Version classiqueVersion mobile

Les Burgondes

 | 
Henri Gaillard de Sémainville

La Sapaudia et le royaume de Burgondie

Romains et Burgondes en région Rhône-Alpes

Jean-François Reynaud

Résumé

Aufgrund der von den Burgunden in literarischen Quellen (wie etwa in den Briefen des Sidonius Apollinaris) und im Untergrund (Ausgrabungen in Gräberfeldern und Siedlungsräumen) hinterlassenen Spuren, wollen wir versuchen, die leichte Machtübernahme durch die Burgunden und die Koexistenz beider Völker in den Städten und auf dem Land zu erklären. Die Burgunden, die nicht zahlreich waren, scheinen eine Lebensart verhältnismäßig schnell angenommen zu haben, die beispielweise in städtischen Verhältnissen mit derjenigen der Römer ziemlich verwandt war. Ebenso bestehen die römischen Bautechniken für kirchliche Gebäude weiter.
Es tritt ebenso ein doppeltes Phanomen auf: einerseits werden bei den Barbaren gewisse Traditionen, zum Beispiel der Arianismus, stufenweise aufgegeben; dafür aber bei den Römern, jedenfalls im Landvolk, gewisse barbarische Sitten, wie das Vorhandensein von Beigaben in den Gräbern, angenommen.

Texte intégral

1La région Rhône-Alpes s’étend sur près de la moitié de l’ancien royaume burgonde et comprend l’essentiel du territoire concédé d’origine. Notre propos est simple : partir des traces laissées par ce peuple dans les textes pour comprendre les rapports entre les envahisseurs « barbares » et les autochtones « civilisés » mais en crise. A ce sujet, plusieurs questions ont depuis longtemps été posées : comment expliquer la facile prise de pouvoir par les Burgondes, comment coexistent les deux peuples en ville et à la campagne ? Les réponses ne s’imposent pas d’emblée car les sources sont rares ou d’interprétation difficile : sources littéraires, comme les lettres de Sidoine Apollinaire, données archéologiques comme les fouilles de nécropoles ou d’habitat.

Les Burgondes

2Rappelons brièvement la situation : en 443, les Burgondes écrasés par Aetius et ayant sans doute perdu une bonne partie de leurs troupes, sont installés en Sapaudia (schématiquement la Savoie actuelle) pour défendre l’Empire et les passages alpins contre les terribles et surtout très envahissants Alamans. Bien installés en Sapaudia, bien placés face aux compétiteurs pour le trône impérial, et même appelés par l’aristocratie sénatoriale, les Burgondes accroissent leur territoire et, sans combat, obtiennent une indépendance de fait ; leurs princes se proclament alors rois avec Lyon, Vienne et Genève pour capitales. En Gaule, comme ailleurs, l’aristocratie gallo-romaine ne veut plus se battre et considère volontiers l’occupation barbare, plus ou moins librement choisie, comme un moindre mal, soit parce que cette même aristocratie est plus préoccupée par l’assouvissement de ses propres ambitions et par le soutien éventuel de son candidat à l’Empire, soit parce que les Barbares servent à contenir d’autres envahisseurs jugés plus dangereux, ou à rétablir la paix sociale.

3Ainsi, l’aristocratie, moyennant une certaine perte d’indépendance et un partage de ses terres, garde son contrôle sur l’essentiel de la richesse et du pouvoir dans le monde rural et dans les villes. La situation semble très différente de celle des régions frontières comme la Suisse, l’Autriche ou l’Angleterre actuelles, régions où les villes, menacées en permanence, ne conservent que le contrôle de la campagne environnante ; ainsi Lyon a été un moment occupée par les Burgondes peut-être à la demande d’Avitus, puis ceux-ci sont chassés par Majorien, pour revenir peu après et adopter Lyon comme une de leurs capitales.

4Pour comprendre cette société où se côtoient Burgondes et Romains, les textes et les données archéologiques sont essentiels. Dans le nouveau royaume burgonde, coexistent donc deux peuples, très différents par le nombre, quelques dizaines de milliers pour les Burgondes, face aux autochtones eux-mêmes résultat d’une fusion culturelle plus qu’ethnique entre les Celtes et les Romains, deux peuples différents par la culture et par la richesse. La situation respective des deux peuples est bientôt réglée juridiquement, chaque peuple étant régi par ses propres lois ; mais Gondebaud s’ingénie à exclure toute ségrégation, et la loi autorise même les mariages mixtes. Pour le reste, rien ne peut empêcher les préjugés favorables ou défavorables. Préjugés favorables : Sidoine Apollinaire ne se plaint jamais de la violence ou des exactions des Barbares, il va même jusqu’à appeler avec amitié un de ses correspondants, du surnom de Burgundio ; peut-être s’adressait-il à ce Syagrius (VII, 14), qui, d’illustre famille, apprit, comme d’autres, la langue des Burgondes et devint, tel un nouveau Solon l’arbitre de leurs querelles. Préjugés favorables encore : ainsi le préfet du prétoire ferait volontiers alliance avec les Wisigoths et les Burgondes contre les Barbares qui régnent à Rome. Mais aussi, préjugés défavorables et méfiance, il fait dire à un Romain « vous évitez les Barbares, parce qu’ils ont la réputation d’être méchants ; moi, je les évite même s’ils sont bons » ; mépris de l’aristocrate romain pour le barbare et avec lequel on a des difficultés de compréhension ; mais mépris atténué par un certain respect : après tout ce sont eux qui ont le pouvoir politique. On le verra bien quand notre homme de lettres devenu évêque de Clermont sera en contact avec un autre peuple barbare, les Wisigoths. La description du cortège du prince franc est aussi très révélatrice de cet aspect non négligeable des choses : les Barbares jouissent maintenant du prestige militaire, mais le prince franc Sigismer est habillé comme un romain, alors que ses guerriers ont les jambes et les bras nus et portent les armes des barbares (Epist. IV, 20).

5Qu’est-ce qui différencie donc le Burgonde du Gallo-romain ? Pour Sidoine Apollinaire un Burgonde est grand (7 pieds), ses cheveux sont enduits de beurre rance et sa cuisine à base d’ail empeste dès le matin (Carm. XII), et pourtant, il faut imaginer Gondebaud habillé à la romaine et parlant latin à ses conseillers, un excellent latin d’après Ennodius ; il est entouré de comtes burgondes et romains, Laconius est son homme de confiance, Pantagathe deviendra évêque de Vienne. Comme son père, il règne sur le peuple burgonde. Sa légitimité n’est pas mise en doute et il porte le titre de magister militum Galliae accordé par l’Empereur d’Orient. Et là réside sans doute la différence essentielle avec un sénateur, il a plus gardé le contact avec l’armée. En face, notre auteur, qui comme ses ancêtres a connu tous les honneurs, est peu attiré par les armes et excelle dans la poésie. Un moment proche du pouvoir lorsque son beau-père accède au pouvoir impérial, il termine sa vie, nous l’avons vu, comme évêque de Clermont où il organise la résistance contre les Wisigoths.

  • 1 Wuilleumier (P.), Audin (A.), Leroi-Gourhan (A.). L’église et la nécropole Saint-Laurent dans le qu (...)
  • 2 Travaux en cours.
  • 3 Voir la contribution de Christian Simon dans ce volume.

6L’archéologue peut-il compléter ce portrait ? Deux tentations sont à éviter : vouloir reconnaître le Burgonde soit à sa forte taille, soit à la forme de son crâne, comme le faisait Leroi-Gourhan en 19471. Les nouvelles études de L. Buchet à la nécropole de Saint-Laurent de Choulans (fin Ve-VIIe siècle)2, ont mis en évidence la présence d’individus de grande taille et de forte stature : 11 sur-moyens et 5 grands sur 26 individus de sexe masculin, alors que l’on compte 14 femmes de petite taille sur un total de 16. Ces chiffres suggèrent une population féminine régionale assez stable et la possible arrivée d’étrangers. Faut-il faire de ces hommes de grande taille des Burgondes ou des Francs selon la date ? Il faut rester prudent dans la mesure où déjà des individus de forte stature, très différents des méditerranéens graciles apparaissent dans les nécropoles plus anciennes de La Favorite ou de Saint-Just (fig. 1) de Lyon pour les siècles précédents. Quant à la forme de crâne, les proportions sont assez bien réparties entre mésocranes (46 %), dolichocrânes (30 %) et brachycrânes (24 %). Quelques mésocrânes sont également très robustes ; ni alpins ni méditerranéens, ils pourraient passer pour nordiques. Quelques crânes déformés ont été trouvés dans la région et encore assez récemment près de Lyon à Meyzieu ; même si ce critère de déformation doit être utilisé avec prudence3, il ne doit pas pour autant être négligé. On attend donc avec impatience les conclusions des recherches de L. Buchet pour arriver à une première synthèse régionale, en particulier à partir de l’étude de la nécropole de Larina. La présence de Barbares est par ailleurs attestée par l’onomastique. A Lyon, on remarque une assez forte proportion de noms d’origine barbare à Saint-Laurent-de-Choulans, alors que les noms latins l’emportent à Saint-Just : noms germaniques comme Sigwaldus, Brachio, Fredoaldus, Hedberga, Franconinja, Magencola, Atto à Saint-Laurent (fig. 2) et noms latins comme Pascasia, Leucadia, Florinus... à Saint-Just.

  • 4 Colardelle (M.) et (R.). Une basilique funéraire mérovingienne à Saint-Julien en Genevois. Archéolo (...)
  • 5 Colardelle (M.). Sépulture, op. cit. p. 380-385.

7En milieu rural, il est impossible de distinguer des sépultures de nobles burgondes de sépultures d’aristocrates gallo-romains, sauf au hasard d’une inscription comme celle d’Alethius à Charmes en Ardèche. Peut-être pourrait-on dans certains édifices de culte considérer que les tombes privilégiées appartenaient à de grands propriétaires, comme à Viuz-Faverges où les tombes situées à l’Est de l’abside renfermaient un matériel de qualité mais plus d’époque franque que d’époque burgonde ; à Saint-Julien en Genevois, les tombes privilégiées avaient été violées4. En bref, l’anthropologie suggère un peuplement à la fois urbain et rural, avec sans doute une répartition très inégale en milieu rural et plus particulièrement en Savoie ou Haute-Savoie, comme l’a montré M. Colardelle5, mais nous sommes encore loin de pouvoir dresser des cartes de répartition.

Fig. 1 - Individu de forte stature (Saint-Just).

8Il serait bien sûr tout aussi intéressant de savoir comment vivaient ces Barbares, comment ils mangeaient, et quelles maladies provoquaient leur décès. Quand de nouvelles fouilles auront mis au jour des dépotoirs bien datés et la présence d’objets burgondes on pourra peut-être répondre à la deuxième question. Pour la troisième question, l’anthropologie apporte déjà un embryon de réponse : ainsi à Saint-Laurent de Choulans, un tiers des hommes ont plus de 50 ans, alors qu’à Saint-Just la moyenne d’âge est légèrement inférieure chez les hommes. Ainsi, on ne vivait pas plus mal au VIe qu’au IVe siècle et il est bien difficile de distinguer le mode de vie d’un noble romain et d’un noble burgonde.

Fig. 2 - Inscription de Saint-Laurent de Choulans (ATTO).

9Si le portrait du Burgonde est encore difficile à dessiner avec un minimum de précision, on peut encore se demander si la religion et les coutumes funéraires qui distinguent Burgondes et Romains sont susceptibles de nuire à leur coexistence.

  • 6 Coville (A.). Recherches sur l’histoire de Lyon du Vesiècle au IXe siècle (450-800), Paris, 1928, p (...)
  • 7 Acta sanctorum, August, II, p. 108. Esquieu (Y.). Viviers, cité épiscopale : études archéologiques, (...)
  • 8 Heinzelmann (M.). Bischofherrschaft in Gallien. Zur Kontinuität römischer Führungschichten vom 4. b (...)

10L’aristocratie burgonde et gallo-romaine sont-elles opposées par des différences de religion ? En théorie, les uns sont ariens, les autres catholiques. Pourtant, il ne semble pas que l’on puisse, comme chez les Wisigoths, attribuer aux querelles religieuses la faiblesse du pouvoir burgonde. En fait notre ignorance est presque totale et les rapports entre les deux clergés sont difficiles à saisir avec précision. On ne sait rien du clergé lyonnais ; la présence d’un clergé arien n’est attestée qu’à Vienne, et le rôle d’une reine catholique comme Carétène, peut-être femme de Gondebaud, a dû être important, sans oublier celui de Clothilde princesse burgonde6. A Vienne, l’évêque Avit est à l’origine de la conversion du prince Sigismond. L’influence catholique chez les Burgondes semble même si forte qu’on s’est demandé si certaines familles princières n’étaient pas restées catholiques (les Burgondes du royaume de Worms auraient été catholiques). On en verrait un bon exemple dans le rôle de Venance, peut-être de famille royale et évêque de Viviers dans les années 5007. En revanche, il paraît certain que l’aristocratie sénatoriale conserve le pouvoir religieux, les noms des évêques de Lyon ou de Vienne, les inscriptions métriques conservées dans la crypte de Saint-Nizier en sont la preuve8. Les évêques de Lyon appartiennent bien à l’aristocratie sénatoriale, les uns sont entrés très vite dans la vie religieuse, comme Viventiole et Nizier, d’autres ont occupé des charges importantes comme Rusticus et Sacerdos. Les oppositions religieuses ont sans doute existé mais elles ne doivent donc pas être surestimées.

11Quant aux coutumes des Burgondes, on les connaît par les textes juridiques ou les lettres de Sidoine Apollinaire, et mieux encore pour les rites funéraires grâce aux données archéologiques. Ainsi oppose-t-on à la fin du Ve siècle les populations urbaines christianisées qui ne déposent plus de matériel dans leurs tombes et les peuples barbares qui ont hérité de traditions païennes et qui déposent leurs objets personnels dans leurs tombes. Mais ne pourrait-on pas tout aussi bien opposer les villes où la tradition romano-chrétienne l’emporte et les campagnes où l’influence barbare a fini par prendre le dessus sans négliger pour autant les questions de mode ?

Les villes

  • 9 Bonnet (Ch.). Genève aux premiers temps chrétiens, Genève, 1986, p. 18-21. Colardelle (R.). Grenobl (...)
  • 10 Reynaud (J.-F.). Lyon aux premiers temps chrétiens, Paris, 1986.

12L’aristocratie burgonde comme l’aristocratie romaine doit partager son temps entre la ville et la campagne et l’on peut penser qu’elle adopta très vite le mode de vie des gallo-romains. Contrairement à une idée toute faite et qui resterait à prouver, l’aristocratie ne va pas toujours chercher refuge à la campagne. Les princes burgondes s’installent en effet dans les villes en principe protégées par des enceintes ; en principe puisque si l’on connaît les enceintes de Genève et de Grenoble9, on ignore tout d’une éventuelle enceinte réduite à Lyon ou à Vienne, malgré les plans fournis par la plupart des chercheurs. A Vienne, le tracé nord et sud des remparts repose sur des hypothèses de travail et les soi-disant casemates du mur nord n’ont pas vraiment été étudiées ; à Lyon, le tracé de l’enceinte romaine ne repose sur aucune donnée archéologique et le déplacement de la population rend l’étude d’une éventuelle enceinte réduite d’autant plus difficile10.

  • 11 Bruhl (C.R.). Lyon (Lugdunum civitas Lugdunensium), et Vienne (Vienna, civitas viennensium). In : P (...)
  • 12 Jannet-Vallat (M.), Lauxerois (R.), Reynaud (J.-F.). Vienne aux premiers temps chrétiens, Lyon, 198 (...)

13Les palais burgondes n’ont pas vraiment été localisés malgré les efforts de Bruhl pour prouver la continuité entre les centres de pouvoir anciens et modernes11. A Lyon, rien ne prouve que le palais royal a précédé le palais de justice au Nord de la cathédrale et Sidoine ne fait que mentionner le praetorium des rois burgondes sans le situer (Ep. V, 20). A Vienne, un texte de Grégoire de Tours relate l’incendie du palais royal, dont on ignore l’emplacement exact ; certains le placent au Nord de la ville près de Saint-André-le-Haut, d’autres près du Palais de Justice12.

14Un clergé arien suppose des lieux de culte ariens. Là encore les textes et l’archéologie restent muets ou presque. Tout au plus suppose-t-on qu’à Vienne, d’après Grégoire de Tours (HF, II, 33) l’église arienne était proche du palais royal et, comme la localisation du palais royal est hypothétique, l’identification de la cathédrale arienne avec Notre-Dame de Vie (Ancien Temple de Rome et d’Auguste) reste à prouver.

  • 13 Reynaud (J.-F.). Lyon aux premiers temps chrétiens, op. cit., p. 129-131.
  • 14 Jannet-Vallat (M.), Lauxerois (R.), Reynaud (J.-F.). Vienne, op. cit., p. 31.

15Les rois, même ariens, jouent le rôle de mécènes et financent largement la construction d’églises catholiques, par exemple la reine Carétène dans la presqu’île de Lyon (la future église Saint-Michel d’Ainay au Nord de Saint-Martin)13 ou le roi Sigismond à Saint-Maurice d’Agaune ; de même enfin le patrice burgonde Ansémond qui fit construire à une date difficile à préciser, entre 530 et 630, l’église de Saint-André-le-Bas et le monastère de Saint-Pierre de Vienne14. Ces édifices de culte se caractérisent par des dimensions remarquables qui en font les égaux des églises d’Italie avec des longueurs qui dépassent souvent 50 m (Saint-Just II et Saint-Laurent de Choulans à Lyon, Saint-Pierre, Notre-Dame d’Outre-Gère et Saint-Férréol de Vienne, Saint-Laurent de Grenoble) et des largeurs qui atteignent 20 m (fig. 3). On est loin de ces petites églises dont parlaient les archéologues d’il y a 30 ans, en contradiction d’ailleurs avec les textes de Grégoire de Tours dont les descriptions ont été confirmées par l’archéologie. La technique est aussi de tradition romaine sans que l’on puisse parler d’un quelconque déclin : les murs sont bien tracés, les fondations sont profondes et larges (tout particulièrement à Saint-Laurent de Choulans et à Notre-Dame-d’Outre-Gère), les parements sont bien dressés et utilisent les blocs de remploi ou le petit appareil romain (fig. 4). Les constructeurs intègrent également les besoins nouveaux de la liturgie ou le symbolisme de certains volumes comme celui du transept à Saint-Just II, à Saint-Laurent de Choulans à Lyon ou Saint-Laurent de Grenoble (édifice cruciforme) ; ailleurs comme à Vienne, ils semblent préférer la variété en alternant le plan à nef unique (Saint-André-le-Bas) et le plan à trois nefs (Notre-Dame-d’Outre-Gère). Des exemples de la monumentalité des édifices religieux des ve-vr siècles sont donnés par l’abside de Choulans avec ses 4 assises de blocs rayonnants et ses 12 m de diamètre, par l’abside de Saint-Férréol et par l’église de Notre-Dame-d’Outre Gère à Vienne où les nefs dépassent les 20 m de largeur totale. Une situation un peu exceptionnelle existe donc dans notre région en raison de l’ancienneté du christianisme, de la présence de trois capitales burgondes et du mécénat royal.

Fig. 3 - Saint-Just, Saint-Laurent de Lyon, Saint-Laurent d’Aoste.

  • 15 Villedieu (F.). Lyon Saint-Jean. Les fouilles de l’avenue Adolphe Max, Lyon, 1990 (Dara), p. 41-49.
  • 16 Lucas (G.), Decourt (J.-C.). Lyon dans les textes grecs et latins, Lyon, 1993 (Travaux de la Maison (...)
  • 17 Reynaud (J.-F.). Lugdunum christianum, à paraître, chapitre sur Saint-Laurent de Choulans.
  • 18 Arlaud (C.), Burnouf (J.), Bravard (J.-P.), Lurol (J.-M.), Verot-Bourrely (A.). Lyon St-Jean, op. c (...)

16L’habitat de l’aristocratie reste beaucoup plus lacunaire. A Lyon, pourtant, la fouille de la rue A. Max a mis au jour des structures appartenant à des édifices assez luxueux et l’on a pu se demander si la cour à péristyle qui succède au VIe siècle à des constructions thermales ne pouvait pas appartenir à la domus ecclesiae15. Tout près de là, rue Jean Carriès, les constructions des Ve-VIe siècles apparaissent encore dans la tradition romaine avec des structures en pierres bien liées par du mortier et des sols en tuileau16. Une petite maison de ce type a été trouvée près de la nécropole de Choulans17. C’est seulement plus tard, dans notre région comme ailleurs et près de la cathédrale Saint-Jean de Lyon, qu’apparaissent les structures plus légères, en bois, ou les murs lutés à l’argile18.

Les campagnes

17Enfin, la survivance et la domination du peuple burgonde sont assurées par l’occupation de la moitié puis des deux tiers des surfaces cultivées. On peut en fait se demander si ce pourcentage n’est pas valable surtout pour les grands domaines où il y avait beaucoup de terres en friches, et quel type de terres a été attribué aux Burgondes, peut-être surtout des domaines abandonnés.

Fig. 4 - Fondations de l’abside de Saint-Laurent de Choulans.

  • 19 Vicherd (G.). Fouilles non publiées.

18Les textes ne sont pas totalement muets et Sidoine Apollinaire laisse entendre qu’il a bien des voisins barbares (Carm. XII). L’archéologie est pauvre en données. Si un certain nombre de vïllae gallo-romaines ont été fouillées depuis un siècle, les archéologues se sont plus intéressés à l’origine et au développement des villae qu’à leur abandon ou à leur transformation à l’époque burgonde. De toutes façons, il est pratiquement impossible de distinguer une villa romaine d’une villa burgonde. Tout au plus les fouilles de sauvetage récentes en milieu rural ont permis de vérifier une certaine continuité de l’habitat rural tout au long du haut Moyen-Age, par exemple dans l’Isère (Le Bivan à Albenc), où G. Vicherd19 a montré les transformations successives d’une villa avec une certaine pérennité des structures de pierres.

  • 20 Porte (P.). Hières-sur-Amby (Isère). Camp de Larina, Archéologie médiévale, 1990, XX, p. 358-359.

19Enfin, à ma connaissance, on n’a trouvé en milieu rural et dans la région, qu’un seul exemple d’habitat groupé, celui de Larina20. S’agit-il d’un de ces proto-villages semblables à ceux du Nord de la Gaule ou d’une grande exploitation agricole ? Je pencherai pour la première solution. Les maisons y sont nombreuses, proches les unes des autres. On y utilise le matériau local et la technique appropriée, celle de la pierre sèche, mais aussi le bois sur solin de pierres. Les archéologues ont su déterminer avec précision l’évolution de l’habitat en fonction des besoins. Seule l’étude du matériel pose encore quelques problèmes de datation, la tendance actuelle allant vers un vieillissement de la céramique trouvée dans les niveaux d’occupation. Le matériel serait plus proche des Ve-VIe siècles que du VIIe siècle.

Fig. 5 - Eglise baptismale de Meysse (Ardèche).

  • 21 Colardelle (M.). Sépulture, op. cit., p. 382-386.
  • 22 Privati (B.). La nécropole de Sézégnin (Avusy-Genève). IVe-VIIIe siècle, Genève, Paris, 1983, 181 p (...)

20En milieu rural, les découvertes fortuites de tombes sont très nombreuses. Le mérite de M. Colardelle est d’avoir dressé un inventaire de ces tombes, d’avoir établi une typologie et d’avoir tiré des conclusions sur la société burgonde ou franque21. Les nécropoles rurales, contrairement aux nécropoles urbaines, ont livré du matériel surtout en Savoie, mais là encore insistons sur le caractère tardif de ce matériel. Ce matériel souligne la précocité de l’implantation en Sapaudia ainsi que la densité de la population burgonde dans la région. Cette affirmation doit être nuancée par le fait qu’une grande partie de ce matériel doit être attribuée aux Francs. Enfin et malheureusement, l’habitat lié aux nécropoles n’a pas été étudié sinon à Sézegnin où une maison de pierre a été mise au jour à proximité de la grande nécropole22.

  • 23 Descombes (F.). Recueil des inscriptions chrétiennes de la Gaule. XV, Viennoise du Nord, Paris, CNR (...)
  • 24 Colardelle (M.). Sépulture, op. cit., p. 108-111.
  • 25 Reynaud (J.-F.). Le baptistère de Meysse, BSNAF, 1989, p. 103-118.
  • 26 Porte (P). Hières-sur-Amby (Isère). Camp de Larina, Archéologie médiévale, 1992, p. 452-453 et 1993 (...)
  • 27 Vaireaux (F.). Recherches en cours.
  • 28 Terrier (J.). Les origines de l’église de Vandœuvre (Genève), Archéologie Suisse, 1991, 2, p. 229-2 (...)

21Dans le domaine religieux, la christianisation des campagnes est attestée par la présence d’inscriptions funéraires. On peut d’ailleurs bien souvent rattacher les premiers lieux de culte et les anciens vici. Ainsi des inscriptions anciennes sont connues à Aoste, à Yenne, à Annecy, à Aime pour la Savoie, mais aussi en Isère (voir les travaux de Mme Descombes)23. Les édifices de culte sont plus rares. A Viuz-Faverges, Mme Colardelle a pu faire le lien entre l’habitat antique (un vicus) et une église d’époque burgondo-franque24. A Meysse (fig. 5), c’est une église baptismale qui a été mise au jour sur une terre appartenant à l’évêque de Viviers (l’église semble associée à un baptistère et à un cimetière)25. A Larina, l’église, de grande taille, est associée à une nécropole, les défunts étant inhumés dans l’église, sous les portiques latéraux ou autour de l’église26. A ma connaissance, on n’a guère trouvé d’oratoires associés à de grandes propriétés rurales, sinon au Val des Nymphes, à la Garde-Adhémar (fouilles de F. Vaireaux), où trois chapelles ou églises du haut Moyen-Age (datation à préciser)27 ont été mises au jour, et dans le canton de Genève, par exemple à Vandœuvre et au Grand-Saconnex ou à Celigny (près de Nyon)28.

22En conclusion, des liens se nouent entre Romains et Barbares, suite sans doute à une répartition des tâches et à des contacts finalement assez étroits entre les deux populations. Les Burgondes, peu nombreux et difficiles à localiser en milieu rural, semblent profiter d’une paix relative, un moment troublée par les querelles avec les Francs. On explique ainsi le maintien d’un mode de vie plus proche des Romains, par exemple dans l’habitat urbain et peut-être rural, où se maintiennent les techniques romaines de construction ; on constate aussi un double phénomène, d’un côté l’abandon progressif de certaines traditions chez les Barbares, par exemple l’arianisme, et en contrepartie chez les Romains, en tout cas dans le monde rural, l’adoption de certaines coutumes barbares, comme la présence de matériel dans les tombes. Cette amorce de fusion sera perturbée par la conquête franque.

Notes

1 Wuilleumier (P.), Audin (A.), Leroi-Gourhan (A.). L’église et la nécropole Saint-Laurent dans le quartier lyonnais de Choulans. Etude archéologique et étude anthropologique, Lyon, 1949. (Institut des Etudes rhodaniennes de l’Université de Lyon, Mémoires et documents, 4).

2 Travaux en cours.

3 Voir la contribution de Christian Simon dans ce volume.

4 Colardelle (M.) et (R.). Une basilique funéraire mérovingienne à Saint-Julien en Genevois. Archéologia, 111, 1977, p. 64-71. Colardelle (R.). Les premiers édifices de Viuz à Faverges (Haute-Savoie). Contribution de l’archéologie à l’étude des paroisses alpines, Grenoble, 1982. Colardelle (M.). Sépulture et traditions funéraires du Ve au XIIIe siècle ap. J.-C. dans les campagnes des Alpes françaises du Nord, Grenoble, 1983, p. 98-111.

5 Colardelle (M.). Sépulture, op. cit. p. 380-385.

6 Coville (A.). Recherches sur l’histoire de Lyon du Ve siècle au IXe siècle (450-800), Paris, 1928, p. 139-151.

7 Acta sanctorum, August, II, p. 108. Esquieu (Y.). Viviers, cité épiscopale : études archéologiques, Lyon, 1988 (Dara), p. 19.

8 Heinzelmann (M.). Bischofherrschaft in Gallien. Zur Kontinuität römischer Führungschichten vom 4. bis zum 7. Jahrhundert : soziale, prosopographische und bildungs-geschichtliche Aspekte, Zürich, Munich Artémis Verlag, 1976, p. 130-153. (Beihefte der Francia t. 5).

9 Bonnet (Ch.). Genève aux premiers temps chrétiens, Genève, 1986, p. 18-21. Colardelle (R.). Grenoble aux premiers temps chrétiens, Paris, 1986, p. 11-12.

10 Reynaud (J.-F.). Lyon aux premiers temps chrétiens, Paris, 1986.

11 Bruhl (C.R.). Lyon (Lugdunum civitas Lugdunensium), et Vienne (Vienna, civitas viennensium). In : Palatium und Civitas, Cologne, 1975,1, p. 201-222 et p. 222-233.

12 Jannet-Vallat (M.), Lauxerois (R.), Reynaud (J.-F.). Vienne aux premiers temps chrétiens, Lyon, 1986, p. 11.

13 Reynaud (J.-F.). Lyon aux premiers temps chrétiens, op. cit., p. 129-131.

14 Jannet-Vallat (M.), Lauxerois (R.), Reynaud (J.-F.). Vienne, op. cit., p. 31.

15 Villedieu (F.). Lyon Saint-Jean. Les fouilles de l’avenue Adolphe Max, Lyon, 1990 (Dara), p. 41-49.

16 Lucas (G.), Decourt (J.-C.). Lyon dans les textes grecs et latins, Lyon, 1993 (Travaux de la Maison de l’Orient n° 23). Arlaud (C.), Burnouf (J.), Bravard (J.-P.), Lurol (J.-M.), Verot-Bourrely (A.). Lyon St Jean . Les fouilles de la rue Tramassac, Lyon, 1994 (Dara), p. 42-44.

17 Reynaud (J.-F.). Lugdunum christianum, à paraître, chapitre sur Saint-Laurent de Choulans.

18 Arlaud (C.), Burnouf (J.), Bravard (J.-P.), Lurol (J.-M.), Verot-Bourrely (A.). Lyon St-Jean, op. cit., p. 44-49.

19 Vicherd (G.). Fouilles non publiées.

20 Porte (P.). Hières-sur-Amby (Isère). Camp de Larina, Archéologie médiévale, 1990, XX, p. 358-359.

21 Colardelle (M.). Sépulture, op. cit., p. 382-386.

22 Privati (B.). La nécropole de Sézégnin (Avusy-Genève). IVe-VIIIe siècle, Genève, Paris, 1983, 181 p., ill. (Mémoires et documents publiés par l’Université de Genève, t. X).

23 Descombes (F.). Recueil des inscriptions chrétiennes de la Gaule. XV, Viennoise du Nord, Paris, CNRS, 1985.

24 Colardelle (M.). Sépulture, op. cit., p. 108-111.

25 Reynaud (J.-F.). Le baptistère de Meysse, BSNAF, 1989, p. 103-118.

26 Porte (P). Hières-sur-Amby (Isère). Camp de Larina, Archéologie médiévale, 1992, p. 452-453 et 1993, p. 375-376.

27 Vaireaux (F.). Recherches en cours.

28 Terrier (J.). Les origines de l’église de Vandœuvre (Genève), Archéologie Suisse, 1991, 2, p. 229-236. Bujard (J.). L’église du Grand-Saconnex (Genève) avant l’an mil, Archéologie Suisse, 1991, 2, p. 237-240.

Table des illustrations

Légende Fig. 1 - Individu de forte stature (Saint-Just).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/17700/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 64k
Légende Fig. 2 - Inscription de Saint-Laurent de Choulans (ATTO).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/17700/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 108k
Légende Fig. 3 - Saint-Just, Saint-Laurent de Lyon, Saint-Laurent d’Aoste.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/17700/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 40k
Légende Fig. 4 - Fondations de l’abside de Saint-Laurent de Choulans.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/17700/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 176k
Légende Fig. 5 - Eglise baptismale de Meysse (Ardèche).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/17700/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 51k

© ARTEHIS Éditions, 1995

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search