Version classiqueVersion mobile

Les Burgondes

 | 
Henri Gaillard de Sémainville

De la Vistule à l’oder et à l’Elbe

Contribution à l’histoire primitive, archéologique et culturelle du Brandebourg oriental pendant la période du Ier au Ve siècle après Jésus-Christ

Achim Leube
Traduction de Jean Nurdin

Résumé

Eine dem östlichen Brandenburg ähnliche Kultur war sich seit dem 3. Jahrh. n. Chr. in der Oberlausitz und dem Raum zwischen Neßie und Bober bis zur Warthe im Norden ausgeprägt (Meyer 1971 ; 1975 ; Domanski 1979 u. 1982). Diese Räume wurden nach einer fast 500 Jahre währenden Siedlungslücke neu erschlossen. Da diese archäologische Kultur der im benachbarten südlichen Polen sehr nahe stand, dürfte ein Bevölkerungszuzug von dort zu vermuten sein, ohne da man daraus auf einwandernde Burgunden schließen könnte.
Als Ausgangspunkt kann man festhalten, daß in Ostdeutschland und in Teilen Mitteldeutschlands im 3. Jahrh. n. Chr. zwei große unterschiedliche archäologische Kulturkomplexe ausgebildet waren, deren einer die Elbe und Havel als Zentrum aufwies, während sich der andere östlich der Spree und in der Oberlausitz erstreckte. Die germanischen Siedlungsgebiete unmittelbar östlich Berlins und in der Niederlausitz nahmen eine gewisse Zwischenstellung ein. Beide große Kulturkomplexe zeigten in der zweiten Hälfte des 2. Jh. bzw. zu Beginn des 3. Jahrh. n. Chr. eine deutliche Phase des Siedlungsausbaues, wobei man auf ethnische Bewegungen, d.h. Wanderungen, aus dem Havelland nach Osten und Süden sowie aus dem südpolnischen Raum nach Westen schließen sollte. Unter diesem Gesichtspunkt stellt sich die Frage einer Heimat der B
urgunden im östlichen Brandenburg neu und verlangt eine umfassende Sichtung des vorhandenen Quellengutes.

Note de l’éditeur

Texte traduit de l’Allemand par Jean Nurdin.

Texte intégral

1Pour le territoire occidental de l’Oder, de même que pour la Germanie orientale, la possibilité de comparaison des données historiques et des résultats obtenus par l’archéologie débuta au plus tôt au commencement du Ier siècle après J.-C. Les quelques faits et récits transmis par les écrivains et géographes antiques sont inexacts, controversés et contradictoires sur beaucoup de points.

Les récits antiques

2Le peuple germanique de l’Elbe des Semnons, probablement installé immédiatement à l’Ouest des Burgondes, fut mentionné pour la première fois en 5 après J.-C. à l’occasion d’une campagne de l’armée romaine sous Tibère (Velleius Paterculus, Hist. Rom. 2, 106) :

3« Enfin l’armée romaine atteignit, ce que personne n’avait espéré avant, ... avec ses enseignes la 400e borne milliaire du Rhin à l’Elbe, fleuve qui longe le territoire des Semnons et des Hermundures ».

4Sans autre précision, on pourrait en conclure à l’existence de territoires occupés par ces peuples sur l’Elbe.

5C’est seulement au milieu du IIe siècle après J.-C. que Ptolémée (Geographica 2, 11) donna une localisation plus claire des territoires. D’après lui, les Semnons étaient installés au Sud des Lombards, « dont le territoire s’étend derrière l’Elbe, à partir de son cours moyen en direction de l’Est jusqu’au Syebos, celui des Burgondes occupant le pays contigu jusqu’à la Vistule... » (Ditten et alii 1991 : 219). Comme on peut présumer, selon d’autres récits antiques, que les Lombards occupaient l’embouchure de l’Elbe, on pourrait en conclure pour les Semnons à une localisation quelque part sur le cours moyen de l’Elbe (Seyer 1976 : 83 et ss., et 1985 : 49 et ss.). Les indications et relations de Tacite ne livrent pas non plus d’autres détails permettant de préciser les territoires des peuples germaniques. Tacite ne nomme pas les Burgondes. Seules la grandeur et l’importance des Semnons furent généralement soulignées (Strabon, Geographica 7, 290 ; Tacite, Germania, chap. 39 ; Ptolémée, Geographica 2, 11). Les Semnons furent mentionnés pour la dernière fois en 179/180 après J.-C., lorsque les Quades, qui habitaient la Slovaquie occidentale, voulurent émigrer chez eux (Dion Cassius, Hist. romaine 71, 20).

6La plus ancienne indication concernant les Burgondes venait de Pline l’Ancien (Hist. Nat. 4, 99), vers 70 après J.-C. Il les rangeait sous le nom de Burgodionen avec les Varini (Varins), Charini et Goutones (Goths) parmi les Vandilii (Vandales), c’est-à-dire les peuples germaniques de l’Est, appartenant manifestement à une même communauté culturelle. Chez Ptolémée, la frontière entre les Semnons et les Burgondes est indiquée comme étant le fleuve Suebos ou Syebos, cours d’eau malheureusement non encore localisé. Il donnait comme frontière orientale des Burgondes la Vistule et comme leurs voisins méridionaux les Luges (Ptolémée, Geographica 2, 11). Comme le territoire entre Spree et Oder, d’après nos connaissances actuelles, était en grande partie inoccupé au Ier siècle après J.-C., les indications de Pline au sujet des Burgondes comme éléments constituants des Vandales pourraient ne se référer qu’aux territoires de l’Oder proprement dit, habités à cette époque. Comme Ptolémée (Geographica 2, 11, 9) nomme encore le peuple des Aelvaenones entre les Ruticléens établis sur la Baltique et les Burgondes, on peut présumer que le territoire de ceux-ci s’étendait au Sud des rivières Warta et Notéc jusqu’au coude de la Vistule (Ditten et alii 1991 : 570).

7Il n’y a pas d’autres indications historiques sur les Burgondes avant leur irruption en Rhétie avec les Vandales (278-279 après J.-C.) et leur défaite face aux Romains sur le fleuve Ligys (Lech ?) (Zosime, Hist. Nova 1, 67).

Les territoires d’implantation des Semnons et des Burgondes

8Il est net que la délimitation du territoire des Semnons par rapport à leurs voisins de l’Est les Burgondes, selon Ptolémée, et au territoire de ces derniers est très incertaine. Il faut en outre prendre en considération le fait que les cours d’eau, d’après les découvertes archéologiques, représentent rarement des régions-frontières. Dans la recherche, on a identifié le Syebos en particulier avec l’Oder ou bien avec le cours oriental de la Havel, c’est-à-dire la Havel entre Spandau et le grand lac de Müritz dans le Mecklembourg moyen (Leube 1975 : 61 ; Seyer 1976 : 85, note 46). L’indication de Ptolémée (Geographica 2, 11, 7) pourrait correspondre à cette dernière conception : « Au-delà des Saxons habitent du Chalusos (Trave, Warnow ?) jusqu’au Syebos les Farodini, puis les Sidini jusqu’au Viaduas (Oder ?) et en amont d’eux les Ruticléens jusqu’à la Vistule ». L’identification du Viaduas avec l’actuel fleuve Oder est en tout état de cause sujette à controverse (Ditten 1991 : 561). Le Syebos devrait avoir eu son cours loin dans le Nord pour servir de frontière dans la région des côtes de la Baltique.

Les territoires d’implantation dans la région de l’Elbe et de l’Oder

9Contre l’interprétation de l’Oder comme étant le fleuve Syebos on peut aussi évoquer les résultats de l’archéologie. L’Oder n’était pas, pendant l’époque impériale romaine, une limite culturelle. Au contraire. Les implantations se concentraient des deux côtés du cours d’eau (fig. 1). Par contre, malgré une bonne prospection du terrain, apparaît pour la période du Ier et de la première moitié du IIe siècle après J.-C. entre la Spree et l’Oder, une bande de terre vide d’habitat sur environ 50 à 70 kilomètres de largeur, bande qui ne fut partiellement occupée qu’à la fin du IIe siècle après J.-C. (Eggers B 2/C 1 ; fïg. 1).

10La Havel avec sa vallée basse et large coule en revanche au Nord de la région de Berlin, déjà alors à travers des terrains aujourd’hui encore largement inhabités, comme la Schorfheide et les espaces boisés limitrophes, jusqu’au lac de Müritz (fïg. 1). Elle pourrait marquer la frontière orientale des Semnons et par là une partie de la frontière occidentale des Burgondes, dont l’espace d’implantation se déplacerait alors vers le Nord. Une zone vide d’habitats, formée par la Spree moyenne et la Havel septentrionale, pourrait être interprétée comme étant un pays frontalier et être identifiée au Syebos.

11Ces spéculations se fondent sur les constatations suivantes :

  1. La population germanique était divisée en peuplades (gentes, civitates, nationes).

  2. L’énumération géographique des peuplades chez Tacite et Ptolémée indique que ces tribus avaient chacune un territoire d’implantation spécifique et délimité.

  3. On ne rencontre et on ne suppose pas de mélanges de groupes de population à l’intérieur d’une unité territoriale par suite de migrations ethniques avant la fin du IIe et surtout le IIIe siècle après J.-C.

12Les territoires d’implantation germanique du Ier au IIe siècle après J.-C. sont très bien connus grâce au bon état des recherches et des publications pour la région Elbe-Oder (fïg. 1). Il apparaît non pas un espace habité de façon homogène, mais une alternance nette d’aires exemptes d’habitat et d’habitats serrés.

Fig. 1 - Peuplement du Ier et du début du IIe siècle après J.-C. dans le secteur entre Elbe et Oder. Sont indiquées (points - traits)
les limites des découvertes systématiquement inventoriées. Fin de l’inventaire en 1988.

13En l’occurrence, on pense dans le premier cas aux zones protégées décrites par César (De Bello Gallico VI, 23), zones impénétrables entourant les territoires habités proprement dits. Tacite souligna aussi (Ger mania, chap. 40, 1) la protection apportée par les forêts ou les fleuves aux petites peuplades du culte de Nerthus dans le Jutland. Dans l’ensemble, on peut distinguer dans la région entre Elbe et Oder environ 15 espaces d’implantation de taille diverse, que l’on pourrait interpréter comme possibles territoires d’habitat de peuples mentionnés ou non mentionnés dans les sources antiques. Ils constituaient des territoires traditionnels, habités depuis le néolithique. Ceci est prouvé de manière particulièrement nette par une comparaison avec les implantations slaves. D’après J. Herrmann (1968 : 17 et ss., carte), environ 14 peuples slaves vivaient plus tard dans la région Elbe-Oder sur des aires d’implantation pour l’essentiel approximativement identiques, et avec des zones frontalières analogues.

14Cela confirme la justesse de l’hypothèse selon laquelle la peuplade, même pendant la période germanique et même s’il est prouvé que la stabilité d’implantation était plus grande depuis le VIe-Ve siècle avant J.-C., constituait une communauté d’habitat, c’est-à-dire que chaque peuple avait son territoire d’implantation. Il ne devrait y avoir eu des mélanges avec d’autres ethnies que partiellement pendant l’époque impériale romaine (cf. aussi Wenskus 1961 : 44 et ss.).

15L’habitat germanique du secteur Havel-Spree du Ier au Ve siècle après J.-C. est remarquablement et étroitement lié au cours de la Havel qui commence au Nord de la ville de Rathenow, et au cours inférieur de la Spree jusqu’au Müggelsee au Nord de la ville de Königs Wusterhausen (fig. 2). Il suivait quelques chaines de lacs glaciaires au Nord de la ville de Potsdam, comme la Wublitz-Rinne. En outre il frôlait les bords des petits plateaux morainiques argileux dont on évitait l’intérieur. Comme au début du Ier siècle après J.-C. on s’établit même dans les bas fonds marécageux de ce que l’on appelle les Luch, on doit en conclure que le niveau des eaux était différent de celui d’aujourd’hui (par ex. Herrmann 1959 : 90 et ss.). Le long de la Plane, de la Nuthe et de la Dahme, les hauteurs aujourd’hui encore boisées du Fläming et la partie occidentale et moyenne de la basse Lusace furent en outre davantage ouvertes à la colonisation à partir du IIe siècle après J.-C., après une implantation préliminaire à l’époque de la civilisation de Jastorf (fig. 3). Ainsi se dessine un territoire de colonisation homogène, nettement délimité par les zones frontalières de la dépression des Luch, des hauteurs du Barnim et du Fläming (fig. 2-3) .

16L’habitat très dense fut soumis partiellement pendant les cinq premiers siècles à un changement fréquent des lieux d’implantation (fig. 4). La durée d’établissement ne dépassait souvent pas quelques générations. Ainsi le Luch du Havelland fut abandonné au Ier siècle après J.-C. après une courte durée et habité à nouveau de manière éparse seulement à la fin du IIIe siècle (fig. 1-2). Il apparaît nettement une extension du peuplement à la fin du IIe siècle après J.-C. et vers 200 après J.-C. qui jusqu’ici n’a guère été prise en considération par la recherche (cf. aussi Geisler 1977 : 283 et ss.). A côté de cela, les fouilles de la nécropole de Kemnitz (district de Potsdam-Land) ont prouvé par une inhumation continuelle du IIe au IVe siècle après J.-C. une durée d’établissement considérable de beaucoup de communautés villageoises du Havelland (Geisler 1984 : 167).

17Etant donné qu’il n’y a, au Ve et VIe siècle après J.-C., que peu d’indications sûrement datées concernant l’habitat, un abandon général de l’habitat lié à une émigration de la population ne devrait s’être produit que dans la deuxième moitié du IVe et au début du Ve siècle après J.-C. (Leube 1991 : 81). Ce sont peut-être ces années après 355, au cours desquelles les Alamans devinrent les adversaires dangereux de Rome (Ammien Marcellin, Res Gestae 15, 4, 1).

Le secteur de l’embouchure de la Spree et le Teltow

18Dans le secteur de l’embouchure de la Spree et sur le plateau morainique de Teltow situé au Sud de Berlin apparut surtout un autre type d’implantation (fig. 5). Les habitats eurent une durée relativement grande de plus de trois siècles (Eggers A/B 1 - C2/C3). En outre, un net développement de l’habitat apparaît, qui commença au IIIe siècle. Le fertile Teltow comprend de nombreuses petites dépressions et des ruisseaux, et offrait donc des conditions économiques favorables. Au surplus, ce secteur est caractérisé par un très bon état de la recherche (cf. entre autres Fischer 1974 : 140 et ss., et 1992 : 306 et ss. ; Leube 1975). Les fouilles d’habitats, bien connues, de Kablow et Waltersdorf (district de Königs Wusterhausen) caractérisent la vie culturelle, résidentielle et économique de ce secteur (Krüger 1987 ; Behm-Blancke 1989 : 546 et ss.). De plus petits cimetières à incinération à Grossmachnow (district de Zossen) et à Schulzendorf (district de Königs Wusterhausen) n’ont pas encore fait l’objet de publications (Leube 1975 : 130, 143).

Le groupe de Lebus

19Un peuplement initial peu important durant les Ier et IIe siècles après J.-C. n’existait que dans l’Oderbruch (marais de l’Oder) et sur les pentes de la moraine de Lebus (fig. 1 et 5). Ce territoire de peuplement relativement étroit du secteur de l’Oder, qui déborde fortement vers l’Est, devait être désigné sous le nom de « groupe de la civilisation de Lebus » (Leube 1975 : 60 ; Godlowski 1970 : 28 et ss.). Il était séparé par une zone non habitée, de 50 à 70 kilomètres de profondeur, du territoire de la Havel et de la Spree, et connut selon toute apparence une évolution propre, car ici prit forme depuis la fin du IIe siècle après J.-C., une civilisation dérivée des habitants du Havelland et qui rejoignit en partie celle du territoire de l’Oder et de la Vistule (Leube 1977 : 256 et ss.). Le secteur archéologique le plus connu est la zone de peuplement de Wüste Kunersdorf (district de Seelow) datée du début et de la fin de l’époque impériale (Laser 1971 : 23 et ss.).

Fig. 2 - Peuplement du Havelland « semnon » au Ier et au début du IIe siècle après J.-C. (Eggers B1-B2).
La Havel se jette dans l’Elbe au Nord de la ville de Rathenow.

Fig. 3 - Peuplement du Havelland « semnon/suève » de la fin du IIe jusqu’au début du VIe siècle après J.-C. Les sites archéologiques les plus connus sont la nécropole de Butzow près de la ville de Brandenburg (Brandebourg) et celle de Wilhelmsaue au Nord de la ville de Königs Wusterhausen.

Fig. 4 - Statistique de peuplement pour le Brandebourg oriental et le Havelland. L’axe horizontal permet de repérer le nombre
des sites de découvertes ; l’axe vertical indique les périodes en chiffres absolus et selon la chronologie d’Eggers.

Fig. 5 - Peuplement du Brandebourg oriental entre l’estuaire de la Spree et l’Oder du Ier aux Ve-VIe siècles après J.-C.
Les surfaces claires marquent les plateaux argileux morainiques ou la plaine marécageuse de l’Oder. Les aires en pointillé indiquent les dépressions et les zones en pointillé serré représentent les surfaces sablonneuses très sèches. 1. Site archéologique du Ier siècle après J.-C. (Eggers A/Bl) - 2. Site archéologique du IIe siècle après J.-C. (Eggers B2) 3. Site archéologique des Ier-IIe siècles aux IVe-Ve siècles après J.-C. (Eggers A/B1 - C)
4. Site archéologique du IIIe aux IVe-Ve siècles après J.-C. (Eggers C2 - C3/D).

Le territoire des lacs et des landes dans le Brandebourg oriental

20Le Sud-Est du Brandebourg, c’est-à-dire l’espace à l’Est du Müggelsee (au Nord de la ville de Königs Wusterhausen) et de la petite rivière Dahme jusqu’à l’Oder, a eu un peuplement dont l’histoire diffère de celle de l’Ouest et du centre du Havelland :

  1. Aux Ier et IIe siècles après J.-C. n’existait qu’un habitat minime (Eggers B1 - B2).

  2. Un accroissement considérable du peuplement eut lieu à la fin du IIe et au début du IIIe siècles (Eggers B2/C1 - C2). La fin du peuplement se plaça également à la fin du IVe siècle après J.-C. Les découvertes du Ve siècle sont extrêmement rares et celles du VIe siècle ne sont connues que de manière sporadique.

21C’est seulement ces dernières années que l’on a constaté un peuplement relativement dense dans le secteur du plateau morainique de Lieberose et des landes entre le lac de Scharmützel et le lac de Schwieloch (Fischer 1974 : 140 et ss. ; 1992 : 306 et ss.). Furent peuplées les vallées des cours d’eau et certaines parties des rives de la Spree, ainsi que les bords des lacs ; les surfaces sablonneuses, vraiment sèches et ingrates, furent évitées. Fait partie de ce secteur le plus grand cimetière à incinérations du Brandebourg oriental, qui fut découvert dès 1900 à Wilhelmsaue (district de Fürstenwalde) (Schach - Dörges 1969).

22Les sites archéologiques dans le Brandebourg oriental livrent encore un aspect intéressant du peuplement à l’époque de l’Empire et à celle des Grandes Invasions. Il s’avère que le net accroissement du peuplement à la fin du IIe siècle et vers 200 après J.-C. est venu de la périphérie du secteur de la Havel et de l’embouchure de la Spree. On serait donc tenté de parler pour le Brandebourg oriental d’une véritable « occupation », dont l’origine venait du Havelland situé à l’Ouest, mais qui est attribuée aux Germains de l’Elbe ou même aux Semnons (Seyer 1976 : 90). Elle contredit la thèse jusqu’ici admise d’une immigration de bandes germaniques venues, depuis la fin du IIe siècle après J.-C., du secteur de l’Oder et de la Vistule, bandes que l’on relie aux Burgondes (résumé chez Leube 1975 : 60 et ss. ; Domanski 1973 : 123 et ss. ; 1978 : 413 et ss.).

La Basse Lusace occidentale (Luckau - Bassin de Calau)

23La Basse Lusace a été a priori également revendiquée comme espace de peuplement et d’immigration des Burgondes (résumé chez Leube 1975 : 61 ; Meyer 1975 : 331 et ss.). Ici aussi le nouvel état de la recherche exige une optique plus nuancée. Ainsi les rares indications sur le peuplement au Ier et au début du IIe siècles révèlent une liaison par-dessus les petits cours d’eau de la Nuthe et de la Dahme avec le secteur de la Havel, de même qu’au-delà de la Schwarze Elster avec le cours moyen de l’Elbe. La partie orientale de la Basse Lusace entre Spree et Neisse fut d’abord exempte de découvertes et de ce fait inhabitée (fig. 6). Cette liaison de la population de la Basse Lusace occidentale avec la civilisation germanique de l’Elbe s’ébauche aussi aux IIIe et IVe siècles après J.-C. (Leube 1985 b : 183 et ss.). A mon sens, on ne peut donc affirmer avec certitude qu’ait eu lieu une immigration générale « burgonde » ou germanique orientale dans l’ensemble du Brandebourg oriental et de la Basse Lusace occidentale.

Occupations de territoires dans le secteur Elbe - Oder

24Le début des occupations - de façon déterminante à partir du secteur de la Havel – dans le Brandebourg oriental s’est déroulé manifestement en même temps que les troubles des guerres des Marcomans (166 - 180), qui agitèrent une partie importante de la Germanie (Böhme 1975 : 164, fig. 3 ; et 1991 : 298). Ainsi donc on peut déceler du point de vue archéologique un certain nombre de phénomènes d’occupation, et par conséquent de mouvements ethniques dans le secteur Elbe/Oder, de sorte que la migration vers le Danube des Lombards, des Obiens et des peuplades qui leur étaient alliées ne doit pas être envisagée isolément, mais est probablement l’expression de tensions relativement importantes au sein du monde germanique, tensions dont les causes sont inconnues. H.W. Böhme (1975 : 215, note 195) attire l’attention, dans ce contexte, sur l’abandon et le déplacement de nombreux sites d’inhumation dans de vastes parties de la Germanie libre, sur l’amélioration des méthodes agricoles, sur des modifications de l’armement liées à de grands dépôts d’offrandes sous forme d’armes (système du vasselage ?) dans les marais.

Fig. 6 - Peuplement de la Basse-Lusace au début de la période impériale (Eggers B1 - B2).
Cercle : site archéologique avec céramique germanique de l’Elbe, décorée à la molette.
Triangle : découverte de tombe avec céramique germanique de l’Elbe, décorée à la molette.
Trait : objet provenant des Germains de l’Elbe.

25En général, les migrations et les incursions guerrières transmises par l’histoire ne peuvent être prouvées par l’archéologie. Cependant la pénétration de Germains venus du Nord et de l’Est dans le bassin du Danube se reflète dans les découvertes archéologiques. Ce sont surtout des fibules, des plaques de ceintures, des bracelets et des objets en céramique qui sont issus de la culture de Przeworsk, dans le Sud de la Pologne (Tejral 1970 : 184 et ss. ; 1971 : 27 et ss. ; Böhme 1975 : 212). Des objets identiques sont pourtant également connus dans le secteur Oder-Spree et le Havelland. T. Kolnik (1971 : 524) a attiré l’attention sur des fibules du groupe Almgren V, série 8 et 10, qu’il a datées de l’époque d’Hadrien et du début de celle d’Antonin. J. Tejral (1970 : fig. 1, 10, 1 - 11) fait valoir surtout les fibules du groupe Almgren V, fig. 126 et ss. Comme différentes et nouvelles dans leur aspect apparurent aussi les fibules du groupe Almgren II, fig. 41 (Tejral 1970 : fig. 4, 8 : Chrlice près de Brno, Venkov), dont le lieu d’origine était sans conteste le Brandebourg oriental (Leube 1990 : 109). Il est possible que des fractions de peuplades germaniques et des troupes de guerriers venues du Brandebourg oriental se soient déjà jointes à ces migrations et aient ainsi fait connaissance avec les provinces de l’Empire romain.

Quelques considérations sur l’économie, la religion et la société

26Après avoir déjà noté, dans l’histoire du peuplement, quelques traits spécifiques pour le Brandebourg oriental, ce secteur se distinguait aussi, remarquons le, dans certaines branches de l’économie, ainsi que par des phénomènes cultuels et des formes de tombes particuliers. Nous allons les présenter dans leurs caractéristiques principales (cf. Leube 1990).

Formes de maisons, de fermes et d’agglomérations

27Dans le Brandebourg oriental et le Havelland on connaît un assez grand nombre de fouilles dans des zones de peuplement relativement petites, qui livrent des connaissances détaillées sur les formes des agglomérations, des maisons et des fermes. Les constructions au ras du sol révèlent des ensembles complexes. Ainsi on peut distinguer des constructions à une ou plusieurs travées. Dans quelques agglomérations prédominait très nettement un système comprenant de nombreuses maisons avec répartition des fonctions sur des bâtiments séparés et relativement petits, à une ou deux travées (grenier, atelier de tissage, étable, grange ?, maison d’habitation). Dès 1935-1938 des recherches furent menées sur l’habitat le plus important du Havelland, près de Nauen (Doppelfeld, Behm 1939 : 284 et ss. ; Behm-Blancke 1958 : 266 et ss. ; Werner 1968 : 347 et ss.). Il était probalement entouré d’une clôture carrée et comprenait environ 50 ou 60 fermes de la fin du IIe au IV siècles après J.-C., sur une superficie de 4 hectares. Prédominait ce que l’on appelle la « maison à trois travées pour hommes et bêtes » (dreischiffige Wohnstallhaus), où vivaient sous le même toit le gros bétail et les gens. Ces constructions trahissent des ressemblances avec les habitations du Nord-Ouest de la Germanie libre (Trier 1969 : 46, 87 ; Zimmermann 1988 : fig. 6D). Les différences viennent de la largeur plus réduite, du petit côté arrondi et de la construction fréquente avec double poteau, qui les apparentaient aux autres constructions allongées du secteur Elbe/Oder. Les fermes de grandeur diverse avec espaces d’habitation bien délimités se groupaient à Nauen autour d’une place dégagée, au bord de laquelle se trouvait aussi un assez grand bâtiment.

28De semblables constructions à trois travées ont été étudiées près de Kablow au Sud-Est de Berlin et n’ont pas encore donné lieu à publication (Werner 1931 : 3 et ss. ; Leube 1975 : 137 et ss. ; Behm-Blancke 1989 : 546 et ss.).

29D’autres maisons d’habitation pour hommes et bétail, comprenant trois travées, sont connues dans le secteur saxon de l’Elbe moyenne. Rien n’a encore été publié sur elles (Leube 1990 : 132). L’édifice jusqu’ici le plus oriental de ce type a été mis au jour à 14 kilomètres à l’Ouest de l’Oder à Herzsprung, district d’Angermünde (Leube 1989 : 534 et ss. ; 1990 : 130). Il a été érigé au IVe siècle après J.-C. (fig. 7).

Fig. 7 - Herzsprung, district d’Angermünde. Ensemble de bâtiments de ferme du IVe siècle après J.-C., avec maison à poteaux de bois, à trois travées, Grubenhaus, et deux greniers sur pilotis.

30Dans les autres zones de peuplement du territoire Spree/Oder dominait la maison allongée, quadrangulaire, à une ou deux travées. De tels plans ont été mis au jour dans les zones de peuplement, essentiellement de la fin de l’époque impériale et du début des Grandes Invasions, à Tornow-Borchelt, Tornow-Lütjenberg et Waltersdorf (Herrmann 1973 : 15 et ss. ; Warnke 1973 : 109 et ss. ; Krüger 1987). Les constructions de Tornow-Lütjenberg se caractérisaient par des poteaux étroitement serrés, souvent doubles, et par des rangées irrégulières de poteaux médians (construction à supports partiels ?), de même que par des accès sur les côtés longitudinaux exposés au Sud (Warnke 1973 : 142 et ss.). La plus longue construction mesurait 30,4 mètres et avait une largeur de 6,1 mètres.

31Parmi les formes rares de maisons d’habitation dans le Brandebourg oriental on trouve des constructions à quatre travées pour hommes et bétail, avec une armature centrale porteuse, qui comprenait deux rangées de colonnes latérales et une rangée supplémentaire de colonnes supportant le faîte (cf. Trier 1969 : 123 et ss. ; Behm-Blancke 1956 : 161 et ss. ; 1958 : 266 et ss.). Tout récemment, on a publié une autre construction de ce type, d’environ 37 m de long, à Berlin-Buch (Hofmann 1992 : 297 et ss.).

32En outre, on aimait beaucoup (c’était une particularité régionale) les maisons à poteaux, aux côtés longitudinaux arrondis selon une forme ovale ou semi-ovale (Leube 1973 : 66 et ss. ; 1975 : 16 et ss. ; Krüger, 1987 : 102 et ss.). Leur surface oscillait entre 25 et 60 m2 (Donat 1988 : 16).

33Ces maisons d’habitation étaient combinées avec quantité de constructions quadrangulaires plus petites, de greniers à céréales construits au ras du sol ou surélevés, de même qu’avec des constructions en partie enterrées, dites Grubenhaüser. Ces Grubenhaüser relevaient depuis le Ier siècle après J.-C. du système d’implantation dans le secteur Elbe/Oder. Dans le Brandebourg oriental, on érigea des constructions avec un nombre particulièrement grand de poteaux le long des parois. Ainsi la maison à huit poteaux se distingue comme forme régionale pour le secteur Oder/Spree (Leube 1990 : 143 et ss.). Les Grubenhaüser avec deux et six poteaux étaient par contre nettement plus rares.

34Les structures de l’habitat dans le secteur Oder/Spree permettent de discerner les formes suivantes pour la période du Ier au Ve siècle après J.-C. :

  1. Le « village à place ronde » (Rundplatzdorf), groupement plus ou moins vaste d’exploitations agricoles, aux structures simples, autour d’une place généralement dégagée, allant de la forme circulaire à l’ovale : Tornow-Borchelt (Herrmann 1973 : 15 et ss.) ; Tornow-Lütjenberg, Complexe IV (Warnke 1973 : 109 et ss.) ; Frankfurt-Kliestow (Marschalleck 1939/40 : 253 et ss.) ; Herzsprung (Bartel, Leube 1985 : 81 et ss.).

  2. L’« habitat en lignes » (Reihensiedlung), forme de village consistant en une ou plusieurs rangées parallèles de maisons ou de fermes. La forme semble avoir été déterminée par l’implantation sur les pentes le long des ruisseaux et des rivières : Tornow-Lütjenberg/KI (Warnke 1973 : 109 et ss.) ; Wüste Kunersdorf (Laser 1968 : 23 et ss.) ; Berlin-Hellersdorf (Seyer, Seyer 1986 : 121 et ss.).

  3. Le peuplement en groupes ou sous forme de hameaux, organisation généralement éparpillée d’exploitations agricoles très disséminées : Waltersdorf (Krüger 1987) ; Berlin-Marzahn/ Rohrpfuhl (inédit) ; Tornow-Lütjenberg/KIII (Warnke 1973 : 109 et ss.).

  4. La ferme solitaire, exploitation agricole isolée : Herzsprung II (Bartel et Leube 1986 : 68 et ss.).

35Il est clair que dans le Brandebourg oriental, depuis le IIIe siècle après J.-C. s’était nettement dessiné un système de peuplement paysan certes différencié, mais aux caractères bien arrêtés. L’exploitation agricole individuelle s’appuyait sur la culture de céréales productives, utilisait des instruments aratoires en fer et disposait d’une excellente connaissance de la métallurgie, qui était entre les mains de spécialistes. Il est donc apparu dans diverses aires de peuplement qu’il existait dès la fin du IIe siècle après J.-C. des exploitations agricoles sortant de l’ordinaire. G. Behm-Blancke (1979 : 337) put prouver l’existence de ces fermes dans les secteurs de peuplement Nauen-Bärhorst et Kablow. Mais elles apparurent aussi à Herzsprung (fig. 6).

Remarques sur l’agriculture

36Le paysan germanique du Brandebourg oriental et du Havelland ne disposait que d’une terre allant de la légèreté sablonneuse à la lourdeur moyenne. On ne pénétra pas à l’intérieur des plateaux morainiques argileux. L’implantation serrée suivait les cours d’eau et avait une préférence pour les bords et les versants des plateaux glaciaires descendant vers les dépressions. Jusqu’au milieu du Ier siècle après J.-C. on put s’implanter sur les îles sablonneuses de la Spree et dans les dépressions marécageuses (ce qu’on appelle Luche) du Havelland. Puis, avec la montée du niveau des eaux, on abandonna ces secteurs.

37Pour travailler la terre on disposait dès le IIe siècle après J.-C., dans le Brandebourg oriental, d’araires avec des socs de fer. Des outils de cette sorte ont été par ailleurs trouvés surtout dans le Sud de la Pologne et en Thuringe, dans le secteur de la Saale et de la Unstrut (Leube 1990 : 9 et ss., carte 23). S’y rapportaient des coutres en fer et, pour la fenaison, des faux à lame de fer. Des dépôts d’outils sont connus, par exemple à Frankfurt-Kliestow, Kablow et Guhrow en Basse-Lusace (Gringmuth-Dallmer 1975 : 281 et ss.).

38Les résultats obtenus sur la base archéobotanique pour la période du Ier aux Ve-VIe siècles après J.-C. prouvent la culture de l’orge (Hordeum vulgare L. et Hordeum spec). Ainsi l’orge vêtue (Hordeum vulgare vulgare) est connue dans l’aire de peuplement de Kablow (Schiemann 1957 : 121 ; Lange 1971 : 59, 88). On y a aussi trouvé la preuve de la culture de l’amidonnier (Emmer) et du seigle (Secale cereale L.) à la fin de l’époque impériale. Des preuves de la culture du seigle ont été découvertes dans le secteur de Klein Köris, contemporain de Kablow et situé à quelques kilomètres (Kloss 1985 : 439 et ss. ; Gustavs 1988 : 75 et ss.).

39L’alimentation comprenait en outre le millet commun (Panicum miliaceum), le haricot (Vicia faba L.) et le pois (Pisum sativum L.), dont la présence fut également reconnue à Kablow (résumé dans Lange 1971 : 67, 87, cartes 14, 18, 20).

40Etant donné l’état des sources, qui sont encore peu nombreuses, une évaluation de l’agriculture reste incertaine. Cependant la culture du seigle laisse présumer une production relativement importante et la pratique de l’hivernage. Les dépôts de Kablow et de Klein Köris sont les plus occidentaux du IIIe et du IVe siècles après J.-C. Le seigle dominait déjà au Ier et au IIe siècles dans la Pologne méridionale. Ce n’est que quelques siècles plus tard que le seigle s’imposa également dans les contrées septentrionales.

41La moisson se faisait grâce à l’usage de faucilles à lame de fer. Elles sont connues depuis le Ier siècle avant J.-C. En relation évidente avec la culture très répandue des céréales, ces outils furent extraordinairement fréquents du IIIe au Ve siècle après J.-C. (Leube 1990 : 29 et ss., carte 25). Pour moudre les céréales, le moulin rotatif s’est imposé au plus tard à partir du IIIe siècle après J.-C. (Leube 1990 : 35 et ss.). Il était surtout fabriqué en granité et en diorite.

42A côté des cultures céréalières, l’élevage constituait la plus importante branche de production agricole. D’après les recherches archéozoologiques, les bovins dominaient par rapport aux porcs, moutons, chèvres et chevaux (Teichert, Müller 1983 : 107 et ss. ; Teichert, Müller 1987 : 128 et ss. ; Benecke 1986). L’éventail dans l’élevage des bovins semble avoir été très large : à côté de petits bovins d’une hauteur au garrot d’un mètre - un mètre 10, on a récemment prouvé l’existence de grands castrats (Teichert 1968 : 101 et ss. ; Benecke 1989 : 176). Ils pourraient être l’indication d’« importations » à partir des territoires des provinces romaines (Benecke 1989 : 188). Par contre, les indices concernant la chasse, la cueillette et la pêche restent minimes. Le pourcentage des ossements d’animaux sauvages dans l’ensemble des os retrouvés dans le secteur Elbe/Oder est inférieur à 4 % (Benecke 1986 : tableau 2).

Extraction et transformation des métaux

43L’extraction et la transformation du fer à forger revêtait une grande importance. Le point de départ était constitué par le minerai de fer à fleur de terre (minerai palustre), dont les gisements apparaissent dans les dépressions et sur le bord des dépressions où coulent des eaux lentes (Ernst 1966 : 5 et ss.). La grande fréquence de l’extraction du fer est illustrée par les dépôts massifs de ce que l’on nomme scories coulées (Laufschlacke) dans presque un lieu de peuplement sur deux (Leube 1990 : 73 et ss., 92). Malheureusement, de vrais fourneaux de réduction (de type bas-fourneau) ont été très rarement découverts dans les fouilles du Havelland et du Brandebourg oriental. La découverte la plus importante est une forge du type Tuklaty à Potsdam-Krampnitz (Pleiner 1965 : 31).

44Les fouilles des gisements de lignite de Basse-Lusace ont apporté des résultats sensationnels (Warnke 1973 : 107 et ss. ; Wetzel 1981 : 21, fig. 14). Dans la seconde moitié du IIe siècle après J.-C., on y entreprit l’extraction et la transformation intensives du fer. On y a mis au jour de véritables « batteries de fourneaux » avec plusieurs centaines de bas-fourneaux (Leube 1990 : 76 et ss.). Ainsi à Merzdorf près de Hoyerswerda se trouvaient environ 400 à 500 bas-fourneaux alignés sur au moins 15 rangs. Le fer obtenu était bien entendu très riche en phosphore, donc cassant et friable. Cependant on est obligé de reconnaître que la population germanique de Basse-Lusace était hautement spécialisée en matière d’artisanat. On savait, entre autres choses, damasquiner et ciseler. Manifestement, les forgerons de « village » pratiquaient aussi l’alliage des métaux, comme le prouve la découverte de creusets, d’un moule et d’un petit tourillon d’enclume à Tornow-Lütjenberg (Warnke 1973 : 119 et ss.). Enfin, du Ve siècle après J.-C. date l’atelier d’un orfèvre trouvé dans l’habitat villageois de Klein Köris : il a apporté des informations sur la transformation de matériaux venant des provinces romaines (Gustavs 1989 a : 71 et ss. ; 1989 b : 147 et ss.).

Fig. 8 - Speichrow, district de Beeskow. Poteries tournées, de la fin du IIIe et du IVe siècle après J.-C., provenant du Brandebourg oriental (éch. 1/3).

Fig. 9 - Müncheberg-Dahmsdorf, district de Strausberg. Pointe de lance avec symboles et inscription runique (éch. 1/2).

Remarques sur la poterie tournée

45La poterie tournée est également une caractéristique culturelle et économique du Brandebourg oriental (Leube 1985 a : 277 et ss.). Dans le Havelland et la Poméranie occidentale, située au Nord, elle n’eut aucun succès. Le centre de sa propagation se trouvait en Basse-Lusace, dans le Teltow et l’Est de la région berlinoise (Leube 1972 : 142 et ss. ; Wetzel 1984 : 41 et ss.).

46Manifestement, les innovations techniques provenaient du territoire quade-slovaque, ainsi que de la région de la Saale et de l’Unstrut (Leube 1990 : 112 et ss.). Leur plein développement se fit de toute évidence dès le milieu du IIIe siècle après J.-C. (fïg. 8).

Culte et foi religieuse

47La considération envers les animaux domestiques dans le cadre d’un culte de la fécondité prenait une grande place dans le Brandebourg oriental. Chevaux, chiens, bovins et sangliers étaient sacrifiés de préférence (Leube 1975 : 56 ; Harck 1984 : 102 et ss.). Des serres d’orfraie percées ou des vertèbres d’animaux laissent supposer le port de trophées ou d’un talisman. Importante est aussi l’inscription runique reliée à des signes magiques sur une pointe de lance de Müncheberg-Dahmsdorf, district de Strausberg (Leube 1975 : 88, 96). Son inscription runique ranja (fïg. 9) a finalement été interprétée comme « celui qui fait prendre la fuite » (au sujet des symboles : Werner 1966 : 28 et ss.).

48Par rapport au Havelland et à toute la région de l’Elbe, le Brandebourg oriental avait depuis le IIe siècle après J.-C. des coutumes funéraires spécifiques. Tandis que dans le territoire des Germains de l’Elbe les morts recevaient une sépulture dans une tombe à urne traditionnelle, dans le Brandebourg oriental dominait un type d’incinération, dans lequel tous les restes du bûcher funéraire étaient enterrés dans une fosse avec les cendres du mort (fïg. 10).

49Une exception remarquable était constituée par la Basse-Lusace dans sa partie occidentale, où on pratiquait la coutume de la tombe à urne (Leube 1985 b : 183 et ss.). Manifestement, des influences venues du territoire de l’Elbe s’y exerçaient.

50Les limites entre les deux types de tombes sont bien tranchées. Des zones mixtes ou de transition paraissent manquer. La coutume de la sépulture à urne avait cours dans le Havelland, jusqu’au Müggelsee à l’Est (fïg. 10). Dans la phase d’extension du peuplement vers l’Est et le Sud-Est dominait la sépulture du type fosse à incinération. De même furent pratiquées des inhumations isolées dont le mobilier indique qu’il s’agit de sépultures féminines (Leube 1975 : 54 et ss.). Le type de sépulture et le rite des offrandes montrent les relations étroites avec le groupe thuringien de Leuna-Haleben.

51La séparation culturelle entre l’ancien territoire traditionnel de peuplement du Havelland et les nouveaux territoires apparaît en outre depuis le début du IIIe siècle après J.-C. dans l’utilisation de types divergents de parures et de costumes, comme la prédominance des fibules « à pied retourné » (ungeschlagener Fu) à l’Est, et dans l’armement.

Fig. 10 - Types de sépultures du IIIe aux Ve-VIe siècles après J.-C. dans le Brandebourg oriental.
Croix : inhumation (Körpergrab) ; cercle : tombe à urne (Urnengrab) ; cercle plein : fosse à incinération (Brandgrubengrab) ; en hachures : domaine forestier ; en blanc : domaine de peuplement.

Bibliographie

BARTEL, LEUBE, 1985 = BARTEL K., LEUBE A. Grabungen auf der germanischen Siedlung von Herzsprung, Kr. Angermünde. Vorbericht über die Grabungskampagnen 1983 und 1984. Ausgrabungen und Funde 30, p. 81-85.

BARTEL. LEUBE, 1986 = BARTEL K., LEUBE A. Ein spätgermanischer Siedlungsplatz von Herzsprung II, Kr. Angermünde. Ausgrabungen und Funde 31, p. 68-76.

BEHM-BLANCKE, 1956 = BEHM-BLANCKE G. Die germanischen Dörfer von Kablow bei Kônigs Wusterhausen. Ausgrabungen und Funde 1, p. 161-167.

BEHM-BLANCKE, 1958 = BEHM-BLANCKE G. Germanische Dörfer in Brandenburg. Ausgrabungen und Funde 3, p. 266-269.

BEHM-BLANCKE, 1979 = BEHM-BLANCKE G. Urgeschichtliche « Herrensitze » in Thüringen. In : Burg und Stadt in Geschichte und Gegenwart, Jena, p. 325-348.

BEHM-BLANCKE, 1989 = BEHM-BLANCKE G. Kablow, Kr. Kônigs Wusterhausen. In : HERMANN J., dir., Archäologie in der Deutschen Demokratischen Republik. Denkmale und Funde 2, Leipzig, Stuttgart, p. 546-548.

BENECKE, 1986 = BENECKE N. Die Entwicklung der Haustierhaltung im südlichen Ostseeraum, Weimar, 1986.

BENECKE, 1989 = BENECKE N. Die Tierknochenfunde aus einer germanischen Siedlung bei Penzlin, Kreis Waren. Bodendenkmalpflege in Mecklenburg, Jahrbuch 1988, p. 175-191.

BOHME, 1975 = BOHME H.W. Archäologische Zeugnisse zur Geschichte der Markomannenkriege (166-180 n. Chr.). Jahrbuch des Römisch-Germanischen Zentralmuseums Mainz 22, p. 153-217.

BOHME, 1991 = BOHME H.W. Ausgewählte Funde aus dem germanischen Königsgrab von Musov (Südmähren/CSFR) anlälich der Restaurierung. Archäologisches Korrespondenzblatt 21, p. 291-304.

DITTEN et alii., 1991 = DITTEN H., SCHMITT W.O., HANSEN G. Chr. Ptolemaios. In : Griechische und lateinische Quellen zur Frühgeschichte Mitteleuropas bis zur Mitte des 1. Jahrtausends u. Z., 3. Teil, Berlin, p. 210-237, 553- 587.

DOMANSKI, 1973 = DOMANSKI G. Zagadnienie tak zwanej kultury burgundzkiej. Przeglad archeologiczny 21, p. 123-163.

DOMANSKI, 1978 = DOMANSKI G. Die Frage der sog. Burgundischen Kultur. Ethnographisch-Archäologische Zeitschrift 19, p. 413-444.

DOMANSKI, 1979 = DOMANSKI G. Kultura luboszycka miedzy Laba a Odra w II-IV wieku, Wroclaw u.a., 1979.

DOMANSKI, 1982 = DOMANSKI G. Cmentarzysko w Luboszycach (II-TV w.), Wroclaw u.a., 1982.

DONAT, 1988 = DONAT P. Problème der Erforschung kaiserzeitlich-völkerwanderungszeitlicher Haus- und Siedlungsformen zwischen Elbe/Saale und Weichsel. Sla via Antiqua 30, p. 1-42.

DOPPELFELD, BEHM, 1939 = DOPPELFELD O., BEHM G. Das germanische Dorf auf dem Bärhorst bei Nauen. Prähistorische Zeitschrift 28/29, p. 284-335.

ERNST, 1966 = ERNST F.-J. Die vorgeschichtliche Eisenerzeugung, Waren/Müritz, 1966.

FISCHER, 1974 = FISCHER B. Die spätkaiserzeitliche Siedlungstätigkeit zwischen Nuthe und Spree. Ausgrabungen und Funde 19, p. 140-148.

FISCHER, 1992 = FISCHER B. Ein neues germanisches Gräberfeld an der Spree bei Hangelsberg, Kr. Fürstenwalde. Ausgrabungen und Funde 37, p. 306-314.

GEISLER, 1977 = GEISLER H. Semnonen - Alemannen. In : Archäologie als Geschichtswissenschaft. Studien und Untersuchungen, Berlin, p. 283-289.

GEISLER, 1984 = GEISLER H. Das germanische Urnengräberfeld bei Kemnitz, Kr. Potsdam-Land. Veröffentlichungen des Muséums für Ur- und Frühgeschichte Potsdam 18, p. 77-174.

GODLOWSKI, 1968 = GODLOWSKI K. Die Przeworsk-Kultur der mittleren und späten Kaiserzeit. Zeitschrift für Archäologie 2, p. 256-275.

GODLOWSKI, 1970 = GODLOWSKI K. The chronology of the late Roman and early migration periods in Central Europe, Krakow, 1970.

GRINGMUTH-DALLMER, 1975 = GRINGMUTH-DALLMER E. Ein Hortfund landwirtschaftlicher Geräte von Guhrow, Kr. Cottbus. Zeitschrift für Archaologie 9, p. 281-300.

GUSTAVS, 1988 = GUSTAVS S. Zur Ausgrabung der spätkaiser-/frühvölkerwanderungszeitlichen Siedlung von Klein Köris, Kr. Königs Wusterhausen. Ausgrabungen und Funde 33, p. 75-81.

GUSTAVS, S. 1989 a = GUSTAVS S. Ein Grubenhaus der spätrömischen Kaiserzeit mit Feinschmiedeabfâllen von Klein Köris, Kr. Königs Wusterhausen. Ausgrabungen und Funde 34, p. 71-76.

GUSTAVS, 1989 b = GUSTAVS G. Werkabfälle eines germanischen Feinschmiedes von Klein Köris, Kr. Königs Wusterhausen. Veröffentlichungen des Muséums für Ur- und Frühgeschichte Potsdam 23, p. 147-180.

HARCK, 1984 = HARCK O. Gefäßopfer der Eisenzeit im nördlichen Mitteleuropa. Frühmittelalterliche Studien 18, p. 102-121.

HERRMANN, 1959 = HERRMANN J. Wasserstand und Siedlung im Spree-Havel-Gebiet in frühgeschichtlicher Zeit. Ausgrabungen und Funde 4, p. 90-106.

HERRMANN, 1968 = HERRMANN J. Siedlung, Wirtschaft und gesellschaftliche Verhältnisse der slawischen Stämme zwischen Oder/Neifie und Elbe, Berlin, 1968.

HERRMANN, 1973 = HERRMANN J. Die germanischen und slawischen Siedlunqen und das mittelalterliche Dorf von Tornow, Kr. Calau, Berlin, 1973.

HOFMANN, 1992 = HOFMANN M. Ein vierschiffiges Langhaus der römischen Kaiserzeit bei Berlin-Buch. Ausgrabungen und Funde 37, p. 297-302.

KLOSS, 1985 = KLOSS K. Pollenanalysen zur Geschichte einer germanischen Siedlung bei Klein Köris, Kreis Königs Wusterhausen, südöstlich von Berlin. Flora 176, p. 439-448.

KOLNIK, 1971 = KOLNIK T. Prehl’ad a stav bádania o dobe rímskej a stahovaní národov. Slovenská archeológia 19, p. 499-558.

KRÜGER, 1987 = KRÜGER B. Waltersdorf. Eine germanische Siedlung der Kaiser- und Völkerwanderungszeit im Dahme-Spree-Gebiet, Berlin, 1987.

LANGE, 1971 = LANGE E. Botanische Beiträge zur mitteleuropäischen Siedlungsgeschichte, Berlin, 1971.

LANGE, 1980 = LANGE E. Ergebnisse pollenanalytischer Untersuchungen zu den Ausgrabungen in Waltersdorf und Berlin-Marzahn. Zeitschrift für Archäologie 14, p. 243-248.

LASER, 1971 = LASER R. Die archäologischen Ergebnisse der Ausgrabung Wüste Kunersdorf, Kr. Seelow. Veröffentlichungen des Muséums für Ur- und Frühgeschichte Potsdam 4, p. 23-98.

LEUBE, 1972 = LEUBE A. Spätkaiserzeitliche Drehscheibenkeramik aus dem östlichen Brandenburg. Ausgrabungen und Funde 17, p. 142-147.

LEUBE, 1973 = LEUBE A. Siedlungsgrabungen aus der römischen Kaiserzeit in der Mark Brandenburg. Veröffentlichungen des Muséums für Ur- und Frühgeschichte Potsdam 6, p. 57-79.

LEUBE, 1975 = LEUBE A. Die römische Kaiserzeit im Oder-Spree-Gebiet, Berlin, 1975.

LEUBE, 1977 = LEUBE A. Zur kulturellen Stellung des mittleren Odergebiets in der römischen Kaiserzeit. In : Archäologie als Geschichtswissenschaft (Schriften zur Ur- Frühgeschichte 30), Berlin, p. 265-281.

LEUBE, 1985 a = LEUBE A. Zur Drehscheibenkeramik im freien Germanien. In : Produktivkräfte und Produktionsverhältnisse, Berlin, p. 277-285.

LEUBE, 1985 b = LEUBE A. Zur Niederlausitzer Gruppe der römischen Kaiserzeit. Zeitschrift für Archäologie 19, p. 183-190.

LEUBE, 1986 = LEUBE A. Die Burgunden bis zum Untergang ihres Reiches an der oberen Rhône im Jahre 534. In : Die Germanen. Geschichte und Kultur der germanischen Stamme. Band 2, Berlin, p. 361-379.

LEUBE, 1990 = LEUBE A. Studien zu Wirtschaft und Siedlung bei den germanischen Stämmen im nördlichen Mitteleuropa während des 1. bis 5./6. Jh. Ungedruckte Diss. B. Berlin, 1990.

LEUBE, 1991 = LEUBE A. Römische Kaiser- und Völkerwanderungszeit. Führer zu archäologischen Denkmälern in Deutschland 25, Berlin, p. 78-87.

MARSCHALLECK, 1939/1940 = MARSCHALLECK K.H. Die ostgermanische Siedlung von Kliestow bei Frankfurt (Oder). Priähistorische Zeitschrift 30/31, p. 253-307.

MEYER, 1971 = MEYER E. Die germanischen Bodenfunde der spätrômischen Kaiserzeit und der frühen Völkerwanderungszeit, 1 : Katalog. Berlin, 1971.

MEYER, 1975 = MEYER E. Die germanischen Bodenfunde der spätrômischen Kaiserzeit und der frühen Völkerwanderungszeit, 2 : Text. Berlin, 1975.

PLEINER, 1965 = PLEINER R. Die Eisenverhüttung in der « Germania Magna » zur römischen Kaiserzeit. 45. Bericht der Röm.- German. Kommission 1964, p. 19-75.

SCHACH-DORGES, 1969 = SCHACH-DORGES H. Das jungkaiserzeitliche Gräberfeld von Wilhelmsaue in Brandenburg, Berlin, 1969.

SCHIEMANN, 1957 = SCHIEMANN E. Die Kulturpflanzenfunde in den spätkaiserzeitlichen Speichern von Kablow bei Königs Wusterhausen, Mark. Berliner Beiträge für Vor- und Frühgeschichte 6, p. 100-124.

SCHULZ, 1931 = SCHULZ W. Ost- und Elbgermanen in spätrömischer Zeit in den Ostkreisen der Provinz Sachsen. Jahresschrift für mitteldeutsche Vorgeschichte 19, p. 62-95.

SEYER, SEYER, 1986 = SEYER H., SEYER R. Berlin-Marzahn 9 (Hellersdorf) - eine neue spätgermanische Siedlung. Zeitschrift für Archäologie 20, p. 121-138.

SEYER, 1976 = SEYER R. Zur Besiedlungsgeschichte im nördlichen Mittelelb-Havel-Gebiet um den Beginn unserer Zeitrechnung, Berlin, 1976.

SEYER, 1985 = SEYER R. Antike Nachrichten. In : Die Germanen. Geschichte und Kultur der germanischen Stämme in Mitteleuropa. Band 1, 5. Aufl., Berlin, p. 37-63.

TEICHERT, 1968 = TEICHERT M. Die Tierreste der germanischen Siedlung Wüste Kunersdorf, Kr. Seelow. Veröffentlichungen des Museums fur Ur- und Frühgeschichte Potsdam 4, p. 101-125.

TEICHERT, MÜLLER, 1983 = TEICHERT M., MÜLLER H.-H. Die landwirtschaftliche Produktion. b) Haustierhaltung. In : Die Germanen. Geschichte und Kultur der germanischen Stämme. Band 2, Berlin, p. 107-119.

TEICHERT, MÜLLER, 1987 = TEICHERT M., MÜLLER H.-H. Die Tierreste der germanischen Siedlung Waltersdorf, Kr. Königs Wusterhausen. In : KRÜGER 1987, p. 128-150.

TEJRAL, 1970 = TEJRAL J.K interpretaci severovychodních prvku v hmotné kulture moravské oblasti na sklonku starsí doby rímské. Památky archeologiczne 61, p. 184-215.

TEJRAL, 1971 = TEJRAL J. Prispevek k datováni moravskych hrobovych nálezu ze sklonku starsi a z pocátku mladsi doby rimské. Slovenská archeologia 19, p. 27-93.

TRIER, 1969 = TRIER B. Das Haus im Nordwesten der Germania libéra, Neumünster, 1969.

WARNKE, 1973 = WARNKE D. Die Siedlungen auf dem Lütjenberg. In : HERRMANN 1973, p. 109-176.

WENSKUS, 1961 = WENSKUS R. Stammesbildung und Verfassung. Das Werden der frühmittelalterlichen gentes, Köln-Graz, 1961.

WERNER, 1931 = WERNER J. Die germanische Siedlung auf dem Wederberg in Cablow. In : Kreiskalender für den Kreis Beeskow-Storkow 1931, p. 115-124.

WERNER, 1966 = WERNER J. Das Aufkommen von Bild und Schrift in Nordeuropa, München, 1966.

WERNER, 1968 = WERNER J. Die kaiserzeitliche Siedlung Nauen-Bärhorst und das Problem der frühmittelalterlichen Dörfer. In : Zur Geschichte und Volkskunde Mitteldeutschlands 1 (Festschrift für Friedrich von Zahn), Köln-Graz, p. 347-352.

WETZEL, 1981 = WETZEL G. Zur Ur- und Frühgeschichte des Raumes Uhyst, Kreis Hoyerswerda. Hoyerswerdaer Geschichtshefte Nr.20. Hoyerswerda.

WETZEL, 1984 = WETZEL I. Neufunde von Drehscheibenkeramik aus dem Bezirk Cottbus. In : Römerzeitliche Drehscheibenkeramik im Barbarikum, Weimar, p. 41-44.

ZIMMERMANN, 1988 = ZIMMERMANN W.H. Regelhafte Innengliederung prähistorischer Langhäuser in den Nordseeanrainerstaaten. Germania 66, p. 465-488.

Table des illustrations

Légende Fig. 1 - Peuplement du Ier et du début du IIe siècle après J.-C. dans le secteur entre Elbe et Oder. Sont indiquées (points - traits)les limites des découvertes systématiquement inventoriées. Fin de l’inventaire en 1988.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/17661/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 193k
Légende Fig. 2 - Peuplement du Havelland « semnon » au Ier et au début du IIe siècle après J.-C. (Eggers B1-B2).La Havel se jette dans l’Elbe au Nord de la ville de Rathenow.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/17661/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 65k
Légende Fig. 3 - Peuplement du Havelland « semnon/suève » de la fin du IIe jusqu’au début du VIe siècle après J.-C. Les sites archéologiques les plus connus sont la nécropole de Butzow près de la ville de Brandenburg (Brandebourg) et celle de Wilhelmsaue au Nord de la ville de Königs Wusterhausen.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/17661/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 67k
Légende Fig. 4 - Statistique de peuplement pour le Brandebourg oriental et le Havelland. L’axe horizontal permet de repérer le nombredes sites de découvertes ; l’axe vertical indique les périodes en chiffres absolus et selon la chronologie d’Eggers.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/17661/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 55k
Légende Fig. 5 - Peuplement du Brandebourg oriental entre l’estuaire de la Spree et l’Oder du Ier aux Ve-VIe siècles après J.-C.Les surfaces claires marquent les plateaux argileux morainiques ou la plaine marécageuse de l’Oder. Les aires en pointillé indiquent les dépressions et les zones en pointillé serré représentent les surfaces sablonneuses très sèches. 1. Site archéologique du Ier siècle après J.-C. (Eggers A/Bl) - 2. Site archéologique du IIe siècle après J.-C. (Eggers B2) 3. Site archéologique des Ier-IIe siècles aux IVe-Ve siècles après J.-C. (Eggers A/B1 - C)4. Site archéologique du IIIe aux IVe-Ve siècles après J.-C. (Eggers C2 - C3/D).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/17661/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 108k
Légende Fig. 6 - Peuplement de la Basse-Lusace au début de la période impériale (Eggers B1 - B2).Cercle : site archéologique avec céramique germanique de l’Elbe, décorée à la molette.Triangle : découverte de tombe avec céramique germanique de l’Elbe, décorée à la molette.Trait : objet provenant des Germains de l’Elbe.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/17661/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 185k
Légende Fig. 7 - Herzsprung, district d’Angermünde. Ensemble de bâtiments de ferme du IVe siècle après J.-C., avec maison à poteaux de bois, à trois travées, Grubenhaus, et deux greniers sur pilotis.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/17661/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 38k
Légende Fig. 8 - Speichrow, district de Beeskow. Poteries tournées, de la fin du IIIe et du IVe siècle après J.-C., provenant du Brandebourg oriental (éch. 1/3).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/17661/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 126k
Légende Fig. 9 - Müncheberg-Dahmsdorf, district de Strausberg. Pointe de lance avec symboles et inscription runique (éch. 1/2).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/17661/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 29k
Légende Fig. 10 - Types de sépultures du IIIe aux Ve-VIe siècles après J.-C. dans le Brandebourg oriental.Croix : inhumation (Körpergrab) ; cercle : tombe à urne (Urnengrab) ; cercle plein : fosse à incinération (Brandgrubengrab) ; en hachures : domaine forestier ; en blanc : domaine de peuplement.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/17661/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 119k

© ARTEHIS Éditions, 1995

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search