Version classiqueVersion mobile

Les Burgondes

 | 
Henri Gaillard de Sémainville

La Sapaudia et le royaume de Burgondie

L’archéologie funéraire permet-elle de mesurer la poussée franque en Burgondie au VIe siècle ?

Patrick Périn

Résumé

Da die geschichtlichen Phasen der Eroberung des Burgundenreiches durch die Franken wohlbekannt sind (der Angliederung von 534 sind Feldzüge 500/501 und 523/524 vorausgegangen), haben wir nach anderen Forschern die archäologischen Spuren untersuchen wollen, die diese Ereignisse möglicherweise hinterlassen haben.
Mit Ausnahme von einigen außergewöhnlichen, vereinzelten Entdeckungen wie die des Helmes von Vézeronce bzw. des Schatzes von Gourdon, die mit den Ereignissen von 524 und 534 wahrscheinlich in jeweiliger Beziehung stehen, betreffen die archäologischen Quellen, die man mit den historischen Daten vergleichen kann, die Grabstätten. Die chronologische und geographische Untersuchung der Gräber, die als« fränkisch »bezeichnet werden können, insofern sie mit denjenigen der frankischen Gebiete zwischen Seine und Rhein eng verwandt sind, ist von groern Interesse. Sie erlaubt nämlich einerseits die Aufdeckung des Grenzverlaufs zwischen Franken und Burgunden durch die Militärposten, die vor der Eroberung die Grenze kontrollierten, anderseits eine gewisse Abschätzung der Organisation der nach 534 eroberten Gebiete, sowie der darauffolgenden Akkultura-tionsprozesse.

Texte intégral

  • 1 Sur ces questions, voir PERIN (Patrick), La datation des tombes mérovingiennes. Historique, méthode (...)

1La mise en relation des données archéologiques avec les faits historiques étant toujours délicate, on est souvent tenté de solliciter à l’excès fouilles et textes pour les faire coïncider, alors que ces sources n’ont pas une correspondance nécessaire ou possible1.

  • 2 BIENAIME (Jean), Le trésor de Pouan au Musée de Troyes, Sainte-Savine, 1993.
  • 3 SALIN (Edouard) et FRANCE-LANORD (Albert), Sur le trésor barbare de Pouan (Aube), Gallia, 1956, t. (...)
  • 4 KAZANSKI (Michel), Deux riches tombes de l’époque des Grandes invasions au nord de la Gaule : Airan (...)

2Pour l’époque des Grandes invasions, la célèbre trouvaille de Pouan (Aube) illustre à elle seule les limites de ce type d’enquête2. Découverte fortuitement en 1842, cette riche tombe de guerrier a été longtemps considérée, y compris par E. Salin et A. France-Lanord3, comme celle du roi wisigoth Théodoric, tué en 451 lors de la bataille dite des Champs catalauniques. Etayée par la richesse d’un mobilier funéraire précoce où l’on décelait des influences orientales et par la proximité du lieu possible de la rencontre entre les Huns et la coalition romano-barbare, l’argumentation avancée paraissait solide. Les travaux de Michel Kazanski ont en fait définitivement ruiné cette belle construction en montrant que cette tombe était nettement postérieure au milieu du Ve siècle et qu’elle devait être considérée comme contemporaine de celle du père de Clovis, Childéric, mort en 481/4824.

3Il serait pourtant faux, à partir de ce seul exemple - qui est à vrai dire un cas limite - de conclure pour l’époque des Grandes invasions à l’impossibilité générale de correspondances entre les données archéologiques et les faits historiques. La question se pose en effet pour tous les peuples barbares qui participèrent aux événements des IVe-VIe siècles, avec une double interrogation. Les sources archéologiques sont-elles tout d’abord susceptibles de corroborer et même de vérifier les informations parcimonieuses et souvent peu explicites que nous livrent les textes à propos des mouvements de ces peuples, puis de leurs phases d’expansion quand ils se stabilisèrent dans l’ancien Empire romain d’Occident ? Les découvertes archéologiques permettent-elles par ailleurs d’aller plus loin en nous révélant des faits historiques dont les textes parvenus jusqu’à nous n’ont pas conservé le souvenir ?

  • 5 PERIN, 1995, op. cit. note 1.

4Ces questions, qu’après d’autres nous nous sommes posées pour les premières conquêtes de Clovis5, méritent d’être examinées ici à propos de la conquête franque de la Burgondie (fig. 1).

Le contexte historique

  • 6 On trouvera une synthèse historique commode et actualisée dans ANTON (H.H.), Burgunden, IL- Histori (...)

5Quelques dates bien connues jalonnent les étapes de la conquête du royaume burgonde par les Francs6.

Fig. 1. - L’achèvement de la conquête de la Gaule (d’après P. Périn et L.-Ch. Feffer, Les Francs, t. I : A la conquête de la Gaule, Armand Colin, Paris, 1987, p. 176).

6Le mariage de Clovis et de Clotilde, nièce du roi burgonde Gondebaud, marqua tout d’abord dans les années 492/494 un rapprochement franco-burgonde d’autant plus nécessaire que la poussée des Alamans menaçait les deux royaumes. Quelques années plus tard, en 500/501, Clovis fut pourtant amené à intervenir en Burgondie pour soutenir le parti de Godegisile, frère de Gondebaud et roi de Genève. Battu par Clovis près de Dijon, Gondebaud se réfugia à Avignon dont les Francs, en contre-partie d’un tribut annuel, levèrent le siège tandis que Gondebaud s’empressait de tuer Godegisile, assiégé dans Vienne.

7Il s’ensuivit une alliance durable entre Francs et Burgondes, illustrée par le mariage de Thierry, fils aîné de Clovis, avec Suavegotta, petite-fille de Gondebaud. Cette entente survécut un certain temps aux disparitions de Clovis, en 511, puis de Gondebaud, en 516.

8Profitant de tensions internes au sein de la dynastie burgonde, les fils de Clovis, désireux d’achever la conquête de la Gaule que leur père n’avait pu réaliser, pénétrèrent en Burgondie en 523 et battirent Sigismond, successeur de Gondebaud, que Clodomir mit à mort. La Burgondie n’était pas pour autant soumise. Gondomar, frère de Sigismond, se proclama roi, motivant une nouvelle expédition des Francs en 524. Thierry, qui n’était pas intervenu en 523 car Sigismond était son beau-père, se joignit cette fois à ses demi-frères. Mais l’expédition tourna à l’échec, avec en juin la victoire de Gondomar à Vézeronce (Isère), près de Grenoble, où Clodomir fut tué.

9La mort de Théodoric le Grand, en 532, priva les Burgondes d’un solide allié et favorisa en 534 l’ultime expédition franque. Elle fut menée par Clotaire et Childebert car Thierry était alors retenu par la pacification de l’Auvergne. Les Francs s’emparèrent d’Autun, puis livrèrent une bataille décisive aux portes de Dijon où Gondomar fut battu. La Burgondie était conquise après un peu moins d’un siècle d’existence (443-534).

Fig. 2. - La partie nord du royaume burgonde au début du VIe siècle, avec localisation des cimetières cités dans le texte (d’après H. Gaillard de Sémainville, 1981, op. cit. note 18, p. 57).

Fig. 3. - Le casque de Vézeronce (Isère).

Collection Musée Dauphinois, Grenoble, photo B. Roche.

Fig. 4. - Le trésor de Gourdon (Saône-et-Loire).

Cliché Bibliothèque nationale, Paris.

10C’est à partir de cette trame historique et des dates 500/501 et surtout 523/524 et 534 qu’il convient donc de confronter les sources archéologiques concernant la Burgondie et ses marches septentrionales et occidentales, mitoyennes du royaume franc jusqu’à la conquête (fig. 2).

Les données archéologiques

11Deux découvertes isolées méritent tout d’abord d’être mentionnées, même si elles ne peuvent avoir qu’une valeur ponctuelle, voire anecdotique.

  • 7 COLARDELLE (Michel), Sépulture et traditions funéraires du Veau VIIIe siècle après J.-C. dans les c (...)
  • 8 PERIN, 1995, op. cit. note 1.
  • 9 On trouvera un état de la recherche sur ces casques dans QUAST (Dieter), Merowingerzeitliche Grabfu (...)
  • 10 Selon COLARDELLE, op. cit. note 7, le casque de Vézeronce ne serait pas une trouvaille isolée, mais (...)

12Il s’agit tout d’abord du casque de fer doublé de cuivre doré et de laiton qui fut découvert fortuitement à Vézeronce (Isère) en 1871, lors de l’extraction de tourbe dans le marais de Saint-Didier, au Nord-Est de la commune7 (fig. 3). Ce type de casque à bandeau dit de Baldenheim, quoique bien connu, est fort rare dans l’Occident barbare où l’on en dénombre seulement une vingtaine d’exemplaires, la plupart d’entre eux ayant été mis au jour dans des tombes de « chefs » du début de l’époque mérovingienne8. Divers arguments, dont leur carte de répartition significative, ont d’ailleurs conduit à attribuer à ces coiffures d’apparat une origine méditerranéenne et sans doute byzantine9. Ainsi, ni le caractère exceptionnel, ni la datation, ni le lieu de la trouvaille du casque de Vézeronce n’interdisent sa mise en relation avec la bataille qui opposa en juin 523 Francs et Burgondes et où Clodomir trouva la mort10.

  • 11 On ne dispose pas d’une étude scientifique complète du trésor de Gourdon. Si les motifs cloisonnés (...)
  • 12 Nous remercions H. Gaillard de Sémainville de nous avoir communiqué le texte de la conférence donné (...)
  • 13 GREGOIRE DE TOURS, In gloria confessorum, chap. 85 (éd. B. KRUSCH, M. G.H., S.R.M., I, 2, Hanovre, (...)

13Il s’agit ensuite de la découverte faite en 1845 à Gourdon (Saône-et-Loire) d’un petit calice et d’une patène en or, celle-ci cloisonnée de grenats, chefs d’œuvre de l’orfèvrerie du début de l’époque mérovingienne11 (fig. 4). Ces objets remarquables avaient été cachés en même temps qu’un trésor monétaire constitué d’une centaine de sous et de tiers de sou d’or correspondant à des émissions échelonnées du règne de Léon Ier (457-474) à celui de Justin Ier (518-527). Ces dernières monnaies, à fleur de coin, fournissent ainsi un utile terminus post quem pour la date d’enfouissement de ce dépôt, sans doute opéré sous le règne de Justin12. La présence de ces objets liturgiques à quelques centaines de mètres de l’église de Gourdon n’est sans doute pas fortuite si l’on se réfère à la mention en ce lieu par Grégoire de Tours d’un monasterium Gurthonensis13. On peut en effet envisager, compte tenu de la datation haute du trésor, que l’origine de ce monastère ait été plus ancienne et que lors des expéditions franques de 523/524 ou de 534 - la datation des objets liturgiques et des monnaies les plus récentes ne permettant pas d’en décider - les moines aient pris soin de dissimuler leurs biens les plus précieux avant de fuir, sans avoir eu la possibilité de les récupérer par la suite.

  • 14 Sur ce point, voir notamment PERIN (Patrick), A propos de publications récentes concernant le peupl (...)
  • 15 Sur le recours à ces critères, voir MARTIN (Max), Burgunden, III. - Archeologisches, In : Reallexik (...)

14L’interprétation historique de ces trouvailles isolées ne pouvant être poussée beaucoup plus loin, d’autres sources archéologiques méritent d’être à leur tour examinées, en l’occurrence les trouvailles funéraires que l’on peut identifier comme « franques ». Pour l’époque et les lieux qui nous intéressent, ce qualificatif - il importe de le souligner ici - doit être pris dans un sens culturel géopolitique et non à proprement parler ethnique14. En effet, nous l’appliquons à des tombes ou à des groupes de tombes du début de l’époque mérovingienne dont les usages funéraires et le mobilier offrent de fortes analogies avec ceux des pays francs d’entre Seine et Rhin (qu’il s’agisse de l’armement abondant et diversifié ou des types d’objets de parure), tout en se différenciant nettement de ceux reconnus à la même époque en Burgondie (mobilier peu abondant, surtout représenté par des boucles de ceinture)15. C’est dans cette mesure qu’on est autorisé à supposer que les sépultures de faciès « franc » précoce mises au jour en Burgondie ont pu être celles de populations venues des régions d’entre Seine et Rhin, cœur du royaume franc, sans que l’on puisse évidemment préciser si elles étaient d’ascendance franque ou déjà gallofranque.

  • 16 Sur les limites des datations relatives et absolues du matériel mérovingien, voir : PERIN, 1980, op (...)
  • 17 Voir note précédente, et PERIN, 1995, op. cit. note 1. Si quelques tombes exceptionnelles peuvent b (...)

15L’exploitation de cette documentation archéologique, dans l’état actuel des connaissances, n’est pas sans poser des problèmes qui, à vrai dire, ne sont pas propres à l’ancien royaume burgonde. La plupart des sites concernés ayant été fouillés anciennement, on ne dispose tout d’abord que rarement des plans d’ensemble des cimetières et des inventaires tombe par tombe sans lesquels toute enquête chronologique ne peut être qu’approximative16. Il est d’autre part impossible de fixer avec certitude la date de fondation, ainsi que la durée d’utilisation de presque toutes les nécropoles concernées en raison de leur exploration partielle. Il faut également compter, même quand la qualité de la documentation archéologique autorise la mise en œuvre dans les meilleures conditions de méthodes de datation éprouvées, avec les limites des résultats que l’on peut espérer : comme on le sait, les datations obtenues pour une tombe renfermant plusieurs objets caractéristiques, et a fortiori un seul objet, ne sont pas suffisamment fines pour être mises en relation de façon totalement sûre avec les dates historiques mentionnées ci-dessus17. Ajoutons enfin que la moitié sud de l’ancien royaume burgonde échappe pratiquement à cette enquête archéologique puisque l’inhumation habillée (avec objets de parure, accessoires vestimentaires et objets usuels), déjà parcimonieuse plus au Nord, n’y était pas pratiquée à l’époque mérovingienne.

  • 18 Outre MARTIN, op. cit. note 14, on trouvera de précieuses informations dans GAILLARD de SEMAINVILLE (...)

16Ces réserves étant faites, il convient d’examiner un certain nombre de sites ayant livré des tombes de faciès « franc » précoce18, tout en tenant compte de leur situation géographique.

  • 19 Il est en fait difficile de reconstituer avec précision cette frontière dont il est bien évident qu (...)
  • 20 Dans l’attente de la publication de cette fouille importante, voir PIOUX (Roger), Une riche tombe f (...)
  • 21 Etude inédite par « permutation matricielle automatique » de R. Legoux (calage chronologique absolu (...)
  • 22 PERIN, 1995, op. cit. note 1.
  • 23 Etat de la question dans FEFFER (Laure-Charlotte) et PERIN (Patrick), Les Francs. I.A la conquête d (...)
  • 24 Fibules de type thuringien des tombes 16 et 35.
  • 25 BÖHME (Horst Wolfgang), Les Thuringiens dans le nord du royaume franc, Revue archéologique de Picar (...)

17Il s’agit tout d’abord de deux cimetières proches l’un de l’autre, ceux de Brèves (Nièvre) et de Vaudonjon (Yonne), qui offrent la particularité de coïncider approximativement avec le tracé de la « frontière » franco-burgonde tel que les sources écrites permettent de le reconstituer pour le premier tiers du VIe siècle19. Le premier site, comme R. Pioux, auteur des fouilles, l’a souligné, se différencie nettement des cimetières régionaux contemporains par des coutumes funéraires fort comparables à celles du Nord et du Nord-Est de la Gaule, et notamment par des dépôts funéraires abondants et diversifiés qui se rattachent au faciès « franc »20. Par ailleurs, le site auquel correspond la nécropole offre un caractère stratégique évident puisqu’il est en relation avec une voie antique (le « Chemin des Romains ») et commandait le confluent des vallées de l’Yonne et de l’Armance. On ne peut donc que suivre R. Pioux quand il souligne le caractère « franc » et « militaire » du site. Les sépultures les plus anciennes ne paraissant pas antérieures aux années 520/3021 (fig. 5 et 6), on est naturellement tenté de mettre en relation la nécropole de Brèves avec les préparatifs des expéditions franques de 523/524 ou de 534 qui, sans aucun doute, impliquèrent un contrôle de la frontière franco-burgonde. Mais il n’est pas non plus interdit d’y voir une conséquence de la campagne victorieuse de 534, avec la nécessité probable pour l’armée franque de consolider sa conquête par la tenue d’un certain nombre de points stratégiques. C’est d’ailleurs ce que l’on constate quelques décennies auparavant entre Somme et Seine, dans les territoires conquis par Clovis après sa victoire de 48622. Plusieurs cas d’incinérations, coutume qui avait pratiquement disparu en Gaule mérovingienne alors qu’elle demeurait encore vivace aux confins germaniques du royaume mérovingien23, ainsi que la présence d’objets trouvant leurs meilleurs parallèles en Thuringe24, permettent de poser plus précisément le problème de l’origine du groupe armé qui enterra ses morts à Brèves. En reprenant l’hypothèse archéologico-historique formulée il y a quelques années par H.-W. Böhme à partir d’exemples analogues25, on pourrait envisager l’implantation à Brèves de familles de l’aristocratie thuringienne dont on suppose qu’une partie d’entre elles furent déplacées en Gaule par les Francs après qu’ils aient détruit le royaume de Thuringe vers 530/532. La formation de la nécropole serait alors en relation avec les évènements de 534.

Fig. 5. - Plan de la nécropole de Brèves (Yonne), avec indication des tombes du second tiers du VIe siècle et des incinérations

(d’après R. Pioux, Jahrbuch des Römisch-Germanischen Zentralmuseums Mainz, 33. Jahrgang, 1986, 2, p. 819).

  • 26 Abbé PARAT, Le cimetière mérovingien de Vaux-Donjon, Avallon, 1911.
  • 27 Op. cit. note précédente, pl. IV, 25. La fibule polylobée et cloisonnée n° 31, de même que la fibul (...)

18Pour des raisons identiques, la nécropole de Vaudonjon peut, elle aussi, être mise en relation avec les évènements de 523/524 ou de 534, qu’il s’agisse, comme nous venons de le voir, de la préparation des expéditions ou de leur conséquence immédiate26. Egalement située à la frontière franco-burgonde, elle correspond d’une part à un site à caractère stratégique certain puisqu’il commandait le confluent de la Cure et du Cousin. Une série de tombes précoces contenant quatorze épées, huit boucliers et un angon figurent d’autre part parmi les 551 tombes mérovingiennes fouillées de 1904 à 1906 et témoignent de la présence en ce lieu dès le premier tiers du VIe siècle d’un groupe armé vraisemblablement originaire de Gaule du Nord (fig. 7). Quelques objets de parure, dont une fibule ansée asymétrique à trois digitations, confirment et précisent même cette datation puisque certaines sépultures féminines pourraient remonter à la fin du Ve ou au début du VIe siècle et être contemporaines du règne de Clovis (481/2-511)27.

  • 28 Conduite par R. Biton et G. Depierre en 1987-1988, cette fouille, dont l’étude est menée avec le co (...)
  • 29 Site mentionné par GAILLARD de SEMAINVILLE, 1981, op. cit. note 18, p. 61-62.
  • 30 Dans la mesure où cet ensemble, qu’il conviendrait de pouvoir examiner, ne comporte aucun élément s (...)

19L’existence plus au Nord d’établissements militaires francs verrouillant la frontière franco- burgonde et contrôlant d’autres vallées donnant accès à Dijon (Armançon, Seine, Ource) est fort probable si l’on considère l’exemple du cimetière de Bierry-les-Belles-Fontaines (Yonne), situé non loin de Montbard, entre les vallées du Serein et de l’Armançon28. Cependant, comme nous l’avons souligné, le tracé de cette frontière est relativement imprécis. De ce fait, on peut sans doute rattacher aux sites qui viennent d’être présentés la nécropole de Hauteroche (Côte-d’Or)29 qui ne coïncide pas avec le tracé traditionnel de la frontière franco-burgonde mais est néanmoins située à la périphérie nord-ouest de la Burgondie. Les 35 à 40 sépultures mises au jour - malheureusement fouillées dans de mauvaises conditions - ont en effet livré un matériel de type « franc » correspondant à la fois à un groupe armé et à des familles dont la richesse atteste le rang social élevé. La présence d’une tombe de « chef » d’un type bien connu entre Seine et Rhin est également significative, le défunt étant accompagné d’une épée longue, d’un angon, d’une lance, d’un couteau à bouterolle de fourreau en argent, d’un umbo de bouclier, ainsi que d’un bassin de bronze et de deux céramiques (fig. 8). L’étude chronologique de ces trouvailles étant subordonnée à leur publication, il n’est pas actuellement possible de dater avec une précision suffisante les tombes les plus anciennes (la tombe de « chef » ne paraissant pas cependant antérieure aux années 530/540)30. Il serait donc imprudent de proposer une interprétation historique suffisamment sûre de ce site qui peut aussi bien avoir été implanté à la veille de l’une des expéditions franques (dans ce cas l’emplacement de la nécropole permettrait de mieux jalonner le tracé de la frontière franco-burgonde), que résulter de l’exploitation de la conquête de 534 (on expliquerait ainsi l’éloignement relatif de ce site par rapport à cette frontière).

Fig. 6. - Mobilier de la tombe 38 de Brèves (Yonne). Doc. R. Pioux.

Fig. 7. - Mobilier du cimetière de Vaudonjon (Yonne)

(d’après l’abbé Parat, 1911, op. cit. note 26, pl. II et IV).

  • 31 MARTIN (Max), Das fränkische Gräberfeld von Basel-Bernerring, Mayence et Bâle, 1976 (Basler Beiträg (...)

20C’est en des termes analogues qu’il convient sans doute d’interpréter le cimetière de Bâle-Bernerring dont la qualité de la fouille a permis à M. Martin de proposer une interprétation sociologique et historique d’une précision inhabituelle. Il a pu ainsi déterminer que le groupe franc inhumé en ce lieu, un chef de guerre et sa suite, était originaire du monde mérovingien oriental et sans doute de la région du Main, et qu’il s’était établi vers 540 à Bâle, c’est à dire à proximité du tracé nord-est traditionnel de la frontière de l’ancien royaume burgonde. S’il est fondé de mettre en relation l’installation de ce groupe de guerriers avec le processus d’encadrement du royaume nouvellement soumis, on peut également y voir une expression particulièrement significative de l’expansion des Francs orientaux en direction du Rhin supérieur, phénomène bien attesté à cette époque et sans doute en partie stimulé par la conquête de la Burgondie, devenue terre pionnière31.

21D’autres cimetières, en revanche, sont situés de façon indiscutable à l’intérieur même du royaume burgonde.

  • 32 Sur les possibilités de mise en relation des crânes déformés avec le peuplement burgonde voir : KAZ (...)
  • 33 MARTIN (Max), Archäologische Aspekte zur burgundischen Geschichte (5.-7. Jh.), In : Les relations e (...)

22Avant de les présenter, il importe tout d’abord de mentionner, bien que la plupart d’entre eux ne concernent pas directement notre sujet, un certain nombre de sites « romano-burgondes » classiques dont quelques tombes de la seconde moitié du Ve siècle et du début du VIe siècle - donc contemporaines du royaume burgonde - se distinguent des inhumations adjacentes, en général dépourvues de mobilier funéraire, par la présence de paires de fibules ansées asymétriques ou zoomorphes. Si de tels objets se rencontrent en territoire franc, ils sont également présents dans le monde alémanique, ce qui exclut toute interprétation ethnique étroite et plaide au contraire en faveur de l’existence au début de l’époque mérovingienne d’une mode féminine « internationale » qui aurait été commune aux élites germaniques, y compris burgondes. En ce qui concerne la Burgondie, c’est à juste titre qu’on a mis en relation ces objets avec le peuplement burgonde primitif, au même titre que les cas de crânes déformés32 et les épitaphes à nom germanique antérieures à 534, leur répartition géographique significative dans le Jura suisse et français permettant sans doute de circonscrire la Sapaudia, territoire longtemps assimilé à tort à la Savoie, où l’autorité romaine installa les Burgondes comme fédérés en 44333 (fig. 9).

Fig. 8. - Mobilier de la tombe de « chef » de Hauteroche

(Côte-d’Or). Photo H. Gaillard de Sémainville.

  • 34 BAUDOT (Henri), Mémoire sur les sépultures des Barbares de l’époque mérovingienne découvertes en Bo (...)
  • 35 Pour le cimetière de Beaune, voir GAILLARD de SEMAINVILLE op.cit. note 28, p. 59 et s., ainsi que l (...)

23Un site important, celui de Brochon (Côte-d’Or), échappe à ce territoire puisqu’il est proche de Dijon (voir dans ce même volume l’étude de F. Vallet et M. Kazanski). Mis au jour en 1843, il a livré, outre divers objets de parure postérieurs à la conquête franque de la Burgondie, plusieurs fibules de toute évidence antérieures (une fibule ansée asymétrique à trois digitations, trois fibules en forme de chevaux, ainsi qu’une plaque-boucle cloisonnée à plaque réniforme d’origine méditerranéenne dont la chronologie est cependant moins assurée)34. L’interprétation historique de ces tombes ne soulève pas de difficultés particulières bien que l’ancienneté de ces découvertes, nécessairement fragmentaires, incite à la prudence. L’absence apparente de tombes à armes contemporaines ne plaide guère en faveur d’une infiltration franque précoce en Burgondie, qui serait d’ailleurs en contradiction avec les sources historiques, mais peut davantage illustrer l’expansion burgonde hors de la Sapaudia, dont on sait qu’elle s’opéra vers le Nord et vers l’Ouest dès le règne de Chilpéric (vers 470-vers 480). Les tombes les plus anciennes de Beaune pourraient bénéficier d’une interprétation analogue35. L’isolement de ces trouvailles ne laisse pas cependant d’étonner, à moins de ne pas y voir une conséquence des lacunes de la documentation archéologique mais plutôt la preuve de l’acculturation rapide des Burgondes. C’est en effet en ce sens qu’on interprète la faiblesse de leur traces matérielles en Sapaudia où la majorité d’entre eux durent enterrer leur mort sans mobilier funéraire, comme le faisaient les populations romanisées. Quant à la présence à Brochon et à Beaune d’objets contemporains de la conquête franque et postérieurs, elle peut aussi bien correspondre à l’implantation ultérieure en ce lieu d’un groupe franc qu’à l’adoption par la communauté burgonde ou romano-burgonde des modes que les Francs, comme nous le verrons plus loin, véhiculèrent en Burgondie à l’issue de sa soumission.

  • 36 BAUDOT, op. cit. note 34, p. 255 et s. et p. 293 et s.
  • 37 Sur ce type de bouclier, voir BÖHME (Horst Wolfgang), Germanische Grabfunde des 4. bis 5. Jahrhunde (...)

24Le cas des cimetières de Bretenières et de Neuilly-lès-Dijon (Côte-d’Or), non loin de Dijon, mérite encore d’être signalé ici, avec la mention par H. Baudot d’armes, de pièces de harnachement et de boucles, dont la description est malheureusement succincte, ainsi que d’umbos de boucliers, par bonheur dessinés36. Le profil tronconique et la terminaison en pointe de ceux-ci ne laissent planer aucun doute sur leur datation précoce (fin IVe-première moitié Ve siècle), confirmée à Neuilly-les-Dijon par un gobelet de verre caréné à dépressions. Le dépôt d’armes ne paraissant pas avoir été en usage chez les Burgondes, il convient sans doute de mettre les tombes correspondantes au compte d’auxiliaires germaniques de l’armée romaine qui participèrent à l’encadrement des Burgondes quand ils furent installés en Sapaudia en 44337.

25A la différence des sites précédents, d’autres cimetières, plus récents et largement dispersés dans le Nord du royaume burgonde, témoignent en revanche d’influences franques indiscutables si l’on se réfère aux critères que nous avons définis ci-dessus. Quelques uns des plus représentatifs méritent d’être succinctement présentés ici.

  • 38 BAUDOT, op. cit. note 34.
  • 39 WERNER (Joachim), Die romanische Trachtprovinz Nordburgund im 6. und 7. Jahrhundert, In : Les relat (...)
  • 40 L’un des objets les plus anciens est une fibule ansée asymétrique à trois digitations et décor de v (...)

26Il s’agit tout d’abord du célèbre cimetière de Charnay (Saône-et-Loire) où H. Baudot fouilla à partir de 1832 plusieurs centaines de sépultures dont il publia le contenu en 186038. Bien qu’on ne dispose ni du plan d’ensemble de la nécropole ni d’inventaires tombe par tombe, les magnifiques planches de son ouvrage permettent néanmoins de connaître la physionomie générale du site et de retracer son évolution significative. Tandis que les inhumations du VIe siècle renferment un matériel tout à fait comparable à celui des régions d’entre Seine et Rhin, qu’il s’agisse de l’armement abondant (épées longues, angons, lances, haches et umbos de bouclier) ou des objets de parure (fibules ansées asymétriques) et des boucles et plaques-boucles de ceinture, celles du VIIe siècle voient la coexistence d’objets de type mérovingien (scramasaxes, fibules ornées de pierres en bâtes et de filigranes, plaques-boucles de bronze) et de productions classiques pour la Burgondie devenue franque (plaques-boucles damasquinées de type « burgonde », gobelets de terre cuite à base carénée et orifice prolongé)39. Il en ressort ainsi l’image d’un groupe d’origine franque probable qui, tout en s’acculturant au cours de l’époque mérovingienne, à continué à se distinguer des communautés avoisinantes par une pratique vivace de l’inhumation habillée. Compte tenu de la situation géographique privilégiée du cimetière, implanté au confluent des vallées de la Saône et du Doubs, de la présence d’un groupe armé du début de l’époque mérovingienne du type de ceux que nous avons vu coïncider avec la frontière franco-burgonde et de la datation des objets les plus anciens40 (fig. 10), on est tenté d’expliquer l’origine du site de Charnay par un établissement de type militaire postérieur à la victoire franque de 534 et lié à l’organisation de la conquête.

Fig. 9. - La Sapaudia primitive (d’après M. Martin, 1976, op. cit. note 33, p. 205). Ligne pointillée : limites de la Sapaudia d’après P. Duparc, 1958 ; points : fibules ansées asymétriques et zoomorphes de la seconde moitié du Ve siècle ; étoiles : crânes déformés.

Fig. 10. - Fibules du cimetière de Charnay (Côte-d’Or) : l’exemplaire n° 5 est le plus précoce

(d’après Baudot, 1860, op. cit. note 34, pl. XIV).

  • 41 ARONOVICI-MARTIN, op. cit. note 35 : 209 tombes, dont 33 avec mobilier, furent fouillées par L. Bid (...)
  • 42 Ibid., pl. 15, 7. Ce type de plaque-boucle (cf. PERIN, 1995, op. cit. note 1), tout en étant caract (...)
  • 43 ARONOVICI-MARTIN, op. cit. note précédente, p. 41 et s. ; DEYTS (Simone), Sépultures mérovingiennes (...)
  • 44 BAUDOT, op. cit. note 31, p. 276 et pl. XXVII.
  • 45 GAILLARD de SEMAINVILLE, 1981, et YOUNG, op. cit. note 18.
  • 46 SCHWEITZER (J. et R.), OLIVE (C.), KRAMAR (Ch.), PASSARD (Françoise), PETREQUIN (Pierre), URLACHER (...)
  • 47 FEUVRIER (Julien) et FEVRET (Louis), Les cimetières burgondes de Chaussin et de Wriange (Jura) et à (...)

27Egalement situés à proximité de Dijon, place commandant la vallée de la Saône et la partie occidentale de la Burgondie, d’autres cimetières offrent des caractères comparables à celui de Charnay. C’est ainsi le cas du site de Noiron-sous-Gevrey (Côte-d’Or) qui, découvert en 1884, fut fouillé par L. Bidault en 1885-1886, puis par E. Socley de 1907 à 190941. Bien que les nombreuses armes mentionnées par ce dernier dans ses carnets de fouille n’aient pas été, semble-t-il, conservées, la présence d’une garniture d’orfèvrerie cloisonnée à plaque réniforme et boucle cloisonnée atteste la présence d’une tombe de « chef » qui pourrait marquer le point de départ de la nécropole à l’issue de la victoire de 53442 (fig. 11). Le restant du matériel archéologique - objets de parure, boucles et plaques-boucles - présente les mêmes caractères que celui de Charnay et peut bénéficier d’une interprétation identique. Il en est de même pour le cimetière de Genlis (Côte-d’Or) qui, découvert en 1931, a fait l’objet d’une fouille de sauvetage de la part de S. Deyts en 196443. Echelonné des années 520/ 530 à la fin de l’époque mérovingienne, le matériel recueilli comporte un nombre appréciable d’armes pour le VIe siècle, dont des épées, des umbos de bouclier, une « francisque » et un angon. On peut encore ajouter à ces sites celui de Sainte-Sabine (Côte-d’Or), qui offrait les mêmes caractères44. Il n’est donc pas douteux, comme l’ont proposé H. Gaillard de Sémainville en 1981 et B. Young en 1986, que cette concentration remarquable de tombes à armes de faciès franc précoce entre Chalon-sur-Saône et Dijon puisse être mise en relation avec la victoire franque de 534 et l’organisation consécutive de la conquête qui eut pour corollaire nécessaire une implantation de type militaire en certains points stratégiques45 : tel dut être le cas de la plaine de la Saône moyenne puisqu’elle commandait l’ensemble du territoire de l’ancien royaume burgonde (fig. 12), ou encore celui de la vallée du Doubs si l’on considère l’exemple des cimetières des « Champs Traversains » à Saint-Vit46 ou de Chaussin (Doubs)47.

  • 48 THEVENIN (André), Les cimetières mérovingiens de la Haute-Saône, Paris, 1968 (Annales littéraires d (...)
  • 49 SALIN (Edouard), Le cimetière barbare d’Audincourt (Doubs), Bulletin archéologique, 1932-1933, Pari (...)
  • 50 PETREQUIN (Pierre) et ODOUZE (Jean-Louis), Le cimetière mérovingien de Dampierre-sur-le-Doubs, Revu (...)
  • 51 Gallia, « Informations archéologiques » t. XVIII, 2, 1960, p. 254-256, et t. XX, 1962, 2, p. 526-52 (...)
  • 52 SCHEURER (Ferdinand) et LABLOTIER (Anatole), Fouilles du cimetière barbare de Bourogne (Territoire (...)
  • 53 Voir MARTIN, op. cit. supra note 31, chap. VIII, p. 170 et s.
  • 54 MANFREDI (Sophie), PASSARD (Françoise) et URLACHER (Jean-Pierre), Les derniers barbares. Au cœur du (...)

28D’autres cimetières mérovingiens de la moitié nord de l’ancien royaume burgonde se distinguent à première vue des précédents par la présence d’objets qui sont nettement postérieurs au milieu du VIe siècle et apparaissent alors communs à tout le Nord et l’Est du royaume mérovingien, ce qui interdit désormais de les désigner stricto sensu comme « francs ». L’interprétation de ces trouvailles s’avère en réalité délicate dans la mesure où la plupart des sites concernés n’ont fait l’objet que de fouilles partielles. On ne peut donc exclure que certains d’entre eux aient recélé des tombes plus anciennes, ce qui conduirait à proposer à leur sujet une interprétation historique analogue à celle des cimetières du type de Charnay. Deux cas de figure, à vrai dire quelque peu schématiques et qu’il convient naturellement de nuancer site par site, peuvent être mis en évidence à leur propos. Il s’agit tout d’abord de cimetières qui, à la différence des champs de sépultures « romano-burgondes » voisins et contemporains, témoignent de la permanence jusqu’au VIIe siècle de coutumes funéraires « étrangères » et en particulier de dépôts conséquents de mobilier, dont des armes : on peut citer, parmi d’autres, l’exemple des cimetières de Bousseraucourt (Haute-Saône)48, Audincourt49, Dampierre-sur-le-Doubs50 et Blussangeaux (Doubs)51 ou encore Bourogne (Territoire-de-Belfort)52. S’ils ont réellement été fondés au cours de la seconde moitié du VIe siècle, ces sites doivent alors correspondre à l’implantation dans la moitié nord de l’ancien royaume burgonde de groupes de population venus du Nord ou surtout de l’Est du royaume franc, en relation avec des phénomènes d’émi gration spontanée ou au contraire organisée dont on a souligné l’ampleur à partir du milieu du VIe siècle53. C’est en ce sens qu’il convient sans doute d’interpréter le cimetière de la « Grande Oye » à Doubs (Doubs), fouille exhaustive récente dont l’étude, en cours, ne laissera pas d’être très instructive dans cette perspective54.

Fig. 11. - Plaque-boucle cloisonnée du cimetière de Noiron-sous-Gevrey (Côte-d’Or).

Photo H. Gaillard de Sémainville

Fig. 12. - Les tombes mérovingiennes à armes de Bourgogne (d’après Young, op. cit. note 18, p. 88 , fig. 5).

  • 55 Consacré, le qualificatif « burgonde » ne peut désormais s’entendre que dans un sens régional puisq (...)
  • 56 On en trouvera de bons exemples dans GAILLARD, 1980, op. cit. supra note 18.
  • 57 De la même façon, on trouve des productions « burgondes » hors de Burgondie, preuve d’échanges bila (...)
  • 58 Pour les protectorats francs en Alémanie, voir la discussion des thèses de M. Martin et K. Böhner d (...)

29Le second cas de figure rencontré est celui des cimetières « romano-burgondes » classiques où, parmi un mobilier funéraire peu abondant, on rencontre à côté des productions « burgondes » classiques, au sens géographique du terme55, des types d’objets mérovingiens courants dans le Nord et l’Est du royaume franc56. On ne peut bien évidemment mettre en relation ces objets dispersés et peu nombreux avec l’implantation en Burgondie de groupes de population venus de ces territoires périphériques : en revanche, il est permis d’y voir, en même temps que la conséquence d’échanges57, une certaine diffusion au sein de la population romano-burgonde des modes vestimentaires et funéraires « franques » qui accompagnèrent l’intégration de la Burgondie dans le royaume des Francs, selon un phénomène déjà constaté auparavant en Alémanie et en Aquitaine58.

  • 59 GAILLARD de SEMAINVILLE (Henri), La tombe du guerrier franc, In : BARTHELEMY (Albert) et DEPIERRE ( (...)

30Nous ne pouvons conclure sans mentionner la découverte, certes isolée mais exceptionnelle par son caractère urbain, de la tombe de « chef » de Mâcon, rue des Cordiers59. H. Gaillard de Sémainville a souligné à juste titre le caractère franc du mobilier funéraire particulièrement homogène qui accompagnait le défunt : épée longue, hache profilée, lance à douille fendue et courte flamme ovale, petit scramasaxe, boucle ovale de ceinture en bronze à ardillon à base scutiforme, complétée par des rivets scutiformes, pince à épiler et balance de type romain. Datable du second tiers du VIe siècle, cette tombe est un des rares témoins archéologiques de l’encadrement par les Francs de la moitié sud du royaume burgonde.

31Grâce à l’archéologie funéraire, il est donc permis de mettre en évidence des témoins matériels de la poussée franque en Burgondie à partir de 534, qu’il s’agisse des préparatifs de la conquête, de son exploitation, ou encore de la diffusion de modes funéraires et vestimentaires véhiculées à cette occasion. Mais, autant qu’on en puisse juger par des fouilles le plus souvent fragmentaires, ces divers phénomènes n’ont pas été la conséquence de vastes mouvements de population mais, comme ailleurs en Gaule, le fait de groupes limités de guerriers accompagnés de leur famille qui semblent s’être rapidement acculturés. D’autres témoignages archéologiques, en revanche, plus tardifs, ne peuvent plus être mis en relation directe avec le précieux terminus post quem fourni par ces évènements historiques bien datés, mais confirment l’expansion austrasienne vers le Sud que suggèrent les sources écrites à partir du milieu du VIe siècle.

Notes

1 Sur ces questions, voir PERIN (Patrick), La datation des tombes mérovingiennes. Historique, méthodes, applications, Genève, Droz, 1980 (IVe section de l’Ecole pratique des Hautes Etudes, Hautes Etudes médiévales et modernes, V, 39), p. 169 et s. ; Les tombes de « chefs » de l’époque de Childéric et de Clovis et leur interprétation historique, In : La noblesse romaine et les chefs barbares (Actes du colloque international du Musée des Antiquités nationales, Saint-Germain-en-Laye, 1992), Condé-sur-Noireau, 1995 (t. IX des Mémoires publiés par l’Association française d’Archéologie mérovingienne), p. 247-301.

2 BIENAIME (Jean), Le trésor de Pouan au Musée de Troyes, Sainte-Savine, 1993.

3 SALIN (Edouard) et FRANCE-LANORD (Albert), Sur le trésor barbare de Pouan (Aube), Gallia, 1956, t. XIV, p. 199-288.

4 KAZANSKI (Michel), Deux riches tombes de l’époque des Grandes invasions au nord de la Gaule : Airan et Pouan, Archéologie médiévale, t. XII, 1982, p. 17-33.

5 PERIN, 1995, op. cit. note 1.

6 On trouvera une synthèse historique commode et actualisée dans ANTON (H.H.), Burgunden, IL- Historisches, In : Reallexikon der Germanischen Altertumskunde, Bd. 4, Lf. 3/4, Berlin-New York, 1980, p. 235-248.

7 COLARDELLE (Michel), Sépulture et traditions funéraires du Ve au VIIIe siècle après J.-C. dans les campagnes des Alpes françaises du nord, Grenoble, 1983 (Publication de la Société alpine de documentation et de recherche en archéologie historique}, p. 224 et s. ; notice n° 183, dans Des Burgondes à Bayard. Mille ans de Moyen Age, recherches archéologiques et historiques, Grenoble, 1981 (cat. de l’exposition itinérante 1981-1984).

8 PERIN, 1995, op. cit. note 1.

9 On trouvera un état de la recherche sur ces casques dans QUAST (Dieter), Merowingerzeitliche Grabfunde aus Gültlingen (Stadt Wildberg, Kreis Calw), Stuttgart, 1993 (Forschungen und Berichte zur Vor- und Frühgeschichte in Baden-Württemberg, Bd. 52).

10 Selon COLARDELLE, op. cit. note 7, le casque de Vézeronce ne serait pas une trouvaille isolée, mais proviendrait d’une sépulture. La situation particulière de celle-ci dans une tourbière pourrait suggérer une inhumation hâtive, peut-être en relation avec la bataille dont on ignore cependant le lieu exact.

11 On ne dispose pas d’une étude scientifique complète du trésor de Gourdon. Si les motifs cloisonnés de la patène (19,5 x 12, 5 cm) offrent d’évidentes parentés stylistiques et technologiques avec des objets mis au jour en Gaule du Nord à l’époque de Clovis (en particulier certains décors de poignées et de fourreaux d’épées du « groupe Flonheim-Gültlingen » : cf. PERIN, 1995, op. cit. note 1), le petit calice à anses symétriques zoomorphes (7,5 cm de haut) se rattache par son type à des vases antiques du monde méditerranéen. Voir sur ces objets (parfois considérés comme un nécessaire liturgique de voyage) les notices de BARATTE (François) et METZGER (Catherine), L’orfèvrerie christianisée, In : Naissance des arts chrétiens, Paris, Imprimerie nationale, 1991, p. 306 et s., et SCHULZE (Mechtild), Franken, n° 234, In : ROTH (Helmut), éd., Kunst der Völkerwanderungszeit, Propyläen-Verlag, Francfort-sur-le-Main, Berlin, Vienne, 1979.

12 Nous remercions H. Gaillard de Sémainville de nous avoir communiqué le texte de la conférence donnée par Henri-Antoine Petit à l’Académie de Dijon le 18 octobre 1991 où, sous le titre « Le trésor de Gourdon : problèmes juridiques, numismatiques et historiques », l’auteur relate de façon très précise l’historique de la découverte (publié dans La Physiophile, n° 118, juin 1993, p. 9-20).

13 GREGOIRE DE TOURS, In gloria confessorum, chap. 85 (éd. B. KRUSCH, M. G.H., S.R.M., I, 2, Hanovre, 1969). L’identification traditionnelle du monasterium Gurthonensis avec Gourdon ne fait aucun doute dans la mesure où le prêtre Desideratus, que Grégoire de Tours rencontra sur place, était un prêtre du diocèse de Chalon-sur-Saône (aimables précisions de Martin Heinzelmann, Institut historique allemand de Paris).

14 Sur ce point, voir notamment PERIN (Patrick), A propos de publications récentes concernant le peuplement en Gaule à l’époque mérovingienne : la question franque, Archéologie médiévale, t. XI, 1981, pp. 125-145 ; Les conséquences ethniques de l’expansion franque : état de la question, In : Le phénomène des Grandes invasions, Valbonne, C.R.A., 1983, p. 85-89 {Actes des premières Journées anthropologiques de Valbonne, avril 1981).

15 Sur le recours à ces critères, voir MARTIN (Max), Burgunden, III. - Archeologisches, In : Reallexikon der Germanischen Altertumskunde, Bd. 4, Lf. 3/4, Berlin-New York, 1980, p. 248-271. Le cimetière de Sézegnin (Avusy-Genève) est une bonne illustration des usages funéraires pratiqués en Burgondie aussi bien au temps de son indépendance qu’après la conquête franque : PRIVATI (Béatrice), La nécropole de Sézegnin (Avusy-Genève). IVe-VIIIe siècle, Genève, 1983 (Mémoires et documents publiés par la Société d’histoire et d’archéologie de Genève, t. X).

16 Sur les limites des datations relatives et absolues du matériel mérovingien, voir : PERIN, 1980, op. cit. note 1 ; en coll. avec René LEGOUX, De la permutation matricielle manuelle à la permutation matricielle automatique. Application à la datation des sépultures mérovingiennes, Archéologie médiévale, t. XXIII, 1993 ; LEGOUX (René), Le cadre chronologique de Picardie. Son application aux autres régions en vue d’une chronologie unifiée et son extension vers le Romain tardif, et MOESGAARD (Jens) et PERIN (Patrick), La question des « tombes-références » pour la datation absolue du mobilier funéraire mérovingien, dans La datation des structures et des objets du haut Moyen Age. Méthodes et résultats (Actes des XVe Journées internationales d’Archéologie mérovingienne, Rouen, 1994), à paraître en 1995 (t. VIII des Mémoires publiés par l’Association française d’Archéologie mérovingienne).

17 Voir note précédente, et PERIN, 1995, op. cit. note 1. Si quelques tombes exceptionnelles peuvent bénéficier d’une datation relativement ponctuelle, la majorité d’entre elles, de même d’ailleurs que les objets isolés, ne peuvent être datées que par leur appartenance à des phases typochronologiques correspondant au mieux à un tiers ou à un quart de siècle.

18 Outre MARTIN, op. cit. note 14, on trouvera de précieuses informations dans GAILLARD de SEMAINVILLE (Henri), Burgondes et Francs, In : Les Francs sont-ils nos ancêtres ?, n° 56, septembre 1981, ^Histoire et Archéologie. Les dossiers, p. 56-63 ; Les cimetières mérovingiens de la Côte chalonnaise et de la Côte mâconnaise, Dijon, 1980 (Revue archéologique de l’Est et du Centre-Est, 3e supplément) ; Aux origines de la Bourgogne : Burgondes, Francs et Gallo-Romains, In : Bourgogne médiévale. La mémoire du sol. 20 ans de recherches archéologiques, Mâcon, 1987-1988, p. 51-71 ; YOUNG (Bailey), Quelques réflexions sur les sépultures privilégiées, leur contexte et leur évolution, surtout dans la Gaule de l’est, In : DUVAL (Yvette) et PICARD (Jean-Charles), L’inhumation privilégiée du IVe au VIIIe siècle en Occident, De Boccard, Paris, 1986, p. 69-88 (Actes du colloque de Créteil, 1984).

19 Il est en fait difficile de reconstituer avec précision cette frontière dont il est bien évident qu’il s’agissait d’une zone de contact entre Francs et Burgondes et non d’un tracé linéaire au sens moderne du terme. C’est d’ailleurs essentiellement par les limites des cités romaines contrôlées respectivement par les Francs et par les Burgondes que cette « frontière » a été définie, le recours à un fleuve ou à une chaîne montagneuse (comme pour le royaume wisigothique) étant ici impossible. Voir DEMOUGEOT (Emilienne), La formation de l’Europe et les invasions barbares. 2. - De l’avènement de Dioclétien au début du VIe siècle, Paris, Aubier, 1979, p. 656 et s. ; MUSSET (Lucien), Les invasions. Les vagues germaniques, Paris, P.U.F., 1965, p. 111 et s.

20 Dans l’attente de la publication de cette fouille importante, voir PIOUX (Roger), Une riche tombe féminine du VIe siècle à Sur-Yonne (Brèves), Les annales des pays nivernais, n° 27-28, 1980, p. 41-45 ; Notices n° 55-73, In : Bourgogne médiévale. La mémoire du sol. 20 ans de recherches archéologiques, Mâcon, 1987-1988.
En ce qui concerne les armes, on notera la présence de dix épées longues et de sept umbos de boucliers auxquels il convient d’ajouter de nombreuses lances à douille fendue et haches, ainsi qu’un angon. Une des sépultures les plus anciennes (n° 38) se rattache à l’horizon des tombes de « chefs » (« groupe C » de Menghin et de Martin : cf. PERIN, op. cit. note 1) avec une épée longue, un umbo de bouclier et un fermoir d’aumônière cloisonné, le mobilier funéraire étant complété par une boucle ovale massive à ardillon à base scutiforme, une aiguille, une pince à épiler et une écuelle de verre à fond repoussé.

21 Etude inédite par « permutation matricielle automatique » de R. Legoux (calage chronologique absolu par P. Périn). Voir également note 16.

22 PERIN, 1995, op. cit. note 1.

23 Etat de la question dans FEFFER (Laure-Charlotte) et PERIN (Patrick), Les Francs. I.A la conquête de la Gaule. II. A l’origine de la France, Paris, Armand Colin, 2 vol., 1987, t. II, p. 168 et s.

24 Fibules de type thuringien des tombes 16 et 35.

25 BÖHME (Horst Wolfgang), Les Thuringiens dans le nord du royaume franc, Revue archéologique de Picardie, n° 3-4, 1988, p. 57-69 {Actes des VIIIe Journées internationales d’Archéologie mérovingienne, Soissons, 1986).

26 Abbé PARAT, Le cimetière mérovingien de Vaux-Donjon, Avallon, 1911.

27 Op. cit. note précédente, pl. IV, 25. La fibule polylobée et cloisonnée n° 31, de même que la fibule ansée n° 25, relève de la seconde partie du « niveau II » de Böhner.

28 Conduite par R. Biton et G. Depierre en 1987-1988, cette fouille, dont l’étude est menée avec le concours d’H. Gaillard de Sémainville (qui nous a aimablement fourni ces informations), est encore largement inédite. Les tombes, sans doute ad sanctos, ont livré un matériel archéologique d’une richesse inhabituelle pour la région et d’un caractère franc évident : fragment d’angon, umbo de bouclier, hache de jet, mors de filet damasquiné, provenant d’une tombe masculine détruite ; objets de parure, dont une boucle en cristal de roche, dans des tombes féminines. Il n’est pas douteux, à nouveau, que ces tombes soient en relation avec la préparation ou l’exploitation immédiate de la conquête franque de la Burgondie. Voir GAILLARD de SEMAINVILLE, Les Burgondes, à la recherche d’un peuple discret, Archéologia, n° 290, mai 1993, p. 60.

29 Site mentionné par GAILLARD de SEMAINVILLE, 1981, op. cit. note 18, p. 61-62.

30 Dans la mesure où cet ensemble, qu’il conviendrait de pouvoir examiner, ne comporte aucun élément significatif de l’horizon des tombes de « chefs » de l’époque de Clovis, la bouterolle en U (tôle d’argent) du couteau correspondant bien, en revanche, au groupe suivant (« groupe C » de Menghin et Martin) : cf. PERIN, 1995, op. cit. note 1.

31 MARTIN (Max), Das fränkische Gräberfeld von Basel-Bernerring, Mayence et Bâle, 1976 (Basler Beiträge zur Urund Frühgeschichte, t. I).

32 Sur les possibilités de mise en relation des crânes déformés avec le peuplement burgonde voir : KAZANSKI (Michel), A propos de l’apparition de la coutume de la déformation crânienne artificielle chez les tribus germaniques de la Gaule, Bulletin de liaison de l’Association française d’Archéologie mérovingienne, n° 3, 1980, p. 85-88 ; BUCHET (Luc), La déformation crânienne en Gaule et dans les régions limitrophes pendant le haut Moyen Age. Son origine. Sa valeur historique, Archéologie médiévale, t. XVIII, 1988, p. 55-71.

33 MARTIN (Max), Archäologische Aspekte zur burgundischen Geschichte (5.-7. Jh.), In : Les relations entre l’empire romain tardif, l’empire franc et ses voisins (IXe Congrès de l’Union internationale des Sciences préhistoriques et protohistoriques, Colloque XXX, 13-18 septembre 1976), Nice, 1976 (prétirage), p. 201-207.

34 BAUDOT (Henri), Mémoire sur les sépultures des Barbares de l’époque mérovingienne découvertes en Bourgogne et particulièrement à Charnay, Mémoires de la Commission des Antiquités du département de la Côte-d’Or, t. V, 1860, p. 265 et s. et pl. XXVI-XXVII.

35 Pour le cimetière de Beaune, voir GAILLARD de SEMAINVILLE op.cit. note 28, p. 59 et s., ainsi que les études dans ce volume. Quatre crânes déformés ainsi que des fibules de la seconde moitié du Ve siècle/début du VIe siècle pourraient correspondre à l’établissement dans la ville d’un groupe burgonde dont les tombes furent installées à côté du cimetière suburbain (Saint-Etienne) utilisé par la population locale aux IVe et Ve siècles. On ne peut manquer de signaler ici la présence d’un exemple de crâne déformé à Noiron-sous-Gevrey, malheureusement non daté. Compte tenu du contexte général du site (voir ci-dessous), cette trouvaille pourrait davantage illustrer l’assimilation par les immigrants francs de la population locale burgonde que l’expansion burgonde proprement dite : voir ARONOVICI-MARTIN (Claude), Les Mérovingiens au Musée de Dijon. Collections mérovingiennes du Musée archéologique, Besançon, 1977, p. 55 et s.

36 BAUDOT, op. cit. note 34, p. 255 et s. et p. 293 et s.

37 Sur ce type de bouclier, voir BÖHME (Horst Wolfgang), Germanische Grabfunde des 4. bis 5. Jahrhunderts zwischen Loire und unterer Elbe. Studien zur Chronologie und Bevölkerung, München, 1974, 2 vol. (Münchner Beiträge zur Vor- und Frühgeschichte, Bd. 19), p. 111 et s. Voir également dans ce même volume l’étude de M. Kazanski et F. Vallet.

38 BAUDOT, op. cit. note 34.

39 WERNER (Joachim), Die romanische Trachtprovinz Nordburgund im 6. und 7. Jahrhundert, In : Les relations entre l’empire romain tardif, l’empire franc et ses voisins (IXe Congrès de l’Union internationale des Sciences préhistoriques et protohistoriques, colloque XXX, 13-18 septembre 1976), Nice, 1976 (prétirage), p. 228-253.

40 L’un des objets les plus anciens est une fibule ansée asymétrique à trois digitations et décor de vrilles (BAUDOT, op. cit. note 31, pl. XIV, 5). Rien n’interdit cependant que cet objet isolé du « niveau II » de Bôhner (voir PERIN, op. cit. note 1) puisse être rattaché au « niveau III » (à partir de 520/530), ne serait-ce que par un usage plus long que la moyenne lié à l’âge élevé de son porteur (hypothèse parmi d’autres). D’autres objets, nécessairement considérés isolément puisque des inventaires tombe par tombe manquent, peuvent aussi bien appartenir au premier tiers du VIe siècle (fin du « niveau II » de Böhner), qu’à son second tiers (première partie du « niveau III ») : ainsi un umbo de bouclier (pl. I, 3), une épée longue et une lance à douille fendue (pl. II, 3 et 6), un angon et une « francisque » (pl. III, 4 et 14), une paire de fibules polylobées et cloisonnées (pl. XII, 7 et 8), quelques types de verres (pl. XXI, 8 et 9, et XXII, 10).

41 ARONOVICI-MARTIN, op. cit. note 35 : 209 tombes, dont 33 avec mobilier, furent fouillées par L. Bidault, et environ 400, dont une centaine avec mobilier, par E. Socley.

42 Ibid., pl. 15, 7. Ce type de plaque-boucle (cf. PERIN, 1995, op. cit. note 1), tout en étant caractéristique de l’horizon des tombes de « chefs » du « groupe Flonheim-Gültlingen » (vers 480-vers 520/530), peut naturellement être encore présent au début du « niveau III » de Böhner et donc correspondre aux évènements de 534.

43 ARONOVICI-MARTIN, op. cit. note précédente, p. 41 et s. ; DEYTS (Simone), Sépultures mérovingiennes à Genlis, Mémoires de la Commission des Antiquités du département de la Côte-d’Or, t. XXVI, 1963-1969, Dijon 1970, p. 261 et s.

44 BAUDOT, op. cit. note 31, p. 276 et pl. XXVII.

45 GAILLARD de SEMAINVILLE, 1981, et YOUNG, op. cit. note 18.

46 SCHWEITZER (J. et R.), OLIVE (C.), KRAMAR (Ch.), PASSARD (Françoise), PETREQUIN (Pierre), URLACHER (Jean-Pierre) et RICHARD (Hervé), Le site néolithique, protohistorique et mérovingien de Saint-Vit (Doubs). II. La nécropole mérovingienne des Champs Traversains, Revue archéologique de l’Est et du Centre-Est, t. XXXIX fasc. 3-4, n° 153-154, juillet-décembre 1988, p. 231-272. Les tombes les plus anciennes de ce site, utilisé au moins jusqu’au milieu du VIIe siècle, sont datables du second tiers du VIe siècle (T. 5 et 7, avec de grandes lances à longue flamme et douille fendue). C’est à juste titre que les auteurs de la publication, reprenant les conclusions d’H. Gaillard de Sémainville (GAILLARD de SEMAINVILLE, 1981, op. cit. note 18), ont opposé le cimetière des « Champs Traversains », avec une permanence des dépôts d’armes et de céramiques et la présence de garnitures de ceintures de fer (damasquiné ou non), classique pour le Nord et l’Est du monde mérovingien, au cimetière voisin de Saint-Vit/ « Corvée de Rozet » : de type romano-burgonde (absence d’armes et de céramiques, rareté des accessoires vestimentaires), celui-ci, en usage depuis le cours du Ve siècle, aurait pu être abandonné au profit du champ de sépultures fondé à l’occasion de l’implantation en ce lieu d’un groupe franc à l’issue des évènements de 534.

47 FEUVRIER (Julien) et FEVRET (Louis), Les cimetières burgondes de Chaussin et de Wriange (Jura) et à la suite les stations burgondes de l’arrondissement de Dole, Dole, 1902, 56 p. (Mémoires de la Société d’Emulation du Jura, 7e série, t. 13, 1903-1904). Voir également MARMET (Maryvonne), Chaussin, In : CHEVAL (François) et LAMBERT (Marie-Jeanne), Les Mérovingiens en Franche-Comté, catalogue de l’exposition des Musées de Dole et Lons-le-Saunier, 1983, p. 18-21. Ayant livré des découvertes fortuites au cours du XIXe siècle, ce site fit l’objet de fouilles en 1901. Le mobilier, déposé au Musée de Dole, permet de conclure que ce cimetière, fondé dès le cours de la première moitié du VIe siècle, fut utilisé jusqu’à la fin de l’époque mérovingienne. Sa partie la plus ancienne correspond de toute évidence à un groupe armé d’origine franque, avec des épées, des umbos de bouclier, des lances, trois haches dont une « francisque ». La présence d’un bassin de bronze, dont on ignore s’il provenait d’une tombe masculine ou féminine, correspond de toute manière à l’horizon des « tombes de chefs ». On peut ajouter une fibule ansée asymétrique à cinq digitations, pied zoomorphe et décor de volutes.

48 THEVENIN (André), Les cimetières mérovingiens de la Haute-Saône, Paris, 1968 (Annales littéraires de l’Université de Besançon, vol. 89, Archéologie, t. 20), p. 28 et s.

49 SALIN (Edouard), Le cimetière barbare d’Audincourt (Doubs), Bulletin archéologique, 1932-1933, Paris, 1937, p. 699-737.

50 PETREQUIN (Pierre) et ODOUZE (Jean-Louis), Le cimetière mérovingien de Dampierre-sur-le-Doubs, Revue archéologique de l’Est et du Centre-Est, n° 19, 1968, p. 275-291.

51 Gallia, « Informations archéologiques » t. XVIII, 2, 1960, p. 254-256, et t. XX, 1962, 2, p. 526-527.

52 SCHEURER (Ferdinand) et LABLOTIER (Anatole), Fouilles du cimetière barbare de Bourogne (Territoire de Belfort), Paris-Nancy, 1914.

53 Voir MARTIN, op. cit. supra note 31, chap. VIII, p. 170 et s.

54 MANFREDI (Sophie), PASSARD (Françoise) et URLACHER (Jean-Pierre), Les derniers barbares. Au cœur du massif du Jura, la nécropole mérovingienne de la Grande Oye à Doubs, Cêtre, Thise-Besançon, 1992.

55 Consacré, le qualificatif « burgonde » ne peut désormais s’entendre que dans un sens régional puisqu’il s’agit de productions postérieures à la chute du royaume burgonde. Les plus caractéristiques sont des garnitures de ceinture de fer damasquiné des « types A » et « B » de R. Moosbrugger-Leu, ainsi que des plaques-boucles de bronze à plaque rectangulaire de « type D » : MOOSBRUGGER-LEU (Rudolf), Die Schweiz zur Merowingerzeit. Die archäologische Hinterlassenschaft der Romanen, Burgunder und Alamannen, Berne, 1971, 2 vol.

56 On en trouvera de bons exemples dans GAILLARD, 1980, op. cit. supra note 18.

57 De la même façon, on trouve des productions « burgondes » hors de Burgondie, preuve d’échanges bilatéraux, voire parfois peut-être de la circulation des porteurs de ces objets, morts en chemin.

58 Pour les protectorats francs en Alémanie, voir la discussion des thèses de M. Martin et K. Böhner dans PERIN, 1995, op. cit. supra note 1. Pour l’ancienne Aquitaine wisigothique, voir JAMES (Edward), The merovingian archaeology of south-west Gaul, Oxford, 1977, 2 vol. (British Archaeological Reports, SS. 25, 1 et 2), et PERIN (Patrick), compte-rendu de cet ouvrage, dans Bulletin monumental, t. 136, II, p. 192- 202.

59 GAILLARD de SEMAINVILLE (Henri), La tombe du guerrier franc, In : BARTHELEMY (Albert) et DEPIERRE (Germaine), La nécropole gallo-romaine des Cordiers à Mâcon, Mâcon, 1990 (Recherches du Groupement archéologique du Mâçonnais), p. 108-114.

Table des illustrations

Légende Fig. 1. - L’achèvement de la conquête de la Gaule (d’après P. Périn et L.-Ch. Feffer, Les Francs, t. I : A la conquête de la Gaule, Armand Colin, Paris, 1987, p. 176).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/17769/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 68k
Légende Fig. 2. - La partie nord du royaume burgonde au début du VIe siècle, avec localisation des cimetières cités dans le texte (d’après H. Gaillard de Sémainville, 1981, op. cit. note 18, p. 57).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/17769/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 92k
Légende Fig. 3. - Le casque de Vézeronce (Isère).
Crédits Collection Musée Dauphinois, Grenoble, photo B. Roche.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/17769/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 164k
Légende Fig. 4. - Le trésor de Gourdon (Saône-et-Loire).
Crédits Cliché Bibliothèque nationale, Paris.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/17769/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 104k
Légende Fig. 5. - Plan de la nécropole de Brèves (Yonne), avec indication des tombes du second tiers du VIe siècle et des incinérations
Crédits (d’après R. Pioux, Jahrbuch des Römisch-Germanischen Zentralmuseums Mainz, 33. Jahrgang, 1986, 2, p. 819).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/17769/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 84k
Légende Fig. 6. - Mobilier de la tombe 38 de Brèves (Yonne). Doc. R. Pioux.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/17769/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 108k
Légende Fig. 7. - Mobilier du cimetière de Vaudonjon (Yonne)
Crédits (d’après l’abbé Parat, 1911, op. cit. note 26, pl. II et IV).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/17769/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 176k
Légende Fig. 8. - Mobilier de la tombe de « chef » de Hauteroche
Crédits (Côte-d’Or). Photo H. Gaillard de Sémainville.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/17769/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 56k
Légende Fig. 9. - La Sapaudia primitive (d’après M. Martin, 1976, op. cit. note 33, p. 205). Ligne pointillée : limites de la Sapaudia d’après P. Duparc, 1958 ; points : fibules ansées asymétriques et zoomorphes de la seconde moitié du Ve siècle ; étoiles : crânes déformés.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/17769/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 164k
Légende Fig. 10. - Fibules du cimetière de Charnay (Côte-d’Or) : l’exemplaire n° 5 est le plus précoce
Crédits (d’après Baudot, 1860, op. cit. note 34, pl. XIV).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/17769/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 152k
Légende Fig. 11. - Plaque-boucle cloisonnée du cimetière de Noiron-sous-Gevrey (Côte-d’Or).
Crédits Photo H. Gaillard de Sémainville
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/17769/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 32k
Légende Fig. 12. - Les tombes mérovingiennes à armes de Bourgogne (d’après Young, op. cit. note 18, p. 88 , fig. 5).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/17769/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 78k

Auteur

Directeur des Musées et Monuments départementaux de la Seine-Maritime

© ARTEHIS Éditions, 1995

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search