Version classiqueVersion mobile

Les Burgondes

 | 
Henri Gaillard de Sémainville

La Sapaudia et le royaume de Burgondie

Éléments étrangers en Burgondie dans la deuxième moitié du Ve siècle

Françoise Vallet, Michel Kazanski et Dominique de Pirey

Résumé

Die archäologischen Spuren der Burgunden bleiben heute unsicher. Das Problem ihrer archäologischen Identifïzierung ist uni so verwickelter als sie gewiß andere ethnische Gruppen assimiliert hatten.
Im schweizerischen Teil des ehemaligen burgundischen Gebiets ist das Vorhandensein von germanischen Fibeln aus der 2. Hälfte des 5. Jahrhunderts, von einem orientalischen Metallspiegel und von etlichen deformierten Schädeln auf das Siedlungsareal der Burgunden bezogen worden. Die im französischen Teil der ehemaligen burgundischen
Sapaudia (Izenave, Saint-Martin-du-Fresne) entdeckten Gegenstände sind mit denjenigen aus der Schweiz vergleichbar.
Die Untersuchung der Beigaben aus der 2. Hälfte des 5. Jahrhunderts, die in Burgund (Brochon, Charnay, Saint-Euphrône, Alesia, Poisy, Vaux-Donjon, Beire-le-Châtel) aufgedeckt wurden, bezeugt ihre Verwandtschaft mit denjenigen aus dem Raum zwischen Baden und Böhmen. Es gibt Fundbild aus dem Donauraum, ostgotisches Quellengut, sowie einige westgotische, thüringische und mittelmeerländische Gegenstände. Eine kleine Anzahl von Gegenständen germanischer Tradition (Brochon, Dijon-Rue Condorcet), mit denen aber auerhalb des Burgundenreiches kein genauer Vergleich angestellt werden kann, könnten eventuell einer ethnographischen Eigentümlichkeit der « burgundischen » Tracht entsprechen. Gewisse an denselben Fundorten wie die germanischen Beigaben aufgedeckte Schmucksachen gehören vermutlich zur galloromanischen Tracht.
Also weist das an den Fundplâtzen des Burgundenreiches entdeckte Gut eine Mischung verschiedener Kleidungsbräuche auf, bei denen die typisch burgundischen Merkmale nahezu abwesend sind. Erinnern wir daran, daß im nördlichen Gallien die zweite Hälfte des 5. Jahrhunderts ebenfalls durch das markante Vorhandensein fremder Kulturträger gekennzeichnet ist. Anscheinend spielt sich im Burgundenreich wie im merowingischen Gallien das gleiehe Phänomen ab : die Bildung eines römisch-barbarischen Reiches, das durch die Zuwanderung von Fremden gekennzeichnet ist, welche sich in die einheimische Bevolkerung, besonders mittels des Heerwesens, integrieren.

Texte intégral

1Les traces archéologiques des Burgondes dans le couloir rhodanien restent aujourd’hui presque aussi incertaines qu’à l’époque de H. Zeiss (Zeiss 1938). Les Burgondes étant un peuple germanique oriental, il lui paraissait probable que leurs costumes et leurs usages funéraires aient été apparentés à ceux d’autres Germains orientaux. Leur mobilier aurait donc été essentiellement constitué de parures féminines de tradition danubienne. Les tombes masculines, sans doute à mobilier restreint, seraient difficiles à déceler. Le problème de l’identification archéologique des Burgondes est d’autant plus complexe qu’ils avaient certainement assimilé d’autres groupes ethniques et emprunté de nombreux éléments, tant aux peuples barbares qu’aux Gallo-Romains.

2Dans la partie aujourd’hui suisse de l’ancienne Sapaudia, territoire où les Burgondes furent cantonnés dès 443, la présence de fibules ansées de la deuxième moitié du Ve siècle, ayant des parallèles dans le monde germanique entre le haut Rhin et le Danube moyen, a été mise en rapport avec l’établissement des Burgondes. De la même zone voisine du lac Léman, proviennent un miroir « oriental » du type Cmi-Brigetio et quelques crânes déformés (Martin 1980, 1986 et 1990 : 193,194). Dans la partie française de la Sapaudia, le mobilier germanique d’époque burgonde paraît limité à celui de la sépulture isolée d’Izenave et à quelques parures de la nécropole de Saint-Martin-du-Fresne (Chanel 1912 ; Soleilhac 1954 et 1956). Ces deux sites de l’Ain sont géographiquement proches.

3La tombe d’Izenave (Chanel 1912, pl. 39, notre fig. 1) datée par plusieurs monnaies de Majorien a fourni des boucles d’oreilles polyédriques cloisonnées (fig. 1.1). Au Ve siècle, celles-ci sont encore rares, voire presque absentes en Gaule, mais déjà assez répandues chez les Germains orientaux, dans la région du Danube moyen (Bierbrauer 1975 : 246-247). A la même époque, elles se rencontrent sporadiquement en Europe orientale, jusqu’au Caucase (voir en dernier lieu Heinrich 1990 : 92-94). La plaque-boucle de ceinture à plaque rectangulaire et boucle ovale mise au jour à Izenave (fig. 1.2) n’a sans doute pas de parallèles en Gaule. Ses proportions sont comparables à celles d’une plaque d’Eschborn (Hesse) (Ament 1984 : fig. sur la p. 3). De la tombe d’Izenave provient également une fibule du type Gross-Umstadt (fig. 1.1), type du deuxième tiers du Ve siècle, répandu entre l’Elbe supérieure et moyenne et le Rhin (Böhme 1989 : 400-402).

4La nécropole de Saint-Martin-du-Fresne (fig. 2.1-14) a livré trois fibules germaniques d’origine « orientale ». La première à trois digitations (fig. 2.1) appartient au type de Niederflorstadt récemment étudié par Horst Wolfgang Böhme. Ce type du deuxième tiers du Ve siècle est répandu de l’Elbe à la Gaule du Nord (Böhme 1989 : 404-405, fig. 2.9,10, fig. 3.8 et fig. 5. ; voir également Tejral 1988 : fig. 34.1 et Karolyi 1968 : pl. 27.5). Une seconde fibule ansée de Saint-Martin-du-Fresne a trois digitations, un décor en losanges sur le pied et en palmette sur la tête (fig. 2. 14). Ses caractéristiques se retrouvent sur un grand groupe de bijoux de la deuxième moitié du Ve siècle et du VIe siècle, attestés surtout dans la région du Danube moyen (Werner 1961 : 31, 32, pl. 31-33), puis dans la région pontique où ce modèle se répand sous l’influence danubienne (Ajbabin 1990 : 20). Les plus anciens exemplaires datés du milieu ou du troisième quart du Ve siècle ont été mis au jour dans une des tombes germaniques de Bakodpuszta en Hongrie (Kiss 1983 : fîg.7.1, 2). Parmi les fibules les plus proches de la nôtre, citons des parures d’une tombe de Taga en Transylvanie (fig. 2.16) (Chirila, Chifor 1977 : pl. 1.1) et de Kertch (fig. 2.15) (Kalitinskij 1928 : pl. 34.27). La troisième fibule ansée de Saint-Martin-du-Fresne (fig. 2.2), elle aussi d’origine « orientale », est sans aucun doute dérivée du type Bratei, modèle diffusé au Ve siècle, dans la région du Danube moyen et en Crimée (Bierbrauer 1989 ; Tejral 1988 : p. 274, 278 ; Kiss 1981 : 197 ; Ajbabin 1990 : fig. 10.2, 4, 8, 10).

5Ainsi, le matériel découvert dans la partie française de l’ancienne Sapaudia est restreint, mais comparable avec celui provenant de Suisse. Des témoignages analogues existent-ils dans le couloir rhodanien, hors du premier territoire burgonde ? L’extension territoriale des Burgondes qui dès 461 atteignirent Lyon, puis vers 480 Dijon, fut-elle accompagnée d’une colonisation décelable ? Pour répondre à ces questions, examinons le mobilier archéologique de la deuxième moitié du Ve siècle et du premier tiers du VIe siècle provenant du territoire du royaume burgonde en dehors de la Sapaudia.

6Une série importante d’objets étrangers a été mise au jour à Brochon (fig. 3B, fig. 4 et fig. 5.1, 2) . La plupart de ces objets, acquis par H. Baudot (Baudot 1860) se trouvent actuellement au Musée Archéologique de Dijon (Aronovici-Martin 1976) où nous avons pu les étudier grâce à l’amabilité de Madame Jannet et de Mademoiselle Touzel. Le site de Brochon a parfois été présenté comme un établissement burgonde (Martin 1980). L’étude des parures, d’origines en fait très diverses, témoigne plutôt d’une parenté de cette nécropole avec plusieurs sites du pays de Bade et particulièrement du coude du Rhin. Cette observation a été à l’origine d’une autre hypothèse faisant de Brochon, un établissement créé par des Alamans, réfugiés après la victoire de Clovis. Les objets de Brochon sont tous attribuables à la fin du Ve siècle et au début du VIe siècle, sauf une fibule en S plus tardive (Baudot 1860 : pl. 26.20, notre fig. 3B.20). La plupart d’entre eux ont des parallèles dans une vaste région de l’Allemagne du Sud à la Bohême.

7Parmi les dix fibules ansées, une paire de fibules digitées, de 7,5 cm de long, en argent doré à pied droit possède des digitations à décor caractéristique, en forme de lanterne ponctuée (Baudot 1860 : pl. 26.10, notre fig. 3B.10 et fig. 4.2, 3) . Ces digitations en lanterne ponctuée sont peu nombreuses. Des fibules très proches et de mêmes dimensions que celles de Brochon se rencontrent dans une tombe de Hugstetten (Garscha 1970 : pl. 83.8). Ces fibules de petite taille à digitation « en lanterne » sont sans doute de la fin du Ve siècle comme celles découvertes dans la tombe 94 de Bâle-Kleinhüningen (Marti 1990 : fig. 21.3, 5). Une autre fibule à digitations en lanterne ponctuée provient de Vidy, prés de Lausanne (Kühn 1965 : pl. 11.33) ; elle possède un parallèle très proche, bien qu’à digitations non ponctuées, au Runde Berg en Allemagne du Sud (Marti 1990 : fig. 22.1), site détruit peu après 500.

8Plusieurs objets de Brochon sont originaires de l’aire germanique orientale. Une paire de fibules ansées à cinq digitations et décor végétal (Baudot 1860, pl. 26.13 ; notre fig. 3B.13 et fig. 4.5) appartient ainsi à un groupe danubien et ostrogothique représenté dans deux zones géographiques : la plaine hongroise, occupée alors par les Gépides (trois découvertes : localisation hongroise imprécise, Tiszaroff et Csongrad-Kettöshalom, voir Menke 1986 : fig. 15.2 ; Germanen 1987 : V.28.c) et une région incluant la Suisse occidentale et la Franche-Comté (trois découvertes : Bâle-Gotterbarmweg, Bâle-Kleinhüningen et Chaussin, voir Vogt 1930 : pl. 10. XXII.3, 4 ; Menke 1986 : fïg. 15.6 ; Mérovingiens 1985 : fig. sur la p. 20). Pour la datation de ce groupe, il est important d’examiner le mobilier de la tombe 36 de Hemmingen qui contient un bijou similaire, associé avec une fibule thuringienne de la première moitié du VIe siècle (Müllier 1976 : pl. 9c). Des incrustations de grenats triangulaires semblables à celle de la fibule de Brochon sont également attestées chez les Gépides (par ex. Germanen 1987 : V. 48 et Csallany 1961 : pl. 75.4 et pl. 104.8).

Fig. 1 - 1-10 : Izenave (d’après Chanel 1912).

Fig. 2 - 1-14 : Saint-Martin-du-Fresne (d’après Solheilhac 1954 et 1966) ;
15 : Kertch (Crimée) (d’après Kalitinskij 1928) ;
16 : Taga (Transylvanie) (d’après Chirila, Chifor 1977) ;
17 : Poisy (d’après Colardelle 1983).
15 : sans échelle.

Fig. 3 - A : Saint-Euphrône (d’après Bruzard 1876) ;
B : Brochon (d’après Baudot 1860).

Fig. 4 - 1-11 : Brochon (Musée Archéologique de Dijon).

9La petite fibule ansée à deux têtes d’oiseaux (Baudot 1860 : pl. 26.11, notre fig. 3B.11) appartient aussi à la tradition germanique orientale. Les fibules digitées de différentes tailles à décor de losanges sur le pied, sont surtout concentrées dans la région du Danube moyen, en Italie et en Crimée (par exemple Kiss 1982 : 168 ; Menke 1986 : 257-258 ; Germanen 1987 : IX.30 ; Csallany 1961 : pl. 11.10, pl. 27.9, pl. 79.17 ; Bierbrauer 1975 : pl. 39.8, pl. 77.1 ; Ajbabin 1990 : fïg. 14.3, 8, 10-12, flg. 15.4). Leur diffusion en Europe est cependant beaucoup plus large. Leur datation serait selon H. Kühn et A. Kiss comprise entre 500-550 (Kühn 1974 : 727-742 ; Kiss 1982 : 168), quoiqu’A. Kiss admette que ces fibules puissent déjà exister dans la deuxième moitié du Ve siècle, notamment sur la nécropole de Bâle-Gotterbarmweg. En Bourgogne, une autre fibule à deux têtes d’oiseaux avait été mise au jour à Dijon, rue Condorcet, dans une nécropole voisine de l’église Saint-Bénigne (fïg. 5.4, 5). Elle ne nous est malheureusement connue que par une coupure de journal, sans doute de 1942 (Eugène Fyot, « Nouvelle découverte de sarcophages à Dijon », Archives du Musée des Antiquités Nationales, carton Bourgogne, doc. n° 22795). Cette fibule avait un décor végétal sur le pied et sur la tête et deux digitations en forme de têtes d’oiseaux (fïg. 5.5). Elle n’a pas de parallèles directs.

10Il existe pourtant deux autres séries de fibules à décor losangé et végétal associé avec des têtes d’oiseaux. La première, gépide, est du troisième quart du Ve siècle (Slimnic, Subotica) (Glodariu 1974 : fïg. 2.4, 5 ; Germanen 1987 : V.12.b ; Harhoiu 1990 : 186). La seconde, représentée par de grandes et moyennes fibules de la Crimée et de Taman, présente des têtes d’oiseaux alternant avec les digitations de la tête (Kühn 1974 : vol. 1, pl. 15.1, 2 ; Germanen 1987 : I.14.d ; Ajbabin 1990 : flg. 15.1). En Bourgogne, il pourrait s’agir également d’une série locale, pour ainsi dire « burgonde », apparue sous influence danubienne ou peut-être ostrogothique car des fibules de décor différent mais à deux têtes d’oiseaux disposées de la même façon sont connues à Tortona et à Gyula (Bierbrauer 1975 : pl. 44.6 ; Csallany 1961 : pl. 205.1, 2).

11Une fibule du type d’Udine-Planis (Bierbrauer 1975 : 89-91, pl. 42.1, 2, pl. 46.1, pl. 53.1, pl. 74.2), conservée au Musée de Dijon (fïg. 4.1) provient également de Brochon, d’après les archives d’Henri Baudot, pl. 37, conservées à la Bibliothèque Municipale de Dijon. Cette fibule de modèle germanique oriental est peut-être originaire d’Italie ostrogothique. Pour sa datation, rappelons le mobilier d’une tombe de Lörrach dans le pays de Bade, associant une fibule de ce type, à une épingle à décor aviforme (Bierbrauer 1975 : pl. 73.7 ; Garscha 1970 : pl. 16) et à une bague analogue à celle d’une sépulture de Bakodpuszta datée du troisième quart du Ve siècle (Kiss 1983 : flg. 5.2). Cependant la fibule de Brochon possède dans son décor un motif de tresse qui serait plus tardif d’après V. Bierbrauer et qui caractériserait des fibules ostrogothiques du deuxième tiers du VIe siècle (Bierbrauer 1975 : 113). La fibule de Brochon occuperait une place intermédiaire entre les groupes I et II de Bierbrauer, datant sans doute ainsi du premier tiers du VIe siècle.

12Parmi le mobilier de Brochon figurent cinq paires de fibules aviformes. Deux d’entre elles (Baudot 1860 : pl. 26.1, 2, notre fig. 3B.1, 2) appartiennent au type dit de Brochon, depuis l’étude de J. Werner, une autre (Baudot 1860 : pl. 26.4, notre fig. 3B.4) au type dit d’Aubing (Werner 1961 : 60), les deux dernières à décor biseauté et niellé présentent un corps ovale sans patte, ni aile. Toutes ces fibules aviformes sont typiques de la mode germanique du dernier tiers du Ve siècle environ.

13Les fibules zoomorphes (Baudot 1860 : pl. 26.6- 9, notre fig. 3B.6-9) ont été récemment étudiées par R. Marti (Marti 1990 : 55,56) ; elles seraient de tradition romaine et d’origine locale.

14Bien que l’épingle de Brochon (Baudot 1860 : pl.26.19 ; notre fig. 3B.19) ne possède pas de parallèle exact, elle appartient au type d’Irlmauth étudié par U. Koch (Koch 1968 : 247). Ces épingles à décor aviforme ont été produites à la même époque et dans la même aire géographique que les fibules précédemment étudiées. Ainsi dans la tombe de Lörrach déjà citée a été mise au jour une épingle de ce modèle (Garscha 1970 : pl.16.3) avec la bague identique à celles de Bakodpuszta (voir supra.) datée du troisième quart du Ve siècle. Une autre épingle comparable provient d’une tombe de Lauriacum-Ziegelfeld en Autriche (Kloiber 1957 : pi. 51.1). Elle était accompagnée d’une boucle circulaire à long ardillon recourbé vers l’extrémité (Kloiber 1957 : pl. 51.10, 11), type de boucle apparu en Occident à l’époque hunnique et n’y dépassant pas le milieu ou le troisième quart du Ve siècle (Kazanski 1990 : 60). L’épingle et la boucle de Lauriacum étaient accompagnées de deux fibules du troisième quart du Ve siècle (Kloiber 1957 : pl. 51.3 ; à propos de leur datation voir Kiss 1982 : 168 ; Harhoiu 1990 : 186). Parmi les autres épingles comparables, citons encore celle de la tombe 3 de Bâle-Gotterbarmweg, mise au jour avec une fibule à trois doigts dérivée du type Sokolnice datée de vers 500 (Vogt 1930 : pl. 7. III.2 ; voir une fibule du même type dans Marti 1990 : fig. 21.11).

Fig. 5-1,2 : Brochon (1 : Musée Archéologique de Dijon : dessin et dessin d’après radiographie ; 2 : d’après Baudot 1860) ;
3 : Vaux-Donjon (Archives du Musée des Antiquités Nationales) ; 4, 5 : Dijon, rue Condorcet (Archives du Musée des Antiquités Nationales) ; 6, 7 : Beire-le-Châtel (Musée Archéologique de Dijon).

15Le site de Brochon a livré plusieurs paires de ferrets de forme rectangulaire (Baudot 1860 : pl. 26.23, notre fig. 3B.23 et fig. 4.8,9). Une de ces paires a été trouvée avec des plaques-boucles de garniture de chaussure ou de jarretière (Baudot 1860 : pl. 26.22, notre fig 3B.22 et fig. 4.6,7). Ces garnitures, très fréquentes dans les tombes féminines après le milieu du VIe siècle, sont parfois déjà attestées dans les sépultures du Ve et du début du VIe siècle comme dans la tombe de Smolin ou à Malhberg (Tejral 1973 : 83, fig. 5.7 Christlein 1978 : pl. 46). Les extrémités de lanière rectangulaires sont comme les parures précédentes concentrées entre le coude du Rhin et la Bohême pendant la deuxième moitié du Ve siècle (Klausener 1982 : fig. 74 et 75.2, 3 ; Werner 1962 : 87, note 1, pl. 43.2, 3 ; Svoboda 1965 : pl. 28.2, 4 , pl. 33.3, 3 ; Moosbrugger-Leu 1971 : pl. 55.1 ; Koch 1968 : pl. 81.12 ; Christlein 1979 : 10, pl. 1.14 ; Veeck 1931 : pl. 59A.1, cité par Werner 1962). Des ferrets comparables sont connus à Mengen, tombe 12 (terminus post quem 518, Garscha 1970 : pl. 17.8). Seule cette dernière tombe appartient incontestablement au début du VIe siècle.

16Le site de Brochon a également livré deux ferrets en argent doré et niellé, de forme pointue (Baudot 1860 : pl. 26.24, notre fig. 3B.24 et fig. 4.10, 11), commune à de nombreux ferrets du Ve siècle. Leur décor de tresse se retrouverait sur d’autres ferrets des environs de 500 ou du début du VIe siècle comme dans la tombe 27 de Nyon-Clémenty à fibules zoomorphes (Weidemann 1980 : fig. 1.2) ou dans une tombe de la basilique de Saint-Denis (Fleury, France-Lanord 1984 : 65, fig. 20).

17Parmi les objets de Brochon dont les prototypes se trouvent en Europe de l’Est, citons enfin une boucle d’oreille en forme de croissant (Baudot 1860 : pl. 26.26, notre fig. 3B.26) (voir Pilet et alii, 1993) et deux paires de boucles d’oreille polyédriques décorées de grenats, dont les prototypes viennent du Danube ou de l’Italie ostrogothique (voir infra).

18La présence d’objets d’origine wisigothique à Brochon est plus incertaine. Ce site livra deux fibules en arbalète en fer. La première, non reproduite par H. Baudot mais inventoriée au Musée Archéologique de Dijon (n° 11967) comme venant de Brochon, présente d’après la radiographie de légères cannelures sur l’anse et sur le pied (fig. 5.1). Elle appartient au groupe Miltenberg de la deuxième moitié du Ve siècle, répandu en Allemagne du Sud-Ouest (notamment au Runde Berg, à Weingarten et à Miltenberg) (Schulze-Dörrlamm 1986 : 609-612). Des fibules proches existent au Ve siècle dans la région du Haut-Danube, à Straubing, tombe 233 et à Wien-Leopoldau (Koch 1984 : 29). La seconde fibule (fig. 5.2) a été identifiée par M. Schulze-Dörrlamm comme étant du type Slizany originaire de l’Europe centrale (Schulze-Dörrlamm 1986 : 623). Mais les fibules du type Slizany ont d’ordinaire un pied pointu et sensiblement plus court, tandis que la nôtre pourrait rappeler plutôt le type Rouillé, représenté en Portugal et en Gaule méridionale (Schulze-Dörrlamm 1986 : 652-655). Quant à sa datation, remarquons que les fibules des tombes 10 et 294 du site de Duraton (Schulze-Dörrlamm 1986 : fig. 64 et 69) datables de vers 500, ont des proportions très proches de celles du type Rouillé auxquelles ces fibules pourraient d’ailleurs appartenir. Il est à vrai dire très difficile de classer d’après un dessin du XIXe siècle une fibule de fer sans doute oxydée.

19La nécropole de Brochon a également livré une fibule d’origine thuringienne (Baudot 1860, pl. 26.12, notre fig. 3B.12), qui appartient au type de Weimar-Sainte-Restitue, répandu en Thuringe, en Allemagne du Sud-Ouest, en Rhénanie et en Gaule du Nord et daté du milieu et de la seconde moitié du Ve siècle par H.W. Böhme (Böhme 1988 : 57).

20Parmi les éléments étrangers, il faut aussi compter sans doute les objets d’origine méditerranéenne, découverts sur la nécropole de Brochon, tels que les deux plaques-boucles cloisonnées, dont une avec une plaque réniforme, presque semi-circulaire (Baudot 1860 : pl. 26.21, notre fig. 3B.21 et fig. 4.4). Une série de plaques-boucles très proches du Ve ou de la première moitié du VIe siècle à plaque ovale ou réniforme dont le centre est occupé par un cabochon en forme de goutte, existe dans la zone méditerranéenne. Elles ont été mises au jour dans la région pontique (Arrhenius 1985 : fig. 88), dans la tombe 177 de la nécropole de Duraton en Espagne (Werner 1966 : fig. 2.6), à Chambard-Ouveillan en Septimanie sur une nécropole de l’époque wisigothique (Bouisset 1975 : fig. sur la p. 61), à Szentes-Berekhat dans la plaine hongroise (Csallany 1961, pl. 84.3). Une plaque-boucle comparable provenant de la Méditerranée orientale est aussi en possession du Römisch-Germanisches Zentralmuseum de Mayence (Schulze-Dörrlamm 1987 : fig. 63). Ce type de plaque-boucle est beaucoup plus rare en Gaule du Nord, région pour laquelle on ne peut guère citer que celles du sarcophage 50 de la basilique de Saint-Denis près de Paris datable de la première moitié du VIe siècle (Fleury, France-Lanord 1984 : fig. 15) et d’une tombe d’enfant de Chartres (Saint-Martin au Val) appartenant au dernier tiers du Ve ou au début du VIe siècle (Gardais, Stéfani 1992 : 73). L’exemplaire pontique est sans doute le plus ancien car il garde encore les proportions habituelles des plaques-boucles de la première moitié du Ve siècle.

Fig. 6-1,2 : Alésia (Musée des Antiquités Nationales) ;
3, 4 : Charnay (d’après Baudot 1860). 3, 4 : sans échelle.

21D’une autre plaque-boucle de Brochon ne s’est conservée qu’une plaque rectangulaire cloisonnée (Baudot 1860 : pl. 26.25, notre fig. 3B.25). Deux garnitures de même type proviennent de Palmyre (Mackay 1949 : pl. 62.3). Elles sont caractéristiques de la deuxième moitié du Ve ou de la première moitié du VIe siècle. Le décor de la plaque de Brochon rappelle aussi celui d’une plaque de Solin en Dalmatie (Buskariol 1985 : fig. 1c) et une plaque-boucle analogue découverte en Asie Mineure (Schulze 1985 : 731, fig. 42). D’autres objets d’origine ou de tradition méditerranéenne sont connus en Burgondie depuis longtemps, comme par exemple les casques du type Baldenheim (Colardelle 1983 : 224-228, fig. 95.96 ; Bailly 1990 : 141-144, voir à ce sujet en dernier lieu Bavant 1990).

22Etudions à présent les objets d’origine étrangère provenant d’autres sites, et notamment de la nécropole de Charnay. Une fibule digitée du type de Krefeld de la première moitié du VIe siècle (fig. 6.4) provient de cette nécropole (Musée des Antiquités Nationales N° 34725, Baudot 1860 : pl. 14.4 ; Kuhn 1965 : 78-87). Son origine est à chercher dans la zone comprise entre le Rhin et le Danube moyen.

23Comme à Brochon, les objets d’origine germanique orientale sont également présents, telle cette fibule à trois doigts et décor végétal (Musée des Antiquités Nationales N° 34726, Baudot 1860 : pl. 14.5, notre fig. 6.3) qui dérive du type danubien de Szekszard-Sokolnice daté du troisième quart du Ve siècle (Tejral 1988 : 283 ; Menke 1986 : 247). La fibule de la tombe 24 de Hemmingen appartient à ce même groupe (Menke 1986 : fig. 6.2).

24La nécropole de Saint-Euphrône (Côte d’Or) (fig. 3A) (Bruzard 1876) a fourni quant à elle une fibule du type de Bittenbrunn (fig. 3A.1) (Bierbrauer 1975 : 95,96, pl. 70.4) de tradition ostrogothique ou danubienne. Ce type est représenté par des découvertes faites en Autriche, en Hongrie, en Pologne et en France. Ces bijoux, décorés de volutes (groupe Bierbrauer I) sont attribués à la fin du Ve et au premier tiers du VIe siècle (Bierbrauer 1975 : 113). Une dernière découverte d’origine danubienne ou ostrogothique proviendrait du département de la Drôme (Bierbrauer 1975 : pl. 60.4, 5).

25Parmi les objets germaniques de Burgondie, il convient de mentionner aussi des fibules ansées d’Alésia et de Poisy. La paire de fibules d’Alésia (Musée des Antiquités Nationales, N° 52728, Kühn 1974 : 651, n° 16, notre fig. 6.1, 2) dont le meilleur parallèle provient du Runde Berg, est à rapprocher d’un groupe de fibules alémaniques des environs de 500 (Kühn 1974 : 648-650 ; Marti 1990 : 36). La fibule de Poisy en Haute-Savoie (fig. 2.17) (Colardelle 1983 : 329, 330) appartient au type de Krefeld, datable de la première moitié du VIe siècle (voir supra).

26En dehors de leur présence éventuelle à Brochon, des objets wisigothiques ont été mis au jour dans les cimetières de Vaux-Donjon, commune d’Asquins (Yonne) et de Beaune. De ces deux sites proviennent deux grandes plaques-boucles rectangulaires à décor cloisonné, caractéristiques de l’Espagne et de la Septimanie wisigothiques de la fin du Ve ou de la première moitié du VIe siècle (voir en dernier lieu Ripoll 1988). Le décor de la plaque de Vaux-Donjon est connu seulement par un croquis de l’abbé Poulaine exécuté d’après une photographie (fig. 5.3) (Archives du Musée des Antiquités Nationales, carton 9, dossier 16877). La plaque de Vaux-Donjon n’a pas de parallèles exacts, celle de Beaune, en bronze doré, a été à juste titre identifiée par H. Gaillard de Sémainville comme appartenant au type Ripoll B, daté de la fin du Ve ou du début du VIe siècle (Ripoll 1988 ; Gaillard de Sémainville 1990 : n° 332).

27A Beire-le-Châtel a été découverte une paire de fibules en tôle d’argent (fig. 5. 6, 7) appartenant sans doute au mobilier d’une tombe féminine passée inaperçue. Ces bijoux dérivent du type danubien dit de Smolin datable du deuxième tiers du Ve siècle (Tejral 1988 : 223- 286). Les fibules issues du type de Smolin apparaissent en Gaule très tôt, peut-être dès le deuxième tiers du Ve siècle, comme en témoigne la célèbre découverte de Hochfelden (Pilet 1990). Des fibules similaires sont connues en Espagne wisigothique à la fin du Ve siècle et au premier quart du VIe siècle (Ripoll 1988), et en Russie méridionale à partir du milieu du Ve siècle et jusque dans la première moitié du VIe siècle (Ambroz 1982). Il est difficile de dire si les fibules de Beire-le-Châtel ont été importées de l’Espagne wisigothique ou fabriquées sur place d’après des prototypes danubiens, présents en Bourgogne, notamment dans la vallée de la Saône (Gaillard de Sémainville, Vallet 1979 : fig. 1.1). Les fibules de Beire-le-Châtel font partie d’un costume germanique oriental, peu répandu en Gaule (Kazanski 1990 ; Vallet 1993).

28Ainsi, le matériel étranger découvert sur le territoire burgonde à l’extérieur de la Sapaudia montre les mêmes influences et les mêmes contacts extérieurs que celui découvert en Sapaudia. La seule différence notable pourrait consister en la présence de quelques éléments wisigothiques. La civilisation matérielle de la Burgondie vers 500 apparaît comme le résultat d’une synthèse d’éléments romains et germaniques. En Sapaudia comme dans le couloir rhodanien, il est pratiquement impossible de définir des caractéristiques spécifiques des Burgondes. Il est cependant prématuré de se prononcer définitivement sur cette question compte tenu de la quantité nettement insuffisante du matériel archéologique disponible.

29Les sources écrites témoignent d’ailleurs de nombreux contacts entre les Burgondes et les autres peuples contemporains. Ainsi l’existence de liens militaires et politiques, et même d’une certaine rivalité entre les Burgondes et les Alamans sont notoires. Les Burgondes entretenaient aussi des relations avec la région du Danube moyen car une partie d’entre eux était sûrement restée à l’Est du Rhin. En 455, ces Burgondes d’outre-Rhin en alliance avec les Gépides danubiens attaquèrent la Gaule (Demougeot 1979 : 650).

30Les contacts des Burgondes avec les Wisigoths sont également connus. Rappelons la parenté de la dynastie burgonde avec la maison royale wisigothique au Ve siècle et la participation burgonde à l’expédition wisigothique en Espagne en 455-457. En 501, le roi wisigothique Alaric II envoya ses troupes à Avignon pour aider Gondebaud contre Clovis. Enfin, en 507- 510, les Burgondes aidèrent les Francs dans leur guerre contre les Wisigoths (Demougeot 1979 : 651, 652, 663, 668).

31Evoquons enfin les relations de la Burgondie avec l’Italie ostrogothique. En 491, les Burgondes envahirent la vallée du Pô et 6000 paysans italiens furent emmenés en Burgondie. Ils ne furent rendus au roi ostrogothique qu’en 494 à l’occasion du mariage du prince burgonde Sigismond avec une fille de Théodoric le Grand. Rappelons aussi que les Ostrogoths ont possédé la Provence pendant plusieurs décennies de la première moitié du VIe siècle (Demougeot 1979 : 661).

32Tous ces échanges ont provoqué sans aucun doute des déplacements considérables, tant d’individus, que de petits groupes de population. Ces mouvements de personnes pourraient être à l’origine de la diffusion des objets étrangers en Burgondie. Il s’agit surtout de bijoux féminins. Or, comme l’a démontré J. Werner, la diffusion de ces parures féminines non aristocratiques n’est pas le résultat d’un commerce, car elles appartenaient au costume ethnographique d’un peuple et étaient donc rarement adoptées par d’autres Barbares (Werner 1970 ; cf. Näsman 1984 : 132).

33Un apport étranger considérable dans la civilisation matérielle de la Burgondie ne nous paraît pas une chose exceptionnelle. Rappelons qu’en Gaule du Nord, cette époque est également marquée par l’afflux d’éléments culturels extérieurs. Cet apport se manifeste souvent soit au plus haut niveau social, parmi l’aristocratie, soit sur des sites où une partie de la population semble avoir été fortement militarisée. En Burgondie, comme en Gaule mérovingienne, nous sommes en présence d’un même phénomène : la formation d’un royaume romano-barbare caractérisé par l’affluence de personnes d’origine étrangère s’insérant dans la population locale, par le biais notamment des structures militaires. Certains peuples barbares se transforment, à l’époque des Grandes Migrations, en véritables armées errantes réunies autour d’une dynastie royale ou de quelques familles aristocratiques. La guerre devient leur « métier national » (voir par exemple Ellegard 1986 et 1987 ; Rouche 1986 ; Wolfram 1990). Ce processus est à l’origine des « nations-états » du Haut Moyen Age, dont les armées étaient au départ composées d’éléments ethniques divers. Ainsi, le cas burgonde ne nous paraît pas exceptionnel dans le contexte culturel, ethnique et politique de l’époque des Grandes Migrations.

Bibliographie

Bibliographie

AJBABIN, 1990 = AJBABIN A. I, Hronologija moigil’nikov Kryma pozdnerimskogo i rannesrednevekovogo vremeni. Matrialy po
Arheologii, Istorii i Etnografii Tavrii, 1, 1990, Simferopol : p. 4-86.

AMBROZ, 1982 = AMBROZ A.K.O dvuplastincatyh fibulah s nakladkami. In : Drevnosti epohi velikogo pereselenija narodov V-VIII vekov. Moscou : Nauka, 1982, p. 107-121.

AMENT, 1984 = AMENT H. Eschborn, Main-Taunus-Kreis. Grabfunde des 5. Jahrhunderts. Ein alamannisches Gräberfeld an der Wende von Altertum zum Mittelalter. In : Archäologische Denkmäler in Hessen 41, Hessen : Landesamt für Denkmalpflege Hessen, 1984.

ARONOVICI-MARTIN, 1976 = ARONOVICI-MARTIN C. Les Mérovingiens au Musée de Dijon. Dijon : Musée Archéologique, 1976.

ARRHENIUS, 1985 = ARRHENIUS B. Merovingian Garnet Jewellery. Stockholm : Kingl. Vitterhets Historie och Antikvitets Akademien, 1985.

BAILLY, 1990 = BAILLY A. Les armes des VIe et VIIe siècles, Du silex à la poudre... 4000 ans d’armement en Val de Saône, Montagnac : édition Monique Mergoil, 1990, p. 119-144.

BAUDOT, 1860 = BAUDOT H. Mémoire sur les sépultures des Barbares de l’époque mérovingienne découvertes en Bourgogne et particulièrement à Charnay. Mémoires de la Commission des Antiquités du département de la Côte-d’Or, 5, 1860, Dijon : 100 p.

BAVANT, 1990 = BAVANT B. Les petits objets. Note annexe sur les fragments de casques n° 257 à 260. In : BAVANT B., KONDIC V., SPIESER J.-M. : Caricin Grad II. Belgrade-Rome : Institut Archéologique de Belgrade et Ecole Française de Rome, 1990, p. 247-257.

BIERBRAUER, 1975 = BIERBRAUER V. Ostgotische Grab- und Schatzfunde in Italien. Spolète : Centro Italiano di Studi sull’Alto Medioevo, 1975.

BIERBRAUER, 1989 = BIERBRAUER V. Bronzene Bügelfibeln des 5. Jahrhunderts aus Südosteuropa. Jahresschrift mitteld. Vorgesch., 72, 1989. Halle : p. 141-180.

BÖHME, 1988 = BÖHME H.W. Les Thuringiens dans le Nord du royaume franc. Revue Archéologique de Picardie, 3-4, 1988, Amiens : p. 57-69.

BÖHME, 1989 = BÖHME H.W. Eine Elbgermanische Bügelfibel des 5. Jahrhunderts aus Limetz-Villez (Yvelines, Frankreich). Archäologisches Korrespondenzblatt, 19, Mayence : p. 397-407.

BOUISSET, 1975 = BOUISSET P. Le site archéologique de Chambard. Bulletin de la Commission Archéologique de Narbonne, 35, 1975, Narbonne : p. 21-36.

BOULANGER, 1909 = BOULANGER C. Le cimetière franco-mérovingien et carolingien de Marchélepot (Somme), Paris : Imprimerie Nationale, 1909.

BRUZARD, 1876 = BRUZARD A. Emplacement d’un château mérovingien et sépultures à Saint-Euphrône. Bulletin de la Société des Sciences Historiques et Naturelles de Semur (Côte-d’Or), 13, 1876, Semur : p. 49-56.

BUSKARIOL, 1985 = BUSKARIOL F. Nakit ukrasen tehnikom cloisonné iz Arheoloskog muzeja u Splitu. Vjesnik za arheologiju i historiju dalmatinsku, 78,1985, Split : p. 8394.

CSALLANY, 1961 = CSALLANY D. Archäologische Denkmäler der Gepiden im Mitteldonaubecken. 454-568 u. Z. Budapest : Akadémiai Kiado, 1961.

CHANEL, 1912 = CHANEL E. Sépulture double de l’époque franque à Izenave (Ain). Bulletin Archéologique, 1912, Paris : p. 265- 274.

CHIRILA, CHIFOR, 1977 = CHIRILA E., CHIFOR I. Un mormint din secolul V de la Taga (jud. Cluj). Acta Musei Porolissensis, 1977, Zalau : p. 181-184.

CHRISTLEIN, 1979 = CHRISTLEIN R. Die Alamannen. Archäologie eines lebendigen Völkes. Stuttgart-Aaalen : Konrad Theiss Verlag, 1978.

CHRISTLEIN, 1979 = CHRISTLEIN R. Der Runde Berg bei Urach III. Kleinfunde der frühgeschichtlichen Perioden aus den Plangrabungen 1967-1972. Heidelberg : Cari Winter - Universitâts Verlag, 1979.

COLARDELLE, 1983 = COLARDELLE M. Sépulture et traditions funéraires du Ve au XIIIe siècle ap. J.-C. dans les campagnes des Alpes françaises du Nord. Grenoble : Société Alpine de Documentation et de Recherche en Archéologie historique, 1983.

DEMOUGEOT, 1979 = DEMOUGEOT E. La formation de l’Europe et les invasions barbares. 2. De l’avènement de Dioclétien au début du VIe siècle, vol. 2. 2, Paris : Aubier, 1979.

ELLEGARD, 1986 = ELLEGARD A. The ancient Goths and the concepts of tribe and migration. In : Veteskap och Omvärderung. Till Curt Weibull på hundraåsdagen. Göteborg : Universitetet Göteborgs, p. 32-62.

ELLEGARD, 1987 = ELLEGARD A. Who were the Eruli ? Scandia, 53, 1987, Lund : p. 5-34.

FLEURY, FRANCE-LANORD, 1984 = FLEURY M., FRANCE-LANORD A. Les sépultures mérovingiennes de la basilique de Saint-Denis. Cahiers de la Rotonde, 7, 1984, Paris : p. 37-69.

GAILLARD de SEMAINVILLE, 1990 = GAILLARD de SEMAINVILLE H. Plaque-boucle de Beaune-Saint-Etienne. In : Il était une fois la Côte-d’Or... Vingt ans de recherches archéologiques. Paris-Dijon, Musée Archéologique de Dijon - Errance, 1990, p. 181,182.

GAILLARD de SEMAINVILLE, VALLET, 1979 = GAILLARD de SEMAINVILLE H., VALLET F. Fibules et plaques-boucles mérovingiennes de la collection Febvre conservées au Musée des Antiquités Nationales, Antiquités Nationales, 11, 1979, Saint-Germain-en-Laye : p. 55-77.

GARDAIS, STEFANI, 1992 = GARDAIS C., STEFANI C. Le mobilier de la nécropole mérovingienne de Saint-Martin au Val. In : 15 années de recherches archéologiques en Eure-et-Loir. Chartres : 1992, p. 73-76.

GARSCHA, 1970 = GARSCHA F. Die Alamannen in Südbaden. Katalog der Grabfunde. Berlin, De Gruyter, 1970.

GERMANEN, 1987 = GERMANEN. Germanen, Hunnen und Awaren. Schatze der Völkerwanderungszeit. Nuremberg, Germanisches Nationalmuseum, 1987.

GLODARIU, 1974 = GLODARIU I. Ein Grab aus dem 5. Jahr. in Slimnic (Rumänien), Germania, 52/2, 1974, Francfort-sur-le-Main : p. 483-489.

HAITH, 1982 = HAITH C. Recherche en cours sur les collections mérovingiennes du British Museum et la tombe « perdue » d’Artres, Bulletin de l’Association Française d’Archéologie Mérovingienne, 6, 1982, Paris, p. 31-38.

HAMPEL, 1905 = HAMPEL J. Alterthümer des frühen Mittelalters in Hungarn. Brunswick, Friedrich Vieweg und Sohn, 1905, vol. III.

HARHOIU, 1990 = HARHOIU R. Chronologische Fragen der Völkerwanderungszeit in Rumänien. Dacia, 34, 1990, Bucarest : p. 169-208.

HEINRICH, 1990 = HEINRICH. Ein völkerwanderungszeitlich.es Gräberfeld bei Mitterhof G.B. Laa an der Thaya ; Niederösterreich. Archaeologia Austriaca, 74, 1990, Vienne : p. 85-104.

KALITINSKIJ, 1928 = KALITINSKIJ A.K voprosu o nekotoryh formah dvuhplastincatyh fibul iz Rossii, Seminarium Kondako-vianum, 3, 1928, Prague : p. 277-308.

KAROLYI, 1968 = KAROLYI L. Archäologische Funde aus Ungarn. Berliner Jahrbuch für Vor- und Frühgeschichte, 8, 1968, Berlin : p. 77-98.

KAZANSKI, 1990 = KAZANSKI M. La diffusion de la mode danubienne en Gaule (fin du iv siècle-début du VIe siècle) : essai d’interprétation historique. Antiquités Nationales, 21, 1989 (1990), Saint-Germain-en-Laye : p. 59-73.

KISS, 1981 = KISS A. Funde aus dem 5.-6. Jh. im Gebiet von Brigetio. Folia Archaeologica, 32, 1981, Budapest : p. 191-210.

KISS, 1982 = KISS A. Germanische Grabfund der Völkerwanderungszeit in Jobbagy. Alba Regia, 19, 1982, Székesfehérvar : p. 167-185.

KISS, 1983 = KISS A. Die Skiren im Karpatenbecken, ihre Wohnsitze und ihre materielle Hinterlassenschaft. Acta Archaeologica Hungarica, 35, 1983, Budapest : p. 95-131.

KLAUSENER, 1982 = KLAUSENER M. Nyon, distr. de Nyon, VD. Clémenty. Jahrbuch der Schweizerischen Gesellschaft für Ur und Frühgeschichte, 65, Bâle : p. 234-236.

KLOIBER, 1957 = KLOIBER A. Die Gräberfelder von Lauriacum. Das Ziegefeld. Forschungen in Lauriacum 4-5, Vienne, 1957.

KOCH, 1968 = KOCH U. Die Grabfunde der Merowingerzeit aus dem Donautal um Regensburg. Berlin, De Gruyter, 1968.

KOCH, 1984 = KOCH U. Der Runde Berg bei Urach V. Die Metallfunde der frühgeschichtlichen Perioden aus den Plangrabungen 1967-1981. Heidelberg, Carl Winter-Universitäts Verlag, 1984.

KÜHN, 1965 = KÜHN H. Die germanischen Bügelfibeln der Völkerwanderungszeit in der Rheinprovinz. Graz : Akademie Druckund Verlagstalt, 1965.

KÜHN, 1974 = KÜHN H. Die germanischen Bügelfibeln der Völkerwanderungszeit in Süddeutschland. Graz : Akademie Druckund Verlagstalt, 1974.

MACKAY, 1949 = MACKAY D. The jewellery of Palmyra and its signifiance. Iraq, 11, Londres, 1949 : p. 160-187.

MARTI, 1990 = MARTI R. Das frühmittelalterliche Graberfeld von Saint-Sulpice. In : Cahiers d’Archéologie Romande, 52. Lausanne, Bibliothèque historique vaudoise, 1990.

MARTIN, 1980 = MARTIN M. Burgunden. II. Archäologisches., Reallex. d. German. Altertumskunde, IV/3-4. Berlin : De Gruyter, 1980.

MARTIN, 1986 = MARTIN M. Le Haut Moyen Age. In : Chronologie. Datation archéologique en Suisse (Antiqua 15). Bâle : Société Suisse de Préhistoire et d’Archéologie, 1986, p. 99-241.

MARTIN, 1990 = MARTIN M. Le Haut Moyen Age. In : Peuples et archéologie. Bâle-Genève : Société Suisse de Préhistoire et d’Archéologie, 1990, p. 187-213.

MARTIN-NEUFFER, 1975 = MARTIN-NEUFFER E. Das alamannische Gräberfeld von Weingarten, Kr. Ravensburg. In : Ausgrabungen in Deutschland gefördert von der Deutschen Forschungsgemeinschaft 1950-1975, Mayence, 1975 : p. 238-253

MENKE, 1986 = MENKE M. Archaologische Befunde zu Ostgoten des 5. Jahrhunderts in der Zone nordwärts der Alpen. Z/i : Peregrinatio Gothica. Archaeologia Baltica, 7, 1986, Lodz : p. 239-281.

MÉROVINGIENS, 1985 = Les mérovingiens en Franche-Comté. Dole-Lons-le-Saunier, 1985.

MOOSBRUGGER-LEU, 1971 = MOOSBRUGGER-LEU R. Die Schweiz zur Merowingerzeit. Die archäologische Hinterlassenschaft der Romanen, Burgunder und Alamannen. Berne : Francke Verlag, 1971.

MÜLLER, 1976 = MÜLLER H.F. Das alamannische Gräberfeld von Hemmingen (Kreis Ludwigsburg). Stuttgart : Müller-Gräff, 1976.

NÄSMAN, 1992 = NÄSMAN U. Trade and communication in the Baltic from the fourth to the eight century A.D. In : Medieval Europe 1992. 5, Exchange and Trade. York : Medieval Europe 1992, 1992, p. 131-136.

PILET, 1990 = PILET C. La tombe princière d’Hochfelden (Bas-Rhin). In : Attila. Les influences danubiennes dans l’ouest de l’Europe au ve siècle. Caen : Musée de Normandie, 1990, p. 66-71.

PILET, et alii., 1993 = PILET C. et alii. La nécropole de Saint-Martin-de-Fontenay. Paris, 1993.

RIPOLL, 1988 = RIPOLL G. Problèmes de chronologie et de typologie à propos du mobilier funéraire hispano-wisigothique. In : Gaule mérovingienne et monde méditerranéen. Lattes : Imago-Musée de Lattes, 1988, p. 101-107.

ROUCHE, 1986 = ROUCHE M. Les Wisigoths en Aquitaine. Peuple ou armée ? In : Peregriantio Gothica. Archaeologia Baltica VII, 1986, Lodz : p. 283-294.

SCHULZE, 1985 = SCHULZE M. Neuerwerbungen für die Sammlungen. Jahrbuch des Rômisch-Germanischen Zentralmuseums Mainz, 32, 1985, Mayence : p. 730-733.

SCHULZE-DÖRRLAMM, 1986 = SCHULZE-DÖRRLAMM M. Romanisch oder Germanisch ? Untersuchungen zu den Armbrust und Bügelknopffibeln des 5. und 6. Jahrhunderts n. Chr. aus den Gebieten westlich des Rheins und südlich der Donau. Jahrbuch des Römisch-Germanischen Zentralmuseums Mainz, 33, 1986, Mayence : p. 593-720.

SCHULZE-DÖRRLAMM, 1987 = SCHULZE-DÖRRLAMM M. 48 byzantinische Gürtelschnallen des 5.-7. Jahrhunderts n. Chr. aus dem östlichen Mittelmeerraum. Jahrbuch des Römisch-Germanischen Zentralmuseums Mainz, 34/2, 1987, Mayence : p. 801-804.

SOLEILHAC, 1954 = SOLEILHAC A. L’activité du groupe spéléologique d’Hauteville-Lompnès en 1953. Bulletin de la Société des Naturalistes d’Oyonnax, 8, 1954, Oyonnax : p. 22-27.

SOLEILHAC, 1966 = SOLEILHAC A. Cimetière mérovingien « Derrière le Chut » à Saint-Martin-du-Fresne (Ain), Bulletin de la Société des Naturalistes d’Oyonnax, 16-18, 1966, Oyonnax : p. 117-119.

SVOBODA, 1965 = SVOBODA B. Cechy v dobe stehovani narodu. Prague, Academia, 1965.

SZENDREY, 1928 = SZENDREY A.A miszlai got sirlelet. Archaeologiai Ertesitö, 42, 1928, Budapest : p. 222-225.

TEJRAL, 1973 = TEJRAL J. Mähren im 5. Jahrhundert. Prague, Academia, 1973.

TEJRAL, 1988 = TEJRAL J. Zur Chronologie der frühen Volkerwanderungszeit im mittleren Donauraum. Archaeologia Austriaca, 72, 1988, Vienne : p. 223-304.

VALLET, 1993 = VALLET F. Parures féminines étrangères du début de l’époque mérovingienne, trouvées dans le Soissonnais. Studien zur Sachsenforschung, 8, 1993 (à paraître).

VEECK, 1931 = VEECK W. Die Alamannen in Württemberg, Berlin-Leipzig : De Gruyter, 1931.

VOGT, 1930 = VOGT E. Das alamannische Gräberfeld am alten Gotterbarmweg in Basel. Anzeiger für Schweizeirische Altertumskunde, nouvelle série, 32, 1930, Zurich : p. 145-164.

WEIDMANN, 1980 = WEIDMANN D. Nyon-Clémenty. Nécropole du haut Moyen Âge. Archéologie suisse, 3/3, 1980, Bâle : p. 172.

WERNER, 1961 = WERNER J. Die Fibeln der Sammlung Diergardt. Berlin, Gebrüder Mann, 1961.

WERNER, 1962 = WERNER J. Die Langobarden in Pannonien. Munich, Bayerische Akademie der Wissenschaften, 1962.

WERNER, 1966 = WERNER J. Zu den donauländischen Beziehungen des Alamanischen Gräberfelds am Alten-Gotterbarmweg in Basel. In : Helvetia Antiqua. Zurich : Couzett-Huber, 1966, p. 282-292.

WERNER, 1970 = WERNER J. Zur Verbreitung frühgeschichtilicher Metallarbeiten (Werkstatt-Wanderhandwerk-Handel-Familierverbindung). Early Médiéval Studies 1 = Antikvarskt Arkiv, 38, 1970, Stockholm : p. 6581.

WOLFRAM, 1990 = WOLFRAM H. Le genre de l’Origo gentis. Revue Belge de Philologie et d’Histoire, 68/4, 1990, Bruxelles : p. 789-801.

ZEISS, 1938 = ZEISS H. Studien zu den Grabfunden aus dem Burgundenreich an der Rhône. Munich, 1938.

Annexes

Annexe
La boucle d’oreille à polyèdre ajouré de Brochon

Dominique de PIREY

Les boucles d’oreilles de ce type sont composées d’un anneau ayant à une extrémité un polyèdre creux dont les surfaces sont évidées. Les vides sont fermés par des grenats ou des verroteries. Ces boucles d’oreille sont à distinguer de celles dont les anneaux sont également terminés par un polyèdre creux mais dont les surfaces sont décorées de grenats ou de verroteries insérés dans des bâtes, le plus souvent losangiques. La paire de boucles d’oreille en or provenant de Brochon (Baudot 1860 : pl. 26.14, notre fig. 7 ; Dijon, Musée Archéologique n° 4333) est à classer dans le premier type. Le diamètre de l’anneau est de 3,1 cm. L’anneau est lisse, creux et contenant un fil de bronze à l’intérieur. Une des extrémités est émoussée. A l’autre extrémité un pendant est fixé. Sa face principale est évidée et devait contenir une verroterie ou une lamelle de grenat. Des perles trilobées sont fixées aux quatre coins du losange. Les coins triangulaires sont également évidés et devaient autrefois être fermés de la même manière. Sur les deux autres faces un cercle de petits points souligne le départ et l’arrivé de l’anneau. Actuellement le polyèdre est rempli d’une résine (?) provenant d’une restauration.

Peu de boucles d’oreille de ce type ont été trouvées à ce jour en Gaule. Dans le Nord de la Gaule, C. Boulanger signale et reproduit une paire de boucles d’oreille en or dont le polyèdre creux est « incrusté de douze plaquettes de pâte de verre de formes losangique et triangulaire ». La partie évidée occupe toute la surface et il n’y a donc pas de granules. Le contexte n’est pas connu précisément (Boulanger 1909 : pl. 8). Dans le département du Nord à Artres, a été mise au jour une paire de boucles d’oreille au polyèdre creux évidé (British Museum n° AF 5158 ; Haith 1982 : 35). La partie évidée est elle-même décorée d’une forme polylobée ou d’une croix en zig zag. La tombe d’Artres contenait également « une paire de fibules digitées en argent doré avec des extrémités en forme de cœur incrustées de grenats, un bracelet en argent, une petite boule de cristal sertie de grenats, une pendeloque d’or décorée de filigranes, des perles de collier et une seconde boule de cristal non montée ». Pour la Gaule du Sud, une paire de boucles d’oreille provient du département de la Drôme (Bierbrauer 1975 : pl. 60.4, 5 ; Colardelle 1983 : 234, fig. 99). Toutes ces boucles d’oreille sont en or. Leurs parallèles en Italie ou en Europe centrale sont de matière plus variée : or, argent ou bronze.

Fig. 7 - Boucle d’oreille de Brochon (Musée Archéologique de Dijon). Sans échelle.

Si l’on limite les comparaisons aux boucles d’oreille à polyèdre creux dont le losange évidé est flanqué de granules aux quatre coins, il semble qu’aucune boucle d’oreille n’ait été, à ce jour, trouvée en France à part celle de Brochon. Par contre il semblerait qu’il y ait quelques exemples dans la région danubienne chez les Germains orientaux : à Venczellö (Csallany 1961 : pl. 218.2 et pl. 219), à Edelény (Csallany 1961 : pl. 218.1), à Miszla (Szendrey 1928 : pl. 7.3, 4), à Belgrade-Ostruznica (Bierbrauer 1975 : pl. 78.6, 7), à Karavukovo (Csallany 1961 : pl. 274) et à Perjam (Hampel 1905 : pl. 7.1, 2) (fig. 8).

J. Tejral attribue la tombe de Perjam à la période D-2/D-3 de la chronologie danubienne, c’est-à-dire au milieu du Ve siècle (Tejral 1988 : 274). Les découvertes de Karavukovo et Belgrade-Ostruznica appartiennent quant à elles à la période D-3, donc au troisième quart du Ve siècle (Tejral 1988 : 279-286). La sépulture de Miszla peut elle aussi être attribuée à la période D-3, d’après le décor des fibules, postérieur à la période D-2/D-3 (Tejral 1988 : 278). Les boucles d’oreille de Venczellô et d’Edelény ont été trouvées sans contexte.

Ainsi les boucles d’oreille analogues à celles de Brochon appartiendraient au milieu ou au troisième quart du Ve siècle. Les bijoux de Brochon trouvés en pays burgonde ont peut-être été portés par une femme d’origine germanique danubienne.

Fig. 8 - Carte des boucles d’oreille à polyèdre évidé et décor de granules.

Table des illustrations

Légende Fig. 1 - 1-10 : Izenave (d’après Chanel 1912).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/17709/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 96k
Légende Fig. 2 - 1-14 : Saint-Martin-du-Fresne (d’après Solheilhac 1954 et 1966) ;15 : Kertch (Crimée) (d’après Kalitinskij 1928) ;16 : Taga (Transylvanie) (d’après Chirila, Chifor 1977) ;17 : Poisy (d’après Colardelle 1983).15 : sans échelle.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/17709/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 108k
Légende Fig. 3 - A : Saint-Euphrône (d’après Bruzard 1876) ;B : Brochon (d’après Baudot 1860).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/17709/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 168k
Légende Fig. 4 - 1-11 : Brochon (Musée Archéologique de Dijon).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/17709/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 116k
Légende Fig. 5-1,2 : Brochon (1 : Musée Archéologique de Dijon : dessin et dessin d’après radiographie ; 2 : d’après Baudot 1860) ;3 : Vaux-Donjon (Archives du Musée des Antiquités Nationales) ; 4, 5 : Dijon, rue Condorcet (Archives du Musée des Antiquités Nationales) ; 6, 7 : Beire-le-Châtel (Musée Archéologique de Dijon).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/17709/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 92k
Légende Fig. 6-1,2 : Alésia (Musée des Antiquités Nationales) ;3, 4 : Charnay (d’après Baudot 1860). 3, 4 : sans échelle.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/17709/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 80k
Légende Fig. 7 - Boucle d’oreille de Brochon (Musée Archéologique de Dijon). Sans échelle.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/17709/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 40k
Légende Fig. 8 - Carte des boucles d’oreille à polyèdre évidé et décor de granules.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/17709/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 23k

© ARTEHIS Éditions, 1995

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search