Version classiqueVersion mobile

Les Burgondes

 | 
Henri Gaillard de Sémainville

La Sapaudia et le royaume de Burgondie

Fouilles récentes de nécropoles dans l’arc lémanique vaudois. Évolution des modes d’inhumation

Denis Weidmann

Résumé

Etwa zwölf wichtige Grabungen, die schon 1838 unternommen wurden, vermitteln die wesentlichen heutigen Kenntnisse über die waadtländischen Gräberfelder ab dem ende der rômischen Zeit. Das Quellengut, die verfügbaren Gegenstände und anthropologischen Daten beziehen sich auf mehr als 2000 Gräber, meistens im lemanischen Gebiet.
Was die Beisetzung der Toten angeht, kommt der Fortbestand der galloromanischen Bestattungssitten besonders in der Häufigkeit der Holzgräber (Sarg und Verschabung), aber auch in den Grubenbestattungen zum Vorschein, wobei die Totenschreine nicht erhalten sind.
Am Ende des römischen Reiches erkennt man einerseits das Verschwinden der vernagelten Särge sowie der Lebensmittel-beigaben, anderseits die Einführung von Särgen aus ausgehöhlten Stämmen sowie der ostwestlichen Orientierung der Gräber. Die Bestattungen von Verstorbenen mit Gegenständen burgundischer bzw. germanischer Herkunft sind in sich ausweitenden und in Einzelfällen nachgewiesenen Gräberfeldern bekannt. Nur ausnahmsweise betreffen sie typische Gräber oder besondere Einrichtungen. Im Gegenteil zeigt alles die überaus starke Fähigkeit der Einheimischen, Fremde zu integrieren.

Texte intégral

1. Les données archéologiques disponibles

1Le territoire correspondant aux 385 communes actuelles du canton de Vaud recèle de très nombreuses nécropoles attribuées au haut Moyen Age. Le recensement actuel des sites archéologiques de cette période, basé dans la plupart des cas sur des informations et des trouvailles anciennes, localise près de 250 cimetières, en dehors du contexte des églises (Auberson 1987). Cependant, rares sont les sites qui ont livré une information solidement documentée, basée sur autre chose que l’observation de tombes isolées ou la récolte de quelques objets.

2Pourtant, des observations scientifiques rigoureuses ont été faites dans ce domaine, très tôt dans le XIXe siècle. Frédéric Troyon, en 1838, lors de sa première fouille archéologique dans la propriété paternelle, à Bel-Air près de Lausanne, mit au jour plus de 300 tombes. La publication parue en 1841 en décrit 162 (fig. 1). Troyon en déduisit aussitôt une évolution typologique et chronologique des modes d’inhumation, dont les grandes lignes restent pertinentes aujourd’hui encore (Troyon 1841).

3Si de nombreuses trouvailles de sépultures isolées ou de petits groupes de tombes sont intervenues dans l’ensemble du canton depuis ce travail exemplaire, c’est l’exploitation des graviers et sables des terrasses postglaciaires du bassin lémanique qui a été la cause la plus fréquente des découvertes importantes. Pendant la première moitié du XXe siècle, le caractère manuel de l’exploitation des matériaux a, de manière générale, contribué positivement à la récolte des informations et des objets. Nous donnons ci-après une liste abrégée des fouilles principales (fig. 2) :

4- 1910-1911 : Commune de Saint-Sulpice, district de Morges.

5Fouille de 200 tombes dans le cimetière « Sur les Mausannes » (De Molin, Gruaz 1912). La documentation du site et le riche matériel qui en provient ont été complètement révisés et récemment publiés (Marti 1990). Pour le canton de Vaud, il s’agit de la seule étude parue à ce jour qui évalue méthodiquement tous les aspects d’un site susceptibles de manifester les processus d’acculturation, et notamment la présence burgonde.

6- 1948 : Commune de Bavois, district d’Orbe.

736 tombes fouillées au village. Leur documentation est malheureusement très restreinte, mais l’apport de données anthropologiques n’est pas négligeable.

Fig. 1 - Plan et typologie, publiés en 1841, des sépultures fouillées en 1838-1840 par F. Troyon à Cheseaux-près-Lausanne.

8- 1951-1952 : Commune de Saint-Prex, district de Morges.

9Fouille de 274 sépultures dans la nécropole « Sur le Vieux-Moulin », au bord du Léman. Malgré la présence d’un riche matériel accompagnant certaines tombes, cette intervention est restée presque inédite. Le site, incomplètement fouillé aujourd’hui encore, présente de nombreuses analogies avec Saint-Sulpice et la Tour-de-Peilz « Clos d’Aubonne » (fig. 3). Une église funéraire, développée à partir d’un édifice gallo-romain (mausolée ?) s’élevait à l’extrémité occidentale de la nécropole (Eggenberger et alii 1992 : 222-228).

10A partir des années soixante-dix, l’archéologie cantonale vaudoise est restructurée ; une carte archéologique est établie, qui permet l’organisation de fouilles préventives dans les sites menacés (Francillon, Weidmann 1981). Les investigations dans les nécropoles du haut Moyen Age vont dès lors se multiplier, dans des conditions progressivement améliorées, notamment pour ce qui concerne la qualité des observations et de la documentation. L’étude des ossements sera régulièrement confiée aux spécialistes du Département d’anthropologie de l’Université de Genève.

11- 1974-1977 : Commune de Rances, district d’Orbe.

12Fouille de 104 tombes à « Champ-Vully », au pied du Jura. Cimetière documenté partiellement. Les tombes n’ont fourni qu’un matériel très restreint, indiquant malgré tout une occupation au cours du VIe et du VIIe siècle. Nombreux vestiges de cercueils en planches et de calages de planches dans la plupart des sépultures. L’absence de tombes construites en matériaux durables dans ce site montre que les structures en bois peuvent les remplacer, permettant aussi le réemploi des tombes et les inhumations multiples. Malgré le titre de l’étude qui y est consacrée, il n’y a aucune évidence particulière d’une présence « burgonde » (Fumagalli 1989).

Fig. 2 - Carte de répartition des nécropoles vaudoises mentionnées (dessin M. Klausener) :
1. Bel-Air (Lausanne) ; 2. St-Sulpice ; 3. Bavois ; 4. Saint-Prex ; 5. Rances ; 6. Genolier - la Caisserie ; 7. Dully ; 8. Nyon ;
9. Genolier - Bas-des-Côtes ; 10. Avenches ; 11. Payerne ; 12. Yverdon-les-Bains ; 13. La Tour-de-Peilz.

Fig. 3 - Saint-Prex. Plan des tombes fouillées « sur le Vieux-Moulin ». Les tombes en dalles (rectangles) n’apparaissent qu’à l’Est du cimetière
(Archives des Monuments Historiques, Lausanne).

Fig. 4 - Dully. Relevé des marquages conservés au-dessus des tombes.
T 36, 37, 40, 42, 45, 49 et 53 : entourages de tertres ou dalles marquant des tombes en fosses ou en cercueils de bois.
T 14, 18b, 19 et 20 : marquages de tombes en dalles (dessin M. Klausener).

Fig. 5 - Dully. Coupe Est-Ouest au travers des tombes de divers types et de leurs marquages.

13- 1977 : Commune de Genolier, district de Nyon.

14Nécropole de « la Caisserie ». Fouille de 13 tombes en pleine terre, manifestant l’apparition de l’orientation Ouest-Est, postérieures à une phase de sépultures d’orientation inverse, dont l’une contenait un gobelet en verre datant du IIF-IV8 siècle ap. J.-C. (Weidmann 1979 : 228).

15- 1974 et 1979-1980 : Commune de Dully, district de Rolle.

16En 1974, fouille de 21 sépultures « au Martelet ». En 1979-80, fouille de 58 sépultures, « au Tauny » ; il s’agit de deux secteurs d’une même vaste nécropole implantée directement au bord du lac Léman. L’ensemble des données a été réétudié, mais pas encore publié (Menna 1993). Le site est incomplètement fouillé. Sa frange orientale est remarquable par la superposition des divers types de sépultures qu’elle comporte, par la présence possible d’aménagements de surface ou de clôtures en bois et par la très bonne conservation de 13 dispositifs de marquage des tombes en surface (fig. 4-6). Une fosse à pierres de calage (T 17-1974) contenait une femme à crâne déformé, avec une fibule à ressort en arbalète.

Fig. 6 - Dully. Dalles marquant en surface du cimetière la présence des tombes en dalles sous-jacentes.
A droite, entourage de pierres et dallettes marquant les tombes en cercueils de bois (photos MHA).

17- 1978-1979 : Commune de Nyon, district de Nyon.

18Fouille de 77 tombes « en Clémenty », dans le centre d’une grande nécropole proche du lac et de l’ancienne ville romaine de Nyon. Très nombreux recoupements et superpositions de sépultures de divers types.

19L’observation de la succession des tombes est facilitée par le tracé généralement bien visible des contours des fosses. La relative finesse des sédiments à permis également un bon relevé des traces laissées par le bois décomposé des cercueils, en planches ou en troncs creusés (fig. 7-8) (Weidmann 1980 : 172 ; Klausener 1982 : 234- 236 ; Moret 1993). Le site a livré deux individus à crâne déformé, dont une femme dans une tombe à coffrage en bois (T 9).

20- 1988 : Commune de Genolier, district de Nyon.

21Au pied du Jura, au lieu-dit « Bas-des-Côtes », fouille partielle d’un site confiné par la topographie des lieux. Cette situation a impliqué diverses superpositions des inhumations. L’analyse des 67 sépultures fouillées met en évidence une tombe romaine tardive (fin IVe-début Ve siècle) avec mobilier céramique, recoupée par l’horizon des sépultures ultérieures, qui sont orientées. Parmi les sépultures avec traces de coffrages en bois, deux ont livré des sujets féminins à crânes déformés, dotés de peignes en os (T 1 B et 17 B2). Le développement final des tombes en dalles, dès la deuxième moitié du VIe siècle, aboutit dans le secteur exploré à des groupements particulièrement compacts (fig. 9) (Steiner 1993, a et b).

22Le manque d’information sur les coutumes funéraires et les caractères anthropologiques des populations locales avant le haut Moyen Age (Paunier 1987 : 191-201) a été partiellement comblé par trois fouilles récentes :

23- 1987-1991 : Commune d’Avenches, district d’Avenches.

24L’exploration d’un cimetière adjacent aux grands mausolées « En Chaplix » (Castella, Flutsch 1990 : 2-30) a livré plus de 200 tombes datées entre 100 et 200 après J.-C. Les inhumations, datées de la 2e moitié du IIe siècle, sont au nombre de plusieurs dizaines, en fosses simples, mais aussi en cercueils de bois à grands clous de fer. Les corps en position ventrale sont relativement fréquents et les orientations paraissent aléatoires (Castella, Flutsch 1990 : 26 ; Castella 1992 : 52-57).

Fig. 7 - Nyon. Plan d’ensemble du secteur fouillé, montrant les recoupements et superpositions des tombes.
En hachuré : traces de structures en bois (dessin M. Klausener).

25- 1991-1993 : Commune de Payerne, district de Payerne.

26Une nécropole s’étendant de part et d’autre d’une voie gallo-romaine, à la « route de Bussy », à livré plusieurs dizaines de sépultures, où les inhumations prédominent largement sur les incinérations. Les cercueils cloués côtoient les inhumations en fosse, où les corps reposent dans les attitudes les plus variées. Les datations des divers groupes constituant le cimetière vont du Ier siècle au milieu du IIe et au IIIe-IVe siècle après J.-C. (Castella 1994).

27- 1990-1993 : Commune d’Yverdon-les-Bains, district d’Yverdon.

28La présence d’un grand cimetière « au Pré de la Cure », à 200 m à l’Est du castrum du Bas-Empire romain est connue depuis le milieu du XIXe siècle. Près de 350 tombes y ont été récemment fouillées, datées par le matériel funéraire entre le IVe et le VIe-VIIe siècles. Les modes d’inhumations des indigènes romanisés y sont très variables, tombes en tuiles, fosses simples ou larges cercueils de bois solidement cloués (fig. 10). Les offrandes alimentaires (vaisselle, verrerie) et les éléments de costume ou de parure sont particulièrement abondants à la fin du IVe et au début du Ve siècle. Au cours du Ve siècle, les objets se raréfient et se limitent à la parure ou au vêtement, en même temps qu’apparaissent et se multiplient les fibules et objets à caractère germanique (Marti 1993 : 29-31).

Fig. 8 - Nyon. Relevé des décapages successifs et coupes d’un groupe de tombes avec traces de cercueils particulièrement bien conservées (dessins M. Klausener).

Fig. 9 - Genolier - Bas-des-Côtes. Groupements compacts de tombes en dalles, de la dernière phase du cimetière (dessin M. Klausener).

Fig. 10 - Yverdon-les-Bains. Tombe 261.
Inhumation richement dotée en céramique et verrerie (fin rv-début v siècle). Les clous d’assemblage du fond et des parois du cercueil marquent précisément la structure disparue (dessin Archéodunum, Gollion).

29L’adoption des orientations Est-Ouest ne paraît guère influencer la variété des modes de construction. Certains coffrages en bois ont été réemployés avec réduction des ossements. Seule la partie méridionale du cimetière, divisé par une voie, contenait des groupes de tombes à entourages ou murets maçonnés, en usage jusqu’au VIe-VIIe siècle (Rossi 1993 : 152-153 ; Marti 1993 : 23-28).

30- 1989-1991 : Commune de la Tour-de-Peilz, district de Vevey.

31Fouille de 555 sépultures « au Clos d’Aubonne », sur une surface de 3400 m2 au bord du lac Léman (fig. 11). Cette vaste nécropole, incomplètement fouillée, était délimitée par la rive lacustre au Sud-Ouest et par un fossé ou un tracé routier au Nord-Est, ce qui lui a conféré une disposition en éventail (fig. 12). Des vestiges de dispositifs de marquage de surface n’ont malheureusement subsisté qùe pour deux sépultures. Les coffrages en bois, généralement étroits, constituent le premier mode d’inhumation. Toutes les tombes sont orientées Nord-Ouest/ Sud-Est, profondément creusées et relativement dispersées. Des groupements s’esquissent dans divers secteurs du cimetière. Des inhumations en fosses larges, sans traces de cercueils, occupent une partie des espaces libres, pratiquement sans recouper les tombes précédentes. Des dispositions en courtes rangées deviennent perceptibles. Le cimetière connaît alors une large expansion. C’est dans cette série que s’inscrivent plusieurs sépultures particulières, caractérisées par leurs entourages, leurs dimensions et leur mobilier où l’on note des éléments d’origine germanique, datés du début du VIe siècle notamment (fig. 13-15) (tombes n° 137, 143, 170 : coiffes avec petits tubes en or et perles, fibules ; tombes 346 et 450 : scramasax et spatha) (Marti 1993 : 37-42).

32Une troisième phase se superpose nettement à l’ensemble, avec des tombes en dalles beaucoup plus régulièrement espacées, ordonnées en divers groupes, qui ménagent parfois le souvenir de certaines sépultures antérieures (fig. 16). Des types de constructions très divers sont juxtaposés. Réutilisés et modifiés à maintes reprises, ces caissons évolueront dans quelques cas vers un modèle élargi, où se pratiqueront des inhumations multiples ou partiellement réduites (tombes n° 94, 217, 360). Des dépôts monétaires attestent leur emploi jusqu’au début du IXe siècle (Klausener, Martin, Weidmann 1992 : 37-42 ; Geiser 1990 : 94-106).

Fig. 11 - La Tour-de-Peilz. Décapage de la partie sud du cimetière (photo Fibbi-Aepli).

2. Les étapes d’une évolution régionale

33La plupart des investigations ci-dessus sont en cours d’élaboration, ne sont que partiellement étudiées ou n’ont été l’objet que de notices préliminaires, qu’il s’agisse des structures archéologiques, du mobilier déposé ou des aspects anthropologiques. Malgré cela, il se dégage de nombreuses convergences des observations effectuées en divers endroits de ce qui fut une partie importante du territoire des Burgondes.

34Ces constats concordent dans l’ensemble avec le résultat des recherches méthodiques faites dans la grande nécropole genevoise de Sézegnin (Privati 1983 : 65-70).

2.1. Inhumations gallo-romaines

35Les fouilles dans les cimetières d’époque romaine mettent en évidence l’usage par les populations locales gallo-romaines de nombreuses tombes en cercueils, faits en planches de bois fixées par de grands clous de fer (fig. 10). Ces inhumations, bien attestées au IIe siècle à Avenches, au IIe-IVe siècle à Payerne « Route de Bussy » et au IVe-Ve siècle à Yverdon, sont accompagnées d’un mobilier funéraire, parfois abondant en vaisselle et verrerie. Les sépultures plus modestes de ces horizons montrent parfois une absence de protection ou d’emballage des corps, qui peuvent être accompagnés de boucles de ceinture, de chaussure à clous ou de peignes en os. Les corps en position ventrale ne sont pas rares et les orientations des sépultures sont très variables dans le même cimetière, répondant parfois à un alignement routier voisin, ou à la présence de vestiges de constructions (Yverdon, « Pré de la Cure »).

Fig. 12 - La Tour-de-Peilz. Plan schématique de l’organisation des tombes des niveaux inférieurs (dessin M. Klausener).

Fig. 13 - La Tour-de-Peilz. Tombe féminine n° 170 (début VIe s.). Disposition des objets sur le corps.
La tête était entourée d’une « coiffe » ornée de nombreuses petites perles de verre et de tubes en feuille d’or.
Les perles de verre et d’ambre sur la poitrine appartiennent probablement à un sachet qui en était orné (dessin M. Klausener).

2.2. Structures en bois postérieures au Bas-Empire

36Au V* siècle, la transition entre le Bas-Empire et le haut Moyen Age se marque dans l’ensemble des cimetières par le phénomène de l’orientation des tombes (tête à l’Ouest, pieds à l’Est), par la disparition des dépôts de céramique et d’offrandes alimentaires, par la raréfaction générale du mobilier, qui se réduit à quelques éléments de parure ou de vêtement.

37Un des types de tombe répandu à cette époque est creusé dans des troncs de bois, laissant des traces décomposées parfois très nettes (fig. 8), montrant des extrémités arrondies. Il existe également des caissons construits en bois, aux parois plus minces, dont la présence se laisse déduire parfois par des effets d’alignements des ossements contre les parois, par des traces organiques fines ou encore par des pierres de calage alignées, dessinant la position de la planche disparue. Ce type de sépulture est en général profondément creusé dans le sol ; l’espace dans le cercueil est étroit et le squelette y est fortement enserré (Nyon « en Clémenty », fig. 8). Le cimetière de Dully a conservé exceptionnellement une série d’exemples des structures de marquage qui signalaient ces sépultures en surface du terrain, sous forme d’entourage de dallettes implantées de chant, limitant le tertre qui définit l’emplacement de la sépulture (fig. 4-5).

38C’est dans ce groupe avec traces de contenants en bois que l’on recense la majorité des inhumations avec déformations crâniennes, associées à des parures ou objets d’origine germanique (Saint-Sulpice, Nyon « en Clémenty », par exemple) ; dans d’autres cimetières, comme à Genolier, les objets accompagnants sont exclusivement de tradition locale romane, tout au moins dans le petit nombre de sépultures fouillées appartenant à cette seconde phase. Pour ce qui concerne la disposition des tombes dans le cimetière, on observe la constitution locale et progressive de groupes, qui reflètent probablement des relations familiales. Le cimetière de Nyon « en Clémenty » (fig. 7) est un site de grande densité où les fosses d’implantation se recoupent fréquemment, montrant le développement de plusieurs de ces groupements, qui associent les tombes d’adultes et d’enfants.

39L’observation des zones vides entre de tels groupements permet d’envisager la présence d’édifices comme des Memoriae. Des traces de matière organique, malheureusement décomposée, associées à quelques trous de pieux dans un secteur vide de tombes, pourraient marquer la position d’une telle structure au centre de la zone fouillée à Dully « au Tauny ».

2.3. Inhumations en fosses

40Dans cette phase d’extension des nécropoles, on observe (Nyon, Dully) l’apparition de tombes sans traces particulières de contenant. Les corps y sont déposés dans des positions moins contraintes que dans les cercueils. La fouille de la zone centrale de Nyon « en Clémenty », où, comme nous l’avons vu, les recoupements de fosses sont particulièrement nombreux, montre que ces inhumations sont en règle générale postérieures aux tombes profondes, à contenant ligneux.

Fig. 14 - La Tour-de-Peilz. Tombe 170 (début du VIe s.). Paire de fibules ansées en argent doré (longueur 16,5 cm) (photo Fibbi-Aepli).

41Dans les autres sites, où les contraintes spatiales apparaissent moindres (Dully, la Tour-de-Peilz, Genolier), ces tombes semblent connaître un développement contemporain avec les tombes en cercueil de bois.

42A la Tour-de-Peilz, site fouillé presque exhaustivement ou du moins sur une surface suffisamment vaste pour que l’on soit certain d’avoir appréhendé sa partie centrale, on voit apparaître dans cet « horizon », qui est davantage typologique que chronologique, des tombes d’un genre particulier, caractérisées par la présence de calages périphériques ou par des largeurs de fosses inusitées (fig. 12, 16). Elles renferment dans la plupart des cas des inhumations dotées de mobilier relativement riche, fréquemment marqué par le caractère germanique d’une partie des objets (fig. 13-15). Dans le même site, deux tombes ont livré des épées, révélant l’inhumation de guerriers vers la fin du VIe siècle, toujours dans le même type de sépulture, comme cela a été attesté dans la tombe n° 168 du cimetière de Saint-Sulpice.

Fig. 15 - La Tour-de-Peilz. Tombe 170 (début du VIe s.).
Perles de verre et tubes faits d’une feuille d’or enroulée (longueur des tubes 6-7 mm) (photo Fibbi-Aepli).

2.4. Tombes construites en dalles ou autres matériaux

43Le dernier type de sépulture qui se développe dans les nécropoles dès le milieu/fïn du VIe siècle jusqu’à la fin du VIIIe siècle est la tombe à entourage construit en dalles ou avec d’autres matériaux, maçonnés ou non. Ces tombes, dans tous les cimetières considérés, recoupent tous les autres types antérieurs ou s’y superposent (fig. 7, 9, 16). Les marquages qui signalent les tombes construites en surface sont à Dully « au Tauny » exclusivement faits avec de grandes dalles posées à plat, à 45-60 centimètres au-dessus du caisson, ou par un assemblage de dallettes constituant une stèle horizontale composite (fig. 4-6).

44L’architecture de ces types de tombes semble tributaire des matériaux disponibles dans le voisinage : plaques tirées de blocs d’architecture romaine provenant de la ville voisine, à Nyon « en Clémenty » et à Yverdon ; dalles de roche schisteuse débitées de blocs erratiques à Dully ; dalles de grès molassique rouge tiré d’un affleurement local à la Tour-de-Peilz. Ce dernier site offre la plus grande variété de structures, associant tous les types de parois en dalles et en murets.

45La réutilisation de la plupart des tombes de ce genre est attestée par les systèmes de réduction des corps ou par des transformations, mani festant la présence de plusieurs générations d’occupants.

Fig. 16 – La Tour-de-Peilz. Plan archéologique partiel du secteur centre-ouest. Divers types de dalles (en nior) sur les sépultures antérieures (en grisé) (dessin M. Klausener).

3. Conclusions

46En réservant le résultat final des études et élaborations en cours, nous pouvons conclure de ce tour d’horizon vaudois que les nécropoles lémaniques montrent une grande homogénéité dans leur évolution, fait déjà maintes fois relevé. Des similitudes remarquables apparaissent pour chaque catégorie de sépultures.

47L’adoption de l’orientation homogène des sépultures est un phénomène général, suivi par l’ensemble des populations, qui coïncide avec l’extension des cimetières à cercueils de bois. Les rares sépultures de cet horizon qui portent une empreinte germanique ou spécifiquement burgonde sont complètement intégrées dans ces ensembles. L’arrivée des Burgondes se manifeste donc dans le domaine funéraire par une acculturation complète et non par l’émergence de modèles funéraires exogènes.

48Ce n’est que plus tard (début du VIe siècle à la Tour-de-Peilz) et seulement dans de grandes nécropoles largement fouillées que l’on peut découvrir des tombes de types particuliers, dont le matériel révèle l’origine germanique. Mais là encore, l’importance de ces apports a été apparemment insuffisante pour induire des traditions perpétuant de tels modèles. Dans ce domaine également, le pouvoir d’assimilation local semble avoir eu le dessus.

49Dès la seconde moitié du VIe siècle - si cette date peut être prise en compte pour la généralisation des tombes construites en matériaux durables - sous le régime mérovingien, le mode des inhumations se codifiera très strictement, dans la région lémanique tout au moins.

50Les cimetières du pied du Jura et du Nord vaudois, certes moins bien connus, donnent les indices d’une évolution typologique présentant peut-être d’autres particularités. La tradition des constructions funéraires en bois de l’époque romaine, désormais bien connue dans cette région, y a-t-elle laissé des traces plus durables qu’au bord du Léman ? Les tombes en dalles, omniprésentes sur le littoral lémanique, semblent être remplacées à Yverdon par des tombes à entourage maçonné et à Rances, par des coffrages en bois, dont l’usage se serait perpétué au VIe-VIIe siècle. S’agit-il de cas particuliers locaux et quelle est la pertinence de ces observations ? Pour répondre à de telles questions, il serait nécessaire de fouiller des échantillons significatifs de nécropoles dans l’arrière-pays et dans le Nord vaudois pour les comparer aux schémas solidement établis dans la région lémanique.

Bibliographie

Bibliographie

AUBERSON, 1987 = AUBERSON L. Les sépultures de l’antiquité tardive et du haut Moyen Age dans le Canton de Vaud. Inventaire et essai de synthèse. Mémoire d’archéologie provinciale romaine. Faculté des lettres. Université de Lausanne, mai 1987 (inédit).

CASTELLA, FLUTSCH, 1990 = CASTELLAD., FLUTSCH L. Sanctuaires et monuments funéraires à Avenches-En Chaplix VD.
Archéologie Suisse 13, 1990. p. 2-30.

CASTELLA, 1992 = CASTELLA D. Aventicum : le monde des morts et Avenches « En Chaplix » : des mausolées pour des personnes hors du commun. In : Celtes et Romains en Pays de Vaud. Catalogue d’exposition. Musée cantonal d’archéologie et d’histoire. Lausanne, 1992. p. 51-60.

CASTELLA, 1994 = CASTELLA D. Chronique archéologique 1993. Payerne, VD, route de Bussy. Annuaire de la Société Suisse de Préhistoire et d’Archéologie 77, 1994, p. 207-208.

DE MOLIN, GRUAZ, 1912 = DE MOLIN A., GRUAZ J. Le cimetière mérovingien de Saint-Sulpice (canton de Vaud). Lausanne, 1912.

EGGENBERGER et alii., 1992 = EGGENBERGER P., et alii. L’église de Saint-Prex. Histoire et archéologie. Cahiers d’archéologie romande 56. Lausanne. 1992.

FRANCILLON, WEIDMANN, 1981 = FRANCILLON F., WEIDMANN D. Pour une nouvelle carte archéologique du canton de
Vaud. Chronique archéologique. Revue historique vaudoise 1981, p. 189-192.

FUMAGALLI, 1989 = FUMAGALLI L. Etude anthropologique et paléodémographique de la nécropole burgonde de Rances (VD).
Travail de diplôme de Biologie. Département d’anthropologie et d’écologie, Université de Genève, 1989 (inédit).

GEISER, 1990 = GEISER A. Un trésor de monnaies de Pépin le Bref trouvé à la Tour-de-Peilz (VD), nécropole du Clos d’Aubonne. Gazette numismatique suisse 40/160, 1990, p. 94-106.

KLAUSENER, 1982 = KLAUSENER M. Nyon. Clémenty. Chronique archéologique. Annuaire de la Société Suisse de Préhistoire et d’Archéologie 65, 1982, p. 234-236.

KLAUSENER, MARTIN, WEIDMANN, 1992 = KLAUSENER M., MARTIN M. et WEIDMANN D. La Tour-de-Peilz (VD) : le cimetière du Clos d’Aubonne et la plaque-boucle avec scènes chrétiennes de la tombe 167. Archéologie Suisse 15.1, 1992, p. 24- 33.

MARTI, 1990 = MARTI R. Das frühmittelalterliche Gräberfeld von Saint-Sulpice VD. Le cimetière du Haut Moyen Age de Saint-Sulpice VD. Cahiers d’archéologie romande 52. Lausanne. 1990.

MARTI, 1993 = MARTI R. (réd.) Le monde des morts : la Tour-de-Peilz. In : Archéologie du Moyen Age. Le canton de Vaud du Ve au XV siècle. Catalogue d’exposition. Musée cantonal d’archéologie et d’histoire, Lausanne, 1993, p. 37-42.

MARTI, 1993 = MARTI R. (réd.). Yverdon-les-Bains : de l’époque romaine au Moyen Age. In : Archéologie du Moyen Age. Le canton de Vaud du Ve au XVe siècle. Catalogue d’exposition. Musée cantonal d’archéologie et d’histoire, Lausanne, 1993, p. 23-28.

MENNA, 1993 = MENNA F. La nécropole du haut Moyen Age de Dully. Mémoire d’archéologie provinciale romaine. Faculté des lettres. Université de Lausanne, janvier 1993 (inédit).

MORET, 1993 = MORET J.-C. Des Burgondes à Nyon ? L’élément exogène dans la nécropole de Clémenty. Mémoire d’archéologie provinciale romaine. Faculté des lettres. Université de Lausanne, juillet 1993 (inédit).

PAUNIER, 1987 = PAUNIER D. Incinérations et inhumations aux trois premiers siècles de notre ère : l’état des questions en Suisse. In : Inhumations et incinérations dans l’Occident romain aux trois premiers siècles de notre ère. Actes du colloque international de Toulouse. Montréjeau 1987 (IVe Congrès archéologique de Gaule méridionale).

PRIVATI, 1983 = PRIVATI B. La nécropole de Sézegnin (IVe-VIIIe siècle). Mémoires et documents publiés par la Société d’histoire et d’archéologie de Genève. Genève-Paris, 1983.

ROSSI, 1993 = ROSSI F. Deux poupées en ivoire d’époque romaine à Yverdon-les-Bains VD. Archéologie Suisse 16. 1993.4, p. 152-157.

STEINER, 1993 a = STEINER L. La nécropole du Bas-Empire et du haut Moyen Age de Genolier - Bas-des-Côtes. Mémoire d’archéologie provinciale romaine. Faculté des lettres. Université de Lausanne, 1993 (inédit).

STEINER, 1993 b = STEINER L. Le cimetière de Genolier. In : Archéologie du Moyen Age. Le canton de Vaud du ve au XVe siècle. Catalogue d’exposition. Musée cantonal d’archéologie et d’histoire. Lausanne, 1993, p. 43-44.

TROYON, 1841 = TROYON F. Description des tombeaux de Bel-Air près Cheseaux-sur-Lausanne. Mitteilungen der Antiquarischen Gesellschaft in Zürich 1, 1841, 9, p. 1-18.

WEIDMANN, 1979 = WEIDMANN D. Genolier - La Caisserie. Chronique archéologique. Revue historique vaudoise, 1979, p. 228.

WEIDMANN, 1980 = WEIDMANN D. Nyon-Clémenty. Nécropole du haut moyen âge. Archéologie Suisse 3, 1980, p. 172.

Table des illustrations

Légende Fig. 1 - Plan et typologie, publiés en 1841, des sépultures fouillées en 1838-1840 par F. Troyon à Cheseaux-près-Lausanne.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/17745/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 68k
Légende Fig. 2 - Carte de répartition des nécropoles vaudoises mentionnées (dessin M. Klausener) :1. Bel-Air (Lausanne) ; 2. St-Sulpice ; 3. Bavois ; 4. Saint-Prex ; 5. Rances ; 6. Genolier - la Caisserie ; 7. Dully ; 8. Nyon ;9. Genolier - Bas-des-Côtes ; 10. Avenches ; 11. Payerne ; 12. Yverdon-les-Bains ; 13. La Tour-de-Peilz.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/17745/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 312k
Légende Fig. 3 - Saint-Prex. Plan des tombes fouillées « sur le Vieux-Moulin ». Les tombes en dalles (rectangles) n’apparaissent qu’à l’Est du cimetière(Archives des Monuments Historiques, Lausanne).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/17745/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 100k
Légende Fig. 4 - Dully. Relevé des marquages conservés au-dessus des tombes.T 36, 37, 40, 42, 45, 49 et 53 : entourages de tertres ou dalles marquant des tombes en fosses ou en cercueils de bois.T 14, 18b, 19 et 20 : marquages de tombes en dalles (dessin M. Klausener).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/17745/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 56k
Légende Fig. 5 - Dully. Coupe Est-Ouest au travers des tombes de divers types et de leurs marquages.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/17745/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 32k
Légende Fig. 6 - Dully. Dalles marquant en surface du cimetière la présence des tombes en dalles sous-jacentes.A droite, entourage de pierres et dallettes marquant les tombes en cercueils de bois (photos MHA).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/17745/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 104k
Légende Fig. 7 - Nyon. Plan d’ensemble du secteur fouillé, montrant les recoupements et superpositions des tombes.En hachuré : traces de structures en bois (dessin M. Klausener).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/17745/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 148k
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/17745/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 52k
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/17745/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 48k
Légende Fig. 9 - Genolier - Bas-des-Côtes. Groupements compacts de tombes en dalles, de la dernière phase du cimetière (dessin M. Klausener).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/17745/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 120k
Légende Fig. 10 - Yverdon-les-Bains. Tombe 261.Inhumation richement dotée en céramique et verrerie (fin rv-début v siècle). Les clous d’assemblage du fond et des parois du cercueil marquent précisément la structure disparue (dessin Archéodunum, Gollion).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/17745/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 52k
Légende Fig. 11 - La Tour-de-Peilz. Décapage de la partie sud du cimetière (photo Fibbi-Aepli).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/17745/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 140k
Légende Fig. 12 - La Tour-de-Peilz. Plan schématique de l’organisation des tombes des niveaux inférieurs (dessin M. Klausener).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/17745/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 776k
Légende Fig. 13 - La Tour-de-Peilz. Tombe féminine n° 170 (début VIe s.). Disposition des objets sur le corps. La tête était entourée d’une « coiffe » ornée de nombreuses petites perles de verre et de tubes en feuille d’or. Les perles de verre et d’ambre sur la poitrine appartiennent probablement à un sachet qui en était orné (dessin M. Klausener).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/17745/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 28k
Légende Fig. 14 - La Tour-de-Peilz. Tombe 170 (début du VIe s.). Paire de fibules ansées en argent doré (longueur 16,5 cm) (photo Fibbi-Aepli).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/17745/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 112k
Légende Fig. 15 - La Tour-de-Peilz. Tombe 170 (début du VIe s.).Perles de verre et tubes faits d’une feuille d’or enroulée (longueur des tubes 6-7 mm) (photo Fibbi-Aepli).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/17745/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 128k
Légende Fig. 16 – La Tour-de-Peilz. Plan archéologique partiel du secteur centre-ouest. Divers types de dalles (en nior) sur les sépultures antérieures (en grisé) (dessin M. Klausener).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/17745/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 249k

Auteur

Archéologue cantonal, Lausanne

© ARTEHIS Éditions, 1995

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search