Version classiqueVersion mobile

Les Burgondes

 | 
Henri Gaillard de Sémainville

La Sapaudia et le royaume de Burgondie

La déformation crânienne artificielle dans le bassin du Léman : état de la question

Christian Simon

Résumé

Diese Sitte besteht darin, den Schädel der Kinder einzubinden, um ihm eine bestimmte Form zu geben. Die Deformation geschiet mit Hilfe von Bandagen, die auf dem Stirnbein und dem Hinterhauptsbein angebracht werden. Ein solcher kultureller Brauch ist in verschiedenen Epochen und Kontinenten bescheinigt. Während des Frühmittelalters trifft man ihn in mehreren Regionen von Eurasien an. Die ältesten deformierten Schädel kommen aus Zentralasien und datieren aus den letzten Jahrhunderten vor unserer Zeitrechnung. Die Tradition verschiebt sich dann weiter nach Westen und findet sich im 5. Jahrhundert in der Westschweiz und in dem Rhonetal ; sie konnte mit den Niederlassungen der Burgunder in Zusammenhang gebracht werden.
Die historisch-anthropologische Erklärung der Schädeldeformationen unterlag Kritiken ; einige sehen in ihr nur eine Mode, die eine Kennzeichnung von Bevölkerungen keineswegs darstellen könnte ; in diesem Fall wird die Bedeutung der Hunnen in diesem Prozess stark in Frage gestellt.
Allerdings werden die deformierten Schädel des burgundischen Gebietes mehrheitlich an den Ufern des Genfer Sees aufgefunden und überschreiten nicht die Grenzen der
Sapaudia (Territorium, das den Burgundern zugeordnet wird). Diese Tradition könnte auf die Anwesenheit von Elementen allochtoner Bevölkerungen hinweisen, die aus dem Osten kamen. Man kann jedoch nicht bestätigen, dafi es sich um Burgunder handelte, sondern es sind wahrscheinlich Personen, die in Kontakt mit ihrer Kultur standen.
Im Anhang befindet sich eine Kurze Beschreibung von neuen deformierten Schädel, die im Kanton Waadt (Schweiz) gefunden wurden.

Texte intégral

1Depuis la plus haute antiquité, des historiens, des archéologues et des anthropologues s’intéressent à la coutume qu’ont les hommes de transformer la forme naturelle du crâne pour lui donner un aspect défini.

2La déformation crânienne artificielle est possible parce que les os de la boîte crânienne possèdent une grande plasticité. Chez les enfants, les os sont très malléables et on peut facilement leur donner une forme particulière.

3Pour définir une déformation crânienne, il faut faire la différence entre une déformation naturelle (pathologique) et artificielle.

4La déformation naturelle est due à des causes pathologiques qui induisent un développement anormal de l’encéphale ainsi que de la boîte crânienne. Dès que le cerveau cesse de se développer, les sutures fusionnent et le crâne cesse de grandir.

5Les déformations artificielles peuvent être de deux sortes : involontaires mais non pathologiques, ou volontaires.

6La déformation artificielle involontaire peut être provoquée par la position particulière des enfants dans leur berceau. En Asie centrale par exemple, les bébés sont couchés dans des berceaux durs, ficelés sur le dos, d’ou aplatissement de l’occipital. Parfois on coiffe les jeunes enfants avec des bonnets très serrés sous le menton, provoquant par conséquent une déformation.

7La déformation artificielle est volontaire, elle a pour but de donner une forme prédéterminée au crâne. Sur de très jeunes enfants, on applique des appareils spéciaux fixés sur certains points du crâne. On peut également utiliser des liens souples.

8Il existe plusieurs types de déformations (Imbelloni 1931) :

9- La déformation fronto-occipitale oblique ; le crâne est caractérisé par un étirement vers le haut et vers l’arrière.

10– La déformation fronto-occipitale droite ; le crâne est déformé en hauteur, avec un aplatissement surtout du frontal.

11- La déformation circulaire ; par la pose de bandelettes sur le pourtour du crâne, celui-ci se développe en un étirement vers le haut et l’arrière mais sans élargissement.

12Au point de vue chronologique, les premiers crânes déformés artificiellement proviendraient du Proche Orient à Tell es Sultan (Jericho) 7e- 6e millénaire B.C., Khirokitia (Chypre) 5800- 4890 B.C.

13A la période protohistorique on les rencontre en nombre plus important, mais c’est à la période historique qu’ils deviennent fréquents. On en trouve en Europe, en Afrique (Congo, Madagascar, Egypte), en Asie et sur le continent américain.

14C’est en Asie centrale qu’apparaissent les déformations durant les derniers siècles avant J.-C., puis elle s’étendent vers l’Ouest à la faveur des grands mouvements de populations du Haut Moyen Age.

15E.-V. Zirov et V.V. Ginzburg (1949) émirent l’hypothèse que la déformation des crânes était liée aux déplacements des Huns. J. Werner en 1956 a décrit l’implantation de cette coutume durant le Haut Moyen Age en Europe. Il a montré les traces archéologiques de l’influence exercée par les Huns en Europe et étudié la déformation crânienne en tant qu’élément culturel caractéristique de cette population.

16Nemeskéri en 1976 a différencié 6 groupes eurasiens géographiquement bien distincts :

  1. Groupe de l’Asie centrale ou de Kengol : ce groupe est supposé être le point d’origine des déformations crâniennes vers les derniers siècles avant J.-C. Il est localisé dans le Tïenchan, la vallée du Talas et au Nord du Pamir.

  2. Groupe du Caucase, de la région de la Volga et des steppes Kalmouks : les nomades répandirent la déformation crânienne vers l’Ouest, aux environs de 200 ans de notre ère. Avec l’invasion des Huns elle gagna la Volga, puis les steppes des Kalmouks jusqu’à l’embouchure du Dniepr. Elle s’étendit en même temps vers le Caucase nord, le Daghestan et la Trancaucasie, où elle persista jusqu’au VIIe siècle. Les Sarmates, les Alains, les Huns et les tribus germaniques représentent les lieux ethnologiques de la déformation crânienne.

  3. Groupe du Bassin Danubien : il comprend la Roumanie, la Yougoslavie, la Hongrie, la Tchécoslovaquie et l’Autriche. Ces crânes proviennent pour la plupart des Huns et des Ostrogoths aux Ve et VIe siècles.

  4. Groupe de l’Allemagne moyenne : situés en Thuringe, les crânes déformés sont tous féminins. Ils appartiennent aux Germains de l’Elbe, aux Lombards soumis aux Huns.

  5. Groupe de l’Allemagne du Sud et du Sud Ouest : provenant de Bavière et de Rhénanie, mais leur nombre est faible.

  6. Groupe rhodanien : c’est le groupe le plus occidental. Il se situe dans la partie nord-occidentale de la Suisse, dans le bassin du Léman et la Vallée du Rhône. Il est lié à l’implantation des Burgondes dans notre région au Ve siècle. Ces derniers s’étaient établis autours de Worms sur le Rhin moyen. Des contacts belliqueux eurent lieu entre Huns et Burgondes. Ces derniers sont défaits par Aetius en 436. Les survivants sont contraints d’émigrer en 443 en Sapaudia. Du contact entre ces deux populations se serait transmise la tradition des déformations crâniennes.

17Dans notre région, de nombreuses trouvailles de crânes déformés ont été faites depuis le XIXe siècle. Le premier crâne déformé provient de Cheseaux près de Lausanne, à Bel Air, et fut décrit par Gosse en 1853. Troyon écrit à ce sujet : plus de 300 tombes en rangées ont été ouvertes, la plus basse de ces tombes contenait un crâne macrocéphale provenant du Ve siècle.

18Dès lors on a attribué les déformations crâniennes artificielles aux Burgondes, d’autant plus que les crânes déformés de notre région se situent dans leur majorité sur le territoire de la Sapaudia.

19M.-R. Sauter a avancé l’hypothèse que l’influence des Huns n’était pas seulement culturelle mais aussi de type racial (Sauter 1961). Dans la nécropole de St-Prex, Vd, on a découvert plusieurs crânes déformés et, sur l’ensemble de la population, on remarque des caractères dentaires mongoloïdes à des fréquences élevées pour une population caucasoïde. Les plus importants parmi ces caractères odontologiques sont les incisives en pelles et l’extension interradiculaire de l’émail.

20Les Burgondes auraient reçu ces caractères des Huns et les auraient ensuite transmis à la population locale.

21L’interprétation de l’importance des Huns a été remise en cause par quelques chercheurs.

22En 1978 déjà, I. Kiszely tente une nouvelle analyse de la répartition des crânes déformés en Europe. Il critique le travail de Werner et tente de démontrer que l’auteur n’avait pas été exhaustif dans le dénombrement des crânes déformés. Il en conclut que la tradition de la déformation du crâne montre une morphologie pseudo-mongoloïde caractérisée par des processus zygomatiques plus saillants, les racines du nez plus aplaties, la face plus plate, etc. Ces changements ont trompé les experts qui ont créé des théories fausses au sujet des Huns. La coutume est purement une question de mode. De nombreux anthropologues pensaient qu’il était possible d’attribuer les déformations à un groupe ethnique particulier. Il suppose que la tradition s’est développée indépendamment du territoire, de la race et de la nationalité ou des groupes ethniques. Cependant elle peut aider à détecter les contacts entre les peuples.

23En France, deux auteurs, Buchet en 1988 et Crubezy en 1990, en se fondant sur le travail de I. Kiszely, réfutent également la théorie des Huns. Buchet pense que la découverte d’un crâne déformé ne permet pas d’identifier un Burgonde et que ce type de crâne ne doit, en aucun cas être considéré comme un marqueur de population. Cependant de tels crânes attestent l’existence d’éléments d’origine orientale au sein d’une population. De plus il pense que la déformation crânienne ne peut être retenue en Europe occidentale comme critère anthropologique permettant de distinguer tel ou tel peuple. Elle est une donnée culturelle commune à des individus isolés ou à de petits groupes d’individus mêlés à diverses populations sans que cette particularité nous autorise à en préciser l’identité.

24Les fouilles de nombreux cimetières du haut moyen âge dans le canton de Vaud (fouilles du Service des Monuments Historiques du canton de Vaud) ont permis de découvrir plusieurs crânes artificiellement déformés (voir article de D. Weidmann). La description sommaire de ces crânes se trouve en annexe, à la fin de l’article. Ceci nous a incité à reconsidérer le problème des déformations ainsi que l’attribution de ces crânes aux Burgondes.

25Au niveau anthropologique, que savons-nous des Huns ? Ils formaient une fédération qui réunissait des tribus diverses sur un vaste territoire. Nous savons que les Huns pratiquaient la crémation (Kazanski 1993). La reconnaissance archéologique de vestiges attribuables aux Huns est très difficile et ceux connus proviennent de peuples pratiquant l’inhumation. Nous savons d’autre part que les Alano-Sarmates pratiquaient de façon fréquente la déformation des crânes, comme d’autres peuples tels les Gépides, les Goths et de nombreux peuples envahis par les Huns.

26Quelles sont les relations entre Huns et Burgondes ? La durée des contacts entre les Huns et les Burgondes sur le Rhin n’a pu être très importante et nous savons que les Huns n’ont pas vraiment séjourné dans les régions rhénanes. Dans ces conditions, comment expliquer la transmission de la tradition ? Cependant il faut savoir que la puissance hunnique a contribué à la diffusion dans les peuples barbares contemporains d’une mode culturelle dite « danubienne » (Kazanski 1993). Cette mode, qui se forme à la fin du IVe et pendant la première moitié du Ve siècle pourrait expliquer la transmission de la coutume chez les Burgondes.

27Regardons maintenant la situation géographique des déformations dans notre région.

Tableau 1 – Inventaire des lieux de découverte de crânes déformés dans le domaine « burgonde »

1. Annecy
2. Bel-Air
3. Briord
4. Creux-de-Genthod
5. Gaillard
6. Noiron-sous-Gevrey
7. Nyon
8. Dully
9. Saint-Prex
10. Sezegnin
11. Villy
12. Voiteur
13. St.-Martin-du-Fresne
14. Meyzieu
15. Genolier
16. La Tour-de-Peilz
17. Beaune

Haute-Savoie, Fr.
Cheseaux, Lausanne, Vd., Ch
Ain, Fr.
Genthod-Bellevue, Ge., Ch
Haut-Savoie, Fr.
Côte-d’Or, Fr.
Nyon, Vd., Ch
Nyon, Vd., Ch
Saint-Prex, Vd., Ch.
Sezegnin, Ge., Ch.
Reigner, Fr.
Jura, Fr.
Ain, Fr.
Rhône, Fr.
Genolier, Vd., Ch.
Vevey, Vd., Ch.
Côte d’Or, Fr.

Sauter 1939
Sauter 1961
Gaillard de Sémainville et alii 1978
Sauter 1939
Sauter 1939
Aronovici Martin 1977
Simon 1978, pr. étude
Simon, pr. étude
Sauter 1961
Simon 1979
Sauter 1939
Sauter 1939
Cogoluenhes n.p.
Ollivier et Cogoluenhes 1979
Simon, pr. étude
Simon, pr. étude
Gaillard de Sémainville 1993

28Beaucoup de ces trouvailles se situent à l’intérieur de la Sapaudia (fig. 1). Cependant, quelques trouvailles peu nombreuses existent en marge du royaume burgonde. Par exemple à Mesocco dans les Grisons (Schlaginhaufen 1943- 44), mais la déformation est douteuse. En territoire alaman, peuple qui ne déforme généralement pas les crânes, on a répertorié dans le Nord de la Suisse deux crânes provenant de Hebsack, Schaffhouse (communication orale de G. Holz (Bâle) dont l’étude est en cours).

29L’étude de la variabilité morphologique des crânes déformés de notre région pourrait nous donner quelques éclaircissements sur la déformation crânienne dans le domaine burgonde. Nous avons tenté une analyse multivariée en composantes principales sur 14 sujets au crâne artificiellement déformé. Cette analyse nous permet, en fonction de leur déformation, de définir la position des sujets les uns par rapport aux autres. En fonction des variables choisies nous pouvons apprécier le degré de déformation de ces crânes.

30Cette analyse se base sur les variables exprimant le mieux la déformation du crâne. Ce sont les indices de convexité et l’angle occipital (tableau 2).

31Nous avons retenu les deux premiers vecteurs (75 % de la variabilité totale). Nous voyons pour le premier axe l’importance de deux variables, l’indice de convexité du frontal et de l’occipital. Pour le second, c’est surtout l’angle occipital qui prime.

32La figure 2 montre la position des sujets en fonction de leur déformation. Nous trouvons à gauche du dessin les crânes les plus déformés et à droite ceux qui le sont moins. En haut les crânes dont l’angle occipital est peu ouvert et en bas ceux dont cet angle est très ouvert.

33Nous observons une grande diversité de déformations, avec une gradation de gauche à droite. Nous trouvons le sujet de Dully, très déformé, séparé des autres et de l’autre côté deux crânes très peu déformés (St-Prex, t 46 et Genolier, t 17). Les autres individus se trouvent en position intermédiaire, ne formant pas de groupement, mais répartis en fonction de l’importance de la déformation.

34La déformation crânienne semble très diverse d’un sujet à l’autre et elle est fortement tributaire de la morphologie normale du crâne. Cela démontre une grande variabilité de traitement des crânes provenant d’une population morphologiquement très hétérogène.

35Si l’on regarde le nombre de crânes déformés du domaine burgonde, on est étonné par le nombre assez important de ceux-ci. On en dénombre environ 30. Parmi eux 22 qui se situent sur les rives du Léman ou au voisinage.

36Or nous supposons que la région lémanique est une zone importante d’implantation burgonde. Si nous optons pour l’hypothèse d’aucune influence des Huns sur les Burgondes, comment expliquer ce nombre relativement élevé de crânes déformés ? Il semble donc que cet apport de crânes déformés indique une population non autochtone et provenant de l’Est.

37On ne peut affirmer qu’il s’agit de Burgondes, mais ce sont probablement des personnes vivant dans la mouvance burgonde. Quant à en définir l’origine ethnique, il n’est pas encore possible de le faire. On peut cependant, à la lumière de la variabilité des déformations, penser qu’il ne s’agit pas d’un groupe homogène, mais probablement d’individus provenant d’horizons divers.

38Une possibilité de comprendre mieux ce problème serait de tenter une analyse à grande échelle des caractères dentaires dits mongoloïdes (voir l’article de C.-A. Baud). Ceci permettrait peut-être de mieux comprendre l’origine de ces individus provenant de l’Est.

39En conclusion : les déformations crâniennes restent malgré tout un marqueur de l’implantation burgonde, même si nous ne connaissons pas l’origine ethnique de ces porteurs de déformations crâniennes.

Fig. 1 - Répartition des lieux de découverte de crânes déformés dans le domaine « burgonde » (la légende des sites se trouve dans le tableau 1).

Fig. 2 - Appréciation de la déformation crânienne artificielle de quelques crânes du domaine « burgonde ».
Analyse en composantes principales basée sur quatre variables crâniennes.

Tableau 2 - Importance relative des facteurs pour les variables.

Mensurations

Axe 1

Axe 2

Ind. de convexité du frontal

0.69

0.19

Ind. de convexité du pariétal

0.45

0.15

Ind. de convexité de l’occipital

0.68

0.12

Angle de l’occipital

0.28

0.51

Poids %

51.4

24.6

Bibliographie

Bibliographie

ARONOVICI-MARTIN, 1977 = ARONOVICI-MARTIN C. Les Mérovingiens au musée de Dijon. Collections Mérovingiennes du musée archéologique, Dijon.

ASCADI, NEMESKERI, 1970 = ASCADI G., NEMESKERI J. History of human life span and mortality. Budapest, Akademiai Kiadò.

AMBIALET, 1893 = AMBIALET M.J. La déformation artificielle de la tête dans la région toulousaine. Toulouse, Faculté mixte de Médecine et Pharmacie de Toulouse (Thèse de doctorat en médecine), 16.

BROCA, 1864 = BROCA P. Description du crâne de Voiteur. Bull. Soc. d’Anthrop. de Paris, 385-392.

BUCHET, 1988 = BUCHET L. La déformation crânienne en Gaule et dans les régions limitrophes pendant le haut Moyen Age : son origine, sa valeur historique. Archéol. médiévale, 18, 55-71.

CRUBEZY, 1990 = CRUBEZY E. Merovingian skull deformations in the Southwest of France. ln : AUSTIN D., ALCOOCK D., éd., From the Baltic to the Black sea : studies in medieval archaeology. London, U. Hyman, 189-208.

GAILLARD de SEMAINVILLE, LAUGRAND, PERRAUD, 1978 = GAILLARD de SEMAINVILLE H., LAUGRAND R., PERRAUD R. Un cas de déformation crânienne artificielle à Briord (Ain). L’implantation Burgonde au V* siècle. La Physiophile de Montceau-les-Mines, 88, 43-50.

GAILLARD de SEMAINVILLE, 1993 = GAILLARD de SEMAINVILLE H. Les Burgondes : à la recherche d’un peuple discret. Archéologia, 290, 50-61.

GINZBURG, ZIROV, 1949 = GINZBURG V.V., ZIROV E.V. Matériaux anthropologiques de la tombe de Kenkol dans la vallée du Talas, Républ. soc. de Kirghizie. Recueil du Musée d’anthropologie et d’ethnologie, Moscou, Leningrad, 10, 213-265 (en russe).

IMBELLONI, 1938 = IMBELLONI J. Formas, esencia y metodica de las deformaciones cefalicas intencionales. Revista de Anthropologia de la Universidad National de Tucuman, 1, 1.

KAZANSKI, 1993 = KAZANSKI M. L’Archéologie des Huns et des Alains. In : Les Barbares en occident (article non publié).

KISZELY, 1978 = KISZELY I. The origins of artificial cranial deformation in Eurasia from the sixth millennium B.C. to the seventh century A.D. Oxford, British Archaeol. Reports (BAR Int. Ser. suppl. ; 50).

MARTIN, SALLER, 1957 = MARTIN R., SALLER K. Lehrbuch der Anthropologie. Stuttgart, Fischer.

NEMESKERI, 1976 = NEMESKERI J. Uber den künstlich deformierten Schädel von Schöningen, Kr. Helmstedt (5-6 Jahrhundert). Nachrichten aus Niedersachsens Urgeschichte, 45, 129-154.

OLLIVIER, COGOLUENHES, 1979 = OLLIVIER P., COGOLUENHES A. Un crâne déformé découvert à Meyzieu (Rhône) en 1979. Nouvelles de l’archeol. du Musée d’hist. nat. de Lyon, 17, 71-74.

RENIER, MARCHAC, 1988 = RENIER D., MARCHAC D. La chirurgie des déformations infantiles du crâne. Pour la Science, 133, 62-70.

SAUTER, 1939 = SAUTER M.-R. Quelques cas de déformation crânienne artificielle de l’époque barbare dans la région de Genève. Arch. suisses d’anthrop. gén. (Genève), 8, 3-4, 1939.

SAUTER, 1961 = SAUTER M.-R. Quelques contributions de l’anthropologie à la connaissance du Haut Moyen Age. In : Mélanges P.-E. Martin, Mém. et Doc. Soc. Hist. et Archéol., 40, 1-18.

SIMON, 1978 = SIMON C. Nouveaux cas de déformation crânienne artificielle en Suisse occidentale. Arch. suisses d’anthrop. gén. (Genève), 42, 1, 17-22.

SIMON, 1979 = SIMON C. La déformation artificielle de la nécropole de Sezegnin (Ge). Archéol. suisse, 2, 4, 186-188.

SIMON, = SIMON C. Nécropole de Nyon-Clémenty (Vaud) : rapport anthropologique. Lausanne, Service des monuments hist. et archéol. (non publié).

WERNER, 1956 = WERNER J. Beitrage zur Archaologie des Attila-Reichs. Kl. Abhandl., NF, 38A. B. Bayer. München. Akad. der Wiss., Phil.-Hist.

Annexes

Annexe. Description sommaire des nouveaux crânes déformés retrouvés dans le canton de Vaud

La déformation des quelques crânes dont nous allons faire une brève description est de type antéro-postérieur oblique, c’est-à-dire que le crâne a subi une déformation qui réduit les dimensions de longueur, avec un développement important de celui-ci en hauteur (fig. 3).

La nécropole de Genolier, Bas-des-Côtes, a livré deux crânes déformés :

Tombe IB : ce sujet provient d’une tombe à coffrage en bois avec, pour seul matériel archéologique, un peigne de tradition Bas-Empire.

La conservation du squelette n’est pas très bonne. Le crâne et la mandibule sont assez complets mais le squelette post crânien est très fragmentaire, avec cependant quelques os longs entiers.

Il s’agit d’un squelette de sexe féminin, dont la détermination est confirmée par la présence du peigne, attribut du sexe féminin. Cette femme est adulte et âgée d’environ 20 ans, les sutures crâniennes sont toutes ouvertes et la troisième molaire est presque en éruption. D’autre part on observe des traces de synostose incomplète sur la crête iliaque et sur l’ischion.

La déformation est assez importante. Le front est aplati mais seulement dans sa partie centrale et postérieure. L’indice de convexité du frontal est fort (91.7). Les pariétaux sont très incurvés et l’indice de convexité montre une valeur assez basse (84.9). L’occipital semble l’os le moins déformé, avec un angle de convexité de 110°, ceci étant confirmé par l’indice de convexité faible (82.86).

Le crâne est moyennement allongé (mésocrâne) avec une voûte crânienne très haute (hypsy et acrocrâne). Les dimensions faciales indiquent une face et un nez allongés (leptène et leptorhinien). Le squelette post-crânien montre une stature petite (148 cm).

Tombe 17B2 : le sujet provient d’une tombe en pleine terre, le matériel archéologique est encore ici un peigne du même type que celui de la tombe précédente.

La conservation du squelette est très bonne. Le crâne et la mandibule sont complets ainsi que le squelette post crânien. Il ne manque que quelques épiphyses des os longs du membre supérieur.

Le sexe est également féminin, bien attesté par la morphologie du bassin et la présence du peigne. L’âge de cette femme est également jeune, 20-30 ans, les sutures crâniennes étant toutes ouvertes et la dentition peu usée.

La déformation semble moins accusée que celle du sujet précédent. Le front est un peu moins aplati avec un indice de convexité (87.7) relativement faible. Les pariétaux sont très incurvés et la valeur de l’indice est comparable à celui du sujet de la tombe IB (indice 85.0). L’occipital semble aplati seulement dans sa partie supérieure (indice 77.12) avec cependant un angle de convexité assez fort (137°).

Le crâne est arrondi (brachycrâne). La voûte crânienne est moyenne à haute (hypsy à métriocrâne). La face est longue et le nez moyen (leptène et mésorhinien), on note en outre un certain prognathisme alvéolaire. La stature est grande (159 cm).

La nécropole de Nyon (Clémenty) a livré un crâne déformé provenant probablement du même cimetière que celui des Combes (Simon 1978).

Tombe 9 : le sujet provient d’une tombe à coffrage de bois, sans matériel archéologique. La conservation des os n’est pas très bonne, surtout pour le squelette post crânien dont nous ne disposons que des diaphyses. Il s’agit probablement d’un individu de sexe féminin relativement jeune quoique adulte (toutes les sutures crâniennes sont ouvertes et la dentition est peu usée).

La déformation n’est pas très importante. Le front est très aplati (indice de convexité 91.4). Les pariétaux sont peu incurvés (indice de convexité 88.4). L’occipital est peu aplati, mais la déformation touche surtout sa partie supé rieure. L’angle de convexité de l’occipital n’est pas très ouvert (124°).

Fig. 3 - Nouveaux crânes artificiellement déformés du domaine « burgonde ».
A. Dully tombe 17 ; B. Nyon Clémenty tombe 9 ; C. Genolier tombe 1 ; D. Genolier tombe 17 ;
E. La Tour-de-Peilz tombe 455 ; F. Cheseaux, Bel-Air, 1967-39.

Le crâne est arrondi, brachycrâne (82.1). La voûte crânienne est haute (hypsycrâne). La face n’est pas mesurable mais le nez est moyennement allongé (mésorhinien).

La grande nécropole de La Tour-de Peilz a livré à ce jour un crâne déformé1.

Tombe 455 : le sujet provient d’une tombe en pleine terre avec comme matériel archéologique une boucle de fer.

La conservation des os est médiocre. Du crâne, il nous manque la face, une partie de la base ainsi que le temporal droit. Il s’agit également d’un squelette féminin.

L’âge n’a pu être estimé que par l’observation des sutures crâniennes. Celles-ci sont fortement synostosées, ce qui indique un âge d’environ 60 ans.

Ce crâne est peu déformé. Le front est peu aplati avec un indice de convexité (93.3) relativement faible. Les pariétaux sont assez peu incurvés avec un fort indice (90.9). L’occipital est assez aplati avec un angle de convexité assez fort (124°) et un indice assez fort (86.6).

Le crâne est peu arrondi (mésocrâne) et la stature est moyenne (149 cm).

La nécropole de Dully a livré en 1974 un crâne déformé.

Tombe 17 : le sujet provient d’une tombe à coffrage de bois, avec calage de pierre. Le mobilier archéologique est composé d’une fibule ansée en bronze et d’une demi douzaine de monnaies en bronze de Constantin (306-337). La datation de cette tombe serait de la fin du Ve siècle.

La conservation des os est assez bonne pour le crâne mais pour le squelette post crânien un seul os long est mesurable. Il s’agit d’un individu de sexe féminin dont la diagnose est confortée par la présence d’un sillon préauriculaire sur l’ilion. Il s’agit d’une femme d’environ 40 ans, les sutures crâniennes sont peu synostosées mais la cavité médullaire du fémur indique un stade déjà avancé. D’autre part l’usure dentaire est très forte.

La déformation est très importante, elle est la plus marquée parmi tous les crânes déformés de la région. Le front est extraordinairement aplati avec un indice de convexité très fort (96.0). Les pariétaux sont très peu incurvés avec un indice de convexité faible (75.4). L’occipital est très plat, caractérisé par un fort indice de convexité (92.0) et un angle de l’occipital ouvert (140°).

Le crâne est très arrondi, hyperbrachycrâne (86.2). La voûte crânienne est très haute (hypsy et acrocrâne). La face est moyenne (mésène) et le nez est large (chamaerhinien). La stature est moyenne (153 cm).

Bel-Air, Cheseaux sur Lausanne (1967-39).

Nous avons retrouvé, il y a déjà plusieurs années, ce crâne dans la collection du département d’Anthropologie. Nous ne possédons pas de renseignements archéologiques concernant la sépulture.

Il s’agit d’une boîte crânienne avec une partie du maxillaire supérieur gauche. Il manque du côté droit une partie du frontal et le temporal. C’est une femme dont le crâne est très peu développé. Elle est jeune, environ 20-30 ans, car les sutures crâniennes ne sont pas synostosées et l’usure dentaire est très faible (la troisième molaire ne montre pas d’usure du tout).

La déformation n’est pas très importante, surtout marquée sur l’occipital. Le front est peu aplati avec un indice de convexité faible (90.0). Les pariétaux ne sont pas très incurvés avec un indice de convexité assez élevé (85.7). L’occipital est assez plat, caractérisé par un indice de convexité peu important (91.7), et un angle assez ouvert (135°). Au niveau de la forme du crâne on note qu’il est allongé, dolichocrâne (70.9). Il faut cependant noter la présence de nombreux os wormiens au niveau du lambda. Nous avons dû faire une estimation de la position de ce dernier point, qui pourrait apporter une certaine imprécision des dimensions partant de cet endroit.

Tableau 3 - Mensurations des crânes déformés : G1 = Genolier tombe 1. G17 = Genolier tombe 17. N9 = Nyon Clémenty, tombe 9. TP = La Tour-de-Peilz, tombe 455. D17 = Dully, tombe 17. CH = Cheseaux, Bel-Air, 1967-39.

Tableau 3 - Mensurations des crânes déformés : G1 = Genolier tombe 1. G17 = Genolier tombe 17. N9 = Nyon Clémenty, tombe 9. TP = La Tour-de-Peilz, tombe 455. D17 = Dully, tombe 17. CH = Cheseaux, Bel-Air, 1967-39.

Notes

1 Nous remercions Madame C. Kramar qui étudie actuellent les ossements de cette nécropole de nous avoir permis d’étudier ce crâne.

Table des illustrations

Légende Fig. 1 - Répartition des lieux de découverte de crânes déformés dans le domaine « burgonde » (la légende des sites se trouve dans le tableau 1).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/17751/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 180k
Légende Fig. 2 - Appréciation de la déformation crânienne artificielle de quelques crânes du domaine « burgonde ».Analyse en composantes principales basée sur quatre variables crâniennes.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/17751/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 24k
Légende Fig. 3 - Nouveaux crânes artificiellement déformés du domaine « burgonde ».A. Dully tombe 17 ; B. Nyon Clémenty tombe 9 ; C. Genolier tombe 1 ; D. Genolier tombe 17 ;E. La Tour-de-Peilz tombe 455 ; F. Cheseaux, Bel-Air, 1967-39.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/17751/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 104k
Titre Tableau 3 - Mensurations des crânes déformés : G1 = Genolier tombe 1. G17 = Genolier tombe 17. N9 = Nyon Clémenty, tombe 9. TP = La Tour-de-Peilz, tombe 455. D17 = Dully, tombe 17. CH = Cheseaux, Bel-Air, 1967-39.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/17751/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 100k

Auteur

Université de Genève, Département d’Anthropologie et d’Écologie

© ARTEHIS Éditions, 1995

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search