Version classiqueVersion mobile

De l’âge du Bronze à l’âge du Fer en France et en Europe occidentale (Xe-VIIe siècle av. J.-C.)

 | 
Henri Gaillard de Sémainville

Avant-propos

Alain Daubigney et Claude Mordant

Texte intégral

Trois bonnes raisons, au moins, avaient conduit l’A.F.E.A.F. (Association Française pour l’Étude de l’Âge du Fer) à organiser son XXXe colloque international annuel à Vienne et Saint-Romain-en-Gal en mai 2006. En premier, outre une exposition consacrée à la religion et à la société en Gaule au Musée de la Civilisation gallo-romaine de Lyon, la splendeur de Vienne et du site de Saint-Romain-en-Gal. qui nous offrait les installations du Musée, ne pouvait que nous attirer. En second lieu, l’A.F.E.A.F. n’avait plus fréquenté la région Rhône-Alpes depuis son 10e colloque tenu à Yenne-Chambéry en 1986 (A. Duval dir., 22e suppl. à la Revue Archéologique de Narbonnaise, 1991), voici plus de vingt ans, alors que notre public attendait un détour vers la vallée du Rhône. Enfin, le dynamisme et les résultats de l’archéologie à Lyon et dans la région, suscités notamment par de grands travaux d’archéologie préventive. depuis une vingtaine d’années, méritaient cette forme d’attention et de soutien.

1Ainsi, comme il est classique dans les colloques de l’A.F.E.A.F., une partie est-elle consacrée à un thème régional. en l’occurrence la moyenne vallée du Rhône à l’âge du Fer (800 – 30 av. J.-C.). Il rassemble 16 communications. Le second thème du colloque est dévolu à une problématique plus spécialisée ; celle de la transition du Bronze au Fer (Xe – VIIe s. av. J.-C.). Celle-ci a naturellement appelé une convergence scientifique entre l’A.P.R.A.B. (Association pour la Promotion de la Recherche sur l’Âge du Bronze) et l’A.F.E.A.F.

2Cette question récurrente de la transition Bronze/Fer fait l’objet de multiples interrogations depuis des décennies. Elle a connu une avancée majeure à partir du début des années 1980 grâce aux datations dendrochronologiques des stations palaffitiques de l’extrême Bronze final abandonnées à partir des années 850 av. J.-C. sur les rives du Lac de Neuchâtel, plus tardivement sur les rives du Lac du Bourget (815-810 av. J.-C.). Un consensus s’est établi progressivement pour considérer que cette fin « conventionnelle » de l’âge du Bronze et le début du Premier âge du Fer se placent vers 800 av. notre ère. Cette question chronologique stabilisée, il va de soi cependant que le questionnement majeur autour de ce changement des sociétés de l’âge du Bronze et du Premier Fer ne se trouvait évidemment pas clos. En 1984, dans le cadre du Congrès national des Sociétés Savantes de Dijon, une table ronde s’est penchée sur cette question et de nombreuses thèses présentées à partir de ces années quatre-vingt sont revenues sur ce thème. L’attention pour ce moment privilégié n’a pas faibli depuis...!

3Ce dossier thématique rassemble 28 communications, dont deux interfèrent avec le thème régional (Entre Alpes et Jura, Les lacs savoyards). Les auteurs proviennent de tous les horizons institutionnels de l’archéologie française et européenne. À Saint-Romain-en-Gal. le colloque a rencontré une audience spectaculaire. Elle trouvera sans aucun doute son écho avec la publication des Actes rendue possible grâce au concours de la Revue Archéologique de l’Est et d’Henri Gaillard de Sémainville. son directeur, que nous remercions vivement.

4Le thème régional dépasse quelque peu les horizons de Lyon et du Rhône car il s’étend en réalité du Mâconnais à la latitude de Pont-Saint-Esprit et de la Loire aux Alpes. Dans ce tour d’horizon, l’agglomération lyonnaise (Vaise, Lyon est, Vénissieux, Saint-Priest) tient une place singulière. Trois communications prennent en compte la longue durée (du Bronze à l’époque romaine, voire plus) et cinq envisagent le Premier âge du Fer en allant jusqu’au début du IVe siècle. La Tène finale est la période la mieux représentée, avec une bonne dizaine de communications. La question de la romanisation revient quelques fois par le biais de l’onomastique, des institutions, des monnayages ou des architectures (remparts, utilisation de la tuile).

5Si la plupart des textes mobilisent les données proprement archéologiques, en tentant des synthèses utiles (Lyon avant Lugdunum, L’Est lyonnais, l’Ardèche méridionale. les faciès numismatiques entre Loire et Isère), quelques contributions sont fondées sur l’examen des sources écrites, épigraphiques ou textuelles. Ceci concerne notamment l’approche de certains aspects des peuples attribués à la région (les énigmatiques Gésates) ou constitutifs de la région comme les Allobroges (onomastique celtique) ou les Voconces (réalité ou non de la civitas).

6La trame de fond de cette partie régionale tourne en fait autour de la question fondamentale du territoire, appréhendé à des échelles diverses. Les préoccupations touchant au paléo-environnement, relativement nouvelles en archéologie, se retrouvent ici dans deux contributions ; ponctuellement à propos de Lyon et globalement quant à la géo-archéologie fluviale du Rhône, de Seyssel à Donzère. Le lecteur trouvera ici une information remarquable quant à la genèse de la plaine dans l’Holocène, l’impact du Rhône sur Lyon depuis l’époque romaine et surtout les rythmes de la dynamique fluviale dans les deux millénaires avant J.-C. (phases successives de crise ou d’optimum climatiques). Ceci intéresse non seulement la région mais aussi toute l’ambiance protohistorique européenne.

7Le domaine funéraire reste méconnu ou peu sollicité (l’Ardèche méridionale. Saint-Priest). Du même coup, les données sur l’habitat prennent un certain relief, sans que la documentation permette toujours de percevoir les réalités de l’occupation du sol autant que le chercheur le souhaiterait (l’Est lyonnais, l’Ardèche). Les remparts ou les sites de hauteur, généralement visibles dans le paysage, sont naturellement impliqués dans cette enquête (Jastres, Le Moulon. la moyenne vallée du Rhône). Des éléments viennent s’ajouter au corpus des établissements ruraux laténiens (Sennecé-lès-Mâcon, Saint-Georges-de-Reneins) ou aux villages de la transition du Premier au Second âge du Fer (Vénissieux). L’illustration fournie par les auteurs montre bien les mobiliers présents sur les sites ; en la circonstance, les importations alimentent au mieux la discussion. À cet égard, les résultats des fouilles d’un établissement hors norme du milieu du IIe siècle (L’îlot Cordier) et d’une agglomération quasi princière des VIe et Ve siècles, toujours à Vaise. ou encore, à Saint-Priest, en contexte funéraire, d’une fosse du Ve siècle renfermant un exceptionnel mobilier massaliète, sont particulièrement stimulants.

8Hormis une communication sur la Bohême, l’Europe de l’Est et du Centre est peu présente dans la partie consacrée à la transition Bronze – Fer. Il s’agissait ici de cibler la France (dans 19 articles) et l’Europe occidentale (dans une dizaine de contributions). Cet espace est, au cas échéant, appréhendé sous la forme de panoramas touchant l’économie du fer (Qu’est-ce qui change, Au fil de l’épée, Les premiers objets en fer) ou la caractérisation des élites (Des hommes et des femmes, La Gaule au miroir des élites). Des approches ponctuelles, dont certaines avaient été données au colloque sous la forme de posters, ont été intégrées aux Actes ; elles éclairent le Bronze final IIIb ou le Hallstatt ancien sous l’angle de tel ou tel site d’habitat ou de nécropole, en France (L’élevage dans le nord-ouest, Fontenay-le-Marmion. Malvieu en Languedoc, Les gorges du Verdon. Villiers-sur-Seine) ou à l’étranger (Can Piteu-Can Roqueta en Catalogne, Remerschen-Klosbaam au Luxembourg). Plus souvent, le lecteur trouvera dans ces Actes l’exposé de synthèses régionales et/ou thématiques ; certaines (Les deux versants du Jura. L’arc alpin. Sur les rives de la Manche) ont l’habileté de dépasser le cadre des frontières actuelles qui n’avaient sans doute pas grand sens vers les Xe-VIIe siècle av. J.-C.

9En suivant une liste purement géographique, le lecteur rencontrera l’Italie (Italie péninsulaire. Piémont et vallée d’Aoste, L’arc alpin englobant l’Italie du nord-ouest, la Suisse occidentale et la France du sud-est), la Suisse et l’Est de la France (Les deux versants du Jura. Entre Alpes et Jura. Les lacs savoyards). Au Nord de la France (Champagne crayeuse, Villiers-sur-Seine), on adjoindra le Luxembourg et la Belgique. Le Midi de la France n’est évoqué que par deux contributions, alors que trois discutent du cas de la péninsule Ibérique (La Catalogne, Le Nord-Est. L’orfèvrerie). La zone atlantique est particulièrement documentée par une série de présentations sur l’Aquitaine, le Centre-Ouest, la Bretagne et la Normandie (Les dépôts, L’élevage, Fontenay-le-Marmion. Les haches à douille), la zone transmanche et le sud de l’Angleterre. Avec cette revue des horizons régionaux, les spécialistes trouveront une matière abondante, nourrie d’un maximum de données, issues tant de la révision des fouilles anciennes que des résultats des fouilles les plus récentes. L’enjeu est de taille puisqu’il s’agit principalement d’éclaircir la difficile question du passage de l’âge du Bronze à l’âge du Fer. un malicieux proposant du reste de bannir le concept de transition.

10Pour comprendre cette question, la plupart des auteurs ont choisi de raisonner dans le cadre d’une fourchette chronologique large. On notera que les concepts diffusionnistes, en usage jusque dans les années 1980, n’ont pas même été évoqués, chacun se plaçant dans l’optique d’une évolution d’ordre endogène. Ici ou là, on signale des continuités mais c’est bien le mot changement qui s’impose pour désigner le Hallstatt C. quand il ne s’agit pas de rupture ou même de crise (le Bassin aquitain, la Gaule). Le problème est tout à la fois de cerner les signes de ce changement, de l’expliquer et d’en saisir le moment, sachant d’emblée que le processus peut être asynchrone. décalé dans le temps comme dans l’espace.

11Le critère du métal n’apparaît pas comme le plus pertinent. L’exemple italien rappelle qu’à la veille de l’âge du Fer la métallurgie du bronze s’épanouit pleinement. Le cas des haches à douille indique au Hallstatt D des productions massives en bronze. On pourrait d’ailleurs se demander si la vitalité du bronze n’a pas en soi constitué un frein au développement du fer. Les premiers objets en fer sont connus dans le Bronze final IIIb hexagonal (jusque dans l’espace atlantique) et deux objets en fer sont signalés en Languedoc entre 800 et 750. Pour autant, on a rappelé qu’en Languedoc la transition Bronze – Fer était située vers 775 – 675 et les débuts du Fer vers 725-675, la Catalogne offrant un cas similaire, et même un peu plus tardif. La date de 800, comme départ de l’âge du Fer, reconnue comme conventionnelle, peut être discutée selon les régions, en intercalant d’abord un horizon Gündlingen (800-730 ; perçu entre 840 et 795 B.C. Cal. en Belgique) puis en considérant que l’économie du fer ne s’impose véritablement qu’au IIIe siècle (au fil de l’épée. Qu’est-ce qui change). En général, le VIIIe siècle, assorti de nuances (850 en Italie du Nord et entre Alpes et Jura ; 725 pour l’adoption de l’épée en fer ; plus tardivement en Espagne...) est donné comme le début de l’âge du Fer, ouvrant une phase de mutation. Le débat reste donc largement ouvert.

12Rendraient compte de cette mutation, comme on l’a observé depuis longtemps, la fragmentation des faciès céramiques et la rupture profonde de l’unité culturelle qui prévalait entre le XIIe et le VIIIe siècle (L’arc alpin). De même, a-t-on noté des comportements nouveaux, comme le développement de l’incinération dans le Nord-Est ibérique ou la disparition des dépôts terrestres en France, traduisant des pratiques rituelles et/ou sociales plus discrètes ou plus économes. On a insisté aussi sur l’affaiblissement des élites (et du reste de la population) minées par le jeu de la compétition sociale, la rupture des circuits d’échange et l’arrière-plan d’une récession vivrière liée à l’évolution climatique (au miroir des élites). À ce tableau, s’ajoutent la raréfaction des habitats en Aquitaine au Ha C et, après quelques tentatives d’adaptation jusqu’à la fin du IXe siècle, l’abandon des rives des lacs savoyards vers 800 (et jusque vers 500), indubitablement lié à la péjoration climatique des débuts du Subatlantique. Pour l’Italie du Nord, on a décrit un paysage fait de sites de hauteur, de petits territoires et de rares sépultures princières, sans trouver là l’émergence du phénomène proto-urbain.

13Toutefois, pour le VIIIe siècle, on a relevé dans le Centre-Ouest l’apparition des tombes d’hommes armés et. dans l’arc alpin, la diffusion nouvelle de tombes masculines de guerriers assorties de celles de femmes de statut un peu moindre mais néanmoins élevé. En Seine-et-Marne. le cas extraordinaire de Villiers-sur-Seine pointe un site fortifié de nature aristocratique (BfIIIb/HC) et celui de Malvieu en Languedoc occidental, fortifié au BfIIIb. et restructuré juste après, annonce une tendance nouvelle dans l’habitat. En Catalogne, les débuts de l’âge du Fer s’accompagnent d’un mouvement de sédentarisation définitive, en même temps que d’un accroissement des moyens de production. En Champagne, comme sur les rives de la Manche, au modèle classique de la petite ferme, qui prévalait jusqu’au BfIIIb. semble se substituer celui du hameau et du village (illustré par Fontenay-le-Marmion) alors qu’apparaissent des moyens de stockage accrus et des enclos monumentaux. Dans ce Nord-Ouest, la faune, essentiellement domestique et surtout bovine, ne semble pas traduire une crise rurale. Dans le même temps, les tas de fumiers anglais, laissant envisager des grands troupeaux et des gains de productivité, respirent en quelque sorte la prospérité. La situation semble donc contrastée, et on regrette, pour une discussion plus serrée, que notre documentation ne soit pas toujours datée avec la précision chronologique que l’on aimerait.

14Une évidence pour finir... Les cavaliers hallstattiens et leurs déplacements d’envergure ont assurément quitté la scène de nos débats...! Mais ces mutations majeures du VIIIe siècle avant notre ère n’en sont pas pour autant toutes explicitées et ce sujet important de la Protohistoire européenne reste de fait une invite à la recherche et au débat pour l’ensemble de la communauté des protohistoriens, spécialistes de l’âge du Bronze ou de l’âge du Fer.

, Professeur émérite de l’Université de Bourgogne. Président de l’A.P.R.A.B.

© ARTEHIS Éditions, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search