Version classiqueVersion mobile

Les Burgondes

 | 
Henri Gaillard de Sémainville

Sur le Main et le Rhin

Les Burgondes à Alzey ? Une question ouverte ?1

Jürgen Oldenstein

Résumé

Die Frage, ob die Burgunder tatsächlich in Alzey gewesen sind, kann immer noch nicht mit letzter Sicherheit beantwortet werden, jedoch haben die neuen Ausgrabungen, die zwischen 1981 und 1986 in Alzey durchgeführt worden sind, archäologische Hinweise geliefert, die im Zusammenhang mit den schriftlichen Quellen die Annahme verstärken, da während der ersten Hälfte des 5. Jahrhunderts tatsächlich ostgermanische Burgunder als Foederaten Teile der römischen Rheingrenze gegen die andrängenden Barbaren verteidigt hâtten.
Die Einbauten der 2. Phase machen einen « unrömischen » Eindruck im Vergleich mit der Bausubstanz der 1. und der 3. Kastellperiode. Die 2. Bauphase des Kastells kann mehr oder weniger sicher in das erste Drittel des 5. Jahrhunderts datiert werden, und dies wäre der Zeitraum, der für die Anwesenheit der Burgunder im Rheingebiet aus den schriftlichen Quellen herausgelesen werden kann.
Eine neue Deutung des Kapitels 41 der Nofifia dign. occ., die die Limitantruppen des Mainzer Dux aufzählt, macht es wahrscheinlich, da diese Liste den Zustand der Rheingrenze während der ersten Hälfte des 5. Jahrhunderts beschreibt und nicht den der zweiten Hâlfte des 4. Jahrhunderts. Es scheint sich abzuzeichnen, daB die burgundischen Foederaten am Rhein im 5. Jahrhundert die Rolle der comitatensischen Einheiten des 4. Jahrhunderts gespielt haben und unter dem Oberkommando des magister equitum per Gallias Aëtius agierten, während die limitanen Einheiten weiterhin unter dem Kommando eines römischen Befehlshabers standen.

Texte intégral

  • 1 Cet article n’est qu’une version un peu retouchée et pourvue de notes de ma communication.
  • 2 Concernant la question des Burgondes à Worms et dans les alentours, voir Wackwitz (P.), Gab es ein (...)

1Les Burgondes à Alzey ? C’est une question que l’on a posée depuis longtemps. A ce jour nous ne sommes pas capables de préciser d’une manière satisfaisante dans quelle partie du Rhin les Burgondes ont été établis pendant la première moitié du Ve siècle. Les sources anciennes disent seulement que les Burgondes ont été établis par Rome le long du Rhin en 4132.

  • 3 Olympiodore, Fragmenta 17.

2Même si le court passage d’Olympiodore3 pour l’année 412 avait mentionné Moguntiacum in Germania I et non Mundiacum in Germania II, on ne pourrait pas l’utiliser pour localiser les Burgondes en 413, parce que nous savons que les Burgondes se trouvaient pendant ces deux années-là à Arles et en d’autres lieux de la praefectura Galliarum.

  • 4 Voir note 2.

3Les seules sources qui mettent les Burgondes en rapport avec la cité de Worms, sur le Rhin supérieur, non loin de Moguntiacum/Mayence, ce sont la chanson de Walthari au IXe siècle et la chanson des Nibelungen au XIIIe siècle. Cette chanson mentionne aussi le troubadour Volker d’Alzey, ami et compagnon d’armes de Hagen de Tronje4.

  • 5 Pour le peigne, voir Oldenstein (J.), Neue Forschungen im spätrömischen Kastell von Alzey. Bericht (...)

4Les sources archéologiques n’en disent rien, ou ne sont pas très claires. Il y a bien quelques trouvailles qui montrent des influences germaniques orientales, comme par exemple un peigne d’Alzey, mais les objets typiquement burgondes manquent en Rhénanie entre Mayence et Strasbourg5.

  • 6 Pour les résultats des fouilles à Alzey, voir Oldenstein 1986, op. cit. (note 5) ; Id., La fortific (...)

5Vous pouvez vous demander pourquoi je parle d’Alzey et des Burgondes en Rhénanie. Ma réponse est la suivante : je ne peux pas prouver que les Burgondes se sont établis à Alzey, mais les fouilles que nous y avons menées entre 1981 et 1986 ont donné des résultats qui justifient de poser à nouveau cette vieille question6.

6Jusqu’en 1981 on croyait que le camp d’Alzey avait connu seulement une phase d’occupation, et on a cru aussi que le fort avait été détruit pendant la grande invasion germanique de 406/407 après Jésus-Christ.

  • 7 Franke (P.R.), Die Fundmünzen im römischen Deutschland, 4, 1, Berlin, 1960, 58 N° 934a avec note (s (...)
  • 8 Nesselhauf (H.), Die spätrömische Verwaltung der gallisch-germanischen Länder, Berlin, 1938.
  • 9 Pour l’histoire de cette période et ses sources, voir Bury (J.B.), History of the later Roman Empir (...)

7Ce point de vue résulte de l’évidence numismatique. Il y a à Alzey seulement deux pièces de Valentinien III7, qui ont été frappées après 402, et la circulation monétaire entre 388 et 402 est réduite expressément par rapport à la période antérieure à 388. De plus, la thèse d’Herbert Nesselhauf, datant de 19388, selon laquelle le duché de Mayence aurait été détruit définitivement en 406/407, est très importante pour l’hypothèse d’une destruction du fort à cette période9.

  • 10 Pour les différentes périodes, voir le plan.

8Nos fouilles ont prouvé que le camp d’Alzey n’avait pas connu qu’une période d’occupation. Je vais vous montrer qu’il y a eu trois périodes différentes. La première et la troisième période sont absolument sûres, mais entre les deux il y a quelque chose, que je veux caractériser comme une deuxième période10.

9D’après la numismatique, nous sommes relativement sûrs que la troisième période ne peut pas commencer avant 425 et qu’elle finit vers le milieu du Ve siècle. Cela veut dire que la deuxième période doit se situer dans la première moitié du Ve siècle.

  • 11 Nesselhauf (H .), op. cit. (note 8), p. 37 sq.

10Les explorations nouvelles sont en contradiction avec la thèse d’Herbert Nesselhauf, qui dit que le duché de Mayence a été détruit définitivement en 406/407 et qu’il n’a pas été réorganisé par la suite11.

  • 12 Voir Oldenstein 1994, op. cit. (note 6), p. 78 sq.

11Une analyse du chapitre 41 de la Notitia dignitatum occidentale a montré que la thèse de Nesselhauf n’était pas aussi sûre qu’on l’a cru. En particulier, la comparaison avec le duché bordant l’Atlantique donne des indications qui montrent que les listes 38 du Tractus Armoricanus et Nervicanus et 41 du duché de Mayence ne sont pas à dater dans la deuxième moitié du IVe siècle, mais qu’elles énumèrent les troupes limitanéennes de la première moitié du Ve siècle12.

  • 13 Goffart (W.), Barbarians and Romans a.d. 418 — 584. The techniques of accommodation, Princeton, 198 (...)

12Enfin, nous avons les résultats de Walter Goffart concernant l’établissement des barbares fédérés en Gaule13. Ses thèses, selon lesquelles les barbares n’ont pas reçu une attribution de terrain réel d’après la loi de l’hospitalité d’Honorius, mais seulement une partie de ce revenu fiscal, supposent une administration romaine appliquée dans ces régions où des fédérés ont été établis. Cet ensemble de sources différentes, que je vais vous présenter en détail plus bas, ne prouve pas exactement que les Burgondes étaient établis à Alzey, mais je crois que la route de la preuve définitive concernant leur présence en ce lieu est devenue un peu plus courte.

Plan du camp d’Alzey. Phases I, II et III. En tirets : limite de la fouille (1981-1986). Cercle double : puits.

Plan du camp d’Alzey. Phases I, II et III. En tirets : limite de la fouille (1981-1986). Cercle double : puits.

1. Casernes.
2. Principia ?
3. Horrea ?
4. Caniveau.
5. Dalles de pavement in situ.
6. Maison à colombage.
7. Maison à colombage vraisemblable.
8. Palatium ?
9. Restes d’une caserne encore utilisée.
10. Restes d’une construction (période II vraisemblable).
11. Fabrica.
12. Ensemble de baraques.
13. Eglise.
14. Restes d’une construction (période III vraisemblable)
15. Porte bloquée par un massif construit.
16. Coupes du fossé.

  • 14 Carson (R.A.G.), Kent (J. PC.), Late Roman Bronze Coinage, Part 2, Londres, 1965, n° 505.
  • 15 Codex Theodosianus, XI, 31, 5 (15. 8. 370).

13Le fort d’Alzey a été fondé entre 367 et 370. Nous pouvons fixer cette date aussi précisément, car nous avons trouvé dans un horizon de construction trois pièces de la série gloria novi saeculi14, qui ont été frappées entre 367 et 375. En 370, Valentinien Ier a présenté une loi à Alzey, d’après le codex Theodosianus15. Cela veut dire que le fort était érigé à ce moment-là.

  • 16 Pour les descriptions suivantes des différentes phases du fort d’Alzey, voir le plan (les trois pha (...)

14Les murs dessinaient un carré de 165 mètres de côté, comportant quatorze tours et deux portes du type d’Andernach. Onze mètres devant les murs, il y avait un fossé triangulaire d’une largeur de sept mètres et d’une profondeur de trois mètres16.

15Derrière les murs, les casernes à plusieurs étages étaient érigées en forme de casemates. Toutefois, derrière le mur nord-est, il n’y a jamais eu de casernes. Cette partie du fort était destinée à un bâtiment très grand. On ne sait pas exactement quelle était la fonction de ce bâtiment, mais je suis relativement sûr qu’il s’agissait de principia.

16Nous ne savons ni pour quelle troupe le fort avait été construit, ni s’il s’agissait d’un camp comitatenséen ou limitanéen. On pense qu’Alzey devait être un camp limitanéen, bien que le fort ne se trouve pas dans le chapitre 41 de la Notitia, où les garnisons limitanéennes du duché de Mayence sont énumérées du Sud au Nord. On pense aussi qu’Alzey a été éliminé, comme le fort de Bad Kreuznach, quand la liste 41 a été copiée pendant le Moyen Age.

17W. Unverzagt a cru, de son côté, qu’Alzey était construite comme une base comitatenséenne, parce qu’elle n’est pas mentionnée dans le chapitre 41. Je crois aussi qu’Alzey était au début une base comitatenséenne, mais je ne peux pas suivre l’argumentation de W. Unverzagt, parce que je suis relativement sûr que la liste 41 traduit l’état de la première moitié du Ve siècle, donc un état qui est plus jeune de 40 ans que la fondation d’Alzey.

18Comme l’absence de mention des troupes d’Alzey et de Bad Kreuznach ne peut pas être une raison pour dire que les deux forts étaient des bases comitatenséennes, quelles autres possibilités y a-t-il de connaître le rôle de ces deux garnisons ?

19Les murs, spécialement la construction des casernes, donnent quelques indications à ce sujet. La situation de celles-ci, directement derrière les murs, n’est pas aussi normale qu’on veut bien le dire. Pour prouver que les casernes en forme de casemates sont venues d’Orient en Occident à l’époque de Valentien Ier, on cite généralement, en qualité de parallèles occidentaux, les camps d’Alzey et d’Altrip. Les deux forts disposent sans doute de casernes en forme de casemates, mais si l’on cherche d’autres forts avec cette caractéristique, on peut seulement citer Bad Kreuznach, et peut-être Horbourg en Alsace.

  • 17 Gichon (M.), The courtyard pattern castellum on the Limes Palaestinae. In : Vetters (H.), Kandler ( (...)

20On doit différencier les forts ayant une surface supérieure à un demi hectare et d’autres, plus petits. Les petits forts, y compris en Occident, disposent depuis la fin du IIIe siècle, de casernes en forme de casemates. Mais les plus grands présentent très rarement ce caractère en Occident, alors que la plupart des forts en Orient et en Afrique disposent de casemates et d’une cour sans bâtiments depuis la fin du IIIe siècle. Mordechai Gichon a montré que ce type de fort était excellent en cas de sièges et de bombardements, et que cela était nécessaire en Orient et en Afrique car les Sassanides en particulier maîtrisaient très bien l’art du siège17.

21Nous savons d’autre part que les Germains n’aimaient pas assièger des camps romains. Par conséquent il n’est pas surprenant que la plupart des forts du Bas Empire n’aient pas disposé d’un tel type de casernes ; par contre, les forts d’Occident, y compris dans la deuxième moitié du IVe siècle, présentent en général le système de construction du Haut Empire. Les casernes, avec seulement un rez-de-chaussée, occupent une grande surface dans la cour intérieure. La seule différence, à part les murs très forts, est que les casernes et les autres bâtiments des forts ne sont pas distribués de manière aussi régulière que dans les camps militaires du Haut Empire.

22Cela montre que la construction des forts d’Alzey et de Bad Kreuznach n’est pas la règle mais l’exception en Occident. Pourquoi une telle exception ?

23J’ai dit que les camps construits selon ce système étaient très bons pour la défense. On n’avait pas non plus besoin de beaucoup de soldats pour les garder. Cela pourrait être une indication concernant les troupes qui ont été stationnées à Alzey. Un trait caractéristique des troupes comitatenséennes est que ces troupes ne restaient pas stationnées longtemps dans un camp, comme les troupes limitanéennes. D’un autre côté, le comitatus avait besoin de cantonnement dans les régions où il opérait. Mais dans les forts le long du Rhin étaient stationnés les limitanei, et dans l’hinterland de Mayence et de Worms il n’y avait pas de grandes colonies où les comitatenses pouvaient être cantonnés. Les deux seuls centres de l’hinterland de Mayence, les vici d’Alzey et de Bad Kreuznach, avaient été détruits en 352. Sur ces deux villages on a construit deux grandes bases militaires. Je crois que c’est une autre indication en faveur de la thèse selon laquelle Alzey était une base comitatenséenne.

24La circulation des monnaies à Alzey est différente de celle des autres lieux situés le long du Rhin. Depuis 388, les pièces frappées entre 388 et 402 ont diminué plus fortement que dans des lieux comme Mayence, Trêves et Cologne par exemple. Cette remarque est à rapprocher du fait que la plupart des troupes comitatenséennes avaient été déplacées de la frontière rhénane en Italie entre 388 et 402. La diminution, mais pas l’interruption, de la série des pièces depuis 388 montre qu’à Alzey il y a eu une grande réduction des troupes, ou, autrement dit, que dans le fort devait rester seulement la compagnie de garde, afin de le défendre et de le maintenir en bon état.

  • 18 Schônberger (H.), The Roman frontier in Germany. Journal of Roman Studies, 59, 1969, p. 177 sq. ; P (...)
  • 19 Höckmann (O.), Römische Schiffsverbände auf dem Ober- und Mittelrhein und die Verteidigung der Rhei (...)

25Pour comprendre le système militaire romain le long du Rhin au Ve siècle, il est nécessaire de regarder la situation du IVe siècle. Après la chute, en 260, du Limes, qui était un système linéaire, on a essayé d’établir un système échelonné dans l’hinterland, à l’époque de Dioclétien et de Constantin18. Ce système était plus défensif qu’agressif. L’invasion alamannique de 352 et en particulier l’attaque de Rando en 368 avaient montré que ce système n’était pas adapté aux attaques germaniques. Le long du Rhin, Julien et Valentinien Ier commencèrent à construire de petits burgi sur la rive droite, comme Ladenburg ou Zullestein par exemple19. Je pense que ces burgi étaient construits pour des éclaireurs qui devaient explorer des régions ennemies. En cas de mouvements hostiles, les éclaireurs devaient prévenir l’arrière pour mobiliser les troupes comitatenséennes.

26Les troupes limitanéennes et la flotte du Rhin pouvaient tenir la situation en attendant que les comitatenses entrent en ligne. Les limitanei n’étaient qu’une partie de la défense romaine le long du Rhin. Sans le comitatus ils n’étaient pas en état de défendre longtemps la frontière en Rhénanie. Quand les comitatenses eurent quitté la frontière de la Rhénanie, il n’a pas fallu attendre longtemps pour que les barbares franchissent le Rhin. Le système de défense du Rhin avait fait ses preuves, mais dès qu’on eût enlevé un chaînon, il s’effondra.

27A la fin de sa première phase, le fort d’Alzey a été détruit. Dans nos fouilles, nous en avons beaucoup de preuves. Sur les planchers de la caserne il y a une couche d’incendie. La margelle et des éléments de tuyaux d’un puits sont détruits. Le grand bâtiment a été détruit par le feu à la fin de sa première phase. La datation de la fin de cette période n’est pas possible avec des méthodes archéologiques. La date la plus probable est pour moi 406/407, mais c’est une date historique.

  • 20 Voir Oldenstein 1986, op. cit. (note 5) avec Beilage et la reconstruction dans Cüppers (H.) (éd.), (...)

28Après cette destruction on a reconstruit le fort. On a installé de nouveaux planchers dans la caserne20. Le puits a été également réparé : on a creusé un nouveau cône tronqué qui était un peu plus petit que le cône du premier puits. Le remplissage du deuxième cône était constitué de gravats brûlés. Cela montre aussi qu’il y a eu à la fin de la première phase un grand incendie. La réparation du puits était effectuée d’une manière très grossière.

29A part le renouvellement du puits et de la partie de la caserne, la nouvelle garnison du fort a détruit la substance de la caserne. Dans notre secteur de fouille on a érigé un bâtiment construit en colombage. La maison était couverte d’un toit en matériaux organiques, peut-être des bardeaux de bois ou des roseaux. Cette constatation est relativement importante, parce que pendant les phases un et trois les bâtiments étaient couverts de tuiles romaines.

30La maison en colombage était située directement à l’arrière de la tour intermédiaire au Nord-Ouest. La raison pour laquelle on a démoli la caserne à l’arrière de la tour n’est pas claire. Il n’y avait aucun indice expliquant pourquoi la caserne de ce secteur était beaucoup plus détruite que celles des autres parties. Il semble que de telles parties, qui étaient intéressantes, spécialement autour des tours et des portes, aient été détruites intentionnellement. Au cours des fouilles anciennes, on a trouvé beaucoup de traces qui montrent que notre bâtiment en colombage n’était pas le seul à être érigé de cette manière. Je ne sais pas pourquoi on a fait cela, mais je pense qu’il est probable que les membres de la nouvelle garnison n’avaient pas voulu habiter dans les casernes. Ce qui est remarquable, c’est que ces bâtiments se trouvaient dans les secteurs du fort qui étaient importants pour la défense de celui-ci.

  • 21 Voir le plan.

31Dans le grand bâtiment à l’arrière du mur nord-est, il y avait aussi trois phases21. Je ne peux pas prouver que les phases de construction de ce bâtiment sont identiques à nos périodes, parce qu’il n’y a pas de connection entre les fouilles anciennes et la nôtre, mais je suis relativement sûr que les différentes phases qui ont été trouvées au cours des fouilles anciennes sont contemporaines des nôtres.

32La première phase de ce bâtiment était également couverte d’une strate brûlée. De l’apparence de ce bâtiment dans la deuxième période nous ne pouvons nous faire qu’une image diffuse, les résultats archéologiques concernant cette partie de la maison étant très maigres. Toutefois, un fait est absolument clair : la construction de la deuxième période était totalement différente de celle de la première.

  • 22 Baatz (D.), Der Südgraben des Kastells Alzey. Germania, 38, 1960, p. 394 sq.

33Dans le fossé il y a eu de grands changements. Le fossé triangulaire du temps de Valentinien a été transformé en un fossé en U22. Concernant ce fossé, je ne peux pas dire non plus que ses trois phases sont identiques aux trois périodes de notre fouille. Je voudrais dire que le deuxième état du fossé, le fossé en U, a besoin de notre deuxième phase. A propos du fossé on peut faire les mêmes constatations que pour le puits : la modification a été effectuée d’une manière très grossière.

34Toutes les choses que j’ai indiquées, concernant la deuxième période, montrent qu’il y a eu de grands changements dans l’architecture du fort après la fin violente de la première période. Cette observation conduit à admettre qu’avec le changement d’architecture un changement de troupes s’est produit. On ne peut pas dire s’il s’agissait de Burgondes, mais les résultats de la deuxième période ne s’opposent pas à cette hypothèse. On peut seulement dire que les constructeurs de la deuxième phase n’avaient pas d’artisans militaires, par comparaison avec la construction de la première phase.

35Pour cerner le problème de la nature de cette troupe, il est important de regarder la fin de la deuxième période. Cette période s’achève également par le feu comme la première. Dans deux cas, on peut prouver que les bâtiments en colombage ont été détruits par le feu, avec la présence de grandes strates brûlées. Deux puits étaient remplis de haut en bas avec de lourds gravats brûlés. Le fossé était également rempli de gravats de la même composition. La sole du fossé était couverte d’une considérable strate de charbon. Sur cette strate se trouvait le gravat brûlé, que l’on avait transporté de l’intérieur du fort pour remplir le fossé de la deuxième phase.

36Les résultats concernant la fin de la deuxième période montrent à mon avis deux choses très claires. Les agresseurs du fort d’Alzey ont pu occuper le fort. On ne sait pas si quelques bâtiments ont été brûlés pendant l’attaque, mais la strate considérable sur la sole du fossé est peut-être une indication. Une autre chose est très claire : les agresseurs ne se sont pas contentés de l’occupation du fort, mais en plus ils l’ont rendu inutilisable. Deux puits et le fossé ont été remplis intentionnellement, de manière à ce qu’une restauration rapide soit rendue très difficile. Bien qu’on n’eût pas démoli les murs, le fort avait perdu deux de ses fonctions vitales, le ravitaillement en eau et la protection du fossé. Ainsi il avait été rendu inutilisable en tant que système défensif.

  • 23 Voir Baatz, op. cit. (note 22), p. 401, avec note 4.
  • 24 Voir note 7.

37La question suivante se pose alors : pourquoi les agresseurs, pendant l’occupation du fort, l’ont-ils rendu inutilisable ? Avec, en corollaire, la question de la datation de la fin de la deuxième période. Dans les gravats de la deuxième phase du fossé a été trouvée une demie silique de Valentinien III23. Cette pièce n’est malheureusement datable qu’entre 425 et 45524, mais elle donne un terminus de 425 pour la fin de la deuxième période et un autre terminus pour le début de la troisième période.

38Bien que la datation de la deuxième période soit très vague, on peut la coordonner avec la datation de l’établissement des Burgondes le long du Rhin.

  • 25 Voir Wackwitz, op. cit. (note 2), p. 50 sq. avec notes, et Anton, op. cit. (note 2), p. 241 avec le (...)

39Les résultats que nous avons obtenus pour la fin de la deuxième période pourraient peut-être être coordonnés avec les dates qui marquent la fin des Burgondes en Rhénanie. Les données historiques sont maigres. Nous savons seulement que les Burgondes ont attaqué la Belgica, et qu’une partie de ce peuple a été détruite sous son roi Gundicarius par Aetius et des régiments hunniques en 436/43725.

  • 26 Chron. Gall. 128.

40L’information suivante concerne l’année 44326. Elle dit que les Burgondes ont été déportés en Sapaudia. En regardant les deux dates, on doit se demander pourquoi il y a eu tant d’années entre leur écrasement en Belgica et leur déportation en Sapaudia.

  • 27 Voir Stroheker, op. cit. (note 2), p. 259 sq., Anton, op. cit. (note 2), p. 240 sq., Martin (M.), R (...)

41Il n’y a pas de réponse certaine à cette question, mais je n’exclus pas que les troupes romaines sous Aetius n’aient pas pu déporter les Burgondes aussi rapidement qu’elles le souhaitaient. Peut-être l’écrasement des Burgondes en Belgica n’a-t-il pas été aussi fort que les sources historiques le disent. En faveur de cette hypothèse, on notera le développement rapide des Burgondes en Sapaudia pendant la deuxième moitié du Ve siècle27.

42Si l’on admet qu’Alzey était une garnison burgonde depuis 413, et que les troupes d’Aetius eurent quelques difficultés pour déporter les Burgondes, les résultats archéologiques concernant la fin de la deuxième période sont plausibles. On occupe le fort et après cela on le rend inutilisable, afin que les bandes burgondes ne puissent pas avoir l’occasion de trouver une fortification pour résister encore une fois aux troupes romaines.

  • 28 Nesselhauf (H.), op. cit. (note 8), p. 37 sq.
  • 29 Hoffmann (D.), Die Gallienarmee und der Grenzschutz am Rhein in der Spätantike. Nassauische Annalen(...)
  • 30 Pour cela, voir Oldenstein 1994, op. cit. (note 6), p. 78 sq.

43Ces spéculations concernant le stationnement des Burgondes à Alzey ont un peu plus de consistance quand on analyse les thèses de Nesselhauf28 et d’Hoffmann29 à propos de la liste 41 de la Notitia. Je ne peux pas énumérer tous les arguments qui vont à l’encontre de l’idée selon laquelle cette liste correspond à la deuxième moitié du IVe siècle30. Un argument tient au fait qu’on ne trouve dans cette liste que des régiments qui sont nommés milites comme milites Martenses, milites Anderetiani, milites Armigeri, etc. Ces régiments sont les plus jeunes de la Notitia, et puisqu’il y a uniquement des régiments de ce type-là, on doit admettre que la liste 41 a été établie après une destruction totale de la défense le long du fleuve frontière. Il y a seulement deux destructions totales, celle de 352 et celle de 406/407. Pour la date la plus ancienne, la liste 41 est trop récente.

  • 31 Voir Oldenstein 1994, op. cit. (note 6), p. 109 sq.

44Il y a une autre raison. La liste du vicar de Vienne est postérieure à 41831. Dans cette liste nous trouvons les provinces de la diözesis Galliarum et pas seulement les provinces de la diözesis septem provinciarum. Cela veut dire que l’administration civile a fonctionné le long du Rhin après 418. Si nous admettons cela, nous devons admettre aussi que les troupes romaines étaient également en fonction là.

45Comme nous devons accepter que les troupes romaines ont opéré le long du Rhin après 406/407, nous devons nous demander aussi de quelle manière étaient constituées les troupes qui ont défendu la frontière rhénane. Pour répondre à cette question, nous devons regarder encore une fois le système romain de défense pendant la deuxième moitié du IVe siècle. Je répète très rapidement les traits les plus importants du système valentinien.

  • 32 Bernhard (H.), Die römische Geschichte in Rheinland-Pfalz. In : Cüppers (H.) (éd.) Die Rômer in Rhe (...)
  • 33 Voir Hockmann, op. cit. (note 19), p. 399 sq.

46Après le coup de 352, les empereurs Julien et Valentinien Ier ont renouvelé la frontière romaine le long du Rhin32. Le système de défense était composé de quatre parties. Le long de la rive droite il y avait les petits burgi du type Mannheim, Neckarau ou Veröce en Hongrie. Sur le fleuve patrouillait la flotte du Rhin33. Le long de la rive gauche étaient situés les forts limitanéens. Dans l’hinterland il y avait des régiments comitatenséens. De petites attaques très rapides des barbares pouvaient être repoussées par les limitanéens et la flotte. De grandes attaques barbares pouvaient être reconnues par les régiments d’éclaireurs, qui étaient stationnés, a mon avis, dans les petits burgi le long de la rive droite du Rhin. Ces éclaireurs faisaient leur rapport sur les mouvements d’armées barbares aux troupes limitanéennes et surtout aux troupes comitatenséennes. Alors, le comitatus avait assez de temps pour se concentrer dans la zone menacée.

47Ce système avait très bien fonctionné, puisque nous n’avons pas d’écho de grandes attaques germaniques entre 352 et 406/407. Mais il ne pouvait fonctionner que lorsque toutes les parties étaient en bon état. Si l’on enlevait un élément, le système était brutalement troublé.

48L’élément le plus important de la défense Valentinienne a été enlevé vers 400/402. La plupart des troupes comitatenséennes ont été déplacées pour la protection de l’Italie. Il n’a pas fallu longtemps pour qu’une grande armée germanique traverse le Rhin près de Mayence.

  • 34 Not. dig. occ. 7 n° 166 sq.
  • 35 Not. dig. occ. 27.
  • 36 Not. dig. occ. 37.
  • 37 Not. dig. occ. 41

49Le système valentinien a été restauré après le renouvellement de Constantin III, ou plus tard sous Constance III. Tandis que le Rhin inférieur au Nord d’Andernach et le Rhin supérieur au Sud de Strasbourg étaient protégés par des troupes comitatenséennes sous le magister equitum per Gallias34Aetius, et son cornes argentoratensis35, nous trouvons le long de l’Atlantique36 et le long du Rhin, sur une distance courte entre Andernach et Strasbourg37, des troupes limitanéennes, qui sont reliées par des régiments nommés milites.

  • 38 Goffart (W.), op. cit. (note 13), p. 103 sq.

50Nous savons que les Wisigoths ont été établis en Aquitaine en 418. D’après Walther Goffart, les Wisigoths n’ont pas reçu une attribution de terrain réel, mais seulement une partie de ce revenu fiscal38.

  • 39 Voir l’article d’Ament (H.) dans ce volume, et Teichner (F.), Auf den Spuren der Nibelungen. Archäo (...)

51Le fait qu’entre Andernach et Strasbourg, on n’ait pas établi des troupes comitatenséennes après 406/407, mais des troupes limitanéennes, montre probalement que dans cette région des fédérés germaniques ont été également installés. Nous ne savons pas quelle tribu germanique était établie dans le duché de Mayence, mais comme Hermann Ament l’a montré, les Burgondes sont la tribu la plus probable39.

52Avec la tribu germanique qui a été établie après 406/407, nous trouvons de nouveau l’élément le plus important de la défense Valentinienne le long du Rhin. La seule différence est que l’activité des troupes comitatenséennes a été reprise par des fédérés germaniques. Nous trouvons en même temps ce modèle en Aquitaine, avec les Wisigoths, et le long du Rhin, très probablement avec les Burgondes.

Notes

1 Cet article n’est qu’une version un peu retouchée et pourvue de notes de ma communication.

2 Concernant la question des Burgondes à Worms et dans les alentours, voir Wackwitz (P.), Gab es ein Burgunderreich in Worms ? Ière partie. Der Wormsgau, Beih. 20, Worms, 1964 ; 2e partie, ibid., Beih. 21, Worms, 1965 ; Strokeker (K.-F.), Studien zu den historisch geographischen Grundlagen des Nibelungenliedes. In : Stroheker (K.-F.), Germanentum und Spätantike, Artémis, Zürich-Stuttgart, 1965, p. 246 sq. ; Deutsche Vierteljahresschriften. Literaturwissenschaften und Geistesgeschichte, 32, 1958, p. 216 sq. ; Anton (H.-H.), Reallexikon der Germanischen Altertumskunde, Burgunden.
Pour Volker d’Alzey, voir entre autres Wilhelm (R.), Volker von Alzey. Heldenlied und Geschichte. In : 1750 Jahre Alzey, Alzey, 1973, p. 207 sq.

3 Olympiodore, Fragmenta 17.

4 Voir note 2.

5 Pour le peigne, voir Oldenstein (J.), Neue Forschungen im spätrömischen Kastell von Alzey. Bericht der Römisch-Germanischen Kommission, 67, 1986, p. 342, fîg. 11. Concernant les trouvailles germaniques entre Strasbourg et Mayence, voir Bernhard (H.), Germanische Funde der Spätantike zwischen Straβburg und Mainz. Saalburg Jahrbuch, 38, 1982, p. 72 sq. ; Schallmayer (E.), Die Lande rechts des Rheins zwischen 260 und 500 n. Chr. In : Staab (F.) (éd.), Zur Kontinuität zwischen Antike und Mittelalter am Oberrhein. Oberrheinische Studien, 11, Thorbecke, Sigmaringen, 1994, p. 53 sq.

6 Pour les résultats des fouilles à Alzey, voir Oldenstein 1986, op. cit. (note 5) ; Id., La fortification d’Alzey et la défense de la frontière romaine le long du Rhin au IVe et au Ve siècles. In : Vallet (F.), Kazanski (M.) (éd.), L’armée romaine et les barbares du IIIe au VIIe siècle, AFAM et Musée des Antiquités Nationales, Saint-Germain-en-Laye, 1993, p. 125 sq. ; Id., Die letzten Jahrzehnte des römischen Limes zwischen Andernach und Selz unter besonderer Berücksichtigung des Kastells Alzey und der Notifia Dignitatum. In : Staab (F.) (éd.), Zur Kontinuität zwischen Antike und Mittelalter am Oberrhein. Oberrheinische Studien, 11. Thorbecke, Sigmaringen, 1994, p. 69 sq.

7 Franke (P.R.), Die Fundmünzen im römischen Deutschland, 4, 1, Berlin, 1960, 58 N° 934a avec note (solidus) ; ibid. N° 934 avec note (demi-silique) = Cohen 34.

8 Nesselhauf (H.), Die spätrömische Verwaltung der gallisch-germanischen Länder, Berlin, 1938.

9 Pour l’histoire de cette période et ses sources, voir Bury (J.B.), History of the later Roman Empire from the death of Theodosius to the death of Justinian, Londres, 1923, p. 185 sq. ; Stein (E.), Geschichte des rômischen Reiches, Berlin, 1928, p. 381 sq. ; Jones (A.H.M.), The later Roman Empire, Londres, 1964, p. 184 sq. ; Demandt (A.), Die Spätantike, Handbuch der Altertumswissenschaft, 3.6, Berlin, 1989, p. 137 sq.

10 Pour les différentes périodes, voir le plan.

11 Nesselhauf (H .), op. cit. (note 8), p. 37 sq.

12 Voir Oldenstein 1994, op. cit. (note 6), p. 78 sq.

13 Goffart (W.), Barbarians and Romans a.d. 418 — 584. The techniques of accommodation, Princeton, 1980.

14 Carson (R.A.G.), Kent (J. PC.), Late Roman Bronze Coinage, Part 2, Londres, 1965, n° 505.

15 Codex Theodosianus, XI, 31, 5 (15. 8. 370).

16 Pour les descriptions suivantes des différentes phases du fort d’Alzey, voir le plan (les trois phases sont numérotées I, II, III).

17 Gichon (M.), The courtyard pattern castellum on the Limes Palaestinae. In : Vetters (H.), Kandler (M.), Akten des 14. internationalen Limeskongresses 1986 in Carnuntum. Der Römische Limes in Osterreich, 36.1, Vienne, 1990, p. 193 sq.

18 Schônberger (H.), The Roman frontier in Germany. Journal of Roman Studies, 59, 1969, p. 177 sq. ; Petrikovits (H.v.), Fortifications in the north-western empire from the third to the fifth centuries. Journal of Roman Studies, 61, 1971, 178 sq.

19 Höckmann (O.), Römische Schiffsverbände auf dem Ober- und Mittelrhein und die Verteidigung der Rheingrenze in der Spätantike. Jahrbuch RGZM, 33.1, 1986, 385 sq.

20 Voir Oldenstein 1986, op. cit. (note 5) avec Beilage et la reconstruction dans Cüppers (H.) (éd.), Die Rômer in Rheinland-Pfalz, Stuttgart, 1990, p. 159, fig. 72.

21 Voir le plan.

22 Baatz (D.), Der Südgraben des Kastells Alzey. Germania, 38, 1960, p. 394 sq.

23 Voir Baatz, op. cit. (note 22), p. 401, avec note 4.

24 Voir note 7.

25 Voir Wackwitz, op. cit. (note 2), p. 50 sq. avec notes, et Anton, op. cit. (note 2), p. 241 avec les sources antiques (Hydat. 110, 23 ; Chron. Gall. 118, 660 ; Prosper 1322, 475).

26 Chron. Gall. 128.

27 Voir Stroheker, op. cit. (note 2), p. 259 sq., Anton, op. cit. (note 2), p. 240 sq., Martin (M.), Reallexikon der Germanischen Altertumskunde, Burgunden, p. 248 sq.

28 Nesselhauf (H.), op. cit. (note 8), p. 37 sq.

29 Hoffmann (D.), Die Gallienarmee und der Grenzschutz am Rhein in der Spätantike. Nassauische Annalen, 84, 1973, p. 1 sq.

30 Pour cela, voir Oldenstein 1994, op. cit. (note 6), p. 78 sq.

31 Voir Oldenstein 1994, op. cit. (note 6), p. 109 sq.

32 Bernhard (H.), Die römische Geschichte in Rheinland-Pfalz. In : Cüppers (H.) (éd.) Die Rômer in Rheinland-Pfalz, Stuttgart, 1990, p. 140 sq., avec fig. 66, 67.

33 Voir Hockmann, op. cit. (note 19), p. 399 sq.

34 Not. dig. occ. 7 n° 166 sq.

35 Not. dig. occ. 27.

36 Not. dig. occ. 37.

37 Not. dig. occ. 41

38 Goffart (W.), op. cit. (note 13), p. 103 sq.

39 Voir l’article d’Ament (H.) dans ce volume, et Teichner (F.), Auf den Spuren der Nibelungen. Archäologie in Deutschland, 1994, n° 4, p. 22 sq.

Table des illustrations

Titre Plan du camp d’Alzey. Phases I, II et III. En tirets : limite de la fouille (1981-1986). Cercle double : puits.
Légende 1. Casernes.2. Principia ? 3. Horrea ? 4. Caniveau.5. Dalles de pavement in situ.6. Maison à colombage.7. Maison à colombage vraisemblable.8. Palatium ? 9. Restes d’une caserne encore utilisée.10. Restes d’une construction (période II vraisemblable).11. Fabrica. 12. Ensemble de baraques.13. Eglise.14. Restes d’une construction (période III vraisemblable)15. Porte bloquée par un massif construit.16. Coupes du fossé.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/17685/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 69k

Auteur

Université Gutenberg de Mayence

© ARTEHIS Éditions, 1995

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search