Version classiqueVersion mobile

Les Burgondes

 | 
Henri Gaillard de Sémainville

De la Vistule à l’oder et à l’Elbe

Les Burgondes. Leur entrée dans l’histoire

Grzegorz Domański
Traduction de Michel Marty

Résumé

Nachdem die Angaben in den Schriften von ehemaligen Autoren und die Ergebnisse archäologischer Forschungsarbeiten untersucht worden sind, ist es gelungen, die älteste Geschichte des Burgundenstammes zu skizzieren. Als eigene politische Einheit tauchen die Burgunden um die Mitte des 1. Jahrhunderts im Noteć- und Niederwartabecken in Gropolen auf. Was die archäologischen Quellen betrifft, kann das Erscheinen dieses Staminés mit der Expansion der Wielbark-Kultur auf dem obenerwähnten Gebiet im Zusammenhang mit dem Zurückdrängen der Przeworsk-Kultur identifiziert werden. Das betreffende Gebiet wird bis zum Anfang des 3. Jahrhunderts von den Burgunden besiedelt, als sie gegen die Gepiden Krieg führen. Vermutlich wandert ein Teil von ihnen mit Goten und Gepiden nach Meotis am Asowschen Meer aus. Um die Mitte des 2. Jahrhunderts zieht ein Teil des Stammes nach den benachbarten Arealen an der Neie in der Niederlausitz und am unteren Oderlauf, wo sie sich mit anderen Völkern vermischen und die Luboszyce-Kultur bilden, die sich nach Westen bis zur Elbe und Mulde verbreitet. Die Luboszyce-Kultur dauert bis zur zweiten Hälfte des 4. Jahrhunderts. Doch schon in der zweiten Hälfte des 3. Jahrhunderts beginnt infolge der stufenweise fortschreitenden Ausdehnung nach Westen ein Teil der Bevölkerung vom Gebiet der Luboszyce-Kultur in Richtung Main und Rhein zurückzuströmen.
Am Anfang des 5. Jahrhunderts fallen in das sogenannte
Burgunaib, das früher von den Burgunden besiedelte Gebiet, die an der Elbe entlang nach Süden ziehenden Langobarden ein.

Note de l’éditeur

Texte traduit de l’Allemand par Michel Marty.

Texte intégral

1A la base de toutes les tentatives pour établir une carte politique de l’Europe barbare de l’Antiquité, on trouve les sources écrites de l’époque. Celles qui se rapportent à cette partie de l’Europe, qui n’a éveillé que rarement l’intérêt politique de l’Empire romain, sont la plupart du temps incroyablement laconiques. Dans la plupart des cas, elles se limitent à l’évocation du nom des tribus dans leurs différents rapports géographiques. Ce qui manque le plus dans ces sources, ce sont les informations sur l’interdépendance politique entre ces peuples, leur articulation interne et leurs rapports génétiques. D’où les difficultés d’identification des différentes tribus, car dans ces sources on n’en nomme que certaines parties ou des rameaux séparés qui en faisaient partie à l’origine. Les suppositions sont particulièrement compliquées lorsque l’on dispose de sources historiquement lointaines les unes des autres qui, dans les mêmes régions, évoquent des noms de tribus différentes. On ne sait pas alors si d’importants changements politiques sont intervenus, ou seu- lement la décadence ou la consolidation de certains groupes sous une même dénomination. La comparaison des résultats obtenus dans ce domaine par le moyen de sources écrites et archéologiques est particulièrement intéressante car les sources archéologiques, bien qu’elles ne parlent pas, nous livrent des éléments de base essentiels pour la détermination historique et géographique de la consolidation des tribus, leurs alliances, leurs éléments génétiques, leur expansion ou leur perte d’influence territoriale et démographique. Les résultats de l’analyse des sources archéologiques peuvent aussi indiquer les lieux et les directions d’une extension de peuplement, suggérer les endroits et les modalités d’une acculturation, et donner des informations essentielles sur l’histoire de certains peuples. Dans tous les cas d’ailleurs la comparaison et l’adéquation des résultats d’une analyse des sources écrites et archéologiques est déterminante.

2L’établissement d’un modèle de ces différences est essentiel pour la recherche concernant la culture et l’implantation de ces tribus. Ce modèle fonctionne de manière assez générale, s’appuyant sur les commentaires de César et d’autres sources selon lesquelles des tribus entières migraient avec tous leurs biens et conquéraient de nouveaux espaces pour s’établir.

3Par contre, les données archéologiques indiquent – surtout dans le cas des Burgondes - un processus continu d’interpénétration de petits groupes de population, leur mélange avec d’autres groupes sur de nouveaux espaces de colonisation en relation avec le processus d’acculturation partielle ou totale. Ceci était d’autant plus facile que ces nouveaux groupes n’étaient pas nombreux, même dans les cas où ils exerçaient auparavant une domination politique ou ont transmis leur nom.

4La question de l’histoire précoce des Burgondes a été posée en relation avec les trouvailles archéologiques vers la fin du XIXe siècle, c’est-à-dire il y a 100 ans. Ces recherches commencèrent avec C. Kossinna (1896, 1905, 1924), puis J. Kostrzewski (1919) et D. Bohnsack (1938, 1940) s’occupèrent de cette question, et dans les dernières années A. Leube (1975, 1983) et l’auteur de cette contribution (1973, 1978, 1979, 1989).

5La première allusion aux Burgondes surgit de la grande œuvre encyclopédique de Caius Plinius Secundus (Naturalis Historiae, livre XXXVII) en l’an 77. Pline nomme et groupe les peuples de Germanie et écrit :

« Germanorum genera quinque : Vandili, quorum pars Burgundiones, Varinnae, Charini, Gutones alterum genus Inguaeones, quorum pars Cimbri, Teutoni ac Chaucorum gentes, proximi autem Rheno Istuaeones, quorum pars Sicambri, mediterranae Hermiones, quorum Suebi, Hermunduri, Chatti, Cherusci quinta pars Piecini, Bastarne supradictis contermini Dacis » (Pline IV : 99).

6La mise à part du groupe des Vandales est sans doute une tentative pour caractériser les tribus de l’Est de la Germanie par une appellation commune. Si nous admettons que la partie sud de la Pologne représente les tribus des Charini et des Varini, les premiers sont à identifier avec les Harii de Tacite (Lowmiański 1963 : 219), et les seconds, malgré certaines restrictions, avec les Awarini de Ptolémée (Lowmianski 1963 : 219). Nous aurions donc affaire à deux grandes tribus au Nord, Burgondes et Goths, et deux au Sud, Charini et Warini. Dans tous les cas, il faut compter avec la possibilité que seules soient évoquées les tribus militairement les plus fortes, dominant les plus petites, ou seulement celles dont le nom couvrait un ensemble de tribus. Ainsi les Burgondes étaient-ils dès la première moitié du Ier siècle l’une des tribus les plus importantes dans la région Oder-Vistule. La question est de savoir si les sources écrites font aussi état de la formation de cette tribu. Les débuts de notre chronologie sont sans doute, dans la partie nord de la Pologne, l’époque de la transformation de la civilisation d’Oksywie en celle de Wielbark, mais ce processus n’a pas amené de changements notoires d’habitat par rapport à la situation qui s’était mise en place à l’époque primitive préromaine de l’Age du Fer (phases de Ripdorf - vers 300- 120 av. J.C. –, et LTC2 - 160-100 av. J.C.), vraisemblablement dans la première moitié du IIe siècle avant J.-C., lorsqu’est apparue la civilisation d’Oksywie, mélange des éléments de la culture primitive préromaine et de la civilisation de Jastorf et de celle de Przeworsk, qui transmettait les influences d’origine celte. La formation de ce complexe, bien qu’elle n’ait laissé pour cette période aucune trace écrite, semble être de l’époque où les Burgondes, au sens de peuplade, peut-être encore sous un autre nom, ont fait leur apparition. Cette entrée en scène des Burgondes dans le Ier siècle de notre ère comme tribu importante peut aussi être la preuve d’un long processus d’évolution antérieure.

7La source la plus importante relatant ce séjour des Burgondes en Europe centrale est la mention qu’en fait le géographe alexandrin Ptolémée dans sa géographie (II, 11) : Πάλιν ύπo µεν του Σεμνονα οἰκοὺσι Σιλίγγαι, ύπο δέ του βουργουντα Λούγοι οἱ ’Ιόμαννοι, υψ’ οὔς Λουγοι ’Ιδουνοι μεχρι τοῦ Ασκι βουργὶου ορου

8Le texte parle des voisins des Burgondes, les Semnons à l’Ouest, les Luges au Sud, tandis que leur territoire s’étendait jusqu’à la Vistule. Remarquons déjà que la situation ainsi décrite est situable dans le temps. On peut penser, en analysant le texte de Ptolémée et les sources qu’il a exploitées, que la situation ainsi décrite concerne la première moitié ou le milieu du IIe siècle. La partie la plus ancienne du texte indique que les Burgondes étaient séparés des côtes de la Mer baltique par des peuplades habitant les abords de cette mer. Nous avons ainsi une idée précise de la présence des Burgondes en Pologne. Si nous admettons que les Semnons habitaient le Brandebourg, que le groupe de Lebus (Godlowski 1985 : carte 4), caractérisé par des traits marqués des bords de l’Elbe, en faisait aussi partie, et occupait les territoires de l’embouchure de la Warta, à l’Est de l’Oder (cf. Wolagiewicz 1981 b : 205-210), alors la frontière occidentale des Burgondes s’étendait de la Warta jusqu’à l’embouchure de la Noteć. On peut aussi tracer la frontière septentrionale de cette tribu en s’aidant des sources géographiques. En Poméranie se trouve une ligne de hauteurs morainiques qui sépare nettement les territoires de la Baltique de ceux de la région de la Noteć. Cette frontière naturelle apparaît dans différentes périodes de la préhistoire, comme à l’époque impériale (Prźewozna 1974 : fig. 4), et c’est là qu’il faut chercher les frontières de la tribu. D’après Ptolémée, c’est la Vistule qui forme la frontière orientale, et peut-être le peuplement burgonde s’est-il établi jusqu’à proximité. La frontière sud de la tribu, toujours selon Ptolémée, représentait le domaine d’occupation de la peuplade ou de la fédération des Luges. Malgré quelques réticences, on identifie les tribus luges avec la civilisation de Przeworsk (Godlowski 1985 : 141), qui déclina à cette époque dans le Nord de la Grande Pologne au profit de la civilisation de Wielbark. Si l’on compare leur territoire avec la tradition de Ptolémée, on peut situer les Burgondes dans les bassins de la basse Warta et de la Noteć, à l’exception de la Kujawie. Leur zone d’occupation s’étendait jusqu’aux abords de la Vistule (fig. 1).

Fig. 1 - Lieux d’implantation des Burgondes en Europe centrale.

9Ptolémée cite parmi les peuples des Sarmates européens la peuplade des Frugundiones, qui côtoyait vraisemblablement les Burgondes sur la Vistule (Ptolémée, III, 5). L’appellation presque homonymique incita les chercheurs (cf. Schmidt 1910 : 367) à les identifier aux Burgondes. Le fait est cependant discutable (cf. Lowmiański 1963 : 235, 240), et mène à quelques interprétations possibles : depuis une totale identification, en passant par une parenté que la similitude des noms suggère, jusqu’à la complète négation d’un lien quelconque. D’ailleurs l’apparition de cette mention de la peuplade peut signifier que ce fut de fait une partie du peuple des Burgondes qui plus tard a disparu en tant qu’élément à part, ou au contraire a surgi sous le nom de Burgondes, possibilité qui pourrait trouver sa justification dans l’histoire postérieure de cette partie de la tribu.

10Parmi les autres sources écrites qui parlent des Burgondes en sol polonais, on trouve les citations de Jordanes (Getica 97) concernant les combats des Burgondes contre les Gépides vers le milieu du IIIe siècle, et sur l’extension des frontières gépides à leur détriment, ce qui prouve clairement la proximité des deux peuples. Comme les Gépides, selon cette source, sont localisés sur le cours inférieur de la Vistule, les deux peuples étaient voisins et toutes sortes de conquêtes de territoires étaient naturelles.

11Autre possibilité, la conquête et l’assimilation partielle du territoire oriental des Burgondes par les Gépides. Soutiennent cette thèse les données de Zosime concernant l’apparition d’un peuple nommé Ourougoundoi, en Méotide, sur la mer d’Azov, après le milieu du IIIe siècle, c’est-à-dire en même temps que les Gépides en Dacie (Schmidt 1910 : 131, 210 ; Schwartz 1956 : 76 ; Lowmiański 1963 : 266). Ce peuple, cité une seule fois dans les sources, obtint, après son arrivée sur ce nouveau territoire, son indépendance pour une courte période et fut soumis ensuite à une rapide assimilation dans le nouveau milieu, en se fondant dans le complexe de peuplades plus important des Gépides.

12L’interprétation de l’inscription « Bur » sur la Table de Peutinger comme Bur (gundiones) (Miller 1916 : col. 616) semble invraisemblable. Aussi bien la place où se trouve l’inscription, auprès des noms des Marcomans et des Quades, que les conditions paléographiques, parlent pour l’interprétation de ce nom comme Buri (cf. Schmidt 1910 : 105 ; Lowmiański 1963 : 268).

13Une autre base essentielle pour caractériser l’implantation des Burgondes en Europe centrale est, dans l’Origo gentis Longobardorum de l’année 670 (3, cap. 2), la mention selon laquelle les Lombards, au cours de leur migration depuis les régions de l’Elbe inférieure, occupèrent le pays Burgundaib. Comme cette migration, de même que quelques siècles auparavant, se produisit selon toute vraisemblance le long de l’Elbe, nous devons compter avec la possibilité qu’elle se soit heurtée, dans les régions de l’Elbe, à un pays occupé par les Burgondes, ou tout au moins à un territoire où ils avaient vêcu. Même s’ils n’y restèrent pas longtemps, pour se diriger après 487 vers le Danube, il faut tenir compte de leur séjour dans le pays des Burgondes au Ve siècle.

14En 278, nous avons la première trace de l’apparition des Burgondes en territoire rhénan. Zosime (1, 67) les évoque, attaquant le Limes avec les Vandales et étant vaincus par l’Empereur Probus sur la rivière « Ligys », qui a été identifiée comme étant le Lech, en Bavière. Quelques années plus tard, en 286, ils attaquent à nouveau la Gaule en compagnie d’autres tribus et sont vaincus par l’Empereur Maximien. Les sources du IVe siècle citent déjà les Burgondes comme habitant les territoires du Rhin et du Main.

15La comparaison du tableau donné par les sources écrites avec les résultats des recherches archéologiques montre un nombre important de similitudes et permet de préciser les dates des sources écrites.

16Commençons par les possibilités de précisions concernant l’apparition du peuple burgonde comme unité politique et sociale distincte. Le territoire que Ptolémée lui attribue au IIe siècle appartenait, à l’époque de La Tène, pour l’essentiel à la civilisation de Przeworsk (Machajewski 1980 : 49-51 ; Dabrowska 1988 : 65, carte 2 ; Godlowski 1985 : 19, fig. 1). Mais nous avons affaire là à un complexe d’habitat concentré de la civilisation de Jastor à l’embouchure de la Warta. Quelques trouvailles près de Pila/Schneidermühl sur la Noteć font depuis longtemps l’objet de discussions sur leur appartenance culturelle (Kostrzewski 1955 : 206 ; Machajewski 1980 : 49 ; Godlowski 1985 : 19). Une partie des chercheurs les reconnaît comme liées à la civilisation de Przeworsk. Dans les deux cas, la forte influence de la civilisation de Jastor est soulignée (cf. Dqbrowska 1988 : 192-204, cartes 22, 23).

17La prééminence de la civilisation de Wielbark au début de l’époque impériale est liée à son extension en direction du Sud. Dès le stade B1 (30-80 ap. J.C.), les trouvailles de cette civilisation apparurent dans le Nord de la Grande Pologne sur le cours moyen de la Noteć, et sur celui de la Warta aligné sur un parallèle (Godlowski 1985 : carte 3). Pendant l’époque impériale, la civilisation de Wielbark s’étend jusqu’au centre de la Grande Pologne (Machajewski 1980 : fig. 9 ; Godlowski 1985 : carte 4). Cette situation perdure jusqu’au début du Bas Empire (Godlowski 1985 : carte 5). Dans la période la plus récente on constate une diminution progressive des trouvailles de la civilisation de Wielbark et l’extension de la civilisation de Przeworsk en direction du Nord (Godlowski 1985 : carte 6) (fig. 2).

18Comme je l’ai déjà indiqué auparavant, on peut affirmer que le peuple burgonde est à relier à l’installation de la civilisation de Wielbark dans le Nord de la Grande Pologne. Ceci permet de supposer que les débuts des Burgondes peuvent remonter à l’apparition de la civilisation d’Oksywie, dont est issue la civilisation de Wielbark. Mais il est possible aussi que ce peuplement se soit développé en tant qu’ensemble particulier au début de la période impériale dans le Nord de la Grande Pologne.

19A la fin du stade B2 (le stade B2 va de 80 à 160) et au début du stade B2-C1 (160-200), commence à partir du domaine de la civilisation de Wielbark l’expansion des populations en direction du Sud-Est et du Sud-Ouest. La première est en général associée à la migration des Goths vers la Mer noire (Godlowski 1985 : 148-150 ; Domanski 1992 : 132 ; Domański 1993).

Fig.2 - Civilisation de Wielbark dans le Nord de la Grande Pologne : matériel des phases B1, B2 (30-160 ap. J.C.).

Fig. 3 - Civilisation de Luboszyce : matériel du cimetière de Luboszyce. Phases I-III.

20Le résultat de l’expansion de la civilisation de Wielbark en direction du Sud-Ouest est l’apparition de la civilisation de Luboszyce (Domański 1979). Cette civilisation était à l’origine un mélange d’éléments des civilisations de Wielbark, de Przeworsk et du groupe de Lebus lié aux civilisations des pays de l’Elbe (fïg. 3), mais avec prédominance des éléments de la première des trois, ce qui est particulièrement visible dans les sites funéraires (Domanski 1989 et 1995). Le noyau primitif de cette civilisation se situait sur la moyenne Neisse lusacienne et le domaine contigu de l’Oder. Le développement progressif et concentrique de l’implantation de cette civilisation a amené dans la phase suivante l’occupation du territoire entre l’Elbe et l’Oder (fïg. 3), et l’extension de bandes de peuplement à l’Ouest jusqu’à la Mulde et à l’Est jusqu’à l’embouchure de la Noteć. Le développement de cette civilisation pendant plus de 200 ans, avec influence continuelle du nouveau milieu, a mené à des formes propres de la civilisation de Wielbark visibles jusqu’à la fin de la période, et à une série d’emprunts d’éléments des territoires voisins de l’Elbe. La disparition presque complète de l’implantation de la civilisation de Luboszyce se produit vers la fin du Bas Empire, sans doute avant la fin du IVe siècle (cf. Domański 1979).

21La reconstitution de l’histoire des Burgondes peut être menée de la façon suivante : les Burgondes se constituèrent en tant que peuple de grande importance politique tout d’abord au Nord de la Grande Pologne, où le noyau de leur peuple habita environ jusqu’au milieu du IIIe siècle. Vers la fin du IIe siècle un détachement émigra cependant en direction des territoires voisins de l’Oder, de l’embouchure de la Warta jusqu’au cours inférieur de la Noteć lusacienne, où il constitua la civilisation de Luboszyce, à laquelle il a vraisemblablement donné son nom. La partie qui était restée dans le Nord de la Grande Pologne prit part aux combats contre les Gépides vers le milieu du IIIe siècle. Suite à leur défaite militaire, les Burgondes de Grande Pologne s’associèrent à la migration des Goths vers la Méotide, près de la Mer noire, ou se fondirent peut-être dans la civilisation de Luboszyce.

22Les Burgondes habitèrent les territoires entre Elbe et Oder plus de 200 ans. La disparition de la civilisation de Luboszyce et la migration des Burgondes se produisirent dans la deuxième moitié du IVe siècle. Le départ progressif de la population, qui s’accompagnait simultanément d’une acculturation plus superficielle, se produisit petit à petit depuis la fin du IIIe siècle. L’abandon par les Burgondes des territoires entre Elbe et Oder donna la possibilité aux Lombards de migrer au début du Ve siècle le long de l’Elbe, en direction du Sud, et de dominer quelque temps ces territoires autrefois burgondes.

Bibliographie

Bibliographie

BOHNSACK, 1938 = BOHNSACK D. Die Burgunden in Ostdeutschland und Polen, Leipzig, 1938.

BOHNSACK, 1940 = BOHNSACK D. Die Burgunden. In : Vorgeschichte der deutschen Stämme, Red. F. Reinerth, Berlin, 1940, p. 1033-1148.

DABROWSKA, 1988 = DA. BROWSKA T. Wczesne fasy kultury przeworskiej, chronologia-zasieg-powiazańia, Varsovie, 1988.

DOMANSKI, 1973 = DOMANSKI G. Zagadnienie tak zwanej kultury burgundzkiej. Przeglgd Archeologiczny, Bd. 21, 1973, Wroclaw, p. 123-163.

DOMANSKI, 1978 = DOMANSKI G. Frage der sog. Burgundischen Kultur. Etnographisch-archäologische Zeitschrift, Bd. 19, 1978, Berlin, p. 413-444.

DOMANSKI, 1979 = DOMANSKI G. Kultura luboszycka miedzy Laba a Odra w II-IV wieku, Wroclaw, 1979.

DOMANSKI, 1989 = DOMANSKI G. Kultura luboszycka a kultura wielbarska. In : Kultura wielbarska w mlodszym okresie rzymskim, Bd. 2, Lublin, 1989, p. 127-141.

DOMANSKI, 1992 = DOMANSKI G. Die Frage des Zeithorizonts des Markomannenkriege in Barbaricum. In : Problème der relativen und absoluten Chronologie ab Latènezeit bis zum Frühmittelalter, Cracovie, 1992, p. 129-139.

DOMAŃSKI, 1993 = DOMAŃSKI G. Die Kultur und Siedlungsumwandlungen Mitteleuropas zum Zeit der Markomannenkriege, In : Actes du XIIe Congrès International des Sciences Préhistoriques et Protohistoriques (Bratislava), Bd. 3, p. 368-372.

DOMAŃSKI, 1995 = DOMAŃSKI G. Genetyczne i sasiedzkie zwiazki kultury luboszyckiej z kultura przeworska, Kultura przeworska, Lublin, Bd. 1, p. 363-372.

GODLOWSKI, 1985 = GODLOWSKI K. Przemiany kulturowe i osadnicze w poludniowej i środkowej Polsce w mtodszym okresie przedrzymskim i w okresie rzymskim, Wroclaw, 1985.

KOSSINNA, 1896 = KOSSINNA G. Die vorgeschichtliche Ausbreitung der Germanen in Deutschland. Zeitschrift der Vereins für Volkskunde, Berlin, 1896, Bd. 6, p. 1-14.

KOSSINNA, 1905 = KOSSINNA G. Über verzierte Eisenlanzenspitzen als Kennezeichen der Ostgermanen. Zeitschrift für Ethnologie, Bd. 37, Berlin, 1905, p. 369-407.

KOSSINNA, 1924 = KOSSINNA G. Zu meiner Ostgermanen-Karte. Mannus, Bd. 16, Berlin, 1924, p. 160-175.

KOSTRZEWSKI, 1919 = KOSTRZEWSKI J. Die ostgermanische Kultur der Spätlatenezeit, Leipzig-Würzburg, 1919.

KOSTRZEWSKI, 1955 = KOSTRZEWSKI J. Wielkopolska w pradziejach, Varsovie-Wroclaw, 1955.

LEUBE, 1975 = LEUBE A. Die römische Kaiserzeit im Oder-Spree-Gebiet. Veröffentlichungen des Museums für Ur- und Frühgeschichte Potsdam, Bd. 9, Potsdam, 1975.

LEUBE, 1983 = LEUBE A. Die Burgunden bis zum Untergang ihres Reiches an der oberen Rhône im Jahre 534. In : Die Germanen, Red. B. Krüger, Berlin, 1983, Bd. 2, p. 361-379.

LOWMIANSKI, 1963 = LOWMIANSKI H. Pocatki Polski, Bd. 1, Varsovie, 1963.

MACHAJEWSKI, 1980 = MACHAJEWSKI H. Kultura wielbarska a kultura przeworska w Wielkopolsce. Fontes Archeologici Posnanienses, Bd. 28, Poznań, 1980, p. 49-64.

MILLER, 1916 = MILLER K. Itineraria Romana. Römische Reisewege an der Hand der Tabula Peutingeriana, Stuttgart, 1916. PRZEWONA, 1974 = PRZEWONA K. Struktura i rozwój zasiedlenia poludniowo-wschodniej strefy nadbattyckiej u schytku starozytności, Varsovie-Poznań, 1974.

SCHMIDT, 1910 = SCHMIDT L. Geschichte der deutschen Stämme bis zum Ausgange der Völkerwanderung. In : Geschichte der Ostgermanen, Bd. 1, Berlin, 1910.

SCHWARZ, 1956 = SCHWARZ E. Germanische Stammeskunde, Heidelberg, 1956.

WOLAGIEWICZ, 1981 a = WOLAGIEWICZ R. Kultura oksywska. In : Prahistoria ziem polskich, Bd. 5, Varsovie, 1981, p. 157- 165.

WOLAGIEWICZ, 1981 b = WOLAGIEWICZ R. Kultura wielbarska. In : Prahistoria ziem polskich, Bd. 5, Varsovie, 1981, p. 165- 178.

Table des illustrations

Légende Fig. 1 - Lieux d’implantation des Burgondes en Europe centrale.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/17652/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 93k
Légende Fig.2 - Civilisation de Wielbark dans le Nord de la Grande Pologne : matériel des phases B1, B2 (30-160 ap. J.C.).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/17652/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 214k
Légende Fig. 3 - Civilisation de Luboszyce : matériel du cimetière de Luboszyce. Phases I-III.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/17652/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 180k

Auteur

Institut Archéologique, Wroctaw

Michel Marty (Traducteur)

© ARTEHIS Éditions, 1995

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search