Version classiqueVersion mobile

Les Burgondes

 | 
Henri Gaillard de Sémainville

Conclusion

Françoise Vallet

Texte intégral

1Présentant les résultats des travaux polonais, allemands, suisses et français les plus récents, ce colloque offre un examen critique des connaissances traditionnelles dressé par des spécialistes d’horizons géographiques et de disciplines très diverses (histoire, archéologie, anthropologie, linguistique). Il permettra désormais aux chercheurs, souvent très perplexes à la lecture d’études échappant à leur spécialité, de se dégager de théories parfois dépassées et d’acquérir aisément les dernières données de la recherche qui étaient jusqu’alors difficilement accessibles dans une bibliographie très dispersée.

2Ainsi de la toponymie longtemps utilisée pour tenter de cartographier l’implantation burgonde, G. Taverdet ne retient comme trace incontestable de ce peuple que le seul nom de la province de Bourgogne. Les textes, souvent bien lacunaires, laissent subsister beaucoup d’interrogations concernant l’histoire des Burgondes. Leur appartenance aux Germains orientaux paraît-elle même bien incertaine pour H. Wolfram. S’ils ont été classés ainsi par les historiens, n’est-ce pas surtout parce qu’ils adhéraient comme les Goths majoritairement à l’arianisme ? J. Richard s’interroge sur leur défaite rhénane de 437 et sur ses conséquences. Furent-ils victimes d’un raid d’Attila ou bien des Huns recrutés par Aétius ? Quelle pouvait être leur importance numérique ? Quelle signification accorder à l’expression reliquiae Burgundionum (les restes des Burgondes) ? Tous les Burgondes survivants furent-ils réellement installés en Sapaudia en 443 ou subsista-t-il une fraction de ce peuple à l’Est du Rhin ?

3Les archéologues s’efforcent de retrouver leur migration de la Vistule au Rhin. Pour G. Domanski, l’identification de ce peuple serait possible dès le milieu du Ier siècle en Grande-Pologne, son apparition correspondrait à une expansion de la culture de Wielbark. Ce groupe germanique oriental migrerait en partie vers la Lusace et l’Oder inférieurs, formant la civilisation de Luboszyce dont la population se déplacerait ensuite progressivement dès la deuxième moitié du IIIe siècle en direction du Main. A. Leube constate également pour la deuxième moitié du IIe et le début du IIIe siècle d’importants changements des habitats dans le Brandebourg oriental, changements liés à une immigration venue du Sud de la Pologne. F. Teichner, étudiant le mobilier des fouilles récentes de Franconie, montre l’implantation de groupes germaniques orientaux dans cette région du Main au Bas-Empire. La présence d’importations, le grand nombre des découvertes de monnaies et d’objets à caractère militaire laissent supposer que cette population pouvait être fédérée. Qu’il faille identifier ces groupes définis par leur culture matérielle aux Burgondes de l’histoire est naturellement probable mais non démontrable. La communication d’H. Ament traite de la difficile localisation du royaume burgonde de Rhénanie. En 411 Jovin est proclamé empereur par les Alains et les Burgondes à Mundiacum, ville éventuellement identifiable avec Mayence. Le territoire qui leur est attribué en 413 au bord du Rhin est vraisemblablement à situer dans la région de Mayence et de Worms, selon la tradition ultérieure. La rareté des indices archéologiques correspond à celle des textes et dans cette zone, seule une boucle découverte à Worms-Abenheim témoigne sans doute de cette présence burgonde.

4Si nous en étions réduits aux seuls témoignages archéologiques, avouons humblement que nous ne saurions rien des Burgondes. Nous n’identifierions certainement ni leur migration, ni la formation de leur royaume en Sapaudia dans la seconde moitié du Ve siècle. Les très rares mobiliers germaniques datés de l’époque burgonde découverts en Burgondie sont concentrés dans une zone proche du lac Léman. Les fouilles récentes de la région de Lausanne présentées par D. Weidmann et la publication de la nécropole de Saint-Sulpice par R. Marti permettent de constater là une certaine installation germanique dans la seconde moitié du Ve siècle ; mais les mobiliers découverts n’offrent aucune originalité permettant de les distinguer de ceux d’autres populations ; plusieurs parures paraissent attribuables aux Alamans, quelques-unes à des groupes danubiens (Suèves, Gépides...), d’autres aux Thuringiens, aux Goths ou aux Francs (M. Kazanski et F. Vallet). Rien ne peut être considéré comme spécifique des Burgondes. « Les restes des Burgondes » (reliquiae Burgundionum), installés en Sapaudia en 443 avaient-ils emprunté des éléments à diverses cultures lors de leur migration ? Avaient-ils rassemblé autour d’eux d’importantes fractions des peuples rencontrés sur leur route dont nous identifierions les vestiges plutôt que ceux des Burgondes proprement dits ? Seraient-ils même surtout constitués d’un agglomérat de populations hétérogènes ? Depuis longtemps au contact de l’Empire et l’ayant souvent servi, comme cet Hariulf dont la célèbre inscription funéraire au musée de Trêves nous apprend qu’il était « officier de la garde impériale, fils de Hanhawaldus de la lignée royale des Burgondes », ils sont stationnés comme fédérés en Rhénanie en 413. Pour J. Oldenstein, il paraît probable qu’ils soient les défenseurs du fort d’Alzey pendant sa seconde période, dans la première moitié du Ve siècle. Le cas des Burgondes n’est-il pas similaire à celui des Wisigoths établis comme fédérés en Aquitaine en 417, et que l’extrême rareté des vestiges archéologiques laissés localement ne permettrait guère de déceler, si leur installation n’était pas historiquement connue. Les Burgondes avaient peut-être déjà largement adopté les usages romains avant même leur arrivée en Sapaudia ? Comme le souligne J.-F. Reynaud, leur mode de vie dans leur nouveau royaume semble relativement proche de celui des Romains. Pour la région genevoise, Ch. Bonnet constate sous leur règne une augmentation démographique et de nombreuses fondations religieuses. Les épitaphes à noms germaniques découvertes entre Genève, Lyon et Valence témoignent sans doute mieux des Burgondes que les trop rares objets archéologiques (M. Martin). P. Périn considère les quelques nécropoles à mobilier exceptionnel pour la région découvertes en lisière du royaume burgonde ou dans sa partie nord (Brèves, Hauteroche, Charnay) comme celles de postes stratégiques marquant l’avancée de la conquête franque.

5Les cartes de répartition ne font apparaître un ensemble géographique distinct quelque peu superposable aux limites du royaume burgonde qu’à partir d’objets qui sont postérieurs à la disparition de ce royaume (plaques-boucles rectangulaires en bronze ou en os dites de type D, typiques de la deuxième moitié du VIe siècle, grandes garnitures de ceinture damasquinées de type B et A et hauts gobelets de terre cuite à l’épaule ornée d’une série de bourrelets associés parfois à un décor de quadrillages lissés pour le vii° siècle). Il convient sans doute de remarquer que la carte de répartition de ces objets englobe au Nord des territoires extérieurs à l’ancien royaume burgonde (régions d’Auxerre et de Sens, appartenant autrefois au royaume de Clodomir, région de Troyes...). Ainsi, les cartes de répartition dressées par les archéologues reflètent une division politique postérieure à 534 : les limites données par les cartes paraissent plutôt correspondre au royaume mérovingien de Burgondie, qu’à l’ancien royaume burgonde. Le phénomène régionaliste paraît comparable à celui décrit à propos des Bavarois dont l’apparition au milieu du VIe siècle ne proviendrait pas véritablement d’une différence ethnique par rapport au restant de la population de l’Allemagne du Sud, mais de l’appartenance de la Rhétie au royaume ostrogothique au premier tiers du VIe siècle, distinguant ainsi politiquement les Bavarois des Alamans.

6Les études anthropologiques permettraient-elles mieux que celles des mobiliers archéologiques l’identification des Burgondes ? La présence de caractères dentaires mongoloïdes étudiés par C. Baud témoigne d’un métissage avec des groupes humains venus d’une lointaine origine orientale. Ce métissage ne saurait surprendre chez un peuple dont l’histoire a souvent été mêlée à celle des Alains et des Huns. Les cas de déformation crânienne artificielle rassemblés par Ch. Simon sont rencontrés plusieurs fois dans des nécropoles, qui, comme le souligne M. Martin, remontent à la seconde moitié du Ve siècle. Cette pratique a depuis longtemps été mise en rapport avec l’influence hunnique subie par les Burgondes. Là encore, ne détecterait-on les Burgondes que par leurs emprunts à d’autres populations ? H. Gaillard et Ch. Sapin ont présenté la fouille du cimetière de Beaune-Saint-Etienne. Dans la partie orientale de ce site fut mis au jour une série de tombes dont les mobiliers paraissent remonter à l’époque burgonde. L’étude anthropologique de D. Castex, G. Depierre, B. Maureille et D. Bar conclut en la présence de quatre crânes volontairement déformés. Le fait qu’une de ces personnes à crâne déformé inhumée à Beaune porte une grande plaque-boucle rectangulaire (élément de costume germanique oriental) doit sans doute être remarqué. Les déformations crâniennes sont loin d’être limitées aux Huns et aux Burgondes et semblent surtout traduire des influences germaniques orientales. Elle ont aujourd’hui été mises en évidence dans les pays du Danube (Autriche, République tchèque), en Allemagne du Sud et jusqu’en Normandie (Saint-Martin-de-Fontenay) sur de nombreux crânes surtout de femmes dans des cimetières germaniques dont les mobiliers, souvent germaniques orientaux, paraissent appartenir à la deuxième moitié du Ve, voire au début du VIe siècle.

7Les actes de ce colloque réunissent toutes les connaissances actuelles concernant les Burgondes, tant sur le plan de la linguistique, que de l’histoire, de l’anthropologie et de l’archéologie. Il faut remercier l’organisateur grâce auquel une telle documentation a pu être rassemblée. Souhaitons qu’elle serve de point de départ à de fructueuses recherches, permettant de combler nos trop nombreuses lacunes et d’établir enfin l’histoire des Burgondes de façon moins hypothétique.

© ARTEHIS Éditions, 1995

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search