Version classiqueVersion mobile

Les Burgondes

 | 
Henri Gaillard de Sémainville

Sur le Main et le Rhin

Les Burgondes au bord du Rhin. État de la question

Hermann Ament

Résumé

Nach dem Fall des Limes im Jahr 260 n. Chr. haben die Burgunder neue Siedlungsgebiete in der Nachbarschaft der Alamannen gewonnen; bis zum 5. Jahrhundert bildete der ehemalige obergermanische Limes die Grenze zwischen ihnen und den Alamannen. Um die Jahreswende 406/07 überschritten Vandalen, Alanen und Sueben der Rhein und drangen in Gallien ein. Viele Alamannen und der größte Teil der Burgunden sind ihnen gefolgt und auf das linke Rheinufer vorgestoßen. Im Sommer 411 wurde Jovinus von Alanen unter ihrem Anführer Goar sowie von Burgundern unter Gundahar zum Kaiser proklamiert, und zwar in Mundiacum, das womöglich mit Mainz zu identifizieren ist. Im Jahr 413 schließlich erhielten die Burgunder einen Teil Galliens nahe dem Rhein zur Ansiedlung, ein Gebiet, das schwerlich am Niederrhein im Interessengebiet der Franken gelegen haben dürfte, sondern eher an Mittel- und Oberrhein, in der Gegend von Mainz und Worms.
Nicht nur die Schriftquellen, sondern auch die archäologischen Indizien sind, was die Ansiedlung der Burgunder am Rhein anbelangt, spärlich und undeutlich. Für die der burgundischen Landnahme links des Rheins unmittelbar vorausgehende Zeit lät sich die Ausbreitung ostgermanischer, mithin zumindest teilweise auch burgundischer Einflüsse nach Westen bis in die Rheinzone aufzeigen (Schulze-Dörrlamm 1982, 1985). Für das 5. Jahrhundert, für die Zeit des Bestehens des Burgundenreiches am Rhein, kann allenfalls eine Gürtelschnalle aus Worms-Abenheim als Indiz für die Anwesenheit von Burgundern gelten (Schulze-Dörrlamm 1982/86).

Texte intégral

1Au tournant des années 406/407, les Vandales, les Suèves et les Alains ont franchi le Rhin pour pénétrer en Gaule. Beaucoup d’Alamans et la plupart des Burgondes ont suivi et sont passés sur la rive gauche du Rhin. Pendant l’été 411, Jovin fut proclamé empereur par les Alains sous leur chef Goar ainsi que par des Burgondes sous leur chef Gundahar (phylarchos Guntiários), et cet évènement eut lieu en Moundiakó tes hetéras Germanias, c’est-à-dire à Mundiacum, dans la province de Germania Secunda. L’interprétation de ce rapport de l’historien Olympiodore présente quelques difficultés. Un lieu du nom de Mundiacum est inconnu dans les autres sources écrites. Donc on a supposé que Mundiacum était en réalité Mogontiacum (Mayence), ville capitale d’une province romaine et très convenable pour une assemblée des guerriers et pour la proclamation d’un empereur. Mais Mayence n’était pas située dans la province Germania Secunda, mais en Germania Prima. Si l’identification de Mundiacum avec Mogotiacwn/Mayence/Mainz est impossible, il faut chercher des endroits avec un nom semblable en Germania Secunda, c’est-à-dire dans les régions à l’Ouest du Rhin inférieur. Mündt et Müntz près de Jülich, Montzen en Belgique ont été proposés. Mais l’identification de Mundiacum n’apporte pas beaucoup pour la question de la localisation du royaume burgonde des bords du Rhin. L’endroit où un groupe de guerriers burgondes a participé à la proclamation d’un empereur n’est pas obligatoirement situé dans les limites du territoire burgonde.

2Malheureusement le seul texte qui décrit la fondation du royaume des Burgondes sur le territoire de l’Empire romain est assez imprécis : en l’an 413, nous dit Prosper d’Aquitaine, Burgundiones partem Galliae propinquam Rheno optinuerunt, les Burgondes ont reçu une partie de la Gaule près du Rhin. Mais où était-elle située, cette partie de la Gaule ? Peut-être au niveau du Rhin inférieur, dans la province de Germania Secunda, en tes hetéras Germanias, où selon Olympiodore les Burgondes sont intervenus sous leur chef Guntiarius ? Ou bien en Germania Prima, dont la capitale était Mogontiacum, ce qui est peut-être la même chose que Mundiacum ? Le texte de Prosper ne permet pas d’en décider. Même une décision ex eventu n’est pas possible : en l’an 435 les Burgondes ont franchi les limites de leur territoire et ont attaqué la province de Belgica Prima, ce qui fut la cause d’un désastre militaire et de la chute de leur royaume des bords du Rhin. Mais la Belgica Prima possédait des limites communes aussi bien avec la Germania Prima qu’avec la Germania Secunda, et dans ce contexte, la base de leur opération est caractérisée par une indication assez vague : Eodem tempore Gimdicharium Burgundionum regem intra Gallias habitantem Aetius bello obtrivit..., en ce temps-là Aetius a lutté contre Gundahar, roi des Burgondes, habitant à l’intérieur de la Gaule.

3Ce ne sont que des réflexions générales qui permettent une localisation un peu plus précise. Les régions à l’Ouest du Rhin inférieur, c’est-à-dire la province de Germania Secunda, étaient à ce moment là, c’est-à-dire dans la première moitié du Ve siècle, et depuis longtemps déjà, l’objet des intérêts des Francs, qui étaient installés là soit comme occupants soit au titre de fédérés romains. Leur réaction au moment de l’invasion de 406/407 en est la preuve, quand ils défendirent cette province comme leur propre territoire. A mon avis il était impossible d’installer un territoire burgonde aux dépens des Francs, au moins sans défense véhémente... mais on ne connaît pas de conflits entre Burgondes et Francs. Donc il reste la province de Germania Prima, c’est-à-dire les régions à l’Ouest du Rhin supérieur et du Rhin moyen, peut-être en premier lieu la capitale Mogontiacum et ses environs. Cette région était située dans l’axe de l’invasion de 406/407, quand les Burgondes ont suivi les « vestiges » des Alains, Suèves, Vandales et Alamans ; elle était située aussi entre les intérêts territoriaux des Francs et des Alamans. Si l’on cherche le territoire du royaume burgonde sur la rive gauche du Rhin, les régions voisines du Rhin supérieur et surtout la partie septentrionale s’imposent donc en premier lieu.

4Est-ce qu’il y a des preuves ou bien des indices archéologiques pour cette hypothèse ? Des preuves, non, des indices, peut-être, mais ces indices sont rares et assez vagues.

5Il y a dix ans Mechthild Schulze-Dörrlamm a publié une carte (fig. 1). Elle met en évidence une certaine combinaison d’armes dans des tombes d’hommes, l’association d’une hache avec des pointes de flèche. M. Schulze-Dörrlamm en conclut : « Le fait que ces tombes de guerriers se trouvent seulement à la périphérie septentrionale du territoire des Alamans, c’est-à-dire le long du Main et aux environs des embouchures du Main et du Neckar, n’est pas un hasard mais un indice pour la localisation de la zone d’implantation des Burgondes à l’Est du Rhin au IVe siècle et au début du cinquième ». Quelques années plus tard le même auteur a repris le thème en analysant les origines de la coutume du dépôt d’armes dans les tombes. Elle a démontré que cette coutume est venue de la Germanie de l’Est et a été diffusée vers l’Ouest par des guerriers germaniques intégrés dans l’armée romaine. « Selon la combinaison d’armes dans leurs tombes, il s’agit, dans la région de l’embouchure du Main, surtout de guerriers venant de la région est de la culture de Lebus/Lausitz (Lusace), c’est-à-dire vraisemblablement de Burgondes... » (Schulze-Dörrlamm 1985 : 561). Ainsi nous avons quelques indices en faveur d’une transgression burgonde vers l’Ouest, jusqu’à la région de Mayence, dès avant le Ve siècle, à la veille du premier royaume burgonde en Gaule.

6Pour le Ve siècle et pour les régions à l’Ouest du Rhin les indices sont encore plus faibles. Il y a dix ans, Helmut Bernhard a publié un ouvrage concernant les objets de caractère germanique de la période du Bas-Empire entre Strasbourg et Mayence (Bernhard 1982). Il a constaté certaines influences de la Germanie de l’Est pour la phase qui suit l’invasion de 406/407, par exemple dans les tombes de Wolfsheim, de Altluheim, de Mundolsheim et de Hochfelden. Il y voit la preuve de la présence transitoire de personnages de souche burgonde, gothique ou alane. Mais ces tombes ne peuvent pas marquer le territoire de l’implantation burgonde au bord du Rhin. Enfin il existe un seul objet, que l’on a quelques raisons de qualifier de burgonde. En 1984 on a trouvé à Abenheim, aujourd’hui un faubourg de la ville de Worms, deux cruches de fabrication romaine et une boucle de ceinturon en bronze, provenant vraisemblablement d’une tombe du Ve siècle (Schulze-Dörrlamm 1982/86). Cette boucle, destinée à un ceinturon assez large et portant une décoration caractéristique (fig. 2), appartient à un petit groupe de boucles trouvées surtout dans la région de la culture Lebus/Lausitz (Lusace), c’est-à-dire dans l’ancien territoire des Burgondes (fig. 3). Voilà - si vous voulez – un témoin de la présence burgonde au Ve siècle aux environs de Worms !

Fig. 1 - Répartition des tombes de guerriers germaniques des IIIe et IVe siècles, associant hache et arc dans leur mobilier (d’après M. Schulze-Dörrlamm 1982).

Fig. 2 - La découverte de Worms-Abenheim, Welschgasse 10 (d’après M. Schulze-Dörrlamm 1982/86). 1-3 : échelle 1/2 ; 4 : grandeur nature.

Fig. 3 - Répartition des boucles de ceinture ovales en bronze caractérisées par leur épaississement et leur décor incisé.
En hachures, le domaine de la culture de Lebus/Lausitz (Lusace) aux IIIe et IVe siècles (d’après M. Schulze-Dörrlamm 1982/86).

Bibliographie

Bibliographie

BERNHARD, 1982 = BERNHARD H. Germanische Funde der Spätantike zwischen Straßburg und Mainz. Saalburg-Jahrbuch, t. 38, 1982, p. 72-109.

SCHULZE-DÖRRLAMM, 1982 = SCHULZE-DÖRRLAMM M. Spätkaiserzeitliche Gürteltaschen mit Knebelverschluβ. Archäologisches Korrespondenzblatt, t. 12, 1982, p. 501-509.

SCHULZE-DÖRRLAMM, 1985 = SCHULZE-DÖRRLAMM M. Germanische Kriegergräber mit Schwertbeigabe in Mitteleuropa aus dem späten 3. Jahrhundert und der ersten Hälfte des 4. Jahrhunderts n. Chr. Jahrbuch des Römisch-Germanischen Zentralmuseums, t. 32, 1985, p. 509-569.

SCHULZE-DÖRRLAMM, 1982/86 = SCHULZE-DÖRRLAMM M. Archäologische Funde des 5. Jahrhunderts n. Chr. aus Worms-Abenheim. Der Wormsgau, t. 14, 1982/86, p. 91-96.

Table des illustrations

Légende Fig. 1 - Répartition des tombes de guerriers germaniques des IIIe et IVe siècles, associant hache et arc dans leur mobilier (d’après M. Schulze-Dörrlamm 1982).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/17679/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 115k
Légende Fig. 2 - La découverte de Worms-Abenheim, Welschgasse 10 (d’après M. Schulze-Dörrlamm 1982/86). 1-3 : échelle 1/2 ; 4 : grandeur nature.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/17679/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 89k
Légende Fig. 3 - Répartition des boucles de ceinture ovales en bronze caractérisées par leur épaississement et leur décor incisé.En hachures, le domaine de la culture de Lebus/Lausitz (Lusace) aux IIIe et IVe siècles (d’après M. Schulze-Dörrlamm 1982/86).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/17679/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 138k

Auteur

Université Gutenberg de Mayence

© ARTEHIS Éditions, 1995

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search