Version classiqueVersion mobile

Les Burgondes

 | 
Henri Gaillard de Sémainville

La Sapaudia et le royaume de Burgondie

Les découvertes de Beaune (Côte-d’Or) : des Burgondes en Bourgogne ?

Henri Gaillard de Sémainville, Christian Sapin et Didier Maranski

Résumé

Die Ausgrabungen in einem weiten Teil des mittelalterlichen Friedhofs von Beaune Saint-Etienne sind bei Umbauarbeiten in diesem Stadtviertel 1987-88 ausgeführt worden. Obgleich sie unter ziemlich schwierigen Bedingungen vorgenommen wurden, führten diese Untersuchungen zu sehr interessanten Ergebnissen fur die Kenntniss der Besiedlung der Gegend in der Zeit des burgundischen Reichs.
Die 347 untersuchten Gräber sind verschiedenartig und auf sehr ungleiche Weise verteilt. In der Nähe der Stelle, wo die Kirche Saint-Etienne gelegen war, findet man mehrere Ebenen von übereinanderliegenden Gräbern, die einer langen Benut-zungsperiode von der Merowingerzeit bis zur Mitte des Mittelalters entsprechen. Viele Verstorbene sind in Steinsärgen oder in Sarkophagen ohne Beigaben beigesetzt worden. Dies ailes entspricht der wohlbekannten Vorstellung eines Gräberfelds ad sanctos.
Überraschender war im östlichen Teil des Friedhofs die Entdeckung einer Gruppe von mehr als 70 Gräbern, die sich von den obenerwahnten deutlich unterscheiden. Unter diesen Gräbern scheinen manche, die im westlichen Teil dieses Areals liegen, diejenigen von einheimischen Bevölkerungen aus dem 4., wahrscheinlicher aber aus dem 5. Jahrhundert zu sein. In der Nähe hat man am östlichen Ende des Fundortes andere sehr intéressante Gräber entdeckt, deren Beigaben auf die Zeit des Burgundenreiches hinweisen. Die Beschaffenheit ihrer Beigaben, sowie das bemerkenswerte Vorhandensein von 4 künstlich deformierten Schädeln, erlauben es, daraus zu schließen, daß sie fremden, burgundischen bzw. verbündeten Bevölkerungen entsprechen.
Diese Entdeckungen veranschaulichen die Verschiedenheit der Herkunft der Menschen, aus welchen diese « burgundischen » Gemeinschaften bestanden, und bestätigen die ganz besondere Bedeutung der östlichen Einflüsse, unter denen dieses Volk stand. Sie scheinen ebenfalls die Schnelligkeit zu bestätigen, mit der die Neuangekommenen sich in die einheimische Bevölkerung integriert haben. Die Seltenheit solcher Entdeckungen, besonders in Burgund, erklärt ihre Bedeutung für die Kenntnis derjenigen, die dieser Gegend ihren Namen hinterlassen haben.

Texte intégral

1L’aménagement d’un parking souterrain au cœur de la ville de Beaune, à proximité de l’ancienne église de Saint-Etienne, a motivé une importante fouille préventive qui s’est déroulée de Septembre 1987 à Mai 1988. Cette opération montée et financée par l’Etat (Ministère de la Culture, Direction des Antiquités Historiques de Bourgogne, dont l’un de nous, H.G.S., avait alors la responsabilité) et la Ville de Beaune, a été préparée par des sondages exploratoires conduits par B.K. Young. La direction scientifique des fouilles a été assurée par l’autre signataire de cet article (C.S.), les travaux sur le terrain ayant été dirigés par D. Maranski. L’exploration des quelque 3800 m2 concernés s’est déroulée pendant la mauvaise saison, le plus souvent dans des conditions climatiques difficiles, qui expliquent certaines lacunes ou insuffisances de la documentation archéologique.

2Les recherches bibliographiques (conduites avec le concours de Mme Lochot, archiviste de la ville de Beaune) et les sondages laissaient prévoir la découverte des restes d’une nécropole médiévale d’un type habituel en milieu urbain. Ce fut une réelle surprise que la mise au jour d’un groupe de sépultures contemporaines du royaume burgonde. Le grand intérêt de cette découverte justifie à nos yeux une première présentation préalable à la publication d’ensemble de cette fouille, qui n’a donné lieu jusque là qu’à de brèves notices (Sapin et alii 1990).

1. Présentation d’ensemble de la nécropole

1.1. Les sources anciennes

3Les renseignements sur l’ancienneté de l’occupation funéraire étaient déjà bien fournis, des sépultures en coffres de dalles et des sarcophages ayant été observés à plusieurs reprises dans ce secteur. Ce fut le cas notamment lors du creusement des fondations de la prison, qui aurait amené la mise au jour de 200 sépultures, de « squelettes dans des cases de pierres sèches recouvertes de dalles épaisses et brutes » (Aubertin 1867 : 67). La prison occupait la partie centrale de la plus grande parcelle (fig. 2) jusqu’en 1981. Lors de travaux pour le Palais de Justice, d’autres sépultures ont été signalées, avec, plus particulièrement, la présence de sarcophages dont l’un portait un décor de trois croix sur son panneau de tête. Deux plaques-boucles du VIIe siècle découvertes fortuitement dans ce secteur sont par ailleurs conservées au musée de Beaune.

4L’étude des documents d’archives nous assurait par ailleurs que ce site, extérieur au castrum du Bas Empire (Perriaux 1974) (fig. 1), était resté connu en tant que site cimétérial au cours du haut Moyen Age. Deux chartes du XIe siècle apportent même des précisions intéressantes sur la nécropole. L’une d’elles, datée de 1003, indique qu’Eudes de Beaune donne à l’Abbaye Saint-Bénigne de Dijon l’église Saint-Etienne qu’il est occupé à reconstruire sous les murs du castrum, église détruite depuis cent ans et plus (Chevrier, Chaume 1943, t. II : 20). Et la charte de confirmation du Roi Robert, datée de 1004-1005, indique assez précisément les limites de l’ancien cimetière où se trouve l’église ; c’est à dire le mur du castrum, le cours d’eau de la Bouzaise, la voie publique et les « Carrés » (Chevrier, Chaume 1943, t. II : 28-29) :

« ... Sed, quia veracium relatu didicimus ipsam ecclesiam, ipsa petrea sepulchra, que in circuitu et circumquaque longe lateque inveniuntur, testimonium perhibent ; quam sepulturam non minuimus, sed his novis determinacionibus amplificatam distinguimus : extendat igitur predicta aecclesia spacium sepluture usque ad murum castri ex una parte usque ad quadros, ex quata usque publicam stratam, ubi relique vie sibi occurunt ; infra has terminaciones, quantam necesse est, seplture subjaceat... »

5On découvre ainsi qu’un ancien cimetière est encore préservé et repérable au XIe siècle, qu’il accompagne une église plus ancienne, et qu’on en connaît parfaitement les limites respectées au cours des siècles, jusqu’à la construction de la prison. En restaurant l’église, en établissant un prieuré sur ce site, on maintient, dans un bourg en pleine expansion (comme en témoigne la construction du chevet de la collégiale Notre-Dame qui dépasse le mur du castrum), la place privilégiée d’une ancienne nécropole. Le prieuré, dont on connaît l’histoire (Delissey 1941), nous conduit jusqu’à l’aube des temps modernes. L’emplacement est également préservé dans la nouvelle occupation du site par un établissement de Carmélites, à partir de 1619 : l’église est reconstruite sur les structures anciennes en 1654, et l’ancien vocable de Saint-Etienne est même conservé (Archives départementales de la Côte-d’Or, 82 H 1075).

6En 1851, la construction de la prison sur l’ancien site religieux entame une partie de l’espace funéraire, mais les jardins partiellement conservés « gêlent » pour un siècle encore le reste de ces terrains. Ce sont ces secteurs qui ont pu être fouillés en 1987-1988.

1.2. Les principaux résultats de la fouille (fig. 2)

7347 sépultures ont été mises au jour. Elles offrent une importante variété de types, correspondant à une utilisation prolongée de ce site funéraire. Nous nous contenterons, dans ce cadre, d’une présentation succincte. Le secteur occidental, proche de l’église, se caractérise par une grande diversité et une grande complexité. Les sépultures y sont très denses, superposées sur au moins sept niveaux à certains endroits. Les quatre premiers horizons correspondent à des inhumations d’époque moderne, « en terre libre » (sans trace de cercueil de bois), regroupées en petits ensembles dans le secteur le plus septentrional de la fouille.

8En dessous, on rencontre au moins trois niveaux de tombes « construites » : un premier niveau constitué de tombes bordées de murets de dalles horizontales (sauf la paroi orientale généralement limitée par une dalle de chant) comportant un rétrécissement céphalique bien marqué, aménagé avec deux blocs. La chronologie relative et les comparaisons conduisent à situer ce type, et donc cet horizon, vers les Xe-XIIIe siècles. A un niveau inférieur, on a affaire à des caissons aménagés à l’aide de blocs verticaux, toujours avec un emplacement réservé pour la tête au moyen de dalles. Enfin, le niveau le plus ancien correspond à des tombes de plan rectangulaire aménagées à l’aide de grandes dalles de chant, dont la couverture associait, semble-t-il, dalles et planches liées entre elles par du mortier. 18 sarcophages en grès, le plus souvent trapézoïdaux, mais parfois rectangulaires, paraissent contemporains du type précédent. Ils sont rattachables aux VIe et VIIe siècle, et ont beaucoup souffert des remaniements fréquents dus aux inhumations successives pratiquées dans ce secteur très proche de l’église : tous ont perdu leur couvercle et certains pourraient avoir été déplacés.

Fig. 1 - Schéma du castrum de Beaune. Localisation de Saint-Etienne et du secteur de la fouille ; en pointillés, les limites extrêmes supposées de la nécropole (dessin G. Fèvre).

Fig. 2 - Plan d’ensemble des fouilles de Beaune-Saint-Etienne. Les sarcophages sont entourés d’un trait fort ; les tombes en caissons de pierre sont hachurées ; le pointillé marque les limites des zones fouillées (mise au net G. Fèvre).

9La fouille n’a pas révélé d’inhumation plus ancienne dans ce secteur de la nécropole. Mais n’oublions pas qu’elle n’a eu qu’un caractère partiel, et qu’elle n’a pas permis, notamment, de repérer les restes du premier sanctuaire chrétien. Il n’en reste pas moins que l’image que donnent les découvertes faites à proximité de l’église - que ce soit la forte densité des inhumations ou la proportion élevée des sarcophages - est clairement celle d’une nécropole ad sanctos, et que ce sanctuaire doit donc être très proche, peut-être à l’emplacement-même de l’église actuelle. De quand date ce premier édifice religieux, qui semble en tout cas avoir existé dans le courant du VIe siècle ? Existait-il dans ce secteur de la nécropole des inhumations antérieures à sa construction ? Il est impossible, dans l’état actuel des recherches, de répondre à ces questions avec certitude. Le développement chronologique du secteur oriental, mieux daté par le mobilier, comme nous allons le voir, nous permettra cependant de proposer une hypothèse à ce sujet.

10A mesure qu’on s’éloigne de l’église en direction de l’Est, on voit peu à peu se modifier la nature et la disposition des sépultures. Le plan évoque plus ce que l’on rencontre fréquemment dans les cimetières ruraux de l’époque mérovingienne, que dans une nécropole urbaine. Les découvertes faites dans ce secteur oriental méritent un examen détaillé, en raison de leur intérêt pour la connaissance de l’implantation des Burgondes dans une région, la Bourgogne, où l’archéologie n’a pratiquement jamais donné l’occasion de l’étudier sérieusement.

2. Le secteur oriental

2.1. Une fouille difficile

11La fouille de ce secteur a malheureusement souffert d’un certain nombre de perturbations qui en amoindrissent quelque peu les résultats : la construction de la prison a fait disparaître tout un ensemble de sépultures qui constituaient la liaison avec la partie occidentale de la nécropole et il n’est donc plus possible d’appréhender cette transition. D’autres terrassements anciens, liés ou non à la prison, ont en outre provoqué quelques dégâts au sein même du secteur oriental, où plusieurs sépultures (par exemple 304 et 312) ont été coupées au niveau des membres inférieurs. Enfin, le déroulement des recherches a fait que cette partie de la nécropole, dont l’intérêt n’avait pu être perçu lors des sondages de reconnaissance (on pensait à une zone peu intéressante...), a été explorée en fin de campagne, dans des conditions particulièrement difficiles : le temps imparti pour la fouille étant achevé, les fouilleurs ont fait le maximum, mais après des décapages parfois destructeurs, ils ont dû travailler dans la hâte, aux côtés des engins de terrassement (voir par exemple la « récupération » très fragmentaire des sépultures 346 et 347, à l’extrémité orientale du chantier), dans des conditons climatiques très défavorables, de surcroît. Ceci permet de comprendre certaines faiblesses de la documentation : tombes perturbées, parfois approximativement situées sur le plan d’ensemble, très incomplètement relevées, objets égarés... Des « vides » sur le plan du site (fig. 3), notamment dans le Sud-Est, s’expliquent par ces diverses perturbations. Malgré cela, la documentation recueillie est du plus grand intérêt.

2.2. Un secteur bien individualisé (fig. 3)

12Artificiellement séparé du reste de la nécropole par l’emplacement principal de la prison, ce secteur qui a livré plus de 70 sépultures, présente une spécificité certaine. Trois traits principaux permettent de le caractériser :

  • Aucune des sépultures n’y est pratiquée en caisson de pierre ou en sarcophage. En fait, beaucoup de corps avaient dû être inhumés dans des cercueils ou autres contenants de bois, comme l’indiquent des observations faites en fouille et postérieurement (voir ci-après l’étude anthropologique).

  • Il n’y a pratiquement pas de superpositions de fosses. Celles-ci ne contiennent par ailleurs qu’un seul corps, à l’exception de la sépulture 256 (deux corps placés côte à côte) et des sépultures 299 et 308 (deux corps soigneusement superposés dans une même fosse).

  • Le mobilier funéraire y est beaucoup moins rare que dans le reste de la nécropole. La nature et la distribution de ce dernier, ainsi que la répartition spatiale des sépultures et la position des corps conduisent à distinguer deux sous-ensembles de part et d’autre d’un fossé.

2.2.1. La partie occidentale (ou zone 1) (fig. 4)

compte une quarantaine de sépultures qui se caractérisent par leur orientation, les modes d’inhumation et le mobilier funéraire. L’orientation et l’espacement des fosses sont assez constants et réguliers, donnant une impression d’ordre relatif. L’étude de la position des corps (voir l’étude anthropologique) fait apparaître deux modes d’inhumation très nettement dominants (type 1 et type 3), le type 2 étant pratiquement réservé à la partie orientale (zone 2). Quant au mobilier, il n’est pas très abondant mais digne d’intérêt :

Fig. 3 - Plan du secteur oriental de la nécropole. Les tombes ayant livré du mobilier sont en noir ; les tombes à monnaie sont indiquées par un cercle avec croisillon (mise au net G. Fèvre).

13Deux sépultures sont à mettre à part (fïg. 8 et 9) : 296, pourvue uniquement d’une boucle en fer impossible à dater précisément, et 281, que son mobilier de médiocre qualité, notamment la boucle d’oreille, pourrait situer à une époque pas antérieure au deuxième quart du VIe siècle, peut-être même au VIIe siècle (Böhner 1958 ; Roth, Theune 1988). On doit signaler par ailleurs, même si ce type d’information est un peu aléatoire, quelques tombes renfermant des fragments de céramique dans leur remplissage (275, 276, 277 et 278), parce que les fouilleurs en ont peu remarqué dans les autres parties de la nécropole.

14La découverte la plus intéressante est incontestablement celle de monnaies dans six sépultures de ce secteur, alors que les trouvailles de cette nature ont été très rares dans le reste du cimetière. Il s’agit à chaque fois d’une seule monnaie datée du IVe siècle et trouvée en offrande unique (pas d’autre mobilier) dans des positions variées : une fois sous la tête, une fois sur le sacrum, une fois à l’emplacement de l’abdomen et une fois près du haut de l’humérus, les autres cas n’ayant pas été notés. Sachant que ces monnaies, des minimi, ont continué à circuler au Ve siècle, on a une information précieuse sur la période d’utilisation de cette zone : IVe ou Ve siècle. Cela correspond du reste parfaitement à ce que l’on rencontre à Krefeld-Gellep et à Kaiseraugst : M. Martin propose avec toute vraisemblance d’y voir des inhumations d’indigènes, la monnaie unique ayant une valeur symbolique (Martin 1991). Il date ces tombes, avec prudence, du Ve siècle. Bien que la même prudence s’impose évidemment ici, il n’est pas impossible de voir également dans ce secteur de la nécropole un lieu d’inhumation de populations gallo-romaines d’époque romaine tardive. La cartographie des données significatives (fig. 4 et 5) incite même à distinguer le Sud et le Nord de cette zone : le Sud concentre la plupart des tombes à monnaie et au mode d’inhumation de type 1, alors que le Nord est caractérisé par le mode d’inhumation de type 3 et la présence des seuls cas de type 2 et d’inhumation habillée de la zone 1, avec, en outre, une sépulture paraissant relativement récente.

Fig. 4 - Critères caractéristiques de la zone 1 : mode d’inhumation de type 1 (hachures) et de type 3 (pointillés) ; monnaies (cercle avec croisillon) (mise au net G. Fèvre).

2.2.2. Le fossé

15large de près de 2 mètres, a été repéré en surface sur une distance de près de 30 mètres. Orienté O.N.O.-E.S.E. dans sa partie septentrionale, il prend, après un coude à angle droit, une direction N.N.E.-S.S. O. II disparaît au Sud, de même qu’un autre fossé qui le double à l’Ouest avec une orientation un peu différente. Cet ensemble n’a malheureusement pas pu être fouillé, ni même donner lieu à une coupe transversale, et son interprétation s’avère donc bien délicate. Quelques constatations s’imposent toutefois : ce fossé ne recoupe aucune tombe. D’autre part, il correspond grosso modo à la limite entre les deux groupes de tombes de ce secteur (fig. 4 et 5) : pas de tombe à monnaie à l’Est, pas de tombe à mobilier contemporain du royaume burgonde à l’Ouest. Par ailleurs, trois sépultures (301, 302, 303) viennent chevaucher ce fossé et sont donc postérieures à son comblement. Il est dommage qu’elles aient fortement souffert des travaux de décapage, mais le matériel archéologique qu’elles ont livré, notamment celui de la sépulture 301 (fïg. 10), nous apporte quelques repères chronologiques : l’ensemble de perles en verre monochrome paraît se situer au VIe siècle, peut-être même dans les deux premiers tiers de ce siècle (Périn 1980). Les boucles d’oreille en argent peuvent être rattachées sans inconvénient à la même époque.

16Il découle de ces observations que le fossé pourrait avoir été « fonctionnel » à la fin du Ve siècle et au début du VIe. Existait-il déjà auparavant ou aurait-t-il été creusé spécialement à ce moment-là ? on ne peut le dire. Toujours est-il qu’il pourrait avoir servi alors de séparation entre les deux secteurs d’inhumation, avant d’être comblé et recoupé par des sépultures, à un moment qu’il est difficile de préciser, mais qui paraît assez précoce (au plus tard la fin du VIe siècle, et peut-être même beaucoup plus tôt). La prise en compte des modes d’inhumation (fig. 4 et 5) tendrait à confirmer cette hypothèse : les types 1 et 3 caractérisent la zone 1, alors que la zone 2 est celle du type 2. Mais il y a des exceptions (une ou deux sépultures du type 2 à l’Ouest du fossé ; deux du type 3 et quatre du type 1 à l’Est), qui, en l’absence de mobilier datable, peuvent conduire à deux interprétations : soit la séparation entre les deux zones n’a jamais été absolue (le fossé aurait déjà été comblé à l’arrivée des Burgondes, et c’est donc une coïncidence s’il se trouve à la limite des deux zones), soit cette interpénétration des coutumes funéraires traduit un rapprochement rapide des deux communautés... Reconnaissons que cette image, riche en symboles, d’un fossé que l’on comble entre les deux groupes ne correspond qu’à une hypothèse. Il n’en reste pas moins, qu’avec ou sans fossé, la répartition des sépultures ne paraît pas révéler une distance marquée et prolongée entre les deux communautés.

2.2.3. La partie orientale (zone 2) (fig. 5)

17a livré 29 corps nettement moins bien ordonnés, les orientations allant du Nord Ouest-Sud Est au Nord Est-Sud Ouest. Parmi eux, 18, soit près des 2/3, étaient pourvus de mobilier (inhumation habillée), le pourcentage initial ayant été assurément plus élevé, compte tenu du très mauvais état de conservation de quelques-unes de ces sépultures. La nature de ce mobilier permet, notamment dans une perspective chronologique, de distinguer trois catégories :

18- Six sépultures, sur lesquelles nous reviendrons plus longuement, peuvent être attribuées au niveau II de K. Bôhner (Bôhner 1958) ou à la phase mérovingienne ancienne I (AM I) d’H. Ament (Ament 1976 et 1977), ce qui correspond à l’époque du royaume burgonde.

19- Dix sépultures (fig. 8 à 11) ont livré une simple boucle ovale, en fer ou en bronze, à ardillon non caractéristique, soit isolée (294, 295, 298, 305, 317, 319, 328), soit accompagnée d’un mobilier difficile à dater précisément (287, 291, 296). On sait que ces boucles ont été utilisées pendant une longue période, du Ve au VIIe siècle, et ne constituent donc pas un jalon très précis. On peut penser toutefois que certaines de ces sépultures sont contemporaines des précédentes, la plupart ne paraissant pas postérieures au VIe siècle, en tout cas (par exemple les boucles en bronze 287 et 291).

20- Deux sépultures (326 et 347 ; fig. 11) ont livré chacune une garniture de ceinture beaucoup plus caractéristique, que l’on date habituellement du niveau III de K. Böhner, ou des phases AM II et AM III d’H. Ament, soit le deuxième et le troisième tiers du VIe siècle. Cette datation paraît indiscutable pour la plaque-boucle à plaque circulaire de la sépulture 347, à l’intéressant - mais non exceptionnel (cf. par exemple Gaillard de Sémainville 1980 : 83-86) - motif d’entrelacs se terminant par deux têtes animales stylisées. En ce qui concerne la boucle rectangulaire de la sépulture 326, avec son ardillon à base scutiforme de petite taille, on ne peut exclure totalement une datation plus précoce, dès le niveau II-phase AM I, si l’on en juge par certains matériels de comparaison (Périn 1980 ; Martin 1989 : 132-134 ; Marti 1990 : 76).

Fig. 5 - Critères caractéristiques de la zone 2 : mode d’inhumation de type 2 (cercle noir) ; inhumation habillée (sépulture quadrillée), avec mobilier contemporain du royaume burgonde (sépulture noircie) ; crâne artificiellement déformé (rosette) ; caractère dentaire mongoloïde (étoile) ; liens de parenté possibles (flèches) (dessin H.G.S.).

3. Les sépultures contemporaines du royaume burgonde

21Six sépultures sont particulièrement intéressantes en raison du mobilier caractéristique qu’elles ont livré. Il s’agit des sépultures 299, 304, 307, 312, 322 et 324. On observera tout d’abord que leur mode d’inhumation les rattache toutes (sauf 322, dont l’état des ossements n’a pas permis de conclure) au type 2 (fig. 5), par ailleurs presque exclusivement représenté dans la zone 2, rappelons-le. Les fouilleurs ont également noté la profondeur exceptionnelle de trois de ces sépultures (307, 322 et 324), sans pouvoir préciser davantage en raison de l’état du chantier à l’issue des décapages et de l’impossibilité d’identifier le niveau du sol de l’époque. Le mobilier de ces sépultures mérite une présentation plus détaillée :

22- La sépulture 299 (sans doute celle d’une femme de 35 ans environ) a livré, outre un couteau et un bracelet en bronze d’un type inhabituel (les bracelets de cette époque sont généralement ouverts), une boucle en fer réniforme (fig. 9) ; les boucles de cette forme, qu’elles soient en fer ou d’un autre métal, ne sont en principe pas postérieures au niveau Il-phase AM I.

23- La sépulture 322, celle d’un(e) adolescent(e) dont le sexe n’a pu être déterminé, contenait comme unique mobilier une lourde boucle ovale en argent, de section circulaire, avec ardillon à étranglement médian et base en demi tronc de cône (fig. 11). De tels ardillons peuvent se rencontrer au milieu ou même dans la seconde moitié du VIe siècle (Martin 1976 : 63), mais paraissent plus représentatifs de la première moitié de ce siècle (Martin 1991 : 83). Cette pièce, avec son caractère précieux et massif, nous semble précoce et pouvoir donc être rattachée avec prudence à la même séquence chronologique que la sépulture précédente. Cette datation correspond par exemple à celle du mobilier de la tombe 70 de Mézières (Périn 1975 : 34 ; Périn 1980).

24- De la sépulture 307 (fig. 6, 7 et 10), qui serait celle d’une jeune femme d’une vingtaine d’années (la détermination des sexes est fondée sur l’étude anthropologique effectuée par D. Castex et G. Depierre), provient une plaque-boucle d’un type bien connu, dont les caractéristiques principales sont la plaque réniforme et le décor cloisonné avec incrustations de grenats. Cette mode originaire d’Europe centrale ou orientale (le point dans Périn 1993 : 236) a produit en Occident un certain nombre de pièces très proches de celle de Beaune. La répartition géographique de ces découvertes montre qu’elles se localisent en particulier dans le Nord de la Gaule et le long du Rhin (Werner 1956 et 1966 ; Moosbrugger-Leu 1971 : t. A, 144), la découverte géographiquement la plus proche de Beaune étant celle de Noiron-sous-Gevrey (Aronovici-Martin 1977 : pl. 15,7). Ces objets, qui constituent de précieux indicateurs sociaux et chronologiques, caractérisent les sépultures de personnages riches, les « tombes de chefs » (cf. par exemple Vallet 1986) contemporains de Clovis.

25- Dans la sépulture 324 (fig. 6, 7 et 11), ont été mis au jour les restes d’un homme (avec une légère incertitude) d’environ 30 ans, portant une plaque-boucle rectangulaire à décor cloisonné d’un type également très caractéristique. Il s’agit d’une pièce indubitablement wisigothique, contemporaine de la précédente (type B de Ripoll Lopez 1991).

26- La sépulture 304 (fig. 6, 7 et 10) était celle d’une jeune femme (20 à 25 ans) inhumée avec plusieurs objets : une boucle de ceinture en fer portant un placage d’argent de qualité, dont l’ardillon également plaqué se caractérise par une large base en demi tronc de cône ; une pièce comparable a été trouvée à Zürich, dans une tombe qu’une monnaie situe après 536 (Moosbrugger-Leu 1971 : t. A, 122, t. B, pl. 22, 9). Une paire de fibules aviformes en argent doré, de petite taille (25 mm. de hauteur) : l’oiseau est figuré de face, ailes déployées, tête à droite ; le bec, crochu, est très développé ; l’œil est marqué par un grenat ; le plumage est suggéré par de petits cercles ou arcs de cercles imbriqués ; les pattes semblent se terminer par des serres stylisées. Il est intéressant d’observer que les deux fibules diffèrent par de nombreux détails dans la finition ; elles ne paraissent donc pas avoir été fabriquées par la même personne. L’une est de surcroît en bon état, alors que l’autre n’a plus ni grenat ni système de fixation (elle était déjà dans cet état au moment de l’inhumation).

27Ces fibules sont d’un type original, la figuration de l’oiseau de face, ailes déployées, étant beaucoup plus rare que la représentation de profil, en vol. On notera cependant que les fibules aviformes gothiques présentent fréquemment la même posture. Il est vrai qu’elles sont généralement cloisonnées et de grande taille. Des fibules provenant de Rome (Bierbrauer 1975 : pl. XXXVI, 2-3b), bien que cloisonnées, ont toutefois une silhouette et des dimensions proches de celles de Beaune. Parmi les 9 exemplaires de petites fibules d’oiseaux aux ailes déployées répertoriés et datés du VIe siècle par G. Thiry (Thiry 1939 : 56-57, pl. 22), une seule peut vraiment être rapprochée de celles de Beaune, à la fois par sa morphologie et ses dimensions : conservée au Metropolitan Museum de New York, elle est malheureusement de provenance inconnue (Thiry 1939 : n° 522). Une autre paire de fibules très comparables a été mise au jour dans la sépulture 274 de Maule (Yvelines). Le fouilleur propose de les dater de la seconde moitié du Ve siècle, à partir d’un vase caréné qui constituait le seul autre mobilier (Sirat 1978 : 107, pl. XVI, 4).

28Ces fibules se trouvaient sur la partie gauche du bassin (fig. 7). Dans leur prolongement, entre les fémurs, ont été recueillis deux anneaux de bronze, une perle en verre et une grosse perle en ambre, qui étaient initialement suspendus à la ceinture par une lanière ou une cordelette (dispositif connu sous le nom de châtelaine). Cette mode propre aux Germains occidentaux, comme les Francs (cf. par exemple Joffroy 1974 : t. 206 ; Guillaume 1974-1975 : 336-337) et les Alamans (cf. par exemple Werner 1953 : 14 ; Vogt 1960 : 88 ; Marti 1990 : 31-32), a déjà été observée en contexte burgonde, par exemple à Saint-Sulpice, Yverdon et Nyon (Marti 1990 et 1993 : 30, fig. 16).

Fig. 6 - Mobilier caractéristique : plaque-boucle wisigothique (sép. 324) ; plaque-boucle à plaque réniforme (sép. 307) ; boucle et paire de fibules aviformes (sép. 304) ; paire de fibules ansées (sép. 312). Grandeur nature (photo P. Buvot, Service Régional de l’Archéologie de Bourgogne).

Fig. 7 - Position des corps et des objets dans quelques sépultures de la fin du Veet du début du VIe siècle. Dessin schématique de G. Fèvre d’après photographies. Remarque : la boucle de la sépulture 304 et l’épingle de la sépulture 307 n’ont pas été figurées, car leur position exacte n’est pas connue.

29Malgré la datation assez basse de la boucle de Zürich (une telle boucle nous paraît du reste, d’après sa morphologie, pouvoir se rattacher sans difficulté à une période plus ancienne), nous pensons que cette sépulture doit se situer à une époque assez haute, peut-être la même que celle attribuée à la découverte de Maule (vers 450-500), en tous cas au plus tard dans la phase AM I-niveau II.

30- La sépulture 312 (fig. 6, 7 et 10) est particulièrement intéressante. Elle correspond à une femme adulte (environ 30 ans), au crâne artificiellement déformé. Son mobilier était constitué d’une simple boucle réniforme en fer et d’une paire de fibules ansées portées « tête » en bas sur le haut de la poitrine (fig. 7). Cette façon de porter les fibules ansées dénote une influence – sinon une origine - germanique orientale (cf. par exemple Bierbrauer 1975 : 71- 77 ; Marti 1990 : 27-30). Ces fibules en argent doré et niellé se caractérisent notamment par leur taille modeste, leur décor biseauté, rayonnant sur la tête, leur pied de largeur à peu près constante et leurs cinq digitations. Le décor rayonnant de la tête rappelle celui de fibules d’Allemagne du Sud (Heidenheim-Grosskuchen, Ditzingen-Schökingen, Straubing : informations de H.W. Böhme) ou d’Europe orientale (Kühn 1974 : pl. 263 et 284 ; informations de H.W. Böhme : pièces de Viminiacum, près de Belgrade, de Taga, près de Cluj en Roumanie, de Moravie...), ainsi que, plus près de nous, de celles de Saint-Martin-du-Fresne, dans l’Ain (Soleilhac 1954 : 25, B) ; mais leur pied différent et leurs digitations généralement réduites à trois en font des pièces plus précoces. Celles de Beaune ont un pied de largeur à peu près constante que l’on rencontre normalement chez les Alamans et les Francs.

31Ce qui est très intéressant, c’est qu’une pièce pratiquement identique à la nôtre, dans sa forme comme dans ses dimensions et son décor, a été trouvée à Wiesbaden (Kühn 1981 : 408, pl. 93, n° 633 ; indication de R. Marti), dans un secteur de la rive droite du Rhin - la région du Main et du Neckar - où l’on considère généralement qu’une partie du peuple burgonde est restée plusieurs décennies après la traversée du Rhin par le gros du peuple, avant de le rejoindre tardivement en Burgondie (Ewig 1979 : 279, note 37 ; Lex. Burgund. Extravag. : 21, 12).

32En ce qui concerne leur datation, ces fibules paraissent se situer dans la seconde moitié du Ve siècle (malgré Kühn 1981, qui propose la période 550-600). Elles se rattachent au groupe 1 de la typologie de R. Marti (1990 : 35), mais pourraient cependant être postérieures à celles de Saint-Sulpice (sépulture 57), notamment en raison de leur taille un peu plus grande. Mais, comme on le sait, il faut considérer avec prudence de telles datations uniquement fondées sur des arguments typologiques (Périn 1980).

4. Tentative d’interprétation : à la recherche des Burgondes

33Malgré le caractère lacunaire ou imprécis de la documentation, nous tenterons une rapide synthèse en mettant en relief les principales conclusions ou hypothèses qui nous semblent pouvoir être dégagées.

34La première conclusion concerne la présence d’étrangers à Beaune à l’époque du royaume burgonde. Cette réalité est attestée par la convergence de plusieurs caractères, que l’on peut résumer ainsi : isolement (relatif et temporaire certes) d’un groupe ayant des coutumes funéraires différentes de celles des populations indigènes (mode d’inhumation propre, pratique fréquente de l’inhumation habillée) et présentant des traits originaux dans le vêtement (plusieurs objets témoignent manifestement d’une influence ou même d’une origine germanique, y compris dans la manière dont ils étaient portés) et dans la physionomie (les crânes déformés) de plusieurs de ses membres. Nous reviendrons sur cette dernière question. Rappelons simplement que si la valeur de la déformation crânienne artificielle en tant que « marqueur » d’une origine précise - burgonde ou hunnique en l’occurrence – a été à juste titre mise en doute, il est admis qu’il s’agit d’une mode venue de l’Est ; et il n’est à l’évidence pas réaliste d’attribuer cette pratique à des populations locales, comme cela a pu être suggéré (Buchet 1988). Du moins, les découvertes de Beaune, par leur nombre (4 cas ; voir l’étude anthropologique), comme par leur contexte, sont manifestement à mettre en rapport avec l’arrivée de nouveaux-venus. La présence de dix individus présentant des caractères dentaires considérés comme mongoloïdes va du reste dans le même sens (voir ci-dessous).

35Dix sépultures au moins se rattachent incontestablement à ce groupe : les six sépultures à mobilier étudiées ci-dessus (299, 304, 307, 312, 322 et 324), les autres sujets au crâne déformé (298, 314 et 346), ainsi que le sujet n° 308, du fait de sa position stratigraphique par rapport au sujet n° 299, et des liens familiaux qui paraissent les relier. Les mêmes liens les rapprochent en outre des sujets n° 316 et 330, inhumés tout près ; tandis que 312 et 328 pourraient également être parents (fig. 5 ; voir l’étude anthropologique). Cette observation est évidemment très intéressante et contribue à préciser l’image de ce groupe humain. Beaucoup d’autres sépultures de la zone 2 se rattachent sans doute à cet ensemble, comme nous l’avons vu en étudiant les caractères de cette zone.

Fig. 8 - Mobilier des sépultures 281, 285, 287. Grandeur nature (dessin H.G.S.).

Fig. 9 – Mobilier des sépultures 291, 294, 295, 296, 298, 299. Grandeur nature (dessin H.G.S.).

Fig. 10 - Mobilier des sépultures 301, 302, 304, 305, 307, 312. Grandeur nature (dessin H.G.S.). Le revers des fibules des sépultures 304 et 312 a été figuré schématiquement afin de montrer le mécanisme de fixation.

Fig. 11 - Mobilier des sépultures 317, 319, 322, 324, 326, 328, 347. Grandeur nature (dessin H.G.S.).

36L’arrivée de ces éléments est difficile à situer très précisément dans le temps. En effet, nous avons vu que le mobilier le plus ancien ne paraissait pas pouvoir être daté avec une très grande précision. On sait, en outre, qu’interviennent d’autres paramètres délicats ou impossibles à évaluer, comme la date d’acquisition d’un objet ou le temps qui s’est écoulé entre l’arrivée des individus et leur décès. Malgré cela, une date qui se situerait dans la seconde moitié du Ve siècle, et peut-être même dans le troisième tiers de ce siècle, nous paraît admissible. Elle correspondrait du reste avec les dates - aux alentours de 475 - que proposent les historiens pour l’arrivée des Burgondes dans cette région. Précisons cependant que rien ne prouve que cette installation se soit faite en une seule fois. Comme nous le verrons plus bas, on ne peut pas écarter l’hypothèse de plusieurs « vagues » d’arrivées.

37Une des questions qui se posent est évidemment celle de la nature de ces populations.

38Sur le plan social, la tâche n’est pas aussi aisée que si l’on avait affaire par exemple à des sépultures franques : on sait que chez ce peuple le mobilier funéraire constitue, à la fois par sa qualité et sa quantité, un certain reflet du rang social du défunt. Il n’en va pas de même ici : les objets sont peu nombreux, les armes complètement absentes, à l’instar de ce que l’on constate en particulier chez les Ostrogoths et les Wisigoths installés en Occident (Palol, Ripoll 1990 : 58 ; Kazanski 1991). N’oublions pas que ces peuples sont, comme les Burgondes, des Germains orientaux.

39L’exemple de la plaque-boucle cloisonnée de la sépulture 307 illustre bien ce constat : ce type d’objet est considéré, on l’a vu, comme très significatif du haut rang social de son porteur. De fait, on peut citer les célèbres tombes 68 de Mézières (Périn 1975) et 319bis de Lavoye (Joffroy 1974), qui renfermaient un objet comparable associé à un mobilier exceptionnel. Ici, la plaque-boucle est le seul objet retrouvé dans cette sépulture (mis à part une modeste épingle en bronze), qui ne présentait pas de traces apparentes de violation, et qui se situait, rappelons-le, à une forte profondeur. Ce dernier caractère paraît également aller de pair avec une sépulture privilégiée, comme par exemple à Bâle-Bernerring (Martin 1976). Deux autres sépultures étaient plus profondes que les autres ; elles étaient pourvues chacune d’un seul objet, mais d’une certaine qualité : la sépulture 322 a livré une boucle en argent massif et la sépulture 324 la plaque-boucle wisigothique. On remarquera en outre que les sépultures 307 et 324 sont rapprochées également par leur position dans la nécropole, ce qui pourrait être l’indice d’un lien (de parenté ?) entre les deux défunts. Les sujets 304 et 312 sont sans doute à rattacher à ce même groupe privilégié en raison de leurs fibules. La déformation crânienne artificielle ne serait-elle pas également un indice concordant ?

40On peut se demander enfin si certaines tombes sans mobilier ou au mobilier modeste, qui se trouvent dans le même secteur, ne sont pas celles de personnes de rang inférieur faisant partie de l’entourage de ces privilégiés, un peu comme à Bâle-Bernerring par exemple (Martin 1976). Rien ne permet d’étayer solidement cette hypothèse, mais on remarquera cependant l’existence de quatre sépultures (299, 308, 316 et 330) de même orientation, bien regroupées, deux étant même pratiquées dans une fosse unique, et pour lesquelles, rappelons-le, l’anthropologue voit la possibilité de liens de parenté (fig. 5) ; or ces sépultures, dont deux au moins sont contemporaines des tombes les plus riches, sont soit dépourvues de mobilier, soit pauvrement dotées.

41Sur le plan ethnique, les indices ne manquent pas, mais ils contribuent à donner de ce groupe une image très contrastée, ne permettant pas en tout cas de définir une mode proprement burgonde. Parmi le mobilier, on retiendra l’origine wisigothique indubitable de la plaque-boucle de la sépulture 324. Les autres objets ne sont pas aussi aisés à situer : les plaques-boucles à plaque réniforme cloisonnée (sépulture 307) sont appréciées, on l’a vu, par l’aristocratie germanique, que ce soit chez les Francs ou les Alamans. Le port des fibules aviformes et de la châtelaine (sépulture 304) permet également un rapprochement avec les mêmes peuples germaniques occidentaux. Toutefois, l’origine de ces petites fibules est difficile à établir du fait de la rareté des pièces de comparaison. On rappellera simplement les quelques parallèles qu’on a pu faire avec certaines fibules gothiques et on remarquera que les Burgondes (ou ceux qui les accompagnaient...) semblent avoir eu un certain goût pour les petites fibules zoomorphes (voir par exemple les découvertes de Saint-Sulpice et de Brochon). Mais n’oublions pas que ces objets ont pu être fabriqués par des artisans indigènes, travaillant peut-être, il est vrai, sur les directives des nouveaux-venus...

42L’intéressante sépulture 312 exprime bien cette impression d’un mélange d’influences diverses : les fibules pourraient peut-être provenir d’un secteur de la rive droite du Rhin sous influence alamanique, mais leur port, de même que la pratique de la déformation crânienne, sont manifestement d’origine orientale...

43Il est nécessaire de souligner fortement l’importance du nombre de crânes artificiellement déformés par rapport au nombre total de sépultures. Ce trait particulièrement marqué à Beaune se retrouve dans plusieurs autres nécropoles de Burgondie ayant livré des sépultures contemporaines du royaume burgonde (voir la contribution de C. Simon dans ce volume). L. Buchet, dans son article déjà cité (Buchet 1988), en est venu à nier toute originalité de la Burgondie par rapport aux autres régions de l’Occident, la mode de la déformation crânienne artificielle ayant dû selon lui se diffuser assez également partout. Il souligne à juste titre la nécessité de tenir compte de l’état de la recherche : mais, précisément, les fouilles récentes de nécropoles de cette époque n’ont pas été plus nombreuses en Burgondie que dans la plupart des autres régions du monde mérovingien... Or, cette région a fourni proportionnellement beaucoup plus de cas (même opinion dans Kazanski 1989 : 67), que l’on ne peut simplement expliquer par une plus grande attention des fouilleurs ! Plusieurs de ces découvertes récemment effectuées ont été en outre bien situées dans leur contexte, notamment chronologique.

44Il est clair - et les chercheurs ayant travaillé récemment sur le sujet n’ont jamais soutenu le contraire - que la déformation crânienne artificielle n’est pas une « exclusivité » de la Burgondie. Mais il est de plus en plus clair également que cette région a accueilli une plus grande proportion d’individus d’origine orientale, ou ayant subi fortement des influences venues de l’Est, que la plupart des autres régions d’Occident. La présence de caractères dentaires considérés comme mongoloïdes (voir la contribution de Ch. A. Baud), même s’ils sont assez discrets, va dans le même sens : elle concerne en effet dix sujets (fig. 5 et étude anthropologique), dont six en zone 2 et quatre dans le Nord de la zone 1 (mais aucun dans le secteur indigène du Sud de cette zone), ce dernier secteur ayant peut-être accueilli des descendants des premiers arrivants (voir ci-dessous).

45Nous avons là une nouvelle et spectaculaire illustration de l’hétérogénéité des peuples « germaniques » à leur arrivée en Gaule : on a affaire manifestement le plus souvent à des conglomérats de groupes germaniques ou non, qui se font ou se défont au gré des succès ou des défaites de leurs chefs (cf. par exemple Wolfram 1990 : 799-800). Chez les Burgondes, ce sentiment de mélanges ethniques et de diversité d’influences est particulièrement sensible et rend vaine toute tentative pour définir une culture matérielle propre à ce peuple, du moins dans l’état actuel de la recherche.

46Si l’on tente une interprétation historique, on observe tout d’abord que ce constat correspond à l’image que nous donnent les sources textuelles : celle d’un peuple peu nombreux à son arrivée en Sapaudia, très affaibli par sa défaite de 436 devant les Huns et ayant eu antérieurement de multiples contacts, pacifiques ou belliqueux, avec d’autres peuples tels que les Goths, les Vandales, les Gépides, les Alains ou les Alamans. Il semble avoir subi de lourdes défaites, par exemple face aux Gépides au milieu du IIIe siècle, ou devant l’armée romaine et devant les Alamans dans la seconde moitié de ce même siècle (Perrin 1968 : 101-105). On sait que des relations de même nature ont continué à exister en Burgondie. C’est le cas par exemple pour les Wisigoths avec lesquels les Burgondes ont eu des rapports privilégiés, souvent bons - les deux peuples étaient rapprochés par leur langue germanique orientale et, au moins au début, par l’arianisme - mais parfois guerriers (en particulier au moment de la bataille de Vouillé, qui a été suivie d’une campagne des Burgondes en Aquitaine). La découverte d’une plaque-boucle wisigothique à Beaune n’est donc pas très surprenante.

47L’extension du royaume, en particulier dans des régions stratégiquement très importantes comme la plaine de la Saône, la nécessité de résister aux ambitions territoriales des autres peuples, notamment des Alamans et surtout des Francs, peut-être aussi le sentiment de se trouver en trop petite minorité face aux populations gallo-romaines, semblent avoir incité les Burgondes à attirer à eux des éléments divers. Un appendice à la loi Gombette, l’additamentum d’Ambérieux, bien que tardif (524), ne prévoit-il pas d’accueillir tous les éléments assimilables ? L’hypothèse de l’arrivée en Burgondie de bandes ou de « débris » de peuples variés, comme il devait y en avoir par exemple au lendemain de la bataille des Champs catalauniques, n’est-elle pas de nature à expliquer la diversité ethnique et l’importance des éléments orientaux que nous avons observées (Gaillard de Sémainville 1993 : 56) ? Souvenons-nous également que l’on a supposé, non sans vraisemblance, que certains combattants de l’armée d’Attila étaient des Burgondes entraînés par celui-ci au lendemain du désastre de 436 (cf. par exemple Claparède 1909 : 34). On comprend aisément que ces gens aient pu rejoindre la Burgondie, véhiculant avec eux une mode - et sans doute aussi des individus – d’origine orientale, qu’une quinzaine d’années passées auprès de leurs vainqueurs avait pu leur faire adopter. Dans le même ordre d’idée, n’oublions pas également la fraction du peuple burgonde restée sur la rive droite du Rhin, même après 443, plus ou moins sous la domination des Alamans (Ewig 1979 : 279). L’hypothèse de la migration en Burgondie d’une partie au moins de ceux-ci - qui répond à une certaine logique : on comprend que les Burgondes de Sapaudia aient gardé des contacts avec eux et aient cherché à les attirer en priorité dans leur royaume - est corroborée, comme nous l’avons vu plus haut, par un passage de la loi Gombette, et offre l’intérêt de bien s’accorder avec l’origine et la datation possibles de certains objets ou modes vestimentaires rencontrés à Beaune.

48On doit donc ne pas oublier, dans l’interprétation des découvertes de cette époque, le fait que les Burgondes ne sont pas tous arrivés en 443, mais que les premiers occupants de la Sapaudia ont reçu des renforts variés, en plusieurs vagues. Ces apports, qui se sont prolongés pratiquement pendant toute la durée de leur royaume, ont dû fortement contribuer à son extension, tout spécialement dans une région stratégique comme la plaine de la Saône, en limite de laquelle se situe Beaune. Souvenons-nous enfin que Gondebaud a été, après 470, à la tête de l’armée impériale de Ravenne (Demougeot 1979 : vol. 2/2, 599), dont on connaît la composition très hétérogène ; il a fort bien pu en revenir accompagné de certains de ses membres. Cette armée a été du reste un des vecteurs de la propagation de la mode danubienne en Occident (Kazanski 1989 : 66).

49On voit que les facteurs de diversité du peuple « burgonde » ne manquent pas, et que la confrontation des informations données par les sources historiques avec les résultats des fouilles de Beaune conduit à des hypothèses cohérentes, à défaut de conclusions très précises auxquelles une première analyse du matériel archéologique ne permet pas, selon nous, d’aboutir.

50Cette fouille permet enfin de faire quelques observations concernant les conditions de l’implantation des Burgondes. Remarquons tout d’abord qu’il s’agit d’une implantation urbaine. On sait que les Burgondes se sont rapidement adaptés à la vie urbaine. Pourtant, si l’on se réfère aux découvertes archéologiques, on a le sentiment que leur préférence est allée plutôt à des implantations rurales, proches il est vrai des centres urbains (cf. les sites de Brochon, Noiron, Saint-Sulpice ou Sézegnin : Baudot 1860 ; Aronovici 1977 ; Marti 1990 ; Privati 1983). Mais il faut évidemment tenir compte de l’état de la recherche, celle-ci s’étant, jusqu’à une date récente, plus intéressée aux nécropoles rurales qu’aux nécropoles urbaines.

51Les découvertes de Beaune apportent par ailleurs une contribution à la connaissance des relations qui se sont établies entre la population indigène et les Burgondes. Elles nous incitent à reconstituer les faits de la façon suivante : dans la seconde moitié du Ve siècle, arrive à Beaune au moins un groupe de Burgondes (nous conservons cette dénomination tout en gardant à l’esprit le fait qu’elle recouvre une réalité ethnique plus complexe). Il inhume ses morts dans un cimetière utilisé par des populations indigènes - à moins que ce soit à l’extérieur, près de la limite - un secteur particulier, peut-être initialement limité par un fossé, lui étant réservé. Dans le courant du VIe siècle, sans doute assez tôt, cette séparation perd de sa netteté et les descendants des immigrants inhument indifféremment leurs morts à l’Est (zone 2) et à l’Ouest du fossé, dans le Nord de la zone 1, à côté de sépultures indigènes. Ce secteur nord comporte en effet plusieurs tombes dont les caractéristiques (modes d’inhumation ; quelques cas d’inhumation habillée et de caractères mongoloïdes ; datation de la sépulture 281) semblent « prolonger » celles de la zone 2 (fïg. 4 et 5). L’inhumation habillée perdure pendant une partie du VIe siècle, traduisant apparemment la persistance, chez certains du moins, et durant plusieurs décennies, d’une tradition liée aux Burgondes et peut-être ravivée par la conquête franque. Les inhumations les plus récentes de ce secteur paraissent du milieu ou, au plus tard, de la seconde moitié du VIe siècle, ce qui donne à penser qu’à compter de ce moment, l’ensemble de la population a dû inhumer ses morts dans une autre partie de la nécropole, sans doute aux abords d’une construction religieuse qui devait exister alors à l’Ouest du terrain fouillé (voir ci-dessous).

52Ce schéma est évidemment séduisant, parce qu’il éclaire les conditions de l’intégration des Burgondes au sein de la population locale. Il a également le mérite d’être plausible. N’oublions pas pour autant son caractère hypothéthique dû aux limites de la fouille (cimetière très incomplètement fouillé ; multiples destructions et perturbations...) et aux difficultés d’interprétation d’un certain nombre de découvertes, notamment dans une perspective chronologique.

53Si l’on revient, pour terminer, sur l’évolution spatiale de la nécropole, on soulignera tout d’abord le fait que les tombes paraissant les plus anciennes (c’est-à-dire celles du secteur oriental) sont très éloignées de l’emplacement vraisemblable de la première église ; cela nous conduit à supposer qu’aucun édifice de culte n’existait peut-être alors dans la nécropole, malgré la tradition locale qui voudrait voir dans le vocable de Saint Etienne une preuve d’occupation dès le Ve siècle. M. Chaume (Chaume 1936 : 203-229) avait fait une première mise au point sur l’implantation des plus anciennes églises urbaines de Bourgogne ; depuis, J. Ch. Picard a actualisé les données en tenant compte de l’archéologie et d’une lecture critique des textes (Picard 1989 : 3-19). La nature des découvertes funéraires faites aux abords de l’édifice actuel suggère par contre, comme nous l’avons vu, l’hypothèse d’une construction religieuse en ce lieu au VIe siècle. Elle s’inscrirait dans ce cas en marge d’une nécropole existante.

54Cela correspond à un schéma bien connu, soit en Bourgogne (où les autres fouilles n’ont toutefois pas encore vraiment permis d’aborder cette problématique), comme à Autun où les églises Saint-Etienne et Saint-Pierre sont construites en limite des nécropoles antiques (Young, Sapin 1987), soit dans d’autres villes, comme Paris (Périn 1987 : 15 et ss.). La construction d’une église (avec probablement des reliques) à cet endroit répondait sans doute au désir de sanctifier la nécropole et d’offrir un lieu de prière à ceux qui, arrivant à Beaune, souhaitaient prier pour le repos des morts. Ce sanctuaire a dû très vite attirer à lui les inhumations, selon le modèle des nécropoles ad sanctos, fréquentes à cette époque. On rappellera également que les inhumations perdurent dans ce secteur à la fin du haut Moyen Age, alors que l’église est en ruine. Sa propre fonction funéraire a dû se perdre avant l’époque carolingienne, sans que la création d’une paroisse (ou d’un monastère) n’en prenne le relais, comme en d’autres cas en Bourgogne.

55Malgré les incertitudes liées aux conditions de la fouille, l’intérêt de la nécropole de Beaune Saint-Etienne est manifeste, non seulement dans le contexte régional de la Bourgogne, où l’on a encore trop peu pratiqué de fouilles extensives de sites de ce type, mais surtout dans la recherche des traces discrètes qu’a laissées la présence burgonde. Elle ne résoud naturellement pas les problèmes à elle seule, mais constitue un précieux jalon dans cette quête difficile.

Bibliographie

Bibliographie

AMENT, 1976 = AMENT H. Chronologische Untersuchungen an fränkischen Gräberfeldern der jüngeren Merowingerzeit in Rheinland. Bericht der Römisch-Germanischen Kommission, 57,1976. Mayence : Ph. von Zabern, p. 285-336.

AMENT, 1977 = AMENT H. Zur archäologischen Periodisierung der Merowingerzeit. Germania, 55, 1977. Francfort-sur-le-Main : Römisch-Germanische Kommission des Deutschen Archäologischen Instituts, p. 133-140.

ARONOVICI-MARTIN, 1977 = ARONOVICI-MARTIN Cl. Collections mérovingiennes du musée archéologique de Dijon, Besançon, 1977. 185 p., ill., pl. (catalogue du musée).

AUBERTIN, 1867 = AUBERTIN M. Les rues de Beaune, Beaune, 1867.

BAUDOT, 1860 = BAUDOT H. Mémoire sur les sépultures des barbares de l’époque mérovingienne, découvertes en Bourgogne, et particulièrement à Charnay. Mémoires de la Commission des Antiquités du Département de la Côte-d’Or, 5, 1857-1860, p. 127-305.

BIERBRAUER, 1975 = BIERBRAUER V. Die ostgotischen Grab- und Schatzfunde in Italien, Spolète, 1975 (Centro italiano di studi sull’alto Medioevo).

BÖHNER, 1958 = BÖHNER K. Die fränkischen Altertümer des Trierer Landes. Germanische Denkmäler der Völkerwanderungszeit, Sér. B, t. 1, Berlin, 1958. 281 p., ill., pl.

BUCHET, 1988 = BUCHET L. La déformation crânienne en Gaule et dans les régions limitrophes pendant le haut Moyen Age. Son origine, sa valeur historique. Archéologie Médiévale, XVIII, 1988, p. 55-71.

CLAPAREDE, 1909 = de CLAPAREDE H. Les Burgondes jusqu’en 443, Genève, 1909.

CHAUME, 1936 = CHAUME M. Les plus anciennes églises de Bourgogne. Annales de Bourgogne, t. VII, 1936, p. 203-229.

CHEVRIER, CHAUME, 1943 = CHEVRIER G., CHAUME M. Chartes et documents de Saint-Bénigne de Dijon, t. II, Dijon, 1943.

DELISSEY, 1941 = DELISSEY J. Le vieux Beaune, Beaune, 1941.

DEMOUGEOT, 1979 = DEMOUGEOT E. La formation de l’Europe et les invasions barbares, Paris, 1979, vol. 2.

EWIG, 1979 = EWIG E. Der Raum zwischen Selz und Andernach vom 5. bis zum 7. Jahrhundert. In : WERNER J. dir., EWIG E. dir. Von der Spätantike zum frühen Mittelalter. Vorträge und Forschungen, XXV, Sigmaringen : Jan Thorbecke Verlag, 1979. 281 p.

GAILLARD de SEMAINVILLE, 1980 = GAILLARD de SEMAINVILLE H. Les cimetières mérovingiens de la Côte chalonnaise et de la Côte mâconnaise, Dijon, 1980. 249 p., ill., pl. (suppl. à la RAE, 3).

GAILLARD de SEMAINVILLE, 1993 = GAILLARD de SEMAINVILLE H. Les Burgondes. A la recherche d’un peuple discret. Archéologia, 290, mai 1993, p. 50-61.

GUILLAUME, 1974-1975 = GUILLAUME J. Les nécropoles mérovingiennes de Dieue-sur-Meuse (France). Acta praehistorica et archaeologica, 5/6, 1974-75, p. 211-349.

JOFFROY, 1974 = JOFFROY R. Le cimetière de Lavoye. Nécropole mérovingienne, Paris : Picard, 1974. 180 p., ill.

KAZANSKI, 1989 = KAZANSKI M. La diffusion de la mode danubienne en Gaule (fin du IVe siècle-début du VIe siècle) : essai d’interprétation historique. Antiquités nationales, 21, 1989, p. 59-73.

KAZANSKI, 1991 = KAZANSKI M. Les Goths (Ier-VIIe après J.C.), Paris : Editions Errance, 1991. 148 p. ill.

KUHN, 1974 = KUHN H. Die germanischen Bügelfibeln der Völkerwanderungszeit in Süddeutschland, Graz : Akademische Druck- u. Verlaganstalt, 1974. III., pl.

KUHN, 1981 = KUHN H. Die germanischen Bügelfibeln der Völkerwanderungszeit in Mitteldeutschland, Graz : Akademische Druck- u. Verlaganstalt, 1981. 431 p., ill., pl.

MARTI, 1990 = MARTI R. Das frühmittelalterliche Graberfeld von Saint-Sulpice VD. Cahiers d’Archéologie romande, 52, Lausanne : Bibliothèque historique vaudoise, 1990. 240 p., ill.

MARTI, 1993 = MARTI R. L’arrivée des Burgondes en Sapaudia. In : Archéologie du Moyen Age. Le canton de Vaud du Ve au XVe siècle, Lausanne : Musée cantonal d’archéologie et d’histoire, 1993, p. 29-36 (catalogue d’exposition).

MARTIN, 1976 = MARTIN M. Das fränkische Gräberfeld von Basel-Bernerring. Basler Beiträge zur Ur- und Frühgeschichte, I, Bâle : Archäologischer Verlag, 1976. 398 p., ill., pl.

MARTIN, 1989 = MARTIN M. Bemerkungen zur chronologischen Gliederung der frühen Merowingerzeit. Germant a, 67, 1989, p. 121-141.

MARTIN, 1991 = MARTIN M. Das spätrömisch-frühmittelalterliche Gräberfeld von Kaiseraugst, Kt. Aargau. Basler Beiträge zur Ur- und Frühgeschichte, 5A (texte), Derendingen-Solothurn : Habegger Verlag, 1991. 357 p., ill., dépl.

MOOSBRUGGER-LEU, 1971 = MOOSBRUGGER-LEU R. Die Schweiz zur Merowingerzeit, Berne : Francke Verlag, 1971. 2 t., 275 et 157 p., ill., pl.

PALOL, RIPOLL, 1990 = de PALOL P., RIPOLL G. Les Goths, Paris, 1990.

PERIN, 1975 = PERIN P. Ensembles archéologiques mérovingiens de la région ardennaise. 4. Le cimetière de l’hôpital de Mézières (fouilles 1969-1971). Revue historique ardennaise, X, 1975. Charleville-Mézières : Société d’Etudes ardennaises, p. 1- 47.

PERIN, 1980 = PERIN P. La datation des tombes mérovingiennes. Historique. Méthodes. Applications. Centre de Recherches d’Histoire et de Philologie de la IVe section de l’Ecole Pratique des Hautes Etudes, V, 39, Genève : Droz, 1980. 433 p., ill.

PERIN, 1987 = PERIN P. Des nécropoles romaines tardives aux nécropoles du haut Moyen Age ; remarques sur la topographie funéraire en Gaule mérovingienne et à sa périphérie. Cahiers Archéologiques, 1987, p. 9-30.

PERIN, 1993 = PERIN P. Les styles colorés (le haut Moyen Age). In : Grand Atlas de l’Art Universalis, 1993, t. I, p. 236.

PERRIAUX, 1974 = PERRIAUX L. Histoire de Beaune et des pays beaunois des origines préhistoriques au XIIIe siècle, Paris, 1974.

PERRIN, 1968 = PERRIN O. Les Burgondes, Neuchâtel : la Baconnière, 1968. 589 p., ill.

PICARD, 1989 = PICARD J.C. Les premiers sanctuaires chrétiens des cités de Bourgogne. Revista di storia e letteratura religiosa, XXV, n° 1/1989, p. 3-19.

PRIVATI, 1983 = PRIVAIT B. La nécropole de Sézegnin (Avuzy-Genève). Mémoires et Documents publiés par la Société d’histoire et d’archéologie de Genève, X, Genève-Paris, 1983. 181 p., ill.

RIPOLL LOPEZ, 1991 = RIPOLL LOPEZ G. Materiales funerarios de la Hispania visigoda : problemas de cronologia y tipologia. In : PERIN P. dir. Gallo-Romains, Wisigoths et Francs en Aquitaine, Septimanie et Espagne, Rouen : Association française d’Archéologie mérovingienne, 1991, p. 111-132 (Actes des VIIe Journées internationales d’Archéologie mérovingienne, Toulouse, 1985).

ROTH, THEUNE, 1988 = ROTH H., THEUNE C. Zur Chronologie merowingerzeitlicher Frauengräber in Südwestdeutschland. Archaologische Informationen aus Baden-Württemberg. 6, Stuttgart : Landesdenkmalamt Baden- Württemberg, 1988. 37 p., dépl.

SAPIN et alii, 1990 = SAPIN C., GAILLARD de SEMAINVILLE H., MARANSKI D. La nécropole de Beaune-Saint-Etienne. In : Il était une fois la Côte-d’Or... Vingt ans de recherches archéologiques, Dijon : Musée archéologique, Paris : Editions Errance, 1990, p. 178-182 (catalogue d’exposition).

SIRAT, 1978 = SIRAT J. La nécropole de Maule (France, Yvelines). Essai de chronologie. In : FLEURY M. dir., PERIN P. dir. Problèmes de chronologie relative et absolue concernant les cimetières mérovingiens d’entre Loire et Rhin. Bibliothèque de l’Ecole des Hautes Etudes, IVe section, fasc. 326, Paris : Champion, 1978, p. 105-107, pl. XVI.

SOLEILHAC, 1954 = SOLEILHAC A. L’activité du groupe spéléologique d’Hauteville-Lompnès en 1953. Bulletin de la Société des Naturalistes d’Oyonnax, 8, janvier 1954, p. 21-27.

THIRY, 1939 = THIRY G. Die Vogelfibeln der Germanischen Völkerwanderungszeit, Bonn : L. Rohrscheid Verlag, 1939. III., pl.

VALLET, 1986 = VALLET F. Les tombes de chef, reflet de l’histoire de la conquête. In : La Picardie, berceau de la France, Amiens, 1986, p. 113-119 (catalogue d’exposition).

VOGT, 1960 = VOGT E. Interprétation und museale Auswertung alamannischer Grabfunde. Zeitschrift für schweizerische Archäologie und Kunstgeschichte, 20, 2/3,1960, p. 70-90.

WERNER, 1953 = WERNER J. Das alamannische Gräberfeld von Bülach. Monographien zur Ur- und Frühgeschichte der Schweiz, IX, Bâle : Verlag Birkhäuser, 1953. 144 p., ill., dépl.

WERNER, 1956 = WERNER J. Les boucles de ceinture trouvées dans les tombes d’hommes VII, XI, XIII, XVI et XVII. In : BREUER J., ROOSENS H. Le cimetière franc de Haillot. Annales de la Société archéologique de Namur, t. XLVIII, 1956, p. 323-329.

WERNER, 1966 = WERNER J. Zu den donauländischen Beziehungen des alamannischen Gräberfeldes am alten Gotterbarmweg in Basel. In : Helvetia Antiqua, Festschrift Emil Vogt, Zürich, 1966, p. 283-292.

WOLFRAM, 1990 : WOLFRAM H. Le genre de Vorigo gentis. Revue belge de philologie et d’histoire, LXVIII, 1990, p. 789-801.

YOUNG, SAPIN, 1987 = YOUNG B., SAPIN C. Les cimetières. In : Autun Augustodunum, Autun : Ville d’Autun et Musée Rolin, 1987, p. 358-375 (catalogue d’exposition).

Annexes

Annexe
Inventaire des sépultures à mobilier

Cet inventaire ne concerne que le secteur oriental de la nécropole et ne prend pas en compte les tombes à monnaie (sépultures 235, 259, 261, 267, 289 et 318). Quelques objets n’ayant pu être retrouvés au moment de cette étude portent la mention « n. r. » (= non retrouvé). Les objets ont été pour la plupart restaurés au laboratoire de Vienne (Isère), dont les observations ont été utiles à ce descriptif. Leur lieu de conservation est le musée de Beaune.

S. 281 : sous le crâne (oreille droite) : une boucle d’oreille en bronze très érodé (la surface originelle est presque entièrement rongée) ; diam. de l’anneau : 21 mm. ; terminaison en forme de polyèdre (très abîmé). Près de la main gauche : une bague en bronze, en mauvais état ; anneau de section semi-circulaire, diam. 17 mm. ; chaton assez haut constitué d’une feuille de bronze enroulée en cylindre, qui devait recevoir une pierre à l’origine. Même position : 8 très petites perles d’un bracelet : verre de forme sphéroïdale, couleur foncée (n. r.).

S. 285 : un élément de bronze très oxydé, incomplet ; long. : 25 mm. ; fragment de fibule ? position dans la tombe inconnue.

S. 287 : à la taille (ensemble du mobilier) : une boucle de bronze étamé (a), ovale, à ardillon droit avec étranglement ; assez mauvais état de conservation. Un couteau en fer (b) de belle taille (long. : 221 mm.). Un fermoir d’aumônière (c) incomplet, en fer. Une petite boucle en fer à ardillon droit (d). Une fiche à bêlière en fer(e), de section quadrangulaire ; long. 95 mm. 4 fragments de tiges de fer (f) de section quadrangulaire, dont 2 soudées par l’oxydation. Des fragments de feuilles de bronze (g) repliées, dont l’une comporte 2 petits clous et la trace d’un décor ponctué en léger relief. Une petite masse de bronze (h) : résidu de fonte ? Un silex et une perle en pâte de verre (n. r.).

S. 291 : à la taille (ensemble du mobilier) : une boucle (a) en potin (alliage cuivreux3 riche en étain et en plomb), ovale, avec ardillon droit en bronze. Un couteau en fer (b) ; long. : 169 mm. Un petit ardillon de bronze (c) ; long. : 17 mm. 4 petits fragments de fer de section quadrangulaire (d). Un silex et une demi-perle en pâte de verre (n. r.).

S. 294 : sur le bassin : une boucle en fer, ovale, à ardillon droit.

S. 295 : entre les cuisses : une boucle en fer, ovale, à mince ardillon droit.

S. 296 : au niveau du bassin : une boucle en fer, ovale, à ardillon droit ; la boucle et l’ardillon ont une section quadrangulaire ; la surface de la boucle porte un décor de dents de scie incisées. Position non notée : un anneau circulaire en fer ; diam. 41 à 42 mm. Un clou en fer à tête plate et tige ronde.

S. 298 : à l’emplacement de la taille : une boucle en fer, ovale, de section quadrangulaire (à angles arrondis), avec mince ardillon droit.

S. 299 : à l’emplacement de la taille, à droite : une boucle en fer, réniforme, à ardillon droit. Au poignet gauche : un bracelet en bronze, fermé, de section ovale, avec 4 étranglements ; diam. extérieur : 51 à 54 mm. Allongée le long du fémur gauche : une lame de couteau en fer (n. r.).

S. 301 : dans un secteur perturbé, avec les restes d’un squelette : une paire de boucles d’oreille en argent ; une seule est complète ; diam. maximum de l’anneau : 26 mm. ; terminaison en polyèdre. Les restes d’un collier : 11 perles en ambre (a), les autres en pâte de verre : une grosse, côtelée, jaune, translucide (b), 24 petites, striées (c : 16 opaques, turquoise ; d : 5 opaques, bleu foncé ; e : 3 gris clair translucides), une petite bleu foncé (f), constituée de 2 perles soudées du type de d, 2 petites noires, opaques (g).

S. 302 : dans un secteur perturbé (sépulture détruite par le décapage) : 4 perles en pâte de verre : une noire opaque (a) avec décor gris clair en dents de scie (obtenu, semble-t-il, par enlèvement de la couche superficielle noire) ; une blanche translucide, irisée (b) ; 2 petites : une verte translucide, tronconique, avec filet décoratif en spirale (c), et une noire opaque, tronconique (d).

S. 304 : sur le bassin : une paire de petites (haut. : 24 mm.) fibules aviformes en argent doré avec œil en grenat (conservé sur une seule des fibules) et décor incisé ; restes du ressort d’ardillon en fer et traces de tissu au revers de la meilleure des 2 pièces. Une boucle ovale en fer plaqué d’argent ; ardillon à base en tronc de cône. Entre les fémurs : 2 anneaux de bronze, circulaires ; diam. : 17 et 20 mm. ; le plus petit porte des traces d’oxydation (attache ? contact avec un autre objet ?). Une perle en pâte de verre opaque, bleue, côtelée. Une grosse perle en ambre, en forme de calotte ; diam. : 20 à 21 mm.

S. 305 : sur le bassin : une boucle ovale, en fer, en très mauvais état, non restaurée (attribution présentant un petit doute).

S. 307 : sur le bassin (partie gauche) : une plaque-boucle cloisonnée, en bronze, fer et grenats ; long, maximum : 53 mm. ; le boîtier de la boucle est en fer damasquiné de stries sur le chant ; l’ardillon, de section hémisphérique à sa pointe, est facetté (6 pans) et doré à sa base, qui se termine par un parallélépipède orné d’un grenat ; la plaque est ornée de grenats sur paillons et d’une matière blanchâtre en partie disparue (3 alvéoles latérales et distale) ; son boîtier épais (9 mm.) est doré sur le dessus, qui comporte 4 rivets de bronze, et a un fond en fer doublé d’une feuille de bronze. Position non notée : une épingle en bronze à tête bicônique ; tige coudée ; long, initiale : 47 mm.

S. 312 : sur le haut de la poitrine : une paire de petites fibules ansées digitées en argent doré et niellé, avec décor biseauté ; haut. : 52 et 53 mm. ; traces de tissu sur la partie supérieure des arcs ; restes du ressort en fer de l’ardillon au revers d’une des pièces. A la taille : une boucle réniforme en fer, avec ardillon droit.

S. 317 : sépulture totalement bouleversée. Une boucle ovale en fer, à ardillon droit.

S. 319 : à l’emplacement de la taille (squelette presque entièrement disparu) : une boucle en fer réduite à l’état de fragments non restaurés.

S. 322 : à la taille : lourde boucle ovale en argent, avec ardillon à base tronconique.

S. 324 : à la taille : plaque-boucle en bronze doré ; long, totale : 120 mm. ; boucle ovale dépourvue d’ardillon ; plaque rectangulaire portant un décor de verroteries cloisonnées : les fragments conservés sont jaunes, avec des nuances parfois orangées ou verdâtres, sauf au centre de chacun des 4 rectangles, où l’on a des perles bleues, les autres alvéoles circulaires ayant perdu leur décor ; au centre de la plaque, un verre rectangulaire, légèrement proéminent, a les bords biseautés aux angles ; 4 petits rivets en alliage cuivreux traversent le boîtier de la plaque (épaisseur : 9 mm.) ; le fond est fait d’une plaque de bronze sur laquelle vient s’appliquer une tôle de bronze mince, brisée en de nombreux fragments et présentant des traces de tissu fin.

S. 326 : à la taille : une boucle rectangulaire, en bronze, avec ardillon à base scutiforme et décor de stries incisées.

S. 328 : au niveau du bassin : une boucle de ceinture en fer, en très mauvais état, non restaurée.

S. 330 : une boucle d’oreille en très mauvais état (n. r.).

S. 347 : dans le secteur sud-est, dans une localisation malheureusement imprécise, entre les sépultures 312 et 326, ont été récupérés pendant les travaux d’aménagement, les restes de 2 sépultures paraissant superposées : S. 346, dont le sujet présentait une déformation crânienne, et, au-dessus, S. 347, qui a livré une plaque-boucle à plaque circulaire, en bronze.

Table des illustrations

Légende Fig. 1 - Schéma du castrum de Beaune. Localisation de Saint-Etienne et du secteur de la fouille ; en pointillés, les limites extrêmes supposées de la nécropole (dessin G. Fèvre).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/17727/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 36k
Légende Fig. 2 - Plan d’ensemble des fouilles de Beaune-Saint-Etienne. Les sarcophages sont entourés d’un trait fort ; les tombes en caissons de pierre sont hachurées ; le pointillé marque les limites des zones fouillées (mise au net G. Fèvre).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/17727/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 40k
Légende Fig. 3 - Plan du secteur oriental de la nécropole. Les tombes ayant livré du mobilier sont en noir ; les tombes à monnaie sont indiquées par un cercle avec croisillon (mise au net G. Fèvre).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/17727/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 52k
Légende Fig. 4 - Critères caractéristiques de la zone 1 : mode d’inhumation de type 1 (hachures) et de type 3 (pointillés) ; monnaies (cercle avec croisillon) (mise au net G. Fèvre).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/17727/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 52k
Légende Fig. 5 - Critères caractéristiques de la zone 2 : mode d’inhumation de type 2 (cercle noir) ; inhumation habillée (sépulture quadrillée), avec mobilier contemporain du royaume burgonde (sépulture noircie) ; crâne artificiellement déformé (rosette) ; caractère dentaire mongoloïde (étoile) ; liens de parenté possibles (flèches) (dessin H.G.S.).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/17727/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 52k
Légende Fig. 6 - Mobilier caractéristique : plaque-boucle wisigothique (sép. 324) ; plaque-boucle à plaque réniforme (sép. 307) ; boucle et paire de fibules aviformes (sép. 304) ; paire de fibules ansées (sép. 312). Grandeur nature (photo P. Buvot, Service Régional de l’Archéologie de Bourgogne).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/17727/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 120k
Légende Fig. 7 - Position des corps et des objets dans quelques sépultures de la fin du Veet du début du VIe siècle. Dessin schématique de G. Fèvre d’après photographies. Remarque : la boucle de la sépulture 304 et l’épingle de la sépulture 307 n’ont pas été figurées, car leur position exacte n’est pas connue.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/17727/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 108k
Légende Fig. 8 - Mobilier des sépultures 281, 285, 287. Grandeur nature (dessin H.G.S.).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/17727/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 148k
Légende Fig. 9 – Mobilier des sépultures 291, 294, 295, 296, 298, 299. Grandeur nature (dessin H.G.S.).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/17727/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 172k
Légende Fig. 10 - Mobilier des sépultures 301, 302, 304, 305, 307, 312. Grandeur nature (dessin H.G.S.). Le revers des fibules des sépultures 304 et 312 a été figuré schématiquement afin de montrer le mécanisme de fixation.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/17727/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 196k
Légende Fig. 11 - Mobilier des sépultures 317, 319, 322, 324, 326, 328, 347. Grandeur nature (dessin H.G.S.).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/17727/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 225k

© ARTEHIS Éditions, 1995

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search