s’empêcher de rapprocher ces vers de ceux de Virgile (cf. 2.23).

2.43. Claudien, Contre Eutrope II, 248-250 (Crépin 1957)

72Le poète fait allusion à l’arrivée des Galates en Asie Mineure : (cf. 1.16).

Nuper ab Oceano Gallorum exercitus ingens Illis, ante vagus, tandem regionibus haesit, Gaesaque deposuit...
« Naguère une immense armée de Gaulois, errant sans domicile fixe depuis les bords de l’Océan, vint s’arrêter enfin à cet endroit, renonça à ses gèses... »

2.44. Nonius Marcellus (début IVe siècle apr.), Abrégé d’érudition (De compendiosa doctrina), III (Lindsay 1911 : 891)

73Dans le chapitre XIX, De genere armorum, on relève cette définition :

Gaesa, telum Galliarum tenerum. Vergilius hb. VIII (661) : « Alpina coruscat/gaesa manu »,
Varro de Vita Populi Romani lib. III : « qui gladiis cincti sine scuto cum binis gaesis essent. »
« Gaesa, arme de jet légère des Gaules. Virgile, VIII, 661, « Il fait miroiter à sa main des gèses des Alpes ». Varron, Vie du peuple romain, livre III, « qui s’étaient ceints d’un glaive, sans bouclier, avec deux gèses ».

2.45. Oracles Sibyllins (recueil du Ve siècle apr.), III, 650 (Geffcken 1902)

74Les vers qui suivent seraient une allusion aux luttes du second triumvirat :

πολλὰ χρόνων μήκη περιτελλομένων ένιαυτῶν πέλτας καὶ θυρεοὺς γαισοὺς παμποίκιλά θ’ὅπλα· « Durant de longs espaces de temps du cours circulaire des ans, écus et boucliers, gèses, armes de toute sorte. »

2.46. Hésychius (Ve-VIe siècle apr.), Lexicon (Schmidt 1965)

γαῑσος· ἐμβόλιον ὁλοσίδηρον. καὶ ὄνομα ποταμοῡ) οἰ δὲ μισθόν. ἢ ὅπλον άμυντήριον
« Gaisos : arme de jet tout en fer ; nom d’un fleuve ; selon d’autres, solde ; ou arme défensive. »

75Hésychius est le premier de notre corpus à signaler le sens de « salaire » (μισθόν) pour γαȋσος L’autre texte est celui de l’Etymologicum Magnum (cf. 2.51). C’est bien évidemment de l’étymologie donnée par Polybe (cf. 1.2) pour expliquer Γαισάται qu’il convient de rapprocher cette notice.

2.47. Paul Diacre (720-799), Abrégé du de significatione verborum (Lindsay 1913, 88L)

76Paul Diacre a compilé le lexique du grammairien Festus (IIIe s. apr.), dont le texte original n’est conservé qu’à partir de la lettre M. Voici la notice consacrée au gaesum :

gaesum (gesum) grave jaculum. « gaesum, javeline lourde. »

2.48. Theognostus (IXe siècle apr.), Canones sive De orthographia, 22, 3 in anecdota graeca II : 8 (Cramer 1835)

γαîσο τὸ ὅπλον’« Gaisos : l’arme. »

2.49. photius (IXe siècle apr.), Lexicon I, p. 351 (Théodoridis 1982)

Γαῑσος· κοντός, εἶδος ἀμυντηρίου, οἷον δόρατος. « Gaisos : javelot, sorte d’arme défensive, comme une lance. »

77Définition reprise mot pour mot dans la Souda, 520,20 (Adler 1928, s.ν. Γαῐσα. καὶ Γαισός).

2.50. Suidas (ou la Souda) (Xe siècle apr.) vol. I, 521, 5-12 : S.V. Γεσοί’(Adler 1928)

Οί ʽΡωμαἲοι πήξαντες τοὺς γεσοὺς καί τὰς περικεαλαίας τούτοις έπιθέντες αντασίας παρέσχοντο τοῑς ἐκ διαστήματος ὡς μένοντες ἐπὶ τοῡ λόουἜστι δὲ ὅπλον. Ὅτι ὁ γεσός έστιν μακροκέντης ἢ κοντός. Ὅτι Κρἰτων ἔγραψεν ἐν τοῑς Γετικοζ.
« Gesoi : Les Romains, fixant leurs gesoi en terre et en plaçant sur eux leurs casques procuraient à ceux qui étaient à distance l’illusion qu’ils restaient sur la colline. C’est (le gésos) une arme. Le gésos est un long aiguillon ou un javelot. C’est ce que Criton a écrit dans les Getica. »

78La partie transcrite en caractères plus petits est considérée comme une interpolation par l’éditeur. Criton était contemporain de Trajan (Jacoby 1962, frg. 200, F6, p. 932). Le terme désigne ici le pilum romain ou une lance.

2.51. Etymologicum Magnum (XIIe siècle apr.), 223, 25 (Gaisford 1848)

Γαῑσος : Ἐμβόλιον σιδηροῡν. Τριήρων δὲ τν φωνν έπί των ὰκοντίων, ἃ ʽΡωμαίοι καλούσιν ύσσούς. Ίταλιῶται δὲ καί Ταραντῑνοι γαῑον τὸν μισθὸν λέγουσι.
« Gaisos : arme de jet en fer. Terme trévire pour désigner les javelots que les Romains appellent pilum.
Les Italiotes et Tarentins emploient le mot γαον pour « le salaire ».

79Le texte a été édité avec une coupe de notice différente, Γαȋσος : ʼEμβόλιον σιδηροὒν τριήρωκ ce qui revenait à considérer que le terme désignait les éperons en fer des trières, c’est-à-dire des rostres. Ce qui est peu plausible pour l’éditeur de l’Etymologicum magnum, Gaisford, lequel argumente dans son commentaire (col. 642) pour une autre interprétation : selon lui, il faut voir ici un nom de peuple gaulois auquel est attribué le gaesum ; il propose de comprendre qu’il s’agit des Trévires (Gaisford cite à l’appui de son propos des formes attestées comme Τρήβιροι, Τρίβεροι, Τρίηροι)

80Par ailleurs, ce texte est le second témoignage de notre corpus après celui d’Hésychius (cf. 2.46) où est mentionné le sens de « salaire », repris dans Lexica Segueriana (Bekker 1814 : 229, 17) et dans Eustathe (Van der Valk 1971 : 289, 14-15, à propos du chant II, v. 140 de l’Iliade). Toutefois, chez ce dernier, la version diffère un peu : γέϊος ἢ καὶ ἅλλως γάϊος παρὰ Ἰταλιώταις καὶ Ταραντίνοις ὁ μίσθιος « geios » et sous une autre forme, « gaios », chez les Italiens et les Tarentins (signifient) mercenaire. »

2.52. Eustathe (XIIe siècle apr.), Commentarii ad Iliadem, I, 538, 8-10 (Van der Valk 1971)

À propos d’Iliade, II, 774 et du terme αἰγανέη : Σημείωσαι δέ, ὅτι, ὥσπερ εἶδος ἀκοντίου ή αἰγανέα, οὕτω καὶ σίγυμνον παρὰ Λυκόφρονι καὶ γαῑος ἢ γαῑον, δόρυ ὁλοσίδηρον, παρὰ Παυσανίᾳ, ἢ έμβόλειον όλοσίδηρον.
« Remarquez que, de même que l’αἰγανέα est une sorte de javelot, tout comme aussi l’épieu (σίγυμνον) chez Lykophron, et le γαῑος ἢ γαῑον, lance tout en fer chez Pausanias, ou arme de jet tout en fer »

81L’éditeur corrige en note pour γαîοζ (ή γαîον), « immo γαîσοζ », « ou plutôt γαîσοζ ».

82Mais Schwabe commente ce passage dans une note à son édition des Aelii Dionysii et Pausaniae Atticistarum Fragmenta (Schwabe 1890, n° 98, p. 132-133) : « très igitur fuerunt voces γαῑσος, γαῑος (= μισθός), γαΐος (= ἀναίσθητος cf. Hes. s.v. βουγάΐε) quae postea a lexico-graphis confundebantur » ; ce qui signifie que trois mots proches phonétiquement, mais non par le sens, ont été confondus postérieurement chez les lexicographes, en particulier γαîσος et γαος (= μισθός).

83Un rapprochement s’impose entre la présente glose d’Eustathe (2.52) et les notices d’Hésychius (2.46) et de l’Etymologicum Magum (2.51) qui mentionnent toutes deux le sens de « salaire » ; celle d’Hésychius ne contient aucun autre commentaire ; dans celle de l’Etymologicum Magum, on a une information supplémentaire : ’Ιταλιῶται δὲ καὶ Ταραντῑνοι γαῑον τὸν μισθὸν λέγουσι La tentation est forte, bien sûr, d’établir un rapport entre les trois textes et celui de Polybe (cf. 1.2) tel qu’il nous est parvenu, où ce dernier définit le mot Γαισάται à l’aide du verbe μισθεἲν.

84On peut se demander si les deux phrases de Polybe définissant le terme Gésates n’ont pas été altérées, si une glose n’aurait pas été introduite dans le texte par un copiste, au terme d’une confusion entre γαîος et γαîσος d’autant que la phrase qui suit (ή γὰρ λέξις αύτη του̂το σημαίνει κυρίως) sonne comme un commentaire rajouté. Ce n’est là qu’une hypothèse difficile à prouver, d’autant plus que les cinq premiers livres de Polybe dérivent d’un seul manuscrit du milieu du Xe siècle (Pédech 1 1969 : XLIX). Il faudrait admettre que, s’il y a eu une interpolation, elle a dû être antérieure au premier manuscrit connu, c’est-à-dire antérieure au Xe siècle et à Hésychius qui glose γασος... οί δέ μισθόν.

2.53. Pseudo-Zonaras (XIIIe siècle apr.), Lexicon, 417, 15 (Tittmann, 1808)

Γαισός. τό κοντάριον. « Gaisos : le petit javelot. »

Ouvrages de date incertaine

2.54. Lexica Segueriana, Anonymus antatticista, 88, 2 (Bekker 1814)

Γαῑσον : τὸ ὅπλων, δοκοῡν εἶναι Ἰταλικόν. « Gaison : l’arme, italique, semble-t-il. »

2.55. Glossaria Latina (Lindsay 1926-1931)

Série de glossaires (VIIe-VIIIe siècle apr.), compilant des lexiques plus anciens.
Vol. I, Glossarium Ansileubi, I : 262 : Gaesa : has tas. « Gaesa, lances. »
Vol. II, Abavus : 71,37 : (gae-) sum : hasta vel jaculum, βολίς. « gaesum » : lance ou javeline, arme de jet.
Vol. V, AA : 255 : Gaesum : hasta vel jaculum lingua Gallica (Phil).
« Gaesum : lance ou javeline en langue gauloise (Philoxenus). »

  • 7 Le mot apparaît par exemple dans deux passages de la Septante, Josué, 8.18, Judith, 9,7,4.

85Notre relevé ne prétend pas être exhaustif7, on peut le recouper avec d’autres (Diefenbach 1860 : 350-354 ; Daremberg, Saglio 1896 : 1428, s.v. gaesum) ; cependant, au terme de ce corpus, on peut dégager les points suivants :

86Le mot gaesum est perçu par les anciens comme un mot d’origine gauloise (cf. 2.24, Servius ; 2.44 Nonius ; 2.55. Glossaria latina) ; il est rapproché par les linguistes modernes d’une racine celtique, illustrée en particulier par l’irlandais gae- « lance » (Lambert 1994 : 202). Sur cette racine, on connaît de nombreuses formations de noms propres de personnages, de lieux (Thésaurus 1833, col. 491/2, s.v. γαȋσα, Γαισός ; Chantraine 1999 ; Ernoud 1967 : 265, s.v. gaesum ; Delamarre 2001 : 146-147, s.v. gaiso- ; Lacroix 2003 : 73-74, s.v. gaison).

87En recoupant les renseignements fournis par les divers types de textes, on relève des convergences :

a. D’abord sur la nature de l’arme

88Ainsi, dans une énumération d’armes fournies aux Romains, il est distingué des pila et des hastae (cf. 2.28, Tite-Live) ; de même chez Aulu-Gelle (cf. 2.38), où il figure à côté d’autres armes fournies par des alliés italiens de Rome (Aretium en Étrurie). Chez Diodore (cf. 2.22), il est distinct du σαυνιόν.

Chez Polybe (cf. 2.18), on apprend que le gaison peut être une arme d’honneur (javelot ou lance ?) qui récompense les légionnaires romains. Tite-Live introduit le gaesum dans l’armement des vélites (cf. 2.25). Dans un autre témoignage (cf. 2.26, Tite-Live), les espions envoyés en pays étrusque dans la forêt de Ciminia sont armés de deux gaesa, arme qui, écrit Tite-Live dans les lignes qui suivent notre passage, est familière aux Étrusques ; une arme de chasse est possible, un épieu, une javeline. Deux autres textes, poétiques, mentionnent le gaesum dans un contexte de chasse, chez Sénèque (cf. 2.30) et chez Silius Italicus (cf. 2. 35).

89Les notices de lexicographes constituent un groupe assez homogène et surtout tardif. Si le mot figure dans ces lexiques, c’est qu’il est perçu comme une curiosité et/ ou une difficulté ; car le but de ces ouvrages est de faciliter la lecture d’œuvres devenues classiques, mais d’une langue d’un accès qui peut être malaisé. Ces notices donnent des synonymes, ou de courtes définitions. Les termes qui reviennent sont les suivants :

  • une arme, sans précision aucune, ὅπλov (cf. 2.48, Théognostus ; 2.54 Lexica Segueriana) ;

  • une sorte de lance, δóρυ, (2.40, Hérodien ; 2.49, Photius) plus précisément, tout en fer (2.39, Pollux, δóρυ όλοσίδηρον). qualificatif qui revient souvent (2.46 ; 2.37 et 2.52) ;

  • une arme défensive, άμυντήριον (2.46 et 2.49) ;

  • mais aussi arme de jet tout en fer (2.46, Hésychius, έμβόλιον όλοσίδηρον, à rapprocher de 2.51 et 2.52). Ces armes de jet sont des variétés de javelots comme l’indiquent les termes κοντός (2.49 et 2.50), κοντάρι… (diminutif, cf. 2.53), μακροκέντης (2.50).

90En latin on retrouve la valse-hésitation entre lance et javelot hasta, jaculum (2.55) ; arme de jet frêle (2.44, Nonius, telum tenerum), javeline lourde (2.47, Paul Diacre, grave jaculum) ; apparemment en contradiction avec 2.44 où il est question de telum tenerum, mais il faut noter la nuance apportée par le diminutif jaculum.

91Bref, le gaesum est une variété d’arme de jet qu’il n’est pas toujours facile d’identifier (d’où des problèmes de traduction parfois), pour laquelle nous ne disposons pas de description détaillée. Cependant, de l’emploi récurrent des termes duo et bina, dans tous les types de textes, on conclut que les gaesa vont souvent par paires (cf. 2.23, Virgile ; 2.26, Tite-Live ; 2.42, Claudien ; 2.44, Nonius). Ce qui incite à penser que ces armes ne devaient pas être très lourdes.

b. On relève également des convergences sur l’origine de cette arme

92Il se dégage un certain accord : tantôt c’est une arme des barbares alliés aux Carthaginois (peut-être lybien selon 2.39, plus probablement ibère, d’après le contexte cf. 2.22, Diodore), supposition qu’on peut recouper avec l’assertion d’Athénée (cf. 2.41). Plus souvent, il s’agit d’une arme utilisée par des Gaulois (cf. 2.27, Tite-Live) ; parfois le contexte permet de préciser de quelle nation gauloise il s’agit (Sédunes et Véragres chez César cf. 2.21) ; peut-être une arme des Trévires (2.51, Etymologicum Magnum).

93Dans les textes relevant du genre épique, la tendance à en faire un symbole du guerrier gaulois est répandue ; ainsi, Virgile Enéïde (cf. 2.23), en fait une arme des guerriers gaulois venus des Alpes (duo... alpin a... gaesa) ; Properce (cf. 2.29) célèbre le combat entre Marcellus et le chef belge fils du Rhin armé de son gaesum. Dans les Punica de Silius Italicus (cf. 2.34), les alpina gaesa sont des trophées de guerre pris sur un chef gaulois (Virdomar) et exposés au Sénat ; dans un second extrait, il s’agit d’une arme d’un cavalier gaulois (boïen) (cf. 2.36).

94Restent deux textes plus tardifs, de Claudien (cf. 2.42 et 2.43) où les gaesa sont présentés comme armes gauloises ou galates.

95Pour finir, dans plusieurs textes de Stace (cf. 2.31 ; 2.32 ; 2.33 où le gaesum est une arme macédonienne), le terme est employé comme une forme poétique pour désigner simplement une arme de jet ; il en va de même dans le texte des oracles sibyllins (cf. 2.45).

96Ainsi, cet ensemble est marqué par une forte coloration gauloise : de ces Gaulois effrayants qui ont pris Rome (cf. 2.23), toujours redoutables au combat. Dans trois textes (cf. 2.23 ; 2.29 ; 2.42) le gaesum participe à un portrait du Gaulois, blond, au cou orné d’un torque, caractérisé par son goût pour la parure en or et une attitude pleine de jactance.

97Finalement, à considérer la multiplicité des définitions, on peut comprendre le mot gaesum comme un terme générique pour désigner une arme de jet ; mais avec une nette connotation sur son origine barbare, plutôt gauloise et alpine. Mais nulle part on en fait une arme spécifiquement gésate. D’ailleurs Polybe ne le mentionne pas dans l’armement des Gésates lors de la grande invasion ; probablement que certains d’entre eux étaient armés de gèses, d’autres de façon différente, suivant la peuplade dont ils étaient issus.

98Pour conclure sur les Gésates, il apparaît clairement que rien ne distingue spécialement les Gésates des autres Gaulois ; tous les traits employés pour les peindre appartiennent à un stéréotype bien connu dès l’antiquité (Thollard 2006). Le gaesum n’est pas leur apanage, mais il est celui des Gaulois et de peuples barbares, des Belges aux Ibères. En revanche il s’intègre, dans les textes épiques en particulier, au portrait stéréotypé du guerrier gaulois.

99Polybe (cf. 1.2, commentaire) et Orose (cf. 1.13) soulignent la terreur qui a saisi l’Italie du Nord à la nouvelle de l’arrivée des Gésates ; Tite-Live. Eutrope. qui se réfère explicitement à Fabius Pictor, avancent le total 800 000 hommes sous les armes du côté romain, chiffre repris par Orose (cf. 1.13). La periocha du livre XX de l’Histoire Romaine de Tite-Live nous apprend en outre que l’invasion des Gésates était narrée en détail, y compris le combat entre Marcellus et le roi gésate : cependant l’abréviateur n’utilise pas le terme Gaesati. mais bien Galli transalpini :

Galli transalpini, qui in Italiam inruperant, caesi sunt ; « Les Gaulois transalpins, qui avaient fait irruption en Italie, furent massacrés ».

100Il fallait que cette invasion de ces Galli transalpini fût suffisamment présente dans la mémoire pour que le chantre de l’histoire nationale romaine y consacrât une grande part de son livre XX. De même, Eutrope parle de Gaulois, non de Gésates.

101Les Gaulois transalpins sont coutumiers du fait, Polybe le reconnaît (Histoires, III, 48) ; immédiatement après la dernière irruption des Gésates en 221, Polybe (II, 35) clôt le long développement sur les invasions gauloises en Italie, présentées comme une longue guerre de deux cents ans avec des périodes d’accalmie, qui se sont ouvertes sur la prise de Rome et se terminent par le triomphe collectif des années romaines sur les Gaulois, plus que par les exploits héroïques individuels des chefs romains.

Ό μὲν οὖν πρὸς τοὺς Κελτοὺς πόλεμος τοιοῡτον ἔσχε τὸ τέλος̀ κατὰ μὲν τν ἀπόνοιαν καὶ τόλμαν τῶν ἀγωνιζομένων ἀνδρῶν, ἔτι δὲ κατὰ τὰς μάχας καὶ τὸ πλῆθος τῶν ἐν αὐταῑς ἀπολλυμένων καὶ παραταττομένων ούδενός καταδεέστερος των ίστορημένων...
« Telle fut la fin de la guerre contre les Gaulois, la plus considérable des guerres de l’histoire par la frénésie et l’audace des combattants comme par le nombre des soldats engagés et tués dans les batailles... ».

102Les Gésates sont les dentiers Gaulois qui ont menacé Rome sur le sol italien. Dans l’attente angoissée des hordes barbares venues d’outre monts (transalpini) pour semer la mort et la désolation, et dont l’unique but est le pillage, on peut imaginer que les campagnes romaines ont été parcourues par un cri de terreur, « les Gésates », c’est-à-dire les hommes à la lance venus de la Barbarie. C’est maintenant au tour d’Hannibal.

Bibliographie

Bibliographie

1. Sources

Analecta Alexandrina

MEINEKE A. éd., 1964 – Analecta Alexandrina sive commentationes de Euphorione Chalcidensi Rhiano cretensi Alexandro Aetolo Parthenio Nicaeno. Réimpr. de l’éd. de 1843, Berlin. Hildesheim, G. Olms, VII-440 p.

L’annalistique romaine

CHASSIGNET M. éd. 1996 – L’Annalistique romaine, tome 1, Les annales des pontifes et l’annalistique ancienne (fragments). Paris, Les Belles Lettres (CUF), -CXXXV-112 p. (Collection des Universités de France : CUF).

ANONYMES, Glossaria Latina

LINDSAY W.M. éd., 1926-1931 – ANONYMES, Glossaria Latina iussu Academiae Britannicae edita, 5 vol. Paris, Les Belles Lettres.

ATHÉNÉE DE NAUCRATIS, Les Deipnosophistes

GULICK C.B. éd., 1957 – Athenaeus, The Deipnosophists III. London ; W. Heinemann, Cambridge, Massachussets. Harvard University Press. VIII – 510 p. (Loeb classical library, réimpr. de l’éd. de 1929).

AULU-GELLE, Nuits attiques

MARACHE R. éd., 1978 – Aulu-Gelle, Les Nuits attiques, Tome II, Livres V-X. Paris, Les Belles Lettres, XV-228 p. (CUF).

CÉSAR, Guerre des Gaules

CONSTANS L.A. éd. 1961 – César, La Guerre des Gaules, tome I, Livres I-IV. Paris, Les Belles Lettres, 7e édition, XXXII-122 p. (CUF).

CLAUDIEN, Œuvres complètes

CRÉPIN V. éd., 1957 : Claudien, Œuvres complètes Tome premier. Trad. nouvelle. Paris, Garnier frères, 328 p.

CRÉPIN V. éd., 1958 – Claudien, Œuvres complètes. Trad. nouvelle Paris, Garnier frères, 371 p.

PAUL DIACRE, Abrégé du De verborum significatione

LINDSAY W.M. éd., 1913 : Sexti Pompei Festi De verborum significatu quae supersunt cum Pauli epitome. Leipzig, Teubner, XXVIII, 573 p. (Bibliotheca scriptorum graecorum et romanorum Teubneriana. Auctores romani)

DIODORE DE SICILE, Bibliothèque Historique, XIII

OLDFATHER C.H. éd., 1962 – Diodorus of Sicily, V, books XII 41-XIII. Cambridge MA., London ; W. Heinemann, Cambridge, Massachussets. Harvard University Press, V- 453 p. (Loeb classical library, réimpr. de l’éd. de 1950).

ÉTIENNE DE BYZANCE, Ethnika

MEINEKE A. éd., 1958 – Stephan von Byzanz. Ethnika. Graz, Akademische Druck-u. Verlagsanstalt (Reprod. de l’éd. de 1849), VIII-818 p.

Etymologicon magnum

GAISFORD T. éd., 1962 – Etymologicon magnum, seu verius lexicon saepissime vocabulorum origines indagans ex pluribus lexicis scholiastis et grammaticis. Anonymi cuiusdam opera concinnatum. Amsterdam, Hakkert, (reprint de l’éd. d’Oxford 1848), VIII-2468 p.

EUSTATHE, Commentarü ad Iliadem, I

VAN DER VALK M. éd., 1971 – Eustathii archiepiscopi Thessalonicensis commentarii ad Homeri Iliadem pertinentes ad fidem codicis Laurentiani editi. vol. primum, praefationem et commentarios ad libros A-D complectens. Leiden, Brill, CLX-802 p.

JACOBY, Die Fragmente der Griechischen Historiker (FGH) II.

JACOBY F., 1961 – Die Fragmente der griechischen Historiker (F GR HIST). Zweiter Teil, Zeitgeschichte. A, Universalgeschichte und Hellenika. Leiden, Brill, IX-507 p.

JACOBY F. éd., 1962 – Die Fragmente der griechischen Historiker (FGR HIST). Zweiter Teil, Zeitgeschichte. B, Spezialgeschichten, Autobiographien und Memoiren, Zeittafeln. Leiden. Brill, [509]-1257-X p.

Historicorum Romanorum reliquiae

PETER H. éd., 1883 – Historicorum romanorum fragmenta. Leipzig, Teubner, XXVIII-428 p. Index p. 379-428 (Bibliotheca scriptorum graecorum et romanorum teubneriana).

ÆLIUS HERODIEN, De prosodia catholica

LENTZA. éd., 1965- ÆLIUS HERODIEN, De prosodia catholica, in Grammatici graeci, III, 1,1, Herodiani technici reliquiae. Tomus 1, praefationem et Herodiani prosodiam catholicam continens. Hildesheim, G. Olms, (réimpression de l’éd.de Leipzig, 1867). CCXXVIII-564p.

HESYCHIUS, Lexicon

SCHMIDT A. éd., 1965 – HÉSYCHIUS, Hesychii Alexandrini Lexicon, post Ioannem Albertum. volumen primum, Alpha-Delta. Amsterdam, Hakkert 556 p. (Réimpr. de l’éd. de 1858).

NONIUS MARCELLUS, De compendiosa doctrina

LINDSAY W.-M. éd., 1911 – NONIUS MARCELLUS, De compendiosa doctrina, III. Leipzig, Teubner, 3 vol., (réimp. 2003).

PAUSANIAS L’ATTICISTE, Fragments

SCHWABE E. éd., 1890 : Aelii Dionysii et Pausaniae Atticistarum fragmenta collegit Ernestus Schwabe ; accedunt fragmenta Lexicorum rhetoricorum apud Eustathium laudate. Lipsiae, Sumptibus Dykianis, VI-282 p.

Oracles sibyllins

GEFFCKEN J. éd., 1902 – Die Oracula Sibyllina, bearbeitet im Auftrage der Kirchenväter-Commission der königl. preussischen Akademie der Wissenschaften. Leipzig, Hinrichs (réimp. 1967), 240 p., traduction d’après NIKIPROWETSKY V., 1987 – In : Les écrits intertestamentaires, Paris, Gallimard, La Pléiade.

OROSE, Histoires (Contre les Païens)

ARNAUD-LINDET M.-P. éd., 1991 – OROSE, Histoires (Contre les Païens), tome II, Livres IV-VI. Paris, Les Belles Lettres, 281 p. (CUF).

PHILON de BYZANCE, Parasceuastica et poliorcetica

DIELS éd., 1920 – Excerpte ans Philons Mechanik, B. VII und VIII. Berlin, Reimer (Abhandlungen der preussischen Akademie der Wissenschaften, Philosoph-hist. Kl. n° 12).

PHOTIUS, Lexicon

THÉODORITIS C. éd., 1982 – Photius, Photii Lexicon. I, A-Delta. Berlin. New York, W. de Gruyter. LXXIX-461 p.

PLUTARQUE, Vies

FLACELIÈRE R. et al. éd., 1966 – Plutarque, Vies, tome IV (Timoléon. Paul Emile. Pélopidas. Marcellus). Paris, Les Belles Lettres, 258 p. (CUF)

POLYBE, Histoires

PATON W.R. éd., 1960 – Polybius, The Histories. Londres, W. Heinemann, Cambridge, Massachussets. Harvard University Press, 6 vol. don t V-522 p. (Loeb classical library, réimpr. de l’éd. de 1924). Index p. 524-[536].

PÉDECH P. éd., 1969 – Polybe, Histoires, livre I. Paris, Les Belles Lettres, XLV-137 p. Cartes hors-texte (CUF).

PÉDECH P. éd., 1970 – Polybe, Histoires : livre II. Paris, Les Belles Lettres, 123 p. cartes hors-texte (CUF).

WEIL R., NICOLET C. éd., 1977 – POLYBE, Histoires, livre VI. Paris, Les Belles Lettres, 159 p. (CUF).

PROPERCE, Élégies

PAGANELLI D. éd., 1947 – Properce, Elégies. Paris, Les Belles Lettres. XXI- 175 p. (1e éd., 1929).

PSEUDO-ZONARAS Lexicon

TITMANN A.H. éd., 1810 – (Pseudo) Zonaras Lexicon. Amsterdam, Hakkert, 1967 (reprint de l’éd. de Leipzig, 1808). 2 vol. (CXLVII p., 2160 col.).

SÉNÈQUE, Tragédies

HERMANN L. éd., 1961 – SÉNÈQUE, Tragédies, I (Hercule furieux. Les Troyennes. Les Phéniciennes. Médée. Phèdre). Paris, Les Belles Lettres, XVI-226p. (CUF).

SILIUS ITALICUS, Punica

MINICONI P, DEVALLET G. éd., 1979 – Silius Italiens, La Guerre punique, t. I, livres I-IV. Paris, Les Belles Lettres, CXIII-161 p. (CUF).

STACE, Thébaïde

LESUEUR R. éd., 1990 – Stace, Thébaïde, t. I, livres I-IV. Paris, Les Belles Lettres, LXXVII-151 p. (CUF).

LESUEUR R. éd., 1991 – Stace, Thébaïde, t. II, livres V-VIII. Paris, Les Belles Lettres, 164 p. (CUF).

STACE, Achilleis

MÉHEUST J. éd., 1971 – Stace, Achilléide, Paris, Les Belles Lettres, LI-106 p., Index p. 103-106 (CUF).

STRABON, Géographie

JONES H.L. éd., 1960 – Strabo, The Geography of Strabo, II (livres 3-5) London ; W. Heinemann, Cambridge, Massachussets. Harvard University Press, V-480 p. ; 3 cartes, index p. 473-[480] (Loeb classical library, réimpr. de l’éd. de 1923).

LASSERRE F. éd., 1967 – Strabon, Géographie, tome II, livres 3 et 4. Paris, Les Belles Lettres, 242 p. (CUF).

SUIDAS

ADLER A. éd., 1928 – Suidae Lexicon. Pars I. Leipzig, Teubner, XXX-549 p. (Lexicographi graeci 1).

THEOGNOSTUS

CRAMER J.A. éd., 1835 – Theognostus, Canones sive De orthographia, 22,3, in Anecdota graeca e codd. manuscriptis bibliothecarum Oxoniensium. Vol. I-II. Réimp. Amsterdam, Hakkert, 1963. VIII-572 p.+IV-522 p.

TITE-LIVE, Histoire romaine

LASSERRE E. éd., 1936 – Tite-Live, Histoire romaine, t. 3, livres VI-IX. Paris, Garnier, 574 p.

JAL P. éd., 1995 – Tite-Live, Histoire romaine, XVIII, livre XXVIII. Paris, Les Belles Lettres. LXI-148 p. (CUF).

JALP. éd., 2003 – Tite-Live, Histoire romaine, XVI, livre XXV. Paris, Les Belles Lettres, . LVI-153 p. (CUF).

VIRGILE, Énéïde

DURAND R, BELLESORT A. éd. 1957 – Virgile, Énéide, Livres VII-XII. Paris, Les Belles Lettres, 255 p. (CUF).

SCHOLIES à VIRGILE (Maurus Servius Honoratus)

THILO G. éd., 1878 – In Vergilii Aeneidos libros I-III. Leipzig, Teubner, 1878- 1884.

2. Études et ouvrages de référence

BARRUOL G., 1969 – Les peuples préromains du sud-est de la Gaule. Paris, de Boccard, 408 p. (Revue Archéologique de Narbonnaise, suppl. 1).

CHANTRAINE P, 1999 – Dictionnaire étymologique de la langue grecque : histoire des mots. Paris, Klincksieck, 1999 (réed.), XVIII-1447 p.

COUISSIN P, 1926 – Les armes romaines : essai sur les origines et l’évolution des armes individuelles du légionnaire romain. Paris, Champion, 569 p.

DAREMBERG C., SAGLIO É. dir, 1896 – Dictionnaire des antiquités grecques et romaines d’après les textes et les monuments. II, p. 947-1716.

DELAMARRE X., 2003 – Dictionnaire de la langue gauloise : une approche linguistique du vieux-celtique continental. Paris, Errance, 440 p. (Coll. Hespérides).

DIEFENBACH L., 1860 – Origines Europaeae : die alten Vôlker Europas mit ihren Sippen und Nachbarn, Studien von Lorenz Diefenbach. Frankfurt am Main, J. Baer, 1860.451 p. (p. 350-354, anthologie des textes antiques sur le gaesum).

DUBUISSON M., 1985 – Le latin de Polybe. Les implications historiques d’un cas de bilinguisme. Paris, Klincksieck, 400p.

ERNOUD A., MEILLET A. 1967 – Dictionnaire étymologique de la langue latine. Paris, Klincksieck, 827 p. (histoire des mots, s.v., gaesum, p. 265).

HUBERT H., 1974 – Les Celtes depuis l’époque de la Tène et la civilisation celtique, Mis à jour par MAUSS M. LANTIER R., MARX J.-Paris, Albin Michel, (Collection L’Évolution de l’humanité)

LACROIX J., 2003 – Les noms d’origine gauloise. La Gaule des combats, . Paris, Errance, 240 p. (Coll.des Hespérides)

LAMBERT P.Y., 1994 – La langue gauloise. Paris, Errance, 239 p. (Coll, des Hespérides).

LUCAS G., 2003 – Crixus le Gaulois. In : LACHENAUD G., LONGRÉED. dir., 2003 – Grecs et Romains aux prises avec l’histoire, représentations, récits et idéologie (2), Colloque de Nantes et Angers. Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2 vol. 791 p. (Collection Histoire).

R.E. 1910 : PAULY A., WISSOVAG., 1910 -Paulys Realencyclopädie der Classischen Alterumswissenschaft, VII-1. Stuttgart, Druckenmuller, 1472 col.

R.E. 1978 : Paulys Realencyclopädie der Classischen Alterumswissenschaft, Suppl. XV (Acilius bis Zoilos). Stuttgart, A. Druckenmuller, 1978. 1676 col.

Thesaurus 1833 : HASE C.B., DINDORF G., DINDORF L., 1833 –, Thesaurus graecae linguae (vol. 2, B-D). Paris, Firmin-Didot, 1830 col

THOLLARD P., 2006 – Le regard des civilisés. In : SZABO M. dir., 2006 – Celtes et Gaulois, l’archéologie face à l’histoire. 3, Les civilisés et les barbares du Ve au IIe siècle avant J.-C. Actes de la table ronde de Budapest, 17-18 juin 2005 Glux-en-Glenne, Centre archéologique européen du Mont-Beuvray, 243 p. (Bibracte, 12/3).

WALBANK F.W. 1957 – A Historical Commentary on Polybius, I, commentary on books I-VI. Oxford, Clarendon Press, 1957, p. 194-195.

Notes

1 Abrégé d’Histoire romaine, III, 5.

2 Denys d’Halicarnasse, Les Antiquités romaines, I, 6, 2 ; voir aussi Cicéron, Sur la divination, I, 43.

3 Abrégé d’Histoire Romaine, III, 6,1.

4 Sauf dans quelques inscriptions latines d’époque impériale répertoriées par G. Barruol (Barruol 1969 : 307, note 2) où il est question de Gaesati Raeti employés dans les légions.

5 Je remercie vivement mes deux collègues enseignants de l’Université Lyon 2-Lumière, Jean Schneider, professeur de grec, et Marie-Karine Lhommé, Maître de Conférences en latin, pour l’aide précieuse qu’ils m’ont apportée par leur connaissance des lexicographes.

6 Repris par un Pseudo-Arcadius, abréviateur d’Hérodien, De accentibus, 86,13.

7 Le mot apparaît par exemple dans deux passages de la Septante, Josué, 8.18, Judith, 9,7,4.

Auteur

© ARTEHIS Éditions, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search