Version classiqueVersion mobile

Les Burgondes

 | 
Henri Gaillard de Sémainville

La Sapaudia et le royaume de Burgondie

L’installation des Burgondes en Sapaudia. L’exemple du cimetière de Saint-Sulpice, Canton de Vaud, Suisse

Reto Marti

Résumé

Das am Ufer des Genfersees gelegene Gräberfeld von Saint-Sulpice, Kanton Waadt (Schweiz), wurde 1910/11 ausgegraben und kürzlich neu vorgelegt (Marti 1990). Der vorliegende Artikel befasst sich mit den frühesten Phasen des Gräberfeldes. Diese zeichnen sich aus durch eine beachtliche Zahl germanischer Funde, die man aufgrund ihrer zeitlichen Stellung und von Vergleichsfunden den Burgunden zuweisen kann, die Schriftquellen zufolge 443 n. Chr. in der Sapaudia angesiedelt wurden.
Funde wohl des früheren 5. Jahrhunderts zeigen, daß das Gräberfeld schon vor Ankunft der Burgunden von der einheimischen Bevölkerung benutzt wurde. Die germanischen Funde selbst teilten wir in zwei Gruppen. Eine ältéré zeichnet sich durch Funde aus, die zwar mit dem alten Burgundenreich am Rhein in Beziehung gebracht, nicht ohne weiteres jedoch einem ostgermanischen Stamm zugewiesen werden können (Gräber 5bis, 55, 57 und Einzelfund ; Abb. 3, 1-10). Dieses Phänomen wird mit Akkulturationsprozessen aus der Zeit vor der Umsiedlung in die
Sapaudia erklärt, als die Burgunden lange in Kontakt mit westgermanischen Stâmmen standen. Einer jüngeren Gruppe fehlen diese Bezüge ; diese Gräber enthalten Fibeln, die in romanischem Stil in Werkstätten der Sapaudia hergestellt wurden (Cloisonnéefibeln) oder sogar von der romanischen Tracht über-nommen wurden (Kleintierfibeln) (Gräber 78, 97, 133 und Einzelfunde ; Abb. 3, 11-25). Nach diesen zwei « Generationen » verschwinden die germanischen Einflüsse im Grâberfeld von St-Sulpice.
Aile diese Funde stammen aus Frauengräbern einer burgundischen Oberschicht. Diese Einschränkung verunmöglicht eine Abschätzung der Grösse des burgundischen « Kontingents », das sich an diesem Ort niederliess. Die Verteilung dieser Gräber im Gräberfeld lässt erahnen, daß sich eine Gruppe der Neuankömmlinge im Bereich des alten Friedhofs der Einheimischen bestatten liess ; eine zweite Gruppe scheint weiter nördlich einen neuen Friedhofteil gegründet zu haben, der schliesslich zur Hauptachse des frühmittelalterlichen, « burgundo-romanischen » Friedhofs wurde.

Texte intégral

1. Introduction

1Avec l’entrée en Sapaudia nous nous éloignons de la préhistoire des Burgondes qui se compose des sources vagues de leurs origines au Nord-Est, des témoignages possibles de leur migration graduelle vers le Sud et enfin de leur entrée dans les sources écrites avec le royaume légendaire au bord du Rhin. Maintenant nous mettons le pied sur le sol historique. L’installation des fédérés burgondes (ou peut-être plutôt la déportation des reliquiarum burgundionum selon la Chronica Gallica) en Sapaudia vers 443 après J.-C. met fin à la migration de ce peuple germanique et une nouvelle époque commence qui mène à une nouvelle identité « burgonde » ou plutôt « romano-burgonde » sur le territoire de l’empire romain (cf. la contribution de M. Martin dans ce volume).

2Certainement la question qui se pose est de savoir dans quelle mesure cette nouvelle culture « burgonde » est influencée par la culture des immigrants germaniques. Mais comment s’imaginer la culture des Burgondes ? Comment la discerner ? Comme partout, l’archéologie ne peut que donner des réponses ponctuelles, limitées à la culture matérielle et - particulièrement au haut Moyen Age - par des rites funéraires. Mais d’autre part les sources archéologiques augmentant constamment sont largement répandues et concernent presque toute la population, contrairement aux sources écrites qui à cette époque ne s’occupent guère de ce domaine. Néanmoins il faut attirer l’attention sur le caractère restreint des résultats archéologiques : le cimetière de St-Sulpice ne peut que donner un exemple qu’il faut discuter et comparer avec d’autres sites archéologiques de même qu’avec d’autres sources (écrites, toponomastiques, anthropologiques).

3Les résultats présentés ici sont des extraits d’un réexamen de ce cimetière anciennement fouillé (Marti 1990).

Fig. 1 - St-Sulpice, carte de situation (rosette) à l’intérieur du réseau routier de l’époque romaine.
A = Avenches/ Aventicum ; Y = Yverdon/Ehurodunum ; L = Lausanne/Lousonna ; G = Genève/Genava (d’après Marti 1990, fîg. 1).

4Pour comprendre mieux ce qui suit il nous semble important d’attirer encore une fois l’attention sur les multiples contacts des Burgondes avec leurs voisins avant leur transfert en Sapaudia. Les Burgondes faisaient partie du groupe des Germains orientaux, apparentés par exemple aux Vandales, aux Wisigoths et aux Ostrogoths. Pendant leur migration ils se séparèrent cependant du groupe principal des Germains orientaux. Des contacts avec les Alamans sont attestés dès la fin du IIIe siècle (au moins) et les Alamans appartenaient au groupe des Germains occidentaux, comme les Francs du bord du Rhin.

5Les rencontres avec la culture romaine étaient bien sûr importantes. Elles commencèrent aussi à cette époque et atteignirent - en 413 avec l’établissement des Burgondes au bord du Rhin comme fédérés romains - un premier point culminant. La dimension de ces relations peut être perçue par le fait que les Romains eux-mêmes transmettaient la légende qui raconte que les Burgondes étaient des descendants des Romains (subolem se esse Romanam, comme nous fait savoir Ammien Marcellin 28, 5, 11). L’origine de cette légende provient du fait que l’on faisait dériver le nom des Burgondes de la dénomination des forteresses du limes, des burgi ; les Germains se seraient donc mélangés avec les habitants romains des burgi et les Burgondes en seraient le résultat ! Cette explication plus que douteuse ne nous intéresse pas ici. Le fait qu’Ammien Marcellin et un peu plus tard Orose mentionnent cette légende dans leurs ouvrages historiques montre en tout cas que des rapports étroits entre Burgondes et Romains existaient ou étaient du moins désirés au temps de ces auteurs, à la fin du IVe siècle (Anton 1981 : 238).

6Outre les Romains, Alamans et Francs, il faut mentionner encore les Huns avec leurs alliés qui - eux aussi - ont laissé des traces importantes au Ve siècle. Les influences des Huns peuvent être démontrées même en Sapaudia par les déformations artificielles du crâne (cf. la contribution de Ch. Simon dans ce volume) et plus rarement par des objets archéologiques ; c’est le cas - comme nous allons le voir - par exemple à St-Sulpice et à Brochon, où on a trouvé une boucle d’oreille en forme de « croissant » (Baudot 1860 : pl. 26-26 ; cf. Marin, Pilet 1990 : 99).

2. Le site

7Le petit village de St-Sulpice est situé sur la rive nord du lac Léman, à environ 6 km à l’Ouest de Lausanne (fig. 1). A proximité deux routes très importantes se croisent : l’axe Sud-Ouest-Nord-Est qui lie la vallée du Rhône avec le Haut-Rhin par le Plateau suisse, et un axe Nord-Sud qui mène du Rhin supérieur par Besançon et le Jura au lac Léman et enfin à travers le Grand St-Bernard en Italie. La ville de Lausanne, qui au VIe siècle devient siège épiscopal, doit son importance à cette communication avec le Sud, devenue de nouveau importante en ce temps. N’oublions pas non plus les communications par le lac et la rivière.

8De cette situation favorable du point de vue circulation, résulte un grand nombre de lieux de découvertes importants de l’âge du bronze jusqu’au Moyen Age. Mentionnons seulement le célèbre cimetière de l’époque de La Tène trouvé tout près du cimetière médiéval. Jusqu’à présent l’époque romaine n’est que faiblement documentée avec quelques tombes à incinération mal fouillées à environ 200 m au Nord de notre cimetière, et avec une tombe isolée douteuse un peu plus au Nord. Du haut Moyen Age nous sont connues, à part le cimetière, quelques tombes individuelles douteuses 1 km plus à l’Est.

9Le cimetière a été fouillé il y a plus de 80 ans - en 1910/1911 - et a été publié peu de temps après. Il s’agit donc d’une fouille très ancienne dont la documentation archéologique ne correspond pas sous tous les aspects aux demandes modernes de qualité. Néanmoins cette fouille est très intéressante parce qu’il existe peu de cimetières avec des objets archéologiques que l’on peut attribuer avec une certaine probabilité aux « Burgondes » proprement dits. De plus il y a un plan des tombes (à peu près complet) et il est possible d’attribuer les objets trouvés à chaque tombe dans la plupart des cas. Seules les recherches anthropologiques ne sont plus possibles parce qu’on n’a pas conservé le matériel osseux. C’est à cause de cela qu’on ne peut pas mettre en évidence la coutume nomade de la déformation artificielle du crâne à St-Sulpice.

10En s’appuyant sur les offrandes funéraires et le développement du cimetière on peut démontrer non seulement le processus d’adaptation culturelle entre Burgondes et « Romans » (c’est-à-dire la population indigène) après le milieu du Ve siècle, mais aussi des processus d’acculturation plus tardifs, entre « Romans » et Francs, à l’époque mérovingienne. Cette phase plus récente, qui trouve sa correspondance dans de nombreux cimetières « romans » de la Suisse romande et de la partie voisine de la France, sera exclue par la suite. Notre attention doit se concentrer sur les objets « burgondes » qui sont - comme nous l’avons déjà dit - une spécialité du cimetière de St-Sulpice. Tout le mobilier des tombes que nous croyons pouvoir attribuer aux Burgondes sera présenté. La datation joue un rôle important, c’est évident. Mais la chronologie du Ve siècle est loin d’être sûre et certaine. D’autre part nous disposons de quelques indices qui permettent de mettre en relation les objets germaniques trouvés à St-Sulpice avec les événements historiques. C’est à cause de cela qu’il est permis à notre avis d’inclure dans l’argumentation - avec prudence - la date de l’établissement des Burgondes en Sapaudia (env. 443 après J.-C.). Enfin nous aimerions faire porter nos efforts sur les processus d’acculturation qu’on peut illustrer de façon vraiment exemplaire à St-Sulpice.

11Le cimetière a été découvert dans une gravière et a été fouillé simultanément au travail d’exploitation du gravier, selon des tranches de direction Ouest-Est (cf. fig. 10). La partie tout au Sud, avec environ 30 à 50 tombes, a été détruite avant l’arrivée des archéologues. A cette partie se rattachent une zone soigneusement fouillée mais dont les tombes ne sont pas exactement localisées, et à nouveau une zone détruite. La limite du cimetière a sûrement été atteinte au Nord et à l’Est. Au Sud la limite se trouvait aux environs de la tombe qu’on peut localiser tout à l’extremité sud. A l’Ouest également il y a visiblement moins de tombes. Quelques tombes ont peut-être été détruites avant les fouilles sans qu’on s’en aperçoive. Il s’ensuit que la nécropole contenait à l’origine 230 à 250 tombes du Ve jusqu’au VIIe siècle, dont 200 ont pu être fouillées sérieusement.

Fig. 2 - St-Sulpice, mobilier « pré-burgonde ». 1-4 : bracelet en bronze et récipients en céramique à revêtement argileux conservés sans contexte (hors du cimetière ?) ; 5-6 : pichet en pierre ollaire et petite cruche en céramique à revêtement argileux trouvés probablement dans la zone détruite du Sud de la nécropole. Ech. 1 /2.

3. Tombes « pré-burgondes »

12Quelques récipients et un bracelet dont le lieu exact de découverte n’est pas connu marquent le début de l’époque en question (fin Bas-Empire/début haut Moyen-Age ; fïg. 2, 1-3). Le Musée Cantonal d’Archéologie et d’Histoire de Lausanne n’a pu les acquérir que par des chemins détournés. Ils sont néanmoins importants parce qu’ils prouvent la présence de la population indigène à St-Sulpice dans les décennies précédant l’arrivée des Burgondes. Les récipients en céramique à revêtement argileux et le bracelet simple en bronze venaient sans doute d’une ou de plusieurs tombes indigènes de la fin du IVe- ou peut-être plutôt du début du Ve siècle. Des tombes tout à fait comparables et datées de cette époque ont été fouillées sur d’autres sites de la Suisse occidentale où ils marquent souvent la phase la plus ancienne de nécropoles du haut Moyen Age (Paunier 1981 : 285-287 ; Martin 1986 : 161-176 ; Marti 1990 : 98-100 ; découvertes récentes à Genolier VD et Yverdon). Dans tous les cas le rite funéraire correspond aux coutumes de l’Antiquité tardive (offrande surtout de vaisselle et de récipients pour boire ainsi que de quelques objets uniques, symboliques), de même que la construction et souvent l’orientation Nord-Sud des tombes. Dans les phases plus récentes et mieux connues les tombes de ce genre n’apparaissent plus.

13Deux récipients de la même époque proviennent de l’aire du cimetière lui-même (fïg. 2, 5.6). On les a trouvés très vraisemblablement dans la zone du Sud de la nécropole qui a été détruite sans observations. La présence de la population autochtone ne se limite donc pas seulement aux environs vagues de St-Sulpice mais elle est attestée dans le cimetière lui-même. On peut donc supposer que les Burgondes fédérés s’étaient intégrés - non seulement au moment de la mort - dans une communauté existante. Cela semble correspondre au système romain d’intégration (hospitalitas) qui demande que le pays soit partagé avec la population indigène - probablement avec des grands propriétaires seulement : Sapaudia datur ... cum indegenis dividende) selon la Chronica Gallica pour l’année 443 ; terrasque cum Gallis senatoribus diviserunt selon Marius d’Avenches pour l’année 456 (voir Behrends 1989 ; Durliat 1988, quant à lui, suppose plutôt un partage des revenus fiscaux qu’un partage des terres). Des informations plus précises concernant cette partie ancienne du cimetière ne sont pas possibles. Il manque une documentation exacte.

4. Tombes burgondes de la « première génération »

4.1. Tombe 57

14Grâce aux objets de parure des tombes germaniques il est possible de distinguer au moins deux phases d’adaptation culturelle. La première se signale par des objets qui sont en relation nette avec l’ancien royaume burgonde du Rhin. La deuxième est définie par des objets de parure germaniques fabriqués à la mode des « Romans » indigènes ou par des objets « romans » portés par des barbares.

15La tombe la plus importante de la « première génération » est la sépulture 57, sépulture d’une femme adulte. Les fibules ansées portées en paire nous indiquent qu’elle était germaine (fig. 3, 1.2). L’une des fibules a été trouvée dans un lieu atypique près du cou, probablement en raison d’un dérangement, l’autre à la hauteur du bassin. Près de la première se trouvait une perle de verre (fig. 3, 4), au-dessous de la seconde une grande perle en ambre portée certainement comme amulette (fig. 3, 5). Une boucle de ceinturon simple en bronze avec ardillon orné d’une pierre manque aujourd’hui. L’objet le plus important est sans doute celui en bronze riche en étain (fig. 3, 6) qui a été trouvé près du genou droit, où il servait peut-être aussi d’amulette, attaché à une chaînette.

16Joachim Werner a montré en 1956 qu’il s’agissait là du fragment d’un miroir nomade de provenance orientale. Ces miroirs appartiennent aux objets religieux des nomades jusqu’aux temps récents. Ils n’apparaissent à l’Ouest que sporadiquement pendant une courte période, au temps d’Attila, quand les cavaleries des Huns et de leurs alliés pénétraient en pleine Europe. Là, les miroirs ne se rencontrent pas dans des contextes hunniques proprement dit, mais au contraire - grâce aux rites funéraires - dans des tombes de femmes d’origine germanique orientale et d’une couche sociale supérieure, qui semble avoir eu de bons rapports avec la classe supérieure des Huns (Kazanski 1986 : 35-37). Notre miroir du type Karpovka/St-Sulpice a été trouvé tout à l’Ouest (Werner 1956 : 22-23, Karte 10 ; découvertes après 1956 en Occident : Marti 1990 : 92-93). Il n’est pas étonnant qu’on n’ait trouvé qu’un fragment très usé de ce type de miroir à St-Sulpice, parce qu’on sait que ces miroirs ont très souvent été cassés sur la tombe pour des raisons religieuses. Il est douteux que la Germaine de St-Sulpice ait connu le sens original du miroir. Cela n’a pas d’importance pour nous. Mais ce qui importe c’est que ce fragment de miroir est un témoignage des contacts connus par les sources écrites entre les Burgondes et la culture hunnique. On a de bonnes raisons de caractériser la femme de la tombe 57 comme burgonde ou du moins comme contemporaine de ce temps agité du royaume burgonde du Rhin.

17La chronologie du Ve siècle est encore incertaine. Pourtant il existe des indices qui permettent une datation de la tombe peu après 443, la date de l’installation en Sapaudia. La bague en argent avec inscription, par exemple, est de type tardo-romain (fig. 3, 3). Un des meilleurs parallèles se trouve dans la tombe d’une jeune fille à Enns/Lazzriacwm en Autriche, qu’on peut dater vers 400 d’après les fibules « en trompette ». Nous ne connaissons pas de parallèles plus récents que le deuxième tiers du Ve siècle (à mentionner par exemple des bagues avec zone centrale lenticulaire à Apahida, Pouan, etc.).

18La grande perle en ambre a également de bonnes pièces de comparaison du début jusqu’au milieu du Ve siècle. Ces perles apparaissent comme objets suspendus aux épées dans de riches tombes masculines, par exemple à Wolfsheim près de Mayence, dans la tombe d’un Germain oriental (début du Ve siècle) ou à Ermihalyfalva en Transylvanie, une tombe dans laquelle on a trouvé un solidus frappé d’après Théodose II vers 443.

19La paire de fibules ansées est importante pour la datation, ainsi que pour essayer de déterminer la provenance de la défunte. Malheureusement il n’existe que trois parallèles exacts, ce qui diminue la possibilité d’interprétation (fig. 4). Une paire de fibules provient du cimetière avoisinant de St-Prex, également sur la rive nord du lac Léman, une autre de la nécropole du castrum d’Yverdon (cf. la contribution de D. Weidmann dans ce volume), mais une troisième provient de Deza en Espagne. On pourrait dire peut-être que cette répartition montre les migrations étendues de ce temps. Seule la répartition d’autres fibules très apparentées, mais souvent plus récentes fait supposer qu’on doit chercher la région de provenance sur la rive droite du Rhin (Marti 1990 : 35- 36, fig. 20). Des relations sûres avec le vieux royaume burgonde du Rhin ne sont attestées que pour un type de fibule contemporain très apparenté, trouvé récemment à Beaune. Ces fibules étaient portées, selon la coutume des Germaines orientales, aux épaules, dans une tombe avec un crâne déformé artificiellement (cf. la contribution de H. Gaillard de Sémainville et de Ch. Sapin dans ce volume) ! Ces dernières prouvent à notre avis avec d’autres objets de cette époque, que les Burgondes s’installèrent dans cette région très tôt après leur arrivée en Sapaudia.

20Les paires de fibules ansées de St-Sulpice comme celles de St-Prex et d’Yverdon étaient portées à la manière des Germaines occidentales, dans la région du bassin. Cela correspond à l’habit traditionnel de type germanique occidental : les fibules fermaient peut-être une espèce de robe au niveau de la ceinture, et, attachée à elles se trouvait une chaînette qui portait des perles servant d’ornement ou d’amulette (à St-Sulpice par exemple la perle en ambre et peut-être aussi le fragment de miroir). Les Germaines orientales typiques de ce temps portaient les fibules ansées tout à fait différemment, à la hauteur des épaules ou de la poitrine (cf. l’exemple de Beaune). Sur cet habit les fibules fermaient un espèce de peplum (Marti 1990 : 27-34).

21Comment cet habit germanique occidental parvint-il en Sapaudia ? Ces fibules sont probablement des témoignages des contacts très anciens entre les Burgondes et les peuples germaniques occidentaux, surtout les Alamans ; soit que les Burgondes aient accepté de nouveaux éléments dans leurs vêtements, soit que des groupes germaniques occidentaux soient mêlés aux Burgondes. Cette constatation nous semble très importante, car elle montre qu’au milieu du Ve siècle il n’est plus possible de regarder les Burgondes comme un groupe ethnique germanique oriental homogène.

22Nous donnons deux indices seulement pour la datation de ces fibules qui diffèrent nettement des fibules ansées de la phase III de Böhner. Dans le cadre de ce travail il est impossible de démontrer la chronologie relative des tombes avec fibules ansées digitées du Ve siècle. Nous nous limitons à attirer l’attention sur deux inventaires de tombes qu’on peut dater un peu plus précisément au Ve siècle grâce à des monnaies : l’une de Heilbronn-Böckingen (Bade-Wurtemberg ; fig. 5), l’autre de Krefeld-Gellep (Rhénanie). Ce sont les seules tombes avec monnaies qui ont fourni des fibules à peu près comparables aux nôtres. On peut comparer la petite taille, le décor biseauté qui dérive très nettement de l’artisanat du Bas-Empire et - surtout chez les fibules de Böckingen – la forme courte et ronde des digitations non divisées et le porteur de l’axe de l’aiguille unique qui correspond encore à la construction des fibules à arbalète. Dans les deux cas se trouvaient des monnaies d’argent qui ont été frappées bien sûr après 408/409 : dans le cas de Böckingen 28 siliques peu usées qui imitent, d’après Maria R. Alföldi, des monnaies surtout de Théodose II (408-450) et Valentinien III (425- 455). On peut consolider cette possibilité de datation en outre par des considérations typologiques et le mobilier associé dans les tombes (Marti 1990 : 35-40). Ils confirment ce qui était indiqué par tous les autres objets : on peut dater la tombe 57 de Saint-Sulpice peu après 443 après J.-C.

4.2. Fibules ansées à trois digitations (tombe 5 bis et trouvaille isolée)

23Une autre paire de fibules provient d’une tombe située tout au Sud du cimetière (fig. 3, 7.8). Malheureusement cette tombe a été mal fouillée, de sorte que nous ne connaissons aujourd’hui ni la position exacte dans laquelle ont été trouvées ces fibules, ni les objets associés - qui existaient sans doute. Une fibule solitaire tout à fait semblable, qu’on doit se figurer comme faisant partie d’une paire, provient également de la partie sud du cimetière, d’une tombe malheureusement détruite, impossible à localiser (fig. 3, 9). Pour les deux types de fibules il y a quelques très bons parallèles. Elles sont comparables surtout dans la forme et le style de la tête et du pied qui évoque une tête d’animal fortement stylisée.

Fig. 3 - St-Sulpice, mobilier conservé des tombes « burgondes ». 1-2.7-9.13.14.22.24.25 : fibules en argent doré ; 3 : bague en argent ; 4.15.16.21 : perles en verre ; 5 : perle en ambre ; 6 : fragment de miroir en bronze riche en étain ; 10 : fibule en or et améthyste ; 11.12 : fibules en fer, or et grenat ; 18.19 : fibules en fer, bronze et grenat ; 17.20 : boucle et plaque en bronze ; 23 : boucle en fer. Ech. 1/2.

Fig. 4 - Fibules ansées digitées en argent (doré), carte de répartition. Image 100000000000030E0000004611CE5DA328887013.jpg

Fig. 5 - Mobilier de la tombe 2 de Heilbronn-Böckingen (Kr. Heilbronn), (sauf les monnaies), vers le milieu du Ve siècle (d’après R. Roeren, Fundberichte aus Schwaben NF 16, 1962, Abb. 2). Ech. 1/ 2.

Fig. 6 - Henchir Kasbat, tombe d’Arifridos. Fibule ovale en or avec une agathe, boucle de ceinture en bronze (la pierre manque), deux boucles de chaussure en or avec des grenats (d’après G. Koenig, Madrider Mitteilungen 22, 1981, Abb. 6). Ech. 1/2.

24Leur répartition est très intéressante pour nos recherches (fîg. 4). A part les exemplaires trouvés près du lac Léman, on en a trouvé quelques-uns sur les cours inférieurs du Main et du Neckar, une fibule en Bohême et tout un groupe dans la région de l’Elbe. De nouveau nous avons affaire à des fibules qu’on n’attribuerait pas sans hésitation à une tribu germanique orientale. Mais la datation typologique et la répartition de ces fibules permettent une relation avec les événements historiques, avec le déplacement des Burgondes de leur royaume près de Worms et Mayence au lac Léman (Marti 1990 : 40-43). Quant à la datation il ne faut pas confondre deux repères chronologiques différents : si nos conclusions sont correctes, le moment de la fabrication de ces fibules remonte à la période avant 443. Mais les fibules n’ont été mises en terre que bien après cette date, peut-être quelques dizaines d’années plus tard. C’est la deuxième date seulement qu’on peut comparer avec la chronologie établie par les inventaires des tombes ! Des recherches, particulièrement celles de M. Martin, font supposer qu’en règle générale les fibules ont été portées tout le long de la vie d’une femme (Martin 1987 : 278- 280). Malheureusement nous ne connaissons pas l’âge des défuntes de St-Sulpice, ce qui jouerait un rôle important à ce sujet. Un autre point qu’il faut retenir de nouveau : on doit constater qu’à cette époque les Burgondes ne peuvent pas être considérés comme un groupe culturel germanique oriental proprement dit.

4.3. Tombe 55

25Quelques mots seulement sur une fibule unique qu’on a de la peine à classifier (fig. 3, 10) : la fibule ovale en or avec une améthyste a été trouvée en offrande solitaire dans la région du bassin d’une femme (tombe 55). La situation dans laquelle elle a été trouvée nous montre que la fibule a été portée à la place d’une fibule ansée (ou plutôt d’une paire de fibules) sur un costume à la manière germanique occidentale. Nous connaissons un seul parallèle : il provient de la tombe d’un riche Vandale d’Henchir Kasbat (Thuburbo Maius, Tunisie) et peut très bien être daté du Ve siècle grâce aux boucles trouvées dans cette même tombe (fig. 6). On trouve un grand nombre de pierres montées d’une façon semblable dans la région sud-est du Danube et au Sud de la Russie. Une monture assez semblable a été trouvée par exemple dans le trésor de Szeged-Nagyszéksos (Hongrie, vers 430 après J.-C.), d’autres à Kertch (Crimée), Muszljumova et dans un ensemble de Németkér (Hongrie) qui provient probablement d’une tombe masculine. A condition que cet ensemble soit clos, on peut le dater selon une seconde monture cloisonnée comparable avec celle du scramasax de Pouan (Dép. Aube) et une boucle d’oreille en forme de « croissant », également vers le milieu du Ve siècle (cf. Arrhenius 1985 : 127-129, fig. 146). D’autres exemples de montures ovales presque identiques se trouvent par exemple sur la fameuse fibule à sardoine de Szilágy-Somlyó en Hongrie. La plupart de ces montures ovales de l’Orient datent du temps d’Attila ou du milieu du Ve siècle. En raison de leur répartition et d’autres objets trouvés on peut très bien imaginer que ces pièces proviennent de l’Empire romain d’Orient et qu’elles sont parvenues chez les barbares lors de l’accumulation énorme de richesses au temps des Huns. Bien sûr on ne peut pas dire avec certitude que la fibule ovale de St-Sulpice est parvenue en Sapaudia par le détour du royaume d’Attila et du royaume burgonde du Rhin.

5. Tombes burgondes de la « deuxième génération »

5.1. Fibules cloisonnées (tombes 97 et 133)

26Avec les tombes qui suivent on constate quelque chose de nouveau : les deux inventaires des tombes 97 et 133 témoignent - comme les objets présentés avant - de la présence de femmes germaniques à St-Sulpice (fîg. 3, 11-21). On ne trouve cette sorte de fibules ansées digitées que sur le costume germanique. Mais à la différence des fibules déjà mentionnées, celles-ci sont en fer, avec des filets en or (tombe 97) et en bronze (tombe 133), avec des grenats plats, du verre et de l’os de couleur verte (technique assimilée au cloisonné). La tombe 97 contenait en plus une paire de fibules zoomorphes en argent doré dont nous reparlerons plus tard, quelques perles en verre et une boucle de ceinture simple en bronze. La tombe 133 contenait quelques perles en verre et un petit disque en bronze dérivé typologiquement d’un œillet de ceinture militaire à plaque en rosette romain tardif. Qu’il s’agisse là de femmes germaniques orientales découle de la situation dans laquelle se présentait la tombe 97 - malheureusement la seule documentée. Les fibules ont été portées sur les épaules comme il se devait pour le costume germanique oriental du Ve siècle (cf. supra).

27Les fibules ansées cloisonnées exigent une technique de fabrication tout autre que les fibules en argent. Cette technique n’est pas d’origine germanique mais - particulièrement selon les recherches de Birgit Arrhenius - originaire de l’Empire romain d’Orient (Arrhenius 1985 : 96-126). On doit situer une importante industrie d’objets cloisonnés à Constantinople par exemple. En rapport avec des paiements de tribut ou comme butin ces parures parvenaient dans la région danubienne et se retrouvaient comme offrandes funéraires dans les tombes des princes germaniques (comme à Apahida) et des chefs des Huns. Mais elles apparaissent aussitôt à l’Ouest. Arrhenius présume l’existence d’ateliers fabriquant des bijoux cloisonnés du Ve siècle en Rhénanie, par exemple.

28La carte montre une répartition des fibules cloisonnées très différente de celle des fibules ansées en argent (fig. 7). Les fibules cloisonnées se trouvent toujours là où des Germains sont entrés très tôt en contact avec la civilisation romaine : c’est le cas dans le Bassin parisien (les Francs), sur le cours supérieur du Rhin (les Alamans) et en Sapaudia (les Burgondes). De plus, la comparaison typologique avec des objets cloisonnés mieux datés montre que la plupart de ces fibules n’appartiennent pas aux années 500 ou au VIe siècle - comme on l’a souvent pensé - mais généralement déjà à la deuxième moitié et à la fin du Ve siècle. En ce qui concerne les fibules de Saint-Sulpice il faut considérer leur taille modeste, les formes simples des pierres et des filets, et enfin la technique du cloisonné cimenté où les pierres et les filets sont fixés à l’arrière par une espèce de ciment (Arrhenius 1985 : 81-86). D’après la répartition et la datation il est bien possible de mettre les fibules cloisonnées en rapport avec des ateliers indigènes « romans » où une couche sociale supérieure de Germains les demandait - d’une part à la place des fibules ansées en argent qu’on ne pouvait (ou ne voulait) plus obtenir dans ce nouvel environnement, d’autre part comme résultat de l’adaptation culturelle combinant les traditions aux styles nouveaux.

5.2. Petites fibules (tombes 78, 97 et trouvailles isolées)

29Dans la tombe 97 déjà mentionnée se trouvait une deuxième paire de fibules : une fibule au cavalier et une fibule au cheval (fig. 3, 13.14). De plus, une paire de fibules à monstres marins a été découverte dans la partie détruite du cimetière au Sud (fig. 3, 24.25). Une fibule à animal cornu - très vraisemblablement un monstre marin lui aussi - a été trouvée dans la tombe 78 fouillée peut-être incomplètement (fig. 3, 22). Toutes ces fibules sont en argent doré. Leurs formes montrent bien qu’elles ne dépendent pas de la culture germanique mais au contraire qu’elles faisaient partie du costume « roman ». Comme nous le montre leur position sur le corps, ces fibules fermaient un manteau ou une cape au niveau du cou. Et il existe des exemples qui montrent bien que ces fibules zoomorphes ont été remplacées vers 600 après J.-C. par un nouveau costume qui comportait une seule fibule discoïde portée également au niveau du cou, un costume bien connu, bien répandu et bien documenté par des sources iconographiques.

30Les lieux de découverte des fibules zoomorphes précoces en argent sont situés - comme pour les fibules ansées cloisonnées - dans les régions où sont attestés les premiers colons germaniques en contact avec l’ancien Empire romain (fig. 8). Par exemple les fibules à animaux marins : nous ne connaissons ces fibules que grâce aux coutumes funéraires des Germains et il serait faux de les interpréter à priori comme germaniques. Les fibules zoomorphes sont déjà largement répandues à l’époque gallo-romaine et on en connaît des descendants typologiques dans la région de la Méditerranée jusqu’au VIe/VIIe siècle. En particulier les fibules à animaux marins dérivent sans problème des monstres marins du Bas-Empire et il en est de même avec presque toutes les autres fibules zoomorphes.

31Le même rapport avec l’artisanat romain, dans ce cas même chrétien, est évident par exemple pour une paire de fibules à paons (ou colombes) buvant dans un calice du cimetière de Lavoye (fig. 9). Mais ces fibules proviennent également d’une tombe qui doit être interprétée comme germanique à cause des fibules ansées thuringiennes qui ont été trouvées dans la même tombe. Par contre il est difficile de trouver des fibules zoomorphes dans un contexte « roman » parce que les offrandes funéraires manquent dans la zone au Nord des Alpes. En ce temps les « Romans » enterraient leurs morts presque toujours sans offrandes et presque jamais avec des fibules (et la partie du vêtement qui y était associée). D’autre part les objets trouvés dans des habitats sont moins nombreux et ne peuvent généralement pas être attribués à un groupe culturel spécifique.

Fig. 7 - Fibules ansées digitées à décor cloisonné, carte de répartition au Nord des Alpes.

Fig. 8 - Fibules zoomorphes en argent doré des Ve/VIe siècles, carte de répartition.

Fig. 9 - Mobilier de la tombe 189 de Lavoye (Dép. Meuse) avec une paire de fibules à paons (ou colombes) buvant dans un calice (d’après R. Joffroy, Le cimetière de Lavoye, 1974, pl. 21, 189). Ech. 1/2.

6. La « communauté des morts » : reflet de la vie ?

32Rassemblons nos pensées en considérant la situation des tombes burgondes dans le cimetière - d’après le développement qui suit, sans doute principalement celui de « Romans » indigènes. La répartition spatiale des objets que nous venons de présenter est accentuée par des trames différentes selon trois catégories (fig. 10) : les objets pré-burgondes de la fin du IVe ou plutôt du début du Ve siècle (cadre hachuré), le mobilier des tombes burgondes de la « première génération », qui sont encore en relation avec le royaume burgonde du Rhin (cadre noir), et enfin les objets burgondes de la « deuxième génération » qui se caractérisent déjà par des éléments du costume « roman » ou qui montrent un rapport avec l’artisanat « roman » (cadre tramé). Les tombes se trouvent dans deux parties du cimetière, toutes les deux situées dans la partie ouest qui se distingue par une dispersion lâche des tombes contrairement à la partie est (plus récente) qui se compose plutôt de rangées de sépultures. Un premier groupe de Burgondes enterrait ses morts tout au Sud de la nécropole, évidemment dans la zone des tombes romaines tardives, un deuxième groupe plus au Nord près d’un chemin qu’on peut reconstituer d’après des indices divers : là existe en effet un espace libre et on peut remarquer une concentration de tombes privilégiées et réutilisées ainsi que de tombes de toutes époques.

33Il semble que cet axe du cimetière, qui garde son importance plus tard, ne se développe qu’après l’arrivée des Burgondes. Il faut noter que ces tombes sont des tombes de femmes de rang social élevé. La position privilégiée de leurs tombes fait supposer qu’elles jouaient un rôle également important dans la vie. On n’a pas de témoignage certain des inhumations d’hommes burgondes de la même période. Selon la coutume « romane » les hommes ne recevaient pas d’offrandes funéraires semble-t-il. Sans offrandes étaient également les tombes des gens « communs » et - comme ailleurs en ce temps - les tombes des indigènes. A cause de cela il est impossible d’avoir des informations précises sur le nombre de Burgondes installés à St-Sulpice. L’adaptation culturelle rapide - déjà documentée par les deux « générations » de tombes à fibules – à conduit très vite à renoncer aux offrandes funéraires. Après 500 après J.-C. environ on observe un mode d’inhumation tout à fait différent qui ne se distingue pas de celui des autres cimetières de la Burgondie dépourvus d’objets burgondes proprement dits. Cette coutume « romane » renonce largement aux offrandes funéraires, on ne trouve que quelquefois des offrandes isolées et rares qui sont probablement de caractère « symbolique », compensatoire.

Fig. 10 - St-Sulpice, répartition spatiale du mobilier « pré-burgonde » et « burgonde ». Plan : tombes en pleine terre (ovales), tombes dallées ou à entourage de murets (rectangles) ; les secteurs détruits sans surveillance archéologique sont tramés.

34Comme nous l’avons déjà dit tout au début, St-Sulpice est un des rares exemples d’un cimetière avec des objets germaniques du milieu et de la seconde moitié du Ve siècle que nous pouvons attribuer avec une certaine vraisemblance aux Burgondes. Mais il n’est pas isolé. Quelques kilomètres plus à l’Ouest on a fouillé la nécropole de St-Prex qui est plus grande encore et en général plus riche que celle de St-Sulpice. St-Prex a également livré des objets germaniques du milieu et de la seconde moitié du Ve siècle. Tout récemment on a fouillé une partie d’une nécropole particulièrement intéressante à Yverdon. On connaît en outre toute une série d’objets de la même époque trouvés dans la vallée du Rhône et en Burgondie. Ce que nous voulons souligner seulement, c’est que les sources archéologiques disponibles concernant la culture matérielle et les coutumes funéraires des Burgondes dans la Sapaudia ne sont pas encore exploitées à fond. Il nous semble essentiel que la recherche ne se limite pas aux objets de type germanique oriental. L’exemple de St-Sulpice montre bien que l’acculturation des Burgondes – en ce qui concerne par exemple la façon de porter les fibules ansées selon la coutume germanique occidentale - était déjà très développée au milieu du Ve siècle. Et qui sait, par les découvertes et les objets trouvés en Sapaudia il sera peut-être possible un jour de mieux comprendre la préhistoire des Burgondes.

Bibliographie

ANTON, 1981 = ANTON H.H. Burgunden, Historisches. In : Reallexikon der Germanischen Altertumskunde, 2e éd., t. 4. Berlin, New York : Walter de Gruyter, 1981, p. 235-248.

ARRHENIUS, 1985 = ARRHENIUS B. Merovingian garnet jewellery. Stockholm : Kungl. vitterhets historié och antikvitets akademien, 1985. 229 p.

BAUDOT, 1860 = BAUDOT H. Mémoire sur les sépultures des barbares de l’époque mérovingienne, découvertes en Bourgogne, et particulièrement à Charnay. Mémoires de la Commission des Antiquités du Département de la Côte-d’Or, t. 5, 1857-1860. Dijon, Paris 1860, p. 127-305.

BEHRENDS, 1989 = BEHRENDS O. Einquartierungssystem. In : Reallexikon der Germanischen Altertumskunde, 2e éd., t. 7. Berlin, New York : Walter de Gruyter, 1989, p. 24-33.

DURLIAT, 1988 = DURLIAT J. Le salaire de la paix sociale dans les royaumes barbares (Ve-VIe siècles). Österreichische Akademie der Wissenschaften, phil.-hist. Klasse, Denkschriften Bd. 193 = Veröffentlichungen der Kommission für Frühmittelalter-forschung, 11. Wien : Verlag der Osterreichischen Akademie der Wissenschaften, 1988, p. 21-72.

KAZANSKI, 1986 = KAZANSKI M. Un témoignage de la présence des Alano-Sarmates en Gaule : la sépulture de la Fosse Jean-Fat à Reims. Archéologie médiévale, t. 16, 1986. Caen : CRAM, 1986, p. 33-39.

MARIN, PILET, 1990 = MARIN J.-Y., PILET Ch. éd. Attila, les influences danubiennes dans l’ouest de l’Europe au Ve siècle : exposition Ville de Caen, Musée de Normandie, 1990. Caen : Musée de Normandie, 1990. 206 p. (Publication du Musée de Normandie, 7).

MARTI, 1990 = MARTI R. Das frühmittelalterliche Graberfeld von Saint-Sulpice VD = Le cimetière du Haut Moyen Age de Saint-Sulpice VD. Cahiers d’archéologie romande, 52. Lausanne : Bibliothèque historique vaudoise, 1990. 238 p.

MARTIN, 1986 = MARTIN M. Romani e Germani nelle Alpi occidentali e nelle Prealpi tra il lago di Ginevra e il lago di Costanza. Il contributo delle necropoli (V-VII sec.). In : Romani e Germani nell’arco alpino (secoli VI-VIII) : annali del Istituto storico italo-germanico, Quaderno 19, 1986. Bologna : Società editrice il Mulino, 1986, p. 147-200.

MARTIN, 1987 = MARTIN M. Beobachtungen an den frühmittelalterlichen Bügelfibeln von Altenerding (Oberbayern). Bayerische Vorgeschichtsbläter, t. 52, 1987. München : C.H. Beck’sche Verlagsbuchhandlung, 1987, p. 269-280.

PAUNIER, 1981 = PAUNIER D. La céramique gallo-romaine de Genève. Mémoires et documents publiés par la Société d’Histoire et d’Archéologie de Genève, série in-4, t. 9, 1981. Genève : Librairie A. Jullien/Paris : Librairie H. Champion, 1981. 437 p.

WERNER, 1956 = WERNER J. Beitrage zur Archaologie des Attila-Reiches. Bayerische Akademie der Wissenschaften, phil.-hist. Klasse, Abhandlungen, n.s. t. 38. München : Verlag der Bayerischen Akademie der Wissenschaften, 1956. 138 p., 75 pl.

Table des illustrations

Légende Fig. 1 - St-Sulpice, carte de situation (rosette) à l’intérieur du réseau routier de l’époque romaine.A = Avenches/ Aventicum ; Y = Yverdon/Ehurodunum ; L = Lausanne/Lousonna ; G = Genève/Genava (d’après Marti 1990, fîg. 1).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/17721/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 152k
Légende Fig. 2 - St-Sulpice, mobilier « pré-burgonde ». 1-4 : bracelet en bronze et récipients en céramique à revêtement argileux conservés sans contexte (hors du cimetière ?) ; 5-6 : pichet en pierre ollaire et petite cruche en céramique à revêtement argileux trouvés probablement dans la zone détruite du Sud de la nécropole. Ech. 1 /2.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/17721/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 88k
Légende Fig. 3 - St-Sulpice, mobilier conservé des tombes « burgondes ». 1-2.7-9.13.14.22.24.25 : fibules en argent doré ; 3 : bague en argent ; 4.15.16.21 : perles en verre ; 5 : perle en ambre ; 6 : fragment de miroir en bronze riche en étain ; 10 : fibule en or et améthyste ; 11.12 : fibules en fer, or et grenat ; 18.19 : fibules en fer, bronze et grenat ; 17.20 : boucle et plaque en bronze ; 23 : boucle en fer. Ech. 1/2.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/17721/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 144k
Légende Fig. 4 - Fibules ansées digitées en argent (doré), carte de répartition.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/17721/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 104k
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/17721/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 32k
Légende Fig. 5 - Mobilier de la tombe 2 de Heilbronn-Böckingen (Kr. Heilbronn), (sauf les monnaies), vers le milieu du Ve siècle (d’après R. Roeren, Fundberichte aus Schwaben NF 16, 1962, Abb. 2). Ech. 1/ 2.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/17721/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 92k
Légende Fig. 6 - Henchir Kasbat, tombe d’Arifridos. Fibule ovale en or avec une agathe, boucle de ceinture en bronze (la pierre manque), deux boucles de chaussure en or avec des grenats (d’après G. Koenig, Madrider Mitteilungen 22, 1981, Abb. 6). Ech. 1/2.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/17721/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 12k
Légende Fig. 7 - Fibules ansées digitées à décor cloisonné, carte de répartition au Nord des Alpes.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/17721/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 112k
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/17721/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 20k
Légende Fig. 8 - Fibules zoomorphes en argent doré des Ve/VIe siècles, carte de répartition.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/17721/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 112k
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/17721/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 28k
Légende Fig. 9 - Mobilier de la tombe 189 de Lavoye (Dép. Meuse) avec une paire de fibules à paons (ou colombes) buvant dans un calice (d’après R. Joffroy, Le cimetière de Lavoye, 1974, pl. 21, 189). Ech. 1/2.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/17721/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 36k
Légende Fig. 10 - St-Sulpice, répartition spatiale du mobilier « pré-burgonde » et « burgonde ». Plan : tombes en pleine terre (ovales), tombes dallées ou à entourage de murets (rectangles) ; les secteurs détruits sans surveillance archéologique sont tramés.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/17721/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 173k

Auteur

Service archéologique cantonal de Bâle — Campagne

© ARTEHIS Éditions, 1995

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search