Version classiqueVersion mobile

Les Burgondes

 | 
Henri Gaillard de Sémainville

La Sapaudia et le royaume de Burgondie

Population indigène, population allogène à Beaune (Côte-d’Or) aux Ve-VIe siècles

Dominique Castex, Germaine Depierre, Bruno Maureille et Dominique Bar

Résumé

Schon bei den Ausgrabungen ließ das Gräberfeld von Beaune Saint-Etienne das mögliche Vorhandensein « burgundischer » Zeugnisse vermuten, welches durch die Entdeckung deformierter Schädel besonders bewiesen wurde. Von vornherein scheinen die Gräber in zwei topographisch verschiedene Areale verteilt zu sein, die durch einen Graben getrennt sind. Da die Verstorbenen mit absichtlich deformierten Schädel und eigenartigen Beigaben östlich des Grabens bestattet waren, lag die Vermutung nahe, daß letzterer eine Trennung zwischen der « einheimischen » (Zone 1, westlich) und der « fremden » Bevölkerung (Zone 2, östlich) bzw. die Grenze eines Friedhofs markiert habe, außerhalb dessen Zugewanderte mit anderen Bestattungssitten beigesetzt wurden.
Die Untersuchung der Bewegungen der Knochen in den einzelnen Grabstätten (Taphonomie) hat uns dennoch erlaubt, eine andere Verteilung in Betracht zu ziehen. Der Graben könnte keine Grenze (bzw. keine Grenze mehr) markieren : einzelne, den einheimischen Bestattungsformen zuzuweisende Tote sind östlich des Grabens beigesetzt worden. Wir haben auch etwaige morphologische Unterschiede (Körperwuchs, Gestalt der Schädel und des übrigen Knochengerüstes...) sowie durch die Lebensbedin-gungen bedingte Unterschiede in Betracht gezogen (Spuren von Mangelkrankheiten, Mikrotraumata, Traumata, degenerative und/oder infektiôse Krankheiten).

Texte intégral

1Le grand intérêt des découvertes archéologiques faites à Beaune Saint-Etienne implique naturellement une prise en compte aussi complète que possible de toutes les données disponibles, et tout particulièrement de la documentation ostéologique. La présence de quatre crânes artificiellement déformés rend d’autant plus importante cette étude, dont le but principal est de mettre en évidence, outre l’authenticité et les caractères de ces déformations, l’éventuelle spécificité des individus et des groupes d’individus inhumés dans le secteur oriental de la nécropole (voir ci-dessus l’étude de H. Gaillard de Sémainville et Ch. Sapin ; nous ferons référence à cette étude sous la forme abrégée d’« étude archéologique »).

2Dans cette perspective nous avons pris en compte successivement la taphonomie, les aspects paléodémographiques, puis morphologiques, les conditions de vie, les déformations crâniennes, avant de conclure sur une tentative de bilan. Précisons que cette étude a été possible grâce à l’aide de F. Lotteau et Y. Rodet (Rully, Saône-et-Loire) pour le traitement (lavage, marquage et collage) et l’étude métrique du matériel osseux.

3Sur 60 sépultures retenues pour l’observation taphonomique, les 2/3 seulement ont pu être utilisées dans les études biologiques ou ostéométriques.

Spécificité des architectures funéraires

4Bien que l’étude taphonomique n’ait pas été effectuée dès la fouille (rappelons que la fouille s’est effectuée en 1987-88 et qu’à cette époque, les personnes présentes sur le site ne disposaient pas d’une formation suffisante pour concevoir une telle approche), les archéologues ont constaté immédiatement une différence très nette entre les modes de dépôts, ce qui nous a permis, dans un premier temps, de répartir les sépultures en deux grands groupes.

5Le type 1 se caractérisait par une fosse très large à parois verticales. La sépulture 265 en est l’exemple le plus significatif (fig. 1). Le cadavre qui avait été déposé sur le dos, se décomposait à distance du creusement, dans un espace extrêmement réduit latéralement et dans un volume dont la base était transversalement concave. De fortes contraintes avaient été exercées sur le corps. L’examen de la position de chaque os, puis des os les uns par rapport aux autres, nous en renvoyait une image exagérée. Les humérus étaient à un niveau nettement supérieur par rapport à la colonne vertébrale. Ils apparaissaient par leur face postérieure ou latéro-postérieure. Les coudes étaient souvent ramenés vers l’axe médian du corps. Une contrainte excessive au niveau des os coxaux avait provoqué une rupture de la chaîne lombo-sacrée (les vertèbres lombaires pouvant apparaître par leur face inférieure, postéro-latérale, voire postérieure), accompagnée d’un effet de rotation des os coxaux vers l’intérieur du corps. Ce type de mouvement peut ramener une des branches ischio-pubiennes à l’intérieur du petit bassin, libérant ainsi les têtes fémorales de leur cavité acétabulaire. Les fémurs, sous cette impulsion, pouvaient nous apparaître par leur face médiale (côté qui en situation anatomique « regarde » l’axe médian du corps) ou postérieure. Les tibias se trouvaient souvent au contact l’un de l’autre, apparaissant par leur face antérieure ou antéro-latérale.

Fig 1 – Les différents types de sépultures : a. type 1 ; b. sépulture hawaïenne ; c. type 2 ; d. type 3.

6A l’issue de ces observations, il importait de compléter notre première impression. La forme de l’architecture à fond concave exerçait, certes, des contraintes latérales importantes, mais on pouvait observer aussi un phénomène « d’aspiration » des os vers le fond du creusement dans l’axe médian du corps. Nous avons, dans une démarche de comparaison ethnologique, retrouvé des sépultures présentant des migrations ou des déplacements semblables lors de dépôt de cadavre dans des pirogues fermées par un couvercle en bois (fig. 1). Il s’agit, par exemple, de sépultures hawaïennes (Chevalier 1992). Il nous est bien évidemment impossible de préciser s’il s’agissait, à Beaune, de troncs d’arbres évidés, comme cela a pu être montré à Soyria (Pétrequin 1980), mais la confrontation de ces résultats avec des observations archéologiques nous a conduit a envisager des modes de dépôts assez complexes. A Saint-Etienne, des fibres ligneuses sous, autour et sur le squelette, confirment l’existence d’un coffre en bois avec couvercle, mais une des sépultures a montré aussi un système de couverture sur l’ensemble de la fosse. Ce « second couvercle » reposait sur une petite banquette, reconnue sur les grands côtés de la sépulture. Dans l’ensemble, on pouvait donc envisager que l’architecture à fond concave était fermée par un couvercle ménageant ainsi un espace vide permettant aux pièces osseuses, libérées lors de la décomposition des parties molles, de se déplacer (Duday, 1990).

7On peut donc reconstituer en partie la succession des gestes qui entouraient le dépôt du défunt. On creusait une grande fosse sur quelques centimètres de profondeur puis on réduisait légèrement l’espace de creusement pour ménager une petite banquette, sur les grands côtés au moins. Le creusement se continuait sur une profondeur de 0,80 à 1 mètre. Le corps était alors déposé dans un coffre à fond concave fermé par une ou plusieurs planches. Légèrement plus foncé, le sédiment de comblement était celui qui avait été déplacé lors du creusement.

8Les seuls repose-tête clairement reconnaissables n’existent que dans ce groupe. Cependant nombre d’informations nous échappent encore. Nous ne pouvons pas dire si la fosse était comblée puis fermée par une planche ou si elle restait vide, le remplissage s’effectuant par infiltration progressive ou après effondrement partiel de la couverture supérieure. De même, il n’est pas possible de préciser si le corps était transporté dans un coffre à fond concave jusqu’au lieu d’inhumation ou s’il y était déposé juste avant d’être inhumé. Bien qu’ayant conscience de toutes ces lacunes, il nous paraît essentiel de présenter le peu d’informations formulables.

9Les pratiques funéraires du type 2 sont nettement différentes. L’exemple le plus significatif est la tombe 312 (fig. 1). Les squelettes reposent, eux aussi, en décubitus dorsal, mais sans contrainte, sur un niveau horizontal, les membres supérieurs généralement en extension, la paume des mains sur le sol, contre l’épine supéro-antérieure de l’aile iliaque des os coxaux. Les membres inférieurs sont en extension, à distance les uns des autres. Les mouvements les plus conséquents, entraînés par la libération des pièces osseuses dans le processus de décomposition, sont la mise à plat des os coxaux et la chute des patellas. Celles-ci sont généralement retrouvées au niveau de la face postérieure des condyles fémoraux. Ces indices nous incitent à envisager une décomposition en espace vide. Ceci est confirmé par la présence de traces ligneuses qui, bien que très diffuses, sont observables sur la partie postérieure du squelette et, quelquefois, sur sa partie antérieure.

10L’essai de distinction type 1 - type 2 par l’étude taphonomique a laissé apparaître un troisième groupe qui pourrait être caractérisé par la sépulture 281 (fig. 1). Le type 3 peut être considéré comme un intermédiaire des deux premiers. On observe une contrainte latérale mais nettement moins importante que celle observée dans le type 1. Les individus reposent sur un niveau horizontal, exception faite des humérus qui sont souvent plus haut que le reste du squelette. Les traces de bois retrouvées sur les faces postérieures et antérieures des squelettes laissent supposer l’existence de coffres ménageant des espaces vides. On peut donc envisager l’utilisation de coffres étroits à fond plat.

11Quel que soit le mode d’inhumation, il semble que les architectures funéraires directement liées au cadavre aient été en bois : tronc évidé (?) pour le type 1, coffre large en planches à fond plat pour le type 2, coffre en planches ou tronc évidé à fond plat pour le type 3. Ceci est confirmé par la présence de traces ligneuses dans pratiquement toutes les sépultures concernées.

12Le mobilier funéraire est surtout représenté par des ornements vestimentaires. Bien que rare (voir l’étude archéologique), il permet de discuter la chronologie. Les sépultures du type 1 semblent être les plus anciennes et, peut-être, celles qui sont à l’origine de la création du cimetière. Elles se situent au Sud de la zone 1 et semblent s’étendre vers l’Est, au-delà du fossé. Les sépultures attribuées au type 2 sont probablement contemporaines de l’époque burgonde. Elles se caractérisent par la présence de sujets au crâne déformé et un mobilier typique. Les pratiques funéraires des sujets appartenant au type 3 peuvent être perçues comme une évolution du mode d’inhumation initial (type 1) ou une fusion des types 1 et 2 (voir fig. 4 et 5 de l’étude archéologique).

Détermination individuelle du sexe et de l’âge et paléodémographie

13En ce qui concerne la détermination du sexe, nous nous sommes basés uniquement sur les observations morphologiques et métriques de l’os coxal, critère sexuel le plus fiable. Nous avons appliqué la méthode visuelle de J. Bruzek (1991) et parmi les méthodes métriques, nous avons utilisé l’indice cotylo-sciatique de M.R. Sauter et F. Privat (1955) en raison de sa commodité et de sa rapidité d’utilisation.

14La répartition des sexes, quel que soit le type taphonomique envisagé, s’est révélée conforme à celle d’une démographie naturelle : le taux de masculinité étant, dans tous les cas, statistiquement équivalent à un taux théorique de 50 %. De plus, la répartition topographique des sexes n’a révélé aucune concentration particulière.

15Pour les enfants jusqu’à quatorze-quinze ans, l’âge au décès a été déterminé en fonction du degré d’éruption dentaire selon Ubelaker (1978). En l’absence des dents, une estimation de l’âge a pu être effectuée en fonction de la longueur de la diaphyse des os longs et nous avons alors utilisé le tableau de référence de Stloukal et Hanakova (1978). Au-delà de quinze ans, nous avons tenu compte des données fournies par le développement du squelette post-crânien, et nous avons recouru à diverses tables (Birkner, 1980) qui donnent l’âge de la synostose des centres d’ossification secondaire (soit entre eux, soit aux centres d’ossification primaire). Pour les adultes, nous avons privilégié en tant que marqueur d’âge le degré de synostose des sutures crâniennes ; les âges au décès ont été calculés à partir de la méthode des régressions vectorielles standard, proposée par C. Masset (1982, 1989). Nous avons en priorité observé les sutures endocrâniennes.

16Les sépultures de non-adultes sont apparues excessivement rares. Mais rappelons qu’il faut nuancer la notion d’immaturité. On considère qu’un individu est anthropologiquement adulte lorsque les grands os longs des membres sont complètement épiphysés, à peu près à 18-20 ans. Cependant, dans nombre de populations anciennes, la majorité sociale est précoce et il est tout a fait vraisemblable qu’un jeune adolescent (individu de plus de 10 ans) ait eu une activité et un statut d’adulte. Les non-adultes se situent exclusivement dans la zone 1, mais il n’a pas été possible de leur attribuer un type taphonomique précis.

17Parmi les sujets immatures, nous avons pu constater l’absence totale des très jeunes enfants (0-1 an), la présence d’un seul sujet dans la classe des 1-4 ans, 3 sujets dans celle des 5-9 ans et 1 sujet dans celle des 10-14 ans. La sous représentation des enfants et surtout des moins de 5 ans est fréquente dans les cimetières du haut Moyen Age. Or l’étude de gisements protohistoriques (Dedet 1991), gallo-romains (Fabre 1990) et des périodes médiévale et moderne (Depierre 1989, 1993) a montré que les jeunes enfants étaient traités différemment des sujets plus âgés. Il en est probablement de même pour le cimetière de Beaune. Peut-être sont-ils enterrés dans un secteur particulier du cimetière, voire à l’extérieur de celui-ci, ou ont-ils subi un traitement particulier autre que l’inhumation ?

18La répartition de l’âge au décès de l’ensemble des adultes, sexes réunis, est relativement conforme à une répartition théorique et aucune variation majeure n’a été observée entre les individus des deux zones. En revanche, la distribution selon le sexe, quel que soit le type taphonomique considéré, fait apparaître de nettes différences, avec une surmortalité masculine dans les classes jeunes.

Aspect morphométrique des sujets

19Les mesures (Martin et Saller 1957) prises sur le crâne, la mandibule et les grands os longs des membres (exception faite de la fïbula) ont permis d’estimer la stature (tables de Trotter et Gleser, dans Olivier 1960), de calculer des indices qui servent pour des comparaisons inter-individuelles et populationnelles.

20Les échantillons étant extrêmement réduits, il nous a semblé plus judicieux de donner le nombre réel de sujets plutôt que des pourcentages. De plus, le nombre de sujets immatures étant très faible, seuls les adultes ont été pris en compte pour le calcul des indices.

* Stature (tableau 1)

21Elle est estimée à partir de la longueur des grands os longs des membres. Les estimations les plus fiables sont données par la longueur du fémur gauche ajoutée à celle du tibia homo-latéral. Cependant, à défaut, on peut utiliser les os droits, voire ceux des membres supérieurs. Les estimations auxquelles on aboutit présentent un écart-type de plus ou moins 4 cm.

N° Sép

Sexe

Type

Stature (cm.)

Os utilisé(s) en cm.

235

H

3

168

Fémur + tibia D = 80,7

236

H

3

170

Fémur G = 45,6

266

F

1

1 59

Fémur D = 42,5

276

F

1

155

Fémur G = 40,9

278

H

1

183

Fémur + tibia G = 92,1

279

H

3

181

Fémur + tibia G = 90,2

282

F

3

161

Fémur 0 = 43,5

283

F

3

1 74

Fémur + tibia D = 86,6

286

F

*

156

Fémur G = 41,5

289 b

h

*

180

Fémur G = 49,8

290

F

*

157

Fémur G = 41,8

292 a

f

*

153

Fémur D = 40

294

F

1

165

Tibia G = 35,6

295

H

3

173

Fémur D = 46,8

297

H

3

185

Fémur G = 53,2

298

F

2

149

Tibia D = 30

304

F

2

167

Fémur + tibia G = 82,1

305

F

3

166

Fémur + tibia G = 81

306

F

1

162

Fémur D = 43,6

308

H

2

1 76

Fémur + tibia D = 86,6

309

F

1

157

Fémur + tibia G = 74,6

311

H

1

164

Fémur + tibia G = 78

312

F

2

149

Fémur G = 38,6

314

F

2

145

Ulna G = 20,5

316

H ?

*

170

Fémur + tibia G = 82

318

F

3

1 58

Fémur G = 42

323

H

*

176

Fémur + tibia D = 87

325

H

1

165

Fémur + tibia G = 80,3

326

H

2

180

Fémur G = 50

328

H

1

171

Fémur + tibia D = 82,9

329

H

3

168

Fémur + tibia G = 80,9

330

F

*

161

Fémur + tibia G = 77,3

331

H

*

1 80

Fémur + tibia G = 90

335

H

*

1 86

Humérus D = 37,5

Tableau 1 - Reconstitution des statures.

22Pour les sujets attribuables au type 1, la stature moyenne des hommes (4) est de 171 cm, celle des femmes (5) de 160 cm. Pour le type 3, la moyenne des hommes (6) est de 174 cm, celle des femmes (4) de 165 cm. A priori, les écarts entre hommes et femmes restent d’environ 10 cm, la population du type 1 étant légèrement plus petite que celle du type 3. Cependant, le nombre extrêmement limité d’individus par échantillon oblige à la plus grande prudence.

23Si l’on garde comme hypothèse que les sujets de ces deux ensembles taphonomiques sont issus du même substrat populationnel, on constate que la moyenne varie peu. Nous obtenons une moyenne masculine de 174 cm et une moyenne féminine de 162 cm. Par comparaison avec les sites de Sézegnin [Commune d’Avusy, Genève], de Thoiry [Ain, France] (Simon 1983) et de Saint-Jean-des-Vignes à Chalon-sur-Saône [Saône-et-Loire] (Castex 1991), nous pouvons considérer que cette population est d’assez grande taille.

24Il est difficile d’établir des comparaisons avec les individus du type 2. Si l’on considère uniquement les moyennes, nous obtenons pour les hommes 178 cm, pour les femmes 153 cm. Cependant, la moyenne des hommes n’est calculée que sur deux sujets, celle des femmes sur 4 dont 3 sont d’une taille exceptionnellement petite (il s’agit de 3 des femmes au crâne intentionnellement déformé). Par conséquent, il serait trop hasardeux de dépasser le stade de la présentation des faits.

* Robustesse (tableaux 2 et 3)

25Les sujets masculins du type 1 sont en moyenne plus robustes que les femmes. Cependant, la femme de la sépulture 276, bien que de petite taille (155 cm) est très robuste, les indices dépassant ceux de la moyenne masculine. L’écart homme/femme est plus significatif pour les sujets du type 3.

26Le nombre insuffisant de mesures sur les sujets du type 2 ne permet pas de les comparer. Cependant, la femme de la tombe 304, d’assez grande taille, est très gracile. Les indices qui ont pu être calculés pour les sujets féminins de petite taille au crâne déformé n’apportent aucun renseignement supplémentaire.

Tableau 2 - Indices crâniens.

* Indices crâniens (tableau 2)

27Les indices présentés ont été retenus parce qu’ils apportent des éléments propres pour se faire une idée de la morphologie, morphologie schématique mais suffisamment caractéristique : crâne haut, face étroite, orbite haute...

Indice crânien horizontal

28Au sein des individus du type 1, sept sujets ont pu être pris en compte (3 femmes et 4 hommes). Ils sont tous mésocrânes (les crânes ne sont ni allongés ni larges), exception faite de l’homme de la sépulture 278 qui présente un crâne allongé (dolichocrâne). Les sujets appartenant au type 3 (4 hommes, 3 femmes), sont aussi mésocrânes, exception faite de l’homme de la tombe 295 qui est dolichocrâne, et de la femme de la tombe 318 qui est brachycrâne (crâne large). Pour les sujets attribués au type 2, le problème est le même que pour la robustesse. Nous ne pouvions pas prendre en compte les sujets au crâne déformé, ce qui nous oblige à retrancher 4 individus de l’échantillon. Il reste la femme de la tombe 304 qui présente un crâne large et les hommes des tombes 308 et 324 qui sont dolichocrânes.

Indice fronto-pariétal

29Il traduit le développement en largeur du front par rapport à la largeur maximale du crâne. Dans le type 1, nous ne pouvons utiliser que 7 sujets (3 femmes et 4 hommes). Tous présentent un front large (eurymétope) sauf l’homme de la tombe 325 au front étroit (sténométope). Parmi les sujets attribués au type 3, nous ne pouvons utiliser que 4 hommes et deux femmes. Comme pour les précédents, la majorité des sujets ont un front large (eurymétope) sauf l’homme de la tombe 297 au front étroit (sténométope). Pour les sujets du type 2, l’information est toujours très lacunaire. La femme de la tombe 304 a un front étroit. En revanche, les hommes des tombes 308 et 324 ont un front large.

Indice de hauteur crânienne

30Dans l’échantillon du type 1 nous n’avons retenu que 7 sujets (3 femmes et 4 hommes). La majorité présente des crânes de hauteur moyenne (orthocrâne). La femme de la tombe 278 a un crâne bas (chamaecrâne) alors que celle de la tombe 311 a un crâne haut (hypsicrâne). Dans les sujets appartenant au type 3, nous avons deux hommes au crâne haut, et un moyen. En revanche, nous avons 2 femmes ayant un crâne de hauteur moyenne et une présentant 1 crâne haut. Pour les sujets du type 2, la seule information que nous pouvons apporter concerne l’homme de la tombe 308 au crâne moyennement haut.

Indice facial supérieur

31Il donne une idée de la hauteur de la face par rapport à sa largeur. Nous n’avons pu le calculer, tous types confondus, que 5 fois, c’est-à-dire 2 fois pour le type 1 (face étroite ou haute), 2 fois pour le type 3 (face étroite, et face moyenne) et 1 fois pour le type 2 (face étroite).

Indice orbitaire

32Il donne des indications sur la forme des orbites. Malheureusement les informations sont très rares à cause de la mauvaise conservation du matériel ostéologique. Dans le type 1, nous ne pouvons retenir que 2 hommes (l’un a des orbites larges, l’autre des orbites moyennement hautes) et 2 femmes aux orbites hautes. Dans le type 3, nous ne pouvons retenir que 2 hommes et 1 femme aux orbites moyennement hautes. Dans le type 2, seule la femme de la tombe 304 a pu apporter une mesure qui indique des orbites moyennement hautes.

Indice palatin

33Pour le type 1, nous ne pouvons utiliser que 4 sujets (3 hommes et 1 femme), tous brachystaphylins (palais large). Nous n’avons pu calculer qu’un seul indice, sur la femme de la tombe 282 (palais large), attribuable au type 3. Les sujets du type 2 ont livré très peu d’informations : le seul indice vient de la femme de la sépulture 304, qui présente un palais moyen.

Indice mandibulaire

34Cet os étant assez robuste, les informations sont nombreuses. Dans le type 1, nous avons retenu 8 sujets, 4 hommes et 4 femmes, tous brachygnathes (mandibule large), sauf les femmes des tombes 306 et 276 qui sont mésognathes (mandibule moyennement longue). Le problème de la conservation différentielle des os (résultant de la méthode de fouille, du mode de décapage, des conditions propres à la sépulture...) fait que nous ne pouvons calculer que l’indice mandibulaire de la femme de la tombe 318, qui elle aussi est brachygnathe. Des 3 sujets appartenant au type 2, utilisables pour ce calcul, les deux hommes sont brachygnathes, la femme mésognathe.

* Les indices du squelette post-crânien (tableau 3)

35Les grands os longs des membres sont beaucoup plus solides et plus facilement reconstituables que le squelette crânien. Ils ont été mesurés sur les os des membres gauches ; à défaut, les os controlatéraux ont été utilisés.

Indice diaphysaire des os longs

36Il donne le degré d’aplatissement de l’os. En ce qui concerne l’humérus, quel que soit le groupe envisagé, on peut observer une grande majorité d’eurybraches. Les seuls sujets platybraches sont des femmes (2 sur 4 pour le type 1, 1 sur 5 pour le type 3, 2 sur 4 pour le type 2). Les moyennes obtenues sont très éloignées de celles classiquement admises, mais avec des écarts relativement importants.

37En ce qui concerne le radius, nous ne pouvons pas donner d’information concernant les sujets du type 1, le calcul des indices ne pouvant s’effectuer que sur 3 sujets. En revanche, la moyenne féminine pour le type 3 est très éloignée de celle généralement admise. Pour le type 2, quel que soit le sexe, elle est très inférieure.

38Le calcul de l’indice de l’ulna n’a pu être effectué que sur trois sujets attribuables au type 1. En revanche, les moyennes pour les sujets du type 3 sont très supérieures (surtout la moyenne masculine) à celles généralement données par la littérature. La moyenne obtenue sur les sujets attribuables au type 2 est très proche de celle donnée classiquement.

Indice de platôlénie (ulna)

39Il traduit le degré d’aplatissement transversal de l’ulna au niveau de la petite cavité sigmoïde. Il montre dans les types 1 et 3 une forte proportion d’eurolènes avec cependant 4 platô- lènes (ulna aplati), dont 3 femmes et 1 homme, et un hypereurolène (arrondi). Sur les sujets du type 2 (5 sujets retenus), on constate la même prédominance d’eurolènes avec deux platôlènes (1 homme et 1 femme).

Tableau 3 – Indices postcrâniens

Indice pilastrique (fémur)

40Il traduit à la fois la forme de la section de l’os et le degré de saillie de la ligne âpre. Pour le type 1 (10 sujets retenus), les pilastres sont nuls (6) ou faibles (4). Chez les individus attribuables au type 3 (9 sujets retenus), on garde une majorité de pilastres nuls (5), le reste se répartissant entre pilastres faibles, moyens, forts. Comme pour les sujets du type 1, on constate dans le type 2 (8 sujets retenus) une majorité de pilastres nuis.

Indice de platymérie (fémur)

41Il traduit l’aplatissement de l’extrémité proximale de la diaphyse fémorale (sous le petit trochanter). Il fait apparaître, pour les hommes du type 1 (5 sujets), une majorité d’eurymères (fémur arrondi), 1 seul étant platymère (aplatissement antéro-postérieur). Pour les femmes (4 individus), on compte 2 sujets platymères et 2 sténomères (un peu aplati transversalement). La majorité des sujets attribuables au type 3 sont eurymères, sauf une femme hyperplatymère (aplatissement marqué) et un homme platymère. Pour les sujets attribués au type 2, la répartition est moins homogène. Quel que soit le sexe, ils se répartissent entre platymères et eurymères.

Indice cnémique (tibia)

42Il traduit l’aplatissement de la partie proximale du corps de la diaphyse tibiale. Pour les sujets du type 1 (10 sujets), quel que soit le sexe, il fait apparaître une majorité d’eurycnémiques (aplatissement nul) avec seulement une femme mésocnémique (aplatissement peu sensible) et un homme platycnémique (tibias aplatis transversalement).

43En revanche, les individus du type 3 (8 sujets) et ceux du type 2 (5 sujets) montrent une plus grande diversité. Cependant, pour le type 2, la faiblesse de l’échantillon incite à la plus grande prudence.

* Interprétation

44Le travail métrique effectué sur les individus inhumés à Beaune, à l’époque burgonde et un peu après, reste décevant pour deux raisons :

45- d’une part, la faiblesse des échantillons ;

46- d’autre part, l’impossibilité de faire des comparaisons avec des gisements contemporains proches et notamment bourguignons. Les seuls gisements utilisables, Bierry-les-Belles-Fontaines [Yonne] (Depierre inédit) et La rue de Rochefort à Chalon-sur-Saône [Saône-et-Loire] (Castex 1991 et 1994) sont légèrement postérieurs à celui-ci. Cette absence d’éléments de comparaison nous a confortés dans la création d’une base de données et dans la présentation de ses grands traits.

47Les sujets attribués aux types taphonomiques 1 et 3, que l’on peut considérer comme issus du même substrat populationnel indigène, sont d’assez grande taille et d’une robustesse moyenne, assez comparables à la population de la rue de Rochefort à Chalon-sur-Saône. Une des différences essentielles entre les sujets qui nous intéressent et ceux du haut Moyen Age avec lesquels nous pouvons les comparer, est la forte prédominance de la mésocrânie. A Bierry-les-Belles-Fontaines comme à Chalon-sur-Saône, la tendance est nettement à la brachycrânie (crânes larges), les sujets mésocrânes étant très peu nombreux. Les indices du squelette post-crânien semblent indiquer une certaine homogénéité de l’ensemble des inhumés.

48En résumé, nous avons des individus dont les crânes, larges à allongés, montrent des fronts, des palais et des mandibules larges. Les sujets attribués au type 2 ne présentent pas de différence nette. Il convient d’insister sur le fait que ces derniers sont faiblement représentés et que les quatre sujets au crâne artificiellement déformé en font partie (ils ont donc été exclus de cette partie de l’étude). Les indices du squelette post-crânien n’indiquent pas de différences notables ni entre les groupes, ni entre les hommes et les femmes.

Les caractères discrets et la pathologie : une tentative d’approche des conditions de vie

49Conjointement aux études précédentes, nous avons tenté une analyse des caractères discrets et pris en compte un certain nombre de lésions pathologiques.

50Les variations de fréquence des caractères discrets ont pu être discutées et interprétées, en fonction du sex ratio et de l’âge des échantillons de départ (biais éventuel, impact du milieu...). L’analyse nous a conduits à ne conserver que certains caractères afin de pouvoir, d’une part, discuter des variations de fréquence observées entre les groupes et, d’autre part, rechercher des similitudes entre données biologiques (un ou plusieurs caractères discrets) et sous-ensembles archéologiques.

51Pour les signes pathologiques, notre étude s’est limitée à l’examen des pathologies les plus aptes à fournir des indications sur les activités quotidiennes et l’état sanitaire (pathologie des dents et du parodonte, pathologie dégénérative et traumatique, signes d’anémies et indicateurs de stress non spécifiques).

52Quel que soit le type taphonomique envisagé, la grande fréquence des cribra orbitalia (aspect criblé des plafonds orbitaux) et des lignes d’hypoplasie de l’émail dentaire (sillons horizontaux faisant le tour de la couronne) pourrait être le témoignage de troubles nutritionnels et infectieux assez généralisés. A cette observation doit s’ajouter la fréquence élevée de nombreux osselets surnuméraires des sutures et des fontanelles et de la persistance de la suture métopique. Cependant, il est extrêmement difficile de faire la part entre les conséquences d’une alimentation déficiente, et celles plus directement liées aux phénomènes héréditaires ou environnementaux.

53Bien que quelques caractères discrets témoignent d’une différence entre les deux zones d’inhumation, les facteurs en cause sont malheureusement difficiles à cerner. Il s’agit, pour la plupart, de caractères liés à l’environnement (Crubézy, 1991 ; Hauser et De Stéfano, 1989 ; Saunders, 1978), tels que les osselets suturaires et le canal hypoglosse bipartite, qui sont plus fréquents chez les individus de la zone 1, alors que le foramen transversaire bipartite et l’absence du foramen zygomatico-facial sont nettement marqués dans la zone 2.

54De la même manière, l’étude des lésions dentaires a révélé quelques différences entre les zones : la maladie carieuse et les pertes de dents ante mortem, très souvent présentes sur l’ensemble des inhumés, sont statistiquement plus fréquentes sur les sujets des types 1 et 3 que sur ceux du type 2.

55Certaines données apparaissent variables en fonction du sexe. L’abrasion dentaire qui se manifeste le plus souvent sur les incisives, est plus fréquente chez les hommes. En revanche, trois autres caractères, fréquents sur ce gisement, prédominent nettement chez les femmes : on attribue des causes fonctionnelles à la marque acétabulaire sans que celles-ci soient définies ; d’autres peuvent relever de phénomènes induits par l’alimentation (canal hypoglosse bipartite) ou encore être le résultat de troubles de l’ossification (fosse d’Allen).

56D’autres observations, comme la distribution des lésions de type « arthrose », des enthésopathies (ossifications ligamentaires), des hernies discales intra-spongieuses, mais également des fractures, tendent à prouver que les différences d’activités entre les sexes sont davantage marquées dans la zone 1, ces lésions étant presque exclusivement le lot des hommes. La localisation des fractures (radius, ulna) pourrait répondre à une activité particulière. Cette différenciation ne se retrouve pas dans la zone 2, où la répartition de ces atteintes selon le sexe est beaucoup plus équilibrée (certaines, comme les fractures, sont même inexistantes).

Présentation des crânes artificiellement déformés et hypothèses sur les moyens de contention

57L’étude concerne quatre crânes des individus numérotés 298 (le mieux conservé), 312, 314 (le moins bien conservé) et 346. Les sujets sont tous de sexe féminin. Deux d’entre eux sont des adultes jeunes (tombes 298 et 314), les deux autres des adultes âgés (tombes 312 et 346). Ces deux derniers présentent une légère déformation post-mortem. Elle se traduit par une avancée et un écartement latéral de la moitié droite sur le sujet de la sépulture 312. Elle affecte la partie gauche du frontal de la femme de la tombe 346.

58Ces crânes étant suffisamment bien conservés (fig. 2), nous avons pu éliminer l’éventualité d’une déformation crânienne pathologique ou accidentelle et donc retenu la déformation intentionnelle qui est, pour chacun d’eux, de type antéro-postérieure oblique. Néanmoins, son degré d’accentuation et son obliquité sont très variables (au moins pour les sujets des inhumations 312 et 314), ceci se traduisant par de grandes différences morphoscopiques entre les crânes (Maureille, Castex, Depierre et Bar, à paraître).

59Enfin, sur les trois crânes pour lesquels le diagnostic de déformation artificielle est avéré plus probable, des coupes scanographiques sagittales et parasagittales ont été réalisées, ce qui permet d’émettre des hypothèses sur la nature de l’agent déformant (Crubézy 1986).

* Étude descriptive

60Les sujets des tombes 298 et 346 sont les plus proches morpho-métriquement. Leurs crânes sont assez obliques vers le haut et l’arrière, large et haut (tableau 4). Les individus des tombes 314 et 312 diffèrent autant l’un de l’autre que chacun d’eux par rapport aux deux précédents (fïg. 3). La femme 314 présente un crâne de forme arrondie. Il est haut et sa longueur maximale traduit un net raccourcissement antéro-postérieur. Sur le sujet 312, le grand axe du neurocrâne est très oblique vers le haut et l’arrière. Le crâne est très haut par rapport à sa longueur et sa largeur, son profil médian est bosselé.

Le frontal

61Selon la vue latérale droite, le frontal des sujets 298, 312 et 346 est dans l’ensemble peu convexe et fuyant vers l’arrière et le haut. On remarque au-dessus des reliefs sus-orbitaires un léger méplat sur le sujet 298, une petite dépression sur l’individu 346 (on note également pour ce dernier un aplatissement très net du trigone supra-orbitaire) puis le frontal devient légèrement convexe pour présenter un nouveau méplat, large, plus proche du bregma que du nasion. Ce méplat se poursuit latéralement par une dépression oblique vers le bas et l’arrière jusqu’aux lignes temporales. Sur le sujet de la tombe 346, la trace d’une suture métopique presque entièrement synostosée est visible.

62Sur l’individu 312, malgré la destruction de la table externe de l’os dans la région des sinus frontaux (très étirés vers le haut et le côté), on peut supposer que le frontal était plutôt redressé dans la région sus-orbitaire. Puis il présente presque en son milieu une dépression suivie d’une voussure en avant de la région bregmatique. Latéralement, celles-ci s’atténuent. Elles sont obliques vers le bas et l’arrière. Elles disparaissent après avoir coupé la suture coronale au niveau des lignes temporales.

Fig. 2 - Dessin des crânes déformés : a. sujet 312 ; b. sujet 298 ; c. sujet 346 ; d. sujet 314.

63Le frontal du sujet 314 est très redressé et peu convexe, entre les reliefs sus-orbitaires et les bosses frontales qui sont atténués, on observe un léger méplat, puis au-dessus, l’os décrit une courbe régulière.

Les pariétaux

64Les sujets des sépultures 298, 346 et 312 présentent des pariétaux étirés vers l’arrière et le haut et très convexes. Sur les deux premiers, en arrière du bregma, se développe une dépression parallèle à la suture coronale. Sur l’individu 312, le profil médian du pariétal débute par la partie postérieure de la voussure bregmatique, devient ensuite fortement déprimé, puis s’infléchit régulièrement. La dépression se poursuit sur les côtés en étant elle aussi plutôt parallèle à la suture coronale.

65Les pariétaux de la femme 314 ont une convexité normale. S’il n’y a pas de dépression post-bregmatique, on observe un large méplat dans le plan médian au-dessus du lambda.

66Pour les quatre sujets, à l’aplomb de l’incisure pariétale, empiétant un peu sur l’occipital, se trouve une zone plus ou moins elliptique, haute, déprimée qui correspond probablement au passage d’un moyen de contention.

Les temporaux

67La morphologie des temporaux des individus 346, 312 et 314 mérite d’être soulignée. Sur le premier, le temporal est court avec une écaille très courbe. Sur le second, les temporaux sont étirés antéro-postérieurement. Ils ont ainsi une forme presque rectangulaire, à tel point que l’incisure pariétale n’est presque plus marquée. Ce crâne présente de plus une très grande largeur entre ses temporaux.

68Enfin, sur les trois crânes, la racine du processus zygomatique est large. Les processus mastoïdes sont de taille modeste mais bien individualisés et leur sommet est moins saillant vers le bas que les condyles occipitaux ou une part du plan nuchal.

L’occipital

69L’occipital du sujet 298 décrit une courbe irrégulière de haut en bas en raison de l’existence d’un os pré-interpariétal bipartite (Augier 1931 ; Crubézy 1991) qui rend le planum occipitale très long et individualise un petit chignon. Un méplat très net existe entre la suture pré-interpariétale-occipitale et les lignes nuchales suprêmes. Sous les lignes nuchales supérieures on peut observer un autre méplat.

70L’occipital des sujets 346 et 314 est dans l’ensemble légèrement aplati. Pour le premier, le planum occipitale est très redressé et étiré vers le haut. Pour le second il existe un méplat sous le lambda et sous les lignes nuchales suprêmes et supérieures.

71C’est l’occipital de l’individu de la tombe 312 qui est le plus particulier en étant très étiré vers le haut, très plat et presque totalement redressé. Ainsi, les planum occipitale et nuchale s’inscrivent presque dans un même plan oblique vers le bas et l’avant qui forme un angle de 125° avec le plan contenant le foramen magnum. Toutefois, entre le lambda et le relief formé par les lignes nuchales suprêmes et supérieures, l’occipital présente une légère dépression. De même, entre ce relief et la crête occipitale externe, il existe une autre dépression plus marquée.

Le massif facial supérieur

72Aucun élément du massif facial supérieur n’est conservé pour le sujet 312. Sur les trois autres crânes, le nasion est plus projeté vers l’avant que la glabelle (Duday 1983). Les orbites des individus 298 et 314 sont hautes par rapport à leur largeur. Les orbites du sujet 346 ne sont que moyennement hautes, selon la norma verticalis, une grande part de la face (le bord inférieur de l’orbite par exemple) est visible.

73Enfin, deux caractères importants doivent être remarqués sur la femme 314. L’os zygomatique de ce sujet a globalement une orientation bien plus coronale que sur les sujets précédents. De plus, l’aplatissement antéro-postérieur de la partie supérieure de la région orbitaire et inter-orbitaire est très marqué. En effet, l’angle du profil transversal de la face (M77, tableau 4) - qui traduit la projection antérieure du nasion par rapport aux fronto-malaires orbitaires – est de 150°5. Or cette valeur est nettement supérieure à la moyenne (142°6) d’un échantillon de 157 hommes actuels et sub-actuels dont des Esquimaux, des Chinois et des Mongols. Cette valeur n’est toutefois pas exclue de l’intervalle de variation de la moyenne (avec un risque d’erreur de 5 %) (Maureille 1994).

* Études tomodensitométriques et hypothèses sur les moyens déformants

Le sujet 298

74L’étude des coupes scaners confirme l’existence d’un amincissement net du diploë au dessus des reliefs sus-orbitaires (qui s’accompagne un peu plus bas d’un étirement des sinus frontaux), au milieu du frontal, en arrière du bregma sur les pariétaux, entre les reliefs des lignes nuchales et l’os pré-interpariétal et sous les lignes nuchales (fig. 3).

SUJETS

S. 298

S. 312

S. 314

S. 346

Sexe

Fém.

Fém. (?)

Fém.

Fém.

Age individuel (à titre indicatif)

32,6

42,6

32,6

57,6

Post-crânien

Gracile

Gracile

Gracile

Gracile

M1 : Longueur maximale

173

X>170

164,5

169

M8 : Largeur maximale

141,5

143

146

143

Position M8

PI

SS

PI

PI

M17 : hauteur auriculo-bregmatique

131

145,5

145,5

125>X

M20 : hauteur basion-bregma

121,4

145,5

127,9

114,7

M26 : arc frontal sagittal

120

123

725,5

121

M27 : arc pariétal sagittal

137

132

129

124

M28 : arc occipital sagittal

111

118

113

113,1

M29 : corde frontale sagittale

109

114,1

113,5

114,8

M30 : corde pariétale sagittale

115,2

106,8

115,5

105,3

M31 : corde occipitale sagittale

96,3

110,5

98

97,1

M45 : largeur bizygomatique

127

136

116

M48 : hauteur faciale supérieure

67,9

64,1

M51 : largeur orbitaire

34,9

40,2

38,1

M52 : hauteur de l’orbite

33,7

34,6

32,1

M77 : angle du profil transversal de la face

139

150,5

140

I1 = M8/M1

81,8

88,8

84,6

Indice crânien horizontal

Brachycrâne

Hyperbrachy.

Brachycrâne

I3 = M17/M8

92,6

101,7

99,7

Indice transverso-vertical

Métriocrâne

Acrocrâne

Acrocrâne

15 = M20/M8

85,8

101,7

87,6

80,2

Indice hauteur-largeur au porion

Métriocrâne

Acrocrâne

Acrocrâne

Métriocrâne

122 = M29/M26 Indice frontal sagittal

90,8

92,8

90,4

94,9

124 = M30/M27 Indice pariétal sagittal

84,1

80,9

89,5

84,9

125 = M31/M28 Indice occipital sagittal

86,8

93,6

86,7

85,8

139 = M48/M45

53,4

55,3

Indice facial supérieur

Mésène

Léptène

I42 = M52/M51

96,7

86,1

84,3

Indice orbitaire

Hypsiconque

Hypsiconque

Mésoconque

Tableau 4 - Données métriques des quatre crânes déformés (les mesures en italique sont estimées).

75Nous pouvons donc supposer l’existence de trois éléments de contention, bandes ou bandeaux, ayant permis la déformation artificielle. Un premier bandeau, étroit, affecte l’écaille du frontal juste au niveau de la région sus-orbitaire. Il est plutôt horizontal et se dirige vers l’occipital en dessous de l’os pré-interpariétal. Un second, plus large, est situé plus haut sur le frontal, bien en avant du bregma. Il est oblique vers l’arrière et le bas. Il affecterait l’occipital en dessous des lignes nuchales suprêmes et supérieures. Enfin, un troisième bandeau large vertical se place juste en arrière du bregma. Son effet permet la formation d’une légère dépression parallèle à la suture coronale.

76L’aplatissement des angles postéro-latéraux des pariétaux pourrait résulter du croisement des bandeaux, du passage d’un des bandeaux frontaux, et/ou du maintien de la tête dans une position forcée sur une surface plane.

Le sujet 346

77L’étude scanographique montre une forte épaisseur du diploë (fig. 3). Elle confirme l’existence des deux zones de contention dues probablement à des bandeaux dans la région frontale. La première affecte la région sus-orbitaire et favorise un étirement vers le haut des sinus frontaux. La seconde, plus large, s’étend presque au milieu du frontal et s’accompagne d’une diminution nette de l’épaisseur du diploë. Il y avait peut-être un autre bandeau affectant le pariétal en arrière de la suture coronale, mais il n’a pas entraîné un amincissement marqué du diploë. Enfin, c’est dans la zone de l’angle inféro-latéral du pariétal que la déformation est la plus marquée avec une très nette diminution de l’épaisseur du diploë et un enfoncement interne de l’os. Cela traduit encore un moyen de contention assez fort dans cette région.

Fig. 3 - Coupe scanner de trois crânes déformés :
a. coupe parasagittale droite passant par la canine (c) et le condyle occipital (co) du crâne du sujet 298.
b. coupe parasagittale droite passant par la seconde prémolaire (pm), le corps du sphénoïde(s), le rocher (r) du crâne du sujet 346.
c. coupe parasagittale gauche passant par le foramen magnum (f) du crâne du sujet 312.
Flèche noire : zone d’application et trajet d’un bandeau ou d’une bande.
F = frontal ; P = pariétal ; PI = os pré-interpariétal ; O = occipital.

78Nous supposons donc deux - voire trois éléments - de contention de type bande ou bandeau ayant permis la déformation artificielle. Le premier correspondrait à un bandeau peu large, placé juste au-dessus des reliefs sus-orbitaires, se dirigeant vers le pariétal et l’occipital de part et d’autre du lambda. Le second correspondrait à un bandeau, situé plus haut sur le frontal, un peu plus près du bregma que du nasion, oblique vers le bas et l’arrière, s’appuyant sur l’occipital sous les lignes nuchales suprêmes et supérieures. Le troisième, moins certain, se situerait sur le pariétal, en arrière de la suture coronale et aurait une orientation plus verticale. L’aplatissement dans la région pariéto-occipitale latérale pourrait résulter du croisement des bandeaux ou du maintien très fréquent de la tête de l’enfant sur une surface aplatie dure.

Le sujet 314

79Nous n’avons pu effectuer d’étude scanographique de cet individu. Mais grâce aux cassures des os, plusieurs observations sont possibles (fig. 2). Sur le pariétal droit, dans l’angle antéro-supérieur, juste en arrière de la suture coronale, l’épaisseur du diploë est de 8.4 mm. A l’aplomb de l’incisure pariétale, elle n’est plus que de 2.7 mm. Sur le frontal, un peu en avant de la suture coronale et à mi-hauteur, cette épaisseur est de 7.2 mm. Plus bas, au-dessus de la suture fronto-sphénoïdale, elle n’est plus que de 1.5 mm. Du coté gauche, il existe la même variabilité de l’épaisseur du diploë.

80En raison de la forme particulière de ce neurocrâne, des données publiées sur les crânes déformés artificiellement, et des caractéristiques morphologiques et métriques de ce sujet (cf. supra), nous pouvons avancer l’hypothèse d’une déformation artificielle. Elle pourrait être due à deux bandeaux, voire trois. Le premier, large, affecterait le frontal au-dessus des reliefs sus-orbitaires et serait plutôt horizontal. Il s’appuierait également dans la région du pariétal au-dessus du lambda. L’autre, large également, situé un peu plus haut sur le frontal mais bien avant la région bregmatique, serait oblique vers l’arrière et le bas. Il s’appuierait aussi sur l’angle postéro-inférieur du pariétal et sur la partie du plan nuchal se situant entre la ligne nuchale supérieure et la ligne nuchale inférieure.

81Enfin, on peut également supposer qu’il y ait eu une certaine volonté d’aplatir la région inter-orbitaire nasale peut-être par le port d’un troisième bandeau parallèle au premier mais situé un peu plus bas. Rappelons que selon Gosse (1855 : 50), les Huns pratiquaient une déformation antéro-postérieure oblique du crâne ainsi qu’un aplatissement de la région nasale à l’aide de bandes de linge fortement serrées. Cet auteur souligne également que les « anciens Huns » (sic) avaient une tête arrondie probablement due au berceau dans lequel l’enfant était immobilisé jour et nuit. Il n’exclut pas que la bande circulaire servant à fixer les compresses nasales ait pu contribuer à cette forme arrondie du neurocrâne.

Le sujet 312

82L’étude scanographique de ce neurocrâne confirme les observations précédentes (fig. 3). Une disparition presque totale du diploë sur une longueur importante affecte le milieu du frontal. Un autre amincissement, très marqué, se situe sur le pariétal juste en arrière de la suture coronale. Enfin, sur l’occipital, le diploë a presque totalement disparu quelques centimètres en dessous du lambda et jusqu’au foramen magnum. Enfin, la morphologie des sinus frontaux, l’orientation de l’écaille du frontal dans la région sus-orbitaire et inter-orbitaire nous permettent de supposer l’existence d’un troisième élément de contention affectant cette partie du frontal. Il serait horizontal et s’appuierait sur l’occipital entre le lambda et les reliefs des lignes nuchales.

83Sur ce sujet, nous pouvons donc supposer trois éléments déformants, de type bande ou bandeau, ayant permis une déformation antéro-postérieure oblique très prononcée. Ils ont été très contraignants et ont véritablement modelé le crâne. Un bandeau est horizontal et affecte la région sus-orbitaire. Il pourrait s’appuyer sur l’occipital en-dessous du lambda. Un autre bandeau, plus large se situe presque à mi-hauteur du frontal. Il est très oblique vers le bas et l’arrière et vient s’appuyer sur l’occipital en-dessous des lignes nuchales suprêmes et supérieures. Enfin, le troisième bandeau est pariétal. Il se situe en arrière de la suture coronale. Il pourrait être vertical et se dirigerait vers les processus mastoïdes. Toutefois cela s’accorde mal avec la grande largeur bi-temporale du crâne. Il pourrait également être légèrement oblique vers le bas et l’arrière et se dirigerait vers le milieu de l’occipital.

84L’aplatissement dans la région pariéto-occipitale pourrait être dû aux mêmes causes que sur les crânes précédents.

85Ces quatre individus présentent donc des déformations artificielles de type antéro-postérieur dont le degré d’accentuation et l’obliquité sont très variables (fortes chez le sujet 346). Ainsi, il ressort de l’étude de ces quatre crânes une certaine unité par le type de la déformation qu’ils partagent - de type antéro-postérieur - et une grande variabilité dans la forme du crâne, donc – en dehors du déterminisme génétique - dans la durée, la mise en place et la force du moyen de contention.

86Ce moyen de contention pourrait être constitué de trois bandes ou bandeaux de tissu ou d’une matière plus résistante. Deux bandes ou bandeaux affecteraient la région frontale, l’un étant toujours plus près des reliefs sus-orbitaires, l’autre de la suture coronale. Le premier de ces deux bandeaux aurait une orientation légèrement oblique vers le bas et l’arrière, l’orientation du second serait très nettement oblique vers le bas et l’arrière. Une bande ou bandeau, plutôt verticale, affecterait le pariétal juste en arrière de la suture coronale.

87Il est également intéressant de souligner qu’en Suisse, dans les nécropoles datées du haut Moyen-Age de Saint-Prex (Sauter, 1961) et de Sézegnin (Simon, 1978), ont été mis au jour des crânes déformés artificiellement dont - pour chaque nécropole - certains sont très proches des sujets 298 et 346 de Saint-Etienne de Beaune et un crâne est morphologiquement voisin de celui du sujet 314.

Population indigène, population allogène ?

88Les informations qui précèdent ont montré la difficulté qu’il y avait à répondre à cette question. Il est évident que la faiblesse numérique des échantillons est très gênante, notamment pour ce qui concerne les sujets attribués au type taphonomique 2, précisément le plus important dans le cadre de la présente problématique.

89Malgré cela, on peut faire ressortir les points suivants :

90- Les diverses observations que nous avons faites ne nous mettent pas en présence de deux groupes de population très différents. En tout cas, sur le plan morpho-métrique, rien ne permet de différencier les « Burgondes » des populations présentées comme pouvant être indigènes.

91- Les déformations crâniennes ont naturellement leur importance, mais, comme l’ont souligné de nombreux auteurs, entre autres Kiszely en 1978, Crubézy en 1986 et 1990, Buchet en 1988, toute déformation artificielle du crâne ne doit pas forcément être reliée à une implantation locale de « Barbares » venus de l’Est dans les centres gallo-romains. En France, certaines découvertes anciennes : Saint-Hilaire de Riez en Vendée (Beaudoin, 1911), Guiry en Seine-et-Oise (Lagotala, 1922), ou plus récentes : Routier dans l’Aude (Duday, 1983), Vénerque en Haute-Garonne (Crubézy, 1986) et Mont-Aimé dans la Marne (Crubézy et Mazière, 1991) permettent de suggérer qu’une telle pratique pourrait aussi relever de coutumes locales, ce que confirment les découvertes dans le reste de l’Europe (Ozbek, 1974) et les documents ethnologiques portant sur des périodes plus récentes (Verneau, 1927 ; Gélis, 1984). Toutefois, le contexte archéologique des découvertes de Beaune est manifestement en faveur d’une origine allogène des individus concernés.

92- Nous avons par ailleurs pris en compte les caractères dentaires, dont certains sont très fréquents chez les mongoloïdes (voir la contribution de Ch.-A. Baud). Les incisives en pelle sont présentes sur un individu attribuable au type 2 (la femme au crâne déformé 298), un individu rattaché à aucun type taphonomique (tombe 355) mais situé très à l’Est du secteur fouillé, l’homme de la tombe 328 (type 1 mais dans la frange la plus orientale). Les deux autres sujets concernés ont été attribués au type 3 (les hommes des tombes 281 et 297). Les extensions radiculaires de l’émail concernent 2 sujets du type 2 (tombes 299 et 304), un sujet du type 1 (femme de la tombe 306) et un sujet du type 3 (la femme de la tombe 282). L’homme de la tombe 326 (type 2) présente par ailleurs une troisième molaire « de type mongoloïde ». Nous pouvons donc remarquer que parmi les quatre femmes au crâne déformé, seule celle de la tombe 298 présente un « caractère dentaire mongoloïde ». Par ailleurs, on retiendra le nombre assez important (10) de sujets concernés.

93Quant à la présence de 4 de ces 10 sujets dans le secteur occidental (zone 1 ; voir la fig. 5 de l’étude archéologique), elle pourrait amener à corriger la première conclusion et à penser que ces caractères mongoloïdes peuvent être aussi bien considérés comme des caractères primitifs chez les indigènes. De tels caractères dentaires mongoloïdes ont, par exemple, déjà été rencontrés dans notre région pour la période de la Tène ancienne (Barrai et Depierre 1993 : 404), et concernent même un sujet sur deux. Dans le cas présent, ces quatre individus proviennent exclusivement du Nord de la zone 1, dans un secteur où, comme l’a montré l’étude archéologique, on a de bonnes raisons de penser qu’il s’agit de sépultures un peu plus tardives ne correspondant peut-être pas à la première génération « burgonde » arrivée à Beaune, mais à ses descendants.

94- L’étude des caractères discrets (caractères ostéologiques dont l’existence dépend de facteurs héréditaires, nutritionnels, liés à l’âge et/ou à l’environnement) complète l’image de ces populations en permettant des regroupements : une liaison familiale éventuelle entre les sujets des tombes 311 (type 1) et 318 (type 3), une liaison entre la femme de la tombe 312 (type 2, crâne déformé) et l’homme de la tombe 328 (type 1). La liaison la plus pertinente concerne le sujet de la tombe 299, l’homme de la tombe 308 (tous deux rattachés au type 2 et strictement superposés) et les sujets des tombes 330 et 316, hélas trop perturbées pour être attribuées à un type taphonomique. Ces caractères renforcent notamment certains facteurs d’unité au sein de la zone 2 (voir fig. 5 de l’étude archéologique).

95Au total, il est pratiquement impossible de donner une image homogène des individus de la zone 2. Par leurs pratiques, leur mobilier, ils se distinguent d’un groupe numériquement mieux représenté qui semble être à l’origine du cimetière. Le groupe « burgonde » présente des caractères d’unité et surtout de diversité, sur le plan anthropologique (mais nous avons été évidemment gênés par la faiblesse de l’échantillon) comme dans les autres domaines. Si l’on garde l’hypothèse d’individus ayant immigré au cours de la période burgonde, les données archéologiques et anthropologiques plaident en faveur de leur rapide intégration dans la population « indigène ».

Bibliographie

Bibliographie

AUGIER, 1931 = AUGIER M. Squelette céphalique. In : POIRIER P., CHARPY A. et NICOLAS A. (éds), Traité d’anatomie humaine, 4‘ éd. Paris : Masson et Cie, p. 89-667.

BARRAL, DEPIERRE 1993 = BARRAL Ph., DEPIERRE G. La nécropole celtique des Quétinières à Longvic (Côte d’Or). Revue Archéologique de l’Est, Editions du CNRS, 44, 1993, p. 365-410.

BAUDOIN, 1911 = BAUDOIN M. Etude de l’action sur le cerveau de la déformation annulaire du crâne des Gallo-Romains à l’aide des moulages intra-craniens. C.R. Acad. Sc. Paris, t. 153, n° 5, p. 353-355.

BIRKNER, 1980 = BIRKNER R. L’image radiologique typique du squelette. Aspect normal et variante chez l’adulte et l’enfant, Paris, 1980, 564 p.

BRUZEK, 1991 = BRUZEK J. Fiabilité des procédés de détermination du sexe à partir de l’os coxal. Implications à l’étude du dimorphisme sexuel de l’Homme fossile. Thèse de Doctorat, Muséum National d’Histoire Naturelle, Institut de Paléontologie Humaine. Paris, 431 p. et 102 p. d’annexes.

BRUZEK, 1992 = BRUZEK J. Proposition d’une nouvelle méthode morphologique dans la détermination sexuelle de l’os coxal : application à la Chaussée-Tirancourt. In : Méthodes d’étude des sépultures. Table ronde de Saintes, Saintes, p. 13-20.

BUCHET, 1988 = BUCHET L. La déformation crânienne en Gaule et dans les régions limitrophes pendant le Haut Moyen Age. Son origine, sa valeur historique. Archéologie médiévale, 18, p. 55-73.

CASTEX, 1991 = CASTEX D. La nécropole de Saint-Jean-des-Vignes (Chalon-sur-Saône). Etude anthropologique, Rapport déposé au Service Régional de l’Archéologie de Bourgogne, 1991, n.p.

CASTEX, 1994 = CASTEX D. Mortalité, morbidité et gestion de l’espace funéraire au cours du haut Moyen Age. Contribution spécifique de l’anthropologie biologique. Thèse n° 1097, Université de Bordeaux I, 2 vol., 1994, 330 p.

CHEVALIER, 1992 = CHEVALIER N. Approche ethno-archéologique du rituel funéraire hawaïen. Mémoire de Maîtrise, Université de Paris I, 249 p.

CRUBEZY, 1986 = CRUBEZY E. La nécropole de Rivel (Venerque - Haute-Garonne), étude anthropologique, essai d’interprétation palethnographique. Mém. de diplôme de l’E.P.H.E., vol. 1 et 2, 745 p.

CRUBEZY, 1988 = CRUBEZY E. Interactions entre facteurs bio-culturels, pathologie et caractères discrets. Exemple d’une population médiévale de Canac (Aveyron). Thèse de médecine (non publiée), Université de Montpellier I.

CRUBEZY, 1990 = CRUBEZY E. Merovingian skull deformations in the Southwest of France. In : AUSTIN D. et ALCOCK L. (éds), From the Baltic to the Black sea, studies in medieval archaeology, London : Unwin Hyman, p. 189-208.

CRUBEZY, 1991 = CRUBEZY E. Caractères discrets et évolution, exemple d’une population nubienne : Missiminia (Soudan). Thèse de l’Université Bordeaux I, spécialité Anthropologie, n° 1610, t. 1, 473 p. et t. 2, 684 p.

CRUBEZY, MAZIERES, 1991 = CRUBEZY E., MAZIERE G. L’hypogée du Mont-Aimé à Val-des-Marais (Marne). Note préliminaire. In : 15e Coll. Interrégional sur le Néolithique, p. 117-136.

DEDET, 1991 = DEDET B. Inhumations de fœtus, nouveau-nés et nourrissons dans les habitats protohistoriques du Languedoc : l’exemple de Gailhan (Gard). Gallia, 48, 1991, p. 59-108.

DEPIERRE, 1991 = DEPIERRE G. La nécropole de Dijon. In : La Bourgogne Médiévale. Des Mérovingiens aux Grands Ducs. Maisons rurales et habitats fortifiés, bijoux, armes et céramiques. Les Dossiers d’Archéologie, 157, février 1991, p. 68-69.

DEPIERRE, 1993 = DEPIERRE G. Deux femmes mortes en couches et enterrées dans le secteur des enfants au cimetière Saint-Valérien à Tournus (Saône-et-Loire). Actes des 6èmes Journées Anthropologiques. Dossier de Documentation Archéologique n° 17, CNRS Editions, Paris, 1994, p. 87-95.

DUDAY, 1983 = DUDAY H. La sépulture de Routier (Aude), étude des restes humains. Bull. Soc. Etudes Sc. de l’Aude, t. LXXXIII, p. 57-64.

DUDAY, 1990 = DUDAY H. Observations ostéologiques et décomposition du cadavre : sépultures colmatées ou en espace vide. Revue archéologique du Centre de la France, 29, 1990, p. 193-196.

FABRE, 1990 = FABRE V. Rites domestiques dans l’habitat de Lattes : sépultures et dépôts d’animaux. Lattara, 3, 1990, p. 391- 416.

GELIS, 1984 = GELIS J. Refaire le corps. Les déformations volontaires du corps de l’enfant à la naissance. Rev. de la Soc. d’Ethnol., t. 14, n° 1, p. 7-28.

GOSSE, 1855 = GOSSE L.-A. Essai sur les déformations artificielles du crâne, Paris : J.-B. Baillière.

HAUSER, DE STEFANO, 1989 = HAUSER G., DE STEFANO G.F. (eds.), 1989. Epigenetic Variants ofthe Human Skull, Stuttgart : Schweizerbart.

KISZELY, 1978 = KISZELY I. The origins of artificial cranial deformation in Eurasia, Oxford : Brit. Arch. Rep., Intern. Sér. (suppl.), n° 50.

LAGOTALA, 1922 = LAGOTALA H. Au sujet de quelques crânes déformés provenant du dolmen de Guiry (fouilles A. de Mortillet). Association française pour l’avancement des Sciences, C.R. 45e sess., Rouen 1921. Paris : Masson et Cie, p. 784-787.

MARANSKI, 1989 = MARANSKI D., SAPIN Ch. La nécropole de Saint-Etienne de Beaune (Côte d’Or), Rapport de fouille déposé au Service Régional de l’Archéologie de Bourgogne. Non publié.

MARTIN, SALLER, 1957 = MARTIN R., SALLER K. Lehrbuch der Anthropologie in systematischer Darstellung mit besonderer Berucksichtigung der anthropologischen Methoden, Band I, 3e éd., Stuttgart : Gustav Fischer Verlag.

MASSET, 1982 = MASSET Cl. Estimations de l’âge au décès par les sutures crâniennes. Thèse d’Etat, Paris, 301 p.

MASSET, 1989 = MASSET Cl. Age estimation on the basis of cranial sutures. In : ISCAN M.Y. (ed.), Age markers in the human skeleton, Springfield, Illinois : Charles C. Thomas, p. 71-104.

MAUREILLE, 1994 = MAUREILLE B. La face chez Homo erectus et Homo sapiens : recherche sur la variabilité morphologique et métrique. Thèse de l’Université Bordeaux I, spécialité Anthropologie, n° 1079, t. 1, 486 p. et t. 2, 148 p.

MAUREILLE et alii., à paraître = MAUREILLE B, CASTEX D., DEPIERRE G. et BAR D. L’apport de l’Archéologie et l’Anthropologie à la connaissance des populations inhumées à Saint-Etienne (Ve-VIe, Beaune, Côte-d’Or). Bull, et Mém. de la Soc. d’Anthrop. de Paris. 15 p.

OLIVIER, 1960 = OLIVIER G. Pratique anthropologique, Vigot frères, 1960, 291 p.

OZBEK, 1974 = OZBEK M. Etude de la déformation crânienne artificielle chez les Chalcolithiques de Byblos (Liban). Bull, et mém. de la Soc. d’Anthrop. de Paris, t. 1, sér. XIII, p. 455-481.

PETREQUIN, 1980 = PETREQUIN A.-M. et alii. Le site funéraire de Soyria à Clairvaux-les-Lacs (Jura), II : Le cimetière mérovingien. Revue Archéologique de l’Est, 31, fasc 3-4, 1980, p. 157-230.

SAUNDERS, 1978 = SAUNDERS S.R. The Development and Distribution of the Discontinuons Morphological Variation of the Human Infracranial Skeleton, Ottawa : National Museums of Canada (National Museum of Man, Mercury Series, Archaeological Survey of Canada, Paper n° 81).

SAUTER, 1961 = SAUTER M.-R. Quelques contributions de l’Anthropologie à la connaissance du Haut Moyen-Age. Mém. Doc. Soc. Hist. Arch. Genève, 40, p. 1-18.

SAUTER, MOESCHLER, 1960 = SAUTER M.R., MOESCHLER P. Caractères dentaires mongoloïdes chez des Burgondes de la Suisse Occidentale (Saint-Prex, Vaud). Archives des Sciences, t. 13, fasc. 4, 1960, p. 387-426.

SAUTER, PRIVAT, 1955 = SAUTER M.R., PRIVAT F. Sur un nouveau procédé métrique de détermination sexuelle du bassin osseux. Bulletin de la Société Suisse d’Anthropologie et d’Ethnologie, 31, p. 60-84.

SIMON, 1978 = SIMON Ch. Nouveaux cas de déformation crânienne artificielle en Suisse occidentale. Archives Suisses d’Anthropologie Générale, 42, 1, p. 17-22.

SIMON, 1982 = SIMON Ch. Nécropole de Sézegnin (Avusy, Genève). Nécropole de Thoiry (Ain, France), Etude anthropologique et paléodémographique. Archives Suisses d’Anthropologie Générale, t. 46,1, 1982, p. 77-174.

STLOUKAL, HANAKOVA, 1978 = STLOUKAL M., HANAKOVAH. Die Länge der Langsknochen altslawischer Bevölkerungen unter besonderer Berücksichtigung von Wachstumfragen. Homo, 29, 1978, p. 53-69.

UBELAKER, 1978 = UBELAKER D.H. Human skeletal remains. Excavation, analysis, interprétation, Chicago : Aldine.

VERNEAU, 1927 = VERNEAU R.A propos de la déformation artificielle du crâne chez les Mombouttous de l’Ouellé. Bull. Mus. Nat. Hist. Nat., 4, p. 287-294.

Table des illustrations

Légende Fig 1 – Les différents types de sépultures : a. type 1 ; b. sépulture hawaïenne ; c. type 2 ; d. type 3.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/17736/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 243k
Légende Tableau 2 - Indices crâniens.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/17736/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 204k
Légende Tableau 3 – Indices postcrâniens
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/17736/img-3.png
Fichier image/png, 1,2M
Légende Fig. 2 - Dessin des crânes déformés : a. sujet 312 ; b. sujet 298 ; c. sujet 346 ; d. sujet 314.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/17736/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 61k
Légende Fig. 3 - Coupe scanner de trois crânes déformés :a. coupe parasagittale droite passant par la canine (c) et le condyle occipital (co) du crâne du sujet 298.b. coupe parasagittale droite passant par la seconde prémolaire (pm), le corps du sphénoïde(s), le rocher (r) du crâne du sujet 346.c. coupe parasagittale gauche passant par le foramen magnum (f) du crâne du sujet 312.Flèche noire : zone d’application et trajet d’un bandeau ou d’une bande.F = frontal ; P = pariétal ; PI = os pré-interpariétal ; O = occipital.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/17736/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 58k

© ARTEHIS Éditions, 1995

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search