Version classiqueVersion mobile

Les Burgondes

 | 
Henri Gaillard de Sémainville

Généralités historiques et archéologiques

Les Burgondes : faiblesse et pérennité (407/413-534)

Herwig Wolfram
Traduction de Jacques Raviot

Résumé

Die Burgunder werden zwar mitunter zu den « gotischen Völkern » gezählt, wohl weil die Mehrzahl von ihnen lange Zeit Arianer war. Aber für den Gallier Sidonius Apollinaris kamen sie aus dem Lande östlich des Rheins und waren daher Germanen, eine Zuordnung, die kein spätantiker Ethnograph für gotische Völker vorgenommen hätte.
Ihre geringe Zahl und der Wunsch, in Gallien heimisch zu werden, bestimmten die Burgunder, als Alternative zu den gallischen Regna eine uneingeschränkt offene Gesellschaft zu bilden. Schon im 4. Jahrhundert und noch weit vom Rhein entfernt im Inneren Germaniens waren die Burgunder davon überzeugt, mit den Romern verwandt zu sein. Wie immer man diese Geschichte verstehen mag, die Burgunder handelten danach, als sie ihr südgallisches Reich errichtet hatten. Sie gaben den rômischen Provinzen, aus denen dieses Regnum bestand, ihren Namen. Und obwohl sie gemeinsam mit den einheimischen Groen nur drei Generationen lang die Eigenständigkeit behaupten konnten, ging die burgundische Identität nicht zugrunde, ist der Name Burgund bis heute nicht erloschen.

Note de l’éditeur

Texte traduit de l’Allemand par Jacques Raviot.

Texte intégral

Que signifie « la Bourgogne » ?

1« Dans les vieux contes on nous a dit beaucoup de choses merveilleuses », ainsi commence le Chant des Nibelungen, dont le texte d’un poète inconnu de la région du Danube autrichien, écrit vers 1200, donne une forme épique aux « vieux récits merveilleux » du « sort fatal » des Burgondes. Dans la deuxième strophe, il est dit : « vivait en Bourgogne une très noble demoiselle, ... appelée Kriemhilt ».

2Quand le poème parut, presque sept siècles s’étaient écoulés depuis la défaite du dernier roi des Burgondes devant la puissance des Francs et presque huit siècles depuis le naufrage de la dynastie royale des Gibikungen (Nibelungen ?). Et pourtant la Bourgogne n’était pas devenue seulement un concept mythique, mais elle était restée une réalité dont, en 1200, on ne pouvait pas encore prévoir l’issue.

3La Bourgogne était en 534 une partie du royaume des Mérovingiens ; elle formait déjà, outre la Neustrie et l’Austrasie, un des « Trois Royaumes » sur lesquels au VIIe siècle, le pouvoir des derniers rois mérovingiens se réduisit de plus en plus. Elle resta une de ces trois régions dans lesquelles la montée des Carolingiens vers la royauté se réalisa. La Bourgogne dut contribuer pour sa part à ce que la dynastie régnante réussisse la brillante restauration et l’extension du Royaume des Francs jusqu’à ce que Charlemagne soit couronné Empereur le jour de Noël 800.

4Quand les derniers Carolingiens suivirent plus tard la voie de leurs prédécesseurs mérovingiens et furent contraints d’abandonner leur domination, ils se partagèrent non seulement l’Empire carolingien, mais aussi la tradition burgonde et le territoire burgonde. Le Duché de Bourgogne avec sa capitale Dijon formait une des principautés territoriales dont se composait le Royaume franc occidental/français. Dans la région du Rhône et de la Saône s’étendait au contraire un Royaume de Bourgogne qui entre 888 et 1032, cherchait, en tant que gouvernement autonome, à prolonger et à étendre son ancien statut d’Etat comme alternative entre l’Ouest et l’Est. On en arriva en 933 à la fusion avec la région d’Arles. Désormais on parle de Haute Bourgogne et de Basse Bourgogne, respectivement pour le Rhône supérieur et le Rhône inférieur. Ce Royaume intermédiaire comportait aussi Arles, la dernière ville impériale romaine en Gaule. Le Royaume de Bourgogne était devenu sous l’Empereur Conrad II le troisième Regnum de l’Empire médiéval, et depuis le haut Moyen Age, s’étendait de la boucle du Rhin vers Bâle jusqu’à l’embouchure du Rhône en mer Tyrrhénienne.

5L’Empire « allemand » ne pouvait pas faire prévaloir la Bourgogne contre la Couronne royale française. Des territoires de plus en plus grands étaient perdus au profit de l’Ouest. L’éclat de la Bourgogne ne se ternit pas plus longtemps pour cette raison. Bien au contraire. Au XIVe siècle son étoile s’éleva sur le Duché français dont les derniers Valois avaient fait le centre d’une souveraineté. Le Duché formait un fief qui relevait aussi bien de l’Empire que de la Couronne de France, mais il unissait la tradition bourguignonne avec le Royaume intermédiaire de Lorraine. Désormais la Bourgogne s’étendait du Rhône vers le Rhin et de la mer tyrrhénienne vers la mer du Nord.

6La Bourgogne signifiait aussi progrès économique et richesse, comme une politique d’équilibre pendant la guerre de cent ans entre la France et l’Angleterre ; elle évoquait la brillante chevalerie et son déclin dans les batailles de Crécy en 1346 et d’Azincourt en 1415 ; elle évoquait la Toison d’Or et la remise de la « sorcière » Jeanne d’Arc aux Anglais. Mais la Bourgogne était aussi le pays de rêve, dans lequel le jeune dauphin Maximilien se rendit pour épouser sa fiancée Marie, la fille de Charles le Téméraire, le dernier Valois bourguignon, et la protéger contre « l’esprit du mal ». Et avant tout la Bourgogne détermina la politique du petit fils de Maximilien, Charles Quint, qui en quatre longues guerres, parvint à libérer les Flandres de la souveraineté française et à réaliser la naissance d’une Germania inferior, acquise de haute lutte et formée des Pays-Bas habsbourgeois, lesquels devaient survivre dans le cadre des Etats du Bénélux.

7La Bourgogne a été d’une manière assez rare le rêve et la réalité de l’histoire européenne. Mais les fondements de cette histoire en matière de puissance politique apparaissent étonnamment faibles. Trois générations d’autonomie gouvernementale presque ininterrompue allant des revers jusqu’à la menace de destruction, voilà ce qui était échu aux Burgondes depuis leur franchissement du Rhin. Il est possible que la constance de la tradition bourguignonne ait tenu précisément au fait que ses représentants en Gaule devaient incarner une authentique alternative pour résister aux puissants royaumes de l’Est ou de l’Ouest. Et il se pourrait que ce soit plus qu’un hasard, de voir encore aujourd’hui les brillants témoins de la Bourgogne orner à Vienne la Chambre du Trésor du Musée d’Histoire de l’Art, dans la capitale d’un pays où l’on a appris, entre deux possibilités, à choisir la troisième.

Le Royaume burgonde de Worms sur le Rhin moyen (413-436)

8En 407 un usurpateur romain avait conclu des pactes avec les Alamans et les Burgondes afin que les deux peuples assurent la défense de la frontière du Rhin. Quatre ans plus tard le gaulois de haute noblesse Jovin usurpa l’Empire ; une coalition sous la conduite des Burgondes et des Alains constitua en 411 l’arrière-plan politique de sa décision.

9Le roi qui avait fait participer les Burgondes à cette coalition était Gunthiar, le Gunther de la légende des Nibelungen. En 413, Jovin autorisa les Burgondes à fonder un royaume sur la rive gauche du Rhin, dont le centre se situait peut-être à Worms.

10Gunthiar était le premier roi burgonde de son lignage connu de l’histoire. Pourtant, une généalogie postérieure d’un siècle mentionne Gunthiar comme le quatrième d’une lignée de rois dont les noms, par allitération ou variantes, indiquaient non seulement la parenté de leurs porteurs, mais les qualifiaient formellement aussi comme parents. Leur ancêtre était Gibica, que la légende retint aussi en mémoire comme l’ancêtre des Gibikungen. Cette liste comporte en outre un Godomar et un Gislahar, le Giselher du Chant des Nibelungen.

11Gunthiar et ses Burgondes conservèrent leur statut de fédérés après la fin de l’usurpateur. Seulement, quand, dans les années 430-440, ils menacèrent d’attaquer la Belgica I en partant de la Province de la Germanie supérieure qui leur avait été attribuée, Aetius, le général romain, les repoussa et prépara en même temps leur écrasement. En 436, ses mercenaires formés de Huns, qui avaient sans doute à réparer un échec, attaquèrent les Burgondes ; Gunthiar et presque tout son peuple furent anéantis, des milliers de Burgondes périrent.

12La défaite de Gunthiar et des siens dans le combat contre les Huns d’Aetius constitua le fond historique de « la Misère des Nibelungen ». Cette catastrophe historique fut aussi suffisamment sévère pour que l’histoire des Burgondes ne pût être évoquée autrement que dans une légende. Il est vrai que dans les deux décennies suivant l’année 436, pas un seul nom de roi burgonde ne passera à la postérité ; pourtant Gundioch-Gundowech mentionné en 456 pourrait tout à fait être apparenté au Gunthiar mort en 436. A vrai dire il y a plus d’arguments contre une parenté directe que pour la transmission de la souveraineté royale des descendants directs de Gibica à une lignée collatérale qui possédait de fortes attaches avec les Goths. C’est ainsi qu’en Gaule au milieu du VIe siècle on pouvait encore dire que Gundioch descendait de la lignée d’Athanaric, le Goth du Danube, juge et persécuteur des Chrétiens. Et même, jusqu’en 457, on affirmait l’assujettissement des Burgondes aux Goths de la région de Toulouse.

Le Royaume du Rhône (443-534)

13En 443, après leur sévère défaite, Aetius décida de transférer les Burgondes du Rhin dans l’Est de la Maxima Sequanorum ou Sapaudia, c’est-à-dire au Sud du Lac Léman et sur sa rive nord jusqu’à Lausanne. « Les derniers Burgondes seront transférés (dans cette province) qu’ils partageront avec les autochtones ». Afin que cet établissement soit fait aux mêmes conditions que celles accordées en 418 aux Wisigoths, qui avaient reçu une grande partie du Sud de la France, il était prévu que les deux tiers du produit des impôts ordinaires reviendraient aux nouveaux arrivants, qui devaient défendre la frontière dans une région de la Gaule menacée par les Alamans.

14Déjà en 451 Aetius put compter sur ses fédérés burgondes ; ils participèrent à la bataille des Champs catalauniques contre les Huns. A cette occasion ils essuyèrent des pertes sévères et, comme les Goths, combattirent contre des membres de leur peuple qui s’étaient engagés dans l’armée d’Attila. L’offensive des Vandales en 406 avait provoqué la division des Burgondes, de telle sorte qu’en 407, seuls les futurs fondateurs du Royaume du Rhin moyen avaient franchi le fleuve. Jusqu’après le milieu du Ve siècle, des fractions importantes des Burgondes ont dû rester à l’Est du Rhin. C’est seulement après la défaite d’Attila que cette communauté paraît s’être dispersée petit à petit, pendant qu’un nombre indéterminé de Burgondes de la rive droite du Rhin rejoignaient peu à peu le Royaume du Rhône.

15En 456 le roi Gundioch (avant 456-vers 470) et son frère, le vice-roi Hilpéric Ier (vers 470- vers 480), combattirent aux côtés des Wisigoths comme fidèles fédérés de l’Empereur « gaulois » Avitus, contre les. Suèves d’Espagne. Après qu’Avitus eût bientôt perdu trône et vie, et que de nouveau un pacte eût été rompu, Goths et Burgondes, en accord avec les Sénateurs de la Gaule, étendirent le domaine de leur souveraineté. Les Burgondes avancèrent le long du Rhône vers l’aval et purent pour la première fois s’emparer de Lyon.

16A Avitus succéda le rude Empereur Majorien, qui dans l’hiver 458-459, se rendit en Gaule et prit des mesures énergiques. Ses agissements durent d’autant plus surprendre que les Burgondes, les Goths et l’aristocratie du Sud de la Gaule étaient d’accord sur un point, ne reconnaître aucun « étranger », autrement dit italique, comme Empereur. Aegidius, dont la succession donna naissance au royaume gallo-romain du Nord de la Loire, s’allia pourtant à son ami Majorien. Elevé au rang de chef des armées et de Patrice, Aegidius joua pendant un certain temps un rôle identique à celui qui était échu à Aetius jusqu’à son assassinat en 454. Aegidius, partant du Nord de la Gaule, mit à feu et à sang la région du Rhône en aval, ramena Lyon sous l’autorité du gouvernement impérial en 458, et repoussa énergiquement les Burgondes comme les Wisigoths. Après ce succès en Gaule, Majorien voulut attaquer par l’Espagne les Vandales africains. Mais près de Carthagène l’Empereur perdit sa flotte et sa chance. En Août 461 il était déjà un homme mort.

17Le souverain de l’Italie était Ricimer, à moitié goth et beau-frère de Gundioch. Il parvint à convaincre à la longue les Burgondes de transférer leur capitale de Genève à Lyon et dans les années suivantes d’étendre leur souveraineté jusqu’à la Drôme. Gundioch fut le chef des armées de Gaule ; la puissance de son royaume avait, au regard de ses débuts plus que modestes, fortement augmenté autour du Lac Léman et presque atteint l’ampleur de celle des Goths. Il advint ainsi que le Préfet des Gaules proposa en 468 au roi des Wisigoths Euric de ne conclure aucune paix avec le gouvernement du royaume d’Italie et de partager la Gaule entre les Goths et les Burgondes. La cause de cette « trahison d’Arvandus » tenait au fait que dans la même année 468, Constantinople envoya le valeureux Général Anthemius en Occident afin qu’il soit là-bas proclamé Empereur. Arvandus trahit cependant celui des partis de l’aristrocratie gauloise qui refusa « l’Empereur grec », et préféra pactiser avec les Goths du pays comme avec les Burgondes.

18Vers 470 Gundioch mourut et son frère Hilpéric Ier lui succéda. Quand, en 471, les Wisigoths triomphèrent des dernières troupes impériales et s’apprêtèrent à conquérir la basse vallée du Rhône, Hilpéric se souvint de son devoir de fédéré et repoussa les envahisseurs. Ce premier conflit burgondo-gothique laissa de larges bandes de terres brûlées. Ceci provoqua une dure famine dans la population romaine. Mais en Auvergne les Burgondes aidèrent les Sénateurs du pays à continuer le combat contre Euric, le roi des Wisigoths, jusque vers 475. Ensuite les Burgondes furent mêlés à de violents combats contre les Alamans, surtout autour de Langres et de Besançon, et dans la région du Jura. Il en résulta qu’outre toute la Province de Maxima Sequanorum, une grande partie de la Première Lyonnaise devint aussi burgonde.

Gondebaud (vers 480-516)

19Hilpéric mourut en 480 sans enfant ; ses successeurs furent les fils de son frère, Gondebaud, Godegisel, Hilpéric II et Godomar. L’aîné, Gondebaud, devint roi principal et s’installa dans Lyon, la capitale ; Godegisel habita Genève, tandis que les deux autres résidèrent respectivement à Vienne et à Valence.

20Avant que Gondebaud ne devienne roi des Burgondes, il avait secondé en Italie son oncle Ricimer, dont il avait hérité après sa mort survenue dans un court délai. Sa gloire italique ne fut pas de longue durée, aussi Gondebaud annonça-t-il donc que la Maison royale des Burgondes était disposée à prendre en charge, contrairement aux Goths et aux Vandales, les plus hautes fonctions militaires romaines, et à rester comme fédérés à la manière traditionnelle. Avant même qu’Euric fût prêt à négocier un nouveau pacte avec Ravenne, Hilpéric Ier avait déjà renouvelé l’ancien foedus et avait légitimé par ce moyen les militiae tituli, comme Sigismond, le fils de Gondebaud devait encore les désigner, en tant que charge burgonde. Les rois des Burgondes se considéraient toujours comme chefs des armées des Gaules et souverains, en plus de fédérés impériaux dans l’ancienne conception.

21En outre, Gondebaud avait, en 472/74, exercé brièvement les fonctions de Général de l’Empire d’Occident. Auparavant le prince burgonde avait, en qualité de deuxième Magister militum praesentalis, combattu aux côtés de son oncle contre Anthémius qu’il tua de sa propre main, quand l’Empereur abandonné de tous cherchait protection dans une église d’une ville romaine. Cela se passait le 11 juillet 472, et Ricimer mourut le mois suivant, après quoi Gondebaud devint le chef suprême des armées. Confirmé comme tel par le nouvel Empereur, le prince burgonde apparut dès la fin de l’hiver 473 comme un faiseur d’Empereur et resta en Italie jusqu’en juin 474. Ensuite un nouvel Empereur arriva au pouvoir et Gondebaud dut abandonner le terrain ; son retour dans sa patrie ressembla à une fuite désespérée. En 480 Gondebaud succéda à son oncle Hilpéric Ier comme roi des Burgondes.

22La première décennie de son règne paraît avoir été relativement tranquille. Gondebaud partageait la royauté, mais pas le royaume, avec ses trois frères. Le Chant des Nibelungen évoque aussi cette particularité burgonde. En 490, il y a de fortes probabilités pour que Godomar comme Hilpéric II, le père de Clotilde, la future épouse de Clovis, soient décédés d’une mort naturelle. Au début de la décennie 490-500 les évènements prirent rapidement un tour dramatique. Pendant que Théodoric combattait contre Odoacre pour le pouvoir en Italie, les Wisigoths comme les Burgondes envahissaient la Haute Italie en 490, les uns pour montrer leur solidarité entre Goths, les autres pour trouver une compensation dans la Ligurie limitrophe, tout en paraissant assurer le respect de leurs obligations. En tout cas, des années après, le roi des Burgondes Gondebaud pouvait se prévaloir de s’être dédommagé sur la population civile ligurienne de la violation du pacte de la part d’un souverain italique.

23Les diverses sources historiques ne sont pas fiables, elles ont été sans doute volontairement brouillées parce que la vérité aurait probablement compromis Théodoric le Grand. Mais aussi bien l’aide militaire des Wisigoths que l’invasion burgonde offrirent à Théodoric et à ses alliés comme à ses adversaires, l’occasion d’établir une vaste organisation de paix confortée au moyen de liens matrimoniaux et de pactes. A cela, il convient d’ajouter, dans la Gaule du Nord, l’étoile montante du Franc Clovis, roi des Mérovingiens.

24Dans ces années-là, quatre mariages très importants et de caractère politique furent contractés. Théodoric maria sa fille Thiudigotho au serviable Alaric II et son autre fille Ostrogotho-Areagni à Sigismond, le fils de Gondebaud. Et lui-même prit Audofleda, la sœur de Clovis, comme épouse, pendant que le roi des Francs épousait la princesse burgonde Clotilde. Les sources historiques ne permettent pas une chronologie absolue de ces mariages ; pourtant il se pourrait que les mariages des rois Théodoric et Clovis aient eu lieu avant ceux des filles de Théodoric ; de ce fait l’union des Burgondes et des Goths ne se réalisa qu’après une longue période de fiançailles, seulement en 496, en tout cas avant 497.

25Les relations entre les Ostrogoths et les Burgondes restèrent pourtant presque toujours tendues. Pendant la période allant de 501 jusqu’avant 507, on ne connaît que deux gestes amicaux. A la demande de Gondebaud, Théodoric fait envoyer au royaume des Burgondes, avec le personnel d’entretien, une horloge à eau et une horloge solaire spécialement fabriquées pour cette occasion. Personne d’autre que Boèce n’avait réalisé un travail aussi merveilleux pour mesurer le temps. Une autre fois, Sigismond, converti au catholicisme, fut autorisé à faire un pélerinage à Rome sur les tombes des Apôtres et à rendre visite au Pape Symmaque.

26La conversion de son gendre causait quelques soucis à Théodoric ; mais il devait être tenu compte à tout moment des catholiques à l’intérieur des familles royales burgondes. Cela vaut également pour leur zèle prosélyte, comme le montre l’exemple de Clotilde, l’épouse de Clovis. La princesse burgonde convertit son époux au catholicisme, et, en quelque sorte en remerciement, il attaqua en 500 la Burgondie arienne.

27La première guerre burgondo-franque fut rendue possible parce que Clovis avait conclu avec le vice-roi de Genève, Godegisel, un pacte secret, selon lequel cet oncle de son épouse devait, contre son autre oncle Gondebaud, obtenir l’indépendance et pour cela abandonner le territoire burgonde. A proximité de Dijon, les deux armées s’affrontèrent sous la conduite de leurs rois. Pendant la bataille, Godegisel arriva avec les siens comme convenu, pour soutenir Clovis, à la suite de quoi Gondebaud subit une sévère défaite. Il réussit de justesse à fuir dans l’extrême Sud de son territoire où il s’enferma dans Avignon, ville imprenable pour l’armée franque.

28Clovis considéra cette affaire comme résolue, laissa quelques milliers de guerriers francs pour protéger le retour de Godegisel et rentra chez lui. Cette grave rupture de l’équilibre politique permit pourtant l’entrée en lice du troisième royaume gaulois. Le roi des Goths Alaric II soutint le parti légitime ; Godegisel fut vaincu à Vienne avec ses troupes franques de protection ; lui-même fut tué, et ses conseillers d’origine burgonde ou romaine suppliciés à mort.

29Les prisonniers francs allèrent à Toulouse et Gondebaud, le roi burgonde victorieux, abandonna Avignon aux Goths en 501. Après que la grave crise de 500/501 eût été surmontée, Sigismond fut peut-être le successeur à Genève de son oncle déloyal.

30Clovis avait au pire subi un échec ; le danger qu’il représentait pour les Wisigoths comme pour les Burgondes ne s’était pas réduit pour autant. Pendant qu’en 502, Alaric II cherchait à se mettre d’accord pacifiquement avec le roi des Francs, Gondebaud, de son côté, passa très peu de temps après dans le camp de Clovis. Le déclenchement de la crise chez les Alamans, s’il n’en fut pas la cause, favorisa néanmoins ce renversement des alliances. De nombreuses générations durant, les Burgondes et les Alamans étaient devenus au plus haut point ennemis, et cela était déjà le cas sur le Main, quand les Burgondes se trouvaient en arrière des Alamans. De la même manière, l’établissement des Burgondes sur le Rhin moyen, comme leur transfert près du Lac Léman, avaient servi à contenir ce vieil ennemi. Ainsi, Hilpéric Ier, déjà dans les années 460-470, avait combattu les Alamans avec succès. Depuis toujours le gouvernement impérial utilisait pour sa propre sécurité la haine des Burgondes contre les Alamans.

31En 496 Clovis avait remporté une grande bataille contre les Alamans ; mais pas une fois on n’a pu dire si cela s’était fait au profit de l’Empire romain. Une décennie après Tolbiac, les Alamans s’étaient à tel point renforcés qu’ils se soulevèrent à nouveau contre les Francs. Le résultat fut catastrophique, et la deuxième défaite fut encore plus grave que la première : si Théodoric le Grand n’était pas intervenu, peut-être que les Alamans auraient disparu de l’Histoire. Les Burgondes purent étendre leur territoire jusqu’à Vindonissa-Windisch ; l’alliance avec les Francs était payante. De ce fait, il ne servit à rien que Théodoric mette en garde avec insistance le roi des Burgondes Gondebaud contre une alliance suicidaire. Le roi des Francs pouvait tenir ses alliés burgondes et l’année suivante (507) entrer profondément en territoire wisigothique. Ainsi le Burgonde Gondebaud participa comme brillant second du puissant roi des Francs, à la grande guerre contre les Goths, de laquelle il revint chez lui en tête de Turc.

32Les Burgondes subirent de lourdes pertes entre 507 et 509 ; ils devinrent à proprement parler les victimes des interventions des Ostrogoths en 508-509. Ils perdirent toutes leurs conquêtes du Sud de la France et durent non seulement abandonner Arles et Avignon, mais aussi supporter la dévastation de leur territoire jusque vers Orange et Valence. Mais Théodoric renonça à toute autre politique offensive et fit fixer à demeure la Durance comme frontière entre les royaumes.

Sigismond (501/516-523)

33Sigismond avait hérité en 501 de Godegisel le titre de vice-roi de Genève et fut en 516 le successeur de son père Gondebaud. Coincé entre l’agressif royaume des Francs et la grande puissance de la coalition des Goths, Sigismond chercha un soutien à Byzance. Le roi des Burgondes fit ressortir à nouveau sa qualité de fédéré de l’Empire suivant l’ancienne conception. Ainsi, dès avant sa prise de pouvoir, Sigismond fut élevé à la dignité de Patrice en raison des services rendus à l’Empire.

34Avec sa politique pro-impériale, le roi des Burgondes fit, dans cette mesure, front contre Théodoric, quand les relations entre Byzance et Ravenne se détériorèrent nettement. Théodoric chercha de ce fait à entraver les rapports diplomatiques entre Lyon et Constantinople. On connaît plusieurs lettres, qui furent peut-être toutes écrites par le grand évêque Avit de Vienne, sur ordre du roi. Précisément cette lettre même, qui fut interceptée, et dans laquelle Sigismond fait presque assaut de déférence et d’obéissance. La lettre culmine dans l’appel : « Vous êtes mon peuple, et c’est pour moi un plus grand honneur de vous être soumis que de régner sur ceux-là ».

35Mais en fait il manquait, pour une action contre les Goths, une force militaire appropriée. C’était seulement une menace latente que le roi régnant des Burgondes soit Patrice et Chef des armées. Et ainsi cela restait comme un beau souvenir du gouvernement militaire que Gondebaud avait exercé en Italie de longues années auparavant en qualité de successeur et neveu de Ricimer. De même il était peu significatif que les rois burgondes, dans le passé et le présent, se considéraient comme « les soldats de l’Empereur ».

36Malgré toutes les difficultés entre le beau-père goth et le gendre burgonde, la paix régna presque 15 ans durant, des deux côtés de la frontière. Ensuite la fille de Théodoric mourut, et Sigismond fit tuer en 522 son fils Sigéric, que lui avait donné la princesse. La fin du parti des Goths chez les Burgondes causa la fin de la politique de défense burgonde de Théodoric. En même temps que les Goths, les Francs envahirent la Burgondie, de sorte que l’armée de Sigismond fut prise entre deux fronts. Les Goths, pour un Amale abattu, les Mérovingiens, pour un parent tué, avaient une revanche à prendre.

37Ces motifs ont pu aussi n’avoir servi qu’à faire passer la politique de force ; après la défaite, Sigismond et sa famille furent abandonnés par leurs propres troupes et livrés aux Francs. Un des rois mérovingiens fit jeter et noyer les prisonniers dans un puits après deux ans de captivité.

38Entre temps, Godomar, le fils de Gondebaud, réussit en 524, après le retrait des Francs, à s’imposer comme roi dans une grande partie de la Burgondie. Seul le territoire que les Ostrogoths avaient occupé entre Durance et Drôme, vraisemblablement du reste jusqu’à l’Isère, resta perdu. Quand, en 524, deux rois mérovingiens à la tête de leurs Francs attaquèrent de nouveau la Bourgogne, la bataille eut lieu à l’Est de Vienne et l’un des rois ennemis tomba. Après cela, les Francs se retirèrent et Godomar resta encore pour une décennie roi des Burgondes.

Godomar (524-534)

39En 530, Amalaswinthe renonça, au nom de son fils Athalaric, au territoire du Nord de la Durance et conclut à cette occasion un traité d’assistance entre les Ostrogoths et les Burgondes. Mais quand, en 532, les Francs attaquèrent encore une fois les Burgondes, et violèrent même en outre le territoire des Goths, l’armée des Goths, « qui effraie les Barbares », se mit en mouvement tout au plus pour rétablir la frontière violée. Aussi en 534, pendant que le destin du royaume des Burgondes et du signataire du traité, Godomar, s’accomplissait, l’armée des Ostrogoths en Gaule resta dans ses garnisons. En cette année 534, trois rois mérovingiens victorieux se partagèrent le royaume des Burgondes. La dernière information de l’histoire des Burgondes traite de la sévère défaite de Godomar. Le reste est passé sous silence.

Particularités burgondes

40Le Chant des Nibelungen ainsi que la situation réelle font apparaître une participation des frères cadets, également reconnus comme rois, au pouvoir de l’aîné qui occupait le rang et avait le pouvoir d’un roi principal. Sans que, comme chez les Mérovingiens, un réel partage du royaume se soit produit, les rois puinés furent dotés de territoires délimités et de résidences : Genève est toujours citée, le cas de Vienne et de Valence est à étudier. Une telle situation se retrouve chez les Wisigoths, si tel est le cas seulement à l’état d’ébauche, chez les Ostrogoths dans une forme similaire (les cadets ne pouvaient être rois), seulement perceptible dans la génération paternelle, celle de Théodoric le Grand. Si cette organisation devait venir de l’influence des Huns, elle fut en tout cas modifiée très fortement. Il est vrai que les Burgondes de la première génération installée en Gaule furent les seuls Germains de l’Ouest du Rhin à connaître la pratique hunnique de la déformation crânienne artificielle.

41Avec quelque retard sur les Wisigoths, deux codes de lois ont été aussi établis chez les Burgondes : avant ou vers 500, le roi Gondebaud promulgua le droit burgonde, qui entra dans l’Histoire sous le nom de « Loi Gombette ». Au cours des années 517/518, sous le roi Sigismond, fut élaborée la rédaction - conservée de nos jours - de ce droit primitif qui associait des éléments germaniques et romains. Presque en même temps, fut rédigée la Lex Romana Burgundionum, le pendant du Breviarium Alaricianum, le droit romain des Wisigoths.

42Malgré une séparation apparemment aussi nette entre les deux peuples, Burgondes et Romains vivaient ensemble avec les mêmes droits, utilisaient le même Wergeld et étaient soumis aux mêmes amendes, servaient tous les deux dans l’armée du roi et ne connaissaient aucune interdiction de mariage. Ainsi, dans le royaume des Burgondes, la différenciation sociale habituelle ne fut compromise par aucune considération ethnique. Du côté burgonde, il y avait la triple division des hommes libres, qui formaient comme faramanni les « participants aux expéditions militaires qui avaient conduit à la conquête », et se composaient de la noblesse, les optimales, de la caste élevée des guerriers, les médiocres personae, et des gens du peuple, les leudes. Demi-libres et serfs formaient naturellement la majorité de la population. Les Sénateurs romains avaient le même rang que la noblesse burgonde, et les classes inférieures des Romains étaient à égalité avec les Burgondes du même rang.

43Comme les royaumes des Goths, le Regnum burgonde se composait aussi de civitates qui ne se distinguaient toutefois plus guère de l’organisation de l’espace rural, des pagi, des districts. Ces unités territoriales coïncidaient avec les diocèses épiscopaux, aussi bien qu’avec les circonscriptions administratives, chacune avec un comte burgonde et un comte romain. Aucune autre structure administrative de cette époque ne peut présenter une telle parité, aussi prononcée, entre Barbares et Romains. Et cela vaut également pour le rôle que la religion catholique joua dans le royaume des Burgondes. On prétend que tous les Burgondes de la rive droite du Rhin seraient devenus catholiques pour prévenir avec succès une menace hunnique. Mais en Gaule, la majeure partie du peuple, avec la branche régnante de la dynastie, professait « la croyance gothique », l’arianisme. Sigismond fut le premier roi principal à devenir catholique.

44En quoi sa conversion répondait-elle à celle de Clovis ? Quelle était sa conviction ? Il est très difficile de le dire. Répondre à ces questions aurait vraisemblablement embarrassé aussi les contemporains. La fin de Sigismond fit de lui un martyr catholique qui eut l’honneur des autels. En tout cas, dès le début de son règne, en 517, le roi fit convoquer un synode national ; par ailleurs, plusieurs synodes provinciaux se tinrent probablement. Avec le soutien du roi Gondebaud, l’évêque Avit de Vienne avait obtenu du Pape un privilège par lequel le Métropolite burgonde remporta, même si ce fut seulement pour une courte période, le siège du Primat des Gaules, face à la ville gothique d’Arles.

45Dans les années 470-480, l’Arverne Sidoine Apollinaire s’était amusé aux dépens des Burgondes et de ce qui était burgonde, en se plaignant de ces alliés gigantesques et goinfres, qui empestaient l’ail, l’oignon et le beurre rance, ce qui lui tapait sur les nerfs. Qui pourrait encore écrire des vers hexamétriques quand de tels gaillards de sept pieds commencent à chanter. Et dans une autre lettre il se moquait de son ami Syagrius-Burgundio, qui maîtrisait si bien la langue burgonde que les Barbares avaient peur de commettre des barbarismes dans leur propre langue. En effet, ce Syagrius de Lyon avait réussi à devenir pour ainsi dire « le nouveau Solon des Burgondes », et à les familiariser, en tant que spécialiste du droit romain et connaisseur du droit coutumier des Barbares, avec la langue latine en usage dans le pays et ses principes, en implantant pour ainsi dire chez les Burgondes un « cœur latin ».

46Les linguistes ont longtemps considéré les Burgondes comme des Germains orientaux ; aujourd’hui les philologues n’en sont plus aussi sûrs. Les Burgondes sont certes parfois assimilés aux « peuples gothiques », peut-être parce que la majorité d’entre eux ont été ariens pendant longtemps. Mais pour le gaulois Sidoine Apollinaire, ils venaient d’un pays à l’Est du Rhin et étaient de ce fait des Germains, une assimilation qu’aucun ethnographe de la fin de l’Antiquité ne proposait pour des peuples gothiques.

47Leur nombre réduit et leur souhait de s’intégrer en Gaule décidèrent les Burgondes, comme alternative aux royaumes gaulois, à former une société ouverte sans restriction. Déjà au IVe siècle, alors qu’ils étaient encore très éloignés du Rhin, à l’intérieur de la Germanie, les Burgondes étaient convaincus d’avoir une parenté avec les Romains. Quelle que soit la manière dont on puisse comprendre cette histoire, les Burgondes agirent en conséquence quand ils eurent fondé leur royaume au Sud de la Gaule. Ils donnèrent leur nom aux provinces romaines qui dépendaient de leur souveraineté. Et bien qu’ils n’aient pu affirmer leur originalité que pendant trois générations, en communauté avec les Grands du pays, l’identité burgonde n’a pas disparu, et le nom de Bourgogne ne s’est pas éteint jusqu’à aujourd’hui.

Bibliographie

Bibliographie

WOLFRAM, 1990 = WOLFRAM H. Das Reich und die Germanen, Berlin, 1990, p. 351-363.

Auteur

Université de Vienne

Jacques Raviot (Traducteur)

© ARTEHIS Éditions, 1995

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search