Version classiqueVersion mobile

Les Burgondes

 | 
Henri Gaillard de Sémainville

La Sapaudia et le royaume de Burgondie

Les Burgondes dans le territoire lémanique et la haute vallée du Rhône

Charles Bonnet

Résumé

Die antike Tradition bleibt im 5. und 6. Jahrhundert spürbar. Nichts beweist den vermeintlich starken Rückschritt, der in diesem sogenannten finsteren Zeitraum eingetreten sein soll. In der Westschweiz setzt sich das Christentum sehr früh durch. Bischöfliche Gebäudegruppen wie in Genf oder Martigny bezeugen dies. Man stellt ebenfalls die Gründung zahlreichen Kirchen mit Nebengebäuden fest, welche die Etappen einer Umgestaltung kennzeichnen. In der Genfer Landschaft erlauben die 50 erforschten Gräberfelder die Feststellung einer Bevölkerungszunahme. Die archäologischen Untersuchungen zeigen also die Entwicklung des Gebiets, das die burgundischen Könige wohlwollend beeinflußt haben.

Texte intégral

1Il est aujourd’hui démontré que les troubles marquant l’effondrement de l’Empire romain et les premières migrations germaniques ne transforment pas fondamentalement le territoire lémanique et la haute vallée du Rhône. La tradition antique reste perceptible et rien ne prouve la forte régression dont il a souvent été question pour ces siècles dits obscurs. Les études anthropologiques portant sur de nombreuses nécropoles du haut Moyen Age permettent au contraire de constater une augmentation démographique. D’autre part, la diversité des réalisations architecturales témoigne des ressources d’une population qui a su se réorganiser après les difficultés du Bas-Empire. On peut donc reprendre l’étude des temps burgondes dans le cadre général de ces changements, en tenant compte des travaux archéologiques récents.

2C’est déjà vers 350 que le christianisme s’impose ; un ensemble religieux découvert en 1991 à Martigny, comme le premier groupe épiscopal de Genève attestent d’une forte implantation durant la seconde moitié du IVe siècle. Eglises et baptistères sont entourés d’annexes et d’habitations qui montrent l’importance prise par l’évêque et ses clercs. Dans les zones rurales, les villas du Haut Empire ne sont pas entièrement délaissées et la pars rustica est souvent transformée pour aménager de nouvelles unités. Quelquefois, la villa principale de l’Antiquité tardive est édifiée à l’extérieur des limites clôturées de l’ancien parcellaire et l’on y voit une volonté de s’éloigner d’une propriété familiale qui reste encore une réalité, même si la pars urbana est abandonnée. Certes, ces résidences n’ont pas l’ampleur des palais du Sud-Ouest de la France ou des maisons décrites par Grégoire de Tours ; cependant, on observe presque partout une continuité de l’occupation des campagnes.

3Dans notre région, la fondation de nombreuses églises et de leurs dépendances marque les étapes de la réorganisation. La typologie des bâtiments de culte et le matériel archéologique associé aux différents niveaux apportent une information précise sur cette évolution. Les coutumes funéraires se différencient également et, bien que le mobilier retrouvé dans les sépultures soit beaucoup plus pauvre qu’ailleurs, une classification reste possible.

4L’établissement des évêchés dans les civitates représente un premier état dont on trouve les traces dans les centres urbains. Au détriment de certaines résidences, les édifices chrétiens construits selon le modèle antique deviennent rapidement le siège du pouvoir régional. Ainsi, ces complexes monumentaux sont bientôt des chantiers permanents où l’on transforme sans cesse les bâtiments dont les fonctions se modifient selon les décisions conciliaires mais aussi selon les besoins économiques, politiques ou juridiques. Dans les cimetières suburbains qui s’étendent dans les quartiers périphériques du Haut Empire, alors abandonnés, les tombes privilégiées sont abritées par des mausolées qui seront à l’origine de nombreuses églises funéraires.

Fig. 1 - Le groupe épiscopal de Genève.

5En 443, les Burgondes occupent la Sapaudia et Genève devient la première capitale du royaume. La ville est protégée par de puissantes fortifications, elle est aussi épaulée sur le plan militaire par l’agglomération voisine de Carouge où est implanté depuis plusieurs siècles le siège d’une garnison, défendu par des murs et des fossés. C’est là que Sigismond est sans doute acclamé roi par son armée en 516. Les fouilles menées ces dernières années montrent également que le port et son quartier n’ont pas perdu de leur importance. Tout au long de la rive gauche de la rade jusqu’au pont du Rhône, divers aménagements témoignent de l’activité commerciale.

6L’étude du groupe épiscopal permet de suivre mieux qu’ailleurs l’influence burgonde (fig. 1). Cette période de quelques décennies est marquée par de multiples réalisations architecturales. Certes, une telle évolution est perceptible dans d’autres cités mais à Genève, la Royauté burgonde correspond à une période de construction intense. Abandonnant l’arianisme, les souverains vont bientôt favoriser l’expansion de l’orthodoxie et donner ainsi des moyens considérables aux évêques. Il est vrai que ceux-ci avaient déjà acquis leur pouvoir et que les nouveaux arrivants ont dû entériner une situation de fait, d’autant que des estimations raisonnables semblent démontrer qu’ils étaient peu nombreux (entre 5.000 et 50.000 personnes).

Fig. 2 - Les fouilles de la cathédrale Saint-Pierre à Genève (1979) (photo J.-B. Sevette, Genève).

Fig. 3 - Les tombes des VIe et VIIe siècles dans les deux premières églises de la Madeleine (photo J.-B. Sevette, Genève).

7La ville a été incendiée vers 500, ainsi qu’en témoignent des couches de charbon de bois et de matériaux calcinés qui isolent les états antérieurs des remaniements plus tardifs. Dans ces couches sont inventoriés des fragments de céramique grise à revêtement argileux (ou paléochrétienne) confirmant une datation du Ve siècle. D’autres objets caractéristiques de cette période fixent encore plus précisément ces destructions et les nivellements qui ont suivi. On peut évidemment supposer qu’il s’agit des traces de la guerre fratricide opposant le roi Gondebaud, établi dans la nouvelle capitale de Lyon, à Godegisèle. Victorieux, Gondebaud commencera une campagne de reconstruction de la cathédrale nord et de bien d’autres édifices (fig. 2).

Fig. 4 - L’établissement de Sézegnin (Ge) en cours de dégagement.
Un habitat rural occupé durant l’époque burgonde.

8Dans les aires cimétériales, hors-les-murs, des églises de vastes dimensions sont édifiées. La reine Sédeleube, probablement fille de Hilpéric II et sœur de Clotilde, fonde le sanctuaire de Saint-Victor à l’époque de l’évêque Domitien (vers 470-490). A Saint-Gervais, sur la rive droite, l’église établie presque à la même époque est dotée d’une crypte au riche décor peint. De larges galeries donnent plus d’espace pour les sépultures ad sanctos. Construite sur un petit édifice funéraire, l’église de la Madeleine s’élève dans le quartier du port (fig. 3). Le cimetière qui l’entoure est isolé d’une voie d’accès à la cité par un mur d’enceinte. A la suite de la guérison de deux lépreux par saint Romain, un grand sanctuaire en bois est bâti sur les bords du Rhône. L’architecture du monument, près duquel sont aménagés des coffres constitués de dalles de grès molassique destinés aux inhumations, pourrait indiquer un courant d’influence burgonde ou franc. D’autres exemples ruraux montrent bien, pour cette manière de construire, que l’église en bois de Saint-Jean n’est pas unique.

9Genève ne bénéficie pas seule de l’apport burgonde puisque l’abbaye d’Agaune est fondée par le roi Sigismond en l’honneur de saint Maurice et des martyrs thébains en 515. Une vaste basilique recouvre l’emplacement de la tombe du saint alors que d’autres édifices évoquent le culte du souvenir qui attire de nombreux pèlerins et des sépultures.

10Le monastère de Romainmôtier, fondé par Romain et Lupicien au Ve siècle, représente un autre point de rayonnement en Suisse romande. Les recherches effectuées dans les bâtiments conventuels ont apporté une documentation précieuse sur le premier établissement et son organisation. Mentionnons encore les églises cimétériales proches d’Avenches et de Lausanne, ou celles de Saint-Théodule ou de Sous-le-Scex à Sion. On pourrait ajouter d’autres édifices autour des villes où se sont réunies les premières communautés chrétiennes.

11Dans la campagne, les temps burgondes correspondent à une période de transformation du territoire (fig. 4). Bien que l’on ne puisse reconnaître les limites des premières paroisses, car le parcellaire antique conserve son importance, on doit pourtant souligner que de nombreuses églises sont établies en relation avec des tombes privilégiées ou d’anciens lieux de culte situés dans des villas. Lorsque les restes d’une cuve baptismale, comme à Vandœuvres (Ge) ou à Glis (Vs), attestent un rôle d’église principale, on peut être assuré de la présence d’un clergé local investi d’une autorité que l’évêque a déléguée. D’autres sanctuaires dans lesquels les inhumations restent très secondaires pourraient aussi faire apparaître une fonction différente de celle des églises plus modestes, souvent rattachées à un donateur ou sa famille.

12Avec un petit canton de 25 km par 15 km, la campagne genevoise a été explorée assez largement, que ce soit à l’occasion d’un certain nombre de restaurations d’églises ou lors de l’extension de la zone urbaine. Plus de 50 nécropoles antérieures à l’époque carolingienne peuvent être signalées et une dizaine de sanctuaires ruraux sont à dater des Ve et VIe siècles. Mais cette densité est probablement aussi forte autour du lac Léman où sont déjà connus plusieurs édifices chrétiens de même époque.

13Ce processus est-il exceptionnel et dans quelle mesure la royauté burgonde a-t-elle favorisé un tel développement ? Les fouilles menées dans d’autres régions de la Gaule ou des Alpes offrent des exemples semblables et on peut supposer que les derniers souverains burgondes ont accéléré l’organisation et l’expansion de la christianisation. Cette volonté est illustrée de manière encore plus impressionnante dans les villes de Lyon et de Vienne ; cependant, l’étude de ce territoire doit encore être approfondie afin de mieux préciser l’image d’une période remarquable de notre histoire.

Bibliographie

Bibliographie

BLONDEL, 1958 = BLONDEL L. Le prieuré Saint-Victor, les débuts du christianisme et la royauté burgonde à Genève. Bulletin de la Société d’Histoire et d’Archéologie de Genève, t. XI, 3e livr., 1958, p. 211-258.

BONNET, SANTSCHI, 1986 = BONNET C., SANTSCHI C. Genève. In : Topographie chrétienne des cités de la Gaule des origines au milieu du VIIIe siècle, III, Provinces ecclésiastiques de Vienne et d’Arles (Viennensis et Alpes Graiae et Poeninae), Paris, 1986, p. 37-48.

BONNET, 1991 = BONNET C. Le groupe épiscopal de Genève. Archéologie Suisse, 14.1991.2, p. 221-228.

COLARDELLE = COLARDELLE M. Les paroisses rurales. In : Naissance des arts chrétiens, Atlas archéologiques de la France, Paris, 1991, p. 122-133.

DESCŒUDRES, SAROTT = DESCŒUDRES G., SAROTT J. Eine frühchristliche Taufkirche im Oberwallis. Die Ausgrabungen in der Pfarr- und Wallfahrtskirche Unsere Liebe Frau auf dem Glisacker (Gemeinde Brig-Glis). Vallesia, 41, 1986, p. 349-448.

DUBUIS = DUBUIS F.-O. Vestiges de sanctuaires primitifs et « préhistoire » des paroisses rurales en amont du Léman. Archéologie Suisse, 6.1983.2, p. 90-96.

JATON, EGGENBERGER, SAROTT, 1986-1991 = JATON P, EGGENBERGER P, SAROTT J. Chronique des fouilles archéologiques du Canton de Vaud, Romainmôtier. Revue historique vaudoise, 1986-1991, 1986, p. 137-139 ; 1987, p. 194-196 ; 1988, p. 158-163 ; 1989, p. 132-134 ; 1990, p. 178-181 ; 1991, p. 234-240.

PRIVATI, 1983 = PRIVATI B. La nécropole de Sézegnin (IVe-VIIIe siècle). Mémoires et Documents publiés par la Société d’histoire et d’archéologie de Genève, t. X, 1983, 181 p.

SENNHAUSER, 1991 = SENNHAUSER H.-R. Vorromanische Kirchenbauten, Katalog der Denkmäler bis zum Ausgang des Ottonen, Nachtragsband, Münich, 1991.

TERRIER, 1991 = TERRIER J. Les origines de l’église de Vandœuvres GE. Archéologie Suisse, 14.1991.2, p. 229-236.

TERRIER, 1993 = TERRIER J. La villa gallo-romaine de Vandœuvres (GE). Archéologie Suisse, 16.1993.1, p. 25-29.

Table des illustrations

Légende Fig. 1 - Le groupe épiscopal de Genève.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/17694/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 124k
Légende Fig. 2 - Les fouilles de la cathédrale Saint-Pierre à Genève (1979) (photo J.-B. Sevette, Genève).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/17694/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 224k
Légende Fig. 3 - Les tombes des VIe et VIIe siècles dans les deux premières églises de la Madeleine (photo J.-B. Sevette, Genève).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/17694/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 188k
Légende Fig. 4 - L’établissement de Sézegnin (Ge) en cours de dégagement.Un habitat rural occupé durant l’époque burgonde.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/17694/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 216k

© ARTEHIS Éditions, 1995

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search